Le Management Interculturel : Esquisse d un concept paradigmatique actuel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Management Interculturel : Esquisse d un concept paradigmatique actuel"

Transcription

1 Iterculturel et Travail Social Le Maagemet Iterculturel : Esquisse d u cocept paradigmatique actuel La modialisatio des échages, les situatios de égociatios iteratioales qu'elle egedre, écessite de réfléchir sur les composates de la commuicatio iter-culturelle et les outils de maagemet iter-culturels. ABORD DES CONCEPTS Aborder l iterculturel, c est d abord mesurer le chemi possible esemble, chemi vers l autre, mais aussi chemi vers soi. Jea-Pierre Magallo Médeci Ecoomiste D.U. Maagemet avacé des secteurs médico sociaux et de saté - IAE Aix Parler d iterculturel c est parler écessairemet de choc culturel, le choc des cultures, c est la recotre etre ous même et cet autre, u autre qui peut être u être, u groupe ethique, ue culture atioale ou ue culture d etreprise. E iterculturel cette recotre est source d icompréhesios, parfois, o a le setimet de se heurter à des murs redoutables car isaisissables, e effet, les codes culturels sot parfois redoutables, car aturels pour celui qui les porte et doc ivisibles. Celui qui les porte doit savoir qu ils sot e lui, et celui qui va à la recotre d ue idetité culturelle doit savoir les décrypter. Le choc des cultures, c est cette recotre qui va permettre la coaissace des différeces, parfois ue hybridatio culturelle se fera, car dès lors, ous savos que l autre existe, ous voyos e lui u miroir culturel et ous redéfiissos otre idetité. 135

2 Dossier C est le problème fodametal de l Ipseité et de l Iléité, il faut être il pour être soi c est à dire je. Problème éterel repris das le Holo d Arthur Koestler à propos de la commuicatio iterculturelle. Cette derière e effet, peut être cosidérée comme ue commuicatio paradoxale, à l image du Holo, où l o se set e même temps devoir affirmer so Ipséité, et devoir s ouvrir à u vaste esemble culturel : celui de l autre. Elle exige doc, d aticiper les causes de mauvaise approche de la différece au ses de C. Camilleri, évitat les coduites de cootatio égocetrique, d exclusio, de sur-affirmatio, d assimilatio au domiat, etc...propres à la rompre. Aisi l iterculturel ous ramèe aux problèmes fodametaux de l idetité et du moi tels que défiis das les troubles psychiatriques (aisi, das la mélacolie, la persoe prédisposée absorbe l ipséité das l Iléite au poit qu à chaque expérieces de rôle, l Ipséité se trouve egagée, tadis que la schizophréie réalise ue Ipséité mise à u, foctioat à vide par icapacité à mettre e jeu la pluralité des idetités il avec l idetité Ipse (soi ). E iterculturel comme e psychiatrie, toute expériece de soi procède d ue coexistece ou d u détour préalable par l expériece d autrui. La culture atioale qui est pas la culture au ses étroit du terme c est à dire les arts et les belles lettres, est u phéomèe collectif représetatif des préféreces des valeurs, des pratiques, et des croyaces collectivemet partagées das ue atio. C est pour cette raiso que l o parle chez les comportemetalistes de postulats silecieux, d automatismes metaux, car c est maifestemet ue programmatio collective de l esprit. L athropologie et l ethologie parlet avec Geert Hofstède de la culture e tat que programme metal. Il faut bie etedu se méfier des stéréotypes, ce est pas parce qu u idividu est Allemad qu il répodra toujours aux critères culturels de cette atio, il pourra e particulier avoir ue proxémie courte (proxémie = distace à laquelle o se set à l aise par rapport à autrui) alors que pour les germaiques la proxémie est traditioellemet logue. De même u uiversitaire Fraçais pourra avoir ue distace hiérarchique faible alors qu elle est élevée chez les Fraçais e gééral. O voit aisi que le comportemet idividuel est que partiellemet détermié 136

3 Iterculturel et Travail Social par la programmatio metale collective d ue atio, l idividu peut s e écarter poctuellemet, mais statistiquemet et collectivemet cela e se peut. INTÉRÊT ET OBJECTIFS DU MANAGEMENT INTERCULTUREL "Le temps passé à la rectificatio est iversemet proportioel à celui ivesti e relatio" Nous voudrios faire de cette courte présetatio, ue ivitatio à découvrir, approfodir, maier mieux les traits de différeciatio culturelle et outils de maagemet iter-culturel, car ils ous paraisset à la fois garats d ue harmoisatio des échages iteratioaux et ouveaux leviers d actio de champs d applicatio fort vastes (etreprises, structures de sois, associatios, istitutios, orgaisatios...), la Culture pouvat être prise e compte o comme ue cotraite, mais comme u élémet autre de gestio. E ote itroductive, il ous importe par ailleurs d attirer l attetio sur l émergece de ouvelles cultures de métiers, leurs fertilisatios croisées (idispesable appropriatio par les médecis resposables de service de ouveaux processus maagériaux et etrepreeuriaux... maîtrise des coûts, gestio des ressources humaies d istitutios médico-sociales à orietatio de productio, d isertio par l écoomique), ouverture des cadres d etreprises à des techiques ouvelles d affirmatio de soi et de commuicatio. Cela comme ue icitatio à ue culture d iterface, et à ue sesibilisatio au fait, que les ouveaux découvreurs d u domaie le sot souvet par des yeux eufs, e proveace d ue culture de métier différete, et coséquemmet par la possessio d ue autre perspective de regard et d agir. Si maager, est partager ue idée qui peut-être euve, u momet, idée désirable (et dot la mise e oeuvre est possible et écessaire), maager e iter-culturel cosiste à predre e compte das les foctios de l etreprise et des échages iteratioaux les différeces culturelles, et à savoir e tirer parti. Les situatios de égociatios iteratioales, formatios de persoel expatrié, gestio d équipes pluriculturelles et de filiales à l étrager, implatatio de joit-vetures...( etreprises mixtes) impliquet doc de se pecher, réfléchir, sur les composates de la commuicatio iter-culturelle et les outils de maagemet iter-culturels. 137

4 Dossier Les orgaisatios qui réussisset, savet que la commuicatio est e amot de la réparatio des erreurs et que le temps passé à la rectificatio est iversemet proportioel à celui ivesti e relatio. Cet ivestissemet s avère d autat plus pertiet, complexe et exigeat e commuicatio iter-culturelle. Elle pose la questio et la pratique d ue commuicatio vraie dot il sera importat d épouser ou d éviter, selo le pays coceré, les aspects de procédures de la commuicatio istrumetale ou ceux exclusifs des objectifs stratégiques comme le soulige I. Orgogozo avec talet. Elle devra s appuyer sur des attitudes-opérateurs d equête, exploratio, compréhesio, pour satisfaire à ue idispesable flexibilité. Il sera doc efficace, e sus de cette prise de cosciece, de la cultiver et pratiquer e scéari divers, préalables souhaités, et préparatio à tout travail avec l étrager. A titre d exemple, il coviedra de bie coaître : - les maières d approcher la égociatio (coflictuelle ou coopérative) - les qualités des égociateurs à requérir, souhaitables pour le pays étrager. (E pays arabophoes : qualités persoelles, e Frace : compétece et statuts.) - le type de persuasio ( dogme/émotio) ou (raisoemet/ expériece). - la prise de décisio autoritaire ou cosultative variat elle aussi avec le pays, - la forme de l accord implicite ou explicite selo le pays... Mais, e amot de cela, o a déjà subrepticemet usé d u outil logtemps égligé, et pourtat permaet, sur lequel le maagemet iterculturel se peche actuellemet avec le plus vif itérêt, celui des types de pesée, sujets privilégiés des coflits les plus vifs. Quels coûts cachés, e fait, das l icompréhesio répétée de la formulatio des stratégies, procédures, cosiges, das les réuios de cadres de joit-vetures, par exemple, etre la pesée factuelle aglo-saxoe à raisoemet iductif ( les faits d abord ) et les tedaces d ue pesée à raisoemet déductif ( les cocepts d abord ), souvet latie. Comme corollaire fréquet à ces types de pesée, s affrotet deux méthodologies de l iter-culturel : celle das l esprit de Durckeim, qui privilégie plutôt les processus que les structures, les maières que les istitutios, s attachat aux élémets emiques..., uiques et sigifiats au ses de K.L. Pike. 138

5 Iterculturel et Travail Social Celle tedat de dégager les idices de lecture, pour étudier la composate atioale de la culture (D. Bolliger et G. Hofstede), au travers d equêtes avec iterviews, questioaires, aalyse de discours, observatio directe, tetat de gérer avec vigueur la valeur prédictive, l effet d Heiseberg (qui fait que quicoque observe perturbe), usat du procédé de triagulatio de E.J Webb et D.T Campbell, ou des questioaires de F.E Fieldies sur le collègue mois préféré. Das le cadre de ce derier courat, ous citeros deux premiers idices, variat selo les pays et qui ous sot apparus aussi itéressats qu efficaces. Ils ot été élaborés, e effet, par u travail, sur des sociétés trasatioales, et ous les avos appliqués avec succès, comme grille de lecture et levier d actio, das ombre de situatios iteratioales. Il s agit : DE LA DISTANCE HIÉRARCHIQUE (D.H.), degré de dépedace setimetale plus ou mois marquée evers les idividus qui détieet le pouvoir, qui se mesure à la perceptio que le subordoé a du pouvoir de so chef et dot la représetatio détermiera le comportemet. DU CONTRÔLE DE L INCERTITUDE (C.I) ou aversio du risque, dimesio culturelle qui mesure le degré de tolérace qu ue culture peut accepter face à l iquiétude provoquée par les élémets du futur. Ces idices détermiet les priorités d u collaborateur préférat et exerçat ue faible distace hiérarchique (approche participative, cosultatio, absece de siges extérieurs de pouvoir, ex: le Daemark: DH =18) et celles d u collaborateur à forte distace hiérarchique ( approche directive, attete d obéissace, siges extérieurs de pouvoir, ex: le Portugal DH = 63). Elles teitet égalemet les choix d u maager à faible cotrôle de l icertitude (pragmatique, modifiat volotiers la règle si elle e s applique pas, appréciat origialité et margialité, ex: Grade-Bretage C.I. = 35) et ceux d u maager à fort cotrôle de l icertitude (mettat e place des procédures aussi complètes que possibles, souhaitat être iformé du moidre détail, état suspicieux face au margial, et à l origial, ex: Grèce C.I. = 112). Ces idices/attitudes, s ils ifluecet le style de commademet, s exprimet tout autat das la culture d équipe (au même titre d ailleurs que d autres couples d idices : idividualisme (i),/ meta- 139

6 Dossier lité commuautaire (MC)// masculiité (M)/ fémiité (F) opposat des relatios gérées sur ue base morale à celles privilégiat le calcul persoel, opposat la recherche d harmoie, au coflit jugé comme salutaire... Les idices sus-cités éclairet égalemet les typologies des structures implicites d orgaisatio des etreprises. Quelques exemples de typologies des structures implicites d orgaisatio d etreprises Cette typologie de structures implicites avec classificatio de quelques pays par type de cofiguratio résulte du croisemet de deux variables culturelles de la culture atioale : la distace hiérarchique, l idice de cotrole de l icertitude. Ce croisemet de deux variables aboutit à différecier 4 structures implicites correspodat à quatres types d orgaisatio et quatres grads modèles de sociétés : - la place du marché, - la famille élargie, - la machie bie huilée, - la pyramide bureaucratique. I. La cofiguratio distace hiérarchique courte et faible cotrôle de l icertitude elle correspod aux pays scadiaves, aux Pays Bas, aux Aglophoes, le type d orgaisatio est la structuratio tacite, le modèle d orgaisatio est la place du marché. II. La cofiguratio grade distace hiérarchique et faible cotrôle de l icertitude elle correspod à l Afrique oire et au Sud Est Asiatique, le type d orgaisatio est la bureaucratie persoalisée, le modèle d orgaisatio est la famille élargie. 140

7 Iterculturel et Travail Social III. La cofiguratio distace hiérarchique courte et fort cotrôle de l icertitude elle correspod aux pays Germaophoes, à Israel, le type d orgaisatio est la bureaucratie impersoelle, le modèle d orgaisatio est la machie bie huilée. IV. La cofiguratio grade distace hiérarchique et fort cotrôle de l icertitude elle correspod aux pays Latis dot la Frace, à l Amérique latie, au Moye Oriet, au Japo, Taïwa, Thailade et Corée, le type d orgaisatio est la bureaucratie complète, le modèle d orgaisatio est la pyramide bureaucratique. Ces deriers idices sot tout autat détermiats e stratégie d etreprise, faisat préférer aux pays à faible cotrôle de l icertitude u maagemet stratégique à ue plaificatio stratégique, laquelle demeure l expressio d ue empreite forte du paradigme stratégique e pays à fort cotrôle de l icertitude. Nombre d autres outils de maagemet iter-culturel, existet : Espace/Temps - Orgaisatio polychroique e pays méditerraées c est à dire temps flexibles/exécutio simultaée des tâches. - Orgaisatio moochroique e pays aglo-saxos c est à dire respect du temps/exécutio séquetielle des tâches. Attitudes face à l actio Référets... Etc. Les référets bie appréhedés par L. Théveot : - idustriel, - de compétece, - domestique, - de reom. S exprimat avec ue rare clarté e matière de recrutemet, etraîat par leur o-prise e compte das les trasatioales des tesios importates. 141

8 Dossier D autres outils et leviers d actio, pour teter d aihiler, das u uivers de turbulece et d écoomie de marché, les coûts culturels et de trasactio très élevés, se présetet à ous. Jusqu où, par exemple, et commet rejeter ou predre e compte les stéréotypes iter-culturels? Commet apprivoiser et redre agissats les présupposés iter-culturels? Reste ecore, le vaste champ d appréhesio des modèles orgaisatioels, tat das les pays europées du Sud, que du Nord, où poits forts et faibles des etreprises allemades, éerladaises, fraçaises, italiees s exprimet au travers d ue lecture iter-culturelle, das les grades foctios de l Etreprise ( pédagogie et géie de la maiteace allemade, persoocratie fraçaise, et talets e recherche/développemet, gestio des crises!...) idispesable savoir iter-culturel e parteariat de type joit-veture, tout autat que l approche des matrices culturelles et de leurs reflets das des structures fiacières et les stratégies d etreprise... LES IMPLICATIONS CULTURELLES DANS LA GESTION ET LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE A titre d exemple souligos quelques poits clefs cocerat les spécificités Européees. L Etude aalytique des cultures motre que das la tedace latie le raisoemet est déductif (le cocepts d abord), alors que das la tedace Aglo Saxoe le raisoemet est iductif (les faits d abord). - Chez les latis l orgaisatio est polychroique (le temps est flexible, l exécutio des tâches est simultaée, alors que chez les Aglo Saxos l orgaisatio est moochroique (respect du temps et exécutio des tâches séquetielle). - Chez les Latis la commuicatio est implicite d où l importace relative du o dit et du laguage o verbal, chez les Aglo-Saxos la commuicatio est explicite, d où l importace de ce qui est dit et de la cocisio du message. - Chez les Latis o ote la relatio émotioelle das le travail, alors que les Aglo Saxos séparet le travail de la relatio émotive et affective. 142

9 Iterculturel et Travail Social - Chez les Latis o ote u formalisme élevé, des protocoles rigides, des rites et étiquettes, (séparatio du tu/vous); chez les Aglo Saxos le formalisme est faible, la simplicité appréciée (pas de séparatio du tu/vous - exemple : You ) - Chez les Latis o a ue forte résistace au chagemet, o est coservateur ; par cotre les Aglos Saxos ot ue faible résistace au chagemet. - Chez les Latis la hiérarchisatio est élevée, la structure est pyramidale autoritaire, les ombreux iveaux hiérarchiques etraiet ue faible mobilité sociale, chez les Aglos Saxos la hiérarchisatio est faible, la structure est participative, o a ue forte mobilité sociale. - Chez les Latis e gééral la sydicalisatio est faible, très idéologique et peu itégrée à la vie de l etreprise, alors que das les pays aglos Saxos o ote ue forte sydicalisatio plus pragmatique et plus itégrée à la vie de l etreprise. L o compred facilemet pourquoi il a toujours existé u cotetieux d icompréhesio etre les Fraçais et les Britaiques. Les coflits sot prévisibles etre les cotrastes extrêmes. Le mode de commuicatio explicite, iductif et le comportemet moochroique des aglais se heurte forcémet au mode de commuicatio implicite déductif et au comportemet polychroique des Fraçais. Toutefois comme toujours e iterculturel ce qui est différet peut être complémetaire et o pas dageureux. Les Syergies sot possibles : Si les Aglos Saxos ot des qualités car ils sot très stricts sur les délais de livraiso, l orgaisatio au travail, la qualité et l aprés vete, les latis, avec qui il faut être plus idulget sur les délais sot plus aptes à établir des relatios iterpersoelles das la égociatio, tout e gardat des objectifs e vue. E ce qui cocere les relatios Oriet-Occidet le maagemet iterculturel devra écessairemet itégrer la otio de trascedace das la culture occidetale et la otio d immaece das la culture Asiatique. - E effet pour les occidetaux, l idée de perfectio se situe à la fi de l histoire, c est ue logique du progrès et de la techique qui permet de résoudre les problèmes de la civilisatio. 143

10 Dossier - Pour les Asiatiques l idée de perfectio se situe aux origies de l histoire, et ce sera la dialectique de l adaptatio qui permettra de maiteir l équilibre etre le macrocosme uiversel et le microcosme terrestre et de résoudre les problèmes de otre époque aisi qu il est précoisé das la représetatio cosmique du Tao. - Sur le pla cocret : das l orgaisatio d ue etreprise au Japo, il existera pas de clivage comme e occidet etre la coceptio et l orgaisatio. Cette absece de clivage Coceptio/Orgaisatio au Japo s explique par le fait que l idividu se valorise das le groupe, il e s oppose pas au groupe, car das le groupe l importace des qualités de chacu est jugée égale (culture claique). Le champ d exercice du maagemet iter-culturel est doc d ue ifiie richesse. Sa vastitude ous icite à l appréheder avec rigueur, vigueur, éergie, si l o veut être réactif e iteratioal EN CONCLUSION Chaque culture atioale iduit ses structures implicites d orgaisatios. Chaque culture d etreprise est uique car dépedate de ses fodateurs, héros et mythes origiels, toutefois elle e peut exister, aisi que ses pratiques, que das u cadre culturel atioal spécifique. L éthique iterculturelle, e ous permet pas de défiir ue culture d excellece, il y a seulemet à u momet défii des cultures d etreprise et des cultures atioales plus aptes à coaître u essor écoomique. Aisi ce qui fait la force d ue culture cotiet souvet les germes de ses limites : la force de la culture Aglo-Saxoe et de la logique libérale de la cocurrece, icarée par le libéralisme et la mai ivisible du marché, a das u cotexte écoomique iteratioal particulier, permis u essor etrepreeurial et u dyamisme coquérat sas précédets. Sa force coteait ses limites, car la cocurrece poussée trop loi aule la liberté, dès lors qu elle aboutit à produire plus d ijustice, de misère et de disqualificatio das l échec. Il e sera certaiemet de même pour la cohésio globale de l Europe, si le culte de la performace et de la motivatio perduret et s aggra- 144

11 Iterculturel et Travail Social vet, cela peut aboutir à ue véritable culture du stress, car la culture de la compétitio est géératrice d agoisse et d ue axiété gééralisée corrélée à la cotre performace et à la défaite potetielle. Cela se perçoit clairemet par l essor de la cosommatio globale d atidépresseurs et autres traquilisats das la société Européee actuelle. L aveir sera certaiemet das la créatio de syergies e respectat les spécificités culturelles qui e sot pas forcémet u obstacle, sauf si o les ie e e les preat pas e compte. Les opportuités et les chaces pour l aveir des atios Européees serot surtout das leur capacité à travailler esemble et à gérer la différece. Les stratégies et les pratiques devrot écessairemet itégrer le paradigme de l iterculturel : A. de Sait Exupéry l avait déjà exprimé avec cet aphorisme : Si tu diffères de moi, mo frère, loi de me léser, tu m erichis. 145

12 Dossier POUR RÉSUMER... LES OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU MANAGEMENT INTERCULTUREL SONT : OBJECTIFS GÉNÉRAUX : de égocier avec des parteaires apparteat à des cultures différetes, faire de la prise de cosciece des différeces culturelles ue opportuité et o u obstacle. De maîtriser la commuicatio e situatio de égociatio iterculturelle par la perceptio du rôle de la culture das le maagemet des etreprises. OBJECTIFS PROFESSIONNELS : De distiguer les différets styles de maagemet possibles et leur ifluece sur la motivatio e situatio iterculturelle. De choisir et adopter les comportemets et styles de égociatio adéquats selo la culture d'etreprise. 146

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition sommaire Défiir sa problématique, so besoi Pourquoi faire u brief (cahier des charges)? Présélectioer so agece coseil e commuicatio Quel type d agece coseil recherchez-vous? Vous avez trouvé l agece coseil

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Se former, Progresser, Evoluer...

Se former, Progresser, Evoluer... Se former, Progresser, Evoluer... CCI HAUTE-SAVOIE www.formatio-cci.fr Des formatios qui preet e compte les besois de chacu Deuxième orgaisme de formatio après l Educatio Natioale, les Chambres de Commerce

Plus en détail

Parlez l anglais Tout simplement! Formations 2014/2015

Parlez l anglais Tout simplement! Formations 2014/2015 Parlez l aglais Tout simplemet! Formatios 2014/2015 sommaire L équipe.... 4 Modalités de suivi et évaluatio.... 4 Nos formules.... 6 Cours idividuels et cours collectifs....6 Speak Eglish Luch/Breakfast

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique 1 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATIO POLITIQUE SCIETIFIQUE rue de la Sciece 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 URL : www.belspo.be Evaluatio de la Délivrace de Méthadoe e Belgique

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Maagemet gééral du fuéraire Chef d etreprise

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html Equêtes, Sodages Aalyse de doées Le Sphix! Iteret : http://www.lesphixdeveloppemet.fr/club/idex.html Lagarde J. Aalyse statistique de doées, Duod. Réaliser vos equêtes Questioaire Traitemets et aalyses

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE LA SOLUTION WMS/ TMS EXERTE EN LOISTIQUE DE DÉTAIL LOISTIS MANAER SUITE QUELS SONT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Itroductio p 2-3 Les objectifs de cette étude

Plus en détail

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises C y c l e d e 7 c o f é r e c e s Les salaires équitables et la resposabilité sociale des etreprises 18 avril 20 jui 2012 Faculté des scieces écoomiques et sociales Départemets d écoomie de sociologie

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Des objets aux composants

Des objets aux composants Pla Des objets aux composats Michel RIVEILL riveill@uice.fr - http://ragiroa.essi.fr/riveill Laboratoire I3S Les limites de la programmatio par objets Les composats et coecteurs «modules» réutilisables

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * Opératios bacaires avec l étrager * Coditios bacaires au 1 er juillet 2011 Etreprises et orgaismes d itérêt gééral Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : viremet e euros iférieur

Plus en détail

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision KESTREL ELITE KESTREL ELITE Microscope de mesure sas cotact pour ispectio et mesures de précisio Microscope à deux axes sas cotact, idéal pour la mesure de caractéristiques 2-D de pièces techiques de petite

Plus en détail

Code d éthique et de conduite professionnelle

Code d éthique et de conduite professionnelle Code d éthique et de coduite professioelle 2015 RELX Group Code d éthique et de coduite professioelle 2 Table des matières Notre egagemet e faveur de l itégrité U message de otre Présidet-Directeur Gééral

Plus en détail

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL LE WMS EXET DE LA SULY HAIN DE DÉTAIL QUELS SNT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec l évolutio des modes de cosommatio.

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min)

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min) * selo coditios cotractuelles e vigueur. U accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT + VOTRE CODE SECRET * : www.bpparibas.et Cetre de Relatios Cliets 0 820 820 001 (0,12 /mi) Appli Mes Comptes

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE. Etude pour l élaboration d une GPEC

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE. Etude pour l élaboration d une GPEC ÉTUDE SECTEUR Saté LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE Etude pour l élaboratio d ue GPEC 02 ÉTUDE - juillet 2012 Laboratoires de biologie médicale : étude pour l élaboratio d ue GPEC Sommaire 03 Pricipaux

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger Opératios bacaires avec l étrager Extrait des coditios bacaires au 1 er juillet Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : Frais d émissio de viremets e euros (3) vers l Espace écoomique

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O pour toute souscriptio (Offre soumise à coditios) MUTUELLE D&O Copilote de votre saté Seiors AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail

Initiation à l analyse factorielle des correspondances

Initiation à l analyse factorielle des correspondances Fiche TD avec le logiciel : tdr620b Iitiatio à l aalyse factorielle des correspodaces A.B. Dufour & M. Royer & J.R. Lobry Das cette fiche, o étudie l Aalyse Factorielle des Correspodaces. Cette techique

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O Copilote de votre saté AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services FONGECFA-Trasport IPRIAC MUTUELLE D&O OREPA-Prévoyace

Plus en détail

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 )

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) RAIRO Operatios Research RAIRO Oper. Res. 34 (2000) 99-129 TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) Commuiqué par Berard LEMAIRE Résumé. L étude

Plus en détail

Probabilités. Voir en bibliographie l ouvrage [1], pages 52 et 53.

Probabilités. Voir en bibliographie l ouvrage [1], pages 52 et 53. Probabilités «Pour compredre l actualité, ue formatio à la statistique est aujourd hui idispesable ; c est ue formatio qui développe des capacités d aalyse et de sythèse et exerce le regard critique. Le

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales 3 e Documet de suivi du Vade-mecum relatif à l usage de la lague fraçaise das les orgaisatios iteratioales Octobre 2012 Documet réalisé par l Observatoire de la lague fraçaise de la Directio de la lague

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP PLAN DE MAITRISE SANITAIRE -3- Paquet Hygièe, Pla de Maîtrise Saitaire : Le Pla HACCP Après avoir cosidéré les BPH, abordos maiteat le Pla HACCP E préambule, rappelos quelques défiitios : dager : aget

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Écoomie sociale Pour des commuautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Ce documet a été réalisé par le miistère des Affaires muicipales et des Régios (MAMR) e

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

trouve ton équilibre

trouve ton équilibre trouve to équilibre www.bee-secure.lu FR Trouver so équilibre Es-tu allé à u cocert ou à la piscie récemmet? A quad remote ta derière recotre avec des amis? Combie de temps passes-tu sur les réseaux sociaux?

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

Initiation à l analyse factorielle des correspondances

Initiation à l analyse factorielle des correspondances Fiche TD avec le logiciel : tdr1105 Iitiatio à l aalyse factorielle des correspodaces A.B. Dufour & M. Royer & J.R. Lobry Das cette fiche, o étudie l Aalyse Factorielle des Correspodaces. Cette techique

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

Nous imprimons ce que vous aimez!

Nous imprimons ce que vous aimez! Nous imprimos ce que vous aimez! Persoalisé simple différet Catalogue de produits Tapis stadard tapis logo tapis publicitaire Nous imprimos ce que vous aimez! 2 I JOBET JOBET Vous et vos cliets serez coquis...

Plus en détail

ACTUalités. Comment transformer notre modèle? 29-30/08 Lille Comment réussir la mobilisation des professionnels? www.anap.fr

ACTUalités. Comment transformer notre modèle? 29-30/08 Lille Comment réussir la mobilisation des professionnels? www.anap.fr cotact : c.bohomme@fhf.fr Jourée d étude Ue stratégie de groupe pour la chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire progresse das les hôpitaux publics (cf. os précédetes éditios). Elle est aussi très

Plus en détail

EXPERT. www.ort-lyon.fr NUMÉRIQUE BTS SN-IR CONCEPTEUR MANAGER BAC + 2 BAC + 3 BAC + 5. école supérieure d'informatique

EXPERT. www.ort-lyon.fr NUMÉRIQUE BTS SN-IR CONCEPTEUR MANAGER BAC + 2 BAC + 3 BAC + 5. école supérieure d'informatique EXPERT NUMÉRIQUE BAC + 2 BTS SN-IR BAC + 3 CONCEPTEUR BAC + 5 MANAGER école supérieure d'iformatique www.ort-lyo.fr C Costruisez l uivers L uivers umérique est aujourd hui et restera pour logtemps u des

Plus en détail

Vers une ingénierie hautement productive basée sur des méthodes et outils d extraction de connaissances

Vers une ingénierie hautement productive basée sur des méthodes et outils d extraction de connaissances Vers ue igéierie hautemet productive basée sur des méthodes et outils d extractio de coaissaces MAHIEU LEBOUEILLER, INAYA LAHOUD, NADHIR LEBAAL,SAMUEL GOMES Faurecia R&D ceter Bois sur Prés, 5550 Bavas,

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Guide pratique à l usage des fédérations. transparence dans le sport structuré

Guide pratique à l usage des fédérations. transparence dans le sport structuré Guide pratique à l usage des fédératios trasparece das le sport structuré les sept pricipes de la Charte d éthique dusport Esemble e faveur d u sport sai, respectueux et correct! 1 Traiter toutes les persoes

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

PRÉPARER MA RETRAITE?

PRÉPARER MA RETRAITE? PRÉPARR MA RTRAIT? Mais je vies de m istaller! Accordace Multisupports Préparez votre retraite complémetaire à partir de 30 /mois Bééficiez d ue sécurisatio progressive de votre ivestissemet ca-illeetvilaie.fr

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail