Un faible capital social n'est pas une faute de gestion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un faible capital social n'est pas une faute de gestion"

Transcription

1 1* MENON& Associés Eepert,complahles et Cornm[sselree me compte, I 248, rue Michel Teule Montpellier Tél. : Site : La Lettre de h, Expert Comptable sociétés commerciales I n 6/111Juin 2015 SOMMAIRE FISCAL > Investissements > CIR > Soutien à la presse > CFE SOCIAL > Contrôle URSSAF > CSN > Apprentissage > Alcool au travail P.2 P. 3 GESTION P.3 > Facturation > Concurrence déloyale LOCAL P. 4 > Vidéosurveillance CLIENTS/FOURNISSEURS P. 4 > Services à la personne SOCIÉTÉS > Fusion-absorption > Cession de parts sociales > Fin d'activité d'une société unipersonnelle P. 4 BANQUE P. 5 > Cautionnement > TEG LE POINT SUR... P. 6 > Stagiaires de l'été 2015 : les nouveaux calculs CALENDRIER PRATIQUE P.7 chiffres-clés p. S Un faible capital social n'est pas une faute de gestion En cas de liquidation judiciaire d'une SARL, son dirigeant peut être condamné à régler le passif de la société. Mais à condition qu'il ait commis une faute de gestion. Après une liquidation judiciaire Un risque pour le dirigeant. Lorsque la liquidation judiciaire d'une société fait apparaître une insuffisance d'actif, le tribunal de commerce peut, en cas de faute de gestion ayant contribué à cette insuffisance, décider que son montant sera supporté, en tout ou en partie, par le dirigeant responsable de cette faute de gestion (c. com. art. L ). Une analyse a posteriori. La recherche d'une faute de gestion consiste, pour le tribunal de commerce, à examiner a posteriori les décisions du dirigeant. Cela peut fausser l'analyse car, au moment où elle est prise toute décision comporte une part d'aléa. Ainsi, par exemple, un dirigeant peut poursuivre une activité déficitaire avec l'espoir d'obtenir de nouveaux marchés. S'il obtient ces marchés, tout va bien. Sinon, le tribunal de commerce pourra, quelques mois ou quelques années plus tard, considérer que l'espoir du dirigeant était illusoire et que la poursuite déficitaire de l'activité était une faute de gestion. Une SARL peut avoir un capital très faible Légalement, une SARL peut être constituée avec un capital très faible (à l'extrême quelques euros), les fondateurs pouvant en effet fixer librement son montant (c. corn. art. L ). Le choix d'un capital très faible peut être attractif pour le créateur de société, surtout dans le domaine des services où ses besoins en capital de départ sont faibles. Pour autant, il doit veiller à ne pas souscapitaliser sa société. L'option du faible capital a, en effet, des répercussions sur la vie de la société, en dehors de celles évidentes liées aux garanties externes (ex.: caution du dirigeant) demandées par les banques et les créanciers. Ce n'est pas une faute de gestion. La faiblesse du capital social peut-elle être reprochée à un dirigeant en cas de liquidation judiciaire? Non, a répondu la Cour de cassation dans une affaire récente. Les juges ont estimé que +( l'insuffisance des apports consentis à une société lors de sa constitution, qui est imputable aux associés, ne constitue pas une faute de gestion» (cass. com. 10 mars 2015, re ). La bonne attitude du dirigeant Le gérant ne doit pas, pour autant, se désintéresser des fonds propres de la société. Il lui revient, notamment, d'appeler les fonds correspondants à des apports non libérés (c. com. art. L ) ou encore de réunir les associés lorsque les capitaux propres de la société deviennent inférieurs à la moitié du capital social (c. com. art. L ). En tour état de cause, rester inactif face à une activité déficitai re est une faute de gestion. Faute de trouver un remède, le gérant doit alors déclarerla cessation des paiements au tribunal de commerce (c. com art. L ).

2 2 La Lettre de votre Expert Comptable r nrr 6/111.ruin 2915 Durée d'une société À compter du ler juillet 2015, les greffiers des tribunaux de commerce vont pouvoir inscrire d'office, de leur propre initiative, au RCS la dissolution d'une société lorsque celle-ci est due à l'arrivée du terme de la durée de la société fixée par les statuts. Cette inscription d'office n'aura pas lieu si, bien évidemment, la durée de la société a été prorogée en bonne et due forme (décret du 14 avril 2015,10 du 16). FISCAL Investissements Les précisions de Bercy sur la déduction exceptionnelle. Avant même que cette mesure ne soit définitivement adoptée dans le cadre de la loi Macron actuellement en cours d'examen, une instruction fiscale est venue commenter la déduction exceptionnelle de 40 % que les entreprises, soumises à l'ir ou à l'1s selon un régime réel normal ou simplifié, sont autorisées à pratiquer au titre de certains investissements réalisées entre le 15 avril 2015 et le 14 avril Peuvent bénéficier de ce dispositif les biens d'équipement limitativement énumérés (matériel de manutention, matériels et outillages utilisés pour des opérations de recherche...) amortissables selon le mode dégressif acquis ou fabriqués par l'entreprise, ainsi que ceux faisant l'objet d'un contrat de créditbail ou d'un contrat de location avec option d'achat. Cette déduction de 40 % de la valeur d'origine du bien est répartie linéairement sur sa durée normale d'utilisation. Elle vient diminuer le résultat fiscal et n'a pas d'impact en comptabilité. De ce fait, elle n'est pas retenue pour le calcul de la valeur nette comptable du bien et n'a donc pas d'incidence sur la plus-value de cession. (1301-BIC-BASE /04/2015) CIR Précisions sur l'éligibilité des cotisations sociales. Parmi le plus gros poste de dépenses éligibles au crédit d'impôt recherche figurent les dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche directement et exclusivement affectés à des opérations de recherche éligibles. Il s'agit des rémunérations elles-mêmes et de leurs accessoires, ainsi que des cotisations sociales obligatoires. jusqu'à présent source de nombreux litiges, car non définie précisément, cette dernière notion vient d'être commentée dans une instruction fiscale à laquelle il convient dorénavant de se référer. (Bol-BIC- RICI /04/2015) Soutien à la presse Soutenir la presse ouvre des avantages fiscaux. Les particuliers qui souscrivent en numéraire au capital d'une entreprise de presse entre le 19 avril 2015 et le 31 décembre 2018 bénéficient d'une nouvelle réduction d'impôt de 30 % (50 % si l'entreprise a le statut d'entreprise solidaire de presse) dans la limite annuelle de (célibataire) ou (couple), sous réserve de conserver les titres reçus en contrepartie pendant au minimum 5 ans. Par ailleurs, la réduction d'impôt de 66 % pour dons à des organismes sans but lucratif est étendue aux associations d'intérêt général et aux fonds de dotation exerçant des actions concrètes en faveur du pluralisme de la presse. (Loi du 17 avril 2015, JO du 18) CFE Les avis d'imposition sont dématérialisés. À l'exception du département de Mayotte, l'envoi des avis d'imposition de cotisation foncière des entreprises (CFE) est désormais dématérialisé. En pratique. Les entreprises doivent donc se rendre dans leur espace personnel sur le site impots.gouv. fr afin de consulter leur avis d'imposition avant les échéances du 15 juin (acompte) et du 15 décembre (solde). Pour rappel, le paiement doit obligatoirement se faire selon un mode dématérialisé : prélèvement à l'échéance ou prélèvement mensuel via l'espace professionnel, ou bien paiement direct en ligne en cliquant sur le bouton c payer» de l'avis dématérialisé. (www.impots.gouv.fr, actualité du 27 avril 2015) SOCIAL Contrôle URSSAF Précisions sur la durée d'un contrôle dans les TPE. Dans les entreprises de moins de 10 salariés et chez les travailleurs indépendants, les contrôles Urssaf engagés depuis le 1" janvier 2015 ne peuvent pas durer plus de 3 mois. Cette durée doit être au maximum de 3 mois entre le début effectif des opérations de contrôle et la lettre d'observations adressée par l'urssaf à l'entreprise contrôlée. Cette durée peut être prolongée une fois sur demande écrire du cotisant vérifié ou de l'urssaf. En cas de contrôle Urssaf sur place, le début effectif du contrôle correspond à la date de la première visite

3 n' 6111 Juin 2015 Lettre de votre Expert Comptable 3 de l'inspecteur dans l'entreprise. En cas de contrôle sur pièces, le début effectif du contrôle correspond à la date du début des vérifications mentionnée sur l'avis adressé à l'entreprise contrôlée. La fin du délai de contrôle de 3 mois est marqué par la date d'envoi en recommandé de la lettre d'observations. Rappelons toutefois que la forme recommandée n'est pas légalement obligatoire. Elle constitue seulement un élément facilitant la preuve de la délivrance par l'urssaf de cette lettre. (Lettre-circulaire Acoss n du 13 avril 2015) DSN Une obligation d'information des salariés à la charge des employeurs. Les employeurs qui basculent vers la déclaration sociale nominative, la DSN, de manière obligatoire ou facultative, doivent informer leurs salariés sur leurs données personnelles qui sont transmises dans le cadre de cette déclaration. Il s'agit des données sur leur identité, leur emploi, leur contrat de travail et la fin de celui-ci, leur rémunération et leurs droits en matière de chômage et de protection sociale. Cette information doit aussi préciser les conditions d'exercice du droit d'accès et du droit de rectification de leurs données. Les salariés doivent connaître les organismes auxquels s'adresser s'il est nécessaire de modifier leurs données ainsi que les modalités à suivre. À cet effet, une fiche d'informations est mise à la disposition des employeurs sur le site (www.dsn-info.fr) Apprentissage À compter du 1- juillet 2015, une nouvelle aide en faveur des TPE. Le premier ministre a réuni le 12 mai 2015 les partenaires sociaux et les présidents de régions pour coordonner leurs actions, notamment en matière d'apprentissage et préparer la rentrée Une communication présentée en conseil des ministres du 13 mai confirme cette mobilisation en faveur de l' apprentissage. Comme annoncé par le président de la République le 30 avril dernier, il est rappelé la mise en place d'une aide TPE jeunes apprentis» qui permettra la gratuité du contrat d'apprentissage la première année pour les entreprises de moins de 11 salariés qui recrutent un apprenti de moins de 18 ans. En effet, à compter du 1" juillet 2015, il sera mis en place un dispositif coût zéro» pour le recrutement des apprentis de moins de 18 ans dans les entreprises de moins de 11 salariés. Ainsi, pour la première année du contrat, l'état prendra non seulement en charge les cotisations mais également la rémunération de ces apprentis. L'aide sera forfaitaire et son montant correspondra à 368 par mois, soit la rémunération légale versée à l'apprenti. Elle sera versée trimestriellement. Les autres aides à l'apprentissage restent inchangées. Par ailleurs, le ministre a annoncé la mise en place dès la rentrée 2015 d'une bourse de l'apprentissage sur le portail de l'alternance. Cette bourse fournira l'ensemble des offres de contrats d'apprentissage disponibles par territoire et par métier. (Conseil des ministres du 13 mai 2015) Alcool au travail L'employeur peut-il utiliser l'alcootest pour établir et sanctionner l'état d'ébriété d'un salarié sur son lieu de travail? Oui, répond la Cour de cassation mais sous certaines conditions. Le recours par l'employeur à un contrôle d'alcoolémie pour constater l'état d'ébriété d'un salarié au travail ne constitue pas une atteinte à une liberté fondamentale si, compte tenu du travail confié au salarié, son état d'ébriété peut exposer les personnes ou les biens à un danger. Par ailleurs, les modalités de ce contrôle doivent être prévues par le règlement intérieur et doivent permettre au salarié de le contester. Le contrôle d'alcoolémie peut être réalisé en dehors de l'entreprise si des raisons techniques le justifient. (Cass. soc. 31. mars 2015, n ) GESTION Facturation La facturation électronique va devenir obligatoire pour tous les fournisseurs de l'état, des collectivités territoriales, des organismes publics et des administrations. Cette obligation d'émettre des factures électroniques entrera en vigueur : - le 1" janvier 2017 pour les grandes entreprises et les personnes publiques ; - le 1" janvier 2018 pour les entreprises de taille intermédiaire ; le ler janvier 2019 pour les PME. ; - et le 1" janvier 2020 pour les micro-entreprises. Une solution technique, portant le nom de» Chorus Portail Pro 2017», permettra le dépôt, la transmission Capital social variable Lors de sa demande d'immatriculation au registre du commerce et des sociétés, la société, quelle que soit sa forme juridique, doit déclarer le montant de son capital social. Si son capital social est variable, elle doit mentionner le montant en dessous duquel il ne peut être réduit. En revanche, l'extrait Kbis d'une société n'a pas à préciser si le montant de son capital a été, ou non, entièrement libéré, ni le montant du capital restant à libérer (CCRCS, avis du 19 mars 2015).

4 4 La Lettre de votre Expert Comptable 6/111 Juin 2015 Jeunes travailleurs La réglementation permettant à un employeur d'obtenir une dérogation pour faire exécuter des travaux interdits par de jeunes travailleurs en formation professionnelle a été assouplie. Depuis le 2 mai 2015, les employeurs peuvent affecter pendant 3 ans à des travaux dangereux des jeunes travailleurs âgés de 15 à moins de 18 ans, à condition d'avoir transmis préalablement une déclaration de dérogation à l'inspecteur du travail. Ainsi, l'employeur n'a plus besoin d'obtenir une autorisation de dérogation de l'inspecteur du travail. Une simple déclaration de dérogation préalable effectuée par l'employeur suffit (décret du 17 avril 2015, JO du 19). et la réception des factures électroniques ainsi que leur suivi. Cette nouvelle solution sera mise gratuitement à la disposition des fournisseurs des administrations. Elle remplacera l'outil «Chorus factures», mis en place, depuis 2012, pour les fournisseurs de l'état. Les entreprises ayant déjà créé des comptes sur «Chorus Factures» n'auront pas besoin d'en recréer de nouveaux sur «Chorus Portail Pro 2017». (Communiqué du ministère des Finances du 9 avril 2015) Concurrence déloyale Risques encourus à copier un concurrent. Une entreprise fabricant des portails agit en responsabilité pour concurrence déloyale contre une autre qu'elle accuse d'avoir servilement reproduit les caractéristiques de deux de ses produits. La Cour d'appel rejette cette demande. Elle estime en effet qu'en application du principe de la liberté du commerce et de l'industrie, le fait de vendre des produits, le cas échéants identiques à ceux commercialisés par cette société, qui ne dispose d'aucun droit d'auteur à leur égard, ne constituait pas en soi une faute susceptible d'engager la responsabilité. La Cour de cassation ne suit pas ce raisonnement. Pour elle, constitue un acte de concurrence déloyale la copie servile d'un produit commercialisé par une entreprisesusceptibledecréerun risquedeconfusiondans l'esprit de la clientèle. Avant de rejeter la demande du fabricant, les juges d'appel auraient donc dû rechercher s'il existait un tel risque de confusion entre ses produits et ceux vendus par son concurrent. (Cass. civ. 1" ch. 9 avril 2015, n ) LOCAL Vidéosurveillance Les commerçants peuvent désormais installer des caméras à l'extérieur de leur magasin. La loi Pinel permet aux commerçants de mettre en oeuvre, sur la voie publique, un système de vidéoprotection afin de sécuriser les abords de leurs bâtiments, dans les lieux particulièrement exposés à des risques d'agression et de vol. Cette vidéoprotection nécessite l'information du maire et l'autorisation des autorités publiques compétentes. Elle nécessitait également un décret d'application qui vient d'être publié et est entré en vigueur le 1" mai Ce décret précise que les bâtiments, dont les abords peuvent être ainsi sécurisés, sont tous les lieux de vente, mais aussi les entrepôts de marchandises. Par ailleurs, les caméras doivent être déconnectées de celles éventuellement installées à l'intérieur des boutiques et entrepôts, de manière à ce que le commerçant ne puisse pas avoir accès aux images enregistrées par les caméras extérieures. Rappelons, en effet, que le visionnage des images enregistrées par ces caméras ne peut être assuré que par des agents des services de police et de gendarmerie nationale. (Décret du 29 avril 2015, JO du 30) CLIENTS/FOURNISSEURS Services à la personne L'information des consommateurs sera bientôt renforcée. À partir du 1" juillet 2015, les organismes et les professionnels qui vendent des prestations de services à la personne, telles que le ménage, la garde d'enfants, le jardinage ou le bricolage, devront communiquer à leurs clients, avant la signature du contrat, certaines informations obligatoires. Ils devront notamment indiquer la liste des prestations proposées, le mode d'intervention selon lequel chacune des prestations est réalisée, le prix de chaque prestation, le prix unitaire ou forfaitaire, hors taxes et TTC, ainsi que les frais facturés et les éventuelles réductions de prix. Par ailleurs, lorsque le prix mensuel de la prestation est d'au moins 100 TTC, un devis personnalisé devra être remis gratuitement au client. Enfin, la facture devra obligatoirement être gratuite. Le non-respect de ces règles pourra être sanctionné par une amende administrative de au plus pour une personne physique et jusqu'à s'agissant d'une personne morale (c. consom. art. L ). (Arrêté du 17 mars 2015, JO du 25) SOCIETES Fusion-absorption Ouid des amendes dues par la société absorbée? Lorsqu'une société qui a commis des infractions en droit du travail est absorbée par une autre société, la société absorbante peut-elle être condamnée à payer l'amende pénale due pour les infractions commises par la société absorbée avant la fusion absorption?

5 l 6/111Juin 2015 La Lettre de votre Expert Comptable 5 Oui, répond la Cour de Justice de l'union européenne. Une fusion par absorption entraîne la transmission, à la société absorbante, de l'obligation de payer une amende infligée, par décision définitive après cette fusion, pour des infractions au droit du travail commises par la société absorbée avant la fusion. (DUE, 5 mars 2015, aff. C ) Cession de parts sociales La preuve d'une pratique trompeuse. Un vendeur cède toutes les actions qu'il détient dans une société. Reprochant au vendeur de lui avoir dissimulé une pratique généralisée de faux certificats de conformité à destination de sa clientèle, l'acheteur l'assigne en nullité de la vente pour tromperie. Il soutient notamment qu'avant la vente, le vendeur avait connaissance de quelques certificats erronés et que la direction de la société cédée encourageait la pratique consistant à établir de faux certificats de conformité. Les juges du fond annulent la vente pour tromperie. La Cour de cassation ne partage pas cet avis et censure : les motifs invoqués sont impropres à établir que le dirigeant légal du vendeur avait connaissance de l'existence de la pratique généralisée en cause. (Cass. com. 31 mars 2015, ri* ) Fin d'activité Précisions concernant une société unipersonnelle. Lorsque l'associé unique est une personne morale, la dissolution de la société entraîne transmission du patrimoine de la société à l'associé. Les créanciers peuvent toutefois faire opposition dans les 30 jours de la publication de cette dissolution dans un journal d'annonces légales. À défaut d'opposition, le transfert du patrimoine est réalisé et l'associé peut demander un certificat de non-opposition au greffier. Toutefois, à s'en tenir à la rédaction actuelle de l'article R du code de commerce, l'associé doit attendre un mois, après l'expiration du délai d'opposition de 30 jours, avant d'obtenir du greffier le certificat de non-opposition. La rédaction de cet article a été corrigée : le certificat de non-opposition pourra être remis dès l'expiration du délai d'opposition. Cette modification du texte prendra effet le 1" juillet (Décret du 14 avril 2015, art. 2, JO du 16) BANQUE Cautionnement Des renseignements qui engagent la caution. Une banque consent à une société un prêt garanti par le cautionnement de sa gérante associée. À cet effet, la caution a signé une fiche de renseignements indiquant ses situations de famille et professionnelle. Suite à des mises en demeure sans effet, la banque assigne la caution en paiement. Mais celle-ci refuse ; elle faisant valoir qu'elle est libérée de son engagement car il était, lors de sa conclusion, manifestement disproportionné à ses biens et revenus. Pour elle, la banque aurait dû prendre en compte son endettement global et notamment ses prêts à la consommation. Les juges rejettent cette argumentation : en l'absence d'anomalies apparentes, le créancier n'a pas à vérifier l'exactitude des données mentionnées dans la fiche de renseignements de la caution ; la banque peut donc se prévaloir du cautionnement. (Cass. com. 10 mars 2015, e ) TEG Le relevé périodique pallie le taux irrégulier du contrat. Un contrat d'ouverture de crédit, consenti à une société, stipule que les intérêts seront calculés au taux de 5,333 % l'an, variable en fonction de l'évolution du taux moyen mensuel de l'euribor à 3 mois. À l'issue du remboursement du crédit, la société conteste le montant des intérêts perçus par la banque soulignant que le taux effectif global (TEG) indiqué au contrat est erroné. Les juges constatent l'irrégularité du TEG mentionné dans le contrat de prêt. Ils déduisent de ce taux irrégulier l'application non pas du taux conventionnel mais du taux légal et condamnent en conséquence la banque au remboursement de la somme de 89144,89 E. La Cour de cassation censure : la mention, sur les relevés périodiques de compte, d'un TEG régulier, pour la période écoulée vaut information de ce taux pour l'avenir et permet de suppléer le taux irrégulier stipulé dans le contrat de prêt à compter de la réception, sans protestation ni réserve, de cette information par la société. (Cass. com. 10 mars 2015, r' ) Demandes administratives Pour traiter les demandes et les déclarations transmises par les entreprises, les administrations sont habilitées a échanger entre elles toutes les informations et données strictement nécessaires au traitement du dossier. Dans le cadre de leurs missions, les administrations destinataires des informations ou données concernant les entreprises ne peuvent pas se voir opposer le secret professionnel. Désormais, lorsque les informations ou les données nécessaires pour traiter la demande d'une entreprise peuvent être obtenues auprès d'une autre administration, l'entreprise sera dispensée de produire certaines pièces justificatives. Un décret à venir fixera la liste de ces pièces (ordonnance du 7 mai 2015, JO du 8),

6 6 La Lettre de votre Expert Comptable I n 6/11 I Juin 2015 LE POINT SUR... Stagiaires de l'été 2015 les nouveaux calculs Durée de présence du stagiaire dans l'entreprise, gratification et franchise de cotisations : à vos calculettes! Quand la gratification est-elle obligatoire? > Seuil de 2 mois. L'entreprise d'accueil du stagiaire doit lui verser une gratification pour les stages d'une durée supérieure à 2 mois consécutifs, ou à 2 mois non consécutifs au cours d'une même année scolaire ou universitaire. > Présence effective. Pour les conventions conclues depuis le ler décembre 2014, la durée du stage s'apprécie au regard de la présence effective du stagiaire dans l'entreprise. Chaque période au moins égale à 7 h de présence, consécutives ou non, est décomptée pour un jour. Chaque période d'au moins 22 jours de présence, consécutifs ou non, vaut 1 mois. Gratification minimale et franchise de cotisations D. Nouveaux chiffres. Lorsqu'une gratification est obligatoire, elle est due pour chaque heure de présence du stagiaire. Le nombre d'heures est ainsi mensualisé pour calculer le montant de la gratification (ex.: I mois complet à 35 h hebdomadaires = 151,67 h). Pour les conventions de stages conclues entre le 1" décembre 2014 et le 31 août 2015, le montant de la gratification mensuelle versée aux stagiaires est fixé à 13,75 % du plafond horaire de la sécurité sociale (PHSS), soit 3,30 (à multiplier par le nombre réel d'heures de stage). La gratification est exonérée de cotisations sociales dans la limite de 13,75 % du PHSS, soit 3,30 x nombre d'heures de stage accomplies. Pour les conventions de stages conclues du 1" septembre 2015 au 31 décembre 2015, le montant de la gratification mensuelle sera fixé à 15 % du PHSS, soit 3,60. La gratification sera exonérée de cotisations sociales dans la limite de 15 % du PHSS, soit 3,60 x nombre d'heures de stage accomplies. > Nouveaux modèles. Chaque stage effectué par un étudiant de l'enseignement supérieur donne lieu à la conclusion d'une convention de stage. Pour celles conclues depuis le ler décembre 2014, l'entreprise d'accueil doit remettre au stagiaire, à l'issue de son stage, une arrestation. Deux nouveaux modèles de convention de stage type et d'attestation de stage ont été officiellement publiés (arrêté du 29 décembre 2014, JO du 10 février 2015). Périodes de stage validées pour la retraite de base Les étudiants effectuant des stages en entreprise, qui ont débuté depuis le 15 mars 2015, peuvent demander que leurs périodes de stage, qui ont été gratifiées, soient prises en compte par le régime général de retraite, dans la limite de 2 trimestres d'assurance et moyennant le versement des cotisations. La demande doit être faite dans les 2 mois de la fin du stage. Cette validation est payante. Le stagiaire doit en effet verser pour chaque trimestre 12 % du plafond mensuel de la sécurité sociale (soit 380,40 en 2015 pour un trimestre). (Décret du 11 mars 2015, JO du 14)

7 I n 6/111Juin 2015 Lettre de votre Expert Comptable CALENDRIER PRATI UE... Délai variable TVA, régime simplifié En cas d'option pour la déclaration mensuelle, déclaration CA 3 et paiement par voie électronique des sommes dues au titre de mai TVA, régime réel normal Déclaration CA 3 et paiement par voie électronique des sommes dues au titre de mai 2015 (si la somme payée en 2014 n'a pas excédé 4 000, déclaration et paiement trimestriels). Employeurs et travailleurs indépendants Les 5 ou 20 du mois (selon l'option choisie), prélèvement mensuel (sauf paiement trimestriel) : - des cotisations d'assurance maladie, d'allocations familiales, de CSG et de CRDS pour l'ensemble des non-salariés ; - des cotisations d'assurance vieillesse de base et de retraite complémentaire ainsi que des cotisations d'assurance invalidité-décès pour les seuls artisans, industriels et commerçants. Tous contribuables Paiement au centre des finances publiques (ou par virement ou prélèvement à l'échéance) des impositions mises en recouvrement en avril Impôt sur les sociétés Télérèglement obligatoire de l'acompte d'is (si l'is de référence excède et de la contribution sociale ou, le cas échéant, sans aucune formalité, dispense ou limitation de l'acompte si le montant des acomptes déjà versé correspond à l'impôt finalement dû. Cotisation foncière des entreprises (CFE) Paiement d'un acompte égal à 50 % des cotisations C VAE Télépaiement du premier acompte de Impôt sur la fortune Dépôt au SIE de la déclaration annuelle 2725 et paiement de l'ise pour les contribuables dont le patrimoine net taxable est au moins égal à au 1" janvier juillet 15 juin Cotisations sociales (plus de 9 salariés mais moins de 50) Déclaration des salaires de mai 2015 et paiement des cotisations afférentes à l'urssaf. Opérations intracommunautaires Dépôt au service des douanes de la déclaration d'échange de biens (DEB) ou de la déclaration européenne de services (DES) concernant les opérations entre États membres de l'ue, pour lesquels la TVA est devenue exigible en juin 2015.

8 8 La 11 ettre de votre Expert comptable I n 6/ uin 2015 CHIFFRES-CLES... SÉCURITÉ SOCIALE COTISATIONS SOCIALES BAREME DES FRAIS KILOMÉTRIQUES AUTOS 2014 Caisse Ruse Cotisations à la churge CROS hase CSG/CROS 0,5 % 5G déductible base CSG/CRDS 5,10 % C5G non déductible base CSG/UDS 2,40 % Assurance maladie (régime général) Mâté 0,75% 12,80% Assurance maladie lasocemoselle) totalité 2,25 % 12,80 % Assurance vieillesse horde A 6,85 % 8,50 % Assurance vieillesse totalité 0,30 % 1,80% Allocations familiales totalité 5,25 % ou 3,45% Accidents du travail totalité taux variable Caneution autonomie totalité 0,30 % Coniribulien eu tinoncement des argenisations syndicales 0,016 % COTISATION LOGEMENT UNAU ET VERSEMENT DE TRANSPORT FNAL (- de 20 salariés) hanche A FNAL (entreprises de 20 salariés et plus) ourfela de lo tronche A Versement de transport I+ de 9 salariés) totalité CHÔMAGE ET AGS Assurance chérmoge tronche A 2,40 % Assurance cher-mage hoche B 2,40 % AGS tranches A + salarié employeur 0,10% 0,50 % toux vonoble 4,00% 4,00 % 0,30 % Kilométrage professionnel jusqu'à â km punir de km jusqu'à kin km =3(V d x 0,41 (d X 0, d x 0,286 N d x 0,493 (d x 0,277 e) d x 0,332 5 CV d x 0,543 (dx 0305 ) 1188 d x 3,364 6CV dx 0,568 (d x 0,32 ) d x 0,382 7 CV et plus d x 0,595 Id x 0,337.1 x d x 0,401 f d= &more parcourue 6 ride professionnel. INDICE DU COUT DE LA CONSTRUCTION Année l trimestre 2' trimestre 3' himeslie 4' trimestre i RETRAITES COMPLÉMENTAIRES (TAUX MINIMAL) ARRCO (noricodres) ARRCO (nontodres) AGFF (non-cedres) AGFF (non-cadras) ARRCO (cadres) AGIRC (cadres) minimum AGIRC (cadres) minimum CET (cadres) AGFf (cadres) AGFf (cadres) Prévoyance cadres APFC PLAFOND DE LA SECURI SOCIALE Mensuel ou 1/01/2015 toute l'année Annuel E Évaluation folirdtaire de l'avantage en neve logement pour 2015 logement de Autres logements 1 pièce principale (psi pie«principale) Rémunération < 1 585,00 67,30 35, ,00 os Rémunération os 1 901,99 78,60 50, ,00 os Rémunération os 2 218,99 89,70 67, ,00 Rémunération os 2 852,99 100,80 84, ,00 Rémunération os 3 486,99 123,40 106, ,00 os Rémunération os 4 120,99 145, ,00 os Rémunération mu 4 754,99 168,10 128,80 156,80 Rémonémtion os il 755,00 190,60 179,40 Dépenses prises en compte Évaluation de l'avantage en nature véhicule Dépenses réelles O Véhicule acheté : 20% du el d'idiot per an (10% si te véhicule plus de 5 ans), assurance, hais d'entretien et, le cos échéant, frais de carburent. O Véhicule loué avec ou sons option d'achat : le cora global annuel de In location, rennerien et l'ossurence du véhicule et, le cos Échéant les Frais de carburant. Avantage en ordure : O eu O x kilométrage privé onnuelildlométioge total. Forfait annuel Véhicule acheté : 9% du cold'ochet (6% si véhicule de plus de 5 ans), et lorsqu'elles sont prises en charge par l'employeur, les dépenses de colleront seri en Tubs réels, sort suivant un ferlait global de 12 % du coût d'achat (9 %si serinée de plus de 5 uns). Véhicule loué oser eu MS option d'achat 30 % du coût global annuel comprenant ta lowhon, l'entretien et l'ossurarn de véhicule et les dépenses de carburent payées par l'employeur soit en frais réels, soit suivant un Iodait global de 40 % du août globo' annuel (location, entretien, essurence du véhicule et carburant). 3:311:021:EMEI hanche 1 3,10 % 4,65% hanche 2 8,10 % 12,15% Mode 1 0,80 % 1,20% ruade 2 0,90 % 1,30% tranche A 3,10% 445% hanche B 7,80 % 12,75 % hanche C 7,80 % % hanches A C 0,13% 022% tranche A 0,80 % 1,20 % hanche B 0,90 % 1,30 % tranche A 1,50 % tranches A + B 0,024 % 0,036 % SMIC toux horaire 9,61 Minimum amati (triirelsieféslestourents) 3,52 SMIC 169 h 1 665,73 f y compris ta bonification de 25 % pour les 4 heures> 05 h hebdomadaires SMIC 151,67 h (35 h hebdomadaires) I 457,62 TAUX D'I RET Intel légal jusqu'ou 30 juin 2015 (uennces non professionnelles) 4,06 % Intérêt légal jusqu'ou 30 juin 2015 (outres cos) 0,93 % rom maximal des interdis déductibles Pour un exercice dos des comptes courants d'associés du (exercice de 12 mois) 2,57 % nu Taux effectif peur un découvert en compte 1" trimestre ,96 % lux de cirage pour nui 2015 (toner 1,0743 'An 128,45 Livre steding 0,7129 Euro 6,55957 Cours ea éons nu I'leintier 1999 Mak 1,95583 Lire 9'36,27 Franc belge 40,3349 Florin 2,20371 Pesa] 166,386 Escudo 200,482 Indice des eux h Io consommation Ménages urbains (hors tabac) Produits manufacturés Serukes IR Toux de Basa Ermite (depuis te 15 octobre ,60 % [0410 (au 31/03/2015) 0,050 % Eurrhor h 3 mois moyenne mensuelle (ou 31/03/2015) 0,019% Toux moyen des emprunts d'itur à long terme -1ME (murs 2015) 0,56 % INDICES DES 111X avril 2015 avril 2015 avril 2015 avril 2015 Variation sur 1 on Exonération allocations forfaitaires 2015 Repos restaurant* 18,10 Repos de chantier 8,80 Repas dans l'entreprise (paniers de jour, de nuit...1* 6,20 Déplacement Repas Logement et petit déjeuner Paris Autres + 92, 93, 94 départ. 3 premiers mois 18,10 f 64,70 48,00 Dons /es Iffitols-rafés-restaurants, l'avantage an nature nourriture s'apprécie encore en fonction du minimum garanti. Mise à jour an * impninerie du Groupe Prenant nie Auber Vdryovr-Seine Taos reprodurria, même porlàf le, el figaureusemem :redire.

Agenda Agenda fiscal-social

Agenda Agenda fiscal-social Agenda Agenda fiscal-social Les dates indiquées ci-après sont les dates limites d'accomplissement des formalités. Les obligations annuelles ou exceptionnelles sont spécialement signalées par une flèche.

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

Le créateur. Types de projets concernés

Le créateur. Types de projets concernés Mémofiches Comparatif des structures unipersonnelles Vous entreprenez seul, sans associé, et souhaitez le rester? Vous avez le choix entre : vous installer en entreprise individuelle : classique, auto-entrepreneur

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 30 JUILLET 2015 N 14/2015 LOI LOI POUR LA CROISSANCE, L ACTIVITÉ ET L ÉGALITÉ DES CHANCES ÉCONOMIQUES (LOI MACRON) Le Conseil constitutionnel est saisi de deux recours sur la loi

Plus en détail

Questions d Entrepreneurs 16/12/2014. Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015

Questions d Entrepreneurs 16/12/2014. Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015 Questions d Entrepreneurs Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015 ACTU Quelques rappels sur l année écoulée Loi de Finance Rectificative 2014 Loi de Financement S.S. 2015 Loi de Finance 2015 2

Plus en détail

FOCUS : NOS ARTICLES SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/sodraco/618524861539098

FOCUS : NOS ARTICLES SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/sodraco/618524861539098 JUIN 20 N 6 FOCUS : NOS ARTICLES SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/sodraco/6185248639098 Nous vous présentons actuellement des articles aussi variés que : Assurance habitation et professionnelle

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

CHAPITRE III - LA PAYE

CHAPITRE III - LA PAYE CHAPITRE III - LA PAYE Dans la plupart des entreprises, les charges de personnel représentent le poste le plus important de la valeur ajoutée. C'est dire leur importance en masse globale. Les charges de

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2014 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

Le dispositif. Statut de l auto-entrepreneur

Le dispositif. Statut de l auto-entrepreneur L auto-entrepreneur L auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration et paiement Les cumuls avec d autres exonérations La protection sociale

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles

I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles NOTE D INFORMATION 2014/01 du 02 janvier 2014 Charges sociales 2014 SMIC 2014 - intérêts comptes courants 2013 I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles Le taux maximal d'intérêts

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

FISCAL. Loi sur le commerce, l artisanat et les TPE : les principes du statut auto-entrepreneur sauvegardés. Note d information du mois de juin 2014

FISCAL. Loi sur le commerce, l artisanat et les TPE : les principes du statut auto-entrepreneur sauvegardés. Note d information du mois de juin 2014 Note d information du mois de juin 2014 FISCAL Loi sur le commerce, l artisanat et les TPE : les principes du statut auto-entrepreneur sauvegardés La loi sur le commerce, l artisanat et les TPE a été adoptée

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR

KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR ATTENTION! LE PROJET DE LOI DE MODERNISATION DE L¹ÉCONOMIE ÉTANT EN COURS DE DISCUSSION DEVANT L¹ASSEMBLÉE NATIONALE ET LE SÉNAT, LA COMPOSITION DU KIT DE L¹AUTO-ENTREPRENEUR

Plus en détail

Les mesures en faveur de la création reprise et transmission d entrepise

Les mesures en faveur de la création reprise et transmission d entrepise Les mesures en faveur de la création reprise et transmission d entrepise 2 Les mesures en faveur de la création reprise et transmission d entreprise PRÉSENTATION La loi de modernisation de l économie du

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 15 MAI 2015 N 9/2015 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE CHAMP D APPLICATION Les électrocardiogrammes effectués par un médecin sur des personnes soumises à des tests pour un nouveau médicament

Plus en détail

Choix du statut de l entrepreneur individuel

Choix du statut de l entrepreneur individuel Choix du statut de l entrepreneur individuel Groupe Mornay 2010 Panorama des différentes formes juridiques Entreprise individuelle Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) Entrepreneur

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte», par un

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM Le point sur SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte»

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS Quelle peut être la durée du contrat? La durée du contrat d apprentissage est au moins égale à celle du cycle de formation qui fait l objet du contrat et

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables Ordre des Experts Comptables FORMUM CREATION REPRISE 2011 Avocats Barreau de Béziers Philippe Mignen Maître Vidal Maitre Baldy- Geslin Bien choisir son statut juridique Les aspects juridiques Les aspects

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE

FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE AVRIL 2014 FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE Cette fiche a été réalisée grâce aux apports de l Asav, du Gisti et du CNDH Romeurope SOMMAIRE

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

Garanties à préciser dans vos conditions de vente

Garanties à préciser dans vos conditions de vente MENON & Associes EYPErli-complel. el *M'IMM.'. avx compte. 248, rue Michel Teule 34080 Montpellier Tél. : 0499 614 614 e-mail : cabinet@menon.fr Site : www.menon.fr La Lettre de he Expert Comptable sociétés

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Plan de l intervention 1. Contexte du projet 2. Statut du projet Partie

Plus en détail

AIDES à l APPRENTISSAGE. 1 /Aide à l'accueil des jeunes mineurs en apprentissage pour les entreprises de moins de 11 salariés

AIDES à l APPRENTISSAGE. 1 /Aide à l'accueil des jeunes mineurs en apprentissage pour les entreprises de moins de 11 salariés AIDES à l APPRENTISSAGE 1 /Aide à l'accueil des jeunes mineurs en apprentissage pour les entreprises de moins de 11 salariés Cette aide permet de prendre en compte l'investissement de l'entreprise sur

Plus en détail

Les nouvelles mesures fiscales et sociales. de 2015. Les mesures 2015 à connaître pour vous-même et votre entreprise.

Les nouvelles mesures fiscales et sociales. de 2015. Les mesures 2015 à connaître pour vous-même et votre entreprise. Les nouvelles mesures fiscales et sociales de 2015 Les mesures 2015 à connaître pour vous-même et votre entreprise. Les nouvelles mesures fiscales et sociales de 2015 1. Nouvelles mesures fiscales Les

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport LES COTISATIONS SOCIALES DANS LE SPORT Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport Les associations qui emploient des salariés sont considérées

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Point formation septembre 2013 Délais de prescription des dettes et créances. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

Point formation septembre 2013 Délais de prescription des dettes et créances. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil Point formation septembre 2013 Délais de prescription des dettes et créances 1 > Sommaire Pages Rappel sur la réforme de la prescription du 17 juin 2008 2-3 Délais de prescription des créances et des dettes

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichtexte.do?cidtexte=jorftext000028717329&fastpos=1&fastreqid=1132328791&categori elien=id&oldaction=rechtexte

http://www.legifrance.gouv.fr/affichtexte.do?cidtexte=jorftext000028717329&fastpos=1&fastreqid=1132328791&categori elien=id&oldaction=rechtexte Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 203 N 203-07/04/2014 Réforme des régimes de retraites 2014 Le régime des retraites a été réformé. Retrouvez le descriptif des principales mesures. Nouveau registre

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS :

CONSERVATION DES DOCUMENTS : CONSERVATION DES DOCUMENTS : Cette brochure réalisée par Dominique MATHELIE GUINLET, COJC Bordeaux. Edition Septembre 2014 Le réseau JURIS DEFI c est : Des professionnels du droit à votre écoute : Avocats

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Les charges de personnel

Les charges de personnel constituent généralement un élément important et significatif des charges de l'entreprise. Elles sont constituées : - de l'ensemble des rémunérations, - et des charges sociales et fiscales liées à ces

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE SOCIAL. Formation Repreneurs Réseau des CMA Rhône-Alpes

Formation Repreneurs MODULE SOCIAL. Formation Repreneurs Réseau des CMA Rhône-Alpes Formation Repreneurs MODULE SOCIAL Formation Repreneurs Réseau des CMA Rhône-Alpes SOMMAIRE I. Généralités 1. Organisation de la protection sociale en France 2. Les trois régimes sociaux II. La protection

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

LETTRE GENERALE n 2011-005

LETTRE GENERALE n 2011-005 LETTRE GENERALE n 2011-005 POLITIQUES SOCIALES DIRECTION DE LA PROTECTION SOCIALE SOUS-DIRECTION RELATIONS ET SERVICES AUX ENTREPRISES ET PARTENAIIRES Département Réglementation et Services aux Entreprises

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Calendrier impôt 2014

Calendrier impôt 2014 Calendrier impôt 2014 Janvier 15 / 01 / 2014 : 1ère mensualité Pour tous les impôts pour lesquels vous avez opté pour la mensualisation, le 1er prélèvement mensuel est opéré le 15 janvier. Février 17 /

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1.2.3. AU SOMMAIRE Les missions de l URSSAF La répartition des cotisations Les acteurs Les dispositifs Les cas particuliers Les remboursements de frais Les avantages en nature

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur?

Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur? Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur? Au 1 er janvier 2016, les salariés doivent bénéficier d'une couverture de santé complémentaire cofinancée par l'employeur.

Plus en détail

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE Les objectifs de la réforme Faire progresser le nombre d apprentis de 435 000 à 500 000, Développer, en priorité, l apprentissage aux premiers

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

1 L entreprise individuelle traditionnelle

1 L entreprise individuelle traditionnelle 1 L entreprise individuelle traditionnelle Introduction L entreprise individuelle est la forme juridique à la fois la plus répandue en France et la plus fragile. Elle connaît un franc succès depuis la

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail