La transmission à titre gratuit d une entreprise ou d une société familiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transmission à titre gratuit d une entreprise ou d une société familiales"

Transcription

1 La transmission à titre gratuit d une entreprise ou d une société familiales par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au Barreau de Bruxelles Professeur à la P.B.A. (Private Bankers Academy) et Président du Jury Professeur à UCL Mons, Formation «Fiscalité des successions et donations» Professeur à ICHEC-ENTREPRISES, Formation «Gestion de patrimoine» Collaborateur scientifique au Centre de droit privé de l ULB. MàJ

2 2 I. Généralités sur la transmission à titre gratuit d un patrimoine questions préalables à se poser avant de réaliser une programmation successorale... 6 A. La situation familiale... 6 B. La consistance des biens... 7 C. La localisation des biens et de la résidence du futur défunt (et le cas échéant, des bénéficiaires)... 8 D. A qui le futur défunt veut-il transférer ses biens? E. Le régime matrimonial des époux et le contrat de mariage F. Le futur défunt veut-il transférer ses biens de son vivant ou à son décès? 10 G. En cas de transfert de son vivant, le futur défunt veut-il conserver la mainmise sur la gestion des biens et/ou avoir les revenus des biens donnés? H. Le futur défunt souhaite-t-il une différence entre ses ayants droit? I. Le futur défunt souhaite-t-il transmettre des biens précis à l un ou l autre des gratifiés? J. Les aspects non successoraux K. Les droits de succession ou de donation Droits de donation Droits de succession II. Bien séparer la transmission à titre onéreux et la transmission à titre gratuit 14 III. Bien séparer l aspect fiscal et l aspect civil d une transmission IV. Si aucune disposition n est prise A. Transmission en cas de divorce du propriétaire de l entreprise ou des actions de la société B. Transmission en cas de décès du propriétaire de l entreprise ou des actions de la société Dévolution civile, testament, institution contractuelle, statuts des sociétés 14 Droits de succession lorsqu il y a décès du propriétaire de l entreprise ou des actions d une société... 14

3 3 a) En Région flamande b) En Région wallonne Mesures communes aux droits de donation et aux droits de succession 18 Dans quel cas s applique le taux de 0 % en droits de succession? Quelles sont les entreprises ou les sociétés qui peuvent faire obtenir le taux de 0 %? Qu entend-on par «titres» et «créances»? Faut-il que l entrepreneur ou la société ait du personnel salarié ou indépendant? Quelles sont les autres conditions que doit réunir la société au décès du de cujus? Comment applique-t-on ce taux réduit par rapport aux autres biens de la succession? Quelles sont les conditions à respecter après le décès? Est-il possible d obtenir l application de l article 60bis si les titres ont fait l objet d une donation non enregistrée? c) En Région de Bruxelles-Capitale Taux réduit en cas de transmission d entreprises familiales Conditions d octroi V. Titres au porteur? VI. Transmission de son entreprise ou des actions de sa société à un seul de ses héritiers sans léser les autres? A. Première hypothèse : la donation en pleine propriété rapportable en valeur 24 B. Deuxième hypothèse : la donation en pleine propriété non rapportable C. Troisième hypothèse : la donation avec réserve d'usufruit ou à charge d'une rente viagère ou à fonds perdu, sans le consentement des cohéritiers (C.civ., art. 918) Généralités Actes tombant dans le champ d'application de l'article Personnes visées par l article Présomptions de l article D. Quatrième hypothèse : la donation avec réserve d'usufruit ou à charge d'une rente viagère ou à fonds perdu, avec le consentement des cohéritiers (C.civ., art. 918) et charge éventuelle à leur profit E. Cinquième hypothèse : la vente pure et simple F. Sixième hypothèse : la vente avec réserve d'usufruit ou à charge de rente

4 4 viagère ou à fonds perdu G. Septième hypothèse : la vente à terme de décès ou à paiements échelonnés H. Huitième hypothèse : l'option d'achat à terme de décès Principes La fixation du prix I. Neuvième hypothèse : le procédé du double acte J. Dixième hypothèse : la disposition à cause de mort VII. Comment céder son entreprise en en conservant la gestion et/ou les revenus? A. L entreprise individuelle B. L entreprise sous une forme de société Conserver l usufruit des titres donnés Constituer une holding Constituer une administratiekantoor Prévoir une charge Scinder la société Prévoir un pacte familial VIII. Droits de donation réduits dans le cadre de la transmission d une entreprise ou des actions d une société familiale A. En Région de Bruxelles-Capitale Taux de 3 % Base imposable a) Conditions de fond au moment de la donation b) Entreprises sans personnalité juridique distincte Donation en pleine propriété Donation d une universalité de biens ou une branche d activité Activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou une profession libérale, une charge ou un office Donation par acte authentique Immeuble affecté ou destiné totalement ou partiellement à l'hab Localisation de l entreprise ou de l activité c) Sociétés familiales Don en pleine propriété Siège de direction effective de la société sis dans l'eee Activités de la société Donation par acte authentique Titres représentant 10% du droit de vote d) Donation entre personnes physiques Conditions de fond à respecter après la donation... 44

5 5 a) Entreprises familiales sans personnalité juridique distincte Poursuite de l activité Non-cession des biens Non-affectation de l immeuble professionnel à de l habitation b) Sociétés familiales Pas de condition d emploi Conditions de forme a) Acte notarié b) Enonciations obligatoires c) Moment où les conditions de forme doivent être respectées Sanctions du non-respect des conditions a) Principe b) Exception c) Force majeure d) Transmission gratuite au donateur initial e) Renonciation spontanée au taux réduit f) Conséquence formelle de la perte du taux réduit g) Comment calculer les droits dus en cas de non-respect des conditions? 49 Dispositions civiles B. En Région flamande C. En Région wallonne Mesures communes aux droits de donation et aux droits de succession 54 Dans quel cas s applique la nouvelle législation? Quelles sont les entreprises ou les sociétés qui peuvent faire obtenir le taux de 0 %? Qu entend-on par «titres» et «créances»? Faut-il que l entrepreneur ou la société ait du personnel salarié ou indépendant? Quelles sont les autres conditions que doit réunir la société donnée ou léguée, au moment de la donation? Quelles sont les conditions à respecter après la donation? Est-il possible d obtenir l application de l article 60bis si les titres ont fait l objet d une donation non enregistrée? IX. Autres donations... 58

6 6 I. Généralités sur la transmission à titre gratuit d un patrimoine questions préalables à se poser avant de réaliser une programmation successorale La situation d une personne n est pas identique à celle de son voisin. Il est donc impossible de réaliser une planification successorale stéréotypée. Dans chaque situation, il importe d avoir réfléchi en profondeur à la situation du futur défunt, à ses propres aspirations, aux priorités souhaitées, Pour préparer une succession, il convient de s être posé les bonnes questions et de n avoir rien laissé au hasard. Nous proposons ci-dessous une énumération de questions qui devraient au minimum être passées en revue avant de «s attaquer» à une programmation successorale qui se réalisera peut-être par des donations, un testament, une vente, la constitution d une société ou d un mécanisme étranger, la modification du contrat de mariage,... Les questions reprises ci-dessous ne sont certainement pas limitatives mais sont un point de départ nécessaire. Dès lors, cet aperçu ne donne pas de solutions concrètes de programmation successorale mais est un préalable indispensable pour aboutir à une programmation «sur mesure» proche de la volonté du futur défunt. A. La situation familiale Avant toute chose, il importe de bien connaître la situation familiale du futur défunt et ses futurs héritiers. Il convient ainsi que le futur défunt ait conscience de la manière dont sa succession sera légalement dévolue à son décès. En effet, de plus en plus, la famille «sociale» diffère de la famille «juridique», ce qui crée une confusion chez certains. Pour le commun des mortels, le mari d une tante est un «oncle», alors que juridiquement, il n est que le mari de la tante. De même, un fils adoptif simple de son propre fils est considéré socialement comme un petit-fils, alors qu il n y a aucun lien de parenté entre le père du père adoptif et l enfant adoptif simple. De même, le fils adoptif simple d une sœur n est pas un neveu et plus étrange encore, un enfant adoptif simple n est pas le frère d un enfant de sang de son père adoptif. Les questions à se poser, parmi d autres, sont : - Le futur défunt a-t-il des enfants? Sont-ils reconnus? Sont-ils d une ou de plusieurs unions? N a-t-il pas un ou plusieurs enfants non reconnus qui pourraient «revenir à la surface»?

7 7 - A-t-il des petits-enfants? Sont-ils légalement ses petits-enfants et non des beaux-petits-enfants (petits-enfants de son conjoint)? Sont-ils des enfants adoptés simples d un de ses enfants (auquel cas ils ne sont pas des petitsenfants et ne peuvent hériter) ou des enfants adoptés plénièrement (auquel cas ils peuvent hériter des parents de leur adoptant)? - A-t-il des héritiers plus éloignés (frère ou sœur, neveu ou nièce, cousin,...)? Sont-ils bien des membres de sa famille et non de celle de son conjoint? - A-t-il un conjoint? Est-il séparé ou en instance de divorce? Est-il divorcé? - A-t-il un compagnon ou une compagne à protéger? Est-il sous un régime de cohabitation légale? Vit-il avec d autres personnes qu il entend gratifier? - A-t-il des héritiers mineurs, des héritiers plus défavorisés, le cas échéant à protéger différemment (personne handicapée,...),? Ces questions permettront entre autres : - de cerner les héritiers du futur défunt et de connaître leurs droits dans la succession ; - de voir s ils ont droit à une réserve successorale et de quantifier cette dernière ; - de vérifier leur capacité ou leur aptitude à recevoir un don ou un legs ou de réaliser une autre opération ; - de vérifier si ceux qui seront gratifiés devront rapporter ou non les éventuelles donations reçues au décès du donateur ; - de calculer les droits de succession qui seront dus ; - de supprimer le cas échéant les différences opérées par la loi mais non souhaitées par le futur défunt (par exemple, ce dernier voudrait gratifier de la même façon les deux enfants de son fils unique prédécédé, mais un de ces enfants a été adopté plénièrement - et est donc héritier réservataire de son grand-parent avec des droits de succession peu élevés - et l autre est un enfant adopté simple - et n est donc pas héritier du père de l adoptant et serait taxé en droits de succession, s il était gratifié par testament, aux taux les plus élevés) ; - de prévoir un partage plus adéquat en cas d héritiers mineurs ou handicapés, etc. B. La consistance des biens Quels biens le futur défunt va-t-il transmettre? Des immeubles? Du mobilier? Des titres? On prépare autrement une succession dans laquelle il y a un château de famille ou

8 8 une entreprise individuelle que celle dans laquelle il y a majoritairement des titres de sociétés. Il convient également de bien cerner le propriétaire réel des biens : le futur défunt n a-t-il pas mis des immeubles en société (auquel cas, la succession serait mobilière puisque ce sont les actions de la société qui seraient en possession du défunt)? Le futur défunt possède-t-il les biens en pleine propriété ou a-t-il un droit démembré (usufruit, nue-propriété)? Est-il en indivision avec d autres? Il est essentiel de faire une liste exacte des biens que le futur défunt possède, en y précisant leur origine et leur caractère mobilier ou immobilier, tout en faisant une évaluation assez proche de la réalité. Il importe enfin de faire une analyse des revenus perçus ou à percevoir, car cet aspect des choses entrera en considération lorsqu il s agira de trouver des solutions respectueuses du train de vie de celui qui transmettra ses biens. C. La localisation des biens et de la résidence du futur défunt (et le cas échéant, des bénéficiaires) Il y a dix ans, la localisation des biens se résumait à vérifier si la résidence et les biens du futur défunt étaient soit en Belgique, soit à l étranger. Depuis le 1 er janvier 1997 (date à laquelle la Région flamande a commencé à modifier les taux des droits de succession, suivie par la Région wallonne le 1 er janvier 1998 et la Région de Bruxelles-Capitale le 1 er janvier 1999), la question de la localisation joue aussi au sein de la Belgique-même : le futur défunt est-il résident fiscalement en Région flamande, en Région wallonne ou en Région de Bruxelles- Capitale? En fonction de sa résidence fiscale, il faudra appliquer la législation flamande, wallonne ou bruxelloise. Depuis le 1 er janvier 2002, cette question se pose aussi pour les droits d enregistrement. La localisation de la résidence du défunt (ou le cas échéant des bénéficiaires) et des biens a également une importance primordiale sur l application des lois civiles et fiscales belges, entre autres : - si le défunt, quelle que soit sa nationalité, a sa résidence fiscale en Belgique, la taxation en droits de succession se fera en Belgique sur la totalité de ses biens, peu importe leur localisation ; il y aura peut-être aussi des droits de succession dans l Etat de localisation des biens ou de la résidence des bénéficiaires. - si le défunt a sa résidence à l étranger, c est la loi fiscale étrangère qui s appliquera à sa succession, la loi fiscale belge (en fait, régionale) ne taxant que les immeubles sis sur son territoire (et ce, peu importe la nationalité du défunt) ; il s agit dans ce dernier cas d une taxation en «droits de mutation par décès» ; - de même, c est la loi de la résidence qui déterminera toutes les règles civiles applicables à la succession mobilière (selon le droit international belge, la

9 9 succession d un immeuble est régie en principe par la lex sitae, c est-à-dire la loi du lieu de situation de l immeuble). Ainsi, un Belge domicilié en France verra la loi française s appliquer à sa succession mobilière mondiale et immobilière en France. Mais s il a un immeuble en Belgique, ce sera la loi belge qui s appliquera à la dévolution de cet immeuble. Si cette personne était résidente en Belgique et avait un immeuble en France, ce serait la loi française qui s appliquerait à la dévolution de cet immeuble. On notera que la loi étrangère peut très bien renvoyer à une autre loi, telle la loi de la résidence. Il pourrait donc y avoir renvoi à la loi belge, si le défunt est résident en Belgique (depuis l entrée en vigueur du nouveau Code belge du droit international privé le 1 er octobre 2004, tous les autres cas de renvoi d une loi étrangère seront inopérants en Belgique, tel le renvoi à la nationalité si ce renvoi n a pas pour effet de renvoyer à la loi du pays où le défunt avait sa résidence). Exemple : une Belge et un Espagnol sont domiciliés en Belgique et y ont un compte en banque. Ils possèdent ensemble un immeuble en Suisse et un autre en France. Ils possèdent en outre un portefeuille-titres de 5 millions (étant les titres de la société patrimoniale qu ils ont constituée en Belgique) dans une banque belge. Ils décèdent ensemble dans un accident. Fiscalement, leurs successions respectives seront taxées en Belgique, les immeubles étant taxés (également) en Suisse pour l un et en France pour l autre (avec un crédit d impôt, pour éviter la double imposition). Civilement, la dévolution de l immeuble en Suisse se fera selon le droit suisse, celle de l immeuble en France selon la loi française (pour les deux) et la succession mobilière sera dévolue selon la loi belge. Et l harmonisation européenne n est pas pour demain Il importe donc de bien connaître toute implication internationale du patrimoine du défunt. On notera que chaque législation connaît un droit différent autant du point de vue civil que fiscal. Ainsi, en France, le conjoint survivant de secondes noces n a droit en principe, en présence de descendants du défunt, qu à un quart en pleine propriété (alors qu en Belgique, il a droit à la totalité en usufruit) (Attention : la loi française sur le conjoint survivant a été modifiée depuis le 1 er juillet 2002 et remodifiée en 2004 concernant les donations qui deviennent irrévocables entre époux). Dans les pays anglo-saxons, le principe de la réserve comme telle est inconnu. Du point de vue fiscal, si entre la France et la Belgique, il y a une convention évitant la double imposition en droits de succession (mais pas en droits de donation), il n y en a pas avec les Pays-Bas, l Allemagne, le Royaume-Uni, Même en Belgique, il convient de bien connaître les taux applicables dans chaque Région. En effet, résider dans l une ou l autre Région peut modifier de manière importante la façon de préparer une succession (ainsi, léguer à 10 neveux plutôt qu à un seul peut être fiscalement intéressant en Wallonie mais inutile en Flandre, compte tenu de la taxation globale en cette Région pour les neveux ; il en est de même à Bruxelles depuis le 1 er janvier 2003). Une difficulté pourra résider dans le fait que le futur défunt peut très bien changer de

10 10 domicile après la mise en œuvre de sa programmation successorale, ce qui modifiera les règles successorales le concernant autant du point de vue civil que fiscal. En outre, le taux des droits de succession (ou la taxation du capital) est essentiellement lié à une politique gouvernementale et des changements peuvent se réaliser à tout moment. Il faut donc bien être conscient de la relativité de ce qui sera réalisé et s entourer de conseillers dans les pays concernés. D. A qui le futur défunt veut-il transférer ses biens? Il importe de bien connaître les personnes à qui le futur défunt souhaite transférer ses biens ou celles qu il ne veut absolument pas gratifier. Il est bon aussi de savoir pourquoi le futur défunt choisit telle personne (ainsi, choisit-il telle personne parce qu elle gère bien l entreprise que le futur défunt possède ou parce qu il souhaite qu elle puisse avoir telle partie du capital de la société?). E. Le régime matrimonial des époux et le contrat de mariage Si celui qui veut préparer sa succession est marié, il doit se préoccuper de son régime matrimonial. Même lorsque le mariage prend fin par le décès, la connaissance du régime matrimonial est importante. Analyser le contrat de mariage est dès lors une démarche préalable à toute programmation successorale, car souvent des clauses y indiquées peuvent influencer cette dernière. S il n y a pas de contrat de mariage, il faudra bien analyser le régime légal applicable aux époux. A titre de corollaire, on précisera qu il faudra de plus en plus souvent se préoccuper des contrats qui auraient été conclus dans le cadre de la cohabitation légale. F. Le futur défunt veut-il transférer ses biens de son vivant ou à son décès? C est une question essentielle : le futur défunt accepte-t-il de transférer ses biens de son vivant ou souhaite-t-il attendre son décès ou même «panacher» en fonction de ses biens, de ses héritiers, ou de toute autre considération civile ou fiscale? Cette question conditionnera évidemment toute la programmation elle-même : entre autres, leur sera-t-il conseillé de réaliser une donation et/ou un testament ; sera-t-il créé une société dont les actions resteront aux mains du fondateur ou données à ses futurs ayants droit? G. En cas de transfert de son vivant, le futur défunt veut-il conserver la

11 11 mainmise sur la gestion des biens et/ou avoir les revenus des biens donnés? Deux questions sont habituelles dans les programmations successorales en cas de donation : - le donateur souhaite-t-il conserver les revenus (ou même les plus-values) de ce qu il a donné ou veut-il une rente de remplacement pour lui-même et/ou pour un tiers? - le donateur souhaite-t-il conserver le pouvoir de gestion ou de disposition sur les biens qu il veut donner? Si oui, jusqu à quel âge ou quel événement? Comme corollaire, se poseront alors toutes les questions de garantie de la rente et du pouvoir de gestion (clause de blocage,...) et la clause de retour conventionnel gratuit dans la donation. H. Le futur défunt souhaite-t-il une différence entre ses ayants droit? Il est nécessaire de bien vérifier si le futur défunt veut avantager un ayant droit par rapport à un autre ou s il veut une égalité proportionnelle ou non entre tous. En outre, il convient de bien circonscrire ce que le futur défunt entend par «égalité», afin d éviter toute difficulté ultérieure. Par exemple : Pour un futur défunt, donner en numéraires à son second enfant en 2011 pourrait être pour lui un souci de respecter une égalité économique avec un don de en numéraires réalisé en 2005 à son premier enfant. De même, donner en numéraires à un enfant le même jour qu un don d immeuble de à l autre enfant est pour le commun des mortels réaliser une égalité parfaite, même si au moment du décès l immeuble donné vaut Or pour le Code civil, dans ces deux exemples précités, il y a inégalité qui peut provoquer au décès du donateur des calculs non voulus par lui et surtout contraires à toute la philosophie qu il avait établie dans sa programmation successorale. I. Le futur défunt souhaite-t-il transmettre des biens précis à l un ou l autre des gratifiés? Le futur défunt souhaite-t-il que ses ayants droit reçoivent chacun exactement la même chose, quitte à ce qu ils soient en indivision sur chaque bien ou souhaite-t-il déjà prévoir par donation ou testament une répartition des biens en fonction de ses ayants droit? Cela peut concerner du mobilier, des immeubles, des titres, une entreprise individuelle,... Si des biens précis sont attribués à l un ou l autre des ayants droit, pourraient se poser les questions de l égalité ou de l inégalité voulue par le futur défunt (voir cidessus) et éventuellement du rapport ou de la réduction des donations ou legs.

12 12 J. Les aspects non successoraux Il convient de ne pas oublier les autres aspects qui peuvent s éloigner des aspects patrimoniaux mais qui, dans certains cas, sont importants pour éviter tout conflit ultérieur : la préparation des funérailles, le choix d un tuteur pour des enfants mineurs en cas de décès des deux parents, le sort d un enfant handicapé, la division du pouvoir dans l entreprise, la tâche de chacun dans cette dernière, les pactes familiaux, K. Les droits de succession ou de donation Outre tous les aspects fiscaux indirects dans la programmation successorale (impôts des sociétés, impôts sur les revenus, impôts sur la fortune dans certains pays), il importe de se poser diverses questions lorsqu il s agit des droits de succession et des droits de donation. Rappelons que toutes ces questions devront être analysées de manière dynamique et non statique. Ceci veut donc dire qu il faut non seulement se poser la question des droits de succession si la personne en question décède immédiatement, mais également si elle devait décéder dans les années qui viennent, le cas échéant, après avoir changé de région, de pays, de biens ou que les héritiers aient également changé de lieu de résidence. Il faut également tenir compte que certains droits de succession changent en fonction de l âge des personnes, tels que les droits de succession du conjoint survivant, lorsqu il hérite de l usufruit ou les droits de donation en France, en fonction de l âge du donateur. Toutes les questions ci-après devront donc être revues à chaque fois en fonction de nouvelles circonstances et, le cas échéant, déjà être analysées, si l on connaît la situation future (départ d une Région vers une autre, etc.). Droits de donation S il s agit de calculer les droits de donation, les questions suivantes se doivent d être posées : 1. Le bien à donner est-il un meuble ou un immeuble? Cette question doit non seulement être posée selon le droit belge, mais s il s agit d un bien à l étranger, il faudra également tenir compte du droit étranger. 2. Quelle est la résidence fiscale du donateur et s il est résident fiscal belge, quels ont été ses résidences fiscales dans les cinq ans qui précèdent la donation? S il s agit d un don d un immeuble belge, y a-t-il eu d autres donations immobilières effectuées par le même donateur ou même donataire dans les trois ans qui précèdent?

13 13 Y a-t-il une possibilité de réduction des droits? 3. S il s agit de biens immeubles à l étranger, quelles sont les possibilités de donner des immeubles dans le pays concerné? Quels sont les droits de donation? 4. Y a-t-il un donataire à l étranger? En effet, certaines législations taxent les donations réalisées à l étranger au profit d un donataire résident de leur pays (tel que la France). 5. S il s agit de biens mobiliers en Belgique ou à l étranger, quel est le droit applicable? Y a-t-il possibilité d avoir un taux réduit? Y a-t-il un souhait d enregistrer la donation ou bien les parties souhaitent-elles prendre le risque du délai de trois ans? Si les droits de donation sont payés, qui va les payer (le donateur ou le donataire?)? Si des droits sont dus à l étranger, n est-il pas possible de déduire à l étranger les droits payés en Belgique? Si les biens sont à l étranger, faut-il obligatoirement payer les droits de donation à l étranger (c est par exemple le cas pour les actions d une SCI française)? 6. Est-on dans les conditions pour obtenir le taux de 0 % ou 3 % pour les entreprises et les sociétés familiales (particulièrement pour les terres agricoles ou autres biens immobiliers liés à une activité professionnelle)? Droits de succession En ce qui concerne les droits de succession, les questions qui doivent être posées ci-avant peuvent être également posées mutatis mutandis. * * * Ce n est qu après avoir eu à l esprit toutes ces questions et y avoir répondu que l on peut entamer le travail de recherche des solutions adéquates à chaque cas particulier.

14 14 II. Bien séparer la transmission à titre onéreux et la transmission à titre gratuit Nous limiterons notre propos ci-après à la transmission intrafamiliale. III. Bien séparer l aspect fiscal et l aspect civil d une transmission Pour l aspect fiscal, nous nous limiterons aux droits de succession et aux droits de donation. Pour l aspect civil, il s agira de bien répondre aux questions vues ci-avant. IV. Si aucune disposition n est prise A. Transmission en cas de divorce du propriétaire de l entreprise ou des actions de la société Utilité de bien vérifier les clauses du contrat de mariage et de vérifier la propriété des actions. Bien vérifier qui a le pouvoir dans la société. B. Transmission en cas de décès du propriétaire de l entreprise ou des actions de la société Dévolution civile, testament, institution contractuelle, statuts des sociétés Quid de l usufruit du conjoint survivant? Quid du cohabitant légal? Quid du pouvoir Droits de succession lorsqu il y a décès du propriétaire de l entreprise ou des actions d une société Il y a des droits de succession qui seront dus lors du décès de l entrepreneur sur les biens de son entreprise ou sur les actions de sa société. La question est alors de voir si l une des Régions compétente ne permet pas d obtenir un taux réduit pour la transmission à cause de mort de l entreprise ou des actions de la société.

15 15 Les trois Régions ont en effet pris des mesures pour réduire les droits de succession en cas de transmission d une entreprise familiale. Le but est principalement de tenter de sauvegarder l emploi après le décès d un dirigeant d une telle entreprise. Chaque Région a choisi une réglementation différente et l a déjà modifiée à plusieurs reprises. a) En Région flamande C est par un décret du 20 décembre 1996 que la Région flamande a créé un article 60bis dans le Code des droits de succession aux fins de réduire les droits lors de la transmission d une entreprise familiale. Ce décret est rentré en application le 1 er janvier Cet article 60bis contenait des conditions à ce point strictes qu elles étaient difficilement applicables. Le Gouvernement flamand s en est rendu compte, puisqu il a allégé certaines conditions par décret du 19 décembre En outre, le taux de 3 % a été réduit en 1999 à 0 %. D autres conditions ont été modifiées par décrets ultérieurs. Une toute dernière réforme modifie totalement la législation à partir du 1 er janvier Cette nouvelle législation n a pas encore fait l objet d une circulaire administrative, ce qui veut dire que certains points sont encore imprécis. Il ne sera donc fait part ci-après que du texte de la loi et pas encore de commentaires détaillés. - Contrairement à la législation précédente, qui donnait une exemption totale à la transmission par succession de l entreprise familiale ou de la société familiale, il y a maintenant un taux réduit à 3 % pour une transmission en ligne directe, entre conjoints et entre cohabitants (légaux ou de fait depuis trois ans avec le défunt) et à 7 % pour toutes les autres personnes, peu importe le lien de parenté. - Il doit s agir de la transmission de la pleine propriété, de la nue-propriété ou de l usufruit des actifs investis par le défunt (avec le cas échéant son conjoint ou son cohabitant) dans une entreprise familiale, sauf pour la partie qui concerne un bien immeuble affecté ou destiné principalement à l habitation. Il peut également s agir de la transmission de la pleine propriété, de la nue-propriété ou de l usufruit des actions d une société familiale dont le siège de direction effective est situé dans l un des Etats Membres de l Espace Economique Européen, à condition que ces actions, au moment de la transmission, appartiennent pour au moins 50 % en pleine propriété au défunt et/ou à sa famille. Par «famille», on entend le conjoint, le cohabitant, les descendants ou ascendants (et leur conjoint ou cohabitant), les frères et sœurs (et leur conjoint ou cohabitant) et les enfants des frères et sœurs si ces derniers sont décédés antérieurement.

LA PLANIFICATION SUCCESSORALE EN BELGIQUE: MODE D EMPLOI

LA PLANIFICATION SUCCESSORALE EN BELGIQUE: MODE D EMPLOI LA PLANIFICATION SUCCESSORALE EN BELGIQUE: MODE D EMPLOI Emmanuel de Wilde d'estmael Avril 2015 1 LA PLANIFICATION SUCCESSORALE: LE MODE D EMPLOI... 5 A. LE BUT DE LA PLANIFICATION SUCCESSORALE... 5 B.

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION ET LES DROITS DE DONATION

LES DROITS DE SUCCESSION ET LES DROITS DE DONATION MàJ 12.02.2003 LES DROITS DE SUCCESSION ET LES DROITS DE DONATION par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat Professeur à la Chambre Belge des Comptables, Experts-Comptables et Conseils Fiscaux Assistant à

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _ FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg Planification successorale

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

tarifs en Région wallonne

tarifs en Région wallonne votre courtier d assurances ou Agent bancaire AXA En Belgique, le Groupe AXA vous propose un large éventail de produits bancaires et d assurances qui offrent à votre situation personnelle une solution

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES

DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES I. POURQUOI DONNER?... 2 I.A. NECESSITE DE LA TRANSMISSION... 2 I.B. AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DONATIONS MOBILIERES (REGION WALLONNE)... 3 I.B.1. AVANTAGES...

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Les donations et libéralités dans un contexte international Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Plan de l exposé Introduction Les règles de droit international privé

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Vademecum du. patrimoine 2013. Version de démonstration : consultation du chapitre Transmission-Donation

Vademecum du. patrimoine 2013. Version de démonstration : consultation du chapitre Transmission-Donation Vademecum du patrimoine 2013 1 8 e é d i t i o n / E x t r a i t Version de démonstration : consultation du chapitre Transmission-Donation S o u s l a d i r e c t i o n d e V é r o n i q u e C o u t u

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Table des matières. L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges :

Table des matières. L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges : Table des matières L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges : perspectives de droit international privé belge Patrick Wautelet 13 I. Les relations patrimoniales entre époux 14 A. Le mariage

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1)

Aide mémoire. ISF exonération des titres reçus en contrepartie d une souscription au capital de PME (CGI art. 885 I ter-i.1) Aide mémoire Contenu des attestations à fournir par les sociétés non cotées à leurs associés qui bénéficient d allègements d ISF et/ou qui ont signé un pacte fiscal ISF exonération des titres reçus en

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Transmettre son patrimoine forestier

Transmettre son patrimoine forestier Transmettre son patrimoine forestier SOMMAIRE +,#+%-.+/(-. *,#$/$&/+$./,#$0-1$$./-$&/($ +,#2++//$$./,#$&%-(/&++4$,%(&-&(/(-.&&$((51$&+16($.&-$&/($& 3 7 Transmettre son patrimoine forestier Dans notre département,

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

DE LA STRATÉGIE AUX ACTES

DE LA STRATÉGIE AUX ACTES DE LA STRATÉGIE AUX ACTES N 3.0 La lettre du Groupe ALTHÉMIS, réseau notarial // N 3.0 // avril 2010 LES GRANDES ÉTAPES DU RÈGLEMENT D UNE SUCCESSION Sommaire ETAPE N 1 : OUVERTURE DU DOSSIER ETAPE N 2

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS

DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS DÉPARTEMENT DE LA JUSTICE, DE LA SECURITÉ ET DES FINANCES SERVICE DES CONTRIBUTIONS N/REF. : La Chaux-de-Fonds, le Déclaration à renvoyer, dûment remplie et

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS FORMATION SUR LES SUCCESSIONS 1 SUCCESSIONS, Loi N 64-379 du 07 Octobre 1964. Chers séminaristes, Mesdames et Messieurs, le sujet qui nous réunis ce jour a toujours été d actualité et le demeure encore

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs.

Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Guide de l Héritier Le Crédit Agricole vous assiste : vous trouverez ci-contre des conseils pour vous aider dans la gestion de vos avoirs. Le Crédit Agricole souhaite être à vos côtés dans cette période

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances?

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? Dans cette brochure La donation Quels sont mes avantages? 2 Quels sont mes risques? 3 Le rapport Revenir sur le passé? 4 C est au donateur

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

Votre planification successorale. Avez-vous déjà franchi le pas?

Votre planification successorale. Avez-vous déjà franchi le pas? Votre planification successorale Avez-vous déjà franchi le pas? Votre planification successorale Planifiez votre succession, pour vos héritiers et vous 02 Une matière complexe, une dimension régionale

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime particulier : amendement Monichon Texte : Philippe Dubeau (Notaire honoraire) Mise en page : CRPF Limousin Mise à jour : janvier 2013 Historique Au départ,

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-3-04 N 124 du 4 AOÛT 2004 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. EVALUATION DES BIENS. PRINCIPE. OBLIGATIONS DES REDEVABLES. DELAIS POUR

Plus en détail

José DUCASSE-DAVID - François-Régis BOYER Nathalie CAYROU LAURE

José DUCASSE-DAVID - François-Régis BOYER Nathalie CAYROU LAURE Membre d une association agréée - le règlement des honoraires par chèque est accepté. Office Notarial 13 Rue d'alsace Lorraine B.P. 50634 31006 Toulouse Cedex Tél. 05 62 27 58 58 Fax. 05 62 27 58 59 Service

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le 26 octobre 2011 au Forum mondial sur la transparence et

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le 26 octobre 2011 au Forum mondial sur la transparence et

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE BILAN DE TRANSMISSION à l attention de M. et Mme XXXXXXXXXXX réalisé le XXXX par XXXXXXXXXX Préambule Ermont, le XXXXXXXXXXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité

Plus en détail

I) La donation résiduelle et graduelle 2. II) La donation simple 3. III) La donation partage 4. IV) L indivision 6. V) L attribution préférentielle 7

I) La donation résiduelle et graduelle 2. II) La donation simple 3. III) La donation partage 4. IV) L indivision 6. V) L attribution préférentielle 7 LA DONATION D ENTREPRISE OU DES TITRES D UNE ENTREPRISE I) La donation résiduelle et graduelle 2 II) La donation simple 3 III) La donation partage 4 IV) L indivision 6 V) L attribution préférentielle 7

Plus en détail

Une succession franco-allemande 29 avril 2009

Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Petra Kuhn, Avocat à la Cour, Diplom-Rechtspflegerin (FH) WEISSBERG GAETJENS ZIEGENFEUTER & ASSOCIES 7, Rue de Bonnel, 69003 Lyon Loi applicable En Allemagne:

Plus en détail

Décès et succession LE DECES

Décès et succession LE DECES Décès et succession Des Services ou organismes accompagnent les personnes et familles à vivre leur deuil. Ci-dessous, nous nous limiterons à présenter quelques conseils et informations pratiques concernant

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

décès d un proche Comment gérer les démarches bancaires et financières? Vous avant tout

décès d un proche Comment gérer les démarches bancaires et financières? Vous avant tout décès d un proche Comment gérer les démarches bancaires et financières? Vous avant tout Le décès d un proche est une épreuve difficile à traverser, notamment lorsqu il survient de façon inattendue. S

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial global que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r Comment remplir une déclaration de succession?

N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r Comment remplir une déclaration de succession? N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r Comment remplir une déclaration de succession? page 2 : Succession, comment faire? pages 2 et 3 : Qui hérite et comment? page 4 : Comment rédiger une déclaration

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail