ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28"

Transcription

1 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

2 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu il a été absorbé par les racines. Le potassium exerce des fonctions nombreuses dans le métabolisme de la plante : Maintient la plante dressée (turgescence et résistance des parois cellulaires), Favorise la photosynthèse (port des feuilles), Régule le cycle de l (mécanisme de fermeture des stomates), Régule la circulation de la sève brute ascendante, Régule le chargement des assimilas (sucres, acides aminés) dans la sève élaborée vers les racines et les organes de réserve (grains, fruits, tubercules ). Potassium et résistance au stress Stress de la sécheresse + améliore l efficience de l en contrôlant la fermeture des stomates. La concentration en potassium commande l obturation du pore qui contrôle l évaporation de l et l échange gazeux dans la feuille. Cellules STOMATE OUVERT (les cellules sont bien turgescentes) Cellules STOMATE FERMÉ (les cellules se rétractent) Stress du gel + élève la concentration saline dans la cellule et diminue le point de congélation de l. Cet effet limité est observé sur les bourgeons à la floraison des arbres fruitiers et sur les pieds de céréales. Résistance à la pénétration de certains agresseurs + a un effet indirect du à la turgescence et à la rigidité des parois cellulaires qui oppose une résistance mécanique à la pénétration de certains champignons. Résistance aux chocs + inhibe les réactions enzymatiques à l origine du noircissement interne du tubercule de pomme de terre.

3 est mobilisé en grande quantité Les besoins sont précoces avec le développement végétatif + est mobilisé en quantité supérieure à l azote. La plus grande partie du potassium est présente dans les feuilles et les tiges et sert à maintenir la plante par turgescence. C est pourquoi la mobilisation peut atteindre jusqu à 8 kg de 2 O/ha/jour pour le colza par exemple et dépasser 300 kg de 2 O/ha dans la plante entière au stade G5. kg/ha Boutons accolés Colza 28 q/ha Premières fleurs Premières graines colorées 2 O N P 2 O 5 Source : Centre de recherches d Aspach-Ministère de l agriculture L exportation dépend des parties récoltées récoltes Colza grain (35 q/ha) Céréales grain (80 q/ha) Céréales grain (80 q/ha) + paille (6 t/ha) Betterave (100 t/ha) Pomme de terre conso (50 t/ha) Foin issu de prairie naturelle (10 t de MS/ha) Luzerne deshydratée (12 t de MS/ha) Exportation 2 O/ha 30 kg 40 kg 113 kg 180 kg 195 kg 299 kg 382 kg Source : Comifer Carence sur maïs apparaissant sur les feuilles les plus âgées en premier Potassium et qualité nutritionnelle Le potassium est indispensable au monde vivant. Chez les animaux et l homme, il régule la pression osmotique interne des cellules. Antagoniste du sodium, le potassium contribue à baisser la tension artérielle. Manger des fruits et des légumes a pour effet d augmenter le potassium dans notre alimentation jugée trop faible dans cet élément. Chez les ruminants, la carence aigue en potassium peut entrainer une mortalité des animaux. Cette situation a été signalée dans des élevages laitiers en Lorraine. Le diagnostic de carence s est basé sur toute la chaine alimentaire, du sol carencé en à l ensilage de maïs et à l animal.

4 Le raisonnement de la fertilisation potassique Argiles et capacité d échange cationique du sol + est adsorbé sur les sites d échange de la CEC. Les racines l absorbent en grande quantité lorsque le sol est humide. Deux problèmes peuvent se poser : La CEC est inférieure à 10 meq/100 g de terre en sols légers. Un apport avant chaque culture est préférable pour limiter le risque de lixiviation, Les argiles tendent à fixer trop fortement le potassium en particulier quand le sol est sec. Ce risque dépend de la nature des argiles et nécessite une analyse approfondie. Dans ce cas également un apport annuel est préférable. Base simplifiée du raisonnement COMIFER croisant la culture et le sol EXIGENCE DES CULTURES Betterave, pomme de terre, cultures légumières Colza, luzerne, maïs ensilage et grain, pois, ray-grass, tournesol, soja Blé dur, avoine, blé tendre, orge, sorgho TENEUR DU SOL EN 2 O ÉCHANGEABLE peu pourvu moyennement pourvu bien pourvu Apport renforcé supérieur à l exportation Apport d entretien peu différent de l exportation Apport différé, non nécessaire sur cette culture Interaction forte du potassium avec les autres éléments L azote est utilisé par la plante pour établir rapidement une surface foliaire, cela entraine une demande forte en potassium pour assurer la turgescence des tissus. Le potassium favorise la croissance continue des racines indispensable pour exploiter les réserves du sol en phosphore. Le ratio potassium éch. / magnésium éch. doit être voisin de 2 pour éviter tout antagonisme entre ces éléments. L analyse de terre pour le suivi de la fertilité L analyse donne le moyen de vérifier l évolution de la fertilité d un sol. Une méthode unique d extraction du potassium échangeable est utilisée par tous les laboratoires agréés. Le prélèvement tous les cinq ans doit être réalisé au même endroit de la parcelle et à la même profondeur pour donner des résultats comparables. En prairie, l indice de nutrition potassique I et phosphatée IP est mesuré sur l herbe prélevée et s avère un complément utile à l analyse de terre.

5 En pratique Résidus de culture et recyclage organique La décomposition des résidus de culture libère rapidement le potassium. Si la plante entière est récoltée, la restitution de + au sol est faible. Pour bien valoriser les éléments nutritifs des fumiers et lisiers, la surface épandue chaque année doit être la plus large possible. Lorsque des prairies ne reçoivent pas d effluents, il est nécessaire de leur apporter de l engrais minéral compte tenu des grandes quantités de + exportées dans l herbe. En France, deux tiers du potassium apporté aux prairies et aux cultures provient des animaux pour un tiers venant des engrais. La disponibilité du + dans les produits organiques est équivalente à celle des engrais minéraux. Les engrais minéraux L apport de + par les engrais minéraux est complémentaire des apports précédents. + est un élément soluble qui subit des pertes par lixiviation et est exporté par les récoltes. Les principaux engrais simples potassiques sont des sels solubles. Ils libèrent le + rapidement dans l du sol, ils diffèrent par l élément associé. Engrais Formule % 2 O ÉLÉMENTS ASSOCIÉS Chlorure de potassium Cl 60 % 46 % de chlorure, certaines cultures y sont sensibles Sulfate de potassium 2 SO 4 50 % % SO 3 sous forme sulfate directement assimilable Nitrate de potassium NO 3 46 % % N sous forme nitrique directement assimilable Sels de potasse et de magnésium Différentes formules % Composés P 5-40 % Composés N-NP 3-35 % Magnésium, soufre sous forme sulfate Phosphates, magnésium, soufre Azote, phosphates, magnésium, soufre Dans les engrais composés, la mention «pauvre en chlore» (moins de 2% de chlore Cl) garantit l absence de chlorure de potassium. La marque S indique que le potassium est exclusivement sous la forme de sulfate de potassium et apporte du soufre directement assimilable.

6 Les fiches FERTI-pratiques remettent l agronomie et l économie au centre du raisonnement de la fertilisation. Elles proposent des réponses pratiques aux questions des agriculteurs sur la nutrition des plantes et la fertilité des sols pour une agriculture productive et durable. N hésitez pas à poser vos questions à Toutes les fiches sont téléchargeables sur PROCHAINE PARUTION cultures intermédiaires, leur place dans la fertilisation Pour être certain de recevoir les prochaines fiches inscrivez-vous sur Pour en savoir plus Bcoup de questions sur le potassium, son origine, son importance dans la chaine alimentaire ne sont pas développées dans cette FERTI-pratiques sur le potassium. On trouvera des réponses sur ces questions dans des numéros précédents notamment sur la production et les ressources (Fiche n 11) et sur la qualité de l herbe des prairies (Fiche n 13). À consulter FERTI-pratiques n 01 Colza & céréales, de vrais besoins en P & FERTI-pratiques n 05 L étiquetage des engrais solides FERTI-pratiques n 14 Exporter les pailles, conséquences pour la fertilisation FERTI-pratiques n 16 L équilibre de la nutrition, pour mieux valoriser l azote FERTI-pratiques n 19 Le magnésium, de la plante à l animal lien utiles : Évolution des bilans régionaux de fertilisation de 1988 à 2010 pour P, et Mg (35p) L Union des industries de la fertilisation (UNIFA), représente une catégorie d acteurs stratégiques de la filière agricole. Elle a pour mission de promouvoir l utilité des fertilisants ainsi que le rôle fondamental de leurs producteurs dans le développement d une agriculture compétitive et durable en France. L UNIFA compte 49 adhérents qui produisent des engrais (minéraux et organo-minéraux) et des amendements minéraux basiques en France et en Europe. Ces adhérents représentent 92 % de la production française de fertilisants et 78 % des livraisons, sur un marché annuel de près de 10,5 millions de tonnes de produits. Conception Crédits photo : ICL Fertilizers, +S ali, UNIFA Mai 2013 UNION DES INDUSTRIES DE LA FERTILISATION LE DIAMANT A PARIS LA DÉFENSE CEDEX Tél. :

7 Nouvx résultats du rés d essais P + Édition 2013 L apport d engrais phosphaté et potassique calculé par les méthodes de référence est rentable en production de colza et de céréales. Ces résultats sont issus d un rés de 15 essais * conduits par l UNIFA et par des coopératives adhérentes à InVivo. Ces essais pluriannuels ont été localisés sur des types de sol initialement plutôt faibles en phosphore et moyens en potassium. Ils sont situés en régions de grandes cultures et ne reçoivent pas d apports organiques. Résultats agronomiques 12 Gain en q/ha Gain de rendement moyen de l apport de P + comparé au témoin sans apport Blé tendre (13 essais) Colza (10 essais) Orge d'hiver (9 essais) Orge de printemps (8 essais) Blé dur (6 essais) Maïs (1 essai) Le gain de rendement atteint 8 q en colza, 4 q en blé tendre et 7 q en orge d hiver. En moyenne l apport est de 85 kg de P 2 O 5 et de 65 kg de 2 O/ha sur céréales et sur colza. Résultats économiques La marge supplémentaire annuelle dégagée par l apport combiné de P + est de 208 / ha en colza et de 39 / ha sur la succession de cultures. Les prix moyens retenus sont respectivement de 450 et 210 par tonne pour le colza et les céréales. Le coût des engrais est de 1 par kg de P 2 O 5 et de 0,70 par kg de 2 O. * ARTERRIS, AXEREAL, CAVAC, DIJON CEREALES, SADEF, TERRENA, VIVESCIA

8 La vigueur au démarrage renforcée par l apport de P + En colza, l apport d engrais P + au semis favorise le démarrage de la culture et son enracinement. Cet effet sur la vigueur est observé également sur d autres cultures comme l orge de printemps et le maïs. Il favorise une implantation rapide et une meilleure résistance aux stress. L azote mieux valorisé par l apport de P + kg de N/ha Supplément d azote absorbé, plante entière seul P seul P + Céréales Colza Dans ces essais, l apport d azote est le même sur toutes les modalités. Les gains de rendement obtenus par l apport de P + entraînent un supplément d azote absorbé par la plante entière qu on peut estimer à partir des teneurs en protéines des céréales et du colza. L apport de P + entraîne l absorption en moyenne de 42 kg supplémentaires d azote sur colza et de 13 kg sur céréales. Une nutrition équilibrée en P +, c est plus d azote absorbé. L économie pour l agriculteur correspond aussi à un bénéfice pour l environnement. UNIFA et InVivo souhaitent développer ce rés d essais P + dans les années à venir pour répondre à la question du plafonnement des rendements de colza et de céréales à paille. En effet, la fertilisation raisonnée a un effet déterminant sur la productivité des cultures et la compétitivité des agriculteurs. Conception Crédits photo : +S ali France, ICL Fertilizers, Invivo, UNIFA

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement N-Tester Le pilotage de l azote tout simplement La fertilisation azotée : Une approche globale Réconcilier rendement et environnement Il est scientifiquement établi depuis fort longtemps que le risque

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

IPI International Potash Institute. Le Potassium Un élément essentiel à la vie

IPI International Potash Institute. Le Potassium Un élément essentiel à la vie IPI International Potash Institute Le Potassium Un élément essentiel à la vie Le Potassium, un élément essentiel à la vie SYMBOLE ALCHIMIQUE DU POTASSIUM 19 K POTASSIUM 39.0983 NOM: POTASSIUM SYMBOLE:

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Chaque élément compte

Chaque élément compte Le Sulfate de Potassium de Tessenderlo Group Chaque élément compte Tessenderlo Group Fertilizers giving nature a helping hand www.sopib.com Tessenderlo Group: qualité et expérience Tessenderlo Group est

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES VALORISATION DES ANALYSES DE SOL EN CULTURES PLEIN CHAMP RÉGLEMENTATION ET RELIQUATS AZOTÉS

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau eau, nitrate & i- agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau Les agriculteurs utilisent et produisent du nitrate, sous forme d engrais organique (fumier,

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Lettre de rappel sur HODUFLU

Lettre de rappel sur HODUFLU Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture Secteur Paiements directs - Programmes Département fédéral de l environnement, des transports,

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

La prévention au champ avant tout

La prévention au champ avant tout 01 Limiter les risques La prévention au champ avant tout La maîtrise de la qualité sanitaire des céréales se dote d outils de prévention efficaces. Blé tendre, blé dur et maïs disposent chacun d une grille

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS :

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : DIAPORAMAS DES INTERVENTIONS 35 36 B.Feschet, avec la collaboration de JP.Cohan, A.Bouthier, I.Félix, M.Mangin (Arvalis), L.Fourrié (Itab) MO non visible à l œil nu :

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace PREFET DE LA REGION ALSACE DRAAF / DREAL Alsace Strasbourg, le 13 juillet 2012 Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace ----- Références : - code de

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION EUROCHEM AGRO FRANCE SAS 49, av. Georges Pompidou 92593 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. : 01 49 64 54 10 Fax : 01 49 64 52 52 Web : www.eurochemagro.com = marque déposée

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone FICHE N GÉNÉRALITÉS La chlordécone Cet insecticide organochloré a été utilisé de 1972 à 1993 contre le charançon du bananier en application sous forme de poudre en cercle au pied du tronc. La molécule

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Le programme d actions «nitrates» La directive dite «nitrates» adoptée en 1991 vise à réduire

Plus en détail

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072.

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072. Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072 Rapport final Présenté à : Réseau Innovagrains Présenté par : Luc Belzile,

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

Teneur en proteines des bles : relever le double defi agronomique et economique

Teneur en proteines des bles : relever le double defi agronomique et economique Teneur en proteines des bles : relever le double defi agronomique et economique Des marchés très segmentés Les marchés du blé français sont très segmentés : les destinations «marché intérieur» et «export»

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Dossier technique colza campagne 2014-2015

Dossier technique colza campagne 2014-2015 Dossier technique colza campagne 2014-2015 Variétés HOLL et prix:... Page 2 Variétés conventionnelles et prix:... Page 3 Densité de semis:... Page 4 Conditions commerciales:... Page 4 Situation du marché

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Economie mondiale des engrais

Economie mondiale des engrais Economie mondiale des engrais Le centre de gravité s est déplacé vers les pays émergents Du fait de leur croissance économique et du développement parallèle de leur agriculture, le centre de gravité du

Plus en détail

2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture

2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture 2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture Pour un guide complet sur la fertilité du sol, consulter la publication 611F du MAAO, Manuel sur la fertilité du sol.

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

La fertilisation : un sujet toujours d actualité

La fertilisation : un sujet toujours d actualité La fertilisation : un sujet toujours d actualité C est en 1997 que la première édition de «Quelques notions de fertilisation» a été imprimée. Populaire auprès de la clientèle agricole, ce document a rapidement

Plus en détail

L assèchement des sols saturés d eau

L assèchement des sols saturés d eau L assèchement des sols saturés d eau L assèchement des sols saturés d eau Si la sécheresse est un problème qu affrontent fréquemment de nombreux agriculteurs canadiens, les terres agricoles inondées t

Plus en détail

Adapter les Apports Organiques au sol

Adapter les Apports Organiques au sol Adapter les Apports Organiques au sol Différents mécanismes entrent en jeu dans l assimilation des matières organiques dans le sol : - Les éléments végétaux grossiers sont fragmentés par l action des insectes

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

Connaître les différentes espèces fourragères

Connaître les différentes espèces fourragères Connaître les différentes espèces fourragères Les graminées pérennes dominantes F29 - Le Brome F30 - Le dactyle F31 - La fétuque élevée F32 - Les ray-grass d Italie et Hybrides F33 - Le ray-grass anglais

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Résultats d essais récents sur la culture du canola

Résultats d essais récents sur la culture du canola Résultats d essais récents sur la culture du canola ETIENNE TARDIF agr 1, Dr. DONALD L. SMITH 2 1 Bunge ETGO, 555 Boul. Alphonse-Deshaies, Bécancour Québec G9H 2Y8; 2 McGill University, 21,111 Lakeshore,

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Azote 30 ans de références Coordination du dossier Paul Jegat (Terra) avec Bertrand Decoopman (chambres d'agriculture de Bretagne).

Plus en détail

Résultats des essais de fertilisation d azote 2014

Résultats des essais de fertilisation d azote 2014 Résultats des essais de fertilisation d azote 2014 Rapport de la rencontre du 11 décembre 2014 avec les collaborateurs Agriculture et Agroalimentaire Canada 13/01/2015 Lors d une rencontre tenue le 11

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Les polluants : les nitrates

Les polluants : les nitrates Les polluants : les nitrates L azote est un élément essentiel de la matière vivante. Sa quantité et sa forme chimique dans le milieu aquatique y conditionnent le développement de la vie. [ 1 ] L azote

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation.

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation. Conduite de l irrigation fertilisante mars 2007 Cette pratique consiste à utiliser le réseau d irrigation pour apporter en solution dans l eau tout ou partie de la fertilisation. Elle est accessible à

Plus en détail