GENERALISATION DE L EURO. dans l usage des instruments de paiement scripturaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GENERALISATION DE L EURO. dans l usage des instruments de paiement scripturaux"

Transcription

1 GENERALISATION DE L EURO dans l usage des instruments de paiement scripturaux 16 FICHES 31 Octobre /23

2 La généralisation de l usage de l euro dans les instruments de paiement de détail pourra, dans certains cas, entraîner des erreurs dans les mois qui viennent: par exemple si l émetteur du moyen de paiement ne s est pas progressivement accoutumé à utiliser l euro, ou bien si les montant et monnaie du paiement ne sont pas vérifiés par le client et le commerçant avant validation. Le «vade-mecum» qui suit a pour objectif de guider dans sa démarche toute personne se trouvant face à une telle erreur. Le recensement des cas envisageables de confusion a donné lieu à une analyse par instrument de paiement : un bref constat est dressé, suivi d une description de l origine possible, et d une indication sur la détection de l incident. La préconisation qui est faite est fondée sur les rôles des deux parties au paiement et de leurs banquiers respectifs. Le plus souvent, un rappel met en évidence que l application de quelques principes simples de prudence et de vigilance, de la part de l émetteur du paiement comme du bénéficiaire, préviendra l apparition de ces erreurs. Ce «vade-mecum» a été validé par la Profession Bancaire. 2/23

3 TABLE DES MATIERES Chaque fiche est relative à un instrument de paiement scriptural et traite d un cas d erreur, précisé dans l en-tête. Fiches 1 à 2b Fiches 3 et 4 Fiche 5 Fiches 6 et 7 Fiches 8 à 10 Fiches 11 à 14 Fiches 15 et 16 Le chèque Le virement Le prélèvement Le prélèvement et le télérèglement avec autorisation permanente Le TIP et le télérèglement avec validation de la facture télématique Les Lettres de Change Relevés Les paiements par carte 3/23

4 LE CHEQUE Sur le relevé de compte du client, le montant indiqué est supérieur au montant attendu Deux cas peuvent être rencontrés: Rédaction d un montant de «200» sur une formule en euros, alors que la somme due est de «200 francs»: Erreur pouvant provenir de la rédaction du seul montant, sans préciser la monnaie, notamment par une caisse de commerçant non mise à jour. => Voir Fiche 1a Rédaction (avant le 1 er janvier 2002) d un montant de «200 francs» sur une formule en euros et dont le traitement entre banques s est fait, dans la monnaie de la formule, pour 200 euros: erreur pouvant provenir de la caisse du commerçant, ou de l habitude du client de libeller les montants en francs lors des premières utilisations de chéquiers en euros. => Voir Fiche 1b Le client et le commerçant doivent entrer en contact et analyser ensemble le type d incident qui s est produit. En cas de doute sur l origine de l incident, le client et le commerçant s adressent à leur banquier respectif avec tous les éléments en leur possession susceptibles de faciliter la recherche. 4/23

5 LE CHEQUE Rédaction d un montant de «200» sur une formule en euros, alors que la somme due est de «200 francs». Constat: Le chèque vaut juridiquement 200 euros. Origine possible: Erreur pouvant provenir de la rédaction du seul montant, sans préciser la monnaie, notamment par une caisse de commerçant non mise à jour. Détection: Généralement, l émetteur du chèque, débité, constate l erreur sur son relevé de compte. Plus rarement, ce sera le bénéficiaire. Ni la banque du bénéficiaire, ni la banque de l émetteur du chèque ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Émetteur du chèque et bénéficiaire entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur : - Si le chèque a été payé, le bénéficiaire rembourse l émetteur du chèque du trop payé par tout moyen. - Si le chèque a été rejeté pour défaut de provision, l émetteur du chèque règle le bénéficiaire par tout moyen (sauf par émission d un chèque car l émetteur du chèque est maintenant déclaré interdit), et le bénéficiaire restitue son chèque à l émetteur. Le chèque restitué permet ensuite à l émetteur du chèque de demander à sa banque la régularisation de l incident de paiement déclaré à la Banque de France. Émetteur et bénéficiaire doivent toujours vérifier lors du paiement que la somme inscrite sur le chèque (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. L erreur de libellé sur un chèque n est pas un motif d opposition admis par la loi. Tant que le chèque n a pas été encaissé, il est recommandé que le bénéficiaire restitue à l émetteur son chèque et lui demande un nouveau chèque de la bonne somme. 5/23

6 LE CHEQUE Rédaction (avant le 1 er janvier 2002) d un montant de «200 francs» sur une formule en euros et dont le traitement entre banques s est fait, dans la monnaie de la formule, pour 200 euros. Constat: Le chèque vaut juridiquement 200 francs. Origine possible: Erreur pouvant provenir de la caisse du commerçant, ou de l habitude de l émetteur du chèque de libeller les montants en francs lors des premières utilisations de chéquiers en euros. Détection: L émetteur du chèque, débité, constate l erreur sur son relevé de compte. Plus rarement, ce sera le bénéficiaire. Il ne doit plus être émis de chèque en francs à partir du 1 er janvier A compter de cette date le document produit n aurait pas valeur de chèque. Émetteur de chèque et bénéficiaire entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur. L émetteur du chèque contacte sa banque pour faire régulariser l opération: - Si le chèque a été payé, la banque de l émetteur du chèque régularise le débit pour le bon montant sur son compte, ainsi que le règlement avec la banque du bénéficiaire qui, elle, devra débiter le compte du bénéficiaire du trop perçu. - Si le chèque a été rejeté pour défaut de provision, la banque de l émetteur du chèque, après vérifications, rectifiera l incident de paiement déclaré à la Banque de France (annulation ou modification du montant de l incident). Émetteur et bénéficiaire doivent toujours vérifier lors du paiement que la somme inscrite sur le chèque (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. Toujours libeller ses chèques en euros avec un chéquier en euros. L erreur de libellé sur un chèque n est pas un motif d opposition admis par la loi. Tant que le chèque n a pas encore été encaissé, il est recommandé que le bénéficiaire restitue à l émetteur son chèque et lui demande un nouveau chèque de la bonne somme. 6/23

7 LE CHEQUE Sur le relevé de compte du client, le montant indiqué est inférieur à celui attendu Deux cas peuvent être rencontrés: Rédaction (avant le 1 er janvier 2002) d un montant de «200» sur une formule en francs, alors que la somme due est de 200 euros : erreur pouvant provenir de la rédaction du seul montant, sans préciser la monnaie, notamment par une caisse de commerçant. => Voir Fiche 2a Rédaction d un montant de «200 euros» sur une formule en francs et dont le traitement entre banques s est fait, dans la monnaie de la formule, pour 200 francs: erreur pouvant provenir de la caisse du commerçant, ou de l utilisation des chéquiers en francs restant en circulation alors que le public aura pris le réflexe de l euro. => Voir Fiche 2b Le client et le commerçant doivent entrer en contact et analyser ensemble le type d incident qui s est produit. En cas de doute sur l origine de l incident, le client et le commerçant s adressent à leur banquier respectif avec tous les éléments en leur possession susceptibles de faciliter la recherche. 7/23

8 LE CHEQUE Rédaction (avant le 1 er janvier 2002) d un montant de «200» sur une formule en francs, alors que la somme due est de 200 euros. Constat: Le chèque vaut juridiquement 200 francs. Origine possible : Erreur pouvant provenir de la rédaction du seul montant, sans préciser la monnaie, notamment par une caisse de commerçant. Détection: Le bénéficiaire constate l erreur avant sa remise à l encaissement en banque, ou après sur son relevé de compte. Plus rarement, ce sera l émetteur du chèque. Rappel Il ne doit plus être émis de chèque en francs à partir du 1 er janvier A compter de cette date le document produit n aurait pas valeur de chèque. Ni la banque du bénéficiaire, ni la banque de l émetteur du chèque ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Émetteur du chèque et bénéficiaire entrent en contact à l initiative de celui ayant détecté l erreur. Le chèque étant déjà payé pour sa valeur de 200 francs, l émetteur du chèque règle le bénéficiaire du restant dû par tout moyen. Émetteur et bénéficiaire doivent toujours vérifier lors du paiement que la somme inscrite sur le chèque (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. L erreur de libellé sur un chèque n est pas un motif d opposition admis par la loi. Tant que le chèque n a pas encore été encaissé, il est recommandé que le bénéficiaire restitue à l émetteur son chèque et lui demande un nouveau chèque de la bonne somme. 8/23

9 LE CHEQUE Rédaction d un montant de «200 euros» sur une formule en francs et dont le traitement entre banques s est fait, dans la monnaie de la formule, pour 200 francs. Constat: Le chèque vaut juridiquement 200 euros. Origine possible: Erreur pouvant provenir de la caisse du commerçant, ou de l utilisation des chéquiers en francs restant en circulation alors que le public aura pris le réflexe de l'euro. Détection: Le bénéficiaire constate l erreur sur son relevé de compte. Plus rarement, ce sera l'émetteur du chèque. Aucune formule de chèque en francs ne devant être utilisée à partir du 1 er janvier 2002, il est préférable de détruire ses chéquiers en francs. Émetteur du chèque et bénéficiaire entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur. Le bénéficiaire contacte sa banque pour faire régulariser l opération: - La banque du bénéficiaire, après vérifications, crédite son client du bon montant. Dans le même temps, elle régularise le règlement avec la banque de l émetteur du chèque en la débitant de la différence. Celle-ci devra débiter l émetteur du chèque du manque à payer. - Le cas échéant, en cas d'insuffisance de provision de l'émetteur du chèque suite à la régularisation, celle-ci ne pourra aboutir, et générera un incident de paiement déclaré à la Banque de France. Émetteur et bénéficiaire doivent toujours vérifier lors du paiement que la somme inscrite sur le chèque (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. Toujours libeller ses chèques en francs avec un chéquier en francs. L erreur de libellé sur un chèque n est pas un motif d opposition admis par la loi. Tant que le chèque n a pas été encaissé, il est recommandé que le bénéficiaire restitue à l émetteur son chèque et lui demande un nouveau chèque de la bonne somme. 9/23

10 LE VIREMENT Le virement est en francs au lieu d être en euros Constat: Le virement est de «200 francs» alors que la somme due est de «200 euros». Origine possible: Erreur du client donneur d ordre qui rédige mal son ordre de virement ou se trompe en indiquant la monnaie du virement au guichet. Détection: Par le bénéficiaire qui perçoit un montant inférieur à la somme qu il attendait ou par le donneur d ordre qui reçoit un avis de débit inférieur à la somme qu il souhaitait transférer. Il ne doit plus être émis d ordre de virement en francs à compter du 1 er janvier Ni la banque du bénéficiaire, ni la banque du donneur d ordre ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le bénéficiaire et le donneur d ordre entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de régularisation. La régularisation est à la charge du donneur d ordre qui envoie au bénéficiaire le restant dû par tout moyen, notamment par virement complémentaire. Le donneur d ordre doit toujours vérifier lors de la rédaction ou de la signature de l ordre de virement que le formulaire utilisé est le bon et que la somme de l ordre (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. 10/23

11 LE VIREMENT Le virement est en euros au lieu d être en francs Constat: le virement est de «200 euros» alors que la somme due est de «200 francs» Origine possible: Erreur du client donneur d'ordre. - qui rédige mal son ordre de virement, - ou qui se trompe en indiquant la monnaie et le montant au guichet, - ou qui se trompe de formulaire Détection: Par le bénéficiaire qui perçoit un montant supérieur à la somme qu il attendait ou par le donneur d ordre qui reçoit un avis de débit supérieur à la somme qu il souhaitait transférer. Il ne doit plus être émis d ordre de virement en francs à partir du 1 er janvier Ni la banque du bénéficiaire, ni la banque du donneur d ordre ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le bénéficiaire et le donneur d ordre entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de régularisation. La régularisation est à la charge du bénéficiaire qui restitue au donneur d ordre le trop perçu par tout moyen. Le donneur d ordre doit toujours vérifier lors de la rédaction ou de la signature de l ordre de virement que le formulaire utilisé est le bon et que la somme de l ordre (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. 11/23

12 LE PRELEVEMENT Le montant prélevé ne correspond pas au montant dû (indiqué sur l échéancier ou la facture) Constat: - La conversion du montant est erronée, l erreur pouvant être en faveur ou en défaveur du créancier: ex. prélèvement de «36 euros» pour un montant dû de «200 francs», ou prélèvement de «24 euros» pour un montant dû de «200 francs». - Une conversion a été effectuée alors qu il n y avait pas lieu: le prélèvement est de «30,49 euros» (contre valeur de «200 francs») au lieu de «200 euros». Origine possible: Erreur dans la procédure de conversion du créancier. Détection: Le débiteur lors du débit sur son compte ou le créancier suite à un rapprochement ou à une réclamation par un client débiteur. Ni la banque du débiteur, ni la banque du créancier ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le débiteur et le créancier entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de la régularisation. Dès la première réclamation, le créancier vérifie s il s agit d une erreur isolée ou d une erreur généralisée qui s est produite pour un grand nombre de ses débiteurs, - Dans le cas d une erreur isolée, la régularisation est effectuée à la convenance du débiteur et du créancier. - Dans le cas d une erreur généralisée, le créancier définit, avec les conseils de sa banque, une procédure de régularisation et informe immédiatement ses autres débiteurs de cette procédure. A défaut de régularisation rapide du créancier, le débiteur demande conseil à son banquier qui lui propose éventuellement d effectuer un rejet sur présentation des justificatifs. Si le créancier n a pas diffusé d échéancier en euros, il est recommandé au débiteur de contrôler la conversion du montant débité. 12/23

13 LE PRELEVEMENT LE TELEREGLEMENT (avec autorisation permanente) Le montant est prélevé en euros au lieu d être prélevé en francs Constat: le prélèvement est de «200 euros» alors que le montant dû est de «200 francs». Origine possible: Confusion de monnaie par le créancier. Détection: Le débiteur lors du débit sur son compte ou le créancier suite à un rapprochement ou à une réclamation par un client débiteur. Ni la banque du débiteur, ni la banque du créancier ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le débiteur et le créancier entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de la régularisation. Dès la première réclamation, le créancier vérifie s il s agit d une erreur isolée ou d une erreur généralisée qui s est produite pour un grand nombre de ses débiteurs. - Dans le cas d une erreur isolée, la régularisation est effectuée à la convenance du débiteur et du créancier. - Dans le cas d une erreur généralisée, le créancier définit, avec les conseils de sa banque, une procédure de régularisation et informe immédiatement ses autres débiteurs de cette procédure. A défaut de régularisation rapide du créancier, le débiteur demande conseil à son banquier qui lui propose éventuellement d effectuer un rejet sur présentation des justificatifs. Il est fortement recommandé aux créanciers d utiliser la même expression monétaire sur les factures, sur les prélèvements et dans les remises de prélèvement. 13/23

14 LE PRELEVEMENT LE TELEREGLEMENT (avec autorisation permanente) Le montant est prélevé en francs au lieu d être prélevé en euros Constat: le prélèvement est de «200 francs» alors que le montant dû est de «200 euros». Origine possible: : confusion d expression monétaire par le créancier Détection: Le débiteur lors du débit sur son compte ou le créancier suite à un rapprochement ou à une réclamation par un client débiteur. Ni la banque du débiteur, ni la banque du créancier ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le débiteur et le créancier entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de la régularisation. Dès la première réclamation, le créancier vérifie s il s agit d une erreur isolée ou d une erreur généralisée qui s est produite pour un grand nombre de ses débiteurs. - Dans le cas d une erreur isolée, la régularisation est effectuée à la convenance du débiteur et du créancier. - Dans le cas d une erreur généralisée, le créancier définit, avec les conseils de sa banque, une procédure de régularisation et informe immédiatement ses autres débiteurs de cette procédure. il est fortement recommandé aux créanciers d utiliser la même expression monétaire sur les factures, sur les prélèvements et dans les remises de prélèvement. 14/23

15 LE TIP LE TELEREGLEMENT (avec validation de la facture télématique) CAS D UNE ERREUR DÉTECTÉE AVANT LE RÈGLEMENT Le montant indiqué sur le TIP ou le montant indiqué sur la facture télématique ne correspond pas à la somme due Constat: le montant indiqué sur le TIP est de «200 euros» alors que la somme due est de «200 francs». Ou inversement, le montant indiqué sur la facture télématique est de «200 euros» alors que la somme due est de «200 francs». Origine possible: confusion d expression monétaire par le créancier. Détection: par le débiteur avant le règlement. Le débiteur doit vérifier si le TIP ou la facture télématique est conforme à la somme due. Si l'erreur a été détectée avant le règlement, le débiteur prend contact avec le créancier pour s entendre sur les modalités de paiement de la somme due. Dès la première réclamation, le créancier vérifie s il s agit d une erreur isolée ou d une erreur généralisée qui s est produite pour un grand nombre de ses débiteurs. Dans le cas d une erreur généralisée, le créancier définit, avec les conseils de sa banque, une procédure de régularisation et informe immédiatement ses autres débiteurs de cette procédure. Il est fortement recommandé aux créanciers d utiliser la même expression monétaire sur les factures et sur les TIP et dans les fichiers de TIP destinés ou en provenance des façonniers. 15/23

16 LE TIP LE TELEREGLEMENT (avec validation de la facture télématique) CAS D UNE ERREUR CONSTATÉE APRÈS LE RÈGLEMENT Le montant réglé par TIP ou par Télérèglement est en francs au lieu d être en euros Constat: le montant réglé est de «200 francs» alors que le montant dû est de «200 euros». Origine possible: Confusion d expression monétaire par le créancier. Détection: Par le débiteur lors du débit sur son compte ou encore par le créancier suite à la réclamation d un débiteur ayant détecté l erreur. Le débiteur doit vérifier si le TIP est conforme à la facture. Si la somme est erronée, il prend contact avec son créancier. Ni la banque du débiteur, ni la banque du créancier ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le débiteur et le créancier entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de la régularisation. Dès la première réclamation, le créancier vérifie s il s agit d une erreur isolée ou d une erreur généralisée qui s est produite pour un grand nombre de ses débiteurs. - Dans le cas d une erreur isolée, la régularisation est effectuée à la convenance du débiteur et du créancier. - Dans le cas d une erreur généralisée, le créancier définit, avec les conseils de sa banque, une procédure de régularisation et informe immédiatement ses autres débiteurs de cette procédure. Il est fortement recommandé aux créanciers d utiliser la même expression monétaire sur les factures et sur les TIP et dans les fichiers de TIP destinés ou en provenance des façonniers. 16/23

17 LE TIP LE TELEREGLEMENT (avec validation de la facture télématique) CAS D UNE ERREUR CONSTATÉE APRÈS LE RÈGLEMENT Le montant réglé par TIP ou par Télérèglement est en euros au lieu d être en francs Constat: le montant réglé est de «200 euros» alors que le montant dû est de «200 francs». Origine possible: Confusion d expression monétaire par le créancier ou erreur de saisie du créancier. Détection: Par le débiteur lors du débit sur son compte ou encore par le créancier suite à la réclamation d un débiteur ayant détecté l erreur. Le débiteur doit vérifier si le TIP ou la facture télématique est conforme à la somme due. Si la somme est erronée, il prend contact rapidement avec son créancier. Ni la banque du débiteur, ni la banque du créancier ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Le débiteur et le créancier entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur pour s entendre sur les modalités de la régularisation. Dès la première réclamation, le créancier vérifie s il s agit d une erreur isolée ou d une erreur généralisée qui s est produite pour un grand nombre de ses débiteurs. - Dans le cas d une erreur isolée, la régularisation est effectuée à la convenance du débiteur et du créancier. - Dans le cas d une erreur généralisée, le créancier définit, avec les conseils de sa banque, une procédure de régularisation et informe immédiatement ses autres débiteurs de cette procédure. A défaut de régularisation rapide du créancier, le débiteur demande conseil à son banquier qui lui propose éventuellement d effectuer un rejet sur présentation des justificatifs. Il est fortement recommandé aux créanciers d utiliser la même expression monétaire sur les factures et sur les TIP, et dans les fichiers de TIP destinés ou en provenance des façonniers. 17/23

18 Lettre de Change Relevé (L.C.R.) LCR transmises en francs au lieu d'euros Constat: Le cédant remet à sa banque un fichier de LCR pour «200 francs» au lieu de «200 euros». Origine possible: Confusion d expression monétaire par le créancier lors de la bascule en euros de l échéancier. Détection: par le cédant lors de son rapprochement ou par le tiré lors de la réception des relevés d effets à payer. Le cédant: - veille à ce que le bon code monnaie soit inscrit dans ses fichiers. - prend contact avec le tiré pour décider de la procédure de régularisation. Le tiré, constatant une erreur sur son relevé des effets à payer, informe son banquier immédiatement. Il a été recommandé aux clients de n émettre qu en euros à compter du 1 er juillet 2001 leurs opérations portant une échéance postérieure au 31 décembre Une vigilance toute particulière est recommandée lors de la réception des relevés d effets à payer. 18/23

19 Lettre de Change Relevé (L.C.R.) LCR transmises en euros au lieu de francs Constat: Le cédant remet à sa banque un fichier de LCR pour «200 euros» au lieu de «200 francs». Origine possible: Confusion d expression monétaire par le créancier lors de la bascule en euros de l échéancier. Détection: par le tiré au vu du montant prélevé sur son compte bancaire. Le cédant veille à ce que le bon code monnaie soit inscrit dans ses fichiers. Le tiré prend contact avec le cédant pour décider de la procédure de régularisation. Il a été recommandé aux clients de n émettre qu en euros à compter du 1 er juillet 2001 leurs opérations portant une échéance postérieure au 31 décembre Une vigilance toute particulière est recommandée lors de la réception des relevés d effets à payer. 19/23

20 Lettre de Change Relevé (L.C.R.) Erreur de conversion de francs en euros sur effet «papier» Constat: le montant prélevé «36 euros» ne correspond pas à celui annoncé «200 francs» sur le titre de créance (effet papier) suite à une erreur de conversion. Origine possible: erreur de conversion par le créancier lors de la bascule en euros de son échéancier. Détection: par le tiré lors du débit sur son compte ou par le créancier lors de son rapprochement bancaire. Le cédant: - veille à ce que le bon code monnaie soit inscrit dans ses fichiers. - convient avec le tiré de la procédure de régularisation. Le tiré: - porte une attention toute particulière sur le relevé d effets à payer. - prend contact avec le cédant pour décider de la procédure de régularisation. Il a été recommandé aux clients de n émettre qu en euros à compter du 1 er juillet 2001, leurs opérations portant une échéance postérieure au 31 décembre Une vigilance toute particulière est recommandée lors de la réception des relevés d effets à payer. 20/23

21 Lettre de Change Relevé (L.C.R.) Erreur de conversion de francs en euros par rapport à la facture Constat: le montant prélevé «36 euros» ne correspond pas à celui annoncé «200 francs» sur la facture initiale. Origine possible: litige commercial entre le cédant (fournisseur) et le tiré (client). Détection: par le débiteur au vu du montant prélevé sur son compte bancaire. Le cédant (fournisseur) et le tiré (client) prennent contact entre eux pour décider ensemble de la procédure de régularisation. Rappel : Émetteur et bénéficiaire doivent toujours vérifier lors du paiement que la somme de l effet (montant et monnaie) correspond à la somme effectivement due. Il a été recommandé aux clients de n émettre qu en euros à compter du 1 er juillet 2001 leurs opérations portant une échéance postérieure au 31 décembre Une vigilance toute particulière est recommandée lors de la réception des relevés d effets à payer. 21/23

22 Paiement Carte L achat est de 200 francs mais le montant du paiement est de 200 euros Constat: Le client effectue un achat d un montant de «200 francs» mais le montant du paiement est de «200 euros». Origine possible: erreur de manipulation chez le commerçant lors de la transaction ou de la transmission de l opération à sa banque. Détection: par le client ou le commerçant après validation de l opération, lorsque le client est encore chez le commerçant, ou, ultérieurement, à la réception du relevé de compte. Ni la banque du client, ni la banque du commerçant ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Si le commerçant et le client s aperçoivent de l erreur juste après la validation, le commerçant peut effectuer une annulation en présence de son client et recomposer une opération pour le montant exact. Si le commerçant et le client s aperçoivent de l erreur a posteriori, le client et le commerçant entrent en contact et régularisent la situation. A défaut, le commerçant contacte sa banque qui lui indiquera la démarche à suivre. Rappel : Le commerçant annonce systématiquement le montant et l expression monétaire du règlement. Le client doit vérifier systématiquement le montant et l expression monétaire avant de valider la transaction. Il conserve tous les justificatifs éventuels. 22/23

23 Paiement Carte L achat est de 200 euros mais le montant du paiement est de 200 francs Constat: Le client effectue un achat d un montant de «200 euros» mais le règlement est de «200 francs». Origine possible: erreur de manipulation chez le commerçant lors de la transaction ou de la transmission de l opération à sa banque. Détection: par le client ou le commerçant après validation de l opération, lorsque le client est encore chez le commerçant, ou, ultérieurement, à la réception du relevé de compte. Ni la banque du client, ni la banque du commerçant ne peuvent rectifier de leur propre initiative. Si le commerçant et le client s aperçoivent de l erreur juste après la validation, le commerçant peut effectuer une annulation en présence de son client et recomposer une opération pour le montant exact. Si le commerçant et le client s aperçoivent de l erreur a posteriori, le client et le commerçant entrent en contact à l initiative de celui qui a détecté l erreur, et le client effectue un règlement complémentaire au bénéfice du commerçant par tout moyen convenu entre eux. Rappel : Le commerçant annonce systématiquement le montant et l expression monétaire du règlement. Le client doit vérifier systématiquement le montant et l expression monétaire avant de valider la transaction. Il conserve tous les justificatifs éventuels. 23/23

24 Orientations retenues pour le passage à l'euro scriptural ( comptes, chèques, virements, etc ) 2000 janvier-01 février-01 mars-01 avril-01 mai-01 juin-01 juillet-01 août-01 septembre-01 octobre-01 novembre-01 décembre-01 Phases Phase 1 (incitation à engager et planifier les travaux préparatoires) Phase 2 (intensification du rythme de basculement) Phase 3 (généralisation et basculement des dernières relations bancaires) Relations bancaires Basculement des relations bancaires de tous les clients qui le demandent Propositions à la clientèle de basculements partiels ou globaux de produits et de comptes Généralisation du basculement des prêts, produits d'épargne et comptes de la clientèle 1er janvier 2002 Fin de tous les paiements scripturaux en francs Chèques Intensification de la fabrication et de la distribution de chéquiers en euro Généralisation de la distribution de chéquiers en euro 1er janvier 2002 Fin de l'émission de chèques en francs Virements Intensification des virements en euros Généralisation des virements en euros TIP et prélèvements Emission de factures, de TIP et prélèvements en euros progressivement généralisée 1 er janvier er avril er septembre 2001 TIP EDF en euros Prélèvements EDF en euros TIP et prélèvements France Télécom en euros

25 Passage à l'euro scriptural ( Suite 1 ) 2000 janvier-01 février-01 mars-01 avril-01 mai-01 juin-01 juillet-01 août-01 septembre-01 octobre-01 novembre-01 décembre-01 janvier-02 Phases Phase 1 (incitation à engager et planifier les travaux préparatoires) Phase 2 (intensification du rythme de basculement) Phase 3 (généralisation et basculement des dernières relations bancaires) Cartes bancaires Mise à niveau des terminaux qui sont sous le contrôle des banques Généralisation du paiement par carte en euros Mise à niveau des terminaux de paiement commerçants Effets de commerce Emission en euros des effets dont l'échéance est postérieure au 1er janvier 2002 Mise à niveau des distributeurs de billets Emission systématique des effets en euros Adaptation des derniers DAB

26 Passage à l'euro scriptural ( Suite 2 ) 2000 janvier-01 février-01 mars-01 avril-01 mai-01 juin-01 juillet-01 août-01 septembre-01 octobre-01 novembre-01 décembre-01 janvier-02 févr-02 Phases Phase 1 (incitation à engager et planifier les travaux préparatoires) Phase 2 (intensification du rythme de basculement) Phase 3 (généralisation et basculement des dernières relations bancaires) Images Chèques Accords bilatéraux entre banques Obligation pour les établissements à fort niveau d'activité d'échanger dans le SIT Toutes les banques ont l'obligation de recevoir des IC du SIT Système Interbancaire de Télécompensation ( SIT ) Le SIT traite et échange des opérations d'origine franc et euro Le SIT n'échange plus que des opérations euro Sauf, pendant les premiers jours de 2002, certaines opérations DAB

La lettre de change LES MINI-GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS

La lettre de change LES MINI-GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER

PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER Le projet SEPA (Single Euro Payments Area : espace unique de paiements en euros) est un projet européen qui s inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et

Plus en détail

ORGANISATION ADMINISTRATIVE

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ORGANISATION ADMINISTRATIVE A) LE CONTROLE INTERNE Se caractérise notamment par les éléments suivants : A - Un système d organisation B - Un système de documentation et d information C - Un système de

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change LES EFFETS DE COMMERCE Définition L effet de commerce est un titre négociable qui constate l existence d une créance au profit du propriétaire (le porteur). Le chèque, le billet à ordre, le warrant et

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT CLIENT N NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AU 1ER NOVEMBRE 2009 AVENANT A LA CONVENTION DE COMPTE COURANT ET AUX CONTRATS DE SERVICES DE PAIEMENT ASSOCIES (HORS CARTES

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur,

Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Legal & General Bank (France) Madame, Monsieur, Nous vous informons que depuis le 1 er novembre 2009, le dispositif législatif français résultant de la transposition de la Directive 2007/64/CE (dite Directive

Plus en détail

KEL annuel. Guide pour la mise en place et l utilisation des prélèvements et virements à la norme SEPA

KEL annuel. Guide pour la mise en place et l utilisation des prélèvements et virements à la norme SEPA KEL annuel Guide pour la mise en place et l utilisation des prélèvements et virements à la norme SEPA 1. COORDONNEES BANCAIRES 1.1. Propriétaires, locataires, fournisseurs et comptes bancaires gérance

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat de véhicules

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat de véhicules TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat de véhicules automobiles neufs Proposition de loi relative à l activité de mandataire en recherche ou achat

Plus en détail

LES MODES DE REGLEMENTS DECAISSEMENT

LES MODES DE REGLEMENTS DECAISSEMENT LES MODES DE REGLEMENTS DECAISSEMENT 1- Les décaissements : Les virements Créez une facture d achat avec une échéance et un mode de règlement de type «Virement». Allez dans «Achats Décaissements Echéances

Plus en détail

convention de compte

convention de compte associations convention de compte conditions générales à compter du 1 er août 2015 développons ensemble l esprit d équipe Sommaire I. LE COMPTE COURANT : GÉNÉRALITÉS... 2 II. L OUVERTURE DU COMPTE COURANT...

Plus en détail

CH 18 LES EFFETS DE COMMERCE

CH 18 LES EFFETS DE COMMERCE CH 18 LES EFFETS DE COMMERCE Référentiel La lettre de change : les mentions obligatoires, la circulation et le paiement, l acceptation, la domiciliation, l escompte Objectifs L élève devra être capable

Plus en détail

FICHE 20 COMPTE RENDU STATISTIQUE DES TRANSACTIONS AVEC DES NON-RÉSIDENTS. Document C80

FICHE 20 COMPTE RENDU STATISTIQUE DES TRANSACTIONS AVEC DES NON-RÉSIDENTS. Document C80 Deuxième PARTIE FICHE 20 COMPTE RENDU STATISTIQUE DES TRANSACTIONS AVEC DES NON-RÉSIDENTS Document C80. 1. Présentation Le document C80 est un relevé mensuel des flux réalisés par le déclarant direct avec

Plus en détail

1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE

1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE Avril 2013 Zoom sur la réglementation SEPA (Single Euro Payments Area)- échéance 1er février 2014 : 1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE 1.1. Introduction : Le Conseil Européen des Paiements (European

Plus en détail

Guide d Utilisation BOTP

Guide d Utilisation BOTP Guide d Utilisation BOTP Guide d Utilisation BOTP Vendredi 30 Novembre 2012 Version 30 Novembre 2012 Guide d Utilisation BOTP - 1 - SOMMAIRE 0 - L Accès à BOTP... - 3-1 - L édition des Bordereaux... -

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types. Article 8.1.2 Trame type de Proposition d Entrée en File d Attente Producteur

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types. Article 8.1.2 Trame type de Proposition d Entrée en File d Attente Producteur Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.1.2 Trame type de Proposition d Entrée en File d Attente Producteur Document valide pour la période du 1 er juin 2010 à ce jour 15

Plus en détail

PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers)

PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers) GTG GT1 Version V5 du 30 mars 2012 PROCEDURE CHANGEMENT DE FOURNISSEUR (applicable aux clients professionnels et particuliers) Page : 1/6 A - OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes depuis

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011 021 Vivre sans chéquier L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire 2 4 6 8 12 14 18 22 24 Introduction La délivrance d un chéquier est-elle obligatoire? Comment

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement OCTOBRE 2014 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement SEPA Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Comprendre Bon à savoir S y préparer Lexique

Comprendre Bon à savoir S y préparer Lexique i Mémo SEPA i Comprendre Bon à savoir S y préparer Lexique QUELQUES NOTIONS Le 1er février 2014, la norme SEPA devient obligatoire pour l'ensemble des virements et prélèvements en euros à l'intérieur de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE ET MENTIONS LÉGALES Il est expressément précisé que les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») régissent

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE I PRELIMINAIRE : Les présentes conditions générales contractuelles détaillées ci-dessous et ci-après désignées «les conditions générales» régissent les relations contractuelles

Plus en détail

Nouvelles normes de virements et prélèvements SEPA. Guide de mise en œuvre dans WinCoge

Nouvelles normes de virements et prélèvements SEPA. Guide de mise en œuvre dans WinCoge Nouvelles normes de virements et prélèvements SEPA Guide de mise en œuvre dans WinCoge Historique Version Nature Auteur Date 1 Première version Alain SAUVAYRE 13/02/2013 2 Compléments Alain SAUVAYRE 15/02/2013

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

4.2. 02. 9 4.2.1. 9 4.2.2. 9 4.2.3. 10 5. EFFET REMIS A L'ESCOMPTE. 11 5.1. 11 5.1.1. 11 5.1.2. 11 5.2. 03. 12 5.2.1. 12 5.2.2. 12 5.2.3. 13 6. 13 6.

4.2. 02. 9 4.2.1. 9 4.2.2. 9 4.2.3. 10 5. EFFET REMIS A L'ESCOMPTE. 11 5.1. 11 5.1.1. 11 5.1.2. 11 5.2. 03. 12 5.2.1. 12 5.2.2. 12 5.2.3. 13 6. 13 6. TRAITEMENTS COMPTABLES DES DIFFICULTES DE RECOUVREMENT DES EFFETS DE COMMERCE Objectif(s) : o Compléments sur les règlements. Pré-requis : o Les règlements. Modalités : o o o o Principes de comptabilisation,

Plus en détail

05-81-24-02-93 06-71-14-20-76 SIREN : 809 083 876 R.C.S

05-81-24-02-93 06-71-14-20-76 SIREN : 809 083 876 R.C.S CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente (ci après «CGV») sont applicables à l ensemble des prestations conclues entre LE VOITURISTE et le Client à compter du 02/02/2015.

Plus en détail

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S.

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. CGV Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. 1 Domaine d application et objet 2 Parties contractantes 3 Conclusion du Contrat 4 Informations relatives aux produits, prix, disponibilité

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

CHARTE DES VOYAGES. Tout voyage ou sortie scolaire devra systématiquement être autorisé par le Conseil d administration.

CHARTE DES VOYAGES. Tout voyage ou sortie scolaire devra systématiquement être autorisé par le Conseil d administration. CHARTE DES VOYAGES Article 1 : Principe Ce sont les sorties et voyages collectifs d élèves organisés officiellement sous l autorité du chef d établissement dans le cadre d une action éducative et ayant

Plus en détail

P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels)

P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels) P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels) I. Les différents modes de paiement Il existe plusieurs moyens de règlement dont le coût et le degré de sécurité diffèrent. A. Les moyens de règlement immédiat 1.

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

RÉUSSIR LA MIGRATION SEPA DANS VOTRE ENTREPRISE. Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros

RÉUSSIR LA MIGRATION SEPA DANS VOTRE ENTREPRISE. Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros RÉUSSIR LA MIGRATION SEPA DANS VOTRE ENTREPRISE Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros Qu est est-ce que SEPA? SEPA o Single Euro Payments Area / Espace unique de paiement en euros

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditons générales de vente s'appliquent entre : SARL MYLARO, SARL au capital de 2 500 dont le siège est à La Roche sur Yon (85000), 5 impasse Emile Girardeau,

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONDITIONS GÉNÉRALES I CLIENTÈLE DES PARTICULIERS I 1 ER FÉVRIER 2016

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONDITIONS GÉNÉRALES I CLIENTÈLE DES PARTICULIERS I 1 ER FÉVRIER 2016 CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONDITIONS GÉNÉRALES I CLIENTÈLE DES PARTICULIERS I 1 ER FÉVRIER 2016 www.caisse-epargne.fr - 2 - SOMMAIRE Champ d application

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

Kit d informations Complémentaire santé à destination du réseau Manpower

Kit d informations Complémentaire santé à destination du réseau Manpower Kit d informations Complémentaire santé à destination du réseau Manpower Table des matières 1. Procédure de résiliation de la mutuelle individuelle d un intérimaire.... 2 2. Accès au compteur d heures

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

Article 2 Conditions d'adhésion au programme

Article 2 Conditions d'adhésion au programme Le programme Happy Card devient à compter du 1 juillet 2012 le programme Les Points Fidélité Cetelem. Les présentes conditions générales du Programme de fidélité Les Points Fidélité Cetelem précisent les

Plus en détail

Les notions suivantes sont utilisées pour l'application du Règlement des services de paiement:

Les notions suivantes sont utilisées pour l'application du Règlement des services de paiement: Société anonyme Prêteur Numéro d agrément: 937 Courtier en assurances n Fsma: 011671A Burgstraat 170-9000 Gent Tél.:09 224 73 11 Fax: 09 223 34 72 TVA BE 0400.028.394 RPM Gent www.europabank.be Règlement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Je m engage à accepter les conditions de vente telles que décrites au catalogue, figurant sur le site internet et affichées dans la sale des ventes. Je reconnais la valeur

Plus en détail

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES Janvier 2011 CCSF/CFONB A/ Opérations au crédit du compte 1 Versement d'espèces Le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces.

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

> Deux brochures utiles : «choisir son VUL» et «carnet de suivi des véhicules légers» disponibles sur le site www.inrs.fr.

> Deux brochures utiles : «choisir son VUL» et «carnet de suivi des véhicules légers» disponibles sur le site www.inrs.fr. Si comme une majorité des véhicules utilitaires légers en circulation, le vôtre a plus de 3 ans*, il n est sans doute pas équipé d un dispositif antiblocage des roues du type ABS, d une aide au freinage

Plus en détail

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012 014 Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires Mai 2012 2 Sommaire Introduction Une banque peut-elle refuser de m ouvrir un compte bancaire? Est-il utile de contacter plusieurs banques? En quoi consiste

Plus en détail

www.congesbtp-ag.fr CONDITIONS GENERALES

www.congesbtp-ag.fr CONDITIONS GENERALES CONVENTION D'UTILISATEUR POUR L'ACCES A L'ESPACE RESERVE DU SITE INTERNET DE LA CAISSE DE CONGES PAYES DU BTP DES ANTILLES ET DE LA GUYANE FRANCAISE www.congesbtp-ag.fr CONDITIONS GENERALES Article 1 :

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR CARPA DE TOULOUSE MIDI PYRENEES DEFINITION DU REGLEMENT PECUNIAIRE

REGLEMENT INTERIEUR CARPA DE TOULOUSE MIDI PYRENEES DEFINITION DU REGLEMENT PECUNIAIRE REGLEMENT INTERIEUR CARPA DE TOULOUSE MIDI PYRENEES DEFINITION DU REGLEMENT PECUNIAIRE 1.1 - Conformément aux dispositions légales et réglementaires, la Caisse de Règlements Pécuniaires reçoit les dépôts

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 67 -

TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 67 - SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 67 - Destinataires : Les correspondants Documentation déclarés. Montreuil, le 24 janvier 2012 Madame, Monsieur, Nous vous adressons, ci-joint, la note technique N 67. Elle a

Plus en détail

REGLEMENTS CREATION DES REGLEMENTS. Dans l'écran de saisie il est conseillé de passer de champ en champ à l'aide de la touche (entrée) ou (tab)

REGLEMENTS CREATION DES REGLEMENTS. Dans l'écran de saisie il est conseillé de passer de champ en champ à l'aide de la touche (entrée) ou (tab) REGLEMENTS CREATION DES REGLEMENTS Boutons du haut : Choisir le type de tiers clients ou fournisseurs Boutons du bas : Choisir Ajout Dans l'écran de saisie il est conseillé de passer de champ en champ

Plus en détail

Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes.

Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes. Conditions spécifiques Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes. Article 1 Conditions générales applicables Les présentes conditions spécifiques relèvent des conditions générales

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE SUR INTERNET. Conditions générales de vente valables pour les titres de transports vendus par :

CONDITIONS GENERALES DE VENTE SUR INTERNET. Conditions générales de vente valables pour les titres de transports vendus par : CONDITIONS GENERALES DE VENTE SUR INTERNET Conditions générales de vente valables pour les titres de transports vendus par : Domaine skiable du Massif des Brasses (ci-après «la société») Syndicat Intercommunal

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Compte professionnel

PROFESSIONNELS. Compte professionnel PROFESSIONNELS Compte professionnel CONDITIONS GÉNÉRALES À compter du 1 er février 2016 Sommaire I. Table des matières I. OBJET DE LA CONVENTION DE COMPTE...4 II. OUVERTURE DE COMPTE...4 II. 1 Formalités

Plus en détail

STRUCTURE DES FICHIERS ETEBAC

STRUCTURE DES FICHIERS ETEBAC STRUCTURE DES FICHIERS ETEBC. Contenu d'un fichier Un fichier comprend : 1) - un enregistrement "émetteur" unique en début de fichier (enregistrement de tête) 2) - un nombre variable d'enregistrements

Plus en détail

Chapitre 1 : Les opérations de règlement

Chapitre 1 : Les opérations de règlement Chapitre 1 : Les opérations de règlement Plan Section 1 : Lire une facture et ses composantes Section 2 : Majoration réduction avance et acomptes Section 3 : Etablir une facture de «Doit» et «d Avoir»

Plus en détail

BAREME DES CONDITIONS SUR LES OPERATIONS BANCAIRES

BAREME DES CONDITIONS SUR LES OPERATIONS BANCAIRES I- OPERATIONS SUR EFFETS ET CHEQUES ET OPERATIONS DIVERSES 1- EFFETS A L'ENCAISSEMENT 1-1 Effets sur place a- Domiciliés Effet 0,000 3,500 1-2 Effets déplacés payables sur une localité pourvue d'une agence

Plus en détail

FICHE 25 - OPERATIONS DES DECLARANTS DIRECTS : DILIGENCES INCOMBANT AUX INTERMEDIAIRES FINANCIERS

FICHE 25 - OPERATIONS DES DECLARANTS DIRECTS : DILIGENCES INCOMBANT AUX INTERMEDIAIRES FINANCIERS BALANCE DES PAIEMENTS - RECUEIL DES MODALITES DECLARATIVES DEUXIEME PARTIE : A L ATTENTION DES INTERMEDIAIRES FINANCIERS FICHE 25 - OPERATIONS DES DECLARANTS DIRECTS : DILIGENCES INCOMBANT AUX INTERMEDIAIRES

Plus en détail

Recommandation n 2009-164. relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-164. relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-335218892/SF Recommandation n 2009-164 relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X La saisine Le médiateur national de l énergie a été

Plus en détail

Règlement des Placements à terme CBC

Règlement des Placements à terme CBC Règlement des Placements à terme CBC Ce règlement a été enregistré à Bruxelles, le 08.2015. Le présent règlement remplace le règlement des placements à terme CBC du 12.08.2010. La relation contractuelle

Plus en détail

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Tarifs & Conditions de Banque Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Frais de gestion et tenue de compte Ouverture de compte chèque Délivrance de chéquier Ouverture de compte épargne

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES Les frais bancaires Introduction En France, il est presque impossible de vivre normalement sans compte bancaire : en effet, la plupart des dettes dont le montant

Plus en détail

Concernant la répartition de votre consommation avant et après les changements de prix

Concernant la répartition de votre consommation avant et après les changements de prix Paris, le 11 février 2014 Dossier suivi par : XXXX Tél. : XXXX Courriel : recommandations@energie-mediateur.fr N de saisine : XXXX N de recommandation : 2014-0188 Objet : Recommandation du médiateur sur

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire

Guide de la mobilité bancaire Guide de la mobilité bancaire Service communication SwissLife Banque Privée 10/2009 SwissLife Banque Privée -Siège social : 7, place Vendôme - 75001 Paris - SA au capital de 36.470.960 382 490 001 RCS

Plus en détail

MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? COMMENT APPROVISIONNER SON COMPTE? Le relevé de compte : à conserver. Gérez votre compte en banque à distance

MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? COMMENT APPROVISIONNER SON COMPTE? Le relevé de compte : à conserver. Gérez votre compte en banque à distance MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? Le relevé de compte permet de connaître en détail les entrées et les sorties d argent, ainsi que votre solde (c est-à-dire la somme d argent restant sur votre compte).

Plus en détail

Le rattachement des charges

Le rattachement des charges LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer

Plus en détail

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute information

Plus en détail

Conditions générales de vente B2B

Conditions générales de vente B2B Conditions générales de vente B2B CONDITIONS GENERALES DE VENTE (LIVRES) ARTICLE PREMIER - Champ d application Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues par

Plus en détail

Marché Public à Procédure Adaptée passé en application de l article 28 du code des marchés publics

Marché Public à Procédure Adaptée passé en application de l article 28 du code des marchés publics Page 1 Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Paris la Villette Marché Public à Procédure Adaptée passé en application de l article 28 du code des marchés publics CCAP MISSION DE MAITRISE D OEUVRE

Plus en détail

vous propose? 6 000 pour un échafaudage de pied 2 ou 3 000 pour un échafaudage roulant 2

vous propose? 6 000 pour un échafaudage de pied 2 ou 3 000 pour un échafaudage roulant 2 Dans le BTP, 16 % des accidents du travail sont causés par des chutes de hauteur. Avec 50 décès annuels sur 144 et près de 3,3 millions de journées de travail perdues par an dans le BTP, ce seul risque

Plus en détail

Du 8 avril 2015 au 22 avril 2015

Du 8 avril 2015 au 22 avril 2015 Conditions de participation au jeu «1 chance sur 1000 de gagner vos achats Le Drive Intermarché» Du 8 avril 2015 au 22 avril 2015 En participant au jeu «1 chance sur 1000 de gagner vos achats Le Drive

Plus en détail

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com - 01

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

La lettre de change ou traite

La lettre de change ou traite 1 Le règlement Le règlement est l opération par laquelle un acheteur remet au vendeur, sous diverses formes, l équivalent de la marchandise reçue. L acheteur et le vendeur ont pris des accords au préalable

Plus en détail

RESTAURER LA BASE DE DONNEES

RESTAURER LA BASE DE DONNEES FICHE RESSOURCES 1 RESTAURER LA BASE DE DONNEES Lors de l'ouverture de, le stock de produits n'est pas alimenté. Il faut "restaurer les fichiers" et choisir un magasin pour avoir des références en stocks

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE

SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article 1 Objet Les présentes conditions générales de vente régissent les relations contractuelles entre le client et la société à responsabilité

Plus en détail

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur,

TOULOUSE, le 02 août 2007. Le Président. Réf. : JO7 212 01. Monsieur le Directeur, Le Président TOULOUSE, le 02 août 2007 Réf. : JO7 212 01 Monsieur le Directeur, J ai l honneur de vous notifier, conformément aux dispositions de l'article L. 241-11 du code des juridictions financières,

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

ACCUSÉ DE RÉCEPTION DES CONDITIONS GÉNÉRALES DE LA CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET DE SERVICES BANCAIRES DE LA BANQUE DE NOUVELLE CALEDONIE

ACCUSÉ DE RÉCEPTION DES CONDITIONS GÉNÉRALES DE LA CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET DE SERVICES BANCAIRES DE LA BANQUE DE NOUVELLE CALEDONIE CCCON001 DU 29/07/2015 ACCUSÉ DE RÉCEPTION DES CONDITIONS GÉNÉRALES DE LA CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET DE SERVICES BANCAIRES DE LA BANQUE DE NOUVELLE CALEDONIE (Clientèle des Particuliers) TITULAIRE

Plus en détail

INSTRUCTION. N 01-003-P-R du 10 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00003 J. Texte publié au BOCP INSTRUCTION SUR LA FAUSSE MONNAIE ANALYSE

INSTRUCTION. N 01-003-P-R du 10 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00003 J. Texte publié au BOCP INSTRUCTION SUR LA FAUSSE MONNAIE ANALYSE INSTRUCTION N 01-003-P-R du 10 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00003 J Texte publié au BOCP INSTRUCTION SUR LA FAUSSE MONNAIE ANALYSE Procédures applicables en présence de fausse monnaie et de pièces ou billets

Plus en détail

Vous avez perdu un proche. Quelles démarches entreprendre?

Vous avez perdu un proche. Quelles démarches entreprendre? Vous avez perdu un proche. Quelles démarches entreprendre? Vos Experts Le décès d un proche est toujours un moment difficile, quelles que soient les circonstances. Pourtant de nombreuses formalités doivent

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES DE VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICES CONDITIONS GENERALES DE VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICES 1 OBJET : Les Conditions Générales de Vente (C.G.V.) de prestations de services décrites ci-dessous détaillent les droits et obligations de l entreprise

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «GRAND JEU EXTRAFILM»

REGLEMENT DU JEU «GRAND JEU EXTRAFILM» ARTICLE 1 LA SOCIETE ORGANISATRICE REGLEMENT DU JEU «GRAND JEU EXTRAFILM» La société, SA au capital de 3 millions d euros, dont le siège social est situé 128 rue de faubourg de Douai, immatriculée au registre

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

VOTRE SOUSCRIPTION EN 3 ETAPES

VOTRE SOUSCRIPTION EN 3 ETAPES VOTRE SOUSCRIPTION EN 3 ETAPES Etape 1 : Toute souscription doit être réalisée après consultation : - Des conditions générales - Des annexes financières Etape 2 : Renseigner le Bulletin de Souscription

Plus en détail

TéléDéclarer la TVA Via le site de l Arapl Rhône Alpes Mode d emploi

TéléDéclarer la TVA Via le site de l Arapl Rhône Alpes Mode d emploi Mise à jour 150204 TéléDéclarer la TVA Via le site de l Arapl Rhône Alpes Mode d emploi 1 Le module de télédéclaration développé par l Arapl Rhône Alpes vous permet : D établir votre déclaration de TVA

Plus en détail