TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide?"

Transcription

1 TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? Amphone VONGVIXAY GCGMA-INSA UMR SAS INRA Pascal DUPONT- GCGMA-INSA Catherine GRIMALDI- UMR SAS INRA Anne-Sophie Susperregui GCGMA-INSA Novembre 21 Mont St-Michel

2 I. Introduction 1.1. De nombreux enjeux économiques et environnementaux sont liés aux flux de MES dans les rivières : Envasement des barrages ou des estuaires, Dégradation des écosystèmes aquatiques, Transport de polluants (phosphore, pesticides, métaux lourds, matière organique) Les MES ont été surtout étudiées dans les régions où le risque d érosion et dégradation des sols est reconnu depuis longtemps, lié à : Des pentes fortes, Des pluies violentes, et Des déforestations. Dans l Ouest de la France, l augmentation des flux de MES est liée : Aux paysages, et Aux pratiques agricoles.

3 I. Introduction La dynamique temporelle des MES est liée : À la variabilité temporelle des conditions hydrologiques ou climatiques Aux origines et à la disponibilité variables des particules. L origine de MES et les processus de transport dépôt dans les cours d eau dépend aussi : De l ordre du cours d eau De la taille du bassin versant Objectifs: Identifier et quantifier les origines des MES à l échelle de la crue Déterminer la quantité et la granulométrie des matières solides transportées au fond du cours d eau. Analyser la relation entre le transport des MES et le charriage.

4 II. Etudes précédentes II.1. Typologie des crues et leur «pattern» Williams (1989): Crues univoques Chronique de débit et concentration relation concentration-débit Débit, l/s /1/ : 14: 16: 18: SSC, mg/l SSC, mg/l /1/ Débit, l/s

5 II. Etudes précédentes II.1. Typologie des crues et leur «pattern» Williams (1989): Crue à hystérésis Chronique de débit et concentration relation concentration-débit Débit, l/s /7/27 Date vs Débit, l/s Date vs SSC, mg/l 3: 5: 7: 9: 11: SSC, mg/l Débit, l/s 15/7/27

6 II. Etudes précédentes II.1. Typologie des crues et leur «pattern» Williams (1989): Crue complexe Chronique de débit et concentration relation concentration-débit /4/26 Débit, l/s /4/ : 6: 8: 1: SSC, mg/l Débit, l/s

7 II.2. Relation débit -MES II. Etudes précédentes MES mesurées, mg L MES mesurées MES estimées 1/12/ MES estimées, mgl -1 MES mesurées, mg L MES mesurées MES estimées 1/3/ MES estimées, mgl Débit, LS Débit, LS MES mesurées MES mesurées, mg L MES estimées 2/1/ MES estimées, mgl -1 Tout le type de patterns Débit, LS -1

8 III. Site d étude et métrologie 2 bassins versants emboîtés + Moulinet (4,5 km 2 ) Sélune + Oir (87 km 2 ) Oir Sélune Moulinet Sur le Moulinet (25-21) et sur l Oir (depuis fin 29) : mesures en continu du débit, du niveau, de la vitesse, et de la turbidité, prélèvements d eau et mesures des (MES) Piège installé à la station du Moulinet depuis février 21

9 IV. Relations turbidité débit et turbidité -MES IV.1 Etalonnage des turbidimètres 4 3 MES, mgl Turbidité, FTU => Forte variabilité de la relation débit turbidité et [MES] turbidité au cours des crues 1/12/7 4-5/1/8 1-11/1/8 31/1/8 1/3/8 21/3/8 26/3/8 21/4/8 24/4/8 5/5/8 24/5/8

10 IV. Relations turbidité débit et turbidité -MES IV.2 Interprétation de la variabilité de la relation [MES]-turbidité Concentration de MES Granulométrie TURBIDITE Gippel (1995) Couleur de l eau Type de particules Hypothèses: le type de particules varie peu ; le turbidimètre utilisé (88 nm) n est pas sensible à la couleur de l eau. => La variabilité de la relation [MES]-turbidité est due à la variabilité de la granulométrie des MES. On calcule la Turbidité spécifique = Turbidité / [MES]. La turbidité spécifique ne dépend pas de la concentration des MES. La turbidité spécifique dépend uniquement de la granulométrie.

11 IV. Relations turbidité débit et turbidité -MES IV.2 Interprétation de la variabilité de la relation [MES]-turbidité Réponse du turbidimètre utilisé à la concentration et à la taille des particules Turbidité, FTU Carbonate de silicium 3 µm Carbonate de silicium 6,5 µm Silice 3 µm Sable fontainebleau µm Moulinet <125 µm Moulinet µm Concentration, g/l Le turbidimètre est très sensible à la concentration des MES les plus fines Turbidité = a (MES) fins + ε (MES) grossiers

12 IV. Relations turbidité débit et turbidité -MES IV.2 Interprétation de la variabilité de la relation [MES]-turbidité Relation entre la turbidité spécifique et la granulométrie des particules 6 Turbidité specifique, FTUmg -1 L µm 6,5 µm 3 µm µm <125 µm µm Carbonate de silicium Carbonate de silicium Silice Sable fontainebleu Sediment du Moulinet Sediment du Moulinet La turbidité spécifique décroît de manière exponentielle quand la taille des particules augmente

13 Turbidité spécifique, FTU/mg/L 1,2 1,,8,6,4,2, -,2 IV. Relations turbidité débit et turbidité -MES IV.3 Evolution de la turbidité spécifique à l échelle de la crue Moins de particules grossières en décrue et des particules plus fines? Particules plus grossières ou agrégats? Débit, L/s 1/12/27 4/1/28 1/1/28 31/1/28 1/3/28 4/1/ La turbidité spécifique varie très fortement pour les crues de faible débit La turbidité spécifique présente une hystérésis pour les crues de fort débit La turbidité spécifique présente un maximum en début de décrue turbidité spécifique /3/

14 Débit, l/s /3/ IV. Relations turbidité débit et turbidité -MES IV.3 Evolution de la turbidité spécifique à l échelle de la crue Relation entre la turbidité spécifique et la granulométrie des particules MES2 MES1 MES6 MES1 MES5 MES3,1, log d Taille, µm 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, SSC1 SSC2 SSC3 SSC4 SSC5 SSC6 Turbidité spécifique 1,4 1,2 1,,8,6,4 26/3/21 argile -2 µm limons:2-2 µm sables fins:2-2µm Taille, µm Turbidité = a (MES) fins + ε (MES) grossiers Turb. Spécifique =Turbidité/(MES) Turb. Spécifique augmente en décrue -lorsque les particules sont plus fines - lorsque la concentration des particules grossières diminue

15 V. Mesure de charriage V.1. Granulométrie des sédiments a) Courbe granulométrique méthode au tamis (grosses particules) Moulinet ,1,1,1, Taille en mm Bac amont sans nid d abeille MOU PB 2531 MOU Bac GB aval 2531 avec nid d abeille Deux courbes sont différentes. Les particules de diamètre supérieur à 8mm n ont pas été capable de passer le nid d abeille

16 V. Mesure de charriage V.1. Granulométrie des sédiments b) Courbe granulométrique, méthode au laser (particules fines) 1 Moulinet PB-GB 2531 Même courbe notamment pour les MES % Cumulés ,1, Taille en µm Bac aval avec nid d abeille MOU GB 2531 MOU PB 2531 Bac amont sans nid d abeille Deux courbes sont différentes pour les particules plus grossières que 2 µm

17 V. Mesure de charriage V.2. Relation entre les paramètres adimensionnels 1 d*5 d*9 1 seuil Shield Transport croissant Tau*max,1,1,1, Diamètre adimensionnel (d*) Les matières solides avec les diamètres d*5 sont toujours transportées Les matières solides avec les diamètres d*9 >3 µm ne sont pas transportées par le courant

18 V. Mesure de charriage V.3. Masse des matières solides transportées par charriage d5, mm /3/ /2/1 2 3/4/1 8/4/1 5/7/1 2/5/1 6/1/1 Qs (piégé), kg /2/1 2 8/4/1 6/1/1 5/7/1 1 1/6/1 3/4/1 25/3/ Qmax, l/s d5, mm d9, mm /5/1 13/9/1 6/1/1 8/4/1 25/3/1 26/2/1 5/7/1 Qs (piégé), kg /4/1 13/9/1 5/7/1 25/3/1 26/2/1 6/1/ Qmax, l/s d9,mm Plus Qmax est grand, plus d5 et d9 sont importants Plus d5 et d9 sont grands, plus Qs piégé est grand Pas de relation simple car le piège est sélectif=>granulo piégé privilégie les grosses particules transportées (d9 plus significatif?)

19 V. Mesure de charriage V.3. Masse des matières solides transportées par charriage 6 Qs(piégé) kg /4/1 8/4/1 5/7/1 25/3/1 26/2/ Qmax, l/s Plus Qmax est grand, plus Qs piégé est important, avec la réserve que le piège est sélectif et imparfait

20 Premiers résultats Au cours d une crue, d abord mobilisation des particules plus grossières puis en décrue des particules plus fines. Rôle de la granulométrie dans la détermination de la tension adimensionnelle de frottement, τ *. Lien avec l objectif général Utilisation de la turbidité spécifique comme un indicateur de la taille des MES Utilisation d9 comme diamètre des particules charriées. Perspective MES stockées dans les bancs de sables? MES = érosion superficielle ou érosion interne des berges Charriage instantané par hydrophone Paramètre caractéristique d un évènement (intensité, vitesse de montée, temps hors crue depuis la crue précédente )? Modélisation Qs=f(capacité de transport, stock) pour chaque diamètre?

21

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Relations entre transport sédimentaire altéré et communautés aquatiques. F. GAYOU, ONEMA-DiR Sud-Ouest G. MELUN, ONEMA-DG/DAST

Relations entre transport sédimentaire altéré et communautés aquatiques. F. GAYOU, ONEMA-DiR Sud-Ouest G. MELUN, ONEMA-DG/DAST Relations entre transport sédimentaire altéré et communautés aquatiques F. GAYOU, ONEMA-DiR Sud-Ouest G. MELUN, ONEMA-DG/DAST Sommaire 1. Relations «sédiments - communautés aquatiques» 2. Altération du

Plus en détail

Composition des berges et zones actives PK 202,6 au PK 217 de la rivière Eastmain 17 % Carte 13-1

Composition des berges et zones actives PK 202,6 au PK 217 de la rivière Eastmain 17 % Carte 13-1 Composition des berges Répartition des matériaux dans la zone étudiée (%) Composition des berges et zones actives PK 22,6 au PK 217 de la rivière Eastmain Roc* Sable et gravier Matériaux grossiers (cailloux

Plus en détail

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Choix, dimensionnement, installation et équipement des ouvrages de franchissement hydrauliques (OH) : prescriptions règlementaires, méthodes préconisées

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux Plan détaillé Introduction : le sol (p. 3-5) Partie 1 : l érosion hydrique des sols, facteurs et processus L érosion du sol : définition et

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

La réactivation des vieux Rhône

La réactivation des vieux Rhône Atelier Européen 22-23/10/2009 «Les grands cours d eau dynamiques d Europe et le concept d espace de mobilité» La réactivation des vieux Rhône Jean-Paul BRAVARD, Guy COLLILIEUX, Marc DESMET, Eric DOUTRIAUX,

Plus en détail

Gestion du Transport Solide et Aménagements hydroélectriques

Gestion du Transport Solide et Aménagements hydroélectriques Gestion du Transport Solide et Aménagements hydroélectriques Quantification des dépôts dans les retenues, Problématiques environnementales d un gestionnaire, Eléments de réflexion macro iques Séminaire

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

Inventaires de cours d eau du SAGE Vilaine et le projet BD TOPAGE. CNIG 10 décembre 2015

Inventaires de cours d eau du SAGE Vilaine et le projet BD TOPAGE. CNIG 10 décembre 2015 Inventaires de cours d eau du SAGE Vilaine et le projet BD TOPAGE CNIG 10 décembre L EPTB Vilaine, son territoire Surface du bassin : 11 500 km² Réseau hydro : 12 600 km répartis sur 23 sous bassin 2 régions

Plus en détail

RESTAURATION DU NANT DE SEYTROUX

RESTAURATION DU NANT DE SEYTROUX COMMUNE DE SEYTROUX Mairie-Chef-lieu 74430 SEYTROUX Tél : 04 50 74 80 80 Fax : 04 50 74 80 58 Conducteur d opération Société d Equipement du Département de la Haute Savoie 105 av de Genève BP 528 74014

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne Le Tableau de Bord du SAGE Vienne - Décembre 2008 - Etablissement Public du Bassin de la Vienne 3 place du 11 novembre 87220 FEYTIAT Tél. : 05.55.06.39.42 Fax. : 05.55.30.17.55 epbv@epbv.fr www.eptb-vienne.fr

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

PARTIE VII. Annexes 171

PARTIE VII. Annexes 171 PARTIE VII. Annexes 171 1. Notations utiles b largeur de l écoulement, du canal B s terme pour l équation de la distribution logarithmique des vitesses (cf. Tableau II-1) C coefficient de Chézy C gel concentration

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique SimHydro 2010, Day 2, Session 2: Complementarity of physical and mathmatical models Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique Complementarity

Plus en détail

Restauration de la continuité écologique des cours d eau : Le dispositif d intervention de l Agence de l Eau

Restauration de la continuité écologique des cours d eau : Le dispositif d intervention de l Agence de l Eau Restauration de la continuité écologique des cours d eau : Le dispositif d intervention de l Agence de l Eau Restaurer les milieux aquatiques Un enjeu prioritaire du SDAGE les problèmes de continuité et

Plus en détail

Un territoire pour agir!

Un territoire pour agir! Un territoire pour agir! Le Bassin du Léman et le Contrat de rivières du sud-ouest lémanique Le Contrat de rivières du sud-ouest lémanique : un programme d actions de 6 ans un territoire de 226 km 2, 29

Plus en détail

Introduction générale. SEE - Barrages de Kain et Hérinnes

Introduction générale. SEE - Barrages de Kain et Hérinnes Barrages de Kain et Hérinnes Introduction générale 1 Projet SEE Kain et Hérinnes 2 Ouvrages actuels - Kain Écluse Va 124.5m x 14m Kain H = 1.6m Hérinnes H = 1.9m 3 Avant projet sommaire Récolter les données

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS Par Silicium 628 La physique décrit la matière et l espace, leurs propriétés et leurs comportements. Les propriétés mesurables sont nommées GRANDEURS PHYSIQUES.

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

et engagée 6.1 Une démarche

et engagée 6.1 Une démarche 6 VNF ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 6.1 Une démarche volontariste et engagée A l heure de la mise en œuvre concrète du Grenelle de l Environnement, VNF poursuit le déploiement de sa politique de développement

Plus en détail

Spécificités des eaux de ruissellement

Spécificités des eaux de ruissellement Spécificités des eaux de ruissellement Mardi 9 Avril 2013 CCI du Doubs àbesançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Comment définir les eaux de ruissellement?

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ MºMA-01 DONNÉES ADMINISTRATIVES TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA DONNÉES DE GESTION PROJET DE LICITATION Budget de base de licitation: 2.666.351,66 Délai d exécution:

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution POLLUTEC Lyon, le 1 er décembre 2010 Plan de la présentation Présentation du syndicat ISGH Pollution des eaux pluviales

Plus en détail

Suivis et évaluation des opérations de restauration des milieux aquatiques

Suivis et évaluation des opérations de restauration des milieux aquatiques Suivis et évaluation des opérations de restauration des milieux aquatiques Principes, méthodes et applications à la restauration hydromorphologique des cours d eau C est quoi l évaluation (suivi) des opérations

Plus en détail

développement d'un Micro- système de mesure

développement d'un Micro- système de mesure Qualité chimique des eaux Application de la DCE développement d'un Micro- système de mesure Ph. Namour, N. Jaffrezic Université de Lyon/Cemagref Micro-capteur Environnementaux Besoins métrologiques Dispositif

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS Exposé établi par Mr MANSER Amor

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

TRANSPORTS SOLIDES SUR L OUBANGUI

TRANSPORTS SOLIDES SUR L OUBANGUI TRANSPORTS SOLIDES SUR L OUBANGUI (J.C. OLIVRY) Pour terminer cet aperçu, ajoutons quelques données sur le r6gime de 1 Gubangui à Bangui (superficie 480 000 km ). Son régime est tropical, avec une saison

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date Séminaire Arceau Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective Intervenant le Grand Paris Service Date Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Gestion et valorisation des données hydrologiques pour la GIRE

Gestion et valorisation des données hydrologiques pour la GIRE WMO / OMM Projet Volta-HYCOS Module de formation en Expertise hydrologique et GIRE Gestion et valorisation des données hydrologiques pour la GIRE 2iE (Ouagadougou) - Mars 2007 IRD - Unité OBHI (Observatoires

Plus en détail

Le transport sédimentaire sur l'allier et la problématique des captures de gravières

Le transport sédimentaire sur l'allier et la problématique des captures de gravières Le transport sédimentaire sur l'allier et la problématique des captures de gravières Jean-Luc PEIRY Professeur Univ. Blaise Pascal Séminaire technique Vierzon- 24 novembre 2011 «Le transport sédimentaire

Plus en détail

Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives

Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives Première réunion du Groupe de travail sur la révision des normes hydrologiques en Afrique de l Ouest et du Centre Historique des normes hydrologiques actuelles et perspectives Pierre Ribstein UMR 7619

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

PACA DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY. Rapport complémentaire Gomphe de Graslin. Commune de Caromb (Vaucluse)

PACA DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY. Rapport complémentaire Gomphe de Graslin. Commune de Caromb (Vaucluse) PACA Ligue pour la Protection des Oiseaux Délégation Provence-Alpes-Côte d Azur DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DES MILIEUX HUMIDES DU SITE DU PATY Rapport complémentaire Gomphe de Graslin Commune de Caromb (Vaucluse)

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

Le Rhône, fleuve aménagé

Le Rhône, fleuve aménagé 21 Le Rhône, fleuve aménagé Appelé Rotten dans la première partie de son cours, le Rhône naît des eaux de fonte du glacier de la Furka dans le canton du Valais en Suisse. Il parcourt 300 km avant d atteindre

Plus en détail

Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph.

Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph. Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph. Julien Rachou Université de Montréal (Montréal, QC, Canada) William Hendershot McGill University (Montréal, QC, Canada) Sébastien Sauvé

Plus en détail

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16- L EAU Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16.1 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE La commune est située en bordure de Seine dans sa limite nord. Le risque d inondation existe sur

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12,999,976 km 9,136,765 km 1,276,765 km 499,892 km 245,066 km 112,907 km 36,765 km 24,159 km 7899 km 2408 km 76 km 12 14 16 1 12 7 3 1 6 2 5 4 3 11 9 10 8 18 20 21 22 23 24 26 28 30

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa 1 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SOUSS MASSA - AGADIR 2 CONTEXTE GEOGRAPHIQUE REGION DU SOUSS MASSA ET DRAA 5 provinces et préfectures 30.000 km2 1,9 Millions

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Stéphanie Poligot-Pitsch Olivier Nauleau DREAL Pays de la Loire DREAL Bretagne Qu est

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Installation de câbles haute tension dans des tubes : WATUCAB, FreeFloating et MultiPig VISION & PERFORMANCE

Installation de câbles haute tension dans des tubes : WATUCAB, FreeFloating et MultiPig VISION & PERFORMANCE Installation de câbles haute tension dans des tubes : WATUCAB, FreeFloating et MultiPig VISION & PERFORMANCE Contenu Introduction Techniques d installation Accumulation de forces Techniques d installation

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Séminaire sur les réseaux de suivis Mercredi 19 mars 2014 ; Beautour Benoît Marchadour (LPO Pays de la Loire) Plan de la présentation

Plus en détail

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012

Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012 Convergence des données de qualité de l eau : pour une gestion intégrée des ressources et du territoire Rapport d analyse de qualité de l eau pour le territoire de la MRC Le Val Saint-François 2006-2012

Plus en détail

APPEL A PROJETS : «Gestion durable des eaux de pluie dans les projets d aménagements urbains» CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJETS : «Gestion durable des eaux de pluie dans les projets d aménagements urbains» CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS : «Gestion durable des eaux de pluie dans les projets d aménagements urbains» CAHIER DES CHARGES Date de lancement de l appel à projets : 9 janvier 2015 Date limite d envoi des dossiers

Plus en détail

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé 1 TGR Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé Simon Munier Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l'environnement (AgroParisTech)

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Rappel du cadre sur le Doubs franco-suisse

Rappel du cadre sur le Doubs franco-suisse Rappel du cadre sur le Doubs franco-suisse Le territoire : le sous-bassin du Doubs francosuisse A l échelle du bassin du Doubs A l aval : le Contrat de rivière «Doubs et territoires associés» Sous bassin

Plus en détail

re maritime du Mont-Saint Saint-Michel

re maritime du Mont-Saint Saint-Michel Opération de rétablissement r du caractère re maritime du Mont-Saint Saint-Michel Deux objectifs indissociables Améliorer les conditions d accueil d et revaloriser l approche l des visiteurs Rétablir le

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

Droit applicable au transport sédimentaire

Droit applicable au transport sédimentaire Droit applicable au transport sédimentaire 111 111 Droit applicable au retrait des sédiments de cours d eau 118 Droit applicable à la préservation ou à la création de zones de mobilité 119 Droit applicable

Plus en détail

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques Dossier police de l'eau Pièce IV >> Notice d incidence Chapitre 2. Sensibilité des milieux aquatiques chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques 2.1. Sensibilité des eaux souterraines 2.1.1. Quelques

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE-LOIRE

CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE-LOIRE CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE-LOIRE Direction : DIRED Service instructeur : Environnement RAPPORT DU PRESIDENT 4C- AVIS SUR LE PROJET DE SCHEMA D'AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX LOIRE EN RHONE ALPES Mesdames,

Plus en détail

MÉTHODE POUR LE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE STOCKAGE

MÉTHODE POUR LE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE STOCKAGE Fiche n 00 MÉTHODE POUR LE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE STOCKAGE Le présent document regroupe l ensemble des connaissances et des techniques nécessaires au dimensionnement des ouvrages de gestion des

Plus en détail

Calculs des flux annuels et des flux spécifiques annuels d azote nitrique des principaux fleuves et rivières de Bretagne

Calculs des flux annuels et des flux spécifiques annuels d azote nitrique des principaux fleuves et rivières de Bretagne Calculs des flux annuels et des flux spécifiques annuels d azote nitrique des principaux fleuves et rivières de Bretagne Octobre-décembre 23 Julie VINSON Comité de pilotage de l étude : Pierre AUROUSSEAU,

Plus en détail

L'ARMANCON A AISY-SUR-ARMANCON [AVAL]

L'ARMANCON A AISY-SUR-ARMANCON [AVAL] L'ARMANCON A AISY-SUR-ARMANCON [AVAL] Zone hydrographique : H2452020 Bassin versant : 1350 km² donnees hydrologiques de synthese (1989-2004) donnees calculees sur 15 ans Débits (m3/s) 26.10 # 25.10 # 16.20

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique MAGE Présentation du logiciel Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique Contributeurs : plusieurs générations de stagiaires MAGE : logiciel d'hydraulique à surface libre mai

Plus en détail

Les sédiments charriés en rivière

Les sédiments charriés en rivière Des rivières et des hommes Les sédiments charriés en rivière Processus et mesures sur le terrain Dans le cadre de Oldrich NAVRATIL Université Lyon 2 Les sédiments charriés en rivière Plan de la présentation

Plus en détail

Dossier de presse. Sommaire

Dossier de presse. Sommaire Dossier de presse Sommaire Préambule Le programme d action 2013-2018 de l agence de l eau : un plan d investissements pour l eau Les impacts économiques Le financement du programme d action L agence de

Plus en détail

Les Crédits Eau Verte

Les Crédits Eau Verte Les Crédits Eau Verte ISRIC World Soil Information Policy Brief Les Crédits Eau Verte sont un mécanisme de rémunération des services environnementaux rendus par les agriculteurs en matière de gestion de

Plus en détail

Performant. Naturellement. Filière Assainissement Non Collectif et Semi Collectif en béton de 5 EH à 25 EH AGREMENT. Cycle des Eaux Pluviales et Usées

Performant. Naturellement. Filière Assainissement Non Collectif et Semi Collectif en béton de 5 EH à 25 EH AGREMENT. Cycle des Eaux Pluviales et Usées VRD Génie-Civil Cycle des Eaux Pluviales et Usées Naturellement Performant MODÈLES DE À EH MARQUAGE AGREMENT n 01-010 N O R M E E N 1 6 6- Filtre compact coco avec Technologie Premier Tech Filière Assainissement

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

TERRA Technologies MAISON BIOCLIMATIQUE ENERGIE POSITIVE. Le Renouvelable au Service du Durable

TERRA Technologies MAISON BIOCLIMATIQUE ENERGIE POSITIVE. Le Renouvelable au Service du Durable MAISON BIOCLIMATIQUE à ENERGIE POSITIVE (www.terra-newtech.com) agit en tant que précurseur de la transition énergétique au Sénégal en s appuyant sur les trois leviers suivants: - La diminution de la consommation

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006

Séminaire modélisation des hydrosystèmes 22 et 23 avril 2010 - MINES ParisTech APR VMC 2006 Séminaire modélisation des hydrosystèmes APR VMC 2006 Schéma méthodologique simplifié Scénarios climatiques 2020 I 2040 Modélisation des hydrosystèmes Impact sur la ressource Impact en sur eau la ressource

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail