Conception multi-agent d un système d aide à la décision collective

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception multi-agent d un système d aide à la décision collective"

Transcription

1 Conception multi-agent d un système d aide à la décision collective Justification automatique pour la confrontation des opinions Maxime Morge Philippe Beaune Équipe SMA / Centre SIMMO École Nationale Supérieure des Mines 158 cours Fauriel F Saint Etienne Cedex 2 RÉSUMÉ. Dans cet article nous proposons un outil d aide à la négociation qui s appuie sur un système multi-agent. Chacun des agents assiste un utilisateur dans l expression de ses préférences via une méthode d analyse multi-critère. Ils doivent d autre part représenter les acteurs dans les négociations automatiques qui vont les confronter les uns aux autres. Le système proposé permet aux utilisateurs de tirer parti de leurs interactions, que cela soit en négociant une représentation conjointe du problème ou par la justification automatique de leur choix via cette ontologie partagée. ABSTRACT. In this paper, we propose a Negotiation Support System based on a Multiagent System. Each agent assists a user in a multi-criteria decision making and negotiate according to this decision-modeling with other agents, each of them representing an user. Moreover agents assist users in the debate to negotiate a joint representation of the problem and automatically justify proposals with this joint representation. MOTS-CLÉS : Système d Aide à la Décision Collective, Systèmes Multi-Agents, Négociation Automatique, Argumentation KEYWORDS: Group Decision Support System, Multi-Agent Systems, Automated Negotiation, Argumentation

2 360 RSTI/hors série. JFSMA Introduction Dans cet article nous présentons un outil informatique d aide à la négociation dans le cadre de projets territoriaux. Cet outil s appuie sur un système de négociation automatique auquel les utilisateurs vont déléguer une partie du processus de décision [ITO 97]. Un agent autonome sert d interface entre l utilisateur et le système. Il doit d une part, assister l acteur dans l expression de ses préférences ; d autre part représenter l acteur dans les négociations automatiques. Les communications entre les agents transitent par l intermédiaire d un agent médiateur. Le système est doté de mécanismes permettant de négocier une représentation conjointe du problème et de justifier automatiquement les propositions émises à partir de cette représentation. Nous allons tout d abord décrire l aide à la décision, puis les mécanismes de négociation automatique et enfin l aide à la négociation. 2. Assistance à la décision Dans le domaine de la négociation territoriale, la Méthode Hiérarchique Multicritère (MHM) [SAA 96] fait légion. Le processus se déroule en trois étapes Première étape : Construction d une hiérarchie décisionnelle Pour parvenir à des connaissances précises, la méthode structure un problème de décision en diverses composantes appelées activités. Comme l illustre la figure 2.1, on doit tout d abord identifier le but du problème envisagé (G). À ce problème de décision, on peut répondre par diverses alternatives (A = a1, a2, a3). Afin de structurer le problème, le but se décompose en sous-problèmes qui seront alors des critères (c 1, c 2 ) pour l évaluation des différents alternatives. Ces critères (C) seront à leur tour décomposés en sous-critères et ainsi de suite jusqu à atteindre les critères feuilles d une hiérarchie décisionnelle. Une relation de spécificité entre critères est définie tel que : c k1 c k2 ssi c k1 est un sous-critère de c k2. La fermeture transitive correspondante est notée. Figure 1. Hiérarchie pour déterminer le tracé d une autoroute

3 Résolution de problèmes Deuxième étape : expression des jugements La méthode consiste à comparer des couples d activités similaires, sur la base de l activité parente et d établir des distinctions entre les deux membres d un couple en évaluant l intensité des préférences de l un par rapport à l autre. On peut estimer le poids relatif de l activité i vis à vis de l activité j étant donné un critère d évaluation c k dans le domaine de définition correspondant aux jugements qualitatifs de comparaison (1, 3, 5, 7, 9), à leurs valeurs intermédiaires (2, 4, 6, 8) mais également à leur réciproque (1/9, 1/8, 1/7, 1/6, 1/5, 1/4, 1/3, 1/2). L ensemble des distinctions entre les n activités similaires sur la base de l activité parente c k peuvent être résumées dans une matrice de comparaisons binaires : A ck = (a ij ) i,j n ou chacun des éléments représente le poids relatif d une activité vis à vis d une autre a ij = wi w j. Le vecteur propre correspondant à la valeur propre maximale λ max de la matrice de comparaisons binaires A ck = (a ij ) i,j n des n activités correspond au vecteur des poids W ck = (w i ) i n. Le calcul de ce vecteur permet de réaliser une première synthèse des appréciations Troisième étape : synthèse des appréciations Les préférences exprimées par un utilisateur ne sont pas nécessairement cohérentes. L indice de cohérence RC Ack d une matrice de comparaisons binaires permet de l estimer. Plus l indice de cohérence est grand, moins les préférences sont cohérentes. Le seuil RC Ack 10% est considéré comme acceptable [SAA 96]. Dans les limites de la cohérence, on peut déterminer les priorités relatives des différentes activités. I(C {c o } C [0; 1]), la priorité d un critère vis à vis de son critère parent : si c i c j alors I(c i c j ) = w i W cj, sinon I(c i c j ) = 0 ; J(A C [0; 1]), la priorité d une alternative vis à vis d un critère feuille : J(a i c j ) = w i W cj avec c j critère feuille, sinon J(a i c j ) = 0. L extension de ces fonctions à la fermeture transitive de la relation de spécificité ( ) se déduit de la manière suivante : I (C C [0; 1]), la priorité d un critère vis à vis d un critère ancêtre : si (c i c j ) alors I (c i c j ) = 0, si c i c j alors I (c i c j ) = I(c i c j ), sinon I (c i c j ) = I(c i c k ).I (c k c j ) avec c i c k ; J (A C [0; 1]), la priorité d une alternative vis à vis d un critère : si c j est un critère feuille J (a i c j ) = J(a i c j ) sinon J (a i c j ) = c k c j,c k critère feuille J(a i c k ).I (c k c j ) ; La modélisation de la prise de décision permet la synthèse des appréciations en déterminant le gain associé à chacune des alternatives. La fonction d utilité π(a [0; 1]), qui associe à chaque alternative sa priorité vis à vis du but est définie telle que :

4 362 RSTI/hors série. JFSMA 2003 π(a i ) = J(a i c 0 ). Un agent autonome représentant l utilisateur dans la négociation automatique est doté de cette fonction. 3. Système de négociation automatique Le modèle économique du raisonnement, s appuyant sur la fonction d utilité π, peut être utilisé dans le cas de négociations non-coopératives. Cette approche, permet de respecter le schéma cognitif de chaque acteur. La négociation consiste en un échange de propositions. À chaque tour de négociation, un agent propose l alternative préconisée par sa fonction d utilité. Cette offre est évaluée par ses interlocuteurs. La négociation arrive à son terme lorsque l alternative sélectionnée fait l unanimité. Le théorème d Arrow indique qu il n est pas envisageable de construire une fonction de choix social lorsqu on dispose de plus de trois alternatives à un problème de décision. Cela ne fait que confirmer la nécessité d offrir une véritable assistance dans le déroulement du débat. 4. Assistance au débat Il est possible de tirer parti des interactions entre utilisateurs Construction collaborative d une hiérarchie décisionnelle Le système a été doté de mécanismes permettant de négocier la représentation du problème, c est à dire la structure même de la hiérarchie. Tous les agents partagent le même but, mais dispose de leur propre sous-ensemble d activités, alternatives ou critères. Lorsqu un utilisateur prend en considération une nouvelle alternative, elle est proposée à l ensemble de ses interlocuteurs par l intermédiaire de leur agent d interface. La structuration du problème permet d associer à chacune des sous-hiérarchies un groupe. Lorsqu un utilisateur incorpore un nouveau critère, il est transmis à l ensemble du groupe associé au critère parent. Les critères qu ils ont en commun leur permettent de justifier leur choix. Cette structuration permet à chaque agent d argumenter ses propositions Justification des propositions L importance relative d un critère V (C {c o } [0; 1]), se déduit par la fonction suivante : V (c i ) = I (c i c 0 ). On en déduit que l importance relative dans un critère est d autant plus important que le critère est général : k 1, k 2 si c k1 c k2 alors V (c k2 ) V (c k1 ).

5 Résolution de problèmes 363 La relation de Bayes permet de déduire la contribution d un critère à une alternative S(C {c o } A [0; 1]) de la manière suivante : S(c i a j ) = J (a j c i).v (c i) π(a j). On en déduit qu un critère a une contribution d autant plus importante qu il est général : si k 1, k 2 c k1 c k2 alors a i A S(c k2 a i ) S(c k1 a i ). Les agents sont alors en mesure de justifier leurs propositions. Chacune des alternatives a l est justifiée par un critère c k selon une force S(a l c k ). L ensemble des arguments d un agent est muni de deux types de relations : une relation de spécificité précédamment définie ; un ensemble de relations de préférences entre les critères qui dépendent de l alternative envisagée : c k3 al c k4 ssi S(c k3 a l ) S(c k4 a l ). L agent médiateur filtre et transmet les propositions argumentés aux agents qui partagent ces mêmes activités. Cette justification portée à l attention de l utilisateur, permet d apporter de l explication sur les sources de désaccords. 5. Conclusions et Perspectives Les mécanismes d assistance aux débats permettent de tirer bénéfice des interactions entre les utilisateurs. Lors de la mise en évidence d un désaccord autour d un critère, ce dernier pourra être subdivisé en plusieurs sous-critères. Les conflits peuvent non seulement être bénéfiques mais sont également nécessaires à la confrontation des opinions. Une implémentation doit valider notre approche. 6. Bibliographie [ITO 97] ITO T., SHINTANI T., «Persuasion among agents : An approach to implementing a group decision support system based on multi-agent negociation», Proceedings of the 5th International Joint Conference on Artificial Intelligence (IJCAI 97), [SAA 96] SAATY T., The Fundamentals of Decision Making and Priority Theory with the Analytic Hierarchy Process, RWS Publication, 1996.

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

TP ACCESS : Etats. Comme pour les autres objets (tables, formulaires, requêtes ) il existe plusieurs façons de créer un état.

TP ACCESS : Etats. Comme pour les autres objets (tables, formulaires, requêtes ) il existe plusieurs façons de créer un état. TP ACCESS : Etats Les états permettent de définir des documents en vue de leur impression. Leur construction est semblable à celle des formulaires. Prenons l exemple d une base de données de morceaux musicaux.

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire

Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire Bernard Darley *, Philippe Prévost ** * IUFM d Aquitaine, Université Bordeaux 4 BP 219, 33021

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES. Marché n 2011-013 CAHIER DES CHARGES

MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES. Marché n 2011-013 CAHIER DES CHARGES MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES Marché n 2011-013 CAHIER DES CHARGES Agence régionale de l innovation 31685 Toulouse Cedex Objet de la consultation : Formation, coaching stratégique et accompagnement

Plus en détail

Génération de réponses pour un système de questions-réponses

Génération de réponses pour un système de questions-réponses Génération de réponses pour un système de questions-réponses Van-Minh Pho 1 LIMSI-CNRS, Rue John von Neumann, Université Paris-Sud, 91403 Orsay cedex, France vanminh.pho@gmail.com RÉSUMÉ. Les systèmes

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Modélisation de systèmes par automates finis

Modélisation de systèmes par automates finis LIP6 - UPMC Année 2010 2011 Master SAR - MSR Aide mémoire Modélisation de systèmes par automates finis Table des matières 1 Introduction : modélisation par automates finis 1 2 Systèmes de transitions et

Plus en détail

L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture

L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture Marie-France ANGO -OBIANG *, Amos DAVID* ango@loria.fr amos.david@loria.fr * Equipe SITE, Laboratoire Lorrain

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DE LA VERSION

NOUVEAUTÉS DE LA VERSION 5.8 NOUVEAUTÉS DE LA VERSION 5. Deux axes d orientation Ergonomie Richesse fonctionnelle Installation Une nouvelle procédure d installation du logiciel est mise en service. Elle distingue deux fichiers

Plus en détail

LE TOURISME EN MILIEU EDUCATIF, VECTEUR DE MODIFICATION DES REPRESENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS.

LE TOURISME EN MILIEU EDUCATIF, VECTEUR DE MODIFICATION DES REPRESENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS. CO-276 LE TOURISME EN MILIEU EDUCATIF, VECTEUR DE MODIFICATION DES REPRESENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS. BOGACZ K. Université Lyon 2, LYON, FRANCE INTRODUCTION Dans cette recherche nous questionnons les

Plus en détail

Contenu Objectifs et indications complémentaires 1 2 3 4 1 - QU EST-CE QUE LA SANTÉ? QU EST-CE QUE LE BIEN-ÊTRE SOCIAL?

Contenu Objectifs et indications complémentaires 1 2 3 4 1 - QU EST-CE QUE LA SANTÉ? QU EST-CE QUE LE BIEN-ÊTRE SOCIAL? Programme Pôle état de santé et de bien-être social 1 - QU EST-CE QUE LA SANTÉ? QU EST-CE QUE LE BIEN-ÊTRE SOCIAL? La découverte de ces concepts-clés doit viser à poser les bases de la culture médico-sociale.

Plus en détail

du Cnam des Pays de la Loire

du Cnam des Pays de la Loire 2011-2014 Axes stratégiques du Cnam des Pays de la Loire Servir les hommes et l économie du territoire Le processus de détermination des axes stratégiques de l Association s est élaboré de mars à septembre

Plus en détail

Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée

Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée Philippe Gagnepain Université Paris 1 Ecole d Economie de Paris Centre d économie de la Sorbonne-UG 4-Bureau 405 philippe.gagnepain@univ-paris1.fr

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

Synthèse d évaluation de projet rédigée par le rapporteur - Appel à projets ARPEGE 2009

Synthèse d évaluation de projet rédigée par le rapporteur - Appel à projets ARPEGE 2009 ARPEGE 2009 Synthèse d évaluation de projet rédigée par le rapporteur - Appel à projets ARPEGE 2009 Acronyme et nom du projet Nom et Prénom du rapporteur Date Rappel des notes des experts (ne pas mentionner

Plus en détail

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Daniel-Constantin ANGHEL 1,2, Toufik BOUDOUH 1, Olivier

Plus en détail

Ordonnancement temps réel multiprocesseur pour la réduction de la consommation énergétique des systèmes embarqués

Ordonnancement temps réel multiprocesseur pour la réduction de la consommation énergétique des systèmes embarqués Soutenance de thèse Ordonnancement temps réel multiprocesseur pour la réduction de la consommation énergétique des systèmes embarqués Vincent LEGOUT Directeurs de thèse : Laurent PAUTET, Mathieu JAN CEA

Plus en détail

L approche qualité perçue

L approche qualité perçue Jean-Louis GIORDANO L approche qualité perçue, 2006 ISBN : 2-7081-3493-0 Sommaire Introduction... 11 Partie I La perception des qualités Valeurs perçues, valeurs vendues Chapitre 1 Définition et enjeux...

Plus en détail

Arts du Cirque : Un caillou dans la chaussure (transformer une technique de jonglerie pour la compliquer / complexifier)

Arts du Cirque : Un caillou dans la chaussure (transformer une technique de jonglerie pour la compliquer / complexifier) TITRE DU SCÉNARIO Arts du Cirque : Un caillou dans la chaussure (transformer une technique de jonglerie pour la compliquer / complexifier) Nom et prénom du professeur référent RUFFIN Matthieu BRUCHON Fabrice

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DES CURSUS

LA PROFESSIONNALISATION DES CURSUS LA PROFESSIONNALISATION DES CURSUS EN MASTER 1 Les étudiants de M1 devront faire au plus tard pour le 15 novembre le choix d une inscription en alternance ou en formation initiale. L alternance est une

Plus en détail

BTS. Assistant de manager. Lycée public de Saint-Just CADRE DE TRAVAIL FORMATION & EPREUVES

BTS. Assistant de manager. Lycée public de Saint-Just CADRE DE TRAVAIL FORMATION & EPREUVES BTS Assistant de manager Lycée public de Saint-Just CADRE DE TRAVAIL FORMATION & EPREUVES Formation 1. FINALITES ET APS Les enseignements de finalités permettent d acquérir un ensemble de compétences professionnelles,

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Article. Comment élaborer des enquêtes-entreprises de façon continue dans un modèle cyclique. par Helena Bäckström et Pia Hartwig

Article. Comment élaborer des enquêtes-entreprises de façon continue dans un modèle cyclique. par Helena Bäckström et Pia Hartwig Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances

Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Pierre Maret, Département Informatique et LIRIS, INSA de Lyon Jacques Calmet, IAKS, Université de Karlsruhe, Allemagne Le principe général sous-jacent

Plus en détail

Diagramme d activités

Diagramme d activités Diagramme d activités Présentation Un diagramme d activité est un diagramme UML qui modélise les aspects dynamiques d un système C est une simplification du diagramme d état transitions permettant de modéliser

Plus en détail

Cahier des charges pour la formation «POUR UNE SAUVEGARDE RATIONNALISEE DES DONNEES»

Cahier des charges pour la formation «POUR UNE SAUVEGARDE RATIONNALISEE DES DONNEES» Formation permanente nationale Nantes, le 16/09/2008 Cahier des charges pour la formation «POUR UNE SAUVEGARDE RATIONNALISEE DES DONNEES» Dossier suivi par : Dany HOCH Adresses de retour de la demande

Plus en détail

Introduction. Introduction rédigée par Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI et Jean-Pierre BRIOT.

Introduction. Introduction rédigée par Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI et Jean-Pierre BRIOT. Introduction Les systèmes multi-agents (SMA) constituent aujourd hui une technologie de choix pour la conception et la mise en œuvre d applications réparties et coopératives. La dualité entre agent comme

Plus en détail

Définition de la profession et du contexte de l intervention. Domaine de compétences

Définition de la profession et du contexte de l intervention. Domaine de compétences Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Définition de la profession et du contexte de l intervention Domaine de compétences Domaine de

Plus en détail

Un bureau d études engagé

Un bureau d études engagé C o n s u l t a n t s Un bureau d études engagé ASSISTANCE À MAITRISE D OUVRAGE PENSER LES PROJETS- ÉTUDES ET CONSEILS - PROGRAMMATIONS Faire le pari d un renouveau de la qualité des modes d habiter, de

Plus en détail

Enjeux liés à la gestion à long terme des déchets de démantèlement

Enjeux liés à la gestion à long terme des déchets de démantèlement Enjeux liés à la gestion à long terme des déchets de démantèlement Réunion HCTISN du 3 octobre 2013 Andra La moitié des déchets qui seront produits entre 2011 et 2030 proviendront d opérations de démantèlement

Plus en détail

Analyse de la complexité algorithmique (1)

Analyse de la complexité algorithmique (1) Analyse de la complexité algorithmique (1) L analyse de la complexité telle que nous l avons vue jusqu à présent nous a essentiellement servi à déterminer si un problème est ou non facile (i.e. soluble

Plus en détail

Détection d'intrusion orientée

Détection d'intrusion orientée Détection d'intrusion orientée Méta-Politique Jérémy Briffaut jeremy.briffaut@lifo.univ-orleans.fr LIFO - Equipe VPS Jérémy Briffaut 1 Introduction Sécuriser un ensemble d'ordinateurs Méta-Politique afin

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

Modélisation objet avec UML

Modélisation objet avec UML Modélisation objet avec UML Le développement des systèmes est une tâche d une grande envergure et un investissement important pour toute entreprise. La modélisation des systèmes déjà existants ou d un

Plus en détail

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE La formation s intitule «Développement personnel et professionnel». PUBLIC CIBLE Cette formation s adresse à toute personne qui souhaite développer ses compétences

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Vers une construction de la coopération Humains-Robot Approche de lʼergonomie constructive"

Vers une construction de la coopération Humains-Robot Approche de lʼergonomie constructive Séminaire Mines Paris Tech PSA Les défis de la collaboration Hommes-Robot Vers une construction de la coopération Humains-Robot Approche de lʼergonomie constructive" Flore Barcellini, enseignant-chercheur

Plus en détail

PRÉSENTATION DU DISPOSITIF 2016-2017

PRÉSENTATION DU DISPOSITIF 2016-2017 Préparation concours interne Administrateur territorial PRÉSENTATION DU DISPOSITIF 2016-2017 COMPOSITION DE LA PRÉSENTATION DU DISPOSITIF : - NOTE DE CADRAGE DES ÉPREUVES DE SÉLECTION - PRÉSENTATION DES

Plus en détail

REFERENTIEL NORMATIF du CNES

REFERENTIEL NORMATIF du CNES REFERENTIEL NORMATIF du CNES Référence : Méthode et Procédure DEMARCHE D'ANALYSE DU LOGICIEL Annexe Technique de la MP RNC-CNES-Q-80-529 APPROBATION Président du CDN ; date et nom : Page i.1 PAGE D'ANALYSE

Plus en détail

Bull Advisory Services Des offres de conseil pour sécuriser votre démarche de transformation vers un modèle cloud

Bull Advisory Services Des offres de conseil pour sécuriser votre démarche de transformation vers un modèle cloud Bull Advisory Services Des offres de conseil pour sécuriser votre démarche de transformation vers un modèle cloud Une définition du Cloud computing Accès Réseau Service à la demande Ressources Partagées

Plus en détail

CAP NOVA EN QUELQUES MOTS

CAP NOVA EN QUELQUES MOTS EN QUELQUES MOTS Nous sommes un cabinet spécialisé dans l accompagnement des décideurs : développement de vos pratiques managériales, accompagnement à la formalisation collective de projets, organisation

Plus en détail

Présentation et Ordre du jour

Présentation et Ordre du jour TOGETHER France TOGETHER international Immeuble Gironde Praça da Republica Esplanade Charles de Gaulle 7630-139 Odemira 33074 Bordeaux cedex Portugal QUATRIEME SEMINAIRE-FORMATION DES DYNAMISEURS SPIRAL

Plus en détail

MODÈLE ALM : APPORT DE LA LOGIQUE FLOUE DANS LA

MODÈLE ALM : APPORT DE LA LOGIQUE FLOUE DANS LA MODÈLE ALM : APPORT DE LA LOGIQUE FLOUE DANS LA MODÉLISATION DES COMPORTEMENTS 1 Le 27 Septembre 2013 Sandrine Mouret Sylvain Detroulleau INTRODUCTION (1/2) Solvabilité II : valorisation du bilan selon

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique»

Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique» Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique» Date de communication : 24 février 2016 Date limite de dépôt des dossiers : 25 avril 2016 Le dossier de demande d aide, téléchargeable sur le site de l

Plus en détail

Document de consultation publique

Document de consultation publique Document de consultation publique Projet de lignes directrices relatives à l instruction des demandes d interdiction ou de limitation des services routiers sur les liaisons régulières interurbaines par

Plus en détail

+ BTS MUC. Présentation de la réforme du BTS Management des Unités Commerciales

+ BTS MUC. Présentation de la réforme du BTS Management des Unités Commerciales + BTS MUC 1 Présentation de la réforme du BTS Management des Unités Commerciales 1 + BTS MUC Présentation de la réforme du BTS Management des Unités Commerciales: résumé 2 - Il s agit d une modification

Plus en détail

ANNEXE BIM Marché : G 1601

ANNEXE BIM Marché : G 1601 ANNEXE BIM Marché : G 1601 MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE POUR LA CONSTRUCTION DU BATIMENT «GIENAH» SUR LE PARC TECHNOLOGIQUE CITE DE LA PHOTONIQUE (PESSAC, 33) Maître d Ouvrage SEML Route des Lasers Bâtiment

Plus en détail

PROGRAMME DE SANTE ET SOCIAL EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE SANTE ET SOCIAL EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE SANTE ET SOCIAL EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule L enseignement d exploration «Santé et social» a pour finalité de permettre aux élèves de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU DIPLOME D ETAT D INGÉNIERIE SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU DIPLOME D ETAT D INGÉNIERIE SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU DIPLOME D ETAT D INGÉNIERIE SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE MÉTIER 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux :

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux : Offres d accompagnement et de soutien destinées aux aidants familiaux : L expérience d une consultation mémoire de proximité M. DURY 1 A. CHEMORIN 2 S. DEBATTY 3 L. AUFRERE 4 M. E. FILIPE 5 P. MENECIER

Plus en détail

DEVENIR COACH OU MANAGER RESSOURCES

DEVENIR COACH OU MANAGER RESSOURCES DEVENIR COACH OU MANAGER RESSOURCES ALLIANCE - COACHS ES & STA Ressources & Performances Formation Certifiante COACH & TEAM CT2 Toulouse Annie WEBER. Alliance-Coachs Tel 06 80 70 79 74 Pierre BARRERE.

Plus en détail

Apport de la fonction Ingénierie au processus Innovation. 05/11/2014 Apport Ingénierie à Innovation X.Duchamp

Apport de la fonction Ingénierie au processus Innovation. 05/11/2014 Apport Ingénierie à Innovation X.Duchamp Apport de la fonction Ingénierie au processus Innovation Mettons nous d accord sur les mots! Innovation Une innovation est la mise en œuvre d un produit (bien ou service) ou d un procédé (de production)

Plus en détail

Copyright MECAmaster 2009 Ce document est la propriété de MECAmaster SARL et ne peut être diffusé sans son autorisation 1/17

Copyright MECAmaster 2009 Ce document est la propriété de MECAmaster SARL et ne peut être diffusé sans son autorisation 1/17 MECAmaster Assembly V7 for CATIA V5 Analyses de Tolérances 3D intégrées à la maquette numérique MECAmaster SARL, 64 chemin des mouilles 69134 ECULLY Cedex Tel : +33 4 78 64 35 61 Fax : +33 4 78 64 97 21,

Plus en détail

Projet : Rédaction du plan de test

Projet : Rédaction du plan de test Projet : Rédaction du plan de test Dans le cadre de votre projet, veuillez présenter pour le vendredi 9 janvier votre plan de test. Ce document retracera l ensemble des actions réalisées ou à réaliser

Plus en détail

Méthodes de Résolution de problèmes En Intelligence Artificielle

Méthodes de Résolution de problèmes En Intelligence Artificielle Méthodes de Résolution de problèmes En Intelligence Artificielle Résolution de Problèmes et Intelligence Artificielle Résoudre des puzzles Jouer aux échecs Faire des mathématiques Et même conduire une

Plus en détail

Cycle des directeurs généraux

Cycle des directeurs généraux www.inet.cnfpt.fr Cycle des directeurs généraux Dossier de sélection Nom :........................................ Prénom :........................................ Employeur :........................................

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

Vers l excellence en recherche au service du développement

Vers l excellence en recherche au service du développement ÉVALUATION DES RÉSULTATS DU CRDI Excellence en recherche Vers l excellence en recherche au service du développement L outil d appréciation Qualité de la recherche plus (QR+) Résumé Le CRDI a décidé d entreprendre

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Carl Rodrigue. Chaire de recherche du Canada en éducation à la santé. Département de sexologie. B.A. sexologie, M.A. en cours

Carl Rodrigue. Chaire de recherche du Canada en éducation à la santé. Département de sexologie. B.A. sexologie, M.A. en cours Carl Rodrigue B.A. sexologie, M.A. en cours Chaire de recherche du Canada en éducation à la santé Département de sexologie http://www.rationalavenue.com/aids the miracle cure and the promises ahead/ 1.

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Master «Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation», mention «Pratiques et ingénierie de la formation», parcours «Médiation

Master «Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation», mention «Pratiques et ingénierie de la formation», parcours «Médiation Master «Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation» Mention «Pratiques et ingénierie de la formation» Parcours «Médiation culturelle et enseignement» Bienvenue dans le parcours Médiation

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

Architecture multi-agents pour la composition automatique de web services

Architecture multi-agents pour la composition automatique de web services Architecture multi-agents pour la composition automatique de web services Julien Bourdon * Philippe Beaune * Humbert Fiorino ** * Centre G2I - Equipe SMA Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

Communauté de communes Communauté des Communes du Canton de Massat

Communauté de communes Communauté des Communes du Canton de Massat SADL La Côte 24 330 SAINT GEYRAC tel 05 53 06 71 78 fax 05 53 06 74 65 p.daoulas@sadl.fr Communauté de communes Communauté des Communes du Canton de Massat Etude de faisabilité et de programmation pour

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Mathématiques Pour l Informatique I : Théorie des Ensembles et Relations. Serge Iovleff

Mathématiques Pour l Informatique I : Théorie des Ensembles et Relations. Serge Iovleff Mathématiques Pour l Informatique I : Théorie des Ensembles et Relations Serge Iovleff 13 septembre 2004 Quelques références Ma Page http ://www.iut-info.univ-lille1.fr/ iovleff Un Cours réalisé par des

Plus en détail

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION Nom : Prénom : Classe : Sciences Gestion : Étu gestion Page 1 sur 16 I Qu'est-ce que l'étu Gestion? Source : Extrait du Bulletin officiel n 21 du 24/05/2012), note

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

BI Managed by Business

BI Managed by Business BI Managed by Business Introduction Après avoir enregistré une forte croissance au cours de ces dernières années, la Business Intelligence se popularise dans les entreprises pour devenir un élément stratégique

Plus en détail

Le tableau blanc interactif (TBI)

Le tableau blanc interactif (TBI) Le tableau blanc interactif (TBI) Depuis quelques années, Les TBI apparaissent dans les écoles primaires et leur déploiement est en constante augmentation. Contrairement à beaucoup d idées reçues, ce ne

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail

Négociation dans les Systèmes Multi-Agents

Négociation dans les Systèmes Multi-Agents Négociation dans les Systèmes Multi-Agents Maxime MORGE morge@emse.fr MASTER WEB Intelligence MASTER WEB Intelligence p.1/31 Les Systèmes Multi-Agents SMA=A+E+I+O O I A A I A I I A I I A A I O E les SMA

Plus en détail

Journées autour des publications, LISyC, 2009. Les chercheurs et les publications

Journées autour des publications, LISyC, 2009. Les chercheurs et les publications Journées autour des publications, LISyC, 2009 Publier au Quoi? Comment? Ou? jean-philippe.babau@univ-brest.fr LISyC, UBO, UEB www.lisyc.univ-brest.fr/pages_perso/babau/ Les chercheurs et les publications

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre)

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Le plan régional d insertion des travailleurs handicapés (PRITH)

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation STAGE FILÉ À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation A partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation et évaluation

Plus en détail

Communication stratégique pour la mise en œuvre de l'apa

Communication stratégique pour la mise en œuvre de l'apa Communication stratégique pour la mise en œuvre de l'apa Il arrive très souvent que la réaction à nos exposés de nature scientifique soit celle représentée sur ce dessin : le désintérêt La communication

Plus en détail

Fiche Lettres, expérimentation académique «Articuler l évaluation par compétences et l usage de la note»

Fiche Lettres, expérimentation académique «Articuler l évaluation par compétences et l usage de la note» Expérimentation académique «Articuler l évaluation par compétences et l usage de la note» Recommandations et propositions pour l enseignement du français Sommaire 1. Rappel des principes fondamentaux de

Plus en détail

Gestionnaire de dialogue pour un système d informations à reconnaissance vocale

Gestionnaire de dialogue pour un système d informations à reconnaissance vocale TALN 2001, Tours, 2-5 juillet 2001 Gestionnaire de dialogue pour un système d informations à reconnaissance vocale Sophie Rosset, Lori Lamel LIMSI-CNRS, 91403 Orsay Cédex rosset,lamel@limsi.fr Résumé -

Plus en détail

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin grâce à l évaluation des services écosystémiques Un guide destiné aux praticiens, basé sur l expérience acquise dans le cadre du projet

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

Eléments de réflexion pour la conception. d un nœud d attache tridimentionnel. entre profils tubulaires

Eléments de réflexion pour la conception. d un nœud d attache tridimentionnel. entre profils tubulaires Eléments de réflexion pour la conception d un nœud d attache tridimentionnel entre profils tubulaires Affaire Aulnoye Projet de BTS 2016 Détail des étapes de la préparation des vues dans TEKLA, pour une

Plus en détail

LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Commission de concertation de l Enseignement de Promotion sociale LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION COMMISSION

Plus en détail

Distance et classification. Cours 4: Traitement du signal et reconnaissance de forme

Distance et classification. Cours 4: Traitement du signal et reconnaissance de forme Distance et classification Cours 4: Traitement du signal et reconnaissance de forme Plan Introduction Pré-traitement Segmentation d images Morphologie mathématique Extraction de caractéristiques Classification

Plus en détail

Digital Workplace. et Gestion. Concepts et mise en œuvre. Gilles BALMISSE. des connaissances

Digital Workplace. et Gestion. Concepts et mise en œuvre. Gilles BALMISSE. des connaissances Digital Workplace et Gestion des connaissances Gilles BALMISSE Table des matières 1 Avant-propos 1. Objectif du livre.......................................... 17 2. Illustrations des exemples de ce livre.........................

Plus en détail

Mode d emploi du logiciel guifitcurve

Mode d emploi du logiciel guifitcurve Mode d emploi du logiciel guifitcurve D. Legland 18 juin 2008 Résumé Le programme guifitcurve est une interface graphique sous Matlab pour ajuster un contour polynomial à des images numérisées. L application

Plus en détail

Plateforme technologique labellisée par le MESR. CLUSTER - Grappe d entreprises labellisée par la DATAR

Plateforme technologique labellisée par le MESR. CLUSTER - Grappe d entreprises labellisée par la DATAR «Qualité d usage, technologies avancées & processus optimisés, dans le bâti neuf et rénové du futur» CLUSTER - Grappe d entreprises labellisée par la DATAR Plateforme technologique labellisée par le MESR

Plus en détail

Jamespot SIMPLICITÉ ET COMPLEXITÉ ONT BESOIN L UN DE L AUTRE JAMESPOT LANCE TROIS APPLICATIONS DESIGN POUR ENCORE PLUS DE PERFORMANCE MÉTIER

Jamespot SIMPLICITÉ ET COMPLEXITÉ ONT BESOIN L UN DE L AUTRE JAMESPOT LANCE TROIS APPLICATIONS DESIGN POUR ENCORE PLUS DE PERFORMANCE MÉTIER SIMPLICITÉ ET COMPLEXITÉ ONT BESOIN L UN DE L AUTRE JOHN MAEDA JAMESPOT LANCE TROIS APPLICATIONS DESIGN POUR ENCORE PLUS DE PERFORMANCE MÉTIER Jamespot a le plaisir d annoncer le lancement simultané de

Plus en détail

Intelligence Artificielle

Intelligence Artificielle Intelligence Artificielle p. 1/1 Intelligence Artificielle Les arbres de décisions Maria Malek Département Systèmes Informatiques Formels & Intelligents Intelligence Artificielle p. 2/1 Extraire les connaissances

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail