A T E M H A Atelier d Etude des Marchés de l Habitat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A T E M H A Atelier d Etude des Marchés de l Habitat"

Transcription

1 A T E M H A Atelier d Etude des Marchés de l Habitat Analyse économétrique combinée des loyers privés et valeurs immobilières à l échelle de l aire urbaine de Lille et construction d un tableau de bord des loyers localisés Correspondance : 18 bis rue Tiquetonne Paris Association loi de 1901 N SIRET :

2 A. L analyse des hiérarchies spatiales des valeurs immobilières explicite les attractivités territoriales et éclaire les enjeux de l accessibilité financière des prix Selon les observateurs immobiliers, la localisation est un facteur prépondérant de différenciation des prix immobiliers et des loyers des logements privés. En fait, on retient que les déterminants du prix d un logement relèvent à la fois : de ses caractéristiques internes, de sa localisation précise. Une analyse fine de la hiérarchie spatiale des valeurs immobilières a été réalisée : elle explicite l impact intrinsèque de la localisation sur la formation des valeurs, en tenant compte de l influence des autres caractéristiques internes des logements. 1. L apport d une analyse économétrique du logement comme ensemble de caractéristiques Les économistes insistent sur le fait que le logement est un bien complexe : il s agit d un bien hétérogène, pouvant être défini comme la combinaison d un ensemble de caractéristiques diverses, tenant : au logement lui-même (surface, nombre de pièces, équipement sanitaire, disposition, standing, agrément...), à l immeuble (ancienneté de construction, mode de gestion, standing et équipement...), à la localisation (quartier, commune...), et aux services que cette localisation peut offrir. Par ailleurs, la durabilité du bien «logement» oblige à une analyse économique différenciée des échanges de services ou d usages (qui se traduisent par le paiement du loyer), d un côté, et des transactions d actifs ou de patrimoine (qui se traduisent par la valeur d acquisition), de l autre. Le langage courant tend à parler de manière indifférenciée de prix de logement ou de valeur de logement, alors que les économistes ont au contraire le souci, pour pouvoir analyser le comportement des acteurs présents sur le marché de l habitat, de distinguer la valeur de la dépense en logement (mensuelle ou annuelle, exprimée en euros), de son prix, où cette valeur est rapportée à une quantité donnée (par exemple, en /m²). Si le prix est facile à identifier pour un marché comme celui des denrées de consommation alimentaire par exemple, la notion même de quantité et donc de prix n est pas immédiatement mesurable pour l habitat : le prix au mètre carré est évidemment un outil d analyse courant et fort utile, mais il est pourtant clair que le service rendu par un logement n est pas correctement apprécié au travers de sa seule surface, et doit intégrer d autres éléments (par exemple, le niveau de confort et le standing). 2

3 Pourtant, les réflexions sur les arbitrages ou choix que les ménages peuvent être conduits à faire, entre,par exemple, prix d une localisation et taille de logement, suggère bien l utilité concrète d un instrument de mesure adéquat de ces notions en matière de logement. Plus largement, toute réflexion prospective sur les conséquences de modifications de la hiérarchie des prix des logements ou sur la distribution des revenus disponibles (et donc l analyse des scénarios d aides publiques, à la pierre ou à la personne) suppose une analyse préalable du jeu des contraintes actuelles de prix et de revenus sur la consommation ou le choix de logement. Ces différentes perspectives suggèrent de valoriser les prix «implicites» des attributs du logement. Certes, l analyse statistique habituelle, par des tableaux croisés sur des dimensions bien choisies, met déjà utilement en évidence la dispersion des «valeurs» de la dépense en logement. Lorsque ces tableaux croisés sont restreints à un secteur d occupation comme le parc locatif privé, et utilisent les principales variables explicatives des dépenses en logement comme la localisation ou la taille des logements, on est effectivement en mesure de mesurer des facteurs de dispersion des valeurs, qui peuvent avoir un impact sur le comportement des ménages. Mais on note que toute une série de facteurs explicatifs joue manifestement de manière concomitante et explique aussi une partie de la variation de prix observée de strate à strate. La simple lecture de tableaux croisés ne permet pas de mesurer l impact intrinsèque d une caractéristique sur la formation des prix de marché, et du coup, l objectivation des contraintes d arbitrage d acteurs «micro-économiques» qui ont par exemple à choisir entre des logements similaires avec un écart de prix compte tenu de quartiers différents est largement brouillée. La mesure de l impact d une caractéristique sur la valorisation des logements «toutes choses égales par ailleurs» pour ce qui est des autres caractéristiques, est bien un élément stratégique pour appréhender les contraintes du marché sur les trajectoires résidentielles des ménages. C est l objet de l analyse économétrique des valeurs d acquisition que de mettre en évidence ces «prix implicites» des caractéristiques des logements. Dans cette perspective, il s agit de faire l hypothèse que le prix d un logement est une fonction de ses caractéristiques internes et de localisation. VAL = F (Logement, Quartier) L estimation économétrique de cette fonction permet de déterminer l impact de ces différentes caractéristiques sur le prix des logements. 3

4 2. Calcul d un indice spatial des valeurs Cette méthode est fréquemment utilisée pour construire des indices temporels des prix, au plan national, dans le cadre de l indice Notaires INSEE. L analyse économétrique permet alors de corriger les évolutions dans le temps de la structure du parc objet des mutations (par exemple, une augmentation du poids des ventes de petits logements), et de rapporter l évolution à un parc de référence. Notre approche sera différente dans le cadre de ce chapitre : nous nous attacherons à mettre en évidence, sur l ensemble de l aire d influence de Lille, un «indice spatial» des valeurs qui, selon le même principe, permet de corriger les écarts entre les quartiers de la structure du parc muté. Cet indice spatial constitue un résultat stratégique : pour l analyse de l accessibilité financière des segments de parc, pour l analyse de l attractivité territoriale. 3. Les modèles économétriques Pour des raisons d homogénéité, les modèles économétriques ont été calibrés séparément sur les transactions d appartements et de maisons. Pour expliquer la disparité des prix, nous avons retenu un modèle multiplicatif, la variable dépendante étant alors le logarithme du prix (hors taxes). Concrètement, il s agit de faire l hypothèse que le prix d un logement est une fonction de ces caractéristiques : caractéristiques internes, physiques, du logement et de l immeuble dans lequel celui-ci est situé ; localisation précise du logement. Nous avons retenu un modèle multiplicatif de la forme suivante : où, Log (prix) = a 0 + aixi + bjzj + e a 0 est une constante, Zj des variables indicatrices de la localisation du logement (les différents zonages construits), Xi sont les caractéristiques internes du logement, e, l élément aléatoire du modèle, qui représente les variations de prix qui ne peuvent pas être expliquées par les caractéristiques retenues. 4

5 Une fois le modèle ajusté, il est donc possible de décomposer le prix d un logement en deux éléments : le prix est alors appréhendé comme le produit d un effet géographique et d un effet représentant la quantité de service fournie par le logement. L effet géographique est utilisé, dans un deuxième temps, pour déterminer l indice spatial de chaque zone. 4. L indice spatial des prix immobiliers Ces deux modèles économétriques permettent d isoler l impact spécifique de la localisation, à caractéristiques internes des logements inchangées, sur le niveau des prix. Au terme de cette analyse, on dispose donc, à titre séparé, d une analyse de hiérarchie spatiale des prix des appartements et des maisons individuelles, chacune de ces analyses étant conduites sur des zones élémentaires (regroupant des sections cadastrales) en fonction du nombre des transactions disponibles. Concrètement, nous calculons, pour chacune de ces zones, la moyenne des deux indices, pondérée par le nombre de transactions observées pour ces deux types de logements. Ainsi, dans les secteurs urbains, l indice unique sera très proche de l indice calculé pour les appartements, alors qu il sera plus proche de l indice calculé pour les maisons individuelles dans les zones moins denses. En somme, cette analyse économétrique permet de construire un «indice spatial des prix immobiliers», corrigé des différences de structure des parcs mutés selon les zones. Cet indice spatial révèle donc la hiérarchie spatiale du marché immobilier à l échelle de l aire d influence de Lille : sa variation indique l écart de valeur d un logement-type selon qu il est acquis dans tel ou tel quartier. La cartographie ci-dessous retient un découpage synthétique en 14 «zones de prix» homogènes, qui permettent d identifier les grands enjeux des hiérarchies spatiales des prix immobiliers. Cette représentation au niveau de la section cadastrale confirme très clairement que les disparités et les contrastes d accessibilité doivent être lus à une échelle infra-communale. 5

6 Un regroupement des sections cadastrales de l aire d influence de Lille en 14 zones de prix hiérarchisées Hiérarchie des prix Zone 1 : 349 Zone 2 : 320 Zone 3 : 292 Zone 4 : 272 Zone 5 : 254 Zone 6 : 233 Zone 7 : 214 Zone 8 : 205 Zone 9 : 195 Zone 10 : 183 Zone 11 : 169 Zone 12 : 148 Zone 13 : 125 Zone 14 : 100 6

7 Zoom sur Lille Métropole Communauté Urbaine en 14 zones de prix hiérarchisées Hiérarchie des prix Zone 1 : 349 Zone 2 : 320 Zone 3 : 292 Zone 4 : 272 Zone 5 : 254 Zone 6 : 233 Zone 7 : 214 Zone 8 : 205 Zone 9 : 195 Zone 10 : 183 Zone 11 : 169 Zone 12 : 148 Zone 13 : 125 Zone 14 : 100 7

8 Retenons quelques premiers constats, et les pistes de réflexions ultérieures qu elles ouvrent : on note l ampleur considérable des écarts de valeurs immobilières, puisque un même type de logement se vendra plus de 3,5 fois plus cher selon qu il se trouve dans les zones les moins chères représentées en bleu ou dans les zones les plus chères représentées en rouge brique. cette hiérarchie spatiale des prix peut être lue comme une cartographie des difficultés financières d accès à la propriété (au travers du couple «taux d effort / apport personnel»). Et, cette hiérarchie spatiale se diffuse aussi sur l ensemble des loyers de secteur privé certes avec des écarts relatifs de moindre ampleur. Ainsi, globalement, ces contrastes entre zones soulignent une puissante dynamique ségrégative des marchés privés. Cette cartographie indique aussi la hiérarchie des valeurs immobilières et foncières, et donc de la charge foncière des opérations de construction sociale, ce qui soulève la question suivante : la diversification de l offre peut-elle être conduite, dans l état des marchés immobiliers, sans mobilisation d outils spécifiques? Cette réflexion montre l importance d une stratégie globale visant à favoriser la production d une offre locative sociale dans les territoires déficitaires de l agglomération : prospection et réserves foncières, ajustement des outils de planification urbaine ainsi que le permet la loi SRU, etc... 8

9 B. Co - exploitation par imputations économétriques de données dans l enquête OLAP DGUHC FNAU à Lille et dans des fichiers «détail logement» Cette partie prend appui sur une mobilisation combinée : de l analyse des valeurs immobilières présentée ci-dessus, des enquêtes «loyer» OLAP DGUHC FNAU et des résultats des études partenariales demandées par LMCU, l agence d urbanisme et la DDE 59 à ATEMHA sur bases FILOCOM. Les études déjà engagées concernent notamment une analyse fine des profils d occupation sociale des quartiers et des parcs à partir de FILOCOM1999, 2001 et Dans ce contexte, l analyse spécifique du secteur locatif privé et des segments qui le composent mérite d être approfondi. Une analyse économétrique combinée des observations collectées depuis de nombreuses années dans le cadre de l enquête «loyer» DGUHC - OLAP - FNAU, et des transactions immobilières permet d analyser les facteurs explicatifs des rendements nominaux des différents segments du parc locatif privé. Enquêtes OLAP / Agence d Urbanisme Méthodologie d observation des loyers Loyers Locataires stables Loyers d emménage ment Traitements statistiques et économétriques Tableau de bord des loyers des emménagés récents Fichier «détail logement» PERVAL ou (extraits d actes) 9

10 1. Construction du tableau de bord localisé des loyers du secteur privé Au-delà, ces modèles économétriques permettent de reconstituer des valeurs de loyers d emménagement en secteur privé, en prenant en compte l analyse spatiale très fine qu autorise l exhaustivité de la base de données sur les transactions immobilières. L imputation économétrique des loyers et des valeurs immobilières sur une base «détail logement» permet alors la production d un tableau de bord finement localisé des loyers de marché. Enrichissement du fichier «détail logement» et construction de tableaux de bord Donnés notariales (MIN PERVAL) Enquêtes «loyer OLAP DGUHC» Analyse économétrique des prix Analyse économétrique du ratio «loyer de marché / prix» Base enrichie «détail logement», comportant : Les loyers du secteur locatif privé Les prix d acquisition des logements en propriété occupante L offre disponible 10

11 2. Les tableaux de bord localisés des loyers du secteur privé selon les quartiers de l enquête «DGUHC FNAU OLAP» TABLEAU Zone «loyer» Zone «loyer»

12 Zone «loyer» Zone «loyer»

13 Zone «loyer» Zone «loyer»

14 Zone «loyer» Zone «loyer»

15 Zone «loyer»

16 3. Les tableaux de bord localisés des loyers du secteur privé selon le découpage en quartiers de la zone lilloise TABLEAU Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

17 Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

18 Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

19 Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

20 Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

21 Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

22 Secteur de la ville de Lille Secteur de la ville de Lille

23 Secteur de Lille et Hellemmes Secteur de Lille

24 Secteur de Lomme Secteur de Croix Roubaix

25 Secteur de Croix Roubaix n.s Secteur de la Madeleine Marcq en Baroeul

26 Secteur de la Madeleine Marcq en Baroeul Secteur de Mons en Baroeul

27 Secteur de Roubaix Secteur de Roubaix

28 Secteur de Roubaix Secteur de Lambersart

29 Secteur de Tourcoing Secteur de Wattrelos

30 Secteur de Tourcoing Wattrelos

31 C. Enseignements sur l impact des loyers de marchés constatés sur les politiques publiques de l habitat Dans le cadre de la convention de délégation de compétence des aides à la pierre de l Etat à Lille Métropole Communauté Urbaine, la convention comporte notamment un volet pour la gestion des aides à l habitat privé entre LMCU et l Agence Nationale pour l Amélioration de l Habitat. En tenant compte de ce tableau de bord des relocations, il est alors possible de mener une politique finement territorialisée qui évite les deux écueils classiques de ces dispositifs : - «l effet d aubaine» dans les quartiers où le marché est décoté, où on peut attribuer une subvention sans véritable contrepartie en réduction des loyers pratiqués - «l effet d exclusion», où un dispositif calibré sur une zone étendue sera trop faiblement incitatif pour être opérant dans les quartiers à loyers tendus. Ci-après, nous restituons ces tableaux de bord sur des secteurs opérationnels des politiques de l habitat, correspondant à des quartiers facilement visibles pour les acteurs. 31

32 Les tableaux de bord localisés des loyers du secteur privé pour des politiques publiques de l habitat TABLEAU Lille Vieux Lille Lille - Centre

33 Lille Vauban, Esquermes n.s Lille Wazemmes

34 Lille Moulins Lille Blois Blancs

35 Lille Faubourg de Béthune 10.5 n.s. n.s. 9.6 Lille Lille Sud n.s. n.s

36 Lille St Maurice, Pellevoisin Lille Fives

37 Lomme - Zone Hellemmes - Zone

38 Lambersart - Zone La Madeleine - Zone

39 La Madeleine - Zone Marcq-en-Baroeul - Zone 1 n.s

40 Marcq-en-Baroeul - Zone Mons-en-Baroeul - Zone

41 Croix - Zone n.s. n.s. 9.5 Croix - Zone n.s

42 Roubaix - Zone Roubaix - Zone

43 Roubaix - Zone Roubaix - Zone

44 Tourcoing - Zone Tourcoing - Zone

45 Tourcoing - Zone Wattrelos - Zone

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Diagnostic. La couronne nord

Diagnostic. La couronne nord Diagnostic La couronne nord Evolutions démographiques et profil des ménages Une densité de population moyenne (1 700 hab/km 2 ), 10% des habitants et 10% des ménages de LMCU Plus d un tiers des ménages

Plus en détail

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014 Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 214 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS CLAMEUR analyse chaque année

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Fichier MIN Marché immobilier. des notaires

Fichier MIN Marché immobilier. des notaires Comment suivre les évolutions urbaines? Fichier MIN Marché immobilier des notaires Présentation réalisée par : Emmanuel Cellier Agence d urbanisme de Lyon E. Cellier Fichier MIN sept 2004 1 Qu est-ce que

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

L observation des loyers dans les observatoires locaux

L observation des loyers dans les observatoires locaux L observation des loyers dans les observatoires locaux Présentation de Geneviève PRANDI Directrice de l Olap 7 mai 2015 Plan de la présentation I. La méthodologie de l observation des loyers I. Principes

Plus en détail

Vers un repositionnement des logements PLS familiaux sur le marché du logement en Île-de-France?

Vers un repositionnement des logements PLS familiaux sur le marché du logement en Île-de-France? http://www.ols-idf.org AORIF L Union Sociale pour l Habitat d Île-de-France Caisse des Dépôts et Consignations, Direction Régionale Ile-de-France Direction Régionale et Interdépartementale de l Hébergement

Plus en détail

L'investissement locatif sur le territoire de LMCU

L'investissement locatif sur le territoire de LMCU L'investissement locatif sur le territoire de LMCU RDV du CETE 24/9/12 Marc BOUSCASSE, ADULM Sylvain GUERRINI, CETE NP Marc LEROY, Catherine COUSSAERT, CETE NP Centre d'études Techniques de l'équipement

Plus en détail

Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité

Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité Communiqué de presse Paris. Le 17 février 2014 Le DPE impacte la valeur des biens immobiliers et dévalorise les logements chauffés à l électricité L étude menée par l association Dinamic, sous la direction

Plus en détail

Le modèle hédonique d estimation des loyers de l Olap

Le modèle hédonique d estimation des loyers de l Olap Marché des loyers Le modèle hédonique d estimation des loyers de l Olap Les débats sur l encadrement des loyers, remis à l ordre du jour depuis la loi Duflot, ont provoqué un regain d intérêt pour les

Plus en détail

décembre 2012 Etude sur l impact des dispositifs d investissement locatif dans la Métropole Lilloise

décembre 2012 Etude sur l impact des dispositifs d investissement locatif dans la Métropole Lilloise décembre 2012 Etude sur l impact des dispositifs d investissement locatif dans la Métropole Lilloise Agence de Développement et d Urbanisme de Lille Métropole Etude sur l impact des dispositifs d investissement

Plus en détail

Organisation SIG. DDE de l Indre et Loire Service Prospective et Habitat

Organisation SIG. DDE de l Indre et Loire Service Prospective et Habitat Organisation SIG DDE de l Indre et Loire Service Prospective et Habitat Cadre de l étude Objectifs Opportunité de la mise en place d un SIG à l échelle du service SPH Analyse des pratiques actuelles Plus-value

Plus en détail

Mieux vivre ensemble. Les copropriétés sur le territoire de Lille Métropole

Mieux vivre ensemble. Les copropriétés sur le territoire de Lille Métropole Mieux vivre ensemble Les copropriétés sur le territoire de Lille Métropole Synthèse de l étude et du plan d actions/mars2013 sommaire La carte des territoires Une étude 15 de Lille Métropole sur les copropriétés

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

observatoires de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer LOUER SOMMAIRE

observatoires de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer LOUER SOMMAIRE Observatoire Partenarial de l Habitat du Pays de Saint-Omer observatoires Les de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer OBSERVATOIRE PARTENARIAL DE L HABITAT DU PAYS DE SAINT-OMER

Plus en détail

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier Chapitre 8 Estimation de la valeur d un bien immobilier L estimation de la valeur d un bien immobilier est utile notamment : 1. aux acheteurs et vendeurs potentiels ; 2. aux institutions de crédit, puisque

Plus en détail

2eme Programme Local de l'habitat. Séminaire du 1er Avril. ATELIER N 2 Parc privé

2eme Programme Local de l'habitat. Séminaire du 1er Avril. ATELIER N 2 Parc privé 2eme Programme Local de l'habitat 1 Séminaire du 1er Avril ATELIER N 2 Parc privé ArThemis V i l l e e t h a b i t a t Séminaire PLH 1er Avril 2010 Edition 29/03/2010 L offre nouvelle privée L ordre de

Plus en détail

L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS. Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris

L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS. Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris 1 L immobilier d entreprise dans le Grand Paris Préambule Définition de l immobilier d entreprise Sources des statistiques

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE. 4 ème trimestre. 2013 Chiffres-clés. Bureaux 1ER RÉSEAU PARTENAIRE

LILLE MÉTROPOLE. 4 ème trimestre. 2013 Chiffres-clés. Bureaux 1ER RÉSEAU PARTENAIRE MÉTROPOLE ème trimestre 03 Chiffres-clés Bureaux ER RÉSEAU PARTENAIRE LE MARCHÉ DE LA TRANSACTION Arthur Loyd er réseau national en immobilier d entreprise Analyse des transactions conclues au Transactions

Plus en détail

Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES. Réduisez vos impôts

Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES. Réduisez vos impôts Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES Réduisez vos impôts ÉDITO La loi Pinel enfin dévoilée! La loi Pinel est un dispositif fiscal en faveur de l investissement locatif. Elle vous permet de réduire vos impôts

Plus en détail

PROJET VILLE D ANGOULEME (CHARENTE) CAHIER DES CHARGES

PROJET VILLE D ANGOULEME (CHARENTE) CAHIER DES CHARGES PROJET VILLE D ANGOULEME (CHARENTE) CAHIER DES CHARGES ETUDE PRE-OPERATIONNELLE D OPERATION PROGRAMMEE D AMELIORATION DE L HABITAT DE RENOUVELLEMENT URBAIN 1 / 12 SOMMAIRE 1 - Contexte et objectifs de

Plus en détail

#01. aduan.fr. enquête loyers Les loyers du parc privé dans le Grand Nancy. en résumé. sommaire. oct. 2012 habitat. au 1er Janvier 2012

#01. aduan.fr. enquête loyers Les loyers du parc privé dans le Grand Nancy. en résumé. sommaire. oct. 2012 habitat. au 1er Janvier 2012 Agence de développement et d urbanisme de l aire urbaine nancéienne aduan.fr de l aduan #01 oct. 2012 habitat enquête loyers Les loyers du parc privé dans le Grand Nancy au 1er Janvier 2012 en résumé Réalisée

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL*

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* En 2002, en métropole, quatre ménages sur dix sont locataires de leur résidence principale. Ils occupent un logement de 68 m 2 en

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Lille Centre. 55, avenue du Président Kennedy 59000 Lille (Métro Mairie de Lille) Tél : 03 20 16 95 60 Fax : 03 20 85 24 01 Email : centre@lmh.

Lille Centre. 55, avenue du Président Kennedy 59000 Lille (Métro Mairie de Lille) Tél : 03 20 16 95 60 Fax : 03 20 85 24 01 Email : centre@lmh. Lille Centre 55, avenue du Président Kennedy (Métro Mairie de Lille) Tél : 03 20 16 95 60 Fax : 03 20 85 24 01 Email : centre@lmh.fr L Agence de Lille Centre DEVENIR LOCATAIRE, MODE D EMPLOI Pour retirer

Plus en détail

POLITIQUE DU STATIONNEMENT À LILLE MÉTROPOLE

POLITIQUE DU STATIONNEMENT À LILLE MÉTROPOLE POLE MOBILITÉ TRANSPORTS 09 AVRIL 2013 RSTT ANGERS NOUVEAUX PLANS DE DÉPLACEMENTS URBAINS - NOUVEAUX ENJEUX POLITIQUE DU STATIONNEMENT À LILLE MÉTROPOLE Pourquoi une politique de stationnement? «L automobile»

Plus en détail

ment du centre-ville et de l axe nord-sud dessiné par l avenue Jean Médecin.

ment du centre-ville et de l axe nord-sud dessiné par l avenue Jean Médecin. soin de mettre en œuvre ce réseau d observatoires, en lien avec l ensemble des acteurs nationaux et locaux du logement. Dès les travaux préparatoires, les partenaires de l Observatoire des Loyers des Alpes-Maritimes

Plus en détail

Observer et caractériser les dynamiques foncières. Les principales sources d information pour l observation foncière

Observer et caractériser les dynamiques foncières. Les principales sources d information pour l observation foncière Fiche A1 juin 2013 CETE Nord Picardie Observer et caractériser les dynamiques foncières Les principales sources d information pour l observation foncière Adus Les sources de données sont nombreuses, tout

Plus en détail

Enquête loyer du parc privé

Enquête loyer du parc privé Séminaire de l Observation Urbaine Enquête loyer du parc privé Sud Loire et Proche Haute-Loire 13 novembre 2012 Présentation : Armelle Lafaiye Sommaire L agence d urbanisme de la région stéphanoise epures

Plus en détail

habitat chiffres et tendances lille métropole L Accession aidée dans le neuf : un enjeu au cœur des politiques locales de l habitat

habitat chiffres et tendances lille métropole L Accession aidée dans le neuf : un enjeu au cœur des politiques locales de l habitat N 3 : novembre 2011 habitat chiffres et tendances lille métropole L Accession aidée dans le neuf : un enjeu au cœur des politiques locales de l habitat Villa Sarrail, Roubaix - Pierres et Territoires de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

ACT URBA. Une approche de la tension sur les marchés locaux de l habitat. Étude comparative sur huit agglomérations françaises #5 - AVRIL 2012

ACT URBA. Une approche de la tension sur les marchés locaux de l habitat. Étude comparative sur huit agglomérations françaises #5 - AVRIL 2012 ACT URBA #5 - AVRIL 2012 Une approche de la tension sur les marchés locaux de l habitat Étude comparative sur huit agglomérations françaises Sommaire Introduction 3 L approche méthodologique de l étude

Plus en détail

Observatoire des loyers du Grand Clermont SYNTHÈSE DE LA DÉMARCHE

Observatoire des loyers du Grand Clermont SYNTHÈSE DE LA DÉMARCHE Observatoire des loyers du Grand Clermont SYNTHÈSE DE LA DÉMARCHE Juillet 2005 P artenariat L observatoire des loyers du Grand Clermont est une thématique de l observatoire de l habitat du Grand Clermont,

Plus en détail

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Diversités des outils et

Plus en détail

Systèmes experts. Chapitre 7. 7.1 Utilité des systèmes experts. 7.2 Construction des systèmes experts

Systèmes experts. Chapitre 7. 7.1 Utilité des systèmes experts. 7.2 Construction des systèmes experts Chapitre 7 Systèmes experts 7.1 Utilité des systèmes experts La construction d indices hédoniques repose sur des modèles permettant d évaluer tout bien de caractéristiques données. Elle s accompagne habituellement

Plus en détail

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de Mobilisation et valorisation du foncier public Fiche n 3 Sept. 2013 De la comparaison au bilan Méthodes d évaluation des terrains Certu La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

PERVAL. Les références immobilières du notariat

PERVAL. Les références immobilières du notariat PERVAL Les références immobilières du notariat 1 Pourquoi la base de données immobilières des notaires Aujourd hui, les notaires peuvent, entre autre, exploiter la base de données PERVAL pour : Rechercher

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

SPÉCIAL PARAMÉ ET AUSSI... INVESTIR SEREINEMENT AVEC LA LOI PINEL Tous les avantages de la Loi Pinel

SPÉCIAL PARAMÉ ET AUSSI... INVESTIR SEREINEMENT AVEC LA LOI PINEL Tous les avantages de la Loi Pinel N 3 I AUTOMNE/HIVER 2015 LE MAGAZINE IMMOBILIER DE LA CÔTE D ÉMERAUDE SPÉCIAL PARAMÉ Toutes les opportunités d achat d un appartement neuf dans l un des plus beaux quartier de Saint-Malo INVESTIR SEREINEMENT

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 OBSERVATOIRE DE L HABITAT 10 ANS DE TRANSACTIONS : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 Dans le cadre de l Observatoire de l Habitat du Pays d Aix, l AUPA a effectué une analyse des

Plus en détail

Fiche communale BOURG LES VALENCE

Fiche communale BOURG LES VALENCE Fiche communale BOURG LES VALENCE Synthèse de l entretien en commune du 30 juin 2011 CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA COMMUNE La ville de Bourg les Valence est traversée par différents axes de communication

Plus en détail

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Rédacteurs V1 - Août 2014 Julien RAVENEL / Soazig VANNIER Objectifs de l application Le Programme Local de l Habitat (PLH),

Plus en détail

Programme Local de l'habitat

Programme Local de l'habitat Communauté d Agglomération du Pays Viennois Observatoire de l Habitat -données 2012- Groupe de Direction du CLH du 4 juillet 2013 Sommaire 1. Développement résidentiel 2. Les marchés immobiliers : ventes

Plus en détail

Le logement social privé

Le logement social privé Le logement social privé Agence nationale pour l amélioration de l habitat Aides à l amélioration des logements appartenant à des propriétaires privés Conditions d attribution des aides Logements achevés

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?»

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» Etude du marché immobilier du Grand Avignon Intervention : Yohan BREUIL, directeur d agence, Adequation L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» www.adequation.fr Le 07 octobre 2014 Objectifs

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux.

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux. L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor SCPI investie majoritairement en bureaux. La SCPI Allianz Pierre Valor La SCPI est une société qui a pour objet exclusif l acquisition et la

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine. Conférence de Presse du 20 mai 2015

Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine. Conférence de Presse du 20 mai 2015 Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Conférence de Presse du 20 mai 2015 L observation des loyers, un double enjeu, national et local L Observatoire Local des Loyers, un projet

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Créations et réalisations graphiques pour l Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Cahier des charges

Créations et réalisations graphiques pour l Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Cahier des charges Créations et réalisations graphiques pour l Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Cahier des charges Août 2014 I. Contexte de la demande a. Présentation de l Agence de développement

Plus en détail

LOI SCELLIER. Une mesure exceptionnelle en faveur de l Investissement Locatif Réduction d impôt jusqu à 37% sur 15 ans!

LOI SCELLIER. Une mesure exceptionnelle en faveur de l Investissement Locatif Réduction d impôt jusqu à 37% sur 15 ans! LOI SCELLIER Une mesure exceptionnelle en faveur de l Investissement Locatif Réduction d impôt jusqu à 37% sur 15 ans! I) PRINCIPES DE LA LOI SCELLIER La Loi Scellier, c est une réduction d impôt pouvant

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

> Rue Eugène Thomas, Nantes. Axe 2. Diversifier l offre pour assurer les parcours résidentiels des ménages sur l agglomération

> Rue Eugène Thomas, Nantes. Axe 2. Diversifier l offre pour assurer les parcours résidentiels des ménages sur l agglomération > Rue Eugène Thomas, Nantes Axe 2 Diversifier l offre pour assurer les parcours résidentiels des ménages sur l agglomération 22 Aux objectifs quantitatifs de soutien et de relance de la production d habitat

Plus en détail

Éventail des bases de données logement

Éventail des bases de données logement Éventail des bases de données logement Vers une connaissance partagée 10e SÉMINAIRE ANNUEL DE L OBSERVATION URBAINE 13 nov. 2012 Peggy MERTINY Pôle de compétence et d'innovation sur les marchés locaux

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

SCPI Malraux. Pierre Investissement

SCPI Malraux. Pierre Investissement Présentation SCPI Malraux INTER GESTION, société de gestion gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5, et 6. Depuis 2005, Inter-gestion s est aussi spécialisée dans

Plus en détail

quinzaine des services à la personne du 6 au 21 octobre 2014 POLE-EMPLOI.FR

quinzaine des services à la personne du 6 au 21 octobre 2014 POLE-EMPLOI.FR des services quinzaine des services du 6 au 21 2014 plus de 50 Actions pour découvrir les métiers des services, se former, rechercher un emploi dans le secteur... POLE-EMPLOI.FR lundi 6 Venez vous informer

Plus en détail

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE 09 2011 R EPÈRES SE LOGER «LES CHARGES de copropriété» AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE INTRODUCTION La connaissance du niveau des charges de copropriété

Plus en détail

Les marchés immobiliers des métropoles françaises : Enjeux, structures et évolutions

Les marchés immobiliers des métropoles françaises : Enjeux, structures et évolutions Les marchés immobiliers des métropoles françaises : Enjeux, structures et évolutions François Cusin Journée d étude de l OFCE : «Ville et logement» 4 décembre 2012 Source : Données BIEN et PERVAL Traitements

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX. LE QUATUOR- Roubaix Co-Exclusivité Arthur Loyd Réalisation ADIM Nord Picardie Investisseur : Foncière des Régions

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX. LE QUATUOR- Roubaix Co-Exclusivité Arthur Loyd Réalisation ADIM Nord Picardie Investisseur : Foncière des Régions CONSEIL LILLE MÉTROPOLE CHIFFRES CLÉS BUREAUX 1 er TRIMESTRE 015 LE QUATUOR- Roubaix Co-Exclusivité Arthur Loyd Réalisation ADIM Nord Picardie Investisseur : Foncière des Régions 1 ER RÉSEAU PARTENAIRE

Plus en détail

Dossier de Candidature

Dossier de Candidature Dossier de Candidature BORDEAUX QUARTIER ST MICHEL 69 rue Camille Sauvageau PRESENTATION DU PROJET Préambule InCité mène le volet habitat du projet de renouvellement du Centre Historique mis en place par

Plus en détail

Fiches thématiques. Patrimoine

Fiches thématiques. Patrimoine Fiches thématiques Patrimoine 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques.

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques. LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS Le parc existant La construction neuve Le marché immobilier Juillet 2007 Préfecture de Paris / DULE / Bureau de l habitat Section analyse et prospective habitat 1. INTRODUCTION

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?»

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» «Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» Interventions dans le cadre de la MOUS Qu est-ce que l habitat indigne? «Constituent un habitat indigne les locaux utilisés aux fins d habitation

Plus en détail

LES CREDITS IMMOBILIERS

LES CREDITS IMMOBILIERS LES CREDITS IMMOBILIERS Actualisée le : 21/05/ 2011 TYPOLOGIE DES PRETS Les prêts réglementés Prêt à taux Zéro (PTZ) Prêt à l accession sociale (PAS) Prêt conventionné (PC) Prêt Epargne Logement (PEL)

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015

Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015 Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015 Vous avant tout Édito Que vous soyez un particulier cherchant à s établir au Luxembourg ou voulant investir dans la pierre,

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER

SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER Décembre 2014 SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER Les questions immobilières étant devenues majeures pour les entreprises, les Directions Immobilières doivent fournir de plus en plus d éléments tangibles d évaluation

Plus en détail

Etude de faisabilité TECHNOPOLE LILLE METROPOLE DIGIPORT DISPOSITIF EXPERIMENTAL D UNE CARTE DE VIE QUOTIDIENNE INTEROPERABLE ET MULTI- PARTENARIALE

Etude de faisabilité TECHNOPOLE LILLE METROPOLE DIGIPORT DISPOSITIF EXPERIMENTAL D UNE CARTE DE VIE QUOTIDIENNE INTEROPERABLE ET MULTI- PARTENARIALE PHASE 1 Etape (s) concernée(s) Mode d emploi Préparatoire Initialisation Cadrage Etude de faisabilité Etude fonctionnelle Etude technique Cahier des charges Exemple de cahier des charges Lille Métropole

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Fiche territoriale SCOT de la CA Seine Eure - Forêt de Bord SCOT

Plus en détail

Point d étape Note méthodologique

Point d étape Note méthodologique Point d étape Note méthodologique Avril 2008 Avril 2008 SOMMAIRE... Préambule : Enjeux et objectifs des points d étape... 4 Partie 1 : Réalisation des points d étape pour les projets de rénovation urbaine

Plus en détail

Evaluer les effets du Programme national de rénovation urbaine :

Evaluer les effets du Programme national de rénovation urbaine : 10 ème séminaire annuel de l observation urbaine Evaluer les effets du Programme national de rénovation urbaine : Comment mobiliser le fichier Filocom? 1 Anthony Briant Chargé de la sous-direction des

Plus en détail

CLUB GEOMATIQUE 8 JUIN 2006. Données cadastrales Données foncières et immobilières

CLUB GEOMATIQUE 8 JUIN 2006. Données cadastrales Données foncières et immobilières REFLEXION A PARTIR DES RETOURS D EXPERIENCES Données cadastrales Données foncières et immobilières DGI/EQUIPEMENT Objets de la prestation Proposition CETE Méditerranée : mars 2003 Mieux connaître les services

Plus en détail

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée Des informations pour votre logement Quel habitat demain? p. 2 Rénovation urbaine du quartier de la gare à Pamiers p. 4 Restructuration du quartier de Ginabat à Montoulieu p. 6 Du 21 novembre au 4 décembre,

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DES AIDES AUX TRAVAUX DANS LE CADRE DE l OPAH 2012-2015 (modification n 1 approuvée le 09-07-13)

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DES AIDES AUX TRAVAUX DANS LE CADRE DE l OPAH 2012-2015 (modification n 1 approuvée le 09-07-13) CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DES AIDES AUX TRAVAUX DANS LE CADRE DE l OPAH 2012-2015 (modification n 1 approuvée le 09-07-13) Règlement d intervention En novembre 2012, la CORA a lancé sur son territoire,

Plus en détail

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE La loi de finances pour 2015, qui a rebaptisé le dispositif «Duflot» en dispositif «Pinel», a apporté des améliorations au dispositif d investissement

Plus en détail

Gestion immobilière Conférence de l AFTA 15 octobre 2012

Gestion immobilière Conférence de l AFTA 15 octobre 2012 Gestion immobilière Conférence de l AFTA 15 octobre 2012 Intervenants : - Béatrice de Durfort, Centre Français des Fonds et Fondations - Frédéric Grosjean, Institut Pasteur - Maître Christelle Grandin

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Investissements Duflot : Quelles contraintes locatives dans les faits!

Investissements Duflot : Quelles contraintes locatives dans les faits! Investissements Duflot : Quelles contraintes locatives dans les faits! Ci-dessous, notre comparatif de rentabilité locative entre nos résidences «Scellier» commercialisées en 2012 et nos résidences «Duflot»

Plus en détail

Du Scellier au Duflot

Du Scellier au Duflot 12 décembre 2012 DAEJ/CAB/2012/67 Du au Duflot 1- De nombreux dispositifs d aide à l investissement locatif dans le logement neuf se sont succédés depuis 1986 Depuis 1986, six dispositifs fiscaux de soutien

Plus en détail