D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications"

Transcription

1 Référence Référence : : Version : Date : Les brûlures DOSSIER Sommaire : I. Anatomie de la peau II. III. IV. Epidémiologie des brûlures Etiologie des brûlures Estimation de la gravité V. Complications VI. VII. Conduite à tenir Bibliographie Dr Cécile SURLERAUX, Conseiller en prévention Médecin du travail Cellule scientifique Commission scientifique Page 1 sur 9

2 I. Anatomie de la peau La peau comporte une couche superficielle appelée épiderme d épaisseur moyenne égale à 0,1 mm. Sa couche basale est composée de cellules épithéliales qui migrent progressivement vers la surface cutanée en se chargeant de kératine et en desquamant finalement (le cycle complet est de 45 jours). Le derme sous-jacent est un tissu extrêmement solide constitué de fibres collagènes et de fibres élastiques. Il est parcouru par de nombreux vaisseaux sanguins et par des fibres nerveuses. Chez un individu en bonne santé et bien hydraté, son épaisseur varie de 0,1 mm à plusieurs mm en fonction de la zone du corps. C'est le «cuir» de l'organisme ; desséché ou brûlé, il forme une croûte noire et dure (escarre). Il contient les annexes cutanées (follicules pileux et glandes sudoripares) tapissées d'épiderme, offrant ainsi une possibilité de réparation lente de l épiderme en cas d'atteinte de la couche basale. L'hypoderme est une couche graisseuse mal vascularisée d'épaisseur variable qui joue plusieurs rôles importants : isolant thermique naturel, amortisseur des pressions qui s'exercent sur la peau, tissu de jonction et de glissement des muscles. Structure anatomique de la peau. Source : II. Epidémiologie des brûlures La brûlure est une entité traumatique fréquente puisqu elle affecte environ personnes par an en Belgique. Parmi celles-ci, environ nécessiteront des soins en milieu hospitalier et 800 en centre spécialisé. En moyenne, 150 personnes décèdent chaque année Page 2 sur 9

3 des suites de brûlures. Plus de la moitié des accidents par brûlure touche des enfants de moins de cinq ans. III. Etiologie des brûlures Une brûlure peut être de quatre origines: thermique (chaleur ou froid), électrique, chimique ou radiologique. Les deux premières sont les plus fréquentes dans notre pays. Les brûlures thermiques Elles peuvent avoir plusieurs origines : o le contact avec les flammes produites entre autres par l utilisation d alcool à brûler (barbecue), d hydrocarbures légers (essence), les gaz domestiques, etc. ; o le contact avec un liquide bouillant (le plus souvent d origine domestique) ; o le contact avec des solides chauds ( fer à repasser, poêle ) ; o les engelures produites par un froid intense (fluides cryogéniques) ; o les rayons solaires. Température de différentes sources thermiques, causes de brûlure. Quelques exemples - Eau bouillante 100 C - Huile bouillante 200 C - Fer rouge 800 C - Flamme 1200 C - Explosion C - Courant électrique C Les brûlures chimiques Elles résultent de l effet direct du produit sur la paroi cellulaire et son contenu. Elles sont en général plus graves lorsqu elles sont provoquées par des agents caustiques basiques. Les réactions locales et systémiques sont très différentes des brûlures thermiques, requérant une neutralisation topique, voire l injection d antidotes (par ex. brûlure par acide fluorhydrique). Les brûlures électriques Elles provoquent, en plus des lésions locales, des lésions à distance, imprévisibles. Elles sont dues au contact avec les installations électriques dans environ 90% des cas, mais peuvent aussi résulter de décharges d électricité statique ou de foudre. Elles sont souvent associées à des brûlures thermiques, car le courant met le feu aux habits. Le courant alternatif 220 V est plus dangereux que le courant continu dans la mesure où il produit des arrêts cardiaques à des voltages plus faibles. Page 3 sur 9

4 Le courant traverse l organisme en utilisant les voies de moindre résistance (vaisseaux sanguins et nerfs). Souvent, les contractures tétaniques provoquent des fractures associées (colonne), fait important à connaître dans la mobilisation du blessé. Le risque est d autant plus élevé que la quantité de courant et la durée d exposition sont élevées. Les brûlures radiologiques Elles suivent un processus différent de la brûlure thermique. Les lésions apparaissent de façon retardée et évoluent par vagues successives inflammatoires. La nécrose profonde est extensive au fur et à mesure des excisions chirurgicales. La cicatrisation est longue, fragile et aléatoire. La douleur est très importante et résiste aux médicaments antidouleurs les plus puissants. L éventualité d une brûlure radiologique est heureusement rare. IV. Estimation de la gravité La gravité d une brûlure dépend de plusieurs facteurs : l étendue de la lésion, sa profondeur, sa localisation, la cause et l existence de certains facteurs individuels aggravants (âge, état de santé général, traumatismes associés). L atteinte de la face, des mains, des pieds et du périnée est considérée d emblée comme sérieuse. En cas d atteinte de la face, il faut s assurer de l absence d atteinte au niveau pulmonaire. Estimation de la surface La surface s'évalue par la règle de Wallace à l'aide de la paume de la main qui représente 1% de la surface corporelle. La règle de Wallace (règle des 9) est une méthode simple d estimation de la surface atteinte chez l adulte et chez l enfant de plus de 15 ans. Elle divise les différentes unités du corps humain en des pourcentages de la surface corporelle totale. Il s agit naturellement d une approximation. Cette règle doit être adaptée chez l enfant dont la tête et le tronc sont proportionnellement plus importants que les membres. Page 4 sur 9

5 Règle de Wallace. Source : Evaluation de la profondeur On distingue quatre degrés en fonction de la profondeur de la lésion. Les symptômes, évolution et principes de traitement sont repris ci-après. Premier degré - Atteinte de l épiderme uniquement. - Rougeur et douleur importante. - Desquamation après quelques jours. - Guérison en 4 à 5 jours. - Traitement toujours médical. - Pas de séquelles Peau normale Brûlure du 1 er degré Source : Dr AZZOUZ Fayssal Page 5 sur 9

6 Deuxième degré superficiel Peau normale Brûlure du 2 ème degré superficiel Source : Dr AZZOUZ Fayssal - Atteinte de l épiderme et du derme superficiel. - Vésicules ou phlyctènes plus ou moins importantes, en général non rompues. - En cas de rupture des phlyctènes, fond de plaie rouge, humide et très sensible au toucher. Douleur présente. - Les poils tiennent bien. - Cicatrisation spontanée en 12 à 15 jours, sauf aggravation secondaire (infection). - Séquelles minimes (irrégularités de la peau et modifications de coloration). - Evolution possible vers une cicatrice hypertrophique. Deuxième degré profond Peau normale Brûlure du 2 ème degré profond Source : Dr AZZOUZ Fayssal - Atteinte jusqu au derme profond. - Phlyctènes rompues. - Fond de plaie sec, rose ou blanc. Les poils ne tiennent plus. - Peu ou pas de douleur. - Peu ou pas de saignement - Cicatrisation spontanée impossible, sauf si la surface est très limitée. - Greffe de peau et suivi à long terme de la cicatrice. Troisième degré - Atteinte de toutes les couches de la peau et même parfois des structures sous-jacentes. - Peau cartonnée, blanche, sèche ou carbonisée. - Pas de douleur ou de saignement. - Traitement chirurgical et suivi des cicatrices à long terme. Peau normale Brûlure du 3 ème degré Source : Dr AZZOUZ Fayssal Page 6 sur 9

7 V. Complications Dans le cas de brûlures thermiques, les complications à craindre sont notamment une défaillance circulatoire par perte de liquide ou une défaillance respiratoire par brûlure du visage ou inhalation de fumées ou de gaz chauds. Une hypothermie peut également survenir parfois par des gestes inadéquats lors des premiers secours, la peau ayant perdu sa fonction de thermorégulation (refroidissement trop long sur des brûlures étendues). Dans le cas de brûlures d origine électrique, l examen de la surface ne permet pas l appréciation de l extension profonde ; des complications graves peuvent survenir, notamment des arythmies et une atteinte musculaire pouvant entraîner une insuffisance rénale. Les brûlures chimiques peuvent se compliquer d effets retardés et de manifestations d intoxication systémique en fonction du produit responsable. VI. Conduite à tenir 1. Principes d intervention Eliminer l agent causal. Refroidir pour limiter l étendue (15 à 20 minutes). Evaluer la gravité. Si nécessaire faire appel aux services de secours (112). Lutter contre d éventuelles conséquences : détresse circulatoire et respiratoire. Limiter le risque d infection. 2. Attitudes en cas de brûlure thermique Brûlures simples de 1 er degré et 2 ème degré superficiel peu étendues : Refroidir. Refroidissement réalisé rapidement, endéans les 15 minutes, à l eau à 15 C, pendant 15 à 20 minutes. Ce refroidissement permet de limiter l étendue et la gravité de la brûlure et exerce également une action antidouleur. Recouvrir par un linge stérile et si nécessaire référer à un médecin. Gestes à proscrire : Appliquer un corps gras (beurre ou huile). Appliquer de l ouate. Applique de l éosine qui masque l état de la peau. Percer les cloques. Page 7 sur 9

8 Brûlures intermédiaires et graves : Appeler les secours. Arrêter le processus thermique : envelopper la victime dans une couverture et/ou l asperger d eau. Contrôler les fonctions vitales (conscience, respiration, cœur). Refroidir le plus rapidement possible par de l eau froide pendant minutes en surveillant les fonctions vitales (attention au risque d hypothermie!). Couvrir la brûlure par un linge stérile ou propre; à ce stade, la brûlure doit être considérée comme une plaie stérile qu il faut protéger d une surinfection. 3. Conduite à tenir en cas de brûlure chimique Dans la mesure du possible, ôter en se protégeant ou faire ôter les vêtements imbibés du produit et les chaussures. Appeler les secours. Refroidir le plus rapidement possible à l eau froide pendant minutes (l absence de douleur est le meilleur critère d arrêt), en veillant si possible à ce que l eau de rinçage n entre pas en contact avec la peau saine. Enfermer les vêtements imbibés dans un conteneur étanche et résistant. Garder l emballage du produit impliqué. En cas de projection de produit chimique dans l œil, rincer l œil le plus tôt possible pendant au moins 15 minutes. Surveiller les fonctions vitales. 4. Conduite à tenir en cas de brûlure électrique Couper le courant à l aide d un système de coupure accessible sans risque pour le sauveteur, les tiers, la victime. Alerter les secours : une brûlure électrique est toujours grave en raison des complications (fibrillation ventriculaire, arrêt cardio-respiratoire, arythmies, lésions tissulaires, contracture des muscles respiratoires, lésions traumatiques suite à des mouvements involontaires ou lors de la chute, etc.). Assurer les gestes de premiers secours adaptés (vérifier les paramètres vitaux, position latérale de sécurité, réanimation cardio-pulmonaire). Les brûlures électriques visibles seront traitées selon les principes généraux de prise en charge des brûlures énoncées plus haut. VII. Bibliographie 7.1. Documents DURRHEIMER C., FUCHS G., STAHL M. Mémo-Réflexes d urgence. Editions Lamarre, 2008, p et Page 8 sur 9

9 LE FLOCH R., ARMOULD J.-F., PIMORGET A., ET AL. Prise en charge initiale du patient brûlé. Congrès national d anesthésie et de réanimation 2008.Les Essentiels, p Disponible sur le Web : < RAFFOUL W., BERGER METTE M. Les brûlures : de l ébouillantement à l électrisation définitions et traitement. Forum Med Suisse [en ligne], 2006, n 6, p Disponible sur le Web : < SEMESOTRA. Brûlures. Fiche Sites Web consultés Fondation belge des brûlures [en ligne] Disponible sur le Web : < Symposium de médecine d urgence de Charleroi [en ligne] Disponible sur le Web : < Urgencyclopedie [en ligne] Disponible sur le Web : < Page 9 sur 9 SPMT - Siège social Quai Orban, à 4020 Liège T 04/ F 04/

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES Les Brûlures Dr. P. QUERUEL Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES En France 23 Centres de Traitement des Brûlés 18 Centres civils (6 centres adultes ; 5 enfants ; 7 adultes/enfants

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions. Chapitre 31: Brûlures (Traduction de la p503) Aperçu du chapitre Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

LIVRET RAPPEL PSC1. Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe.

LIVRET RAPPEL PSC1. Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe. LIVRET RAPPEL PSC1 Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe. L ALERTE ET PROTECTION DES POPULATIONS Signal National d'alerte Réaction Immédiate

Plus en détail

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge Les thèmes Les conséquences d un incendie L hyperthermie et sa prise en charge Les brûlures et leurs prise en charge Protocole check des P.A.R Explications: Pourquoi leur demander «comment il se sente»,

Plus en détail

Formation SST (Initiale):

Formation SST (Initiale): Formation SST (Initiale): Sauveteurs Secouristes du Travail Selon la Circulaire CNAMTS/DRP n -Cir-32/2010 du 3 décembre 2010 abrogeant la circulaire n -Cir. 53/2007. Public Concerné Toute personne motivée

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES D ACCIDENT

EVALUATION DES RISQUES D ACCIDENT ANNEE 1 POSS EVALUATION DES RISQUES D ACCIDENT Coupure Plaie simple, saignement peu abondant Pas d urgence, Choc, coup Bleus, bosse, petite douleur et déformation Faire les premiers soins Tremblement hypothermie

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE?

BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE? BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE? Dr Laure DROIN Dr Céline ROBERJOT SDIS 69 Service de Santé et de Secours Médical UN BREF RAPPEL Structure anatomique de la peau Types

Plus en détail

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Auteur: Dr Thomas Castner AGAN, Institute de médecine d urgenc Hochwaldstraße 6 88677 Markdorf, Allemagne E-mail: info@agan.de

Plus en détail

Pharmacie et protocoles d urgence

Pharmacie et protocoles d urgence Pharmacie et protocoles d urgence SOMMAIRE Fiche.0 : Composition de la trousse de secours Fiche. : Soin d une petite plaie Fiche. : Soin d une petite brûlure thermique ou chimique Fiche. : Conduite à tenir

Plus en détail

Programme et Méthodes Formation des S.S.T

Programme et Méthodes Formation des S.S.T OBJECTIF PEDAGOGIQUE Sécurité - Environnem ent - Form ation Programme et Méthodes Formation des S.S.T Face à une situation d accident, le Sauveteur Secouriste du Travail doit être capable de : - Rechercher

Plus en détail

Mémento Formation PSC 1

Mémento Formation PSC 1 Mémento Formation PSC 1 (Formation Prévention et Secours Civiques de niveau 1) Document réalisé à partir du Référentiel National de compétences de Sécurité Civile défini par l arrêté du Ministère de l

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

Brûlures - L union fait la force.

Brûlures - L union fait la force. Bruxelles, 18 octobre 2007. Brûlures - L union fait la force. André MAGNETTE Infirmier chef d unité Centre de Brûlés CHU Sart-Tilman 4000 LIEGE La brûlure étendue est probablement la forme la plus sévère

Plus en détail

QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2

QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2 QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2 Les atteintes liées aux circonstances 1. En cas de morsure de serpent, quelle est la conduite à tenir avant de demander un avis médical? a) Aspirer le venin

Plus en détail

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT CYCLES 2 et 3 Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Minimum à savoir (enseignant) Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT Définition : On observe une

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Aide-mémoire Sauvetage secourisme du travail Plan d intervention SST Protéger > Examiner > Moins de trois minutes 2 Faire alerter > Secourir pour agir Dans

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Le froid. JLH Cmas *** 1

Le froid. JLH Cmas *** 1 Le froid JLH Cmas *** 1 Plan Objectif Mécanisme La régulation thermique La neutralité thermique Les sources de chaleur Production de chaleur (thermogenèse) La déperdition de chaleur en plongée thermolyse)

Plus en détail

1. PREAMBULE 2. OBJECTIFS 3. DUREE

1. PREAMBULE 2. OBJECTIFS 3. DUREE Salle de formation : nouveau concept. Cadre agréable hors entreprise. Première session des 16 et 17 octobre2014 «Un sauveteur secouriste du travail (ou SST) peut sauver des vies sur le lieu de travail,

Plus en détail

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL ANNEXE 2b MODULE de FORMATION SST Complémentaire de l unité d enseignement «Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1)» Ce module de formation complémentaire est destiné aux salariés ayant suivi

Plus en détail

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE MEMENTO DU SAUVETEUR Prévention et Secours Civiques niveau 1 MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE 1-Alerte des populations. 3 2-Protection.... 4 3-Alerter les secours.... 5 4-Obstruction des voies aériennes..

Plus en détail

Traumatologie: Brûlures

Traumatologie: Brûlures Traumatologie: Brûlures Module 1 Notion de base Premier secours Bilan Gestes Transport Cas particuliers Notions de base Définition C'est la destruction d'une partie ou de la totalité de la peau ou des

Plus en détail

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

Consignes générales. Electrocution. Accident de la route :

Consignes générales. Electrocution. Accident de la route : Consignes générales Electrocution Avant toute intervention, couper immédiatement le courant, soit à la prise, soit au disjoncteur. Pour le courant industriel ou les câbles à haute-tension, rester à une

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

Ambiances thermiques. La surveillance médicale

Ambiances thermiques. La surveillance médicale Ambiances thermiques La surveillance médicale 1. Quels sont les effets du travail au froid ou à la chaleur?...2 2. Quelle est la perte hydrique maximale sur une journée?...2 3. Qu'est-ce l'acclimatement

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

La prévention des Accidents Domestiques de la Vie Courante liés au printemps.

La prévention des Accidents Domestiques de la Vie Courante liés au printemps. La prévention des Accidents Domestiques de la Vie Courante liés au printemps. Les beaux jours sont de retour et, avec eux, les moments de bricolage et de jardinage en extérieur. L'occasion de prendre en

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit NET TONDEUSE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence Utilisation commerciale Fournisseur NET TONDEUSE BNETT Aérosol lubrifiant MINERVA-OIL SAS Rue du 11

Plus en détail

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST)

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) Durée : Participants : Public : Pré-requis : Objectifs : Moyens pédagogiques : Intervenant 12 heures + si nécessaire, le temps pour traiter les

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser 1 Galaxy Galaxy (elōs) possède plusieurs outils de traitement spécifiques : a) Aurora qui associe la radio-fréquence bipolaire et la lumière pulsée, b) Polaris qui allie la radio-fréquence bipolaire à

Plus en détail

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI)

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés Professeur Jean-Pierre Chavoin, Chef de Service Hôpital Rangueil -

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Instructions pour la rédaction des conseils de premiers secours pour les pesticides à usage agricole en Belgique. Version 6, juin 2013.

Instructions pour la rédaction des conseils de premiers secours pour les pesticides à usage agricole en Belgique. Version 6, juin 2013. Instructions pour la rédaction des conseils de premiers secours pour les pesticides à usage agricole en Belgique Version 6, juin 2013 Introduction Ces instructions ont été formulées par le Centre Antipoisons

Plus en détail

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique MASSAGE ET CYCLISME De la théorie...... à la pratique PLAN I.Préambule sur le massage sportif II.Théorie du massage - Anatomie - Physiologie - Installation et précautions III.Techniques de base du massage

Plus en détail

Fiche d information sur les agents cryogènes et la glace sèche

Fiche d information sur les agents cryogènes et la glace sèche Fiche de sécurité chimique # 19 Fiche d information sur les agents cryogènes et la glace sèche Les cryogènes servent à générer des températures sous les -153 C. Ce sont des substances qui, à température

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Comment sauver un chien en cas d'urgence

Comment sauver un chien en cas d'urgence Comment sauver un chien en cas d'urgence 1 Conseils de base S i le chien est victime d un accident ou d une maladie soudaine, nous devrons d abord conserver notre calme. Les numéros de téléphone du vétérinaire

Plus en détail

Formation Sauveteur. Informations sur la formation de Sauveteur Secouriste du travail (SST) : Formation SST

Formation Sauveteur. Informations sur la formation de Sauveteur Secouriste du travail (SST) : Formation SST Formation Sauveteur Secouriste du Travail (SST) Informations sur la formation de Sauveteur Secouriste du travail (SST) : La formation des Sauveteurs Secouristes du Travail (SST) est rendue obligatoire

Plus en détail

La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures

La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures Dr Erpicum Céline Debouche 4 ème pédiatrie 2005-2006 La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures. 1.

Plus en détail

Lucentis (ranibizumab)

Lucentis (ranibizumab) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament LUCENTIS de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Référence : FDS-LEVURE Page 1 sur 5 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Dénomination commerciale : Utilisation : Œnologie Fournisseur : Œnologie IMMELE SAS - 10,

Plus en détail

Premiers soins. Sachez reconnaître les symptômes. Si vous êtes incommodé par un pesticide, vous pouvez :

Premiers soins. Sachez reconnaître les symptômes. Si vous êtes incommodé par un pesticide, vous pouvez : Les accidents peuvent survenir quelquefois Sachez reconnaître les symptômes. Si vous êtes incommodé par un pesticide, vous pouvez : ressentir de la fatigue ressentir des étourdissements éprouver un mal

Plus en détail

www.valleunion.ma » 2 jours Departement formation et developpement Analyse des risques industriels Objectifs: Programme:

www.valleunion.ma » 2 jours Departement formation et developpement Analyse des risques industriels Objectifs: Programme: Analyse des risques industriels Savoir concrètement choisir et mettre en œuvre la méthode d analyse des risques adaptée à son installation ou process, afin d en prévenir les défaillances. Programme: Différent

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

Registre d accidents, d incidents et de premiers secours

Registre d accidents, d incidents et de premiers secours Registre d accidents, d incidents et de premiers secours Premiers secours Nom de l entreprise Service ou unité Adresse N o de téléphone Ambulance Police Service d incendie Appels d urgence 911 (Si le service

Plus en détail

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications Sommaire 1. Pré-requis 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications 3. Le plâtre 3.1. Buts: 3.2. Types de plâtres 3.3. Matériel 3.4. Confection / enlèvement d un plâtre

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand Urgences en traumatologie Koceila Bouferrache Julien Josserand ITEM 329(A) (ITEM 201) Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l'arrivée à l'hôpital, évaluation des complications chez un brûlé OBJECTIF

Plus en détail

I. Indications - en chirurgie réparatrice

I. Indications - en chirurgie réparatrice I. Indications - en chirurgie réparatrice - en chirurgie esthétique II. Intervention: principes de base communs III. Matériel nécessaire IV. Suites opératoires V. Résultats VI. Complications envisageables

Plus en détail

RISQUES SPECIFIQUES ELECTRICITE. EDMS No 848384 Etre TSO au CERN HSE Unit 1

RISQUES SPECIFIQUES ELECTRICITE. EDMS No 848384 Etre TSO au CERN HSE Unit 1 RISQUES SPECIFIQUES ELECTRICITE 1 RISQUES SPECIFIQUES - ELECTRICITE 1. Introduction 2. L accident électrique, quelles conséquences? 3. Réglementation de l électricité au CERN 4. Les dispositifs de protection

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

La sécurité est l affaire de tous!

La sécurité est l affaire de tous! Document d Informatiion Communall sur lles Riisques Majeurs OUILLON Notre commune n est, hélas, pas à l abri de catastrophes naturelles ou industrielles. Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM)

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE page 1/5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE DESIGNATION COMMERCIALE : FOURNISSEUR : SAFIC ALCAN 3 Rue Bellini 92806 PUTEAUX CEDEX - FRANCE Tél. : 33/ 1/ 46 92 64

Plus en détail

POILS ET CHEVEUX. Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes,

POILS ET CHEVEUX. Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes, POILS ET CHEVEUX Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes, sabots ) CARACTERISTIQUES MORPHOLOGIQUES DES POILS ET DES CHEVEUX Les cheveux

Plus en détail

Réglementation Formation SST

Réglementation Formation SST Réglementation Formation SST Définition : Un sauveteur-secouriste du travail (SST) est un membre du personnel volontaire ou désigné pour porter secours en cas d'accident. Il doit être capable de porter

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS

DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS ORDONNANCE COLLECTIVE : OC-SLD-06 Référence à un protocole : Oui Non Protocole d immunisation du Québec pour les réactions survenant à la suite d une vaccination Administration

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

PREVENTION DES ESCARRES

PREVENTION DES ESCARRES PREVENTION DES ESCARRES OBJECTIFS SEPECIFIQUES - Définir l escarre en se référant au contenu du cours - Expliquer le processus d installation d une escarre - Énumérer toutes les causes de l escarre - Citer

Plus en détail

LA VICTIME EST INCONSCIENTE ET NE RESPIRE PAS

LA VICTIME EST INCONSCIENTE ET NE RESPIRE PAS LA VICTIME EST INCONSCIENTE ET NE RESPIRE PAS Mettre en œuvre une réanimation cardio-pulmonaire (R.C.P.) et réaliser une défibrillation pour une victime qui ne respire pas. OBSERVER / PROTEGER / SAIGNEMENT?

Plus en détail

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris CONGRES SASPAS Le mardi 26 mars 2013 Caroline Terris LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE I/ ANATOMIE DE L APPAREIL UNGUEAL L'appareil unguéal comprend le tissu péri- unguéal

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Présentation du DAAF

DOSSIER DE PRESSE Présentation du DAAF 2015 DOSSIER DE PRESSE Présentation du DAAF Sensibilisation aux Détecteurs Avertisseurs Automatiques de Fumée IL N Y A PAS DE FUMEE SANS FEU, AYEZ LE REFLEXE DAAF! SDIS02 SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE

Plus en détail

MÉMO SÉCURITÉ LES 1 ERS SECOURS DANS L ENTREPRISE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SÉCURITÉ LES 1 ERS SECOURS DANS L ENTREPRISE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SÉCURITÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP LES 1 ERS SECOURS DANS L ENTREPRISE Les premiers instants qui suivent un accident sont décisifs et des gestes simples peuvent parfois sauver une vie. Dans votre

Plus en détail

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 Objectif : La formation a pour objet l'acquisition des connaissances nécessaires à la bonne exécution des gestes de secours seul ou au côté d'un équipier secouriste,

Plus en détail

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Prise en charge des brûlures aux urgences Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Plan Épidémiologie Physiopathologie Classification des brûlures Brûlures mineures : soins locaux Critères de transfert

Plus en détail

1 L E CORPS HUMAIN 2 L ES PREMIÈRES MINUTES 3 L ES AFFECTIONS À RISQUE VITAL 4 L E PATIENT TRAUMATISÉ 5 M ALADIES ET INTOXICATIONS

1 L E CORPS HUMAIN 2 L ES PREMIÈRES MINUTES 3 L ES AFFECTIONS À RISQUE VITAL 4 L E PATIENT TRAUMATISÉ 5 M ALADIES ET INTOXICATIONS 1 L E CORPS HUMAIN 2 L ES PREMIÈRES MINUTES 3 L ES AFFECTIONS À RISQUE VITAL 4 L E PATIENT TRAUMATISÉ 5 M ALADIES ET INTOXICATIONS 6 G R OSSESSE ET ACCOUCHEMENT INOPINÉ 7 L ENFANT EN DÉTRESSE 8 U RGENCES

Plus en détail

Situation 1 : LA VICTIME PRÉSENTE UNE PLAIE SIMPLE

Situation 1 : LA VICTIME PRÉSENTE UNE PLAIE SIMPLE Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Situation 1 : LA VICTIME PRÉSENTE UNE PLAIE SIMPLE Minimum à savoir (enseignant) Définition : La plaie est une lésion

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire. Déductions thérapeutiques. Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES

La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire. Déductions thérapeutiques. Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES La cicatrisation après lésion du tendon et de la fibre musculaire Déductions thérapeutiques Dr C.J.Arnal CRF Pasteur 10 000 TROYES PLAN Les collagènes Le tendon, la jonction musculo-tendineuse et ostéotendineuse

Plus en détail

LES CONSEILS PRÉVENTION VOS MAINS SONT FRAGILES PROTÉGEZ-LES! LE SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA RÉGION NANTAISE

LES CONSEILS PRÉVENTION VOS MAINS SONT FRAGILES PROTÉGEZ-LES! LE SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA RÉGION NANTAISE LES CONSEILS PRÉVENTION du VOS MAINS SONT FRAGILES PROTÉGEZ-LES! LE SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA RÉGION NANTAISE LA MAIN UNE ANATOMIE COMPLEXE ET FRAGILE 15 muscles Couverture des os et ligaments

Plus en détail

C A T L O G U E R M N S

C A T L O G U E R M N S C A T A L O G U E D E F O R M A T I O N S 0 SOMMAIRE INCENDIE v PREMIERE INTERVENTION... 2 v EQUIPIER DE PREMIERE INTERVENTION. 3 v MANIPULATION D EXTINCTEUR 4 v TECHNIQUE D EVACUATION. 5 v EXERCICE D

Plus en détail

Poisons et produits toxiques

Poisons et produits toxiques Poisons et produits toxiques Ouvrez l œil bpa Bureau de prévention des accidents Pour ne pas vous empoisonner la vie, informez-vous sur les produits toxiques et maniez-les avec une bonne dose de prudence!

Plus en détail

Prévention et Secours Civiques de niveau 1 - adapté aux AMHE -

Prévention et Secours Civiques de niveau 1 - adapté aux AMHE - Prévention et Secours Civiques de niveau 1 - adapté aux AMHE - Rédaction : S. Planchin, formateur PSC1 Conseils : S. Hoffmann Relecture : S. Causse, M. Puill Introduction Objectif général : L objectif

Plus en détail

LES TECHNIQUES MASSAGES

LES TECHNIQUES MASSAGES Naturopathie Pour Tous Session 2015 Pilier n 2 - Savoir éliminer LES TECHNIQUES MASSAGES Session 2015 - Cours n 16 1ère partie SOMMAIRE @nadegeleperlier.fr Technique Humorale Effets du massage Différentes

Plus en détail

CHIRURGIE DE LA PAROI ABDOMINALE

CHIRURGIE DE LA PAROI ABDOMINALE CHIRURGIE DE LA PAROI ABDOMINALE Définition et avant-propos Les disgrâces qui affectent la paroi abdominale sont particulièrement mal ressenties et mal vécues. L'apparition de la lipoaspiration a transformé

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

La Cryothérapie et la réduction permanente des dépôts de graisse par le froid

La Cryothérapie et la réduction permanente des dépôts de graisse par le froid La Cryothérapie et la réduction permanente des dépôts de graisse par le froid La réduction des capitons graisseux est un sujet d actualité récurrent dans la cosmétique. En beauté médicale, il existe de

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL

PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

Massage et cancer Partie 1

Massage et cancer Partie 1 http://blog.cliniquealtermed.com/massage et cancer partie 1/407 Massage et cancer Partie 1 Publié le 5 septembre 2011 par Johanne Roussy Au cours de ma pratique, j entends souvent de nombreux commentaires

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Aloe Body Toning Kit

Aloe Body Toning Kit Aloe Body Toning Kit Aloe Body Toning Kit Luttez contre votre cellulite à l aide des produits du coffret de luxe Aloe Body Toning Kit. Mais qu est-ce que la cellulite en réalité? La cellulite résulte de

Plus en détail

Thème Approche du monde médical

Thème Approche du monde médical La peau Structure de la peau La peau est une membrane d aspect souple et résistant. Elle est élastique et se plisse facilement. Elle recouvre totalement notre corps et elle est prolongée par des muqueuses

Plus en détail

Sauveteur Secouriste du Travail (SST)

Sauveteur Secouriste du Travail (SST) Sauveteur Secouriste du Travail (SST) OBJECTIFS Intervenir efficacement face à une situation d accident Intervenir dans le respect des procédures fixées par l entreprise en matière de prévention. CONTENU

Plus en détail

L iste des techniques de soins

L iste des techniques de soins L iste des techniques de soins Aider le patient à comprendre et à être compris...57 Angiographie cérébrale ou artériographie...106 Conduite à tenir face à une crise d épilepsie...48 Électroencéphalographie

Plus en détail

Jour 1 : le système d Aide Médicale Urgente en Belgique, les règles générales d intervention

Jour 1 : le système d Aide Médicale Urgente en Belgique, les règles générales d intervention Concerne : Formation Premier Secours certifiée par le Ministère de l emploi Belge. Module proposé : 4 X 4heures à répartir selon des possibilités de chacun. Jour 1 : le système d Aide Médicale Urgente

Plus en détail

Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie

Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie Thème 05 Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie N d article 1401 CSauv Thème 05 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Infarctus Généralités Lors d un infarctus du myocarde, le muscle

Plus en détail

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante!

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante! CONDUITE A TENIR SUR LE TERRAIN DANS LES SITUATIONS LES PLUS URGENTES. Toutes les équipes n'ont pas un kinésithérapeute ou un médecin dans leur staff. Les dirigeants d'équipe amateur, mais surtout les

Plus en détail