Production d Énergie. Le Solaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production d Énergie. Le Solaire"

Transcription

1 Production d Énergie Le Solaire 1

2 Énergies renouvelables Caractéristiques des énergies renouvelables prélevées sur des flux naturels et non extraites de stocks qui nécessitent des millions d'années pour se constituer; (comme le pétrole et le charbon). Les énergies renouvelables résultent de processus de conversion de l'énergie fournie à la Terre par le Soleil. 2

3 Transformation de l'énergie solaire 3

4 Pourquoi les énergies renouvelables intérêt de l énergie solaire sa gratuité (????) sa disponibilité sur une grande partie du globe terrestre l absence de risque d épuisement connu par les sources d énergie fossile. En fait, l énergie solaire n est pas tout à fait gratuite : investissement de départ souvent lourd budget de maintenance des équipements important. 4

5 Utilisation de l'énergie solaire conversion thermique : basse température, production de chaleur (bâtiment, agro-alimentaire), haute température, source chaude d'un cycle thermodynamique production d'électricité (centrales héliothermiques). Conversion directe du rayonnement en électricité à l'aide de cellules photovoltaïques (voir cours spécifique). 5

6 Solaire (historique 1) Trudaine de Montigny, en 1774, fabriqua un four solaire pour fondre du platine,. En 1839, Edmond Becquerel, physicien français, découvre l'effet photovoltaïque En 1878, Auguste Mouchot créa une machine à vapeur fonctionnant grâce à un miroir parabolique permettant d actionner une presse une presse. 6

7 Solaire (historique 2) En 1900, plus de 1600 chauffe-eau fonctionnaient en Californie du Sud depuis le début du siècle, au Mexique, de nombreuses maisons "bioclimatiques" utilisant l'énergie solaire En 1912, le Nord-Américain Schumann a construit en Egypte une station de pompage de l'eau. 7

8 Solaire (historique 3) En 1953, un four solaire de 75 kw est installé au Mont-Louis dans les Pyrénées. C'est le premier four solaire double réflexion. Le four d'odeillo, bâti en 1970, permet d'atteindre des températures de 3500 C. La centrale solaire expérimentale Themis fut exploitée par EDF de juin 1983 à septembre 1986 sur le site de Targasonne (Pyrénées-Orientales France). 8

9 L'énergie du soleil Le soleil : Sphère gazeuse composée au trois quart d'hydrogène et pour un cinquième d'hélium. Son diamètre est de km (100 fois celui de la Terre), sa masse est de l ordre de tonnes. L énergie du Soleil provient de réactions thermonucléaires. Elles transforment l hydrogène en Hélium, la différence de masse est dissipée en énergie ( E = mc 2 ), ce qui représente une puissance de kw. 9

10 L'énergie du soleil A notre échelle le Soleil peut être considéré comme une source d'énergie pratiquement illimitée (durée de vie supérieure à 4 milliards d années). 10

11 Le Rayonnement Solaire sur la Terre Il faut entre et 1 million d'années pour que l'énergie émise au cœur du soleil atteigne sa surface.. Ensuite, la lumière ne met que 8 minutes pour franchir les quelques 150 millions de kilomètres qui séparent le Soleil de la Terre. 11

12 Cycles de Milankovic Excentricité Obliquité - Précessions Distance Terre - Soleil 129 à millions de km Cycle de ans Variations de 20 à 30% d'énergie Inclinaison de l axe polaire Cycle de ans Différences + ou - marquées entre les saisons Changement d orientation de l axe de rotation Cycle de ans 12

13 Aspects Géométriques La terre décrit une ellipse qui a le Soleil pour foyer Cette ellipse est caractérisée par une faible excentricité, puisque les demi-axes ne diffèrent que de ± 1,7 % du rayon moyen de sa trajectoire (distance moyenne annuelle entre la Terre et le Soleil). 13

14 Répartition spectrale du rayonnement Répartition spectrale du rayonnement solaire : 98% du rayonnement solaire est émis dans des longueurs d onde inférieures à 4 m. En première approximation, le rayonnement solaire peut être assimilé au rayonnement d un corps noir à une température d environ 6000 K. 14

15 Le Rayonnement Solaire sur la Terre L énergie émise par le soleil, en s éloignant, perd de son intensité et lorsqu'elle atteint les limites de l'atmosphère terrestre elle représente un certain apport énergétique par unité de surface : L énergie reçue par une surface de 1m 2 perpendiculaire aux rayons du soleil au niveau de la terre mais hors atmosphère, que l on appelle la «constante solaire» est d environ 1367 W/m 2. Le flux effectivement absorbé par la Terre est seulement une fraction de cette valeur, soit environ: 400 W/m 2 en moyenne 15

16 Rayonnement extra-terrestre La distance terre-soleil varie suivant la période de l année. Elle est maximale au solstice d été (21 juin) et minimale au solstice d hiver (22 décembre). Cette variation influe sur la valeur de l éclairement hors atmosphère qui peut être modélisé par l expression suivante : ' I (1 0,034 cos(0,986 n2)) (W.m -2 ) où «n» est le numéro du jour dans l année. NB: La valeur maxi est de 1413 W.m -2 (janvier), La valeur mini est de 1321 W.m -2 (Juillet). 16

17 Déclinaison du soleil L'angle formé par la direction des rayons du Soleil et le plan équatorial est appelé déclinaison du Soleil, notée. Il varie, tout au long de l'année, entre deux valeurs extrêmes : - 23,45 et + 23,45 environ. 17

18 Mouvements de rotation de la Terre Équinoxe de printemps : 21 mars (=0 ) Solstice d'été : 22 juin (= ') Equinoxe d'automne : 23 septembre (=0 ) Solstice d'hiver : 22 décembre (= ') Approche maximale (périhélie) : 2 janvier Eloignement maximal (aphélie) : 2 juillet Déclinaison La formule d approximation suivante permet de calculer les variations au cours de l année : 23, 45 sin(360/ 365*( n 284)) En degrés avec n, numéro du jour dans l année. 18

19 Latitude Latitude () Angle (en degré) donnant la position du lieu par rapport à l équateur. On compte positivement les latitudes de l hémisphère Nord (0 à l équateur et 90 au pole Nord), et négativement pour le pole sud. Par exemple : Latitude de Lorient : 47,75 N 19

20 Longitude Longitude Méridien du lieu étudié (en degré). Un méridien est pris comme référence : c est le méridien de Greenwich = 0 Il faut donc préciser si on se trouve à l ouest ou à l est de ce méridien. Par exemple : Longitude de Lorient : 3,36 Ouest 20

21 Durée du jour le jour sidéral : c'est la durée de la rotation de la Terre sur elle-même (environ 23 heures 56 minutes et 4 secondes) le jour solaire vrai : c est l intervalle de temps séparant deux levers, deux couchers ou deux passages du Soleil au méridien. Il varie de 23 h 59 min 39 s à 24 h 0 min 30 s, Le jour solaire vrai est plus long que le jour sidéral à cause du mouvement de la Terre autour du Soleil. le jour solaire moyen : moyenne du jour solaire vrai = 24 heures. On définira donc le Temps Solaire Moyen (TSM) 21

22 Durée du jour (2) Temps Solaire Vrai (TSV) Temps donné par la position du soleil par rapport au midi solaire ( 12h) du lieu étudié. Il sera relié à l angle horaire (voir définition ultérieure). Temps Universel (TU, ou UT en anglais, et anciennement «temps GMT») Temps solaire vrai (au méridien de Greenwich) pris comme référence universelle. Temps légal (temps «officiel» fixé par chaque pays = fuseau horaire plus décalage saisonnier éventuel (heure d été par exemple) 22

23 Fuseaux horaires Temps légal (parfois noté TC). Temps officiel du lieu étudié. Dépend du faisceau horaire et d éventuels décalages Ainsi, en France, le temps légal en hiver est actuellement le temps universel augmenté de 1 heure (T = TU + 1), alors qu'en été, le décalage est de 2 heures. 23

24 Équation du temps Lorsque la Terre, sur sa trajectoire elliptique, se rapproche du Soleil, son déplacement angulaire quotidien autour du Soleil s'accélère et prend de l'avance sur le déplacement angulaire annuel moyen. Le phénomène inverse est observé durant les périodes d'éloignement. Cet écart t entre le temps solaire moyen TSM et le temps solaire vrai TSV (déterminé par la position réelle du Soleil), est désigné par le terme «équation du temps». Formule d approximation: t = TSV - TSM t 9.9sin 2 360/365 n sin 360/365 n 2 (correction telle que 20 min < t < +20min) La figure ci-après donne les variations de t durant l'année. 24

25 Équation du temps (graphique) 25

26 Angle horaire (AH ou ) L'angle horaire du soleil, est le paramètre repérant la position du Soleil sur sa trajectoire diurne. Il est directement relié à la date, l heure et le méridien du lieu de l observation. Angle horaire du soleil 0L angle horaire du Soleil a son lever 0C angle horaire du Soleil à son coucher 26

27 Angle horaire (AH ou ) La rotation de la Terre sur elle-même, autour de l'axe passant par les pôles, détermine la succession des jours et des nuits. Une rotation complète de la Terre (360 ) correspond donc, en moyenne, à 24 heures, par définition du jour moyen. 360 en 24h donc 1 heure = écart angulaire en longitude de 15, soit 4 minutes de temps par degré de longitude. On détermine l angle horaire en posant comme référence (0 pour le midi solaire (12h), -90 pour 6h solaire et +90 pour 18h solaire). 27

28 Calcul de TSV (Exemple) Calcul du temps solaire vrai à Lorient le 17/06/12 à 17h45. Numéro du jour dans l année étudiée : 168 (année bissextile) Temps légal = 17h 45 min =17,75 h Décalage du temps légal avec Greenwich =1 h +1 (car heure d été) Lorient 3.3 à l Ouest de Greenwich h t (j=168)= h TSV(Lorient,17/06/08,17h45)= = Soit TSV (Lorient,17/06/12 à17h45) = 15h 31 min. 28

29 Hauteur Solaire C'est l'angle h formé par le plan horizontal du lieu d'observation et la direction du Soleil. : 29

30 Hauteur Solaire La hauteur angulaire du Soleil h est donnée par la formule: sin( h) sin( ).sin( ) cos( ).cos( ).cos( ) est la latitude du lieu considéré est la déclinaison du soleil l angle horaire 30

31 Hauteur solaire maximale La hauteur solaire maximale, (c est-à-dire au midi solaire), est donnée par : Es h h - 90 h h = 90 - φ +δ 31

32 A partir de la formule vue précédement, Durée du jour sin( h) sin( ).sin( ) cos( ).cos( ).cos( ) on peut déduire l angle horaire (et donc l heure) de lever et de coucher du soleil en posant h=0 D où cos( ) tg( ). tg( ) 0 La durée du jour est donc de 2 durée ( en heures).arccos tg( ). tg( ) 15 32

33 Azimut Solaire L'Azimut solaire a (noté parfois ) est l'angle compris entre le méridien du lieu et le plan vertical passant par le Soleil. Conventions: l origine 0 des azimuts correspond à la direction Sud dans l hémisphère Nord (latitudes positives) et à la direction Nord dans l'hémisphère Sud (latitudes négatives) les azimuts sont comptés positivement vers l'ouest et négativement vers l'est. 33

34 Azimut Solaire L'azimut (a) du Soleil peut-être exprimée par l une des formules suivantes : sin a cos( ) sin( ) cos( h) cos( a).cos( h) sin( ).cos( ).cos( ) cos( ).sin( ) cos( a).cos( h). cos( ) sin( ).sin( h) sin( ) tg( a) sin( ) sin( )cos( ) cos( ). tg( ) 34

35 Diagramme solaire Les formules précédentes permettent le tracé des trajectoires apparentes du soleil dans le ciel, pour une latitude donnée en fonction du temps solaire vrai ldu lieu. Diagramme solaire pour la latitude 49 N Hauteur Solaire Heures TSV 21 Juin 21 Décembre 22 Mars 21 Septembre Azimut 35

36 Masques solaires 36

37 Diagramme Solaire horizontal Le diagramme solaire horizontal est la projection de la sphère céleste locale sur le plan horizontal. 37

38 Éclairement au sol 38

39 Bilan radiatif de la terre Le rayonnement infrarouge ré-émis par le sol est en grande partie piégé par l'atmosphère, qui l'emprisonne. Ce phénomène est appelé effet de serre. RAYONNEMENT (ULTRAVIOLET) repoussé par la couche d ozone ABSOPTION & REDIFFUSION d une partie du rayonnement infrarouge, réchauffant la terre et l atmosphère RAYONNEMENT SOLAIRE RAYONNEMENT REEMIS par la terre RAYONNEMENT ABSORBÉ par la terre ACCUMULATION de gaz à effet de serre 39

40 «Nombre air-masse» L épaisseur de l atmosphère traversée par le rayonnement varie avec la position relative du soleil. On introduit donc un coefficient m appelé «masse atmosphérique» ou «nombre d air masse» défini par jour. P mbar 1 z m exp 1013mbar sin A 7, 8 1 si z 0 et conditions normales m sin A Avec p (mbar) la pression, A ( ) =h l élévation du Soleil sur l horizon et z (km) l altitude. Ainsi lorsque le Soleil est au zénith, on dit que l on a les conditions AM1 car les rayons lumineux traversent une épaisseur d atmosphère unité (7,8 km). Avec un Soleil à 30 sur l horizon, on obtient les conditions AM2 (2=1/sin(A)). Hors atmosphère ou à haute altitude, on définit les conditions AM0. 40

41 Nombre d air masse AM=Air Mass Mesure d épaisseur de masse d air traversée 41

42 Variations Annuelles 42

43 rayonnement solaire direct A cause de l atmosphère le rayonnement reçu au niveau du sol est plus faible que ce qui arrive hors-atmosphère. L affaiblissement dépend du degré de pollution du site et du trouble. On peut estimer le flux (W/m²) reçu au niveau du sol par une surface perpendiculaire aux rayons par les formules empiriques suivantes: I 1230.exp * 1 3,8.sin( h 1,6) pour des conditions normales I I 1210.exp * exp 6.sin( h 1) * 1 2,3.sin( h 3) pour un ciel très pur pour une zone polluée 44

44 Azimut et inclinaison de la surface étudiée Azimut de la surface étudiée () C'est l'angle que fait la projection de la normale à la surface sur le plan l horizontal, avec la direction sud. Conventions: l origine 0 des azimuts correspond à la direction Sud dans l hémisphère Nord (latitudes positives) et à la direction Nord dans l'hémisphère Sud (latitudes négatives) les azimuts sont comptés positivement vers l'ouest et négativement vers l'est. Inclinaison (s) C'est l'angle que fait le plan de la surface étudiée avec le plan horizontal (0= horizontale et 90 verticale) 45

45 Angle d incidence des rayons du soleil (i) L angle d incidence (i) est l'angle que fait la direction des rayons du soleil avec la normale à la surface. tg( ) cos( i) cos( s). sin( h) sin( s).sin( ).sin( ).cos( ) sin( s).cos( ).cos( ).sin( ). cos( ) tg( ) Avec : s l inclinaison de la paroi l azimut de la paroi l angle horaire La déclinaison La latitude du lieu Si i est l angle entre la direction des rayons du soleil et la normale à la surface, le flux incident (W/m²) vaut * I I *. cos( i) 46

46 Éclairement diffus (surface horizontale) Pour des conditions de ciel «normales» et pour une surface horizontale, on utilise la formule empirique suivante : D 125 (sin h) * 0.4 H D* est multiplié par 4/3 pour un ciel de zone polluée, et par 3/4 dans le cas d un ciel très pur. Ces valeurs sont directement utilisables dans le cas de surfaces réceptrices de faible inclinaison (i<10 ). 47

47 Eclairements (calculs) 48

48 Bilan radiatif de la terre Le rayonnement solaire qui traverse l'atmosphère et qui n est pas absorbé par celle-ci et les nuages, atteint le sol par lequel il est en partie absorbée, mais une petite partie est réfléchie vers l'atmosphère. Cette réflexion dépend de la nature du sol (eau, terre, forêt, neige, villes ). L'albédo caractérise la fraction du rayonnement qui est ainsi réfléchi, et qui est de : 4 à 10 % pour les océans 20 à 30 % pour les prairies et terres cultivées 60 à 80 % pour la neige C est pour cela que de l espace la terre apparaît comme un corps brillant (comme la lune). 49

49 Éclairement diffus (surface inclinée) Lorsque l inclinaison de la surface est supérieure à 10, il convient aussi de prendre en compte la part de rayonnement direct réfléchi par le sol en fonction de son albédo D* s exprime alors : 1cos( s) 1cos( s) D....sin( ) 2 DH 2 I h D * * * * H où * D H est l éclairement diffus sur une surface horizontale, I * est l éclairement aux rayons du soleil direct sur une surface perpendiculaire l albédo du sol environnant. 50

50 Éclairement global Par définition, G I D * * * H H H Des formules empiriques permettent d estimer directement le rayonnement global, sur une surface horizontale, : Pour des conditions normales h 1,22 G * sin( ) H Pour des conditions de ciel très pur h 1,15 G * sin( ) H Pour des conditions de ciel pollué h 1,25 G * 995. sin( ) H 51

51 Bilan radiatif de la terre (Schéma) Bilans du rayonnement solaire et du rayonnement terrestre 52

52 Irradiation L énergie (ou irradiation) directe, diffuse, globale, reçues par une surface sur un jour, un mois, une année sont calculables par l intégration des formules vues précédemment. Cependant, des formules empiriques, permettent des calculs un peu plus simples. 53

53 Irradiation journalière Exemple de formule (formule très approchée) : Irradiation journalière d une surface horizontale par ciel clair en Wh.m -2 Applicable pour des latitudes comprises entre 30 et 60 N G tg 0, cos( ) H

54 Irradiation journalière Autre formule :Irradiation journalière d une surface horizontale par ciel clair Une autre formule envisageable est : G H 4 0 3, cos( ).cos( ). sin( ) -.cos( ) Où ω 0 (angle horaire du coucher du soleil) est en degré et G H en kj.m -2 Et la moyenne mensuelle de la déclinaison 55

55 Rapport direct /global Le direct peut alors être estimé en considérant le rapport Pour des conditions normales I 1 0,96.exp 7,2cos( 2) G Pour des conditions de ciel très pur I 1 0,96.exp 11cos( 1) G Pour des conditions de ciel pollué I 1 1,04.exp 3,3cos( 1) G 56

56 Rapport direct /global On peut aussi utiliser : A partir de la mesure de l irradiation journalière globale G, on évalue l irradiation journalière diffuse D par la corrélation de Collares-Pereira et Rabl : (G 0 = G H dans cette formule) 57

57 58

58 59

59 Cartes solaires Les relevés expérimentaux effectués par les stations météorologiques depuis de nombreuses années ont servi à établir des cartes solaires donnant les valeurs moyennes d ensoleillement par site, région ou pays. Intérêt : pouvoir évaluer le potentiel solaire d un site (à affiner en fonction des conditions locales spécifiques). 60

60 en kwh/m²/jour 61

61 L énergie solaire incidente sur un plan horizontal, en France métropolitaine, varie de : 1100 kwh/m²an (Nord de la France)...à kwh/m²an (Sud de la France) 62

62 Zones Solaires en France (juillet) Orientation Sud avec pente égale à la latitude Rayonnement solaire global quotidien moyen en kwh/m2 pendant le mois de juillet (Valeurs moyennes ) 63

63 Zones Solaires en France (Janvier) Orientation Sud avec pente égale à la latitude Rayonnement solaire global quotidien moyen en kwh/m2 pendant le mois de janvier (valeurs moyennes ) 64

64 L énergie solaire dans le monde 65

65 Autres paramètres Durée d ensoleillement : c est la durée sur la journée durant laquelle il y a effectivement eu du direct (donc un rayonnement global supérieur au diffus à savoir environ 300 W/m²) Le taux d ensoleillement est le rapport de la durée d ensoleillement précédente par la durée théorique maximale du jour 66

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 ENERGIE SOLAIRE STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 Le soleil Distance avec la terre : 150 millions de kilomètres Rayon équivalent à 109 fois celui de la Terre : Température du noyau

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

généralités sur les chauffe-eau solaires

généralités sur les chauffe-eau solaires Introduction Le contexte [16] L augmentation brutale du prix du pétrole survenue en 1973 a conduit une première fois l homme à s intéresser à des sources d énergie renouvelables au premier rang desquelles

Plus en détail

Cadran Solaire Universel

Cadran Solaire Universel Cadran Solaire Universel 1) Construction d un cadran solaire Découper un disque (D) de 500mm de diamètre et à partir de son centre tracer 24 parts égales, de 15 degrés chacune. Percer un trou au centre

Plus en détail

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC -LES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES - LES COORDONNEES HORIZONTALES - LA LUNETTE AZIMUTALE -COMPENSER LA ROTATION DE LA TERRE -ANGLE ARC - DISTANCE -VISEE DU PÔLE

Plus en détail

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde LE SOLEIL Source d énergie gratuite, pour tout le monde Petite histoire. - Le soleil est, depuis des millions d années, la source d énergie la plus importante sur terre. Les rayons solaires qui parviennent

Plus en détail

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS PARTIE 1 : Le résidentiel dans les Bas Partie 3 Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr 1-6. La grande question

Plus en détail

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13 REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 8-13 http:\\www.comples.org ETUDE ET MODELISATION DU POTENTIEL SOLAIRE ADEQUAT POUR L ESTIMATION DES ECLAIREMENTS INCIDENTS A GHARDAÏA M. HAMDANI 1, S.M.A.

Plus en détail

Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires

Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 343 348 Logiciel de calcul des paramètres astronomiques à l usage des installations solaires R. Yaiche * Centre de Développement des Energies renouvelables

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS L EVLUTIN DE L TEE UTU DU LEIL ET LE IN Introduction : nous allons ici montrer en quoi la connaissance de la révolution de la terre autour du oleil permet d expliquer les variations du mouvement apparent

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.1148-1

RECOMMANDATION UIT-R P.1148-1 Rec. UIT-R P.48- RECOMMANDATION UIT-R P.48- PROCÉDURE NORMALISÉE DE COMPARAISON DES VALEURS PRÉVUES ET OBSERVÉES DES INTENSITÉS DES SIGNAUX TRANSMIS PAR L'ONDE IONOSPHÉRIQUE DANS LA GAMME DES ONDES DÉCAMÉTRIQUES

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Où le Soleil se couche-t-il?

Où le Soleil se couche-t-il? ACTIVITÉ DE CLASSE Où le Soleil se couche-t-il? Informations générales Niveau scolaire : Deuxième et troisième cycles du primaire, Secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle Quand :

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD généralités environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet Objectif Le travail pour ce dossier a pour objectif d être capable d évaluer les partis pris d un projet architectural

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1)

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1) Rec. UIT-R P.453-7 1 RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 Rec. UIT-R P.453-7 INDICE DE RÉFRACTION RADIOÉLECTRIQUE: FORMULES ET DONNÉES DE RÉFRACTIVITÉ (Question UIT-R 201/3) (1970-1986-1990-1992-1994-1995-1997-1999)

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

BÂTIMENT XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

BÂTIMENT XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE MAINE ET LOIRE 49000 BÂTIMENT DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Maître de l'ouvrage : EXPERTISE CAPTAGE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE RACCORDÉ (EXEMPLE) Architecte : ARKITEKTO - Atelier d'architecture & d'ecoexpertise

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

a. Essaie de schématiser ce que tu vois, puis fais-en la description sur ton cahier de sciences.

a. Essaie de schématiser ce que tu vois, puis fais-en la description sur ton cahier de sciences. 4 5 6 7 8 9 Le ciel et la terre : la durée du jour, de la nuit, le calendrier, la lune QUE SAIS-TU? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent.

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 Les solutions de ces exercices sont reprises sur le site web de FSAB1203. Ne consultez les solutions qu après avoir tenté sérieusement de résoudre l exercice.

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC

Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC TP SI Autonomie du système d afficheur autonome SOLEOTEC Durée 3h A. PROBLEMATIQUE Le bureau d études vous demande de vérifier la capacité d autonomie du système, pour un fonctionnement souhaité 24h/24h

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

THERMIQUE ET PHOTOVOLTAÏQUE

THERMIQUE ET PHOTOVOLTAÏQUE Michel Tissot L ÉNERGIE SOLAIRE THERMIQUE ET PHOTOVOLTAÏQUE Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13320-2 2 E ÉDITION SOMMAIRE Z SOMMAIRE Avant-propos GÉNÉRALITÉS 2 Chapitre 1 Le solaire : l énergie

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Rappel du Plan du cours

Rappel du Plan du cours Rappel du Plan du cours 1. Généralités et données climatiques 3. Rappels sur les transferts de chaleur 4. Capteur Solaire Plan 5. Application à la production d eau chaude sanitaire (ECS) 6. Bibliographie

Plus en détail

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire

Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 LES APPARENCES DE LA LUNE. Présentation : février 2007. Sommaire Gérard Debionne jeudi 21 février 2008 Quasar 95 LES APPARENCES DE LA LUNE Présentation : février 2007 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Notre satellite, la Lune:... 2 2.1 La Lune en quelques chiffres...

Plus en détail

TD: Cadran solaire. 1 Position du problème

TD: Cadran solaire. 1 Position du problème Position du problème On souhaite réaliser un cadran solaire à l aide d un stylet, de longueur a, perpendiculaire à un plan. (Le stylet n est donc pas orienté vers le pôle nord céleste). Ce cadran solaire

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

Énergie, économie et environnement

Énergie, économie et environnement Énergie, économie et environnement Johann Collot professeur à l'université Grenoble Alpes et chercheur au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (LPSC) université Grenoble Alpes,

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables Introduction : L électricité photovoltaïque est un procédé résultant de la transformation du rayonnement solaire en énergie électrique par le biais de cellules photovoltaïques. A l origine, les cellules

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Exercice 1 : Des capteurs au camping.

Exercice 1 : Des capteurs au camping. DS n 2 : Structures et propriétés des matériaux. Exercice 1 : Des capteurs au camping. Le propriétaire d un terrain de camping à Valence souhaite installer un bloc sanitaire (WC et douches) dont l eau

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Cours de géographie D.S. Fiches-méthode

Cours de géographie D.S. Fiches-méthode Cours de géographie D.S. Fiches-méthode Construction d'un diagramme ombrothermique Rappel : - un diagramme ombrothermique comporte un axe horizontal et deux axes verticaux - les deux axes verticaux sont

Plus en détail

Une trajectoire de billard est appelée polygone de lumière. L'explication tient de la loi de la réflexion de la lumière.

Une trajectoire de billard est appelée polygone de lumière. L'explication tient de la loi de la réflexion de la lumière. RÉFLEXION ET RÉFRACTION DE LA LUMIÈRE I) Réflexion Une trajectoire de billard est appelée polygone de lumière. L'explication tient de la loi de la réflexion de la lumière. Un objet éclairé renvoie dans

Plus en détail

ÉNERGIE SOLAIRE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

ÉNERGIE SOLAIRE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke ÉNERGIE SOLAIRE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke ÉNERGIE SOLAIRE: BONNE NOUVELLE 1. Presque toutes les sources d énergie que nous maîtrisons proviennent du soleil. C est l échelle de temps qui les

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR Session 2014 Page 1 sur 14 Nacelle gyrostabilisée pour prise de vue aérienne par multicoptère CORRECTION Page 2 sur 14 1. Analyse

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012 LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY Juillet 20 LA QUALITE DE L'AIR A EVRY EN 2011 COMPLEMENT A LA QUALITE DE L'AIR EN ESSONNE 1. INTRODUCTION La station de surveillance de la qualité de l air d Evry a été

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

Durée des saisons et mouvement du Soleil

Durée des saisons et mouvement du Soleil Olympiades de physique 2012/13 Durée des saisons et mouvement du Soleil JOSSE Eva SCHALLER Victor VILLENEUVE Amandine Lycée Jean Monnet - Annemasse 1 Table des matières RESUME :...3 INTRODUCTION :...4

Plus en détail

Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289

Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289 Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289 En les exprimant en variables réduites dans les repères (ϕ, ψ), et(ϕ, Λ), le facteur de puissance étant représentatif de l'efficacité,

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique.

Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique. Plan 12 semaines dont 11 utilisables, 1 pour les exposés (8*1/2h). 1. Cours Diaporama + Croissance linéaire/exponentielle, modèle logistique. Prise en main Xcas. Energie : Calcul unités. Tableur. 2. Ellipse,

Plus en détail

Formation Bâtiment durable:energie

Formation Bâtiment durable:energie Formation Bâtiment durable:energie Cycle 2013 SOLAIRE THERMIQUE GRANDS ENSEMBLES DE LOGEMENTS ET TERTIAIRE Ing. Jérémie DE CLERCK Service du Facilitateur Bâtiment Durable Spécialiste Energies renouvelables

Plus en détail

Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil. 1. Ombres et lumière

Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil. 1. Ombres et lumière Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil 1. Ombres et lumière L'ombre propre et L'ombre portée Dans la salle de classe obscure, plaçons un objet opaque entre une source ponctuelle

Plus en détail

Série 3. Question 1. Détermination des coordonnées horizontales

Série 3. Question 1. Détermination des coordonnées horizontales Question 1 Détermination des coordonnées horizontales du Soleil sur une station météorologique S le 26 Octobre à 16 h 33 min heure légale. La position de S est : 5 12 longitude Est 41 32 latitude Nord.

Plus en détail

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Questions pour réfléchir Q4. p.262. Jupiter a une masse 318 fois plus grande que celle de la Terre. Pourtant, l accélération de la pesanteur

Plus en détail

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Mis en œuvre par la: Modes de Financement des projets solaires en Tunisie Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Ghada Bel Hadj Ali Tunis, le 27 Octobre 2014 10.11.2014 Seite 1 Ce qu il

Plus en détail

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 187 192 Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique A. Abdedou 1,

Plus en détail

Et les «réserves» en énergies renouvelables?

Et les «réserves» en énergies renouvelables? Et les «réserves» en énergies renouvelables? La principale énergie renouvelable utilisée aujourd hui dans le monde est la biomasse, et plus principalement le bois. Ce dernier représente 10% de la production

Plus en détail

Travail d une force Correction

Travail d une force Correction Travail d une force Exercice 1 : Deux jumeaux de même masse m=75,0 kg montent au 5ème étage d'un immeuble en partant du rez-de-chaussée. Le jumeau A emprunte l'ascenseur et le jumeau B l'escalier. La distance

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail

Utiliser les outils de suivi des stocks 1

Utiliser les outils de suivi des stocks 1 Utilisation de l historique 1. A quoi sert un stock? Un stock est une quantité de produits immobiles, dans l attente d être consommés, c est à dire soit transformés, soit vendus. Ce stock provient de la

Plus en détail

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE :

1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : 1) PETIT RAPPEL SUR LA RADIOASTRONOMIE : La radioastronomie consiste en l étude d une partie du spectre électromagnétique*, les ondes radio, comprise entre 0,8mm et 15m de longueur d onde. 2) LA RADIOASTRONOMIE

Plus en détail

Etude de la période d un pendule simple

Etude de la période d un pendule simple Etude de la période d un pendule simple Préparation à l Agrégation de Physique ENS Cachan June 3, Figure 1: Photographie du dispositif expérimental pour étudier la variation de la période d un pendule

Plus en détail

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS

SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS SOLENE UN OUTIL DE SIMULATION DES ECLAIREMENTS SOLAIRES ET LUMINEUX DANS LES PROJETS ARCHITECTURAUX ET URBAINS Dominique GROLEAU Laboratoire CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d'architecture de Nantes rue Massenet,

Plus en détail

La méthode "FSC" : un outil très puissant

La méthode FSC : un outil très puissant La méthode "" : un outil très puissant Thomas Letz, INES Education thomas.letz@ines-solaire.fr Un système solaire combiné (SSC) est une installation solaire thermique fournissant de l'énergie provenant

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations 4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ 4.1 Échelles d observations et fluctuations On s intéresse à un volume V de gaz très grand : qq m 3 dans les conditions normales de température et de pression. Au sein de ce

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Romain MARTEAU Contact : Romain.Marteau@u-bourgogne.fr 1. Le système climatique : Rappels des facteurs déterminants du système climatique Plan

Plus en détail

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique

Enseignement secondaire. 3e classique F - Musique Enseignement secondaire Classe de IIIe Physique 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 2.5 Nombre minimal de devoirs: 1 de voir par trimestre Langue véhiculaire: Français I. Objectifs et compétences:

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

Problème d'hydrodynamique.

Problème d'hydrodynamique. Problème d'hydrodynamique. On s'intéresse au réseau hydraulique d'un système de plancher chauffant de bâtiment. Ce système se compose de plusieurs éléments (de haut en bas, voir Figure 1) : -Un réservoir

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE

POLARISATION DE LA LUMIÈRE TRAVAUX PRATIQUES POLARISATION DE LA LUMIÈRE Cette séance de travaux pratiques propose quelques expériences sur l étude et la manipulation de la polarisation d un faisceau. Ces expériences se concentrent

Plus en détail

DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR

DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR 1) Introduction : DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR Respect de l environnement : Les réserves de combustibles fossiles comme le gaz naturel et le pétrole sont limitées. La conscience

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

2/Focalisation des lasers

2/Focalisation des lasers 2/Focalisation des lasers L utilisation d un laser à distance élevé est donc inutile car la divergence du faisceau est non négligeable. L intérêt d un laser est sa capacité à transporter de l énergie dans

Plus en détail

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

Baccalauréat STG Pondichéry 17 avril 2015 Sciences et technologies du management et de la gestion

Baccalauréat STG Pondichéry 17 avril 2015 Sciences et technologies du management et de la gestion Baccalauréat ST Pondichéry 17 avril 015 Sciences et technologies du management et de la gestion Correction EXERCICE 1 6 points Le tableau ci-dessous, extrait d une feuille de calcul, donne le revenu disponible

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3)

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3) L optique (Chap 3)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. La lumière : La lumière est une onde électromagnétique, caractérisé par sa fréquence f. Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

REFERENCES EN THERMOGRAPHIE DE BATIMENTS

REFERENCES EN THERMOGRAPHIE DE BATIMENTS REFERENCES EN THERMOGRAPHIE DE BATIMENTS 1.1 REFERENCES INRA thermographie de deux logements de fonction à Le Rheu (35) mars 2012 Un pavillon des années 1970 Un pavillon de 2010 où a été signalé un dégât

Plus en détail

ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE

ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE Date Juin 2004 Document Economie de l hydraulique Auteur Jean-Marie Martin-Amouroux ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE Comment produire l électricité dont nous avons besoin? Vaut-il mieux faire appel aux centrales

Plus en détail

DES ÉTOILES AU LYCÉE

DES ÉTOILES AU LYCÉE DES ÉTOILES AU LYCÉE Dossier pédagogique Le planétarium mobile Pour les élèves de seconde Jardin des Sciences 12 rue de l Université - 67000 Strasbourg http://jardin-sciences.unistra.fr CONTACT RÉSERVATION

Plus en détail

Projet de Cours Energie en télécoms

Projet de Cours Energie en télécoms Projet de Cours Energie en télécoms THEME Câblage et installation des panneaux solaires : cas de l ESMT Membres du Groupe : Sous la direction de : ALI TAHIROU seydou AMOUZOUN charles Mr RABE ASSANE Mohamed

Plus en détail