RAPPORT. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 1"

Transcription

1 EZA: Europäisches Zentrum für Arbeitnehmerfragen Rôle du dialogue social dans l impact du dialogue interculturel dans l éducation sur le développement professionnel et les conditions de travail du personnel de l éducation» EZA numéro de projet SE, organisé par CNV Onderwijs (Pays-Bas) février Hotel Bergse Bossen, Driebergen (Pays-Bas) RAPPORT L éducation en Europe fait face au défi d éduquer les jeunes au dialogue interculturel en dépit des frictions qui surgissent dans le contexte multiculturel. Le dialogue social existant peut et devrait contribuer à faire des écoles des espaces de dialogue et de tolérance. Dans ce dialogue le développement professionnel des enseignants est crucial. Les organisations syndicales de l éducation jouent un rôle dans la mise en œuvre du dialogue interculturel dans l éducation et dans les écoles et doivent donc l inclure dans le dialogue social avec les employeurs et les gouvernements. Les participants du séminaire ont été invités à partager leurs expériences nationales et personnelles avec leurs collègues d autres pays. Le sujet du séminaire est de susciter la prise de conscience de l implication du dialogue interculturel et interreligieux sur les systèmes éducatifs. Le séminaire est organisé par la CNV Onderwijs avec le soutien de EZA et de l Union Européenne. Evert W. de Jong, ancien Vice président de la CNV Onderwijs, a présidé le séminaire. 55 participants venus de 10 pays différents (France, Belgique, Pays Bas, Pologne, La Roumanie, Chypre, Grèce, Lituanie, Hongrie, Portugal et l Allemagne) ont participé au séminaire. Parmi eux 3 invités, 2 secrétaires et 4 interprètes. Différentes organisations européennes étaient représentées : l Union Européenne, l Internationale de l Education, le Comité Syndical Européen de l Education, et EZA. L orateur principal était le professeur Vermeulen de l université de Tilburg. Au cours de la visite à Marnix Academie, un institut de formation d enseignants à Utrecht, 25 étudiants (futurs enseignants) et 7 professeurs ont également participé activement aux débats. Francis Huisman, Secrétaire du Comité Relations International de la CNV Onderwijs, a introduit le programme du séminaire. L objectif du séminaire était d explorer le rôle du dialogue social dans l impact du dialogue interculturel sur les conditions d emploi et le développement professionnel des enseignants. Pour ce faire le séminaire a ciblé principalement trois domaines : Le dialogue social au niveau national et européen, Les écoles comme espaces de dialogue Les compétences interculturelles et le développement professionnel des Enseignants. Un mix d experts internationaux (Laura Cassio EU, Huber Josef Coe), académiciens (Prof. M. Vermeulen) et d experts du terrain (Myrjam Lieskamp CNV Onderwijs, Rudy Van Renterghem, Gaston De la Haye) a contribué à l équilibre entre la théorie et la pratique. La méthode participative ainsi que la visite de travail à la Marnix Academie ont renforcé le lien nécessaire entre le séminaire et la réalité plurielle des participants et du vécu scolaire Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 1

2 Jeudi, 10 février Ouverture et bienvenue Mr Michel Rog, Président du syndicat néerlandais de l éducation CNV Onderwijs, a ouvert le séminaire en accueillant chaleureusement tous les participants venus de 10 pays différents. Malgré les nombreuses différences il remarque de nombreuses similitudes. Il souligne les développements de par le monde tel que la crise économique et les flux migratoires partout dans le monde. Depuis le 9/11 il faut remarquer que dans les pays occidentaux les Musulmans sont souvent mis en situation difficile. D une part il y a les actions des individuels et groupes extrémistes et d autre part les préjudices. Au Pays Bas, après deux meurtres politique, nous vivons un débat controversé sur le multiculturalisme dans la société. Selon la Loi sur l Education Primaire aux Pays Bas nous devons enseigner les «mouvements religieux» dans la société néerlandaise multiculturelle en vue de traiter avec respect l opinion de l autre. Référence est faite au sérieux problème des politiciens qui d habitude expriment des souhaits mais ne donnent pas assez d espace et de facilités pour la mise en œuvre de ces idées. Mr Rog termine en souhaitant au séminaire un travail inspirant et fructueux. Mr. Bartho Pronk, le président d EZA nouvellement élu, souhaite la bienvenue aux participants et donne un aperçu sur les activités de EZA en Europe. Il souligne que le thème de ce séminaire gagnera en importance dans les prochaines années. Il remarque que l Europe est à la croisée des chemins de la multiculturalité. Il ne s agit pas seulement de l aspect socio économique, mais aussi des perspectives socioculturelles. La diversité croissante des attitudes électorales est très lointaine des anciens modèles. Nous constatons l accroissement des sujets nationaux (nationalistes). Dès lors trouver l équilibre entre les différents points de vue multiculturels est une tâche importante. Mrs. Laura Cassio, du Directorat Général pour l Education et la Culture de la Commission Européenne, présente un aperçu de la politique de l UE en matière de dialogue interculturel en éducation. Elle mentionne deux séries de thèmes complexes dans l éducation des migrants. D une part les aspects structurels: la ségrégation, les langues et l équité en éducation. Et d autre part l aspect relationnel : l éducation interculturelle. Nous devons les aborder ensemble. Dans le Livre Vert de l UE (2008) il est mis largement l accent sur la première et seconde génération de migrants tant des pays européens que des pays du tiers monde et la combinaison des aspects linguistiques et culturels. Les pauvres résultats posent un problème pour le futur des migrants et un défi pour la société et les systèmes d éducation. Ils minent la cohésion sociale et reconduisent l exclusion. Pour les systèmes d éducation c est un véritable défi de faire face à la diversité des langues, des cultures, des résultats scolaires et également à la ségrégation. Le problème vient aussi du fait que la notion de dialogue interculturel a différentes connotations. Mais il y a trois caractéristiques principales : 1. La collaboration concrète et personnelle entre les élèves, les méthodes d enseignement (en mettant l accent sur les méthodes d apprentissage collaboratives) entre l école et l environnement. 2. Rétablir l éthique et le respect dans l école. Apprendre pour le bien être est une bonne initiation. Du point de vue «qualité pour tous» les écoles et les enseignants sont importants pour prévenir la ségrégation. 3. La connaissance comme prise de conscience culturelle pour empêcher les stéréotypes culturels. Les analyses des arts et des cultures mondiaux peuvent servir d exemple et de matériel d apprentissage. Aujourd hui l UE met l accent sur le programme Education et Formation 2020, l étude des résultats des enfants de nouveaux migrants, la mise en place d un réseau d experts, l usage de la Méthode Ouverte de Coordination dans le domaine de la Culture et l utilisation ciblée d autres programmes. Orateur principal Prof. Marc Vermeulen, de l université de Tilburg et Directeur de IVA, fait référence au concept «Pensée Inclusive» (Feitse Boerwinkel; 1967), à l ouvrage Bowling Alone de Putnam et au livre Liberty, Equality and Loneliness de Geert Hofstede. Nous avons appris beaucoup sur la liberté et l égalité, mais rien sur la fraternité, ce qui engendre la solitude. En janvier 2011 un nouveau livre de Putman a été publié «Still bowling alone». L orateur démontre la tension entre l individualisme et la socialisation. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 2

3 Les écoles produisent une valeur publique ce qui soulève la question: qu est ce qu un bien public? Qui domine le débat public dans la société et dans les écoles et comment pense t on : de façon inclusive ou exclusive? L application de ceci en éducation et les choix des écoles peuvent être visualisés dans le tableau suivant : Pensée inclusive Pensée exclusive Socialisation/enculturation interculturel Curriculum Aspects nationaux Qualifications Ouvert, changeable & dynamique Petit, protectif et stable Sélection/allocation Égalité des chances Basé sur meilleur, le plus brillant Les Enseignants sont des professionnels de première ligne dans les organisations publiques au niveau de base. Cela signifie qu ils sont confrontés chaque jour aux politiques publiques, aux parents/élèves, aux collègues et à la direction de l école. Ils doivent constamment faire face à la pensée inclusive et/ou exclusive. Le professeur Vermeulen introduit quatre logiques en concurrence.chaque décision entraîne des changements dans d autres domaines. Si un élément change, il affecte tout le système. De petites erreurs peuvent mener à des questions et problèmes importants. La profession enseignante demande un équilibre entre l engagement et la compétence, également en ce qui concerne le dialogue interculturel. L orateur montre l image de l iceberg avec un petit sommet visible et la plus grande partie sous l eau et invisible. Au sommet du modèle de l iceberg il y a les compétences, la Positive input of unions in bridging the con flicting logics? Institution al log ic Situation al log ics Teaching in the fro nt lin e connaissance et les méga compétences intermédiaires. Sous l eau il y a les attitudes, les valeurs, les normes morales et éthiques et à la base l'auto concept, la motivation, les pulsions, les convictions et l engagement. Il conclut qu il est/semble facile de changer le sommet de l iceberg, mais la partie la plus importante dans un processus de changement est à l intérieur des individus, dans la partie inférieure du modèle et qu il n est pas facile de changer. La pensée inclusive est donc difficile. Il suggère quelques questions inconfortables: Les enseignants sont ils des supermen? Enseigner= une vocation ou une profession? Instrumental logics C u ltu ral log ics Un enseignant peut il être membre d un parti politique avec des idées racistes/exclusives? Les organisations syndicales protègent elles les adhérents ou sont elles aussi ouvertes aux autres? Les organisations syndicales ont elles une position concernant les écoles «noires» et «blanches»? Les organisations syndicales peuvent elles jeter des ponts ente les différentes logiques? Prof. Vermeulen conclut par une référence au livre The Open Society and its Immigrants (2010), du sociologue néerlandais Paul Scheffer, vraiment très pertinent pour le thème du séminaire. Dans les cinq groups de travail non seulement les questions inconfortables du professeur Vermeulen sont abordées. Respect, tolérance, acceptation et pensée inclusive sont la base du dialogue interculturel spécialement au niveau de l école. Chaque groupe est invité à réfléchir sur un jeu de questions sur les écoles comme espace de dialogue, y compris le dialogue social et la gouvernance démocratique. Mention est faite des bonnes pratiques à Chypres. Les deux parties du pays commencent à se rapprocher. Dans une responsabilité collective ils commencent la réécriture de leur histoire. La variété des situations et des exemples dans les différents pays est traitée. Les groupes trouvent qu il est difficile de répondre aux questions parce que les idées en général sont bonnes mais la mise en pratique est difficile. Dans certains pays le multiculturalisme n est pas en débat en éducation. Dans d autres pays il y a des mesures légales et des facilités particulières contre la discrimination. Même là le dialogue interculturel n est pas toujours une réussite. Il faut des politiciens, des directions d écoles et des enseignants qui savent comment motiver. Dans différents pays il y a des écoles à ségrégation. Le contexte socioéconomique, ethnique et socioculturel des élèves et des parents sont les raisons principales des problèmes liés à l intégration. Quelques participants remarquent que le roles des organisations syndicales est modeste et que la question n a pas priorité dans le travail quotidien. L éducation interculturelle doit être un élément important dedans la formation des Enseignants et pour devenir vraiment effective elle doit être dans le cœur des enseignants. (Tops, 2007) Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 3

4 Vendredi, 11 février 2011 Le dialogue social au niveau national Les participants ont reçu un questionnaire demandant de décrire et d évaluer le dialogue social et ses possibles liens avec et impact sur le dialogue interculturel. Du questionnaire il ressort que tandis que le dialogue social repose sur une base légale dans tous les pays, la pratique est très peu satisfaisante. Dans tous les pays le dialogue interculturel ne fait pas explicitement partie du dialogue social mais il est couvert indirectement dans la plupart des cas. Après la présentation des résultats du questionnaire par M. Lieskamp et G. De la Haye, le débat est engagé autour de l échange de bonnes pratiques et sur deux questions: Quels efforts positifs les organisations syndicales pourraient elles entreprendre pour jeter des ponts entre les logiques mentionnées par le prof. Vermeulen? Le dialogue interculturel peut il entrer dans les négociations avec employeurs et gouvernements? Certains ont proposé de développer dans l éducation la prise de conscience des enseignants sur l éthique professionnelle, les valeurs et les droits de l homme. La personnalité de l enseignant est plus importante que ses compétences. Dans le curriculum les enseignants doivent apprendre comme prendre des décisions au niveau de l école et dans le contexte scolaire. Les syndicats peuvent intervenir pour l introduire dans les instituts d éducation des enseignants. Ce qui est nécessaire c est de changer le modèle mental des parents, des enseignants et des étudiants en ce qui concerne le respect, la tolérance, l acceptation mutuelle et la pensée inclusive. Les syndicats doivent insister pour créer l espace et les conditions de travail pour rendre possible le dialogue interculturel dans l école à trois niveaux : directeurs d écoles, enseignants et élèves/parents. Le Programme Pestalozzi Mr Josef Huber, Directeur du Programme Pestalozzi du Conseil de l Europe (CdE) présente les activités de développement professionnel proposées aux professionnels de l éducation. Il indique que les organisations syndicales sont des partenaires naturels du CdE depuis de nombreuses années. Depuis 1949 le CdE est fortement impliqué dans le développement de la démocratie, les droits de l homme et l état de droit. Il présente le Programme Pestalozzi et les opportunités de développement des capacités pour les Enseignants dans 50 pays. L Education doit jouer un rôle important dans le développement de sociétés démocratiques durables. L éducation est plus focalisée sur les savoirs et les compétences que sur les attitudes alors que cela devrait être l inverse. Les enseignants ne sont plus la seule source du savoir et d apprentissage pour les élèves. Ils doivent enseigner aujourd hui comment vivre ensemble dans une société multiculturelle. L éducation interculturelle c est apprendre à vivre ensemble dans la diversité. Cela signifie : Développement des capacités de compréhension mutuelle est au cœur de l éducation L éducation interculturelle n est pas un écran de fumée pour masquer l injustice sociale Apprendre à traiter la multiple identité et multiple appartenance Considérer la culture comme un processus actif de changement Considérer les individus comme acteurs de ce changement L éducation interculturelle n est pas a propos des autres, mais avant tout pour nous même. Pour terminer Mr Huber introduit un nouveau réseau social ouvert de professionnels de l éducation : Le Programme Pestalozzi. GRH dans l école en relation avec le dialogue interculturel Mrs Myriam Lieskamp, senior officier CNV Onderwijs, présente la question: De quelles écoles auront nous besoin au 21 ième siècle? Faisant référence aux documents de l UE et différentes études elle retient trois principes pour les compétences interculturelles dans la société : concerne tous les habitants, couvre les différences culturelles et économiques et requiert des attitudes particulières, motivation et des compétences spécifiques. Elle focalise sur la nécessité des compétences suivantes pour un enseignants : compétences interpersonnelles, compétences pédagogiques, compétences de contenu et méthodologiques, compétences Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 4

5 organisationnelles, compétences de collaboration avec les collègues et avec l environnement scolaire, compétences de réflexion et de développement et compétences de dialogue interculturel. Au Pays Bas les syndicats sont impliqués dans le développement de ces compétences et la certification des enseignants tous les cinq ans. Les enseignants disposent de 160 heures par an pour des activités de formation professionnelles, payées par les employeurs (et gouvernement) et établies dans la convention collective de travail au sein du dialogue social. Pour l implémentation du dialogue interculturel dans les écoles il faut des directions d écoles compétentes et motivées, une bonne gestion qui applique la gestion des ressources humaines au service des enseignants. La responsabilité de la gestion scolaire et de la direction est indéniable dans le développement de la qualité, des relations avec les partenaires, des stratégies de ressources humaines basées sur l accompagnement et la motivation facilitant la diversité. Visite à la Marnix Académie à Utrecht Les participants au séminaire ont visité l institut d éducation des enseignants, Marnix Académie à Utrecht, pour y avoir quelques rencontres intéressantes avec la direction de l institut, les enseignants et les étudiants. La Marnix Académie a une profonde identité pédagogique. Le fondement philosophique de Levinas a été traduit par Marnix Académie dans une vision de la profession enseignante. Au centre de la pensée de Levinas est l orientation fondamentale vers l autre. Ce qui est très pertinent pour le dialogue interculturel dans les écoles et la société. La visite et les débats avec les étudiants et enseignants ont laissé une forte impression sur les participants du séminaire. Gerben de Vries, professeur à l'marnix, au cours de la séance d'évaluation après la visite. Les résultats de ces débats se retrouvent au cours du séminaire au travers de nombreuse déclarations: Traiter la personne comme personne, non pas comme homme/femme, membre d une culture, d une minorité. Focaliser sur l individu ; l enseignants doit bien sûr avoir assez de temps, facilités pour cela. Le droit à la différence est très important. Être différent est ce être que l on est. Dans une même culture il y a de nombreuses différences. Ainsi on ne peur rencontrer des cultures, mais bien des personnes de différents contextes culturels. Dans les classes il n y a pas que l enfant qui compte, mais aussi les parents. L école doit s assurer que les parent savent et comprennent ce qui se passe en classe. Diversité est en général abordée en termes de problèmes et non en termes d opportunités et défis. Si l enseignant porte intérêt à la différence culturelle, les élèves apprendront par lui/elle. L enseignant doit avoir conscience de sa propre identité et culture. Il/Elle doit aussi développer intuition, flexibilité, improvisation Les étudiants demandent plus de temps pour développer les capacités individuelles et leur personnalité au cours de la formation des Enseignants. Cela serait la meilleure préparation à leur futur travail dans une école multiculturelle. Il faut que parents et enfants apprennent à traiter changements et chances pour survivre dans la société. Dans la Marnix Académie les étudiants peuvent être eux mêmes, chacun connaît l autre et cela est positif pour le développement des savoirs et des compétences nécessaires dans une école multiculturelle. Ils veulent disposer de plus de pratique dans les écoles multiculturelles pour atteindre un meilleur équilibre entre théorie et pratique. Dans la Marnix Académie cette nouvelle compétence s appelle «action inspirante et normative». Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 5

6 Sessions de groupes de travail à la Marnix Académie Samedi, 12 février 2011 Dialogue Social Sectoriel Européen dans l Education (DSSEE) Mr. Rudy van Renterghem, Secrétaire Général Adjoint COC(Belgique) et membre du DSSEE, donne un aperçu des développements et perspectives du dialogue social dans le secteur de l éducation en Europe. Il remarque que le dialogue social est un component vital pour achever les objectifs de «qualité pour tous». Les enseignants sont des acteurs clés responsable de l application des réformes éducatives. L orateur fait référence à quatre Conventions du BIT : La Liberté d Association et la Protection du droit de s organiser. Convention 1948 (No 87) Le Droit de s Organiser et au Négociations Collectives. Convention 1949 (No 98) Les Relations de Travail (Services Publics). Convention 1978 (No 151) et La Négociation Collective. Convention 1981 (No 154). L orateur esquisse le climat du dialogue social dans différents pays. En Europe le dialogue social fait partie du modèle social Européen et est un des quatre piliers de la politique sociale européenne en général, avec la législation sociale, la méthode ouverte de coordination et le Fonds Social Européen(FSE). Le Traité de Lisbonne précise clairement dans l article 152 que : «L Union reconnaît et promeut le rôle des partenaires sociaux à son niveau, prenant en compte la diversité des systèmes nationaux. Elle facilitera le dialogue entre les partenaires sociaux dans le respect de leur autonomie». Le Décision de la Commission du 20 Mai 1998 pose la règle pour l établissement, la représentativité et les procédures de travail des comités sectoriels, conçus comme organes centraux de consultation, d initiatives conjointes et de négociations. Le Dialogue Social Européen prend deux formes majeures : un dialogue tripartite impliquant les autorités publiques et un dialogue bipartite entre les employeurs Européens et les organisations syndicales. La Commission a lancé le DSSEE en Juin 2010, Dialogue Social Sectoriel dans l Education, avec l intention que les enseignants, formateurs, professeurs et les autorités éducatives de par l Europe puissent aborder les défis auxquels le secteur de l éducation fait face. Ce nouveau comité rassemble le Comité Syndical Européen de l Education (CSEE) et la Fédération Européenne des Employeurs de l Education (FEEE). Le programme de travail du DSSEE cible les thèmes suivants dans deux groupes de travail : «Qualité dans l Education» et «Défis Démographiques». Le DSSEE développe également deux déclarations sur le document UE «Enseignement et Formation, Objectifs 2020». L une est la déclaration conjointe sur les investissements futurs et la second sont les lignes directrices conjointes sur l Apprentissage Tout au Long de la Vie. On s attend à ce que le DSSEE produise d autres déclarations ainsi que des outils communs pour renforcer l approche européenne en éducation. La voie à suivre Mr. Gaston De la Haye, Conseiller principal à le SG du CSEE, formule quelques résultats essentiels du séminaire et fait quelques remarques sur les perspectives. Il mentionne avec grande appréciation les interventions de Marc Vermeulen, Josef Huber, Myriam Lieskamp et Rudy van Renterghem et les résultats des groups de travail. Il dresse le résumé suivant des conclusions des différents groupes de travail: Le droit à la différence est la base du dialogue interculturel. Être différent c est être ce que vous êtes. Il faut donc se rendre compte qu il y a des différences personnelles et culturelles dans chaque culture. Dans les relations humaines on rencontre toujours des personnes avec leur identité propre. Pour réussir il faut toujours respect, acceptation mutuelle et la pensée inclusive. Le débat sur le dialogue culturel entre les membres des syndicats doit être commencé ou consolidé et être intégré dans toutes les activités syndicales. Ceci stimulera la pensée inclusive nécessaire au dialogue interculturel qui contribue à la réalisation de sociétés démocratiques durables pour les anciens et nouveaux habitants. Il y a engagement à mettre le dialogue interculturel sur l agenda des négociations dans le dialogue social avec les comités directeurs des écoles et les gouvernements. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 6

7 Les syndicats doivent jouer leur rôle pour négocier plus d espace et de facilités pour apprendre à vivre ensemble dans les écoles multiculturelles actuelles. Ceci signifie également que les syndicats fassent campagne la diversité interculturelle et sociale comme une des issues importante dans le programme de formation des enseignants et l apprentissage à vie pour que les enseignants acquièrent les compétences pour le dialogue interculturel dans les écoles. Les participants souscrivent la déclaration du CSEE que si le dialogue interculturel veut réussir dans les écoles il est nécessaire de l initier avec les trois partenaires, direction, Enseignants et élèves/parents. Ces résultats démontrent le besoin de politiques à long termes et un débat permanent autour des conclusions. Dans certains pays la discussion doit encore commencer et dans la plupart de pays les syndicats doivent encore accomplir beaucoup de travail sur l implémentation du dialogue interculturel dans l éducation et dans les écoles, mais également de le mettre et de le garder sur l agenda du dialogue social national, régional et local. Apparemment il serait utile d organiser un autre séminaire sur le sujet, pour partager les expériences dans les différents pays et en Europe. Peut être que l un (ou certains) syndicats présents peuvent prendre le relai et assumer la tâche que la CNV Onderwijs a remplie avec le soutien de EZA et de l Union Européenne. Remarques de clôture Mrs Roswitha Gottbehüt, Secrétaire Générale de EZA, souligne les remarques que Gaston De la Haye vient de présenter. Elle mentionne la situation politique dans les différents pays entraine la marginalisation du dialogue interculturel du fait de la crise économique et où la société interculturelle est présentée comme un échec. Le point faible des politiques est la courte période de quatre ans pendant laquelle les politiciens sont élus. Cela signifie qu il n y a pas de continuité dans la discussion ni en matière de contenu de l éducation, ni sur les thèmes multiculturel de la société. Chaque année EZA depend du soutien l UE pour ses activités. Mais EZA s efforce de soutenir les syndicats d enseignants par l organisation de séminaire comme celui que nous clôturons aujourd hui. C est un séminaire de haute qualité, non seulement par les présentations mais aussi dans les groupes de travail ce qui est également un compliment pour les organisateurs. Elle exprime sa grande satisfaction que certaines organisations veulent continuer le travail de ce séminaire. Mr Cees Kuiper, Secrétaire Général CNV Onderwijs, clôture le séminaire et souligne les nombreuses expériences enrichissantes de ces derniers jours. Il rappelle que pour la CNV Onderwijs la décision d organiser ce séminaire n a pas été facile. Non seulement le choix du thème : multiculturalité dans la société et l éducation, mais aussi les éventuelles implications financières étaient considérées comme un obstacle. Au cours des cinq dernières années la CNV Onderwijs a développé une politique et stratégie sur le sujet de la diversité. CNV Onderwijs avait différents Groupes de travail pour les minorités ethniques et culturelles, les femmes, les jeunes, les homosexuels et lesbiennes et les enseignants dans d autres circonstances. Chacun essayait séparément de résoudre ses problèmes particuliers. Aujourd hui tous ces groupes sont réunis dans une seule Commission Diversité au sein de notre syndicat ce qui place activement le thème de la diversité sur l agenda à tous les niveaux du syndicat, dans la Conférence Générale, mais aussi dans les séminaires et autres activités des différents secteurs de l éducation. Ainsi la signification et l importance de la diversité est devenue omniprésente dans le syndicat. Ce développement nous a mieux permis de relever le défi de la préparation de ce séminaire. Au sein de la CNV Onderwijs nous avons appris a être conscient de la diversité des cultures dans lesquelles nous vivons et nous sommes mieux à l écoute des difficultés de nos affiliés dans les classes. Cees Kuiper remercie les organisateurs de ce séminaire; ils ont fait un travail remarquable dans le choix des intervenants de qualité et dans la formulation des questions pour les groupes de travail. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 7

8 Il ne doute pas qu à la fin du séminaire les participants vont intégrer cette expérience dans leurs propres syndicats. En restant partenaires nous serons capables de donner une impulsion nouvelle au dialogue interculturel dans l éducation et la société. Il clôture le séminaire et souhaite à tous bon retour à la maison. Comme Évaluation nous pouvons dire que le séminaire, en programmation et contenus, se rapproche très fort des trois objectifs avancés. Programme: Le dialogue social au niveau national et Européen a été abordé et le lien avec le dialogue interculturel a été exploré dans deux sessions. L école comme espace de dialogue et le rôle du dialogue social au niveau des écoles, le rôle de l école dans la société, l importance de la gestion participative et démocratique et la direction des écoles ont été abordés dans trois sessions. L éducation interculturelle (EIC) et le développement professionnel étaient transversal et mis en évidence par la présentation du Livre Vert de l UE sur les migrations, la contribution du professeur Vermeulen, le Programme Pestalozzi du Conseil de l Europe et en particulier dans le dialogue avec les étudiants et enseignants au cours de la visite à la Marnix Académie. Contenus: 1. Rôle des organisations syndicales(os) et du dialogue social(ds). a. DS au niveau des écoles est crucial mais les pratiques de DS laissent à désirer. Le dialogue interculturel ne fait pas partie explicite du DS mais il est intégré dans les négociations sur les conditions de travail et de développement professionnel. b. L UE devrait honorer le DS comme une valeur scellée dans le Traités et la Constitution de l UE, mais la pratique du DS est déficiente. Les OS doivent se profiler comme modèle en matière de diversité. 2. Rôle des Enseignants et des écoles a. Les écoles doivent être des espaces de dialogue/ avec l autre. En cela le rôle des directions et des gestionnaires dans les relations avec les partenaires et la communauté est essentiel. b. Les Enseignants sont acteurs de première ligne et des constructeurs de pont, des professionnels qui ont besoin de développement professionnel tout au long de la vie. Les instituts de formation d enseignants ont une position pivot. 3. Dialogue Interculturel a. Apprendre comme traiter la diversité et les identités multiples est la seule voie vers l avant dans les sociétés multiculturelles. Mais la diversité est omniprésente et universelle et n est le seul résultat des migrations. b. Aujourd hui il faut plus d attitudes et moins de déclarations et le rôle de l éducation et des enseignants est plus que jamais crucial. A la fin du séminaire un communiqué de presse a été diffusé par la CNV Onderwijs et Schooljournaal, le magazine de la CNV Onderwijs, a publié un article. Les documents, portefeuille de lecture et rapports sont accessible sur le site web de la CNV Onderwijs. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 8

9 Secrétariat du séminaire Groupe de Projet Rapporteurs Irène Bekkers Evert W. De Jong Jan Telleman Gusta Bakker Francis Huisman Herman Brinkhoff Gaston De la Haye Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 9

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

newsletter 88 sommaire ÉDITORIAL Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne

newsletter 88 sommaire ÉDITORIAL Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne newsletter 88 2015 JUILLET - SEPTEMBRE sommaire Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne La CEC et la crise des migrants Nos membres 1 2 3 4 5 ÉDITORIAL Les

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010 SANTE MENTALE EUROPE Boulevard Clovis 7, B-1000 Bruxelles Tél.:+ 32 2 280 04 68 Fax: + 32 2 280 16 04 Email : info@mhe-sme.org Site web: http://www.mhe-sme.org SANTE MENTALE EUROPE BULLETIN N 3 /2010 MARS

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Stage au Centre du Droit de l Environnement de l Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Période : d avril à septembre 2009

Stage au Centre du Droit de l Environnement de l Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Période : d avril à septembre 2009 Stage au Centre du Droit de l Environnement de l Union Internationale pour la Conservation de la Nature Période : d avril à septembre 2009 Stagiaire: Mira-Bai SIMON MUCIÑO Master II Gestion de l Environnement

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

FORMATIONS INDIVIDUELLES Année scolaire 2015-2016

FORMATIONS INDIVIDUELLES Année scolaire 2015-2016 FORMATIONS INDIVIDUELLES Année scolaire 2015-2016 «Jouer, c est Magique» Association Suisse Québec Échanges Pédagogiques Adresse : 1, rue de la Tambourine 1227 Carouge www.asqepe.org Jouer, c est magique

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Service de la scolarité D.E.G Albi

Service de la scolarité D.E.G Albi Service de la scolarité D.E.G Albi Diplôme d Etablissement DROIT SOCIAL INTERNATIONAL Responsable pédagogique : Philippe DELVIT, Professeur des Universités, Chargé de mission Afrique philippe.delvit@univ-jfc.fr

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

MEET, LEARN, EXPERIENCE

MEET, LEARN, EXPERIENCE MEET, LEARN, EXPERIENCE Le dynamisme symbolise notre capacité à entreprendre avec passion et énergie Il s agit donc d un ressort essentiel dans notre monde en constante mutation. Cette aptitude nous permet

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Droits fondamentaux versus marché intérieur? Préface de Vladimir Špidla Une contribution au débat communautaire Editions Bruylant, Bruxelles, novembre

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Portfolio numérique. Une expérimentation en Techniques juridiques. Journée pédagogique du 15 janvier 2015 Sophie Crevier

Portfolio numérique. Une expérimentation en Techniques juridiques. Journée pédagogique du 15 janvier 2015 Sophie Crevier Portfolio numérique Une expérimentation en Techniques juridiques Journée pédagogique du 15 janvier 2015 Sophie Crevier Portfolio numérique O Origine du projet: croisement entre des O O O O O constats et

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION F R

RAPPORT DE FORMATION F R CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION GESTION DU PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Du 26 au 28 mai 2008 RAPPORT DE FORMATION F R O # 2 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI L ANIMH a poursuivi les activités

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations

Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations INTEGRATION DES PRIMO- ARRIVANTS QUELLE RÔLE POUR LES ENTREPRISES ET LA RSE Conférence Fondation pour la Solidarité - 9 Décembre 2010 Pascale Charhon, IRFAM L Institut de Recherche, Formation et Action

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Mise en valeur des ressources humaines et formation

Mise en valeur des ressources humaines et formation Conférence internationale du Travail 92 e session 2004 Rapport IV (1) Mise en valeur des ressources humaines et formation Quatrième question à l ordre du jour Bureau international du Travail Genève ISBN

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

De la formation continue à la formation tout au long de la vie

De la formation continue à la formation tout au long de la vie De la formation continue à la formation tout au long de la vie Enjeux et débats pour les universités en Europe Michel Feutrie Président de EUCEN Une grande confusion dans les termes utilisés Sous le terme

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail