Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité"

Transcription

1 Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé de l ULB Expert chargé d enseignement au CEFIAD (FUCAM), Formation «Fiscalité des successions et donations» Professeur à ICHEC-ENTREPRISES, Formation «Gestion de patrimoine» Dès qu il y a un élément d extranéité dans une succession, la question est de savoir quel Etat taxera cette succession en droits de succession. Les éléments d extranéité à envisager sont : la nationalité du défunt, la nationalité des héritiers, le lieu du décès, la résidence du défunt, la résidence des héritiers et le lieu de situation du bien. Pour les donations, les mêmes éléments peuvent être cités, autant pour le donateur que pour le donataire. 1. Nationalité des parties Le critère de nationalité n aura en principe pas d incidence sur l application des droits de succession ou des droits de donation. Ainsi, il importera peu que le défunt ou l ayant droit ou le donateur ou le donataire soit de nationalité belge, française ou autre. Il est cependant possible que certains pays (entre autres les Etats-Unis et la Suède) décident de taxer en fonction de la nationalité d une des parties. 2. Le lieu du décès Le fait que le défunt soit décédé dans tel pays, bien entendu toujours sous la réserve que ce pays décide de taxer de cette façon, ne permet pas de taxer en droits de succession les biens de ce défunt. Si le défunt devait être soumis au droit belge, il faut cependant préciser que l article 40 du Code des droits de succession indique que le délai pour le dépôt de la déclaration de succession est de 6 mois (au lieu de 5 mois), si le décès est survenu dans un pays d Europe hors Belgique et de 7 mois, si le décès est survenu hors d Europe (Europe physique et non Europe politique). 3. Résidence des héritiers ou des donataires Ce critère n est pas celui retenu par la Belgique, mais bien retenu dans divers autres pays, tels que la France, l Allemagne ou l Espagne. De tels critères, divergents du droit belge, pourront aboutir à des doubles ou même triples droits de succession, sans qu il n y ait d évitement de cette double imposition (sauf pour les deux pays avec lesquels la Belgique a signé une convention d évitement de la double imposition : la Suède et la France).

2 2 Ainsi, si un résident belge décède en laissant des stock options américains et qu il a un fils résident allemand, il y aura des droits de succession en Belgique (du fait de la résidence du défunt), en Allemagne (du fait de la résidence de l héritier) et aux Etats- Unis (du fait d un bien se trouvant aux Etats-Unis). Il importe de se rendre compte qu en matière de droits de donation, il n y a aucune convention signée entre la Belgique et un autre pays, alors qu il y a deux conventions signées en droit des successions (la France et la Suède). Ceci veut donc dire que pour la France, si dans le cadre d une succession, il n y aurait pas de double imposition, il n y aura aucun évitement d une double imposition en droits de donation, du fait d un résident donataire français. Exemple : si un résident belge donne un immeuble belge à un de ses enfants de nationalité belge, mais résident français (depuis au moins six ans dans les dix dernières années), il y aura des droits de donation qui seront dus en Belgique (parce que l immeuble est sis en Belgique) et des droits de donation dus en France (parce que le donataire est résident français). Il ne pourrait y avoir d évitement de la double imposition que si la France devrait permettre cet évitement selon son droit interne (ce qui est le cas pour un bien hors de France). Ceci est essentiel dans le cadre de donations faites par des résidents belges, qui ne se rendent pas souvent compte des implications de ce qu ils font si le donataire est résident étranger (entre autres, espagnol, français ou allemand). Il en est de même pour les droits de succession en dehors de la situation de la France (et donc plus particulièrement pour l Espagne et l Allemagne). 4. Résidence du défunt ou du donateur a. Les droits de succession et de mutation par décès - Des droits de succession sont dus en Belgique sur la valeur de tous biens meubles et immeubles, à diminuer des dettes, recueillis dans la succession d un habitant du Royaume (celui qui, au moment de son décès, a son domicile ou le siège de sa fortune en Belgique). - Des droits de mutation par décès sont dus sur la valeur des immeubles situés en Belgique et recueillis dans la succession d un non-habitant du Royaume. Jusqu il y a peu, dans les trois Régions, aucune déduction d un passif n était envisageable. Compte tenu de l arrêt de la Cour Européenne de Justice du 11 septembre 2008 condamnant la Belgique à ce propos, les Régions ont dû changer leur législation. La Région flamande a modifié sa législation par décret du 19 décembre 2008 (applicable au 10 octobre 2008), en précisant qu un passif lié à l immeuble à déclarer peut être pris en compte si le défunt est un habitant de l E.E.E. Il doit s agir de dettes spécifiquement encourues afin d acquérir ou de maintenir l immeuble concerné. Il en est de même en Région de Bruxelles-Capitale depuis le mois de septembre 2010.

3 3 La Région wallonne a aussi prévu, par son décret du 30 avril 2009 (avec application à partir du 1 er juillet 2009), que le passif admissible se bornera aux dettes se rapportant spécialement à l immeuble à déclarer, sans limiter cette règle aux habitants de l E.E.E. Ceci veut donc dire que les héritiers d un non-habitant du Royaume ne paieront jamais de droits de succession en Belgique ou des droits de mutation en Belgique, s il s agit d immeubles sis à l étranger ou de meubles ou valeurs mobilières, peu importe où ils se trouvent. - Est réputé habitant du Royaume celui qui, au moment de son décès, a établi son domicile ou le siège de sa fortune en Belgique. La nationalité du défunt importe peu. L habitant du Royaume est donc celui qui a établi en Belgique son habitation réelle et continue, celui qui a en Belgique son centre d activité, le siège de ses affaires et de ses occupations, celui qui n a pas spécialement ses biens en Belgique, mais les administre ou en surveille l administration. Ceci est une question de fait qui peut, en cas de conflit, être tranchée par un tribunal. Exemple : - Bjorn est suédois et vient travailler en Belgique durant 4 mois pour sa société. Il laisse durant cette période sa famille en Suède. Il meurt durant son séjour en Belgique. Dans cette situation, Bjorn ne peut être considéré comme étant un habitant du Royaume. Ses ayants droit ne devront donc pas payer de droits de succession en Belgique. - Luc est belge et a toujours vécu en Belgique. Venant d avoir 65 ans, il décide de vendre tous ses biens en Belgique et de s installer en Espagne, dans un appartement qu il a acheté. Deux ans plus tard, il revient en Belgique pour se faire soigner. Malheureusement, il meurt durant l opération chirurgicale. Même si le décès a eu lieu en Belgique, Luc ne peut être considéré comme un habitant du Royaume. Ses héritiers ne seront donc pas tenus de droits de succession en Belgique (ni de droits de mutation, si Luc n avait aucun immeuble en Belgique). Certaines personnes sont présumées ne pas être résidentes dans notre Royaume par certaines conventions internationales ou pratiques non contestées : il est ainsi, entre autres, des agents diplomatiques étrangers en fonction en Belgique (ambassadeurs, nonce, chargés d affaires, ) et les membres de leur famille qui ne seraient pas belges. Il faut y ajouter les membres du personnel des missions diplomatiques et leur famille, s ils ne sont pas belges et s ils n ont pas installé avant leur entrée en fonction leur domicile en Belgique. Les fonctionnaires et autres agents de l Union Européenne qui établissent leur résidence en Belgique, uniquement du fait de l exercice de leurs fonctions, sont censés ne pas avoir la qualité d habitant du Royaume, s ils avaient, avant de partir, un domicile dans un autre Etat membre. A contrario, les fonctionnaires ou agents des Communautés qui avaient leur domicile en Belgique et qui se sont installés dans un autre Etat membre du fait de leurs fonctions, restent habitants du Royaume.

4 4 - Les droits de succession sont dus sur l universalité des biens du défunt, habitant du Royaume. Ce comprend autant les immeubles (maison, étang, terrain,...) que les meubles (mobilier, liquidités, obligations,...), les créances, les brevets, les droits de propriété littéraire, artistique, industrielle ou commerciale, les actions de société, la clientèle (si elle est évaluable en argent, c est-à-dire si elle n est pas attachée exclusivement à la personne du défunt),... Il importe peu que les biens soient sis en Belgique ou à l étranger. Ainsi, il n est pas question d «oublier» le chalet en Suisse ou le mas en Provence, ainsi que les meubles et les comptes en banque, à moins que le nécessaire ait été fait à temps pour éviter légalement l impôt (par des donations). Le fait pour un habitant du Royaume de posséder des biens à l étranger pourrait cependant aboutir à une double taxation en droits de succession : celle en Belgique et une - parfois partielle - dans le pays où se trouvent les biens. Afin d éviter de telles doubles impositions, la Belgique, rappelons-le, a signé deux conventions internationales, l une avec la Suède le 18 janvier 1956 et l autre avec la France le 20 janvier A défaut de conventions internationales, c est l article 17 du Code belge des droits de succession qui prévoit une solution partielle pour éviter la double imposition : si la succession comprend des immeubles à l étranger qui font l objet d une imposition à l étranger, les droits dus en Belgique pour ces immeubles sont réduits, moyennant formalités à remplir, à concurrence de l impôt prélevé par le pays de la situation des biens (sans aller au-delà de l impôt payé en Belgique concernant l immeuble en question). b. Les droits de donation Si le donateur n est pas résident belge, une donation d immeuble belge se fera au tarif applicable dans la Région dans laquelle se trouve cet immeuble. Par contre, rien n est prévu dans la loi pour une donation de meubles. La question pourrait cependant, dans des cas fort rares, se poser : par exemple, si le donateur sait qu il va se réinstaller un an après la donation en Belgique et donc souhaite faire bénéficier à ses donataires-héritiers du taux favorable. Il devra probablement attendre son arrivée en Belgique pour pouvoir enregistrer l acte. Mais s il passe devant un notaire belge alors qu il est à l étranger, il semble qu il y ait un vide législatif sur ce point, la localisation des meubles étant un critère peu fiable. L administration a décidé d appliquer la règle du domicile fiscal du bénéficiaire et à défaut de domicile en Belgique, le lieu de l enregistrement (voy. à ce propos Rec. gén., 2005, n ).

5 5 5. Localisation du bien dévolu ou donné Ce critère est le plus régulièrement utilisé lorsqu il s agit d un immeuble dans un pays : ce pays souhaitera taxer en droits de succession ou en droits de donation le bien dévolu ou donné. Il peut également en être ainsi pour des biens mobiliers, dans certains pays (la France dans les limites de la Convention franco-belge de 1959 pour les droits de succession l Allemagne, les Pays-Bas, les Etats-Unis, etc.). Pour la Belgique, nous avons vu cette question au point 4 a). 6. Cas spécifique : taxation en droits de donation en France a. Donation faite par un donateur à un donataire, tous deux résidents français Si le donateur et le donataire sont tous deux résidents français, il est évident que les règles françaises sur les droits de donation seront totalement applicables. Ceci veut dire que les dons réalisés seront taxables, en l occurrence les donations notariées, les donations indirectes et les donations déguisées. En ce qui concerne les dons manuels, ils deviendront taxables uniquement dans quatre situations limitativement énumérées par l article 757 du Code Général des Impôts : un jugement qui constate le don ; une révélation à l administration fiscale par son bénéficiaire ; le bénéficiaire du don manuel hérite du donateur ou reçoit de lui une nouvelle donation, cette fois sous forme notariée ; déclaration volontaire du don par le bénéficiaire. Dans ce cas, le fait générateur de la taxation est la reconnaissance, la révélation, le décès du donateur ou la nouvelle donation ou la déclaration volontaire, même si le don manuel remonte à une date antérieure (sans aucune limite de temps). b. Donation faite par un donateur résident français à un donataire non résident français Dans ce cas-là, la situation est identique à la solution vue ci-avant. c. Donation faite par un donateur résident hors de France à un donataire résident ou non en France Dans cette situation, il résulte de l article 750ter, 2 du Code Général des Impôts que les droits de donation sont dus en France, à raison seulement des biens situés en France.

6 6 Il résulte également de l article 750ter, 3 du Code Général des Impôts que les droits de donation frappent les biens étrangers, si le donataire est un résident français. Depuis la Loi de Finance pour 1999, les biens situés hors de France sont également imposables en France lorsque le donataire est résident français, mais seulement s il a eu son domicile fiscal en France pendant au moins six années au cours des dix dernières années précédant celle au cours de laquelle il reçoit les biens. Ceci veut donc dire que si le donataire n est pas résident français, il n y aura aucune taxation en France, tant que les parties ne reviennent pas en France (voir infra), et ce sans aucun délai d attente entre la sortie de France et la donation. d. Retour du donataire en France après la donation Si le donataire, qui a reçu une donation manuelle, sans être un résident français, et qui n a donc pas payé de droits en France, revient dans son pays et entre dans un des quatre cas précités ci-avant pour la taxation d un don manuel, les droits seront dus. En effet, comme dit ci-avant, le fait générateur de la taxation d un don manuel n est pas la donation, mais les quatre éléments permettant à l administration fiscale de connaître cette donation. Ceci ne vaut cependant pas pour un don qui ne serait pas manuel, c est-à-dire un don notarié. Une donation faite aux Pays-Bas devant notaire ou en Belgique faite devant notaire sont toutes deux des donations notariées. Dans aucune de ces deux situations, nous ne pouvons parler de dons manuels. La seule différence entre les deux situations est que si la donation est enregistrée en Belgique, des droits de donation seront dus en Belgique, tandis que si elle est enregistrée aux Pays-Bas, le droit hollandais ne prévoit pas de taxation si le donateur n est pas résident hollandais depuis dix ans. Dès lors, s il y a une donation notariée qui est réalisée, le retour en France du donataire n entraînera pas de droits de donation en France. Il faut cependant éviter de rentrer trop vite en France après un départ, car l abus de droit ou la simulation pourrait être soulevée en France. Ceci veut également dire que si le donateur devait revenir en France, en même temps que le donataire et qu il n y a pas eu de don notarié, il devrait être à conseiller de faire une déclaration n 2735 dès le retour du donataire en France, afin que cette déclaration fasse éviter les droits de donation (si par hypothèse, le donataire n a pas été domicilié six années en France dans les dix dernières années).

7 7 e. Le donateur revient en France et décède en étant résident français Dans ce cas-là, outre les questions vues ci-dessus (taxation des dons manuels, nontaxation des dons notariés), il faut débattre du rappel fiscal. Cette question ne se pose que si le donateur décède en étant résident français. S il décède en étant hors de France, la question ne se posera pas. Lorsque des donations ont été consenties par le défunt (ou le donateur) au même bénéficiaire (ayant droit ou donataire), la perception des droits de succession (ou de donation) est effectuée en ajoutant à la valeur des biens compris dans la déclaration de succession ou dans la donation actuelle la valeur des biens qui ont fait l objet de donations antérieures. De même, pour le calcul des abattements et réductions, il est tenu compte des abattements et des réductions effectués sur les donations antérieures consenties par la même personne. La forme des donations est indifférente, le rappel fiscal concernant aussi bien les dons manuels ou les donations déguisées que les donations passées par acte notarié. Sont cependant dispensées du rappel fiscal, les donations consenties et présentées à la formalité de l enregistrement depuis plus de six ans à la date du décès ou à la date à laquelle la nouvelle donation a acquis date certaine. La question est donc de savoir si une donation faite à l étranger fait courir le délai de six ans. Il n en est certainement pas ainsi pour les dons manuels, la question étant résolue ci-avant. Par contre, pour les donations notariées, la question est de voir si le délai de six ans court pour les donations enregistrées à l étranger et non en France. Cette question se pose, car en Belgique, une donation qui serait enregistrée à l étranger est considérée fiscalement comme étant une donation non enregistrée en Belgique, avec toutes les conséquences fiscales belges, et ce même si les droits d enregistrement ont été payés à l étranger (par exemple, un résident belge, qui fait une donation de valeurs mobilières en France en payant les droits de donation en France, est soumis en Belgique aux règles concernant les donations non enregistrées). La question est donc de voir si en France, une donation enregistrée à l étranger fait courir le délai de six ans ou bien s il faut obligatoirement une donation enregistrée en France pour faire courir ce délai.

8 8 Cette question ne semble pas avoir de réponse claire en France, n ayant jamais été posée à l administration. C est donc sur ce seul point qu il peut y avoir un certain flou. Des contacts que nous avons eu avec des spécialistes français, nous pouvons en déduire que la réponse n est pas unanime, même si le pragmatisme de ne déclarer en France que ce qui est français semble majoritaire. 7. Conséquences d une donation immobilière faite à l étranger S il devait y avoir donation d un immeuble à l étranger par un résident belge, il n y aura aucun droit de donation dû en Belgique, les conditions pour payer les droits d enregistrement n étant pas réunies (il faut que cela soit un immeuble belge). Dès lors, seuls les droits étrangers seront, le cas échéant, dus. La question est de voir si cette donation étrangère peut avoir un impact sur les droits de succession belge, en cas de décès du donateur dans les trois années qui suivent. En effet, le Code des droits de succession belge prévoit dans son article 7 que toutes les donations qui n ont pas été assujetties aux droits de donation et qui ont été réalisées par le défunt dans les trois ans précédent son décès, seront considérées comme faisant partie de la succession du défunt. Une donation étrangère n étant pas enregistrée en Belgique, on pourrait, le cas échéant, penser que cet article ferait taxer les donations immobilières étrangères. Cependant, une décision du 1 er juin 1993 (Rec. gén., n 24283) précise que les donations visées par cet article sont toutes celles mobilières non enregistrées en Belgique, ce qui exclut toutes les donations immobilières. Mais bien entendu, cela inclut toutes les donations mobilières faites à l étranger. Ceci démontre donc la différence qu il y aurait à réaliser une donation d un immeuble français et la donation d actions d une SCI française contenant un immeuble en France. En effet, une donation d un immeuble français réalisée en 2009 entraînera des droits de donation en France, mais aucun droit de donation en Belgique, ni aucun droit de succession en cas de décès dans les jours ou semaines qui suivent. Par contre, s il devait y avoir une donation d actions de SCI, il faudrait payer les droits de donation en France (car ce bien est considéré comme bien français), avec le risque du délai de trois ans en Belgique (puisqu il s agit d une donation mobilière) et en outre, avec impossibilité en Wallonie d enregistrer au taux de % (puisqu il s agit d une société immobilière). Cette solution bien entendu est la même pour tout autre pays.

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Les donations et libéralités dans un contexte international Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Plan de l exposé Introduction Les règles de droit international privé

Plus en détail

Table des matières. Les actes de la vie courante dans une optique de planification successorale 7

Table des matières. Les actes de la vie courante dans une optique de planification successorale 7 Table des matières Titre I. Les actes de la vie courante dans une optique de planification successorale 7 André Culot Introduction 9 Chapitre I. La nouvelle loi sur l abus fiscal 10 Section 1. Généralités

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique

Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Successions internationales Impacts fiscaux en Belgique Yaël Spiegl Avocat 20 novembre 2015 1 Introduction Règles déterminant la compétence civile Règles déterminant la compétence fiscale Compétence fiscale

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon

La transmission d entreprises en droit fiscal wallon La transmission d entreprises en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition de maintien

Plus en détail

Matinée du patrimoine du 11 février 2016

Matinée du patrimoine du 11 février 2016 Matinée du patrimoine du 11 février 2016 RÉSOLUTION DES CAS PRATIQUES PRÉSENTÉS LORS DE LA CONFÉRENCE SUR L IMPOSITION DES SUCCESSIONS INTERNATIONALES D IMMEUBLES DANS LES RELATIONS FRANCO-SUISSES Me Dominique

Plus en détail

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Table des matières Partie I Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Thierry Litannie et Sébastien Watelet Introduction 9 Titre I. Aspects civils 11 Chapitre 1. Le droit

Plus en détail

FAIRE UN DON OU UN LEGS en faveur de l ASBL Crédal

FAIRE UN DON OU UN LEGS en faveur de l ASBL Crédal FAIRE UN DON OU UN LEGS en faveur de l ASBL Crédal Faire un don Que vous soyez une personne physique ou une société, faire don d une somme d argent à l ASBL Crédal vous permet de déduire cette somme de

Plus en détail

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents»

E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg. «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» E.P.S.G. 1 er avril 2011 à Luxembourg «L acquisition, la détention et la transmission d immeubles suisses par des non résidents» Dominique Boyer & François Derème Version du 22 mars 2011 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

I. Les droits de succession ou de mutation par décès

I. Les droits de succession ou de mutation par décès Table des matières I. Les droits de succession ou de mutation par décès CHAPITRE 1 Généralités : Droits de succession ou de mutation par décès dus en Belgique ou à l étranger... 7 I. Droits de succession

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION: TARIFS DE BASE

LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION: TARIFS DE BASE LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONTION: TRIFS DE BSE Les droits de succession et de donation diffèrent par Région.. LES DROITS DE SUCCESSION ET DROITS DE DONTION EN REGION DE BRUXELLES-CPITLE 1. DROITS

Plus en détail

Une succession franco-allemande 29 avril 2009

Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Petra Kuhn, Avocat à la Cour, Diplom-Rechtspflegerin (FH) WEISSBERG GAETJENS ZIEGENFEUTER & ASSOCIES 7, Rue de Bonnel, 69003 Lyon Loi applicable En Allemagne:

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 L A LETTRE DROIT FISCAL La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 Cette année, la date limite de dépôt des déclarations d impôt de solidarité sur la

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon

La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION D UN DOSSIER DE SUCCESSION ET QUELQUES NOTIONS DE BASE.

INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION D UN DOSSIER DE SUCCESSION ET QUELQUES NOTIONS DE BASE. ETUDE DU NOTAIRE BERNARD LEMAIGRE Rue des Preys, 28 6061 MONTIGNIES-SUR-SAMBRE Tel : 071/32.09.94 ou 071/32.88.14 Fax : 071/32.15.68 Email : bernard.lemaigre@notaire.be INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION

Plus en détail

Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE 1 er. Dispositions relatives à l allègement de la fiscalité immobilière Article premier L article 44 du Code des

Plus en détail

Avant-propos... 1. 2. Quels sont les principaux régimes matrimoniaux existants en Belgique?... 4

Avant-propos... 1. 2. Quels sont les principaux régimes matrimoniaux existants en Belgique?... 4 Table des matières Avant-propos... 1 Partie 1 - Le régime matrimonial 1. Pourquoi, dans le cadre d une succession (et d une planification successorale), l analyse du régime matrimonial a-t-elle une importance

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 La holding belge, utilisation par les résidents et les non-résidents 15 Jacques Malherbe et Daphné de Laveleye

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

1. Défunt domicilié en Suisse

1. Défunt domicilié en Suisse 1. Défunt domicilié en Suisse Mon père est domicilié fiscalement en Suisse. A son décès en 2015, je suis domicilié fiscalement en France depuis plus de huit ans. Dans la succession figurent un immeuble

Plus en détail

0.672.959.82. Traduction 1

0.672.959.82. Traduction 1 Traduction 1 0.672.959.82 Convention entre la Confédération suisse et le Royaume de Norvège en vue d éviter les doubles impositions dans le domaine des impôts sur les successions Conclue le 7 décembre

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 268 (2005-2006) N 1 268 (2005-2006) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 17 NOVEMBRE 2005 PROPOSITION DE DÉCRET portant réduction des tarifs applicables aux donations et aux successions de biens immeubles

Plus en détail

Les plus values. Principe. Dispositions actuelles. La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives.

Les plus values. Principe. Dispositions actuelles. La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives. Les plus values Principe La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives. L imposition de celles réalisées pour les biens forestiers a été profondément modifiée

Plus en détail

Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse

Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse en matière de droits de succession? Parole d'expert Publié le 24.01.2014 : http://www.agefiactifs.com/droit-et-fiscalite/article/comment-optimiser-lesdroits-de-succession-en-france

Plus en détail

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit.

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Introduction : Les droits de mutation sont des impôts qui sont dus lors du transfert de propriété (mutation) d un bien, d un ensemble de bien ou du patrimoine

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-3-04 N 124 du 4 AOÛT 2004 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. EVALUATION DES BIENS. PRINCIPE. OBLIGATIONS DES REDEVABLES. DELAIS POUR

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Ann Claes Manager Wealth Services Beobank 14 novembre 2015

Ann Claes Manager Wealth Services Beobank 14 novembre 2015 Beobank Workshop Planification Successorale en collaboration avec EY Private Client Services Ann Claes Manager Wealth Services Beobank 14 novembre 2015 Comment sécuriser votre planification patrimoniale

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 une entreprise L associé est Les parts sociales de la SCI sont inscrites à l actif d une entreprise individuelle ou d une société.

Plus en détail

Investissement et transfert de résidence fiscale à l Île Maurice, en Indonésie (Bali) & en Thaïlande. Conférence du jeudi 3 avril 2014

Investissement et transfert de résidence fiscale à l Île Maurice, en Indonésie (Bali) & en Thaïlande. Conférence du jeudi 3 avril 2014 Conférence du jeudi 3 avril 2014 Investissement et transfert de résidence fiscale à l Île Maurice, en Indonésie (Bali) & en Thaïlande Introduction Les principes de base En droit français, toute personne

Plus en détail

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS V INTRODUCTION 1 PREMIÈRE PARTIE TRAITEMENT FISCAL DES SALARIÉS FRANÇAIS EXPATRIÉS Chapitre 1 : En droit interne

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION ET LES DROITS DE DONATION

LES DROITS DE SUCCESSION ET LES DROITS DE DONATION MàJ 12.02.2003 LES DROITS DE SUCCESSION ET LES DROITS DE DONATION par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat Professeur à la Chambre Belge des Comptables, Experts-Comptables et Conseils Fiscaux Assistant à

Plus en détail

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les régimes matrimoniaux 05/2013 1. Régime matrimonial légal Le régime matrimonial légal s applique d office lorsque

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION AU PROFIT DU MUSEE DU QUAI BRANLY I. Définitions, avantages fiscaux et limites relatifs aux donations, legs et dations A. Don d argent ou d œuvres d art à un musée :

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Fondation d Utilité Publique ASPECTS FISCAUX

Fondation d Utilité Publique ASPECTS FISCAUX ASPECTS FISCAUX Ce document est divisé en deux parties distinctes. Dans la première partie, quelques aspects fiscaux généraux propres à la Fondation Josefa seront exposés. Ensuite, nous examinerons les

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2004 Commission des pétitions 2009 26.09.2008 COMMUNICATION AUX MEMBRES Pétition 626/2000, présentée par M. Klaus Schuler, de nationalité allemande, sur un cas de double imposition d

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

01/2012. Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles MCW & Associés

01/2012. Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles MCW & Associés 01/2012 Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles MCW & Associés I. Introduction: Définition juridique des nouveaux modes de vie A. Le mariage union 2 personnes conditions légales de mariage

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général*

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* * : pour les forêts, reportez vous à la fiche "fiscalité des mutations à titre gratuit : régime particulier (amendement Monichon)" Texte : Philippe

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION

LES DROITS DE SUCCESSION LES DROITS DE SUCCESSION 1 Comment établir la base imposable et calculer les droits André CULOT PREMIÈRE ÉTAPE 2 La dévolution légale ou testamentaire 1 LA LIQUIDATION DE LA COMMUNAUTÉ Composition du patrimoine

Plus en détail

Décès et héritage. 114 Agir à temps

Décès et héritage. 114 Agir à temps Décès et héritage 114 Agir à temps Vous êtes-vous déjà demandé ce qu il adviendra de vos biens quand vous ne serez plus là? Souhaitez-vous assurer une vie sans soucis financiers à votre conjoint ou à une

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat

Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat 5 janvier 2015 Impôt des personnes physiques - La notion d «habitation propre» après la 6e réforme de l Etat Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités Fiscales

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME

TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME 14/10/2011 Lorsqu une entreprise décide de réaliser un investissement dans un nouveau bien destiné à l exploitation, il peut arriver que ce bien soit fabriqué grâce aux

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT PATRIMONIAL Depuis la loi du 3 décembre 2001, entrée en vigueur le 1er juillet 2002, le conjoint survivant prime les frères

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

La cession de fonds de commerce

La cession de fonds de commerce La cession de fonds de commerce 021 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

exclusif Droits d enregistrement

exclusif Droits d enregistrement Imposition de la seconde résidence 4 Vous rêvez d un chalet dans les Ardennes où vous passeriez les vacances d été, entouré de vos enfants? Ou vous envisagez l acquisition d un petit appartement à la Côte

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage

Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage Kluwer Guide des comptes annuels pour le Luxembourg FISCALITÉ Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage DELPHINE DEICHTMANN IF GROUP La circulaire n 767 du 7 avril

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-4-01 N 101 du 5 JUIN 2001 7 E. / 16 INSTRUCTION DU 23 MAI 2001 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS DROITS D ENREGISTREMENT DIVORCE PRESTATIONS

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L huissier de justice auxiliaire de justice et partenaire 1. QUI EST L HUISSIER DE JUSTICE? L huissier de justice

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon Texte : Philippe Dubeau (Notaire honoraire) Mise en page : CRPF Limousin Mise à jour : janvier 2013 Historique Au départ,

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

7 février 2013. Patrimoine franco-suisse Les nouveautés fiscales

7 février 2013. Patrimoine franco-suisse Les nouveautés fiscales 7 février 2013 Patrimoine franco-suisse Les nouveautés fiscales 1 Sommaire n I. LA DETENTION A. L aggravation de l impôt de solidarité sur la fortune o 1. Le relèvement du taux de l ISF et l application

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

LA TRANSMISSION A TITRE GRATUIT DE L ENTREPRISE FAMILIALE LES REGIONS BRUXELLOISE ET WALLONNE

LA TRANSMISSION A TITRE GRATUIT DE L ENTREPRISE FAMILIALE LES REGIONS BRUXELLOISE ET WALLONNE LA TRANSMISSION A TITRE GRATUIT DE L ENTREPRISE FAMILIALE LES REGIONS BRUXELLOISE ET WALLONNE Vincent SEPULCHRE Professeur à l E.S.S.F. Maître de conférences à H.E.C.- Ecole de gestion de l Université

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail