Succession et planification fiscale. Arthur Kamber Juin 2004, mise à jour décembre 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Succession et planification fiscale. Arthur Kamber Juin 2004, mise à jour décembre 2005"

Transcription

1 Succession et planification fiscale Arthur Kamber Juin 2004, mise à jour décembre 2005

2 Introduction Selon les estimations du magazine mensuel Bilanz de septembre 1999, ce ne sont pas moins de 900 milliards de francs qui changeront de génération dans les deux prochaines décennies en Suisse. En 1999, ce chiffre s établissait à 25 milliards. En suivant la courbe démographique, on s aperçoit que la croissance sera nécessairement exponentielle. On le voit, les conseillers juridiques et fiscaux, ainsi que tous les acteurs de la place financière, seront régulièrement confrontés aux questions parfois épineuses générées par un transfert successoral. Or, tout porte à croire que les résidents de notre pays sont peu enclins à organiser leur succession. Certes, deux tiers des personnes âgées de plus de 60 ans estiment leur information insuffisante, particulièrement en ce qui concerne la fiscalité liée à la dévolution pour cause de mort. Nul doute cependant que très souvent, la rédaction d un testament, voire d un pacte successoral, est conçu comme un exercice pénible que l on reporte au dernier moment. Il appartient aux conseillers externes de convaincre leurs clients que la planification d une succession peut représenter une expérience humaine fort intéressante. Selon les cas, elle nécessitera la collaboration du conjoint et/ou des enfants. Elle permettra alors de resserrer les liens familiaux ou d éviter la naissance d éventuels malentendus - ce n est pas aux héritiers d interpréter a posteriori la volonté du défunt -. De surcroît, et c est l objet de notre présentation, une planification bien pensée permet de minimiser la charge fiscale grevant les membres d une famille. A cet égard, les opportunités sont d autant plus nombreuses que l institution de cet impôt est du ressort exclusivement cantonal. Mais, nous le verrons, ce sont essentiellement les impôts directs qui peuvent être réduits de manière significative.

3 1. Donation Peut-on faire une donation pour échapper à l'impôt ou pour obtenir un taux d'impôt moins élevé que l'impôt successoral? Si tel est le cas, quel est le montant de la donation franche d impôts? A quelle fréquence peut-on donner ce montant? En pratique, ces questions se posent plutôt dans le cadre familial. On peut concevoir une donation définitive ou une avance d hoirie. Dans ce dernier cas, les biens ou leur contre-valeur seront rapportés dans la succession pour déterminer les parts de chaque héritier. A Genève, le droit d enregistrement (succession et donation) a été supprimé en 2004 pour le conjoint et les descendants. Dans le canton de Vaud, l impôt sur les donations n est pas perçu sur des montants égaux ou inférieurs à CHF 50'000.- (www.aci.vd.ch). Le conjoint est exonéré. De plus, le donateur peut transférer à toute personne quelque soit son lien de parenté une somme inférieure à CHF 10' On peut ainsi donner plusieurs fois CHF 9'999.- par année à un nombre illimité de personnes [cf. art. 16 lit. c) LMSD]. Prenons un exemple : les trois neveux de Monsieur Generoso reçoivent chacun CHF 9'999.- par an ; son amie est gratifiée de CHF 9'999.- chaque année. En cinq ans, il a donné près de CHF 200'000.- sans compter les intérêts composés. L'économie fiscale peut dépasser CHF 15'000.- selon les circonstances et les communes concernées. Ces règles ne valent pas pour les étrangers bénéficiant d un forfait fiscal (imposition d après la dépense).

4 La donation peut s avérer fiscalement intéressante dans d autres circonstances. a) Très généralement, on notera que la donation permet de réduire (parfois temporairement seulement) la charge fiscale globale au le sein d une famille ; c est le cas si la charge fiscale marginale sur le revenu et la fortune est plus élevée chez le donateur que chez le donataire (les enfants en âge de payer des impôts dans notre exemple). b) De plus, si le contribuable s attend à une valorisation d un élément de son patrimoine, une donation effectuée avant la hausse du bien concerné permet de réduire la charge fiscale. En effet, si l on devait attendre l ouverture de la succession pour que le bien soit transféré, la base imposable (impôt de succession) serait plus importante. Bien sûr, on étudiera les incidences de la donation sur l impôt sur le revenu et la fortune des parties concernées. c) Les dettes liées à un immeuble ne font pas l'objet d'une répartition intercantonale dans le cadre de l'impôt sur les donations; il en va autrement en cas de succession comprenant des immeubles hors canton. Les dettes sont réparties entre cantons en fonction des actifs totaux de la succession (cf. chapitre "immeubles"). Cette répartition intercantonale peut s avérer défavorable au contribuable. d) Pour les biens mobiliers, signalons une possibilité de planification fiscale lorsqu'il y a changement de domicile. Il peut être avantageux de donner avant de quitter le canton de Schwytz ou de Lucerne par exemple! Au contraire, on attendra d être domicilié dans une oasis fiscale avant d effectuer les donations. e) Le contribuable genevois ou vaudois peut céder la nue-propriété exclusivement et se réserver le droit à l'usufruit. Ceci peut l amener à réaliser une économie d'impôts sans vraiment qu il doive restreindre son train de vie. En effet, l'impôt sur les donations ne portera généralement que sur la nue-propriété obtenue par soustraction de la valeur capitalisée de l'usufruit. L'extinction de l'usufruit n'entraîne pas de conséquences fiscales ni à Genève ni dans le canton de Vaud notamment (art. 32 LMSD); sauf s'il est volontaire à Genève (cf. aussi IF 521.6). Nous le verrons, cette technique peut s'avérer très utile pour un contribuable suisse possédant une résidence secondaire en France. La nue-propriété est alors apportée dans une Société civile immobilière.

5 En revanche, la suppression de l imposition du conjoint survivant a réduit l utilité de cette institution. f) Le prêt sans intérêt dans le cadre familial (art. 313 CO). Sur le plan économique, le prêt sans intérêt constitue un enrichissement pour le donataire (en pratique, les enfants). En effet, le donateur (en pratique le parent) renonce aux intérêts ce qui représente une forme de libéralité en faveur du donataire. L'art. 313 CO précise expressément qu'en matière civile, le prêteur ne peut réclamer des intérêts que s'ils ont été stipulés. Il n'y a, dès lors, rien d'insolite à effectuer un prêt sans intérêt dans le cadre de sa famille. Les autorités fiscales ne le considèrent pas comme une donation. L intérêt fiscal de l opération est acquis lorsque le bénéficiaire subit une charge fiscale marginale sur le revenu moins lourde que le donateur. Sur un autre plan, ce dernier garde intacte sa fortune; il possède une créance contre le bénéficiaire. Le fait de renoncer au remboursement de la créance entraînerait un impôt sur les donations (cf. par exemple l art. 12 lit. d LMSD). Il est fréquent que la créance soit léguée au débiteur au décès du créancier. Le légataire devient ainsi à la fois créancier et débiteur : la dette s éteint pas confusion. Soulignons qu'en vertu de l'art. 17 LHID, la donation n'entraînera plus de taxation intermédiaire. Rappelons enfin que certaines dévolutions ou libéralités sont réduites ou franches d'impôts en vertu de la qualité du bénéficiaire : établissements, fondations, associations ou personnes morales, pour autant qu'elles remplissent certaines conditions, ou encore institutions de prévoyance en faveur du personnel pour autant que leur fortune et leur revenu servent exclusivement et durablement à la prévoyance en faveur du personnel (cf. IF ch. 61). Il est recommandé de prévoir l éventualité où le donataire décéderait avant le donateur. Ce dernier pourrait instituer une donation avec clause de retour (art. 247 CO; cf. l'art. 31s LCP Genève).

6 2. Sauter une génération Le cas type est celui du "de cujus" qui transmet ses biens directement à ses petits-enfants. Cette situation est devenue fréquente suite au vieillissement de la population. En effet, au moment du décès, les enfants sont eux-mêmes âgés d'une part, et ils n'ont plus de souci financier d'autre part. C est surtout au regard de l imposition du revenu et de la fortune que ce procédé est fiscalement intéressant : c est le cas lorsque la charge fiscale marginale des petits-enfants est plus faible que celle de leurs parents. De plus, on obtient une fragmentation de la matière imposable qui a pour effet de réduire la charge totale par le fait qu on atténue la progressivité de l impôt. Le transfert aux petits-enfants nécessitera la conclusion d un pacte de renonciation s il excède la quotité disponible. Il peut être combiné avec la conclusion d une rente qui empêche les petits enfants de disposer du capital. Ainsi, par exemple le rachat de l assurance pourrait être soumis à l approbation de l exécuteur testamentaire, à savoir le parent.

7 3. Substitution fidéicommissaire Pour mémoire, citons la substitution fidéicommissaire (art. 488 CCS) bien qu'il s'agisse d un piètre un outil fiscal en Suisse romande : Selon les législations, on peut concevoir : 1. Une imposition unique à la dévolution ou, 2. Une cascade d impositions disposant/grevé, et au décès du grevé, l imposition grevé/appelé. Vaud connaît l imposition unique au taux le plus élevé d'après le degré de parenté avec le déposant (art. 33 LMSD). Cet article prévoit une restitution possible si la substitution ne s'ouvre pas. Genève connaît le second système (cf. art. 28 LDS) le taux étant calculé d'après le degré de parenté avec le défunt sans réduction (cf. aussi tableau en annexe ainsi que Ch. 421 IF). On le voit, la substitution fidéicommmissaire devrait obéir exclusivement à des motifs de droit civil. De surcroît, même dans cette optique, elle est souvent avantageusement remplacée par l institution de l usufruit.

8 4. Changement de domicile C'est évidement la planification fiscale la plus fréquemment envisagée. Toutefois, il est irréaliste de déménager dans le seul but de permettre aux héritiers de payer moins d impôts de succession! En fait, l objectif est bien plutôt de diminuer la charge fiscale du vivant du de cujus. Fort opportunément, la plupart des oasis fiscales classiques permettent de cumuler les exemptions ou allégements fiscaux. Les oasis fiscales abondent autour de nous. Nous vous référons à l'ouvrage de Spitz "Tax Haven" mis à jour périodiquement. Signalons qu au contraire de nombreuses législations étrangères, la Suisse ne connaît pas l'équivalent de l'impôt rémanent (exit tax, Wegzugsteuer). Le changement de domicile peut se concevoir à l intérieur de la Suisse. Les disparités cantonales en matière d impôt de succession sont importantes. En Suisse romande, citons le Valais, Genève ou Fribourg (pas d'impôt dans la première parentèle, ni entre conjoints). Bien entendu, Schwytz est l'exemple le plus cité en Suisse (cf. copie IF pour les autres cantons, cf. ch. 621). Les concubins iront vivre à Berne pour bénéficier d'un taux de base de 5%. Dans tous les cas, on ne saurait trop conseiller au client de rendre son nouveau domicile effectif et crédible (cf. art. 3 LIFD).

9 5. Immeuble hors du canton La particularité des biens immobiliers est bien connues : ils sont imposables à leur lieu de situation. Ce principe vaut également pour la donation et les successions. Cet état de fait appelle une planification conséquente, d autant plus qu il est souvent aisé de transformer un bien immobilier en bien mobilier (apport à une société, vente du bien). A l inverse, il suffit d acquérir un immeuble pour diminuer la part des biens mobiliers dans la succession. Dès lors, on établira une check list des questions à résoudre pour optimiser la planification fiscale. Par exemple : - Est-il est judicieux de vendre ou de donner l'immeuble ou encore de l'apporter à une société? - Faut-il au contraire acheter un immeuble? - Quel est le traitement des plus-values ou des moins-values actuelles et futures qui échoient à l'acheteur? - Quid des règles de répartition intercantonale des dettes? Comment sontelles modifiées? - Doit-on augmenter l'hypothèque ou la diminuer; faire des travaux d'entretien, etc.? - Doit-on effectuer une donation? Si oui, quand? - Est-il concevable que certains héritiers se domicilient dans la maison familiale pour profiter des privilèges que cela génère? Exemples Un contribuable genevois veut donner un bien mobilier à un tiers non membre de la famille. Impôt >54%. Il achète un immeuble à Schwytz et fait donation (ou le lègue) au tiers concerné: impôt 0%. Pour Lucerne, il doit survivre 5 ans après la donation. Pour les règles d'estimation, cf. ch Informations fiscales.

10 6. Biens mobiliers Jusqu'à une date récente, dans le canton de Genève, l'impôt successoral ne frappait en pratique guère les biens mobiliers de valeur, ni les tableaux de la fortune privée. On notera toutefois que le canton de Genève a introduit au une possibilité d'établissement d'inventaire au domicile. Le fisc s'en servira si le train de vie du contribuable est très élevé, ou si les biens figurent dans la déclaration d'impôts, ou encore si la police d'assurance ménage est supérieure à CHF 150' Moralité : établir des contrats d'assurance mobiliers séparés; l'un concernant les objets de ménage courant, et l'autre les objets de valeur. A l instar de nombreux cantons, Vaud exonérera de la fortune imposable le mobilier de ménage (article 50 al. 3 LIVD). On peut s attendre à ce que cette exemption s étende aux impôts successoraux (à confirmer ). Dès lors, il peut être judicieux de gonfler cette catégorie jusqu au maximum admis (au minimum CHF pour un contribuable seul, CHF pour un couple.) (Pour les impôts de succession dans les autres cantons, cf. ch. 65 Informations fiscales).

11 7. Toucher un salaire plutôt qu'un legs Une telle planification n'a de sens que si le salaire est imposé à un taux marginal moindre que le legs. En pratique, c'est souvent le cas pour des personnes qui n ont pas de liens de parenté avec les de cujus. On tiendra compte du traitement privilégié des cotisations sociales. Notons ici qu'à Genève, une indemnité de départ accordée au personnel de maison salarié est expressément prévue à l'art. 47 LDS. Pour Vaud, cf. art. 28 lit. c. Certains cantons prévoient d'autres exonérations en faveur de personnes nécessiteuses, de l'instruction ou la formation du bénéficiaire, etc., cf. ch. 64 Informations fiscales. On vérifiera, dans chaque cas et dans quelle mesure, la prestation est imposable comme revenu.

12 8. Assurance plutôt que succession Ce sont rarement des considérations d ordre fiscal qui priment pour conclure une assurance dont les proches sont bénéficiaires. L aspect économique, la nécessité de dégager des liquidités au décès de l assuré, la protection par rapport aux créanciers, la position des héritiers réservataires dans la succession sont autant d exemples de motivations qui prédominent. Sur la plan fiscal, pour l'assurance-vie, c'est souvent la valeur de rachat qui est prise en compte dans le calcul du droit de succession. Parfois, c'est le montant effectivement versé ou une combinaison des deux (cf. ch. 724 IF). Quant à l'assurance risque-pur, elle y échappe dans le canton de Genève qui impose les prestations en découlant selon les articles 31B LCP (conversion en revenu imposable, cf aussi art. 22 et 38 LIFD). Toutefois, d'autres cantons (Vaud art. 11 al. 2 lit. c) les soumettent à un impôt sur les successions. (Pour le nouveau régime fiscal vaudois, cf. art. 49 de la loi du 4 juillet 2000).

13 9. Apporter les biens à une personne morale On l a vu, cette technique est envisagée surtout : a) dans les domaines immobiliers : La constitution d'une SI a pour effet qu'un patrimoine immobilier se transforme en un patrimoine mobilier. Il peut en résulter un changement de juridiction favorable au contribuable. Toutefois, l'impôt successoral n'est qu'une des composantes de la planification fiscale d'un client. On connaît tous les inconvénients possibles de la SI : double imposition économique, exigences toujours plus strictes en matière de ratio capital propre / capital étranger, impôts spéciaux, lourdeur administrative, etc. C est plutôt dans un contexte international que cette solution peut s avérer judicieuse. Ainsi, par exemple, la société civile immobilière française peut représenter des avantages pour les contribuables suisses détenant un immeuble en France. Contrairement à son homologue suisse, elle n'est pas trop lourdement taxée et permet en particulier la scission entre la nue-propriété destinée aux enfants, et l'usufruit destiné au parent. Le fisc français a fini par admettre le caractère mobilier des parts de la SCI dans le cadre du décès en Suisse du contribuable suisse. Ce n est donc pas le lieu de situation de l immeuble qui est déterminant pour l imposition. En Angleterre, les sociétés offshores détenant des biens immobiliers ont fait l objet de quelques controverses. Actuellement, elles sont (encore) reconnues. Les actions sont donc imposables au lieu du dernier domicile du défunt. b) Pour la société exploitant une industrie, un commerce ou une fabrique. En Suisse, l'apport à une société de capitaux peut permettre d'obtenir de nombreux avantages d ordre extrafiscal. Elle permet en particulier d assurer la pérennité de l exploitation. Elle assure une reprise optimale lorsque seuls une partie des héritiers s y intéresse.

14 Sur le plan de l'impôt successoral, on notera que les règles d'évaluation des actions sont favorables à l'actionnaire par rapport à l'associé d'une société de personnes. En particulier, une déduction forfaitaire de 30% est, en principe, accordée à l'actionnaire minoritaire pour tenir compte notamment du peu de pouvoir qu'il possède dans la société (cf. IF 721.2). L'associé d une société de personnes ne profite en principe pas d'une telle réduction forfaitaire. C est qu on lui prête un droit présomptif de veto dans les décisions de la société. Dans le cadre d'une planification fiscale plus large, c'est surtout - mais pas seulement - la possibilité d'éviter un impôt sur les bénéfices de liquidation d'une société de personnes qui incite à constituer une SA. En effet, les plus-values résultant de la vente d'actions appartenant à la fortune privée ne sont pas imposables si certaines conditions sont réunies (attention au délai de blocage, généralement de 5 ans). On peut ainsi assurer la continuité de l'entreprise à moindre frais. Cette pratique est codifiée dans le LIFD et la LHID.

15 10. Trust Il est des cas où un contribuable suisse peut être amené à mettre ses biens en trust dans le cadre d'un règlement successoral. Ainsi, par exemple, un anglais à Genève craignant qu'en cas de double domiciliation, les "tie break provisions" du traité Suisse-Angleterre lui soient défavorables (le taux d'impôts pour les enfants passent rapidement à 40% en UK). Il pourrait envisager de constituer un trust dont il est le principal bénéficiaire; le fisc genevois ne prélèvera, en principe, pas d'impôt sur les donations (cf. circulaire no 104 de l administration genevoise ; le canton de Vaud connaît une pratique similaire). Le settlor peut prévoir qu'en cas de décès ou d'immigration aux UK, le trust devienne automatiquement un "maintenance and accumulation trust" exonéré. On soulignera toutefois que de nouvelles normes refleurissent chaque printemps aux UK. Sur le plan du droit civil, soulignons l importance de la professio juris. En effet, pour les étrangers en Suisse, l'élection de leur droit national peut permettre d'élargir leurs possibilités. On l'a vu déjà dans le cadre du choix du régime matrimonial (art. 52 s. LDIP). Cela vaut aussi dans le cadre de l'art. 90 al. 2 LDIP si l étranger n a pas la nationalité suisse lors de son décès. Ainsi par exemple, au lieu d être astreint à respecter les droits d'éventuels héritiers réservataires ou de conclure un pacte successoral de renonciation, le disposant anglo-saxon dont le dernier domicile se situe en Suisse est libre de favoriser certains héritiers de préférence à d autres.

16 11. Planification pour les héritiers Une restructuration du portefeuille de titres se trouvant dans la masse successorale est très généralement nécessaire puisque l attitude à l égard des risques varie selon les héritiers. Sur le plan fiscal exclusivement, on peut être amené à remodeler le portefeuille en fonction du domicile des héritiers. En particulier, si ce domicile est à l'étranger, on calculera l impôt résiduel grevant les impôts à la source et, le cas échéant, on évitera les placements pénalisés à cet égard. Une planification globale pour les héritiers comporte de nombreuses facettes : aux options déjà envisagées ci-devant s ajoutent la question du maintien ou de la dissolution de l'hoirie. (Cf. aussi ch. 733 IF concernant l'entretien prévu aux art. 474 al. 2 CC et 606 CC).

17 Bibliographie sommaire 1. Aebi-Müller, Regina Elisabeth, Die optimale Begünstigung des überlebenden Ehegatten, Berne Buschor, Thomas, Nachlassplanung ("Estate Planning") nach Schw. internationalen Erbrecht, Zurich Comité Notarial Transfrontalier, Eloise, Genève, 1996 Mises à jour périodiques Ch. I, Commission du droit de la famille 4. Egli-Steffen Margareta, Eherechtwidriges Steuerrecht, Familie und Recht, Festgabe B. Schnyder, Freiburg 1995, S. 193 ff. 5. Eugster B. / Kaufmann U., Übersicht und Fallbeispiele zu den Steuerfolgen aufgrund familien - und Erbrechtlichen Sachverhalte, Basel Fischer Thomas, Persönliche Steuerplanung, 5 Aufl. Berne Fiches juridiques suisses. Impôt sur les successions. Genève, mises à jour périodiques. 8. Hausheer Heinz, Berner Kommentar Update, Das Güterrecht der Ehegatten, Berne IFF OREF, Fiscalité des successions et des donations, Séminaire Lausanne, novembre Informations fiscales de la Commission intercantonale d'information fiscale, (abrégé IF dans le texte) Berne 1994 D : Les impôts pour les successions et les donations 11 Spitz Barry, Tax Havens Encyclopedia, Butterworth, London, 1989, mises à jour périodiques 12 Weimar Peter, Das Erbrecht, Die Erben, Art ZGB (Berner Kommentar Band III, I. Abt. 1. Teilband., Berne Sites internet : (le site de l auteur)

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

SUCCESSION ET TRANSMISSION DES PME

SUCCESSION ET TRANSMISSION DES PME SUCCESSION ET TRANSMISSION DES PME Pascal Favre I. Importance des mesures de protection et de pérennité 1. Tout patrimoine n'est pas en état d'être transmis Une attention particulière doit être portée

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

Avant-propos... 1. 2. Quels sont les principaux régimes matrimoniaux existants en Belgique?... 4

Avant-propos... 1. 2. Quels sont les principaux régimes matrimoniaux existants en Belgique?... 4 Table des matières Avant-propos... 1 Partie 1 - Le régime matrimonial 1. Pourquoi, dans le cadre d une succession (et d une planification successorale), l analyse du régime matrimonial a-t-elle une importance

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Aspects de droit fiscal

Aspects de droit fiscal CENTRE DE DROIT NOTARIAL DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Planification matrimoniale et successorale en matière d assurance des 2e et 3e piliers Aspects de droit fiscal 1 Notion de prévoyance professionnelle

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Les Matinées du patrimoine. Le transfert de patrimoine commercial Aspects fiscaux. Prof. Yves Noël

Les Matinées du patrimoine. Le transfert de patrimoine commercial Aspects fiscaux. Prof. Yves Noël Les Matinées du patrimoine CENTRE DE DROIT NOTARIAL Le transfert de patrimoine commercial Aspects fiscaux par Prof. Yves Noël Avocat, Professeur à l Université de Lausanne 1 Plan CENTRE DE DROIT NOTARIAL

Plus en détail

Retraite et conséquences fiscales Office

Retraite et conséquences fiscales Office Département Retraite et conséquences fiscales Office Administration fiscale cantonale Direction de la taxation des personnes physiques Bertrand BANDOLLIER Directeur adjoint Novembre 2009 Page 1 système

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE Présentation du 18 avril 2015 Plan de l exposé Introduction Acquisition par des concubins Situation de base Forme juridique? Investissements respectifs et conséquences

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 une entreprise L associé est Les parts sociales de la SCI sont inscrites à l actif d une entreprise individuelle ou d une société.

Plus en détail

Société fiduciaire Lausanne

Société fiduciaire Lausanne Société fiduciaire Lausanne Centre Général Guisan, Pully Intervenants -2- Société fiduciaire Lausanne Imposition du couple et de la famille Sommaire Introduction Contexte et objectifs de la réforme Principes

Plus en détail

DataCard. A propos de la succession. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard. A propos de la succession. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard A propos de la succession Société Fiduciaire Suisse SA Remarques préliminaires Au décès d une personne, la totalité de ses valeurs patrimoniales passent dans la succession (masse successorale).

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Initiative parlementaire Droit de succession du conjoint survivant. Précision

Initiative parlementaire Droit de succession du conjoint survivant. Précision ad 97.457 Initiative parlementaire Droit de succession du conjoint survivant. Précision Rapport du 22 janvier 2001 de la Commission des affaires juridiques du Conseil national Avis du Conseil fédéral du

Plus en détail

Planifiez la transmission de votre villa : soyez adroits!

Planifiez la transmission de votre villa : soyez adroits! Chambre genevoise immobilière Section des propriétaires de villa Planifiez la transmission de votre villa : soyez adroits! Robert-Pascal FONTANET Notaire à Genève 28.09.10 Plan de l exposé Comment bien

Plus en détail

MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT DES PRIMES

MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT DES PRIMES Département des finances, des institutions et de la santé Service de la santé publique Departement für Finanzen, Institutionen und Gesundheit Dienststelle für Gesundheitswesen MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

DONS D'ASSURANCE VIE

DONS D'ASSURANCE VIE DONS D'ASSURANCE VIE Il est intéressant de donner par le biais d une assurance vie car ainsi, pour un coût modeste, on peut faire un don ultérieur substantiel. Plusieurs options sont envisageables : 1

Plus en détail

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Les donations et libéralités dans un contexte international Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Plan de l exposé Introduction Les règles de droit international privé

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Les bases de la planification fiscale et patrimoniale... 1

Les bases de la planification fiscale et patrimoniale... 1 VII PARTIE 1 Les bases de la planification fiscale et patrimoniale............... 1 1. Un environnement en perpétuelle évolution..................... 3 A. Loi sur la prévoyance professionnelle.............................

Plus en détail

Revenu de retraite majoré

Revenu de retraite majoré 1 Revenu de retraite majoré Capitalisation fiscalement avantageuse pour compléter votre revenu de retraite Considérations importantes Tous les commentaires relatifs à l'imposition sont de nature générale

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux

Les régimes matrimoniaux Les régimes Dissolution / Liquidation Régime sans aménagement inmnité universelle universelle avec attribution - s biens personnels détenus avant le, - s biens recueillis par succession ou par donation

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _ FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg Planification successorale

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE. Cinq erreurs à éviter

TRANSMISSION D ENTREPRISE. Cinq erreurs à éviter TRANSMISSION D ENTREPRISE Cinq erreurs à éviter Salon Bitoubli - Beaulieu 4 juin 2014 1 1 PLAN SOMMAIRE 1. Taux d échec lors de la reprise d une entreprise 2. L impact du nombre de repreneurs dans une

Plus en détail

IMPOSITION DE LA FAMILLE

IMPOSITION DE LA FAMILLE IMPOSITION DE LA FAMILLE Quelques arrêts importants et questions d'actualité Hugo Casanova Président de la Cour fiscale du Tribunal cantonal Fribourg 1 Plan I. Introduction II. La taxation commune A. Généralités

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Philippe Kündig - Conseiller financier avec brevet fédéral www.conseil-retraite.ch

Philippe Kündig - Conseiller financier avec brevet fédéral www.conseil-retraite.ch Philippe Kündig - Conseiller financier avec brevet fédéral www.conseil-retraite.ch Système de répartition : Les cotisations 2011 des actifs servent à payer les prestations versées aux bénéficiaires en

Plus en détail

Comment remplir le formulaire demande de rectification

Comment remplir le formulaire demande de rectification Comment remplir le formulaire demande de rectification N AVS 13 Indiquer votre N AVS13. Pour la Suisse, le N AVS13 comporte 13 chiffres et se présente sous la forme 756.9999.9999.99 En effet, depuis le

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs)

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) Relève PME Transmission d entreprises Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) 10 décembre 2009 Département Office Diplôme d'études supérieures en droit fiscal Titulaire du brevet

Plus en détail

Créer, gérer et transmettre une entreprise

Créer, gérer et transmettre une entreprise Fiduciaire Michel Favre SA, Lausanne FJF Favre Juridique et Fiscal SA, Lausanne FORUM DES COURTIERS 2013 Créer, gérer et transmettre une entreprise 6 juin 2013 Chavannes-de-Bogis par M. Pascal Favre Fiduciaire

Plus en détail

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Qui? Quoi? Quand? Comment? Où? Pourquoi? Page 2 1 Quoi : Les

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L. 131-3 du CASF, Article L 132-6 du code de l action sociale et des familles 1. Définition Toute personne âgée de 65 ans, ou de plus de 60 ans reconnue inapte

Plus en détail

Planifier sans donner

Planifier sans donner Planifier sans donner Martin VANDEN EYNDE Legal Counsel Wealth Analysis & Planning Mons, le 27 avril 2013 Planifier sans donner Delphine Lequeux Legal Counsel Wealth Analysis & Planning Liège, le 20 avril

Plus en détail

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b)

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b) Schweizerische Steuerkonferenz SSK Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Conférence suisse des impôts CSI Union des autorités fiscales suisses Conferenza fiscale svizzera CFS Associazione delle autorità

Plus en détail

Comment définir une bonne politique de prévoyance professionnelle?

Comment définir une bonne politique de prévoyance professionnelle? Comment définir une bonne politique de prévoyance professionnelle? Florian Magnollay, Partner Expert-comptable diplômé Expert en finance et en controlling Responsable du marché Assurances Suisse Romande

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Investissez en toute sécurité

Investissez en toute sécurité TwinStar Invest Investissez en toute sécurité Deux variantes de placement avec garantie d investissement et potentiel de gain. TwinStar Invest offre des perspectives optimales à tous ceux qui privilégient

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel 30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel Fondements Fondements des trois piliers 1 er pilier (AVS AI ) BUT : Couvrir les besoins vitaux 2 ème pilier (Prévoyance professionnelle)

Plus en détail

DataCard. Fondation suisse et philanthropie. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard. Fondation suisse et philanthropie. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard Fondation suisse et philanthropie Société Fiduciaire Suisse SA Généralités concernant la fondation d utilité publique selon le droit suisse La fondation suisse reconnue comme étant d utilité publique

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Dr. Rembert Süß Institut Notarial Allemand Petit préciput, 1932 p. 2 Code civil allemand (BGB)

Plus en détail

Préoccupations et motivations?

Préoccupations et motivations? LE TRANSFERT DE PROPRIÉTÉ DE L HABITATION FAMILIALE DES PARENTS AUX ENFANTS Quand? Et comment? Conséquences fiscales? Droit aux prestations AVS complémentaires? Salon de l Immobilier Neuchâtelois Présentation

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Aspects fiscaux de l entreprise

Aspects fiscaux de l entreprise Séminaire PME et indépendants Banque Cantonale de Genève Aspects fiscaux de l entreprise questions choisies (impôts directs) Séminaire du 4 septembre 2012 Alexandre Faltin Avocat, diplôme d études supérieures

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement B Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 28 février 2001 1, arrête:

Plus en détail

Prévoyance individuelle. Planifiez votre qualité de vie/

Prévoyance individuelle. Planifiez votre qualité de vie/ Prévoyance individuelle Planifiez votre qualité de vie/ Votre avenir repose-t-il déjà sur 3 piliers?/ Du point de vue financier, un avenir digne de ce nom repose sur trois piliers. C est pourquoi il vaut

Plus en détail

Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle

Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle Édition de décembre 2009 Votre sécurité nous tient à cœur.

Plus en détail

0.672.959.82. Traduction 1

0.672.959.82. Traduction 1 Traduction 1 0.672.959.82 Convention entre la Confédération suisse et le Royaume de Norvège en vue d éviter les doubles impositions dans le domaine des impôts sur les successions Conclue le 7 décembre

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

L essentiel de la succession en 30 minutes

L essentiel de la succession en 30 minutes L essentiel de la succession en 30 minutes Francine Robin Responsable du service des tutelles, curatelles et successions Le plan de vol BCGE L ordre de succession légal Les réserves héréditaires et la

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Avenue Louise 240 B-1050 Brussels Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2 600 52 01 Avenue Louise 290 B-1050 Brussels Tel. +32 2 629 81 20 Fax. +32 2 629 81 38 Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Quiconque désire réaliser son rêve de posséder son logement peut utiliser pour le financer les fonds qu il a épargnés au titre de la prévoyance professionnelle.

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Plan I. Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations familiales en amont (d un éventuel conflit) A. Exemple des familles recomposées

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II?

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? Conseil juridique et fiscal Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? 2008 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved. PricewaterhouseCoopers refers to the network of member

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 87, du 11 novembre 2005 Délai référendaire: 3 janvier 2006 Loi portant révision de la loi concernant la Caisse de pensions de

Plus en détail

Règlement sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Règlement sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle pvgi c/o agrapi, Postfach, 000 Bern 6 www.pvgi.ch Personalvorsorgestiftung der graphischen Industrie Fondation de prévoyance de l industrie graphique Fondazione di previdenza dell industria grafica Valable

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

Fiscalité des comptes courants d'associés

Fiscalité des comptes courants d'associés Fiscalité des comptes courants d'associés Article juridique publié le 08/06/2015, vu 610 fois, Auteur : Innocent KOUAKOU Lorsqu une société est confrontée à des besoins en financement de sa trésorerie,

Plus en détail

Amnistie fiscale partielle en Suisse dès 2010

Amnistie fiscale partielle en Suisse dès 2010 Amnistie fiscale partielle en Suisse dès 2010 I. Introduction A l heure où la Suisse est au cœur de l actualité fiscale internationale, certains événements passent pour ainsi dire inaperçus. A compter

Plus en détail

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage?

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage? Régimes matrimoniaux Faut-il faire un contrat de mariage? 2 Dès le mariage, les époux sont soumis à un régime matrimonial, c'est-à-dire à un ensemble de règles fixant leurs droits et leurs devoirs. S ils

Plus en détail

PRÉAVIS N o 14/15 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N o 14/15 AU CONSEIL COMMUNAL COMMUNE DE SAINT-SULPICE MUNICIPALITÉ PRÉAVIS N o 14/15 AU CONSEIL COMMUNAL IMPÔTS COMMUNAUX ARRÊTÉ D IMPOSITION POUR L ANNÉE 2016 Saint-Sulpice, le 14 septembre 2015 - 2 - MUNICIPALITÉ DE SAINT-SULPICE

Plus en détail

Les 4 pages suivantes montrent la réalisation du résumé

Les 4 pages suivantes montrent la réalisation du résumé Données de base Marcel Exemple est né le 15.03.1955 à Vevey. Catherine est née le 27.09.1960. Ils se sont mariés le 04.09.1982, et ont 2 enfants : David, né le 13.07.1985, employé de banque, et Christelle,

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Un patrimoine unique au monde à transmettre aux générations futures

Un patrimoine unique au monde à transmettre aux générations futures Un patrimoine unique au monde à transmettre aux générations futures Héritages & legs Grâce à vos dernières volontés, vous permettez que notre engagement en faveur de la conservation de la flotte Belle

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail