Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main"

Transcription

1 Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mémoire préparé par Présenté à l Office des professions du Québec Avec la collaboration du Centre de recherche sur les applications thérapeutiques du toucher et le réseau des écoles de l Académie de Massage Scientifique 24 septembre 2013

2 Table des matières Qui nous sommes... 3 Résumé Introduction Les origines du massage La situation de la massothérapie au Québec Une pratique complexe à cerner Le nombre de techniques revendiquées La diversité des formes de pratique Le SCIAN et la CNP La représentation du milieu de la massothérapie Le contexte canadien L article 25 du Code des professions La gravité du préjudice Les connaissances requises pour exercer les activités Le degré d autonomie Le caractère personnel des rapports avec le client et la confidentialité D autres considérations qui pourraient être déterminantes La confusion entre le désir de reconnaissance et un ordre Les Massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Des consultations élargies Des valeurs communes Le projet d une norme de formation Inciter, faire voir et rallier pour changer les règles Une visée globale La reconnaissance professionnelle Conclusion Annexes..28 Bibliographie 37 Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 2

3 Qui nous sommes Association professionnelle des massothérapeutes spécialisés du Québec, Mon Réseau Plus Issue d une fusion de trois associations professionnelles dans un premier effort d uniformisation de la pratique professionnelle en massothérapie à l automne 2008, Mon Réseau Plus rassemble plus de massothérapeutes spécialisés (massothérapeutes, kinésithérapeutes et orthothérapeutes) ayant la volonté de contribuer à l avancement et à l amélioration de la pratique de la massothérapie au Québec. Notre mission est de représenter, soutenir et promouvoir les activités professionnelles de nos membres, ainsi que d informer, référer et protéger la population. Voir à l annexe 1, la description des activités et services déployés pour réaliser cette mission. Le Centre de recherche sur les applications thérapeutiques du toucher (C.R.A.T.T.) La mission du Centre de recherche sur les applications thérapeutiques du toucher est d étudier et de développer de nouvelles méthodes, techniques, approches et façons de faire par le toucher dans le but de soulager les douleurs musculaires et articulaires de type local, référé, projeté ou postural ainsi que les méfaits du stress. Il recueille et étudie diverses études scientifiques, provenant de sources sérieuses, dans le but d améliorer les cursus de formation professionnelle. Il s inspire de leurs conclusions pour élaborer et fournir à la profession de meilleures solutions cliniques. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 3

4 Le C.R.A.T.T. est affilié au groupe de l Académie de Massage Scientifique qui est le plus grand réseau de formation professionnelle en massothérapie au Canada et l une des plus importantes maisons d enseignement en massothérapie avancée en Amérique. Le réseau des écoles de l Académie de Massage Scientifique La mission du réseau des écoles l Académie de Massage Scientifique est de former les meilleurs thérapeutes en massothérapie avancée et les accompagner dans leur carrière, à travers le plus important réseau de formation professionnelle du genre au Canada dont sept écoles à Montréal, Québec, Laval, Sherbrooke, Brossard, Terrebonne et Drummondville. Une structure de formation unique, actuelle, adaptée et de haut niveau en formation de base et en formation continue. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 4

5 Résumé La massothérapie est un domaine au sein duquel il est complexe d avoir une idée claire de ses pratiques et de ses manifestations. Les acteurs du milieu sont bien conscients d une telle situation et depuis quelques années, une vision s articule, avec la participation et l implication d un nombre croissant d intervenants impliqués dans le domaine de la massothérapie, en vue de consolider les conditions d encadrement, de valoriser la qualité des services proposés et de maintenir la confiance des utilisateurs et du public. Un des aboutissements majeurs de ces initiatives tient à la création en 2010 de Massothérapie Québec, un organisme autonome et indépendant, visant à accréditer la compétence des massothérapeutes de toute école et de toute provenance dans le soulagement de douleurs musculaires/articulaires et de certains effets de stress, tels le surmenage et les difficultés du sommeil. Le cheminement entrepris vers un consensus sectoriel devrait d ailleurs affiner ces orientations et affirmer une telle vocation dans les années à venir. Les efforts déployés afin d assurer des compétences homogènes, notamment face à la maîtrise des contre-indications, illustrent que les moyens permettant d améliorer les conditions d encadrement de la pratique, ainsi que les moyens aptes à constituer la reconnaissance professionnelle que les massothérapeutes désirent, sont déjà existants. Les démarches déjà entreprises par les différents acteurs de la profession démontrent jusqu à maintenant qu il n y a aucune pertinence, ni utilité à encadrer les massothérapeutes du Québec sous un ordre professionnel ou par le biais d une loi habilitante, puisque le milieu est déjà en processus d élaborer des mécanismes d encadrement de la pratique. De plus, lorsqu on prend en considération la majorité des critères définis à l article 25 du Code des professions du Québec et notamment le plus important, celui de la gravité du préjudice, on constate que ceux-ci ne s appliquent pas puisqu il n y a aucune situation Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 5

6 qui permet de déterminer que la pratique du massage représente quelque préjudice sérieux pour le public. L imposition d un ordre professionnel serait également contradictoire aux désirs des professionnels du milieu selon les résultats d une étude d un organisme relevant d Emploi-Québec. De plus, le plus récent sondage réalisé par Massothérapie Québec énonce clairement ce que croient les professionnels de la santé les mieux placés pour estimer la gravité du préjudice dans la pratique de la massothérapie : 6 e Symposium de médecine francophone octobre 2012 Croyez-vous que la massothérapie est actuellement sécuritaire pour le public? Oui : 100 % Non : 0 % Ne sait pas : 0 % Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 6

7 1. Introduction Avec des origines puisant à des cultures anciennes, le massage est de nos jours pratiqué au Québec par des milliers de professionnels. Ses techniques et pratiques sont variées et complexifient l encadrement de la profession. Dans le cadre de ce mémoire, nous souhaitons vous dresser un portrait de la situation de la massothérapie au Québec en effectuant un survol des différentes pratiques et techniques tout en expliquant le contexte dans lequel évolue cette profession. Nous rectifierons les perceptions et constats qui sont véhiculés par ceux qui souhaitent justifier l imposition d un ordre professionnel aux massothérapeutes. À cet effet, nous prendrons bien soin de vous démontrer que la situation de la massothérapie au Québec, examinée sous des énoncés du Code des professions, n évoque aucun véritable motif qui justifierait une nécessité d encadrement de la profession par un ordre professionnel. Bien certainement, à titre de professionnels du domaine de la massothérapie, la qualité des soins offerts par les massothérapeutes est une constante préoccupation que nous partageons tous. Nous vous ferons part plus loin des différentes actions prises par le milieu au cours des dernières années afin d assurer un encadrement à notre profession. Récemment, le domaine de la massothérapie s est doté d un organisme veillant à accréditer la compétence des massothérapeutes du Québec. La création de Massothérapie Québec n est qu un exemple de tout le travail qui est actuellement effectué par les acteurs du milieu afin d assurer un encadrement adéquat à nos professionnels. Enfin, à titre de conclusion, nous vous ferons part d un condensé de nos arguments, tirés des exemples évoqués tout au long du mémoire, qui justifient notre opposition à la création d un ordre professionnel pour les massothérapeutes. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 7

8 2. Les origines du massage On a pratiqué le massage dans bien des cultures anciennes et bien des pays tels que la Chine, l Inde et le Japon. Voir l annexe 2 pour un aperçu plus détaillé de l histoire et de l évolution du recours au massage depuis ses origines. 3. La situation de la massothérapie au Québec Peu d ouvrages ont été consacrés à l introduction et l évolution des pratiques du massage au Québec. La «tradition orale» prétend que le massage a d abord été proposé, pratiqué puis promu par des ressortissants européens venus s installer au Québec. Voir l annexe 3 pour consulter les principales constatations liées à l historique des pratiques du massage au Québec. 3.1 Une pratique complexe à cerner L ensemble des études réalisées ces dernières années au Québec, principalement autour des efforts déployés par le Comité sectoriel de la main-d œuvre des services de soins personnels (CSMOSSP) 1, en faveur de l établissement d une norme de formation professionnelle, ont été involontairement biaisées par des sources d information partielles, ayant été peu recensées quant aux descriptions du travail du massothérapeute et aux caractéristiques de sa pratique 2. En dépit de nuances qui s imposent dans les constats et conclusions tirées, notamment en raison d une variété de formes de pratique difficiles à prendre en compte dans les 1 Il s agit de l un des 30 comités sectoriels d Emploi-Québec, aussi connu sous l appellation «Soins Personnels Québec», créé en novembre 2000, avec le mandat de favoriser les conditions d employabilité et la valorisation des métiers de la coiffure, de l électrolyse, de l esthétique, de la massothérapie et des soins du corps. 2 Notamment, dans «Portrait de la Massothérapie», CSMOSSP, hiver 2004; «Analyse Contextuelle en Massothérapie», CSMOSSP, 2005 et «Analyse de la profession Massothérapeute au Québec», CSMOSSP, Ces mêmes données, prises pour acquis, ont ensuite été reprises dans «L exercice de la massothérapie au Québec, résultat d une étude diagnostique», CSMOSSP, Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 8

9 échantillons restreints sur lesquels reposent les conclusions tirées 3, le mérite principal de ces études est justement de montrer les contextes multiples des formes de pratique, leurs fondements variés et la complexité à cerner les caractéristiques propres d une pratique standardisée compte tenu des conceptions diverses en présence, proposées par un très grand nombre d organismes estimant être représentatifs du milieu. 3.2 Le nombre de techniques revendiquées Cela fait dire à PasseportSanté.net 4 : «On peut facilement répertorier plus de 100 techniques différentes de massage et de soins du corps et les regrouper en cinq principales catégories: La tradition européenne de masso-kinésithérapie, basée sur les principes d anatomie et de physiologie occidentaux et de la manipulation des tissus mous, dont le massage suédois, constitue la méthode classique; La tradition moderne nord-américaine, également basée sur les principes d anatomie et de physiologie occidentaux, mais qui intègre une dimension psychocorporelle aux concepts traditionnels. En font partie le massage californien, le massage Esalen, le massage néo-reichien et le massage neuromusculaire; Les techniques posturales, visant à remodeler la structure corporelle par une rééducation de la posture et du mouvement, comme l intégration posturale, le Rolfing, le Trager et le Hellerwork. Bien que partageant certains points communs avec ces techniques, les approches d éducation somatique, comme la méthode massothérapeutes consultés dans Étude sur la pratique de la massothérapie au Québec, Soins Personnels Québec, avril Dans la méthodologie, on mentionne que l échantillon est en fonction d une population totale de massothérapeutes alors que Soins Personnels Québec révisait ce nombre à deux ans plus tard en 2012 à l occasion d une rencontre du milieu de la massothérapie. 4 Portail Web portant sur la promotion de la santé du groupe Oxygem Media. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 9

10 Feldenkrais et la technique Alexander, ne sont pas considérées comme des formes de massothérapie; Les techniques orientales, basées entre autres sur les principes de la médecine traditionnelle chinoise, comme le massage Tuina, l acupression, le Shiatsu, la réflexologie et le Jin Shin Do; Les thérapies énergétiques, inspirées d anciennes pratiques de guérison utilisant l imposition des mains, comme le toucher thérapeutique, le Reiki et la polarité.» 3.3 La diversité des formes de pratique Ainsi, «les finalités du massage se déclinent selon l approche, l orientation et les techniques auxquelles ont recours 5 : Approches : Détente, relaxation/soins du corps, massage sportif, spécifique ou à finalités particulières/thérapeutique; Orientations (ou familles) : Biomécanique, énergétique et psychocorporelle; Techniques de base (les plus en demande) : Amma, Californien, Esalen, Jin Shin Do, Kinésithérapie, Polarité, Shiatsu, Suédois, Trager, etc.» Les conceptions à partir desquelles des professionnels du domaine situent leur pratique révèlent aussi des univers très variés : «J aime mon métier parce qu il me donne la capacité de faire une différence dans la vie des gens. ( ) Grâce à la massothérapie, on a une arme efficace pour soulager des 5 «Analyse contextuelle de la massothérapie au Québec», CSMOSSP, 2005 Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 10

11 douleurs et diminuer les effets de stress qui sont très répandus dans notre société avec la vie moderne 6». «La massothérapie, ça va beaucoup plus loin qu on pense... C est un modèle, une philosophie de vie 7». «En massage, il y a une interrelation liée avec l énergie, liée avec la source, liée avec Dieu 8». 3.4 Le SCIAN et la CNP Les deux systèmes de classification 9 qui servent le plus souvent d appuis dans le monde de l éducation et celui du travail au Québec assimilent le travail des massothérapeutes dans des catégories plus près de ce qu on nomme les soins du corps que les soins de santé, en conformité au regroupement prévalant au comité sectoriel de main-d œuvre concerné d Emploi-Québec 10. Le SCIAN place la massothérapie dans la sous-catégorie des autres services de soins personnels, regroupant les établissements qui ne figurent dans aucune autre classe, tels les centres d amaigrissement, les salons de tatouage ou d épilation, les bains turcs et les saunas ou bains publics. La catégorie principale du 8121 Services de soins personnels définit ainsi les établissements recensés : «l activité principale consiste à fournir des services de soins personnels tels que les services de coiffure, d esthétique, de 6 «Martin Boisjoly, massothérapeute», La Presse, Caroline Rodgers, avril Une praticienne citée dans «De la motivation à l'idéal professionnel en massothérapie», mémoire de maîtrise à l Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) en études et interventions régionales, Jonny Perron, B.A.A., juin Idem, une autre praticienne citée. 9 Système de Classification des Industries de l Amérique du Nord (SCIAN) et la Classification Nationale des Professions (CNP). 10 Comité sectoriel de la main-d œuvre des services de soins personnels (CSMOSSP). Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 11

12 remplacement capillaire et de traitement du cuir chevelu, de massage, de conseil en diététique et de perçage des oreilles» 11. Malgré la création de la CNP 3236 depuis août 2012, désormais consacrée exclusivement au domaine de la massothérapie, Services Canada continue de faire figurer la description de la massothérapie au sein de la CNP 3235 (autres personnels techniques en thérapie et diagnostic) 12. La nouvelle catégorie réfère désormais aux fonctions de «massothérapeute spécialisé en massage thaïlandais et aux autres appellations d emploi : «massothérapeute, massothérapeute autorisé, praticien autorisé, masseur kinésithérapeute, myothérapeute, orthothérapeute, etc.» En somme, il n est pas simple de se faire une idée claire du domaine, de ses pratiques et de ses manifestations d autant plus que Service Canada admettait, en novembre 2011, qu en raison de «la diversité des spécialités réunies dans cette profession, les données statistiques doivent être analysées avec prudence» La représentation du milieu de la massothérapie Le contexte actuel des associations professionnelles de massothérapeutes mérite également quelques mots. Dans son étude de , le CSMOSSP recensait 19 associations professionnelles, soit de massothérapeutes ou regroupant diverses disciplines alternatives incluant des massothérapeutes, telles des associations de naturopathes par exemple. Lors de sa consultation du milieu professionnel en novembre 2012, ce nombre avait passé à Système de Classification des Industries de l Amérique du Nord, Statistiques Canada, Statistique Canada - no X au catalogue, 2012, page Service Canada, voir à description. 13 «Autre Personnel Technique en Thérapie et Diagnostic, Perspectives d Emploi», Service Canada, novembre «Analyse contextuelle de la massothérapie au Québec», CSMOSSP, «Bilan de la réunion du milieu de la massothérapie du 23 novembre 2012», CSMOSSP, janvier Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 12

13 De plus, le CSMOSSP avance que le Québec compterait près de massothérapeutes sur la seule foi cependant des déclarations des représentants des associations consultées. Un audit externe et indépendant de chacune de ces organisations donnerait sans doute une mesure plus sobre et fiable de la réalité actuelle. Cela n avait d ailleurs pas échappé aux auteurs d une étude diagnostique qui écrivaient en 2008 : «Il faudrait voir à la pertinence d établir le nombre réel de personnes qui exercent la profession au Québec et de décrire leurs principales caractéristiques 16». D autant que, depuis le dernier recensement national de 2011, Statistiques Canada évalue le nombre de massothérapeutes à un peu plus de au Québec 17. Les praticiens de longue date savent qu à l origine, les rares écoles de l époque, qui étaient privées, avaient elles-mêmes donné naissance aux premières associations professionnelles pour mieux faire connaître cette nouvelle discipline au public en général. Puis, poussées par l intérêt grandissant du public, les compagnies d assurance ont tôt fait de comprendre comment rendre le service accessible à leurs clients sans devoir supporter les coûts pour qualifier les professionnels aptes à émettre des reçus de remboursement de soins. Au fil du temps, elles se sont fondées sur les critères de qualification des associations elles-mêmes 18, lesquels étaient variables, ce qui a donné le signal au milieu de multiplier le nombre d associations dès lors que les diplômés d une école n ayant aucune chance d être reçus auprès d associations mieux organisées, aspiraient également au droit d émettre des reçus aux fins d assurance. Cette dernière considération constituant souvent un motif principal pour joindre une association professionnelle. 16 «L exercice de la massothérapie au Québec, résultats d un étude diagnostique», CSMOSSP, «Enquête nationale auprès des ménages» (ENM 2011), Statistiques Canada. 18 Propos recueillis auprès d assureurs québécois en 2010 et Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 13

14 Toutefois, parallèlement et suite à ces constatations navrantes, un travail énorme a été réalisé depuis des années et se poursuit toujours en vue de bonifier les conditions de pratique et d encadrement. Nous y reviendrons plus loin. 3.6 Le contexte canadien Le tableau d ensemble ne saurait être complet sans évoquer le cadre canadien. Il se diffuse plusieurs demi-vérités, voire faussetés, à cet égard et au sein même des documents dits officiels 19. Par exemple, le CSMOSSP souligne dans son étude de 2003 «qu un cours de heures est la norme minimale de professionnalisme reconnue par la majorité des associations provinciales et canadiennes de massothérapeutes 20». En réalité, quelques vérifications sommaires montrent plutôt qu à l époque de la rédaction de cette étude, chaque province canadienne, à l exception du Québec, comptait une association professionnelle parmi les associations présentes dans chacune d elles, partisane du cursus de formation élaboré en Ontario. Depuis juin 2012, les provinces canadiennes intéressées par un modèle cadre se réfèrent désormais au profil de Compétences Pratiques/Indicateurs de Rendement (CP/IR), élaboré par la Federation of Massage Therapy Regulatory Authorities of Canada (FOMTRAC) 21, plutôt qu à la méthode d évaluation par nombre d heures de formation. Ici également, le Québec a tendance à faire bande à part, non seulement au niveau de ses institutions, de l organisation de son système public de santé, des rôles et des champs d exercice dévolus à ses professionnels, mais aussi conséquemment, au niveau 19 «Les règles du marché du travail et de la formation professionnelle dans le domaine de la massothérapie au Canada», étude descriptive, CSMOSSP, On y indique notamment qu une réglementation a été imposée par le gouvernement dans 5 provinces alors que, dans la réalité, il y en a 3 : Ontario, Colombie-Britannique et Terre Neuve-Labrador. 20 Les erreurs relevées dans lesdites études peuvent s expliquer en partie par le peu de recherches réalisées par des organismes indépendants ainsi que par les associations représentatives du milieu à l époque. 21 Instance créée en 2008 de représentants des 3 provinces canadiennes réglementées afin de proposer des moyens pour faciliter la mobilité professionnelle interprovinciale dans l ensemble du Canada. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 14

15 des compétences nécessaires pour pratiquer le massage suivant les besoins et la demande du public. Dans les années 1990, de fortes variations prévalaient au sein des écoles de formation sur les exigences conduisant à un diplôme et à l admission dans une association professionnelle, allant de 190 à heures 22 pour un même statut. À partir des années 2000 toutefois, un critère principal s est imposé progressivement, situant les compétences de base de praticien en massage (1 er niveau de formation) après 400 heures de formation et celles de massothérapeute à partir de heures dans une majorité des écoles québécoises recensées 23, ce qui donne déjà une indication que le milieu est à même de s auto-discipliner dans un marché où les consommateurs et le public sont de mieux en mieux informés. Il est possible que le développement fulgurant de l industrie des spas et les exigences conséquentes du marché du travail aient contribué à cette «normalisation». Et c est dans ce contexte que l Office des professions du Québec a été saisi d examiner l encadrement de la pratique de la massothérapie au Québec. Nous croyons que le mode d encadrement actuel doit être amélioré, mais qu il n y a aucune pertinence ni utilité de recourir à la création d un ordre professionnel, à l intégration à un ordre existant ou à l établissement d une loi habilitante. 22 «Étude préliminaire portant sur les fonctions de travail liées au massage et aux soins du corps», Ministère de l Éducation du Québec, mars 2000, page Notre processus d audit de qualité chez Mon Réseau Plus reconnaît de mêmes standards de formation dans une quarantaine d écoles au Québec. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 15

16 4. L article 25 du Code des professions «Ainsi, lorsqu il s agit de considérer l opportunité de réglementer une profession au Québec, plusieurs facteurs sont examinés, notamment ceux énoncés à l article 25 du Code» La gravité du préjudice «Facteur prépondérant, il importe de pouvoir démontrer l existence de préjudices sérieux et relativement fréquents qui seraient directement causés par l intervention des professionnels concernés» 25. À cet effet, nous souhaitons faire valoir les éléments suivants : Bien que nul domaine d activité ne soit exempt d erreurs ou d abus, il n y a strictement rien au Québec qui permette de démontrer que la pratique du massage représente quelque préjudice sérieux pour le public. On ne retrouve aucune jurisprudence probante ni au Québec ni ailleurs au Canada. Les infractions en déontologie sont annuellement peu nombreuses. Sur 11 plaintes reçues en , trois concernaient des abus à caractère sexuel et une quatrième portait sur le non-respect de conformité dans l émission de reçus pour remboursement d assurance. Les sept autres plaintes ont été jugées sans fondement après examen 26. L absence de données globales du secteur d activité peut être compensée par le traitement fait par l industrie des assurances quant à l évaluation du niveau des 24 «La mise en place d un ordre professionnel, document d information», OPQ, décembre Idem. 26 Données extraites du rapport du bureau de discipline de Mon Réseau Plus pour la période d avril 2011 à avril Signalons que plusieurs rapports annuels de corporations professionnelles du domaine de la santé au Québec relèvent également de tels manquements. Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 16

17 risques. Règle générale, en assurance responsabilité professionnelle, les assureurs prennent en considération la fréquence des activités (reflétées par le nombre d interventions réalisables à l heure, le niveau des revenus, l état de la pratique à temps plein ou partiel), le nombre et la nature des réclamations 27, les caractéristiques du travail accompli (simple, sans manipulations, sans produits toxiques, sans outils dangereux ou recours à des énergies invasives et sans injections ou perforations cutanées). Comme l expérience de pertes est considérée excellente, donc peu inquiétante, les primes annuelles de massothérapeutes en assurance responsabilité professionnelle se situent, bon an mal an, entre 100 $ et 200 $, généralement entre 125 $ et 150 $ 28. Les courtiers qui placent des protections en assurance responsabilité professionnelle auprès d assureurs disent également que ceux-ci tiendraient en compte des critères d admission en usage, du total des heures des formations suivies et de l existence de mesures incitatives à la formation continue, ce qui, selon nous, dénote un souci quant à l expertise requise pour rencontrer les critères. Si l Office des professions du Québec s est déjà prononcé sur l innocuité du massage il y a une vingtaine d années 29, il maintient avec raison la même position de nos jours : «des domaines comme la massothérapie ou la naturopathie, où le niveau de risque est faible, ne serviraient pas nécessairement mieux leur clientèle si leurs praticiens étaient tenus d adhérer à un ordre professionnel». Ou dit plus clairement : «La massothérapie, comme d autres médecines douces, n est pas identifiée comme 27 Un courtier spécialisé en assurance responsabilité professionnelle a indiqué que le nombre moyen de réclamations, dans l ensemble des groupes dont il s occupe, est de 3-4 par an et ce depuis les cinq dernières années, ce qui rend d ailleurs difficile la vente de ce type de produit d assurance. Dans le cas des allégations d abus, ils sont tout autant des abus de langage qu abus physiques. 28 Évaluation établie à partir des expériences de nos membres et de diverses consultations réalisées en 2012 auprès de représentants du milieu des assurances de personnes. 29 «Avis au ministre responsable de l application des lois professionnelles sur l opportunité de constituer une corporation professionnelle dans le domaine des médecines douces», OPQ, avril Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 17

18 pouvant présenter un danger pour la santé. Nous n avons jamais reçu de plaintes en ce sens» 30. Cette clairvoyance n est pas uniquement un fait du Québec. «Le massage n est pas tout à fait sans risque. Cependant, les conséquences indésirables sont de véritables raretés» 31. L Université John Hopkins abonde dans le même sens : «Le massage est généralement sécuritaire 32» sauf dans les cas de contre-indications connues qui sont enseignées dans toute école digne de ce nom. Enfin, soulignons que les dérogations à caractère sexuel qui sont en effet plus vraisemblables dans les professions exigeant un contact physique avec le client dévêtu ou semi-dévêtu (en massothérapie, ostéopathie ou chiropratique par exemple), mais également déplorés dans d autres disciplines dont la médecine (en gynécologie notamment) 33, disposent des mécanismes de la loi, tant au civil qu au criminel 34. De temps à autre, l actualité souligne des situations que notre système de justice n hésite pas à sanctionner «Votre professionnel de la santé est-il qualifié et reconnu?», revue Vie et Santé, François Perreault, janvier Les deux citations sont attribuées à madame Carole Rocheleau, directrice des communications à l Office des professions du Québec. 31 Ernst E. The safety of massage therapy, Rheumatology (Oxford), 2003; 42: , Epub 2003 May L Université John Hopkins a été fondé à Baltimore au Maryland en 1876 et poursuit encore aujourd hui la mission de son fondateur «Knowledge for the world». Voir notamment : 33 Rappelons ici la campagne «tolérance zéro» menée en 2005 par le Collège des Médecins du Québec devant un nombre croissant de ses membres accusés d inconduite sexuelle. 34 Ainsi, l article 11 du Code civil du Québec (C.c.Q.) stipule que «Nul ne peut être soumis sans son consentement à des soins, quelle qu en soit la nature, qu il s agisse d examens, de prélèvements, de traitements ou de toute autre intervention». 35 «Le massothérapeute Gaétan Duhamel coupable», La Tribune, 20 avril 2010 ou encore «Une femme poursuit son chiro pour près de 3 millions», quotidien La Presse, Christiane Desjardins, 12 juin Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 18

19 4.2 Les connaissances requises pour exercer les activités «Les connaissances requises sont enseignées dans le cadre d un programme structuré, sanctionné par un diplôme. Elles sont généralement regroupées en un corpus bien identifié et spécifique à la profession». 36 Même si divers facteurs conjugués ont encouragé les écoles de formation vers des durées de programmes plus homogènes et plus facilement comparables, il n en reste pas moins que nous sommes encore loin «d un programme structuré bien identifié et spécifique» selon qu est pris en compte l orientation ou famille d intervention privilégiée, les techniques proposées, les approches auxquelles les futurs praticiens se destinent, voire même les convictions ou conceptions de certains formateurs eux-mêmes. L absence d une formation standard unique, établie et appliquée, rend irréaliste l idée de réclamer un ordre comme forme d encadrement. Ce qui semble d ailleurs trouver écho à l Office des professions du Québec: «Le fait qu aucune formation académique ne soit reconnue par l État est aussi un empêchement à la création d un ordre professionnel des massothérapeutes» 37. Pour en arriver à pouvoir émettre des permis d exercice et de dissiper toute confusion avec les autres professionnels dans des champs connexes, sans parler de la confusion générée dans le public même, il faudra forcer des consensus, écarter des options, susciter des remous dans un milieu qui, à hauteur de 70 % 38, ne réclame 36 «La mise en place d un ordre professionnel, document d information», OPQ, décembre «Massages érotiques remboursés», Le Soleil, par Louise Lemieux, 27 décembre 2008, citant madame Carole Rocheleau, porte-parole à l Office des professions du Québec. 38 La consultation menée par le CSMOSSP auprès de 22 associations professionnelles en novembre 2012 a permis d établir que huit associations représentant massothérapeutes (ou 53% des massothérapeutes représentés) souhaitaient une autre forme d encadrement qu un ordre professionnel; 3 associations représentant massothérapeutes (ou 31% de l ensemble) souhaitaient un tel ordre pendant que 5 associations représentant massothérapeutes (ou 16% de l ensemble) préféraient le Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 19

20 pas une réforme d une telle ampleur, à savoir être encadré sous un ordre professionnel. 4.3 Le degré d autonomie «Les pairs, parce qu ils ont en propre les mêmes connaissances et habiletés, sont considérés les plus susceptibles d apprécier si une activité est convenablement préparée et mise en œuvre en vue d atteindre les résultats attendus» 39. À quels pairs se référera-t-on au juste? Les tenants de l orientation biomécanique (les plus nombreux) en technique de massage suédois par exemple, voient les choses bien différemment de ceux qui se réclament d une approche psychocorporelle ayant recours à la polarité. Soulever ce simple exemple donne déjà un avant-goût de la complexité des débats à venir. 4.4 Le caractère personnel des rapports avec le client et la confidentialité En ce qui a trait aux deux derniers facteurs énoncés à l article 25 du Code des professions, il est facile de démontrer le nécessaire niveau de confiance dans les rapports établis avec la clientèle ainsi que la pertinence de la confidentialité, ce qui est abondamment développé dans les programmes connus de formation, dans les codes de déontologie que toutes les associations professionnelles diffusent à leurs membres et qui sont accessibles au public par divers moyens dont Internet. 4.5 D autres considérations qui pourraient être déterminantes Parmi les autres considérations qui pourraient fournir à l Office des indications également déterminantes 40, nous croyons qu il n est pas plus nécessaire que statu quo actuel. Les 6 associations n ayant pas répondu représentaient 306 massothérapeutes, soit 2% du total. 39 «La mise en place d un ordre professionnel, document d information», OPQ, décembre Les massothérapeutes du Québec prennent leur avenir en main Mon Réseau Plus Page 20

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

RÉGIME D ASSURANCE MALADIE ET HOSPITALISATION ET SANTÉ D HYDRO-QUÉBEC

RÉGIME D ASSURANCE MALADIE ET HOSPITALISATION ET SANTÉ D HYDRO-QUÉBEC RÉGIME D ASSURANCE MALADIE ET HOSPITALISATION ET SANTÉ D HYDRO-QUÉBEC Assureur : Croix Bleue Contrat no. 93268 PRÉCISION S'APPLIQUANT AUX FRAIS PARAMÉDICAUX Tous les professionnels de la santé qui rendent

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale

La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale La charte déontologique de la Fédération Belge d Ostéopathie Animale Préambule L ostéopathie pour animaux n étant pas encore reconnue légalement, de nombreux praticiens exercent en Belgique sans cadre

Plus en détail

RÉGIME D ASSURANCE MALADIE ET HOSPITALISATION ET SANTÉ D HYDRO-QUÉBEC

RÉGIME D ASSURANCE MALADIE ET HOSPITALISATION ET SANTÉ D HYDRO-QUÉBEC RÉGIME D ASSURANCE MALADIE ET HOSPITALISATION ET SANTÉ D HYDRO-QUÉBEC Assureur : Croix Bleue Contrat no. 93268 PRÉCISION S'APPLIQUANT AUX FRAIS PARAMÉDICAUX Tous les professionnels de la santé qui rendent

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

L ASSOCIATION DES INSPECTEURS EN BÂTIMENTS DU QUÉBEC L AIBQ. Septembre 2010

L ASSOCIATION DES INSPECTEURS EN BÂTIMENTS DU QUÉBEC L AIBQ. Septembre 2010 L ASSOCIATION DES INSPECTEURS EN BÂTIMENTS DU QUÉBEC L AIBQ Septembre 2010 Présentation de l organisme Fondée en 1990, l Association des inspecteurs en bâtiments du Québec, est un organisme sans but lucratif,

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Une Loi qui se renouvelle

Une Loi qui se renouvelle IMPLANTATION DE LA LOI FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT ET LA RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DE SES RÈGLEMENTS Une Loi qui se renouvelle Un virage vers la qualité L adoption par l Assemblée

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

TONG-REN-INSTITUT. Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé

TONG-REN-INSTITUT. Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé 1 Méthodes Traditionnelles Chinoises de santé Introduction : TONG REN INSTITUT un organisme : - qui propose une validation des acquis professionnels des Praticiens Experts des Méthodes Traditionnelles

Plus en détail

Au cœur de l adéquation formation-emploi : la personne

Au cœur de l adéquation formation-emploi : la personne Au cœur de l adéquation formation-emploi : la personne Présentation de l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec Dans le cadre de la consultation gouvernementale «L Amélioration de

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique

Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique Le Registre de Médecine Empirique RME est une institution indépendante, de droit privé, dont le siège est situé à

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17

Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17 Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17 Introduction Le Cégep de Sherbrooke est un établissement d enseignement francophone dont la mission première est d œuvrer au développement

Plus en détail

Dans le cadre de la reconnaissance d expérience professionnelle pour le stage I en travail social (4SVS113)

Dans le cadre de la reconnaissance d expérience professionnelle pour le stage I en travail social (4SVS113) Guide de présentation du portfolio Dans le cadre de la reconnaissance d expérience professionnelle pour le stage I en travail social (4SVS113) Programme de baccalauréat en travail social Unité d enseignement

Plus en détail

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Une carrière à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Explorez toutes les possibilités L ASSURANCE DE DOMMAGES, C EST... Assurance automobile Assurance

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS

POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS Page 1 de 6 POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE Promouvoir l utilisation d un français oral et écrit de qualité par les élèves et par tous les

Plus en détail

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1 : L ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES ENSEIGNEMENTS AU PREMIER CYCLE

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité dans le cadre du 12 e Congrès national de Metropolis Immigration

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

La reconnaissance professionnelle des sages-femmes: des lumières pour les consultantes en lactation?

La reconnaissance professionnelle des sages-femmes: des lumières pour les consultantes en lactation? La reconnaissance professionnelle des sages-femmes: des lumières pour les consultantes en lactation? Présentation de Isabelle Brabant Montréal, 29 novembre 2014 Pourquoi légaliser la profession?* Pour

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Union Internationale des Architectes International Union of Architects

Union Internationale des Architectes International Union of Architects Union Internationale des Architectes International Union of Architects Directives recommandées pour l'accord de l'uia sur les normes internationales recommandées de professionnalisme dans l'exercice de

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail