Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer"

Transcription

1 Au-delà de la conformité L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer

2 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc.

3 Les nouvelles règles sur l agrégation des données sur les risques et la notification des risques ont une incidence sur les activités et les systèmes informatiques des banques Si les données font l objet d une plus grande attention dans les secteurs de la cybersécurité et de la notification des risques, elles sont rarement considérées comme un enjeu critique et stratégique par les équipes de la haute direction. Étant donné l urgence de demandes concurrentes en matière économique et réglementaire, les politiques et les pratiques de gestion des données font souvent l objet d une faible priorité. Toutefois, cette négligence recèle un danger. En d autres termes, une équipe de direction qui se fie à des données incomplètes, inexactes ou périmées peut compromettre la prise de décisions commerciales. Le problème s intensifie par le fait qu à partir de la saisie jusqu au processus d agrégation, les données ne sont pas utilisés à des fins utiles. Plusieurs institutions financières doivent effectuer un nettoyage intensif des données et faire un rapprochement manuel avant de pouvoir produire des rapports de gestion raisonnablement agrégés qui ne sont souvent que des rapports de base. Pour compliquer les faits, le travail requis pour nettoyer, manipuler et rapprocher les données empêche souvent les analystes de bien comprendre les mesures clés et leurs répercussions sur les activités commerciales. Cette situation est nuisible pour les affaires et pour la transparence des marchés financiers. Afin de redresser cette situation, le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (le «Comité de Bâle») a publié 14 principes destinés à renforcer l agrégation des données sur les risques et la notification des risques. 1 Si les principes se concentrent manifestement sur les données sur les risques, ils visent à toutes fins utiles à aider les banques à prendre des décisions éclairées, uniformes et en temps opportun. Considérant l état actuel des affaires pour la majorité des banques, ces principes auront de fortes et profondes répercussions sur les activités bancaires. Les établissements bancaires d importance systémique à l échelle mondiale (EBISm) devront se conformer à ces principes d ici janvier 2016, entreprendre des auto-évaluations annuelles et produire des plans de mesures correctives et de mise en œuvre pour combler les lacunes. Au Canada, le BSIF s attend que les établissements bancaires d importance systémique à l échelle nationale (EBISn) se conforment d ici décembre Le Comité de Bâle et le BSIF s attendent à ce que toute nouvelle banque désignée à titre d EBISm ou d EBISn se conforme dans les trois années qui suivent sa désignation. Au fil du temps, ces principes seront déployés et représenteront les normes minimales en matière de qualité des données et de gouvernance qui s appliqueront à toutes les institutions bancaires et sociétés d assurances réglementées. 1 Comité de Bâle sur le contrôle bancaire «Principes aux fins de l agrégation des données sur les risques et de la notification des risques» (BCBS 239) Au-delà de la conformité 1

4 Au cœur des principes du Comité de Bâle Selon les Principes aux fins de l agrégation des données sur les risques et de la notification des risques, du Comité de Bâle, les 14 principes visent quatre thèmes clés : Thèmes clés Principes du Comité de Bâle Gouvernance et infrastructure 1. Gouvernance 2. Architecture de données et infrastructure informatique Capacités d agrégation des données sur les risques 3. Exactitude et intégrité 4. Exhaustivité 5. Actualité 6. Adaptabilité Pratiques de notification des risques 7. Exactitude 8. Représentativité 9. Clarté et utilité 10. Fréquence 11. Distribution Attentes de surveillance 12. Supervision 13. Actions correctives et mesures de supervision 14. Coopération entre autorités d origine/d accueil Les principes aux fins de l agrégation des données sur les risques et de la notification des risques du Comité de Bâle (les «principes RDAR») établissent des attentes sans précédent que chaque banque interprétera à sa façon. Par exemple, si les banques sont supposées posséder des capacités d agrégation des données sur les risques communes dans l ensemble de leurs systèmes, il n y a pas une mesure particulière requise pour exprimer différentes formes de risques. De même, des caractéristiques comme l exhaustivité, l actualité, l adaptabilité et l exactitude peuvent avoir plusieurs significations lorsqu elles s appliquent à différents risques. La granularité des données et des rapports sur le crédit, le marché et les risques opérationnels varie elle aussi. En fait, ce besoin pour différents niveaux de détails peut amener les banques à prendre en considération leur infrastructure de modélisation des risques lorsqu elles conçoivent leur processus de notification des risques. À moins que les banques n améliorent leur infrastructure d agrégation des données sur les risques, elles ne seront pas en mesure de documenter et de valider pleinement leurs capacités d agrégation des données sur les risques et de notification des risques pour répondre aux exigences. 2 Au-delà de la conformité

5 Des défis semblables se présentent en ce qui concerne l obligation pour les banques de déployer des systèmes pouvant produire des données sur les risques agrégées dans des périodes de tension ou de crise. Une agrégation efficace des données sur les risques en période de tension ou de crise pourrait sous-entendre un besoin de bâtir une «surcapacité» relativement à des besoins normaux. En même temps, les capacités d agrégation devront demeurer souples pour répondre aux demandes ponctuelles. Par conséquent, les banques doivent trouver un équilibre entre l utilisation de capacités automatisées, essentielles à l actualité et à l exactitude, et le recours à des processus manuels ponctuels. Les auto-évaluations initiales complétées par les EBISm font état de la dépendance par rapport aux processus manuels et des imperfections importantes de l infrastructure informatique. La conformité au principe de l architecture de données et de l infrastructure informatique a obtenu le plus faible résultat, tandis que celui de la distribution de rapports a été le plus élevé 2. Le fait que les principes de gouvernance et d infrastructure informatiques constituent des «conditions préalables pour assurer la conformité aux autres principes», soulève des questions quant à la valeur et à la fiabilité des rapports de risques si les systèmes qui les produisent ont des limites. Il ne suffit pas de cocher des cases Étant donné la nature ambiguë des principes du Comité de Bâle, les banques pourraient être tentées d adopter uniquement les normes minimales de conformité dans la conception de leurs principes aux fins de l agrégation des données sur les risques et de la notification des risques. Toutefois, cette approche minimaliste pourrait s avérer inappropriée. Lorsque nous examinons la question du point de vue d une entreprise, les initiatives prescrites par les principes RDAR créent une occasion de libérer le pouvoir stratégique des données d une banque. En améliorant vos politiques de données sur les risques, en normalisant vos processus et en adoptant l automatisation, vous pouvez : libérer vos gestionnaires des tâches de traitement et de consolidation de données pour les amener plutôt à faire de l analyse; améliorer la prise de décision en rehaussant l intégrité des données; créer de nouvelles perspectives pour la prise de décision à l échelle de l entreprise plutôt que d adopter une approche cloisonnée; mettre à jour avec une facilité relative les données de l entreprise (données financières et de trésorerie). Les banques doivent analyser avec soin toutes ces implications et conditions préalables afin de les intégrer dans leurs plans de mise en œuvre. 2 Comité de Bâle sur le contrôle bancaire «Principes aux fins de l agrégation des données sur les risques et de la notification des risques» (BCBS 239) Au-delà de la conformité 3

6 Sans cette perspective stratégique, les modifications requises aux termes des principes RDAR seront perçues comme des coûts réglementaires et ne seront vraisemblablement pas adoptées en pratique. Ce concept a été relevé par le Comité de Bâle qui, dans son rapport d étape, a suggéré que les autorités de contrôle «songent à rehausser leurs efforts pour intégrer entièrement les principes dans leurs programmes de contrôle» 3. Grâce à la perspective stratégique, les modifications peuvent aider à répondre aux besoins de conformité réglementaire et à transformer les données en actif stratégique. L enjeu est d obtenir l appui de la haute direction, de concevoir un plan qui aborde la conformité du point de vue de l entreprise et de bâtir une base de travail solide pour la transformation des données de l entreprise. Examinons maintenant chacun de ces éléments Amener la haute direction à reconnaître les données comme un actif stratégique Puisque différents secteurs de la banque, outre le service de gestion des risques, fournissent et transforment les données sur les risques, ces dernières deviennent particulièrement complexes à gérer. Voilà pourquoi il est essentiel que la direction à l échelle de l entreprise adhère au concept avant que les banques puissent apporter les modifications requises pour se conformer aux principes RDAR. À mesure que les décisions et les modifications relatives à un programme RDAR atteignent les premières lignes, les gestionnaires des équipes commerciales et technologiques doivent défendre la véritable valeur des données sur les risques. En adhérant rapidement à cette pratique, les banques seront en meilleure position pour concevoir des plans de mise en œuvre des principes RDAR qui sont efficaces et réalisables, non seulement au sein du service de la gestion des risques, mais aussi dans l ensemble de l organisation. Adopter une perspective d entreprise en planifiant en fonction d une valeur stratégique plutôt qu en fonction d un degré minimum de conformité La conception d un plan de mise en œuvre et de conformité aux principes est une initiative d envergure. Pour libérer entièrement la valeur stratégique de vos données, il est bien avisé de lancer d abord un plan pour les données sur les risques et de l appliquer par la suite à tous les autres types de données. Trop souvent, les grandes institutions bancaires entreprennent des initiatives d importance cloisonnées sans porter attention à leurs répercussions potentielles dans les autres secteurs de l organisation. Cela se traduit souvent par une duplication injustifiée de temps et d argent. Pour éviter cette situation, les banques doivent adopter une approche stratégique à la mise en œuvre en donnant une définition suffisamment élargie aux principes RDAR pour les appliquer à toutes les formes de données, pas seulement aux données sur les risques. En adoptant une perspective d entreprise, vous pouvez dépasser la seule question de conformité et libérer la pleine valeur de vos données à l échelle de l organisation. Établir une base qui résout les données sur les risques une fois pour toutes et s applique à toute l entreprise Cette solution requiert également d adopter des outils et des accélérateurs à l échelle de l entreprise. De cette façon, la base du programme s applique autant aux données sur les risques qu aux données financières ou aux données sur les clients. Essentiellement, les données sur les risques peuvent être perçues comme le programme pilote d une initiative plus vaste et plus utile pour optimiser les données à l échelle de la banque. Dans la mesure du possible, il faut rechercher des occasions de tirer profit des outils et des pratiques en cours, particulièrement lorsque l adhésion des utilisateurs est acquise et que des leçons fondamentales sont apprises. 4 Au-delà de la conformité 3 Comité de Bâle sur le contrôle bancaire «Progress in adopting the principles for effective risk data aggregation and risk reporting» (BCBS 268)

7 Ajouter de la valeur à l entreprise la suite d importantes analyses, le Comité de Bâle a À constaté que les activités actuelles d agrégation des données sur les risques et de notification des risques dans plusieurs institutions financières sont extrêmement variées et offrent d innombrables possibilités de dévaluer, de corrompre, de perdre ou d acheminer incorrectement les données, ce qui nuit à la prise de décisions d affaires de qualité en temps opportun. Heureusement, les principes RDAR du Comité de Bâle fournissent aux banques un cadre qui peut être utilisé pour résoudre ce problème à la source. Toutefois, pour le faire efficacement, les banques doivent comprendre la futilité de mettre en œuvre les nouveaux principes RDAR d une façon décentralisée; cette approche à ce titre ne parvient pas à procurer le contexte nécessaire pour traduire les principes en activités commerciales et de gestion des risques. Par contre, une approche centralisée offre des avantages de constance et de contrôle, tout en réduisant le fardeau relatif aux données pour ceux que les génèrent ou les utilisent dans le cours de leurs fonctions. En adoptant ce type d approche centralisée, il faut un engagement en matière de leadership et d investissement. Les quatre étapes ci-dessous peuvent aider à simplifier la mise en œuvre : Commencer par déterminer les exigences de l organisation en matière de renseignements et à définir son appétit pour le risque, les mesures clés et les rapports requis (ou désirés) par le conseil d administration et la haute direction; Traduire ces définitions pour répondre aux besoins opérationnels et de notification des fonctions de risques et des unités d exploitation, par exemple, pour la tolérance aux risques, les limites de crédit et de négociation; Convertir ces besoins en étapes de mise en œuvre dans un cadre de gestion des données; Résoudre les lacunes décelées en matière de gestion des données et utilisant une combinaison de modifications aux processus d affaires et à la technologie. Ceci pourrait nécessiter des modifications à l architecture des données sur les risques. Peu importe votre approche à la mise en œuvre, il est essentiel de ne pas percevoir cette tâche comme étant uniquement un exercice de conformité réglementaire. Les principes RDAR, lorsqu ils seront intégrés à toute l organisation, devraient permettre d atteindre une capacité supérieure en matière de données qui génèrent des avantages qui vont bien au-delà de la notification des risques. D une façon idéale, le résultat obtenu est une source de données unique bien gérée, centralisée et fiable, qui permet des rapprochements avec le grand livre général et qui ajoute de la valeur à l entreprise. D un point de vue commercial, les banques peuvent réduire ou éliminer la redondance des activités en silos, réaliser des économies et tirer profit d une plateforme souple et évolutive, et rehausser grandement la gouvernance et la gestion des risques. Au-delà de la conformité 5

8 Prochaines étapes Pour plus de renseignements sur les principes RDAR du Comité de Bâle et sur les avantages d une mise en œuvre à l échelle de l entreprise, veuillez communiquer avec : Azer Hann Associé Leader de la gestion du capital et des risques Gord Kilarski Directeur de service Leader de l analytique des risques Deloitte, l un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers. Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. et ses sociétés affiliées t

Guide d évaluation des stratégies d agrégation des données sur les risques

Guide d évaluation des stratégies d agrégation des données sur les risques Guide d évaluation des stratégies d agrégation des données sur les risques Dans quelle mesure vous conformez-vous efficacement au BCBS 239? Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. BCBS 239

Plus en détail

Analytique prévisionnelle des projets. Votre projet sera-t-il gagnant?

Analytique prévisionnelle des projets. Votre projet sera-t-il gagnant? Analytique prévisionnelle des projets Votre projet sera-t-il gagnant? Table des matières Une nouvelle démarche pour réduire les risques liés à un projet... 1 Analyse comparative de projets gagnants...

Plus en détail

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Si les répercussions économiques annuelles devaient se prolonger à long terme, et compte tenu du potentiel

Plus en détail

Votre entreprise est-elle prête pour le renouveau fiscal mondial?

Votre entreprise est-elle prête pour le renouveau fiscal mondial? À l ordre du jour du conseil Octobre 2015 Dans ce numéro : Nous sommes heureux de vous présenter À l ordre du jour du conseil, une publication qui traite de questions d actualité pertinentes pour les administrateurs.

Plus en détail

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur de la distribution et du commerce de détail et de gros Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires

Plus en détail

L accessibilité chez Deloitte. Plan pluriannuel de mise en œuvre de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO)

L accessibilité chez Deloitte. Plan pluriannuel de mise en œuvre de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) L accessibilité chez Deloitte Plan pluriannuel de mise en œuvre de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) Décembre 2014 Plan pluriannuel de mise en œuvre de la LAPHO

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Stratégies d optimisation des comptes clients

Stratégies d optimisation des comptes clients Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes clients Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation des

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits industriels Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) Nous y sommes, encore une fois

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) Nous y sommes, encore une fois Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) Nous y sommes, encore une fois La seule constance est le changement Les choses changent constamment, et c est tout aussi vrai pour les Normes

Plus en détail

Optimisation de la valeur de vos solutions Oracle

Optimisation de la valeur de vos solutions Oracle Optimisation de la valeur de vos solutions Oracle Ayez des attentes plus élevées ANCE RELATIONS PROFON SOUPLESSE TRANSFORMATI ENDEMENT INFLUENCE PER INSPIRATION CROISSANCE Deloitte et Oracle Aujourd hui,

Plus en détail

Nos services de traduction Qualité. Rapidité. Professionnalisme.

Nos services de traduction Qualité. Rapidité. Professionnalisme. Nos services de traduction Qualité. Rapidité. Professionnalisme. Services linguistiques Cette page a été intentionnellement laissée en blanc 1. Notre portrait 2. Nos services 3. Notre expertise 4. Nos

Plus en détail

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Servez-les bien ou vous les perdrez Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Le secteur canadien de l assurance multirisque est en train de subir des

Plus en détail

Penser avantage fiscal et non coût. «Trois lignes de défense» pour des transactions fiscales réussies

Penser avantage fiscal et non coût. «Trois lignes de défense» pour des transactions fiscales réussies Penser avantage fiscal et non coût «Trois lignes de défense» pour des transactions fiscales réussies Table des matières Le bon côté de la réglementation accrue...1 Inclure davantage la fonction fiscalité

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits de consommation Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Mémoire de l Association canadienne des paiements en réponse à la Banque du Canada Le 21 août 2015

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 5 Retirer des fonds d un régime immobilisé Les fonds de pension constituent une source importante de revenu

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

un état de changement

un état de changement un état de changement Bulletin bimestriel à l intention des organismes sans but lucratif Février 2013 Dans ce numéro Nouvelles normes comptables pour les organismes sans but lucratif Introduction Les organismes

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : Tenue des données par les institutions appliquant l approche standard ou une approche de mesure avancée (AMA) Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction

Plus en détail

Bureau du surintendant des faillites Canada. Mise à jour présentée au Forum sur l insolvabilité et la restructuration de l ACPIR de 2015

Bureau du surintendant des faillites Canada. Mise à jour présentée au Forum sur l insolvabilité et la restructuration de l ACPIR de 2015 Bureau du surintendant des faillites Canada Mise à jour présentée au Forum sur l insolvabilité et la restructuration de l ACPIR de 2015 Grandes lignes Principales tendances en matière d insolvabilité Priorités

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

Un audit mieux informé Comment transformer l audit interne par l analytique de données

Un audit mieux informé Comment transformer l audit interne par l analytique de données Un audit mieux informé Comment transformer l audit interne par l analytique de données Tables des matières Pourquoi l analytique et pourquoi maintenant?.............. 1 Les avantages de l analytique d

Plus en détail

Taxes indirectes canadiennes Le 31 mai 2012 (12-4)

Taxes indirectes canadiennes Le 31 mai 2012 (12-4) Canada Fiscalité Personnesressources : Québec et Canada Atlantique Robert Demers Leader national 514-393-5156 Ontario Michael Matthews 613-751-5310 Toronto Rory Pike 416-874-3330 Danny Cisterna 416-601-6362

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la planification du recrutement et des ressources Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 3 mars 2011 Table des matières Sommaire... i 1.0

Plus en détail

Rapport de vérification interne Évaluation de la conception du Système de gestion de la qualité du Bureau du vérificateur général

Rapport de vérification interne Évaluation de la conception du Système de gestion de la qualité du Bureau du vérificateur général Rapport de vérification interne Évaluation de la conception du Système de gestion de la qualité du Bureau du vérificateur général Office of the Auditor General of Canada Bureau du vérificateur général

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

Information relative aux apparentés

Information relative aux apparentés Information relative aux apparentés Base des conclusions Chapitre SP 2200 Manuel de comptabilité de CPA Canada pour le secteur public Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le

Plus en détail

Audit de la gestion de projets au sein d Emploi et Développement social Canada

Audit de la gestion de projets au sein d Emploi et Développement social Canada Direction générale des services de vérification interne Audit de la gestion de projets au sein d Emploi et Développement social Canada Février 2014 Non Classifié SP-607-03-14F Vous pouvez télécharger cette

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

Norme ISA 300, Planification d un audit d états financiers

Norme ISA 300, Planification d un audit d états financiers IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 300, Planification d un audit d états financiers Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

PROFIL DES REPRÉSENTANTS RÉGIONAUX

PROFIL DES REPRÉSENTANTS RÉGIONAUX PROFIL DES REPRÉSENTANTS RÉGIONAUX CONTENU Robert Nardi, National...1 Duncan Stewart, National...2 Clinton G. McNair, Calgary...3 J. Blair Knippel, Prairies...4 Jamie Barron, S.-O.-O...5 Jeffrey Johnson,

Plus en détail

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance

Plus en détail

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Juillet 2013 En bref Les bulletins En bref offrent un condensé des plus récentes nouvelles et publications provenant des normalisateurs en ce qui

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

Perspectives ORSA 2015

Perspectives ORSA 2015 Perspectives ORSA 2015 Table des matières Introduction... 1 ORSA au sein de l entreprise... 2 Opinion des assureurs sur leur niveau de préparation au dispositif ORSA... 4 Niveau de maturité du dispositif

Plus en détail

Êtes-vous à risques? Exploitation optimale des données. Dans ce numéro : Êtes-vous prêt? Vol. 8, n o 1. kpmg.ca/etesvousarisques

Êtes-vous à risques? Exploitation optimale des données. Dans ce numéro : Êtes-vous prêt? Vol. 8, n o 1. kpmg.ca/etesvousarisques Êtes-vous à risques? Vol. 8, n o 1 Dans ce numéro : Exploitation optimale des données Êtes-vous prêt? kpmg.ca/etesvousarisques 1 Êtes-vous à risques? Vol. 8, n o 1 EXPLOITATION OPTIMALE DES DONNÉES Êtes-vous

Plus en détail

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource :

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource : Allocution de Julie Dickson, surintendant intérimaire Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) adressée au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS Règles sur la juste valeur Nouvelles exigences pour les entités d investissement

Pleins feux sur les IFRS Règles sur la juste valeur Nouvelles exigences pour les entités d investissement Bureau mondial des IFRS Novembre 2012 Pleins feux sur les IFRS Règles sur la juste valeur Nouvelles exigences pour les entités d investissement Table des matières Contexte Le modèle général Participations

Plus en détail

Questions et réponses

Questions et réponses Questions et réponses Le nouveau programme d agrément CPA : mise en place et calendrier 3 1. Quand aurons-nous plus d informations concrètes sur le nouveau programme d agrément CPA?... 3 2. Quand aurons-nous

Plus en détail

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis ÉTUDE TECHNIQUE L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis Pour une entreprise, l informatique en nuage constitue une occasion majeure d améliorer

Plus en détail

Mémoire de l Institut canadien des actuaires à l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA)

Mémoire de l Institut canadien des actuaires à l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA) Mémoire de l Institut canadien des actuaires à l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA) Septembre 2012 Document 212074 This document is available in English 2012 Institut canadien

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés mai 2015 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé,

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Association des centres de santé de l Ontario Bureau de la direction des projets

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS

PREMIER TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS PREMIER TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS LA BANQUE ROYALE DU CANADA DÉCLARE SES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés

Plus en détail

Meilleures pratiques de l authentification:

Meilleures pratiques de l authentification: Meilleures pratiques de l authentification: mettre le contrôle à sa place LIVRE BLANC Avantages d un environnement d authentification totalement fiable : Permet au client de créer son propre token de données

Plus en détail

Services-conseils. Des services au-delà de l audit

Services-conseils. Des services au-delà de l audit Services-conseils Des services au-delà de l audit Table des matières Des solutions pour un paysage comptable en pleine évolution... 1 Services-conseils en comptabilité complexe...3 Services-conseils transactionnels...4

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Les plates-formes informatiques intégrées, des builds d infrastructure pour les datacenters de demain

Les plates-formes informatiques intégrées, des builds d infrastructure pour les datacenters de demain Livre blanc Les plates-formes informatiques intégrées, des builds d infrastructure pour les datacenters de demain Par Mark Bowker, analyste senior, et Perry Laberis, associé de recherche senior Mars 2013

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

BASE DES CONCLUSIONS. NCMC 3410, Missions de certification des bilans des gaz à effet de serre

BASE DES CONCLUSIONS. NCMC 3410, Missions de certification des bilans des gaz à effet de serre BASE DES CONCLUSIONS NCMC 3410, Missions de certification des bilans des gaz à effet de serre Septembre 2012 La présente base des conclusions a été préparée par les permanents du Conseil des normes d audit

Plus en détail

Cette lettre a été transmise aux organismes de réglementation fédéral et provinciaux.

Cette lettre a été transmise aux organismes de réglementation fédéral et provinciaux. Cette lettre a été transmise aux organismes de réglementation fédéral et provinciaux. Le 30 octobre 2014 L Institut canadien des actuaires (ICA) est l organisme national de la profession actuarielle. Il

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé Retirer des fonds d un régime immobilisé S T R A T É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É N o 5 Les fonds de pension constituent une source importante de revenu de retraite, mais les restrictions

Plus en détail

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE RÉSUMÉ Depuis des années, les responsables de la sécurité de l information et les responsables opérationnels

Plus en détail

voies pour camions en régions urbaines au Canada

voies pour camions en régions urbaines au Canada Notions élémentaires sur les voies pour camions en régions urbaines au Canada Le transport par camion est essentiel au développement économique d une région pratiquement tous les projets d ordre économique

Plus en détail

UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott

UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott UNE APPROCHE CIBLÉE DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Placements ciblés sur les sociétés de Sprott Dennis Mitchell privilégie une approche ciblée des placements dans les actions Dennis Mitchell s est joint

Plus en détail

Réponse de Calcul Canada et de CANARIE au document de consultation TC3+ : «Tirer profit des données massives : Vers un nouveau cadre stratégique pour

Réponse de Calcul Canada et de CANARIE au document de consultation TC3+ : «Tirer profit des données massives : Vers un nouveau cadre stratégique pour Réponse de Calcul Canada et de CANARIE au document de consultation TC3+ : «Tirer profit des données massives : Vers un nouveau cadre stratégique pour l évolution de la recherche numérique au Canada» Décembre

Plus en détail

I. Objet du présent document

I. Objet du présent document Demande de propositions et paramètres relatifs à la traduction en mandarin personnalisé (informatisé) du contenu du module 1 du cours de formation en ligne de la CCE sur les déchets dangereux La Commission

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX 1. OBJET DE LA POLITIQUE Les sociétés canadiennes exercent avec succès leurs activités dans presque tous les secteurs de l industrie et sont

Plus en détail

Conduire sa Ferrari Le plan d action en matière de données donne toute la puissance à vos actifs

Conduire sa Ferrari Le plan d action en matière de données donne toute la puissance à vos actifs Conduire sa Ferrari Le plan d action en matière de données donne toute la puissance à vos actifs Headline Table des matières Vous faut-il un plan d action en matière de données?...1 Pourquoi maintenant?...2

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Kemsley Design Limited Kemsley Design Limited www.kemsleydesign.com www.column2.com www.kemsleydesign.com www.column2.com Présentation

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS

PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS PROMOTEUR DE RÉGIME AssistancedirecteMC PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Guide du produit à l intention du promoteur de régime Un investissement sensé, une vaste gamme de services Programme d aide aux employés

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS VENTE DE PR ODUITS Règlements et normes de produits 67 Protection du consommateur 68 Responsabilité du fait du produit 70 Par Caroline Zayid Fabrication et vente de pr oduits 67 Règlements et normes de

Plus en détail

Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires

Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires D après le Règlement sur les instruments médicaux Direction des produits thérapeutiques Santé Canada Rédigé par

Plus en détail

Cloud Service Management

Cloud Service Management Cloud Service Management HEAT Help Desk SOLUTION BRIEF 1 MODERNISEZ LES OPERATIONS DE GESTION DES SERVICES ET OFFREZ PLUS DE VALEUR STRATEGIQUE A L ENTREPRISE HEAT Cloud Service Management est un ensemble

Plus en détail

Qu est-ce qu un Registre des entreprises?

Qu est-ce qu un Registre des entreprises? Introduction Le Registre des entreprises (RE) est essentiel à Statistique Canada (SC), car il constitue un élément fondamental des enquêtes-entreprises. Comme sa mise en service remonte à plus de 15 ans,

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive Document d information 2013 Document d information 2013 Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive En 2007, le gouvernement du Canada s est

Plus en détail

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer SOYEZ MAÎTRE DE VOTRE RETRAITE FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer Nous comprenons que la retraite n est pas qu une question d argent. Il est important de réfléchir aux aspects tant financiers

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E GUIDE POUR INVESTISSEURS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROCHE ORIGINALE. MAXIMISEZ VOS RENDEMENTS GRÂCE

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie

Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie Un produit simple et commode, qui réunit protection d assurance vie et placements fiscalement avantageux Assurance vie universelle

Plus en détail

Vérification des Services financiers

Vérification des Services financiers Vérification des Services financiers Gestion des comptes à fins déterminées Rapport de vérification finale d attestation de qualité Date de publication du rapport : mars 2003 Date d achèvement des travaux

Plus en détail

LE FACTEUR FISCAL Q&R : RÉPONSES À VOS QUESTIONS FISCALES. Modifications récentes apportées aux Fonds enregistrés de revenu de retraite CONTENU

LE FACTEUR FISCAL Q&R : RÉPONSES À VOS QUESTIONS FISCALES. Modifications récentes apportées aux Fonds enregistrés de revenu de retraite CONTENU NUMÉRO 2015-09 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL Q&R : RÉPONSES À VOS QUESTIONS FISCALES Modifications récentes apportées aux Fonds enregistrés de revenu de retraite CONTENU Q&R : Réponses à vos questions fiscales,

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille JAMIE GOLOMBEK La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire, Planification

Plus en détail

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement Direction générale des services de vérification interne Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement Février 2014 Non Classifié SP-609-03-14F

Plus en détail

Régime de protection des contribuables et de recapitalisation des banques: une réponse canadienne à la désignation «trop grandes pour faire faillite»

Régime de protection des contribuables et de recapitalisation des banques: une réponse canadienne à la désignation «trop grandes pour faire faillite» Régime de protection des contribuables et de recapitalisation des banques: une réponse canadienne à la désignation «trop grandes pour faire faillite» Association des économistes québécois Le 22 mai 2015

Plus en détail