Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre 2008"

Transcription

1 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre 2008 Présentateurs : Dr Denis Couture MD, LMCC, FRCPC Radiologiste Dr Robert Perron MD, LMCC, FRCPC Pathologiste Les participants pourront : Établir les indications et les limites des différentes méthodes diagnostiques radiologiques; Justifier l usage d un examen radiologique en fonction des caractéristiques de la patiente; Préciser le rôle du médecin traitant suite à un résultat anormal de mammographie, d échographie, de résonance magnétique et d histologie; Discuter des aspects de la corrélation radiopathologique. Diaporama élaboré à partir du DVD-ROM : Le cancer du sein, une approche multidisciplinaire Breast cancer, a Team Approach N82d.1 1

2 Sites Internet Le cancer du sein, une approche multidisciplinaire DVD-ROM de 4 Go, 3000 pages, 60 tableaux originaux. Organigrammes décisionnels. Agréé pour un maximum de 40 heures de crédit par l Université de Montréal. Approuvé par le CRMCC, la CAR, l ARQ, l OAR, la FEPUR, la SFR, l AMA. Section 4 du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Catégorie 1 de l American Medical Association. Catégorie 2 de la SFR, France. Programme de FMC planifié selon les normes de la CAEMC et de l ACCME. N82d.2 2

3 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.3 3

4 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.4 4

5 Indications de la mammographie de dépistage selon le Collège des Médecins du Québec, Canada Mammographie vs échographie : Échographie si moins de 30 ans; Mammographie si 30 ans et plus avec prescription médicale. Femmes de 50 à 69 ans : Dépistage systématique aux 2 ans sur invitation par lettre. Femmes de 40 à 49 ans et >70 ans : Dépistage sélectif et individualisé : LE COLLÈGE, Vol. XL, no 1 - Mai/Juin 2000 Avec facteurs de risque - Antécédents familiaux (sœur, mère, fille); - Irradiation antérieure pour la maladie de Hodgkin avant 30 ans; - Fréquence des examens : aux mois entre ans; - Recommandation aux années pour les femmes avec antécédents personnels ou familiaux de BRCA1 et BRCA 2. Avec conditions particulières - Nullipare,1er grossesse après 30 ans, menstruations précoces < 12 ans, ménopause tardive > 55 ans, plus de 5 ans d hormonothérapie; - Anxiété, panique démesurée face au cancer. N82d.5 5

6 Fréquence du dépistage par mammographie chez les femmes de ans aux États-Unis American Cancer Society, American College of Radiology : ANNUEL..dès 40 ans et à vie si à risque moyen. National Cancer Institute, National Institutes of Health : 1-2 ans* dès 40 ans et à vie si à risque moyen. *aux années si à haut risque. N82d.6 6

7 Intervalle du dépistage en Suède Intervalle du dépistage en Suède Le Comité National Suédois sur la Santé et le Bien-Être Social (SNBHW) recommande le dépistage pour toutes les femmes : Aux mois entre ans; Aux mois entre ans. SNBHW: Swedish National Board of Health and Welfare 1. Tabar L, Teaching Course in Diagnostic Breast Imaging, Diagnosis and In- Depth Differential Diagnosis of Breast Diseases, p. C-26, G-24, Montréal. N82d.7 7

8 Anomalies à la mammographie Généralité Asymétrie (globale, focale, progressive, palpable); Distorsion architecturale; Masse constituée; Microcalcifications; Changements d intervalle par comparaison avec les films antérieurs; Adénopathie e.g. ganglion axillaire suspect si > 2 cm, sans hile graisseux à la mammographie; Divers (e.g. cancer inflammatoire : densité réticulaire diffuse du sein avec épaississement de la peau). N82d.8 8

9 Étude Mammographie de dépistage Réduction de la mortalité Âges d entrée entre ans : 5 % de réduction de la mortalité à 5 ans; 25 % de réduction de la mortalité à 18 ans. Étude HIP (Health Insurance Plan) Âges d entrée entre ans : 40 % de réduction de la mortalité à 9 ans; 30 % de réduction de la mortalité à ans; 21 % de réduction de la mortalité à 18 ans. Essai d Edinburg Essai Malmo I 16 % de réduction de la mortalité à 10 ans. 19 % de réduction de la mortalité à 12 ans. Essai Malmo II Âges d entrée entre ans : 36 % de réduction; Âges d entrée entre ans : 26 % de réduction. Essai Suédois % de réduction de la mortalité à 7-13 ans. Jackson V. Breast imaging Update Montréal, Canada, August 8-10, N82d.9 9

10 Réduction du taux de mortalité par la mammographie de dépistage Entre 40 à 49 ans : % Selon le Dr L. Tabár, pour diminuer le taux de mortalité, les intervalles de dépistage du cancer du sein devraient être plus rapprochés, car le temps de dédoublement du cancer est plus court dans ce groupe d âge. L intervalle idéal devrait être de 12 mois, avec un maximum de 18 mois. Entre 50 à 69 ans : % Les pourcentages mentionnés de l ACS et de l ACR représentent l écart maximal. Ces pourcentages sont variables à cause de différences reliées à la conception des études incluant l échantillonnage, les intervalles de dépistage, la durée du suivi et les autres facteurs de qualité. Pour ces raisons, la réduction de la mortalité pour le groupe des ans a été davantage variable que pour le groupe des ans 1,2,3,4,6. N82d.10 10

11 Taux de survie Stades % 5 ans % 10 ans 0 (in situ) CCIS ou < 5 mm < 2 cm, ganglions , 3 ganglions métastases 10 2 American College of Radiology, Resident Education: A Module for Mammography, Soixante quinze pour cent des cancers de stade 0 (in situ) et de stade 1 sont diagnostiqués par la mammographie seule. Les taux de survie des stades 0 et 1 à dix ans sont de 95 % et de 75 %. Ces taux diminuent de beaucoup lorsque les ganglions sont envahis. N82d.11 11

12 Types de densité globale des seins Catégories BI-RADS de l ACR La classification BI-RADS de l ACR comprend quatre catégories de composition tissulaire lesquelles sont classifiées selon la densité globale des seins. Type 1 Le sein est presque entièrement adipeux (< 25 % glandulaire). Type 2 Il y a des densités fibroglandulaires éparses (approximativement 25 à 50 % glandulaire). Type 3 Le tissu fibroglandulaire est dense de façon hétérogène (approximativement 51 à 75 % glandulaire). Ceci peut abaisser le taux de détection des petites masses. Type 4 Le tissu fibroglandulaire est extrêmement dense. Ceci peut diminuer la sensibilité de la mammographie (> 75 % glandulaire). 1. American College of Radiology. Breast Imaging and Reporting Data System. Fifth edition. Reston V A, American College of Radiology Obenauer S, Hermann KP, Grabbe E. Applications and Literature Review of the BI-RADS Classification. Eur Radiol (2005) 15: Sickles EA. Wolfe Mammographic Parenchymal Patterns and Breast Cancer Risk. AJR:188, February Wolfe JN. Breast patterns as an index of risk for developing breast cancer. AJR 126: , N82d.12 12

13 Catégories BI-RADS de l ACR pour les lésions mammographiques et probabilité théorique de malignité avec la recommandation par catégorie Catégorie Résultat de l évaluation Probabilité attendue de malignité (%) Recommandation 0 Requiert une imagerie additionnelle. Évaluation incomplète. - Compression focalisée, agrandissement, incidences spéciales. Échographie. 1 Négatif 0 Intervalle normal 2 Bénin 0 Intervalle normal 3 Probablement bénin < 2 Intervalle périodique rapproché 4 4a Faible suspicion 4b Intermédiaire 4c Suspicion élevée Anomalie suspecte La biopsie devrait être considérée 5 Hautement suggestive de malignité = ou > 95 L action appropriée devrait être prise 6 Malignité prouvée à l histologie 100 Thérapie appropriée Tableau original élaboré à partir de : American College of Radiology. Breast Imaging and Reporting Data System. Fifth edition. Reston V A, American College of Radiology Obenauer S, Hermann KP, Grabbe E. Applications and Literature Review of the BI-RADS Classification. Eur Radiol (2005) 15: Le cancer du sein, approche multidisciplinaire. N82d.13 13

14 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.14 14

15 Utilité de l échographie Clinique Dx Normal Mammo Écho Kyste (simple, compliqué, masse kystique complexe) Dépistage Masse (bénigne, maligne) N82d.15 15

16 Utilité de l échographie, conduite post biopsie et bilan d extension 1. La densité globale des seins est-elle très élevée (type 3 et surtout 4 de l ACR)? 2. Est-ce qu il peut y avoir une lésion de dissimulée par le tissu fibroglandulaire? 3. S il y a une lésion, est-elle solide ou kystique? 4. S agit-il d un kyste simple, compliqué ou d une masse kystique complexe? 5. Si la lésion est solide, est-ce qu il y a des critères de bénignité ou de malignité? 6. S il y a des critères de malignité, la patiente sera d emblée cédulée pour une biopsie per cutanée (en accord avec la pratique médicale de notre milieu). 7. Le radiologue interventionniste qui fait la biopsie devra produire un rapport après la biopsie pour établir la concordance ou non entre l imagerie et l histologie. 8. Si non concordant, il y aura une reprise de la biopsie : de la microbiopsie au trocart, à la macrobiosie par aspiration sous vide, à la chirurgie exérèse le cas échéant. 9. Bilan d extension loco-régional d une néoplasie prouvée par biopsie. N82d.16 16

17 Nodules mammaires solides Caractéristiques échographiques Bénin Potentiellement Malin Absence de critères malins. x Hyperéchogénicité/ intense, tissu fibreux. x Deux ou trois macrolobulations.. x Forme ovalaire/ plus large que haut, parallèle à la peau x Pseudo-capsule/ échogène, à paroi mince, bien délimité.. x Spiculations/ alternance de lignes droites, hyper et hypoéchogènes. x Hauteur/ largeur >1 ou non parallèle à la peau.. x Hypoéchogénicité marquée x Transmission postérieure atténuée.. x Extensions branchées (projections radiaires multiples), péri ou intracanaliculaires.. x Marges angulaires x Microcalcifications x Microlobulations x Extension canaliculaire (projection radiaire unique), péri ou intracanal., vers le mamelon. x Nodule intra-kystique*, épaississement pariétal* x (Par ordre décroissant de la valeur prédictive positive) Modifié de : Stavros T, Thickman D, Rapp C, Dennis M, Parker S, Sisney G. Solid Breast Nodules: use of sonography to distinguish between benign and malignant lesions. Radiology 1995; 196: (*Non inclus dans la publication originale). Le cancer du sein, une approche multidisciplinaire, N82d.17 17

18 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.18 18

19 Quand utiliser l IRM en pratique au Québec Jeune patiente (40 ans et moins), sein glandulaire type 3, 4 chez qui un cancer est diagnostiqué à la mammographie ou à l échographie. Préopératoire : bilan d extension loco-régional, multicentricité, bilatéralité. Précuriethérapie. Post-op. : si les marges sont positives et qu il n y a pas eu d IRM préopératoire. Évaluation IRM post chimiothérapie si la lésion ne semble pas répondre après 2 cycles (le rehaussement post gadolinium doit normalement diminuer par attrition de l angiogénèse) ou Pet scan (le PET peut être utile pour évaluer la réponse à la chimiothérapie et la récidive). Patiente à haut risque de mutation génétique (BRCA). Discordance ou problème diagnostic non résolu : clinique-mammographie-échographie. Prothèse mammaire (+/-) : habituellement l échographie peut déterminer s il s agit d une rupture extracapsulaire ou d une masse suspecte. Injection de silicone (+/-) : IRM pour différencier une masse (rehausse) d un granulome de silicone (ne rehausse pas). Néoplasie lobulaire (CLIS) : habituellement pas d IRM (cf recommandation de l ACS). N82d.19 19

20 Recommandations de l American Cancer Society pour le dépistage par IRM en complément de la mammographie chez les femmes à risque élevé Recommandations pour un dépistage annuel par RM (basée selon l évidence a ) Mutation BRCA; Femme apparentée au premier degré d un BRCA, mais non évaluée; Risque à vie d approximativement de 20 à 25 % ou plus (défini selon les modèles BRCAPRO ou autres qui dépendent grandement de l histoire familiale). Recommandations pour un dépistage annuel par RM (basée selon l opinion concertée d experts b ) Irradiation du thorax entre 10 et 30 ans; Syndrome Li-Fraumeni et les femmes apparentées au premier degré; Syndromes de Cowden et Bannayan-Riley-Ruvalcaba et les apparentées au premier degré. Évidences insuffisantes pour recommander «pour ou contre» le dépistage par RM c Risque à vie de 15 à 20 % (défini selon les modèles BRCAPRO ou autres qui dépendent grandement de l histoire familiale); Carcinome lobulaire in situ et hyperplasie lobulaire atypique; Hyperplasie canaliculaire atypique; Seins hétérogènes ou très denses à la mammographie; Femme avec une histoire personnelle de cancer du sein, ce qui comprend le carcinome canaliculaire in situ. Recommandation de ne pas réaliser une IRM mammaire de dépistage (basée sur un consensus d opinion d experts b ) Femme avec un risque à vie de moins de 15 %. a. Évidence établie à partir d études de dépistage non randomisées et d observations. b. Basé sur l évidence du risque à vie du cancer du sein. c. Décision de dépistage qui devrait être établie cas par cas puisqu il peut exister des facteurs particuliers pour supporter l IRM. American Cancer Society Guidelines for Breast Screening with MRI as an adjunct to Mammography. CA Cancer J Clin 2007;57; N82d.20 20

21 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.21 21

22 Indications théoriques possibles de la scintimammographie Masse palpée non visible à la mammographie ou à l échographie, surtout si les facteurs de risque relatifs sont plus grands que 2, ou s il y a des implants mammaires. Masse probablement bénigne >1 cm à la mammographie. BI-RADS 3 : le médecin peut choisir entre le sestamibi en médecine nucléaire (attention aux faux positifs possibles) et le suivi de 6/ 12/ 24 mois par la mammographie. Évaluation de la multifocalité, de la multicentricité, de la bilatéralité et de l extension ganglionnaire, surtout si présence d une masse potentiellement maligne à la mammographie. Cicatrice chirurgicale et distorsion architecturale post radiothérapie, surtout s il y a une lésion suspecte ou difficile à interpréter à la mammographie. Adénopathie axillaire métastatique dont le cancer primaire est inconnu. N82d.22 22

23 Scintimammographie et tomographie par émission monophotonique (SPECT) Contraste hypermétabolique relié au métabolisme des mitochondries. Peut visualiser une lésion de 1 cm. En pratique clinique, l utilité de la scintimammographie est limitée puisque la mammographie, l échographie et l IRM sont plus fiables que la scintimammographie et que la biopsie au trocart ou la macrobiopsie assistée par aspiration permettent d obtenir des échantillons histologiques fiables avec peu de morbidité. Pisano ED, Parham CA. Digital Mammography, Sestamibi Breast Scintimammography and Positron Emission Tomography Breast Imaging. Radiologic Clinics of North America,. Vol 38, N. 4, July 2000; N82d.23 23

24 Tomographie par émission de photons (TEP) Contraste hypermétabolique relié au métabolisme du glucose. Peut visualiser une lésion de 6-7 mm. Principalement pour évaluer la réponse à la chimiothérapie et la récidive. La TEP détecte mieux les métastases lytiques que la scintigraphie au technétium. (TEP = métastase lytique; technétium = métastase blastique). La TEP est moins bonne lorsque la lésion est bien différenciée à l histologie, si Her2/neu négatif, si les récepteurs hormonaux à l œstrogène et à la progestérone sont fortement positifs et s il s agit d un lobulaire. En général non utilisé pour l investigation mammaire N82d.24 24

25 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.25 25

26 Méthode d évaluation des grades histologiques pour le carcinome canaliculaire infiltrant, le carcinome canaliculaire in situ et le carcinome lobulaire infiltrant Cancer canaliculaire infiltrant Le grade histologique du carcinome canaliculaire infiltrant comprend trois paramètres soit le grade architectural ou le pourcentage de tubules présents, le grade nucléaire et l index mitotique (cf tableau). Cancer canaliculaire in situ (CCIS) Le grade histologique du CCIS est basé uniquement sur le grade nucléaire. Cancer lobulaire infiltrant Le grade architectural ou le pourcentage de tubules présents ne peut pas être évalué car par définition le cancer lobulaire infiltrant n a pas de canalicules ou tubules. Le grade histologique est déterminé principalement par l évaluation du grade nucléaire et secondairement par l importance des mitoses. N82d.26 26

27 Grades histologiques des cancers canaliculaires infiltrants Grade Histologique Grade 1 Bien différencié ou bas grade Grade 2 Modérément différencié ou grade intermédiaire Grade 3 Peu différencié ou haut grade Sommation des paramètres A + B + C La sommation des différents paramètres (A + B + C) détermine le grade histologique Pointage relatif de chaque paramètre A. Évaluation du % de tubules11 > 75 % = % = 2 < 10 % = 3 B. Évaluation du grade nucléaire Noyaux réguliers avec peu de variation nucléaire (dimension, forme) = 1 Variation nucléaire modérée (dimension, forme) = 2 Variation nucléaire importante et noyaux bizarres (parfois avec de gros nucléoles) = 3 C. Évaluation de l index mitotique 5-10 mitoses = = 2 > 20 = 3 Le cancer du sein, une approche multidisciplinaire Exemple : Grade 3 si la sommation des paramètres A + B + C est de 8 à 9 selon l évaluation : A) du % de tubules à moins de 10 % : 3 points; B) du grade nucléaire à 2 (variation nucléaire modérée) : 2 points; C) de l index mitotique à plus de 20 : 3 points. N82d.27 27

28 Risque relatif de cancer du sein en fonction du type de lésion bénigne Risque relatif de cancer Prolifération Trouvailles histologiques Changements fibrokystiques (Kystes, ectasie canalaire, adénose non sclérosante, fibrose péricanalaire); adénofibrome simple; et divers (hyperplasie lobulaire, hypertrophie juvénile, hyperplasie stromale). Aucune augmentation Minimale Tumeurs bénignes : hamartome, lipome, adénolipome, papillome solitaire. Lésions traumatiques : hématome, cytostéatonécrose. Infectieux : granulome, mastite. Métaplasie : pavimenteux et apocrine. Petite augmentation (risque relatif : 1.5-2) Prolifération sans atypie Hyperplasie canalaire (floride), fibroadénome complexe, adénose sclérosante, papillome simple ou papillomatose, cicatrice radiaire, lésions à cellules cylindriques sans atypie. Augmentation modérée (risque relatif : > 2) Prolifération avec atypie Hyperplasie canalaire atypique, hyperplasie lobulaire atypique, carcinome lobulaire atypique, papillome atypique, lésions à cellules cylindriques avec atypie, toute lésion avec atypie. Santen, RJ, Mansel R. Benign Breast Disorders. N Rngl J Med 353; , July Balu-Maestro C, Ettore F, Chapellier C, Peyrottes I, Leblanc-Talent P. Quand se méfier des résultats des micro et macrobiopsies guidées mammaires? J Radiol 2006; 87: N82d.28 28

29 Couduite à tenir en présence de lésions bénignes non cancéreuses selon le risque relatif et la classification BI-RADS Pathologie / si concordant post biopsie Kyste simple Kyste compliqué Amas de microkystes Kyste avec une composante pariétale solide concave, régulière, excentrique Kyste avec un petit nodule pariétal régulier Masse kystique complexe BI-RADS , 4A 3, 4A 4B,C Conduite à tenir Aucun suivi de requis. Suivi à court terme : (6) 12, 24, (36) (optionnel) mois.* Suivi annuel pour deux ans. Suivi à court terme ou biopsie de la partie solide. Suivi à court terme ou biopsie (trocart ou macrobiopsie). Biopsie (palpable ou non). Lésion bénigne avec prolifération minimale et un risque relatif non augmenté. Lésion bénigne légèrement proliférative avec un risque relatif de Lésion bénigne avec RR > 2 ou lésion frontière (hyperplasie canalaire atypique, néoplasie lobulaire (HLA, CLIS), papillome atypique, cicatrice radiaire 1 (> 4 mm ou associée à d autres anomalies (masse, distorsion, microcalcifications ), lésions à cellules cylindriques. Lésions avec atypie, suspectes. 2 2, (3) 4B 4B, 4C, 5 Suivi selon les normes du programme de dépistage local. Idem (ou suivi annuel pour 2 ans dans certains cas). Biopsie excisionnelle pour tous les cas d atypie. La macrobiopsie assistée par aspiration peut être utilisée pour la cicatrice radiaire si au moins 12 prélèvements sont obtenus, si l histologie est concordante et s il n y a pas d hyperplasie canalaire atypique 2. Papillome simple : MAA/biopsie. Néoplasie lobulaire : suivi clinique rapproché et/ou excision chirurgicale si associée à d autres anomalies et/ou IRM (actuellement pas recommandé par l ACS). À visée diagnostique : trocart/maa; thérapeutique : biopsie. 1. Jacobs TW, Byrne C, Colditz G, Connelly JL, Schnitt SJ. Radial scar in benign-biopsy specimens and the risk of breast cancer. N Engl J Med 1999; 340; Brenner RJ, Jackman RJ, Parker SH, et al. Percutaneous core needle biopsy of radial scar of the breast: when is excision necessary? Am J Roentgenol 2002;179: Autres références dans le chapitre «Algorithmes pour l investigation et la conduite à tenir en présence d une asymétrie, d une masse, d une lésion kystique et de microcalcifications» *Si palpable, biopsie. Couture D. Le cancer du sein, une approche multidisciplinaire : N82d.29 29

30 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas clinique (exemple) 7. Conclusion N82d.30 30

31 CC Sein droit Femme de 72 ans Sein gauche Cas 7 À l aide du pointeur de la souris, trouvez l anomalie. N82d.31 31

32 MLO Sein droit Femme de 72 ans Sein gauche Cas 7 À l aide du pointeur de la souris, trouvez l anomalie. N82d.32 32

33 Agrandissement géométrique plus électronique de la masse du sein gauche Cliché localisé en CC Cliché localisé en latéral CC MLO Sein gauche Sein gauche Masse spiculée de catégorie BI-RADS 5 avec un centre dense de 4.5 x 4.7 x 5 mm. Les spiculations s étendent aussi loin que 2.8 x 3.3 x 3.3 cm du noyau central. Le chirurgien doit être informé de l extension totale des spiculations car elles peuvent loger des cellules néoplasiques. Cas 7 Femme de 72 ans N82d.33 33

34 Échographie de la masse du sein gauche Radial Antiradial Masse solide hypoéchogène, spiculée avec une forte atténuation acoustique en postérieur localisée à 6 heures sous l aréole du sein gauche. Cas 7 Femme de 72 ans N82d.34 34

35 Spécimen chirurgical Frontal Latéral Cas 7 Le chirurgien était heureux. Les marges étaient saines par plus de 1 cm lors de l évaluation microscopique en pathologie. N82d.35 35

36 Carcinome canaliculaire infiltrant modérément différencié Case 7 Femme de 72 ans Carcinome canaliculaire infiltrant modérément différencié démontrant des plages de cellules malignes formant occasionnellement des petits tubules. 100x N82d.36 36

37 Imagerie Mammaire Cancer du sein : mise à jour 2008 Château Mont Ste-Anne 26 septembre Mammographie 2. Échographie 3. IRM 4. Médecine nucléaire 5. Pathologie 6. Cas cliniques 7. Conclusion N82d.37 37

38 Retour au début For more information Pour plus d information, visitez-nous sur Internet N82d.38 38

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Kit d échographie mammaire C.Héliot, E.Czarnecki, F.Bachelle, L.Ceugnart Centre Oscar Lambret Lille Sommaire Indications de l échographie Technique/ déroulement de l examen Le sein normal: rappels Description

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

IRM mammaire : Ange ou Démon?

IRM mammaire : Ange ou Démon? Détection et prise en charge des lésions frontières IRM mammaire : Ange ou Démon? Dr Isabelle Doutriaux-Dumoulin ICO Nantes IRM mammaire : Ange?? SE > 90% VPN = 100% IRM mammaire : Démon? Indications IRM

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d

Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Prof Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne Classification de la densité mammaire selon BIRADS: de 4 à d Densité mammaire Quantité de tissu dense par

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles IRM mammaire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles Principe Etude de la néovascularisation tumorale => corrélation entre la densité des vaisseaux et la prise de contraste» Frouge et

Plus en détail

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne Imagerie du sein Dr. Domenico Lepori Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Dépistage du Cancer du sein

Dépistage du Cancer du sein Dépistage du Cancer du sein Dr M Si Hocine Département de Médecine M Interne Hôpital St Camille (Bry sur Marne) Données de base 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 38,5 /100 000 11 700

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-Pyrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Surveillance par imagerie des seins et des ovaires Janvier 2016

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer du sein : guide du format des données et définitions des indicateurs de l évaluation du programme national

Dépistage organisé du cancer du sein : guide du format des données et définitions des indicateurs de l évaluation du programme national Maladies chroniques et traumatismes Dépistage organisé du cancer du sein : guide du format des données et définitions des indicateurs de l évaluation du programme national Sommaire Objectifs du guide 2.

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

A. SALEM, R. BENNACEUR, M. DRISS, S. MEHIRI, H. RAJHI, N. MNIF. Service d'imagerie de l'hôpital Charles Nicolle, Tunis, Tunisie

A. SALEM, R. BENNACEUR, M. DRISS, S. MEHIRI, H. RAJHI, N. MNIF. Service d'imagerie de l'hôpital Charles Nicolle, Tunis, Tunisie A. SALEM, R. BENNACEUR, M. DRISS, S. MEHIRI, H. RAJHI, N. MNIF. Service d'imagerie de l'hôpital Charles Nicolle, Tunis, Tunisie Aider le radiologue à comprendre les subtilités de la sémiologie en imagerie

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME F Réty (1), M Charlot (1), O Beatrix (2) PJ Valette (1) (1) Service d imagerie, d (2) Service de chirurgie gynécologique Centre Hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite B Rappel

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG UNIVERSITE DU DROIT ET DE LA SANTE - LILLE 2 FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2014 T H E S E P O U R L E D I P L O M E D ' E T A T D E D O C T E U R E N M E D E C I N E Néoplasie lobulaire,

Plus en détail

SÉNOLOGIE 1. Éditorial. Dépistage du cancer du sein: prise en charge des lésions infracliniques suspectes

SÉNOLOGIE 1. Éditorial. Dépistage du cancer du sein: prise en charge des lésions infracliniques suspectes N 1 MARS 2005 Éditorial Dr. Marie-Paule Bersani La mortalité par le cancer du sein décroît en France grâce aux progrès thérapeutiques mais surtout grâce à un dépistage précoce des lésions cancéreuses.

Plus en détail

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g B. de Korvin*, C Bouriel*, P. Tas **, M. Clouet*,R. Gastinne*, C. Marchetti*,H. Mesbah***, JF Laurent***

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

CAFCIM 12 décembre 2015 ECHOGRAPHIE MAMMAIRE M A R T I N E B O I S S E R I E - L A C R O I X

CAFCIM 12 décembre 2015 ECHOGRAPHIE MAMMAIRE M A R T I N E B O I S S E R I E - L A C R O I X CAFCIM 12 décembre 2015 ECHOGRAPHIE MAMMAIRE 1995 2015 M A R T I N E B O I S S E R I E - L A C R O I X «des petits morceaux du quotidien, ces choses que, telle ou telle année, tous les gens d un même âge

Plus en détail

Bien que l essentiel des études sur la pathologie mammaire concerne le cancer,

Bien que l essentiel des études sur la pathologie mammaire concerne le cancer, Tumeurs bénignes et mastopathies complexes Point de vue du chirurgien Benign tumors and complex lesions: Surgeon s point of view Mots-clés : Tumeurs bénignes - Chirurgie. Keywords: Benign tumors - Surgery.

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Dépistage du Cancer du Sein

Dépistage du Cancer du Sein Dépistage du Cancer du Sein Place des Techniques non Irradiantes Dr A. Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, Site Paris Radio Protection des Patients en Imagerie Médicale 13 Décembre 2011 Examen

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Le Dépistage Mammographique

Le Dépistage Mammographique Le Dépistage Mammographique (Femme non Mutée) avant 50 ans Pour Qui, Pourquoi? Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Et mes Remerciements à I. Thomassin- Naggara Point de Référence

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Pas de consigne particulière en dehors de rapporter les mammographies antérieures.

Pas de consigne particulière en dehors de rapporter les mammographies antérieures. Sénologie 705 Sein Fiche 1 Mammographie de dépistage organisé Introduction Examen réalisé chez les femmes de 50 à 74 ans répondant aux critères d inclusion du Dépistage Organisé (Bulletin Officiel n 2001-43,

Plus en détail

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante Variation de l aspect l en imagerie de l hamartome l mammaire chez la femme enceinte et allaitante A. SALEM, S. MEHIRI, N. BOUASSIDA, F. B. AMARA, M. FELFEL, H. RAJHI, R. HAMZA, N.MNIF Service d imagerie

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Synthèse. Gestion des symptômes

Synthèse. Gestion des symptômes Synthèse Gestion des symptômes Le dépistage clinique, mammographique et/ou échographique du cancer mammaire est l'alternative à la chirurgie mutilante. Quand la lésion n'a pas été détectée par l'imagerie

Plus en détail

Pathologie mammaire de l homme

Pathologie mammaire de l homme Pathologie mammaire de l homme B DUTOUQUET, M CAGNEAUX, M DHOOSSCHE, N LAURENT, M LERNOUT, L BOULANGER, E PONCELET Service d imagerie de la femme CHRU LILLE Hôpital Jeanne de Flandre Généralités Physiologie

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique. Les tumeurs bénignes du sein

Recommandations pour la pratique clinique. Les tumeurs bénignes du sein Recommandations pour la pratique clinique Les tumeurs bénignes du sein (texte court) Élaborées par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français Promoteur CNGOF (Collège national des gynécologues

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Imagerie mammaire de la grossesse et de la lactation

Imagerie mammaire de la grossesse et de la lactation Imagerie mammaire de la grossesse et de la lactation M Boisserie-Lacroix, N Lebiez, M Bouzgarrou, P Cavagni, J Bentolila, H Laumonier, H Trillaud Service de Radiologie Pr Trillaud CHU Saint-André, Bordeaux

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Conflits d intérêts Aucun avec la présente présentation Masse palpable F 54 ans Masse palpable

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 1

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 1 RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 1 Date de validation par le collège : Mai 2012 Cette recommandation

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Antécédents PR a 13 ans 2 accouchements normaux à terme Chir=0 Med=0 Fam= 2 sœurs

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

Prélever ou surveiller : acquis et limites de la classification Bi-Rads

Prélever ou surveiller : acquis et limites de la classification Bi-Rads Prélever ou surveiller : acquis et limites de la classification Bi-Rads Sampli ng or follow up. Bi-Rads utility and limits L. Ceugnart, N. Rocourt, H. Jarraya, T. Boulanger, G. Pouliquen, D. Bercez, F.

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Fait-on trop de micro- ou de macrobiopsies? Too many breast biopsies? V. Juhan, P. Siles et S. Coze Mots clés : cancer du sein, surdiagnostic,

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Interprétation mammographique Classification BI-RADS. Houriya Amrani Mikou Centre Radiodiagnostic Roudani Casablanca

Interprétation mammographique Classification BI-RADS. Houriya Amrani Mikou Centre Radiodiagnostic Roudani Casablanca Interprétation mammographique Classification BI-RADS Houriya Amrani Mikou Centre Radiodiagnostic Roudani Casablanca définition Lexique publié par l American Collège of Radiology = ACR Uniformise les comptes

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an Dépistage du cancer du sein J Lansac Département de gynécologie Obstétrique Reproduction Médecine foetale CHU de Tours Pourquoi le dépistage du cancer du sein? C est un cancer fréquent Incidence 75 à 90

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

Introduction historique

Introduction historique MICROBIOPSIES ASSISTÉES SOUS VIDE (MAMMOTOME ) SOUS GUIDAGE STÉRÉOTAXIQUE ET ÉCHOGRAPHIQUE Drs Rachel Boutemy, Isabelle Gillard, Veronica Mendez-Mayorga Unité de sénologie imagerie médicale CHIREC Introduction

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller Mammographie-Echographie-IRM Dr Luc Ceugnart LILLE SFSPM Paris 14 novembre 2012 BI-RADS: Breast Imaging Reporting And Data System de

Plus en détail

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Moein Alizadeh, William Guertin, Louise Lambert, Louis Guertin, Manon Bélair, Luc

Plus en détail

Avez-vous dit sein dense, unilatéral? M. El Khoury, A. Aldis, E. Kao, B. Mesurolle Clinique du sein des Cèdres, Université McGill, Montréal

Avez-vous dit sein dense, unilatéral? M. El Khoury, A. Aldis, E. Kao, B. Mesurolle Clinique du sein des Cèdres, Université McGill, Montréal Avez-vous dit sein dense, unilatéral? M. El Khoury, A. Aldis, E. Kao, B. Mesurolle Clinique du sein des Cèdres, Université McGill, Montréal Avez-vous dit sein dense, unilatéral? Introduction Etiologies

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL CANCER DU SEIN

REFERENTIEL REGIONAL CANCER DU SEIN INFILTRANT DIAGNOSTIC (mise à jour juin 2004) Examen clinique : Imagerie Médicale : Biologie : Autres : - Mammographie bilatérale - Echographie mammaire - +/- IRM à évaluer - Radiographie pulmonaire -

Plus en détail

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas G.Piana (1), O.Turrini (2), M.Giovannini (3), J-R.Delpero (2), A.Sarran (1) (1) Service d imagerie médicale (2) Service de chirurgie digestive (3) Service

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Echographie du sein. Echographie. Sono-élastographie. Scintigraphie. Breast Specific Gamma Imaging. Imagerie volumique 12.09.2012

Echographie du sein. Echographie. Sono-élastographie. Scintigraphie. Breast Specific Gamma Imaging. Imagerie volumique 12.09.2012 12.09.2012 Historique de l imagerie du sein Prof Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne Imagerie du sein: Autres techniques émergentes Premiers essais

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

BREAST IMAGING REPORTING AND DATA SYSTEM. SCORE BI-RADS de l ACR et CAT

BREAST IMAGING REPORTING AND DATA SYSTEM. SCORE BI-RADS de l ACR et CAT BREAST IMAGING REPORTING AND DATA SYSTEM SCORE BI-RADS de l ACR et CAT Méthode standardisée pour les CR lexique descriptif illustré et reproductible évaluation des anomalies mammaires : classification

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail