MASTER I ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Net-Economie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MASTER I ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Net-Economie"

Transcription

1 MASTER I ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Net-Economie Module UE2-2 Le contrôle de direction appliqué au management interculturel INTRODUCTION 1. LES METHODES CLASSIQUES D'ORGANISATION ET DE CONTROLE 2. ORTHOPEDIE ORGANISATIONNELLE ET EMERHGENCE DE LA CULTURE DU RESULTAT 3. VERS UNE CULTURE DU RESULTAT, UN CHANGEMENT DE CIVILISATION? 4. POUR UN CONTROLE DE DIRECTION ORIENTE SUR LE MANAGEMENT INTERCULTUREL Auteur : M. Ramdane Mostefaoui :

2 CONTROLE DE DIRECTION ET MANAGEMENT INTERCULTUREL Le contrôle de direction appliqué au management interculturel INTRODUCTION Le SENS donné aux concepts de contrôle, de performance et de responsabilité diffère selon les cultures. Ils revêtent des connotations négatives ou positives suivant les sociétés. De la même façon, les problèmes de régulation des comportements et de coordination se posent différemment suivant les cultures, les civilisations et les niveaux de développement économique Ainsi, dans les sociétés occidentales, le passage d une économie de masse à une économie de variété a rendu obsolètes les modèles tayloriens et bureaucratiques sur lesquels s est appuyée la révolution industrielle. Des phénomènes extraordinairement identiques se produisent dans des pays en voie de développement, comme l Algérie qui ont adopté des institutions (North, 1990) et organisé des activités industrielles et/ou administratives sous les modèles évoqués précédemment (Mostefaoui, 2007, 2008). Dans les pays ouverts à l économie de marché, la réussite des entreprises n est plus fondée sur la production ou la vente de biens et de services standardisés, mais sur la capacité à offrir des biens et des services «sur mesure». Dans la nouvelle civilisation, ce n est plus au consommateur de s adapter au produit comme c est le cas dans les économies administrées ; c est tout au contraire à l entreprise de réajuster continuellement son offre pour garder ses clients. La globalisation des marchés a rendu la tâche encore plus difficile ; d où la nécessité pour ces entreprises de révolutionner leurs méthodes de direction et de contrôle pour sortir de l impasse et dépasser les effets contre-productifs du modèle fondé sur la logique de la prescription et de l obéissance et aller vers un modèle plus favorable à la

3 créativité et à l innovation. Une véritable révolution managériale fondée sur la créativité et l autonomie des acteurs locaux est nécessaire pour permettre d introduire ou de réintroduire la souplesse nécessaire dans les rouages des machines gestionnaires trop complexes. L adaptabilité aux contextes culturels locaux est à ce prix. Dans cette perspective, le rôle des dirigeants est décisif. Ce qui implique de faire évoluer ce rôle. Les compétences interculturelles nécessaires à cette évolution doivent être acquises et traduites quotidiennement dans les pratiques managériales de ces dirigeants. LES METHODES CLASSIQUES D'ORGANISATION ET DE CONTROLE Les méthodes issues du taylorisme et du fordisme ont permis une baisse considérable des coûts de revient tant par l amélioration de la productivité que par l utilisation d une main d œuvre peu ou pas qualifiée. Taylor (1957) et Ford (1927) ont contribué significativement au passage du travail artisanal au travail industriel, à la production en série. En effet, le contrôle opérationnel issu des principes tayloristes, en découpant le travail en gestes élémentaires et en poussant jusqu aux moindres détails l analyse du contenu des postes et le chronométrage des temps a permis une meilleure organisation et la suppression des mouvements inutiles. De la même façon, les normes du contrôle opérationnel issues du fordisme ont permis la standardisation de la production et le principe de la chaîne de continue dans l automobile. Parallèlement à ce mouvement de rationalisation des activités de production (connu sous le nom d Organisation Scientifique de Travail, OST), s est développé un autre courant de normalisation des fonctions de direction des entreprises désigné sous le vocable d OAT (pour Organisation Administrative du Travail). L OAT a été marqué par les travaux de Fayol (1956). Fayol s est intéressé à l étude des structures formelles de l organisation et à l analyse de la fonction de direction en fondant sur sa propre expérience à la tête d une compagnie minière.

4 Ces auteurs partageaient la même croyance : l existence d une «bonne» façon d organiser et de diriger les entreprises ; pour cela, il suffirait d appliquer des principes valables en toutes circonstances qu ils se sont appliqués à expliciter. L idée de base commune a été de considérer que grâce aux moyens illimités de la science, il serait possible d organiser de façon scientifique, rationnelle une entreprise ou toute autre entité sociale ; pour lui permettre d atteindre le meilleur résultat compte tenu des contraintes. Dans cette représentation, la science permet de trouver la meilleure façon d organiser tous les moyens y compris les ressources humaines. Cette conception s appuie principalement sur deux postulats : le postulat du «one best way», postulat selon lequel il existerait pour toute activité une façon optimale et une seule de s y prendre. Dans cette perspective, l organisation est conçue comme une mécanique, un agencement de postes de travail dont on peut décrire et normaliser les tâches de manière scientifique. Il suffirait pour cela de mettre en place des dispositifs de contrôle appropriés et de sélectionner de bons candidats suivant des profils de postes soigneusement élaborés par des spécialistes, de sorte que les tâches soient exécutées de la meilleure manière possible. le 2ème postulat correspond à la théorie de l homo-économicus, représentation selon laquelle l individu au travail est traité comme un être interchangeable à qualification égale et comme acteur obéissant de manière prévisible à des stimuli économiques. Sa seule motivation est d optimiser ses gains économiques. Dans ce schéma, il suffirait de payer plus le salarié pour qu il accomplisse mieux et plus vite son travail. Ces auteurs ont contribué à préfigurer dès 1920 la forme classique d organisation du travail industriel qui a permis que des biens d équipement comme l automobile ou l électroménager fassent l objet d une consommation de masse. Par exemple, Ford en standardisant les tâches pour construire des voitures, en mettant en place le principe de la chaîne continue a réduit le temps de montage d une automobile de 12h30 à 1h30, soit un gain de 11 heures ; gain qui a permis de baisser le coût de revient d un véhicule de 950 à 200 dollars tout en augmentant le résultat d exploitation de l entreprise et les salaires des personnels car les salaires ont toujours été négociés chez Ford. En revanche, l organisation fondée sur la séparation du travail de conception du travail d exécution n était pas négociable, comme c est le cas dans de nombreuses organisations. Dans ces organisations, les dirigeants et dans une certaine mesure les cadres sont payés pour penser et les salariés subalternes, pour exécuter. Cette rationalisation des relations et de l organisation du travail s appuie sur des dispositifs

5 de régulation (mécanismes de gouvernance) et de contrôle (contrôle de gestion et contrôle opérationnel) «classiques». L objet de ce système était (et est toujours dans de nombreuses organisations de part le monde) de traduire en pratiques effectives les principes organisationnels issus de l OST et de l OAT dont la logique est complètement tournée vers le produit. Pour faire correspondre les comportements réels des acteurs aux comportements postulés par les décideurs, le système de régulation s appuie sur des mécanismes de gouvernance pour l encadrement des pouvoirs des dirigeants et sur des dispositifs de contrôle de gestion et de contrôle opérationnel pour la régulation des comportements des cadres et des salariés subalternes. L ensemble du système de régulation forme une pyramide allant du contrôle de direction (contrôle qui concerne les niveaux gouvernance et dirigeance) au contrôle opérationnel en passant par le contrôle de gestion (qui se rapporte aux managers et aux collaborateurs). Toute une panoplie d instruments de gestion (Berry, 1983) et de dispositifs de contrôle sont mobilisés par les organisations (tableaux de bord, standards, règlements, manuels des procédures, indicateurs de résultat ). La mobilisation de ces instruments de gestion, en introduisant une grande transparence encadrent (voire «dressent» au sens de Michel Foucault, 1975) les comportements. Ces dispositifs opèrent comme une orthopédie. Ils rythment les cadences de travail et «brident» les comportements. Ceci a permis de réduire la «flânerie» et d augmenter la productivité. D ailleurs l adoption de ces miraculeux instruments de régulation et de contrôle s est répandue partout dans le monde à la vitesse du feu. Mais le système a engendré de gros problèmes (monotonie générée par la spécialisation et la parcellisation des tâches, accroissement du contrôle ) dus aux effets pervers des dispositifs et méthodes ainsi mobilisés. Le verrouillage des initiatives des acteurs locaux («héros locaux») entraîne irrémédiablement des rigidités, des blocages et des crises multiples L effet de mode aidant, les modèles «prêts-à-penser» étaient plaqués sur des réalités organisationnelles (sociales donc culturelles) sans que les décideurs se soient interrogés sur la congruence ou non congruence des greffes. Ceci a été à l origine de nombreuses déceptions et de vives réactions de salariés et de syndicats. Partout dans le monde, le système évoqué montre des signes d essoufflement. En effet, la logique fondée sur l obéissance et la prescription a changé depuis les deux dernières décennies et a mis à mal cette vision «disciplinaire» du travail et du contrôle dans les organisations. ORTHOPEDIE ORGANISATIONNELLE ET EMERHGENCE DE LA

6 CULTURE DU RESULTAT A l orthopédie organisationnelle, au dressement par des règlements et des normes de toutes sortes succède une vision fondée sur le culte du résultat. Son but : rompre avec la logique du système précédemment évoqué et mettre en place un management postindustriel. C est ainsi que se met en place dans toutes sortes d organisations publiques et privées, y compris les administrations ou les universités, une nouvelle «technologie invisible» fondée sur la culture du résultat. Cette culture du résultat dérive de la nature même du mode de gouvernance anglo-saxonne : une gouvernance juridicofinancière tournée exclusivement vers la valeur actionnariale (cf chapitre précédent). Cette culture du résultat bouleverse la donne pratiquement partout dans le monde et singulièrement en France. De nouvelles règles de jeu sont adoptées. Ces règles sont le plus souvent en contradiction avec les méthodes de management et les modes de gouvernances déjà en place et plus proches des visions partenariales, notamment dans les organisations qui disposent de représentations syndicales relativement bien organisées. Ces règles de jeu butent sur de puissantes normes culturelles et professionnelles des parties prenantes (cas des organisations comme les universités ou le Centre National de la Recherche Scientifique en France). De très nombreux exemples dans le monde qui pourraient du reste susciter des sujets de mémoires intéressants peuvent étayer cette hypothèse de crises organisationnelles à la suite à de changements institutionnels visant la performance «économique» stricto sensus par l injection de la culture du résultat. Les leçons tirées de la majeure partie des recherches menées dans cette visée montrent que ces expériences butent sur des crises sous-tendues par des résistances culturelles. VERS UNE CULTURE DU RESULTAT, UN CHANGEMENT DE CIVILISATION? L ère postindustrielle a rendu complètement obsolètes les modes de gouvernance, de dirigeance et de management fondés sur la logique de la prescription et de l obéissance à des règlements. Dans la nouvelle civilisation qui vient du monde anglo-saxon, ce qui compte c est le résultat, c'est-à-dire la valeur actionnariale, les moyens passent au second plan. Dans cette vision de l économie et du management, la logique de la prescription demeure bien entendu, mais elle ne repose plus sur des règlements comme dans l OST

7 ou l OAT, mais sur de performance, la mesure des résultats rapportés à des objectifs préalablement fixés. Ces objectifs sont essentiellement quantitatifs, dans la mesure où il n est pris en compte que se qui se prête à quantification. Les dispositifs de quantification essentiellement financiers et comptables vont des cours boursiers, aux taux de marge opérationnelle, part de marché, taux de rendement sur le court terme etc. L élément structurant dans cette culture est le client et non plus le produit comme dans l ère précédente. Retournement de situation donc sur deux plans principaux : les solutions managériales préétablies sur le mode déductif sont dépassées avant d être mises en œuvre ; la complexité et la rapidité des processus nécessite de faire du sur-mesure; ce n est plus au consommateur de s adapter au produit en série, mais plutôt le contraire. La difficulté majeure est que les exigences des clients ne sont pas les mêmes en Europe, en Afrique ou en Asie, d une part et les attentes sont évolutives, de l autre. Pour trouver acheteurs, les produits doivent être adaptés aux caractéristiques spécifiques de chaque demande locale. Ces changements en cours mettent en crise le système fondé sur la logique de la prescription et de l obéissance et interpellent les chercheurs et les consultants en gestion. A la faveur de la concurrence internationale, la pression sur les dirigeants et les simples salariés est partout croissante. Toute une panoplie d instrument de gestion allant de l entretien annuel pour le personnel à la démarche 360 feedback pour l appréciation des dirigeants est proposée aux organisations publiques et privées. Le but affiché est de les aider à aller dans la bonne direction : atteindre les résultats escomptés. Dans cette perspective, les résultats sont mesurés et rapportés à des objectifs quantifiables préalablement fixés à chaque membre de l organisation, dans le cadre d un contrat entre un salarié et son supérieur. Le contrat comme référent essentiel dans la culture américaine (d Iribarne, 1989) est au cœur de la logique qui sous-tend cette nouvelle civilisation. L idéologie managériale actuelle dominante tend à faire admettre que ce dispositif est plus légitime que tout autre. Son opposée démystifie l idéologie managériale et attire l attention sur les dangers du processus en cours vers l américanisation de la société (Boltanski & Chiapello, 1999; de Gaulejac, 2005). Dans bon nombre d organisations des pays développés comme la France, l Italie ou

8 l Espagne mais aussi dans des pays en voie de développement comme l Algérie, apparaissent des pratiques fondées sur le contrat, sur la culture du résultat. En pratique, dans les entreprises, les dirigeants concluent des contrats d objectifs avec le conseil d administration qui convient lui-même au préalable d une stratégie d ensemble avec l assemblée des actionnaires. Les universités en France concluent depuis la fin des années 1980, sur des bases identiques, des contrats quadriennaux avec l Etat (le ministère de tutelle). Dans les entreprises, les objectifs se déclinent en des ratios, parts de marché, marges opérationnelles ou tout autre indicateur chiffré en fonction des activités. En France, les universités s engagent (contrat quadriennal) sur des objectifs relativement à un programme en deux volets : formation et recherche, et, en contrepartie, l Etat s engage à le financer. Cette logique de culture des résultats s appuie sur de nouvelles normes, de nouvelles institutions comme la LOLF pour Loi Organique relative aux Lois de Finances de 2001 en France largement inspirée du Government Performance Results Act voté en 1993 aux USA. La LOLF rénove la gestion budgétaire de l Etat: dorénavant les crédits sont attribués au regard de programmes déclinés en objectifs clairement définis et les résultats sont évalués en fin d exercice. La nouvelle culture tend à remplacer une focalisation sur les moyens par une focalisation sur les résultats. Ainsi par exemple, si les agents des services publics passaient beaucoup de temps à examiner la légalité d un acte, dorénavant ils passeront encore plus de temps : à l examen des actes sous l angle de la régularité s ajoute l audit de la performance comme le signalent à raison Potier &Tomarchio (2008). Des effets pervers risqueraient de conduire à une espèce de gouvernement par des juristes doublés de comptables, à des arbitrages incompréhensibles au regard d un autre système d évaluation respectueux de critères et d enjeux déclarés plus importants sur les plans éthique et social par exemple. D autres aberrations pourraient apparaître concernant la sur-utilisation des machines de production ; ou plus grave encore, on pourrait même craindre le pire et penser que des chirurgiens soient amenés à conduire systématiquement leurs patients au billard pour des pathologies ne nécessitant pas de telle procédure. Comment savoir lorsque l on sait la terrible affaire du sang contaminé en France. Il n y avait vraisemblablement pas qu un manque d information derrière, mais une logique aveugle et meurtrière : des stocks de sang à écouler, des objectifs chiffrés à réaliser à n importe quel prix? POUR UN CONTROLE DE DIRECTION ORIENTE SUR LE

9 MANAGEMENT INTERCULTUREL 1. Problématique et principe de base Les questions précédemment évoquées se conjuguent avec des problèmes inhérents aux interférences multiculturelles. Ceci complique l analyse des phénomènes en œuvre. Dans le cadre présent, je propose d ouvrir une fenêtre de tir sur les nouveaux rôles en termes de contrôle que devrait assurer «l échelon supérieur» pour faire émerger dans les organisations un management plus respectueux des personnes, dans la perspective de l héritage des Lumières qui prône le respect, l égalité de tous les hommes et l égalité de toutes les cultures. Dans cette conception, c est l Homme qui constitue l élément essentiel des enjeux du management et non pas la création de valeur pour l actionnaire comme le postule l approche anglo-saxonne. Ceci correspond au choix, à l orientation donnée à ce cours, en étant complètement d accord avec ce qu a suggéré Weber (1965, p.126) : «ce qui est avant accessible à l examen scientifique, c est la question de la conformité des moyens quand le but est donné». La science peut seulement aider à trouver les moyens les plus à même de parvenir aux fins que s assignent les hommes. La science ne peut se substituer à eux pour fixer les finalités, dire le beau, le vrai, le légitime ou le juste. Le but de la démarche de contrôle de direction est de supprimer ou à défaut de réduire les risques d incompréhension, les problèmes humains et gestionnaires inhérents au management interculturel. Le contrôle de direction devrait être conçu en tant que système de régulation à géométrie variable. C est un mode radicalement différent du modèle qui prône le plaquage de méthodes universelles, l uniformisation. L uniformisation ou dit plus simplement l américanisation ne s adaptant pas aux cultures locales et /ou professionnelles, il en résulte des rejets, des crises, des souffrances et partant des pertes de compétitivité pour l organisation concernée. D ailleurs de nombreux échecs dans les rapprochements et les acquisitions s expliquent par des incompatibilités culturelles.

10 Des problèmes de cet ordre sont fréquents dans les cas d incompatibilité culturelle entres membres de mêmes équipes de travail. Là aussi, les dirigeants auront à tenir compte de la différence des sensibilités culturelles en présence. Des dispositifs de régulation à géométrie variable existent déjà dans des entreprises comme Saint-Gobain (Berry, 1994). Dans cette vision du contrôle de direction, les modèles de management et de régulation des comportements s apprécient à l aune de leur congruence ou non congruence relativement à la culture des Hommes auxquels ils s appliquent. 2. Définition et objet de la démarche de contrôle de direction Le contrôle de direction tel que je le conçois constitue le 3ème étage de la fusée «système de régulation des comportements» avec le contrôle de gestion (2ème) et le contrôle opérationnel (1er). Pour aller dans cette voie, les décideurs et les dirigeants ont de nouveaux rôles à jouer et de nouvelles responsabilités à assumer. Alors que le 1er et le 2ème s intéressent au «faire» et comment «mieux faire», au substrat matériel des processus organisationnels, à l état du navire, le 3ème consiste à s occuper de l état l équipage. Appliqué au management interculturel, il consiste pour les dirigeants à s occuper du climat général, de l atmosphère de travail (Mayer, 1985), de la qualité des communications. Cette perspective adopte résolument une théorie de l individu plus riche et plus éclairante me semble-t-il : la personne est à la fois acteur au sens crozierien (Crozier & Friedberg, 1977) du concept, mais également et même avant tout une subjectivité, une sensibilité, c est à dire un SUJET. Dans cette visée, le contrôle de direction a, comme le préconisent Fiol et Joucault (1991, p.83) «une fonction d appropriation interne des enjeux et de recherche d harmonie, de collégialité de l équipe dirigeante et de complicité avec l ensemble des membres de l organisation». Ce contrôle vient justement compléter le contrôle stratégique qui vise le meilleur couplage de l organisation avec son environnement. Ceci implique avant tout que les dirigeants soient à l écoute de leur organisation et qu ils possèdent les qualités humaines et les compétences interculturelles nécessaires.

11 L écoute concerne les messages qui viennent autant de l environnement global de l organisation que de ses membres et partenaires sociaux. L objectif étant ici de s assurer que ces messages sont bien compris par leurs destinataires ; que la pensée des expéditeurs de ces messages n est pas déformée et que le SENS que ces derniers sont supposés véhiculés est bien saisi. Cette démarche nécessite comme le font remarquer à raison Fiol & Jouault (1991, p. 86) que «ce qui est fait par l équipe dirigeante est en accord avec les discours de la direction» et «que ce qui est demandé au personnel de l entreprise est demandé en priorité aux membres de l équipe de direction qui doivent donner l exemple». L objet justement du contrôle de direction mobilisé dans cette perspective est d identifier les problèmes culturels et de mettre à jour les biais culturels, les distances culturelles et les conflits culturels. Ce type de contrôle vise aussi à attirer l attention sur les erreurs à éviter et à proposer des moyens de faire évoluer les perceptions et les systèmes de références de toutes les parties prenantes dans les organisations. L objectif est ici de parvenir à une meilleure compréhension entre les cultures, à développer le respect et la tolérance pour éviter les souffrances et les chocs des civilisations. Car la diversité des cultures comporte aussi des risques de mésententes et de conflits ainsi qu il a été évoqué précédemment. Ceci nécessite de nouvelles compétences en management interculturel afin de faire évoluer les rôles de dirigeants dans le bon sens. 3. Nouveaux rôles et nouvelles compétences en management interculturel Les compétences requises en ce domaine concernent en premier lieu la nécessaire ouverture aux autres, l écoute, l empathie et la connaissance des autres cultures et des autres civilisations. Cette connaissance de l autre permet d avoir une meilleure connaissance de soi, de relativiser les choses et de découvrir bien d autres choses sur un monde infiniment plus complexe que ne le représentent toutes les théories produites jusque là par l humanité. Les champs de recherche sont infinis Comme le suggère Meier (2006), p. 186), la compétence interculturelle peut-être définie «comme la capacité d un individu à savoir analyser et comprendre les situations de contact entre personnes (et entre groupes) de cultures différentes, puis à les gérer et valoriser dans les sens des objectifs de l entreprise».

12 Je compléterais cette définition par une petite précision: dans le sens des intérêts de ses partenaires, de tous ses partenaires. Meier (ibidem) précise en outre qu il s agit là «d un savoir-être, d une compétence de la personne fondée sur des expériences vécues et analysées dans des contextes interculturels et sur la prise en compte des répercussions identitaires de ces expériences». Chevrier (2003, p. 113) note précise en outre que «le point clé du management culturel n est pas de gommer les différences, ni de niveler les cultures, une entreprise probablement vouée à l échec, mais d identifier des manières de faire qui paraissent légitimes pour tous, même si cette légitimité se fonde sur des lectures très différentes des parties prenantes». Il faudrait aussi comme l enseigne Charles Coquebert (1794) «Se défier du ton d assurance qu il est si facile de prendre et si dangereux d écouter». Ce positionnement éthique et philosophique concerne tous les participants, quelque soit le niveau de responsabilité. Les dirigeants sont en premiere ligne bien entendu : ils doivent donner l exemple ; cela d autant plus qu ils ont un pouvoir de décision sur la gestion des carrières des membres de leurs équipes. Pour être crédibles aux yeux de leurs collaborateurs et des autres partenaires avec lesquels ils sont en relation, ce qu ils font ne devrait pas être en contradiction ou en décalage avec leurs discours. Le contraire traduirait une «hypocrisie organisationnelle» au sens de Brunsson (1989) et leur ferait perdre leur légitimité. Rompre avec les pratiques du modèle de la prescription et de l obéissance («modèle de la marmite» selon une belle métaphore de Michel Berry), le rôle des membres de l échelon consistera dans la nouvelle civilisation à animer, former, et faciliter le travail des collaborateurs. Il consistera à être avec les collaborateurs et non pas au-dessus d eux. Cette vision du management n est pas encore dans les programmes des universités et des grandes écoles. Elle n est pas encore dans bon nombre de sociétés qui ont plutôt une conception élitiste du travail. Pourtant la préparation des dirigeants au management interculturel et au contrôle de

13 direction orienté dans cette optique devrait se faire dans ces institutions. 4. Formation et préparation au management interculturel L objectif central est de faire prendre conscience du rôle que joue la culture dans la compréhension des modes de raisonnement et de fonctionnement des sociétés. En effet, pour accéder à cette intelligence de l autre, de culture différente, il faudrait comprendre le SENS qu il donne à ce qu il fait, à ce qu il ne parvient à faire ou à ce qu il refuse de réaliser. Il faudrait comprendre ce que cela signifie très exactement pour lui. Il ne s agit pas de se substituer à lui pour trouver un sens. Cette démarche pose naturellement de grosses difficultés de méthode (Mostefaoui, 2006). Les formations en gestion devraient être renforcées par des enseignements plus ouverts sur la société, la psychologie, la philosophie et l éthique. L héritage des Lumières constituent à cet égard des gisements insuffisamment employés. Des stages pratiques dans des entreprises à l étranger dès les premières années aideraient les étudiants à acquérir d autres modes de raisonnement et de véritables expériences humaines. Ces jeunes approfondiraient ainsi leurs connaissances dans les langues étrangères et maîtriseraient mieux les éléments non verbaux du langage (signes, silences et non-dits). Des programmes de formation au management interculturel sont proposés depuis quelques dans les universités et les grandes écoles pour préparer les participants au management d équipe multiculturelle (exemple le Master 2 de management interculturel de Jean-François Chanlat à l Université Paris IX Dauphine). Des formations ponctuelles sont aussi le plus souvent nécessaires pour les salariés expatriés et leur famille (sensibilisation au style de vie, codes de conduites, rapport au travail du pays d accueil).

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Quels managers pour demain?

Quels managers pour demain? Quels managers pour demain? REFLEXIONS DE L OBSERVATOIRE SOCIAL INTERNATIONAL Trois évolutions concomitantes Transformant les missions des managers : 1. L irruption de la société civile dans l entreprise

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Des dynamiques de progrès individuelles et collectives pour mettre en mouvement votre organisation

Des dynamiques de progrès individuelles et collectives pour mettre en mouvement votre organisation Des dynamiques de progrès individuelles et collectives pour mettre en mouvement votre organisation Présentation de notre offre de formation managériale Mécénance est un cabinet de conseil en management

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

CONDITIONS DE RÉUSSITE D UNE PRÉSENTATION: TRANSFORMATION DES ORGANISATIONS

CONDITIONS DE RÉUSSITE D UNE PRÉSENTATION: TRANSFORMATION DES ORGANISATIONS CONDITIONS DE RÉUSSITE D UNE CONDUITE DU CHANGEMENT EN ENTREPRISE, DES PROCESSUS MAIS SURTOUT DES HOMMES Céline Montay- Fondatrice Minka Conseil 14/11/2014 PRÉSENTATION: TRANSFORMATION DES ORGANISATIONS

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme UE 3 Management et contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur A. Management

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil Une présentation de Alain Dubuc Journée Innovation et entrepreneuriat Institut national d optique Château Frontenac Québec, 22 janvier INTRODUCTION Un

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Prévision et programmation

Prévision et programmation Prévision et programmation Fiche 6 La budgétisation au premier euro (les budgets en base zéro). Remarque liminaire : Les orientations données dans cette fiche ne sauraient préjuger des résultats des travaux

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E TABLE DES MATIÈRES Introduction C HAPITR E 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier I. L évolution de l environnement de l entreprise... 17 A. Entre le local et le global : la gestion

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Du taylorisme à la lean production

Du taylorisme à la lean production Du taylorisme à la lean production Réussir l organisation du travail Colloque de la FSSS, CSN 7 et 8 juin 2011 Paul-André LAPOINTE Relations industrielles, Université Laval ARUC-Innovations, travail et

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Sortez du Lot! Créateur de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Heureusement, un appel d offres n est pas qu une question d offres. Allô

Plus en détail

La gestion des ressources humaines Résumé du Cours

La gestion des ressources humaines Résumé du Cours La gestion des ressources humaines Résumé du Cours I) Les fondements de la gestion des ressources humaines : La gestion des ressources humaine : est un ensemble de fonction et mesures ayant pour objectif

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

INTER-ENTREPRISES 2014

INTER-ENTREPRISES 2014 Votre prochaine formation MANAGEMENT COMMUNICATION ORALE EFFICACITÉ RELATIONNELLE COMMERCIAL RELATION CLIENT TÉLÉMARKETING... AGENDA FORMATION INTER-ENTREPRISES paris - Lyon MANAGEMENT A travailler, même

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Codirecteur international en assurance-maladie PÉROU

Codirecteur international en assurance-maladie PÉROU Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

JUNIO RS RH JUNIORS RH. Catégorie «Généraliste»

JUNIO RS RH JUNIORS RH. Catégorie «Généraliste» Les Trophées ANDRH Juni Or 2015 ont été décernés à quatre jeunes professionnels RH pour leur audace, leur implication et leur créativité dans la réalisation d un projet au sein de leur entreprise ainsi

Plus en détail

LES ETAPES DU MANAGEMENT LE CONTEXTE MONDIAL

LES ETAPES DU MANAGEMENT LE CONTEXTE MONDIAL LE CONTEXTE MONDIAL LE CONTEXTE COUTS QUALITE DELAIS LE RÔLE DU MANAGER ROLE DU MANAGER A ) ROLE DE GESTIONNAIRE FINALITE PRODUIRE. Ateindre les objectifs MOYENS GERER Organiser / Planifier / coordonner

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail