APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS"

Transcription

1 D Impôts divers Impôt sur les APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS GENERALITES Les immeubles sont le plus souvent vendus avec un bénéfice. En effet, le produit de la vente d'un bien-fonds est en règle générale sensiblement supérieur au montant qu'il a fallu débourser pour l'acquérir. Cette augmentation de leur valeur constitue la principale cause du gain réalisé lors de leur aliénation. Le gain en question n'est ainsi pas engendré par le transfert immobilier proprement dit; il est simplement réalisé à ce moment-là. Compte tenu de ce qui précède, une imposition unique des lors de l'aliénation, moment où ils sont effectivement réalisés, paraît donc non seulement justifiée, mais semble être aussi la seule méthode possible permettant de résoudre les problèmes posés par leur évaluation. Les peuvent être imposés de diverses manières, par exemple par le biais d'un impôt spécial l'impôt sur les ou encore tout simplement dans le cadre de l'impôt ordinaire sur le revenu ou le bénéfice. Dans le cas de l'imposition séparée des, seul le gain en tant que tel constitue l'assiette de l'impôt, et il est prélevé sans tenir compte des autres conditions subjectives (de revenu) du contribuable. L'impôt spécial répondant à ce type possède donc toutes les caractéristiques d'un impôt réel. En revanche, dans le cas de l'imposition des par le biais de l'impôt général sur le revenu, le seul critère servant au calcul de l'impôt est en fait la capacité économique globale du contribuable. Il s'agit donc là d'un impôt personnel.

2 D Impôts divers Impôt sur les IMPOSITION DES GAINS IMMOBILIERS EN SUISSE Dans notre pays, le statut fiscal des présente d'assez fortes divergences, tout d'abord entre la Confédération et les cantons, et ensuite entre les cantons eux-mêmes. La majorité des lois fiscales établissent des distinctions entre les diverses catégories de gains immobiliers, et soumettent ceux-ci soit à un impôt spécial soit à l'impôt ordinaire sur le revenu (impôt sur le bénéfice pour les personnes morales). Personnes morales Les cantons de ZH, BE, UR, SZ, NW, BS, BL, TG, TI et JU soumettent en principe tous les gains immobiliers des personnes physiques et des personnes morales à un impôt spécial distinct (l'impôt sur les ). Les autres cantons et la Confédération additionnent en revanche les réalisés par les personnes morales aux autres rendements imposables soumis à l'impôt ordinaire sur le bénéfice. Personnes physiques S'agissant des personnes physiques, il convient de faire tout d'abord une distinction essentielle entre deux genres très différents de, à savoir Les bénéfices réalisés sur la fortune commerciale, y compris les gains de nature professionnelle : = Tant en matière d'impôt fédéral direct (IFD) que dans plus de la moitié des cantons (LU, OW, GL, ZG, FR, SO, SH, AR, AI, SG, GR, AG, VD, VS et NE), les bénéfices en capital réalisés lors d'aliénations de valeurs immobilières faisant partie de la fortune commerciale ou provenant d'une opération de nature professionnelle viennent s'additionner aux autres éléments du résultat d'exploitation et sont soumis à l'impôt ordinaire sur le revenu (le bénéfice). Ils sont donc simplement ajoutés aux autres revenus/bénéfices. = Dans les autres cantons (ZH, BE, UR, SZ, NW, BS, BL, TG, TI et JU), les gains réalisés sur des immeubles faisant partie de la fortune commerciale sont en revanche en principe soumis à l impôt sur les, de même que dans la plupart des cas les gains de nature professionnelle. Les gains réalisés sur la fortune privée du contribuable = La Confédération ne prélève pas d'impôt séparé sur les. Les gains en capital réalisés par des particuliers lors de l'aliénation d'immeubles faisant partie de leur fortune privée sont en effet expressément exonérés en matière d'ifd. = Sur le plan cantonal en revanche, de tels gains sont imposés dans tous les cantons et soumis à l'impôt sur les. 1 ) 1) Le canton de GE présente ici une particularité en ce sens que que l'impôt spécial sur les gains immobiliers s'applique à tous les contribuables. Il frappe donc toutes les transactions immobilières, que'elles soient réalisées dans le cadre de la fortune privée ou commerciale, même lorsqu'il s'agit de gains réalisés par un commerçant en immeubles. Dans ce dernier cas, les sont soumis d'abord à l'impôt sur les et ensuite à l'impôt ordinaire sur le revenu ou le

3 D Impôts divers Impôt sur les SOUVERAINETE FISCALE Impôt cantonal et impôt communal La Confédération ne perçoit aucun impôt distinct sur les. En revanche, tous les cantons prélèvent un tel impôt. Dans la plupart d'entre eux, l'impôt est prélevé uniquement par l'autorité cantonale. Dans les cantons de BE, OW, FR, BS, SH, GR et JU, il est cependant parfois perçu aussi bien par les communes que par le canton. Dans les cantons de ZH et de ZG, seules les communes prélèvent cet impôt, toutefois sur la base de prescriptions contenues dans la loi fiscale cantonale. Là où l'impôt sur les est perçu exclusivement par le canton, les communes participent en règle générale à son produit sous une forme ou une autre. Lieu d'imposition En règle générale, l'imposition des est effectuée là où se trouve l'objet, à savoir par le canton ou par la commune où l'immeuble est situé. ASSUJETTISSEMENT A L'IMPOT (LE SUJET FISCAL) Le débiteur de l'impôt Le contribuable est toujours le vendeur de l'immeuble, appelé aussi l'aliénateur. L'aliénateur est en principe la personne qui est inscrite au Registre foncier en tant que propriétaire de l'immeuble du point de vue du droit civil. En raison de l'extension de la notion d'aliénation aux transferts dits économiques, on considère également comme aliénateurs toutes les personnes qui possèdent le pouvoir de disposer économiquement d'un immeuble et qui le transfèrent à titre onéreux. Les exceptions à l'assujettissement (exonérations) Tous les cantons possèdent de nombreuses exceptions à l'assujettissement. Les raisons de ces exonérations sont cependant très diverses. Elles peuvent avoir un caractère subjectif ou objectif. Exonérations subjectives : les exonérations subjectives ont trait à la personnalité du vendeur (ainsi que, plus rarement, de l'acheteur). C'est ainsi que sont entre autres exonérés la Confédération et ses établissements, les cantons et leurs les communes, les Eglises nationales et leurs paroisses, les institutions d'utilité publique ainsi que les personnes morales expressément exonérées d'impôt dans le canton (buts publics, de culte, d'instruction, d'utilité publique, etc.). bénéfice, sur lequel le montant d'impôt sur les viendra s'imputer, le trop-perçu venant remboursé.

4 D Impôts divers Impôt sur les Exonérations objectives : les raisons de l'exonération fiscale se rapportent à l'immeuble luimême ou à la cause de l'aliénation. Toutes les lois fiscales cantonales contiennent des dispositions = qui exonèrent de l'impôt certains, ou = qui diffèrent le moment de l'imposition dans des cas déterminés pour des raisons sociales, économiques ou autres. En outre, la plupart des cantons exonèrent les gains dont le montant est peu important. Le canton de GE renonce même à toute imposition lorsque l'immeuble en question a été très longtemps en possession de l'aliénateur. OBJET DE L'IMPOSITION (L'OBJET DE L'IMPOT) En principe, l'objet de l'impôt sur les est le gain réalisé lors de l'aliénation (transfert du droit de propriété) d'un immeuble ou de parts d'immeubles sis dans le canton, ainsi que les indemnités uniques reçues au titre des droits et servitudes durables grevant un immeuble. Objet de l'impôt au sens propre du terme, le gain imposable (assiette de l'impôt) est donc constitué par le bénéfice net provenant de l'aliénation d'un bien immobilier. Cette plus-value résulte de la différence entre le prix de revient (prix d'acquisition augmenté des impenses) et le prix de vente, diminuée des déductions autorisées par la loi. Les immeubles Toutes les lois fiscales cantonales délimitent ce qu'il convient d'entendre par «immeubles» en se fondant sur la définition qu'en donne le Code civil suisse (CC). En plus des terrains et des constructions, cette notion comprend également les parts de copropriété d'immeubles, les droits distincts et permanents immatriculés au Registre foncier (tels que par exemple les droits d'usufruit, droits de superficie, droits de source, concessions hydrauliques et autres servitudes) ainsi que les mines. Quelques cantons assimilent aux «immeubles» encore d'autres droits ou constructions non permanentes. Certains faits économiques comme par exemple l'aliénation d'une participation majoritaire dans une société immobilière sont également soumis à l'impôt sur les. L'aliénation (le transfert de propriété) Il s'agit là de l'aspect visible de l'opération par laquelle l'augmentation de valeur d'un immeuble est réalisée. Par aliénation pouvant conduire à la réalisation d'un gain immobilier imposable, il faut entendre tout acte fondé sur le droit privé ou sur le droit public qui a pour effet de transférer à un tiers le pouvoir de disposition réel ou économique d'un immeuble, ainsi que les actes visant le partage de la propriété d'un immeuble.

5 D Impôts divers Impôt sur les C'est ainsi qu'on distingue en général : Les transferts de droit civil : = Les transferts de droit privé (vente, échange, donation, dévolution d'hérédité, etc.) : Il s'agit là du cas le plus fréquent d'aliénation au sens étroit du terme, à savoir les transferts de la propriété immobilière effectués sous le régime du droit civil suisse (CC, CO), qui s'appuient sur une cause juridique qui sont inscrits au Registre foncier. = Les transferts reposant sur une décision de droit public (expropriations, exécutions forcées [par ex. ventes aux enchères par l'office des poursuites et faillites], remaniements parcellaires et remembrements, etc.) : aliénations ayant pour motif une obligation juridique découlant d'une loi fondée sur le droit public et qui ont lieu en vertu d'un acte administratif (décision, jugement) établi sur la base d'une telle loi. Les transferts économiques : transfert durables économiquement parlant d'importants droits de disposer d'un immeuble, sans qu'il y ait pour autant un transfert de propriété au sens du droit civil, par exemple : = les opérations en chaîne, genre d'opérations relativement fréquentes, portant sur la cession du droit d'acquérir un immeuble; = la vente de participations majoritaires à des sociétés immobilières (l'aliénation de participations minoritaires ne tombe pas sous le coup de l'impôt sur les ); = les charges réelles grevant les immeubles à titre onéreux. IMPOSITION DANS LE TEMPS ET TAUX APPLICABLES En ce qui concerne les soumis à un impôt spécial, il existe deux systèmes différents relatifs à l'imposition dans le temps et à la détermination du taux d'impôt à appliquer. Dans la plupart des cantons, l'impôt sur les frappe chaque gain pris séparément. Le taux d'impôt applicable dépend = du montant de chacun des gains pris isolément et de la durée de possession : ZH, LU, OW, GL, ZG, SO, SH, AR, AI, SG, TG, VS, NE et GE; ou = uniquement de la durée de possession : UR, NW, FR, BS, AG, TI et VD. Dans les autres cantons (BE, SZ, BL, GR et JU), les divers gains réalisés au sein d'une certaine période (en général la même année civile ou le même exercice) sont en revanche additionnés et imposés globalement. Le taux d'impôt applicable est donc fonction non pas de chaque gain isolé, mais du total de tous les gains obtenus au cours de la période en question.

6 D Impôts divers Impôt sur les CALCUL DU GAIN IMPOSABLE Le gain imposable résulte de la différence entre le produit de l'aliénation (prix de vente) et les dépenses d investissement, moins les déductions légales. Le produit de l'aliénation : outre le prix de vente, le produit de l'aliénation comprend, toutes les autres prestations que l'aliénateur réalise par le biais de la vente de son immeuble. Les dépenses d investissement: Le prix de revient se compose en principe du prix d'acquisition augmenté des impenses, à savoir des dépenses qui ont été effectuées pour améliorer l'immeuble ou en augmenter la valeur : = Prix d'acquisition : prix auquel l'aliénateur avait acquis l'immeuble. Il s'agit normalement du prix inscrit dans le Registre foncier. Il existe des prescriptions particulières lorsque l'acquisition de l'immeuble remonte à une époque assez lointaine et qu'il est difficile, voire impossible, d'établir avec précision quel avait été le prix d'achat. = Les impenses (dépenses entraînant une plus-value) : On entend par là les dépenses entraînant une amélioration ou une plus-value durable de l'immeuble en question. = La prise en considération de la dépréciation monétaire : les cantons de BL, GR et JU tiennent compte lors de la détermination du prix de revient de l'évolution du pouvoir d'achat survenue depuis l'acquisition de l'immeuble. Les déductions : Du gain brut, on peut déduire en premier lieu les frais généraux (par ex. frais de mutation et émoluments, commissions et frais usuels de courtage). Certains cantons autorisent parfois encore d'autres déductions, telles que les droits de mutation. La compensation des pertes : Lorsque les sont soumis à l'impôt ordinaire sur le revenu ou le bénéfice, la compensation des pertes éventuellement subies sur des immeubles faisant partie de la fortune commerciale est généralement admise par les cantons, cela dans la même mesure que le report usuel des autres pertes commerciales. Cela n'est en revanche pas possible lorsque les sont soumis à un impôt spécial; car l'impôt sur les étant un impôt réel, il a donc justement pour caractéristique de ne pas tenir compte de la capacité économique de l'aliénateur. Certains cantons autorisent tout de même la déduction de certaines pertes, à des conditions bien précises et uniquement dans la mesure où elles n'ont pas déjà été imputées dans le cadre de l'impôt sur le revenu. CALCUL DE L'IMPÔT (LES BAREMES) Dans la plupart des cantons, le barème de l'impôt spécial sur les dépend de deux facteurs : le montant du gain et la durée de possession. Onze cantons (UR, OW, NW, FR, BS, AR, AG, TG, TI, VD et GE) appliquent un tarif proportionnel. Dans les autres, le barème de l'impôt est progressif en fonction du niveau du gain immobilier imposable. Le plus souvent, un supplément est en outre perçu sur les gains réalisés à court terme, tandis qu'un rabais est généralement accordé pour les gains qui sont obtenus après une longue durée de possession.

7 D Impôts divers Impôt sur les Suppléments en cas de brève durée de possession : A l'exception du canton de SO, tous les cantons perçoivent une sorte de supplément d'impôt en cas de brève durée de possession (plus celle-ci est brève, plus le taux finalement appliqué sera élevé), cela afin de frapper plus lourdement les gains à caractère spéculatif. = Pour les cantons possédant un barème progressif, cette surcharge des gains à court terme s'opère en général par le biais d'un supplément qui vient s'ajouter à l'impôt normal frappant le gain immobilier. = Parmi les cantons dont le taux est proportionnel, les cantons de NW, FR, AG, TI, VD et GE possèdent des taux dégressifs en fonction de la durée de possession. Le canton de BS applique quant à lui des majorations de taux (par ex. impôt doublé pour les trois premières années de possession). Réductions en cas de longue durée de possession : A l'exception des cantons de OW et BL qui n'en tiennent compte que dans certains cas, tous les cantons prévoient une réduction de l'impôt sur les réalisés après une longue durée de possession (le taux finalement appliqué diminue en fonction de la durée de possession). Ils entendent ainsi tenir compte du fait que les gains obtenus après une longue durée sont en grande partie dus à la dépréciation monétaire. = En présence d'un barème progressif en fonction du niveau du gain imposable, cette réduction est généralement accordée au moyen d'un abaissement exprimé en pour cent de l'impôt normalement dû sur le gain immobilier. Dans quelques cantons, la réduction est opérée sur le montant du gain imposable, et non pas de l'impôt. = Parmi les cantons dont le taux est proportionnel, les cantons de NW, FR, AG, TI, VD et GE possèdent des taux dégressifs en fonction de la durée de possession. Le canton de BS applique une réduction progressive non pas sur l'impôt mais sur le montant du gain imposable. = Le canton de GE ne perçoit plus d'impôt à partir de la 26 ème année de possession. * * * * *

APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS

APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS D Impôts divers Impôt sur les APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS GENERALITES Les immeubles sont le plus souvent vendus avec un bénéfice. En effet, le produit de la vente d'un bien-fonds est en

Plus en détail

L impôt sur les gains immobiliers

L impôt sur les gains immobiliers D Impôts divers Impôt sur les L impôt sur les (Etat de la législation : 1er janvier 2012) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2012 D Impôts divers - I - Impôt sur les TABLE DES MATIERES Page 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 121 et 122 de la Constitution cantonale 1),

Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 121 et 122 de la Constitution cantonale 1), 641.11 Loi d'impôt du 26 mai 1988 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 121 et 122 de la Constitution cantonale 1), arrête : ( ) TITRE QUATRIEME : Impôt sur les gains immobiliers

Plus en détail

L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES

L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES D Impôts divers Imposition personnes morales APERCU DE L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES GÉNÉRALITES Les personnes morales sont des sociétés, corporations ou établissements auxquels le droit civil ou

Plus en détail

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Novembre 2008 Sommaire Récapitulatif des coûts (page 3) Coûts nets des cantons (page 4) Différences des coûts nets par rapport

Plus en détail

Décembre 2013. Le droit de mutation. (Etat de la législation : 1 er janvier 2014)

Décembre 2013. Le droit de mutation. (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) D Impôts divers Droit de mutation Le droit de mutation (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2013 D Impôts divers -I- Droit de mutation TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Les droits de mutation

Les droits de mutation D Impôts divers Droits de mutation Les droits de mutation (Etat de la législation: 1 er janvier 2010) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2009 D Impôts divers - I - Droits de mutation TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Délimitation entre prestations salariales accessoires/allocations pour frais/salaire

Délimitation entre prestations salariales accessoires/allocations pour frais/salaire Nouveau certificat de salaire (NCS) Le nouveau certificat de salaire est obligatoire dans la plupart des cantons à partir de l'année fiscale 2007 (voir l'aperçu au chiffre 3.1.6). Le nouveau certificat

Plus en détail

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT D Impôts divers Impôt sur la fortune APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS Outre l'impôt sur le revenu perçu en tant qu'impôt principal, tous les cantons et leurs communes

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Modification du 2 avril 2013 Le Conseil fédéral suisse arrête: I Le

Plus en détail

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide:

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide: Convention sur les contributions des cantons aux hôpitaux relative au financement de la formation médicale postgrade et sur la compensation intercantonale des charges (Convention sur le financement de

Plus en détail

HOTELA Allocations familiales Montreux. Rapport de l organe de révision au Comité et à l Assemblée des délégués sur les comptes annuels 2013

HOTELA Allocations familiales Montreux. Rapport de l organe de révision au Comité et à l Assemblée des délégués sur les comptes annuels 2013 HOTELA Allocations familiales Montreux Rapport de l organe de révision au Comité et à l Assemblée des délégués sur les comptes annuels 2013 Rapport de l organe de révision au Comité et à l Assemblée des

Plus en détail

Imposer à 20% les successions? Injuste pour les particuliers Absurde pour les entreprises

Imposer à 20% les successions? Injuste pour les particuliers Absurde pour les entreprises Imposer à 20% les successions? Injuste pour les particuliers Absurde pour les entreprises Conférence de presse du 4 septembre 2014 Page 1 1. Accueil et introduction Dr Robert-Philippe Bloch Président de

Plus en détail

Statistique fiscale Diagrammes et cartes

Statistique fiscale Diagrammes et cartes Statistique fiscale 2013 - Diagrammes et cartes Explications Les cartes et diagrammes suivants illustrent des données de la période fiscale 2013 et complètent la statistique de l'impôt fédéral direct 2013,

Plus en détail

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source

Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source (du 23 novembre 1998) A. Conditions pour l'imposition complémentaire 1 Sont soumis à l'imposition

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

La croissance du parc des véhicules se poursuit: engouement pour le diesel et la traction intégrale

La croissance du parc des véhicules se poursuit: engouement pour le diesel et la traction intégrale Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 04.02.2014, 9:15 11 Mobilité et transports N 0351-1400-70 Véhicules routiers en 2013 La croissance

Plus en détail

CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS GUIDE DU FUTUR CONTRIBUABLE

CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS GUIDE DU FUTUR CONTRIBUABLE CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS GUIDE DU FUTUR CONTRIBUABLE La taxation des impôts sur le revenu et sur la fortune en Suisse Edition 2007 7 e édition, 2007 Editeur: Agence: Illustrations: Impression: Conférence

Plus en détail

Loi (10125) modifiant la loi d application de la loi fédérale sur l aménagement du territoire (L 1 30)

Loi (10125) modifiant la loi d application de la loi fédérale sur l aménagement du territoire (L 1 30) Loi (10125) modifiant la loi d application de la loi fédérale sur l aménagement du territoire (L 1 30) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modifications La

Plus en détail

Instructions concernant le règlement des examens

Instructions concernant le règlement des examens Instructions concernant le règlement des examens édictées par la Conférence suisse des impôts 1 re édition / 29.11.2004 / 6.12.2006 / 15./16.1.2009 / 13.6.2013 / 21 juillet2014 Instructions concernant

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

L'imposition à la source

L'imposition à la source E Notions fiscales Impôt à la source L'imposition à la source (État de la législation : 1er janvier 2009) Division Études et supports / AFC Berne, 2009 E Notions fiscales - I - Impôt à la source TABLE

Plus en détail

TARIF 178.11.2 des honoraires dus aux notaires pour des opérations ministérielles (TNo)

TARIF 178.11.2 des honoraires dus aux notaires pour des opérations ministérielles (TNo) Adopté le 11.12.1996, entrée en vigueur le 01.01.1997 - Etat au 01.09.2011 (en vigueur) TARIF 178.11.2 des honoraires dus aux notaires pour des opérations ministérielles (TNo) du 11 décembre 1996 LE CONSEIL

Plus en détail

Peinture et plâtrerie CCT du 01.04.2009

Peinture et plâtrerie CCT du 01.04.2009 Peinture et plâtrerie CCT du 01.04.2009 Dispositions contractuelles générales Durée du contrat: 01.04.2009 jusqu'au 31.03.2012. Sauf dénonciation 1 mois avant l'échéance, le contrat est prorogé d'une année

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL MCH2 GROUPE DE TRAVAIL 2 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES DU PATRIMOINE FINANCIER

DOCUMENT DE TRAVAIL MCH2 GROUPE DE TRAVAIL 2 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES DU PATRIMOINE FINANCIER Etat: novembre 2013 Version: 1c DOCUMENT DE TRAVAIL MCH2 GROUPE DE TRAVAIL 2 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES DU PATRIMOINE FINANCIER Membres du groupe de travail Hansjörg Enzler Reto Angehrn

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES MÉCANSIMES DE LA LOI ROBIEN

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES MÉCANSIMES DE LA LOI ROBIEN LES MÉCANSIMES DE LA LOI ROBIEN La défiscalisation immobilière : loi Robien Introduction La Loi de Robien, dispositif de défiscalisation immobilière mis en place en 2003, accordait certains avantages fiscaux

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/34 NOTE COMMUNE N 23/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles (art. 108bis L.I.R.)

Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles (art. 108bis L.I.R.) Circulaire du directeur des contributions 1 L.I.R. n 99ter/1bis du 7 mars 2016 L.I.R. n 99ter/1bis Objet : Imposition des plus-values résultant de l aliénation de droits réels portant sur des immeubles

Plus en détail

Économiser des impôts

Économiser des impôts Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DE PERSONNES : SNC, SCI À L'IR, SCM, SCP

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DE PERSONNES : SNC, SCI À L'IR, SCM, SCP LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DE PERSONNES : SNC, SCI À L'IR, SCM, SCP Le régime fiscal des sociétés de personnes Introduction L'imposition des bénéfices des sociétés peut être faite de deux manières : soit

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q4/213 Q4/213 L économie suisse tourne à plein régime tant et si bien que l offre d emploi ne subit même pas le ralentissement hivernal habituel. C est ce

Plus en détail

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction ADEF/26 mai 2000 LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS DANS LES BILANS DES SOCIETES Cadre de l intervention-résumé Introduction Toutes les méthodes et techniques et qui vous ont été exposées

Plus en détail

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne Seul le texte prononcé fait foi 12.476 Initiative parlementaire Leo Müller, «Imposition des gains immobiliers» et 12.3172 Motion Leo Müller, «Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles» Explications

Plus en détail

Les primes d assurance-maladie 2014

Les primes d assurance-maladie 2014 Les primes d assurance-maladie 2014 Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Conférence de presse du 26 septembre 2013 Prime moyenne «Adulte»

Plus en détail

Taxes de contrôle de protection de l environnement dans les entreprises de peinture

Taxes de contrôle de protection de l environnement dans les entreprises de peinture Département fédéral de l économie DFE Surveillance des prix SPR Août 2011 Taxes de contrôle de protection de l environnement dans les entreprises de peinture 1. Contexte La Surveillance des prix a reçu

Plus en détail

Guide du futur contribuable

Guide du futur contribuable Guide du futur contribuable CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS Commission Information Guide du futur contribuable La taxation des impôts sur le revenu et sur la fortune en Suisse 2012 Edition 2012 Editeur :

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Ces informations n ont qu une valeur indicative et ne se substituent pas à la documentation officielle de l administration.

Ces informations n ont qu une valeur indicative et ne se substituent pas à la documentation officielle de l administration. Fiscalité des Etats-Unis Ces informations n ont qu une valeur indicative et ne se substituent pas à la documentation officielle de l administration. Généralités Les Etats-Unis étant un Etat fédéral, les

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q2/215 Q2/215 Depuis mars dernier, le nombre d offres d emploi publiées n a certes guère évolué, mais, si l on compare les chiffres avec ceux de l année précédente,

Plus en détail

Modification du 30 septembre 2015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura. Article 19, alinéa 1, lettre b (nouvelle teneur)

Modification du 30 septembre 2015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura. Article 19, alinéa 1, lettre b (nouvelle teneur) Loi d impôt Modification du 0 septembre 015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura arrête : I. La loi d impôt du 6 mai 1988 1) est modifiée comme il suit : Article 15, alinéa

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 7/2013 R E S U M E

NOTE COMMUNE N 7/2013 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/10 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/7 NOTE COMMUNE N 7/2013 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Statistique de l aide sociale

Statistique de l aide sociale Statistique de l aide sociale 2005-2014 Résultats du canton de Fribourg 12 novembre 2015 Sommaire 1. Evolution d indicateurs choisis 2005-2014 2. Réformes CSIAS 3. Conclusion et échanges 2 1. Evolution

Plus en détail

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives 5 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne,

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Impressum Editeur INFODROG Centrale nationale de coordination des addictions Rédaction Franziska

Plus en détail

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Obergericht des Kantons Bern Aufsichtsbehörde in Betreibungs- und Konkurssachen Cour suprême du canton de Berne Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Circulaire no B 12 de la

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q2/213 Q2/213 Bien que la reprise de l économie mondiale repose sur des pieds d argile et que la crise de l euro continue de couver, les entreprises suisses

Plus en détail

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Notion de résidence fiscale II. Acquisition III. Détention IV. Cession V. Structuration 2 1. Notion de résidence

Plus en détail

L impôt sur la fortune des personnes physiques

L impôt sur la fortune des personnes physiques D Impôts divers Impôt sur la fortune L impôt sur la fortune des personnes physiques (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 D Impôts divers -I- Impôt

Plus en détail

Comparaison intercantonale des coûts et du recours au système de santé

Comparaison intercantonale des coûts et du recours au système de santé Comparaison intercantonale des coûts et du recours Alberto Holly Professeur honoraire Institut d économie et management de la santé (IEMS) Université de Lausanne 11 ème Journée de travail de la Politique

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES DIRIGEANTS SOCIAUX DONATION. 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049

CESSION DE PARTS SOCIALES DIRIGEANTS SOCIAUX DONATION. 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049 CESSION DE PARTS SOCIALES 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049 Lors de la cession d une S.N.C, le remboursement aux cédants, par un acte séparé le jour même de la cession de parts sociales, de la totalité

Plus en détail

relatif à des ajustements techniques liés au transfert du patrimoine de la caisse de pensions (du 26 avril 2012)

relatif à des ajustements techniques liés au transfert du patrimoine de la caisse de pensions (du 26 avril 2012) Rapport du Conseil communal relatif à des ajustements techniques liés au transfert du patrimoine de la caisse de pensions (du 26 avril 2012) au Conseil général de la Ville de La Chaux-de-Fonds Monsieur

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S)

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) Directives du 30 septembre 2010 concernant la reconnaissance des autorisations délivrées par

Plus en détail

La Loi du 28 février 1956 sur les communes à son article 4, chiffre 4, mentionne que le Conseil communal délibère sur le projet d arrêté d imposition.

La Loi du 28 février 1956 sur les communes à son article 4, chiffre 4, mentionne que le Conseil communal délibère sur le projet d arrêté d imposition. AU CONSEIL COMMUNAL DE SULLENS Sullens, le 26 septembre 2011 PREAVIS MUNICIPAL N 11/2011 ARRETE D IMPOSITION POUR LES ANNEES 2012 ET 2013 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, La

Plus en détail

P R E A V I S No 32-2013

P R E A V I S No 32-2013 P R E A V I S No 32-2013 Vente d'une emprise de la parcelle communale No 760 sise au chemin du Chêne et versement du gain comptable dans un fonds de réserve libre pour acquérir des biens immobiliers (terrains

Plus en détail

Double imposition intercantonale élimination des pertes de répartition en droit intercantonal

Double imposition intercantonale élimination des pertes de répartition en droit intercantonal Double imposition intercantonale élimination des pertes de répartition en droit intercantonal Circulaire 27 - du 15 mars 2007 1. Pratique antérieure Selon les principes tendant à éliminer la double imposition

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 22bis/1 Objet: Opérations d échange. [art. 22, 22bis, 25 et 102 L.I.R.] Sommaire:

Plus en détail

TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES. Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes

TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES. Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes Département fédéral de l'économie DFE Surveillance des prix SPR TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes Juillet 2007 La présente brochure est

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Banque dépositaire

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015.

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015. STREETBOX REAL ESTATE FUND Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons ZEWOinfo Conseils aux donatrices et aux donateurs Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuvent être déduits de l impôt fédéral

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Février 2016 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, c est faire preuve de bon sens. Exemple En cas d assainissement global d une maison individuelle suisse classique, le potentiel d économie

Plus en détail

Projet. de loi de finances pour 2000. Imposition des plus-values

Projet. de loi de finances pour 2000. Imposition des plus-values Projet de loi de finances pour 2000 Imposition des plus-values PLF 2000 Imposition des plus-values 3 Rapport sur l imposition des plus-values PLF 2000 Imposition des plus-values 5 Aux termes de l article

Plus en détail

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 11 mars 2012

Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 11 mars 2012 Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 11 mars 2012 (Initiative populaire «Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires»; arrêté fédéral

Plus en détail

Augmentation de l'allocation de naissance dans le canton suivant: Neuchâtel

Augmentation de l'allocation de naissance dans le canton suivant: Neuchâtel Centrale pour les questions familiales Genres et montants des allocations familiales Etat au 1 er janvier 2005 Régimes cantonaux d'allocations familiales Augmentation des allocations pour enfant, respectivement

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES FRAIS D ACQUISITION

TRAITEMENT FISCAL DES FRAIS D ACQUISITION TRAITEMENT FISCAL DES FRAIS D ACQUISITION DES TITRES DE PARTICIPATION POUR LES SOCIETES SOUMISES A L IMPOT SUR LES SOCIETES Source : Infodoc-experts 2 ème trimestre 2008 www.oec-paris.fr Suite à la réforme

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

L imposition des personnes morales

L imposition des personnes morales D Impôts divers Imposition des L imposition des (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 D Impôts divers -I- Imposition des TABLE DES MATIÈRES 1 REMARQUES

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

Créer, gérer et transmettre une entreprise

Créer, gérer et transmettre une entreprise Fiduciaire Michel Favre SA, Lausanne FJF Favre Juridique et Fiscal SA, Lausanne FORUM DES COURTIERS 2013 Créer, gérer et transmettre une entreprise 6 juin 2013 Chavannes-de-Bogis par M. Pascal Favre Fiduciaire

Plus en détail

Code général des impôts - Article 1586 sexies Legifrance

Code général des impôts - Article 1586 sexies Legifrance Page 1 sur 5 En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez icifermer Chemin : Code général

Plus en détail

Adecco Swiss Job Market Index

Adecco Swiss Job Market Index Adecco Swiss Job Market Index Quarterly Report Q1/ Q1/ Les entreprises suisses se portent très bien: le recul des offres d emploi au cours du dernier trimestre était en fait une exception saisonnière et

Plus en détail

La publicité des registres d impôt

La publicité des registres d impôt A Indications générales Registres d impôt Février 2014 La publicité des registres d impôt (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 A Indications générales

Plus en détail

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage (OFAC) 837.141 du 31 janvier 1996 (Etat le 12 mars 2002) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 109 de la loi du 25 juin 1982 sur l assurance-chômage

Plus en détail

BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR

BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR - Mutations à titre gratuit - Donations - Taxe de publicité foncière 1 Les actes de donation portant sur des immeubles intervenant à compter du 1er juillet 2014 entrent

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

Evolution du produit de l impôt fédéral direct

Evolution du produit de l impôt fédéral direct Département fédéral des finances DFF Berne, le 25.03.2015 Evolution du produit de l impôt fédéral direct Rapport du DFF 1 Situation Ces cinq dernières années, les recettes de l impôt fédéral direct n ont

Plus en détail

178.104. Tarif des émoluments des notaires - 1 - du 1er décembre 1982. Le Conseil d'etat du canton du Valais

178.104. Tarif des émoluments des notaires - 1 - du 1er décembre 1982. Le Conseil d'etat du canton du Valais - 1 - Tarif des émoluments des notaires du 1er décembre 1982 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 18 de la loi du 15 mai 1942 sur le notariat; sur la proposition du Département de justice

Plus en détail

1. Règle d exigibilité Modification essentielle (3)

1. Règle d exigibilité Modification essentielle (3) - LES MODIFICATIONS 2013 DE LA TVA- Conférence du 27 février 2013 Organisée par Charles Félix PLAN DE LA CONFERENCE 1. Modification des règles d exigibilité de la TVA - 1.1. Modification essentielle -

Plus en détail

S T A T U T S CAISSE AGRICOLE SUISSE DE GARANTIE FINANCIERE STAPFERSTRASSE 2 CASE POSTALE 716 5201 BRUGG

S T A T U T S CAISSE AGRICOLE SUISSE DE GARANTIE FINANCIERE STAPFERSTRASSE 2 CASE POSTALE 716 5201 BRUGG SCHWEIZERISCHE BÄUERLICHE BÜRGSCHAFTSGENOSSENSCHAFT C A I S S E AG R I CO L E S U I S S E D E G A R A N T I E F I N AN C I È R E S T A T U T S CAISSE AGRICOLE SUISSE DE GARANTIE FINANCIERE STAPFERSTRASSE

Plus en détail

Loi introductive à la loi fédérale sur le droit foncier rural

Loi introductive à la loi fédérale sur le droit foncier rural Loi introductive à la loi fédérale sur le droit foncier rural du 21 février 2001 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu l'article 702 du Code civil suisse 1), vu les articles 5, 56, 58 et

Plus en détail

Statut fiscal de l'entrepreneur individuel

Statut fiscal de l'entrepreneur individuel Statut fiscal de l'entrepreneur individuel Détermination du bénéfice imposable Les sommes que prélève l'exploitant individuel sur ses recettes professionnelles en rémunération de son travail personnel

Plus en détail

Par conséquent, il convient d'étudier plus précisément les différentes situations de fait pouvant constituer des changements d'activité.

Par conséquent, il convient d'étudier plus précisément les différentes situations de fait pouvant constituer des changements d'activité. LES CONSEQUENCES FISCALES DU CHANGEMENT D'OBJET SOCIAL Article juridique publié le 26/01/2015, vu 1384 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Le changement d'objet social ou d'activité réelle entraîne la cessation

Plus en détail

Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE

Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE B Actualités et Adhésion à la CE Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE (Exposé de Roland Montangéro, chef du Bureau d'information fiscale, présenté lors du Séminaire

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine Rencontre des groupements français et suisse Paris, les 29 & 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine SESSION 2 Fiscalité des successions PLAN I. Introduction II. III. IV. Les successions en France (aspects

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu Titres agrafés anti-évitement 12.6 Loi de l impôt sur le revenu Le nouvel article 12.6 de la Loi de l impôt sur

Plus en détail

INSTRUCTION. N 04-065-M49 du 16 décembre 2004 NOR : BUD R 04 00065 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 04-065-M49 du 16 décembre 2004 NOR : BUD R 04 00065 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique Page 1 of 8 INSTRUCTION N 04-065-M49 du 16 décembre 2004 NOR : BUD R 04 00065 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÈGLES DE TVA APPLICABLES AU SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Imposition directe des PME en droit federai

Imposition directe des PME en droit federai Pierre-Alain Loosli Avocat, Chargé d'enseignement à l'université de Genève Imposition directe des PME en droit federai (avec référence au droit genevois) Staempfli Editions SA Berne 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/ 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 39 et 40 de la loi n 2004-90

Plus en détail