PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE"

Transcription

1 PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20 février 2007 Claire Marcouiller Directrice des services aux personnes en perte d autonomie CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent Pierrette Rolland Conseillère cadre à la direction générale Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

2 TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction Objectif du programme Clientèle cible Clientèle exclue Principes directeurs et indicateurs Modalités générales d articulation Responsabilités des partenaires Hôpital du Sacré-Cœur de Monréal CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent Ressource non institutionnelle Usager et/ou proche aidant Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Critères de gestion du programme Documentation de référence

3 1. INTRODUCTION Le projet d utilisation de 30 places de convalescence en ressource non institutionnelle vise un retour à domicile du plus grand nombre possible de personnes âgées en perte d autonomie déstabilisées par un épisode de soins aigus, lesquelles sont hospitalisées à l Hôpital du Sacré- Cœur de Montréal ou inscrites à son unité d urgence. Il s agit d une programmation d activités cliniques visant l optimisation de l autonomie globale de la personnes âgée fragilisée de même que le développement des compétences des proches aidants. Le projet se réalise en partenariat avec le CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent, l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, une ressource non institutionnelle de même qu avec le support de l Agence de santé et des services sociaux de Montréal. La durée de séjour à la ressource non institutionnelle s échelonnera sur une période variant d une (1) semaine à semaines, le temps minimal d interventions étant visé comme une des conditions gagnantes du retour à domicile ou en résidence privée de la personne âgée. Le CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent signera une entente avec une ressource non institutionnelle lui permettant l utilisation de 30 places de convalescence. Ces places seront utilisées pour la clientèle domiciliée sur le territoire de Montréal. 2. OBJECTIFS DU PROGRAMME Les objectifs de ce programme sont les suivants : Assurer une prise en charge rapide et adéquate d usagers hospitalisés ou inscrits à l unité d urgence de l HSCM ne requérant plus de soins aigus dispensés dans un centre hospitalier de soins de courte durée et dont le retour à domicile est temporairement impossible et compromis; Éviter une hospitalisation non requise à certaines personnes âgées étant inscrite à l unité d urgence de l HSCM ; Orienter les personnes nécessitant ce type de services vers les ressources les plus appropriées; Optimiser l intégration du continuum de services professionnels à offrir auprès de ces clientèles inscrites à la ressource non institutionnelle afin de renforcer les capacités résiduelles des personnes âgées en perte d autonomie ; Soutenir les proches aidants afin que les personnes âgées fragilisées puissent retourner à domicile dans des conditions jugées acceptables par les proches aidants ; Déterminer les rôles et responsabilités du CSSS, de l HSCM, de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal et de la ressource non institutionnelle en conformité avec les lois, règlements, politiques et programmes en vigueur. 3

4 3. CLIENTÈLE CIBLE Personnes ayant un profil gériatrique dont les facteurs de risque actuellement non compensés compromettent temporairement le retour à domicile et nécessitant une période de convalescence n excédant pas 12 semaines; Personnes nécessitant de la rééducation et de la réadaptation en prévision d un retour à domicile ; Personnes acceptant d être temporairement relocalisée pour sa période de convalescence ; Personne ayant encore un lieu de domicile identifié et toujours disponible sur le territoire de Montréal ; Personnes présentant un état de santé stable mais précaire et n ayant plus besoin du plateau technique d un centre hospitalier; Personnes dont la condition biopsychosociale actuelle ainsi que leur environnement physique, familial ou social non sécuritaire suite à sa nouvelle condition de santé rendent incertain son retour à domicile; Personnes dont elles-mêmes et ses proches aidants désirent qu elles demeurent à domicile et collaborent en ce sens ; Personnes présentant un potentiel personnel et des conditions environnementales suffisantes afin d assurer un retour à domicile avec ou sans les services habituellement dispensés par le soutien à domicile du CSSS de même que pouvant, le cas échéant, également bénéficier de tous les programmes de soutien à domicile présentement offerts (SISAD et désengorgement des urgences, et autres) et ce, dans le but de maximiser le nombre de personnes âgées pouvant retourner à domicile de même que d éviter un retour à l urgence de l HSCM et, dans les situations d échec du programme, de permettre à la personne âgée de demeurer à domicile en attente de son hébergement ; Personnes dont la condition se détériore à domicile et nécessitant une période de convalescence et des interventions spécifiques afin d éviter une visite à l unité d urgence ou une hospitalisation à l HSCM (à étudier cas par cas). 4. CLIENTÈLE EXCLUE Personnes dont les besoins correspondent aux critères d un autre programme offert : soutien à domicile, hôpital de jour, évaluation gériatrique, UCDG, URFI, hébergement temporaire (répit, dépannage ou urgence sociale), convalescence (lits subaigus); Personnes en soins palliatifs et en fin de vie; Personnes en attente d hébergement; Personnes présentant un potentiel d agressivité pouvant mettre à risque leur sécurité, celle des autres résidents de la ressource non institutionnelle de même que celle des employés de cette ressource tout comme celle des intervenants du CSSS ; Personnes dont la condition médicale est instable ; Personnes en traitement actif de chimiothérapie. 4

5 5. PRINCIPES DIRECTEURS ET INDICATEURS Avant toute décision concernant une orientation vers un autre milieu de vie que le domicile, les personnes âgées peuvent se rétablir par le biais d une convalescence active et de services de réadaptation avec une intensité correspondant à leurs besoins. La convalescence et la réadaptation des personnes doivent se faire en dehors des murs de l établissement de courte durée et ce, dès que l état de santé de la personne ne requiert plus le plateau technique spécialisé de l hôpital. Afin de bien documenter la trajectoire des services dispensés aux personnes âgées en perte d autonomie, en lien avec ces deux (2) principes directeurs, les indicateurs suivants seront développés en partenariat avec l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal : Indicateurs nombre et types de lits disponibles pour ces services; durée moyenne de séjour dans ces lits; délai d attente entre le moment où la personne est orientée vers ces lits et le transfert effectif de la personne; nombre de personnes retournées à l urgence directement à partir de ces lits ; nombre de personnes retournées à l urgence dans les 30 jours suivant leur congé de l HSCM; mesure de l autonomie fonctionnelle à l arrivée et au départ de la personne du lit de la ressource non institutionnelle ; nombre moyen de personnes desservies en soutien à domicile (SAD); nombre moyen d interventions en SAD; durées moyennes des interventions ventilées par type de professionnel du SAD et ce, par CSSS; description détaillée des listes d attente pour les soins et les services du SAD, cible : il n y a pas d attente; La responsabilité de l évaluation et de l orientation vers un milieu de vie différent du domicile est confiée à l HSCM et au CSSS. Afin de bien documenter la trajectoire des services dispensés aux personnes âgées en perte d autonomie, en lien avec ce principe directeur, les indicateurs suivants seront développés en partenariat avec l Agence de sante et des services sociaux de Montréal Indicateurs un nombre très bas de personnes en attente d hébergement dans un lit de courte durée, cible étant de 0 par période; un taux de déclaration en hébergement (CHSLD+RI+ressources de type familial (RTF) chez la clientèle de 75 ans et plus hospitalisée par l urgence, la cible : taux qui se situe à moins de 5% dans l établissement de courte durée. 5

6 L hébergement en CHSLD est réservé aux personnes en perte d autonomie qui en ont le plus besoin sur le plan clinique et qui acceptent cette solution. L indicateur suivant sera développé : Indicateur heures-soins requises à l admission en CHSLD se situant à plus de 3 heures-soins ou à des profils iso-smaf de 10 et plus. La prise en charge par une approche gériatrique adaptée aux particularités des personnes âgées est essentielle pour donner des soins et des services efficaces et de qualité à cette clientèle. Les indicateurs suivants seront développés : Indicateurs nombre de grilles de repérage de la perte d autonomie complétées par site; nombre de personnes référées au CSSS à partir du repérage; délai moyen par CSSS entre le moment de la demande ou la référence et mise en place du premier service aux personnes référées; durées moyennes de séjour des personnes de 75 ans et plus à l urgence cible urgence : 12 heures et sur les unités de soins cible : pas de séjours excessifs. Dans chacun des milieux, la personne âgée reçoit des soins et des services qui sont personnalisés et qui favorisent le maintien ou l amélioration de l autonomie ainsi que le retour à domicile. Les indicateurs suivants seront développés : Indicateurs nombre de personnes ayant participé au projet-pilote qui ont eu un PI, un PSI ou les deux; nombre de personnes qui ont participé au projet-pilote et qui sont retournées à domicile. Les proches aidants sont reconnus dans leur rôle auprès de la personne âgée et des mesures de soutien sont mises en place pour eux. Les indicateurs suivants seront développés : Indicateurs description des services disponibles par type et nombre de places; nombre de proches aidants de personnes ayant participé au projet-pilote à qui l on a offert ces services; délais d attente par type de service. 6

7 La satisfaction de la clientèle demeure au cœur des préoccupations des acteurs du réseau et du ministère. L indicateur suivant sera développé : Indicateur nombre de personnes ayant reçu des soins et des services dans le cadre du projet-pilote, taux de réponse et taux de satisfaction. 6. MODALITÉS GÉNÉRALES D ARTICULATION La gestion de l accès aux services du programme de convalescence en ressource non institutionnelle est assumée par le CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent en collaboration avec les intervenants ciblés à l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. À partir du moment où une personne âgée en perte d autonomie hospitalisée à l HSCM ou inscrite à son unité d urgence n a plus besoin de soins médicaux actifs, ne peut réintégrer immédiatement son domicile et correspond au profil clientèle de ce programme, une demande d inscription doit être acheminée au CSSS. Pour ce faire, les modalités de références sont les suivantes : L intervenant ciblé de l HSCM entre en contact avec le coordonnateur clinique du CSSS ; Le coordonnateur clinique du CSSS s assure que toutes les alternatives possibles pour le retour à domicile ont été envisagées et évaluées par le CSSS du territoire de Montréal où est domicilié la personne âgée; Le coordonnateur clinique du CSSS vérifie la disponibilité d une place à la ressource non institutionnelle de même que le délai d attente pour une place, le cas échéant ; Le coordonnateur clinique du CSSS convient d une entente de services avec l usager et ses proches aidants et joint cette entente à la demande faite par l intervenant ciblé de l HSCM ; L intervenant ciblé de l HSCM fait parvenir à la coordonnatrice clinique du CSSS, électroniquement par DSIE, l évaluation du profil biopsychosociale de la personne âgée admissible au programme ; L intervenant ciblé de l HSCM y joint également les documents suivants : les ordonnances médicales de départ, le plan de soins et de services ; Lorsqu une place est disponible, le coordonnateur clinique du CSSS s assure que le transfert de la personne âgée de l HSCM à la ressource non institutionnelle s effectue dans un délai de 48 heures et ce, 7 jours par semaine. 7

8 7. RESPONSABILITÉS DE PARTENAIRES Les responsabilités respectives de l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, du CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent, de la ressource non institutionnelle et de l Agence de la santé et des services sociaux sont établies en tenant compte de la trajectoire des services dispensées aux personnes en perte d autonomie. 7.1 Responsabilités de l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Identifier un intervenant responsable de ces modalités de référence et ce, afin d assurer l efficacité des processus de communication, de continuité inter établissements et de gestion des situations litigieuses ; Identifier les usagers répondant au profil clientèle du programme; Évaluer les besoins de l usager en collaboration avec le coordonnateur clinique du CSSS, Référer l usager à ce programme selon les modalités de référence décrites au paragraphe 6. MODALITÉS GÉNÉRALES D ARTICULATION; Informer l usager et/ou ses proches aidants des caractéristiques de ce programme en collaboration avec le coordonnateur clinique du CSSS; S assurer que les prescriptions en unidose des traitements, des médicaments et des rendez-vous médicaux sont à jour avant le départ de l usager; Fournir, lors de la sortie de l usager du centre hospitalier, les prescriptions, les médicaments et les fournitures médicales requises pour un minimum de 48 heures ; Planifier le congé dans un souci de continuité et ce, afin de répondre le plus efficacement possible aux besoins de l usager et de ses proches aidants ; S engager à reprendre le client sous ses soins dans les plus brefs délais dans l éventualité où l état de santé de l usager devient instable. 7.2 CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent Identifier un intervenant responsable (coordonnateur clinique) de ces modalités de références de même que des modalités de services et ce, afin d assurer l efficacité des processus de communication, de continuité inter établissements et de gestion des situations litigieuses; Assurer la gestion de l accès à ce programme et recevoir l inscription à ce programme selon les modalités de référence décrites au paragraphe 6. MODALITÉS GÉNÉRALES D ARTICULATION; S assurer que les usagers identifiés correspondent au profil clientèle du programme en collaboration avec l intervenant ciblé de l HSCM; Valider leur inscription à ce programme ou à un autre programme du CSSS du domicile de l usager en collaboration avec l intervenant ciblé de l HSCM,; Informer l usager et/ou ses proches aidants des caractéristiques de ce programme en collaboration avec l intervenant ciblé de l HSCM ; Collaborer, avec l intervenant ciblé de l HSCM, à l évaluation des usagers répondant au profil clientèle du programme; 8

9 S assurer de faire le lien, auprès de l intervenant ciblé de l HSCM, dans les situations complexes et litigieuses ; Recevoir électroniquement par DSIE les demandes d inscription au programme de l intervenant ciblé de l HSCM ; Apporter le soutien professionnel requis à la ressource non institutionnelle et ce, afin d assurer le suivi clinique de l usager (évaluation, élaboration du plan d intervention, suivi, réévaluation et réorientation) ; Assumer les services professionnels suivants requis selon le plan d intervention : soins infirmiers, ergothérapie, physiothérapie, services sociaux et nutrition clinique; Entreprendre les démarches en vue d un hébergement permanent en utilisant, au besoin, les lits d hébergement transitoire et ce, dans l éventualité d un échec de ce programme ; Transmettre à l Agence les données statistiques et opérationnelles en lien avec ce projet ; Fournir à l usager les fournitures médicales de même que le matériel requis pour un traitement spécialisé ; S assurer du suivi médical des usagers ; Établir des liens de partenariat avec le pharmacien communautaire de l usager ; Procéder à l évaluation de la qualité des services dispensés par l unité de convalescence; Procéder à l évaluation de la satisfaction des usagers et des proches aidants ; Procéder au recrutement et à la reconnaissance d une ressource non institutionnelle ; Procéder à la signature d une entente avec une ressource non institutionnelle de même que son renouvellement ; Assumer le paiement des services rendus par la ressource non institutionnelle et ce, en conformité avec l entente préalablement signée ; Procéder à l évaluation de la ressource non institutionnelle et lui apporter du support. 7.3 Ressource non institutionnelle La ressource non institutionnelle, reconnue comme une ressource intermédiaire, dispense les services d hébergement et de soutien ou d assistance.ces services doivent être de nature à aider l usager, à conserver, à améliorer ou à retrouver son autonomie, de manière à lui permettre de demeurer ou de s intégrer dans la communauté. Sans restreindre la sphère des responsabilités de la ressource non institutionnelle qui sera spécifiquement circonscrite dans l entente à intervenir avec le CSSS, de façon générale ces responsabilités comprennent des services d hébergement, des services de soutien et d assistance, des services de base et des services d intervention. Hébergement L hébergement consiste à offrir à l usager, un gîte adapté à ses besoins. Il peut être d une durée variable (maximum 12 semaines) et s actualiser à partir de différents types d organisation résidentielle. 9

10 Soutien et assistance Les services de soutien ou d assistance sont composés de l ensemble des services permettant d assurer à l usager une réponse adaptée à ses besoins et à sa situation (services de base et intervention). Services de base Les services de base comprennent l ensemble des services qui contribuent à assurer à l usager des conditions adéquates d hygiène (entretien ménager, entretien de la literie, entretien des vêtements), une alimentation équilibrée et un encadrement adéquat tel soutien et assistance 24 heures par jour et 7 jours/7 par un préposé aux bénéficiaires. Intervention L intervention consiste à assurer à l usager le soutien nécessaire pour surmonter ses difficultés ou encore à empêcher une détérioration de sa situation. Elle se réalise par un ensemble d activités dont les caractéristiques doivent être appropriées à la situation particulière de l usager et viser son maintien ou son intégration dans la communauté. La nature de l aide est habituellement définie dans le plan d intervention relatif à l usager. 7.4 Usager et/ou proche aidant S engager à collaborer aux soins et services afin de permettre aux intervenants de répondre le mieux possible aux besoins des usagers dans un objectif d optimisation du plan d intervention, et d un retour à domicile sécuritaire dans les délais prévus; S engager à fournir la médication prescrite pour toute la durée de la convalescence ou pour toute autre médication nécessaire en cours de séjour dans le respect des activités permises. 7.5 Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Procéder à l accréditation de la ressource non institutionnelle ciblée par le CSSS- 06; Assurer le budget annuel requis incluant également le paiement des frais de transport pour le suivi médical et le retour à domicile ; Assumer les coûts liés à l utilisation de matériel spécialisé de soins (fournitures médicales achat et/ou location d équipement) de même qu à l utilisation de médicaments coûteux ; Assumer le développement des indicateurs et procéder à l évaluation du projet en partenariat avec établissements concernés ; Procéder à l arbitrage en cas de litige. 10

11 8. CRITÈRES DE GESTION DU PROGRAMME Le CSSS-06 est en mesure de répondre 7 jours/7, de 7h00 à 22h00 ; Le transfert de l usager inscrit à la ressource non institutionnelle s effectue dans un délai de 48 heures. 11

12 9. DOCUMENTATION DE RÉFÉRENCE Direction générale des services sociaux (DGSS) et Direction des personnes âgées en perte d autonomie, Trajectoire de services aux personnes âgées en perte d autonomie-dans les régions de Québec, Montréal, Laval, la Montérégie et l Outaouais-projets- pilote 2007, MSSS, Québec, 9 février 2007, 9 pages. Établissements de santé et de services sociaux de la sous région de Longueuil en Montérégie, Cadre de gestion de ressources intermédiaires Convalescence, mai 2005, 24 pages. Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Personnes en perte d autonomie, programme de convalescence en ressources non institutionnelles, février 2007, 11 pages. Roy, Jacynthe, coordonnatrice aux personnes âgées, Programme d optimisation de l autonomie fonctionnelle biopsychosociale ayant pour cible le soutien à domicile des personnes âgées, Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup, avril 2005, 14 pages. 12

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

La réforme des services de santé et des services sociaux au Québec

La réforme des services de santé et des services sociaux au Québec et des services sociaux au Québec David Levine Président-directeur général Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de Montréal, 2005 Une réforme majeure Un

Plus en détail

Conférence plénière La gestion des urgences. Yves Bolduc

Conférence plénière La gestion des urgences. Yves Bolduc Conférence plénière La gestion des urgences Yves Bolduc La gestion des urgences au Québec Yves Bolduc Ministre de la santé et des services sociaux Le 9 février 2012 1 Clientèles prioritaires Personnes

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

COORDINATION DES PLACES DE STAGES EN MONTÉRÉGIE CADRE OPÉRATIONNEL

COORDINATION DES PLACES DE STAGES EN MONTÉRÉGIE CADRE OPÉRATIONNEL COORDINATION DES PLACES DE STAGES EN MONTÉRÉGIE CADRE OPÉRATIONNEL 6 décembre 2004 Révisé automne 2007 Adopté le 8 novembre 2007 par le Comité régional de coordination des stages TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL

CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL Section 1 Service de garde 1. Définition : Les services de garde en milieu scolaire

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE POUR LE SOUTIEN À DOMICILE

CADRE DE RÉFÉRENCE POUR LE SOUTIEN À DOMICILE CADRE DE RÉFÉRENCE POUR LE SOUTIEN À DOMICILE Présenté au Conseil d administration le 15 mars 2011 CSSS des Îles Cadre de référence pour le soutien à domicile - Mars 2011 1 Table des matières 1. Préambule

Plus en détail

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Approbation : CC-010627-1034 Amendée par : CC-080422-2877 Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S UJET : Politique de communication 1. LA RAISON D ÊTRE Les communications représentent un secteur

Plus en détail

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 La MARPA Un Label ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 Le Label MARPA 2015 Le Label MARPA est attribué par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole aux projets qui concrétisent les

Plus en détail

Politique sur la santé et le mieux être au travail

Politique sur la santé et le mieux être au travail Politique sur la santé et le mieux être au travail Politique adoptée au conseil administration Le 9 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FONCTION Emploi repère CCN : RESPONSABLE DE SECTEUR 1. Assistance de direction : 3.1 Représenter la structure dans le cadre

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

Le CSSS de Chicoutimi

Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi est un établissement dynamique, à l image des quelques 300 médecins et 3 300 employés et professionnels de la santé qui œuvrent, jour après jour, à transmettre

Plus en détail

Annexe 16. Centre collégial de soutien à l'intégration de l'ouest. Guide pour une demande de PRÊT d un appareil au Parc mobile des CCSI

Annexe 16. Centre collégial de soutien à l'intégration de l'ouest. Guide pour une demande de PRÊT d un appareil au Parc mobile des CCSI Annexe 16 Centre collégial de soutien à l'intégration de l'ouest Guide pour une demande de PRÊT d un appareil au Parc mobile des CCSI Table des matières Fiche de demande au Parc mobile... 3 Étapes relatives

Plus en détail

Programme Ressources humaines

Programme Ressources humaines No. de la directive Nb. de pages 5 Auteur: Direction des ressources humaines Approuvée par: Comité de gestion Programme Ressources humaines Titre: Programme de gestion de l assiduité au travail Entrée

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L ORGANISATION DES SERVICES ÉDUCATIFS AUX ÉLÈVES HANDICAPÉS OU EN DIFFICULTÉ D ADAPTATION OU D APPRENTISSAGE

POLITIQUE RELATIVE À L ORGANISATION DES SERVICES ÉDUCATIFS AUX ÉLÈVES HANDICAPÉS OU EN DIFFICULTÉ D ADAPTATION OU D APPRENTISSAGE DOCUMENT OFFICIEL POLITIQUE RELATIVE À L ORGANISATION DES SERVICES ÉDUCATIFS AUX ÉLÈVES HANDICAPÉS OU EN DIFFICULTÉ D ADAPTATION OU D APPRENTISSAGE Version officielle adoptée à la séance ordinaire du Conseil

Plus en détail

Prise en charge des épanchements pleuraux malins par les infirmières de milieux hospitalier et communautaire: une stratégie gagnante

Prise en charge des épanchements pleuraux malins par les infirmières de milieux hospitalier et communautaire: une stratégie gagnante Prise en charge des épanchements pleuraux malins par les infirmières de milieux hospitalier et communautaire: une stratégie gagnante Ginette Provost Isabelle Perreault Christiane Gravel 12 e colloque de

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 Vers un CSSS 2 e génération Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 1 Notre vision À l écoute de sa population et en collaboration avec ses partenaires, le CSSS du Nord de Lanaudière

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel Programme d accueil et d intégration Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Gestion et prévention environnementales

Gestion et prévention environnementales Gestion et prévention environnementales ERA.0E Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 42 unités 2/3. But

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Améliorer la continuité des soins pour la clientèle atteinte de cancer. Le rôle de l infirmière pivot. Amélie Corbeil. Le 20 novembre 2007 15 h

Améliorer la continuité des soins pour la clientèle atteinte de cancer. Le rôle de l infirmière pivot. Amélie Corbeil. Le 20 novembre 2007 15 h Améliorer continuité s soins pour clientèle cancer Le rôle l infirmière pivot Amélie Corbeil Inf., M.Sc., MBA Conseillère - Pratique santé Le 20 novembre 2007 15 h Pn présentation Contexte Objectifs l

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS

Plus en détail

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch CHARTE DES CMS www.avasad.ch ÉDITORIAL Vous avez entre les mains la nouvelle charte des Centres médico-sociaux (CMS). Ce document de référence, validé par le Conseil d Etat le 13 avril 2011, fonde la relation

Plus en détail

- SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE -

- SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE - - SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE - 1. OBJECTIFS 1.1 Préciser les orientations de la Commission scolaire quant à la mise en place, à l organisation et au fonctionnement des services de garde en milieu

Plus en détail

Politique relative à l admission et à l inscription des élèves pour l année scolaire 2015-2016 2 36

Politique relative à l admission et à l inscription des élèves pour l année scolaire 2015-2016 2 36 DOCUMENT OFFICIEL POLITIQUE RELATIVE À L ADMISSION ET À L INSCRIPTION DES ÉLÈVES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016 Adoptée par le Conseil des commissaires le 2 décembre 2014 par la résolution numéro C-087-12-14

Plus en détail

Management & Leadership

Management & Leadership Management & Leadership Certificat ASFC Brevet fédéral de «Spécialiste de la conduite d un groupe» «Diriger et apprendre ne sont pas dissociables.» - John F. Kennedy Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024

Plus en détail

Faire af faire. avec Hydro-Québec

Faire af faire. avec Hydro-Québec Faire af faire avec Hydro-Québec Sommaire Mot de la directrice Acquisition... 1 Introduction... 2 Règles d éthique d Hydro-Québec... 3 La qualité à Hydro-Québec... 3 Processus d acquisition de biens et

Plus en détail

utils de perfectionnement

utils de perfectionnement O Préambule utils de perfectionnement Les inhalothérapeutes travaillant dans les établissements de santé et services sociaux ont le devoir de dispenser des soins de qualité. Il est de leur responsabilité,

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS pour le développement professionnel des enseignantes et des enseignants Direction des études et Direction des services aux ressources humaines ADOPTÉE

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER Août 2013 LE SERVICE DE TRANSITION 2013-2014 MANDAT : Le mandat du Service de transition est d aider l élève à réussir sur les plans

Plus en détail

C.A. 273-6.7, 18 novembre 1992

C.A. 273-6.7, 18 novembre 1992 RÈGLEMENT RÈGLEMENT RELATIF À LA GESTION FINANCIÈRE SERVICE ÉMETTEUR : Direction des services administratifs ADOPTION : C.A. 273-6.7, 18 novembre 1992 DATE : 25 mars 2015 SECTION : Règlement NUMÉRO : R004

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

COMITÉ CLSC, Soutien à domicile. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012

COMITÉ CLSC, Soutien à domicile. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012 COMITÉ CLSC, Soutien à domicile du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012 INTRODUCTION. Sur les recommandations du Comité des usagers, le Comité

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques.

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques. SERVICES À LA CLIENTÈLE OBJET : Politique de déclaration des incidents et accidents SC-24 Page 1 de 12 1. Principes généraux : Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

Procédure de premiers secours et de premiers soins

Procédure de premiers secours et de premiers soins Procédure de premiers secours et de premiers soins D I R E C T I O N S A N T É E T M I E U X - Ê T R E A U T R A V A I L : : : Université Laval TABLE DES MATIÈRES 1. BUT... 3 2. OBJECTIFS... 3 3. DÉFINITIONS...

Plus en détail

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie

Document sur les conditions de travail. applicables. aux ressources humaines alternatives. dans un contexte de pandémie Document sur les conditions de travail applicables aux ressources humaines alternatives 29 mars 2006 Direction générale du personnel réseau et ministériel PANDÉMIE RESSOURCES HUMAINES ALTERNATIVES Conditions

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

Management & Leadership

Management & Leadership Management & Leadership Certificat ASFC Brevet fédéral de «Spécialiste de la conduite d un groupe» «Diriger et apprendre ne sont pas dissociables.» - John F. Kennedy Case postale 259 1951 Sion Tél. 027

Plus en détail

POLITIQUE DE RÉPARTITION DES RESSOURCES

POLITIQUE DE RÉPARTITION DES RESSOURCES POLITIQUE POLITIQUE DE RÉPARTITION DES RESSOURCES # 73-10 Adoption le 11 février 2014 Amendement le Mise en vigueur le 12 février 2014 Résolution # C.C.-3698-02-14 Autorisation Michelle Fournier Directrice

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre #

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre # Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois dans le secteur de la culture, du loisir et de la vie communautaire dans les arrondissements Titre # Politique d embauche du

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE RELATIVE AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR L utilisation du seul genre masculin dans ce document ne vise qu à alléger le texte et se fait sans discrimination. 1. OBJET 1.1. La présente politique

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Liège, le 30 janvier 2012 APPEL INTERNE et ETERNE AU CANDIDATURES

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

Accueil et insertion professionnelle des nouveaux enseignants

Accueil et insertion professionnelle des nouveaux enseignants Accueil et insertion professionnelle des nouveaux enseignants Aide-mémoire destiné aux CD/RP D i r e c t i o n d e s é t u d e s Juin 2 0 1 3 Présentation L insertion professionnelle est un processus dynamique

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE SOUTIEN DES ET DE ORGANISMES

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE SOUTIEN DES ET DE ORGANISMES POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES 1 Table des matières Préambule... 4 Mot du maire... 5 Objectifs... 6 Statuts de reconnaissance... 7 Reconnaissance des organismes... 8 Maintien

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec 27 juin 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

REGLEMENT DES FORMATIONS POST-DIPLÔMES SPECIALISEES EN SOINS

REGLEMENT DES FORMATIONS POST-DIPLÔMES SPECIALISEES EN SOINS Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins REGLEMENT DES FORMATIONS POST-DIPLÔMES SPECIALISEES EN SOINS pour les spécialisations en soins d anesthésie EPD ES

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013 POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET Modifié le 3 septembre 2013 Objectifs de la politique Accompagner dans son cheminement pédagogique et social. Assurer

Plus en détail

Sept propositions pour la modernisation de la gouvernance des hôpitaux publics

Sept propositions pour la modernisation de la gouvernance des hôpitaux publics Deuxième volet Sept propositions pour la modernisation de la gouvernance des hôpitaux publics 1- Le Conseil d Administration 2- Le Comité de Direction 3- Un dispositif de sécurité de gestion 4- La Commission

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Titre # Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans

Plus en détail

La classification des salariés

La classification des salariés La classification des salariés Cette Fiche pratique vous propose de vous présenter la grille de classification des salariés introduite par le chapitre 9 de la Convention collective nationale du sport (CCNS).

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 2 : Naissance, petite enfance et aide sociale Dijon, le vendredi 5 avril 2013 Personnes présentes Cf. annexe.

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2014

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, Centre affilié universitaire Novembre 2010 Ce document

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2013-2014. Vérification de l optimisation des ressources

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2013-2014. Vérification de l optimisation des ressources Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2013-2014 Vérification de l optimisation des ressources Printemps 2013 Personnes âgées en perte d autonomie Services à domicile

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2010-2015 RÉALISATIONS ET CIBLES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2010-2015 RÉALISATIONS ET CIBLES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2010-2015 RÉALISATIONS ET CIBLES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Lac à l épaule du CA -13 octobre 2012 Centre de santé et de services sociaux de Saint-Léonard et Saint-Michel

Plus en détail

Politique de gestion financière

Politique de gestion financière Politique de gestion financière Politique adoptée par le comité exécutif, le 30 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS... 1 OBJET... 1 1. RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE 1.1 Approbation du budget... 3

Plus en détail

Convalescence, répit ou dépannage : des problèmes de santé physique et mentale abordés dans un même lieu d hébergement

Convalescence, répit ou dépannage : des problèmes de santé physique et mentale abordés dans un même lieu d hébergement Date de révision : 8 mai 2013 Coup d œil Convalescence, répit ou dépannage : des problèmes de santé physique et mentale abordés Auteurs : Collaborateurs : Nom donné par les acteurs terrain : Région sociosanitaire

Plus en détail

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC 11 décembre 2015 Bulletin de la campagne Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC Dans les prochaines semaines, les organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux (OCASSS)

Plus en détail

Diploma of Advanced Studies HES-SO en Gestion et Direction d institutions éducatives, sociales et socio-sanitaires (DAS HES-SO GDIS)

Diploma of Advanced Studies HES-SO en Gestion et Direction d institutions éducatives, sociales et socio-sanitaires (DAS HES-SO GDIS) Formation continue HES-SO Domaines : Travail social ; Santé ; Economie & Services Requérant-e : Haute école de travail social de Genève (HETS-GE) 1er mars 2015 Diploma of Advanced Studies HES-SO en Gestion

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Rapport annuel de gestion 2011-2012. Tiré à part

Rapport annuel de gestion 2011-2012. Tiré à part Rapport annuel de gestion 2011-2012 Tiré à part travail d amélioration de la santé et du mieux-être d une population de plus en plus vieillissante. Ce nouveau plan d organisation inclut des modèles de

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS DÉFINITION : La présente règle de soins vise l encadrement de la pratique de l infirmière auxiliaire en salle d opération. Plus précisément, elle précise les activités du service interne exercées par l

Plus en détail

André Caron Conseiller pédagogique

André Caron Conseiller pédagogique Par André Caron Conseiller pédagogique Le chemin de l école 3 La Commission scolaire de la Baie-James 3 Les services éducatifs 3 Mécanismes d accès 3 Inscription 3 Classement de l enfant : Adaptation scolaire

Plus en détail