Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections"

Transcription

1 Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document

2 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou d'aliments Circonstances diagnostiques et principes de prévention d'une toxi-infection alimentaire Toxi-infection alimentaire familiale ou collective (TIAC)...3 ENC : OBJECTIFS Préciser les principaux risques liés à la consommation d'eau ou d'aliments. Diagnostiquer une toxi-infection alimentaire et connaître les principes de prévention. Argumenter une conduite pratique devant une toxi-infection alimentaire familiale ou collective.

3 I PRINCIPAUX RISQUES LIÉS À LA CONSOMMATION D'EAU OU D'ALIMENTS Les infections intestinales (bactéries, virus, parasites) se transmettent : par l eau (sauf bouteilles d eau commercialisées encapsulées), y compris parfois accidentellement par les circuits d eau potable contrôlée ; par les aliments ; au cours des baignades (en piscine, en eau douce ou en mer, surtout s il y a immersion de la tête) ; et de façon interhumaine via les mains souillées par les fèces. La transmission interhumaine peut être réduite par des mesures d hygiène simples (lavage soigneux des mains avant de faire la cuisine, de passer à table et après être allé aux toilettes). Les aliments peuvent aussi être vecteurs de toxines, produites par des bactéries, responsables de tableaux digestifs, généralement brefs et bénins. Les autres risques liés à la consommation d eau ou d aliments sont beaucoup plus rares : diarrhée brève de mécanisme osmotique liée à l ingestion rapide de grandes quantités de polyols, contenus dans les aliments dits «sans sucre», peu digérés et peu absorbés dans l intestin grêle ; allergie liée à des allergènes alimentaires : diarrhée et/ou signes extradigestifs (urticaire, voire oedème de la face, bronchospasme, collapsus) survenant rapidement après ingestion des allergènes ; diarrhées et manifestations cutanées (érythème, bouffées vaso-motrices) histaminiques liées à l ingestion en grande quantité d aliments riches en histamine (thon avarié) ; tableau neurologique (notamment diplopie) et digestif (vomissements, diarrhée) après ingestion de toxine botulique (conserves artisanales) ; intoxication chimique par les molécules toxiques contenues dans certains champignons, à l origine de tableaux cliniques variés (muscarinique, phalloïdien, etc.) ; tableau digestif et neurologique (ciguatera) après ingestion de poissons tropicaux, crus ou cuits (les toxines résistent à la cuisson et la congélation), contaminés par des algues des coraux ; intoxication aiguë par les métaux lourds après ingestion d une boisson acide et/ou gazeuse ayant séjourné dans un récipient métallique de mauvaise qualité : vomissements et/ou diarrhée survenant en moins d une heure, résolutifs en quelques heures.

4 II CIRCONSTANCES DIAGNOSTIQUES ET PRINCIPES DE PRÉVENTION D'UNE TOXI-INFECTION ALIMENTAIRE A. Intoxications Certains aliments sont responsables d intoxications. Il s agit le plus souvent de tableaux digestifs de quelques heures (tableau 3.I), après incubation courte (1 à 16 heures), dus au transit intestinal de toxines produites par certaines bactéries (telles que Bacillus cereus (riz), Staphyloccus aureus (pâtisseries ou viandes manipulées) ou Clostridium perfringens (plats cuisinés)). Les coquillages peuvent contenir des toxines du plancton, thermorésistantes, responsables de malaises digestifs et/ou neurologiques brefs. (Recommandation : (1) Agence de la santé publique du Canada. Fiches techniques santé/sécurité (FTSS)- agents infectieux [en ligne]. ) (1) Recommandations concernant le terme clostridium perfringens. Tableau 3.I. Principaux risques dintoxication ou dinfection intestinale en fonction des aliments récemment ingérés B. Infections intestinales Les aliments les plus à risque de transmettre une infection intestinale (tableau 3.I) sont : les coquillages crus (virus, vibrios, salmonelles) ; certains poissons crus (anisakiase rare en France) ; les aliments à base d oeufs crus (Salmonella enteritidis) ; les produits laitiers au lait cru (salmonelles) ; la viande de boeuf insuffisamment cuite (rouge ou rosée à coeur, salmonelles, E. coli entéro-hémorragiques et Taenia saginata) ; les volailles insuffisamment cuites (chair rosée à coeur, Campylobacter, salmonelles) ; la viande de porc insuffisamment cuite (Yersinia, salmonelles).

5 Des aliments sains ou stérilisés par la cuisson peuvent être contaminés secondairement avant consommation au contact d aliments crus contaminés (contamination croisée) ou des mains sales de l homme (ceci expliquant la contamination des aliments par des pathogènes strictement humains tels que Salmonella typhi ou Shigella).

6 III TOXI-INFECTION ALIMENTAIRE FAMILIALE OU COLLECTIVE (TIAC) A. Définition Les diarrhées par toxi-infection familiale ou collective (restaurants, cantines, hôpitaux, maisons de retraite) se définissent par l apparition d au moins 2 cas groupés similaires d épisodes digestifs dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire. B. Conduite pratique Toute Toxi-Infection Alimentaire familiale ou collective doit faire l objet d une déclaration à l autorité sanitaire départementale (Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales (Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales ) ou à la Direction Départementale des Services Vétérinaires (Direction Départementale des Services Vétérinaires). Cette déclaration est obligatoire d une part pour tout docteur en médecine qui en a constaté l existence, d autre part pour le principal occupant, chef de famille ou d établissement, des locaux où se trouvent les malades. La déclaration obligatoire permet de réaliser si nécessaire une enquête épidémiologique et vétérinaire destinée à identifier les aliments responsables et les facteurs favorisants afin de prendre des mesures spécifiques pour prévenir les récidives. Après investigation, les déclarations et les rapports d investigations sont transmis à la direction générale de l alimentation pour les TIAC déclarées aux DDSV et à l Institut de veille sanitaire (Institut de veille sanitaire) pour les TIAC déclarées aux DDASS. Une mise en commun et une synthèse de ces données est réalisée et publiée annuellement. Cette synthèse permet de surveiller les tendances évolutives des TIAC (en termes d incidence, d agents et d aliments en cause). C. Principales causes en France Les principales causes de TIAC déclarées en France sont les salmonelles (70 % des TIAC), Clostridium perfringens pour les plats en sauce et Staphyloccus aureus pour les préparations ayant nécessité des manipulations et des produits laitiers. D. Principes de prévention En restauration collective, les principales mesures préventives sont le respect des bonnes pratiques de transport, stockage et préparation des aliments, et le respect strict des chaînes du chaud et du froid.

7 En milieu familial, il est recommandé et conserver les produits sensibles (viandes, oeufs, poissons, etc.) dans le réfrigérateur et de les y placer rapidement après achat, de bien cuire les oeufs destinés aux personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, femmes enceintes), de préparer les aliments à base d oeufs non cuits (mayonnaise, pâtisserie) le plus près possible de la consommation et de consommer les viandes hachées et les volailles cuites à coeur (absence de teinte rosée). Les règles d hygiène (lavage des mains à la sortie des toilettes, avant de préparer les repas) et les bonnes pratiques permettant d éviter les contaminations croisées au moment de la préparation des aliments (par exemple, ne pas utiliser le même couteau pour couper de la viande et les crudités, nettoyage des plans de travail) ou lors du stockage doivent être rappelées. (En savoir plus : (1) Les intoxications alimentaires (1e partie) [en ligne].) (1) Les intoxications alimentaires. (En savoir plus : (2) BUISSON Y., TEYSSOU R. Les toxi-infections alimentaires collectives [en ligne]. Revue Française des Laboratoires. Décembre 2002, Vol. 2002, Issue 381, p ) (2) Les toxi-infections alimentaires collectives. (Recommandation : (2) Centre de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales du Sud-Est. Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé [en ligne]. 2003/05) (2) Conduite à tenir en cas de suspicion de toxiinfection alimentaire collective.

8 IV ANNEXES EN SAVOIR PLUS (1) Les intoxications alimentaires (1e partie) [en ligne]. : (2) BUISSON Y., TEYSSOU R. Les toxi-infections alimentaires collectives [en ligne]. Revue Française des Laboratoires. Décembre 2002, Vol. 2002, Issue 381, p : &_version=1&_urlVersion=0&_userid=592857&md5=ad30f21b123a5f14a065ad6 f582eafd7 RECOMMANDATION (1) Agence de la santé publique du Canada. Fiches techniques santé/sécurité (FTSS)- agents infectieux [en ligne]. : (2) Centre de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales du Sud-Est. Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé [en ligne]. 2003/05 : ABRÉVIATIONS DDASS : Direction départementale des Affaires Sanitaires et Sociales DDSV : Direction Départementale des Services Vétérinaires InVS : Institut de veille sanitaire TIAC : Toxi-Infection Alimentaire familiale ou collective

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES 17/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Définition II. Épidémiologie A. 26 maladies à déclaration obligatoire B. Lieu de survenue : III. Principaux agents des

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES Coliformes thermotolérants, Escherichia coli fécale, eaux usées, sol, matières premières non décontaminées Pas, sauf Escherichia coli O157:H7 et E.coli STEC pathogène Développement entre 10 et 48 C ph

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

Infections d origine alimentaire : Importance et impact Henriette DE VALK Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses

Infections d origine alimentaire : Importance et impact Henriette DE VALK Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Infections d origine alimentaire : Importance et impact Henriette DE VALK Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Séminaire Surveillance de la qualité sanitaire des aliments;

Plus en détail

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé ISPED 31 mars 2015 Présentation de l ARS Aquitaine Le siège :

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS

FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS Cette fiche s adresse tant aux exploitants d un établissement alimentaire qu aux consommateurs

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

GRANDS RASSEMBLEMENTS

GRANDS RASSEMBLEMENTS GRANDS RASSEMBLEMENTS SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS GUIDE A L USAGE DES MAIRES PREFECTURE DE L EURE Mission inter-services de sécurité sanitaire des aliments DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES VETERINAIRES

Plus en détail

Formation diététique et restauration

Formation diététique et restauration L alimentation Formation diététique et restauration Janvier 2016 L alimentation doit apporter une quantité suffisante des différents nutriments nécessaires pour assurer la couverture de l ensemble des

Plus en détail

Chapitre 3 : Item 73 Risques sanitaires liés à l eau et à l alimentation. Toxi-infections alimentaires

Chapitre 3 : Item 73 Risques sanitaires liés à l eau et à l alimentation. Toxi-infections alimentaires Chapitre 3 : Item 73 Risques sanitaires liés à l eau et à l alimentation. Toxi-infections alimentaires I. Principaux risques liés à la consommation d eau ou d aliments II. Circonstances diagnostiques et

Plus en détail

Informations conformément à l article 43 paragr. 1 de la loi sur la protection contre les infections (IfSG)

Informations conformément à l article 43 paragr. 1 de la loi sur la protection contre les infections (IfSG) Tampon des autorités sanitaires Informations conformément à l article 43 paragr. 1 de la loi sur la protection contre les infections (IfSG) Quelles personnes convient-il d informer? Conformément à l article

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 Diarrhée passagère de l adulte Diarrhée passagère de l adulte Ce qu il faut savoir La diarrhée se manifeste par une modification

Plus en détail

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: Les évolutions de la réglementation en matière de sécurité sanitaire des aliments «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat DDSV76 M Legrand

Plus en détail

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law»

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» Traçabilité Responsabilités R/CE 852/2004 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007. Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17

Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007. Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17 Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007 Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17 Source : Direction des ressources humaines, techniques et alimentaires

Plus en détail

SOMMAIRE. DISPOSITIONS RELATIVES À LA DÉCONGÉLATION - Extrait de Titre V, article 6, Annexe VI

SOMMAIRE. DISPOSITIONS RELATIVES À LA DÉCONGÉLATION - Extrait de Titre V, article 6, Annexe VI SOMMAIRE QUELQUES DEFINITIONS - Extrait Titre 1, article 2 DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX ETABLISSEMENTS DE RESTAURATION COLLECTIVE Y COMPRIS LES CUISINES CENTRALES - Extrait Titre V, article

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives. Nelson Lourenço - DES

Toxi-infections alimentaires collectives. Nelson Lourenço - DES Toxi-infections alimentaires collectives Nelson Lourenço - DES Définition d une TIAC «Survenue d au moins 2 cas groupés, d une symptomatologie similaire, en général digestive, dont on peut rapporter la

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES RECOMMANDATIONS DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES DES PRODUITS SURGELÉS ET CONGELÉS I. INTRODUCTION Le Règlement (CE) n 2073/2005 concernant

Plus en détail

Règles d hygiène dans la gastronomie collective

Règles d hygiène dans la gastronomie collective INFORMATIONS Règles d hygiène dans la gastronomie collective Chaque année, en Allemagne, on signale plus de 100 000 cas de maladies qui peuvent avoir été causées par la présence dans les aliments de micro-organismes,

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Notre assiette sous la loupe

Notre assiette sous la loupe Notre assiette sous la loupe Dr Patrick Edder - Chimiste cantonal Nathalie Maury Cheffe de secteur Microbiologie Journées de la Microbiologie le 19 septembre 2013 16.04.2014 - Page 1 Des bactéries dans

Plus en détail

Conduite à tenir devant une diarrhée au retour d un voyage

Conduite à tenir devant une diarrhée au retour d un voyage ACTUALITÉS THERAPEUTIQUES Samedi 3 décembre 2011 Dr. Briend-Godet Valérie Conduite à tenir devant une diarrhée au retour d un voyage Épidémiologie! Augmentation permanente des voyages sous les tropiques

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998 TRIBUNE LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998 En 1998, une enquête* a été menée auprès de 1000 jeunes seniors français pour connaître leurs habitudes alimentaires. Les résultats ont été

Plus en détail

EHPAD JEAN XXIII et Laurent Valzer (Acis France)

EHPAD JEAN XXIII et Laurent Valzer (Acis France) 1 EHPAD JEAN XXIII et Laurent Valzer (Acis France) EHPAD JEAN XXIII 115 résidents répartis sur 4 niveaux (RCH 1 2 3 ) EHPAD LAURENT VALZER 48 résidents Un accueil de jour 2 Intérêts de l atelier culinaire

Plus en détail

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004)

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004) Ordonnance du DFI sur les exigences d ordre hygiénique et microbiologique concernant les denrées alimentaires, les objets usuels, les locaux, les installations et le personnel 1 (Ordonnance sur l hygiène,

Plus en détail

Résultats des programmations Bactériologiques 2001

Résultats des programmations Bactériologiques 2001 INSPECTION GENERALE DES DENREES ALIMENTAIRES des programmations Bactériologiques 2001 1 TABLE DES MATIERES RESULTATS DE LA PROGRAMMATION BACTERIOLOGIQUE 2001 Introduction...3 Interprétation des critères

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Importance de l analyse des dangers Connaissance de l évolution des dangers au cours

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

REUNION ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS

REUNION ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS REUNION ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS Présentation du guide de bonnes pratiques d hygiène ( GBPH) de la restauration collective de plein air des accueils collectifs de mineurs. GBPH: Ce que c est? Un document

Plus en détail

Sécurité et hygiène alimentaire. que devez-vous faire? 2006, JohnsonDiversey)

Sécurité et hygiène alimentaire. que devez-vous faire? 2006, JohnsonDiversey) Sécurité et hygiène alimentaire que devez-vous faire? 1st August 2006 Welcome to HotSpots (Copyright 2006, JohnsonDiversey) 1 Que devez-vous faire? Contrôler la réception des marchandises contrôler la

Plus en détail

Agrément sanitaire pour les installations de compostage ou méthanisation de biodéchets de gros producteurs. 19 juin 2013

Agrément sanitaire pour les installations de compostage ou méthanisation de biodéchets de gros producteurs. 19 juin 2013 Agrément sanitaire pour les installations de compostage ou méthanisation de biodéchets de gros producteurs 19 juin 2013 Espace logos Plan Rappel principes réglementation SPA Application aux biodéchets

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE

EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE VAUCLUSE EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE SPECIALITE «Restauration» Mercredi 15 Janvier 2014 Epreuve : Epreuve écrite à

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 23 janvier 2013 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l étude initiale du projet de guide

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

Mesures minimales de biosécurité lors de la visite de fermes bovines

Mesures minimales de biosécurité lors de la visite de fermes bovines Mesures minimales de biosécurité lors de la visite de fermes bovines Par : Alain Fournier, agronome Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Direction générale des affaires régionales http://www.agr.gouv.qc.ca

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées constituent le problème de santé numéro 1 dans l élevage du jeune veau. D

Plus en détail

J en mange ou je le jette?

J en mange ou je le jette? J en mange ou je le jette? Comment incorporer la salubrité dans la sécurité alimentaire. Présenté par Caroline Plourde et Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document Votre guide

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

Mai 2001. Epidémie de. salmonellose. à Salmonella sérotype Typhimurium. dans des institutions. médico-sociales Alpes de Haute-Provence

Mai 2001. Epidémie de. salmonellose. à Salmonella sérotype Typhimurium. dans des institutions. médico-sociales Alpes de Haute-Provence Mai 2001 Epidémie de salmonellose à Salmonella sérotype Typhimurium dans des institutions médico-sociales Alpes de Haute-Provence Septembre 1999 - Janvier 2000 Epidémie de salmonellose à Salmonella sérotype

Plus en détail

Guide. mieux -restaurer. à l école. Sommaire. De la cantine au restaurant scolaire. Intro p 2 - DE LA CANTINE AU RESTAURANT D ENFANTS

Guide. mieux -restaurer. à l école. Sommaire. De la cantine au restaurant scolaire. Intro p 2 - DE LA CANTINE AU RESTAURANT D ENFANTS Guide du mieux -restaurer SE à l école Sommaire Intro p 2 - DE LA CANTINE AU RESTAURANT D ENFANTS Rappel p 3-5 - L ALIMENTATION DE L ENFANT À L ÉCOLE PRIMAIRE Information p 6 - LE BRUIT p 7 - L ÉCHELLE

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Définitions. L allergie alimentaire

Définitions. L allergie alimentaire Définitions L allergie alimentaire L allergie alimentaire est une réaction excessive, voir exagérée, de notre système immunitaire en présence d un aliment ou d un additif alimentaire, qui est normalement

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Prévention Santé Environnement

Diplôme National du Brevet Prévention Santé Environnement DANS CE CADRE Académie :.. Examen : Diplôme National du Brevet Série :.. Session : 2015 Épreuve/sous épreuve : Prévention Santé Environnement NOM :.. (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse)

Plus en détail

N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 février 2003. PROPOSITION DE LOI visant à réglementer l entretien

Plus en détail

Avant 4-5 ans, faites très attention au risque de fausse route avec les cacahuètes, noix, noisettes, amandes

Avant 4-5 ans, faites très attention au risque de fausse route avec les cacahuètes, noix, noisettes, amandes En reportant la valeur de l IMC sur la courbe de corpulence (voir p.49 et p.51), vous pouvez savoir si votre enfant présente un surpoids, ou si sa corpulence a tendance à augmenter trop rapidement. Votre

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

DIARRHEES: définition

DIARRHEES: définition DIARRHEES: définition CARACTERISTIQUES Poids Fréquence Consistance Durée > 200 g/j > 3x/j (n: 3x/sem-3x/j) liquides Aiguë: < 7-14 j Chronique: > 2-3 sem DIARRHEES: origines Infection (bactérie, virus,

Plus en détail

15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR

15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR La gestion des déchets Médicaux et Pharmaceutiques 15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR Généralités Activités de soins génèrent une quantité croissante de déchets Certains de ces déchets présentent un

Plus en détail

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999)

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Dans le cadre de la réévaluation du dispositif français de prévention à l égard

Plus en détail

Les combinaisons alimentaires

Les combinaisons alimentaires Les combinaisons alimentaires Il est important d associer correctement les aliments c est-à-dire d avoir une alimentation variée, d utiliser les bons aliments au quotidien afin que ceux-ci soient digérés

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

La gestion des stocks

La gestion des stocks Objectifs : gérer un stock en collectivité ou à la maison La gestion des stocks Compétences visées : recueillir les données, établir un bilan de la situation, organiser le travail, gérer les stocks. 1

Plus en détail

COMITÉ SCIENTIFIQUE DE L'AGENCE FÉDÉRALE POUR LA SÉCURITÉ DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE AVIS 53-2006

COMITÉ SCIENTIFIQUE DE L'AGENCE FÉDÉRALE POUR LA SÉCURITÉ DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE AVIS 53-2006 1/9 COMITÉ SCIENTIFIQUE DE L'AGENCE FÉDÉRALE POUR LA SÉCURITÉ DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE AVIS 53-2006 Objet : Evaluation scientifique du "Guide d'autocontrôle pour la production de produits laitiers fermiers"

Plus en détail

Intoxications alimentaires

Intoxications alimentaires Intoxications alimentaires N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique Un groupe de quatre amis se présente aux urgences de l hôpital dans un tableau de gastro entérite fait de diarrhées, vomissements et

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Zika. L'infection à virus. chez la femme enceinte. Introduction. Repères pour votre pratique

Zika. L'infection à virus. chez la femme enceinte. Introduction. Repères pour votre pratique Document destiné aux professionnels de santé - État des connaissances : 10 mars 2016 L'infection à virus Zika Repères pour votre pratique chez la femme enceinte Ce document remplace le "Repères pour votre

Plus en détail

S t t t a g e 1 OBJECTIFS PROGRAMME PUBLIC DUREE DATES. Nettoyage et désinfectiond. Le monde microbien. Lieux. règles d hygid PRIX ANIMATRICE

S t t t a g e 1 OBJECTIFS PROGRAMME PUBLIC DUREE DATES. Nettoyage et désinfectiond. Le monde microbien. Lieux. règles d hygid PRIX ANIMATRICE S t t t a g e 1 curité alimentaire Sécurit Stage 1 HACCP : «Je prépare pare mes repas» Personnel de restauration collective fabriquant les repas 1 jour Tout savoir sur les germes pathogènes Comprendre

Plus en détail

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos Avant-propos Les Cahiers Sécurité des Aliments du Centre d Information des Viandes (CIV) ont pour objet de rendre plus facilement accessible l ensemble des données techniques, réglementaires et scientifiques

Plus en détail

Challenge de mise en forme. Le nettoyage du corps

Challenge de mise en forme. Le nettoyage du corps Challenge de mise en forme Le nettoyage du corps Le nettoyage Chaque jour on prend une douche, mais il nous arrive très rarement de penser qu'il faut se purger aussi (nettoyer notre intestin). 6 Notre

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Table des matières. Reproduction interdite sans permission écrite

Table des matières. Reproduction interdite sans permission écrite Programme d accréditation des PRÉPOSÉS À LA MANIPULATION DES ALIMENTS 1 Révisé : Décembre 2004 Reproduction interdite sans permission écrite Table des matières Le Service de la santé et les mesures législatives

Plus en détail

Activités thérapeutiques culinaires au CHI de Clermont-de-l Oise

Activités thérapeutiques culinaires au CHI de Clermont-de-l Oise Activités thérapeutiques culinaires au CHI de Clermont-de-l Oise Centre de Jour Intersectoriel EOLE 18 septembre 2014 10 ème journée d automne Association des Hygiénistes de PICARDIE Le centre de jour

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS ANALYTIQUES EN MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS ANALYTIQUES EN MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE LIGNES DIRECTRICES POUR L'INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS ANALYTIQUES EN MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE Ce document a été réalisé par le Centre québécois d'inspection des aliments et de santé animale du ministère

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON Référence : PT/RES/015-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques lors du refroidissement rapide des aliments après cuisson. Mots clés : Cuisson / HACCP / Préparation chaude /

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli

Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli Qu est-ce qu une infection gastro-intestinale à E. coli? La bactérie Escherichia coli, plus communément appelée E. coli, fait référence à une bactérie

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Mis à jour le 3 avril 2009 Service Enfance/Jeunesse. Service Enfance/Jeunesse La Celle Saint-Cloud 01.30.78.10.36

Mis à jour le 3 avril 2009 Service Enfance/Jeunesse. Service Enfance/Jeunesse La Celle Saint-Cloud 01.30.78.10.36 Mis à jour le 3 avril 2009 Service Enfance/Jeunesse Service Enfance/Jeunesse La Celle Saint-Cloud 01.30.78.10.36 Le temps du repas est aujourd hui conçu comme un moment privilégié de la journée d un enfant.

Plus en détail

Sécurité alimentaire

Sécurité alimentaire Sécurité alimentaire Document élaboré par La Cuisine Éducative Mapleton 2011 CONSEILS ET RESSOURCES À L INTENTION DES MENTORS COMMUNAUTAIRES EN ALIMENTATION SALUBRITÉ ET INTOXICATION ALIMENTAIRE L approvisionnement

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CHARENTE

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CHARENTE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CHARENTE EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 e CLASSE Spécialité «Restauration» 2012 EPREUVE ECRITE Epreuve

Plus en détail

I Les annexes 1 et 2 de l ordonnance du 26 juin 1995 sur l hygiène 1 sont remplacées par les versions ci-jointes.

I Les annexes 1 et 2 de l ordonnance du 26 juin 1995 sur l hygiène 1 sont remplacées par les versions ci-jointes. Ordonnance du DFI sur les exigences d ordre hygiénique et microbiologique concernant les denrées alimentaires, les objets usuels, les locaux, les installations et le personnel (Ordonnance sur l hygiène,

Plus en détail

Les zoonoses en élevage

Les zoonoses en élevage Le saviez-vous Les sujets fragiles Les personnes dont les défenses naturelles sont affaiblies (maladies chroniques, greffes, certains traitements ), les femmes enceintes se trouvant au contact d animaux,

Plus en détail

La cysticercose Le tænia chez le bovin

La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose ou ladrerie bovine est une parasitose peu fréquente mais avec des conséquences économiques importantes. C est une zoonose : on parle de ver solitaire

Plus en détail

Pourquoi purifier? Chapitre 2

Pourquoi purifier? Chapitre 2 5 Chapitre 2 Pourquoi purifier? 2.1 MALADIES LIÉES AUX MOLLUSQUES BIVALVES... 6 2.2 QUELLES ESPÈCES NÉCESSITENT UNE PURIFICATION?... 10 2.3 EXIGENCES LÉGISLATIVES... 10 2.4 BIOSÉCURITÉ...13 Au niveau mondial,

Plus en détail