BASE DE DONNÉES T.P.1 SQL3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BASE DE DONNÉES T.P.1 SQL3"

Transcription

1 Faculté des Sciences et Techniques Année Universitaire Master 1 Informatique BASE DE DONNÉES T.P.1 SQL3 DEZE Simon DAUVERGNE Sébastien 1

2 Introduction Ce TP constitué de deux exercices vise à utiliser et comprendre les SGBD objetrelationnels. Pour cela, nous utiliserons le système objet-relationnel Oracle 8i comme support d implantation des différentes bases de données. Puis, nous créerons des fonctions et procédures. Enfin, nous exécuterons des requêtes SQL afin de tester le bon fonctionnement de la base de données. 1. Exercice 1 a. Définition des types de données type personne create or replace type personne_ty as object (nom varchar (20), prenom varchar (20), age number (3)); type module create or replace type module_ty as object (nom varchar (20), diplome varchar (20)); type point du plan create or replace type point_ty as object (abscisse number, ordonnee number); type cercle create or replace type cercle_ty as object (centre point_ty, rayon number); type segment create or replace type segment_ty as object (p1 point_ty, p2 point_ty); type adresse create or replace type adresse_ty as object (numero number, rue varchar (50), codepostal number, ville varchar (25)); 2

3 type étudiant create or replace type etudiant_ty as object (personne personne_ty, adresse adresse_ty); Pour définir les deux types ensemblistes ci-dessous, nous avons utilisé des tableaux VARRAY permettant de stocker dans une seule ligne plusieurs valeurs de colonnes identiques. type filière create or replace type filiere_ty as varray(10) of module_ty; type polygone create or replace type polygone_ty as varray(10) of point_ty; b. stockage de données objet-relationnelles Définition de la table objet-relationnelle stockant les instances du type Etudiant create table etudiant of etudiant_ty (constraint pk_etudiant primary key(personne)); Définition de la table carrelage avec un attribut de type polygone_ty create table carrelage (id number, couleur varchar(20), forme polygone_ty, constraint carrelage_pk primary key(id)); c. mise à jour des données objet-relationnelles Insertion de l étudiant Jean Dupont, 25 ans, habitant 20 rue du bac à Paris dans le 7è. insert into etudiant values( personne_ty('dupont','jean',25), adresse_ty(20,'rue du bac',75007,'paris')); Insertion d un carreau bleu triangulaire dont les sommets sont (0,0), (0,1) et (1,0) insert into carrelage values(1,'bleu', polygone_ty(point_ty(0,0),point_ty(0,1),point_ty(1,0))); 3

4 d. identifiant d objet Ajout d un attribut inscription de type filiere_ty au type étudiant relatif à son inscription pédagogique alter type etudiant _ty replace as object (personne personne_ty, adresse adresse_ty, inscription filiere_ty); Procédure PLSQL réalisant l inscription pédagogique de l étudiant Jean Dupont au module BDWeb de maîtrise. create or replace procedure inscript as insert into etudiant values( personne_ty('dupont','jean',25), adresse_ty(20,'rue du bac',75007,'paris'), filiere_ty(module_ty('bdweb','maitrise'),module_ty('bio','maitrise')) ); end; e. requêtes R1 : Quels sont les étudiants habitant dans le 1 er arrondissement de Paris select e.personne.nom, e.personne.prenom from etudiant e where e.adresse.codepostal = '75001' and e.adresse.ville = 'Paris'; R2 : Donner les villes où habitent les étudiants mineurs select distinct e.adresse.ville from etudiant e where e.personne.age < 18; R3 : Donner le nom des étudiants inscrits au module BDWeb select e.personne.nom, i.* from etudiant e, table(e.inscription) i where i.nom = 'BDWeb'; f. définition des types de méthodes alter type point_ty replace as object (abscisse number, ordonnee number, member function distance (p1 in point_ty) return number); 4

5 create or replace type body point_ty as member function distance (p1 point_ty) return number is total number; total := SQRT(power((abscisse - p1.abscisse),2)+(power((ordonneep1.ordonnee),2))); return total; end; end; 2. Exercice 2 a. Définition des types de données objet A partir des données fournies dans l énoncé, nous avons pu établir un diagramme entitéassociation de l application. 0,n PIECE_COMPOSITE nom cout 0,n EST_CONSTITUEE_DE 0,n EST_COMPOSEE_DE 0,n PIECE_BASE nom forme geometrie 1,1 REALISEE_DANS 0,n MATIERE nom prix_kilo masse_volumique modèle entité-association Puis, nous avons définit les types nécessaires à l élaboration de la base de données (fichier schema.sql). La difficulté réside principalement dans le fait que la table de type pcomposite_ty est une table récursive contenant des attributs étant des tables imbriquées, elles-mêmes contenant des pointeurs. 5

6 type matiere_ty pour la table matiere create or replace type matiere_ty as object (nom varchar(20), prix_kilo number(3), masse_volumique number(3)); type geometrie_ty utilisé dans le type pbase_ty ci-dessous create or replace type geometrie_ty as varray(3) of number; définition du type pbase_ty pour la table piece_base create or replace type pbase_ty as object (nom varchar(20), forme varchar(20), geometrie geometrie_ty, matiere REF matiere_ty); définition du type base_ty servant pour la première table imbriquée create or replace type base_ty as object (piece REF pbase_ty, nombre number(3)); déclaration du type de la première table imbriquée create type tbase as table of base_ty; L astuce est de créer un type vide que l on redéfinira une fois que l on aura déclaré le type de la table imbriquée correspondant aux pièces composites. create type pcomposite_ty; définition du type composite_ty servant pour la seconde table imbriquée create or replace type composite_ty as object (piece REF pcomposite_ty, nombre number(3)); déclaration du type de la seconde table imbriquée create type tcomposite as table of composite_ty; redéfinition du type vide create or replace type pcomposite_ty as object (nom varchar(20), cout number(3), base tbase, composite tcomposite, composant tcomposite); 6

7 b. stockage et instanciation Les collections d objets nécessaires pour poser les requêtes R1 à R7 sont les relations matiere et piece_base. Après avoir définit l ensemble des types nécessaires à l implantation de la base, nous avons créé les relations permettant de stocker toutes les pièces de l application (fichier instance.sql). Création de la table matiere create table matiere of matiere_ty (constraint pk_matiere primary key(nom)); Création de la table piece_base create table piece_base of pbase_ty (constraint pk_piece_base primary key (nom)); Création de la table piece_composite create table piece_composite of pcomposite_ty (constraint pk_piece_composite primary key (nom)) nested table base store as table_base, nested table composite store as table_composite; Une fois les différentes tables créées, il ne nous reste plus qu à insérer quelques tuples dans chacune d elles. Insertion de trois matières insert into matiere values('bois',10,2); insert into matiere values('fer',5,3); insert into matiere values('ferrite',6,10); Procédure insere_pieces_base permettant d instancier six pièces de base create or replace procedure insere_pieces_base as insert into piece_base select 'canne','cylindre',geometrie_ty(2,30),ref(m) from matiere m where m.nom = 'bois'; insert into piece_base select 'pied','sphere',geometrie_ty(30),ref(m) from matiere m where m.nom = 'bois'; insert into piece_base select 'plateau','par',geometrie_ty(1,100,80),ref(m) from matiere m where m.nom = 'bois'; insert into piece_base select 'clou','cylindre',geometrie_ty(1,20),ref(m) from matiere m where m.nom = 'fer'; insert into piece_base select 'boule','sphere',geometrie_ty(30),ref(m) from matiere m where m.nom = 'fer'; 7

8 insert into piece_base select 'aimant','cylindre',geometrie_ty(2,5),ref(m) from matiere m where m.nom = 'ferrite'; end; Procédure insere_pieces_composites permettant d instancier les 2 pièces composites create or replace procedure insere_pieces_composites as insert into piece_composite values('table',100, tbase( base_ty((select ref(a) from piece_base a where a.nom = 'pied'),4), base_ty((select ref(b) from piece_base b where b.nom = 'clou'),12), base_ty((select ref(c) from piece_base c where c.nom = 'plateau'),1)), tcomposite()); insert into piece_composite values('billard',10, tbase( base_ty((select ref(b) from piece_base b where b.nom = 'boule'),3), base_ty((select ref(b) from piece_base b where b.nom = 'canne'),2)), tcomposite( composite_ty((select ref(c) from piece_composite c where c.nom = 'table'),1))); end; c. requêtes Maintenant que notre base de données est créée et instanciée, nous pouvons exécuter quelques requêtes afin de vérifier la cohérence de la base. R1 : Quel sont le nom et le prix au kilo des matières? select nom, prix_kilo from matiere; Le résultat sera un ensemble de couples (nom, prix_kilo). R2 : Quel est le nom des matières dont le prix au kilo est inférieur à 5 euros? select nom from matiere where prix_kilo < 5; Le résultat sera un ensemble de noms de matière. 8

9 R3 : Quels sont les pièces de base en bois? select * from piece_base p where p.matiere.nom = 'bois'; Le résultat sera un ensemble de pièces de base. R4 : Quel est le nom des matières dont le libellé contient «fer»? select nom from matiere where nom like '%fer%'; Le résultat sera un ensemble de noms de matière. R5 : Donner l ensemble des pièces de base regroupées par matière. select p.nom,p.matiere.nom from piece_base p group by p.nom, p.matiere.nom order by p.matiere.nom desc; Le résultat sera un ensemble de pièces de base groupées par matière. R6 : Donner le nom de chaque matière avec son nombre de pièces de base. select m.nom, count(*) as nb_pieces_de_base from matiere m, piece_base p where m.nom = p.matiere.nom group by m.nom; Le résultat sera un ensemble de couples (nom, nb de pièces de base). R7 : Quelles sont les matières pour lesquelles il existe au moins 3 pièces de base? select m.nom from matiere m, piece_base p where m.nom = p.matiere.nom group by m.nom having count(*) >= 3; Le résultat sera un ensemble de matières. d. définition des méthodes Nous allons maintenant compléter les types de données pbase_ty relatif au pièces de base et pcomposite_ty relatif au pièces composite avec des méthodes PLSQL. Afin de définir des méthodes calculant le volume, la masse, et le prix d une pièce de base, il est tout d abord nécessaire de déclarer l entête de ces méthodes à l aide d un «alter type». Ensuite, on définit le corps de chaque méthode l une après l autre. 9

10 alter type pbase_ty replace as object (nom varchar(20), forme varchar(20), geometrie geometrie_ty, matiere REF matiere_ty, member function calcul_volume return number, member function calcul_masse return number, member function calcul_prix return number); create or replace type body pbase_ty as member function calcul_volume return number is if (forme = 'cylindre') then return 3.14 * power(geometrie(1),2) * geometrie(2); elsif (forme = 'sphere') then return (43) * 3.14 * geometrie(1); elsif (forme = 'par') then return geometrie(1) * geometrie(2) * geometrie(3); end if; end calcul_volume; member function calcul_masse return number is mat matiere_ty; select DEREF(matiere) into mat from dual; return calcul_volume * mat.masse_volumique; end calcul_masse; member function calcul_prix return number is mat matiere_ty; select DEREF(matiere) into mat from dual; return calcul_masse * mat.prix_kilo; end calcul_prix; end; Ensuite, nous devons écrire une méthode composee_de donnant l ensemble des pièces de base entrant dans la fabrication d une pièce composite. Pour cela, nous devons tout d abord compléter le type pcomposite_ty à l aide d un alter type. Puis, nous définissons le corps des méthodes. alter type pcomposite_ty replace as object ( nom varchar(20), cout number(3), base tbase, composite tcomposite, composant tcomposite, member function nb_pieces_base return number, member function composee_de return type_tab_res, member function calcul_masse_comp return number, member function calcul_prix_comp return number, member function calcul_volume_comp return number, 10

11 member function contenue_dans return varchar ); La fonction nb_pieces_base est récursive. On calcul tout d abord le nombre de pièces de base contenue dans la table base de la pièce composite qui contient les pièces de base uniquement. Une fois que l on possède ce nombre, on appelle la fonction (de manière récursive) sur les pièces composites composant la pièce que l on traite. On obtient donc à la fin de l exécution le nombre total de pièces de base constituant la pièce en question. Méthode nb_pieces_base create or replace type body pcomposite_ty as member function nb_pieces_base return number is temp number; res number; tempo pcomposite_ty; cursor c_comp is select deref(pc.piece) from the (select p.composite open c_comp; temp:=0; res:=0; select sum (pc.nombre) into temp from the ( select p.base res:=temp; loop fetch c_comp INTO tempo; exit when c_comp%notfound; select p.nb_pieces_base() into temp where p.nom = tempo.nom; res := res + temp; end loop; close c_comp; return (res); end nb_pieces_base; Méthode compose_de member function composee_de return type_tab_res is table_res type_tab_res := type_tab_res(); table_inter type_tab_res := type_tab_res(); i number; j number; c_nom_cour pbase_ty; c_nomc_cour pcomposite_ty; cursor c_pbase is select deref(cp.piece) from the (select p.base from piece_composite p where p.nom=self.nom) cp; cursor c_pcomposite is select deref(cp.piece) from the (select p.composite where p.nom=self.nom) cp; i := 1; j := 1; 11

12 open c_pbase; fetch c_pbase into c_nom_cour; while (c_pbase%found) Loop table_res.extend; table_res(i) := c_nom_cour.nom; i := i + 1; fetch c_pbase into c_nom_cour; end loop; close c_pbase; open c_pcomposite; fetch c_pcomposite into c_nomc_cour; while (c_pcomposite%found) Loop select p.composee_de() into table_inter where p.nom = c_nomc_cour.nom; fetch c_pcomposite into c_nomc_cour; end loop; close c_pcomposite; while (j <= table_inter.count) Loop table_res.extend; table_res(i) := table_inter(j); i := i + 1; j := j + 1; end loop; return table_res; end composee_de; La fonction calcul_masse_comp, fonctionne comme la fonction nb_pieces_base. On calcul d abord la somme des masses de chaque pièces de base contenue dans la table base avec la fonction calcul_masse, puis on relance la fonction calcul_masse_comp sur les pièces composites composant la pièce. A la fin de l exécution on obtient donc la masse totale de la pièce. Les fonctions calcul_prix_comp et calcul_volume_comp sont identique à calcul_masse_comp, hormis que ce sont les méthodes calcul_prix et calcul_volume utilisées sur les pièces de base. Méthode calcul_masse_comp member function calcul_masse_comp return number is temp number; res number; temp_comp pcomposite_ty; cursor c_comp is select deref(pc.piece) from the (select p.composite open c_comp; temp := 0; select sum(pc.nombre*deref(pc.piece).calcul_masse()) into temp from the ( select p.base res := temp; loop 12

13 fetch c_comp INTO temp_comp; exit when c_comp%notfound; select p.calcul_masse_comp() into temp where p.nom = temp_comp.nom; res := res + temp; end loop; close c_comp; return (res); end calcul_masse_comp; Méthode calcul_prix_comp member function calcul_prix_comp return number is temp number; res number; temp_comp pcomposite_ty; cursor c_comp is select deref(pc.piece) from the (select p.composite open c_comp; temp := 0; select sum(pc.nombre*deref(pc.piece).calcul_prix()) into temp from the ( select p.base res := temp; loop fetch c_comp INTO temp_comp; exit when c_comp%notfound; select p.calcul_prix_comp() into temp where p.nom = temp_comp.nom; res := res + temp; end loop; close c_comp; return (res); end calcul_prix_comp; Méthode calcul_volume_comp member function calcul_volume_comp return number is temp number; res number; temp_comp pcomposite_ty; cursor c_comp is select deref(pc.piece) from the (select p.composite open c_comp; temp := 0; select sum(pc.nombre*deref(pc.piece).calcul_volume()) into temp from the ( select p.base 13

14 res := temp; loop fetch c_comp INTO temp_comp; exit when c_comp%notfound; select p.calcul_volume_comp() into temp where p.nom = temp_comp.nom; res := res + temp; end loop; close c_comp; return (res); end calcul_volume_comp; La fonction continue_dans nous permet de savoir quelques sont les pièces qui sont finales. Une pièce finale est une pièce qui ne compose aucune autre pièce. Les pièces composites possède un attribut (table imbriquée) composant indiquant quelle pièce il compose. Si cette table est vide alors c est une pièce finale. Méthode continue_dans member function contenue_dans return varchar is temp number; res varchar(20); temp:=0; select count (*) into temp from the ( select p.composant if (temp = 0) then res := 'true'; else res := 'false'; end if; return (res); end contenue_dans; end; e. requêtes avec appel de méthodes RM1 : Quels sont le nom, le volume, la masse et le prix des pièces de base? select p.nom, p.calcul_volume() as volume, p.calcul_masse() as masse, p.calcul_prix() as prix from piece_base p; RM2 : Quels sont le nom et la masse des pièces composites dont la masse est supérieure à 100? select pc.nom, pc.calcul_masse_comp() as masse c 14

15 where pc.calcul_masse_comp() > 100; RM3 : Quelles sont les pièces composites contenant du bois? RM4 : Quels sont le nom, le coût et les pièces composantes des pièces composites? RM5 : Quel est l ensemble des pièces répertoriées dans la base? select p.nom as nom union select b.nom as nom from piece_base b; RM6 : Quel est le nom des pièces composites qui ont tous leurs composants en bois? RM7 : Quel est le nom des pièces composites qui n ont pas de composants en bois? RM8 : Quel est le nom de pièces finales? select p.nom as nom where p.continue_dans = true ; RM9 : Quels sont le nom et la matière des pièces de base entrant dans la composition d une pièce donnée? Conclusion Lors de ce TP de bases de données, nous avons implanté deux bases de données objetrelationnelles, exécuté des requêtes sur celles-ci et réalisé des méthodes et procédures. Nous avons également pu étudier, lors de l exercice 2, le passage d un modèle entité-association à une base de données objet-relationnelles avec toutes les difficultés que cela comporte. Ces deux exercices nous ont donc permis, d une part, d améliorer nos connaissances concernant le fonctionnement des bases de données objet-relationnelles et le langage de définition de données SQL3, et d autre part, de mettre en pratique les notions étudiées en cours et en TD. 15

Module MABD Master Informatique Spécialité IAD. Cours 3 Modèle objet-relationnel et SQL3

Module MABD Master Informatique Spécialité IAD. Cours 3 Modèle objet-relationnel et SQL3 Module MABD Master Informatique Spécialité IAD Cours 3 Modèle objet-relationnel et SQL3 1 L'objet-relationnel Relationnel (tables, attributs, domaine, clé) + Objet (collections, identifiants, héritage,

Plus en détail

Bases de données objet 1

Bases de données objet 1 Bases de données objet Les types utilisés dans les BDO sont les types standards existant dans les BD classiques : VARCHAR, NUMBER les types «distincts» : définis par le concepteur de la base pour distinguer

Plus en détail

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs.

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs. Synthèse PL SQL ORACLE Bloc PL-SQL DECLARE Declaration des types, des variables, des constantes, des exceptions et des curseurs. BEGIN [nom du bloc] EXCEPTION Traitement des erreurs END [nom du bloc] Declaration

Plus en détail

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet -relationnel Cours 7 : Modèle relationnel-objet ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://pages-perso.esil.univmed.fr/ papini/ -relationnel Plan du cours 1 Introduction 2

Plus en détail

1/24. I On peut toujours faire du relationnel : enrichissement de SQL2. Introduction 3/24 SGBDOO

1/24. I On peut toujours faire du relationnel : enrichissement de SQL2. Introduction 3/24 SGBDOO ntroduction 1/24 2/24 Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 La norme SQL 3 aussi appelée SQL 99 Extension du modèle relationnel à l objet nécessité de structures de données plus sophistiquées

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

Programmation avec un L3G Interaction d une application utilisant les méthodes

Programmation avec un L3G Interaction d une application utilisant les méthodes Programmation avec un L3G Interaction d une application utilisant les méthodes André Gamache, professeur associé Département d'informatique et de génie logiciel Faculté des sciences et de génie Université

Plus en détail

Paradigme relationnel-objet. Hiver 2011 C. Desrosiers

Paradigme relationnel-objet. Hiver 2011 C. Desrosiers LOG660 - Bases de données de haute performance Paradigme relationnel-objet Hiver 2011 C. Desrosiers Département de génie logiciel et des TI Le modèle relationnel-objet (OR Ajoute quelques notions au modèle

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

3. Nom et prénom des athlètes triés par pays et par ordre alphabétique.

3. Nom et prénom des athlètes triés par pays et par ordre alphabétique. Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 3 : Collections J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont,

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

2%.!. 435.6" ' % ' 57535.68 : 451&.;55"6 5% 9< (=6&0> =6&0 ) :(=6&0> =6&0=)' # (% $!:# % 0 #$ 0' %

2%.!. 435.6 ' % ' 57535.68 : 451&.;556 5% 9< (=6&0> =6&0 ) :(=6&0> =6&0=)' # (% $!:# % 0 #$ 0' % !"# $ % # % % &'! " # "#$#!%&#$ ($ $"% * +&% '# &,&-. /. &0. 1. 2%.!. ( *0.+,-+.+, /0333 (# + 1 435.6" ' % ' 57535.68 5# 59%,&$ : 451&.;55"6 5% 9< (=6&0> =6&0 :(=6&0> =6&0=' # (% $!:# % 0 #$ 0' % 6##(

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 5 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 3ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Curseurs et mise à jour 2 Paquetages Definition

Plus en détail

BDWEB. Support de TD/TME n 1. Site : http://www-master.ufr-info-p6.jussieu.fr/2006/ext/naacke/bdweb2008 PLAN

BDWEB. Support de TD/TME n 1. Site : http://www-master.ufr-info-p6.jussieu.fr/2006/ext/naacke/bdweb2008 PLAN UPMC UFR 919 : M1 IAD Master d informatique BDWEB Support de TD/TME n 1 Site : http://www-master.ufr-info-p6.jussieu.fr/2006/ext/naacke/bdweb2008 PLAN Chemin d accès 2 ODMG 5 Syntaxe OQL 10 SQL3... 11

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL

420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL 420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL DÉFINITION PL/SQL : un langage de programmation il s'exécute dans l'environnement d'oracle il agit sur les objets du schéma Son but : Automatiser des tâches

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 Loïc Maisonnasse 1 Objectif Ce TD a pour objectif de vous familiariser avec le langage de requêtes SQL. Et de vous apprendre à écrire des requêtes SQL pour

Plus en détail

Les procédures fonctions packages et triggers

Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures stockées: Définition: Une procédure est un code PL/SQL défini par l utilisateur et stocké dans la base de données. Ce qui permet d éliminer

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des.

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des. 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 XML I XML = extensible markup language I Langage de description de documents (semi-structurés, utilisant des balises

Plus en détail

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille 1 Prise en main de SQLplus Oracle est un SGBD Relationnel muni de nombreuses fonctionnalités (celles classiques des

Plus en détail

Erreur «Mutating Table»

Erreur «Mutating Table» TRIGGER Programmation avancée H.LUU SES Université de Genève H.Luu - Base de données - Eté 2002 Erreur «Mutating Table» Définition : Une table est en état «mutating» si elle est en train d être modifiée

Plus en détail

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel Bases de données Licence Pro QSSI patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel contexte nous avons vu comment exprimer des requêtes simples nous avons vu des requêtes que nous ne

Plus en détail

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE SQL3 - SQL3 = SQL2 pour BD relationnelles+ des extensions orienté-objet multi-media spatial Séries temporelles - Ce chapitre

Plus en détail

UNIVERSITE DE M SILA BDDA 2014/2015

UNIVERSITE DE M SILA BDDA 2014/2015 Modèle Relationnel /Objet Le modèle objet-relationnel (OR) reprend le modèle relationnel en ajoutant quelques notions qui comblent les plus grosses lacunes du modèle relationnel Pourquoi étendre le modèle

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle 1 Plan Insuffisances du modèle relationnel Concepts objet Modèle Objet-relationnel et SQL3 2 Insuffisances du modèle relationnel Opérations séparées

Plus en détail

Plan du cours. Bases de données objets. Objets et bases de données. Objets et bases de données. Avantages de l'approche relationnelle-objet

Plan du cours. Bases de données objets. Objets et bases de données. Objets et bases de données. Avantages de l'approche relationnelle-objet Bases de données objets M2 Informatique Spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Jérôme Darmont Références et associations Collections Méthodes Évolutions de schéma Vues objet 2 Objets et bases de données

Plus en détail

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES BdD Base de Données Clément VERMOT-DESROCHES 17 novembre 2009 Table des matières 1 Présentation Générale 3 1.1 Présentation Générale............................. 3 1.1.1 Définition................................

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005

Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005 Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 922 - Licence d'informatique Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005 Documents autorisés Durée : 2h. Exercice 1 : Autorisation Question

Plus en détail

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008 Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2 Jonathan Winandy Juillet 2008 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Le modèle Nested set 3 2.1 Présentation du modèle..........................................

Plus en détail

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Nom : Prénom : page 1 Transactions Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 919 - Licence d'informatique LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Durée : 2h ---documents autorisés On note Li(X) : lecture

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Ce projet comporte trois parties sur les thèmes suivants : création de base de donnée, requêtes SQL, mise en œuvre

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Corrigés détaillés des exercices

Corrigés détaillés des exercices Corrigés détaillés des exercices Diagramme des tables objet La figure suivante vous aidera dans la compréhension des manipulations des objets de la base. Client_type Client num nom adresse {telephone_vry}

Plus en détail

Modèle relationnel Langage de requêtes (3)

Modèle relationnel Langage de requêtes (3) Modèle relationnel Langage de requêtes (3) ENT ou SITE :http://www.univ-orleans.fr/lifo/members/mirian.halfeld/ BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Les opérations d aggrégation Besoin non seulement de récupérer

Plus en détail

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX Oracle 12c Programmez avecsqletpl/sql Exercices et corrigés Téléchargement www.editions-eni.fr 90 QCM 93 travaux pratiques et leurs corrigés Près de 28 H de mise en pratique Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

Projet de Base de données

Projet de Base de données Julien VILLETORTE Licence Informatique Projet de Base de données Année 2007-2008 Professeur : Marinette Savonnet Sommaire I) Introduction II) III) IV) Diagrammes a. Diagramme Use Case b. Diagramme de classes

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

JDBC et objet-relationnel

JDBC et objet-relationnel Types de données de SQL3 JDBC et objet-relationnel Université de Nice - Sophia Antipolis Version 1.6.4 5/11/11 Richard Grin JDBC supporte les types suivants de SQL3 qui sont des ouvertures vers le relationnelobjet

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

Séance 6: Langage SQL

Séance 6: Langage SQL Séance 6: Langage SQL INFO 0009 - Bases de données ULg March 16, 2015 1. Création de tables Format général: CREATE TABLE IF NOT EXISTS ( ,...

Plus en détail

PROJET de BD. Licence. 6 juin 2003 version 1.0. Benoit Bourdin / Stephane Poinsart / Samnang Traing enseignante: Veronique Ventos

PROJET de BD. Licence. 6 juin 2003 version 1.0. Benoit Bourdin / Stephane Poinsart / Samnang Traing enseignante: Veronique Ventos PROJET de BD Licence 6 juin 2003 version 1.0 Benoit Bourdin / Stephane Poinsart / Samnang Traing enseignante: Veronique Ventos 1 1 Création de la base 1.1 Schema Lors de la conception des requetes, nous

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas.

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas. aux bases de les L3Pro SCT Bases de et programmation L ubiquité des Mathieu Sassolas L informatique est la science du calcul. IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Le calcul

Plus en détail

Base de donnes Cinéma

Base de donnes Cinéma Le langage SQL 1 Base de donnes Cinéma Considérons les tables suivantes : Film(Titre, Réalisateur, Acteur) Programme(NomCiné, Titre, Horaire) Film contient des infos sur tous les films et Programme concerne

Plus en détail

LE LANGAGE DE REQUETES SQL. Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets

LE LANGAGE DE REQUETES SQL. Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets LE LANGAGE DE REQUETES SQL Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets Gardarin 2001 1. Origines et Evolutions SQL est dérivé

Plus en détail

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Nom : Prénom : page 1 Transactions Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 919 - Licence d'informatique LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Durée : 2h ---documents autorisés On note Li(X) : lecture

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL Les bases de données relationnelles Le langage SQL est un langage universel destiné à travailler sur des bases de données relationnelles. Nous considérerons ici qu'une base

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

BD50. Gestion des courses

BD50. Gestion des courses Département Génie Informatique BD50 TP7 : Développement avec le module PL/SQL de 9iAS et DBMS_EPG d'oracle 10G Gestion des courses Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Mai 2007 Présentation

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction Introduction à SQL IUT Lumière, DUT QLIO 2006-2007 Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El-Kadiri SQL: Introduction I. Le Language SQL Pour interroger une Base de Données (BD), il faut dialoguer avec

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Correction TP3 SGBDR

Correction TP3 SGBDR BTS-DSI Correction TP3 SGBDR lycée lissane eddine ibn el khatib laayoune use master; CREATE DATABASE BD_Recettes ON ( NAME = 'BD_Recettes_Data', FILENAME = 'F:\Documents and Settings\Administrateur\Bureau\2014\bts2\sql\tds

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Les Exceptions. Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée

Les Exceptions. Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée Un curseur implicite est toujours une commande select Une curseur explicite ne

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé Bases de données IUP2 Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé 1 Requêtes 1. On considère une relation suivante : Ordinateur(IP, nom, constructeur, modèle, lieu) Représentez EN

Plus en détail

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture;

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture; SELECT pour des requêtes d extraction sur une table Syntaxe générale : Entre [ ] : des valeurs optionnelles Entre { } : une liste de valeur obligatoires possibles De part et d autre de : une valeur parmi

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

TD6 - Audit. Corrigé. 14 janvier 2016

TD6 - Audit. Corrigé. 14 janvier 2016 TD6 - Audit Corrigé Chantal Keller 14 janvier 2016 1 Généralités Question 1 Peut-on avoir confiance dans les tests détection d infection (c est-à-dire regardant a posteriori

Plus en détail

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Projet MVC-CD Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Les APIs de tables (TAPIs) du modèle physique relationnel Sommaire. Préambule... 2 2. Que

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

PL/SQL : procédures et déclencheurs. Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen

PL/SQL : procédures et déclencheurs. Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen PL/SQL : procédures et déclencheurs Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen Introduction Introduction générale Étendre SQL pour l aide à la décision Nombreuses formes du

Plus en détail

PL/ SQL. Introduction:

PL/ SQL. Introduction: PL/ SQL Introduction: PL/SQL (Procedural Language SQL) est un langage procedural structuré en BLOCS. Extension du SQL: des requêtes SQL intégrées avec les structures de contrôle habituelles (alternatives,

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

SQL et Langages de Programmation

SQL et Langages de Programmation SQL et Langages de Programmation SQL est un langage bases de données autonome. Langage ensembliste de haut niveau Il faut un langage de programmation, pour programmer des applications de gestion o Notion

Plus en détail