IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance Entreprendre en France pour le tourisme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme"

Transcription

1 IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE Une étude d Entreprendre en France pour le tourisme Données et calculs par MKG Hospitality

2 CONTEXTE L Assemblée Nationale a voté en première lecture un amendement au projet de loi de finances rectificative instaurant une surtaxe de séjour de 2 euros par nuitée et par personne en Ile-de-France dans les hébergements touristiques marchands, prévue pour une prise d effet au 1 er septembre Il était attendu que cette taxe génère une ressource de 140 millions d euros par an, permettant le financement de projets liés au développement des transports. a donc cherché à connaître l impact potentiel de la mise en place d une telle taxe sur l hôtellerie mais aussi sur la chaîne de valeur du tourisme (hors sous-traitance) dans la région. POINTS-CLES DE L ETUDE Sur 100 payés par le client pour un séjour en hôtel Ile-de-France, 25,4 sont prélevés à travers des impôts, taxes et cotisations obligatoires via les seuls impôts payés par les hôtels (sans tenir compte des impôts ensuite prélevés sur les ménages) Le résultat net des hôtels est déjà le plus faible d Europe (5,1 pour 100 gagnés), La taxe de 2 par nuitée, ce sont emplois menacés dans le secteur du tourisme en Ile-de- France Une perte potentielle de chambres vendues par an, soit 1,1 million de nuitées 120 millions d de perte de chiffre d affaires (40 millions dans l hôtellerie, 80 millions dans les autres industries du tourisme). La nouvelle taxe rapporterait 111 millions de recettes fiscales potentielles et non 140 millions compte tenu du manque à gagner sur d autres postes de taxes. On retiendra également que, avec 4 Mds d euros apportés par l Etat, General Electric s est engagé à créer emplois dans le groupe Alstom. Pour une taxe de 140 millions d euros, ce sont emplois liés au tourisme qui sont menacés. 2

3 Les récentes hausses de taxation n ont pas été répercutées sur les clients ; elles pénalisent l activité des professionnels Au 1 er janvier 2014, la TVA appliquée à l hôtellerie-restauration est passée de 7 % à 10%. Or, les professionnels n ont pas totalement répercuté cette hausse sur les tarifs payés par les clients. De facto, celle-ci a ainsi eu un impact sur la marge des hôteliers français et donc leur capacité à investir Au vu des données récoltées sur les cinq premiers mois de 2014 auprès des hôtels de chaînes, MKG Hospitality constate ainsi une baisse de 1,8% des prix moyens hors taxes en France et de 2,3% du chiffre d affaires hors taxes par chambre disponible. Les hôteliers subissent ainsi directement la hausse de trois points du taux de TVA : Ces résultats du 1 er trimestre montrent bien que la hausse du taux de TVA dans l hôtellerierestauration en France a très largement été répercutée sur la marge des hôteliers, et très faiblement sur les prix pratiqués auprès des consommateurs. Ainsi, compte tenu du contexte actuel, il n a pas été possible pour les professionnels de répercuter sur les consommateurs la hausse de TVA, à l inverse de ce qui s était produit en 2012 dans un contexte de marché en reprise. Il faut également rappeler que si les prix payés par les consommateurs ont augmenté ces dernières années, le prix et chiffres d affaires hors taxes touchés par les professionnels n ont eux que faiblement évolué : 3

4 Les tendances de ces derniers mois montrent également que le secteur se porte mieux en Europe qu en France. Le recul des performances n est donc pas lié au contexte conjoncturel européen, mais est bien spécifique à la France. En effet, début 2014 le revenu par chambre (RevPAR) a augmenté dans presque tous les pays d Europe hormis la France : En plus longue période, entre 2002 et 2012 la France ne se classe qu au 48 ème rang sur les 50 premières destinations touristiques mondiales en termes de rythme de croissance des arrivées de touristes étrangers. Ainsi, depuis au moins 10 ans nos parts de marché ne cessent de diminuer au profit de nos principaux concurrents. 4

5 Dans un tel contexte, deux scénarii ont été élaborés : - Un premier scénario, où l impact de la taxe est pris en charge par les établissements d hébergement touristique - Un second scénario, où l impact de la taxe est répercuté sur les clients 5

6 SCENARIO 1: IMPACT D UNE TAXE PRISE EN CHARGE PAR LES ETABLISSEMENTS La pression fiscale, déjà considérable, atteint un point de rupture Il est apparu intéressant d analyser le poids des prélèvements obligatoires sur l hôtellerie dans les principales destinations touristiques européennes. Cette analyse, détaillée dans le tableau en page suivante, est basée sur les éléments suivants : - Les ratios d EBITDA / CA sont obtenus à travers les statistiques d Eurostat pour le secteur de l hôtellerie dans les pays concernés. Ces ratios permettent de reconstituer par calcul les différentiels de coûts salariaux (masse salariale) pour chacun des pays, sur la base du CA HT (calculé en déduisant la taxe de séjour et la TVA du prix pays par le client). - A noter, les ratios de masse salariale ainsi calculés se sont avérés en ligne avec les standards (en % du CA) usuellement constatés par MKG Hospitality sur les différents marchés concernés. Les différentiels sont fréquemment expliqués par les écarts de coût unitaire du travail, mentionné à titre informatif dans le tableau ci-dessous. - Les standards de taxes de séjour pratiqués dans le marché hôtelier de référence du pays (à des fins de comparaison avec l Ile-de-France, et la taxe étant généralement plus importante sur ces marchés), rapportés à un prix par chambre (1,65 personnes par chambre en moyenne en Ile-de-France), - Les taux de TVA et d impôt sur les sociétés en vigueur, - Les taux moyens de cotisations patronales constatés dans les hôtels, qui peuvent différer des taux légaux en raison des différents dispositifs d allègement ou éléments de progressivité en fonction des salaires des personnes employées dans les hôtels, - Les taux de taxe foncière et autres taxes (redevances TV, droits Sacem, etc.) mesurés sur la base d un échantillon d hôtels comparables. Lorsque cette donnée est inconnue, elle est considérée comparable à la France, - Des coûts d achats divers (consommables et frais fixes) de 43%, considérés globalement homogènes selon les pays ; méthodologiquement ils sont déduits des ratios d EBITDA / CA, - Des coûts d amortissements et intérêts (qui sont la différence entre l EBITDA et le résultat net) de 4% du CA HT. Ne sont pas comptabilisés dans le tableau les éléments de pression fiscale relatifs aux particuliers, comme les cotisations salariales, impôts sur le revenu, ou sur les dividendes. Ces éléments sont également souvent supérieurs en France relativement aux standards européens. La France fait aujourd hui partie des pays où les hôteliers subissent l une des plus fortes pressions fiscales. Pour 100 de chiffres d affaires, 25,4 sont captés par impôts, taxes et cotisations obligatoires contre 19,6 en Allemagne, 23,1 en Espagne, et 15,8 aux Pays-Bas. Ainsi, la pression fiscale globale est particulièrement élevée, même en ne comptabilisant que le volet «employeur» de celle-ci (alors que les cotisations salariales et taux d imposition des ménages sont eux aussi parmi les plus élevés. d Europe). Selon ce premier scénario, après l adoption de la nouvelle taxe de séjour, la France serait en rupture avec les standards européens, avec une pression fiscale record de 28,3. 6

7 7

8 POINTS-CLES - La pression fiscale exercée sur les hôtels d Ile-de-France est de 25,4 pour 100 de chiffre d affaires, soit la deuxième des pays sous revue (hors impôts portant sur les ménages). - Cette pression fiscale s exerce sur de nombreux postes : taxe de séjour, TVA, cotisations patronales, taxes foncières et autres taxes (redevances TV, droits Sacem, etc.), impôt sur les sociétés. - Compte tenu de la part importante de la main d œuvre dans le chiffre d affaires des hôtels, les cotisations patronales sont le poste le plus important, et la France est au-dessus de l ensemble des pays européens étudiés sur ce poste. - Même avec une augmentation de 2 par nuitée, la pression fiscale sur les hôtels sera non seulement la plus élevée d Europe mais aussi très supérieure celle de tous les autres pays. Cette analyse montre également que les modèles de prélèvements sont très différents en Europe. Ainsi, la pression fiscale exercée sur les hôtels du Luxembourg repose sur une taxe de séjour élevée, nettement supérieure à la France, mais plus que compensée par la faiblesse de la TVA (3%) et des cotisations patronales 2,4 fois moins élevées qu en France. Au Royaume-Uni, la pression fiscale aujourd hui forte sur les employeurs hôteliers repose sur un taux de TVA et des impôts fonciers plus élevés, tandis qu il n y a pas de taxe de séjour et que les cotisations patronales sont moins importantes. Si le Royaume-Uni apparaît ainsi, du fait de ces éléments, comme celui où la pression fiscale sur les hôtels est plus forte, il est rappelé que la taxation des ménages (qui y est plus faible) n est pas intégrée dans ce calcul portant sur la pression fiscale sur les entreprises hôtelières. Il résulte de cette hétérogénéité des modèles qu il peut y avoir un pays qui sur un poste donné (par exemple la taxe de séjour) applique des taxes supérieures à la France, mais globalement la plupart des pays européens appliquent une pression fiscale totale sur leurs hôtels inférieure à celle pratiquée dans l Hexagone. Aussi et surtout, la France est le pays où le résultat net dégagé pour est le plus faible : 5,1 sur un chiffre d affaires initial de 100, contre 10,3 en Allemagne, 9,6 en Italie, 7,7 au Royaume-Uni Il faut rappeler que c est sur la base de ce résultat net que doivent être amortis les coûts d investissement considérables de l immobilier hôtelier ; il est donc en réalité faible. Avec un résultat net porté à un niveau aussi faible, ce serait une industrie anémiée et incapable d investir et de se moderniser qui serait confrontée à une concurrence internationale de plus en plus vigoureuse. 8

9 SCENARIO 2 : IMPACT D UNE TAXE REPERCUTEE SUR LES TARIFS A LA CLIENTELE Simulation de l impact de l instauration d une taxe de 2 par nuitée répercutée sur les tarifs auprès des consommateurs METHODOLOGIE DETAILLEE La présente étude analyse l impact de la création de la seule taxe de séjour régionale de 2 par personne et par nuit dédiée au financement des transports, hors impact parallèle d un relèvement du plafond de la taxe de séjour collectée par la commune. Les données d impact sont calculées sur la base des dernières données disponibles. Compte tenu du nombre moyen de personnes par chambre, calculée par le ratio de nuitées / chambres vendues, et qui s élève à 1,65 en moyenne, l hypothèse de hausse de taxation retenue est de 3,30 par chambre vendue (sur la base de 2 par nuitée). L élasticité-prix de la demande mesure la variation de la demande, en pourcentage, consécutive à une variation des prix, également en pourcentage : où e est l élasticité prix de la demande, CV les chambres vendues et Px, le prix moyen de vente. Les élasticités prix ont été estimées à partir d une modélisation des volumes de chambres vendues en fonction du prix moyen (Px) et de variables traduisant le développement économique (PIB), le niveau général des prix (Indice des prix à la consommation, IPC) et le développement du marché (capacité hôtelière, CAP). CV = f (Px, PIB, IPC, CAP) Les séries historiques de chambres vendues (variable expliquée), de capacité et de prix moyens sont issues de la Base de Données de MKG Hospitality. Les données de PIB et de prix à la consommation sont fournies par l INSEE. La transformation logarithmique des variables explicatives (Px, PIB, IPC, CAP) et de la variable expliquée CV aboutit à un modèle log linéaire : Les coefficients a ont été estimés à partir d une régression linéaire par la méthode des moindres carrés ordinaires. Ils expriment la variation relative de la variable expliquée CV suite à la variation relative de chacune des variables explicatives. Ainsi s interprète comme étant l élasticité des chambres vendues aux variations de prix. Les modèles ont été estimés pour chaque catégorie hôtelière (super-économique, économique, milieu de gamme et haut de gamme) tant à Paris intramuros que dans le reste de l Ile-de-France. Plusieurs modèles ont été testés selon les combinaisons possibles des variables explicatives. Les élasticités-prix,utilisées par la suite dans les calculs, sont issues des modèles les plus pertinents sur le plan statistique, en termes de pouvoir explicatif du modèle et également de signe des coefficients. Les échantillons utilisés, issus de la base de données MKG Hospitality, sont représentatifs des marchés parisien et francilien : Taille des échantillons utilisés pour l élaboration des séries historiques de données Hôtels Paris Chambres Hôtels Ile-de-France hors Paris Chambres Hôtels Ile-de-France Chambres 9 Représentativité Représentativité Représentativité Super-économique ,3% ,3% ,8% Economique ,9% ,3% ,7% Moyen de gamme ,0% ,3% ,8% Haut de gamme / Luxe ,0% ,3% ,6% Total général ,6% ,7% ,9%

10 METHODOLOGIE SIMPLIFIEE Les calculs réalisés ci-après sont réalisés à partir de l élasticité-prix de la demande, c est-à-dire des variations relatives réelles mesurées des taux d occupation des établissements d Ile-de-France. En moyenne, l élasticité prix obtenue s élève à -0,4, ce qui s interprète de la façon suivante : «Lorsque les prix augmentent de 1%, la demande en volume diminue de 0,4%». Cette évolution est logique compte tenu de la nature intrinsèque de la demande hôtelière, partagée entre une demande contrainte (et partant peu sensible au prix) et une demande mobile qui à l inverse procède à des arbitrages entre destinations à chaque instant en fonction du prix à l instant de la prise de réservation, et peut donc s avérer assez élastique, particulièrement dans le cas des budgets modérés. CALCUL SITUATION AVANT LA TAXE Unités Chambres / logements Taux d'occupation par chambre / logement Prix moyen par chambre TTC Prix moyen par chambre HT Nuitées vendues annuelles Chambres vendues annuelles Chiffre d'affaires annuel TTC Chiffre d'affaires annuel HT HOTELLERIE ,1% 105,8 96, RESIDENCES DE TOURISME ,4% 112,4 102, TOTAL Perte de chambres vendues annuelles Chambres vendues annuelles suite à l'instauration de la taxe IMPACT DE LA TAXE Chiffre d'affaires annuel TTC suite à l'instauration de la taxe Chiffre d'affaires annuel HT suite à l'instauration de la taxe Ecart du chiffre d'affaire annuel HT = perte pour les exploitants HOTELLERIE RESIDENCES DE TOURISME TOTAL POINTS-CLES L instauration de la taxe de 2 euros sur les nuitées se traduit par un recul de l ordre de chambres vendues par an. Cette perte peut s effectuer par un déplacement de la clientèle soit vers d autres destinations, soit vers l économie souterraine. Compte tenu des dépenses directes et indirectes générées par les visiteurs sur un territoire, cet impact en volume n est pas neutre : ainsi, en raison des pertes de nuitées induites par la hausse du prix, les hébergements enregistrent une perte de près de 40 millions d euros, auxquels viennent s ajouter les dépenses non réalisées en restauration, dans les loisirs, le shopping et les transports (cf. section suivante, d après les enquêtes menées par l Office du tourisme et des congrès de Paris). 10

11 Estimation des pertes indirectes (dépenses en restauration, loisirs, shopping, transport ) Outre l hébergement, la clientèle a d autres postes de dépenses, à la fois dans la restauration, les loisirs mais aussi le shopping ou les transports. Ainsi, le scénario d une nouvelle taxe reportée sur les prix des hôteliers et les pertes de chambres vendues associées, génère également des pertes indirectes. Les chiffres des dépenses moyennes quotidiennes de la clientèle française et étrangère exploités ci-après sont issus des chiffres-clés du tourisme 2013 publiés par l Office de tourisme et des congrès de Paris (OTCP). Ainsi, il ressort de ce document qu un client français dépense en moyenne 56 euros par jour pour la restauration, les loisirs, le shopping et les transports. La clientèle étrangère dépense elle 89 euros pour d autres dépenses, notamment le shopping et la restauration. Contrairement à la clientèle française, ces postes de dépenses sont quasiment multipliés par deux pour les loisirs, le shopping (multiplié par 3) et les transports : Français Etrangers Restauration Loisirs 7 14 Shopping Transports 6 12 Total dépenses indirectes par nuitée Afin de calculer les pertes de dépenses induites, les calculs ont été réalisés à partir de la perte de nuitées vendues, soit plus d 1,1 millions de nuitées (les chambres vendues calculées ci-avant x le nombre moyen de personnes par chambre=1,65). Perte de nuitées vendues Perte de nuitées clientèles françaises Perte de nuitées clientèles étrangères Pertes des dépenses induites en euros TTC HOTELLERIE RESIDENCES DE TOURISME TOTAL -1,1 million ,8 millions POINTS-CLES Au final, la taxe supplémentaire de 2 par nuitée induirait plus de 75 millions d euros de dépenses non consommées par la clientèle de l hôtellerie et près de 7 millions d euros par la clientèle des résidences de tourisme, soit au total une perte de plus de 82 millions d euros. Au total (hébergement et autres secteurs), la baisse de la fréquentation touristique aurait un effet négatif de 120 millions sur le chiffre d affaires de ces différents secteurs. Ce «manque à gagner», qui sera réalisé sous un horizon maximal de 2 ans, impactera ainsi l emploi et l économie globale de la région. 11

12 Impact sur l emploi Pour évaluer l impact de cette nouvelle taxe sur l emploi, le nombre d emplois dans l hébergement en Ile-de-France rapporté dans le mémento du tourisme 2013*, soit emplois, a été exploité. La perte de chambres vendues a été ventilée par catégorie en fonction de leur offre et de l élasticité-prix de la demande calculée précédemment, en tenant compte du nombre d emploi moyen par chambre pour chacune des catégories hôtelières exploitées : POINTS-CLES Ainsi, ce sont plus de 450 emplois qui seraient perdus dans les hébergements touristiques d Ile-de- France à travers l adoption de cette nouvelle taxe. En tenant compte des autres secteurs impliqués, on peut estimer à plus de le nombre total d emplois perdus (détruits ou non créés) du fait de la simple adoption de cette taxe régionale, et ce pour la seule région Ile-de-France et pour une taxe seulement 2 par nuitée. 12

13 Ainsi, le nombre d emplois en jeu à travers cette nouvelle taxe sur l hôtellerie est supérieur à celui d usines ayant fait la «une» des journaux, et cela même dans l hypothèse d une taxe dans la seule Ile-de-France l impact potentiel étant bien plus large si cette mesure venait à être également appliquée sur d autres territoires français. 13

14 Estimation des impacts sur la TVA et les cotisations sociales et calcul de la recette fiscale nette Recette fiscale tirée de la taxe de séjour supplémentaire de 2 par nuitée TVA avant taxe de séjour TVA après taxe de séjours Perte de TVA dans l hôtellerie Perte de TVA sur les autres secteurs Manque à gagner en termes d emplois directs et indirects Perte de cotisations sociales dans l hébergement Perte de cotisations sociales dans les autres secteurs Total pertes de recettes fiscales connexes Recette fiscale nette tirée de la nouvelle taxe L application de la taxe de séjour de 2 euros supplémentaires sur les nuitées vendues se traduisant par un recul de la demande, il affecte par conséquent les montants des autres taxes collectées. En premier lieu, la baisse des volumes de chambres vendues dans l hébergement entraine une perte directe de TVA de près de 4 millions d euros dans l hôtellerie. De plus, l impact sur les autres secteurs (restauration, shopping, loisirs, transport) entraine une perte supplémentaire de près de 12 millions de TVA. Ainsi, la nouvelle taxe génère un total de 16 millions de pertes de TVA, qui viennent se déduire des sommes levées initialement à travers la nouvelle taxe. Par ailleurs, les effets sur l emploi (voir ci-avant) impliquent une perte de près de 23 millions de cotisations sociales étant donné le manque à gagner en termes d emplois : 8 millions liés à la suppression / au manque à gagner de 453 emplois dans les secteurs d hébergement, 15 millions consécutivement aux suppressions d emploi dans les autres secteurs touristiques. POINTS-CLES Au final, l impact en terme de pertes de recettes fiscales directes (baisse de la demande d hébergement) et indirectes (effets sur les autres secteurs) peut être estimé à près de 39 millions d euros annuels. Ainsi, la recette fiscale tirée de la nouvelle taxe s élèverait à 111 millions d euros, et non pas 140 millions. 14

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

L hôtellerie en Alsace en 2014. Juin 2015

L hôtellerie en Alsace en 2014. Juin 2015 L hôtellerie en Alsace en 2014 Juin 2015 1 Principales données.. 3 Remarques.. 6 L offre dans l hôtellerie. 10 La fréquentation. 13 Les nuitées 14 La taux d occupation 27 Prix moyen, revenu par chambre,

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

Baisser le coût du travail (-10%), augmenter le pouvoir d achat des salariés (+10%) : Les solutions des Dupés!

Baisser le coût du travail (-10%), augmenter le pouvoir d achat des salariés (+10%) : Les solutions des Dupés! Baisser le coût du travail (-10%), augmenter le pouvoir d achat des salariés (+10%) : Les solutions des Dupés! www.les-dupes.fr - Janvier 2014 Constat Explosion des charges sociales en France depuis 40

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Hôtellerie 4 ème trimestre 2013

Hôtellerie 4 ème trimestre 2013 n 40 mars 2014 Enquête de fréquentation hôtelière Hôtellerie 4 ème trimestre 2013 Golf Hôtel de Digne-les-Bains www.alpes-haute-provence.com ENQUÊTE DE t FRÉQUENTATION HÔTELIÈRE Evolution du taux d occupation

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

L IMPACT ECONOMIQUE DE L ACTIVITE SPATIALE EN GUYANE

L IMPACT ECONOMIQUE DE L ACTIVITE SPATIALE EN GUYANE Kourou, le 15 juin 2009 NOTE L IMPACT ECONOMIQUE DE L ACTIVITE SPATIALE EN GUYANE 0 Introduction 1 L activité spatiale en Guyane 1.1. Eléments économiques 1.2. L emploi au CSG 2 La contribution du CNES

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises

Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises Publication Asterès 29 janvier 15 Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises Description de la note : Au premier semestre 13, le cabinet d

Plus en détail

www.tourisme-essonne.com Les chiffres tourisme Essonne année 2011

www.tourisme-essonne.com Les chiffres tourisme Essonne année 2011 www.tourisme-essonne.com Les chiffres du tourisme Essonne en année 211 Les chiffres clés de l année 211 2 318 743 nuitées en Essonne Capacité d accueil : 13 hôtels, 94 hébergements Gîtes de France (meublés

Plus en détail

Soirée des adhérents de l OTCP. 23 novembre 2015

Soirée des adhérents de l OTCP. 23 novembre 2015 Soirée des adhérents de l OTCP 23 novembre 2015 CONJONCTURE 2015 DES PERFORMANCES ESTIVALES MEILLEURES QUE CELLES DU DÉBUT D ANNÉE 90% Taux d'occupation hôtels Grand Paris 2014 Taux d'occupation hôtels

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005

Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005 Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005 Les coûts du transport routier international en Pologne en 2005 Après une première phase de travaux centrée sur nos principaux compétiteurs au sein de

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques 2015 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques JEAN-LOUIS BRILLET GILBERT CETTE IAN GAMBINI THOMAS LAGOARDE-SEGOTEGOT 1 2 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général 2015 Sommaire général

Plus en détail

Disneyland Paris Etude d impact économique et social

Disneyland Paris Etude d impact économique et social DELEGATION INTERMINISTERIELLE AU PROJET EURO DISNEY Service de la Communication Presse Disneyland Paris Etude d impact économique et social 16 décembre 2009 RETOMBEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DE DISNEYLAND

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

La fréquentation hôtelière (INSEE/DGE/CRT et partenaires régionaux)

La fréquentation hôtelière (INSEE/DGE/CRT et partenaires régionaux) La fréquentation hôtelière (INSEE/DGE/CRT et partenaires régionaux) Méthodologie L'enquête de fréquentation dans l'hôtellerie de tourisme est une enquête nationale, effectuée par sondage auprès d'un échantillon

Plus en détail

L Observatoire officiel hôtelier & para-hôtelier du Grand Lyon réalisé pour le compte de la CCI de Lyon et du Grand Lyon

L Observatoire officiel hôtelier & para-hôtelier du Grand Lyon réalisé pour le compte de la CCI de Lyon et du Grand Lyon Les résultats du mois de janvier 2015 L Observatoire officiel hôtelier & para-hôtelier du Grand Lyon réalisé pour le compte de la CCI de Lyon et du Grand Lyon GRAND LYON, les performances de janvier 2015

Plus en détail

Bilan de l activité touristique 2015. Résultats du 1 er semestre et de l été

Bilan de l activité touristique 2015. Résultats du 1 er semestre et de l été Bilan de l activité touristique 2015 Résultats du 1 er semestre et de l été Analyse de la conjoncture économique Contexte international En raison d un ralentissement de l activité au cours du 1 er trimestre

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Dossier de presse 6 juin 2014 Une poursuite de la réduction du déficit

Plus en détail

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2

Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Travaux d installation électrique, plomberie et autres travaux d installation 43.2 Edition 2014 Plan 1. Chiffres-clés 2. Nomenclature d activités 3. Données détaillées par secteur 4. Catégories socio-professionnelles

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES PERFOMANCES HOTELIERES DU CALVADOS ET DE L'AGGLOMERATION CAENNAISE

OBSERVATOIRE DES PERFOMANCES HOTELIERES DU CALVADOS ET DE L'AGGLOMERATION CAENNAISE OBSERVATOIRE DES PERFOMANCES HOTELIERES DU CALVADOS ET DE L'AGGLOMERATION CAENNAISE 2013 Méthodologie MKG Hospitality réalise pour la Chambre de Commerce et d'industrie de Caen et Tourisme un reporting

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014

Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014 Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014 Jean-François Martins Adjoint à la Maire de Paris en charge du Sport et du Tourisme Thierry Le Roy Président de l Office du Tourisme et des Congrès

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

PAYSAGISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PAYSAGISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PAYSAGISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PAYSAGISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PAYSAGISTE... 5 L'ACTIVITÉ DU PAYSAGISTE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PAYSAGISTE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

ANNEE UNIVERSITAIRE 2005 2006

ANNEE UNIVERSITAIRE 2005 2006 ANNEE UNIVERSITAIRE 2005 2006 DISCIPLINE : UV 201 DROIT FISCAL 40 rue des Jeûneurs 75002 PARIS Examen d Essai : Semaine du Lundi 27/03/2006 au Samedi 01/04/2006 Durée de l épreuve : 4 heures Le sujet comporte

Plus en détail

PAYSAGISTE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 18/05/2015 1

PAYSAGISTE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 18/05/2015 1 PAYSAGISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PAYSAGISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PAYSAGISTE... 5 L'ACTIVITÉ DU PAYSAGISTE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PAYSAGISTE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE

Plus en détail

Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs

Rapport annuel L'industrie Hôtelière Française de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Levallois Perret, le 18 octobre 2005 Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Amorce de reprise de l activité hôtelière en

Plus en détail

SUIVI DE L IMPACT DE LA HAUSSE DES PRIX DU PETROLE SUR L EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES 2007

SUIVI DE L IMPACT DE LA HAUSSE DES PRIX DU PETROLE SUR L EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES 2007 SUIVI DE L IMPACT DE LA HAUSSE DES PRIX DU PETROLE SUR L EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES 2007 PAR LA COMMISSION INDEPENDANTE PRESIDEE PAR BRUNO DURIEUX - FEVRIER 2008 - À la demande du Premier ministre,

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2016

MANDAT DE GESTION ISF 2016 P MANDAT DE GESTION ISF 2016 OBJECTIFS DU MANDAT Le Mandat (1) est investi principalement (soit au minimum à hauteur de 75% au moment de l investissement initial) dans des PME Eligibles exerçant une activité

Plus en détail

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel Analyse de la formation du résultat : le tableau des soldes intermédiaires de gestion 1- Principe et hiérarchie des soldes Pour mieux comprendre la formation du résultat de l'exercice, des résultats partiels

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

NOTE D EXPERT IMPACT DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015 ET DE LA MENACE TERRORISTE SUR LE TOURISME. pour le

NOTE D EXPERT IMPACT DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015 ET DE LA MENACE TERRORISTE SUR LE TOURISME. pour le NOTE D EXPERT IMPACT DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015 ET DE LA MENACE TERRORISTE SUR LE TOURISME MKG Hospitality Paris Londres Berlin Athènes Nicosie I tion 1. Etude de cas historiques d impact de la

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Article 2 Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Article 2 Article 2 Article 2 227 TABLEAU COMPARATIF Article 1 er Article 1 er Article 1 er Les articles 2 à 10 fixent, en application de l avantdernier alinéa de l article 34 de la Constitution, les objectifs de la programmation pluriannuelle

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix

Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix Contacts : Dominique Fèvre : 01 48 74 73 46 / dfevre@utp.fr Virginie Billet : 01 48

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier. Exemple sur la fiscalité de la bière

MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier. Exemple sur la fiscalité de la bière MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier Exemple sur la fiscalité de la bière A l heure des arbitrages imminents sur le moyen d augmenter les recettes budgétaires de l état et du débat inévitable

Plus en détail

Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999

Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999 Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999 1. Concepts Les résultats de l'enquête de 1999 sur l'industrie de la construction

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Le taux d occupation hôtelier. Avec un taux d occupation hôtelier de 76,4%, le 3 ème trimestre 2014 affiche une stabilité par rapport à 2013.

Le taux d occupation hôtelier. Avec un taux d occupation hôtelier de 76,4%, le 3 ème trimestre 2014 affiche une stabilité par rapport à 2013. BAROMETRE DE L HOTELLERIE 3 ème trimestre 2014 Le taux d occupation hôtelier Avec un taux d occupation hôtelier de 76,4%, le 3 ème trimestre 2014 affiche une stabilité par rapport à 2013. «Après un bon

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration 14/12/2006 Kaufman & Broad : Résultats annuels 2006 Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration Résultats 2006 supérieurs aux prévisions o Chiffre d affaires : +22% o Marge brute

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+.

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+. Pourcentages A) Part pourcentage Soit E un ensemble à n éléments et A une partie de E ayant p éléments p Le pourcentage de A dans E est le nombre t tel que : t = n Exercice n 1 : Dans un lycée de 25 élèves,

Plus en détail

SCPI d immobilier résidentiel neuf «bâtiment basse consommation» à capital fixe Dispositif fiscal «Pinel»

SCPI d immobilier résidentiel neuf «bâtiment basse consommation» à capital fixe Dispositif fiscal «Pinel» CILOGER HABITAT 5 Les photos concernent des investissements finalisés par d autres SCPI de CILOGER qui ne préjugent pas des investissements futurs, et sont données à titre d exemples. SCPI d immobilier

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007

La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007 Commission des comptes de la sécurité sociale Secrétariat général n 11 mai 2008 La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007 Les allégements généraux de cotisations

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février 1 N 1 Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois L a choisi : - depuis -9, de mettre en place une forte baisse du coût salarial unitaire,

Plus en détail

Les Tendances de l Hôtellerie au Maroc

Les Tendances de l Hôtellerie au Maroc Les Tendances de l Hôtellerie au Maroc Le tourisme en quête de valeur ajoutée et d image En partenariat avec : Introduction Philippe Gauguier Associé In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration Programme

Plus en détail

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE CIÉRES > INFORMATIONS FINAN > NOTE 1 SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 BUDGET 2016 UN BUDGET RESPONSABLE Budget départemental

Plus en détail

Annexe V : les scénarios alternatifs

Annexe V : les scénarios alternatifs Annexe V : les scénarios alternatifs I. LE COEFFICIENT EMPLOI ACTIVITÉ... 2 1.1 FAISABILITÉ JURIDIQUE ET TECHNIQUE... 2 1.1.1 Faisabilité technique... 2 1.1.2 Implications juridiques... 3 1.2 ETUDE D IMPACT...

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux n 2007, les touristes internationaux ont dépensé 6,8 milliards de F.CFP sur

Plus en détail

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRODUITS PETROLIERS La facture pétrolière ne cesse de s alourdir et les consommateurs que sont les particuliers ou les entreprises voient leurs dépenses liées au poste carburant

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version)

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version) Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Départs en retraite normale,

Plus en détail

La fiscalité locale : vers une nouvelle hausse pour l hôtellerie?

La fiscalité locale : vers une nouvelle hausse pour l hôtellerie? La fiscalité locale : vers une nouvelle hausse pour l hôtellerie? Les derniers mois de 2014 nous ont permis de rêver, un peu, dans l illusion de la simplification administrative à venir, du retour en grâce

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 19 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. CAS DE SYNTHESE... 3 1.1. CALCUL DE RENTABILITE D IMMOBILISATIONS ACQUISES... 3 1.2.

Plus en détail

Disneyland Paris Étude de contribution économique et sociale

Disneyland Paris Étude de contribution économique et sociale DELEGATION INTERMINISTERIELLE AU PROJET EURO DISNEY Dossier de Presse 14 mars 2012 Disneyland Paris Étude de contribution économique et sociale Retombées économiques et sociales de Disneyland Paris (1992

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail