Frais d homologation : évaluation de l actif de la succession

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Frais d homologation : évaluation de l actif de la succession"

Transcription

1 Frais d homologation : évaluation de l actif de la succession Le présent bulletin Actualité fiscale est le deuxième d une série de deux bulletins consacrés aux frais d homologation. Il porte sur les biens à inclure dans le calcul de la valeur de la succession aux fins des frais d homologation. Nous y examinerons également les techniques de planification permettant d éviter ces frais. Les renseignements fournis dans le présent bulletin sont basés sur les exigences de la législation ontarienne. Même si la détermination de la valeur d une succession varie selon les provinces, les points analysés dans le présent bulletin valent en général pour les autres provinces, à l exception du Québec. Cependant, ce bulletin met particulièrement l accent sur les lois de l Ontario. Quels biens sont inclus aux fins du calcul des frais d homologation? On croit à tort qu il existe une liste des biens devant être évalués et sur lesquels les frais d homologation sont calculés. Chaque province a sa propre législation, qui prévoit de quelle façon la valeur d une succession et les frais d homologation sont déterminés. Par exemple, en Colombie-Britannique le ministère du Procureur général a émis des lignes directrices sur le calcul des frais d homologation. Il importe de connaître les exigences en vigueur dans les autres provinces lorsque la personne possède des biens dans plus d une province, étant donné que les frais d homologation s appliquent dans chaque province où la personne détient des biens. (Voir le premier bulletin de la série, intitulé «Le point sur les frais d homologation».) Dans certaines provinces, les frais d homologation ne sont pas importants; ainsi, en Alberta ils sont soumis à un plafond, et au Québec un montant minime est exigé pour l émission d une copie authentique du testament. Il s ensuit donc que les techniques de planification varieront d une province à l autre, selon le mode de calcul de ces frais. En Saskatchewan, tous les biens doivent être inclus dans le formulaire de demande d homologation, qu ils passent ou non par la succession. Par exemple, un contrat d assurance vie avec bénéficiaire désigné doit être indiqué dans le formulaire même si les sommes assurées qui seront versées au bénéficiaire désigné ne font pas partie de la succession. La législation de l Ontario sera examinée au moyen d un exemple sur les biens à inclure dans le calcul des frais d homologation. Actuellement en Ontario, il faut se reporter à deux textes de loi pour déterminer la valeur d une succession aux fins du calcul des frais d homologation. L article 2 de la Loi de l impôt sur l administration des successions de l Ontario confirme que la succession doit payer un impôt (appelé «impôt sur l administration des successions» («IAS»)) sur délivrance d un certificat successoral. Un certificat successoral inclut les lettres d homologation. En janvier 2013, l Ontario a adopté des mesures législatives concernant l administration des frais d homologation. Toutefois, la réglementation relative à l application de l impôt sur l administration des 1

2 successions, dont la gestion doit passer du ministère du Procureur général de l Ontario au ministère du Revenu de l Ontario, n a pas encore été publiée. La Loi sur la taxe de vente au détail devait aussi fournir les directives et procédures relatives aux règles concernant les cotisations, les oppositions, les appels et l exécution. À l heure actuelle, il n existe pas de loi permettant de clarifier les changements apportés et, de ce fait, il est impossible de savoir précisément quelle sera l incidence des nouvelles règles sur la planification. Dans la partie de la loi de l IAS consacrée aux définitions, la «valeur de la succession» qui doit être divulguée aux fins du calcul de l impôt fait référence à l article 32 de la Loi sur les successions de l Ontario. Cette valeur inclut «la valeur de tous les biens qui appartenaient au défunt au moment de son décès, déduction faite de la valeur réelle de toute charge qui grève les biens immeubles inclus dans ces biens». Selon le paragraphe 32(1) de la Loi sur les successions, la personne qui demande des lettres d homologation ou d administration doit fournir une déclaration exacte (sous serment ou par affirmation solennelle) précisant la valeur «totale» de tous les biens qui appartenaient au défunt au moment de son décès. L interprétation de cette section semble indiquer que l évaluation des biens est effectuée au moment du décès. Il est pertinent de déterminer la valeur des biens si l on considère que, par exemple, le capital-décès d un contrat d assurance vie pourrait avoir une incidence sur la juste valeur des actions d une société privée aux fins d homologation. Comme l évaluation a lieu au moment du décès, et non par la suite, au moment de l exigibilité du produit de l assurance vie, on présume que le produit ne serait pas inclus dans la valeur des actions, mais que la valeur de rachat, le cas échéant, le serait, sauf si la distribution des actions a été prévue dans un deuxième testament comme il est question ci-après. Comme il n y a actuellement aucune jurisprudence concernant la façon dont serait traité le produit de l assurance vie, il faudra attendre que les tribunaux se prononcent sur la question. La Loi sur les successions a été modifiée en 1998 et l ancien article 53 a été abrogé. Cet article stipulait que les frais étaient basés sur la valeur de «toute la succession». Maintenant que l article 53 a été abrogé, rien ne remplace cette expression. Le mot «totale» dans le paragraphe 32(1) ne fournit pas d autre indication et n est pas défini. En vertu du paragraphe 32(2), le demandeur doit fournir une évaluation de tout bien découvert après l octroi de l homologation, dans les six mois suivant la découverte de ce bien. Le formulaire de requête précise que la valeur de la succession ne comprend pas le produit d une assurance versé à un bénéficiaire désigné, les biens détenus conjointement et transmis en vertu d un droit de survie, ni les biens immobiliers situés hors de l Ontario. Comme le paragraphe 32(1) de la Loi sur les successions de l Ontario exige que la valeur «totale» des biens soit incluse dans la déclaration, il est difficile de rapprocher ce paragraphe du paragraphe 32(3) de la même loi, qui permet de limiter la requête à une partie des biens du défunt. En vertu de cette disposition, seuls les biens visés par la requête devraient être inclus dans le calcul de la valeur et ainsi, les frais d homologation seraient moins élevés que si tous les biens de la succession étaient évalués. À première vue, il semble que le demandeur pourrait dans une certaine mesure décider des biens à inclure dans la requête aux fins de l évaluation. Cependant, faire un choix parmi les biens afin d éviter les frais d homologation n est pas possible et limiter les biens afin de réduire les frais d homologation a été jugé non justifiable dans l affaire Sadler Estate (Re), (1991) 114 N.B.R. (2d) 262 et 41 E.T.R L exclusion de biens ne nécessitant pas un certificat successoral ou des lettres d administration semble respecter la limitation prévue au paragraphe 32(3) de la Loi sur les successions de l Ontario. On peut faire un deuxième testament pour les biens non soumis à une demande de lettres d homologation. Dans un tel cas, aucuns frais ne seraient exigés. La rédaction d un deuxième testament portant sur les biens non visés par l homologation semble fournir à la cour la preuve que ces biens devraient être exclus, comme dans l affaire Granovsky Estate v. Ontario, (1998) 156 D.L.R. (4th) 557, 53 O.T.C. 375, 21 E.T.R. (2d) 25. Même s il n existe pas un grand nombre de cas de jurisprudence sur l utilisation de testaments multiples, il semble possible de recourir à plusieurs testaments pour éviter que les frais d homologation soient perçus sur tous les biens de la succession. Cette stratégie exige toutefois de la prudence pour éviter qu un testament ne révoque pas l autre. Au besoin, le tribunal lira les deux testaments ensemble pour clarifier la volonté du testateur voir Kaptyn Estate (Re), (2008), 43 E.T.R. (3 rd ) 219 (O.S.C.J.) et ajoutera ou supprimera des mots afin de corriger une erreur voir Lipson v. Lipson, 2009 CanLII (ON SC). 2

3 Testaments multiples La mise en place d une stratégie basée sur l utilisation de multiples testaments dépend de la province où elle est appliquée. La Probate Act de la Nouvelle-Écosse ne permet pas le recours à de multiples testaments et cette stratégie n'est pas admise non plus au Manitoba. En Ontario, une telle stratégie peut être utilisée en vertu de la loi de l IAS. La Wills, Estates and Succession Act de la Colombie- Britannique a précisé qu il est permis d avoir recours à de multiples testaments dans cette province, pourvu que l exécuteur testamentaire ou les représentants personnels des testaments multiples soient différents. Comment la valeur d un bien est-elle déterminée? Une succession comporte une grande variété de biens, qui doivent être évalués pour qu on puisse déterminer la valeur «totale» de la succession aux fins de l administration en Ontario. En règle générale, c est la juste valeur marchande qui est utilisée à cette fin. Les biens sont évalués à leur valeur brute, non à la valeur nette, mais tout prêt hypothécaire grevant un bien immobilier peut réduire la valeur de celui-ci à hauteur du solde impayé de ce prêt. Selon le type de bien, l évaluation est parfois complexe. Nous n examinerons pas, dans le cadre de ce bulletin Actualité fiscale, l éventail des méthodes permettant de calculer la valeur des biens. Notons cependant que dans la plupart des cas on retiendra les services d un évaluateur professionnel spécialisé dans ce domaine. La valeur des biens est parfois difficile à déterminer. Par exemple, on retrouve des biens immobiliers dans la plupart des successions. Essentiellement, la valeur de ceux-ci peut être déterminée après entente entre les parties ou à la suite d une évaluation. Les parties peuvent se fonder sur la valeur marchande actuelle de propriétés similaires du même quartier. On peut également recourir à un évaluateur immobilier agréé pour déterminer la juste valeur marchande actuelle du bien. Les restrictions du droit de propriété peuvent rendre difficile la détermination de la juste valeur marchande d un bien immobilier. Par exemple, les services ou les droits de passage affectent le titre de propriété et par conséquent la valeur du bien. Le zonage peut également influer sur la valeur du bien. Enfin, lorsque le bien est situé à proximité de l eau, les problèmes environnementaux et l érosion peuvent en affecter la valeur. Les biens meubles (ou biens mobiliers) s opposent aux biens immeubles (ou biens immobiliers). Il s agit de biens personnels sans lien avec l immobilier. Ils incluent notamment les automobiles, les bijoux ou les meubles. Il est souvent difficile d établir la juste valeur marchande de tels biens lorsqu ils sont usagés. Dans un tel cas, on pourra recourir aux services d un encanteur ou d un évaluateur. Si les biens à évaluer sont des antiquités ou des bijoux, il est recommandé de s adresser à un évaluateur spécialisé dans ces biens. Les biens énumérés ci-dessus sont des exemples de biens corporels qui ont une existence tangible. En général, il est beaucoup plus facile d établir la valeur des biens corporels que celle des biens incorporels. Le terme «incorporel» fait référence à un droit plutôt qu à un objet physique. Les biens incorporels incluent l achalandage, les marques de commerce, les droits d auteur ou les franchises. L expression «biens incorporels» est surtout utilisée en fiscalité. Les biens incorporels sont des biens qui n ont pas de valeur intrinsèque ou commercialisable. La valeur des biens incorporels est attestée par exemple par un billet à ordre, une action ou une obligation. Les biens incorporels incluent également les réclamations et les intérêts. Pour déterminer la valeur d un bien incorporel, on se reportera aux contrats ou aux ententes écrites pouvant fournir des précisions sur la façon dont les droits ou les intérêts doivent être évalués. En l absence de tels documents ou si ceux-ci ne fournissent aucune précision sur la valeur, il pourra être nécessaire de demander l opinion d un expert au sujet de la juste valeur marchande des biens incorporels. Les biens incorporels ne doivent pas toujours être inclus dans le calcul de la valeur de la succession pour déterminer les frais d homologation. Par exemple, les actions d une société fermée sont des biens incorporels pouvant être exclus. En vertu du paragraphe 67(2) de la Loi sur les sociétés par actions de l Ontario, l homologation n est pas exigée pour le transfert des actions. Une société peut considérer l exécuteur, l administrateur, l héritier ou le représentant successoral des héritiers comme le détenteur inscrit d une valeur mobilière. Selon le paragraphe 76(1) de la Loi canadienne sur les sociétés par actions, on peut transférer des actions dans des cas restreints sans demander l homologation du testament. (Voir la première partie de ce bulletin Actualité fiscale, intitulé «Le point sur les frais d homologation».) Cependant, la loi n est pas tout à fait claire à ce sujet. Si on ne peut invoquer les dispositions de la législation et si l homologation est requise, il faudrait recourir à un évaluateur certifié d entreprise. La plupart du temps, la valeur de la succession correspondra à la valeur des biens 3

4 corporels ou à la valeur déterminée selon la méthode des bénéfices capitalisés, selon celle qui est la plus élevée. La valeur d une assurance vie, en général, n est pas incluse dans le calcul de la valeur de la succession étant donné que l évaluation porte sur la valeur immédiatement avant le décès. L endroit où un bien incorporel est détenu peut être un facteur pertinent pour déterminer si des frais d homologation devraient s appliquer ou non à ce bien. Ainsi, dans l affaire Re : The Estate of Bessie Bloom, deceased, 2004 BCSC 70 (CanLII), un tribunal a conclu que les actions et les obligations garanties et non garanties n étaient pas soumises aux frais d homologation en Colombie-Britannique, car ces titres avaient été achetés à Toronto et conservés dans cette ville. Techniques de planification permettant d éviter les frais d homologation Même si on ne peut pas soustraire la valeur de certains biens du calcul des frais d homologation, une bonne planification peut réduire considérablement ces frais. Diverses techniques permettent de soustraire des biens du calcul de la valeur de la succession. L homologation peut être évitée dans le cas de biens qui sont transmis aux bénéficiaires désignés sans passer par la succession. Il est possible de se soustraire à l homologation en utilisant certaines techniques. Cependant, celles-ci ne doivent pas aller à l encontre des volontés du testateur ni mettre en péril les droits sur l actif de la succession. Voici donc des renseignements sur les techniques pouvant être utilisées pour limiter les frais d homologation, ainsi que sur les aspects à considérer au moment d y recourir (les biens visés par la législation provinciale de l Ontario sont mentionnés ci-dessous). 1) L existence d un testament valide peut éviter une succession intestat (également appelée ab intestat). Lorsqu une personne décède intestat, les frais d homologation s appliquent automatiquement. Par conséquent, le fait d avoir un testament rédigé et signé est un moyen d éviter d avoir à payer des frais d homologation. 2) Détenir des biens en tenance conjointe avec un conjoint, un enfant ou un membre de la famille est un des moyens d éviter les frais d homologation. Lorsqu il y a tenance conjointe, les droits du défunt sont transmis automatiquement aux survivants au décès, de sorte que le transfert s effectue sans homologation en dehors de la succession. Cependant, dans le cas de titres, il importe de faire preuve de prudence. (Voir le bulletin Actualité fiscale intitulé «Propriété conjointe et assurance vie». Les éléments exposés ci-après doivent être pris en considération. a) La propriété conjointe entraîne une perte de contrôle sur le bien. Prenons l exemple d une personne qui désignerait son enfant comme propriétaire conjoint de son compte de banque pour éviter les frais d homologation. Dans ce cas, l argent contenu dans le compte conjoint est transféré en vertu du droit de survie et échappe aux frais d homologation. Cependant, tant le père ou la mère que l enfant ont accès aux fonds, ce qui n est pas nécessairement le résultat souhaité. b) Il arrive fréquemment qu une personne âgée transfère des biens en propriété conjointe à un enfant afin que celui-ci puisse l aider à administrer ses finances et dans le but d éviter les frais d homologation au décès. Cependant, au décès, il faut déterminer si le transfert avait pour but d effectuer un don ou s il a été fait seulement pour des raisons d ordre pratique. Dans deux arrêts rendus par la Cour suprême du Canada, soit les arrêts Pecore c. Pecore 2007, CSC 17 (CanLII) et Succession Madsen Estate c. Saylor, 2007, CSC 18 (CanLII), la Cour a dû déterminer si le défunt avait eu l intention de transférer ses fonds au cotitulaire du compte ou s il souhaitait qu ils soient plutôt distribués conformément à son testament. S il est impossible de déterminer les intentions du défunt ou si ces intentions ne sont pas claires, la Cour s en remet à la présomption d avancement ou de fiducie résultoire. Il faut alors se demander si le cédant a voulu léguer un héritage avant son décès ou s il a transféré son actif pour qu il soit détenu en fiducie au profit des bénéficiaires. Dans l arrêt Madsen, la Cour a précisé que la présomption d avancement ne tient pas lorsque des enfants mineurs sont concernés. Dans l arrêt Pecore, les juges ont souligné qu un compte conjoint pouvant être établi pour plusieurs raisons, chaque cas est une question de fait et il faut trancher selon les éléments de preuve soumis. Dans Madsen, la Cour a conclu à l existence d une fiducie résultoire, les documents bancaires examinés ne permettant pas de déterminer clairement qu un compte conjoint avait été établi. 4

5 c) Il faut également tenir compte du droit de la famille en cas de dissolution ou de rupture du mariage de l enfant, lorsque celui-ci détient un bien conjointement avec son père ou sa mère. Il est alors possible que le bien soit visé par le processus d égalisation des biens en Ontario. d) Lorsqu un bien détenu en propriété unique devient un bien en propriété conjointe, il faut tenir compte des incidences fiscales de ce changement. Par exemple, si un chalet dont la valeur s est appréciée est transféré en propriété conjointe du père ou de la mère à un enfant, le chalet fait l objet d une disposition à la juste valeur marchande de l intérêt reçu par l enfant. Le père ou la mère doit alors inclure tout gain en capital résultant du transfert dans son revenu imposable. Ce changement entraîne également une perte de contrôle sur le bien parce qu il faut obtenir le consentement du propriétaire conjoint pour vendre, transférer ou hypothéquer le bien. e) La tenance conjointe expose également les droits dans le bien aux créanciers du propriétaire conjoint. f) Le transfert d un bien à un conjoint pose un problème. On doit tenir compte des dispositions de la Loi sur le droit de la famille de l Ontario. Le conjoint survivant peut demander l égalisation des biens en vertu de cette loi, et comme l évaluation des biens est faite la veille de la date du décès du conjoint, la valeur nette des biens familiaux ne tiendra pas compte du droit de survie. Ainsi, la valeur des biens appartenant au conjoint décédé sera incluse dans le calcul de la valeur nette des biens familiaux en dépit du fait que le bien aurait été transmis en vertu du droit de survie et qu il ne peut donc pas servir aux fins de l égalisation. 3. Le don pur et simple d un bien du père ou de la mère à un enfant entraîne le transfert du bien à l extérieur de la succession. Il importe cependant de tenir compte des aspects mentionnés ci-dessus. Dans ce cas-ci également, le père ou la mère perd le contrôle sur le bien. Il faut également tenir compte des incidences fiscales du transfert d une immobilisation dont la valeur s est appréciée. En cas de rupture du mariage, le bien pourrait être inclus dans la valeur nette des biens familiaux de l enfant ou être réclamés par les créanciers de l enfant auquel le bien a été transféré. 4. Le transfert de biens dont la valeur ne s est pas appréciée dans une fiducie entre vifs permettra d exclure la valeur de ces biens de l actif de la succession et donc de l application des frais d homologation. Alors que le transfert d une immobilisation à une fiducie entraîne la disposition du bien à la juste valeur marchande, le transfert d un bien dont la valeur ne s est pas appréciée est plus avantageux. Si la fiducie est révocable, le revenu ainsi que les pertes et les gains en capital seront attribués au constituant de la fiducie de son vivant. En outre, les modifications techniques révisées de la loi fédérale de l impôt sur le revenu feront en sorte qu il sera plus facile pour un particulier de plus de 64 ans de recourir à une fiducie entre vifs plutôt qu à un testament. À l instar d une fiducie de conjoint, une fiducie au profit de soi-même et une fiducie mixte au profit du conjoint supposent que les bénéficiaires subsidiaires recevront le revenu et le capital de la fiducie après le décès du constituant ou du conjoint survivant. L actif de la fiducie n entre pas dans le calcul de la valeur de la succession et échappe donc aux frais d homologation. 5. Les biens immobiliers situés à l extérieur de l Ontario ne sont pas assujettis à l homologation en Ontario. Ils peuvent cependant être assujettis aux frais d homologation applicables dans la province où ils sont situés. Par contre, les biens meubles situés à l extérieur de l Ontario sont assujettis à l impôt sur les successions de l Ontario. 6. À la suite d une homologation en Ontario, la valeur de la succession est réduite d une charge qui grève les biens immeubles. Par conséquent, les créances garanties par les biens immobiliers (hypothèques) permettent de réduire la valeur de ces biens. 5

6 7. Comme nous l avons déjà mentionné, le recours à des testaments multiples peut constituer une technique de planification visant à éviter les frais d homologation dans les ressorts où ce recours est permis. Ainsi, l un des testaments pourrait traiter des actifs nécessitant une homologation alors que l autre traiterait des actifs qui peuvent être transmis sans homologation. Le tribunal a accepté cet argument dans l affaire Granovsky, dont nous avons parlé ci-dessus. Cependant, la rédaction du testament peut présenter un problème, car il n est pas certain que le tribunal considérera le deuxième testament comme étant valable (voir l arrêt Kaptyn Estate (Re), (2008) 43 E.T.R. (3d) 219 (O.S.C.J.)) On peut également rédiger un testament qui porte sur les biens situés en Ontario et en rédiger un autre pour les biens situés dans une autre province. Même si les deux types de biens seront assujettis aux frais d homologation, on pourra réaliser des économies si les frais d homologation sont moins élevés dans une province que dans l autre. 8. On peut également transférer des biens et des dettes personnels à une société par actions, contre des actions de celle-ci. Cette technique est efficace pour réduire la valeur de la succession. Comme les dettes ne peuvent être déduites que si elles constituent une charge grevant des biens immeubles, on ne pourrait pas autrement s en servir pour réduire la valeur de la succession. Cependant, lors du transfert, les biens ne sont pas protégés contre les créanciers de la société. 9. On peut également envisager de transférer des biens dans une province où les frais d homologation sont moins élevés. Par exemple, le propriétaire unique d une entreprise individuelle établie en Ontario peut transférer l entreprise afin qu elle soit assujettie aux lois d une autre province. Il faut dans ce cas tenir compte de la différence dans les taux d imposition provinciaux et dans l impôt sur le capital payable dans l autre province. 10. Les sommes versées aux bénéficiaires désignés des contrats d assurance et de rentes (dont ceux enregistrés à titre de REER ou de FERR) ne passent pas par la succession et ne sont pas assujettis aux frais d homologation. Selon le paragraphe 196(1) de la Loi sur les assurances de l Ontario, les sommes assurées payables à un bénéficiaire désigné ne font pas partie de la succession de l assuré. Le terme «bénéficiaire» désigne une personne autre que l assuré ou son représentant personnel, à qui ou au profit de qui le produit de l assurance est payable aux termes du contrat ou d une déclaration. En Ontario, le formulaire d homologation du tribunal, promulgué par règlement, exige une liste des biens de la succession pour déterminer la valeur de l actif de la succession. On y indique que le produit de l assurance n est pas inclus dans les biens lorsque ce produit est payable à un bénéficiaire désigné ou cédé à titre onéreux. Il peut donc être avantageux d utiliser des fonds qui, autrement, seraient soumis aux frais d homologation, comme des CPG, pour souscrire un contrat d assurance avec bénéficiaire désigné. À noter cependant que, lorsque les ayants droit sont nommés bénéficiaires, la valeur totale du produit de l assurance fait partie de la succession et est assujettie aux frais d homologation. Bien que les lois ontariennes n exigent pas qu un contrat d assurance avec désignation de bénéficiaire (autre que les ayants droit) figure dans les formulaires d homologation, il en est autrement en Saskatchewan. Cette obligation de divulgation n existe dans aucune autre province. Cela signifie qu en Saskatchewan, les désignations de bénéficiaires sont rendues publiques au moment de la demande d homologation. 6

7 11. L exception excluant les contrats d assurance et de rentes lorsqu une désignation est effectuée en faveur d un particulier et non des ayants droit semble également s appliquer aux REER et aux FERR non établis par un assureur, sauf au Québec. Bien que la Colombie-Britannique, le Nouveau- Brunswick et l Île-du-Prince-Édouard soient les seules provinces qui excluent clairement ces éléments d actif par voie législative, il existe une jurisprudence qui vient appuyer l exclusion. (Voir l affaire Succession Baltzan c. Ministère du revenu du Canada, [1990] 3 W.W.R. 374, 82 Sask. R. 280, 37 ETR 111 (Sask. Surr Ct.). Bien que la jurisprudence dans ce domaine porte principalement sur les réclamations des créanciers et non sur l homologation, on peut appliquer la même logique aux frais d homologation liés au produit d un régime inclus dans la succession. Dans la décision rendue dans l affaire antérieure CIBC c. Beshara, (1989) 68 O.R. (2d) 443 (Ont. H.J.C.), le tribunal a statué que, malgré le fait que le REER avait été souscrit auprès d une société de fiducie et que le rentier avait désigné son conjoint à titre de bénéficiaire, le produit du régime devait être inclus dans la succession. Toutefois, ce point semble avoir été réglé au cours d une affaire plus récente, celle de Amherst Crane Rentals v. Perring, [2004] S.C.C. N o 430 (Q.L.). En effet, la Cour d appel de l Ontario a établi qu un REER comportant un bénéficiaire désigné jouissait d une protection contre les créanciers du rentier décédé. La Cour suprême du Canada a rejeté la requête en autorisation d appel. Par conséquent, la jurisprudence appuie la présomption selon laquelle les produits de régimes enregistrés ne sont pas inclus dans les successions. Les produits non enregistrés et ceux établis par des sociétés autres que des compagnies d assurance seraient inclus aux fins de l homologation. Contrairement aux CIG émis par un assureur, dans le cas d un CIG établi par un autre type d institution financière, on ne peut pas désigner de bénéficiaire. Le produit du CIG doit donc passer par la succession, et des frais d homologation s appliquent. 12. Les sommes versées aux termes des régimes de retraite enregistrés sont assujetties aux dispositions des diverses lois sur les prestations de retraite. Le paragraphe 48(1) de la Loi sur les régimes de retraite de l Ontario, par exemple, comporte une disposition déterminative selon laquelle les sommes payables doivent être versées au conjoint s il y en a un lors du décès. La plupart des provinces ont des dispositions similaires. à l exception de l Île-du-Prince-Édouard qui ne dispose pas actuellement de lois sur les pensions. Les provinces de la Colombie-Britannique, de l Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, ainsi que la Loi sur les normes de prestation de pension du gouvernement fédéral (qui s applique aux entreprises sous réglementation fédérale telles que les banques) vont un peu plus loin en interdisant le versement d une somme forfaitaire lorsque le conjoint y a droit. Dans ces juridictions, les prestations doivent rester immobilisées en vue de procurer une rente de retraite au conjoint. Lorsqu il n y a pas de conjoint, toutes les juridictions permettent le versement d une somme forfaitaire à un bénéficiaire désigné. (Voir le paragraphe 48(6) de la Loi sur les régimes de retraite de l Ontario.) Par conséquent, lorsqu il n y a ni conjoint ni bénéficiaire désigné, les prestations de retraite sont versées à la succession et assujetties au paiement de frais d homologation. 13. Lorsqu un règlement échelonné est en cours, c est la succession que le titulaire du contrat (l assureur de dommages ou le cessionnaire) désignera la plupart du temps comme bénéficiaire. Le titulaire préfère cette désignation parce que l homologation devient alors nécessaire et que la validité du testament sera confirmée par le tribunal. Le titulaire est alors certain que le produit du règlement sera versé au bon bénéficiaire. Pour que les sommes ne soient pas versées à la succession, le titulaire devrait accepter de désigner un bénéficiaire autre que sa succession. Une des techniques de planification permettant d éviter que le produit du règlement soit assujetti à l homologation consiste à le verser à un fiduciaire conformément aux dispositions du testament. Le fiduciaire est nommé bénéficiaire du contrat de rente et les fonds versés dans le cadre du règlement échelonné ne passeraient pas par la succession. Il se peut toutefois que le titulaire s oppose à ce genre d arrangement pour les raisons mentionnées précédemment. 14. Les prestations d emploi offertes par l employeur ou par l État, qui n ont pas été versées à la date du décès et qui deviennent payables à la succession du défunt seront incluses dans la valeur de la succession. Si l homologation est exigée pour le versement des prestations, le montant des prestations sera compris dans la valeur «totale» de la succession. L Annexe A donne des exemples de biens qu il faut inclure ou exclure pour le calcul des frais d homologation. 7

8 Considérations associées au budget fédéral de 2014 Un dernier point doit être soulevé en relation avec les renseignements fournis aux présentes. Le budget fédéral 2014 contient des propositions législatives. L un des changements proposés dans le cadre de celles-ci est l introduction du concept de «succession assujettie à l imposition à taux progressifs (SAITP)». Selon la définition du projet de loi, la SAITP d un particulier qui est une fiducie testamentaire correspond à «la succession» ayant commencé à exister au décès du particulier et par suite de ce décès pour une période maximale de 36 mois suivant celui-ci. La succession doit se désigner elle-même comme une SAITP et aucune autre succession ne peut se désigner à ce titre à l égard du particulier visé. En conséquence, toute planification liée à l homologation devra dorénavant tenir compte de la SAITP. Par exemple, s il existe deux testaments, l un portant sur les actifs importants pouvant être assujettis à l homologation (comme des biens immobiliers, des actions de sociétés cotées, etc.), et l autre portant sur les actifs non assujettis à l'homologation (p. ex., des actions de sociétés fermées), et que des fiduciaires différents sont nommés dans ces testaments, il est vraisemblable qu une seule des fiducies visées serait réputée constituer la succession et l autre, la SAITP. Des enjeux d ordre fiscal pourraient alors se poser. Pour de plus amples précisions au sujet de ces enjeux potentiels, voir le bulletin Question de fiscalité, Changements fiscaux aux fiducies testamentaires bien plus que l élimination des taux progressifs. Conclusion Il n existe pas de liste (préétablie) pouvant être utilisée pour déterminer quels biens doivent être évalués et inclus pour le calcul des frais d homologation. Certaines techniques de planification permettent de réduire considérablement les frais d homologation. Il faut cependant s assurer que ces techniques ne vont pas à l encontre des volontés du testateur ou n ont pas d effets défavorables. Dernière mise à jour : octobre 2014 Le Service Fiscalité, retraite et planification successorale de Manuvie rédige régulièrement divers articles. Cette équipe, composée de comptables, de conseillers juridiques et de professionnels de l assurance, fournit des renseignements spécialisés sur des questions touchant le droit, la comptabilité et l assurance vie, ainsi que des solutions à des problèmes complexes de planification fiscale et successorale. En publiant ces articles, Manuvie ne s engage pas à fournir des conseils professionnels d ordre juridique, comptable ou autre. Pour obtenir ces types de conseils, on aura recours aux services d un spécialiste. Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention des clients. Le présent document est protégé par le droit d auteur. Il ne peut être reproduit sans l autorisation écrite de Manuvie. Le nom Manuvie, le logo qui l accompagne, les quatre cubes et les mots «solide, fiable, sûre, avant-gardiste» sont des marques de commerce de La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers qu elle et ses sociétés affiliées utilisent sous licence. 8

9 ANNEXE A Biens à inclure dans le calcul de la valeur de la succession aux fins de l impôt sur les successions (exemple valable pour l Ontario) Pour bien comprendre quels biens sont inclus dans la valeur de la succession et quels biens sont exclus de ce calcul, prenons l exemple du contribuable suivant. Résidence familiale de $ située en Ontario, enregistrée uniquement au nom du contribuable et grevée d un prêt hypothécaire de $. Droits correspondant au quart d un chalet situé en Ontario et détenu en tenance commune. Il n y a pas d hypothèque sur le chalet, dont la valeur est de $ (la part du contribuable est donc de $). Assurance vie de $ payable à un bénéficiaire désigné. BMW d une valeur de $ (prêt automobile de $). Billet à ordre de $ signé par un frère du contribuable. Droits correspondant au quart d un chalet de ski situé à Banff en Alberta, d une valeur de $ et détenu en tenance commune (la part du contribuable est donc de $). REER de $ souscrit auprès d une compagnie d assurance et pour lequel un bénéficiaire a été désigné. Obligations d épargne du Canada d une valeur de $, détenues conjointement avec le fils du contribuable et immatriculées comme telles auprès de la Banque du Canada. Actions d un montant de $ dans une société fermée (entreprise familiale); elles font l objet d un deuxième testament, dont la validité n est pas contestée par les administrateurs. La valeur de la succession aux fins de l impôt sur les successions est de $. On suppose que les actions ne sont pas soumises à l homologation en raison de l arrêt Granovsky (mentionné dans le présent bulletin Actualité fiscale), dans lequel le tribunal a statué que les actions, régies par un deuxième testament dont la validité n est pas contestée par les administrateurs, sont exclues de l homologation. Biens exclus 1) Assurance vie il y a un bénéficiaire désigné autre que la succession. 2) Les droits dans le chalet de Banff ce bien n est pas situé en Ontario. 3) REER il y a un bénéficiaire désigné autre que la succession. 4) Obligations d épargne du Canada détenues conjointement et immatriculées comme telles. 5) Actions elles seraient exclues selon l arrêt Granovsky. 9

10 Biens inclus 10 1) La résidence familiale située en Ontario, mais on peut soustraire le solde du prêt hypothécaire. 2) Les droits correspondant au quart du chalet situé en Ontario. 3) La valeur totale de la BMW est incluse. Comme il ne s agit pas d un bien immobilier, on ne peut pas soustraire le solde impayé du prêt. 4) Le billet à ordre. L impôt sur les successions payable en Ontario s applique comme suit* : 5 $ par tranche de $ jusqu à $; et 15 $ par tranche de $ sur l excédent. L impôt sur les successions payable dans l exemple ci-dessus est calculé comme suit : Valeur totale de la succession aux fins de l impôt sur les successions = $ Montant payable sur les premiers $ = 250 $ Montant payable sur l excédent = $** Montant total de l impôt sur les successions payable en Ontario = $ ** Après la première tranche de $, l excédent est de $. Ce montant est arrondi à $. * Note. Les frais d homologation provinciaux peuvent être modifiés; un tableau à jour figure dans Inforep. 10

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé

Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé Introduction Il existe plusieurs situations où il peut être intéressant pour une société de transférer un contrat d

Plus en détail

Solutions d'assurance pour les particuliers

Solutions d'assurance pour les particuliers Solutions d'assurance pour les particuliers Solide. Fiable. Sûre. Avant-gardiste. Vous nous avez dit que l un de vos plus grands défis était d aider vos clients à trouver des solutions s adaptant à leurs

Plus en détail

Aidez vos clients à planifier leur avenir

Aidez vos clients à planifier leur avenir Aidez vos clients à planifier leur avenir L assurance en réponse aux besoins de planification personnelle de votre client Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention

Plus en détail

Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur)

Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur) SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur) Note : Certains renseignements contenus dans la présente liste peuvent ne pas s

Plus en détail

Protection contre les créanciers et assurance vie

Protection contre les créanciers et assurance vie Protection contre les créanciers et assurance vie Introduction En général, les biens d un particulier ou d une entité constituent pour les créanciers une garantie en cas du non-paiement de dettes, peu

Plus en détail

Introduction Son mécanisme

Introduction Son mécanisme La rente-assurance Introduction L une des préoccupations de nombreuses personnes âgées est de maximiser leurs sources de revenu de retraite régulier sans devoir réduire le montant qu ils destinent à leurs

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

16 Solut!ons pour planifier vos finances

16 Solut!ons pour planifier vos finances Quelles options s offrent à vous en cette saison des REER? 16 Solut!ons pour planifier vos finances Coup d œil sur les fonds communs et les fonds distincts Vous savez sûrement que vous devriez cotiser

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Nous sommes avec vous, au décès d un proche

Nous sommes avec vous, au décès d un proche Nous sommes avec vous, au décès d un proche Le décès d un proche peut bouleverser votre monde. Votre conseiller financier peut alléger votre fardeau. Nous savons que vous traversez une épreuve difficile

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI Comment tirer le maximum de votre CELI STRATÉgie placements et fiscalité n o 17 Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) est un excellent instrument d épargne, mais il faut savoir dans quelles circonstances

Plus en détail

Nous sommes avec vous, au moment où vous en avez le plus besoin. Au décès d un proche.

Nous sommes avec vous, au moment où vous en avez le plus besoin. Au décès d un proche. Nous sommes avec vous, au moment où vous en avez le plus besoin. Au décès d un proche. BMO Groupe financier peut vous aider Nous savons que vous traversez une épreuve difficile. Le décès d un proche peut

Plus en détail

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE PRIMERICA DU CANADA FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À L IMMOBILISATION DES FONDS CRI DE L ONTARIO Votre addenda Vous trouverez ci-joint l addenda relatif à l immobilisation

Plus en détail

Journal d inventaire de la succession

Journal d inventaire de la succession Journal d inventaire de la succession Introduction L une des principales responsabilités du liquidateur d une succession consiste à dresser la liste des biens et des dettes de la personne décédée. C est

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS

QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS février 2015 TABLE DES MATIÈRES Comment s applique l impôt successoral Historique de l impôt successoral Taux et exemptions de l impôt successoral Idées de planification Résumé QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 5 Retirer des fonds d un régime immobilisé Les fonds de pension constituent une source importante de revenu

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Compte de dividendes en capital

Compte de dividendes en capital Compte de dividendes en capital Introduction Au Canada, l imposition des sociétés privées repose sur le principe fondamental de l intégration. Le bénéfice réalisé par une société privée et distribué à

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Les pieds pendant au bout du quai? Planification fiscale et successorale pour votre propriété de vacances

Les pieds pendant au bout du quai? Planification fiscale et successorale pour votre propriété de vacances Les pieds pendant au bout du quai? Planification fiscale et successorale pour votre propriété de vacances Au cours des mois d été, de nombreuses familles se réfugient loin du tourbillon de la vie quotidienne

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

T R AT É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É

T R AT É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É Service Fiscalité et SFR Retraite STRATÉGIES PLACEMENTS ET FISCALITÉ 17 PROFITER AU MAXIMUM DE VOTRE CELI LOUISE GUTHRIE B. Math, FLMI, ACS, CAM, CFP, EPC, FDS Vice-présidente adjointe Service Fiscalité

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Mandat et planification successorale

Mandat et planification successorale Mandat et planification successorale Nombre d entre nous considèrent le mandat (également appelé procuration) comme un document essentiel au plan successoral. Ce document est utilisé lorsque le mandant

Plus en détail

Addenda au Compte de retraite immobilisé (CRI) Alberta

Addenda au Compte de retraite immobilisé (CRI) Alberta Addenda au Compte de retraite immobilisé (CRI) Alberta Sur réception des fonds immobilisés, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers déclare en outre ce qui suit : Le présent addenda fait partie du contrat

Plus en détail

Guide de planification testamentaire

Guide de planification testamentaire Servez-vous de ce guide de planification testamentaire avant de rencontrer votre avocat ou notaire pour rédiger votre testament. L information qu il renferme vous sera utile pendant vos entretiens avec

Plus en détail

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 6 Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt Les stratégies de

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide de planification testamentaire

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide de planification testamentaire SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide de planification testamentaire Table des matières Glossaire... 1 Introduction... 2 Votre patrimoine... 2 Vos légataires Votre conjoint...

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

LES FAITS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI)

LES FAITS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) LES FAITS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) Tout ce que vous devez savoir au sujet des CELI Avant 2009, la plupart des Canadiens plaçaient leurs épargnes dans un REER, puisque leurs cotisations étaient

Plus en détail

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois.

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois. Régime Nº d identification de la caisse ou de la credit union Folio AVENANT NOUVEAU FRV ONTARIO AVENANT À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE DES CAISSES ET CREDIT UNIONS (FRR 1459)

Plus en détail

Demande de modification mineure

Demande de modification mineure 1, Complexe Desjardins 95 St. Clair Avenue West ontréal (Québec) H5B 1E2 Toronto ON 4V 1N7 Assurance Épargne Demande de modification mineure Remplir le formulaire EN LETTRES AJUSCULES. Instructions Veuillez

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) PLANIFICATION FISCALE Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) est un instrument d épargne lancé en 2009 permettant aux résidents canadiens

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

GUIDE DU RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-INVALIDITÉ

GUIDE DU RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-INVALIDITÉ VIE IMPOSITION VOLATILITE REVENU EROSION GUIDE DU RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-INVALIDITÉ ÉPARGNER POUR UN AVENIR SÉCURITAIRE Les personnes handicapées et leurs proches font face à des défis financiers

Plus en détail

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant.

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant. DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C. FONDS DE REVENU DE RETRAITE, FRR 1503 ENTENTE EN VERTU DE LA Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension concernant les transferts de FONDS DE PENSION

Plus en détail

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée le 19 octobre 2010 Jamie Golombek 1 CA, CPA, CFP, CLU, TEP Directeur général de la planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Résumé On recommande habituellement

Plus en détail

Les incidences fiscales de l assurance vie détenue par une société

Les incidences fiscales de l assurance vie détenue par une société Les incidences fiscales de l assurance vie détenue par une société Au moment de souscrire une police d assurance, il est important de se demander si le titulaire devrait être une personne ou une société.

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

Rentes immédiates RBC. Comment transformer votre épargne en une source de revenu pour votre retraite

Rentes immédiates RBC. Comment transformer votre épargne en une source de revenu pour votre retraite Rentes immédiates RBC Comment transformer votre épargne en une source de revenu pour votre retraite 2 Rentes immédiates RBC Après avoir passé des années à épargner et à investir pour l avenir, vous serez

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

présent article, les particuliers devraient consulter un conseiller fiscal ou juridique qualifié ou tout autre professionnel compétent.

présent article, les particuliers devraient consulter un conseiller fiscal ou juridique qualifié ou tout autre professionnel compétent. Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2014 BUDGET FÉDÉRAL DE 2014 11 FÉVRIER 2014 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le 11 février 2014, le ministre

Plus en détail

L assurance individuelle dans les régimes d assurance collective

L assurance individuelle dans les régimes d assurance collective L assurance individuelle dans les régimes d assurance collective Introduction On utilise parfois les régimes d assurance collective pour procurer à certains groupes d employés, par exemple les cadres,

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

Tableau Comparatif CELI ET REER

Tableau Comparatif CELI ET REER Tableau Comparatif CELI ET REER Y a-t-il un âge minimal pour ouvrir un compte ou un régime? Il faut avoir 18 ans. (La législation sur l âge de la majorité peut s appliquer à certains placements.) Il n

Plus en détail

CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE

CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Avantages de la constitution en société Avantages d une SEPE Résumé CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE Si vous exploitez une entreprise, sa simple constitution en société vous

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE VIE

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE VIE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE VIE L assurance vie n est pas un sujet des plus palpitants, mais vos proches peuvent être dans le pétrin, au moment de votre décès, si vous n avez pas réfléchi

Plus en détail

Services fiduciaires privés. Guide de l exécuteur testamentaire et du fiduciaire

Services fiduciaires privés. Guide de l exécuteur testamentaire et du fiduciaire Services fiduciaires privés Guide de l exécuteur testamentaire et du fiduciaire Table des matières Des experts dignes de confiance............................ 1 Rôle des spécialistes en matière de succession

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

Guide du bénéficiaire GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT AU TITRE DE L ASSURANCE VIE COLLECTIVE

Guide du bénéficiaire GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT AU TITRE DE L ASSURANCE VIE COLLECTIVE Guide du bénéficiaire GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT AU TITRE DE L ASSURANCE VIE COLLECTIVE Lorsque survient un décès dans la famille, le premier souci est souvent de trouver l argent

Plus en détail

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un CELI Cotiser à un CELI Investir dans un CELI et le gérer Règles régissant le décès, la séparation et l émigration Considérations en matière d emprunts Résumé RÉPONSES

Plus en détail

GUIDE SUR LES DONS PLANIFIÉS À L INTENTION DES CLIENTS. Les dons planifiés vous permettent de continuer à aider les autres, même après votre décès.

GUIDE SUR LES DONS PLANIFIÉS À L INTENTION DES CLIENTS. Les dons planifiés vous permettent de continuer à aider les autres, même après votre décès. GUIDE SUR LES DONS PLANIFIÉS À L INTENTION DES CLIENTS Les dons planifiés vous permettent de continuer à aider les autres, même après votre décès. La vie est plus radieuse sous le soleil Les dons planifiés

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Objet : Date : Demande d agrément d un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) VERSION PROVISOIRE Introduction Les régimes de retraite qui accordent des prestations à des

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Guide de planification testamentaire

Guide de planification testamentaire Servez-vous de ce guide de planification testamentaire avant de rencontrer votre avocat ou notaire pour rédiger votre testament. Les informations contenues dans ce guide servira à aider votre discussion.

Plus en détail

Demande d adhésion à un régime non enregistré d'épargne

Demande d adhésion à un régime non enregistré d'épargne Demande d adhésion à un régime non enregistré d'épargne Retourner aux Services de retraite collectifs, Great-West 330 avenue University Toronto ON M5G 1R8 1 800 724-3402 SECTION 1 RENSEIGNEMENTS SUR L

Plus en détail

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Solutions d épargne-retraite collective Appuyés

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1. 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1. 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8 TABLE DES MATIÈRES Paragraphe 1. INTRODUCTION...1 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8 3. REVENU OU PERTE PROVENANT D UNE ENTREPRISE OU D UN BIEN ET AUTRES REVENUS ET

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Financière Sun Life inc.

Financière Sun Life inc. Financière Sun Life inc. Régime canadien de réinvestissement des dividendes et d achat d actions CIRCULAIRE D OFFRE MODIFIÉE ET MISE À JOUR Table des matières Dans la présente circulaire d offre... 1

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise Série Monarque de la Transamerica Guide du client Stratégie de transfert du patrimoine Série Monarque La logique à l appui de la solution Série Monarch Monarque Series La logique à l appui de la solution

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

Dons de bienfaisance LES FAITS

Dons de bienfaisance LES FAITS Dons de bienfaisance LES FAITS Les dons de bienfaisance font partie de la tradition au Canada. Cependant, les compressions budgétaires de l État ont fait chuter considérablement le montant de financement

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Aon Hewitt Solutions de retraite Bulletin d information Le 31 mars 2015 Dans cette édition La réforme des régimes de retraite canadiens se poursuit 2 Placements 2 Dispositions concernant les régimes à

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

PARTAGE DES INTÉRÊTS DANS UN CONTRAT D ASSURANCE-VIE GUIDE À L INTENTION DES AVOCATS ET DES COMPTABLES

PARTAGE DES INTÉRÊTS DANS UN CONTRAT D ASSURANCE-VIE GUIDE À L INTENTION DES AVOCATS ET DES COMPTABLES PARTAGE DES INTÉRÊTS DANS UN CONTRAT D ASSURANCE-VIE GUIDE À L INTENTION DES AVOCATS ET DES COMPTABLES Conventions d assurance-vie en copropriété et d assurance-vie en partage des coûts et bénéfices La

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

Des investisseurs peuvent parfois vouloir planifier la réalisation des pertes en

Des investisseurs peuvent parfois vouloir planifier la réalisation des pertes en NUMÉRO 2013-10 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL RÈGLES FISCALES À CONSIDÉRER LORSQUE VOUS DÉCLAREZ UNE PERTE EN CAPITAL Des investisseurs peuvent parfois vouloir planifier la réalisation des pertes en capital

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

MODALITÉS DU RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES DE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LTÉE (RÉGIME INDIVIDUEL)

MODALITÉS DU RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES DE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LTÉE (RÉGIME INDIVIDUEL) MODALITÉS DU RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES DE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LTÉE (RÉGIME INDIVIDUEL) 1. Définitions Aux fins des présentes, les mots ou expressions figurant ci-après ont le sens suivant : a) actif

Plus en détail

Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans le présent bulletin entrent en vigueur le 31 mai 2010.

Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans le présent bulletin entrent en vigueur le 31 mai 2010. Bulletin de politique n 1 Date de publication : le 21 avril 2010 Dernière mise à jour : le 25 mai 2010 Compte de retraite immobilisé (CRI) Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans

Plus en détail

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6 Table des matières 1 À noter... 3 2 Demande de prêt REER... 3 3 But du produit... 4 4 Le produit en bref... 5 5 Les principaux avantages... 6 6 Utilisation du prêt REER... 6 6.1 Taux d intérêt... 6 7 Modalités

Plus en détail

Proposition pour une rente immédiate à prime unique (RIPU)

Proposition pour une rente immédiate à prime unique (RIPU) Proposition pour une rente immédiate à prime unique (RIPU) Les chèques doivent être libellés à l ordre de la Transamerica Vie Canada. Les sections mises en évidence doivent être remplies pour éviter les

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Compte d épargne libre d impôt LES FAITS

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Compte d épargne libre d impôt LES FAITS SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Compte d épargne libre d impôt LES FAITS Tout ce que vous devez savoir au sujet des comptes d épargne libre d impôt (CELI) Avant 2009, bien des

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

Le compte de dividende en capital

Le compte de dividende en capital Le compte de dividende en capital Le mécanisme du compte de dividende en capital (CDC) représente un outil de planification fiscale extrêmement important pour les sociétés privées et leurs actionnaires

Plus en détail

F-201. Portant la note : (Mise à jour : Janvier 2010) «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007»

F-201. Portant la note : (Mise à jour : Janvier 2010) «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007» F-201 Portant la note : «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007» (Mise à jour : Janvier 2010) Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel

Plus en détail

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER Québec (FRV) 1. Définitions : Veuillez prendre note que, dans le présent Addenda, les pronoms «je»,

Plus en détail

Les limites de la protection contre les créanciers en assurance vie

Les limites de la protection contre les créanciers en assurance vie Les limites de la protection contre les créanciers en assurance vie L une des composantes intéressantes des contrats d assurance vie est la protection qu ils offrent contre les créanciers. Cependant, ces

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

Compte d épargne libre d impôt LES FAITS

Compte d épargne libre d impôt LES FAITS Compte d épargne libre d impôt LES FAITS Tout ce que vous devez savoir au sujet des comptes d épargne libre d impôt (CELI) Avant 2009, bien des Canadiens plaçaient leur épargne dans un régime enregistré

Plus en détail

Vous arrive-t-il de rêver à l avenir de votre chalet?

Vous arrive-t-il de rêver à l avenir de votre chalet? BMO Assurance Programme de protection du patrimoine Vous arrive-t-il de rêver à l avenir de votre chalet? Grâce à une planification adéquate, vous pouvez préserver ce joyau familial. Le saviezvous? À votre

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Les petites entreprises échouent pour diverses raisons : manque de planification, gestion déficiente, financement inadéquat, ralentissement

Plus en détail