CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE."

Transcription

1 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE À KSAR GHILÈNE Mongi Elguedri: Chef d Arrondissement G.R ( CRDA Kébili) TUNIS JUIN 2012

2 Sommaire I - Aperçu sur l exploitation des énergies renouvelables dans le gouvernorat de Kébili II Le projet d AEP de Ksar Ghilène par Dessalement / O.I / E.P.V

3 I - Aperçu sur l exploitation des énergies renouvelables dans le gouvernorat de Kébili Introduction : L utilisation des énergies renouvelables, surtout photovoltaïque, est devenue, l orientation principale pour le pompage de l eau dans les parcours de Kébili, et ce pour les raisons suivantes : une réduction importante des charges de production, donc une amélioration nette des revenus, une desserte continue en eau, renforcée par l opération parallèle de stockage (construction de grands réservoirs d eau), des conditions naturelles favorables (ensoleillement, vent), l impact sur l environnement,

4 1- Les parcours ~ ha Valeur Ajoutée de la production agricole de la région, en garantissant une partie des besoins fourragers du cheptel

5 Ressources en eau : Les ressources en eau dans les parcours proviennent de 3 nappes : La nappe phréatique 3 à 6 m ( lit des oueds) : captée par «thmeds» 35 m (captée par des puits de surface ) La nappe du Complexe Terminal La nappe du Continental Intercalaire Captée par Forage de m Captée par Forage de 70 à 300 m

6 2- L évolution d approvisionnement en eau dans les parcours L approvisionnement en eau avait vécu une évolution remarquable, en passant par les étapes suivantes : a - Des puits de surface dits «thmeds», captant la nappe phréatique dans les lits des oueds et creusés par les éleveurs. Cette méthode continue à s apercevoir, et faisait l unique système d exploitation d eau dans les parcours pendant des décennies. Ce système, s était renforcé par la création des puits de surface plus profonds, dont le niveau statique est fluctuant, exploités par le dalou.

7 HISTORIQUE D APPROVISIONNEMENT EN EAU (DALOU)

8 HISTORIQUE D APPROVISIONNEMENT EN EAU (MOTEURS DIESEL) b- Le rabattement du niveau piézométrique de la nappe, ainsi que l évolution technologique, avaient encouragé le recours à l exploitation des moteurs diesel, mettant en place l expérience de pompage d eau dans les parcours.

9 HISTORIQUE D APPROVISIONNEMENT EN EAU (ENERGIE EOLIENNE) En 1990, l exploitation des énergies renouvelables, avait démarré, par la mise en place de l energie éolienne sur des puits de surface. Ce système a confronté le problème d absence du service après vente, malgré les actions d entretien menées par une société locale de services.

10 HISTORIQUE D APPROVISIONNEMENT EN EAU (ENERGIE PHOTOVOLTAIQUE) Ce système était introduit en 1995, suite à l équipement de 2 forages dans le cadre de la coopération tuniso-allemande. Moyennant un appui technique apporté par l ANME, au personnel concerné du CRDA au départ, l exploitation de l énergie solaire pour le pompage, ne cesse de s intensifier. En effet, outre la station de Ksar Ghilène, on compte actuellement 35 systèmes PVP.

11 HISTORIQUE D APPROVISIONNEMENT EN EAU (ENERGIE PHOTOVOLTAIQUE) POINT D EAU EQUIPÉ RESERVOIR DE STOCKAGE ABREUVOIR

12 II - LE PROJET D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE KSAR GHILENE

13 A-Données générales Ksar Ghilène 1- Localisation et caractéristiques: Ksar Ghilène se situe à l extrême Sud Est du gouvernorat de kébili (180 km), dans la dépression de Bouflija qui représente l exutoire des oueds BoulKhcheb, Laarej et Mahbes. - la rareté et l irrégularité dans le temps et dans l espace des précipitations (<50 mm/an) - une température qui dépasse les 50 C en été et en deçà du o c en hiver. - un écart thermique inter journalier et inter saisonnier très élevé. - Un vent siroco en été sur 40 jours/an, et sableux sur 120 jours/an

14 2- Données socio-économiques Ksar Ghilène, faisait avant les années 1950, une zone de parcours pendant les années relativement pluvieuses, et suite à la mobilisation des eaux souterraines, une oasis de palmier dattier sur 100 ha était mise en place, et attribuée à 100 bénéficiaires des différentes collectivités de Douz. L activité agricole (oasis + élevage), s était renforcée à partir de 1970 par le tourisme saharien, qui ne cesse d occuper de l importance au dépend du premier.

15 Actuellement Ksar Ghilène compte: 300 habitants - 50 familles, 5 unités touristiques d une capacité totale de 600 lits une caserne militaire, un poste de la garde nationale,

16 B- Historique d approvisionnement en eau de la localité de Ksar Ghilène: 1- Ressources en eau: L essentiel potentiel des ressources en eau à Ksar Ghilène, provient des eaux de la nappe du continental intercalaire, captée par des forages de profondeur pouvant atteindre 1000 m, se distinguant par leurs pression, température, résidu sec (3g/l) et une composition physicochimique qui limite leur exploitation dans le domaine de l eau potable.

17 2- Les réalisations dans le domaine d A.E.P. à Ksar Ghilène L approvisionnement en eau d abreuvement à Ksar Ghilène, a passé par plusieurs étapes: a - Au départ, à partir des puits de surface (thmed), captant la nappe d under flow, et creusés dans les lits des oueds. Les eaux de ces puits, se caractérisent, par une très bonne qualité, et leur potentiel reste tributaire de la pluviométrie. Cette exploitation continue à s apercevoir en dépendance avec le ruissellement des eaux de pluie.

18 b - En 1951, la mobilisation des eaux de la nappe profonde, malgré sa qualité (3 g/l),avait constitué une solution lors de tarissement des «thmeds». c - En 1990, et dans le but de garantir une partie des besoins en eau douce de la population, une citerne publique de 350 m3 captant les eaux de ruissellement était construite

19 d - En 1997, et à partir d un forage de reconnaissance créé en 1995, un réseau d alimentation en eau potable (bornes fontaines) était mis en place. Il était alimenté à partir d une station de PVP. Ce projet avait rencontré les faits suivants : - une mauvaise qualité des eaux (>4 g/l) - un problème au niveau du forage.

20 INTERPRETATIONS Les méthodes d alimentation en eau potable citées, se caractérisaient par : - une eau non potable à partir des forages profonds, - une citerne publique, rarement remplie et continuellement envahie par du sable, du fait de la faible pluviométrie et de la nature du terrain (sableux), - une opération de transport d eau par citernes tractées réalisée par le CRDA très pénible et très coûteuse ( de bir Soltane: 50 km de piste ensablée), et n arrivant pas à couvrir les besoins. De ce fait, la nécessité d une solution radicale s etait imposée.

21 C- Le projet d AEP par dessalement Ce projet s inscrit dans le cadre de la coopération tuniso espanole dans le domaine d approvisionnement en eau. Il a pour objectif spécifique de garantir l approvisionnement continu en eau potable de la population à partir d une station de dessalement des eaux saumâtres d un forage profond, en utilisant l énergie solaire.

22 1- Composantes du projet CONCEPTION DU SYSTÈME (DESSALEMENT ET ÉNERGIE) POMPE FAIBLE PRESSION POMPE HAUTE PRESSION 3 bar, 3 m³/h 1,65 kw (54 mca máx, 41 mca, 4,5 m 3 /h) Filtration (sand & cartouches) <15 bar, 3 m³/h 4 kw (197 mca máx, 154 mca, 5,8 m 3 /h) Conduite d adduction (2 000 m) FORAGE ARTESIEN Module OSMOSE INVERSE 1 x 3 membranes (8 ) Recouvrement: 70% Eau Potable <500 ppm, 2,1 m³/h 15 m³/day (7 h) REJET Eau salée

23 Composantes du projet TRAVAUX DE GENIE CIVIL FTP de 2000 ml de conduites PEHD DN110, démarrage des travaux: Juin 2005

24 Composantes du projet TRAVAUX DE GENIE CIVIL - Construction du bâtiment de la station de dessalement, démarrage des travaux: Juin 2005

25 Composantes du projet ACQUISITION D UNE CENTRALE PHOTOVOLTAIQUE

26 Composantes du projet ACQUISITION D UNE STATION DE DESSALEMENT le transport international et local des équipements, Avril 2006 l installation des équipements, Mai 2006

27 2- LA MISE EN MARCHE ET LE SUIVI DU FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME Juin L essai de constitution d un GDA, pour la prise en charge du projet.

28 Systeme Photovoltaique Batteries Convertisseur POMPE FAIBLE PRESSION Filtration POMPE HAUTE PRESSION Produits Chimique traitement Módulo OI Eau Potable FORAGE ARTESIEN Ligne Electrique Ligne Hydraulique 28 Rejet

29 LA MISE EN MARCHE ET LE SUIVI DU FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME FORMATION DES TECHNICIENS DU SUIVI FONCTIONNEMENT DU SYSTEME Juin 2006 CONTRÔLE DES BATTERIES

30 3- Partenaires du projet - Agence Espagnole de Coopération Internationale (AECI) - Gouvernement Autonome des Îles Canaries - L Institut Technologique des Îles Canaries (ITC) - L A.N.M.E. - Le CRDA de Kébili

31 4- Coût du projet - Budget de l état : DT - Gouvernement Autonome des Îles Canaries : DT - Agence Espagnole de Coopération Internationale DT Total : DT

32 TRAVAUX D ENTRETIEN ET AMENAGEMENT Finance: ANME ENTRETIEN EQUIPEMENTS DT -RACCORDEMENT NV FORAGE - BASSIN PR REJET - NV BORNES FONTAINES - CHAMBRE SERVICE CRDA DT NV BORNES FONTAINES

33 ETAT DE FONCTIONNEMENT production d eau (m 3 /an) Jour de fonctionnement/an Etude Reelle Heure de fonctionnement / Jour Eté Hiver Etude Reelle Etude Reelle 7 4,25 5 3,3

34 CONCLUSION GENERALE La consommation d eau est inférieure à la capacité de production, ce qui assure la continuité de distribution d eau en cas de l évolution de la future demande. Le projet a été réalisé avec succés malgré les difficultés des conditions climatiques, amplitude thermique (15-35 C) et ses effets

35 CONCLUSION GENERALE Le projet a donné une grande satisfaction d alimentation en eau potable d un village isolé dans le plein sahara comptant environs 300 habitants et quelques établissements ( caserne militaire et garde national) Apres six (06) ans de fonctionnement, cette station de dessalement par Osmose Inverse produit en moyenne 7,1 m3/j avec une energie de 2 à 3 kwh/m3

36 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

PROJET D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA LOCALITE DE KSAR GHILENE

PROJET D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA LOCALITE DE KSAR GHILENE Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques CRDA de Kebili PROJET D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA LOCALITE DE KSAR GHILENE PRESENTE PAR MONGI GUEDRI CHEF Sce A/G.R. SEPTEMBRE 2005 1-

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

Opportunités et défis de l utilisation des énergies renouvelables en Agriculture : Cas de la Tunisie

Opportunités et défis de l utilisation des énergies renouvelables en Agriculture : Cas de la Tunisie République Tunisienne Ministère de l Agriculture Opportunités et défis de l utilisation des énergies renouvelables en Agriculture : Cas de la Tunisie Dr. Ali RHOUMA Maitre de Recherche Directeur de la

Plus en détail

Maîtrise de l énergie à la SONEDE : État des lieux et perspectives d actions

Maîtrise de l énergie à la SONEDE : État des lieux et perspectives d actions REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE SOCIETE NATIONALE D EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX WASSER BERLIN INTERNATIONAL 2013 Arab Day Allemagne, Berlin, 25 Avril 2013 Maîtrise de l énergie

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D'EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX S O N E D E GOUVERNANCE DE L EAU ECHANGE D EXPERIENCE ENTRE L OCDE ET LES PAYS ARABES

Plus en détail

Programme de Réalisation de puits

Programme de Réalisation de puits Programme de Réalisation de puits Zones d intervention : Mananjary - Région de Vatovavy Fitovinany (6 puits) Financé par Le Conseil Général de l Ain Rapport définitif Avril 2007 En France LA Rochetonnerie,

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie

Réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Environnement et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la Qualité de la Vie Réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie Par Awatef

Plus en détail

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 20/2015 Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Lavey, le 26 août 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles,

Plus en détail

Présentation synthétique de la BDEA

Présentation synthétique de la BDEA Présentation synthétique de la BDEA Rakotondrainibe Herivelo-Avril 2011 1. Présentation générale La Bdea est un outil informatique pour le stockage puis le partage avec tous les acteurs du secteur Eau,

Plus en détail

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara 02mars 2009 PacepaS Gret/Semis Benoît Paldrup Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara Le présent document a pour objet de définir les modalités de réalisation

Plus en détail

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email :

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : info@aqua-technique.fr http://www.aqua-technique.fr http://www.aquakiosk.com

Plus en détail

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Membratec SA - Emmanuel Bonvin AFSR, Yverdon le 21 1 Présentation de la société Société suisse indépendante, fondée en 1997, siège

Plus en détail

OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR. Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement

OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR. Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement Préambule Tous les calculs et dimensionnements ont été faits sur la base du plan

Plus en détail

DESSALEMENT DES EAUX : POINT SUR LES RECENTES EVOLUTIONS TECHNIQUES ET LE DEVELOPPEMENT DES APPLICATIONS EN PRODUCTION D'EAU POTABLE. V.

DESSALEMENT DES EAUX : POINT SUR LES RECENTES EVOLUTIONS TECHNIQUES ET LE DEVELOPPEMENT DES APPLICATIONS EN PRODUCTION D'EAU POTABLE. V. DESSALEMENT DES EAUX : POINT SUR LES RECENTES EVOLUTIONS TECHNIQUES ET LE DEVELOPPEMENT DES APPLICATIONS EN PRODUCTION D'EAU POTABLE. V. Bonnelye 1 Résumé Le rapide développement des applications de dessalement,

Plus en détail

pour lutter et faire face au changement climatique

pour lutter et faire face au changement climatique rencontre du 16 décembre2015 Accès à l eau, accès à l électricité: des enjeux partagés pour lutter et faire face au changement climatique Accès à l eau, accès à l énergie, des enjeux partagés L eau, enjeu

Plus en détail

Géothermie et géocooling

Géothermie et géocooling Bienvenue au CEJEF bâtiment au label Cité des microtechniques à Porrentruy Présentation personnelle Exemple d application pratique : Géothermie - Géocooling Phase d étude et de dimensionnement : avoir

Plus en détail

Plan. Introduction : étude géographique

Plan. Introduction : étude géographique Problématique Sur un site côtier situé à 100 km au Sud de Dakar, il s agit d assurer les besoins de rafraîchissement pour la conservation des vaccins et médicaments, assurer l éclairage nocturne et d apporter

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

Toit Solaire ANME. Installation PV de démonstration : Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie. Toit Solaire ANME Seite 1 17/10/2015

Toit Solaire ANME. Installation PV de démonstration : Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie. Toit Solaire ANME Seite 1 17/10/2015 Mis en œuvre par la: En coopération avec: Installation PV de démonstration : Toit Solaire ANME Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie 17/10/2015 Toit Solaire ANME Seite 1 QU EST CE QU UNE

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 La Commune de Paulhan exploite en régie directe le service des eaux, dont le siège social est situé dans les locaux administratifs

Plus en détail

Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler. Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort

Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler. Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort Sommaire Contexte t - Introduction ti Etat des lieux Exemple

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC PLAN LOCAL D URBANISME PIECE N 6.2.1 ANNEXES SANITAIRES EAU POTABLE : NOTICE TECHNIQUE Le réseau d adduction d eau potable La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Communication pour le colloque du 11 et 12 juin 2009 à Aix-en-Provence : «Le Développement Durable dans l espace méditerranéen»

Communication pour le colloque du 11 et 12 juin 2009 à Aix-en-Provence : «Le Développement Durable dans l espace méditerranéen» Communication pour le colloque du 11 et 12 juin 2009 à Aix-en-Provence : «Le Développement Durable dans l espace méditerranéen» Les alternatives développées par les acteurs locaux pour une gestion intégrée

Plus en détail

PROMOTION DE L AUTOPRODUCTION D ELECTRICITE PAR L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE

PROMOTION DE L AUTOPRODUCTION D ELECTRICITE PAR L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE PROMOTION DE L AUTOPRODUCTION D ELECTRICITE PAR L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE Projet PROSOL ELEC février 2010 1 PRESENTATION DU PROJET PROSOL ELEC Introduction Le marché de l énergie solaire photovoltaïque

Plus en détail

Ossature bois et justification de la thermique d été. Sylvain Boulet - FCBA

Ossature bois et justification de la thermique d été. Sylvain Boulet - FCBA Ossature bois et justification de la thermique d été Sylvain Boulet - FCBA Sommaire Contexte - Introduction Etat des lieux Exemple de solutions pour l amélioration du confort d été dans les maisons à ossature

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif. Document à retourner au

Plus en détail

Ressources en eau souterraines au Sahara Algérien

Ressources en eau souterraines au Sahara Algérien Ressources en eau souterraines au Sahara Algérien Gestion et impact sur le milieu SOMMAIRE Présentation de l agence Sahara Informations générales sur le Sahara Ressources en eau superficielles et souterraines

Plus en détail

Plan. PROJET ENERGIE SOLAIRE A NEFTA: Soleil de Nefta. 1. La ville de Nefta. 1. La ville de Nefta. 2. Environnement riche et écologiquement diversifié

Plan. PROJET ENERGIE SOLAIRE A NEFTA: Soleil de Nefta. 1. La ville de Nefta. 1. La ville de Nefta. 2. Environnement riche et écologiquement diversifié PROJET ENERGIE SOLAIRE A NEFTA: Soleil de Nefta 1. La ville de Nefta Plan 2. Environnement riche et écologiquement diversifié 3. CONSTAT SEVERE: L oasis ne permet plus une variété de production, le tourisme

Plus en détail

Pertinences et particularités d un réseau de chaleur en milieu rural : l exemple de Malempré

Pertinences et particularités d un réseau de chaleur en milieu rural : l exemple de Malempré Parole d expert Pertinences et particularités d un réseau de chaleur en milieu rural : l exemple de Malempré Charles HAVELANGE, Malempré, la Chaleur d y Vivre Avec le soutien de : Pertinence et particularités

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES EAUX DE DRAINAGE POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE GOUVERNORAT DE KEBILI

GESTION ET VALORISATION DES EAUX DE DRAINAGE POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE GOUVERNORAT DE KEBILI REPUBLIQUE TUNISIENNE en coopération avec GIZ GESTION ET VALORISATION DES EAUX DE DRAINAGE POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE GOUVERNORAT DE KEBILI Mme Awatef LARBI MESSAI Ingénieur en chef et sous-directeur

Plus en détail

Le SAGE NAPPES PROFONDES. de GIRONDE (France)

Le SAGE NAPPES PROFONDES. de GIRONDE (France) Le SAGE NAPPES PROFONDES (Schéma d'aménagement et de Gestion des Eaux) de GIRONDE (France) Le territoire du département de Gironde est situé : au cœur du Bassin sédimentaire aquitain à l'embouchure commune

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3)

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) Agenda de présentation 1. La fosse septique et ses accessoires 2. Les éléments épurateurs (classique, modifié,

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Saint FRANC PHASE 2 : MODELISATION Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable CY00618 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif (Document technique 1)

Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif (Document technique 1) Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif (Document technique 1) COMMUNE de : VILLAGE de : Date d instruction conception Cadre réservé à l administration Date

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

Les origines du SDAEP

Les origines du SDAEP Les origines du SDAEP Syndicat créé en 1983 avec 2 vocations : Eviter la disparité des prix de l eau Un prix unique de vente d eau aux abonnés pour toutes les collectivités adhérentes (collège distribution)

Plus en détail

Analyse de cycle de vie d un système de récupération des eaux de pluie pour une réutilisation dans l habitat

Analyse de cycle de vie d un système de récupération des eaux de pluie pour une réutilisation dans l habitat Analyse de cycle de vie d un système de récupération des eaux de pluie pour une réutilisation dans l habitat Claire VIALLE, Guillaume BUSSET, Caroline SABLAYROLLES, Marie-Christine HUAU, Mireille MONTREJAUD-VIGNOLES

Plus en détail

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE L usine de la Boissonnade assure la production d eau potable pour la Ville de Rodez. Créée dès 1938, elle a par la suite connu plusieurs modernisations

Plus en détail

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux?

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Atelier technique ALE, 7 juillet 2009 R. Chartier BRGM - Service Géologique Régional Rhône-Alpes Géothermie > Principes Atelier

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

Plan d adaptation aux changements climatiques de la Ville de Trois-Rivières

Plan d adaptation aux changements climatiques de la Ville de Trois-Rivières Plan d adaptation aux changements climatiques de la Ville de Trois-Rivières Julien St-Laurent, M.Sc.Env., CCO Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable du territoire

Plus en détail

PROMOTION DE L AUTOPRODUCTION D ELECTRICITE PAR L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE

PROMOTION DE L AUTOPRODUCTION D ELECTRICITE PAR L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE PROMOTION DE L AUTOPRODUCTION D ELECTRICITE PAR L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE Projet PROSOL ELEC février 2010 1 PRESENTATION DU PROJET PROSOL ELEC Introduction Le marché de l énergie solaire photovoltaïque

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

Étude de capitalisation d expériences EHA et propositions de choix technologiques et d approches adaptées au contexte insulaire

Étude de capitalisation d expériences EHA et propositions de choix technologiques et d approches adaptées au contexte insulaire Étude de capitalisation d expériences EHA et propositions de choix technologiques et d approches adaptées au contexte insulaire La zone étudiée Les infrastructures EHA Les modes de gestion Proposition

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

Commune de LE TAMPON:

Commune de LE TAMPON: Commune de LE TAMPON: Réseau 19 EME KM (chemin Géranium), 19ème Km (RN3), chemins Philippe Técher, des Maraîchers les Hauts, Fargeau et Barbot Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

DOSSIER DE CONCEPTION FORMULAIRE DE DECLARATION

DOSSIER DE CONCEPTION FORMULAIRE DE DECLARATION N PC : Communauté de Communes de la Terre de Peyre Route du Languedoc - 48 130 AUMONT-AUBRAC Technicien SPANC : 06 80 84 8 56 Mail : spancpeyre@orange.fr DOSSIER DE CONCEPTION FORMULAIRE DE DECLARATION

Plus en détail

Les autres énergies renouvelables

Les autres énergies renouvelables Quel avenir électrique pour la Suisse du XXI siècle? Les autres énergies renouvelables Prof. Andreas Zuberbühler Président du conseil scientifique de la SATW Sommaire Introduction Sources d électricité

Plus en détail

Usine d ultrafiltration

Usine d ultrafiltration Annemasse - Les Voirons Agglomération Usine d ultrafiltration Les Eaux-Belles Etrembières Edito La production de l eau potable, soumise à des normes de plus en plus contraignantes pour le paramètre turbidité*,

Plus en détail

Demande d installation d assainissement non collectif FO 1

Demande d installation d assainissement non collectif FO 1 6 Impasse de la Fontaine 08260 MAUBERT-FONTAINE Tél. : 03.24.26.13.31 - Fax : 03.24.32.50.22 E mail : ardennes.thierache@orange.fr Président : Miguel LEROY Informations générales Date du contrôle Date

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE STU 6 -MODULE OPTIONNEL 4 (MOP4 2014-2015 ) Chapitre I- Introduction à l'alimentation en eau potable (AEP) Chapitre II- Evaluation des besoins

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de. Chaumes-en-Brie. Nantaise Des Eaux Services. Agence Île-de-France

Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de. Chaumes-en-Brie. Nantaise Des Eaux Services. Agence Île-de-France Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie Nantaise Des Eaux Services Agence Île-de-France Mai 2014 1 Table des matières I. ETUDE HYDRAULIQUE DE CHAUMES

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier

Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1 Sommaire 1) Coût des énergies 2) Les différents systèmes 3) Choix du système Serres horticoles

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de référence

Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de référence Pau, le 23 décembre 2009 DGEP/SCR/RD/ MGR 09-239 TEPF/DT/EXP/10-344 Site d injection de CO de Rousse 2 Surveillance du site d injection et du réservoir de stockage Synthèse du programme et de l état de

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES 13 ème Conférence bretonne de l énergie le 25 juin 2014 à RENNES 1 1. Introduction 2. Bilan électrique et panorama énergétique 3. Brochure «Les moyens de production d énergie électriques et thermiques»

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE - Département de l'isère - Commune de AMBEL Mairie Le village 38970 AMBEL 5 rue du portail rouge 38450 VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 1 : Diagnostic de la situation actuelle Diagnostic

Plus en détail

Actions de Contrôle et d analyse de la consommation d énergie à la SONEDE

Actions de Contrôle et d analyse de la consommation d énergie à la SONEDE Actions de Contrôle et d analyse de la consommation d énergie à la SONEDE Khaled ZAABAR TUNISIE SONEDE, Le Chef de la Division Maîtrise de l énergie électrique 3 rd Arab Water Week, January 2015, Jordan

Plus en détail

POMPE A EAU SOLAIRES. Présentation générale-2014

POMPE A EAU SOLAIRES. Présentation générale-2014 POMPE A EAU SOLAIRES Présentation générale-2014 PRESENTATION Présentation générale ELIOTEKNOLOGY Ltd est une société française ayant un champs d action international spécialiste de l'énergie verte dont

Plus en détail

NOTRE ENERGIE À VOTRE SERVICE!

NOTRE ENERGIE À VOTRE SERVICE! NOTRE ENERGIE À VOTRE SERVICE! Location dron maroc C est faire le choi de l eigence, la qualité et la fiabilité Nos groupes électrogènes L offre très complète de groupes électrogènes (de 5,5 A à 2 000Kva)

Plus en détail

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement.

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement. Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de PISIEU Etude des possibilités d assainissement collectif / non collectif Octobre 2005 Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement,

Plus en détail

«Concevoir un projet de production d énergies renouvelables» 29 Septembre 2015 BREST

«Concevoir un projet de production d énergies renouvelables» 29 Septembre 2015 BREST «Concevoir un projet de production d énergies renouvelables» 29 Septembre 2015 BREST Les dispositifs de soutien au développement des énergies renouvelables électriques Les dispositifs présents et futurs

Plus en détail

DEMANDE D'INSTALLATION D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D'INSTALLATION D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D'INSTALLATION D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF Toute nouvelle installation d'assainissement non collectif doit faire l'objet d'un contrôle de conception puis de réalisation, effectué par le Service

Plus en détail

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH Il s agit d une zone de protection correspondant au centre historique de Beauvais (cathédrale, ancien palais épiscopal,

Plus en détail

INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble

INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble Bienvenue INNOVIA - Gestion des Eaux Pluviales Cas de Grenoble Objectifs Exutoire Aucun rejet au réseau = infiltration des eaux à la parcelle Sinon dérogation = ouvrages de stockage-restitution avant

Plus en détail

CHAUFFAGE DANS UN ETABLISSEMENT DE BAIN

CHAUFFAGE DANS UN ETABLISSEMENT DE BAIN CHAUFFAGE DANS UN ETABLISSEMENT DE BAIN La consommation énergétique par poste La ventilation 42% Le chauffage de l eau des bassins 24% L éclairage et l électricité 22% Le chauffage 10% La production d

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Comment les contraintes sont-elles prises en compte dans la conception d un objet technique? Séquence n 6

Comment les contraintes sont-elles prises en compte dans la conception d un objet technique? Séquence n 6 Séquence n 6 Introduction : Pour satisfaire une fonction de service ou une contrainte, un objet technique doit assurer une ou plusieurs fonctions techniques nécessaires à son fonctionnement. Il est possible

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE 1 SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE Mohammed Serraj Directeur de la Planification Branche Eau Lisbonne, le 06/06/2013 PLAN 1. CONTEXTE DU SECTEUR DE L EAU 2. MISSIONS ET PRINCIPAUX INDICATEURS

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle»

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide de préconisations relatives à la réalisation des études de Conception des Systèmes d assainissement

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives

Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives Des solutions techniques pour une gestion durable des eaux pluviales par les techniques alternatives Introduction : Historique de l hydrologie urbaine Les solutions techniques Sommaire Définition des «Techniques

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011 Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA Octobre 2011 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DE SOUSS MASSA ET DRAA AVENUE PRINCE MOULAY ABDELLAH - VILLE NOUVELLE - BP 432 - AGADIR Secrétariat/ 05-28-84-25-51*Standard/

Plus en détail

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations

Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Programme de recherche en eau souterraine dans le socle vendéen (2003-2013) : synthèse, bilan et optimisations Elisabeth Macé (1) (1) Vendée Eau elisabeth.mace@vendee-eau.fr En 2000, Vendée Eau a réalisé

Plus en détail

comprendre ma facture d eau

comprendre ma facture d eau comprendre ma facture d eau Vous venez de recevoir votre facture d eau. A quoi correspondent les rubriques qui la composent et à qui sont elles destinées? Voici quelques éléments de réponse. Zoom sur votre

Plus en détail

Commission Mobilité 10 mars 2016 REGUISHEIM

Commission Mobilité 10 mars 2016 REGUISHEIM Commission Mobilité 10 mars 2016 REGUISHEIM ORDRE DU JOUR 1. Rappel des missions et du rôle du Pays 2. Désignation d un secrétaire de séance 3. Mobilité électrique Qu est-ce que la mobilité électrique

Plus en détail

Réduction des pertes en eau. Sectorisation et supervision. 09/01/2014 AELB La gestion patrimoniale des réseaux AEP

Réduction des pertes en eau. Sectorisation et supervision. 09/01/2014 AELB La gestion patrimoniale des réseaux AEP Réduction des pertes en eau Sectorisation et supervision 09/01/2014 AELB La gestion patrimoniale des réseaux AEP Localisation du SMAEP des Eaux de Loire Région Pays de la Loire Département Maine et Loire

Plus en détail

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE»

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DERAMCHI Mohamed Directeur général de l AGIRE. International Integrated Basin Management Workshop

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif d assainissement autonome Date de la demande : / /20 IDENTIFICATION : Demandeur : Nom, Prénom :... Adresse :... Ville

Plus en détail

Les Voyageurs de l eau Gwenael Prié & Lionel Goujon Un tour du monde à la découverte des enjeux de l eau. http://aventure.blogs.liberation.

Les Voyageurs de l eau Gwenael Prié & Lionel Goujon Un tour du monde à la découverte des enjeux de l eau. http://aventure.blogs.liberation. Les Voyageurs de l eau Gwenael Prié & Lionel Goujon Un tour du monde à la découverte des enjeux de l eau http://aventure.blogs.liberation.fr Des bassins pour l agriculture 102 îles entourées d eau saumâtre

Plus en détail

L ENERGIE EOLIENNE AU MAROC RESSOURCES ET PROJETS

L ENERGIE EOLIENNE AU MAROC RESSOURCES ET PROJETS L ENERGIE EOLIENNE AU MAROC RESSOURCES ET PROJETS Présenté par Fathalla AFFANI chef du bureau éolien électrique au CDER Session de formation des acteurs de l Electrification rurale des pays africains francophones

Plus en détail

Dispositifs / outils pour élaborer des projets géothermiques. Florent DUPUIS 20 Février 2014

Dispositifs / outils pour élaborer des projets géothermiques. Florent DUPUIS 20 Février 2014 Dispositifs / outils pour élaborer des projets géothermiques Florent DUPUIS 20 Février 2014 SOMMAIRE 1) Les outils disponibles afin de se lancer 2) Les modalités de financement 3) La qualification des

Plus en détail

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.»

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» «Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» 1 Production d électricité 20 % des besoins en électricité ménage des nouvelles constructions doivent être couverts

Plus en détail