LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences"

Transcription

1 LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences Comme présagé dans notre note du trimestre précédent et alors que la plupart des opérateurs financiers se voilaient la face, les taux sont brutalement remontés suite aux déclarations de la FED sur un possible arrêt du quantitative easing. La valeur d une action est un multiple de son be ne fice annuel espe re. Ce multiple est une fonction inverse des taux des emprunts d Etats. Comme pre sage dans notre note du trimestre pre ce dent et alors que la plupart des ope rateurs financiers se voilaient la face, les taux sont brutalement remonte s suite aux de clarations de la FED sur un possible arre t du quantitative easing. Nous avons toujours conside re que cette injection massive de liquidite s par les banques centrales dans les syste mes financiers, bien que ne cessaire afin de re tablir la fluidite des e changes e conomiques et e viter une grande de pression, apre s la crise de 2007/2008, entraî nait deux effets contradictoires. EFFETS CONTRADICTOIRES Le premier et le plus important objectif initial a notre avis, e tait la difficulte e vidente pour cet argent d arriver jusqu aux petits et moyens acteurs e conomiques, artisans, pme, pmi, qui n ont pas un acce s direct aux circuit financiers, car les banquiers commerciaux, cense s servir de relais a ces politiques de relance mone taire, retenaient ces liquidite s pour ame liorer leurs bilans et limiter leurs risques dans un environnement re glementaire qui se durcissait. Le second est l inflation de tous les actifs : actions, obligations, matie res premie res, or, et immobilier. L impact sur la valorisation des actifs, d une injection massive de capitaux qui effondre les taux, est the oriquement mathe matique. Quand les taux baissent, les actifs financiers montent, mais l inverse est e galement vrai. Or, apre s avoir vaincu l inflation des anne es 80, les taux ont baisse tendanciellement et ce phe nome ne a e te acce le re par les politiques re centes des banques centrales. Le risque d un sevrage de liquidite s provoque des sorties massives sur la plupart des actifs par anticipation de leur de valorisation induite par une remonte e des taux. Le phe - nome ne est auto-re alisateur, car plus les ope rateurs financiers sortent de leurs investissements sure value s, plus ils font pression sur les prix pour les vendre, ce qui accentue la remonte e des taux. Les banquiers centraux vont rapidement vouloir reprendre la main, en expliquant que cette inquie tude est pre mature e et que la situation des e conomies, notamment occidentales, ne justifie pas ce mouvement de de fiance, sauf peut e tre aux E tats-unis ou la croissance est plus positive que pre vu. Cependant le mal est fait et l inquie tude restera pre - sente.

2 ,, Almagest est sur Avec une vue optimiste, les politiques pourraient prendre l avertissement au se rieux et acce le rer les re formes structurelles ne cessaires au re tablissement de leurs comptes publics, car cette hausse des taux renche rit imme diatement et pour longtemps le cou t du financement des de ficits et rend plus difficile encore la re sorption de la dette. Pour exemple, le de ficit excessif actuel du budget du Portugal est quasi exclusivement compose des inte re ts de la dette. La situation s aggrave donc sans aucune nouvelle de pense de l E tat. Les marche s financiers devraient retrouver plus de volatilite au gre des annonces sans une tendance claire tant que ce mouvement de re ajustement ne sera pas termine. Les obligations e tatiques des pays de l OCDE vont rester sous la pression de cette remonte e des taux. Les obligations corporates et celles des pays e mergents, qui offraient un rendement supe rieur, vont plus souffrir de la diminution de la liquidite et du rapatriement des actifs vers la zone dollar. En effet, l arre t e ventuel du QE, remonte le rendement de la monnaie ame ricaine au de triment des monnaies e mergentes et de l Euro. L or perd de son lustre au fur et a mesure que le dollar se re appre cie, e loignant le spectre des inquie tudes sur les lendemains de la premie re puissance mondiale. Les actions restent l actif le moins risque dans ce sce nario, car l ame lioration escompte e de la croissance des e conomies, et partant le re tablissement des re sultats des entreprises, devrait partiellement compenser la de valorisation mathe matique de leur prix. CONVENTION FRANCO-SUISSE Une nouvelle convention concernant les successions pour remplacer celle de 1953 ATCA : le Foreign Account F Tax Compliance, est une loi vote e le 18 mars Le FATCA a pour objectif de renforcer la lutte contre l e vasion fiscale des contribuables US. Il oblige les banques des pays ayant accepte un accord avec le gouvernement des E tats-unis a signer avec le De partement du Tre sor des E tats- Unis un accord dans lequel elles s'engagent a lui communiquer tous les comptes de tenus par des citoyens ame ricains CDE : l Organisation de Coope ration et De veloppement O E conomiques, e met des rapports annuels. Celui de 2009 portait sur la coope ration fiscale. Vous trouverez aussi en ligne un rapport e tabli a la demande du G8 : «A Step Change in Tax Transparency (Un tournant pour la transparence fiscale)» (http://www.ocde.org/fr) Une nouvelle convention franco-suisse concernant les successions devait être signée, remplaçant la convention de Selon le nouvel accord, les successions seront imposées selon le pays de résidence des héritiers et non du défunt. CE QUI CHANGE La convention de 1953 pre voyait une imposition en fonction du lieu de re sidence du de funt. La France souhaite modifier ce principe de base et que l imposition se fasse en fonction du lieu de re sidence des he ritiers. Ce qui fait qu un Suisse re sidant en France depuis au moins 6 ans, sur les 10 dernie res anne es, he ritant d un parent reste en Suisse, serait taxe a un taux allant jusqu a 45% au lieu de 0 a 7% en Suisse Romande. Sous-jacent a ce souhait, celui du G20 qui souhaite plus de transparence de la Suisse dans l e change automatique d informations bancaires. Un souhait qui a fait l objet d un accord de principe en avril a Washington. Le FATCA (Foreign Account Tax Compliance) qui existe de ja aux Etats-Unis pourrait servir de mode le pour les membres du G20. Par contre, la Chine, avec la place financie re de Hongkong, oppose de son co te une certaine re sistance au projet. Du co te de l OCDE, un rapport met en avant 14 juridictions qui sont en retard en matie re de lutte contre la fraude fiscale. Dont la Suisse et l Autriche, qui a le secret bancaire inscrit dans sa constitution. Le Luxembourg, qui dispose e galement d un secret bancaire constitutionnel a, quant a lui, opte pour un e change d informations dont les modalite s restent a de finir, a compter du 1er janvier ATTENTION SI Certaines ope rations sont conside re es comme abusives par la circulaire sauf si vous pouvez les motiver et faire la preuve que votre objectif n est pas d e luder le fisc. La motivation devrait ide alement se trouver dans un document e crit, se pare et date. Entrent dans cette cate gorie: La maison mortuaire : ou la communaute des biens est inscrite au nom de l autre conjoint. Cette clause, souvent utilise e lorsqu un des conjoints est atteint d une maladie incurable, ne peut e tre conclue quand l issue fatale est de ja connue;

3 ,, L Autriche présente la particularité d avoir le secret bancaire inscrit dans sa constitution,, Pierre Moscovici avait annoncé la signature de l accord en mai. Aujourd hui, la Suisse attend toujours les réponses aux précisions qu elle a demandées. La construction emphytéotique avec société liée : montage entre deux socie te s qui permet d e viter les droits de succession e leve s sur un achat classique de bien immobilier. L emphyte ose n est pas la pleine proprie te et on peut y trouver bien des arguments qui ne sont pas fiscaux; Apport de biens propres et donation par les deux conjoints : un conjoint ame ne un bien dans la communaute, chacun devient ainsi proprie - taire a 50%. Ensuite, chaque conjoint donne sa part. On a ainsi deux donations se pare es, et on paie deux fois un tarif re duit. La circulaire l admet uniquement si la donation ne se fait pas imme diatement, ou presque, apre s l apport; Sortie de biens mobiliers puis don mutuel entre conjoints : le principe consiste a sortir un bien mobilier de la communaute du mariage. Chaque conjoint reçoit la moitie avec la clause conditionnelle du de ce s de l autre conjoint. Au de ce s, le conjoint reçoit la totalite du bien sans payer de droits de succession. En re alisant la donation de son vivant, le survivant garde le contro le. D autant que les dons entre conjoints sont re vocables sans motif; Refus de l usufruit d un bien immobilier puis donation: lors du de ce s du conjoint, le survivant refuse l usufruit. Les enfants deviennent alors proprie taires de la part appartenant au conjoint de ce de. Renoncer a l usufruit peut e tre assimile a une donation, et serait donc taxe comme tel. Ce sera aussi le cas si la renonciation est inscrite dans un document se pare et peu de temps apre s. PAS DE SOUCI SI Certaines ope rations sont autorise es pour re duire les droits de succession et d enregistrement. Les dons in extremis : faits juste avant le de ce s, ils ne sont pas abusifs. Et le paiement des droits de donation exone re de droits de succession; Le don manuel ou bancaire : les biens meubles se donnent de main a main. Le don bancaire se fait par virement. Il n y a, dans ces deux cas, pas de droit de donation et si le donateur reste en vie 3 ans, il n y aura pas de droit de succession; La donation devant notaire étranger : il n y a pas de droits de succession dus en Belgique si le donateur reste en vie trois ans apre s le don; Donation de biens immobiliers en plusieurs phases, intervalles de plus de 3 ans : en immobilier, le taux augmente avec la valeur du bien. Deux petits dons cou tent donc moins cher en droit qu un seul gros. Si vous attendez trois ans entre deux dons, vous e viterez qu ils se cumulent; Donation avec charge : le don est lie a une obligation qui doit e tre exe cute e par celui qui accepte la donation. La charge peut par exemple e tre le paiement d une rente annuelle, ou que le donateur conserve les revenus du bien; Donation sous conditions résolutoires : le don est lie a une clause conditionnelle. Ainsi si un e ve nement futur et incertain survient, le don sera conside re comme n ayant pas eu lieu. Aucun droit de succession n est du lors du retour ; Don des grands-parents à leur(s) (petits)-enfants : si les droits de donation ont e te paye s, on ne doit plus rien. Pour ce qui est de l immobilier, les droits de donation sont calcule s sur base des dons individuels. Encore une fois, plus il y a de dons, moins les montants sont e leve s ; Donation avec réserve d usufruit ou autres droits à vie : permet au donateur de se pre server un certain contro le sur son patrimoine ; Donation avec droits d enregistrement réduits : les donations de terrains a ba tir en Flandre et les habitations familiales a Bruxelles et en Wallonie donnent droit a un taux re duit ; Donation exonérée de droits d enregistrement : pour les entreprises familiales en Wallonie et en Flandre ; Tontine et clauses d accroissement : pre voient que la pleine proprie te du de funt revient au conjoint survivant. Le fait que l on se trouve dans le cadre d un contrat ale atoire, ame ne des droits d enregistrement mais pas de droits de succession.

4 SUCCESSIONS E volutions a noter en Belgique À PROPOS DES HÉRITIERS RÉSERVATAIRES,, Intérêts de retard, amendes, majoration, paiement des impôts éludés: la facture est lourde pour ceux qui souhaitent régulariser leur situation avec le fisc. Les he ritiers re servataires (e poux, e pouse, parents du de funts) sont de sormais mieux prote ge s dans le cas de l existence d une assurance-vie dont un tiers est be ne ficiaire. Jusqu ici l existence d une telle assurance permettait de de she riter en tout ou en partie un ou plusieurs he ritiers. Aujourd hui, la part re serve e aux he ritiers le gaux leur reste acquise. Ainsi, seule la quotite disponible peut e tre utilise e pour privile gier une personne. PETITS-ENFANTS ET GRANDS-PARENTS Aujourd hui, les petits-enfants peuvent he riter directement de leurs grands-parents, a condition que le parent renonce a l he ritage. Attention que la renonciation doit toujours e tre volontaire et que l on ne peut de she riter son enfant sans son accord explicite. AVOIRS A L ETRANGER Aujourd hui en France, combien cou te la de claration de vos avoirs a l e tranger? Dernie re chance pour les contribuables re sidents fiscaux en France qui souhaiteraient re gulariser leurs situations, avant le vote de la loi renforçant la lutte contre la fraude fiscale. Alors, aujourd hui, a quoi doit s attendre un contribuable qui souhaite se mettre en ordre aupre s du fisc? Les contribuables qui souhaitent re gulariser leur situation devront s acquitter des sanctions suivantes: Le paiement inte gral des impositions e lude es ; La majoration de 40% pour manquement de libe re ; Une amende pour non de claration d avoirs a l e tranger ; Des inte re ts de retard au taux le gal. SI VOUS ÊTES HÉRITIERS Il faudra payer des inte re ts de retard sur les droits supple - mentaires a charge des he ritiers, hors droits de succession. Par ailleurs, les pe nalite s de droit commun s appliqueront aux impositions supple mentaires dues par les he ritiers. En tenant compte de leur situation fiscale apre s le de ce s. DÉMARCHE SPONTANÉE Dans le cas d une de marche spontane e, la majoration pour manquement de libe re et l amende pour non-de claration seront re duites comme suit: En cas de succession ou donation, ou avoirs constitue s quand le contribuable ne re sidait pas fiscalement en France, la majoration passe de 40% a 15% et l amende de 5% a 1,5% de la valeur des avoirs par anne e concerne e. Pour des avoirs ayant d autres origines ou constitue s quand le contribuable re sidait fiscalement en France, majoration re duite de 40% a 30% et amende re duite de 5% a 3% de la valeur des avoirs par anne e concerne e.

5 IMMOBILIER EN ESPAGNE Est-ce le bon moment pour acheter? C est le bon moment pour acheter un bien immobilier en Espagne surtout pour qui dispose des fonds afin de négocier avec des vendeurs, notamment des banques, pressés de vendre. Mais pour faire une bonne affaire, l'acheteur doit aussi savoir prendre tout son temps. Depuis 2008, le marche de l immobilier en Espagne a globalement chute de 35% annoncent les specialistes. Toutes les regions ne sont pas logees a la meme enseigne. Les tarifs ont recule de pres de 40% sur la Costa del Sol, de 25% aux Canaries mais de 20% a Barcelone. Environ logements seraient actuellement a vendre. Avec un prix du m2 qui se situe, en moyenne nationale, a environ 2100 euros, il est clair qu il y a des affaires a faire et pour un certain temps encore puisque les analystes estiment que la tendance a la baisse va continuer encore deux ou trois ans si la situation economique perdure. PRUDENCE IMPÔT EN ESPAGNE: Si loué = 24,75% des revenus locatifs nets Si pas loué = 24,75% d un revenu locatif évalué à 2% du revenu cadastral (à 1,1% si évaluation après 1994),, Environ logements seraient actuellement à vendre ALMAGEST WEALTH MANAGEMENT 8A, Boulevard Joseph II L-1840 Luxembourg Tel: Fax: Mail: Cela dit, il convient aussi d investir avec prudence. Afin d eviter les deconvenues, il est fortement conseille de se faire accompagner par un avocat sur place ou par un agent immobilier de son pays d origine, specialise sur ce marche. L'immobilier espagnol a en effet attire de nombreux arnaqueurs en tout genre, aides en cela par une reglementation qui n est pas forcement tres protectrice pour les investisseurs et proprietaires. Lors de l'achat, il faut egalement avoir a l'esprit que de nombreuses residences ont ete construites a la va-vite et leur qualite dans le temps reste aleatoire, ce qui risque d'avoir un impact sur le montant des eventuels loyers ou sur la plus-value realisee lors de la revente du bien. Or il y a tout interet a s'assurer que le bien immobilier va bien vieillir compte tenu du fait que l'economie ne laisse rien presager de bon a court terme mais aussi car les taxes sur les plus-values, plus lourdes pour les non-residents, sont degressives dans le temps. En ce qui concerne les frais (notaires, taxes, frais et impots) lies a un achat, ils vont generalement de 7 a 10%, cela depend du prix du bien immobilier. Les revenus locatifs d une personne physique sont taxes a hauteur d environ 25% par le fisc espagnol. Un impot calcule selon differents criteres est egalement preleve si le bien n'est pas loue. Il n'est egalement pas inutile, avant d'investir, d'effectuer une simulation avec les services fiscaux de son pays d'origine afin d'evaluer l'impact qu'auront ces revenus locatifs sur le montant de ses impots. Au registre des bonnes nouvelles, la Belgique, le Luxembourg et la France, ont signe des accords de non double imposition avec l'espagne. BON À SAVOIR Le marche immobilier n a pas encore atteint son taux le plus bas. Selon ING, il pourrait encore baisser de 8% cette annee. Mais les meilleures affaires sont deja parties; Obtenir un pret? Que vous choisissiez une banque belge ou une banque espagnole, il est preferable de disposer d un bon apport de depart. Idealement la moitie de la valeur du bien; En Espagne, tout le monde peut s installer agent immobilier et le notaire ne mene pas d enquete sur le bien (Hypotheque? Dettes fiscales?). Aussi faites-vous assister d un avocat specialise. DISCLAIMER This non-contractual paper is issued by Almagest Wealth Management S.A. Luxembourg. This document was prepared for professional investors private use and is not, and should not be used as an offer to sell or a solicitation to buy or sell any securities. The information and opinions in this document are author s opinions or have been compiled or arrived at from sources believed to be reliable and in good faith, but no representation or warranty, express or implied, is made as to their accuracy, completeness or correctness. All opinions and estimates included in this document represent a judgment as of the data of this document and are subject to change without further notice. We do not accept any liability whatsoever for any direct or consequential loss arising from any use of this document or its contents.

Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7

Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7 TABLE DES MATIE` RES Pre sentation des auteurs.... Pre faces... V IX Introduction générale et avertissement.... 1 Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal).... 7 Partie I. Le droit

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

Votre petite pomme pour la soif Argenta - votre pomme pour la soif

Votre petite pomme pour la soif Argenta - votre pomme pour la soif Investir sainement, quelles solutions pour la transmission de patrimoine chez Argenta? Votre petite pomme pour la soif famille sûr confiance humain gratuit capital propre sage investir sobre transparent

Plus en détail

Un environnement porteur pour les conseillers financiers?

Un environnement porteur pour les conseillers financiers? E N Q U E T E M O R N I N G S T A R P A T R I M O N I A 2 0 1 5 Un environnement porteur pour les conseillers financiers? www.patrimonia.fr Résultats complets Septembre 2015 Document réservé aux conseillers

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION 2015 NOTICE D INFORMATION Chirurgien dentiste Rachat d années d études supérieures et d années civiles validées Informations pratiques Depuis la loi Fillon du 21 aou t 2003, deux nouvelles possibilite

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015

Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015 Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015 Donner la capacité aux entreprises de financer la formation de leur(s) apprenti(s) Service des relations entreprises 1 Textes de référence LOI n 2014-891 du 8 aou

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION D UN DOSSIER DE SUCCESSION ET QUELQUES NOTIONS DE BASE.

INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION D UN DOSSIER DE SUCCESSION ET QUELQUES NOTIONS DE BASE. ETUDE DU NOTAIRE BERNARD LEMAIGRE Rue des Preys, 28 6061 MONTIGNIES-SUR-SAMBRE Tel : 071/32.09.94 ou 071/32.88.14 Fax : 071/32.15.68 Email : bernard.lemaigre@notaire.be INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE Les Franco-Israéliens face aux RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE - 1 - SOMMAIRE PREFACE RESIDENCE FISCALE DANS QUEL PAYS SUIS-JE FISCALEMENT RESIDENT PANIER FISCAL D INTEGRATION QUELS SONT LES AVANTAGES ATTRIBUES

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES Cours de Anné e 2000-2001 2 nde PARTIE : 4 Titre 1 : Thé orie Gé né rale des Socié té s 4 Chapitre 1 : Le contrat de socié té 4 Section 1 : Les règles gé né rales de validité du contrat 4 I- Le consentement

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

Journal officiel des Communaut s europ ennes

Journal officiel des Communaut s europ ennes C 246/12 FR 6.8.98 Recommandation de la Banque centrale europ enne pour un r glement (CE) du Conseil concernant la collecte d informations statistiques par la banque centrale europ enne (98/C 246/08) (Pr

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 23 Décembre 2013 ACTUALITES FISCALES ACTUALITES FISCALES Adoption définitive du Projet de Loi de Finances pour 2014 Le Parlement a adopté définitivement jeudi par un

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Dossier de Candidature Sélection des Agents

Dossier de Candidature Sélection des Agents Dossier de Candidature Sélection des Agents Conditions Générales Conditions Générales Vous de sirez adhe rer a un important re seau de distribution expe rimente et vous avez un esprit d e quipe, le sens

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

La régularisation fiscale des clients français

La régularisation fiscale des clients français La régularisation fiscale des clients français Michel Collet Mercredi 8 octobre 2013, Genève 08/10/2013 La régularisation fiscale des clients français 1 Plan : 1. Introduction 2. La circulaire «Cazeneuve»

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine. Durée : 2 heures. Coefficient : 1. Documents à disposition : Néant

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine. Durée : 2 heures. Coefficient : 1. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS. Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013

ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS. Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013 ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013 OBJECTIF DE L ACQUISITION Développer son patrimoine personnel : acquisition

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Les séniors, une opportunité pour votre entreprise. LES + DE

GUIDE PRATIQUE. Les séniors, une opportunité pour votre entreprise. LES + DE GUIDE PRATIQUE Vous ne pensez pas être concernés par la gestion des âges? Dans le contexte économique actuel, vos priorités se situent ailleurs. Pourtant, l expérience, les compétences et les savoir-faire

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine 1. Vos intervenants 2. Comment évaluer la valeur de mon entreprise? 3. Actualité fiscale 4. 5 points clés pour organiser son patrimoine 5. De l utilité

Plus en détail

Déclaration de succession: modifications importantes en Flandre

Déclaration de succession: modifications importantes en Flandre Déclaration de succession: modifications importantes en Flandre Avenue Lloyd Georges 11 I 1000 Bruxelles www.notairesberquin.be Eric Spruyt, notaire-associé Berquin Notaires scrl, Prof. KU Leuven et Fiscale

Plus en détail

«De plus en plus de clients se tournent vers l immobilier monégasque»

«De plus en plus de clients se tournent vers l immobilier monégasque» interview Fiscalité/Alors que la France durcit sa politique fiscale, la fiscalité immobilière et patrimoniale évolue pour les résidents monégasques ou étrangers qui possèdent une résidence secondaire en

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

Vente immobilière Mode d emploi

Vente immobilière Mode d emploi Vente immobilière Mode d emploi Quels documents dois-je fournir? Dès qu un accord est trouvé avec l acquéreur, je remets au notaire Les documents portant sur ma situation personnelle Si je suis un particulier

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Eric Spruyt 23.09.2012

Eric Spruyt 23.09.2012 Acheter un bien immeuble à un âge avancé n'est pas vraiment une bonne idée, du moins sur le plan des droits de succession. En effet, les enfants obtiendront la maison ou l'appartement dans le cadre de

Plus en détail

RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER

RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER Mémoire présenté au Ministre des Finances du Québec Mai 2015 Conseil québécois de l ACCHA L Association Canadienne des Conseillers

Plus en détail

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Présentation d'optima Fondée en 1991 Indépendante 13.160 clients au 01/09/2010 316 collaborateurs Leader sur le marché belge Bureaux à Gand et à Braine-l

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales :

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales : Fiche Info Financière assurance-vie pour des assurances liées à des fonds d investissement Optilife 2 Luxembourg Type d assurance-vie Garanties Garanties principales : Optilife 2 Luxembourg est un contrat

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

Nue propriété et cession d usufruit

Nue propriété et cession d usufruit Nue propriété et cession d usufruit L usufruit et la nue propriété Un bien mobilier ou immobilier est généralement détenu en pleine propriété. Lorsque le bien procure des revenus, ce droit de propriété

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

1. Information Personnelle

1. Information Personnelle Q U E S T I O N N A I R E I M P O T D E S P E R S O N N E S P H Y S I Q U E S R E S I D E N T A N N E E D E R E V E N U S 2 0 1 0 A V E N U E D U D I R I G E A B L E 8 1 1 7 0 B R U X E L L E S W W W.

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

DossiergdegPrésentation

DossiergdegPrésentation DossiergdegPrésentation 2014 Nb adhérent SDITEC 2014 Le SDITEC É tablissement public (syndicat mixte ouvert e tendu), Dirige par un Conseil Syndical de 20 e lus, 14 ans d expe rience, 1 Inge nieur, 8 Techniciens,

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client

Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Client Fiche n Comment générer de l épargne au moment du remboursement d un crédit relais immobilier? Pour un client qui se porte acquéreur d un bien immobilier A (notamment résidence principale / résidence secondaire)

Plus en détail

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret PLAN GÉNÉRAL Liste des abréviations Introduction Première partie Contexte (droit fiscal européen et international) Conventions fiscales préventives de double imposition Quelques règles juridiques fondamentales

Plus en détail

1. Peut-on comparer un compte courant à un compte bancaire?... 2. 2. Que comptabilise votre comptable sur votre compte courant?...

1. Peut-on comparer un compte courant à un compte bancaire?... 2. 2. Que comptabilise votre comptable sur votre compte courant?... Table des matières Avant-propos Partie 1. Qu est-ce qu un compte courant? 1. Peut-on comparer un compte courant à un compte bancaire?... 2 2. Que comptabilise votre comptable sur votre compte courant?...

Plus en détail

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages BIENVENUE DANS NOTRE PRESENTATION Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers Options et avantages Présenté par Paul Debastos Chasseur-Immo-Floride 8551 W Sunrise Blvd, Suite

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3 n w Click to edit Master text styles Second level l Third level Ø Fourth level w Stand D3 VIRAGE- VIAGER 2014 Le viager comme soludon de complément de retraite Une nouvelle forme : Le viager mutualisé

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES Contenu Impôt des personnes morales ou impôt des sociétés 4 Impôt des personnes morales 5 Impôt des sociétés 9 TVA 10

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail