Energie et construction

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Energie et construction"

Transcription

1 Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie PARTIE 1 D.Langendries Division Energie et Bâtiment CSTC Isolation thermique des toitures inclinées Les Isnes 18 mars 2014 Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 4 Plan de l exposé 1. Evolutions de la réglementation 2. Notions de base 2.1. Calcul de la résistance thermique 2.2. Comportement hygrothermique du complexe 3. Matériaux 3.1. Ecrans à l air et à la vapeur 3.2. Sous-toitures 3.3. Isolants 4. Conception 4.1. Règles de base pour prévenir l humidité 4.2. Où placer l isolant? Isolation sur le plancher des combles Isolation par l intérieur Isolation par l extérieur Fenêtres de toiture Etanchéité à l air J.M. Rosten Cas de rénova on Ets Lechien Cas de rénova on Ets Maillien Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 5

2 1. Evolutions de la réglementation Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 6 EVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES: BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS Niveau Ew PEB+++ Niveau K VENTILATION Valeurs U max 1973 crise pétrolière K70 Be K55 Be 450 Ventilation Confort d été 2008 K45 Vent. (An.V) U max renf Idem + K35 + Umax renf Idem + nœuds constructifs U max renf K45 E w 80 E spec 130 U max renf+ Surchauffe K45 Ew100 E spec 170 U max renf+ Surchauffe Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 7

3 Evolutions futures? 1985 K K K K45/E w K45/E w K45/E w 80/nœuds const K35/E w 80/nœuds const. EPBD Recast 01/01/2021: Near zero energy building E20? Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 8 Isolation thermique Evolution réglementaire application à la toiture Epaisseur d isolation thermique croissante Prise en compte des discontinuités de l isolation thermique Fraction bois Fixations mécaniques 2014 Année Epaisseur de l isolant [cm] Umax [W/m²K] 1985 ~ ~ ~ ~ fraction bois 2012 ~ ~ Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 9

4 Primes RW - rénovation Isolation du toit (max 100m²) 3,5 R < 4 [m²k/w] 5 /m²(mo)/10 /m² (Ets) 4,0 R [m²k/w] 8 /m²(mo)/13 /m² (Ets) U=1/R T [W/m²K] R = 4.0 m²k/w U=0.25 W/m²K R = 3.5 m²k/w U=0.28 W/m²K R = 2.0 m²k/w U=0.50 W/m²K R = 1.5 m²k/w U=0.67 W/m²K Isolation des murs (max 120m²) Par l intérieur 1,5 R [m²k/w] 20 /m² Post-isolation murs creux 1,5 R [m²k/w] 10 /m² Par l extérieur 2,0 R < 3,5 [m²k/w] 30 /m² 3,5 R [m²k/w] 50 /m² Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Notions de base 2.1. Calcul de la résistance thermique Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 11

5 Isolation thermique Résistance thermique totale d une paroi plane R t R si d Rg Rnh ( Rcor ) U R se (Mise en œuvre) Résistance à l'échange par conduction Résistance à l'échange par convection et radiation AGW, An.VII, 6 et 7 Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 12 Isolation thermique d une toiture à versants Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 13

6 Isolation thermique d une toiture à versants Varie selon conditions intérieures i ou extérieures e Fonction de la masse volumique: LM: 0,040 bois: 0,13 béton: 1,7-2,2 matériaux très bons isolants: <0,04 W/mK matériaux isolants: <0,065 W/Mk matériaux conducteurs: >2,4 W/mK Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 14 Isolation thermique d une toiture à versants Où trouver la valeur lambda? MATERIAUX CERTIFIES (λ D ) ou Valeurs par défaut: AGW du , An.VII (λ Ui ) Exemple : isolant PUR Certifié? Marque et type connus? λ D vs λ Ui [W/m.K] Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 15

7 Chasser les étiquettes Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 16 Isolation thermique La toiture est une paroi HETEROGENE R nh d U U U,i. f i Hauteur Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 17

8 Isolation thermique La toiture est une paroi HETEROGENE Exemple de calcul: R tot =6.01m²K/W U=1/R tot =0.167W/m²K Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 18 Isolation thermique d une toiture à versants Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 19

9 Calcul avec logiciel PEB Toiture avec fraction bois COMPARATIF ENTRE CHEVRONS Cellulose/Fibre de bois Laine minérale lambda hauteur chevron [mm] TJI 240 TJI RT [m²k/w] U [W/m²K] NB: Sous toiture = Fibre de bois 22mm Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 20 Calcul avec logiciel PEB Toiture sarking COMPARATIF SARKING 40 Fibre de bois PUR PUR+LM lambda vis d7mm à 30 et vis d7mm à vis d7mm à 90 Epaisseur panneau [mm] (+LM60) 200 (+LM150) Vis/m² RT [m²k/w] U [W/m²K] NB1: sous toiture=membrane NB2: nb vis/m² à vérifier auprès du fabricant, projet par projet, selon la pente et la localisation du toit Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 21

10 La part de la toiture dans les déperditions 12,7% U moy toit 0,18 W/m²K K moy K31 Source graphiques: «CALE, précurseur de la PEB» Statistiques sur 426 maisons ( ) Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 22 La part de la toiture dans les déperditions Tout dépend du niveau d isolation Niveau K K moy K129 Année Source: PAE Statistiques sur 5640 audits (27 avril 2009) Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 23

11 La part de la toiture dans les déperditions Source: CALE 2 Statistiques sur 426 maisons (sept.2007-déc.2009) K35-K45 répartition des déperditions énergétiques par types de parois 2.6% 12.3% répartition des déperditions énergétiques par types de parois (K15 K25) 2.5% 14.3% 17.8% 11.7% 27.0% 27.7% K15-K25 2.6% 36.4% 3.2% 41.9% fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC K25-K35 K<K15 répartition des déperditions énergétiques par types de parois 13.6% répartition des déperditions énergétiques par types de parois 18.3% 16.5% 27.8% 11.4% 20.0% 48.1% Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page % 1.4% 0.9% 36.4% 3.5% fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC 2. Notions de base 2.2. Comportement hygrothermique du complexe toiture Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 25

12 Comportement hygrothermique Risques de condensation Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 26 Diagramme de Mollier Quantité de vapeur présente dans l air 9.3 C 100% 7.2g/kg Zone de confort 0 C 100% 3.8g/kg 20 C 50% 7.2g/kg Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 27

13 Condensation Où? Sur les zones les plus froides: Simple vitrage Ponts thermiques Parois «cachées»: derrière un lit, une armoire, derrière une trappe, ou dans les parois! Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 28 Comportement hygrothermique Migration de vapeur Transport de l air par diffusion : Des différences de pression de vapeur et des écarts de température entre l ambiance intérieure et extérieure peuvent induire une diffusion de vapeur au travers des matériaux de la toiture. mise en place d un écran pare-vapeur Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 29 29

14 Comportement hygrothermique Migration de vapeur Transport de l air par convection: Des différences de pression d air et/ou des écarts de température entre l ambiance intérieure et extérieure peuvent induire une migration de vapeur au travers des interstices ou des finitions intérieures non étanches à l air. mise en place d un écran étanche à l air NB: limite également les déperditions énergétiques! Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Notions de base 2.3. Comportement hygrothermique - Paramètres d influence Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 31

15 Comportement hygrothermique Bloquer la migration de vapeur Empêcher la condensation Paramètres entrant en jeu: Le climat intérieur (classe I à IV) Le climat extérieur Les performances d étanchéité à l air et à la vapeur de l écran à l air et à la vapeur Les caractéristiques hygrothermiques des matériaux: écran à l air et à la vapeur (+ isolant) + sous-toiture La présence d humidité de construction Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Comportement hygrothermique Classes de climat intérieur Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 33

16 Comportement hygrothermique Influence du climat extérieur!! Risque de condensation inversée Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 34 Un écran à l air et la vapeur, pour quoi? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» Bloquer la diffusion, mais aussi la convection Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 35

17 Un écran à l air et la vapeur, pour quoi? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» Eviter tout flux d air NB: Eventuelles autres fonctions : Améliore la résistance au vent Peut éventuellement servir d étanchéité provisoire (! vérifier état avant continuation des travaux) Empêche la pénétration d odeurs à l intérieur (solvants, bitume ) Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 36 Un écran à l air et la vapeur, comment? Qualifier la mise en oeuvre [NIT 25X à paraître] Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 37

18 Classe L0 Insuffisamment étanche à l air Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 38 Classe L0 Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 39

19 Classe L0 Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 40 Classe L1 Bonne étanchéité à l air Ecran continu, dans son plan et aux raccords avec les parois verticales Jonctions: Bandes rendues étanches par collage Raccords aux pannes réalisés par bandes d attente ou collés/pressés à la panne Percements: Fixations mécaniques (vis, ): pressées de manière permanente Agrafes: pontées par un tape Conduits (ventilation, cheminée, ) rendus étanches au moyen de manchons ou de pièces confectionnées sur place Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 41

20 Classe L1 Source images: Cifful Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 42 Classe L2 (= L1 + ) Etanchéité à l air validée (et améliorée) - Idem L1 - + mesure - + correction des fuites Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 43

21 3. Matériaux 3.1. Ecrans à l air et à la vapeur Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Un écran à l air et la vapeur, lequel? Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 45

22 Les pare-vapeur et pare-air Les produits hygrovariables En hiver: pression de la vapeur dans les locaux généralement supérieure à celle régnant dans le complexe toiture création d un flux de vapeur se déplaçant de bas en haut le freine-vapeur doit être étanche à la vapeur En été: le flux de vapeur s inverse le freine-vapeur est perméable à la vapeur et permet un certain séchage de l éventuelle eau condensée au sein du complexe 11/03/ Page Un écran à l air et la vapeur, lequel? Produits hygrovariables Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 47

23 3. Matériaux 3.2. Sous-toiture Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Une sous-toiture, pour quoi? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 49

24 Une sous-toiture, pour quoi? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» Eviter tout flux d air Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 50 Une sous-toiture, comment? Pose bien jointive des lés ou panneaux Recouvrement suffisant (cfr NIT 240): Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 51

25 Une sous-toiture, comment? Eventuel collage des joints (! Durée de vie des tapes) Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 52 Une sous-toiture, laquelle? Toitures neuves S D 0.5m Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 53

26 Une sous-toiture, laquelle? Parfois, en rénovation S D > 0.5m Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 54 Quelle combinaison choisir? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 55

27 Quelle combinaison choisir? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» S2: Sous toiture très perméable Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 56 Quelle combinaison choisir? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» S1: Validation étanchéité requise dès la classe de climat 3 Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 57

28 Quelle combinaison choisir? Réfléchir en termes de «COMPLEXE TOITURE» Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Matériaux 3.3. Isolants Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 59 59

29 Les isolants Une variété de matériaux sur le marché Source figures: CIFFUL le point sur l isolation Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 60 Les isolants Source figures: CIFFUL le point sur l isolation Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 61

30 X X Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 62 Les isolants sont-ils pare-vapeur?!! La pose n est pas forcément jointive préférable, dans tous les cas, de prévoir un écran pare-air/pare-vapeur indépendant Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 63

31 Les isolants sont-ils pare-vapeur?!! Limiter les risques de condensation: Bien choisir les éventuelles combinaisons d isolants Bien positionner l écran à l air et à la vapeur Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page Conception 4.1. Règles de base pour prévenir l humidité Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 65

32 Prévention des risques d humidité Règles de bonne conception 1. Bien ventiler Rester en classe de climat 2 2. Choisir une sous-toiture perméable à la vapeur: 1. Privilégier sous-toitures S 2 (S D 0.05m) ou S 1 (0.05m<S D 0.5m) 2. Sous-toitures S 0 à ne garder qu en cas de rénovation partielle du toit 3. Bloquer la migration de vapeur - Placer un écran air/vapeur le plus continu possible classe d étanchéité L1, voire L2 4. Eviter toute circulation d air autour de l isolant 1. Eviter les exfiltrations et les infiltrations 2. Remplir l espace entre ST et PV 3. Ne pas créer de lame d air entre la sous-toiture et l isolant Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 66 Prévention des risques d humidité Règle 4: exceptions? Sous-toitures microperforées: Etanches, surtout si perforations obturées Possibilité de transfert d humidité capillaire vers l isolant (migration au droit des perforations de diamètre important) le mieux: ne pas utiliser de telles ST sinon: lame d air exceptionnellement autorisée Sous-toitures souples non tendues: Éviter qu elles ne soient repoussées vers le haut et touchent la couverture remplissage complet entre ST et PV déconseillé Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 67

33 ----- EN PRATIQUE Les secrets d une bonne Jean-Michel Rostenne Source dessin: CIFFUL le point sur l isolation /étanchéité à l air Cycle Energie et construction La toiture inclinée Les ISNES 18/03/2014 Page 68

Le grenier, autrefois

Le grenier, autrefois Avec le support de la guidance technologique Eco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale, subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS)

Plus en détail

Eléments de structure et détails de construction

Eléments de structure et détails de construction Eléments de structure et détails de construction Partie 2: Toitures plates et toitures inclinées O. Vandooren CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu Isolation thermique 1. Evolution réglementaire

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc),

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc), MISE EN ŒUVRE (ISONAT FACILE A POSER ) ISOLATION DES TOITURES Le produit Isonat se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 25-41 : ouvrages en plaques de parement en plâtre, DTU

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux Post-isolation des murs creux Luc FIRKET, chef-adjoint de la Division Avis Techniques du CSTC Centre Scientifique et Technique de la Construction Historique du mur creux -Apparition progressive en Belgique

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Le secteur de la construction face aux défis climatiques

Le secteur de la construction face aux défis climatiques Isolation thermique: étape préliminaire dans tout projet de production de chaleur Agenda O. Vandooren (CSTC) Le secteur de la construction face aux défis climatiques Isolation renforcée des bâtiments:

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Isoler pour améliorer la performance énergétique d un bâtiment 12 septembre 2013

Isoler pour améliorer la performance énergétique d un bâtiment 12 septembre 2013 Isoler pour améliorer la performance énergétique d un bâtiment 12 septembre 2013 Pierre DEMESMAECKER Auditeur énergétique à l ICEDD Table des matières 1. Introduction 2. Isolation des toits 3. Isolation

Plus en détail

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) :

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Tutoriel Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Composition de l existant: Plaque de plâtre BA 13 (1,25 cm) Polystyrène

Plus en détail

leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division Avis Technique CSTC

leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division Avis Technique CSTC ssurer l étanchéité à l eau des parois au droit de leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division vis Technique CSTC Introduction Infiltrations Infiltrations 54 54 % % Moisissures

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE POSE

GUIDE TECHNIQUE DE POSE GUIDE TECHNIQUE DE POSE 2011 Confort d été Confort d hiver Confort d été Confort d hiver FONCTIONNEMENT DES ISOLANTS RÉFLÉCHISSANTS Confort thermique été comme hiver LES DÉPERDITIONS Air renouvelé et fuites

Plus en détail

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité Etanchéité à l air La transposition de la directive européenne PEB dans le droit belge a donné lieu à de nouvelles réglementations. Un des principaux volets est l obligation, dès 2020, que tous les nouveaux

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES TOITS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

ONDUTISS. Imperméables souples et légers. Ecrans souples de sous-toiture. www.onduline.com. CE Norme NF EN 13859-1

ONDUTISS. Imperméables souples et légers. Ecrans souples de sous-toiture. www.onduline.com. CE Norme NF EN 13859-1 ONDUTISS Ecrans souples de sous-toiture CE Norme NF EN 13859-1 Imperméables souples et légers www.onduline.com ONDUTISS Ondutiss : les écrans souples de sous-toiture pour une meilleure protection de l

Plus en détail

ROCKCIEL DIPLÔMES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES RÉFÉRENCES, CONDITIONNEMENT. www.rockwool.fr ISOLER LES COMBLES PAR L EXTÉRIEUR

ROCKCIEL DIPLÔMES CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES RÉFÉRENCES, CONDITIONNEMENT. www.rockwool.fr ISOLER LES COMBLES PAR L EXTÉRIEUR ROCKCIEL Panneau rigide double densité quadrillé sur la face surdensifiée. double densité le + produit : excellente diffusivité calculée selon règles Th-U : 12 cm 2 /h. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Performances

Plus en détail

Plateforme Maison Passive a.s.b.l.

Plateforme Maison Passive a.s.b.l. Plateforme Maison Passive a.s.b.l. M a r n y D i P i e t r a n t o n i o, I r A r c h i t e c t e 1 L i s o l a t i o n o v e r v i e w... P o u r q u o i i s o l e r? - Diminuer sa facture énergétique

Plus en détail

Les secrets d une bonne étanchéité à l air

Les secrets d une bonne étanchéité à l air Les secrets d une bonne étanchéité à l air 18/03/2014 Cycle énergie CCW-CSTC 18/03/2014 - Page 1 Partie 1: Généralités - Qu est-ce que l étanchéité à l air? - Intérêts à rendre un bâtiment étanche à l

Plus en détail

NOUVEAU. Nouvelle languette débordante pour une étanchéité à l air et à l eau maximale ISOLANT MINCE TRISO-LAINE LANGUETTE DEBORDANTE

NOUVEAU. Nouvelle languette débordante pour une étanchéité à l air et à l eau maximale ISOLANT MINCE TRISO-LAINE LANGUETTE DEBORDANTE NOUVEAU LANGUETTE DEBORDANTE Nouvelle languette débordante pour une étanchéité à l air et à l eau maximale ISOLANT MINCE TRISO-LAINE ISOLANT MINCE TRISO-LAINE MAX Un isolant mince unique Isolant à base

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

STEICO solutions constructives

STEICO solutions constructives STEICO solutions constructives Charpente support des éléments de couverture par l intermédiaire de contrelattes avec une fixation adaptée Grand choix de couvertures possibles Isolation pour charpente apparente

Plus en détail

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans La rénovation thermique > 250 Rénover sa maison > 250 pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans < 88 Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs?

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs? Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? A2M Aline BRANDERS Architecte partner, A2M Objectifs de la présentation

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines.

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. Introduction L étanchéité à l air d une paroi à ossature bois ou d une toiture isolée en pente est une notion primordiale

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE vous permet de bénéficier et faire bénéficier vos clients de la prime dédiée aux travaux de rénovation Produits d isolation CERTIFIES ISOLATION BBC RT 2012 : PAR OU S

Plus en détail

Choix et pose des menuiseries et vitrages performants

Choix et pose des menuiseries et vitrages performants Choix et pose des menuiseries et vitraes performants CSTC Laboratoire Eléments de toiture et de façade Benoît Michaux- 02/655 77 11 La rélementation PEB Exiences indirectes sur les menuiseries extérieures

Plus en détail

épaisseur (mm) 85 105 145 160 180 190 200 220 240 260 Résistance thermique R (m 2.K/W) Up W/m 2.K 0,23 0,20

épaisseur (mm) 85 105 145 160 180 190 200 220 240 260 Résistance thermique R (m 2.K/W) Up W/m 2.K 0,23 0,20 ROCKCIEL ROCKCIEL est un panneau de laine de roche double densité à poser sur un platelage bois continu. Il recevra un support de couverture fixé sur les chevrons avec des tire-fonds à double filet. performances

Plus en détail

Cahier des charges avec mise en œuvre du Permo therm THERMO-LINE

Cahier des charges avec mise en œuvre du Permo therm THERMO-LINE Cahier des charges avec mise en œuvre du Permo therm THERMO-LINE DEsCRIPTION Du système THERMO-LINE L isolation sera réalisée par l extérieur avec des panneaux rigides isolants Permo therm. La pose en

Plus en détail

Amélioration de l isolation

Amélioration de l isolation Amélioration de l isolation Synthèse Les techniques de rénovation (1) Murs extérieurs Isolation par l extérieur Isolation par l intérieur Isolation de la coulisse Toitures plates Toiture chaude Toiture

Plus en détail

GYSO-Feuilles pare-vapeur

GYSO-Feuilles pare-vapeur GYSO-Feuilles pare-vapeur gyso.ch gyso.ch GYSO-Feuilles pare-vapeur GYSO-Flexivap Pare-vapeur pour rénovation à Sd variable de 0,2 à 20 m Membrane spéciale à plusieurs couches, revêtue de non-tissé, avec

Plus en détail

Mise en œuvre des bardages bois. 6 juillet 2012

Mise en œuvre des bardages bois. 6 juillet 2012 Maelenn JOSSET bois 6 juillet 2012 DTU 41.2 : Aide à la conception des bardages bois (attention, actuellement en cours de révision) prescriptions applicables aux matériaux conditions de mise en œuvre règles

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

4 systèmes en double couche de laine de roche à poser entre chevrons en combles aménagés.

4 systèmes en double couche de laine de roche à poser entre chevrons en combles aménagés. combles aménagés double couche NOUVEAU 4 systèmes en double couche de laine de roche à poser entre chevrons en combles aménagés. Système EXPERT DELTAROCK + ROCKPLUS Pour isoler tous les écarts entre chevrons

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques ROCKMUR KRAFT Panneau semi-rigide, revêtu d un pare-vapeur kraft polyéthylène. Le + produit : Large gamme d'épaisseurs, disponibles de 45 à 225 mm. Caractéristiques techniques DIPLÔMES acermi KEYMARK 02/015/025

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

L isolant tout-terrain

L isolant tout-terrain EUR TOIT L isolant tout-terrain des toitures inclinées Performant et léger Rigide et résistant Facile et rapide à poser Faible encombrement Supprime les ponts thermiques (méthode du Sarking) La performance

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e!

p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! THERMO FLOC Matériau isolant en fibre de cellulose p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! p o u r u n e i n t e l l i g e n t e! I s o l a t i o n I s o l a t i o n I s o l a t i o n 1 Sommaire_ Matériau

Plus en détail

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Session: Rénovation Clarisse Mees, Ir. Arch. CSTC - Division Energie et Bâtiment Clarisse.mees@bbri.be 1 er février 2012 1 Préambule: Qu est-ce que l étanchéité

Plus en détail

Sensibilisation Etanchéité à l air en ossature bois

Sensibilisation Etanchéité à l air en ossature bois Sensibilisation Etanchéité à l air en ossature bois STECK Maël LYON février 2016 Généralités et réglementation Les fonctions de l enveloppe Isolation thermique Migration de la vapeur d eau Fonctions de

Plus en détail

ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER.

ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER. ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER. Une combinaison intelligente de matériaux. Depuis près de 80 ans, Saint-Gobain ISOVER SA produit des isolants à hautes performances en laine de verre dans

Plus en détail

Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés

Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés André Baivier, ISOPROC Présentation de deux projets Transformation d une maison existante datant du début des années 90 SPRL CREA Bureau d architectes

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail

Conseils de pose : isolation des murs

Conseils de pose : isolation des murs MISE EN ŒUVRE - FACILE A POSER Conseils de pose : isolation des murs Le produit se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 20-1 : Parois et murs en maçonnerie de petits éléments,

Plus en détail

Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre

Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre Le présent descriptif concerne la mise en œuvre d une isolation thermique cellulosique par soufflage ouvert sur un plancher, ainsi

Plus en détail

La sécurité pour toits et murs

La sécurité pour toits et murs La sécurité pour toits et murs pro clima SOLITEX perméable à la diffusion de vapeur, résistant à la déchirure, étanche à la pluie pro clima SOLITEX bande de sous-toiture sur chevrons / bande de sous-toiture

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

Guide rénovation. Toitures, murs et planchers de combles NATURELLEMENT EN BOIS

Guide rénovation. Toitures, murs et planchers de combles NATURELLEMENT EN BOIS Guide rénovation Toitures, murs et planchers de combles NATURELLEMENT EN BOIS Multiplex-top est le panneau de sous-toiture pare-pluie; composition homogène; il convient également à l'aménagement intérieur.

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation SOMMAIRE Avant-propos......................................... 5 Domaine d application du guide.............................. 6 Les produits isolants................................... 9 Les laines minérales....................................

Plus en détail

L isolation toiture 29/04/2013 ISOLATION TOITURE ISOLATION TOITURE LE POURQUOI!... ISOLATION TOITURE L écran de sous toiture (E.S.T.

L isolation toiture 29/04/2013 ISOLATION TOITURE ISOLATION TOITURE LE POURQUOI!... ISOLATION TOITURE L écran de sous toiture (E.S.T. L énergie la moins chère est celle non consommée Plan de la présentation L isolation toiture Soirée d information 23 avril 2013 Guides Énergie Neupré Le pourquoi. Quelques notions techniques. La prime

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Lassoie Laurent CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Mesure de l étanchéité

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Détails de mise en œuvre

Détails de mise en œuvre CAISSONS CHEVRONNÉS Un système de toiture Détail de toiture avec ferme Poinçon Entrait retroussé Échantignolle Panne faîtière Semelle Panne intermédiaire Arbalétrier 2 Détail de toiture avec mur de refend

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne Programme 1. Contexte 2. Bilan énergétique 3. Indicateurs du logiciel PEB 4. Champs d application et exigence PEB 5.

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Journée d étude. X. Loncour Division «Energie & Bâtiment» E. Mahieu Division «Avis Techniques» CSTC. Namur, Moulins de Beez 23 Octobre 2012

Journée d étude. X. Loncour Division «Energie & Bâtiment» E. Mahieu Division «Avis Techniques» CSTC. Namur, Moulins de Beez 23 Octobre 2012 Journée d étude Les Nœuds Constructifs X. Loncour Division «Energie & Bâtiment» E. Mahieu Division «Avis Techniques» CSTC Namur, Moulins de Beez 23 Octobre 2012 Contenu de cette présentation Réglementations

Plus en détail

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE CONTENU 1. APPLICATIONS 03 2. TECHNIQUE DE POSE 04 2.1. GENERALITES 2.1.1. IMPERMÉABILITÉ À L EAU ET À L AIR 04 2.1.2. RESPECT DE LAME D AIR 04 2.1.3. L ÉCRASEMENT

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE PEB

FORMATION RESPONSABLE PEB FORMATION RESPONSABLE PEB PEB RÉSIDENTIEL : BASE PEB NON RÉSIDENTIEL : OPTION 1 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Formation «Responsable PEB» Journée 2 Méthode pas à pas et déclaration PEB initiale

Plus en détail

SOUS-TOITURES ETERROOF PARTIE 1 DONNEES TECHNIQUES GENERALES

SOUS-TOITURES ETERROOF PARTIE 1 DONNEES TECHNIQUES GENERALES 1 DONNEES GENERALES CONCERNANT LE PRODUIT GENERALITES Les fonctions de la sous-toiture sont : - Assurer temporairement l étanchéité de la toiture à la pluie - Evacuer l eau issue d infiltrations accidentelles

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Permo solar SK & Sepa solar. Optimise les performances thermiques de la toiture en été comme en hiver

Permo solar SK & Sepa solar. Optimise les performances thermiques de la toiture en été comme en hiver Permo solar SK & Sepa solar Optimise les performances thermiques de la toiture en été comme en hiver Permo solar SK écran de sous-toiture respirant (HPV) réfléchissant Comment cela fonctionne En été Les

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES À STRUCTURE EN BOIS

LES TECHNOLOGIES À STRUCTURE EN BOIS LES TECHNOLOGIES À STRUCTURE EN BOIS LES TECHNOLOGIES À STRUCTURE EN BOIS HISTORIQUE LES TECHNOLOGIES CONTEMPORAINES SPÉCIFIQUES Le bois massif Les poteaux-poutres Les constructions à parois ossaturées

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

Les fiches de. Liste des fiches de Bois & Charpente

Les fiches de. Liste des fiches de Bois & Charpente Liste des fiches de Bois & Charpente Un air plus sain à l intérieur du bâtiment Une régulation naturelle de l humidité de l air Un confort thermique en continu été comme hiver Des matériaux recyclables

Plus en détail

! DTU 21 : exécution des travaux en bois. ! DTU 24-2 : cheminées. 3.1 Distribution. BATIPLUM TOITURE. Elle s appuie sur un réseau de distributeurs

! DTU 21 : exécution des travaux en bois. ! DTU 24-2 : cheminées. 3.1 Distribution. BATIPLUM TOITURE. Elle s appuie sur un réseau de distributeurs ! Sur chaîne de fabrication en continu : pourcentage des composants, aspect, épaisseur, poids par rouleau.! Un rouleau est prélevé pour contrôle épaisseur, largeur, longueur et masse volumique à chaque

Plus en détail

POSER UN ISOLANT MINCE SUR TOITURE

POSER UN ISOLANT MINCE SUR TOITURE POSE TOITURE SUR CHEVRONS : Prévoir un vide d air d au moins 20 mm entre les voliges et l isolant. Prévoir aussi une bonne ventilation de la lame d air avec chatière, closoir et ouverture en bas de pente.

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Etanchéité à l air des bâtiments Un cas d étude

Etanchéité à l air des bâtiments Un cas d étude De juin 005 à mars 006, le CSTC a suivi pas à pas la construction d une nouvelle habitation dans laquelle les aspects de performance énergétique, tels l isolation thermique, l étanchéité à l air, la ventilation

Plus en détail

La contribution des solutions en zinc à la performance thermique des bâtiments

La contribution des solutions en zinc à la performance thermique des bâtiments La contribution des solutions en zinc à la performance thermique des bâtiments Rappels e/λ 1/R +PTH intégrés λ R Uc Up Thermique d hiver Up, besoins en chauffage Thermique d été t intérieure, besoins en

Plus en détail

Toiture et Façade. Ardoise ALTERNA NT. DIRECTIVES D APPLICATION 1 - Partie 1 de 3

Toiture et Façade. Ardoise ALTERNA NT. DIRECTIVES D APPLICATION 1 - Partie 1 de 3 Toiture et Façade Ardoise ALTERNA NT DIRECTIVES D APPLICATION 1 - Partie 1 de 3 Pose à recouvrement double 1 GÉNÉRALITÉS Ces directives d'application sont spécifiquement destinées à la pose d ardoises

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

PLAQUES ISOLANTES UNILIN Gamme de livraison Belgique et Luxembourg - 2016

PLAQUES ISOLANTES UNILIN Gamme de livraison Belgique et Luxembourg - 2016 PLAQUES ISOLANTES UNILIN Gamme de livraison Belgique et Luxembourg - 2016 DIVISION INSULATION www.unilininsulation.com Depuis plus de 30 ans, UNILIN division insulation fabrique des éléments de toiture

Plus en détail

D E S C R I P T I O N

D E S C R I P T I O N UBAtc 02/2206 Valable du 19.12.2002 au 18.12.2004 Union belge pour l Agrément technique dans la construction c/o Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes & Energie, Qualité de la Construction,

Plus en détail

Contre-cloisons CARREAUX PF3

Contre-cloisons CARREAUX PF3 Doublages isolants Prescription Doublages isolants thermiques PRÉGYSTYRÈNE Th38 78 PRÉGYRÉTHANE 3 8 Doublage isolant thermique et acoustique PRÉGYMAX 3 80 Quantitatifs DOUBLAGES PRÉGY ------------------------------------------------------------

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

du TRISO-SUPER 9 max et de la laine minérale 0 Résistance thermique Nombre de films réflecteurs : 6 Épaisseur : env. 22 mm

du TRISO-SUPER 9 max et de la laine minérale 0 Résistance thermique Nombre de films réflecteurs : 6 Épaisseur : env. 22 mm Édition 2010 ISOLANTS MINCES MULTI-RÉFLECTEURS ACTIS TRISO-SUPER 9 Fiche Technique TOITURES COMBLES MURS PLANCHERS PLAFONDS P R O C É D U R E D A G R É M E N T T E C H N I Q U E E U R O P É E N E N C O

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie (Responsable Energie) Bruxelles Environnement Diagnostic de l étanchéité à l air Pierre Demesmaeker ICEDD Objectif(s) de la présentation Attirer l attention

Plus en détail

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP L enveloppe du bâtiment Minergie P Minergie ZH-007-P Minergie BE-001-P-ECO Minergie ZH-002-P-ECO Minergie ZH-002-P Minergie SG-001-P Minergie ZH-003-P-ECO Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements

Plus en détail

Majvest. 3 couches, résistant à la déchirure et flexible pose facile, rapide et sûre. 3 m de largeur avec aide à la coupe et au collage gain de temps

Majvest. 3 couches, résistant à la déchirure et flexible pose facile, rapide et sûre. 3 m de largeur avec aide à la coupe et au collage gain de temps Majvest 3 couches, résistant à la déchirure et flexible pose facile, rapide et sûre 3 m de largeur avec aide à la coupe et au collage gain de temps pour toutes les façades fermées utilisation universelle

Plus en détail