RAPPORT. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 1"

Transcription

1 EZA: Europäisches Zentrum für Arbeitnehmerfragen Rôle du dialogue social dans l impact du dialogue interculturel dans l éducation sur le développement professionnel et les conditions de travail du personnel de l éducation» EZA numéro de projet SE, organisé par CNV Onderwijs (Pays-Bas) février Hotel Bergse Bossen, Driebergen (Pays-Bas) RAPPORT L éducation en Europe fait face au défi d éduquer les jeunes au dialogue interculturel en dépit des frictions qui surgissent dans le contexte multiculturel. Le dialogue social existant peut et devrait contribuer à faire des écoles des espaces de dialogue et de tolérance. Dans ce dialogue le développement professionnel des enseignants est crucial. Les organisations syndicales de l éducation jouent un rôle dans la mise en œuvre du dialogue interculturel dans l éducation et dans les écoles et doivent donc l inclure dans le dialogue social avec les employeurs et les gouvernements. Les participants du séminaire ont été invités à partager leurs expériences nationales et personnelles avec leurs collègues d autres pays. Le sujet du séminaire est de susciter la prise de conscience de l implication du dialogue interculturel et interreligieux sur les systèmes éducatifs. Le séminaire est organisé par la CNV Onderwijs avec le soutien de EZA et de l Union Européenne. Evert W. de Jong, ancien Vice président de la CNV Onderwijs, a présidé le séminaire. 55 participants venus de 10 pays différents (France, Belgique, Pays Bas, Pologne, La Roumanie, Chypre, Grèce, Lituanie, Hongrie, Portugal et l Allemagne) ont participé au séminaire. Parmi eux 3 invités, 2 secrétaires et 4 interprètes. Différentes organisations européennes étaient représentées : l Union Européenne, l Internationale de l Education, le Comité Syndical Européen de l Education, et EZA. L orateur principal était le professeur Vermeulen de l université de Tilburg. Au cours de la visite à Marnix Academie, un institut de formation d enseignants à Utrecht, 25 étudiants (futurs enseignants) et 7 professeurs ont également participé activement aux débats. Francis Huisman, Secrétaire du Comité Relations International de la CNV Onderwijs, a introduit le programme du séminaire. L objectif du séminaire était d explorer le rôle du dialogue social dans l impact du dialogue interculturel sur les conditions d emploi et le développement professionnel des enseignants. Pour ce faire le séminaire a ciblé principalement trois domaines : Le dialogue social au niveau national et européen, Les écoles comme espaces de dialogue Les compétences interculturelles et le développement professionnel des Enseignants. Un mix d experts internationaux (Laura Cassio EU, Huber Josef Coe), académiciens (Prof. M. Vermeulen) et d experts du terrain (Myrjam Lieskamp CNV Onderwijs, Rudy Van Renterghem, Gaston De la Haye) a contribué à l équilibre entre la théorie et la pratique. La méthode participative ainsi que la visite de travail à la Marnix Academie ont renforcé le lien nécessaire entre le séminaire et la réalité plurielle des participants et du vécu scolaire Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 1

2 Jeudi, 10 février Ouverture et bienvenue Mr Michel Rog, Président du syndicat néerlandais de l éducation CNV Onderwijs, a ouvert le séminaire en accueillant chaleureusement tous les participants venus de 10 pays différents. Malgré les nombreuses différences il remarque de nombreuses similitudes. Il souligne les développements de par le monde tel que la crise économique et les flux migratoires partout dans le monde. Depuis le 9/11 il faut remarquer que dans les pays occidentaux les Musulmans sont souvent mis en situation difficile. D une part il y a les actions des individuels et groupes extrémistes et d autre part les préjudices. Au Pays Bas, après deux meurtres politique, nous vivons un débat controversé sur le multiculturalisme dans la société. Selon la Loi sur l Education Primaire aux Pays Bas nous devons enseigner les «mouvements religieux» dans la société néerlandaise multiculturelle en vue de traiter avec respect l opinion de l autre. Référence est faite au sérieux problème des politiciens qui d habitude expriment des souhaits mais ne donnent pas assez d espace et de facilités pour la mise en œuvre de ces idées. Mr Rog termine en souhaitant au séminaire un travail inspirant et fructueux. Mr. Bartho Pronk, le président d EZA nouvellement élu, souhaite la bienvenue aux participants et donne un aperçu sur les activités de EZA en Europe. Il souligne que le thème de ce séminaire gagnera en importance dans les prochaines années. Il remarque que l Europe est à la croisée des chemins de la multiculturalité. Il ne s agit pas seulement de l aspect socio économique, mais aussi des perspectives socioculturelles. La diversité croissante des attitudes électorales est très lointaine des anciens modèles. Nous constatons l accroissement des sujets nationaux (nationalistes). Dès lors trouver l équilibre entre les différents points de vue multiculturels est une tâche importante. Mrs. Laura Cassio, du Directorat Général pour l Education et la Culture de la Commission Européenne, présente un aperçu de la politique de l UE en matière de dialogue interculturel en éducation. Elle mentionne deux séries de thèmes complexes dans l éducation des migrants. D une part les aspects structurels: la ségrégation, les langues et l équité en éducation. Et d autre part l aspect relationnel : l éducation interculturelle. Nous devons les aborder ensemble. Dans le Livre Vert de l UE (2008) il est mis largement l accent sur la première et seconde génération de migrants tant des pays européens que des pays du tiers monde et la combinaison des aspects linguistiques et culturels. Les pauvres résultats posent un problème pour le futur des migrants et un défi pour la société et les systèmes d éducation. Ils minent la cohésion sociale et reconduisent l exclusion. Pour les systèmes d éducation c est un véritable défi de faire face à la diversité des langues, des cultures, des résultats scolaires et également à la ségrégation. Le problème vient aussi du fait que la notion de dialogue interculturel a différentes connotations. Mais il y a trois caractéristiques principales : 1. La collaboration concrète et personnelle entre les élèves, les méthodes d enseignement (en mettant l accent sur les méthodes d apprentissage collaboratives) entre l école et l environnement. 2. Rétablir l éthique et le respect dans l école. Apprendre pour le bien être est une bonne initiation. Du point de vue «qualité pour tous» les écoles et les enseignants sont importants pour prévenir la ségrégation. 3. La connaissance comme prise de conscience culturelle pour empêcher les stéréotypes culturels. Les analyses des arts et des cultures mondiaux peuvent servir d exemple et de matériel d apprentissage. Aujourd hui l UE met l accent sur le programme Education et Formation 2020, l étude des résultats des enfants de nouveaux migrants, la mise en place d un réseau d experts, l usage de la Méthode Ouverte de Coordination dans le domaine de la Culture et l utilisation ciblée d autres programmes. Orateur principal Prof. Marc Vermeulen, de l université de Tilburg et Directeur de IVA, fait référence au concept «Pensée Inclusive» (Feitse Boerwinkel; 1967), à l ouvrage Bowling Alone de Putnam et au livre Liberty, Equality and Loneliness de Geert Hofstede. Nous avons appris beaucoup sur la liberté et l égalité, mais rien sur la fraternité, ce qui engendre la solitude. En janvier 2011 un nouveau livre de Putman a été publié «Still bowling alone». L orateur démontre la tension entre l individualisme et la socialisation. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 2

3 Les écoles produisent une valeur publique ce qui soulève la question: qu est ce qu un bien public? Qui domine le débat public dans la société et dans les écoles et comment pense t on : de façon inclusive ou exclusive? L application de ceci en éducation et les choix des écoles peuvent être visualisés dans le tableau suivant : Pensée inclusive Pensée exclusive Socialisation/enculturation interculturel Curriculum Aspects nationaux Qualifications Ouvert, changeable & dynamique Petit, protectif et stable Sélection/allocation Égalité des chances Basé sur meilleur, le plus brillant Les Enseignants sont des professionnels de première ligne dans les organisations publiques au niveau de base. Cela signifie qu ils sont confrontés chaque jour aux politiques publiques, aux parents/élèves, aux collègues et à la direction de l école. Ils doivent constamment faire face à la pensée inclusive et/ou exclusive. Le professeur Vermeulen introduit quatre logiques en concurrence.chaque décision entraîne des changements dans d autres domaines. Si un élément change, il affecte tout le système. De petites erreurs peuvent mener à des questions et problèmes importants. La profession enseignante demande un équilibre entre l engagement et la compétence, également en ce qui concerne le dialogue interculturel. L orateur montre l image de l iceberg avec un petit sommet visible et la plus grande partie sous l eau et invisible. Au sommet du modèle de l iceberg il y a les compétences, la Positive input of unions in bridging the con flicting logics? Institution al log ic Situation al log ics Teaching in the fro nt lin e connaissance et les méga compétences intermédiaires. Sous l eau il y a les attitudes, les valeurs, les normes morales et éthiques et à la base l'auto concept, la motivation, les pulsions, les convictions et l engagement. Il conclut qu il est/semble facile de changer le sommet de l iceberg, mais la partie la plus importante dans un processus de changement est à l intérieur des individus, dans la partie inférieure du modèle et qu il n est pas facile de changer. La pensée inclusive est donc difficile. Il suggère quelques questions inconfortables: Les enseignants sont ils des supermen? Enseigner= une vocation ou une profession? Instrumental logics C u ltu ral log ics Un enseignant peut il être membre d un parti politique avec des idées racistes/exclusives? Les organisations syndicales protègent elles les adhérents ou sont elles aussi ouvertes aux autres? Les organisations syndicales ont elles une position concernant les écoles «noires» et «blanches»? Les organisations syndicales peuvent elles jeter des ponts ente les différentes logiques? Prof. Vermeulen conclut par une référence au livre The Open Society and its Immigrants (2010), du sociologue néerlandais Paul Scheffer, vraiment très pertinent pour le thème du séminaire. Dans les cinq groups de travail non seulement les questions inconfortables du professeur Vermeulen sont abordées. Respect, tolérance, acceptation et pensée inclusive sont la base du dialogue interculturel spécialement au niveau de l école. Chaque groupe est invité à réfléchir sur un jeu de questions sur les écoles comme espace de dialogue, y compris le dialogue social et la gouvernance démocratique. Mention est faite des bonnes pratiques à Chypres. Les deux parties du pays commencent à se rapprocher. Dans une responsabilité collective ils commencent la réécriture de leur histoire. La variété des situations et des exemples dans les différents pays est traitée. Les groupes trouvent qu il est difficile de répondre aux questions parce que les idées en général sont bonnes mais la mise en pratique est difficile. Dans certains pays le multiculturalisme n est pas en débat en éducation. Dans d autres pays il y a des mesures légales et des facilités particulières contre la discrimination. Même là le dialogue interculturel n est pas toujours une réussite. Il faut des politiciens, des directions d écoles et des enseignants qui savent comment motiver. Dans différents pays il y a des écoles à ségrégation. Le contexte socioéconomique, ethnique et socioculturel des élèves et des parents sont les raisons principales des problèmes liés à l intégration. Quelques participants remarquent que le roles des organisations syndicales est modeste et que la question n a pas priorité dans le travail quotidien. L éducation interculturelle doit être un élément important dedans la formation des Enseignants et pour devenir vraiment effective elle doit être dans le cœur des enseignants. (Tops, 2007) Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 3

4 Vendredi, 11 février 2011 Le dialogue social au niveau national Les participants ont reçu un questionnaire demandant de décrire et d évaluer le dialogue social et ses possibles liens avec et impact sur le dialogue interculturel. Du questionnaire il ressort que tandis que le dialogue social repose sur une base légale dans tous les pays, la pratique est très peu satisfaisante. Dans tous les pays le dialogue interculturel ne fait pas explicitement partie du dialogue social mais il est couvert indirectement dans la plupart des cas. Après la présentation des résultats du questionnaire par M. Lieskamp et G. De la Haye, le débat est engagé autour de l échange de bonnes pratiques et sur deux questions: Quels efforts positifs les organisations syndicales pourraient elles entreprendre pour jeter des ponts entre les logiques mentionnées par le prof. Vermeulen? Le dialogue interculturel peut il entrer dans les négociations avec employeurs et gouvernements? Certains ont proposé de développer dans l éducation la prise de conscience des enseignants sur l éthique professionnelle, les valeurs et les droits de l homme. La personnalité de l enseignant est plus importante que ses compétences. Dans le curriculum les enseignants doivent apprendre comme prendre des décisions au niveau de l école et dans le contexte scolaire. Les syndicats peuvent intervenir pour l introduire dans les instituts d éducation des enseignants. Ce qui est nécessaire c est de changer le modèle mental des parents, des enseignants et des étudiants en ce qui concerne le respect, la tolérance, l acceptation mutuelle et la pensée inclusive. Les syndicats doivent insister pour créer l espace et les conditions de travail pour rendre possible le dialogue interculturel dans l école à trois niveaux : directeurs d écoles, enseignants et élèves/parents. Le Programme Pestalozzi Mr Josef Huber, Directeur du Programme Pestalozzi du Conseil de l Europe (CdE) présente les activités de développement professionnel proposées aux professionnels de l éducation. Il indique que les organisations syndicales sont des partenaires naturels du CdE depuis de nombreuses années. Depuis 1949 le CdE est fortement impliqué dans le développement de la démocratie, les droits de l homme et l état de droit. Il présente le Programme Pestalozzi et les opportunités de développement des capacités pour les Enseignants dans 50 pays. L Education doit jouer un rôle important dans le développement de sociétés démocratiques durables. L éducation est plus focalisée sur les savoirs et les compétences que sur les attitudes alors que cela devrait être l inverse. Les enseignants ne sont plus la seule source du savoir et d apprentissage pour les élèves. Ils doivent enseigner aujourd hui comment vivre ensemble dans une société multiculturelle. L éducation interculturelle c est apprendre à vivre ensemble dans la diversité. Cela signifie : Développement des capacités de compréhension mutuelle est au cœur de l éducation L éducation interculturelle n est pas un écran de fumée pour masquer l injustice sociale Apprendre à traiter la multiple identité et multiple appartenance Considérer la culture comme un processus actif de changement Considérer les individus comme acteurs de ce changement L éducation interculturelle n est pas a propos des autres, mais avant tout pour nous même. Pour terminer Mr Huber introduit un nouveau réseau social ouvert de professionnels de l éducation : Le Programme Pestalozzi. GRH dans l école en relation avec le dialogue interculturel Mrs Myriam Lieskamp, senior officier CNV Onderwijs, présente la question: De quelles écoles auront nous besoin au 21 ième siècle? Faisant référence aux documents de l UE et différentes études elle retient trois principes pour les compétences interculturelles dans la société : concerne tous les habitants, couvre les différences culturelles et économiques et requiert des attitudes particulières, motivation et des compétences spécifiques. Elle focalise sur la nécessité des compétences suivantes pour un enseignants : compétences interpersonnelles, compétences pédagogiques, compétences de contenu et méthodologiques, compétences Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 4

5 organisationnelles, compétences de collaboration avec les collègues et avec l environnement scolaire, compétences de réflexion et de développement et compétences de dialogue interculturel. Au Pays Bas les syndicats sont impliqués dans le développement de ces compétences et la certification des enseignants tous les cinq ans. Les enseignants disposent de 160 heures par an pour des activités de formation professionnelles, payées par les employeurs (et gouvernement) et établies dans la convention collective de travail au sein du dialogue social. Pour l implémentation du dialogue interculturel dans les écoles il faut des directions d écoles compétentes et motivées, une bonne gestion qui applique la gestion des ressources humaines au service des enseignants. La responsabilité de la gestion scolaire et de la direction est indéniable dans le développement de la qualité, des relations avec les partenaires, des stratégies de ressources humaines basées sur l accompagnement et la motivation facilitant la diversité. Visite à la Marnix Académie à Utrecht Les participants au séminaire ont visité l institut d éducation des enseignants, Marnix Académie à Utrecht, pour y avoir quelques rencontres intéressantes avec la direction de l institut, les enseignants et les étudiants. La Marnix Académie a une profonde identité pédagogique. Le fondement philosophique de Levinas a été traduit par Marnix Académie dans une vision de la profession enseignante. Au centre de la pensée de Levinas est l orientation fondamentale vers l autre. Ce qui est très pertinent pour le dialogue interculturel dans les écoles et la société. La visite et les débats avec les étudiants et enseignants ont laissé une forte impression sur les participants du séminaire. Gerben de Vries, professeur à l'marnix, au cours de la séance d'évaluation après la visite. Les résultats de ces débats se retrouvent au cours du séminaire au travers de nombreuse déclarations: Traiter la personne comme personne, non pas comme homme/femme, membre d une culture, d une minorité. Focaliser sur l individu ; l enseignants doit bien sûr avoir assez de temps, facilités pour cela. Le droit à la différence est très important. Être différent est ce être que l on est. Dans une même culture il y a de nombreuses différences. Ainsi on ne peur rencontrer des cultures, mais bien des personnes de différents contextes culturels. Dans les classes il n y a pas que l enfant qui compte, mais aussi les parents. L école doit s assurer que les parent savent et comprennent ce qui se passe en classe. Diversité est en général abordée en termes de problèmes et non en termes d opportunités et défis. Si l enseignant porte intérêt à la différence culturelle, les élèves apprendront par lui/elle. L enseignant doit avoir conscience de sa propre identité et culture. Il/Elle doit aussi développer intuition, flexibilité, improvisation Les étudiants demandent plus de temps pour développer les capacités individuelles et leur personnalité au cours de la formation des Enseignants. Cela serait la meilleure préparation à leur futur travail dans une école multiculturelle. Il faut que parents et enfants apprennent à traiter changements et chances pour survivre dans la société. Dans la Marnix Académie les étudiants peuvent être eux mêmes, chacun connaît l autre et cela est positif pour le développement des savoirs et des compétences nécessaires dans une école multiculturelle. Ils veulent disposer de plus de pratique dans les écoles multiculturelles pour atteindre un meilleur équilibre entre théorie et pratique. Dans la Marnix Académie cette nouvelle compétence s appelle «action inspirante et normative». Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 5

6 Sessions de groupes de travail à la Marnix Académie Samedi, 12 février 2011 Dialogue Social Sectoriel Européen dans l Education (DSSEE) Mr. Rudy van Renterghem, Secrétaire Général Adjoint COC(Belgique) et membre du DSSEE, donne un aperçu des développements et perspectives du dialogue social dans le secteur de l éducation en Europe. Il remarque que le dialogue social est un component vital pour achever les objectifs de «qualité pour tous». Les enseignants sont des acteurs clés responsable de l application des réformes éducatives. L orateur fait référence à quatre Conventions du BIT : La Liberté d Association et la Protection du droit de s organiser. Convention 1948 (No 87) Le Droit de s Organiser et au Négociations Collectives. Convention 1949 (No 98) Les Relations de Travail (Services Publics). Convention 1978 (No 151) et La Négociation Collective. Convention 1981 (No 154). L orateur esquisse le climat du dialogue social dans différents pays. En Europe le dialogue social fait partie du modèle social Européen et est un des quatre piliers de la politique sociale européenne en général, avec la législation sociale, la méthode ouverte de coordination et le Fonds Social Européen(FSE). Le Traité de Lisbonne précise clairement dans l article 152 que : «L Union reconnaît et promeut le rôle des partenaires sociaux à son niveau, prenant en compte la diversité des systèmes nationaux. Elle facilitera le dialogue entre les partenaires sociaux dans le respect de leur autonomie». Le Décision de la Commission du 20 Mai 1998 pose la règle pour l établissement, la représentativité et les procédures de travail des comités sectoriels, conçus comme organes centraux de consultation, d initiatives conjointes et de négociations. Le Dialogue Social Européen prend deux formes majeures : un dialogue tripartite impliquant les autorités publiques et un dialogue bipartite entre les employeurs Européens et les organisations syndicales. La Commission a lancé le DSSEE en Juin 2010, Dialogue Social Sectoriel dans l Education, avec l intention que les enseignants, formateurs, professeurs et les autorités éducatives de par l Europe puissent aborder les défis auxquels le secteur de l éducation fait face. Ce nouveau comité rassemble le Comité Syndical Européen de l Education (CSEE) et la Fédération Européenne des Employeurs de l Education (FEEE). Le programme de travail du DSSEE cible les thèmes suivants dans deux groupes de travail : «Qualité dans l Education» et «Défis Démographiques». Le DSSEE développe également deux déclarations sur le document UE «Enseignement et Formation, Objectifs 2020». L une est la déclaration conjointe sur les investissements futurs et la second sont les lignes directrices conjointes sur l Apprentissage Tout au Long de la Vie. On s attend à ce que le DSSEE produise d autres déclarations ainsi que des outils communs pour renforcer l approche européenne en éducation. La voie à suivre Mr. Gaston De la Haye, Conseiller principal à le SG du CSEE, formule quelques résultats essentiels du séminaire et fait quelques remarques sur les perspectives. Il mentionne avec grande appréciation les interventions de Marc Vermeulen, Josef Huber, Myriam Lieskamp et Rudy van Renterghem et les résultats des groups de travail. Il dresse le résumé suivant des conclusions des différents groupes de travail: Le droit à la différence est la base du dialogue interculturel. Être différent c est être ce que vous êtes. Il faut donc se rendre compte qu il y a des différences personnelles et culturelles dans chaque culture. Dans les relations humaines on rencontre toujours des personnes avec leur identité propre. Pour réussir il faut toujours respect, acceptation mutuelle et la pensée inclusive. Le débat sur le dialogue culturel entre les membres des syndicats doit être commencé ou consolidé et être intégré dans toutes les activités syndicales. Ceci stimulera la pensée inclusive nécessaire au dialogue interculturel qui contribue à la réalisation de sociétés démocratiques durables pour les anciens et nouveaux habitants. Il y a engagement à mettre le dialogue interculturel sur l agenda des négociations dans le dialogue social avec les comités directeurs des écoles et les gouvernements. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 6

7 Les syndicats doivent jouer leur rôle pour négocier plus d espace et de facilités pour apprendre à vivre ensemble dans les écoles multiculturelles actuelles. Ceci signifie également que les syndicats fassent campagne la diversité interculturelle et sociale comme une des issues importante dans le programme de formation des enseignants et l apprentissage à vie pour que les enseignants acquièrent les compétences pour le dialogue interculturel dans les écoles. Les participants souscrivent la déclaration du CSEE que si le dialogue interculturel veut réussir dans les écoles il est nécessaire de l initier avec les trois partenaires, direction, Enseignants et élèves/parents. Ces résultats démontrent le besoin de politiques à long termes et un débat permanent autour des conclusions. Dans certains pays la discussion doit encore commencer et dans la plupart de pays les syndicats doivent encore accomplir beaucoup de travail sur l implémentation du dialogue interculturel dans l éducation et dans les écoles, mais également de le mettre et de le garder sur l agenda du dialogue social national, régional et local. Apparemment il serait utile d organiser un autre séminaire sur le sujet, pour partager les expériences dans les différents pays et en Europe. Peut être que l un (ou certains) syndicats présents peuvent prendre le relai et assumer la tâche que la CNV Onderwijs a remplie avec le soutien de EZA et de l Union Européenne. Remarques de clôture Mrs Roswitha Gottbehüt, Secrétaire Générale de EZA, souligne les remarques que Gaston De la Haye vient de présenter. Elle mentionne la situation politique dans les différents pays entraine la marginalisation du dialogue interculturel du fait de la crise économique et où la société interculturelle est présentée comme un échec. Le point faible des politiques est la courte période de quatre ans pendant laquelle les politiciens sont élus. Cela signifie qu il n y a pas de continuité dans la discussion ni en matière de contenu de l éducation, ni sur les thèmes multiculturel de la société. Chaque année EZA depend du soutien l UE pour ses activités. Mais EZA s efforce de soutenir les syndicats d enseignants par l organisation de séminaire comme celui que nous clôturons aujourd hui. C est un séminaire de haute qualité, non seulement par les présentations mais aussi dans les groupes de travail ce qui est également un compliment pour les organisateurs. Elle exprime sa grande satisfaction que certaines organisations veulent continuer le travail de ce séminaire. Mr Cees Kuiper, Secrétaire Général CNV Onderwijs, clôture le séminaire et souligne les nombreuses expériences enrichissantes de ces derniers jours. Il rappelle que pour la CNV Onderwijs la décision d organiser ce séminaire n a pas été facile. Non seulement le choix du thème : multiculturalité dans la société et l éducation, mais aussi les éventuelles implications financières étaient considérées comme un obstacle. Au cours des cinq dernières années la CNV Onderwijs a développé une politique et stratégie sur le sujet de la diversité. CNV Onderwijs avait différents Groupes de travail pour les minorités ethniques et culturelles, les femmes, les jeunes, les homosexuels et lesbiennes et les enseignants dans d autres circonstances. Chacun essayait séparément de résoudre ses problèmes particuliers. Aujourd hui tous ces groupes sont réunis dans une seule Commission Diversité au sein de notre syndicat ce qui place activement le thème de la diversité sur l agenda à tous les niveaux du syndicat, dans la Conférence Générale, mais aussi dans les séminaires et autres activités des différents secteurs de l éducation. Ainsi la signification et l importance de la diversité est devenue omniprésente dans le syndicat. Ce développement nous a mieux permis de relever le défi de la préparation de ce séminaire. Au sein de la CNV Onderwijs nous avons appris a être conscient de la diversité des cultures dans lesquelles nous vivons et nous sommes mieux à l écoute des difficultés de nos affiliés dans les classes. Cees Kuiper remercie les organisateurs de ce séminaire; ils ont fait un travail remarquable dans le choix des intervenants de qualité et dans la formulation des questions pour les groupes de travail. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 7

8 Il ne doute pas qu à la fin du séminaire les participants vont intégrer cette expérience dans leurs propres syndicats. En restant partenaires nous serons capables de donner une impulsion nouvelle au dialogue interculturel dans l éducation et la société. Il clôture le séminaire et souhaite à tous bon retour à la maison. Comme Évaluation nous pouvons dire que le séminaire, en programmation et contenus, se rapproche très fort des trois objectifs avancés. Programme: Le dialogue social au niveau national et Européen a été abordé et le lien avec le dialogue interculturel a été exploré dans deux sessions. L école comme espace de dialogue et le rôle du dialogue social au niveau des écoles, le rôle de l école dans la société, l importance de la gestion participative et démocratique et la direction des écoles ont été abordés dans trois sessions. L éducation interculturelle (EIC) et le développement professionnel étaient transversal et mis en évidence par la présentation du Livre Vert de l UE sur les migrations, la contribution du professeur Vermeulen, le Programme Pestalozzi du Conseil de l Europe et en particulier dans le dialogue avec les étudiants et enseignants au cours de la visite à la Marnix Académie. Contenus: 1. Rôle des organisations syndicales(os) et du dialogue social(ds). a. DS au niveau des écoles est crucial mais les pratiques de DS laissent à désirer. Le dialogue interculturel ne fait pas partie explicite du DS mais il est intégré dans les négociations sur les conditions de travail et de développement professionnel. b. L UE devrait honorer le DS comme une valeur scellée dans le Traités et la Constitution de l UE, mais la pratique du DS est déficiente. Les OS doivent se profiler comme modèle en matière de diversité. 2. Rôle des Enseignants et des écoles a. Les écoles doivent être des espaces de dialogue/ avec l autre. En cela le rôle des directions et des gestionnaires dans les relations avec les partenaires et la communauté est essentiel. b. Les Enseignants sont acteurs de première ligne et des constructeurs de pont, des professionnels qui ont besoin de développement professionnel tout au long de la vie. Les instituts de formation d enseignants ont une position pivot. 3. Dialogue Interculturel a. Apprendre comme traiter la diversité et les identités multiples est la seule voie vers l avant dans les sociétés multiculturelles. Mais la diversité est omniprésente et universelle et n est le seul résultat des migrations. b. Aujourd hui il faut plus d attitudes et moins de déclarations et le rôle de l éducation et des enseignants est plus que jamais crucial. A la fin du séminaire un communiqué de presse a été diffusé par la CNV Onderwijs et Schooljournaal, le magazine de la CNV Onderwijs, a publié un article. Les documents, portefeuille de lecture et rapports sont accessible sur le site web de la CNV Onderwijs. Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 8

9 Secrétariat du séminaire Groupe de Projet Rapporteurs Irène Bekkers Evert W. De Jong Jan Telleman Gusta Bakker Francis Huisman Herman Brinkhoff Gaston De la Haye Organisé avec le soutien de EZA et de l Union Européenne Page 9

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Lignes directrices relatives au café de connaissances

Lignes directrices relatives au café de connaissances Lignes directrices relatives au café de connaissances 1) Qu est-ce qu un café de connaissances? Un café de connaissances est un processus de conversation. C est une méthodologie innovante mais simple pour

Plus en détail

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Institut syndical européen Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Le principal objectif de l Europe sociale doit être la création d une société plus égalitaire,

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV proposée par L institut francophone pour la Communication NonViolente antenne France Cette école a pour vocation La formation

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Organisation : Cellule Médiation interculturelle (DG1, SPF Santé publique),

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens Bulletin d information de l ETUI sur les opportunités de financements européens pour les syndicats N 23 février 2014 Le nouveau programme

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ACTION : ATELIER DE FORMATION SUR LES TICs DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

TERMES DE REFERENCES ACTION : ATELIER DE FORMATION SUR LES TICs DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique L Université de Gafsa Et L Université de la Manouba TERMES DE REFERENCES ACTION : ATELIER DE FORMATION SUR LES

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4

Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4 STRATEGIE DE FORMATION PROGRAMME JUNIOR 2015-2019 Juin 2015 Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4 2 LES ACTIVITÉS DE FORMATION DU PROGRAMME JUNIOR

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA Chantale Desrosiers Conseillère pédagogique TIC - Répondante REPTIC Personne-ressource à Performa Ce document présente au personnel

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp http://www.vvbad.be/views/beroepscode proposition de traduction - K. Bergé - 07.06.2010 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION (BAC+6, +7, +8 480 ECTS) IEAM PARIS - Institut des Études d'administration et de Management de Paris & SCIENCES PO AIX - Institut d Etudes Politiques d Aix-en-Provence ou

Plus en détail