BALANCE DES PAIEMENTS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BALANCE DES PAIEMENTS"

Transcription

1 المملكة المغربية Royaume du Maroc BALANCE DES PAIEMENTS 2010 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source Site Internet :

2 2 Balance des paiements 2010

3 3 LISTE DES PUBLICATIONS STATISTIQUES DE L OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- Balance des Paiements : Rapport annuel ; Position Financière Extérieure Globale ; Commerce extérieur du Maroc ; Balance des Règlements ; Balance des Paiements, édition trimestrielle ; Indicateurs Mensuels des Echanges Extérieurs. Office des Changes

4 4 Balance des paiements 2010

5 5 TABLE DES MATIERES Office des Changes

6 6 Balance des paiements 2010

7 7 TABLE DES MATIERES -=-=-=-=- INDICATIONS METHODOLOGIQUES 15 METHODOLOGIE D ETABLISSEMENT DE LA BALANCE DES PAIEMENTS 17 CLASSIFICATION GENERALE DES COMPTES 19 CONJONCTURE INTERNATIONALE ET NATIONALE 23 CONJONCTURE INTERNATIONALE ET NATIONALE 25 Balance des paiements PRESENTATION DES RESULTATS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS 31 RESULTATS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS 33 COMPTE DES TRANSACTIONS COURANTES 34 A/- LES BIENS 35 1) Marchandises générales 36 2) Biens importés sans paiement et réexportés après transformation 36 3) Achats de biens dans les ports (avitaillement) 36 B/- LES SERVICES 37 1) Les transports 37 2) Les voyages 39 3) Les services de communication 39 4) Les services d assurance 39 5) Les redevances et droits de licence 40 6) Les autres services aux entreprises 40 7) Les services fournis ou reçus par les administrations publiques 41 C/- LES REVENUS 41 1) Les revenus des investissements privés 42 2) Les revenus des investissements publics 42 D/- LES TRANSFERTS COURANTS 43 1) Les transferts courants privés 43 2) Les transferts courants publics 44 COMPTE DE CAPITAL ET D OPERATIONS FINANCIERES 45 A/- LE COMPTE DE CAPITAL 46 B/- LE COMPTE D OPERATIONS FINANCIERES 46 1) Investissements directs 47 2) Investissements de portefeuille 47 3) Autres investissements 47 a) Crédits commerciaux 47 b) Les prêts 48 c) Monnaie fiduciaire et dépôts 48 4) Avoirs de réserve 48 ECART STATISTIQUE 49 RESULTATS DES ECHANGES COMMERCIAUX 51 PRESENTATION GENERALE DES RESULTATS DES TRANSACTIONS SUR MARCHANDISES 53 A/- DONNEES GENERALES SUR LES TRANSACTIONS COMMERCIALES 53 1) Importations 54 2) Exportations 54 3) Solde des échanges commerciaux 54 B/- PRINCIPAUX INDICATEURS DU COMMERCE EXTERIEUR 54 1) Taux de couverture 54 2) Taux d ouverture 55 3) Taux d exportation 55 Office des Changes

8 8 4) Taux de pénétration 55 5) Taux de dépendance 55 IMPORTATIONS 56 A/- STRUCTURE DES IMPORTATIONS PAR GROUPEMENT D UTILISATION 57 1) Alimentation, boissons et tabacs 57 2) Energie et lubrifiants 58 3) Produits bruts 58 4) Demi-produits 59 5) Biens d équipement 60 6) Produits finis de consommation 60 B/- IMPORTATIONS PAR PRINCIPAUX PRODUITS 61 C/- IMPORTATIONS EN ADMISSION TEMPORAIRE POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF 63 1) Importations en suite d ATPA avec paiement 63 2) Importations en suite d ATPA sans paiement 63 EXPORTATIONS 64 A/- STRUCTURE DES EXPORTATIONS PAR GROUPEMENT D UTILISATION 64 1) Alimentation, boissons et tabacs 65 2) Energie et lubrifiants 66 3) Produits bruts 66 4) Demi-produits 67 5) Biens d équipement 68 6) Produits finis de consommation 68 B/- EXPORTATIONS PAR PRINCIPAUX PRODUITS 69 C/- REEXPORTATIONS EN SUITE D ADMISSIONS TEMPORAIRES POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF 71 1) Réexportations en suite d ATPA avec paiement 71 2) Réexportations en suite d ATPA sans paiement 72 OPERATIONS DE VOYAGES 73 EVOLUTION DES FLUX TOURISTIQUES 75 BALANCE VOYAGES 76 A/- LES RECETTES 77 Répartition des recettes Voyages par pays 77 B/- LES DEPENSES 78 1) Répartition des dépenses voyages par nature d opération 79 2) Ventilation des dépenses voyages par mode de règlement 80 a) Les dépenses en billets de banque 80 b) Les dépenses en virements 81 LES OPERATIONS DE VOYAGE DANS LA BALANCE DES PAIEMENTS 82 1) Evolution des dépenses par rapport aux recettes 82 2) Evolution de la part des recettes voyages dans les recettes courantes 83 3) Evolution de la part des dépenses voyages dans les dépenses courantes 83 TRANSFERTS COURANTS PRIVES 85 LES RECETTES 87 A/- LES RECETTES MRE 88 1) Evolution des recettes MRE 88 2) Répartition des recettes MRE par pays de provenance 89 B/- LES RECETTES DES TRANSFERTS SOCIAUX 90 LES DEPENSES 91 EXCEDENT DES TRANSFERTS COURANTS PRIVES 91 LES TRANSFERTS COURANTS PRIVES DANS LA BALANCE DES PAIEMENTS 92 1) Transferts courants privés et exportations de biens 92 2) Transferts courants privés et exportations de services 92 3) Transferts courants privés et recettes courantes 93 Balance des paiements 2010

9 4) Transferts courants privés et produit intérieur brut 93 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS 95 RECETTES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS 97 1) Evolution des investissements et prêts privés étrangers 100 2) Répartition par nature d opération 101 3) Répartition par pays de provenance 101 4) Répartition par secteur d activité 104 5) Répartition par secteur d activité selon la NMA 105 DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS 109 1) Evolution des investissements et prêts privés étrangers 112 2) Répartition par nature d opération 112 3) Répartition par pays de destination 112 4) Répartition par secteur d activité 114 5) Répartition par secteur d activité selon la NMA 115 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS DANS LA BALANCE DES PAIEMENTS 119 1) Recettes des investissements et prêts privés étrangers et solde du compte courant 121 2) Recettes des investissements et prêts privés étrangers et formation brute du capital fixe 121 3) Recettes nettes au titre des investissements et prêts privés étrangers 121 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES MAROCAINS A L ETRANGER 123 DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES MAROCAINS A L ETRANGER 123 1) Evolution des investissements directs à l étranger 126 2) Répartition par nature d opération 126 3) Répartition par pays de destination 127 4) Répartition par secteur d activité 129 5) Répartition par secteur d activité selon la NMA 130 CESSIONS DES INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L ETRANGER 133 1) Evolution des investissements et prêts privés étrangers 136 2) Répartition par nature d opération 137 3) Répartition par pays de destination 137 4) Répartition par secteur d activité 138 5) Répartition par secteur d activité selon la NMA 139 OPERATIONS DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE 141 LES OPERATIONS FINANCIERES DU SECTEUR PUBLIC 143 A/- LES FINANCEMENTS EXTERIEURS MOBILISES PAR LE SECTEUR PUBLIC 143 1) Evolution globale 143 2) Répartition des financements extérieurs par groupe de bailleurs de fonds 144 3) Evolution des financements extérieurs mobilisés par principaux pays ou organismes bailleurs de fonds 146 a) Financements mobilisés auprès de la BCI 146 b) Financements de la France 146 c) Tirages effectués auprès de la BAD 146 d) Tirages effectués auprès de la BIRD 146 e) Concours mobilisés auprès de la FADES 146 B/- LES REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL 147 1) Evolution globale 147 2) Répartition des remboursements par groupe de créanciers 147 C/- BALANCE TIRAGES-REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL 148 EVOLUTION DE LA CHARGE GLOBALE DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE 149 1) Evolution de la charge globale de la dette extérieure publique 149 2) Répartition de la charge globale par groupe de bailleurs de fonds 150 3) Flux net par groupe de bailleurs de fonds Office des Changes

10 10 INDEX DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES -=-=-=-=- Balance des Paiements, année PRESENTATION DES RESULTATS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS 31 Soldes des postes de la Balance des Paiements ( ) 33 Evolution des transactions courantes (graphique) 34 Evolution des recettes courantes 35 Evolution des dépenses courantes 35 Résultats des transactions sur marchandises 35 Evolution des transactions sur marchandises (graphique) 36 Evolution des recettes et des dépenses au titre des services 37 Résultats des échanges de services (graphique) 37 Ventilation par mode des opérations de transport 38 Ventilation par nature des opérations de transport 38 Balance voyages 39 Balance des opérations d assurances 40 Recettes au titre des autres services aux entreprises 41 Dépenses au titre des autres services aux entreprises 41 Revenus des investissements privés 42 Revenus des investissements et emprunts publics 43 Excédent des transferts courants 43 Transferts courants privés 44 Transferts courants publics 44 Solde du compte courant de la balance des paiements par rapport au PIB 45 Evolution du solde du compte de capital et d opérations financières 45 Solde du compte de capital et d opérations financières 46 Compte de capital et d opérations financières (graphique) 46 Avoirs officiels de réserve 49 RESULTATS DES ECHANGES COMMERCIAUX 51 Balance commerciale Balance commerciale (graphique) 53 Evolution du déficit commercial (graphique) 54 Evolution du PIB et des échanges commerciaux Evolution des ratios du commerce extérieur Evolution des ratios du commerce extérieur (graphique) 56 Importations par groupement d utilisation (tableau) 56 Importations par groupement d utilisation (graphique) 57 Importations de produits alimentaires 57 Importations de produits énergétiques 58 Importations de produits bruts 58 Importations de demi-produits 59 Importations de biens d équipement 60 Importations de biens de consommation 61 Importations par principaux produits 62 Part des dix premiers produits à l importation (graphique) 62 Importations en Admission Temporaire pour Perfectionnement Actif (ATPA) 63 Importations en suite d ATPA-AP ventilées par groupement d utilisation 63 Importations en suite d ATPA-SP ventilées par principaux produits 64 Exportations par groupement d utilisation 65 Balance des paiements 2010

11 Exportations par groupement d utilisation (graphique) 65 Exportations de produits alimentaires 65 Exportations de produits énergétiques 66 Exportations de produits bruts 67 Exportations de demi-produits 68 Exportations de produits finis d équipement 68 Exportations de produits finis de consommation 69 Exportations par principaux produits 70 Part des dix premiers produits dans les exportations totales (graphique) 70 Part des ATPA dans les exportations 71 Réexportations en suite d ATPA-AP ventilées par groupement d utilisation 71 Réexportations en suite d ATPA-SP ventilées par principaux produits 72 OPERATIONS DE VOYAGES 73 Evolution de l excèdent des opérations de voyages 75 Evolution du nombre de touristes ( ) 75 Evolution du nombre de touristes ( ) (graphique) 76 Balance voyages 76 Evolution de l excédent des opérations de voyages 77 Evolution de l excédent des opérations de voyages (graphique) 77 Evolution des recettes voyages Recettes voyages par pays 78 Evolution des dépenses voyages Evolution des dépenses voyages (graphique) 79 Répartition des dépenses voyages par nature d opération 79 Répartition des dépenses voyages par nature d opération (graphique) 80 Ventilation des dépenses Voyages par nature d opération et mode de règlement 80 Ventilation par devise des dépenses voyages en billets de banque 81 Ventilation des dépenses voyages en billets de banque par nature de voyage 81 Ventilation des virements par nature de voyage 82 Evolution des dépenses par rapport aux recettes 82 Ratio des dépenses voyages par rapport aux recettes (graphique) 83 Evolution de la part des recettes voyages dans les recettes courantes 83 Evolution de la part des dépenses voyages dans les dépenses courantes 83 TRANSFERTS COURANTS PRIVES 85 Recettes au titre des transferts courants privés ( ) 87 Evolution des recettes des transferts courants privés (graphique) 88 Part des transferts courants privés dans les recettes courantes (graphique) 88 Evolution des recettes MRE 88 Recettes MRE par pays de provenance 89 Evolution des recettes au titre des transferts sociaux 90 Evolution des recettes au titre des transferts sociaux (graphique) 90 Ventilation des recettes au titre des transferts sociaux par pays 91 Evolution de l excédent au titre des transferts courants privés ( ) 92 Transferts courants privés par rapport aux exportations de biens 92 Transferts courants privés par rapport aux exportations de services 93 Transferts courants privés par rapport aux recettes courantes 93 Transferts courants privés par rapport au PIB 93 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS 95 Evolution des recettes des investissements et prêts privés étrangers 99 Evolution des recettes des investissements et prêts privés étrangers (graphique) 99 Recettes des investissements et prêts privés étrangers par nature d opération 100 Evolution des recettes des investissements Directs étrangers Evolution des recettes des investissements Directs étrangers (graphique) Office des Changes

12 12 Recettes des investissements directs étrangers au Maroc par nature d opération 101 Recettes des investissements directs étrangers au Maroc par pays 103 Recettes des investissements directs étrangers au Maroc par secteur d activité 105 Recettes des investissements directs étrangers au Maroc par secteur d activité selon NMA 107 Evolution des dépenses des investissements et prêts privés étrangers 111 Dépenses au titre des investissements et prêts privés étrangers par nature d opération 111 Evolution des dépenses des investissements et prêts privés étrangers 112 Dépenses au titre des investissements et prêts privés étrangers par nature d opération 112 Dépenses au titre des investissements étrangers par pays 114 Dépenses au titre des investissements étrangers par secteur d activité 115 Dépenses au titre des investissements directs étrangers par secteur d activité selon NMA 117 Recettes des investissements étrangers et solde du compte courant 121 Recettes des investissements étrangers et FBCF 121 Recettes nettes au titre des investissements et prêts privés étrangers 122 Evolution des recettes brutes et nettes des investissements étrangers (graphique) 122 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES MAROCAINS A L ETRANGER 123 Evolution des investissements et prêts privés Marocains à l étranger 125 Investissements et prêts privés Marocains à l étranger par nature d opération 125 Investissements et prêts privés Marocains à l étranger par nature d opération (graphique) 126 Evolution des investissements et prêts privés Marocains à l étranger 126 Investissements directs Marocains à l étranger par nature d opération 127 Investissements directs Marocains à l étranger par pays 128 Investissements directs Marocains à l étranger par continent 129 Investissements directs Marocains à l étranger par secteur d activité 130 Investissements directs Marocains à l étranger par secteur d activité selon NMA 132 Evolution des cessions d investissements marocains à l étranger 135 Cessions d investissements Marocains à l étranger par nature d opération 136 Cessions d investissements Marocains à l étranger par nature d opération (graphique) 136 Evolution des cessions d investissements Marocains à l étranger 137 Cessions d investissements marocains à l étranger par nature d opération 137 Cessions d investissements marocains à l étranger par pays 138 Cessions d investissements marocains à l étranger par secteur d activité 139 Cessions d investissements marocains à l étranger par secteur d activité selon NMA 140 OPERATIONS DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE 141 Evolution des financements extérieurs mobilisés par le secteur public 143 Evolution des financements extérieurs mobilisés par le secteur public (Graphique) 144 Répartition des financements extérieurs par groupe de bailleurs de fonds 144 Evolution des tirages par groupe de créanciers ( ) (Graphique) 145 Répartition des tirages par groupe de créanciers ( ) (Graphique) 145 Remboursements en principal 147 Répartition des remboursements en principal par groupe de créanciers 148 Balance tirages-remboursements en principal 148 Evolution de la charge globale de la dette extérieure publique par rapport aux exportations de biens et services et aux recettes courantes ( ) 149 Evolution du ratio de la charge globale de la dette extérieure publique par rapport aux exportations de biens et services et par rapport aux recettes courantes (graphique) 150 Répartition de la charge de la dette extérieure publique par groupe de bailleurs de fonds ( ) 150 Ventilation de la charge globale de la dette extérieure publique en principal et intérêts par groupe de créanciers (graphique) 151 Balance tirages-charge globale de la dette extérieure publique 152 Balance des paiements 2010

13 13 ANNEXES -=-=-=-=- BALANCES DES PAIEMENTS Balance des paiements année 2004 (chiffres rectifiés) 157 Balance des paiements année 2005 (chiffres rectifiés) 158 Balance des paiements année 2006 (chiffres rectifiés) 159 Balance des paiements année 2007 (chiffres rectifiés) 160 Balance des paiements année 2008 (chiffres rectifiés) 161 Balance des paiements année 2009 (chiffres rectifiés) 162 COMMERCE EXTERIEUR Importations par produits remarquables ( ) 165 Exportations par produits remarquables ( ) 169 Importations par continents et pays ( ) 171 Exportations par continents et pays ( ) 175 Office des Changes

14 14 Balance des paiements 2010

15 15 INDICATIONS METHODOLOGIQUES Office des Changes

16 16 Balance des paiements 2010

17 17 METHODOLOGIE D ETABLISSEMENT DE LA BALANCE DES PAIEMENTS -=-=-=-=- La balance des paiements est un état statistique qui enregistre selon une classification déterminée, l ensemble des flux économiques et financiers intervenus pendant une période donnée entre résidents et non-résidents d une économie. Le Maroc, à l instar des autres pays membres du FMI, établit la balance des paiements selon la méthodologie du Manuel édité par cette institution, lequel est régulièrement mis à jour en vue d appréhender dans la balance des paiements l ensemble des transactions internationales. A compter de l année 1995, la balance des paiements est établie selon les normes internationales prévues par la cinquième édition du Manuel de la balance des paiements du FMI, publiée en Les principales caractéristiques de la balance marocaine des paiements se résument comme suit : c est une balance de transactions, puisqu en dépit de son appellation, la balance des paiements n enregistre pas exclusivement les règlements entre résidents et non-résidents d une économie mais également l ensemble des transactions intervenues entre ces derniers qu il y ait ou non règlement, ou encore que ce règlement soit différé dans le temps ; la balance des paiements est établie selon le principe de la partie double, en ce sens que chaque transaction donne lieu à deux inscriptions du même montant mais en sens opposés. En conséquence, et compte tenu de l écart statistique (erreurs et omissions), la balance des paiements dégage un solde nul du fait de l égalité des écritures en crédit et en débit. En vertu de ce principe, la balance des paiements enregistre également les transactions ne faisant pas l objet de règlement. Il s agit à titre d exemple, des règlements différés de biens dont la contrepartie est reprise en sens inverse au niveau des crédits commerciaux et des investissements financés par incorporation de réserves dont la contrepartie est comptabilisée au niveau de la rubrique des revenus. Les informations nécessaires à l établissement de la balance des paiements sont puisées principalement des déclarations douanières tant à l importation qu à l exportation et des comptes rendus bancaires établis à l occasion de chaque opération d achat ou de vente de devises. Ces données sont complétées par des informations collectées directement auprès des opérateurs économiques et de divers organismes publics et privés. Office des Changes

18 18 La collecte des données auprès des différentes parties redevables de l information statistique s effectue en vertu des dispositions de la loi relative aux déclarations statistiques aux fins d élaboration des données des échanges extérieurs, de la balance des paiements et de la position financière extérieure globale du Maroc, promulguée par le Dahir n du 28 Rabii I 1428 (17 avril 2007) et de la décision du Ministre de l Economie et des Finances n du 23 Hija 1430 (11 décembre 2009), prévue par le Décret n du 8 Hija 1428 (19 décembre 2007) pris pour l application de la loi Enfin, il convient de signaler que la présente publication porte sur les données définitives de l année Elle peut être téléchargée du site Internet de l Office des Changes ( qui comporte également les versions trimestrielles de la balance des paiements. Balance des paiements 2010

19 19 CLASSIFICATION GENERALE DES COMPTES -=-=-=-=-=- La balance des paiements, présentée selon les recommandations de la cinquième édition du Manuel du FMI comporte deux parties : le compte des transactions courantes et le compte de capital et d opérations financières. LE COMPTE DES TRANSACTIONS COURANTES Ce compte regroupe toutes les transactions portant sur des valeurs économiques, autres que les actifs financiers, ainsi que les transferts sans contrepartie. Il est scindé en quatre rubriques : les biens, les services, les revenus et les transferts courants. LES BIENS Cette rubrique reprend toutes les transactions sur marchandises entre le Maroc et l étranger qu il y ait ou non transfert de propriété. Ainsi, trois lignes sont prévues : les marchandises générales, les biens importés sans paiement et réexportés après transformation et les achats de biens dans les ports et aéroports marocains (avitaillement). La rubrique "marchandises générales" enregistre les biens importés et exportés donnant lieu à un transfert de propriété. Elle retrace les mouvements de biens, déterminés à partir des déclarations douanières conformément aux méthodes en usage au plan international. Les importations et les exportations sont évaluées FOB dans la balance des paiements alors que dans les statistiques du commerce extérieur, les importations sont évaluées CAF et les exportations FOB. Le passage de la valeur CAF des importations à leur valeur FOB s effectue sur la base d un coefficient moyen déterminé à partir des résultats d une enquête réalisée à ce titre. Ce coefficient est actuellement de 7,5%. Il est à préciser par ailleurs, que les transactions commerciales sont enregistrées au moment du passage en douane des marchandises, sans tenir compte du paiement ou non de cellesci. Ainsi, les importations incluent aussi bien les dons que les achats donnant lieu à règlement immédiat ou ceux pour lesquels des facilités de paiement sont prévues dont les biens d équipement acquis au moyen de crédits-bails. Elles sont constituées des entrées de marchandises dans le territoire assujetti et en zone franche d exportation en provenance de l étranger. Les exportations comprennent les marchandises expédiées du territoire assujetti et de la zone franche d exportation vers l étranger, à l exception notamment des biens destinés à être réparés et des opérations de transit. Office des Changes

20 20 La rubrique des biens importés sans paiement et réexportés après transformation recouvre les transactions effectuées dans le cadre du régime douanier de l admission temporaire pour perfectionnement actif sans paiement. Elles sont dites sans paiement du fait qu elles ne font pas l objet de règlement au profit du fournisseur étranger qui en reste le propriétaire. Ces opérations sont enregistrées sur une base brute avant et après transformation. Enfin, la rubrique "achats de biens dans les ports" enregistre en recettes les marchandises marocaines acquises par le pavillon étranger dans les ports et aéroports marocains et en dépenses, les marchandises d'origine étrangère achetées au Maroc par le pavillon national. LES SERVICES Les transactions portant sur les services sont regroupées dans les postes suivants : transports, voyages, services de communication, services d assurance, redevances et droits de licence, autres services aux entreprises et services fournis ou reçus par les administrations publiques non compris ailleurs. 1 / Les transports Ce poste enregistre en recettes et en dépenses, l ensemble des règlements intervenus au titre des services de transport de marchandises et de passagers par voies maritime, aérienne ou terrestre. 2 / Les voyages Ce poste reprend les recettes voyages qui correspondent aux biens et services fournis par l économie marocaine aux voyageurs non-résidents à l occasion essentiellement des voyages touristiques et recense en dépenses, les biens et services fournis par les économies étrangères aux voyageurs résidents au titre des voyages touristiques, stages et missions, études, pèlerinage, omra, voyages d affaires et soins médicaux, etc. 3 / Les services de communication Ces services reprennent en recettes et en dépenses les services de télécommunications, de poste et de messagerie. 4 / Les services d assurance Ce poste enregistre les règlements au titre des opérations d assurance, qu il s agisse d assurances sur marchandises ou autres (assurances, réassurance, etc...). 5 / Les redevances et droits de licence Ce poste recouvre les flux relatifs à l utilisation d actifs incorporels non financiers non produits et des droits de propriété. Il s agit des revenus de la propriété intellectuelle dont en particulier la location de brevets et licences, exploitation de marques, etc. Balance des paiements 2010

21 21 6 / Les autres services aux entreprises Sont inscrites dans ce poste en dépenses, les diverses prestations de services fournies par les non-résidents aux entreprises résidentes et non classées ailleurs. Il s agit des opérations d assistance technique privée, des transactions de services liées au commerce international telles que les commissions de représentation, les frais de fonctionnement des délégations commerciales implantées à l étranger, les frais bancaires, les frais de publicité, etc. En recettes, ce poste enregistre principalement les rapatriements effectués par les centres d appels et les frais de fonctionnement des délégations commerciales étrangères implantées au Maroc et les divers services aux entreprises. 7 / Les services fournis ou reçus par les administrations publiques NCA Ce poste retrace les transactions effectuées par les administrations publiques portant sur des services non recensés ailleurs. Parmi ces transactions, figurent celles relatives aux représentations diplomatiques et aux institutions gouvernementales étrangères établies au Maroc. Les recettes comprennent également les différentes redevances versées à l Administration marocaine. LES REVENUS Cette rubrique reprend, d une part, les revenus des investissements et prêts privés y compris les revenus réinvestis au Maroc et d autre part, le service de la dette extérieure publique. Ils enregistrent également les revenus générés par le placement des réserves de change. LES TRANSFERTS COURANTS Ce poste enregistre en recettes essentiellement les rapatriements effectués par les Marocains résidant à l étranger (MRE), les pensions, retraites et allocations familiales et les transferts sans contrepartie, reçus par le secteur public. En dépenses, il enregistre principalement les transferts effectués par les étrangers résidents au titre des économies sur revenus, les cotisations aux caisses étrangères de retraite ou de prévoyance sociale. LE COMPTE DE CAPITAL ET D OPERATIONS FINANCIERES Ce compte se compose du compte de capital et du compte d opérations financières. LE COMPTE DE CAPITAL Ce compte reprend les opérations en capital ainsi que les transactions sur les actifs non financiers non produits. Les opérations en capital portent principalement sur les transferts des migrants et les remises de dettes. Quant aux transactions sur les actifs non financiers non produits, elles recouvrent les avoirs incorporels (brevets, marques, droits de bail, etc.) et les avoirs corporels tels les terrains. Pour la présentation marocaine, le compte de capital enregistre uniquement les transferts et Office des Changes

22 22 rapatriements effectués par les migrants au titre des départs et retour définitifs. LE COMPTE D OPERATIONS FINANCIERES Ce compte enregistre les opérations d investissements directs y compris les bénéfices réinvestis, les investissements de portefeuille (titres de participation, titres de créance et instruments du marché monétaire) et les autres investissements (crédits commerciaux et prêts à court et long termes). Les investissements directs comprennent outre les opérations d investissement proprement dites (prises de participation dans le capital de sociétés supérieures à 10%), les avances en comptes courants d associés, les prêts privés contractés par les sociétés marocaines auprès de leurs maisons mères et les bénéfices réinvestis. La présentation de la balance des paiements selon les composantes-types prévues par la cinquième édition du Manuel du FMI répartit les opérations financières en quatre catégories : les investissements directs, les investissements de portefeuille, les autres investissements et la variation des avoirs de réserve. Cette variation est inscrite en sens opposé pour préserver l équilibre de la balance des paiements : une variation négative correspond à un accroissement desdits avoirs et inversement. A partir de l année 2010, les avoirs de réserve font l objet d un nouveau traitement statistique dans la balance des paiements. En effet, la rubrique "Avoirs de réserve" enregistre uniquement la variation des avoirs officiels bruts détenus par l Institut d émission. Quant à la variation des avoirs et engagements des banques et des engagements de l Institut d émission, elle est prise en compte dans les rubriques correspondantes des "Autres investissements". Est prévue enfin dans la balance des paiements une rubrique intitulée "erreurs et omissions" destinée à équilibrer celle-ci conformément aux recommandations de la cinquième édition du manuel du FMI. Balance des paiements 2010

23 23 CONJONCTURE INTERNATIONALE ET NATIONALE Office des Changes

24 24 Balance des paiements 2010

25 25 CONJONCTURE INTERNATIONALE ET NATIONALE -=-=-=-=-=- L économie mondiale a connu en 2010, une reprise de l activité assez forte avec un taux de croissance de 5,2% contre 0,7% en Les rythmes de progression de la production mondiale demeurent, néanmoins, différenciés selon les principales régions. Ainsi, la reprise a été relativement de moindre ampleur dans les pays développés dont la croissance s est établie à 3,2% que dans ceux du reste du monde qui ont enregistré une progression globale de 7,2%. Aux Etats-Unis, le taux de croissance a été de 3% en 2010 après une contraction de 3,5% l année précédente. Cette performance a été réalisée grâce au rebond des investissements des entreprises soutenu par le meilleur accès au crédit et des politiques publiques d encouragement de la reconstitution des stocks. Le redressement de l économie américaine s est traduit par une augmentation du taux d inflation à 1,6% contre -0,4% en 2009, en allègement du déficit budgétaire fédéral qui s est établi à -10,3% (-12,8% en 2009) et par un creusement du déficit du compte courant, lequel a atteint 3,2% contre 2,7%, sous l effet du ralentissement des exportations. Quant au taux de chômage, il est passé à 9,6% en 2010 au lieu de 9,3% une année auparavant. Dans la Zone Euro, le PIB a progressé de 1,9% après une régression de 4,3% en 2009, sous l effet principalement des performances économiques enregistrées par l économie allemande, laquelle a réalisé, grâce à la progression essentiellement des exportations, une croissance importante de 3,6% après une contraction de 5,1% en S agissant des autres grandes économies de la zone euro, la France et l Italie ont connu de légers redressements avec des taux de croissance respectifs de 1,4% et 1,5% contre des baisses respectives de 2,6% et de 5,2% en En revanche, l Espagne a enregistré une contraction de l activité de 0,1% et ce, à l instar des autres économies européennes surendettées telles la Grèce et l Irlande. L amélioration de la croissance économique dans la zone euro s est traduite par une augmentation du taux de chômage à 10,1% contre 9,6% en Ce taux a atteint en Espagne 20,1%. Quant au taux d inflation, il s est situé à 1,6% contre 0,3%. En dehors de la zone euro, le Royaume Uni a connu un redressement du rythme de l activité avec une croissance de 1,3% contre une contraction de 4,9% en 2009 et ce, sous l effet essentiellement de la progression de la demande interne. Office des Changes

26 26 L économie japonaise a, quant à elle, enregistré un taux de croissance de 4,4% contre une contraction exceptionnelle de 6,3% en Cette performance est due à la fois à la demande mondiale et à la demande intérieure. Les pays émergents d Asie ont maintenu leurs tendances expansives enregistrées depuis plusieurs années faisant preuve d une capacité de résilience exceptionnelle face à la crise financière internationale. Globalement, le PIB de cette région a augmenté de 9,5% contre 7,2% en 2009, augmentation favorisée par l Inde et la Chine. En effet, la Chine et l Inde ont connu des taux de croissance respectifs de 10,4% et 9,9% au lieu de 9,2% et 6,8% une année auparavant, croissance soutenue notamment par la demande intérieure. Dans les pays de l Amérique latine, le PIB réel s est accru de 6,1% après un recul de 1,7% en Cette expansion a été réalisée sous l effet de l investissement et de la consommation privée. Le Brésil et l Argentine qui constituent les deux plus importantes économies de la région ont réalisé des progressions respectives du PIB de 7,5% et 9,2% au lieu de -0,6% et +0,8%. Les économies de la Communauté des Etats Indépendants ont enregistré une progression du rythme d activité de 4,3% contre une contraction de 7,1% en La Russie a réalisé une croissance de 4% après une contraction de 7,8% en En Afrique, la croissance moyenne du PIB s est établie à 4,7% contre 2,1% en 2009, taux relativement élevé par rapport à la croissance enregistrée en 2010 par les trois pays du Maghreb : le Maroc (+3,7%), l Algérie (+3,3%) et la Tunisie (+3,1%). Dans ce contexte de reprise de l activité économique, et après la chute enregistrée en 2009, le commerce mondial de biens et de services a enregistré en 2010 un rebondissement important et un rythme d accroissement plus important que le PIB. Ainsi, le commerce mondial de marchandises mesuré par les exportations de marchandises a progressé de 22%, passant de milliards de dollars en 2009 à milliards de dollars en Cette expansion est due à la hausse à la fois des volumes et des prix. L accroissement du volume des exportations mondiales de marchandises a été de 14,5%, sous l effet de la reprise de l activité mondiale et de l extension des chaînes d approvisionnement mondiales. Quant à l accroissement des prix, il est dû, d une part, à la dépréciation du dollar (3,5% en moyenne par rapport aux principales monnaies) et, d autre part, à la hausse des prix des produits de base. La hausse des prix des produits de base a concerné plusieurs produits, notamment le pétrole dont le pris moyen a augmenté de 30% (baril à 79 dollars en moyenne), les métaux et minerais (+ 48%) et les produits alimentaires (+12%). Pour ce qui est du commerce des services, il s est accru en 2010 de 8% pour s établir à milliards de dollars (-12% en 2009). Cet accroissement a concerné les principales composantes du commerce international des services à savoir, les transports qui ont marqué une augmentation de 14% et les voyages qui ont progressé de 8%. Balance des paiements 2010

27 Les flux internationaux des transferts de fonds des travailleurs émigrés, originaires des pays en développement, vers leurs pays d origine ont augmenté de 6%, atteignant 325 milliards de dollars. Les flux d investissements directs étrangers ont enregistré une progression modérée de 5% pour atteindre milliards de dollars en Cette performance recouvre des évolutions contrastées entre les pays. En effet, les flux d investissements directs étrangers à destination des pays en développement et des pays en transition se sont accrus de 12% pour s établir à 574 milliards de dollars, alors que ceux à destination des pays développés se sont contractés de 0,2% pour se situer à 602 milliards de dollars. Parmi ce groupement économique, l Europe a été la région où les flux ont le plus baissé, reflétant des incertitudes quant à l aggravation de la crise des dettes souveraines. Cette baisse a affecté en particulier le Luxembourg, l Irlande et l Italie. Les marchés des changes internationaux ont été marqués par des évolutions largement déterminées par la reprise économique, la situation budgétaire et la politique monétaire dans les principaux pays développés. Dans ce contexte, l Euro a connu au cours de l année 2010 une dépréciation moyenne de son taux de change effectif de 6,3% par rapport à l année 2009 : -4,7%, -3,7% et -10,5% respectivement par rapport au dollar, à la livre sterling et au yen japonais. Concernant les monnaies asiatiques, le yen japonais s est apprécié de 6,6% contre le dollar et s est, en revanche, déprécié contre la livre sterling de 2,3 %. Quant au yuan chinois, il s est apprécié de 0,9% par rapport au dollar et de 5,9% par rapport à l Euro. Dans un contexte économique mondial globalement favorable, l économie marocaine a réalisé un taux de croissance de 3,7%. Ce taux qui demeure inférieur à la moyenne mondiale (5%) et à celui réalisé durant l année 2009 (4,8%), s explique au niveau interne par le repli des activités primaires et sur le plan externe, par l atonie relative des principaux pays partenaires du Maroc. Ainsi, cet accroissement de l activité recouvre des évolutions disparates selon les secteurs économiques. En effet, le secteur primaire a enregistré une diminution de 2,1% (après une progression de 28,9% en 2009) sous l effet de la baisse de la production céréalière. Quant aux secteurs secondaires et tertiaires, ils se sont accrus respectivement de 6,4% et de 3,3% contre une baisse de 4,7% et un accroissement de 3,6% en Le marché de l emploi a été marqué par la stabilité du taux de chômage à 9,1%. Les taux de chômage urbain et rural se sont établis respectivement à 13,7% et 3,9% contre des taux de 13,8% et 4% en Quant à l inflation, mesurée par l accroissement de l indice des prix à la consommation (IPC), elle s est établie à 0,9% au lieu de 1% une année auparavant, sous l effet de la stabilisation des prix des produits réglementés et de la baisse générale des produits non agricoles. S agissant des finances publiques, elles ont été marquées par un déficit budgétaire de 35,8 milliards de dirhams, ce qui représente 4,6% du PIB contre 2,2% en Cette aggravation du déficit est due à la progression des dépenses de 11,4% qui a été plus accentuée que celle des recettes, soit 0,9%. La progression des dépenses est due principalement à celles de compensation qui ont plus que doublé d une année à l autre suite au renchérissement des prix des produits de base sur le marché mondial. 27 Office des Changes

28 28 La situation sur le marché des changes national s est, quant à elle, caractérisée par une dépréciation annuelle moyenne du taux de change effectif du dirham de 2,5% et ce, compte tenu des évolutions des marchés de change internationaux et de la méthode adoptée de cotation du dirham. Ainsi, le dirham s est apprécié en moyenne annuelle de 0,86% par rapport à l euro et a enregistré des dépréciations de 3,90%, 2,83% et de 9,98% par rapport respectivement au dollar, à la livre sterling et au yen japonais. Balance des paiements 2010

29 29 BALANCE DES PAIEMENTS ANNEE 2010 (en millions de dirhams) CREDIT DEBIT SOLDE A- COMPTE DES TRANSACTIONS COURANTES , , ,9 BIENS , , ,7 Marchandises générales , , ,7 Biens importés sans paiement et réexportés après transformation , , ,8 Achats de biens dans les ports 1 595,6 44, ,2 SERVICES , , ,4 Transports , , ,4 Transports maritimes 3 570, , ,3 Transports aériens , , ,3 Autres transports 2 560, ,5 +138,6 Voyages , , ,5 Voyages à titre professionnel , ,2 Voyages à titre personnel , , ,7 Services de communication 5 981,7 633, ,9 Services d'assurance 1 290, ,0-279,6 Redevances et droits de licence 32,4 255,9-223,5 Autres services aux entreprises , , ,0 Services fournis ou reçus par les administrations publiques N.C.A 3 374, , ,5 REVENUS 7 253, , ,2 Revenus des investissements privés et des emprunts publics Administrations , ,8 Autorités monétaires 6 518, ,1 Banques 93,5 203,8-110,3 Autres secteurs 642, , ,2 TRANSFERTS COURANTS , , ,6 Publics 2 814,3 719, ,1 Privés , , ,5 B- COMPTE DE CAPITAL ET D'OPERATIONS FINANCIERES , , ,0 CAPITAL - 0,7-0,7 Transferts des migrants - 0,7-0,7 OPERATIONS FINANCIERES , , ,7 Investissements directs , , ,6 A l'étranger 59, , ,8 Dans l' économie nationale , , ,4 Investissements de portefeuille 4 576, ,8 +748,8 Avoirs 1 571, ,9-39,0 Engagements 3 004, ,9 +787,8 Autres investissements , , ,0 Crédits commerciaux , , ,8 Autres secteurs , , ,8 Prêts , , ,6 Administrations , , ,2 Banques 1 446,2 312, ,0 Autres secteurs , , ,4 Monnaie fiduciaire et dépôts , ,6 Avoirs de réserve , ,7 C- ECART STATISTIQUE , ,1 T O T A L , ,9 Office des Changes

30 30 Balance des paiements 2010

31 31 PRESENTATION DES RESULTATS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS Office des Changes

32 32 Balance des paiements 2010

33 33 RESULTATS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS -=-=-=-=-=- En 2010, la balance des paiements a enregistré, pour la quatrième année consécutive, un déficit du compte courant, en allégement néanmoins par rapport à l année précédente. En effet, le compte des transactions courantes s est soldé en 2010 par un déficit de ,9MDH contre ,9MDH en 2009, en allègement de 13,9% ou 5.552MDH. Cette évolution trouve son origine principalement dans le recul du déficit des transactions sur marchandises conjugué à l augmentation de l excèdent des transferts courants et ce, en dépit de la baisse de l excédent des services et de l aggravation du déficit dégagé au titre des revenus. Le déficit des transactions sur marchandises a connu, en 2010, un allégement de 3,9% ou 5.130,3MDH, pour se situer à ,7MDH contre MDH en De son côté, l excédent des échanges de services a baissé de 1,4% ou -612,2MDH, s établissant à ,4MDH contre ,6MDH en SOLDES DES POSTES DE LA BALANCE DES PAIEMENTS Millions de dirhams RUBRIQUES A. Compte des transactions Courantes ,5-411, , , ,9 - Biens , , , , ,7 - Services , , , , ,4 - Revenus , , , , ,2 - Transferts courants , , , , ,6 B. Compte de capital et d'opérations financières ,0-461, , , ,0 - Compte de capital -25,7-24,6-15,4-3,6-0,7 - Compte d'opérations financières ,3-437, , , ,7 Investissements directs , , , , ,6 Investissements de portefeuille ,8-667, ,7-144,4 +748,8 Autres investissements , , , , ,0 Avoirs de réserve , , , , ,7 C. Ecart statistique ,5 +873, , , ,1 Quant aux transferts courants, leur excédent s est apprécié de 3,1% ou 1.819,2MDH, soit ,6MDH en 2010 contre ,4MDH en Ce résultat est dû à la hausse du solde des transferts courants privés. S agissant du poste des revenus, son solde déficitaire s est aggravé de 785,3MDH, se situant en 2010 à ,2MDH contre ,9MDH en ,7% ou Office des Changes

34 Millions de dirhams 34 Le financement du déficit du compte des transactions courantes s est effectué par le compte d opérations financières qui a dégagé une position créditrice de ,7MDH contre ,9MDH en 2009, en régression de 15,5% ou ,2MDH. Cette évolution est imputable à la baisse de l excédent de la rubrique " investissements directs", lequel est passé à ,6MDH en 2010 contre ,3MDH une année auparavant, et ce, en dépit de la hausse du solde positif des "Autres investissements". Les avoirs de réserve se sont, quant à eux, appréciés de ,7MDH contre une baisse de 1.583,6MDH en COMPTE DES TRANSACTIONS COURANTES Le compte des transactions courantes a enregistré, au titre de l année 2010, un déficit de ,9MDH contre ,9MDH une année auparavant, en baisse de 13,9% ou 5.552MDH. Ce résultat provient essentiellement des recettes dont la hausse a été plus importante que celle des dépenses. En effet, les recettes ont augmenté de 16,1% ou ,9MDH( MDH contre ,1MDH) et les dépenses ont progressé de 12,4% ou ,9MDH ( ,9MDH contre MDH). L accroissement des recettes est imputable aux hausses enregistrées au niveau des rubriques des biens (+32,4%), des services (+6,9%), et des transferts courants (+3,5%), quant aux recettes au titre des revenus, elles ont connu une légère baisse de -2,9%. EVOLUTION DES TRANSACTIONS COURANTES RECETTES DEPENSES Balance des paiements 2010

35 RUBRIQUES 2009 EVOLUTION DES RECETTES COURANTES 35 Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Biens , , ,4 +32,4 Services , , ,8 +6,9 Revenus 7 469, ,6-216,2-2,9 Transferts courants , , ,9 +3, T O T A L , , ,9 +16,1 Quant aux dépenses, leur hausse est due aux biens (+12,9%), aux transferts courants (+20,1%), aux services (+13,3%) et aux revenus (+3%). RUBRIQUES 2009 EVOLUTION DES DEPENSES COURANTES Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Biens , , ,1 +12,9 Services , , ,0 +13,3 Revenus , ,8 +569,1 +3,0 Transferts courants 1 747, ,4 +351,7 +20, T O T A L , , ,9 +12,4 A- LES BIENS Durant l année 2010, les transactions sur marchandises, exprimées en termes FOB-FOB, se sont soldées par un déficit qui s est allégé de 3,9% ou 5.130,3MDH : ,7MDH contre MDH en Ce résultat provient principalement de l allégement du déficit des transactions sur marchandises générales de 4,1% ou de 6.196,7MDH, conjugué à l amélioration de l excédent de la rubrique «achats de biens dans les ports» de 47,3% ou +497,9MDH. Les biens importés sans paiement et réexportés après transformation ont vu leur excédent reculer de 7,7% ou ,3MDH. RESULTATS DES TRANSACTIONS SUR MARCHANDISES Millions de dirhams Recettes Dépenses Soldes Recettes Dépenses Soldes Marchandises générales , , , , , ,7 Biens importés sans paiement et réexportés après transformation , , , , , ,8 Achats de biens dans les ports 1 161,8 108, , ,6 44, ,2 T O T A L , , , , , ,7 Office des Changes

36 Millions de dirhams EVOLUTION DES TRANSACTIONS SUR MARCHANDISES Recettes Dépenses Soldes 1 / Marchandises générales Les marchandises générales ont dégagé en 2010 un déficit de ,7MDH contre ,4MDH en 2009, en baisse de 4,1% ou de 6.196,7MDH. Cette amélioration a pour origine la hausse des exportations de 43,3% ou ,5MDH ( ,2MDH contre ,7MDH), plus importante que celle enregistrée au niveau des importations, soit +11,2% ou ,8MDH ( ,9MDH contre ,1MDH en 2009). 2 / Biens importés sans paiement et réexportés après transformation Ce poste enregistre en dépenses les biens importés dans le cadre du régime de l admission temporaire pour perfectionnement actif sans paiement. En recettes, il reprend les réexportations évaluées en termes bruts, incluant les inputs importés et la valeur ajoutée produite localement. L excèdent dégagé par ce poste s est établi à ,8MDH contre ,1MDH une année auparavant, en reflux de 7,7% ou ,3MDH. Les importations réalisées dans le cadre de ce régime se sont inscrites en hausse de 33,1% ou ,4MDH (25.446,8MDH contre ,4MDH), alors que les réexportations n ont augmenté que de 12,1% ou ,1MDH (44.091,6MDH contre ,5MDH en 2009). 3 / Achats de biens dans les ports "avitaillement" Ce poste enregistre en recettes les marchandises marocaines acquises par le pavillon étranger dans les ports et aéroports marocains et en dépenses, les marchandises d'origine étrangère acquises au Maroc par le pavillon marocain. Ce poste a dégagé, au titre de l année 2010, un excédent de ,2MDH contre ,3MDH en 2009, en appréciation de 47,3% ou +497,9MDH, dû à la hausse des recettes de 37,3% ou +433,8MDH (1.595,6MDH contre 1.161,8MDH). Les dépenses, quant à elles, ont accusé une baisse de 59,1%, passant à 44,4MDH contre 108,5MDH une année auparavant. Balance des paiements 2010

37 Millions de dirhams 37 B- LES SERVICES L excédent dégagé par la rubrique des services continue sur sa tendance baissière entamée en Il s est établi en 2010 à ,4MDH contre ,6MDH, en repli de 1,4% ou -612,2MDH. Cette baisse est imputable aux dépenses qui ont enregistré un accroissement de 13,3% ou MDH, plus important que celui des recettes soit +6,9% ou ,8MDH. EVOLUTION DES RECETTES ET DES DEPENSES AU TITRE DES SERVICES Millions de dirhams Recettes Dépenses Soldes , , , , , , , , , , , , , , ,4 RESULTATS DES ECHANGES DE SERVICES Recettes Dépenses Soldes / Les transports Les services de transport, première composante des échanges de services en termes de dépenses, ont dégagé, à l instar des années précédentes, un déficit qui a plus que doublé par rapport à l année En effet, les opérations de transport international se sont soldées en 2010 par un déficit de 4.222,4MDH contre ,1MDH en 2009, en aggravation de 2.368,3MDH. Cette évolution est imputable à l accroissement des dépenses de 19,4% ou ,4MDH (22.420,7MDH contre ,3MDH), conjugué à la baisse des recettes de 7,5% ou ,1MDH (18.198,3MDH contre ,2MDH). Le déficit enregistré en 2010 au titre des opérations de transport provient pour l essentiel des opérations du transport effectuées par voie maritime, lesquelles représentent 66,1% des dépenses et 19,6% des recettes. Office des Changes

38 38 La ventilation des services de transport, par mode de transport, fait ressortir un accroissement du déficit au niveau des opérations de transport maritime de 38% ou 3.092,4MDH ( ,3MDH contre ,9MDH). L excédent enregistré au niveau des opérations de transport aérien a connu, en revanche, une hausse de 15,4% ou +915,9MDH (+6.879,3MDH contre ,4MDH en 2009). L excédent dégagé au titre des autres modes de transport, portant sur des montants relativement faibles, s est établi en 2010 à +138,6MDH contre +330,4MDH une année auparavant, en baisse de 58,1% ou -191,8MDH. VENTILATION PAR MODE DES OPERATIONS DE TRANSPORT Millions de dirhams Recettes Dépenses Solde Recettes Dépenses Solde Transports maritimes 4 464, , , , , ,3 Transports aériens , , , , , ,3 Autres transports 2 138, ,5 +330, , ,5 +138,6 TOTAL , , , , , ,4 La structure des recettes, par type de transport, confirme la prédominance du transport de passagers avec 68,3% en 2010 contre 64,5% en 2009, alors que la part du transport de marchandises dans le total des recettes n a été que de 31,7% contre 35,5%. Quant aux dépenses, elles demeurent prédominées par les opérations de transport de marchandises avec une part de 74,4% contre 74,2% en Le transport de passagers, quant à lui, a représenté 25,6% des dépenses totales contre 25,8% en La ventilation du solde des opérations de transport, par nature d opération, laisse apparaitre un déficit au niveau du transport de marchandises, qui s est détérioré en 2010 de 37,6% ou ,60MDH. Quant à l excédent se dégageant du transport de passagers, il s est inscrit en hausse de 10,1% ou +612,3MDH. VENTILATION PAR NATURE DES OPERATIONS DE TRANSPORT Millions de dirhams EVOLUTION MDH % TRANSPORT DE MARCHANDISES Recettes 6 005, ,8-243,0-4,0 Dépenses , , ,6 +19,6 Solde , , ,6-37,6 TRANSPORT DE PASSAGERS Recettes , , ,1 +13,8 Dépenses 4 850, ,6 +899,8 +18,5 Solde , ,9 +612,3 +10,1 Balance des paiements 2010

39 En effet, le déficit des opérations au titre du transport de marchandises s est aggravé en 2010 de 37,6% ou 2.980,6MDH, s établissant à ,3MDH contre ,7MDH en Cette détérioration provient de l effet conjugué de la baisse des recettes de 4% ou -243MDH (5.762,8MDH contre 6.005,8MDH), et de la hausse des dépenses de 19,6% ou ,6MDH (16.670,1MDH contre ,5MDH). L excédent des opérations de transport de passagers, a connu une hausse de 10,1% ou +612,3MDH, atteignant ,9MDH contre ,6MDH une année auparavant. Cette hausse est imputable aux recettes dont l augmentation a été plus importante (12.435,5MDH contre ,4MDH soit 13,8% ou ,1MDH) que celle des dépenses (5.750,6MDH contre 4.850,8MDH, soit +18,5% ou +899,8MDH). 2 / Les voyages L excédent dégagé par la rubrique des voyages, considérée comme l une des principales sources de financement de la balance des paiements, s est établi en 2010 à ,5MDH contre ,9MDH en 2009, en amélioration de 5% ou ,6MDH. Cette amélioration est due aux recettes qui ont marqué une hausse de 6,8% ou ,7MDH (56.421,5MDH contre ,8MDH), plus importante que celle des dépenses : +15,5% ou ,1MDH (10.193MDH contre 8.822,9MDH). 39 BALANCE VOYAGES Millions de dirhams EVOLUTION MDH % RECETTES , , ,7 +6,8 DEPENSES 8 822, , ,1 +15,5 SOLDES , , ,6 +5,0 3 / Les services de communication L excédent dégagé par le poste des services de communication a enregistré, en 2010, une progression de 12,4% ou +588,7MDH, passant à ,9MDH contre ,2MDH. Cette évolution est imputable, essentiellement, aux recettes qui ont connu une hausse de 9,9% ou +537,9MDH, atteignant 5.981,7MDH contre 5.443,8MDH en 2009, conjuguée à la baisse des dépenses de 7,4% ou -50,8MDH (633,8MDH contre 684,6MDH). 4 / Les services d assurance Ce poste recense l ensemble des règlements effectués entre l économie nationale et le reste du monde au titre des opérations d assurances, de réassurance, d acceptations et de rétrocessions. Les services d assurances ont dégagé en 2010 un déficit de -279,6MDH contre -22MDH en 2009, en aggravation de 257,6MDH. Office des Changes

40 40 BALANCE DES OPERATIONS D'ASSURANCES Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Recettes 1 451, ,4-161,1-11,1 Dépenses 1 473, ,0 +96,5 +6,5 Soldes -22,0-279,6-257,6 - Cette aggravation est due au repli des recettes de 11,1% ou -161,1MDH (1.290,4MDH contre 1.451,5MDH), conjugué à la hausse des dépenses de 6,5% ou +96,5MDH (1.570MDH contre 1.473,5MDH). 5 / Redevances et droits de licence Cette rubrique reprend les services liés à la location de brevets et droits de licence ainsi qu à l exploitation des marques. Elle dégage, eu égard à la nature de ces opérations, un solde déficitaire qui reste néanmoins relativement faible. En 2010, ce poste a enregistré un déficit de 223,5MDH contre -373,5 MDH en 2009, en allégement néanmoins de 40,2% ou 150MDH. Cet allègement provient des dépenses en baisse de 34,2% -133MDH, se situant à 255,9MDH contre 388,9MDH en 2009, conjugué à la hausse des recettes, lesquelles ont porté sur un montant insignifiant (32,4MDH contre 15,4MDH en 2009). 6 / Autres services aux entreprises Ce poste enregistre les prestations de services fournies ou reçues par les entreprises, non comprises dans les autres postes de services. En recettes, il recense essentiellement les recettes des centres d appels, des services informatiques ainsi que les frais de fonctionnement des délégations commerciales étrangères au Maroc. En dépenses il enregistre principalement les transferts relatifs à l assistance technique privée. En 2010, l excédent dégagé par ce poste a progressé de 15,9% ou +973,4MDH, s élevant à MDH contre ,6MDH en Cette progression est due en grande partie aux recettes qui ont augmenté sensiblement par rapport aux dépenses. En effet, les recettes ont connu un accroissement de 9,4% ou ,2MDH, s établissant à ,4MDH contre ,2MDH une année auparavant. Cet accroissement a été relevé surtout au titre des services informatiques (2.463,2MDH contre 1.901,4MDH : soit +29,5% ou +561,8 MDH) et des centres d appels (4.142,7MDH contre 3.392,7MDH : soit +22,1% ou 750MDH). Balance des paiements 2010

41 RECETTES AU TITRE DES «AUTRES SERVICES AUX ENTREPRISES» Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Centres d'appels 3 392, ,7 +750,0 +22,1 Frais de fonctionnement des délégations 2 465, ,4-153,4-6,2 Services informatiques 1 901, ,2 +561,8 +29,5 Services de BTP marocains à l'étranger 396,3 421,4 +25,1 +6,3 Production d'émissions et de films 381,4 200,6-180,8-47,4 Services liés au commerce extérieur 378,6 300,5-78,1-20,6 Services financiers 245,6 307,0 +61,4 +25,0 Services divers 9 326, ,6 +749,2 +8,0 T O T A L , , ,2 +9,4 Quant aux dépenses, elles ont enregistré une hausse de 6,2% ou +761,8MDH pour se situer à ,4MDH contre ,6MDH en 2009, due principalement à la progression des dépenses au titre de l assistance technique étrangère de 6,9% ou +554MDH : 8629,9MDH contre 8.075,9MDH. DEPENSES AU TITRE DES «AUTRES SERVICES AUX ENTREPRISES» Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Assistance technique privée 8 075, ,9 +554,0 +6,9 Frais de fonctionnement des délégations 1 169, ,1 +263,5 +22,5 Services financiers 394,6 405,3 +10,7 +2,7 Services liés au commerce extérieur 137,9 158,9 +21,0 +15,2 Autres 2 571, ,2-87,4-3,4 T O T A L , ,4 +761,8 +6,2 7 / Services fournis ou reçus par les Administrations publiques Sont recensées dans ce poste les recettes et les dépenses des Ambassades et Consulats marocains à l'étranger et étrangers au Maroc, les frais des organismes internationaux, les redevances reçues ou versées par les Administrations publiques et les opérations gouvernementales non comprises ailleurs. Ce poste a enregistré en 2010 un déficit de ,5MDH contre ,5MDH en 2009, en aggravation de 20,8% ou 1.916MDH. Cette aggravation s explique par la hausse des dépenses (+13,3% ou MDH), conjuguée à la baisse des recettes (-6% ou -216MDH). C- LES REVENUS La rubrique des revenus recense les rémunérations perçues ou versées au titre des revenus des investissements. Ces derniers s entendent au sens large et incluent l ensemble des avoirs et engagements financiers extérieurs : investissements directs, investissements de portefeuille (titres de participation et titres d emprunt), les autres investissements (constitués essentiellement des prêts et emprunts publics ou privés non matérialisés par des titres) et les avoirs de réserve. Office des Changes

42 42 Cette rubrique se caractérise par un solde structurellement déficitaire eu égard à l importance du stock des engagements à l égard de l extérieur par rapport à celui des avoirs. En 2010, le solde négatif dégagé par cette rubrique s est aggravé de 6,7% ou 785,3MDH se fixant à ,2MDH contre ,9MDH en Ce résultat est dû, d une part, au déficit des revenus des investissements privés qui s est accentué de 3,4% ou 955,1 MDH et, d autre part, à la baisse de l excédent des revenus des investissements publics (-13,8% ou -279,9MDH). Cette situation s explique principalement par la progression des dépenses au titre des revenus des investissements privés et la baisse des recettes au titre des revenus des investissements publics. 1 / Revenus des investissements privés REVENUS DES INVESTISSEMENTS PRIVES Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Recettes 592,0 735,5 +143,5 +24,2 - Dividendes 269,8 595,3 +325,5 - - Intérêts 314,7 116,5-198,2-63,0 - Autres 7,5 23,7 +16,2 - Dépenses , ,8 +648,9 +4,5 - Dividendes 9 109, ,2-406,2-4,5 - Coupons de valeurs mobilières 484,7 722,2 +237,5 +49,0 - Intérêts 63,7 141,2 +77,5 - - Bénéfices réinvestis 4 727, ,2 +732,7 +15,5 - Autres 9,6 17,0 +7,4 +77,1 Solde , ,3-505,4 +3,7 Le déficit de la rubrique des revenus des investissements privés est passé en 2010 à ,3MDH contre ,9MDH en 2009, sous l effet principalement de la hausse des dépenses au titre des revenus des investissements privés qui ont atteint ,8MDH contre ,9MDH en Ces dépenses intègrent en particulier les bénéfices réinvestis ayant augmenté de 15,5% ou +732,7MDH et les transferts effectués au titre des dividendes, en repli 4,5% ou -406,2MDH : 8.703,2MDH contre 9.109,4MDH. Quant aux recettes, portant sur des montants nettement inférieurs, elles ont augmenté de 24,2% ou +143,5MDH : 735,5MDH contre 592MDH une année auparavant. 2 / Revenus des investissements publics Durant l année 2010, l excédent de la rubrique des revenus des investissements publics s est élevé à ,1MDH contre MDH en 2009, en baisse de 13,8% ou -279,9MDH. Ce reflux est dû essentiellement à la baisse des recettes, constituées par les revenus des placements des avoirs de réserve : 6.518,1MDH contre 6.877,8MDH, soit -5,2% ou -359,7MDH. De leur côté, les dépenses, composées exclusivement des intérêts de la dette Balance des paiements 2010

43 extérieure publique, ont légèrement baissé de -1,6% soit -79,8MDH : 4.765MDH contre 4.844,8MDH en Les règlements effectués par le Trésor, qui représentent 48,1% se sont établis pour l année 2010 à 2.292,8MDH contre 2.588,6MDH en 2009, soit une baisse de 11,4% ou -295,8MDH. Quant aux règlements effectués par les Etablissements publics dont la part s est élevée à 51,9%, ils se sont accrus de 9,6% ou +216MDH, s élevant à 2.472,2MDH contre 2.256,2MDH en REVENUS DES INVESTISSEMENTS ET EMPRUNTS PUBLICS Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Recettes 6 877, ,1-359,7-5,2 - Intérêts sur placements publics 6 877, ,1-359,7-5,2 - Autres revenus Dépenses * 4 844, ,0-79,8-1,6 - Trésor 2 588, ,8-295,8-11,4 - Etablissements publics 2 256, ,2 +216,0 +9,6 Soldes , ,1-279,9-13,8 * Intérêts de la dette extérieure publique. D- LES TRANSFERTS COURANTS La rubrique des transferts courants constitue la première source de financement de la balance des paiements en termes nets et dégage constamment un solde excédentaire. L excédent de cette rubrique s est établi, en 2010, à ,6MDH contre ,4MDH en 2009, réalisant ainsi une hausse de 3,1% ou ,2MDH.Comparé à la moyenne des excédents des années 2005 à 2009, soit ,2MDH, l excédent enregistré en 2010, a augmenté de 4,7% ou ,4MDH. EXCEDENT DES TRANSFERTS COURANTS ANNEE Millions de dirhams Moyenne SOLDES , , , , , , ,6 1 / Les transferts courants privés L excédent des transferts courants privés a connu en 2010 une hausse de 4,9% ou ,3MDH, atteignant ,5MDH contre ,2MDH en Ce résultat est imputable aux recettes qui se sont élevées à ,7MDH contre ,6MDH en 2009, soit une hausse de 5,2% ou ,1MDH, enregistrée au niveau des envois de fonds effectués par les Marocains résidant à l étranger (54.387,2MDH contre ,5MDH), soit +8,3% ou 4.176,7MDH). En revanche, les rapatriements au titre des pensions ont reculé de 16,9% ou -1010,7MDH (4.961,2MDH contre 5.971,9MDH). Office des Changes

44 44 TRANSFERTS COURANTS PRIVES Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Recettes , , ,1 +5,2 - Economies sur revenus (recettes MRE) , , ,7 +8,3 - Pensions 5 971, , ,7-16,9 - Autres 1 534, ,3-168,9-11,0 Dépenses 1 134, ,2 +245,8 +21,7 - Economies sur revenus 483,2 521,4 +38,2 +7,9 - Cotisations à des organismes de retraite ou de prévoyance 88,4 82,7-5,7-6,4 - Transferts des MRE* 278,9 265,9-13,0-4,7 - Autres 283,9 510,2 +226,3 +79,7 Soldes , , ,3 +4,9 * Transferts effectués à partir des comptes en dirhams convetibles. Les dépenses dont le niveau reste relativement faible ont, quant à elles, progressé de 21,7% ou +245,8MDH : 1.380,2MDH contre 1.134,4MDH. 2 / Les transferts courants publics L excédent de la rubrique des transferts courants publics s est établi en 2010 à 2.095,1MDH contre ,2MDH en 2009, marquant une forte baisse de 30,8% ou -932,1MDH. Cette situation a pour origine la baisse des recettes de 22,7% ou -826,2MDH : 2.814,3MDH contre 3.640,5MDH, conjuguée à la hausse des dépenses de +17,3% soit +105,9MDH : 719,2MDH contre 613,3MDH. TRANSFERTS COURANTS PUBLICS Millions de dirhams EVOLUTION MDH % Recettes 3 640, ,3-826,2-22,7 - Dons de marchandises 211,8 122,8-89,0-42,0 - Assistance technique 183,5 118,0-65,5-35,7 - Dons intergouvernementaux 3 061, ,3-697,2-22,8 - Autres 183,7 209,2 +25,5 +13,9 Dépenses 613,3 719,2 +105,9 +17,3 - Pensions 422,0 474,5 +52,5 +12,4 - Participation aux frais de fonctionnement des organismes internationaux 162,6 181,6 +19,0 +11,7 - Dons intergouvernementaux 28,7 63,1 +34,4 - Soldes , ,1-932,1-30,8 L évolution des différentes rubriques du compte des transactions courantes laisse apparaître au titre de l année 2010 un allègement du déficit de ce compte de 13,9% ( ,9MDH contre ,9MDH en 2009), allègement dû essentiellement à la contraction du déficit de la rubrique des transactions sur marchandises et à la hausse de l excédent des échanges des transferts courants. Balance des paiements 2010

45 45 Ainsi, le déficit du compte des transactions courantes enregistré en 2010 représente 4,5% du Produit Intérieur Brut, exprimé en prix courants, contre 5,4% en SOLDE DU COMPTE COURANT DE LA BALANCE DES PAIEMENTS PAR RAPPORT AU PIB Millions de dirhams ANNEES SOLDE DU COMPTE COURANT (1) ,5-411, , , ,9 PIB EN PRIX COURANTS* (2) RATIO (1) / (2) (en % ) 2,2 0,1 5,2 5,4 4,5 * Source: Haut Commissariat au Plan COMPTE DE CAPITAL ET D OPERATIONS FINANCIERES Le compte de capital et d opérations financières a enregistré en 2010 un solde positif de MDH contre ,3MDH en 0229, en baisse de 15,5% ou ,3MDH. EVOLUTION DU SOLDE DU COMPTE DE CAPITAL ET D'OPERATIONS FINANCIERES ANNEES Millions de dirhams Moyenne SOLDES , ,0-461, , , , ,0 La baisse de l excédent du compte de capital et d opérations financières est imputable essentiellement à la rubrique "avoirs de réserve" qui a vu son solde baisser de ,3MDH ( ,7MDH contre ,6MDH) ainsi qu à la rubrique "Investissements directs" dont l excédent s est contracté de 30,5% ou ,7MDH. Par contre, le solde des investissements de portefeuille a augmenté de +893,2MDH, se situant à +748,8MDH contre -144,4MDH en Quant aux «autres investissements», ils ont connu une hausse importante de 24,9% soit ,6MDH, se situant à MDH contre ,4MDH une année auparavant. Office des Changes

46 Millions de dirhams 46 SOLDE DU COMPTE DE CAPITAL ET D'OPERATIONS FINANCIERES Millions de dirhams Opérations en capital -25,7-24,6-15,4-3,6-0,7 Opérations financières ,3-437, , , ,7 Investissements directs , , , , ,6 Investissements de portefeuille ,8-667, ,7-144,4 +748,8 Autres investissements , , , , ,0 Avoirs de réserve , , , , ,7 TOTAL ,0-461, , , ,0 COMPTE DE CAPITAL ET D'OPERATIONS FINANCIERES Crédits Débits Soldes A- LE COMPTE DE CAPITAL Le compte de capital recense selon la méthodologie internationale, les opérations relatives au transfert de capital et autres éléments ne pouvant être affectés aux opérations financières ou aux opérations courantes. Il s agit des transactions portant sur des actifs non financiers non produits, des remises de dettes et des transferts des migrants. Dans le cas du Maroc, ce compte n enregistre que les transferts et les rapatriements effectués par les migrants au titre des départs et retours définitifs. En 2010, le compte de capital a dégagé un solde négatif insignifiant ne dépassant pas -0,7MDH contre -3,6MDH en 2009 et -15,4MDH en B- LE COMPTE D OPERATIONS FINANCIERES Le compte d opérations financières retrace les opérations de constitution par une économie d avoirs et d engagements financiers à l égard du reste du monde. Il s agit des investissements directs et de portefeuille, des autres investissements et des avoirs de réserve. En 2010, le solde positif du compte d opérations financières a baissé de 15,5% ou 6.848,2MDH, se situant à ,7MDH contre ,9MDH en Balance des paiements 2010

47 47 1 / Investissements directs Durant l année 2010, les investissements directs ont vu leur excédent s inscrire en baisse de 30,5% ou ,7MDH, pour s établir à ,6MDH contre ,5MDH une année auparavant. Cette baisse est à attribuer aux investissements directs étrangers au Maroc dont le solde excédentaire est passé en 2010 à ,4MDH contre ,1MDH, soit -15,8% ou ,7MDH par rapport à l année Quant aux investissements directs marocains à l étranger, leur solde négatif s est aggravé de 30,8% ou MDH : ,8MDH contre ,8MDH. La contraction de l excédent enregistré au titre des investissements directs étrangers au Maroc est imputable aux dépenses qui ont plus que doublé, atteignant ,9MDH contre 9.524,6MDH, tandis que l augmentation des recettes n a été que de +38,9% ou ,6MDH : ,3MDH contre ,7MDH. 2 / Investissements de portefeuille Les investissements de portefeuille ont vu leur solde s accroître en 2010 de +893,2MDH : +748,8MDH contre -144,4MDH en Cette évolution a pour origine d une part, la baisse du solde négatif dégagé par les investissements de portefeuille marocains à l étranger (-39MDH contre -124MDH) et, d autre part, l amélioration du solde des investissements de portefeuille étrangers au Maroc (+787,8MDH contre -20,4MDH). Le solde négatif réalisé par les investissements de portefeuille marocains à l étranger est le résultat de la hausse des transferts à ce titre à hauteur de 600,7MDH et de l augmentation des recettes constituées des liquidations de ces opérations à concurrence de 515,7MDH. Quant aux investissements de portefeuille étrangers au Maroc, leur solde positif s explique par le recul des transferts au titre de la liquidation de ces investissements (2.216,9MDH contre 3.030,3MDH, soit -26,8% ou -813,4MDH). 3 / Autres investissements Au cours de l année 2010, la rubrique "Autres investissements" a enregistré un solde positif en progression 24,9% ou ,6MDH par rapport à 2009, due aux évolutions positives de l ensemble des composantes de cette rubrique. a/ Crédits commerciaux Les crédits commerciaux sont déterminés par comparaison entre, d une part, les flux physiques des marchandises importées et exportées, appréhendés à partir des déclarations douanières souscrites par les opérateurs économiques et, d autre part, les règlements effectués au titre des biens qui ressortent des comptes rendus bancaires. Les crédits commerciaux accordés aux résidents par des non-résidents au titre des importations, repris en recettes, se sont inscrits en hausse de 29,3% ou MDH : ,6MDH contre ,6MDH en Office des Changes

48 48 De même, les crédits commerciaux consentis par des résidents aux non résidents, au titre des exportations, inscrits en dépenses, se sont accrus de 14,2% ou 1.564,9MDH (12.586,8MDH contre ,9MDH). Ainsi le solde global des crédits commerciaux a enregistré une hausse de ,1MDH : 4.350,8MDH contre 2.074,7MDH. b/ Les prêts Les prêts ont enregistré un solde positif de ,6MDH au lieu de ,8MDH en 2009, soit +4,1% ou +932,8MDH. Ce résultat est imputable essentiellement aux opérations du Trésor dont le solde excédentaire s est établi à ,2MDH contre seulement ,6MDH en 2009 et ce, suite à l accroissement des prêts contractés de 44,3% ou ,7MDH : ,3MDH contre ,6MDH. Les remboursements ont également progressé mais dans une moindre proportion: +15,6% ou +776,1MDH (5.753,1MDH au lieu de 4.977MDH en 2009). c/ Monnaie fiduciaire et dépôts La rubrique "Monnaie fiduciaire et dépôts" enregistre les variations des engagements extérieurs du Maroc au titre des avoirs détenus par les non-résidents auprès de l Institut d émission et des Autres Institutions de dépôts (banques ) ainsi que la variation des avoirs extérieurs des Autres Institutions de Dépôts. Les montants inscrits au crédit de cette rubrique correspondent à l augmentation des engagements suite à la progression des avoirs des non-résidents. En revanche, les sommes inscrites au débit recensent les diminutions des engagements du Maroc à l égard de l étranger. La rubrique "Monnaie fiduciaire et dépôts" a dégagé, au titre de l année 2010, un solde de ,6MDH contre +130,9MDH un an auparavant. 4 / Avoirs de réserve Les avoirs officiels de réserve détenus par l Institut d émission ont atteint ,2MDH à fin décembre 2010 contre ,3MDH à fin décembre 2009, en appréciation de 6,5% ou ,9MDH. Cet accroissement est attribuable principalement aux hausses enregistrées aux niveaux de la composante «Dépôts et titres inclus dans les réserves officielles» de +5,2% ou ,8MDH et de «l or monétaire» : +35,8% ou ,4MDH. Compte tenu de l effet de réévaluation des composantes desdits avoirs, leur variation due aux transactions enregistrées dans la balance des paiements s est établie à ,7MDH. Balance des paiements 2010

49 AVOIRS OFFICIELS DE RESERVE Millions de dirhams DECEMBRE DECEMBRE EVOLUTION MDH % Avoirs officiels de réserve , , ,9 +6,5 Or Monétaire 6 152, , ,4 +35,8 Monnaies Étrangères 2 467, ,7 +638,4 +25,9 Dépôts et Titres Inclus dans les Réserves Officielles , , ,8 +5,2 Position de Réserve au FMI 868,1 906,6 +38,5 +4,4 Avoirs en DTS 5 999, ,6 +205,8 - Source: Bank Al Maghrib 49 ECART STATISTIQUE L écart statistique résultant de l ensemble des écritures enregistrées dans la balance des paiements de l année 2010 s est établi à ,1MDH et représente 0,3% de l ensemble des transactions de la balance des paiements contre 0,6% en 2009 et 0,4% en Office des Changes

50 50 Balance des paiements 2010

51 51 RESULTATS DES ECHANGES COMMERCIAUX Office des Changes

52 52 Balance des paiements 2010

53 Millions de dirhams 53 RESULTATS DES ECHANGES COMMERCIAUX -=-=-=-=- PRESENTATION GENERALE DES RESULTATS DES TRANSACTIONS SUR MARCHANDISES* A- DONNEES GENERALES SUR LES TRANSACTIONS COMMERCIALES En 2010, les transactions sur marchandises se sont établies à ,8MDH contre ,7MDH en 2009, en accroissement de 18,7% ou ,1MDH. Cet accroissement est dû aussi bien aux exportations, qui ont augmenté de 32,4% ou ,4MDH ( ,4MDH contre MDH un an auparavant), qu aux importations en hausse de 12,9% ou ,7MDH ( ,4MDH contre ,7MDH en 2009). BALANCE COMMERCIALE Millions de dirhams EVOLUTION MDH % TRANSACTIONS TOTALES , , , , , ,1 +18,7 IMPORTATIONS CAF , , , , , ,7 +12,9 EXPORTATIONS FOB , , , , , ,4 +32,4 SOLDE , , , , ,0 2581,7 1,7 TAUX DE COUVERTURE (%) 53,2 48,0 47,8 42,8 50,2 - - BALANCE COMMERCIALE IMPORTATIONS CAF EXPORTATIONS FOB SOLDE * Les transactions sur marchandises font l objet d une publication intitulée "Commerce extérieur du Maroc" dédiée exclusivement aux résultats du commerce extérieur. Office des Changes

54 Millions de dirhams 54 Ces évolutions se sont traduites par un allégement du déficit commercial de 1,7% ou 2.581,7MDH ( MDH en 2010 contre ,7MDH en 2009) et par une progression du taux de couverture des importations par les exportations qui a atteint 50,2% contre 42,8% en / Importations En 2010, les importations évaluées CAF se sont chiffrées à ,4MDH contre ,7MDH un an auparavant, en accroissement de 12,9% ou ,7MDH. En volume, elles se sont établies à ,2mt contre ,5mt en 2009, soit +8,8% ou ,7mt. Le prix moyen de la tonne importée s est apprécié de 3,7% (7.294DH/T contre 7.030DH/T). 2 / Exportations Les exportations exprimées FOB se sont élevées à ,4MDH en 2010 contre MDH une année auparavant, en augmentation de 32,4% ou ,4MDH. En dépit de cette augmentation, les exportations restent en deçà du niveau exceptionnel atteint en 2008, soit ,9MDH. Le volume exporté s est situé à ,2mt contre ,3mt en 2009 en augmentation de 43,3% ou ,9mt. Le prix moyen de la tonne exportée s est établi à 6.566DH/T contre 7.109DH/T en 2009, en dépréciation de 7,6%. 3 / Solde des échanges commerciaux Les transactions commerciales entre le Maroc et l étranger ont enregistré en 2010 un déficit en allégement de 1,7% ou 2.581,7MDH, s établissant à MDH en 2010 contre ,7MDH en EVOLUTION DU DEFICIT COMMERCIAL Déficit commercial B/- PRINCIPAUX INDICATEURS DU COMMERCE EXTERIEUR 1 / Taux de couverture Le taux de couverture des importations par les exportations s est établi à 50,2% contre 42,8%, en Cette évolution constitue ainsi une rupture avec la tendance baissière relevée depuis l année Balance des paiements 2010

55 55 2 / Taux d ouverture Le taux d ouverture, exprimé par le rapport entre la valeur des échanges extérieurs au titre des transactions sur marchandises et le Produit Intérieur Brut (PIB) a augmenté à 58,4% contre 51,2% en / Taux d exportation L effort à l exportation, mesuré par le rapport entre les exportations et le PIB a atteint 19,5% en 2010 contre 15,4% en / Taux de pénétration Le taux de pénétration des importations mesuré par le rapport entre les importations et la demande interne (PIB + importations - exportations) s est élevé à 32,6% contre 29,8% une année auparavant. 5 / Taux de dépendance Le taux de dépendance, mesuré par la moyenne des importations et exportations, rapportée au PIB, permet d évaluer la dépendance d une économie à l égard des marchés extérieurs. Ce taux est passé à 29,2% contre 25,6% en EVOLUTION DU PIB ET DES ECHANGES COMMERCIAUX En millions de dirhams ANNEE PIB** IMPORTATIONS EXPORTATIONS TRANSACTIONS SOLDE CAF FOB TOTALES COMMERCIAL , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,0 ** PIB en prix courants, source: Haut Commissariat au Plan EVOLUTION DES RATIOS DU COMMERCE EXTERIEUR En pourcentage ANNEE Taux de Taux Taux Taux de Taux de couverture d'ouverture d'exportation pénétration dépendance ,3 51,2 20,0 28,0 25, ,7 48,2 18,9 26,5 24, ,2 48,7 19,4 26,6 24, ,7 46,1 17,6 25,7 23, ,7 48,7 17,4 27,5 24, ,8 53,8 18,8 30,1 26, ,2 55,9 19,4 31,2 27, ,0 62,8 20,4 34,7 31, ,8 69,9 22,6 37,9 35, ,8 51,2 15,4 29,8 25, ,2 58,4 19,5 32,6 29,2 Office des Changes

56 En pourcentage Taux d'ouverture Taux de couverture Taux de pénétration Taux de dépendance Taux d'exportation IMPORTATIONS En 2010, les importations évaluées CAF se sont chiffrées à ,4MDH contre ,7MDH un an auparavant, soit un accroissement de 12,9% ou ,7MDH. En volume, elles se sont établies à ,2mt contre ,5mt en 2009, soit +8,8% ou ,7mt. Le prix moyen à l importation s est, en conséquence, apprécié de 3,7% (7.294DH/T contre 7.030DH/T). Les divers groupements d utilisation se sont pratiquement tous inscrits en hausse, particulièrement les produits énergétiques: +26,5% ou ,6MDH, les demiproduits: +18% ou ,7MDH et les produits alimentaires: +20,2% ou ,4MDH. IMPORTATIONS PAR GROUPEMENT D'UTILISATION GROUPEMENT D'UTILISATION POIDS VALEUR Part POIDS VALEUR Part 1000T MDH % 1000T MDH % Evolution 2010/2009 MDH % ALIMENTATION, BOISSONS ET TABAC 7 139, ,0 9, , ,4 9, ,4 +20,2 ENERGIE ET LUBRIFIANTS , ,4 20, , ,0 23, ,6 +26,5 PRODUITS BRUTS 5 076, ,1 5, , ,7 5, ,6 +15,5 PRODUITS BRUTS D'ORIGINE ANIMALE ET VEGETALE 2 050, ,9 3, , ,0 3,6 +310,1 +3,0 PRODUITS BRUTS D'ORIGINE MINERALE 3 026, ,2 1, , ,7 1, ,5 +54,8 DEMI PRODUITS 6 673, ,6 20, , ,3 20, ,7 +18,0 PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT 838, ,0 25,1 728, ,6 22,3 +325,6 +0,5 PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT AGRICOLE 67, ,2 1,2 44, ,0 0, ,2-37,2 PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT INDUSTRIEL 770, ,8 23,9 684, ,6 21, ,8 +2,4 PRODUITS FINIS DE CONSOMMATION 1 066, ,6 20,0 986, ,4 18, ,8 +5,3 OR INDUSTRIEL - 52, , ,0-90,4 TOTAL , ,7 100, , ,4 100, ,7 +12,9 La structure des importations s est caractérisée en 2010 par la prédominance de quatre groupes de produits en l occurrence: les produits énergétiques, les produits finis d équipement, les demi-produits et les produits finis de consommation dont la part dans le total des importations n a pas beaucoup varié d une année à l autre : 84,9% contre 85,6% en 2009 : les produits énergétiques (23% contre 20,5 %) ; les produits finis d équipement (22,3% contre 25,1%) ; les demi-produits (20,9% contre 20 %) ; Balance des paiements 2010

57 Millions de dirhams 57 les produits finis de consommation (18,7% contre 20%). IMPORTATIONS PAR GROUPEMENT D'UTILISATION Alimentation, boissons et tabac Energie et lubrifiants Produits bruts Demi produits Biens d'équipement Produits finis de consommation Or industriel A- STRUCTURE DES IMPORTATIONS PAR GROUPEMENT D UTILISATION 1 / Alimentation, boissons et tabacs Les importations de produits alimentaires ont atteint, en 2010, ,4MDH contre MDH une année auparavant, soit +20,2% ou ,4MDH, pour un volume en augmentation de 17% ou ,7mt (8.353,6mt contre 7.139,9mt). La part des produits alimentaires dans le total des importations s est élevée à 9,8% contre 9,2% en Les importations de céréales, principale composante de ce groupe de produits, se sont établies à ,3MDH contre 8.750,6MDH en 2009, soit +31,3% ou ,7MDH. La hausse enregistrée au niveau des céréales est imputable à concurrence de 69,9% aux achats de blé qui se sont établis à 7.397,3MDH contre 5.482,7MDH en 2009 et ,3MDH en IMPORTATIONS DE PRODUITS ALIMENTAIRES Produits Poids Valeur Prix moy. Part Poids Valeur Prix moy. Part 1000 T MDH DH/T * % 1000 T MDH DH/T * % Evolution 2010/2009 MDH % Céréales 4 365, , , , , , ,7 +31,3 Sucre 975, , ,1 798, , ,3-108,3-3,2 Produits Laitiers 71, , ,4 69, , ,9 +483,2 +31,4 Thé 54,4 868, ,6 54,5 937, ,2 +69,7 +8,0 Tabacs 12,0 963, ,9 11,2 740, ,6-222,7-23,1 Café 38,5 614, ,5 34,5 571, ,0-42,7-6,9 Autres 1 621, , , , , , ,5 +24,4 TOTAL 7 139, , , , , , ,4 +20,2 * Le prix moyen de la tonne est déterminé sur la base de la valeur en milliers de dirhams et du poids en tonnes. Office des Changes

58 58 2 / Energie et lubrifiants Les approvisionnements en produits énergétiques ont porté sur MDH en 2010 contre ,4MDH une année auparavant, en hausse de 26,5% ou ,6MDH. Le prix moyen à l importation des produits énergétiques a atteint 3.926DH/T contre 3.231DH/T en 2009, en augmentation de 21,5%. Cette hausse provient pour l essentiel des achats de pétrole brut : +46,2% ou ,1MDH, de gas-oils et fuel-oils : +27% ou ,5MDH et de gaz de pétrole et autres hydrocarbures : +38,4% ou ,6MDH. En volume, les importations de produits énergétiques ont enregistré une hausse de 4,1% ou + 687,6mt : ,1mt contre ,5mt en IMPORTATIONS DE PRODUITS ENERGETIQUES Evolution 2010/2009 Produits Poids Valeur Prix Part Poids Valeur Prix Part MDH % 1000 T MDH DH/T * % 1000 T MDH DH/T * % Pétrole brut 4 788, , , , , , ,1 +46,2 Gas oils et fuel oils 3 638, , , , , , ,5 +27,0 Gaz de pétrole et autres hydrocarbures 2 486, , , , , , ,6 +38,4 Houilles crues, agglomérées et coke 5 276, , , , , ,5-290,8-6,1 Energie électrique ,9-7, ,2-2, ,7-51,1 Essence de pétrole 225, , ,0 229, , ,2 +350,4 +31,0 Autres 339, , ,2 338, , ,8 +222,5 +12,9 TOTAL , , , , , , ,6 +26,5 * Le prix moyen de la tonne est déterminé sur la base de la valeur, en milliers de dirhams et du poids en tonnes. 3 / Produits bruts En 2010, les importations de produits bruts se sont chiffrées à ,7MDH contre ,1MDH en 2009, en hausse de 15,5% ou ,6MDH. IMPORTATIONS DE PRODUITS BRUTS Produits Poids Valeur Part Poids Valeur Part 1000 T MDH % 1000 T MDH % Produits bruts d'origine animale et végétale 2 050, ,9 75, , ,0 67,5 +310,1 +3,0 Huiles végétales brutes 464, ,0 32,5 428, ,9 32,1 +51,9 +1,5 Bois bruts, équarris ou sciés 842, ,5 26, , ,2 28,6 +361,7 +13,4 Graines et fruits oléagineux 400, ,7 13,6 278, ,2 9,4-402,5-28,4 Graines, spores et fruits à ensemencer 3,3 589,4 5,6 3,2 632,7 5,9 +43,3 +7,3 Coton 33,3 393,7 3,8 36,2 604,0 5,6 +210,3 +53,4 Autres 249, ,4 15,1 213, ,1 14,2-47,3-3,0 Produits bruts d'origine minérale 3 026, ,2 24, , ,7 32, ,5 +54,8 Soufres bruts non raffinés 2 405, ,2 41, , ,4 54, ,2 - Fibres textiles synthétiques 46,7 581,5 17,4 41,6 666,8 12,9 +85,3 +14,7 Caoutchouc synthétique 4,6 70,2 2,1 4,9 87,5 1,7 +17,3 +24,6 Autres 569, ,3 38,9 516, ,0 31,3 +319,7 +24,6 TOTAL 5 076, ,1 100, , ,7 100, ,6 +15,5 * Le prix moyen de la tonne est déterminé sur la base de la valeur en milliers de dirhams et du poids en tonnes. Evolution 2010/2009 MDH % Balance des paiements 2010

59 La hausse enregistrée est imputable dans une large mesure aux achats de produits bruts d origine minérale : +54,8% ou ,5MDH (5.165,7MDH contre 3.337,2MDH une année auparavant) et dans une moindre mesure aux produits bruts d origine animale et végétale : +3% ou +310,1MDH (10.749MDH contre ,9MDH). Les principales évolutions des importations de produits bruts ont concerné : - les soufres brutes dont les importations se sont inscrites en hausse tant en valeur : ,2MDH (2.794,4MDH contre 1.388,2MDH en 2009), qu en volume : +63,5% ou ,7mt (3.934,4mt contre 2.405,7mt). Le prix moyen s est en conséquence apprécié de 23,1% : 710DH/T contre 577DH/T en 2009 ; - les bois bruts dont les achats ont connu une progression de 13,4% ou +361,7MDH (3.070,2MDH contre 2.708,5MDH). En volume, la progression a été de 20% ou +169mt (1.011,9 mt contre 842,9mt) 4 / Demi-produits En 2010, les importations de demi-produits, destinés principalement aux industries chimiques, métallurgiques et textiles, ont porté sur ,3MDH contre ,6MDH un an auparavant, en hausse de 18% ou ,7MDH. Leur part dans le total des importations s est située à 20,9% contre 20% en L accroissement des importations de demi-produits provient des achats d intrants des composants électroniques: ,2MDH, de produits chimiques : +28,1% ou ,9MDH, de matières plastiques artificielles: +15,8% ou ,9MDH et de cuivre : 36,7% ou +759MDH. 59 IMPORTATIONS DE DEMI-PRODUITS Evolution 2010/2009 Produits Valeur Part Valeur Part MDH % MDH % MDH % Produits chimiques 6 861,8 13, ,7 14, ,9 +28,1 Matières plastiques artificielles 7 029,6 13, ,5 13, ,9 +15,8 Fer et acier en blooms et ébauches 5 352,9 10, ,6 9,0 +272,7 +5,1 Intrants des composants électroniques 1 953,6 3, ,8 7, ,2 - Papiers et cartons 3 328,3 6, ,4 5,9 +330,1 +9,9 Cuivre 2 067,3 3, ,3 4,5 +759,0 +36,7 Fils, barres, palplanches, profilés en fer et acier 2 152,3 4, ,9 3,5 +23,6 +1,1 Accessoires de tuyauterie et de constructions métalliques 1 399,1 2, ,4 3,2 +582,3 +41,6 Engrais naturels et chimiques 1 393,4 2, ,3 2,7 +261,9 +18,8 Plats, tôles, feuillards en fer ou en acier 1 506,1 2, ,4 2,3-96,7-6,4 Barres, tôles, feuilles et tubes en aluminium 1 211,9 2, ,6 2,2 +128,7 +10,6 Fils de fibres synthétiques, artificielles pour tissage 1 272,6 2, ,0 2,1 +52,4 +4,1 Désinféctants 1 132,3 2, ,7 1,9 +53,4 +4,7 Cuirs et peaux 755,9 1,4 933,9 1,5 +178,0 +23,5 Autres ,5 29, ,8 27, ,3 +9,7 TOTAL ,6 100, ,3 100, ,7 +18,0 * Le prix moyen de la tonne est déterminé sur la base de la valeur en milliers de dirhams et du poids en tonnes. Office des Changes

60 60 5 / Biens d équipement En 2010, les importations de biens d équipement sont demeurées pratiquement stables : ,6MDH contre MDH une année auparavant. Leur part dans le total des importations a néanmoins baissé à 22,3% contre 25,1% en Cette quasi-stabilité est due à l augmentation enregistrée au niveau des biens d équipement industriel (+2,4% ou ,8MDH) contrebalancée par le repli des biens d équipement agricole (-37,2% ou ,2MDH). L augmentation des biens d équipement industriel a pour origine essentiellement les achats du matériel ferroviaire roulant (+958,8MDH), des intrants de fils et câbles pour l électricité (+29,9% ou +876,5MDH), des machines et appareils divers (+6,7% ou +682MDH) et des machines-outils (+83,1% ou +660,7MDH). La baisse des biens d équipement agricole est imputable essentiellement aux achats de tracteurs agricoles (-52,8% ou ,8MDH). IMPORTATIONS DE BIENS D'EQUIPEMENT Evolution Produits Valeur Part Valeur Part Valeur MDH % MDH % MDH % Produits finis d'équipement industriel ,8 95, ,6 97, ,8 +2,4 Machines et appareils divers ,7 15, ,7 16,4 +682,0 +6,7 Voitures industrielles 5 708,3 8, ,9 8,0-406,4-7,1 Matériel à broyer et à agglomérer 3 888,2 5, ,8 6,0 +120,6 +3,1 Intrants des fils et câbles pour l'électricité 2 932,1 4, ,6 5,7 +876,5 +29,9 Appareils de coupure électrique 2 103,5 3, ,1 3,5 +249,6 +11,9 Moteurs à piston et autres moteurs 2 057,9 3, ,2 3,3 +108,3 +5,3 Matériel d'extraction 2 091,3 3, ,7 2,7-307,6-14,7 Matériel ferroviaire roulant 732,1 1, ,9 2,5 +958,8 - Avions 2 947,8 4, ,6 2, ,2-43,6 Ascenseurs, appareils de levage 1 635,7 2, ,0 2,3-132,7-8,1 Bandages pneumatiques, chambres à air pour voitures industrielles 1 472,4 2, ,1 2,2 +14,7 +1,0 Machines outils 795,2 1, ,9 2,2 +660,7 +83,1 Pompes et compresseurs 1 440,7 2, ,9 1,9-163,8-11,4 Appareils électriques pour téléphonie 1 313,5 2, ,3 1,7-204,2-15,5 Autres ,4 35, ,9 36,1 +355,5 - Produits finis d'équipement agricole 3 225,2 4, ,0 3, ,2-37,2 Machines et outils agricoles 1 112,5 1, ,7 1,5-89,8-8,1 Tracteurs agricoles 2 105,7 3,2 992,9 1, ,8-52,8 Autres 7,0-8,4 - +1,4 +20,0 TOTAL ,0 100, ,6 100,0 +325,6 +0,5 6 / Produits finis de consommation Les importations de produits finis de consommation se sont élevées à ,4MDH en 2010 contre ,6MDH en 2009, soit +5,3% ou ,8MDH. Leur part dans le total des importations s est située à 18,7% contre 20% en Les biens de consommation viennent en quatrième position parmi les divers groupes de produits à l importation. La hausse enregistrée au niveau de ce groupement d utilisation est imputable dans une large mesure aux achats de voitures de tourisme (+14,3% ou ,3MDH), de Balance des paiements 2010

61 médicaments (+11,9% ou +485,4MDH), de tissus de coton (+11% ou +329,4MDH) et d ouvrages en matières plastiques (+14,3% ou +316,8MDH). 61 IMPORTATIONS DE BIENS DE CONSOMMATION Produits Valeur Part Valeur Part MDH % MDH % Evolution 2010/2009 MDH % Voitures de tourisme 8 314,0 15, ,3 17, ,3 +14,3 Appareils récepteurs radios et télévision 4 634,4 8, ,9 8,9 +309,5 +6,7 Médicaments 4 068,9 7, ,3 8,2 +485,4 +11,9 Tissus de coton 2 997,3 5, ,7 6,0 +329,4 +11,0 Tissus de fibres synthétiques et artificielles 3 503,6 6, ,1 5,9-219,5-6,3 Ouvrages en matières plastiques 2 219,6 4, ,4 4,6 +316,8 +14,3 Parties de carrosserie 2 273,5 4, ,4 3,6-255,1-11,2 Papiers finis et ouvrages en papier 1 620,2 3, ,7 3,2 +180,5 +11,1 Parties et pièces détachées pour voitures de tourisme 1 308,7 2, ,5 2,5 +94,8 +7,2 Parfumeries 1 241,0 2, ,5 2,5 +149,5 +12,0 Réfrigérateurs domestiques 914,8 1, ,6 2,1 +262,8 +28,7 Vêtements confectionnés 674,2 1,3 731,7 1,3 +57,5 +8,5 Autres ,4 36, ,3 34,2-70,1-0,4 TOTAL ,6 100, ,4 100, ,8 +5,3 B- IMPORTATIONS PAR PRINCIPAUX PRODUITS La structure des importations par principaux produits demeure caractérisée en 2010 par une forte concentration autour d un noyau constitué de dix produits qui sont intervenus, à eux seuls, pour plus du tiers dans les importations (38,4% en 2010 contre 34,8% en 2009) : ,1MDH et ,9MDH en L accroissement des importations de ces dix produits a représenté 66,7% de la hausse totale des importations, relevée essentiellement au niveau des produits énergétiques: l huile brute de pétrole en particulier avec +46,2% ou ,1MDH, les gas-oils et fueloils : +27% ou ,5MDH et le gaz de pétrole et autres hydrocarbures : +38,4% ou ,6MDH. Office des Changes

62 62 IMPORTATIONS PAR PRINCIPAUX PRODUITS Produits Valeur Part Produits Valeur Part MDH % MDH % Huile brute de pétrole ,0 6,5 Huile brute de pétrole ,1 8,4 Gas-oils et fuel- oils ,3 5,8 Gas-oils et fuel- oils ,8 6,6 Machines et appareils divers ,7 3,9 Gaz de pétrole et autres hydrocarbures ,2 4,7 Gaz de pétrole et autres hydrocarbures ,6 3,9 Machines et appareils divers ,7 3,6 Voitures de tourisme 8 314,0 3,1 Voitures de tourisme 9 501,3 3,2 Matières plastiques artificielles 7 029,6 2,7 Produits chimiques 8 787,7 3,0 Produits chimiques 6 861,8 2,6 Matières plastiques artificielles 8 139,5 2,7 Voitures industrielles 5 708,3 2,2 Blé 7 397,3 2,5 Blé 5 482,7 2,1 Fer et acier en blooms et ébauches 5 625,6 1,9 Fer et acier en blooms et ébauches 5 352,9 2,0 Voitures industrielles 5 301,9 1,8 Houille crue, agglomérés et coke 4 762,5 1,8 Appareils récepteurs radio et télévision 4 943,9 1,7 Appareils récepteurs radio et télévision 4 634,4 1,8 Médicaments 4 554,3 1,5 Médicaments 4 068,9 1,5 Houille crue, agglomérés et coke 4 471,7 1,5 Matériel à broyer, à agglomérer 3 888,2 1,5 Intrants de composants électroniques (transistors) 4 383,8 1,5 Energie électrique 3 772,9 1,4 Matériel à broyer, à agglomérer 4 008,8 1,3 Tissus de fibres synthétiques et artificielles 3 503,6 1,3 Intrants de fils et câbles pour l'électricité 3 808,6 1,3 Sucre 3 408,8 1,3 Maïs 3 746,2 1,3 Huiles végétales brutes 3 397,0 1,3 Papiers et cartons 3 658,4 1,2 Papiers et cartons 3 328,3 1,3 Huiles végétales brutes 3 448,9 1,2 Moteurs à pistons et autres moteurs 2 057,9 0,8 Tissus de coton 3 326,7 1,1 Tissus de coton 2 997,3 1,1 Sucre 3 300,5 1,1 Avions 2 947,8 1,1 Tissus de fibres synthétiques et artificielles 3 284,1 1,1 Intrants de fils et câbles pour l'électricité 2 932,1 1,1 Bois bruts, équarris ou sciés 3 070,2 1,0 Maïs 2 873,8 1,1 Cuivre 2 826,3 0,9 Bois bruts, équarris ou scies 2 708,5 1,0 Soufre brut 2 794,4 0,9 Parties de carrosseries 2 273,5 0,9 Ouvrages en matières plastiques 2 536,4 0,9 Ouvrages en matières plastiques 2 219,6 0,8 Appareils de coupures électriques 2 353,1 0,8 Fils, barres, palplanches, profilés en fer et acier 2 152,3 0,8 Fils, barres, palplanches, profilés en fer et acier 2 175,9 0,7 Tracteurs agricoles 2 105,7 0,8 Moteurs à pistons et autres moteurs 2 166,2 0,7 Appareils de coupures électriques 2 103,5 0,8 Parties de carrosseries 2 018,4 0,7 Matériel d'extraction 2 091,3 0,8 Accessoires de tuyauterie 1 981,4 0,7 Cuivre 2 067,3 0,8 Energie électrique 1 844,2 0,6 Intrants de composants électroniques (transistors) 1 953,6 0,7 Papiers finis et ouvrages en papier 1 800,7 0,6 Sous total ,7 60,6 Sous total ,2 62,7 Autres produits ,0 34,3 Autres produits ,2 37,3 TOTAL DES IMPORTATIONS ,7 100,0 TOTAL DES IMPORTATIONS ,4 100,0 PART DES DIX PREMIERS PRODUITS A L'IMPORTATION ANNEE 2009 ANNEE 2010 Autres produits 65,2% Dix premiers produits 34,8% Autres produits 61,7% Dix premiers produits 38,4% Balance des paiements 2010

63 63 C- IMPORTATIONS EN ADMISSION TEMPORAIRE POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF Au titre de l année 2010, les importations effectuées dans le cadre du régime de l Admission "ATPA" ont enregistré un accroissement de 29,9% ou ,1MDH, atteignant MDH contre ,9MDH. Leur part dans les importations totales est passée à 17,2 % contre 14,9% en IMPORTATIONS EN ADMISSION TEMPORAIRE POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF Valeur en MDH Part en % Valeur en MDH Part en % Importations en admission temporaire pour pefectionnement actif ,9 14, ,0 17,2 - Importations en ATPA avec paiement ,0 7, ,9 8,0 - Importations en ATPA sans paiement ,9 7, ,1 9,2 Autres ,8 85, ,4 82,8 TOTAL GENERAL ,7 100, ,4 100,0 1 / Importations en admission temporaire pour perfectionnement actif avec paiement Les importations effectuées dans le cadre du régime de "l ATPA" avec paiement se sont élevées en 2010 à ,9MDH contre MDH, soit un accroissement de 26,5% ou ,9MDH. Exceptés les produits énergétiques, cette hausse a concerné l ensemble des autres groupements d utilisation, notamment les demi produits (+52,8% ou ,3MDH), les produits bruts (+79,4% ou ,2MDH), les biens de consommation (+18,5% ou +473,7MDH) et les produits alimentaires (+18,8% ou +131MDH). Groupement IMPORTATIONS EN ATPA AVEC PAIEMENT VENTILEES PAR GROUPEMENT D'UTILISATION Evolution Valeur Valeur MDH Part % Valeur MDH Part % MDH % Alimentation, boissons et tabacs 696,9 3,7 827,9 3,5 +131,0 +18,8 Energie et lubrifiants 5 422,4 28, ,2 19,6-771,2-14,2 Produits bruts 2 781,2 14, ,4 21, ,2 +79,4 Demi produits 5 286,9 28, ,2 34, ,3 +52,8 Produits finis d'équipement 2 001,7 10, ,2 9,0 +126,5 +6,3 Produits finis de consommation 2 564,4 13, ,1 12,8 +473,7 +18,5 Or industriel 2,5-3,9 - +1,4 +56,0 TOTAL ,0 100, ,9 100, ,9 +26,5 2 / Importations en admission temporaire pour perfectionnement actif sans paiement En 2010, les importations réalisées dans le cadre du régime de l admission temporaire pour perfectionnement actif sans paiement ont augmenté de 33,1% ou ,2MDH (27.510,1MDH contre ,9MDH). Ventilées par principaux produits, les importations en ATPA-SP, sont prédominées en 2010 par des intrants au titre des composants électroniques (+2.430,2MDH), des Office des Changes

64 64 intrants de fils et câbles pour l électricité (+49,4% ou +709,9MDH) et des articles textiles destinés à la confection, principalement les tissus de coton (+8,8% ou +203,1MDH). IMPORTATIONS EN ATPA SANS PAIEMENT VENTILEES PAR PRINCIPAUX PRODUITS Evolution Produits Valeur Part Valeur Part Valeur % MDH % MDH % MDH Intrants de composants électroniques 1 951,4 9, ,6 15, ,2 - Tissus de coton 2 296,8 11, ,9 9,1 +203,1 +8,8 Intrants de fils et câbles pour l'électricité 1 437,0 7, ,9 7,8 +709,9 +49,4 Tissus de fibres synthétiques et artificielles 2 107,1 10, ,4 7,4-80,7-3,8 Appareils de coupures électriques 954,0 4, ,8 4,7 +329,8 +34,6 Cuivre 586,4 2, ,8 3,7 +438,4 +74,8 Accessoires de tuyauterie et de constructions metalliques 132,3 0,6 709,9 2,6 +577,6 - Cuirs et peaux 563,3 2,7 684,6 2,5 +121,3 +21,5 Autres ,6 51, ,2 46, ,6 +19,8 TOTAL GENERAL ,9 100, ,1 100, ,2 +33,1 EXPORTATIONS Les exportations exprimées FOB sont passées en 2010 à ,4MDH contre MDH en 2009, soit +32,4% ou ,4MDH. Elles ont ainsi fortement augmenté, néanmoins elles restent en deçà du niveau exceptionnel réalisé en 2008 soit, ,9MDH. En volume, elles se sont élevées à ,2mt contre ,3mt, enregistrant une expansion de 43,3% ou ,9mt. La progression des exportations a été constatée au niveau des différents groupements d utilisation, particulièrement au niveau des demi-produits (+67,2% ou ,6MDH), des produits bruts d origine minérale (+94,2% ou ,2MDH) et des biens d équipement industriel (+41,9% ou ,5MDH). Les autres groupements d utilisation se sont également inscrits en hausse, à l exception des produits énergétiques (-39,6% ou ,5MDH). A STRUCTURE DES EXPORTATIONS PAR GROUPEMENT D UTILISATION La structure des exportations s est caractérisée en 2010 par la prédominance des demiproduits qui se sont hissés au premier rang avec une part de 29% contre 23% en 2009, suivis des produits finis de consommation avec 23,5 % contre 29,1% un an auparavant, des produits alimentaires (17,9%, contre 22,3%), des produits bruts (12,1 % contre 8,6 %), des biens d équipement (15,4% contre 14,4%) et des produits énergétiques (1,1% contre 2,3%). Balance des paiements 2010

65 Millions de dirhams 65 EXPORTATIONS PAR GROUPEMENT D'UTILISATION GROUPEMENT D'UTILISATION POIDS VALEUR Part POIDS VALEUR Part 1000 T MDH % 1000 T MDH % Evolution 2010/2009 MDH % ALIMENTATION, BOISSONS ET TABAC 2 078, ,1 22, , ,2 17, ,1 +6,4 ENERGIE ET LUBRIFIANTS 696, ,2 2,3 247, ,7 1, ,5-39,6 PRODUITS BRUTS 7 956, ,9 8, , ,1 12, ,2 +85,4 PRODUITS BRUTS D'ORIGINE ANIMALE ET VEGETALE 227, ,6 2,1 317, ,6 2, ,0 +58,1 PRODUITS BRUTS D'ORIGINE MINERALE 7 729, ,3 6, , ,5 9, ,2 +94,2 DEMI PRODUITS 4 836, ,4 23, , ,0 29, ,6 +67,2 PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT 113, ,2 14,4 165, ,4 15, ,2 +41,7 PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT AGRICOLE 0,5 50,6-0,2 43,3 - -7,3-14,4 PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT INDUSTRIEL 112, ,6 14,4 165, ,1 15, ,5 +41,9 PRODUITS FINIS DE CONSOMMATION 217, ,9 29,1 227, ,9 23, ,0 +6,9 OR INDUSTRIEL - 322,3 0, ,1 1, ,8 - TOTAL GENERAL , ,0 100, , ,4 100, ,4 +32,4 EXPORTATIONS PAR GROUPEMENT D'UTILISATION Alimentation, boissons et tabac Energie et lubrifiants Produits bruts Demi produits Biens d'équipement Produits finis de consommation Or industriel 1 / Alimentation, boissons et tabacs Les exportations de produits alimentaires se sont chiffrées à ,2MDH contre ,1MDH en 2009, en amélioration de 6,4% ou ,1MDH. Toutefois, leur part dans le total des exportations s est contractée à 17,9% contre 22,3% un an auparavant. EXPORTATIONS DE PRODUITS ALIMENTAIRES Produits Poids Valeur Prix moyen Part Poids Valeur Prix moyen Part 1000 T MDH DH/T * % 1000 T MDH DH/T * % Evolution 2010/2009 MDH % Poissons en conserve 143, , ,2 152, , ,5 +130,3 +2,7 Primeurs 681, , ,5 674, , ,2 +224,4 +4,8 Tomates fraîches 410, , ,7 372, , ,4 +81,6 +3,3 Légumes frais, congelés ou en saumure 261, , ,6 279, , ,5 +105,8 +4,9 Pommes de terre sauf de semence 10,5 44, ,2 23,5 81, ,3 +37,0 +84,1 Crustacés, mollusques et coquillages 108, , ,6 86, , ,0 +125,1 +2,8 Agrumes 453, , ,0 559, , ,0 +698,4 +27,8 Poissons frais 145, , ,1 135, , ,1-125,9-6,2 Fruits frais, congelés ou en saumure 157, , ,2 144, , ,8-18,9-1,2 Conserves de légumes 74, , ,3 85, , ,5 +115,1 +8,6 Autres 313, , ,1 364, , ,9 +454,6 +12,0 TOTAL 2 078, , , , , , ,1 +6,4 * Le prix moyen de la tonne est déterminé sur la base de la valeur en milliers de dirhams et du poids en tonnes. Office des Changes

66 66 2 / Energie et lubrifiants Les exportations de produits énergétiques ont continué en 2010 à baisser pour la deuxième année consécutive: 1.588,7MDH contre 2.628,2MDH en 2009, soit -39,6% ou ,5MDH. Les exportations des produits relevant de ce groupement d utilisation portent essentiellement sur l huile de pétrole et lubrifiants, lesquels ont totalisé 1.418MDH contre 991,9MDH en 2009, soit +43% ou +426,1MDH pour un volume quasiment stable (227,2mt contre 223,7mt). La part des exportations d huile de pétrole et lubrifiants dans le total des exportations a baissé à 1,1% contre 2,3% en EXPORTATIONS DE PRODUITS ENERGETIQUES Produits Poids Valeur Prix moy. Part Poids Valeur Prix moy. Part 1000 T MDH DH/T * % 1000 T MDH DH/T * % Evolution 2010/2009 MDH % Huiles de pétrole et lubrifiants 223,7 991, ,7 227, , ,3 +426,1 +43,0 Autres 472, , ,3 20,0 170, , ,6-89,6 TOTAL 696, , ,0 247, , ,5-39,6 * Le prix moyen de la tonne est déterminé sur la base de la valeur en milliers de dirhams et du poids en tonnes. Les exportations de produits énergétiques concernent essentiellement les produits pétroliers raffinés, réexportés en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif. 3 / Produits bruts En 2010, les exportations de produits bruts ont atteint ,1MDH contre 9.758,9MDH en 2009, enregistrant ainsi une forte augmentation de 85,4% ou ,2MDH. Leur part dans le total des exportations est passée à 12,1% contre 8,6% une année auparavant. Ce résultat est à attribuer principalement aux produits bruts d origine minérale dont les exportations ont connu en 2010 une expansion de 94,2% ou ,2MDH : ,5MDH contre 7.376,3MDH en Les expéditions sur l étranger des produits bruts d origine animale et végétale ont également progressé de 58,1% ou MDH (3.767,6MDH contre 2.382,6MDH). Balance des paiements 2010

67 67 EXPORTATIONS DE PRODUITS BRUTS Produits Poids Valeur Part Poids Valeur Part 1000 T MDH % 1000 T MDH % Evolution 2010/2009 MDH % Produits bruts d'origine animale & végétale 227, ,6 24,4 317, ,6 20, ,0 +58,1 Pâte à papier 108,4 414,8 4,2 143,2 969,5 5,4 +554,7 - Huile d'olive brute et raffinée 4,2 96,2 1,0 24,6 503,2 2,8 +407,0 - Boyaux frais, secs, salés 8,0 447,4 4,6 8,1 445,8 2,5-1,6-0,4 Graisse et huile de poissons 40,2 232,4 2,4 41,5 335,5 1,8 +103,1 +44,4 Plantes et parties de plantes 14,7 262,6 2,7 16,5 311,0 1,7 +48,4 +18,4 Agar-agar 0,9 162,4 1,7 1,0 193,4 1,1 +31,0 +19,1 Algues 4,8 68,3 0,7 4,8 81,1 0,4 +12,8 +18,7 Autres 45,8 698,5 7,1 77,3 928,1 5,1 +229,6 +32,9 Produits bruts d'origine minérale 7 729, ,3 75, , ,5 79, ,2 +94,2 Phosphates bruts 5 724, ,3 45, , ,0 49, ,7 - Déchets et débris de cuivre, alliés ou non 12,7 735,9 7,6 25, ,5 10, ,6 - Minerai de plomb 38,1 359,5 3,7 41,9 617,9 3,4 +258,4 +71,9 Minerai de cuivre 58,6 508,4 5,2 48,8 611,9 3,4 +103,5 +20,4 Sulfate de barium 440,5 263,2 2,7 705,4 435,0 2,4 +171,8 +65,3 Autres 1 455, ,0 10, , ,2 10,0 +748,2 +70,9 TOTAL 7 956, ,9 100, , ,1 100, ,2 +85,4 L expansion des exportations de produits bruts d origine minérale imputable dans une large mesure aux ventes de phosphates bruts, ont plus que doublé, passant à 8.984MDH contre 4.453,3MDH, soit ,7MDH. En volume, ces exportations ont augmenté de 79,1%, (10.254,2mt contre 5.724,5mt en 2009). Quant au prix moyen, il a atteint 876DH/T contre 778DH/T en Concernant les produits bruts d origine animale et végétale, leur progression est à attribuer principalement aux ventes de pâte à papier (+554,7MDH) et de l huile d'olive brute et raffinée (+407MDH). 4 / Demi-produits En 2010, les exportations de demi-produits se sont hissées au premier rang des groupes de produits à l exportation avec une part de 29% contre 23% en Elles se sont établies à MDH contre ,4MDH en 2009, soit +67,2% ou ,6MDH. Cette évolution s explique par l accroissement des deux principales composantes de ce groupe de produits qui en représentent 62%, à savoir les engrais naturels et chimiques (13.151,3MDH contre 5.620,4MDH en 2009, soit ,9MDH) et l acide phosphorique (13.753MDH contre 8.051,1MDH en 2009, soit +70,8% ou ,9MDH). Les ventes de composants électroniques, ont de leur côté augmenté de 26,4% ou ,8MDH). Office des Changes

68 68 EXPORTATIONS DE DEMI-PRODUITS Produits Poids Valeur Part Poids Valeur Part (1000T) MDH % (1000T) MDH % Evolution 2010/2009 MDH % Acide phosphorique 1 909, ,1 31, , ,0 31, ,9 +70,8 Engrais naturels et chimiques 2 284, ,4 21, , ,3 30, ,9 - Composants électroniques (transistors) 3, ,8 14,9 3, ,6 11, ,8 +26,4 Argent brut 0,3 858,6 3,4 0, ,6 3,7 +734,0 +85,5 Plomb brut 23,7 564,6 2,2 39,7 737,1 1,7 +172,5 +30,6 Tôles 88,5 602,0 2,3 88,0 698,7 1,6 +96,7 +16,1 Cuirs et peaux 0,9 186,3 0,7 1,4 273,2 0,6 +86,9 +46,6 Autres 526, ,6 23,9 817, ,5 19, ,9 +34,0 TOTAL 4 836, ,4 100, , ,0 100, ,6 +67,2 5 / Biens d équipement En 2010, les exportations de biens d équipement ont atteint ,4MDH contre ,2MDH, soit +41,7% ou ,2MDH. Leur part dans le total des exportations est passée à 15,4% contre 14,4% en Les biens d équipement industriel se sont élevées à ,1MDH contre ,6MDH, soit +41,9% ou ,5MDH. Les biens d équipement agricole, quant à eux, ont vu leurs ventes baisser de 14,4% ou -7,3MDH: 43,3MDH contre 50,6MDH. EXPORTATIONS DE PRODUITS FINIS D'EQUIPEMENT Produits Valeur MDH Part % Valeur MDH Part % Evolution 2010/2009 MDH % Fils et câbles pour l'électricité 9 087,0 55, ,3 59, ,3 +51,2 Voitures industrielles 964,3 5, ,4 4,7 +137,1 +14,2 Bateaux de mer 4,8-177,6 0,8 +172,8 - Sous systèmes électroniques 108,3 0,7 109,2 0,5 +0,9 +0,8 Autres produits 6 161,8 37, ,9 34, ,1 +30,0 TOTAL ,2 100, ,4 100, ,2 +41,7 6 / Produits finis de consommation Les exportations de produits finis de consommation ont porté, en 2010, sur ,9MDH contre ,9MDH, soit +6,9% ou MDH en Ils viennent ainsi en deuxième position derrière les demi-produits avec 23,5% contre 29,1% en Les produits finis de consommation sont demeurés prédominés à concurrence de 77,5% (81% en 2009) par trois produits : les vêtements confectionnés avec ,2MDH (50,8% contre 54,2%), les articles de bonneterie avec 6.973,5MDH (19,9% contre 19,7%) et les chaussures avec 2.372,5MDH (6,8% contre 7,1% en 2009). Balance des paiements 2010

69 69 EXPORTATIONS DE PRODUITS FINIS DE CONSOMMATION Evolution Produits Valeur Part Valeur Part Valeur MDH % MDH % MDH % Vêtements confectionnés ,0 54, ,2 50,8 +18,2 +0,1 Articles de bonneterie 6 460,5 19, ,5 19,9 +513,0 +7,9 Chaussures 2 314,7 7, ,5 6,8 +57,8 +2,5 Articles confectionnés en tissu 666,3 2,0 946,6 2,7 +280,3 +42,1 Couvertures 165,8 0,5 712,2 2,0 +546,4 +329,6 Médicaments 441,6 1,3 516,8 1,5 +75,2 +17,0 Voitures de tourisme 365,1 1,1 441,2 1,2 +76,1 +20,8 Parfumerie 394,4 1,2 407,3 1,2 +12,9 +3,3 Pièces détachées pour voitures de tourisme 355,0 1,1 283,7 0,8-71,3-20,1 Maroquinerie, sacs et articles de voyage 223,9 0,7 269,3 0,8 +45,4 +20,3 Articles sanitaires 205,6 0,6 238,4 0,7 +32,8 +16,0 Vêtements en cuir 220,5 0,7 226,2 0,6 +5,7 +2,6 Autres produits 3 219,5 9, ,0 11,0 +656,5 +20,4 TOTAL ,9 100, ,9 100, ,0 +6,9 B/- EXPORTATIONS PAR PRINCIPAUX PRODUITS L examen de la ventilation des exportations par principaux produits permet de constater qu en 2010, 30 produits ont représenté 79,2% du total des exportations dont dix en constituent 61,6% : les vêtements confectionnés : 11,9% des exportations totales contre 15,7% en 2009 ; l acide phosphorique : 9,2% contre 7,1%; les fils et câbles pour l électricité : 9,2% contre 8%; les engrais naturels et chimiques : 8,8% contre 5%; les phosphates : 6% contre 3,9%; les articles de bonneterie : 4,7% contre 5,7% ; les poissons en conserve : 3,3% contre 4,3%; les composants électroniques : 3,3% contre 3,4%; les crustacés mollusques et coquillages : 3,1% contre 3,9%; les agrumes: 2,1% contre 2,2%. Office des Changes

70 70 PART DES DIX PREMIERS PRODUITS DANS LES EXPORTATIONS TOTALES ANNEE 2009 ANNEE 2010 Autres produits 40,8% Dix premiers produits 59,2% Autres produits 38,4% Dix premiers produits 61,6% EXPORTATIONS PAR PRINCIPAUX PRODUITS Produits Valeur Part Produits Valeur Part MDH % MDH % Vêtements confectionnés ,0 15,7 Vêtements confectionnés ,2 11,9 Fils et câbles pour l'électricité 9 087,0 8,0 Acide phosphorique ,0 9,2 Acide phosphorique 8 051,1 7,1 Fils et câbles pour l'électricité ,3 9,2 Articles de bonneterie 6 460,5 5,7 Engrais naturels et chimiques ,3 8,8 Engrais naturels et chimiques 5 620,4 5,0 Phosphates 8 984,0 6,0 Poissons en conserve 4 837,3 4,3 Articles de bonneterie 6 973,5 4,7 Phosphates 4 453,3 3,9 Poissons en conserve 4 967,6 3,3 Crustacés,mollusques et coquillages 4 438,8 3,9 Composants électroniques (transistors) 4 892,6 3,3 Composants électroniques (transistors) 3 869,8 3,4 Crustacés,mollusques et coquillages 4 563,9 3,1 Agrumes 2 513,5 2,2 Agrumes 3 211,9 2,1 Tomates fraiches 2 442,0 2,2 Tomates fraiches 2 523,6 1,7 Chaussures 2 314,7 2,0 Chaussures 2 372,5 1,6 Légumes frais, congelés ou en saumure 2 173,4 1,9 Légumes frais, congelés ou en saumure 2 279,2 1,5 Poissons frais, salés, séchés ou fumés 2 029,9 1,8 Poissons frais, salés, séchés ou fumés 1 904,0 1,3 Fruits frais, congelés ou en saumure 1 571,7 1,4 Déchets et débris de cuivre, alliés ou non 1 869,5 1,3 Conserves de légumes 1 345,3 1,2 Argent brut 1 592,6 1,1 Huile de pétrole et lubrifiants 991,9 0,9 Fruits frais, congelés ou en saumure 1 552,8 1,0 Voitures industrielles 964,3 0,9 Or industriel 1 477,2 1,0 Argent brut 858,6 0,8 Conserves de légumes 1 460,4 1,0 Déchets et débris de cuivre, alliés ou non 735,9 0,7 Huile de pétrole et lubrifiants 1 418,0 0,9 Farine et poudre de poissons 734,4 0,7 Voitures industrielles 1 101,4 0,7 Articles confectionnes en tissus 666,3 0,6 Farine et poudre de poissons 1 027,0 0,7 Tôles 602,0 0,5 Pâte a papier 969,5 0,6 Plomb brut 564,6 0,5 Articles confectionnes en tissus 946,6 0,6 Minerai de cuivre 508,4 0,5 Plomb brut 737,1 0,5 Boyaux frais, secs, salés 447,4 0,4 Couvertures 712,2 0,5 Médicaments 441,6 0,4 Tôles 698,7 0,5 Pâte a papier 414,8 0,4 Minerai de plomb 617,9 0,4 Parfumeries 394,4 0,3 Minerai de cuivre 611,9 0,4 Voitures de tourisme 365,1 0,3 Médicaments 516,8 0,3 Sous total ,4 77,6 Sous total ,2 77,5 Autres produits ,6 22,4 Autres produits ,2 20,8 TOTAL DES EXPORTATIONS ,0 100,0 TOTAL DES EXPORTATIONS ,4 100,0 Balance des paiements 2010

71 71 C/- REEXPORTATIONS EN SUITE D ADMISSIONS TEMPORAIRES POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF Les réexportations effectuées en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif -avec et sans paiement- se sont accrues de 36,3% ou ,2MDH, pour s établir à ,2MDH contre MDH en Leur part dans les exportations totales s est élevée à 70,6% contre 68,6% en Cette évolution est due pour l essentiel aux réexportations en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif avec paiement : +61,2% ou ,1MDH et dans une moindre mesure aux réexportations en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif sans paiement : +12,1% ou ,1MDH. PART DES ADMISSIONS TEMPORAIRES POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF DANS LES EXPORTATIONS Valeur en MDH Part en % Valeur en MDH Part en % Réexportations en suite d'admissions temporaires pour perfectionnement actif ,0 68, ,2 70,6 - avec paiement ,5 33, ,6 41,1 - sans paiement ,5 34, ,6 29,5 Exportations hors admissions temporaires pour perfectionnement actif ,0 31, ,2 29,4 TOTAL GENERAL ,0 100, ,4 100,0 1 / Réexportations en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif avec paiement -ATPA/AP- Au cours de l année 2010, les réexportations en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif avec paiement se sont établies à ,6MDH contre ,5MDH en 2009, enregistrant ainsi une expansion de 61,2% ou ,1MDH. REEXPORTATIONS EN SUITE D'ADMISSIONS TEMPORAIRES POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF AVEC PAIEMENT VENTILEES PAR GOUPEMENT D'UTILISATION Evolution Valeur Valeur MDH Part % Valeur MDH Part % MDH % Alimentation, boissons et tabacs 3 516,8 9, ,8 5,0-478,0-13,6 Energie et lubrifiants 1728,2 4,5 206,6 0, ,6-88,0 Produits Bruts 1619,1 4, ,3 4, ,2 +71,2 Demi produits ,9 48, ,4 58, ,5 +94,7 Produits finis d'équipement 4 869,5 12, ,0 15, ,5 +99,6 Produits finis de consommation 7 946,1 20, ,6 15, ,5 +22,5 Or industriel 89,9 0,2 214,9 0,4 +125,0 +139,0 TOTAL ,5 100, ,6 100, ,1 +61,2 L expansion de ces réexportations s explique principalement par la hausse enregistrée au niveau des demi-produits (+94,7% ou ,5 MDH), des biens d équipement (+99,6% ou ,5MDH), des produits finis de consommation (+ 22,5% ou ,5 MDH), et des produits bruts (+71,2% ou ,2MDH). En revanche les produits énergétiques et Office des Changes

72 72 alimentaires ont enregistré des baisses respectives de 88% ou ,6MDH et -13,6% ou -478 MDH. 2 / Réexportations en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif sans paiement -ATPA/SP- En 2010, les réexportations en suite d admissions temporaires pour perfectionnement actif sans paiement, totalisant ,6MDH contre ,5MDH, ont enregistré une progression de 12,1% ou ,1MDH. Les réexportations effectuées dans le cadre de ce régime sont constituées à concurrence de 46,1% de produits textiles et habillement, de 15,4% de fils et câbles l électricité et de 11,1% de composants électroniques. REEXPORTATIONS EN SUITE D'ADMISSIONS TEMPORAIRES POUR PERFECTIONNEMENT ACTIF SANS PAIEMENT VENTILEES PAR PRINCIPAUX PRODUITS Evolution Produits Valeur Part Valeur Part Valeur % MDH % MDH % MDH Vêtements confectionnés ,4 34, ,9 30,5 +47,5 +0,4 Fils et câbles pour l'électricité 5 223,8 13, ,7 15, ,9 +30,3 Composants électroniques (transistors) 3 869,8 9, ,6 11, ,8 +26,4 Articles de bonneterie 4 445,5 11, ,7 10,5 +178,2 +4,0 Chaussures 1 570,7 4, ,7 3,5-35,0-2,2 Déchets et débris de cuivre, alliés ou non 396,0 1,0 858,7 1,9 +462,7 - Couvertures 156,4 0,4 702,5 1,6 +546,1 - Autres ,9 26, ,8 25,5 +952,9 +9,3 TOTAL ,5 100, ,6 100, ,1 +12,1 Balance des paiements 2010

73 73 OPERATIONS DE VOYAGES Office des Changes

74 74 Balance des paiements 2010

75 75 OPERATIONS DE VOYAGES -=-=-=-=-=- Durant l année 2010, la balance Voyages a dégagé un excédent de ,5MDH contre ,9MDH en 2009, marquant ainsi une hausse de 5% ou ,6MDH. Cette hausse est imputable aux recettes, en accroissement de 6,8% ou ,7MDH, atténuée, toutefois, par la progression des dépenses de 15,5% ou ,1MDH. EVOLUTION DE L'EXCEDENT DES OPERATIONS DE VOYAGES ANNEES Millions de dirhams Moyenne Excédent , , , , , , ,5 Comparé à la moyenne des excédents réalisés au cours des années 2005 à 2009, soit ,1MDH, l excédent de la balance Voyages enregistré en 2010, s est amélioré de 2,9% ou ,4MDH. EVOLUTION DES FLUX TOURISTIQUES Le nombre de touristes ayant visité le Maroc en 2010 a augmenté de 11,4% ou touristes, atteignant touristes contre en Les touristes étrangers représentent 52,9% contre 51,5% en 2009 ( contre ) et les Marocains résidant à l étranger interviennent pour 47,1% contre 48,5% ( contre ). EVOLUTION DU NOMBRE DE TOURISTES ANNEES * 2010* TOURISTES ETRANGERS Variation (%) +15,2 +14,1 +5,0-5,5 +14,4 EUROPE AMERIQUE MAGHREB MOYEN ORIENT AUTRES MRE Variation (%) +7,1 +13,1 +8,6 +10,4 +8,1 TOTAL Variation (%) +11,5 +13,6 +6,6 +1,6 +11,4 * non compris les croisiéristes pour les année 2009 et Source : Département du Tourisme Office des Changes

76 En millions 76 L examen de la répartition des touristes étrangers par pays laisse apparaitre des augmentations importantes des touristes en provenance des pays de l union Européenne notamment de la France (+7,5% ou ), de la grande Bretagne (+33,6% ou ), de l Espagne (+13% ou ) et e l Italie (+31,1% ou ). Le nombre de touristes provenant du continent américain s est amélioré de +16,9% ou touristes. Les principales améliorations ont été observées au niveau des touristes en provenance des Etats-Unis d Amérique : +11,7% ou et du Canada : +24% ou Le nombre de touristes maghrébins s est fortement amélioré avec touristes de plus soit +14,6% ( contre ). Concernant les touristes en provenance des pays arabes, des hausses ont été particulièrement relevées au niveau des touristes saoudiens (+5% ou touristes) et des touristes Émiratis (+1,3% ou +163). 10 EVOLUTION DU NOMBRE DE TOURISTES 8 Total 6 4 Touristes étrangers MRE BALANCE VOYAGES La balance voyages a enregistré au titre de l année 2010 un excédent de ,5MDH contre ,9MDH en 2009, en hausse de 5% ou ,6MDH. Cette amélioration due à l accroissement des recettes (+6,8% ou ,7MDH) a été, néanmoins, atténuée par l augmentation des dépenses (+15,5% ou ,1MDH). BALANCE VOYAGES ANNEES Millions de dirhams EVOLUTION MDH % RECETTES , , ,7 +6,8 DEPENSES 8 822, , ,1 +15,5 SOLDES , , ,6 +5,0 Balance des paiements 2010

77 Millions de dirhams Millions de dirhams EVOLUTION DE L'EXCEDENT DES OPERATIONS DE VOYAGES Recettes Excédent Dépenses A- LES RECETTES Les recettes voyages ont enregistré en 2010 une hausse de 6,8% ou ,7MDH, s établissant à ,5 MDH contre ,8MDH une année auparavant. Ces recettes qui représentent 17,3% des recettes courantes (18,8% en 2009) dépassent les rapatriements de fonds effectués par les Marocains résidant à l étranger qui se sont chiffrés à ,2MDH RECETTES VOYAGES Répartition des recettes voyages par pays La répartition des recettes voyages par pays fait ressortir en 2010 la prédominance de la EVOLUTION DES RECETTES VOYAGES Millions de dirhams RECETTES VOYAGES , , , , ,5 Variation (MDH) , , , , ,7 Variation (%) +28,1 +11,8-5,3-4,9 +6,8 Office des Changes

78 78 France avec 38,8% du total ou ,1MDH, suivie de l Espagne avec 10,9% ou 6.177,8MDH, de la Grande-Bretagne : 7% ou 3.964,8MDH, de l Italie : 6,5% ou 3.651,5MDH et de la Belgique : 4,3% ou 2.448,7MDH. Ces cinq pays ont constitué, à eux seuls, 67,5% du total des recettes voyages ou ,9MDH contre 68,5% ou ,6MDH en Pays RECETTES VOYAGES PAR PAYS - ANNEE 2010 Montant en MDH* Part (en %) Pays Montant en MDH* Part (en %) France ,1 38,8 Tunisie 354,5 0,6 Espagne 6 177,8 10,9 Suède 310,5 0,6 Grande Bretagne 3 964,8 7,0 Russie 307,4 0,5 Italie 3 651,5 6,5 Koweit 289,6 0,5 Belgique 2 448,7 4,3 Mauritanie 274,0 0,5 Allemagne 2 361,9 4,2 Australie 259,7 0,5 Etats-Unis 2 308,7 4,1 Japon 258,7 0,5 Hollande 2 231,1 4,0 Irlande 230,0 0,4 Arabie Saoudite 1 561,2 2,8 Libye 226,7 0,4 Suisse 1 028,2 1,8 Norvège 218,6 0,4 Emirats A.U 968,1 1,7 Turquie 198,9 0,4 Canada 943,2 1,7 Guinée 197,5 0,3 Algérie 609,5 1,1 Autriche 180,9 0,3 Pologne 472,4 0,8 Danemark 170,4 0,3 Sénégal 433,9 0,8 Autres 1 478,5 2,6 Portugal 413,5 0,7 TOTAL ,5 100,0 (*) Répartition établie sur la base des arrivées de touristes et de la dépense moyenne par pays. B- LES DEPENSES EVOLUTION DES DEPENSES VOYAGES Millions de dirhams DEPENSES TOTALES 6 065, , , , ,0 Variation % +11,4 +18,2 +18,1 +4,3 +15,5 BILLETS DE BANQUE 3 717, , , , ,4 Variation % +16,6 +19,6 +6,5 +4,9 +20,3 VIREMENTS (*) 2 347, , , , ,6 Variation % +3,9 +15,9 +37,0 +3,4 +9,4 (*) Bancaires et postaux DEPENSES VOYAGES Balance des paiements 2010

79 Millions de dirhams 79 DEPENSES VOYAGES Dépenses totales Billets de banque Virements En 2010, les dépenses voyages ont atteint MDH contre 8.822,9MDH en 2009, en progression de 15,5% ou ,1MDH. Comparativement à la moyenne enregistrée au titre des cinq dernières années ( ), soit 7.193,2MDH, ces dépenses se sont accrues de 41,7% ou ,8MDH. 1 / Répartition des dépenses voyages par nature d opération La répartition des dépenses voyages par nature d opérations fait ressortir la prépondérance des dotations touristiques avec 42,1% du total des dépenses voyages ou 4.296,7MDH, suivies des frais de scolarité avec 24,1% ou 2.453,9MDH, des opérations de Pèlerinage et Omra pour 13,3% ou 1.352,1MDH et des voyages d affaires à concurrence de 11,1% ou 1.131,5MDH. REPARTITION DES DEPENSES VOYAGES PAR NATURE D'OPERATION ANNEE 2009 ANNEE 2010 Valeur Part Valeur Part MDH % MDH % Tourisme 3 439,8 39, ,7 42,1 Frais de scolarité 2 263,2 25, ,9 24,1 Pèlerinage et omra 1 204,4 13, ,1 13,3 Voyages d'affaires 1 094,1 12, ,5 11,1 Stages et missions 361,1 4,1 332,2 3,3 Soins médicaux 48,0 0,5 63,3 0,6 Autres 412,3 4,7 563,3 5,5 TOTAL 8 822,9 100, ,0 100,0 L analyse de l évolution des différentes catégories des dépenses par rapport à l année 2009, permet de relever des hausses au niveau des dotations touristiques de 24,9% ou +856,9MDH, des frais de scolarité de 8,4% ou +190,7MDH et des opérations de Pèlerinage et Omra avec +12,3% ou +147,7MDH. En revanche, les dépenses au titre des stages et missions ont baissé de 8% ou -28,9MDH. Office des Changes

80 80 REPARTITION DES DEPENSES VOYAGES PAR NATURE D'OPERATION ANNEE 2009 ANNEE 2010 Stages et missions 4,1% Pèlerinage et omra 13,6% Voyages d'affaires 12,4% Soins médicaux 0,5% Autres 4,7% Frais de scolarité 25,7% Tourisme 39% Stages et missions 3,3% Voyages d'affaires 11,1% Pèlerinage et omra 13,3% Soins médicaux 0,6% Autres 5,5% Frais de scolarité 24,1% Tourisme 42,1% VENTILATION DES DEPENSES VOYAGES PAR NATURE D'OPERATION ET MODE DE REGLEMENT ANNEE 2010 Billets de banque Virements bancaires Virements postaux Millions de dirhams Total Parts (% ) TOURISME 3 994,6 302, ,7 42,1 FRAIS DE SCOLARITE 100, ,5 1, ,9 24,1 PELERINAGE ET OMRA 268, , ,1 13,3 VOYAGES D' AFFAIRES 803,1 328, ,5 11,1 STAGES ET MISSIONS 260,8 70,7 0,7 332,2 3,3 SOINS MEDICAUX 2,8 60,4 0,1 63,3 0,6 AUTRES 549,8 13,5-563,3 5,5 TOTAL 5 979, ,6 2, ,0 100,0 2 / Ventilation des dépenses voyages par mode de règlement La ventilation des dépenses voyages par mode de règlement laisse apparaitre que les dotations en billets de banque constituent 58,7% du total des dépenses en 2010 contre 56,3% en 2009 et que les dépenses effectuées sous forme de virements ont été de 41,3% du total contre 43,7% en a/ Les dépenses en billets de banque Les dotations au titre des opérations de voyages servies en billets de banque ont augmenté en 2010 de 20,3% ou ,3MDH, s établissant à 5.979,4MDH contre 4.970,1MDH en La répartition par devise des dépenses voyages en billets de banque fait ressortir la prédominance de l Euro à hauteur de 71,9% ou 4.296,5MDH, suivi du dollar américain pour 15% ou 897,9MDH, du rial saoudien : 8,3% ou 498,5MDH et du dollar canadien: 2,7% ou 159,5MDH. Ces quatre devises constituent, à elles seules, 97,9% du total des dépenses en billets de banque contre 98% en Balance des paiements 2010

81 81 VENTILATION PAR DEVISE DES DEPENSES VOYAGES EN BILLETS DE BANQUE ANNEE 2009 ANNEE 2010 Valeur (MDH) Part (% ) Valeur (MDH) Part (% ) Euro 3 620,3 72, ,5 71,9 Dollar américain 660,9 13,3 897,9 15,0 Rial saoudien 458,7 9,2 498,5 8,3 Dollar canadien 127,8 2,6 159,5 2,7 Livre sterling 58,7 1,2 75,3 1,3 Franc suisse 20,1 0,4 21,7 0,4 Dirham des E.A.U 14,0 0,3 18,5 0,3 Couronne suédoise 2,7 0,1 3,1 0,1 Dinar koweïtien 1,8 (-) 1,6 (-) Yen japonais 1,9 (-) 2,3 (-) Rial qatari 1,1 (-) 1,3 (-) Couronne danoise 0,4 (-) 0,7 (-) Dinar bahreïni 0,8 (-) 1,0 (-) Rial omani 0,2 (-) 0,6 (-) Couronne norvégienne 0,6 (-) 0,8 (-) Livre de Gibraltar 0,1 (-) 0,1 (-) TOTAL 4 970,1 100, ,4 100,0 Les dépenses en billets de banque sont prédominées par les dotations touristiques avec 66,8% du total ou 3.994,6MDH, suivies des dotations de voyages d affaires avec 13,4% ou 803,1MDH, des opérations de Pèlerinage et Omra avec 4,5% ou 268,1MDH et des stages et missions pour 4,4% ou 260,8MDH. VENTILATION DES DEPENSES VOYAGES EN BILLETS DE BANQUE PAR NATURE DE VOYAGE ANNEE 2009 ANNEE 2010 Valeur (MDH) Part (% ) Valeur (MDH) Part (% ) Tourisme 3 271,2 65, ,6 66,8 Voyages d'affaires 622,8 12,6 803,1 13,4 Pèlerinage et Omra 294,2 5,9 268,1 4,5 Stages et missions 284,5 5,7 260,8 4,4 Frais de scolarité 90,7 1,8 100,2 1,7 Soins médicaux 3,0 0,1 2,8 0,0 Autres 403,7 8,1 549,8 9,2 TOTAL 4 970,1 100, ,4 100,0 b/ Les dépenses en virements Les dépenses voyages effectuées en virements ont totalisé 4.213,6MDH en 2010 contre 3.852,8MDH en 2009, soit +9,4% ou +360,8MDH. Ces dépenses sont constituées Office des Changes

82 82 essentiellement des frais de scolarité (55,9% ou 2.353,7MDH) et des frais de Pèlerinage et Omra (25,7% ou 1.084MDH). ANNEE 2010 VENTILATION DES VIREMENTS PAR NATURE DE VOYAGE Virements bancaires Virements postaux Millions de dirhams Total Parts (% ) Frais de scolarité 2 352,5 1, ,7 55,9 Pèlerinage et omra 1 084, ,0 25,7 Voyages d'affaires 328,4-328,4 7,8 Tourisme 302,1-302,1 7,2 Stages et missions 70,7 0,7 71,4 1,7 Soins médicaux 60,4 0,1 60,5 1,4 Autres 13,5-13,5 0,3 TOTAL 4 211,6 2, ,6 100,0 LES OPERATIONS DE VOYAGES DANS LA BALANCE DES PAIEMENTS L accroissement des recettes voyages à un rythme beaucoup plus important que celui des dépenses s est traduit par l amélioration de l excédent de la balance voyages de 5% ou ,6MDH. 1 / Evolution des dépenses par rapport aux recettes Le ratio des dépenses voyages par rapport aux recettes a enregistré une légère hausse, passant à 18,1% en 2010 contre 16,7% en Cette évolution est le résultat de la hausse des recettes (+6,8%) et des dépenses (15,5%). EVOLUTION DES DEPENSES PAR RAPPORT AUX RECETTES Millions de dirhams Dépenses (1) 6 065, , , , ,0 Recettes (2) , , , , ,5 Ratio en % (1)/(2) 11,6 12,2 15,2 16,7 18,1 Balance des paiements 2010

83 Pourcentage RATIO DES DEPENSES VOYAGES PAR RAPPORT AUX RECETTES / Evolution de la part des recettes voyages dans les recettes courantes La part des recettes voyages dans les recettes courantes a reculé en 2010 à 17,3% contre 18,8% en 2009, soit -1,5 point. EVOLUTION DE LA PART DES RECETTES VOYAGES DANS LES RECETTES COURANTES Millions de dirhams Recettes Voyages (1) , , , , ,5 Recettes courantes (2) , , , , Part en % (1)/(2) 20,6 19,8 16,5 18,8 17,3 3 / Evolution de la part des dépenses voyages dans les dépenses courantes La part des dépenses voyages dans les dépenses courantes est restée stable en 2009 et 2010, soit 2,8%. Cette part a, néanmoins, augmenté par rapport à l année 2008 au cours de laquelle elle a été de 2,3%. EVOLUTION DE LA PART DES DEPENSES VOYAGES DANS LES DEPENSES COURANTES Millions de dirhams Dépenses Voyages (1) 6 065, , , , ,0 Dépenses courantes (2) , , , , ,9 Part en % (1) / (2) 2,5 2,4 2,3 2,8 2,8 Office des Changes

84 84 Balance des paiements 2010

85 85 TRANSFERTS COURANTS PRIVES Office des Changes

86 86 Balance des paiements 2010

87 87 LES TRANSFERTS COURANTS PRIVES -=-=-=-=-=- Les transferts courants privés enregistrent, en recettes, les envois de fonds effectués par les marocains résidant à l étranger "MRE", les pensions et allocations familiales transférées par des organismes étrangers au profit des résidents et les dons et secours reçus de l étranger. En dépenses, ils concernent les transferts des économies sur revenus des étrangers résidant au Maroc ainsi que leurs cotisations aux organismes étrangers de retraite ou de prévoyance sociale. Durant l année 2010, l excédent des transferts courants privés a connu une hausse de 4,9% ou ,3MDH, s élevant à ,5MDH contre ,2MDH en A ce niveau, il dépasse de 8% ou MDH la moyenne des années 2005 à 2009, soit ,5MDH. LES RECETTES Les transferts effectués au titre des opérations courantes privées se sont chiffrés en 2010 à ,7DH contre ,6MDH une année auparavant, soit +5,2% ou ,1MDH. Ce résultat provient essentiellement de l augmentation des recettes "MRE" de +8,3%. RECETTES AU TITRE DES TRANSFERTS COURANTS PRIVES Millions de dirhams Economies sur revenus (MRE) , , , , ,2 Pensions et allocations familiales 4 434, , , , ,2 Dons et secours 274,0 437,9 619,8 651,9 638,7 Autres 1 660, , ,1 882,3 726,6 TOTAL , , , , ,7 Office des Changes

88 Millions de dirhams EVOLUTION DES RECETTES DES TRANSFERTS COURANTS PRIVES Recettes totales Economies sur revenus (MRE) Transferts sociaux Ces transferts sont constitués essentiellement des économies sur revenus des "MRE" (89,6% contre 87% en 2009) et des pensions et allocations familiales (8,2% contre 10,3% en 2009). Ainsi, les transferts courants privés interviennent dans les recettes courantes à hauteur de 18,6% contre 20,6% une année auparavant. ANNEE 2009 PART DES TRANSFERTS COURANTS PRIVES DANS LES RECETTES COURANTES ANNEE ,6% 18,6% A- LES RECETTES MRE 1 / Evolution des recettes MRE Les recettes "MRE" ont enregistré ont 2010 un accroissement de 8,3% ,7MDH, s établissant à ,2MDH contre ,5MDH en Ces recettes qui se rapprochent pratiquement du niveau le plus élevé atteint en 2007 (55.000,7MDH) ont augmenté de 10,2% ou ,2MDH par rapport à la moyenne des années , soit MDH. EVOLUTION DES RECETTES M.R.E Millions de dirhams Recettes MRE , , , , ,2 Variation en MDH , , , , ,7 Variation en % +17,4 +15,0-3,5-5,4 +8,3 Balance des paiements 2010

89 89 2 / Répartition des recettes MRE par pays de provenance La ventilation des recettes "MRE" par pays de provenance laisse apparaître la France en première position avec 41% ou MDH, suivie de de l Italie : 10,4% ou 5.639,5MDH, de l Espagne : 10,2% ou 5.554,4MDH, de la Belgique : 5,4% ou 2.959,8MDH et des Emirats arabes unis : 5,3% ou 2.870,9 MDH. Ces cinq pays représentent 72,3% du total des recettes "MRE" ou ,6MDH. RECETTES MRE PAR PAYS DE PROVENANCE - ANNEE 2010 Pays Valeurs en MDH Parts en % France ,9 41,0 Espagne 5 947,7 10,9 Italie 5 801,1 10,7 Belgique 3 098,8 5,7 Émirats Arabes Unis 2 826,2 5,2 Pays-Bas 2 293,5 4,2 Etats-Unis 2 292,4 4,2 Allemagne 2 174,5 4,0 Arabie Saoudite 1 825,0 3,4 Royaume-Uni 1 732,2 3,2 Suisse 880,1 1,6 Canada 838,5 1,5 Koweït 462,6 0,8 Qatar 309,5 0,6 Norvège 237,4 0,4 Oman 184,3 0,3 Bahreïn 146,6 0,3 Suède 124,7 0,2 Danemark 116,2 0,2 Libye 72,7 0,1 Irlande 67,3 0,1 Tunisie 45,5 0,1 Guinée Equatoriale 39,1 0,1 Japon 35,8 0,1 Liban 35,6 0,1 Guinée 35,0 0,1 Gabon 34,2 0,1 Finlande 31,1 0,1 Autriche 31,1 0,1 Gibraltar 30,1 - Autres pays 324,5 0,6 TOTAL ,2 100,0 Office des Changes

90 Millions de dirhams 90 B- RECETTES DES TRANSFERTS SOCIAUX Les recettes au titre des transferts sociaux se sont inscrites en baisse de 15,7% ou ,6MDH, portant sur 6.326,5MDH contre 7.506,1MDH une année auparavant. Leur part dans total des transferts courants privés a reculé à 10,4% contre 13% en EVOLUTION DES RECETTES AU TITRE DES TRANSFERTS SOCIAUX Millions de dirhams Recettes des transferts sociaux 6 368, , , , ,5 Variation en MDH +415,9 +236,5-33,3 +934, ,6 Variation en % +7,0 +3,7-0,5 +14,2-15, EVOLUTION DES RECETTES AU TITRE DES TRANSFERTS SOCIAUX Ces recettes sont constituées essentiellement des pensions et allocations familiales à concurrence de 78,4% ou 4.961,2MDH et des dons et secours pour 10,1% ou 638,7MDH. S agissant de la ventilation des transferts sociaux par pays d origine des fonds, la France occupe le premier rang avec 69,7% ou 4.410,7MDH, suivie des Pays-Bas : 10,1% ou 639,3MDH, de l Espagne : 3,9% ou 248MDH, de l Allemagne : 3,9% ou 246,1MDH de la Belgique : 2,7% ou 172,4MDH, des Etats-Unis d Amérique : 2,7% ou 168,7MDH et de l Italie : 1,5% ou 93MDH. Ces pays sont intervenus à concurrence de 94,5% dans le total des transferts sociaux. Balance des paiements 2010

91 VENTILATION DES RECETTES AU TITRE DES TRANSFERTS SOCIAUX PAR PAYS ANNEE 2010 Pensions et allocations familiales Dons, legs et secours Autres 91 Millions de dirhams TOTAL FRANCE 3 985,4 (*) 134,1 291, ,7 PAYS BAS 619,9 9,5 9,9 639,3 ESPAGNE 17,9 141,7 88,4 248,0 ALLEMAGNE 148,3 62,2 35,6 246,1 BELGIQUE 112,0 22,2 38,2 172,4 ÉTATS-UNIS 13,5 66,4 88,8 168,7 ITALIE 6,8 75,2 11,0 93,0 AUTRES PAYS 57,4 127,4 163,5 348,3 TOTAL 4 961,2 638,7 726, ,5 (*) Y compris les pensions versées par le Trésor marocain pour le compte du Trésor français. LES DEPENSES En 2010, les dépenses au titre des transferts courants privés ont marqué une hausse de 21,7% ou +245,8MDH, totalisant 1.380,2MDH contre 1.134,4MDH en Le ratio de ces dépenses par rapport aux recettes des transferts courants privés s est établi à 2,3% contre 2% une année auparavant. La ventilation de ces dépenses par catégorie d opération laisse apparaître la prépondérance des fonds au titre des économies sur revenus, transférés par les étrangers résidant au Maroc (37,8% ou 521,4MDH) et des transferts effectués par les "MRE" par utilisation des disponibilités de leurs comptes en dirhams convertibles (19,3% ou 265,9MDH). Concernant les cotisations aux organismes de retraite et de prévoyance sociale, elles ont représenté 6% du total des dépenses, soit 82,7MDH. EXCEDENT DES TRANSFERTS COURANTS PRIVES Au cours de l année 2010, l excédent des transferts courants privés s est établi à ,5MDH contre ,2MDH en 2009, soit +4,9% ou ,3MDH. Cette évolution s explique par l augmentation des recettes ayant dépassé largement celle des dépenses. Comparativement à la moyenne des années , soit ,5MDH, cet excédent a progressé de 8% ou MDH. Office des Changes

92 92 EVOLUTION DE L'EXCEDENT AU TITRE DES TRANSFERTS COURANTS PRIVES Millions de dirhams RECETTES , , , , ,7 Recettes M.R.E , , , , ,2 Part % 88,3 89,3 89,0 87,0 89,6 Transferts sociaux 6 368, , , , ,5 Part % 11,7 10,7 11,0 13,0 10,4 DEPENSES 1 000, , , , ,2 EXCEDENT , , , , ,5 LES TRANSFERTS COURANTS PRIVES DANS LA BALANCE DES PAIEMENTS L amélioration de l excédent des transferts courants privés, a permis, avec l excédent, des échanges de services, de réduire l effet négatif du déficit commercial sur le compte des transactions courantes. 1 / Transferts courants privés et exportations de biens Le ratio des transferts courants privés par rapport aux exportations de biens a fortement baissé en 2010, se fixant à 40,6% contre 51,1% Cette baisse est due aux exportations de biens dont la hausse a été plus significative (+32,4%) que celle des recettes au titre des transferts courants privés (+5,2%). TRANSFERTS COURANTS PRIVES PAR RAPPORT AUX EXPORTATIONS DE BIENS Transferts courants privés (MDH) , , , , ,7 Exportations de biens (MDH) , , , , ,4 Transferts courants privés (en % ) 51,7 49,7 38,3 51,1 40,6 Exportations de biens 2 / Transferts courants privés et exportations de services Le ratio des transferts courants privés par rapport aux exportations de services n a pas beaucoup varié en 2010 comparativement à l année 2009 : 57,5% contre 58,4%. Balance des paiements 2010

93 93 TRANSFERTS COURANTS PRIVES PAR RAPPORT AUX EXPORTATIONS DE SERVICES Transferts courants privés (MDH) , , , , ,7 Exportations de services (MDH) , , , , ,0 Transferts courants privés (en % ) 63,0 61,9 57,7 58,4 57,5 Exportations de services 3 / Transferts courants privés et recettes courantes Le ratio des transferts courants privés par rapport aux recettes courantes a reculé en 2010 à 18,6% contre 20,6% une année auparavant. Ce résultat est dû à la progression des recettes courantes (+16,1%) beaucoup plus importante que celle des transferts courants privés (+5,2%). TRANSFERTS COURANTS PRIVES PAR RAPPORT AUX RECETTES COURANTES Transferts courants privés (MDH) , , , , ,7 Recettes courantes , , , , ,0 Transferts courants privés % 21,3 20,8 17,7 20,6 18,6 Recettes courantes 4 / Transferts courants privés et Produit Intérieur Brut Le ratio des transferts courants privés par rapport au PIB est resté stable d une année à l autre, soit 7,9% Transferts courants privés (MDH) , , , , ,7 PIB en prix courants* (MDH) Transferts courants privés (en % ) 9,4 10,0 8,7 7,9 7,9 PIB * Source: Haut Commissariat au Plan TRANSFERTS COURANTS PRIVES PAR RAPPORT AU PIB Office des Changes

94 94 Balance des paiements 2010

95 95 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS AU MAROC Office des Changes

96 96 Balance des paiements 2010

97 97 RECETTES DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS Office des Changes

98 98 Balance des paiements 2010

99 En millions de dirhams 99 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS -=-=-=-=-=- RECETTES DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS AU MAROC 1 / Evolution des investissements et prêts privés étrangers : Après deux années de baisses successives, les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers au Maroc ont enregistré en 2010 une augmentation de 26,2% ou ,3MDH, s établissant à ,3MDH contre MDH en Ces recettes ont ainsi atteint leur deuxième niveau record après celui enregistré en 2007 (41.379,1MDH). Cette augmentation des investissements et prêts privés étrangers est due principalement à la reprise enregistrée au niveau des recettes des investissements directs qui se sont élevées à ,3MDH contre ,7MDH en Quant aux investissements de portefeuille, ils ont pratiquement stagné : 3.004,7MDH en 2010 contre 3009,9MDH en En revanche, les prêts privés ont régressé de 57,9% ou ,1MDH, pour s établir à 1.208,3MDH contre 2.873,4MDH en EVOLUTION DES RECETTES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS ANNEES Nature d'opération En millions de dirhams Evolution MDH % Investissements directs , , , , , ,6 +38,9 Investissements de portefeuille 3 384, , , , ,7-5,2-0,2 Prêts privés 499,9 304, , , , ,1-57, TOTAL , , , , , ,3 +26, Investissements directs Investissements de portefeuille Prêts privés Office des Changes

100 100 2 / Répartition des investissements et prêts privés étrangers par nature d opération : Au titre de l année 2010, la structure des investissements et prêts privés étrangers s est caractérisée par la prédominance des investissements directs avec 89,3% du total, en hausse de 8,2 points par rapport à l année précédente (81,1%). La part des investissements de portefeuille dans le total a, en revanche, baissé de 2,1 points, passant de 9,7% du total en 2009 à 7,6% en Les prêts privés étrangers n ont contribué qu à hauteur de 3,1% dans le total en 2010 contre 9,2% en 2009, soit une baisse de 6,1 points. Nature d'opération RECETTES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION ANNEES En millions de dirhams 2010 MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % Investissements directs ,2 87, ,0 91, ,0 79, ,7 81, ,3 89,3 Investissements de portefeuille 3 384,3 11, ,1 7, ,0 13, ,9 9, ,7 7,6 Prêts privés 499,9 1,7 304,0 0, ,6 7, ,4 9, ,3 3,1 TOTAL ,4 100, ,1 100, ,6 100, ,0 100, ,3 100,0 RECETTES DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS AU MAROC 1 / Evolution des investissements directs étrangers : Conformément aux normes et standards internationaux en matière d établissement de la Balance des Paiements, les investissements directs étrangers regroupent les apports au capital social, les bénéfices réinvestis ainsi que les autres capitaux (avances en comptes courants d associés et prêts apparentés). Pour l année 2010, les recettes des investissements directs étrangers au Maroc ont marqué une hausse de 38,9% ou ,6MDH en 2010, atteignant ,3MDH contre ,7MDH en Ce résultat s explique dans une large mesure par l accroissement des investissements en capital social : ,2MDH contre ,1MDH en 2009 (+50,5% ou ,1MDH). Les bénéfices réinvestis ont enregistré, de leur côté, une augmentation de 15,5% ou +732,7MDH, se situant à 5.460,2MDH contre 4.727,5MDH en De même, les autres capitaux ont progressé de 13% ou +438,8MDH, s élevant à 3.826,9MDH contre 3.388,1MDH en Balance des paiements 2010

101 En millions de dirhams EVOLUTION DES RECETTES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS ANNEES Nature d'opération En millions de dirhams Evolution MDH % Capital social , , , , , ,1 +50,5 Bénéfices réinvestis 507,3 939,8 458, , ,2 +732,7 +15,5 Autres capitaux 1 770, , , , ,9 +438,8 +13, TOTAL , , , , , ,6 +38, Capital social Bénéfices réinvestis Autres capitaux 2 / Répartition des investissements directs étrangers par nature d opération : La répartition des investissements directs étrangers par nature d opération fait ressortir la prééminence des investissements en capital social qui ont représenté 73,5% du total contre 67,9% en 2009, en hausse de 5,6 points. La part des bénéfices réinvestis dans le total des investissements directs étrangers a été de 15,6% en 2010 contre 18,7% en 2009, soit une diminution de 3,1 points. Les autres capitaux ont également, vu leur part baisser de 2,5 points : 10,9% contre 13,4%. Nature d'opération RECETTES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION ANNEES En millions de dirhams 2010 MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % Capital social ,8 91, ,2 73, ,0 85, ,1 67, ,2 73,5 Bénéfices réinvestis 507,3 1,9 939,8 2,5 458,6 1, ,5 18, ,2 15,6 Autres capitaux 1 770,1 6, ,0 24, ,4 13, ,1 13, ,9 10,9 TOTAL ,2 100, ,0 100, ,0 100, ,7 100, ,3 100,0 3 / Répartition des investissements directs étrangers par pays de provenance : La ventilation des investissements directs étrangers par pays de provenance laisse apparaitre la France en tant que premier pays investisseur au Maroc avec 58,4% du total en 2010 contre 51,3% en 2009 (+7,1 points). Les investissements directs français ont ainsi Office des Changes

102 102 enregistré un accroissement de 58,1% ou ,6MDH en 2010, s élevant à ,9MDH contre ,3MDH en 2009, soit leur niveau le plus élevé depuis Les Emirats Arabes Unis viennent en deuxième position (quatrième rang en 2009) avec des investissements qui ont plus que doublé, atteignant 2.611,6MDH contre 1.150,8MDH, soit ,8MDH, leur part a augmenté à 7,4% au lieu de 4,6% en L Espagne a occupé, à l instar de l année 2009, le troisième rang avec une part de 5,4% en 2010 contre 6,1% en Les investissements directs en provenance de l Espagne se sont accrus de 23,1% ou +355,6MDH, passant à 1.897,6MDH contre 1.542MDH. Les investissements directs en provenance de la Suisse ont progressé de 49,8% ou +509,8MDH, s établissant à 1.533,4MDH en 2010 contre 1.023,6MDH en La Suisse passe au quatrième rang au lieu du cinquième en 2009 avec une part de 4,4% contre 4,1%. Le Koweït, premier pays arabe investisseur au Maroc en 2009, a vu ses investissements directs baisser en 2010 à 1.158,1MDH contre 2.818,9MDH en Classé au cinquième rang, le Koweït n intervient qu à concurrence de 3,3% dans le total des investissements directs contre 11,2%en Les investissements directs en provenance de la Belgique, classée en sixième position en 2010 (septième en 2009), se sont élevés à 1.047,3MDH contre 861,2MDH, soit +21,6% ou +186,1MDH. Néanmoins, la part de la Belgique a légèrement reculé : 3% conte 3,4%. En dépit de l augmentation de ses investissements de 3,6% ou +35,9MDH en 2010 par rapport à 2009 (1.023,9MDH contre 988MDH), la Grande Bretagne a occupé le septième rang au lieu du sixième en 2009 (2,9% du total contre 3,9% en 2009). Quant aux investissements allemands et américains, ils se sont établis respectivement à 653,7MDH et 633,8MDH en 2010 contre 710,6MDH et 734MDH en 2009, soit une baisse de 8% ou -56,9MDH pour l Allemagne et de 13,7% ou -100,2MDH pour les Etats-Unis d Amérique. A eux seuls, les huit pays précités ont été à l origine de 86,7% des recettes totales au titre des investissements directs étrangers en 2010 contre 87,3% en Balance des paiements 2010

103 RECETTES DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS AU MAROC REPARTITION PAR PAYS ANNEES En millions de dirhams PAYS France 8 645, , , , ,9 Emirats Arabes Unis 773, , , , ,6 Espagne 7 191, , , , ,6 Suisse 905, , , , ,4 Koweït 1 011, ,2 115, , ,1 Belgique* , ,3 Grande Bretagne 931, , ,1 988, ,9 Allemagne 939, , ,7 710,6 653,7 Etats Unis 863, ,7 837,8 734,0 633,8 Suède 45,7 137,1 92,3 135,0 604,1 Arabie Saoudite 329,9 636,7 510,5 258,7 584,9 Pays Bas 227,3 504,1 188,5 208,5 566,6 Egypte 84,9 65,9 154,4 60,7 291,0 Italie 334,6 864,4 767,2 561,8 263,7 Qatar 49,6 357,4 131,8 98,3 205,2 Tunisie 40,0 169,5 68,1 42,5 191,5 Maurice - - 6,9 3,8 161,7 Turquie 11,7 2,0 132,1 78,5 113,0 Syrie 14,0 10,5 0,2 0,5 102,3 Bahrein 34,5 27,0 468,2 112,3 84,5 Mauritanie 0,5 45,4 0,5-75,6 Pologne - 2,5 2,0 0,3 66,0 Luxembourg* ,3 54,0 Portugal 50,4 56,2 44,9 58,8 53,3 Liban 65,7 75,4 51,8 67,2 42,3 Finlande ,9 7,0 41,3 Slovaquie ,5 Hong-Kong 10,4 11,5 4,4 2,9 35,0 Canada 32,6 37,0 39,2 22,3 34,9 Grèce 1,5 1,8 2,1 1,2 31,3 Andorre 0,1 6,1 8,0 7,8 29,6 République de Corée ,8 29,4 Chypre 7,6 89,1 7,5 10,0 27,7 Banque Islamique de Développement - 4, ,5 Oman - 2,5 5,2 5,8 22,8 Autriche 3,4 16,9 17,9 12,7 21,6 Singapour 4,0 15,7 33,4 16,2 17,6 Panama 1,8 1,4 1,3-17,3 Japon 25,1 64,5 49,8 7,7 16,3 Guinée Equatoriale ,6 14,7 Malte - 3,0 0,8 0,1 13,1 Irlande 39,8 121,7 22,7 12,3 12,4 Jordanie 55,4 15,5 45,2 257,5 10,6 Malaisie ,5 Irak 71,3 4,2 62,9 18,5 9,7 Norvège 19,1 17,4 5,6 22,9 9,5 Lybie 7,8 16,2 239,1 12,1 9,2 Chine - 2,4 26,4 2,3 3,2 Brésil - 37,8 504,4 4,6 1,9 Gabon - 64,6 3,5 3,2 0,4 Algérie 1,1 12,4 2,7 2,6 0,3 Danemark - 27,0 65,8 0,2 0,2 Mali 15, ,1 Inde 20,2 137,2 13,7 90,0 - Pakistan 226,3 1,8 0,4 26,7 - Estonie 0,3 6,6-10,0 - Indonésie 20, ,4 - U.E.B.L** 2 604, , ,6 - - Hongrie 278,6 31,4 43,3 - - Autres Pays 71,6 77,2 57,4 72,7 72,7 TOTAL , , , , ,3 * Le chiffre correspondant, de 2006 à 2008, est affecté à l'u.e.b.l ** Le chiffre correspondant,à partir de 2009 est affecté séparément à la Belgique et au Luxembourg 103 Office des Changes

104 104 4 /- Répartition des investissements directs étrangers par secteur d activité : La ventilation sectorielle des investissements directs étrangers s est caractérisée, au titre de l année 2010, par la prédominance de cinq principaux secteurs représentant 83,9% du total contre 90,8% en Ces secteurs sont respectivement, les télécommunications (25%), l immobilier (20,7%), l industrie (13,6%), la banque (13%) et le tourisme (11,6%). Le secteur des télécommunications a attiré en 2010 des investissements directs étrangers d un montant de 8.754,2MDH contre 5.340,7MDH en 2009, en accroissement de 63,9% ou ,5MDH. Leur part dans le total des recettes au titre des investissements directs étrangers a progressé de 3,8 points, passant de 21,2% en 2009 à 25% en Ce secteur a occupé le premier rang au lieu du troisième en Les investissements directs étrangers effectués dans le secteur de l immobilier ont enregistré une hausse de 30,9% ou ,8MDH : 7.268,4MDH en 2010 contre 5.554,6MDH en En revanche, la part de ce secteur dans le total des recettes a baissé à 20,7% contre 22% en En ce qui concerne les investissements directs étrangers réalisés dans le secteur de l industrie, ils ont enregistré une augmentation importante de 75,1% ou ,2MDH en 2010, atteignant 4.772,1MDH contre 2.724,9MDH en Leur part s est établie à 13,6% du total des investissements directs étrangers contre 10,8% un an auparavant. Le secteur bancaire, classé en quatrième position, a drainé des recettes de 4.562,7MDH contre 6.444,8MDH en 2009, en régression de 29,2% ou ,1MDH. Parallèlement, sa part dans le total s est inscrite en baisse de 12,5 points en 2010, pour s établir à 13% contre 25,5% en 2009 Quant aux investissements directs étrangers réalisés dans le secteur du tourisme, ils se sont accrus de 41,3% ou ,2MDH en 2010 : 4.058,9MDH contre 2.872,7MDH en Leur part dans le total des investissements directs étrangers s est pratiquement maintenue au même niveau (11,6% contre 11,4% en 2009). Balance des paiements 2010

105 105 RECETTES DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS AU MAROC REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE ANNEES En millions de dirhams SECTEURS Télécommunications 27, ,9 230, , ,2 Immobilier 4 116, , , , ,4 Industrie 8 972, , , , ,1 Banque 1 463, , , , ,7 Tourisme 7 828, , , , ,9 Commerce 1 046,6 343,7 179,7 180, ,0 Holding 147,4 847, ,2 171,2 961,2 Energie et Mines 100, , ,4 155,0 754,0 Transports 56, ,5 175,9 379,2 593,5 Grands Travaux 34,4 532,1 252,3 112,1 424,1 Assurances 1 455,6 21,4 200,7 451,6 206,6 Etudes ,7 67,2 Agriculture 24,2 33,0 27,0 25,6 60,6 Pêche - 3,7 21,6 0,8 21,2 Autres Services 684, , ,6 785, ,4 Divers 112,2 127,9 34,0 40,4 53,2 TOTAL , , , , ,3 5 / Répartition des investissements directs étrangers par secteur d activité selon la Nomenclature Marocaine des Activités : Durant l année 2010, cinq secteurs d activité ont représenté 87,8% des recettes totales au titre des investissements directs étrangers. Il s agit en l occurrence des secteurs de l information et communication (25,2%), des activités immobilières (20,7%), des activités financières et d assurance (16,8%), des industries manufacturières (13,6%) et de l hébergement et restauration (11,5%). Les investissements directs étrangers réalisés dans le secteur information et communication se sont établis à 8.839,8MDH et ont représenté 25,2% des recettes totales au titre des investissements directs étrangers. L importance de ce secteur s explique par la prépondérance des opérations d investissement direct effectuées dans les télécommunications qui ont totalisé 8.754,2MDH, soit 99% des recettes au titre des investissements directs effectués dans le secteur information et communication. S agissant des investissements directs réalisés dans le secteur de l immobilier, ils ont atteint 7.268,4MDH en 2010 ou 20,7% du total des recettes au titre des investissements directs. Les activités financières et d assurance sont intervenues à hauteur de 16,8% dans le total des investissements directs étrangers (5.910,2MDH). Ces investissements ont été effectués principalement dans les activités des services financiers (y compris les sociétés holdings) qui ont attiré 96,3% (5.693,1MDH) des investissements directs étrangers effectués dans le secteur activités financières et d assurance. Les industries manufacturières ont occupé le quatrième rang dans la structure des investissements directs par secteur. La part de ces industries dans le total des recettes au titre des investissements directs étrangers s est située à 13,6%, soit 4.758,7MDH en La ventilation des investissements directs réalisés dans le secteur des industries manufacturières laisse apparaître la prépondérance de : Office des Changes

106 106 - l activité de fabrication d autres produits minéraux non métalliques (cimenteries essentiellement) qui ont occupé le premier rang à hauteur de 29,1% ou 1.383,6MDH ; - l industrie automobile classée au deuxième rang avec une part de 14% ou 664,2MDH; - l activité de cokéfaction et de raffinage située en troisième position avec 11,8% ou 562,3MDH. Les recettes au titre investissements directs étrangers réalisées dans le secteur hébergement et restauration se sont établies 4.014,2MDH et ont constitué 11,5% des recettes totales. Ce secteur s est caractérisé par l importance des opérations d investissement direct réalisées dans l hébergement qui ont engendré des recettes de 3.987,1MDH, soit 99,3% du total des recettes générées par le secteur hébergement et restauration. Balance des paiements 2010

107 107 RECETTES DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS AU MAROC REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE SELON LA NOMENCLATURE MAROCAINE DES ACTIVITES ANNEE 2010 En millions de dirhams SECTEURS MDH % Agriculture, sylviculture et pêche 81,9 0,3 Culture et production animale, chasse et services annexes 60,3 0,2 Pêche et aquaculture 21,6 0,1 Industries extractives 116,0 0,3 Extraction de minerais métalliques 113,9 0,3 Autres industries extractives 2,1 - Industries manufacturières 4 758,7 13,6 Industries alimentaires 289,0 0,8 Fabrication de boissons 241,7 0,7 Industrie du tabac 157,6 0,4 Fabrication de Textiles 91,5 0,3 Industrie de l'habillement 53,7 0,2 Industrie du cuir et de la chaussure 31,4 0,1 Industrie du bois 8,5 - Industrie du papier et du carton 44,8 0,1 Imprimerie et reproduction d'enregistrement 26,7 0,1 Cokéfaction et raffinage 562,3 1,6 Industrie chimique 63,5 0,2 Industrie pharmaceutique 210,8 0,6 Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique 31,8 0,1 Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques 1 383,6 3,9 Industries métallurgiques 101,6 0,3 Fabrication de produits métalliques, à l'exception des machines et des équipements 165,1 0,5 Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques 181,0 0,5 Fabrication d'équipements électriques 164,0 0,5 Fabrication de machines et équipements 56,3 0,2 Industrie automobile 664,2 1,9 Fabrication d'autres matériels de transport 78,9 0,2 Fabrication de meubles 1,4 - Autres industries manufacturières 66,4 0,2 Réparation et installation de machines et d'équipements 82,9 0,2 Electricité, gaz, vapeur et air conditionné 638,1 1,8 Eau, assainissement, gestion des déchets et dépollution 143,4 0,3 Captage, traitement et distribution d'eau 78,2 0,2 Collecte et traitement des eaux usées 50,3 0,1 Collecte, traitement et élimination des déchets ; récupération 11,8 - Dépollution et autres services de gestion des déchets 3,1 - Construction 486,5 1,4 Construction de bâtiments 67,8 0,2 Génie civil 418,4 1,2 Travaux de construction spécialisés 0,3 - Commerce, réparation d'automobiles et de motocycles 1 212,9 3,4 Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles 284,0 0,8 Commerce de gros 637,2 1,8 Commerce de détail 291,7 0,8 Transports et entreposage 620,8 1,8 Transports terrestres et transports par conduites 411,8 1,2 Transports par eau 14,6 - Transports aériens 167,2 0,5 Entreposage et services auxiliaires des transports 27,2 0,1 Hébergement et restauration 4 014,2 11,5 Hébergement 3 987,1 11,4 Restauration 27,1 0,1 Information et communication 8 839,8 25,2 Édition 2,2 - Programmation et diffusion 7,3 - Télécommunications 8 754,2 25,0 Programmation, conseil et autres activités informatiques 74,6 0,2 Services d'information 1,5 - Activités financières et d'assurance 5 910,2 16,8 Activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite dont activités des sociétés holdings 5 693,1 16,2 Assurance 206,6 0,6 Activités auxiliaires de services financiers et d'assurance 10,5 - Activités immobilières 7 268,4 20,7 Activités spécialisées, scientifiques et techniques 485,2 1,4 Activités juridiques et comptables 29,6 0,1 Activités des sièges sociaux et conseils de gestion 47,6 0,1 Activités d'architecture, d'ingénierie, de contrôle et analyses tehniques 348,5 1,0 Publicité et étude de marché 30,3 0,1 Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques 29,2 0,1 Autres services 439,6 1,3 Autres secteurs 52,6 0,2 TOTAL ,3 100,0 Office des Changes

108 108 Balance des paiements 2010

109 109 DEPENSES DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS Office des Changes

110 110 Balance des paiements 2010

111 111 DEPENSES DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS 1 / Evolution des dépenses au titre des investissements et prêts privés étrangers : En 2010, les dépenses au titre des cessions d investissements et de remboursements de prêts privés étrangers se sont accrues de 89,2% ou ,5MDH, atteignant MDH contre ,5MDH en Cette expansion est imputable essentiellement aux cessions d investissements directs qui se sont inscrites en hausse de ,3MDH (21.820,9MDH contre 9.524,6MDH en 2009) et dans une moindre mesure aux remboursements de prêts privés qui ont augmenté de 31,8% ou +155,6MDH (645,2MDH contre 489.6MDH en 2009). En revanche, les cessions au titre des investissements de portefeuille ont régressé de 26,8% ou -813,4MDH portant sur 2.216,9MDH contre 3.030,3MDH en EVOLUTION DES DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS ANNEES Nature d'opération En millions de dirhams Evolution MDH % Cessions d'investissements directs 4 525, , , , , ,3 - Cessions d'investissements de portefeuille 6 009, , , , ,9-813,4-26,8 Remboursements de prêts privés 4 987, , ,7 489,6 645,2 +155,6 +31, TOTAL , , , , , ,5 +89,2 2 / Répartition des dépenses au titre des investissements et prêts privés étrangers par nature d opération: La structure des dépenses au titre des investissements et prêts privés étrangers par nature d opération s est caractérisée, à l instar des années précédentes, par la prééminence des cessions d investissements directs qui sont intervenues à hauteur de 88,4% dans les dépenses totales (73% en 2009), suivies des cessions d investissements de portefeuille à raison de 9% (23,2% en 2009) et des remboursements de prêts privés étrangers à concurrence de 2,6% (3,8% en 2009). Nature d'opération DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION ANNEES En millions de dirhams 2010 MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % Cessions d'investissements directs 4 525,9 29, ,6 66, ,2 60, ,6 73, ,9 88,4 Cessions d'investissements de portefeuille 6 009,2 38, ,8 16, ,8 26, ,3 23, ,9 9,0 Remboursements de prêts privés 4 987,4 32, ,2 17, ,7 13,9 489,6 3,8 645,2 2,6 TOTAL ,5 100, ,6 100, ,7 100, ,5 100, ,0 100,0 Office des Changes

112 112 DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS AU MAROC 1 / Evolution des dépenses au titre des investissements directs étrangers : Les dépenses au titre des investissements directs se sont inscrites en hausse de ,3MDH, se situant en 2010 à ,9MDH contre 9.524,6MDH en Ces dépenses ont porté principalement sur les cessions en capital social qui ont marqué une forte augmentation, passant de 2.083,1MDH en 2009 à ,5MDH en En revanche, les autre capitaux (remboursements de prêts apparentés et d avances en compte courant d associés) ont enregistré une baisse de 40,8% ou ,1MDH s établissant en 2010 à 4.404,4MDH contre 7.441,5MDH. EVOLUTION DES DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS ANNEES Nature d'opération En millions de dirhams Evolution MDH % Capital social 796, , , , , ,4 - Autres capitaux 3 729, , , , , ,1-40, TOTAL 4 525, , , , , ,3-2 / Répartition des investissements directs étrangers par nature d opération : La Répartition des dépenses au titre des investissements directs étrangers par nature d opération laisse apparaître la prépondérance des dépenses au titre des opérations en capital social qui ont représenté 79,8% du total en 2010 contre 21,9% en Quant aux dépenses liées aux autres capitaux, elles sont intervenues à raison de 20,2% dans le total contre 78,1% en Nature d'opération DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION ANNEES En millions de dirhams 2010 MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % MDH Part % Capital social 796,3 17, ,1 51, ,0 60, ,1 21, ,5 79,8 Autres capitaux 3 729,6 82, ,5 48, ,2 39, ,5 78, ,4 20,2 TOTAL 4 525,9 100, ,6 100, ,2 100, ,6 100, ,9 100,0 3 / Répartition des dépenses au titre des investissements directs étrangers par pays de destination La répartition des dépenses au titre des investissements directs étrangers par pays fait apparaître la prééminence des cessions d investissements directs réalisées par l Espagne, le Portugal et dans une moindre mesure les Etats-Unis et la France. Balance des paiements 2010

113 Les dépenses relatives aux désinvestissements espagnols sont intervenues, à concurrence de 52,2% dans les dépenses totales au titre des investissements directs étrangers contre seulement 8,1% en Ces dépenses ont connu une forte expansion, s élevant à ,8MDH en 2010 contre 767,2MDH en De leur côté, les cessions d investissements directs du Portugal ont fortement progressé, passant à 4.353,6MDH contre 240,6MDH en 2009, soit MDH. Ces cessions ont représenté 20% du total des dépenses au titre des investissements directs étrangers en 2010 contre 2,5% en S agissant des cessions d investissements directs des Etats-Unis, elles ont enregistré une baisse de 4,3% ou -85,2MDH, se situant ainsi à 1.917,5MDH contre 2.002,7MDH en Leur part dans les dépenses totales s est établie à 8,8% contre 21%. Les désinvestissements effectués par la France en 2010 ont reculé de 30,7% ou -814,2MDH, totalisant 1.835,9MDH contre 2.650,1MDH en Leur part dans le total des dépenses au titre des investissements directs a baissé à 8,4% contre 27,8% en Quant aux cessions d investissements directs de la Grande Bretagne, elles ont atteint 1.040,3MDH en 2010 contre 307MDH en 2009, soit +733,3MDH. Les désinvestissements de la Grande Bretagne ont vu leur part passer à 4,8% contre 3,2%. S agissant des désinvestissements suisses, ils ont enregistré une régression significative de 86,5% ou -991,6MDH (154,2MDH contre 1.145,9MDH), leur part dans le total qui était de 12% en 2009 a reculé à 0,7% en Office des Changes

114 114 DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS REPARTITION PAR PAYS ET ORGANISME FINANCIER ANNEES En millions de dirhams PAYS/ORGANISMES FINANCIERS Espagne 280, ,0 696,5 767, ,8 Portugal - 22,4 105,9 240, ,6 Etats-Unis 52,4 348,9 374, , ,5 France 2 952, , , , ,9 Grande Bretagne 270,2 719,2 116,5 307, ,3 Belgique* ,6 553,4 Koweït 20,5 15,8-18,8 167,4 Suisse 41,1 56,6 154, ,8 154,2 Arabie Saoudite 39,5 11,3 960,3 90,7 89,9 Emirats Arabes Unis 47,6 464, ,1 14,5 73,1 Allemagne 23,6 766,1 250,3 77,4 47,6 Italie 6,0 737,3 67,6 25,3 46,7 Pays Bas 113,4 11,4 40,9 43,6 44,1 Autriche - 1,0-0,2 17,5 Liban 1,0 9,0 7,3 0,5 16,1 Tunisie - 90,3 8,0 6,4 15,9 République Tchèque ,1 Turquie 0,3-16,5 34,0 2,2 Luxembourg* ,7 2,0 Irlande - 3,2 3,3 15,9 2,0 Russie ,7-1,2 Norvège ,7-0,8 Chypre 11,7 29, ,7 Canada - 4,1 1,4 19,6 0,6 Suède 228,1 2,3 0, ,7 0,4 Hongrie - 51,6-22,3 0,4 Bahrein 46,2 87,6-12,1 - Japon - 186,7 103,2 0,1 - U.E.B.L** 298,6 266,8 269,8 - - Iraq 11,5 180,8 4,4 - - Maurice - 47, Banque Européenne d'investissement 18,0 24, Autres pays 62,6 46,7 45,7 20,8 27,5 TOTAL 4 525, , , , ,9 * Le chiffre correspondant, de 2006 à 2008, est affecté à l'u.e.b.l ** Le chiffre correspondant, à partir de 2009, est affecté séparément à la Belgique et au Luxembourg 4 / Répartition des dépenses au titre des investissements directs étrangers par secteur d activité : La ventilation sectorielle des cessions d investissements directs étrangers s est caractérisée en 2010 par l importance de trois secteurs qui ont représenté 84,8% des dépenses totales au titre des investissements directs étrangers contre 65,9% en Il s agit des secteurs des télécommunications, de la banque et de l énergie et mines. Les désinvestissements du secteur des télécommunications ont atteint 8.636,5MDH contre 1.832,7MDH en 2009, ce qui représente 39,6% du total des dépenses au titre des investissements directs étrangers contre 19,2% un an auparavant. Le secteur de la banque a également fait l objet de plusieurs opérations de désinvestissement qui ont totalisé 6.870,2MDH en 2010 contre seulement 1,7MDH en 2009, enregistrant ainsi une forte hausse de 6.868,5MDH. Leur part dans le total des dépenses insignifiante en 2009, s est élevé à de 31,5% en Les désinvestissements enregistrés dans le secteur de l énergie et mines ont baissé de 32,4% ou ,7MDH : 3.000,7MDH en 2010 contre 4.440,4MDH en Ils ont représenté ainsi 13,8% du total des dépenses contre 46,6% en Balance des paiements 2010

115 115 Les cessions d investissements directs effectués dans le secteur de l immobilier ont diminué de 7,7% ou -80,8MDH en 2010, se situant à 966,3MDH contre 1.047,1MDH en Ces cessions sont intervenues à hauteur de 4,4% dans le total des dépenses au titre des investissements directs étrangers en 2010 contre 11% en L année 2010 a été également marquée par des opérations de désinvestissements imputables au secteur des assurances de 533,6MDH, soit 2,4% du total alors qu en 2008 et 2009, ce secteur n a pas enregistré de telles opérations. DEPENSES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE ANNEES En millions de dirhams Secteur Télécommunications 2 426, , , , ,5 Banque 46,9 704,8-1, ,2 Energie et Mines 43,2 494,5 9, , ,7 Immobilier 182, , , ,1 966,3 Assurances 85,4 52, ,6 Industrie 1 071, ,6 718,3 544,6 494,7 Holding 11,3 290, ,2 42,9 352,0 Commerce 290, ,0 293,4 117,9 269,9 Tourisme 163, ,8 541,8 603,7 171,7 Grands travaux 41,4 17,8 22,9 27,1 79,9 Transports 79,0 10,2 734,3 279,2 78,3 Agriculture - 11,0 33,6 3,0 21,9 Pêche 4,3-29,4-13,6 Etudes ,8 3,5 Autres services 74,4 395,0 454,4 569,0 323,8 Divers 5,7 8,6 23,5 13,5 4,3 TOTAL 4 525, , , , ,9 5 / Répartition des dépenses au titre des investissements directs étrangers par secteur d activité selon la Nomenclature Marocaine des Activités : Au cours de l année 2010, trois secteurs d activité ont enregistré l essentiel des cessions d investissements directs avec 89,1% du total. Il s agit des secteurs de l information et communication (39,7%), des activités financières et d assurances (35,6%) et de la production et distribution de l électricité, gaz, vapeur et air conditionné (13,8%). Les cessions d investissements directs étrangers réalisées dans le secteur information et communication se sont établies à 8.655MDH et ont représenté 39,7% des dépenses totales au titre des investissements directs étrangers. La prépondérance des désinvestissements dans ce secteur est imputable aux opérations effectués dans les télécommunications qui se sont chiffrées à 8.636,5MDH en 2010, soit 99,8% des désinvestissements effectués dans le secteur information et communication. Quant aux activités financières et d assurances, les désinvestissements y afférents se sont chiffrés à 7.755,8MDH en 2010, avec une part de 35,6% des dépenses totales au titre des investissements directs étrangers. Les désinvestissements au titre des activités des services financiers (dont les activités des sociétés holdings) interviennent à hauteur de 93,1% ou 7.222,2MDH. Les désinvestissements du secteur des assurances se sont établis à 533,6MDH ou 6,9% du total des cessions au titre du secteur activités financières er d assurances. Office des Changes

116 116 Les désinvestissements relatifs au secteur de la production et distribution de l électricité, gaz, vapeur et air conditionné se sont élevés en 2010 à 2.999,4MDH et ont constitué 13,8% des dépenses totales au titre des investissements directs étrangers. Balance des paiements 2010

117 117 DEPENSES DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS AU MAROC REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE SELON LA NOMENCLATURE MAROCAINE DES ACTIVITES ANNEE 2010 En millions de dirhams SECTEURS MDH % Agriculture, sylviculture et pêche 35,8 0,2 Culture et production animale, chasse et services annexes 21,9 0,1 Pêche et aquaculture 13,9 0,1 Industries extractives 3,7 - Autres industries extractives 3,7 - Industries manufacturières 490,2 2,2 Industries alimentaires 35,0 0,2 Fabrication de boissons 1,1 - Fabrication de Textiles 26,4 0,1 Industrie de l'habillement 9,5 - Industrie du bois 5,0 - Industrie du papier et du carton 12,2 0,1 Industrie chimique 4,3 - Industrie pharmaceutique 26,4 0,1 Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique 7,6 - Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques 77,1 0,4 Industries métallurgiques 21,0 0,1 Fabrication de produits métalliques, à l'exception des machines et des équipements 36,7 0,2 Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques 19,6 0,1 Fabrication d'équipements électriques 7,0 - Fabrication de machines et équipements 3,3 - Industrie automobile 181,3 0,8 Fabrication d'autres matériels de transport 0,5 - Autres industries manufacturières 13,6 0,1 Réparation et installation de machines et d'équipements 2,6 - Electricité, gaz, vapeur et air conditionné 2 999,4 13,8 Eau, assainissement, gestion des déchets et dépollution 4,9 - Captage, traitement et distribution d'eau 1,8 - Collecte, traitement et élimination des déchets ; récupération 3,1 - Construction 209,6 1,0 Construction de bâtiments 6,2 - Génie civil 169,0 0,8 Travaux de construction spécialisés 34,4 0,2 Commerce, réparation d'automobiles et de motocycles 265,3 1,2 Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles 62,7 0,3 Commerce de gros 196,9 0,9 Commerce de détail 5,7 - Transports et entreposage 83,9 0,3 Transports terrestres et transports par conduites 51,4 0,2 Transports par eau 23,4 0,1 Entreposage et services auxiliaires des transports 3,6 - Activités de poste et de courrier 5,5 - Hébergement et restauration 167,3 0,8 Hébergement 166,2 0,8 Restauration 1,1 - Information et communication 8 655,0 39,7 Télécommunications 8 636,5 39,6 Programmation, conseil et autres activités informatiques 18,5 0,1 Activités financières et d'assurance 7 755,8 35,6 Activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite dont activités des sociétés holdings 7 222,2 33,1 Assurance 533,6 2,5 Activités immobilières 966,3 4,4 Activités spécialisées, scientifiques et techniques 92,7 0,4 Activités juridiques et comptables 4,2 - Activités des sièges sociaux et conseils de gestion 3,6 - Activités d'architecture, d'ingénierie, de contrôle et analyses tehniques 19,9 0,1 Publicité et étude de marché 61,3 0,3 Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques 3,7 - Autres services 86,6 0,4 Autres secteurs 4,4 - TOTAL ,9 100,0 Office des Changes

118 118 Balance des paiements 2010

119 119 INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS DANS LA BALANCE DES PAIEMENTS Office des Changes

120 120 Balance des paiements 2010

121 121 1 / Recettes des investissements et prêts privés étrangers et solde du compte courant : Durant l année 2010, le compte des transactions courantes de la balance des paiements, a enregistré un déficit de ,9MDH contre ,9MDH une année auparavant. Ce déficit a été financé à hauteur de 87,4% par les recettes au titre des investissements et prêts prives étrangers qui se sont établies à ,3MDH. RECETTES DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS ET SOLDE DU COMPTE COURANT ANNEES En millions de dirhams Recettes des investissements étrangers , , , , ,3 Solde du compte courant ,5-411, , , ,9 Rapport du solde du compte courant aux investissements étrangers (%) 41,5-1,0-101,8-128,1-87,4 2 / Recettes des investissements et prêts privés étrangers et formation brute de capital fixe : En 2010, les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers ont représenté 16,8% de la formation brute de capital fixe contre 13,8% en 2009, en amélioration de 3 points. Cette part n a pas sensiblement varié par rapport à la moyenne des années RECETTES DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS ET FORMATION BRUTE DE CAPITAL FIXE ANNEES En millions de dirhams Investissements étrangers , , , , ,3 Formation brute de capital fixe* Investissements étrangers par rapport à la FBCF (%) 18,4 21,5 15,5 13,8 16,8 *Source: Haut Commissariat au Plan 3 / Recettes nettes au titre des investissements et prêts privés étrangers : Les recettes nettes au titre des investissements et prêts privés étrangers ont totalisé 5.014,7MDH en 2010 contre 8.421,1MDH en 2009, enregistrant ainsi une baisse de 40,5% ou ,4MDH. Leur part s est située à 12,8% des recettes brutes en 2010 contre 27% en 2009, en baisse de 14,3 points. Ce résultat est dû à l accroissement des dépenses au titre des opérations de désinvestissements et des remboursements de prêts privés à hauteur de 89,2% ou ,5MDH (24.683MDH contre ,5MDH en 2009) et ce, en dépit de la hausse Office des Changes

122 En millions de dirhams 122 des recettes brutes de 26,2% ou ,3MDH (39.281,3MDH en 2010 contre MDH). RECETTES NETTES AU TITRE DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS ANNEES En millions de dirhams Recettes Brutes , , , , ,3 Dépenses , , , , ,6 Transferts au titre des opérations de désinvestissements et de remboursements de prêts , , , , ,0 Transferts au titre des revenus* 5 979, , , , ,6 Recettes Nettes 8 452, , , , ,7 Recettes nettes par rapport aux recettes brutes (%) 28,2 32,3 39,2 27,0 12,8 *Non compris les revenus réinvestis EVOLUTION DES RECETTES BRUTES ET NETTES DES INVESTISSEMENTS ET PRETS PRIVES ETRANGERS Recettes brutes Recettes nettes Balance des paiements 2010

123 123 INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L ETRANGER Office des Changes

124 124 Balance des paiements 2010

125 125 INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L ETRANGER 1 / Evolution des transferts au titre des investissements marocains à l étranger : En 2010, les transferts effectués au titre des investissements marocains à l étranger se sont inscrits en hausse de 34,3% ou ,4MDH, se situant à 6.626,5MDH contre 4.933,1MDH en Cette hausse a été relevée aussi bien au niveau des investissements directs +30,7% ou ,7MDH, que des investissements de portefeuille, soit +47,2% ou +516,7MDH. EVOLUTION DES INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L'ETRANGER NATURE D'OPERATION En millions de dirhams EVOLUTION MDH % Investissements Directs 3 838, , ,7 +30,7 Investissements de Portefeuille 1 094, ,9 +516,7 +47,2 TOTAL 4 933, , ,4 +34,3 2 / Répartition des investissements et prêts privés marocains à l étranger par nature d opération : La ventilation des investissements marocains à l étranger par nature d opération fait ressortir en 2010, la prépondérance des investissements directs avec une part de 75,7% du total contre 77,8% en 2009 : 5.015,6MDH contre 3.838,9MDH, soit +30,7% ou ,7MDH. Les investissements de portefeuille ont aussi, enregistré une hausse par rapport à l année précédente : 1.610,9MDH contre 1.094,2MDH, spot +47,2% ou +516,7MDH. Leur part dans le total est passée de 22,2% en 2009 à 24,3% en INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION NATURE D'OPERATION MDH PART % MDH PART % Investissements Directs 3 838,9 77, ,6 75,7 Investissements de Portefeuille 1 094,2 22, ,9 24,3 TOTAL 4 933,1 100, ,5 100,0 Office des Changes

126 En millions de dirhams 126 INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION Investissements directs Investissements de portefeuille INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L ETRANGER 1 / Evolution des investissements directs marocains à l étranger : Les investissements directs marocains à l étranger ont augmenté en 2010 de 30,7% ou ,7MDH, atteignant 5.015,6MDH contre 3.838,9MDH. Cette augmentation est attribuée principalement aux transferts au titre des opérations en capital social qui sont passées de 3.756,2MDH en 2009 à 4.881MDH en 2010, marquant ainsi une progression de 29,9% ou ,8MDH. Les autres capitaux se sont, à leur tour, accrus de 62,8% ou +51,9MDH (134,6MDH en 2010 contre 82,7MDH). EVOLUTION DES INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER NATURE D'OPERATION En millions de dirhams EVOLUTION MDH % Investissements Directs : 3 838, , ,7 +30,7 Capital social 3 756, , ,8 +29,9 Autres capitaux 82,7 134,6 +51,9 +62,8 2 / Répartition des investissements directs marocains à l étranger par nature d opération : La ventilation des investissements directs marocains à l étranger par nature d opération fait ressortir la prééminence, au même titre que l année précédente, des opérations en capital social qui ont représenté 97,3% du total en 2010 contre 97,8% en Les transferts relatifs aux autres capitaux (avances en compte courant d associés et prêts apparentés), portant sur de faibles montants, ne sont intervenus que pour 2,7% contre 2,2% du total des investissements directs. Balance des paiements 2010

127 127 INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION NATURE D'OPERATION MDH PART % MDH PART % Investissements Directs : 3 838,9 100, ,6 100,0 Capital social 3 756,2 97, ,0 97,3 Autres capitaux 82,7 2,2 134,6 2,7 3 / Répartition des investissements directs marocains à l étranger par pays de destination : L analyse de la répartition des investissements directs marocains à l étranger par pays de destination montre que les pays africains ont reçu la plus grande partie desdits investissements (92,2%), suivis, de loin, des pays européens avec 7,5%. Les autres pays ne sont intervenus que pour 0,3% dans le total des investissements directs à l étranger. Le classement par pays de destination de ces investissements laisse apparaître la prééminence des investissements à destination du Mali avec 31,4% ou 1.576,5MDH. Le Gabon se situe en deuxième position avec 25,3% du total contre 4,8% en Ces deux pays, à eux seuls, ont drainé plus de la moitié des investissements directs marocains à l étranger (56,7%). Avec 11,5% du total des investissements directs à l étranger, le Congo, classé au quatrième rang, a recueilli 575,1MDH. Après avoir été classée en troisième position en 2009, la France a reculé au cinquième rang en 2010 avec une part de 5,9% contre 15,8% en 2009, en retrait de 9,9 points : 297,3MDH contre 606,5MDH. Les investissements réalisés en Côte d ivoire se sont établis à 883,8MDH contre 643,9MDH, soit + ou MDH. Leur part est passée à 17,6% contre 16,8% en Office des Changes

128 128 INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR PAYS PAYS En millions de dirhams EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % Mali 1 647,1 42, ,5 31,4-70,6-4,3 Gabon 184,4 4, ,8 25, ,4 - Côte d'ivoire 643,9 16,8 883,8 17,6 +239,9 +37,3 Congo ,1 11,5 +575,1 - France 606,5 15,8 297,3 5,9-309,2-51,0 Tunisie 184,1 4,8 196,5 3,9 +12,4 +6,7 Mauritanie 0,9-79,3 1,6 +78,4 - Suisse 23,9 0,6 30,5 0,6 +6,6 +27,6 Cameroun 16,8 0,4 25,5 0,5 +8,7 +51,8 Espagne 5,4 0,1 19,0 0,4 +13,6 - Belgique 11,3 0,3 16,0 0,3 +4,7 +41,6 Etats Unis 59,8 1,6 13,3 0,3-46,5-77,8 Sénégal 297,1 7,7 12,3 0,3-284,8-95,9 Italie - - 7,1 0,1 +7,1 - Algérie 67,4 1,8 4,2 0,1-63,2-93,8 Allemagne 0,3-3,2 0,1 +2,9 - Chypre - - 2,0 - +2,0 - Jordanie 59,5 1, ,5-100,0 Grande Bretagne 16,6 0, ,6-100,0 Autres Pays 13,9 0,4 3,2 0,1-10,7-77,0 T O T A L 3 838,9 100, ,6 100, ,7 +30,7 Balance des paiements 2010

129 129 INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR CONTINENT PAYS En millions de dirhams EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % Afrique 3 041,7 79, ,0 92, ,3 +52,0 Mali 1 647,1 42, ,5 31,4-70,6-4,3 Gabon 184,4 4, ,8 25, ,4 - Côte d'ivoire 643,9 16,8 883,8 17,6 +239,9 +37,3 Congo ,1 11,5 +575,1 - Tunisie 184,1 4,8 196,5 3,9 +12,4 +6,7 Mauritanie 0,9-79,3 1,6 +78,4 - Cameroun 16,8 0,4 25,5 0,5 +8,7 +51,8 Sénégal 297,1 7,7 12,3 0,3-284,8-95,9 Algérie 67,4 1,8 4,2 0,1-63,2-93,8 Europe 664,0 17,3 375,1 7,5-288,9-43,5 France 606,5 15,8 297,3 5,9-309,2-51,0 Suisse 23,9 0,6 30,5 0,6 +6,6 +27,6 Espagne 5,4 0,2 19,0 0,4 +13,6 - Belgique 11,3 0,3 16,0 0,3 +4,7 +41,6 Italie - - 7,1 0,2 +7,1 - Allemagne 0,3-3,2 0,1 +2,9 - Chypre - - 2,0 - +2,0 - Grande Bretagne 16,6 0, ,6-100,0 Amérique 59,8 1,6 13,3 0,3-46,5-77,8 Etats Unis 59,8 1,6 13,3 0,3-46,5-77,8 Autres continents 73,4 1,9 3,2 0,0-70,2-95,6 T O T A L 3 838,9 100, ,6 100, ,7 +30,7 4 / Répartition des investissements directs marocains à l étranger par secteur d activité: Durant l année 2010, les investissements directs marocains à l étranger ont été réalisés, à l instar de l année précédente, principalement dans deux secteurs à savoir les télécommunications et la banque. Office des Changes

130 130 Les investissements effectués dans le secteur des télécommunications se sont chiffrés à 1.971,5MDH contre 2.032,6MDH, en légère baisse de 3% ou -61,1MDH. Leur part dans le total est passée à 39,3% en 2010 contre 53% en Les investissements directs réalisés dans le secteur de la banque se sont établis à 1.593MDH contre 1.445,3MDH, en accroissement de 10,2% ou +147,7MDH. Le secteur des assurances, classé en troisième position avec 883,8MDH contre seulement 12,9MDH en 2009, a marqué une forte hausse de 870,9MDH. N ayant enregistré aucune opération d investissements en 2009, le secteur du commerce a recueilli 241MDH d investissements directs en En revanche, les investissements effectués dans les secteurs de l industrie et du holding ont accusé des baisses respectives de 21,1% (92,8MDH contre 117,6MDH) et de 96,1% (3,5MDH contre 90,2MDH). INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE SECTEURS En millions de dirhams EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % Télécommunications 2 032,6 53, ,5 39,3-61,1-3,0 Banque 1 445,3 37, ,0 31,8 +147,7 +10,2 Assurance 12,9 0,3 883,8 17,6 +870,9 - Commerce ,0 4,8 +241,0 - Industrie 117,6 3,1 92,8 1,8-24,8-21,1 Energie et Mines ,9 0,9 +47,9 - Immobilier 73,5 1,9 25,1 0,5-48,4-65,9 Transport - - 4,5 0,1 +4,5 - Grands Travaux 21,3 0,6 4,0 0,1-17,3-81,2 Holding 90,2 2,4 3,5 0,1-86,7-96,1 Autres services 28,4 0,7 140,7 2,8 +112,3 - Divers 17,1 0,4 7,8 0,2-9,3-54,4 T O T A L 3 838,9 100, ,6 100, ,7 +30,7 5 / Répartition des investissements directs marocains à l étranger par secteur d activité selon la Nomenclature Marocaine des Activités : En 2010, les investissements directs marocains à l étranger ont été réalisés essentiellement dans deux secteurs d activité, en l occurrence le secteur des activités financières et d assurance et le secteur des activités d information et communication. Balance des paiements 2010

131 Le secteur des activités financières et d assurance, constitué principalement des activités de la banque et de l assurance, a reçu 2.480,3MDH contre 1.550,7MDH, soit une augmentation de 59,9% ou +929,6MDH. Sa part dans le total est passée de 40,4% en 2009 à 49,4% en Avec une part de 39,9% du total des investissements directs marocains à l étranger en 2010 contre 53,8% en 2009, le secteur de l information et communication a recueilli 2.001,1MDH contre 2.064,6MDH, en léger repli de 3,1% ou -63,5MDH. Ce secteur est constitué principalement de l activité des télécommunications à raison de 98,5% en 2009 et 2010 (1971,5MDH contre 2032,6MDH). A eux seuls, ces deux secteurs ont attiré, à l instar de l année précédente, la quasi-totalité des investissements directs marocains à l étranger, avec une part totale de 89,3% en 2010 contre 94,2% en Les autres secteurs, se sont partagés le reliquat de 10,7% dont principalement le secteur du commerce, réparations d automobiles et de motocycles qui a drainé 199,5MDH ou 4% du total des investissements directs marocains à l étranger. 131 Office des Changes

132 132 INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE (NOMENCLATURE MAROCAINE DES ACTIVITES) En millions de dirhams SECTEURS EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % Industries extractives ,9 1,0 +47,9 - Extraction de minerais métalliques ,4 0,7 +35,4 - Autres industries extractives ,5 0,3 +12,5 - Industries manufacturières 107,7 2,8 92,9 1,9-14,8-13,7 Industries agricoles et alimentaires 3,2 0,1 17,3 0,4 +14,1 - Industrie du textile et habillement 1,3-3,1 0,1 +1,8 - Industrie du bois, édition et imprimerie 8,1 0,2 67,2 1,3 +59,1 - Industrie chimique - - 2,0 - +2,0 - Industrie pharmaceutique 69,9 1, ,9-100,0 Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques 5,4 0, ,4-100,0 Industries métallurgiques 4,1 0,1 3,0 0,1-1,1-26,8 Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques 0,6-0,3 - -0,3-50,0 Fabrication d'équipements électriques 15,1 0, ,1-100,0 Électricité, gaz, vapeur et air conditionné ,0 1,0 +52,0 - Eau, assainissement, gestion des déchets et dépollution 16,8 0,4 25,0 0,5 +8,2 +48,8 Captage, traitement et distribution d eau 16,8 0,4 25,0 0,5 +8,2 +48,8 Construction 5,0 0,1 4,0 0,1-1,0-20,0 Génie civil 5,0 0,1 4,0 0,1-1,0-20,0 Commerce, réparations d automobiles et de motocycles 3,3 0,1 199,5 4,0 +196,2 - Commerce de gros 2,2 0,1 193,0 3,9 +190,8 - Commerce de détail 1,1-6,5 0,1 +5,4 - Transports et entreposage 2,8 0,1 55,2 1,1 +52,4 - Transports terrestres et transports par conduites 2,8 0,1 4,5 0,1 +1,7 +60,7 Entreposage et services auxiliaires des transports ,7 1,0 +50,7 - Hébergement et restauration 0,6-0,3 - -0,3-50,0 Hébergement 0,6-0,3 - -0,3-50,0 Information et communication 2 064,6 53, ,1 39,9-63,5-3,1 Télécommunications 2 032,6 53, ,5 39,3-61,1-3,0 Programmation, conseil et autres activités informatiques 32,0 0,8 29,6 0,6-2,4-7,5 Activités financières et d assurance 1 550,7 40, ,3 49,4 +929,6 +59,9 Activités bancaires 1 448,7 37, ,0 31,7 +144,3 +10,0 Activités d'assurance 12,9 0,3 883,8 17,6 +870,9 - Activités des sociétés holdings 89,1 2,3 3,5 0,1-85,6-96,1 Activités immobilières 74,5 1,9 25,1 0,5-49,4-66,3 Activités spécialisées, scientifiques et techniques ,5 0,5 +24,5 - Activités des sièges sociaux et conseils de gestion - - 7,2 0,2 +7,2 - Activités d'architecture, d'ingénierie, de contrôle et analyses techniques - - 0,6 - +0,6 - Publicité et étude de marché - - 1,5 - +1,5 - Autres activités spécialisées scientifiques et techniques ,2 0,3 +15,2 - Autres Services 12,9 0,4 7,8 0,1-5,1-39,5 T O T A L 3 838,9 100, ,6 100, ,7 +30,7 Balance des paiements 2010

133 133 CESSIONS D INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L ETRANGER Office des Changes

134 134 Balance des paiements 2010

135 135 CESSIONS D INVESTISSEMENTS ET REMBOURSEMENTS DE PRETS PRIVES MAROCAINS A L ETRANGER 1 / Evolution des cessions d investissements et de remboursements de prêts privés marocains à l étranger : Au terme de l année 2010, les opérations de cessions d investissements et de remboursements de prêts privés marocains à l étranger ont enregistré une augmentation de +24,3% ou +601,3MDH, soit 3.077,9MDH en 2010 contre 2.476,6MDH une année auparavant. Ce résultat est attribué principalement aux opérations de cessions d investissements de portefeuille : +61,8% ou +600,6MDH (1.571,9MDH contre 971,3MDH). Les opérations de cessions d investissements directs, portant sur de faibles montants, n ont augmenté que de 19,6% ou +9,8MDH (59,8MDH contre 50MDH). Quant aux opérations de remboursements de prêts privés, elles sont demeurées stables (1.446,2MDH contre 1.455,3MDH). EVOLUTION DES CESSIONS D'INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L'ETRANGER NATURE D'OPERATION En millions de dirhams EVOLUTION MDH % Cession d'investissements directs 50,0 59,8 +9,8 +19,6 Cession d'investissements de portefeuille 971, ,9 +600,6 +61,8 Autres investissements 1 455, ,2-9,1-0,6 TOTAL 2 476, ,9 +601,3 +24,3 2 / Répartition des cessions d investissements et de remboursement de prêts privés marocains à l étranger par nature d opération: La ventilation par nature d opération des cessions d investissements et de remboursements de prêts privés marocains à l étranger, laisse apparaitre la prépondérance des cessions d investissements de portefeuille à hauteur de 51,1% du total, suivies des remboursements de prêts privés qui sont intervenues à raison de 47% et de cessions d investissements directs pour 1,9%. Office des Changes

136 En millions de dirhams 136 CESSIONS D'INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION NATURE D'OPERATION En millions de dirhams MDH PART % MDH PART % Cession d'investissements directs 50,0 2,0 59,8 1,9 Cession d'investissements de portefeuille 971,3 39, ,9 51,1 Autres investissements 1 455,3 58, ,2 47,0 TOTAL 2 476,6 100, ,9 100,0 CESSIONS D'INVESTISSEMENTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION Cession d'investissements directs Cession d'investissements de portefeuille Remboursement de prêts privés CESSIONS D INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L ETRANGER 1 / Evolution des cessions d investissements directs marocains à l étranger : Les cessions d investissements directs marocains à l étranger ont augmenté de 19,6% ou +9,8MDH, se situant à 59,8MDH en 2010 contre 50MDH en Les autres capitaux constitués principalement des remboursements d avances en compte courant d associés accordées aux non-résidents ont totalisé 41,8MDH en 2010, alors que l année 2009 n a enregistré aucune opération à ce titre. En revanche, les cessions d investissements en capital social ont baissé de 64% ou -32MDH (18MDH contre 50MDH). Balance des paiements 2010

137 137 EVOLUTION DES CESSIONS D'INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER NATURE D'OPERATION En millions de dirhams EVOLUTION MDH % Cession d'investissements directs : 50,0 59,8 +9,8 +19,6 Capital social 50,0 18,0-32,0-64,0 Autres capitaux - 41,8 +41,8-2 / Répartition des cessions d investissements directs marocains à l étranger par nature d opération : Les remboursements, par les non-résidents, d avances en compte courant d associés (autres capitaux) ont représenté 69,9% du total des cessions d investissements directs. Quant aux cessions d investissements en capital social, elles sont intervenues à hauteur de 30,1%. CESSIONS D'INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR NATURE D'OPERATION NATURE D'OPERATION En millions de dirhams MDH PART % MDH PART % Cession d'investissements directs 50,0 100,0 59,8 100,0 Capital social 50,0 100,0 18,0 30,1 Autres capitaux ,8 69,9 3 / Répartition des cessions d investissements directs marocains à l étranger par pays de provenance : La ventilation des cessions d investissements directs marocains à l étranger par pays de provenance montre l importance des cessions effectuées en France suivie du Congo et dans une moindre mesure de la Belgique. La part, dans le total, des cessions d investissements directs opérées en France est passée à 78,8% en 2010 contre 4% en Ces cessions se sont inscrites en hausse de 45,1MDH (47,1MDH contre 2MDH). Les cessions réalisées au Congo ont reculé de 34,5% ou -5,8MDH (11MDH en 2010 contre 16,8MDH en 2009). Leur part dans le total des cessions d investissements directs s est établie à 18,4% contre 33,6%, en diminution de 15,2 points. Office des Changes

138 138 Les cessions effectuées en Belgique se sont chiffrées en 2010 à 1,5MDH alors que l année 2009 n a enregistré aucune opération de cession d investissements directs. CESSIONS D'INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR PAYS PAYS En millions de dirhams EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % France 2,0 4,0 47,1 78,8 +45,1 - Congo 16,8 33,6 11,0 18,4-5,8-34,5 Belgique - - 1,5 2,5 +1,5 - Etats Unis - - 0,2 0,3 +0,2 - Bahamas 17,3 34, ,3-100,0 Tunisie 13,9 27, ,9-100,0 T O T A L 50,0 100,0 59,8 100,0 +9,8 +19,6 4 / Répartition des cessions d investissements directs marocains à l étranger par secteur d activité: La ventilation par secteur d activité des opérations de cession d investissements directs marocains à l étranger laisse apparaître la prépondérance des cessions effectuées dans les secteurs du holding, de l industrie et du commerce. Les cessions d investissements marocains à l étranger opérées dans le secteur du holding se sont établies à 33,7MDH contre 10,4MDH, en progression de +23,3MDH. Leur part dans le total s est située à 56,3% en 2010 contre 20,8% en Le secteur industriel, classé en deuxième position avec 20,9% contre 49,6%, a enregistré des cessions de 12,5MDH contre 24,8MDH marquant ainsi une baisse de 49,6% ou -12,3MDH. N ayant enregistré aucune cession d investissements marocains à l étranger en 2009, le secteur du commerce et de la banque ont enregistré respectivement des cessions de 8,1MDH et 4,4MDH. La part de ces deux secteurs s élève ainsi à 20,9% du total. Balance des paiements 2010

139 139 CESSIONS D'INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE En millions de dirhams SECTEURS EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % Holding 10,4 20,8 33,7 56,3 +23,3 - Industrie 24,8 49,6 12,5 20,9-12,3-49,6 Commerce - - 8,1 13,5 +8,1 - Banque - - 4,4 7,4 +4,4 - Autres services 2,0 4,0 1,0 1,7-1,0-50,0 Divers 12,8 25,6 0,1 0,2-12,7-99,2 T O T A L 50,0 100,0 59,8 100,0 +9,8 +19,6 5 / Répartition des cessions d investissements directs marocains à l étranger par secteur d activité selon la Nomenclature Marocaine des Activités : La ventilation par secteur d activité des opérations de cession d investissements directs marocains à l étranger fait ressortir la prééminence des cessions réalisées dans le secteur des activités financières et d assurance, suivi du secteur de l agriculture, sylviculture et pêche, du secteur des activités du commerce, réparations d automobiles et de motocycles et dans une moindre mesure du secteur des industries manufacturières. Les cessions d investissements effectuées dans le secteur des activités financières et d assurance ont enregistré une hausse de 21,9MDH avec une part dans le total de 65,6% en 2010 contre 34,6% en 2009 (39,2MDH contre 17,3MDH). N ayant enregistré aucune opération de cession au titre de l année 2009, le secteur de l agriculture, sylviculture et pêche, a enregistré en 2010 des cessions de 11MDH, soit 18,4% du total des cessions au titre d investissements directs marocains à l étranger. En revanche, les cessions afférentes au secteur des industries manufacturières ont accusé une baisse de 89,2% ou -12,4MDH, se situant à 1,5MDH contre 13,9MDH. Office des Changes

140 140 CESSIONS D'INVESTISSEMENTS DIRECTS MAROCAINS A L'ETRANGER REPARTITION PAR SECTEUR D'ACTIVITE (NOMENCLATURE MAROCAINE DES ACTIVITES) SECTEURS En millions de dirhams EVOLUTION MDH PART % MDH PART % MDH % Agriculture, sylviculture et pêche ,0 18,4 +11,0 - Culture et production animale, chasse et services annexes ,0 18,4 +11,0 - Industries manufacturières 13,9 27,8 1,5 2,5-12,4-89,2 Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique 13,9 27, ,9-100,0 Fabrication de meubles - - 1,5 2,5 +1,5 - Commerce, réparations d automobiles et de motocycles - - 8,1 13,5 +8,1 - Commerce de détail - - 8,1 13,5 +8,1 - Activités financières et d assurance 17,3 34,6 39,2 65,6 +21,9 - Activités bancaires - - 5,5 9,2 +5,5 - Activités d'assurance 6,9 13, ,9-100,0 Activités des sociétés holdings 10,4 20,8 33,7 56,4 +23,3 - Activités spécialisées, scientifiques et techniques 2,0 4, ,0-100,0 Activités juridiques et comptables 2,0 4, ,0-100,0 Autres Services 16,8 33, ,8-100,0 T O T A L 50,0 100,0 59,8 100,0 +9,8 +19,6 Balance des paiements 2010

141 141 OPERATIONS DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Office des Changes

142 142 Balance des paiements 2010

143 143 OPERATIONS DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE -=-=-=-=-=- Les opérations de la dette extérieure publique ont dégagé à fin 2010 un flux net positif en amélioration par rapport à 2009, amélioration due à un accroissement des tirages plus prononcé que celui de la charge globale. LES OPERATIONS FINANCIERES DU SECTEUR PUBLIC Les opérations financières du secteur public ont enregistré en 2010 un solde positif de ,3MDH contre ,7MDH en Ce résultat est imputable aux tirages qui se sont inscrits en hausse de 14,8% ou ,4MDH (32.011,5MDH contre ,1MDH) et ce, en dépit de l accroissement des remboursements en principal de 15% ou ,8MDH (10.472,2MDH contre 9.102,4MDH en 2009). A- FINANCEMENTS EXTERIEURS MOBILISES PAR LE SECTEUR PUBLIC 1 / Evolution globale Les financements d origine extérieure mobilisés par le secteur public en 2010 ont progressé de 14,8% ou ,4MDH, se situant à ,5MDH contre ,1MDH un an auparavant. Cette progression a permis d atteindre un nouveau record qui est largement supérieur à la moyenne des tirages effectués durant les années , soit ,7MDH. L examen de la répartition de ces financements par débiteur fait ressortir un accroissement des tirages effectués par le Trésor de 44,3% ou ,7MDH : ,3MDH contre ,6MDH en 2009, alors que les concours mobilisés par les établissements publics ont connu une baisse : ,2MDH contre ,5MDH en 2009, soit -19,2MDH. Les emprunts en devises ont progressé de 48% ou ,2MDH, pour se situer à ,5MDH au lieu de ,3MDH en Leur part dans le total a également progressé, atteignant 74,7% contre 57,9% un an auparavant. A l inverse, les crédits commerciaux se sont contractés à 8.103MDH, après avoir porté sur ,8MDH en 2009, en recul de -30,9% ou ,8MDH. EVOLUTION DES FINANCEMENTS EXTERIEURS MOBILISES PAR LE SECTEUR PUBLIC Millions de dirhams ANNEES Tirages , , , , ,5 Evolution (%) +8,7 +38,2 +1,8 +23,3 +14,8 Office des Changes

144 144 2 / Répartition des financements extérieurs publics par groupe de bailleurs de fonds La répartition par groupe de bailleurs de fonds fait ressortir l importance des concours mobilisés par le secteur public auprès des banques commerciales internationales et des institutions financières internationales, qui représentent ainsi 59,8% du total des tirages réalisés en Les montants mobilisés auprès de ces deux groupes, se sont établis respectivement à ,6MDH contre 1.031,3MDH et à 7.252,8MDH contre ,6MDH. Le Club de Paris vient en troisième position avec une part de 18,6% et un montant total mobilisé de 5.955,9MDH au lieu de ,5MDH en 2009, soit une baisse de -43,2% ou ,6MDH. REPARTITION DES FINANCEMENTS EXTERIEURS PAR GROUPE DE BAILLEURS DE FONDS Millions de dirhams Groupe de bailleurs de fonds Banques Commerciales 1 770, ,4 615, , ,6 Institutions internationales* 8 002, , , , ,8 Club de Paris 3 838, , , , ,9 Pays et Fonds arabes 2 432, , , , ,2 Autres pays 25,0 68,3 326,4 494, ,0 TOTAL , , , , ,5 * Non compris le FADES et le FMA Balance des paiements 2010

145 145 Pour leur part, les pays et fonds arabes ont accordé au secteur public un montant global de 3.493,2MDH contre 4.293,7MDH en 2009, en repli de 18,6% ou -800,5MDH, leur part a baissé à 10,9% contre 15,4%. REPARTITION DES TIRAGES PAR GROUPE DE CREANCIERS Office des Changes

146 146 3 / Evolution des financements extérieurs mobilisés par principaux pays ou organismes bailleurs de fonds Les concours extérieurs mobilisés par le secteur public au titre de l année 2010 ont été consentis à concurrence de 68,1% ou ,3MDH par cinq bailleurs de fonds. Il s agit des Banques Commerciales Internationales, de la France, de la Banque Africaine de Développement "BAD", de la Banque Mondiale et du Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social "FADES". a/ Financements mobilisés auprès des Banques Commerciales internationales Les financements mobilisés par le Trésor public auprès des banques commerciales internationales ont enregistré en 2010 une forte expansion, passant à MDH contre 1.031,3MDH en Ces financements obtenus quasiment dans le cadre de l emprunt lancé par le Trésor sur le marché financier international (l équivalent d un milliard d Euros) représentent 34,9% du total des tirages effectués en b/ Financements reçus de la France Les tirages effectués auprès de la France ont connu une baisse significative de 31,8%, régressant à 3.417,7MDH après avoir atteint 5.010,2MDH en Leur part a également baissé à 10,7% contre 18%. Ces financements ont été accordés à hauteur de 55,1% ou 1.883MDH au trésor public et pour 44,9% ou 1.534,7MDH aux établissements publics. c/ Tirages effectués auprès de la "BAD" Les concours de la BAD, portant sur 2.433MDH en 2010 contre 5.071,9MDH en 2009, ont baissé de 52% ou ,9MDH. Ces concours représentent 7,6% du total des tirages effectués au lieu de 18,2% en Le trésor public a reçu 1.114,4MDH, soit 45,8% tandis que les établissements publics ont bénéficié d un montant qui s est élevé à 1.318,6MDH. d/ Tirages effectués auprès de la "BIRD" Les financements mobilisés auprès de la Banque Mondiale en 2010 ont porté sur un total de 2.258,9MDH contre 1.897,4MDH une année auparavant, en progression de 19,1%. Leur part dans le total est restée quasi-stable, se chiffrant à 7,1% contre 6,8% en Les concours de la "BIRD" ont bénéficié principalement au Trésor à hauteur de 90,8% des fonds mobilisés auprès de cette institution. e/ Concours mobilisés auprès du "FADES" Les financements obtenus en 2010 auprès du FADES ont plus que triplé, ils se sont élevés à 1.828,1MDH contre 691,8MDH en 2009, portant ainsi leur part dans le total des tirages de l année 2010 à 5,7% au lieu de 2,5% une année auparavant. Les bénéficiaires de ces concours sont les établissements et entreprises publics avec un total de 1.700,4MDH ou 93% et le Trésor public pour seulement 127,7MDH ou 7%. Balance des paiements 2010

147 147 B- LES REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL 1 / Evolution globale Les remboursements en principal de la dette extérieure publique se sont accrus de 15% ou ,8MDH comparativement à 2009 (10.472,2MDH contre 9.102,4MDH), marquant ainsi une rupture avec la tendance baissière des deux dernières années. Ces remboursements demeurent néanmoins en deçà de la moyenne enregistrée au cours de la période , qui est de ,2MDH (soit -28,8% ou MDH par rapport à cette moyenne). REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL Millions de dirhams ANNEES Remboursements en principal , , , , ,2 Evolution en % -13,3 +12,7-17,8-31,3 +15,0 Cette évolution à la hausse des remboursements est imputable aux transferts effectués aussi bien par le Trésor que par les établissements publics et banques commerciales. En effet, les remboursements en principal effectués par le Trésor ont marqué une hausse de 15,6% ou +776,1MDH, atteignant ainsi 5.753,1MDH contre 4.977MDH. Leur part dans le total s est quasiment stabilisée à 54,9% (54,7% en 2009). Parallèlement, les remboursements des établissements publics et des banques commerciales au titre de la dette extérieure publique se sont chiffrés* à 4.719,1MDH contre 4.125,4MDH en 2009, en augmentation de 14,4% ou +593,7MDH. Pour ce qui est de leur part, elle est restée relativement stable (45,1% contre 45,3% en 2009). 2 / Répartition des remboursements par groupe de créanciers Les remboursements en principal au profit des Institutions Financières Internationales ressortent à 4.252MDH contre 3.832,1MDH, soit un accroissement de 11% ou +419,9MDH. Leur part a par contre, marqué une légère baisse, passant à 40,6% contre 42,1% en Quant à la part des remboursements en principal effectués par le secteur public pour le compte du Club de Paris, elle s est chiffrée à 36% ou 3.775,2MDH, en hausse de 10% ou +343,6MDH par rapport à 2009 où ces remboursements se sont élevés à 3.431,6MDH avec une part de 37,7%. Concernant les remboursements en faveur des Pays et Fonds Arabes, ils ont totalisé un montant de 1.533,5MDH contre 1.034,1MDH un an auparavant, ce qui porte leur part à 14,6% en 2010 contre 11,4% en Les banques commerciales internationales ont bénéficié d un montant total des remboursements de 906,1MDH contre 804,6MDH en 2009 avec une part demeurée pratiquement stable d une année à l autre, soit 8,7% (8,8% en 2009). Office des Changes

148 148 REPARTITION DES REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL PAR GROUPE DE CREANCIERS GROUPES DE CREANCIERS PRINCIPAL PART PRINCIPAL PART PRINCIPAL PART MDH % MDH % MDH % Institutions financières internationales* 3 700,6 27, ,1 42, ,0 40,6 Club de Paris 3 125,1 23, ,6 37, ,2 36,0 Pays et Fonds arabes 1 039,7 7, ,1 11, ,5 14,6 Banques commerciales internationales 5 377,0 40,6 804,6 8,8 906,1 8,7 Autres pays 14,8 0, ,4 0,1 TOTAL ,2 100, ,4 100, ,2 100,0 * Non compris le FADES et le FMA C- BALANCE TIRAGES - REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL L excédent de la balance tirages-remboursements en principal observé depuis 2006, a enregistré en 2010 un nouveau record, confirmant ainsi la tendance haussière de cet excédent. En effet, le solde positif dégagé s est élevé à ,3MDH contre ,7MDH, en augmentation de 14,7% par rapport à 2009, année au cours de laquelle cet excédent a doublé en comparaison avec Cette évolution trouve son origine essentiellement dans la progression des tirages (14,8% ou ,4MDH) plus prononcée que celle enregistrée au niveau des remboursements en principal. Ainsi, le ratio des dépenses d amortissement par rapport aux tirages effectués au titre de la dette extérieure publique est resté quasi-stable : 32,6% contre 32,7% en BALANCE TIRAGES-REMBOURSEMENTS EN PRINCIPAL Millions de dirhams Années Tirages , , , , ,5 Remboursements en principal , , , , ,2 Flux net , , , , ,3 Balance des paiements 2010

149 149 EVOLUTION DE LA CHARGE GLOBALE DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE La charge globale de la dette extérieure publique a connu en 2010 une augmentation attribuable à la hausse des dépenses d amortissement accompagné d un léger allégement au niveau de la charge des intérêts. 1 / Evolution de la charge globale de la dette extérieure publique La charge globale de la dette extérieure publique a atteint ,2MDH en 2010 contre ,2MDH, en accroissement de 9,2% ou MDH par rapport à Toutefois, elle reste en dessous de la moyenne des années qui est de ,4MDH, soit -17,2% ou ,2MDH. L augmentation de la charge globale par rapport à 2009 est à attribuer aux remboursements en principal (+15% ou ,8MDH), les remboursements en intérêts ont connu, en revanche, une légère baisse, s établissant à 4.765MDH contre 4.844,8MDH en Les remboursements du Trésor public continuent à représenter plus de la moitié de la charge globale malgré que celle-ci soit en léger recul par rapport à 2009 : 52,8% ou 8.045,9MDH en 2010 contre 54,2% ou 7.565,6MDH en La part des règlements effectués par les établissements publics s est fixée à 47,2% ou 7.191,3MDH au lieu de 45,8% ou 6.381,6MDH une année auparavant. EVOLUTION DE LA CHARGE GLOBALE DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE PAR RAPPORT AUX EXPORTATIONS DE BIENS ET SERVICES ET AUX RECETTES COURANTES Millions de dirhams Charge globale de la dette extérieure publique (1) , , , , ,2 Exportations de biens et services (2) , , , , ,4 Charge globale par rapport aux exportations de biens et services en % (1) / (2) 9,7 9,3 7,0 6,6 6,0 Recettes courantes (3) , , , , Charge globale par rapport aux recettes courantes en % (1) / (3) 7,3 7,0 5,4 5,0 4,7 Le ratio de la charge de la dette extérieure publique par rapport aux exportations de biens et services continue sur sa tendance baissière constatée ces dernières années pour se situer à 6% au lieu de 6,6% en 2009, sous l effet principalement de l amélioration des exportations de biens et services de 20,5% ou ,2MDH, ( ,4MDH contre ,2MDH en 2009) comparativement à l augmentation enregistrée au niveau de la charge globale de la dette extérieure publique, (15.237,2MDH contre ,2MDH, soit +9,2% ou MDH). Parallèlement, le ratio de la charge globale de la dette extérieure publique sur les recettes courantes s est inscrit en repli en 2010, passant à 4,7% contre 5% une année auparavant. Office des Changes

150 150 Cette situation s explique par la progression des recettes courantes ( MDH contre ,1MDH, soit +16,1% ou ,9MDH), plus accentuée que celle de la charge globale de la dette extérieure publique (15.237,2MDH contre ,2MDH, soit +9,2% ou MDH). (1) Par rapport aux exportations de biens et services (2) Par rapport aux recettes courantes 2 / Répartition de la charge globale de la dette extérieure publique par groupe de bailleurs de fonds La répartition de la charge globale de la dette extérieure publique par groupe de bailleurs de fonds s est caractérisée en 2010 par l importance des remboursements effectués en faveur des Institutions Financières Internationales et du Club de Paris qui représentent respectivement 41,1% et 33,9% du total, suivis des pays et Fonds Arabes avec 15% et des banques commerciales internationales dont la part est de 9,4%. REPARTITION DE LA CHARGE DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE PAR GROUPE DE BAILLEURS DE FONDS Millions de dirhams Groupes de bailleurs de fonds Principal Intérêts Total Principal Intérêts Total Principal Intérêts Total Institutions Financières Internationales* 3 700, , , , , , , , ,9 Club de Paris 3 125, , , , , , , , ,8 Pays et Fonds Arabes 1 039,7 557, , ,1 616, , ,5 749, ,7 Banques Commerciales 5 377,0 782, ,5 804,6 533, ,9 906,1 527, ,7 Autres pays 14,8 22,1 36,9-31,9 31,9 5,4 91,7 97,1 TOTAL , , , , , , , , ,2 * Non compris le FADES et le FMA Balance des paiements 2010

151 Les remboursements au profit des Institutions Financières Internationales sont demeurés quasi-stables, totalisant 6.261,9MDH contre 6.246MDH en Leur part dans le total s est fixée à 41,1% contre 44,8%. En ce qui concerne les remboursements effectués au profit du Club de Paris, ils se sont élevés à 5.161,8MDH contre 4.681,1MDH, en accroissement de 10,3% ou +480,7MDH. Leur part est restée relativement stable (33,9% contre 33,6% en 2009). Les paiements au titre de la charge globale en faveur des pays et Fonds Arabes ont connu en 2010 une augmentation de 38,3% ou +632,4MDH (2.282,7MDH contre 1.650,3MDH en 2009), ce qui porte leur part dans le total à 15% contre 11,8% en S agissant des remboursements au profit des banques commerciales internationales, ils ont enregistré une hausse de 7,2% ou +95,8MDH (1.433,7MDH contre 1.337,9MDH) et leur part dans le total s est située à 9,4%, soit presque le même niveau que celui enregistré en 2009 (9,6%) / Flux net par groupe de bailleurs de fonds Le flux net entre les tirages mobilisés et la charge globale de la dette extérieure publique a augmenté en 2010 par rapport à 2009 de +20,4% ou ,4MDH, atteignant ,3MDH contre ,9MDH, en raison de l accroissement des tirages (+14,8% ou ,4MDH) qui a été plus important que la hausse de la charge globale de la dette extérieure publique (+9,2% ou MDH). Les banques commerciales internationales ont constitué le principal groupe de bailleurs de fonds à l origine du flux positif avec 62,2% ou ,9MDH alors qu en 2009, les tirages effectués auprès de ces banques n ont pas pu couvrir les remboursements en leur faveur. Tous les autres groupes de bailleurs de fonds ont dégagé des flux nets positifs bien qu ils soient en net repli pour les institutions financières internationales (+990,9MDH contre ,6MDH) et le Club de Paris (+794,1MDH contre ,4MDH). Office des Changes

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC -=-=-=- OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- BALANCE DES PAIEMENTS 2008 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC -=-=-=- OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- BALANCE DES PAIEMENTS 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma BALANCE DES PAIEMENTS 2005 La reproduction des informations contenues dans cette publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008 BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE Septembre 2009 SOMMAIRE Pages Introduction 5 Evolution de l environnement international et de la conjoncture nationale 6 Les échanges et les paiements extérieurs de

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Royaume du Maroc. Statistiques du commerce extérieur Guide de l utilisateur

Royaume du Maroc. Statistiques du commerce extérieur Guide de l utilisateur المملكة المغربية Royaume du Maroc Statistiques du commerce extérieur Guide de l utilisateur Décret n 02-07-885 du 8 hija 1428 (19 décembre 2007) pris pour l'application de la loi n 19-06 relative aux déclarations

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS

INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS è INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS IMEE N 09/2011 Le chiffre du mois Les recettes MRE se sont élevées à fin septembre 2011 à 44,1Milliards de dirhams contre 40,7Milliards de dirhams un an auparavant.

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années mondiales de services commerciaux 1995 1 179 milliards 2005 2 516 milliards 2014 4 872 milliards mondiales de marchandises Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2015 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Intensification de l activité dans la zone euro

Intensification de l activité dans la zone euro Patrick McGuire +41 61 28 8921 patrick.mcguire@bis.org 2. Marché bancaire Les achats de titres du secteur public ont soutenu l activité au troisième trimestre 22. Les banques de la zone déclarante BRI

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

III. Commerce des services commerciaux

III. Commerce des services commerciaux III. Commerce des services commerciaux Les exportations de services commerciaux ont augmenté de 11 pour cent. Faits saillants de l évolution en 211: vue d ensemble Données commerciales Liste des tableaux

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international -Loi n94-42 du 7 mars 1994, fixant le régime applicable à l exercice des activités

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2008-09. 5 août 2008

Résultats du 1 er trimestre 2008-09. 5 août 2008 Résultats du 1 er trimestre 2008-09 5 août 2008 Air France-KLM : faits marquants du trimestre Un résultat d exploitation largement positif malgré la forte hausse du pétrole et le ralentissement économique

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES COMPTES ANNUELS EXERCICE SOMMAIRE Sommaire 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES 5 COMPTE DE RESULTATS PRODUITS 6 COMPTE DE RESULTATS CHARGES (LISTE)

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

L établissement de la balance des paiements et de la position extérieure

L établissement de la balance des paiements et de la position extérieure d information Décembre 2015 La balance des paiements L établissement et de la position extérieure fait partie des missions de la Banque de France. Ces états statistiques s inscrivent dans un cadre méthodologique

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

LA BALANCE DES PAIEMENTS DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE LA BALANCE DES PAIEMENTS DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE RAPPORT ANNUEL 211 1 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Agence de Polynésie française 21, rue du Docteur Cassiau 98713 Papeete Tél. +689 5 65 Fax +689 5

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 30 avril 2015 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 La Banque nationale

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Principales tendances de l activité bancaire et financière internationale 1

Principales tendances de l activité bancaire et financière internationale 1 Naohiko Baba Blaise Gadanecz Patrick McGuire naohiko.baba@bis.org blaise.gadanecz@bis.org patrick.mcguire@bis.org Principales tendances de l activité bancaire et financière internationale 1 En coopération

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission UEMOA RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juillet 2002 S O M M A I R E INTITULES PAGES INTRODUCTION 05 1. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

La gestion financière. et les comptes

La gestion financière. et les comptes La gestion financière et les comptes 60 Banque de France Rapport d activité 2014 1 Le rapport sur la situation patrimoniale et les résultats Le Conseil général a arrêté les comptes de l exercice 2014 au

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 La méthodologie d élaboration des statistiques monétaires, ainsi que des séries statistiques mises à jour sont disponibles sur le site

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE 101 RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE Mai 2012 Bank of Algeria RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE SOMMAIRE INTRODUCTION... p.4 CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

Réaliser notre. potentiel. d exportation. Rapport financier trimestriel au 30 septembre 2015 Non audité

Réaliser notre. potentiel. d exportation. Rapport financier trimestriel au 30 septembre 2015 Non audité Réaliser notre potentiel d exportation Rapport financier trimestriel au 30 septembre Non audité TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE GESTION Aperçu... 3 Sommaire des résultats financiers... 4 Faits saillants

Plus en détail