BASE DE DONNEES ET PLAN D ACTIONS POUR UNE GESTION DURABLE DES RESSOURCES EN EAU DES REGIONS DE MONTAGNE, MADAGASCAR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BASE DE DONNEES ET PLAN D ACTIONS POUR UNE GESTION DURABLE DES RESSOURCES EN EAU DES REGIONS DE MONTAGNE, MADAGASCAR"

Transcription

1 BASE DE DONNEES ET PLAN D ACTIONS POUR UNE GESTION DURABLE DES RESSOURCES EN EAU DES REGIONS DE MONTAGNE, MADAGASCAR E602 :Data Base and action plan for a Sustainable Management of Water Resources in Malagasy Mountain Regions OCTOBRE

2 SOMMAIRE Sommaire exécutif...3 Contexte de l étude...4 Méthodologie...5 Collecte de données, diagnostic global et scénarios futurs... 5 Atelier de concertation... 6 Structuration des acteurs... 6 Vers une vision du futur par l identification de futurs partenaires... 6 Résultats...7 Présentation générale... 7 Présentation générale... 8 Caractéristiques communes des trois régions : 8 Description des trois régions Propriétés géographiques 10 Propriétés démographiques.10 Cartes thématiques des territoires d origine de l eau par région 12 Bassin de captage de Sahamazava, Andapa 12 Bassin de captage de Mandaratsy, Fianarantsoa.15 Miarinarivo.19 Zonage concerté..21 Andapa 21 Fianarantsoa 22 Miarinarivo.25 Description de la ressource en eau, de ses modes de gestion et d utilisation, de la vision partagée par les acteurs (diagnostic participatif) Comités mis en place Grandes lignes du plan d actions issues des ateliers de concertation Conclusion et recommandations...31 PRESENTATION PAR REGION...33 Document de Référence ANDAPA Document de Référence Fianarantsoa Document de Référence Miarinarivo ANNEXES...67 Annexe Annexe Annexe Annexe Annexe Annexe BIBLIOGRAPHIE

3 Sommaire exécutif L objectif du projet est la collecte de données fiables, base d un plan d actions concerté de gestion durable et de partage équitable de a ressource eau, testant des outils novateurs et démarrant une structuration des acteurs pour assurer la mise en œuvre de cette gestion concertée dans trois régions de montagne à Madagascar : Andapa, Fianarantsoa et Miarinarivo. Les activités ont démarré en février 2003 et se sont achevées à la fin du mois d'août Les résultats escomptés ont été largement dépassés. Une collaboration avec trois universités malgaches et étrangères nous a permis d accueillir des diplômants (niveau DESS et DEA) et approfondir des domaines tels que le cadre juridique et réglementaire régissant l eau, la sécurité alimentaire des communautés des territoires d origine de l eau et l impact d une démarche de transfert de gestion des ressources naturelles à des opérateurs privés ou à des communautés. Les deux tiers de notre temps ont été consacrés à Fianarantsoa où le processus avait démarré avant le présent mandat. Le travail sur Andapa a pris moins d une semaine du fait d une forte mobilisation des acteurs locaux. Le document informatif de base par région a été constitué et distribué aux principales parties prenantes des trois régions d études comme document de référence. Les cartes thématiques ont été produites, avec un travail beaucoup plus élaboré pour Fianarantsoa. Le zonage concerté a facilité le raisonnement de l échantillonnage, notamment pour Fianarantsoa dont le territoire d origine de l eau est à cheval sur 5 communes rurales. Le travail de caractérisation de la production, de la consommation et de gestion de l eau basée sur une démarche de diagnostic participatif a permis aux parties prenantes de deux régions, Andapa et Miarinarivo, de prendre conscience des enjeux et des menaces autour de la problématique EAU. Sur Fianarantsoa, cette étape a été facilitée par l intégration de l APMM-Tambohitravo Malagasy dans une structure existante qui avait démarré en 2000 un processus de mobilisation des acteurs. La structuration des acteurs a atteint plusieurs niveaux sur Fianarantsoa où 5 communes rurales et une commune urbaines sont concernées par la gestion de l eau, elle est restée relativement simple sur Andapa et Miarinarivo du fait que la production et la consommation concerne un seul et même territoire, la commune urbaine. Le Plan d Actions dans la région d Andapa consiste à des mesures conservatoires et un mécanisme précis de financement de la préservation du territoire d origine de l eau prises par les acteurs réunis au cours de l atelier de concertation et engageant essentiellement les autorités communales et une association villageoise du territoire d origine de l eau. Dans le cas de Miarinarivo, l élaboration du Plan d actions s est fait en deux fois, avec une mobilisation spectaculaire des acteurs et a abouti à des conventions à différents niveaux et à un projet de conservation du territoire d origine de l eau (146 hectares), actuellement en cours de réalisation. Le Plan d Actions de Fianarantsoa a abouti à la création d un comité d orientation du territoire d origine de l eau (plus de 3000 hectares) regroupant toutes les parties prenantes mais son rôle et ses attributions restent flous du fait que la gestion durable de l eau s intègre dans une démarche de gestion d un bassin-versant couvert en partie par un reboisement en pin appartenant à l Etat et en cours de transfert à des exploitants et des communautés locales et mis en valeur agricole par les communautés riveraines. Dans les trois cas, il a été constaté que les équipements sont anciens et demandent à être refaits. Dans une perspective d augmentation certaine de la consommation en eau, il est primordial de poursuivre l effort de planification de l utilisation de la ressource eau et de prospecter de nouvelles sources de captage. Le processus de planification est en cours mais la participation des communautés et des collectivités restent insuffisantes. Si le code de l eau prévoit de leur déléguer la maîtrise d ouvrage de la production de l eau, il est important de renforcer leur capacité à trouver des modes d utilisation durable de leur espace et des ressources naturelles, notamment l eau et les forêts. En parallèle, il est important de mettre en œuvre les mécanismes de financement en faveur des activités de préservation des zones de captage et de développement intégré des communautés dont les systèmes de production sont handicapés par les contraintes liés à la production d une eau potable de qualité et en quantité suffisante pour les communautés en aval. 3

4 Contexte de l étude La célébration de l Année Internationale de l Eau douce a permis de poursuivre le plaidoyer sur le développement durable des régions de montagne. Pour Madagascar, un pays montagneux ayant plus de 50% de son territoire national montagneux, une production agricole dominée par la riziculture irriguée, l eau est un élément fédérateur pour tous les acteurs. Le Document de Stratégie Nationale de Développement des Régions de Montagnes et des Hautes Terres et le Plan d Actions 2003 de l APMM à Madagascar ont un axe stratégique commun : la gestion durable et le partage équitable de l eau. Les orientations politiques de Madagascar dans le développement du secteur eau sont favorables à cette démarche de gestion durable de la ressource eau. Leur principal objectif pour l horizon 2015 : atteindre un taux de desserte en eau potable de 80% pour l ensemble de Madagascar. Le choix de ces trois régions s est fait sur la base de demande émanant d élus (parlementaires) ou de personnes-clés dans des structures de concertation du développement de régions où l APMM- Tambohitravo Malagasy a démarré la mise en place d antenne régionale. Dans le cas d Andapa et de Miarinarivo, la demande émanait de parlementaires élus dans la région et membre du GTDR (Groupe de Travail pour le Développement Rural). L équipe de l antenne régionale joue le rôle de facilitateur dans l introduction auprès des acteurs locaux, dans la collecte de données et l organisation des réunions de concertation. L équipe technique de l APMM-Tambohitravo Malagasy est restreinte. Pour renforcer notre effectif, nous accueillons tous les ans une dizaine de diplômants d universités, d écoles d applications malgaches ou étrangères, sur des thèmes proposés conjointement. Pour l année 2003, nous avons orienté nos thèmes de stage sur la gestion de l eau et sur les aires protégées volontaires à fortes potentialités touristiques. Dans le cas de Fianarantsoa et d Andapa, l APMM avait déjà démarré un débat sur la gestion de l eau avec les principales parties prenantes. L élaboration des termes de référence du contrat avec CDE s est faite en collaboration avec l institution en charge ä Fianarantsoa de la mobilisation sociale sur la question d intérêt publique eau. Les représentants de la région d Andapa, eux, ont participé à l atelier national destiné à l élaboration de la Stratégie Nationale pour le Développement des Régions de montagne en septembre 2002 et ont largement participé au débat sur la gestion durable de l eau. L APMM a travaillé la première fois sur Miarinarivo dans le cadre de l exécution de ce projet. La gestion de l eau est un thème fédérateur qui permet une démarche intégrée, multidisciplinaire et à multi-niveaux, surtout dans le cas de Fianarantsoa. Ce projet devrait permettre de collecter des données et de faire des analyses fiables, avec une base scientifique. Il devrait aussi permettre de devancer la mise en application du code de l eau, d adapter le montage institutionnel et opérationnel aux réalités locales et assurer ainsi une plus grande participation des acteurs locaux, communautés et collectivités, les principales cibles de l APMM. Madagascar est globalement favorisé en ce qui concerne les ressources en eaux superficielles et souterraines. La pluviométrie moyenne est de d ordre de 1500 mm par an, soit 835 milliards de m 3 dont 309 milliards sont ruisselés. Les eaux souterraines sont évaluées à 140 milliards de m 3 par an. La situation est cependant très différenciée selon les régions. 4

5 Méthodologie Nous avons adopté une méthode de travail, pour chaque région, comportant trois phases principales : - une phase préliminaire d informations, d identification des principales parties prenantes et de première délimitation du bassin hydrologique ; - une phase de collecte de données fiables (= état des lieux), suivi d un diagnostic global et de la formulation des tendances et des scénarios ; - une phase de concertation sous forme d atelier de mise à niveau d informations de tous les acteurs conduisant à un choix de stratégie et à l identification des grandes orientations d un Plan d Actions d une gestion durable de la ressource eau. La structuration des acteurs, notamment la société civile, s est faite en parallèle à ces trois phases. La phase préliminaire Il s agit de présenter les objectifs du projet aux institutions concernés par la gestion de la ressource eau et de visiter le bassin hydrologique concerné par l approvisionnement en eau du chef-lieu de chaque région pour une première délimitation de chaque région d étude et pour une identification des principales parties prenantes. Collecte de données, diagnostic global et scénarios futurs Elle consiste à faire (1) un état des lieux du bassin et une collecte de données statistiques sur la production et les usages de l eau, (2) un diagnostic global qui confronte l existant concernant les milieux et les usages, qui analyse le niveau de satisfaction des usages et de l état des milieux par rapport à leur potentialité et qui tient compte du comportement des différents acteurs en terme d enjeux et de positionnement, (3) une formulation des tendances et de scénarios futurs. Des études d impact des différents scénarios futurs sont à mener pour en analyser la faisabilité. État des lieux : il concerne sept domaines : (1) la population : unités administratives, densité et répartition des populations, infrastructures principales et marchés, critère de prospérité des familles, taille de la famille, composition et groupes lignagers, propriété de l eau et de la terre (accès au bas-fonds et au tanety), revenus des familles ; (2) les cultures principales et élevage : cultures, calendriers culturaux, calendrier alimentaires, production et rendement, intrants ; (3) le climat : régime pluviométrique (4) les sols : caractéristiques de la toposéquence, conditions et risques de dégradation de la couche supérieure du sol ; (5) hydrologie : débit et qualité de l eau produite, consommation en eau potable et en eau agricole ; (6) type de végétation et couverture (7) cadre légal et réglementaire Diagnostic global A partir de l état des lieux et dans le cadre d une démarche multi-disciplinaire, nous avons procédé à la délimitation du bassin hydrologique et à l analyse des données en prenant en 5

6 compte des bilans qualitatifs et quantitatifs se rapportant aux usages, aux ressources, aux milieux et à leurs relations de dépendance. Ce diagnostic s est fait à trois niveaux : - une évaluation de l existant concernant les milieux et les usages (un historique des usages et des milieux peut s avérer nécessaire); - une prise en compte du niveau de satisfaction des usages et de l état des milieux par rapport à leur potentialité ; - une prise en compte des comportements des différents acteurs (enjeux et positionnement) sans oublier leur évolution pendant ces dernières années. Le diagnostic général doit permettre de dégager les caractéristiques principales du périmètre, en hiérarchisant les enjeux et les problèmes, et en structurant les relations croisées entre acteurs, usagers et milieux Futurs scénarios Les futurs scénarios sont élaborés et discutés à partir des principaux enjeux et problèmes identifiés au cours du diagnostic principal. Atelier de concertation Des ateliers préparatoires ont permis une mise à niveau d informations de toutes les parties prenantes afin qu elles puissent contribuer de manière effective à l élaboration du Plan d Actions de gestion durable de la ressource eau Structuration des acteurs Le rôle joué par l APMM dans l organisation des acteurs dépendra du niveau d organisation déjà atteint par la société civile, notamment les communautés et les collectivités directement concernées par la gestion de l eau. L APMM facilitera la recherche d une vision commune de la gestion de la ressource eau. Elle renforcera notamment les capacités de structures communautaires et des collectivités ou leur regroupement afin qu elles soient capables de planifier et de mettre en œuvre un plan d actions concerté en faveur d une gestion durable de l eau. Vers une vision du futur par l identification de futurs partenaires Avec la structuration et le renforcement de capacité des acteurs, l APMM facilitera la recherche de partenaires techniques et financiers dans la conception, la mise en œuvre du Plan d Actions pour la Gestion Durable de la Ressource Eau et la médiatisation de la démarche. 6

7 Résultats Présentation générale 7

8 Présentation générale Fianarantsoa et Miarinarivo font partie de la zone hydrologique des Hauts Plateaux, caractérisée par une pluviométrie annuelle entre 1000 à 1400 mm, variée du fait du relief et de l opposition Est-Ouest. La zone des Hauts Plateaux est bien arrosée et n a généralement pas de problèmes de ressources en eau. Les eaux superficielles ont un débit suffisant : les cours d eau sont bien alimentés toute l année. Les crues sont peu violentes et les étiages soutenues. Andapa fait partie de la zone hydrologique de la cote est. Elle est très arrosée toute l année avec une moyenne des précipitations annuelles comprises entre 2000 et 3000 mm. Les cours d eau sont à fort débit d étiage (novembre - décembre), les crues sont rapidement entraînées du fait des fortes pentes mais deviennent énormes lors des cyclones (BURGEAP, 2003) Caractéristiques communes des trois régions : - un problème d approvisionnement en eau potable en période d étiage sans prise de décision effective des services techniques et des autorités locales ; - une dégradation des bassins hydrologiques se manifestant par un changement de la texture, de la structure et de la fertilité des sols du territoire d origine de l eau liée à des feux de végétation non contrôlés, à l extension des surfaces agricoles et au changement de la couverture végétale en relation avec exploitations illicites des ressources forestières. Le cas de Fianarantsoa L eau potable de la municipalité de Fianarantsoa a son territoire d origine, un bassin de hectares, à cheval sur cinq communes rurales en amont et aussi en aval. Seule une commune rurale située en aval est contrainte de réduire ses surfaces rizicoles pour cause d insuffisance en eau. L approvisionnement potable de la ville de Fianarantsoa en fin de saison sèche (septembre - octobre) se fait au détriment des besoins en eau agricole des communautés riveraines au lac de retenue d eau d Antarambiby du fait que la période d étiage coïncide avec les besoins en eau critique du calendrier cultural de la riziculture. Ainsi, pour les territoires en amont au barrage de retenue d eau, l insuffisance d eau liée à ce prélèvement provoque un retard dans le calendrier rizicole, contraint par les températures fraîches de début de saison sèche et ainsi, conduit à une réduction au tiers des superficies rizicoles en aval.. En effet, le code de l eau à Madagascar donne priorité à l approvisionnement en eau potable en cas d insuffisance des ressources en eau. A l origine de cette insuffisance en eau, une réduction de la couverture végétale liée à une exploitation illicite des ressources forestières favorisant le ruissellement sur l ensemble du bassin hydrologique, une régénération naturelle de très forte densité très consommatrice d eau dans les peuplements de pins non entretenus parcourus par les feux de végétation non contrôlés et dans les zones de chablis provoqués par les cyclones. Andapa et Miarinarivo Elles ont des caractéristiques territoriales comparables. Le bassin délimité par les relations amont-aval concernent un territoire de moins de 1000 hectares. Dans la région d Andapa, l insuffisance de l eau en amont n a pas d influence particulière sur le 8

9 calendrier cultural des populations en aval du fait que les sources de captage ne concerne qu une partie des sources du bassin hydrologique. Dans la région de Miarinarivo, la mise en valeur des bas-fonds du bassin hydrologique reste une activité marginale. 9

10 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar Description des trois régions Propriétés géographiques Propriétés & région Andapa (forêt humide secondaire) Fianarantsoa (reboisement de pins) Miarinarivo (Zone de savanes avec peuplement épars pins) Zone hydrologique (ZH) ZH de cote est colonisée par ZH des Hautes Terres ZH des Hautes Terres Longitude et latitude à l exutoire Long E Lat S Long E Lat S Long E Lat S Taille du bassin de captage (longueur & largeur) Longueur : 15 Km Largeur : 0,6 Km Superficie :910 hectares Longueur : 6,7 Km Largeur : 5,2 Km Superficie : hectares Longueur : 1,5 Km Largeur : 1 Km Superficie : 146 hectares Topographie Relief montagneux Altitude max : 556m Altitude min : 460 m Zone de moyennes collines Altitude max :1 200 m Altitude min : m Zone montagneuse Altitude max : Altitude min : Pluviométrie annuelle moyenne (mm/an) > Propriétés démographiques Propriétés Population totale Revenu moyen IDH Taux d accès à l eau & Régions dans le bassin de par ménage/an potable (%) captage (FMG/an) Andapa ,457 8,91 Fianarantsoa/Antarambiby ,384 0 Fianarantsoa ville* Miarinarivo ,

11 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar * la ville de Fianarantsoa, consommateur de l eau potable compte plus de habitants 11

12 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar Cartes thématiques des territoires d origine de l eau par région La couverture végétale des bassins de captage des trois régions d étude est progressivement transformée par l extension des activités agricoles et les exploitations illicites de forêts. Bassin de captage de Sahamazava, Andapa Malgré 1970 mm de pluies annuelles, les habitants de la cuvette d Andapa connaissent deux mois de pénurie en eau potable tous les ans depuis

13 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar Le système d adduction d eau par gravité (AEPG) de Sahamazava est composé d une conduite d eau, d un petit barrage de retenue, situé à 5 Km de la ville d Andapa appartient à la commune d Andapa et a été installé dans les années La ville fait partie de la cuvette d Andapa caractérisée par une forte densité de populations, plus de 500 habitants/km 2 Débit moyen mensuel entre , et compte habitants 40 en La distribution d eau potable est assurée par des bornes-fontaines et 635 branchements individuels. La consommation d eau de la ville est comprise entre m 3 à m3/mois soit entre m 3 /mois. La valeur moyenne minimum du débit d eau est de 33 m 3 /heure soit 792 m 3 /jour en période d étiage, 38 m 3 /heure en saison de pluies d après la JIRAMA. Le nombre d abonnés augmente d environ 10% tous les ans (doublement tous les 8 ans) et le réseau vient d être étendu à deux quartiers en périphérie de la ville Le bassin-versant de Sahamazava est en bordure de la cuvette d Andapa. Elle est colonisée par une forêt dense humide dégradée dans sa partie supérieure. 28 Cette dégradation 26 s est accélérée depuis 24 Pluvimétrie mensuelle le passage du cyclone 100% Géralda en 2000 qui a abattu la plupart des grands arbres et a % 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% J F M A Mai Jn Jt Août S O N D mois favorisé la recrudescence des exploitations illicites de bois. m3/h S O N D J F M A Mai Jn Jt Août mois La population locale (les jeunes) a valorisé les arbres à terre après le cyclone puis a continué ave l exploitation des arbres encore sur pied. Le service forestier n autorise pas l exploitation forestière dans le bassin-versant de Sahamazava et les bûcherons y travaillent avec des permis de coupe octroyés sur d autres périmètres. Lors de notre visite en mai 2003, la partie supérieure du bassin ne comporte plus aucun arbre de grand diamètre. La culture commerciale de chayotte, vendue à Andapa et à Sambava, envahit tout l espace où le couvert forestier a disparu. Du reboisement de plants de raphia ne subsistent que quelques plants seulement du fait d une absence totale d entretien. Les jeunes plants nouvellement plantés sont vite étouffés par la végétation naturelle. Le graphique présentant la pluviométrie mensuelle moyenne entre 1998 et 2002 confirme cette réduction du débit en période d étiage depuis 2000 qui s est traduit par une pénurie d eau potable entre septembre et octobre. Les crues sont à fort débit d étiage et les crues 13

14 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar sont rapidement entraînées du fait des fortes pentes. Le barrage de retenue et les conduites d eau de la JIRAMA se retrouvent dans la partie moyenne du bassin-versant. L eau est répartie entre les besoins en eau du FKT de Sahamazava qui compte habitants et l approvisionnement en eau de la ville d Andapa qui en compte La partie inférieure du bassin-versant est occupée par des parcelles de vanille. L augmentation du prix de la vanille a induit une forte extension de cette culture de rente sur toute la périphérie de la cuvette. Les activités rizicoles se retrouvent dans les bas-fonds et ne connaissent pas de problème d alimentation en eau. La carte des ressources naturelles d Andapa révèle l extension de savanes sur les forêts denses autour de la cuvette, notamment le bassin-versant d Andapa, qui intègre le bassin de Sahamazava. Une étude sur l évolution de l occupation des sols de la région d Andapa démontre une tendance vers l extension des parcelles de vanille et de café. Depuis les évènements politiques de 2001 et de 2002, il est observé une tendance inverse, vers l extension des pratiques de tavy. Occupation des sols Couverture (%) Forêt Tavy/savoka Café et vanille Habitation Rizières Marécages Source : Andriamaherisoa La réduction de la pluviométrie en période d étiage (septembre-décembre), une demande croissante en branchement individuel consommateur d eau (un ménage consomme dix fois plus d eau sous branchement individuel qu avec les bornesfontaines) et le problème de déboisement du bassin-versant de Sahamazava expliquent la pénurie d eau en septembre - octobre et obligent la commune et la JIRAMA à prospecter d autres sources. 14

15 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar Bassin de captage de Mandaratsy, Fianarantsoa 15

16 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar Situé à 26 Km à l est de la ville de Fianarantsoa, le bassin-versant de Mandaratsy est une zone de moyenne colline à pente relativement faible bénéficiant d un climat tropical d altitude à deux saisons : la saison de pluies d octobre en avril, la saison sèche et fraîche, de mai à septembre. Il abrite les sources qui alimentent le lac d Antarambiby, lac de retenue d eau pour l alimentation en eau potable de la ville de Fianarantsoa qui compte plus de habitants. La Mandaratsy fait partie intégrante du reboisement industriel de pin de la Haute Matsiatra destiné à produire de la pâte à papier sur hectares est le résultat de plusieurs campagnes de reboisement entre1956 et Le projet n ayant pas abouti du fait de la baisse du cours mondial de la pâte à papier, le reboisement est ainsi resté sans traitement sylvicole. Le service forestier gérait et contrôlait les superficies boisées. Entre 1983 à ce jour, le personnel se trouve réduit à une seule personne, le chef de poste forestier. A ce jour, les cyclones, les feux et les exploitations illicites ont réduit le peuplement au tiers de sa superficie. Un inventaire forestier général estime le volume exploitable à 110 m 3 /ha (USDA, 2001). En amont : les équipements consistent en un barrage, une conduite d eau et une station de traitement construits en 1957 par la commune urbaine de Fianarantsoa (CUF). Historiquement, cette zone était un marais valorisé en rizière par les communautés riveraines. C est en 1940 que les colons français ont aménagé ce marais en lac de retenue d eau pour l alimentation en eau de la ville de Fianarantsoa. La profondeur maximum du lac est estimée à 7 m (MIRAY, 2001). En 1985, l insuffisance du débit d eau a obligé la JIRAMA à aménager une dizaine de canaux de captage sur 34 kilomètres. En 1994, la JIRAMA a rajouté une seconde conduite et rehaussé la hauteur de la lame déversoir de 30 cm. La JIRAMA suit l évolution de la quantité d eau dans le lac suivant deux mesures, la hauteur d eau de la lame de déversoir et celle de l eau dans le fonds collecteur. La hauteur de la lame de déversoir donne une valeur du surplus d eau qui alimente en eau agricole les rizières en aval du barrage La hauteur d eau dans le fonds collecteur donne une valeur de la hauteur de l eau du lac à proximité du barrage. Contrairement à la bibliographie disponible, les chiffres donnés par la JIRAMA confirment que le niveau de la lame de déversoir d eau disponible en période d étiage peut être considéré comme plus ou moins constant. Il n y aurait donc pas de problème 16

17 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar d approvisionnement en eau de la ville de Fianarantsoa dans les dix prochaines années. La station collecte m 3 /jour (Antarambiby compte 13 canaux de captage, un canal a un débit de 2 litres/s soit 7 m 3 /heure en période d étiage) et produit 185 m 3 /heure soit m 3 /jour d eau potable. Niveau d'eau du lac d'antarambiby 2002 La consommation d eau de la ville fournie par Antarambiby est estimée à m 3 /jour (2 000 m 3 autres fournis par Vatosola). La JIRAMA et le service forestier considèrent que la réduction de l eau alimentant Antarambiby est le résultat de la diminution de la couverture forestière liée à des feux de brousse répétés, aux chablis sylvicole et à l extension des parcelles agricoles après les cyclones, à la régénération naturelle sans traitement Les communautés en amont, elles, pensent qu elle est due à un mauvais entretien de ces derniers par la JIRAMA (MIRAY, 2001). 80 Elles estiment à un tiers la baisse du rendement des rizières en aval 2 60 relative à la diminution de la disponibilité en eau agricole Plusieurs permis d exploitation forestière ont été délivrés dans le 40 1 périmètre de Mandaratsy. A 20 ce jour, seule subsiste 0 0 l exploitation d un technicien Lame déversoir min fonds collecteur min forestier suisse qui a démarré en 1999 sur 37 hectares de forêts et disposant d un équipement moderne permettant une exploitation professionnelle et rationnelle du bois (unité de sciage mobile, camion, tracteur, etc.). Les ristournes issues de cette exploitation représentent un revenu régulier et non négligeable pour les communes. En aval : Pour le moment, la JIRAMA arrive encore à satisfaire les besoins en eau potable de la ville mais c est surtout au niveau de l irrigation des bas-fonds en aval du déversoir que le problème de tarissement est le plus manifeste. La JIRAMA a eu quelquefois à avoir recours à la station de pompage d Ankidona, un système plus coûteux, en période d étiage (août-septembre). La rivière Mandaratsy part du lac pour se déverser en aval, dans le fleuve Matsiatra à 3 Km à l ouest de Masoabe. Plus de 700 hectares de rizières de la région d Itombana, d Ampanazava et de l est de Mahasoabe ne sont plus mises en valeur du fait de l insuffisance d eau agricole (Razafindralambo, 2001). En amont, plusieurs villages sont directement concernés par la gestion durable de l eau des zones de captage et demandent des mesures de compensation relatives aux contraintes que leur impose la préservation de la qualité de l eau. O N D J F Mars A Mai Jn Jt A S 17

18 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar La commune urbaine de Fianarantsoa et ses habitants sont les principaux bénéficiaires de l eau d Antarambiby, avec la JIRAMA. 18

19 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar Miarinarivo 19

20 de l eau dans trois régions de montagne, Madagascar La région de Miarinarivo se situe dans le Moyen-ouest, sur les hautes terres centrales, avec une altitude variant entre 900m et 1 800m. Les sols sont volcaniques et le climat est de tropical à deux saisons. La pluviométrie annuelle moyenne entre 1971 et 1980 est de mm (source JIRAMA). Le bassin-versant de Marotsingala, d une superficie de 60 hectares, territoire d origine de l eau, est à 4 Km de la ville de Miarinarivo. Il est couvert d un reboisement de pin de protection de source fait partie d un programme de reboisement d un projet FAO des années Il peut encore s observer des traces des canaux d infiltration. Les bas-fonds sont aménagés en rizières et quelques hectares de tanety sont valorisés par des cultures sèches. Onze sources alimentent le système d adduction d eau par gravité destinée à la ville de Miarinarivo qui compte habitants. Les équipements consistent en une conduite de 4 km et un réservoir à 2 Km de la ville 379 ménages disposent de branchements individuels.11 sources alimentent le réservoir en saison des pluies, 4 à 5 sources tarissent en saison sèche. Ce tarissement est lié à la destruction des deux tiers de la couverture forestière de ce bassinversant parcouru tous les ans par des feux annuels de végétation, et dans une moindre mesure, des activités d exploitation forestière illicite. mm M oyenne des précipitations mensuelles S O N D J F M A M J J A mois SP 2002 SS 2002 SP 2001 SS 2001 Evolution du débit en 2001 et La JIRAMA peut produire un volume de 650 m 3 /jour en saison des pluies. La consommation en eau potable est estimée à 450 m 3 /j, soit environ m 3 /mois. En 2001, le débit varie entre 13,42 16,68 m 3 /h, soit entre m 3 /jour en période d étiage. En 2002, en période d étiage, le débit moyen minimum est de 12,50 m 3 /h soit 300 m 3 /j, le débit moyen maximum est de 16,4 m 3 /h soit 394 m 3 /j. Malgré une réduction du tiers de la consommation au niveau des 25 bornes-fontaines dont la gestion a été confiée aux associations de quartier, malgré une forte croissance des branchements individuels (25-30% par an), les pénuries d eau restent importantes en saison sèche, surtout pour les quartiers en amont du réservoir. Selon la JIRAMA, c est la réduction du débit en saison sèche qui est à l origine de la pénurie d eau. Les débits étaient plus importants en 2001 qu en débit min débit max 20

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL A LA CINQUIEME SESSION DU FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS MADAGASCAR

RAPPORT NATIONAL A LA CINQUIEME SESSION DU FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS MADAGASCAR RAPPORT NATIONAL A LA CINQUIEME SESSION DU FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS MADAGASCAR DECEMBRE 2004 I- CONTACTS Directeur Forestier pour Madagascar Nom : RAJAONAHSOA Rodin Titre : Directeur Géné

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

ANNEXE 1-A UNOPS BUREAU DES SERVICES D APPUI AUX PROJETS DES NATIONS UNIES INDICATEURS DES PERFORMANCES DU PROJET

ANNEXE 1-A UNOPS BUREAU DES SERVICES D APPUI AUX PROJETS DES NATIONS UNIES INDICATEURS DES PERFORMANCES DU PROJET ANNEXE 1-A UNOPS A. ETAT D EXECUTION DES RECOMMANDATIONS DE LA MISSION DE SUPERVISION DU MOIS DE SECTION II : RECOMMA NDATIONS DE LA MISSION N. ET ACTIONS ENTREPRISES PAR LE PROJET RECOMMANDATIONS SITUATION

Plus en détail

COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG

COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG Julien Deroy Jeudi 16 octobre 2014 Contexte d HaïG 76% de la popula,on: < 2$US/jr Importa,ons

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE III.1 / LES OBJECTIFS DU PLAN DE DESHERBAGE : La contamination des eaux par les pesticides s'effectue essentiellement par ruissellement. Les études menées dans le cadre

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Présenté par ELMENSI Saleh Point focal du projet FFEM

Présenté par ELMENSI Saleh Point focal du projet FFEM Présenté par ELMENSI Saleh Point focal du projet FFEM IV ème semaine forestière, Barcelone du 17 au 20/03/2015 Carte d occupation des sols INFORMATIONS GENERALES Superficie totale de la zone : 191517

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET OCTOBRE 2006 SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE ET D AMENAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ

PRÉSENTATION DU PROJET OCTOBRE 2006 SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE ET D AMENAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ INTERCONNEXION DES RESSOURCES VERDON/SAINT-CASSIEN POUR LA SÉCURISATION DE L ALIMENTATION EN EAU DE L EST VAROIS ET DE L OUEST DES ALPES-MARITIMES LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ TOURVES BRIGNOLES

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire CAUE 23/05/14 Présentation Agence zone UP Laurence BREGENT Clémence LECAPLAIN Caue 1 Définition

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse n 02 septembre 2007 expost ExPost Aménagements de bas-fonds en Guinée forestière ExPost est une note de synthèse qui présente sur un thème ou

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles?

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Perrine Burnod CIRAD UMR TETIS Observatoire du foncier à Madagascar Ward Anseeuw

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

SCHÉMA POUR UNE GESTION FONCTIONNELLE ET PÉRENNE DU SERVICE D ADDUCTION D EAU POTABLE DE SIMA

SCHÉMA POUR UNE GESTION FONCTIONNELLE ET PÉRENNE DU SERVICE D ADDUCTION D EAU POTABLE DE SIMA SCHÉMA POUR UNE GESTION FONCTIONNELLE ET PÉRENNE DU SERVICE D ADDUCTION D EAU POTABLE DE SIMA RAPPEL DU CONTEXTE Sur l île d Anjouan, l UCEA est à ce jour la principale entité opérationnelle et fonctionnelle

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR RANDRIAMAHALEO Sahoby Ministère de l Environnement et des Forêts

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT

SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX (SDAGE) DE MAYOTTE 2010-2015 DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT N 2 : DISPOSITIONS PRISES EN MATIERE DE TARIFICATION DE L EAU ET DE RECUPERATION DES COUTS DOCUMENT

Plus en détail

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Accès à l eau potable et à l assainissement dans les Andes du Sud en Equateur Région de Saraguro-Oña ecobeton

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont :

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont : La Ville de la Possession est engagée depuis plus de 30 ans dans des actions de coopération décentralisée. Elle est la ville pionnière de La Réunion à développer des actions de coopération avec des villes

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES 2015 AGENCE DE FONTAINEBLEAU L OFFI CE NATIONAL DES FORÊTS PREMIER GESTIONNAIRE D ESPACES NATURELS EN FRANCE Établissement public à caractère industriel et commercial

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail