L ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Normes d accès à l exercice en cabinet privé et de maintien du statut Version 2.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Normes d accès à l exercice en cabinet privé et de maintien du statut Version 2."

Transcription

1 L ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Normes d accès à l exercice en cabinet privé et de maintien du statut Version 2.1

2 Association des comptables généraux accrédités du Canada North Fraser Way Burnaby (Colombie-Britannique) V5J 5K7 CANADA CGA-Canada, 2011 Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire le présent document ou d en faire usage, en totalité ou en partie, de quelque manière que ce soit, sans avoir obtenu, au préalable, l autorisation écrite de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Première édition, version 2.1 Imprimé au Canada

3 TABLE DES MATIÈRES 1. La profession de CGA Aperçu du processus d accréditation des CGA Conditions pour le maintien du statut de CGA Comptables généraux accrédités exerçant l expertise comptable Qualification pour exercer l expertise comptable Programme de mentorat des CGA Immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable Exigences relatives au maintien du statut Processus disciplinaire Inspection professionnelle Version 2.1, décembre 2011 Page 3

4 1. La profession de CGA 1.1 Les comptables généraux accrédités (CGA) sont régis par un groupe d associations affiliées se composant de CGA-Canada et de douze associations ou ordres provinciaux et territoriaux de CGA. Le titre de CGA est reconnu au Canada et, internationalement, aux Bermudes, aux Caraïbes, en République populaire de Chine et à Hongkong (et, grâce à des ententes de reconnaissance mutuelle conclues avec l ACCA, CPA Australia et CPA Ireland, en Europe et en Australie). 1.2 La société accorde aux organismes professionnels le droit légal de contrôler l accès à une profession et d établir des normes de comportement à l intention de leurs membres. En échange, les membres de la profession sont tenus d agir dans l intérêt de la société, une responsabilité officialisée par des lois provinciales et fédérales, et par le Code des principes d éthique et règles de conduite des CGA. 1.3 Par leurs valeurs professionnelles, leur sens éthique et leurs attitudes, les professionnels comptables montrent leur appartenance à une profession libérale. Ces qualités dominantes, qui donnent le ton à toutes leurs activités professionnelles, sont essentielles à la réussite de toutes les professions. 1.4 Les CGA jouent un rôle important dans la société, et leurs actes et décisions ont une incidence sur le bien-être de nombreuses personnes. En leur qualité de membres d une profession libérale, les CGA sont tenus d agir dans l intérêt d autres parties que la nature et la qualité de leurs services professionnels intéressent directement. Ces intéressés sont les employeurs, les clients, diverses tierces parties reconnaissables et le grand public. Par conséquent, l organisme professionnel et ses membres sont directement concernés par la façon dont chaque membre remplit sa fonction. 1.5 Afin de s acquitter de leur responsabilité à l égard du public et de la profession, les CGA doivent allier, à un certain nombre de traits importants de caractère, l aptitude à porter des jugements techniques et moraux éclairés susceptibles de servir les intérêts de la société. Les personnes qui détiennent le titre de CGA ont suivi un processus rigoureux intégrant études universitaires, formation professionnelle, examens exhaustifs et expérience pratique. 2. Aperçu du processus d accréditation des CGA Le processus d accréditation des CGA repose sur des exigences en matière de formation et d expérience pratique, soit les deux volets du Programme d études professionnelles des CGA. Ces exigences sont décrites ci-après. 2.1 Exigences en matière de formation Tous les étudiants inscrits au Programme d études professionnelles des CGA sont tenus d obtenir un baccalauréat avant d être admis dans les rangs de l Association à titre de comptables généraux accrédités. Ce baccalauréat doit être accordé par un établissement postsecondaire approuvé conférant des grades universitaires La composante Formation du Programme d études professionnelles des CGA s échelonne sur les trois niveaux suivants : la formation de base, la formation avancée et l évaluation des compétences et de l application professionnelle (ECAP). Pour acquérir la formation de base et la formation Page 4 Version 2.1, décembre 2011

5 avancée, les étudiants doivent réussir les cours du Programme d études professionnelles des CGA ou obtenir, pour la totalité ou une partie des cours, des transferts de crédits pour des cours pertinents suivis dans un établissement postsecondaire reconnu. Au niveau ECAP, ils doivent réussir quatre cours et examens nationaux d applications au milieu professionnel, soit deux cours de compétences techniques au choix et deux examens de synthèse exhaustifs Formation de base Ce niveau se compose de dix cours qui présentent les connaissances de base des professionnels comptables. L Analyse de cas 1, effectuée à la fin de la formation de base, donne aux étudiants l occasion d appliquer et d intégrer, dans un contexte pratique et professionnel, les compétences en gestion financière qu ils ont acquises dans le cadre de leur formation de base Formation avancée Ce niveau regroupe cinq cours qui prolongent la formation de base pour permettre aux étudiants d acquérir des connaissances, des habiletés, des aptitudes et des compétences spécialisées en gestion financière, particulièrement dans les domaines de la comptabilité, de la fiscalité et de l audit. L Analyse de cas : vérification externe, effectuée à la fin de ce niveau, permet aux candidats d appliquer leurs compétences techniques en comptabilité, en fiscalité et en audit dans un contexte présentant une situation d audit concrète Évaluation des compétences et de l application professionnelle (ECAP) Ce niveau offre un contexte d apprentissage interactif qui combine des travaux d équipe en ligne, des simulations professionnelles et des études de cas approfondies. Il permet à l Association de veiller à ce que tous les étudiants inscrits au programme d études des CGA acquièrent, et soient en mesure d appliquer efficacement, les compétences techniques et professionnelles de pointe que l on attend d un CGA nouvellement admis à la profession. Au niveau ECAP, les étudiants s inscrivent à deux cours au choix qui correspondent à leurs intérêts professionnels, et à deux cours et examens de synthèse portant sur les applications au milieu professionnel. 2.2 Exigences en matière d expérience pratique La mise en application des connaissances théoriques par l expérience pratique fait partie du cheminement d un professionnel comptable accompli. L expérience pratique facilite le développement et l utilisation de la compétence professionnelle dans des situations professionnelles véritables exigeant le recours au jugement professionnel L expérience pratique est évaluée en fonction des compétences professionnelles. Avant de recevoir le titre de CGA, tous les candidats doivent montrer qu ils ont acquis un ensemble défini de compétences dans le cadre d une expérience de travail approuvée. Pour satisfaire aux exigences en matière de compétences, il faut généralement 36 mois d expérience de travail à temps plein, selon le cheminement de l étudiant. À tout le moins, les étudiants doivent acquérir 24 mois d expérience pratique. Ainsi, tous les Version 2.1, décembre 2011 Page 5

6 CGA sont tenus d acquérir au moins heures d expérience pratique pertinente avant d obtenir leur titre professionnel Les étudiants peuvent satisfaire aux exigences en matière d expérience pratique en occupant un emploi dans le secteur des affaires, dans une entreprise, dans le secteur public, dans un cabinet d experts-comptables ou dans un organisme sans but lucratif. Quel que soit le milieu où ils acquièrent leur expérience pratique, ils doivent montrer qu ils possèdent des compétences bien définies avant d obtenir le titre professionnel de CGA. Ces compétences, qui relèvent du leadership, du professionnalisme et des connaissances techniques, sont les suivantes : a) leadership stratégique et organisationnel; b) efficacité organisationnelle; c) leadership et développement employés et équipes; d) éthique et confiance; e) orientation parties prenantes; f) communication; g) perspective intégrée; h) résolution de problèmes; i) formation professionnelle continue; j) autoévaluation professionnelle; k) comptabilité générale et information financière; l) comptabilité de gestion; m) fiscalité; n) certification et services connexes; o) finance et planification financière; p) technologies de l information. 3. Conditions pour le maintien du statut de CGA 3.1 Code des principes d éthique et règles de conduite (CPERC) des CGA Pour protéger le public, les CGA doivent souscrire aux normes professionnelles et déontologiques les plus élevées, se conformer aux normes d exercice prescrites, et respecter l intention «de favoriser l amélioration» dans le domaine de la comptabilité qu avaient les fondateurs de l Association. L acquisition des valeurs professionnelles, du sens éthique et des attitudes commence au début de la formation menant à l accréditation d un CGA et est renforcée tout au long de sa carrière par ses activités de formation continue. Les valeurs professionnelles, le sens éthique et les attitudes sont évalués dans le cadre du processus d évaluation des compétences requises pour exercer en cabinet privé auquel se soumettent tous les CGA qui souhaitent exercer l expertise comptable Les comptables qui ont acquis le droit de porter le titre de CGA ont continuellement l obligation de se conduire d une manière professionnelle et respectueuse des principes d éthique dans la prestation de services à leurs clients, à leurs employeurs et au public. Les normes d éthique et d exécution que doivent respecter les membres sont définies dans le Code des principes d éthique et règles de conduite (CPERC) des CGA. Page 6 Version 2.1, décembre 2011

7 3.2 Formation professionnelle continue obligatoire Un des fondements du Code des principes d éthique et règles de conduite (CPERC) des CGA exige que les CGA s appliquent de façon continue à atteindre le degré le plus élevé de compétence et de connaissances dans tous les domaines où ils exercent en qualité de professionnels Aux termes du CPERC, tous les membres ont la responsabilité de maintenir et d accroître leur compétence professionnelle, et notamment les connaissances, les habiletés, le sens éthique, les attitudes et les valeurs qui ont de la pertinence dans leur environnement professionnel L obligation d acquisition continue de savoir par la formation professionnelle continue qu ont les CGA a pour but d assurer le maintien de la compétence professionnelle. Elle permet de rehausser la crédibilité du titre de CGA, tant à l échelle nationale qu internationale, et de conserver la confiance du public Tous les CGA doivent conserver des documents appropriés sur leurs activités de formation professionnelle continue et faire rapport de ces activités chaque année. Ils doivent aussi satisfaire aux exigences minimales de la norme de formation professionnelle continue des CGA en ce qui a trait au nombre d heures de formation, et se conformer ainsi à l International Education Standard 7 (IES 7), «Continuing Professional Development : A Program of Lifelong Learning and Continuing Development of Professional Competence» établie par le Conseil des normes internationales de la formation comptable (IAESB) de l International Federation of Accountants (IFAC). 4. Comptables généraux accrédités exerçant l expertise comptable 4.1 Les CGA qui exercent en cabinet privé sont des professionnels hautement qualifiés qui offrent à presque tous les secteurs de l économie une gamme de services de certification et de conseil perfectionnés. 4.2 Dans la plupart des provinces, les CGA offrent toute la gamme des services d expertise comptable. Ils sont ainsi autorisés à effectuer des missions d audit, d examen et de compilation pour les sociétés cotées, les sociétés fermées et les organismes sans but lucratif. Outre les services de certification, les CGA qui exercent en cabinet privé peuvent offrir des conseils professionnels dans une myriade de domaines, notamment les suivants : a) fiscalité; b) planification financière; c) planification de la retraite, planification successorale et planification de la relève; d) études de faisabilité; e) prévision; f) évaluation; g) gestion financière; h) conseils en gestion; i) planification budgétaire; j) mesure de la performance non financière; k) juricomptabilité; l) assistance en matière de litiges financiers; Version 2.1, décembre 2011 Page 7

8 m) gestion des risques; n) contrôle d entreprise; o) conseils en stratégie; p) sélection et mise en place des technologies de l information; q) direction générale. 4.3 Les CGA qui souhaitent offrir des services d expertise comptable doivent posséder des capacités précises, faire preuve de compétence dans les domaines pertinents et satisfaire à des exigences établies en matière de formation et d expérience avant d avoir le privilège d exercer l une ou l autre des activités relevant de l expertise comptable. 4.4 Pour exercer l expertise comptable, les CGA doivent réussir un programme d études professionnelles rigoureux d une durée de sept ans et avoir au moins trois ans d expérience de travail pertinente, dont deux ans dans un poste de responsabilité dans un cabinet canadien d experts-comptables. 4.5 La protection du public revêt une importance primordiale pour la profession. Les associations de CGA veillent à ce que les CGA qui exercent l expertise comptable fournissent des services de la plus haute qualité en exigeant qu ils: a) remplissent, en matière de formation et d expérience, les critères d accès et de maintien du statut qui se rattachent expressément à l exercice de l expertise comptable; b) se conforment au Code des principes d éthique et règles de conduite des CGA; c) s engagent à participer à des activités de formation professionnelle continue; d) se soumettent à des inspections professionnelles selon un cycle triennal; e) souscrivent une assurance responsabilité professionnelle; f) se soumettent aux enquêtes et aux mesures disciplinaires. 5. Qualification pour exercer l expertise comptable 5.1 Pour être qualifié pour exercer l expertise comptable, un CGA doit posséder les capacités requises ainsi que les compétences reconnues des experts-comptables. Les capacités sont les connaissances professionnelles, les habiletés professionnelles de même que les valeurs professionnelles, le sens éthique et les attitudes nécessaires pour faire preuve de compétence. La compétence, qui allie expérience pratique et éducation institutionnelle, est l aptitude à s acquitter d une fonction professionnelle selon des normes établies, dans le contexte d un milieu de travail véritable. Bien que la possession de capacités témoigne d une aptitude à travailler de façon compétente, c est par l expérience pratique qu un CGA acquiert et démontre sa compétence en expertise comptable. 5.2 La compétence s acquiert par un mélange d éducation, d expérience pratique et de formation. Une personne démontre sa compétence en ayant recours à ses capacités pour effectuer les tâches voulues selon les normes requises. a) éducation : processus d apprentissage systématiques et structurés, souvent institutionnels; b) expérience pratique : exécution de tâches qui relèvent du domaine de la comptabilité; cette expérience peut s acquérir en milieu de travail (exécution de tâches réelles) ou hors du milieu de travail (au moyen d instruction ou de simulation professionnelle); Page 8 Version 2.1, décembre 2011

9 c) formation : type d apprentissage qui met l accent sur la manière dont une personne fait son travail; habituellement, la formation relève à la fois de l instruction et de l expérience pratique. 5.3 Bien que ces éléments puissent être combinés de différentes manières, la norme de compétence à respecter demeure la même. Les CGA sont en outre tenus de maintenir cette compétence par des activités de formation professionnelle continue. 5.4 Avant de faire une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable, les CGA doivent satisfaire aux exigences en matière d éducation et d expérience énoncées ci-après ou doivent se faire encadrer par un mentor. 5.5 Exigences en matière d éducation Le public et d autres parties prenantes s appuient sur les communications que les CGA qui exercent l expertise comptable annexent à l information financière publiée par leurs clients. Par conséquent, la compétence voulue pour fournir des services d expertise comptable repose tant sur l éducation que sur la formation dans le domaine de la certification et les domaines connexes Dans le cadre de leurs études menant à l accréditation et de leurs stages d expérience pratique, les CGA acquièrent les habiletés en leadership, en professionnalisme et en compétences techniques dont ils ont besoin pour exercer la profession de comptable. Cependant, les CGA qui souhaitent exercer l expertise comptable doivent posséder un ensemble défini d habiletés dans certains domaines de compétence et se soumettre à une évaluation ciblée dans les disciplines suivantes : a) éthique et confiance; b) orientation parties prenantes; c) communication; d) perspective intégrée; e) résolution de problèmes; f) formation professionnelle continue; g) autoévaluation professionnelle; h) comptabilité générale et information financière; i) comptabilité de gestion; j) fiscalité; k) certification et services connexes Grâce à la flexibilité du Programme d études professionnelles des CGA, les étudiants peuvent choisir des cours à option de la série ECAP qui correspondent à leurs propres intérêts professionnels. Les étudiants qui souhaitent faire carrière en expertise comptable choisissent normalement les cours suivants comme cours à option dans le cadre de leur processus d accréditation : a) AU2 : Vérification externe avancée b) TX2 : Fiscalité avancée des particuliers et des entreprises Ces cours peuvent aussi être suivis après l accréditation Tous les candidats inscrits au Programme d études professionnelles des CGA doivent avoir obtenu un baccalauréat d un établissement Version 2.1, décembre 2011 Page 9

10 postsecondaire approuvé conférant des grades universitaires avant de recevoir le titre de CGA. 5.6 Exigences en matière d expérience pratique Conformément aux normes relatives à l expérience requise pour l exercice de l expertise comptable prescrites par le Conseil des normes internationales de la formation comptable de l IFAC, les CGA sont tenus de faire un stage d expérience pratique suffisamment long et intensif pour permettre aux candidats de démontrer qu ils ont acquis les capacités nécessaires pour exercer l expertise comptable. Les candidats doivent effectuer une portion considérable de leur stage dans le domaine de la certification, dans des conditions qui conviennent au type et à l importance des missions de certification qu ils offrent, ou sont susceptibles d offrir, au public En tout, la durée de la période d expérience pratique pertinente pour l exercice de l expertise comptable est d au moins trois ans, dont tout au plus une année d études de deuxième cycle. Cette expérience pratique doit être acquise dans les cinq ans précédant la demande d immatriculation au registre des membres exerçant en cabinet privé. En outre, le candidat doit normalement acquérir deux de ces années d expérience pratique dans le domaine de la certification sous la supervision d un responsable de mission ou d un mentor Les CGA doivent se soumettre au processus d évaluation des compétences requises pour exercer en cabinet privé des CGA avant de pouvoir être immatriculés au registre des membres exerçant l expertise comptable. Ce processus permet de vérifier les compétences de ces CGA en expertise comptable. Les CGA se familiarisent avec toutes les compétences dans le cadre du Programme d études professionnelles des CGA, mais ils doivent acquérir une plus grande maîtrise de certaines compétences pour exercer l expertise comptable. Ainsi, les membres qui exercent l expertise comptable doivent avoir une expérience plus approfondie à l égard de certaines connaissances techniques, notamment la certification, la fiscalité, et la mesure et la communication de la performance, tandis que leur maîtrise de compétences relevant d autres domaines n a pas à être aussi poussée. Normalement, pour démontrer les compétences requises, un CGA qui fait une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable doit avoir consacré : a) au moins heures à la prestation de services de certification; b) au moins 200 heures à la prestation de services de fiscalité; c) au moins heures en tout aux domaines de compétence relevant de l expertise comptable L expérience pratique peut s acquérir pendant les études menant à l obtention du titre de CGA ou après l obtention du titre. Le candidat peut l acquérir en travaillant dans un cabinet de CGA, dans un cabinet de comptables portant un autre titre comptable professionnel reconnu par une autorité légalement compétente au Canada ou encore sous la supervision d un ou plusieurs mentors reconnus, et elle peut se présenter sous l une ou l autre des formes suivantes : a) formation et expérience interne en milieu de travail; b) formation externe hors du milieu du travail; Page 10 Version 2.1, décembre 2011

11 c) cours et activités de formation professionnelle continue Avant de faire une demande d immatriculation au registre des membres exerçant en cabinet privé, un CGA doit avoir réussi les cours de formation externe suivants des CGA : a) les cours d initiation à l exercice en cabinet privé : Starting Your Own CGA Practice ou l équivalent; Performing Compilation and Review Engagements ou l équivalent; Audit Engagements ou l équivalent; b) une mise à jour sur le Manuel de l ICCA. 6. Programme de mentorat des CGA 6.1 Le programme de mentorat des CGA permet de veiller à ce que l expérience pratique de tous les CGA qui offrent des services d expertise comptable au Canada soit adéquatement encadrée. Le programme de mentorat des CGA repose sur une entente formelle entre l Association et le mentor, et entre le mentor et le nouveau praticien. Le mentor et le mentoré ont des responsabilités bien définies l un envers l autre, et envers l Association. Les CGA qui le désirent peuvent acquérir une partie ou la totalité de leur expérience pratique en expertise comptable en ayant recours au programme de mentorat des CGA. 6.2 Un mentor est un praticien ou un cabinet qui est immatriculé au registre des membres exerçant l expertise comptable et qui, avec l approbation de l Association, aide les CGA nouvellement immatriculés à développer leurs compétences en leur fournissant des conseils et du mentorat. Le mentor doit offrir un milieu de travail dans lequel on favorise, surveille et récompense le rendement au travail et le développement de qualités personnelles, du sens éthique, du professionnalisme et des habiletés professionnelles et compétences spécifiques que doit avoir un CGA qui exerce l expertise comptable. 6.3 Les critères auxquels doivent répondre les mentors CGA sont les suivants : a) être immatriculé au registre des membres exerçant en cabinet privé et respecter les conditions pour le maintien du statut; b) offrir tous les types de missions menant à la délivrance d un rapport (audit, examen et compilation) au sein de son cabinet; c) avoir réussi à ses inspections professionnelles; d) satisfaire aux exigences en matière de formation professionnelle continue et être à jour dans la présentation de ses rapports en cette matière; e) ne pas avoir été sanctionné pour comportement non professionnel. 6.4 Le mentor seconde l Association dans une phase critique du développement des compétences d un CGA dans le domaine de l expertise comptable. Un CGA qui n a pas encore satisfait aux exigences en matière d expérience pratique doit faire une demande de participation au programme de mentorat des CGA au moment de sa demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable. L Association évalue les niveaux de compétence du CGA dans le cadre du processus d évaluation des compétences requises pour exercer en cabinet privé des CGA et fournit les résultats de cette évaluation au mentor choisi. Pendant toute la durée de la période de mentorat, le mentor attestera que le mentoré a respecté ses obligations Version 2.1, décembre 2011 Page 11

12 professionnelles en ce qui a trait aux compétences démontrées, ainsi qu au nombre d heures et à la durée de l expérience pratique. C est toutefois au professionnel mentoré qu il incombe de consigner les compétences acquises et les heures d expérience pratique accumulées. 6.5 L acquisition d expérience pratique dans le cadre du programme de mentorat des CGA permet d acquérir et d appliquer progressivement les compétences suivantes : a) la capacité d appliquer des connaissances théoriques et techniques; b) l utilisation du jugement professionnel, notamment des habiletés en gestion et en administration; c) une connaissance sommaire des normes de la profession, notamment les normes sur l éthique et l indépendance; d) la capacité d acquérir des habiletés supérieures en communications professionnelles et interpersonnelles; e) la capacité de répondre aux besoins d un client et de cerner les points critiques; f) le développement d habiletés en résolution de problèmes et en prise de décisions de gestion; g) un professionnalisme supérieur dans le domaine de l expertise comptable; h) une attitude d objectivité, d indépendance et de scepticisme professionnel. 6.6 Pour être admissible à l exercice de l expertise comptable, un membre ne doit pas nécessairement faire preuve de compétence dans tous les travaux ou contextes et dans toutes les situations possibles. On s attend néanmoins à ce qu il puisse s acquitter avec compétence de certains travaux dans des contextes particuliers dans toutes les situations où il est susceptible de se trouver. La plupart des membres acquerront, dans le cadre d un certain nombre de missions de certification exécutées au cours de la période prescrite dans la présente norme, l expérience pratique voulue pour démontrer leurs compétences en certification. 7. Immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable 7.1 Un CGA qui souhaite exercer l expertise comptable doit faire une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable de son association ou ordre provincial ou territorial avant de commencer à exercer l expertise comptable, et il doit renouveler son immatriculation tous les ans. Les exigences en matière d immatriculation s appliquent à chacun des associés d un cabinet. 7.2 L association ou l ordre examine les demandes d immatriculation et procède au processus d évaluation des compétences requises pour exercer en cabinet privé des CGA pour établir les compétences du professionnel comptable en matière d exercice en cabinet privé, tant sur le plan de la formation que sur celui de l expérience, en fonction des exigences de la présente norme. 7.3 Un CGA qui est l employé d un cabinet offrant des services d expertise comptable n est pas considéré comme un membre exerçant en cabinet privé et n est, par conséquent, pas tenu de s inscrire lui-même au registre des membres exerçant l expertise comptable. 7.4 Aux fins de l immatriculation, l exercice en cabinet privé signifie la prestation ou la proposition d au moins un des services suivants au public ou à un client : Page 12 Version 2.1, décembre 2011

13 a) mission de certification; b) mission d application de procédés de vérification spécifiés; c) mission de compilation; d) service comptable comprenant la préparation d un résumé, d une analyse, de conseils ou d une interprétation; e) comptabilité judiciaire, enquête financière ou services de soutien en matière de litiges financiers (si la prestation de ces services se fait de façon indépendante); f) conseils ou interprétations en matière de fiscalité; g) préparation d une déclaration de revenus ou d une autre déclaration prescrite par la loi lorsque la préparation de cette déclaration se fait au sein d un cabinet proposant ou fournissant un service décrit aux points a), b), c), d), e) ou f) cidessus. 7.5 Les CGA qui fournissent uniquement les services suivants n ont pas à s immatriculer : a) conseils en gestion, notamment le recensement et l étude des problèmes de gestion liés aux politique, aux aspects technique, à la structure, au fonctionnement, aux finances, aux systèmes, aux procédures et à l administration des organisations et la recommandation de solutions appropriées; b) services en matière d insolvabilité, notamment la mise sous séquestre, les services de syndic de faillite, la liquidation et l administration de sociétés et de successions en faillite ou insolvables; c) traitement des données, y compris la tenue manuelle des comptes; d) charge d administrateur qui implique la gestion d affaires pour le compte d autrui; e) conseils en informatique; f) courtage commercial, négociation et conseils en matière de vente, de financement, de fusion ou d acquisition d entreprises; g) charge d exécuteur testamentaire et administration de successions; h) conseils en placements; i) conseils en assurance; j) évaluation; k) prestation de services au public par l intermédiaire d un cabinet d avocats. 7.6 Catégories d immatriculation Les CGA sont autorisés à offrir la gamme des services relativement auxquels ils ont démontré les compétences nécessaires et ont acquis le nombre requis d heures d expérience pratique pour établir qu ils possèdent suffisamment ces compétences, selon le processus d évaluation des compétences requises pour exercer en cabinet privé des CGA. Ces compétences peuvent être acquises de différentes façons, mais elles doivent satisfaire aux exigences définies dans la présente norme Les CGA doivent démontrer qu ils possèdent les compétences qui conviennent à la nature et à l importance des services qu ils offrent, ou sont susceptibles d offrir, au public. Par conséquent, ils peuvent offrir au public divers services appartenant aux catégories suivantes : a) services limités : services de préparation de déclarations fiscales de particuliers et de déclarations et formulaires prescrits par le gouvernement à partir d information financière préparée par le client Version 2.1, décembre 2011 Page 13

14 uniquement aux fins de la production de déclarations fiscales de sociétés, de fiducies ou de particuliers; b) services de compilation et de fiscalité : missions de compilation et/ou services de préparation de déclarations fiscales de sociétés et de particuliers; c) services de certification : gamme complète des services d expertise comptable, notamment l audit, l examen et les autres services de certification Tous les CGA qui font une demande d immatriculation au registre des membres exerçant en cabinet privé dans les catégories b) et c) ci-dessus doivent satisfaire aux exigences suivantes pour être admissibles : a) souscrire une assurance responsabilité professionnelle conformément au régime d assurance responsabilité professionnelle des CGA. La limitation contractuelle d engagement ne doit pas être inférieure à $ par réclamation. La limitation contractuelle d engagement globale, par année d assurance, ne doit pas être inférieure à : $ pour un professionnel en exercice individuel; $ pour une société de personnes regroupant au moins deux associés; $ pour une société par actions. La franchise maximale par réclamation prévue par la police d assurance ne doit pas être supérieure à $. La police doit prévoir le prolongement du délai de réclamation sur une période d au moins trois ans après le départ à la retraite du CGA ou après le moment où il cesse d exercer en cabinet privé; b) être abonnés au Manuel de l ICCA (au complet) et au Manuel d expertise comptable de CGA-Canada; c) se soumettre au processus d inspection professionnelle conformément aux normes d inspection professionnelle des CGA Services limités Les CGA qui fournissent uniquement les services suivants au public peuvent opter pour un processus restreint d immatriculation : a) des services de préparation de déclarations fiscales de particuliers moyennant des honoraires; b) des services de préparation de déclarations fiscales et de formulaires prescrits par le gouvernement (c.-à-d. les formulaires IGRF) à partir d information financière préparée par le client uniquement aux fins de la production de déclarations fiscales de sociétés, de fiducies ou de particuliers. Ceci à la condition d être membres accrédités en règle Les CGA qui sont soumis à un processus restreint d immatriculation doivent être membres accrédités en règle et satisfaire aux exigences Page 14 Version 2.1, décembre 2011

15 en matière d accès et de maintien du statut, conformément à la politique adoptée par leur association affiliée. Le processus restreint d immatriculation doit prévoir au moins la souscription à une assurance responsabilité professionnelle conforme aux dispositions du régime d assurance responsabilité professionnelle des CGA Services de compilation et de fiscalité Les CGA qui font une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable, et qui offrent au public des services de compilation et des services de fiscalité des particuliers et des entreprises, doivent satisfaire aux exigences suivantes en matière de formation et démontrer qu ils ont acquis, par l expérience pratique, les compétences requises : a) être membre accrédité en règle; b) avoir réussi le cour avancé de deuxième cycle suivant : TX2 : Fiscalité avancée des particuliers et des entreprises ou l équivalent, avant la demande initiale d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable; c) avant de faire une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable, le membre doit avoir suivi les cours de formation externe suivants des CGA : les cours d initiation à l exercice en cabinet privé : o Starting Your Own CGA Practice ou l équivalent, o Performing Compilation and Review Engagements ou l équivalent, une mise à jour sur le Manuel de l ICCA; d) avoir acquis heures d expérience pratique en tout, avant ou après l accréditation, à l égard des compétences requises pour l exercice de l expertise comptable, dont 200 heures en prestation de services de fiscalité. Un candidat qui n a pas accumulé le nombre d heures prescrit ou démontré les compétences requises avant de faire une demande d immatriculation devra retenir les services d un mentor reconnu Services de certification Les CGA qui font une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable, et qui offrent au public toute la gamme des services d expertise comptable, notamment des missions d audit, d examen et d application de procédés de vérification spécifiés, doivent satisfaire aux exigences suivantes en matière de formation et démontrer qu ils ont acquis, par l expérience pratique, les compétences requises : a) être membre accrédité en règle; b) avoir réussi les cours avancés de deuxième cycle suivants avant l immatriculation : Version 2.1, décembre 2011 Page 15

16 AU2 : Vérification externe avancée ou l équivalent, TX2 : Fiscalité avancée des particuliers et des entreprises ou l équivalent; c) avant de faire une demande d immatriculation au registre des membres exerçant l expertise comptable, le membre doit avoir suivi les cours de formation externe suivants des CGA : les cours d initiation à l exercice en cabinet privé : o Starting Your Own CGA Practice ou l équivalent, o Performing Compilation and Review Engagements ou l équivalent, o Audit Engagements ou l équivalent, une mise à jour sur le Manuel de l ICCA; d) avoir acquis heures d expérience pratique en tout, avant ou après l accréditation, à l égard des compétences requises pour l exercice de l expertise comptable, dont heures à des échelons de plus en plus élevés dans la prestation de services d audit, d examen et d autres services de certification et 200 heures dans la prestation de services de fiscalité. La combinaison des composantes de l expérience peut varier mais elle doit convenir au type et à l importance des missions de certification que le CGA offre, ou est susceptible d offrir, au public. Cependant, un CGA qui fournit des services d audit doit nécessairement faire preuve d expérience pratique dans le domaine de l audit. Un candidat qui n a pas accumulé le nombre d heures prescrit ou démontré les compétences requises avant de faire une demande d immatriculation devra retenir les services d un mentor reconnu Conformément aux normes de formation comptable internationales établies par l IFAC en matière d expertise comptable, la durée minimale du stage d expérience pratique est de trois ans, dont au moins deux ans en certification sous la supervision d un responsable de mission ou d un mentor reconnu. 7.7 Régimes provinciaux et territoriaux de délivrance des permis d exercice Dans certaines provinces et certains territoires où la prestation des services d expertise comptable est régie par la loi, la gamme des missions d expertise comptable pouvant être exécutées par le titulaire d un permis est parfois définie par voie de réglementation. Les dispositions réglementaires peuvent préciser le nombre d heures d expérience pratique en audit et les autres exigences auxquelles un professionnel comptable doit satisfaire pour exercer l expertise comptable. Dans ces provinces et territoires, les CGA doivent respecter les exigences prescrites par la loi en matière de délivrance des permis. Page 16 Version 2.1, décembre 2011

17 8. Exigences relatives au maintien du statut 8.1 Les CGA immatriculés au registre des membres exerçant l expertise comptable doivent renouveler leur immatriculation tous les ans. Pour être admissible au renouvellement, un CGA doit satisfaire aux exigences suivantes : a) avoir été immatriculé au registre des membres exerçant l expertise comptable l année précédente ou, tout au plus, deux ans auparavant; b) être à jour dans ses inspections professionnelles; c) se conformer aux exigences des CGA en ce qui a trait aux rapports sur les activités de formation professionnelle continue; d) souscrire une assurance responsabilité professionnelle; e) avoir un abonnement à jour au Manuel d expertise comptable des CGA; f) avoir un abonnement à jour au Manuel de l ICCA. 8.2 Les CGA qui n ont pas été immatriculés depuis deux ans au registre des membres exerçant l expertise comptable doivent faire une nouvelle demande d immatriculation et se soumettre de nouveau au processus d évaluation des compétences requises pour exercer en cabinet privé des CGA. 9. Processus disciplinaire 9.1 Les gouvernements provinciaux et territoriaux donnent à chaque association ou ordre de CGA le droit légal de gérer la profession. En échange, l association ou l ordre et ses membres doivent agir dans l intérêt de la société en se conformant à des normes élevées en matière d éthique, de conduite et d exercice. Tous les CGA doivent respecter le Code des principes d éthique et règles de conduite des CGA, dans lequel sont énoncées leurs responsabilités envers la société et la profession. Des mécanismes sont en place pour protéger le public, les autres membres et l association ou l ordre dans les cas où un CGA enfreindrait ces règles. 9.2 Un membre qui commet un acte constituant un manquement à la déontologie s expose à des sanctions disciplinaires. Le processus disciplinaire mis en œuvre est prescrit par les lois provinciales et territoriales. Les sanctions qui peuvent être imposées aux CGA sont une amende, une suspension temporaire, la révocation du statut de membre et l exclusion. 10. Inspection professionnelle 10.1 Les CGA immatriculés au registre des membres exerçant l expertise comptable sont tenus de se soumettre périodiquement à des inspections professionnelles conformément aux normes d inspection professionnelle de CGA-Canada. Ces inspections ont pour but de promouvoir des normes d exercice élevées dans les cabinets d experts-comptables et de surveiller la compétence de la profession Les inspecteurs nommés par l association ou l ordre pour effectuer des inspections professionnelles ou y participer doivent satisfaire à certains critères de formation et d expérience. Les résultats des inspections professionnelles sont communiqués à un comité de l association ou de l ordre. Le CGA est informé de toute lacune constatée au cours de l inspection professionnelle et des mesures qu il doit prendre pour remédier à la situation. Les mesures correctives peuvent comprendre des mesures disciplinaires, une inspection professionnelle de suivi, l examen obligatoire des Version 2.1, décembre 2011 Page 17

18 travaux liés à une mission avant la délivrance du rapport et l inscription à des cours ou à des séminaires. Page 18 Version 2.1, décembre 2011

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

Le programme d agrément CPA

Le programme d agrément CPA Le programme d agrément CPA Table des matières Le programme d agrément CPA : généralités... 1 Terminologie... 2 La Grille de compétences des CPA : définir les compétences du CPA débutant... 3 Éléments

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme sur l indépendance Version 2.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Version 2.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby (Colombie-Britannique) Canada V5J 5K7 CGA-Canada,

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

AU NOUVEAU-BRUNSWICK

AU NOUVEAU-BRUNSWICK PROPOSITION D UNIFICATION DE LA PROFESSION COMPTABLE AU NOUVEAU-BRUNSWICK LE 22 MARS 2013 PROPOSITION D UNIFICATION TABLE DES MATIÈRES 1. SOMMAIRE... 2 2. PRÉAMBULE... 2 3. APPROBATION DES MEMBRES... 3

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Code des principes d éthique et règles de conduite Version 2.14

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Code des principes d éthique et règles de conduite Version 2.14 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Code des principes d éthique et règles de conduite Version 2.14 ISBN : 1-55219-024-2 On peut se procurer des exemplaires supplémentaires du présent

Plus en détail

Assurer la compétence des juristes

Assurer la compétence des juristes BARREAU DU HAUT -CANADA Assurer la compétence des juristes The Law Society of Upper Canada LET RIGHT PREVAIL Barreau du Haut-Canada La Loi sur le Barreau exige du Barreau qu il veille à ce que la population

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Commission des services financiers de l Ontario Le 17 décembre 2010 Table

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM 1- Objectifs Le programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM a pour but de promouvoir l entreprenariat chez les jeunes avocats

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM.

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM. STATUT, RÈGLES ET PRINCIPES DIRECTEURS DE L ACFM Version administrative 1 er octobre 2010 PRÉAMBULE Le présent document constitue une version administrative des Statut, Règles et Principes directeurs de

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

expertise professionnelle CGA

expertise professionnelle CGA Microprogramme en expertise professionnelle CGA Diplôme d études supérieures spécialisées Affaires électroniques Communication marketing Comptabilité publique Fiscalité Gestion Gestion d organismes culturels

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 www.cpaquebec.ca Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA N.B. Il est inutile de présenter une demande

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Régime d assurance responsabilité professionnelle des comptables professionnels agréés du Québec

Régime d assurance responsabilité professionnelle des comptables professionnels agréés du Québec Régime d assurance responsabilité professionnelle des comptables professionnels agréés du Québec Administré par l ACPAI Assurance ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE FORMULAIRE DE PROPOSITION B GARANTIES

Plus en détail

Entente de reconnaissance mutuelle. entre. l Institute of Actuaries of Australia. l Institut canadien des actuaires

Entente de reconnaissance mutuelle. entre. l Institute of Actuaries of Australia. l Institut canadien des actuaires Entente de reconnaissance mutuelle entre l Institute of Actuaries of Australia et l Institut canadien des actuaires Entente de reconnaissance mutuelle TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE 1 2. CONDITIONS CONVENUES

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Un engagement profond envers l apprentissage continu Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Table des matières Message du Bureau des affaires professionnelles...3

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Programme d assurance de la qualité

Programme d assurance de la qualité Programme d assurance de la qualité Section B Section B Programme d assurance de la qualité Aperçu du Programme d assurance de la qualité... -B-1- Introduction... Programme d assurance de la qualité...

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

IFAC Board. Prise de position définitive. Norme internationale de contrôle qualité (ISQC)

IFAC Board. Prise de position définitive. Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) Norme ISQC 1, Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers, ainsi

Plus en détail

Régime d assurance responsabilité professionnelle des comptables agréés Administré par Les SACA Inc. (Services d assurance aux comptables agréés)

Régime d assurance responsabilité professionnelle des comptables agréés Administré par Les SACA Inc. (Services d assurance aux comptables agréés) Régime d assurance responsabilité professionnelle des comptables agréés Administré par Les SACA Inc. (Services d assurance aux comptables agréés) PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires en Ontario

Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires en Ontario 69, rue Bloor Est, bureau 300, Toronto, Ontario M4W 1A9 Tél. : 416-961-6234 Sans frais : 1-800-268-2346 Téléc. : 416-961-6028 www.cdho.org Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

CONSEIL DE RÉGLEMENTATION DES CONSULTANTS EN IMMIGRATION DU CANADA MANUEL POUR L AGRÉMENT DES PROGRAMMES D ÉTUDES DE CONSULTANT EN IMMIGRATION

CONSEIL DE RÉGLEMENTATION DES CONSULTANTS EN IMMIGRATION DU CANADA MANUEL POUR L AGRÉMENT DES PROGRAMMES D ÉTUDES DE CONSULTANT EN IMMIGRATION CONSEIL DE RÉGLEMENTATION DES CONSULTANTS EN IMMIGRATION DU CANADA MANUEL POUR L AGRÉMENT DES PROGRAMMES D ÉTUDES DE CONSULTANT EN IMMIGRATION JANVIER 2014 MANUEL POUR L AGRÉMENT DES PROGRAMMES D ÉTUDES

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada

Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada 2007 Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

POLITIQUE. Délivrance des permis et obtention des classes et des mentions OBJECTIF PRÉALABLE MODALITÉS D APPLICATION

POLITIQUE. Délivrance des permis et obtention des classes et des mentions OBJECTIF PRÉALABLE MODALITÉS D APPLICATION POLITIQUE Délivrance des permis et obtention des classes et des mentions OBJECTIF Cette politique a pour objectifs de : définir les différents types de permis et les conditions générales d obtention et

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Politique. Aux fins de distribution aux personnes intéressées de votre société

Bulletin de l ACFM. Politique. Aux fins de distribution aux personnes intéressées de votre société Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale, secrétaire générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM Politique BULLETIN N o 0656 P Le

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Audit interne et contrôles internes [MU1] 2011-2012 Les examens Audit interne et contrôles internes [MU1] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen,

Plus en détail

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Rapport d inspection des pratiques professionnelles Date : le 16 janvier 2012 Table des matières DÉCLARATION DU VALIDATEUR

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Exigences en matière d expérience pratique des CPA

Exigences en matière d expérience pratique des CPA Exigences en matière d expérience pratique des CPA Mon emploi est-il admissible aux fins du stage avec vérification de l expérience? La période d acquisition de l expérience pratique admissible peut commencer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel Introduction Cette note a pour but d établir la position de l AAI sur le rôle que les actuaires devraient jouer dans le contrôle prudentiel des sociétés

Plus en détail

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE DIRECTION DES AFFAIRES ACADÉMIQUES ET INTERNATIONALES GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE Document

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Dans le but d alléger le texte et d en faciliter la lecture, le masculin a été utilisé comme genre neutre pour désigner aussi bien

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 6. LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER Les erreurs de gouvernance commises par les administrateurs de fondation sont rares au Canada. Celles

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

1. Les professionnels "qualifiés" (chartered profesionals)

1. Les professionnels qualifiés (chartered profesionals) Page 1 sur 6 ADBS (ES) Projet CERTIDOC Phase1 - Etat des lieux Annexe au rapport d enquête Complément à l'enquête sur les systèmes de certification en vigueur en Europe CertidocRapportComp.doc V2 : 29/09/03

Plus en détail

COMPRENDRE LA GESTION DES SUCCESSIONS DANS LES RE SERVES

COMPRENDRE LA GESTION DES SUCCESSIONS DANS LES RE SERVES Centre d excellence en matière de biens immobiliers matrimoniaux Hébergé par l Association des gestionnaires des terres des Premières Nations (ANGTA), le CDEBIM aide les collectivités et les membres des

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSCRIPTION À TITRE DE TRAVAILLEUSE OU TRAVAILLEUR SOCIAL

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSCRIPTION À TITRE DE TRAVAILLEUSE OU TRAVAILLEUR SOCIAL Formulaire de demande d inscription à titre de travailleuse ou travailleur social Certificat d inscription général de travailleuse ou travailleur social Combinaison de titres et d expérience pratique 250,

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 42 11

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 42 11 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 42 11 Décret présidentiel n 14-196 du 8 Ramadhan 1435 correspondant au 6 juillet 2014 portant organisation et gestion de la formation et du perfectionnement

Plus en détail

Programme des courtiers directeurs Compétences et programme de formation

Programme des courtiers directeurs Compétences et programme de formation Programme des courtiers directeurs Compétences et programme de formation Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH) entend définir des normes nationales touchant

Plus en détail

Questions et Réponses. DESS en comptabilité professionnelle (DESS CPA)

Questions et Réponses. DESS en comptabilité professionnelle (DESS CPA) Questions et Réponses DESS en comptabilité professionnelle (DESS CPA) Admission 1. Quel est la date limite pour déposer une demande d admission pour l année 2015-2016? 2. Y aura-t-il des admissions à d

Plus en détail

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK NORMES SUR L EMPLOI DE LA TECHNOLOGIE DANS LA PRATIQUE DU TRAVAIL SOCIAL 2010 Adopté le 5 juin 2010 Table des matières Remerciements p. 3 Préface

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

Demande de reconnaissance en vue de l obtention du permis de comptabilité publique

Demande de reconnaissance en vue de l obtention du permis de comptabilité publique 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Demande de reconnaissance en vue de l obtention du permis de comptabilité

Plus en détail