FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES"

Transcription

1 Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 45 FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES OBJECTIF A la fin de cette session, les agents de terrain devront être capables de: comprendre le système alimentaire local et les différents facteurs qui contribuent à la sécurité alimentaire des ménages; comprendre les interactions entre la sécurité alimentaire des ménages, leur santé et les soins pour déterminer le bien-être nutritionnel des membres de la famille. FIGURE 4.1 Les groupes d aliments Lait Fromage Yoghurt

2 46 Facteurs affectant la sécurité alimentaire et l état nutritionnel des ménages APERÇU GÉNÉRAL La possibilité de disposer de suffisamment d aliments de bonne qualité pour la consommation familiale dépend de plusieurs facteurs. La production au niveau du ménage est un des moyens qui permettent d assurer que la famille dispose en permanence d aliments. Toutefois, pour produire suffisamment d aliments variés dans le jardin potager ou les champs, il faut avoir accès à des ressources adéquates, notamment la terre, l eau, les semences, l équipement, les connaissances, la compétence et la main-d œuvre. Les routes et les moyens de transport vers les marchés sont nécessaires pour l achat ou la vente des aliments et d autres articles essentiels. Les membres du ménage ont également besoin d avoir accès aux services publics et commerciaux, ainsi qu à des emplois à l extérieur pendant les périodes de faible activité agricole. Dans les zones rurales où la possibilité de gagner de l argent est limitée, la capacité de produire la plupart des aliments dans le jardin potager et à la ferme, sans devoir acheter sur le marché, garantit une meilleure sécurité alimentaire des ménages. Cette sécurité est tributaire d un approvisionnement alimentaire régulier et durable pendant toute l année. Cependant, dans de nombreuses zones rurales, les ménages sont souvent confrontés à des pénuries alimentaires parce que la production végétale est saisonnière et parfois insuffisante. La présente session passe en revue les facteurs qui contribuent à la sécurité alimentaire des ménages, ainsi que leurs effets sur l apport alimentaire et l état nutritionnel. Le modèle causal de la malnutrition élaboré pendant la session 2 est utilisé pour étudier le rôle que jouent d autres facteurs, par exemple les soins adéquats aux enfants, la santé et l hygiène, sur l état nutritionnel. A la fin de cette session, les participants analyseront plus en profondeur les problèmes et les contraintes qui existent dans le système alimentaire, en commençant par la production alimentaire pour terminer par l apport alimentaire et l utilisation des aliments ingérés. En s appuyant sur leurs connaissances et leur expérience auprès des communautés locales, les membres du groupe exploreront les moyens qui permettraient aux ménages de résoudre quelques-uns des problèmes identifiés. ACTIVITÉS Discussion. Après avoir présenté les objectifs de la présente session, le formateur se réfère au modèle causal de la malnutrition que les agents de terrain ont élaboré et demande aux agents de terrain de penser à tous les facteurs qui favorisent l accès des ménages à suffisamment de vivres pendant toute l année. Avant d entamer la discussion en petits groupes, le formateur introduit en séance plénière le concept de système alimentaire local en demandant aux participants de citer toutes les étapes du système alimentaire, de la production à la consommation. La discussion en petits groupes qui suit devra porter sur les questions suivantes: Quels sont les facteurs qui déterminent la sécurité alimentaire au niveau des ménages? Quelles sont les différentes étapes du système alimentaire? Quels sont les problèmes et les obstacles que la communauté locale ou les ménages rencontrent à chaque étape?

3 Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 47 Quels sont les facteurs qui influent sur l état nutritionnel et le choix des aliments au niveau des communautés locales? Que peuvent faire les communautés ou des particuliers pour éliminer certains des problèmes ou obstacles identifiés? Quelles sont les bonnes pratiques en ce qui concerne la nutrition et le jardinage, et quelles sont les possibilités d aider la population à apporter des améliorations? Comment un agent de terrain peut-il aider une communauté à prendre en compte de telles possibilités? Travail en petits groupes. Les participants se divisent en groupes, et chaque groupe examine les questions ci-dessus. Le formateur remet un exemplaire du tableau 4.1, «Problèmes dans le système alimentaire local et possibilités d amélioration», à chaque groupe, en laissant vide la colonne 2, «Problèmes dans le système alimentaire»; il demande aux groupes de citer tous les problèmes et obstacles qui existent dans les communautés locales avec lesquelles ils travaillent. Cet exercice devra être suivi d une discussion sur les causes possibles de ces problèmes et sur les moyens d aborder les problèmes et d apporter des améliorations. Présentation des résultats. Chaque groupe présente les résultats de ses discussions en séance plénière. L ensemble du groups dresse ensuite une liste finale des problèmes et des obstacles, ainsi qu une liste des moyens qui existent dans le système alimentaire local pour améliorer la sécurité alimentaire des ménages. Un tableau de conférence ou tout autre matériel didactique dont disposent les participants peut être utilisé pendant la présentation. Résumé des présentations de groupe. Le formateur résume les principaux résultats et conclusions de la discussion, qui serviront ensuite d informations générales pour les sessions 7 et 8. Résumé de la session. En se fondant sur ce que les agents de terrain ont appris, le formateur conclut la session en faisant un résumé sur l interdépendance des différents facteurs qui affectent la sécurité alimentaire des ménages et le résultat nutritionnel. Le formateur examine également le rôle que jouent les connaissances, l éducation, les différentes activités et responsabilités des femmes et des hommes, ainsi que leur accès aux ressources et leur utilisation, en ce qui concerne l amélioration globale de la nutrition. MATÉRIEL NÉCESSAIRE tableau de conférence; modèle causal de la malnutrition; tableau 4.1, «Problèmes dans le système alimentaire local et possibilités d amélioration»; stylos et marqueurs.

4 48 Facteurs affectant la sécurité alimentaire et l état nutritionnel des ménages TABLEAU 4.1 Problèmes dans le système alimentaire local et possibilités d amélioration Etapes du système alimentaire Problèmes dans le système alimentaire Causes Possibilités d amélioration Ressources naturelles Défrichement de la terre Production végétale Récolte Stockage des aliments Distribution et commercialisation des produits alimentaires Achats Terres insuffisantes Régime foncier précaire Terre peu fertile Manque d eau Eloignement de l habitation Trop peu d adultes dans le ménage Manque d outils Diversité des cultures limitée Cultures commerciales au lieu de cultures vivrières Manque de semences et de matériau de plantation Mauvaise qualité des semences et du matériau de plantation Consommation des semences Prédominance des cultures introduites par rapport aux cultures traditionnelles Connaissance insuffisante des cultures qui donnent de meilleurs résultats nutritionnels et autres avantages Mauvaises pratiques culturales Mauvais espacement et répartition inégale des semences Invasion par les ravageurs et les mauvaises herbes Facteurs de production limités Visites peu fréquentes des vulgarisateurs chez les ménages Absence de conseils donnés aux femmes par les services de vulgarisation Dégâts causés par les ravageurs Pertes alimentaires Manque de récipients de stockage appropriés Insuffisance des aliments stockés Manque de connaissances sur les bonnes méthodes de stockage Marchés éloignés des lieux de production Réseau routier et système de transport médiocres Vente d aliments dès la récolte Stockage domestique insuffisant Manque d argent Difficulté à obtenir des aliments frais Prix élevé des aliments

5 Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 49 Etapes du système alimentaire Problèmes dans le système alimentaire Causes Possibilités d amélioration Traitement et préparation des aliments Distribution des aliments au sein de la famille Consommation Santé et hygiène Manque d équipement approprié pour le traitement/la mouture Manque de bois de feu Manque de temps chez les mères pour préparer les aliments Manque de récipients de stockage appropriées Manque de connaissances pour préparer les aliments qui conviennent Manque de connaissances pour une préparation satisfaisante des aliments Peu de prestige attaché aux légumes verts Cuisson trop prolongée des légumes verts Portion insuffisante réservée aux enfants Trop de bouches à nourrir dans la famille Existence d aliments tabous pour certains membres de la famille Manque d information sur les besoins alimentaires des différents groupes d âge Perte d appétit du fait de la maladie Aliments trop volumineux pour les jeunes enfants Arrêt de l allaitement maternel quand l enfant atteint l âge de 12 mois Nombre de repas insuffisant chez les enfants (seulement deux par jour) Hygiène alimentaire médiocre Manque d eau potable Puits éloigné Maladies infantiles fréquentes Absence des mères aux séances mensuelles de surveillance de la croissance des enfants Source: D après FAO, Field programme management: food, nutrition and development. Rome.

6 50 Facteurs affectant la sécurité alimentaire et l état nutritionnel des ménages NOTES TECHNIQUES Messages prioritaires 1 La sécurité alimentaire, les soins et la santé des ménages sont des éléments essentiels pour garantir une bonne nutrition à tous les membres du ménage 2 L équilibre nutritionnel peut être réalisé grâce à un régime varié et à la diversité biologique La sécurité alimentaire, les soins et la santé des ménages sont des éléments essentiels pour garantir une bonne nutrition à tous les membres du ménage La sécurité alimentaire des ménages. Elle a été définie à la session 1 comme «l accès de tous, en tout temps, aux aliments nécessaires pour mener une vie saine». Les ménages peuvent s approvisionner en denrées alimentaires grâce à leur propre production ou à des achats, mais ils le font généralement en combinant les deux. Certains facteurs aident les communautés à avoir suffisamment d aliments variés au niveau du ménage. Citons notamment l accès à une eau suffisante, à une terre fertile, aux semences, au matériau de plantation, à l outillage agricole, à des conseils techniques, au crédit, à un bon système de stockage. A cela s ajoute un nombre suffisant de membres de la famille en bonne santé et assez robustes pour travailler à la ferme et avoir un emploi à l extérieur. Cependant, beaucoup de communautés rurales ne peuvent pas se procurer pendant toute l année des quantités suffisantes d aliments de base frais ou conservés, et leur accès aux légumes et fruits frais est le plus souvent saisonnier. Les ménages vendent fréquemment trop d aliments, soit parce qu ils ont besoin d argent, soit parce que les possibilités de stockage et de conservation des aliments sur de longues périodes sont médiocres ou inexistantes. Pour s assurer un accès continu à des denrées nourrissantes et variées, les ménages peuvent avoir recours à plusieurs stratégies, notamment produire pendant toute l année des aliments dans le jardin potager (à condition d avoir assez d eau), conserver, traiter et stocker les aliments. Ils peuvent ainsi se prémunir contre les pénuries saisonnières, mais cela implique de planifier à l avance et de réfléchir à la manière la plus efficace d utiliser les ressources disponibles pour éviter les périodes de famine. Des options technologiques appropriées permettent d augmenter la production des jardins, ainsi que de traiter et conserver des aliments de base périssables, tels que les légumineuses, les légumes et les fruits, pour accroître les réserves et améliorer la valeur marchande des produits.

7 Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 51 Les soins. La sécurité alimentaire des ménages est une condition essentielle à une alimentation adéquate, mais elle ne garantit pas toujours un bon état nutritionnel. Ce dernier nécessite une prise en charge satisfaisante, notamment des jeunes enfants et des membres de la famille vulnérables sur le plan nutritionnel. Une telle attention suppose des connaissances sur les besoins alimentaires et nutritionnels des différents membres du ménage. Les connaissances aident la personne qui dispense les soins, généralement la mère, à prendre les bonnes décisions sur les types d aliments et la quantité à préparer et à servir aux enfants et aux adultes pendant les repas. Outre les connaissances et l expérience dans le domaine de la nutrition, la personne qui assure les soins doit également disposer d assez de temps pour s occuper des enfants et préparer la nourriture. Dans de nombreuses cultures africaines, les femmes sont les principales productrices d aliments et dispensatrices de soins au niveau du ménage. Elles ont en outre beaucoup d autres responsabilités, par exemple aller chercher l eau et le bois de feu, stocker, traiter et vendre les aliments. Pendant les saisons de grande activité agricole, le danger est particulièrement grand que les soins aux enfants et leur alimentation soient négligés. Cependant, malgré les obstacles, il existe de nombreuses solutions pour que les ménages prennent mieux soin de leurs membres les plus vulnérables. On peut citer les technologies qui font gagner du temps aux femmes, par exemple en ce qui concerne la fourniture d eau. D autres solutions sont plus orientées vers les personnes et impliquent que la communauté ou les individus modifient leurs traditions ou leur façon de vivre. Ainsi, tous les membres de la communauté, adultes et jeunes, doivent mieux connaître les avantages d une bonne nutrition et d une santé satisfaisante, de même que les nombreuses possibilités d action au niveau communautaire ou individuel, par exemple créer des garderies ou encourager les pères à s occuper de leurs enfants. La santé. En plus de bénéficier de la sécurité alimentaire et des soins, un individu doit également être en bonne santé pour tirer un maximum de profit des aliments qu il ingère, faute de quoi certains nutriments seront perdus. Par exemple, les nutriments peuvent passer dans le système digestif sans être absorbés, comme c est le cas chez les personnes souffrant de diarrhée, ou bien ils peuvent être utilisés par des parasites tels que les vers intestinaux. C est pourquoi les ménages doivent s efforcer de prévenir les maladies transmissibles et les infections parasitaires, en pratiquant une bonne hygiène environnementale et personnelle, en consommant de l eau potable et en veillant à ce que les aliments soient sains et propres. Quand un membre du ménage tombe malade, il doit aller au dispensaire ou demander conseil à l agent de santé du village. Si elles ne sont pas traitées, les infections qui empêchent une bonne utilisation des aliments et des nutriments dont dispose le corps peuvent entraîner la malnutrition. L équilibre nutritionnel peut être réalisé grâce à un régime varié et à la diversité biologique Variété des aliments et diversité biologique. Cultiver en petites quantités des légumes variés est une bonne stratégie pour protéger l environnement; cela permet de conserver la diversité biologique et d améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition. Les femmes qui travaillent dans l agriculture veillent tout particulièrement à la diversité des cultures, car

8 52 Facteurs affectant la sécurité alimentaire et l état nutritionnel des ménages ce sont souvent elles qui utilisent les ressources génétiques pour développer de nouvelles variétés en fonction des besoins et des préférences de leur famille. Le fait de pratiquer plusieurs cultures réduit le risque d une perte totale de production en cas de maladie. Cela permet également aux ménages de varier leur régime alimentaire, de préparer un choix de plats et de rehausser la qualité nutritive des repas. Pendant la saison des pluies, les ménages disposent de plusieurs légumes feuillus traditionnels qui poussent tout autour de la ferme à l état sauvage ou semi-sauvage, mais ces variétés ne sont pas toujours disponibles pendant la saison sèche. Ainsi, le fait de les cultiver dans le jardin potager, en particulier pendant la saison sèche, accroît l offre de légumes pendant cette saison et sert de bouclier contre une éventuelle perte de récolte, d autant plus que les cultures traditionnelles sont mieux adaptées à la région. Pour être sûrs d avoir des semences de ces légumes pendant la saison sèche, les agriculteurs doivent prendre soin de garder des graines dès la fin de la saison des pluies, de bien les stocker et de les semer dans un coin arrosé du jardin potager. Voir aussi la fiche d information 12 sur les questions concernant la promotion des plantes alimentaires indigènes.

LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA

LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA Compte tenu des niveaux élevés de sous-nutrition infantile (aiguë et chronique) et d insécurité

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Un nouveau modèle d agriculture

Un nouveau modèle d agriculture Un nouveau modèle d agriculture Produire plus avec moins Guide à l intention des décideurs sur l intensification durable de l agriculture paysanne L intensification durable des cultures peut se résumer

Plus en détail

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Juin 2010 Paula Bilinsky Anne Swindale FANTA FHI 360 1825 Connecticut

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Cultiver les légumes. Installer les carrés. L entretien. Osez le potager en carrés! Sommaire

Cultiver les légumes. Installer les carrés. L entretien. Osez le potager en carrés! Sommaire Osez le potager en carrés! Vive le potager en carrés!...4 Pour toute la famille....6 Installer les carrés Choisir un modèle....10 Le matériel nécessaire....12 Le bon emplacement...14 Remplir les carrés...16

Plus en détail

CULTIVER DES JARDINS POUR CULTIVER NOS COMMUNAUTÉS

CULTIVER DES JARDINS POUR CULTIVER NOS COMMUNAUTÉS Plus que des jardins! FORUM ENVIRONNEMENT 2011 Ateliers de discussions, de concertation et de planification Réalisations de projets d aménagement urbain Atelier 3 : Mobilisation sociale et impact sur la

Plus en détail

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage»

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» BIM n 107-13 février 2001 Karin BARLET et Anne-Claude CREUSOT Champ d expérimentations, le secteur de la microfinance évolue en donnant naissance à de

Plus en détail

Cultivons la ville! Exemples de limitation des effets de capture thermique Présentation de projets de lutte aux îlots de chaleur urbains

Cultivons la ville! Exemples de limitation des effets de capture thermique Présentation de projets de lutte aux îlots de chaleur urbains Cultivons la ville! Exemples de limitation des effets de capture thermique Présentation de projets de lutte aux îlots de chaleur urbains - Partie I - Les Urbainculteurs et l agriculture urbaine Qui? -

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Adaptation et sécurité alimentaire

Adaptation et sécurité alimentaire Note de position CARE sur le changement climatique Adaptation et sécurité alimentaire L insécurité alimentaire, qui touche tout particulièrement les femmes et les enfants pauvres, suscite de plus en plus

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

Alimentation, nutrition, population et santé

Alimentation, nutrition, population et santé 85 Alimentation, nutrition, population et santé Orientation L unité 4 porte sur les causes complexes des problèmes de nutrition. Son contenu se limite aux causes et aux facteurs qui sont utiles à l agent

Plus en détail

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Valeur ajoutée d une stratégie intersectorielle

Plus en détail

FICHE D EXPERIENCE. L Union provinciale des productrices des produits du karité de la province de Banwa : Valorisation et préservation du karité

FICHE D EXPERIENCE. L Union provinciale des productrices des produits du karité de la province de Banwa : Valorisation et préservation du karité FICHE D EXPERIENCE L Union provinciale des productrices des produits du karité de la province de Banwa : Valorisation et préservation du karité L Union provinciale des productrices des produits du karité

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Rapport de résultats et d impact

Rapport de résultats et d impact Rapport de résultats et d impact «L énergie solaire pour les femmes de Monzonblena et Kossa au Mali» Villages de Monzonblena et Kossa Carte du Mali Localisation: Début du projet : Août 2010 Durée du projet

Plus en détail

La santé des populations dépend de systèmes alimentaires sains

La santé des populations dépend de systèmes alimentaires sains Friedensreich Hundertwasser, 738 Grass for those who cry, 1975, 2013 NAMIDA AG, Glarus/Switzerland La santé des populations dépend de systèmes alimentaires sains Des systèmes alimentaires durables au service

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto D où viennent nos semences Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto Monsanto a pour objectif de permettre aux agriculteurs de petites et grandes exploitations de produire davantage

Plus en détail

CHOISIR UN PRODUIT DURABLE

CHOISIR UN PRODUIT DURABLE Vous êtes ici : Travailler 5 e année AXE : L analyse du cycle de vie CHOISIR UN PRODUIT DURABLE 1. FICHE SIGNALÉTIQUE Description deles élèves analysent, à l aide d un outil appelé la «grille des achats

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Les femmes de Bac Kan, au cœur du développement économique de leur communauté» Région de Bac Kan Carte du Vietnam Localisation du projet : Communes de Con Minh, Quang Phong, Dong

Plus en détail

POURQUOI DES TOILETTES SECHES EN ACCUEIL PAYSAN?

POURQUOI DES TOILETTES SECHES EN ACCUEIL PAYSAN? Guide des bonnes pratiques «toilettes sèches» POURQUOI DES TOILETTES SECHES EN ACCUEIL PAYSAN? D un point de vue écologique, les toilettes sèches sont une alternative intéressante aux systèmes d assainissement

Plus en détail

Agriculture et sécurité alimentaire : Contribution de l AIEA

Agriculture et sécurité alimentaire : Contribution de l AIEA Programme de coopération technique Agriculture et sécurité alimentaire : L AIEA, en partenariat avec l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO), aide ses États Membres

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Sécuritéalimentaire SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

Sécuritéalimentaire SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Sécuritéalimentaire SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Présent senté le 8 janvier 009 Micheline Séguin Bernier Dt.P., M.Sc. Direction de santé publique Le 8 janvier 009 Plan de présentation Volet Définition de la sécurité

Plus en détail

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent.

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent. Initiative de soutien au développement de la sécurité alimentaire dans la région de Montréal. Cadre de référence 2007-2012 Document de consultation Agence de la santé et des services sociaux de Montréal-

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Le développement durable 2010

Le développement durable 2010 Le développement durable 2010 Fédération internationale de laiterie (FIL-IDF Canada) mars 2010 Danone Inc. Canada Danone Plan Danone Danone au Canada Le développement durable Danone et le double-projet

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Des compétences professionnelles et des prestations de qualité

Des compétences professionnelles et des prestations de qualité Des compétences professionnelles et des prestations de qualité Imprimé sur du papier recyclé - Novembre 2012 Le Certificat de Qualification Professionnelle - CQP Employé-e technique de restauration Agihr

Plus en détail

Volet 8 : Alimentation Sécurité alimentaire

Volet 8 : Alimentation Sécurité alimentaire 1 Volet 8 : Alimentation Sécurité alimentaire Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 2 1. Facteurs d influence de la sécurité alimentaire... 2 1.1 L'insécurité

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Karen Rideout, M.Sc. Centre de collaboration nationale en santé environnementale Centre de contrôle des maladies de la

Plus en détail

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit Toiture-jardin potager Optigreen Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Avec les

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Conçue et mise en page par

Conçue et mise en page par COMPETENCES EN GESTION POUR LES PETITS PRODUCTEURS DE SEMENCES : GUIDE DU FORMATEUR MANUEL TROIS MANUELS POUR LES PETITS PRODUCTEURS DE SEMENCES Cette publication a été développée par le Centre International

Plus en détail

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Les déchets organiques Le compostage Le mulching Le broyage Le paillage L alimentation animale Présentation du traitement actuel des déchets

Plus en détail

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Résumé du projet de Guide de l OCDE pour des chaînes d'approvisionnement agricoles responsables, qui était soumis a consultation en janvier-février 2015 Dans les années

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Communication Avril 2015 Sur la commune de Brindas (69) dans la plaine de «La Pras», Que se passe-t-il en Avril à la ferme Race : Alpine chamoisée De la part de Sandrine Il

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

FILIÈRES TOURISME RESTAURATION ET SERVICES DOMESTIQUES

FILIÈRES TOURISME RESTAURATION ET SERVICES DOMESTIQUES FILIÈRES TOURISME RESTAURATION ET SERVICES DOMESTIQUES Diplômes des filières Tourisme, Restauration et Services domestiques Les diplômes des filières Tourisme, Restauration et Services domestiques (diplômes

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE

LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE QUESTION 1 : MONTRER QUE LA CULTURE DU SOJA EST UNE AGRICULTURE MODÉRÉE ET MÉCANISÉE. La culture du soja est une agriculture moderne et mécanisée car sur l image du document

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Des jardins sur les toits de nouveaux espaces pour la communauté www.lesjardins.ca «Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Jardinière écologique

Plus en détail

Le petit-déjeuner et développement durable

Le petit-déjeuner et développement durable Les repas Salle avec tableau 45 à 55 min. Le petit-déjeuner et développement durable Objectifs de l atelier : Sensibiliser les enfants sur la notion de développement durable en se référant aux étapes de

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

MISSION MUSKAAN PROJET FRESH NEPAL ORPHELINAT AUTONOME, ECOLOGIQUE ET DURABLE. Maelle Viollet WWW. M I S S I O N M U S K A A N.

MISSION MUSKAAN PROJET FRESH NEPAL ORPHELINAT AUTONOME, ECOLOGIQUE ET DURABLE. Maelle Viollet WWW. M I S S I O N M U S K A A N. MISSION MUSKAAN ORPHELINAT AUTONOME, ECOLOGIQUE ET DURABLE Maelle Viollet 2014 WWW. M I S S I O N M U S K A A N. ORG FRESH NEPAL 2014 : Orphelinat autonome, écologique et durable 2 I-GENESE DU PROJET A-PRESENTATION

Plus en détail

Notions de base en marketing Cours sur l agroentreprise et le développement des marchés pour les agents de terrain.

Notions de base en marketing Cours sur l agroentreprise et le développement des marchés pour les agents de terrain. Notions de base en marketing Cours sur l agroentreprise et le développement des marchés pour les agents de terrain. Version provisoire 10.5 NE DOIT PAS ÊTRE DIFFUSEE Cette publication a été cofinancée

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

La vaccination des enfants

La vaccination des enfants FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La vaccination des enfants Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une mère qui tient son enfant pendant qu il est vacciné. 2. Un père portant son enfant vacciné

Plus en détail

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural 2012 Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Les coopératives jouent un rôle

Plus en détail

Nos spécificités. Collège Jules Verne LE MAYET DE MONTAGNE (Allier) de Vichy, Classé ZEP, Effectif : environ 250 élèves.

Nos spécificités. Collège Jules Verne LE MAYET DE MONTAGNE (Allier) de Vichy, Classé ZEP, Effectif : environ 250 élèves. Collège Jules Verne LE MAYET DE MONTAGNE (Allier) Nos spécificités - Collège rural (zone montagne) du Réseau de Réussite scolaire du Bassin de Vichy, Classé ZEP, Effectif : environ 250 élèves. - Un des

Plus en détail

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com La pollinisation www.sauvonslesabeilles.com Nom des intervenants Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE Sommaire I. Le processus de la pollinisation II. Les acteurs III. Impact agro-économique de la

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Rapport de l atelier de formation : Mesurer et interpréter la malnutrition Burkina Faso, 10-15 Décembre 2007

Rapport de l atelier de formation : Mesurer et interpréter la malnutrition Burkina Faso, 10-15 Décembre 2007 BURKINA FASO Unité Progrès - Justice DGPSA/MAHRH Programme CE-FAO de Sécurité Alimentaire «l Information pour l Action» Rapport de l atelier de formation : Mesurer et interpréter la malnutrition Burkina

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION

DOCUMENT D ORIENTATION REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline Travail MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE.. DIRECTION NATIONALE DES CANTINES SCOLAIRES PROJET PAM/CS 20 BP 739 ABIDJAN 20 Tél. : (00 225) 20 21 51 75 Fax

Plus en détail

La politique alimentaire populaire

La politique alimentaire populaire La politique alimentaire populaire Diana Bronson Sécurité alimentaire Canada Grand Rassemblement Québec en forme Le 19 mars 2013 Sécurité alimentaire Canada Sécurité Alimentaire Canada est une alliance

Plus en détail

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action Formation à distance pour renforcer les compétences et répondre aux exigences de formation des réseaux et des systèmes d information

Plus en détail

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel 2 Parc de Production Maraîchère «BIOPARC» A partir de la

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

Bibliothèque Royale Albert 1er

Bibliothèque Royale Albert 1er Bibliothèque Royale Albert 1er Description du projet Ce projet a pour but de valoriser des espaces plats et inutilisés (toit, terrasse ou autre) par la création de potagers écologique (sans pesticide,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION CNSA/DDANE Vol.1 # 1 Période couverte : Mai Août 2010 Publication : Septembre 2010 Résumé de la situation de sécurité alimentaire

Plus en détail

Des stands alimentaires! Résumé

Des stands alimentaires! Résumé Secondaire, collégial et grand public activité 5 Des stands alimentaires! Résumé À partir de l affiche Nos choix alimentaires à nous de jouer!, les élèves sont initiés au concept des 3N-J d ENvironnement

Plus en détail

FABRICATION D UN BAC À RÉSERVE D EAU POUR L AGRICULTURE URBAINE

FABRICATION D UN BAC À RÉSERVE D EAU POUR L AGRICULTURE URBAINE FABRICATION D UN BAC À RÉSERVE D EAU POUR L AGRICULTURE URBAINE Fabriqué entièrement à partir de matériaux réutilisés, ce bac permet de faire pousser facilement des légumes et des fines herbes en ville!

Plus en détail

Lettre d information aux parents

Lettre d information aux parents Lettre d information aux parents EDITO Chers parents, La Ville a renouvelé sa confiance à la société Elior. Afin de vous tenir informés des actualités de la restauration de vos enfants, nous vous proposons

Plus en détail

Les nitrates : sources de problèmes

Les nitrates : sources de problèmes Les nitrates : sources de problèmes Nitrates et azote : quels liens avec notre alimentation et notre eau potable? Les nitrates (NO 3 ) sont des composés chimiques incolores, inodores et insipides constitués

Plus en détail

Le projet Garderie bio

Le projet Garderie bio Le projet Garderie bio Un projet de maillage et de sensibilisation entre des centres de la petite enfance (CPE) et des fermes maraîchères bio locales en Agriculture soutenue par la communauté (ASC) Nadine

Plus en détail

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition. Rome, 19-21 novembre 2014. Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition. Rome, 19-21 novembre 2014. Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition Octobre 2014 ICN2 2014/2 Deuxième Conférence internationale sur la nutrition Rome, 19-21 novembre 2014 Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition Nous félicitant de la participation

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 25 février 2005 portant création du CAP PE modifié par l arrêté du 22 novembre 2007 modifiant la réglementation d examen.

CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 25 février 2005 portant création du CAP PE modifié par l arrêté du 22 novembre 2007 modifiant la réglementation d examen. CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 25 février 2005 portant création du CAP PE modifié par l arrêté du 22 novembre 2007 modifiant la réglementation d examen. SOMMAIRE La finalité Compétence globale du CAP petite

Plus en détail