Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7"

Transcription

1 TABLE DES MATIE` RES Pre sentation des auteurs.... Pre faces... V IX Introduction générale et avertissement Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal) Partie I. Le droit patrimonial de la famille (droit civil) Chapitre I. Les re gimes matrimoniaux Section I. Introduction et ge ne ralite s Sous-section I. Re gime légal et régimes conventionnels Sous-section II. Sie` ge de la matie` re et application ratione temporis.. 13 Sous-section III. Mutabilite des régimes matrimoniaux Sous-section IV. Droit international prive et re gimes matrimoniaux. 14 Section II. Le re gime légal Section III. Les régimes conventionnels Section IV. Régimes matrimoniaux et donations Sous-section I. Re vocabilite des donations entre e poux Sous-section II. Assimilation de certains avantages matrimoniaux à des donations Section V. Régimes matrimoniaux et droit fiscal Chapitre II. Le partenariat Section I. Ge ne ralite s et siège de la matière Section II. De finition et conditions Section III. Droits et obligations des partenaires le gaux Section IV. Aménagements des effets patrimoniaux du partenariat Section V. Fin du partenariat Chapitre III. Les donations Section I. Ge ne ralite s Section II. Droit international prive et donations Section III. Le droit de retour Section IV. La forme des donations Sous-section I. Les donations authentiques Sous-section II. Les dons manuels Sous-section III. Les donations indirectes Sous-section IV. Les donations de guise es Sous-section V. Les donations faites a` des mineurs Sous-section VI. Consentement des e poux aux donations mettant en pe ril les intérêts de la famille Sous-section VII. Publicite des donations entre e poux Chapitre IV. Les successions Section I. Ge ne ralite s Sous-section I. Le lieu d ouverture de la succession Le droit patrimonial luxembourgeois Aspects civils et fiscaux XV

2 Sous-section II. Compe tence des tribunaux et droit applicable a` la succession Sous-section III. Composition du patrimoine successoral Sous-section IV. Le rapport des libéralite s en droit luxembourgeois. 35 Section II. La de volution le gale Sous-section I. Les he ritiers le gaux autres que le conjoint survivant. 37 Sous-section II. Le conjoint survivant Section III. La de volution volontaire (en pre sence de dispositions de dernie` res volonte s: la re serve et la quotité disponible) Sous-section I. Introduction: géne ralite s, forme et publicite des testaments et dispositions de dernie` res volonte s Sous-section II. La masse de calcul du disponible Sous-section III. Re serve en nature ou par équivalent Sous-section IV. La réserve des enfants et descendants Section IV. Le transfert de fonds à la suite du de ce` s du titulaire d un compte bancaire luxembourgeois Sous-section I. Les principes L acte de de ce` s du client, titulaire du compte L acte de notorie te Sous-section II. La pratique Existence de comptes joints Existence d he ritiers mineurs Section V. Le mandat post mortem en droit luxembourgeois Sous-section I. Le principe Sous-section II. L exception Sous-section III. Les commentaires de l article 1939, 4 du Code civil 53 Section VI. Le secret professionnel des banquiers et assureurs luxembourgeois dans un contexte successoral Sous-section I. Le secret bancaire Sous-section II. Le secret des compagnies d assurances Le principe et la base légale Le cas particulier des demandes de renseignements émanant des he ritiers légaux du preneur Le cas particulier des cre anciers Le contrat d assurance et le droit patrimonial de la famille Le cas particulier d une atteinte à la re serve he réditaire Section VII. L usufruit et sa conversion Sous-section I. Les re` gles traditionnelles d e valuation de l usufruit en droit luxembourgeois Sous-section II. Rappel des hypothe` ses de de membrements successoraux et incidences avec les dispositions le gales relatives au partage 60 Sous-section III. Commentaire de la de cision du Tribunal d arrondissement du 6 juillet Sous-section IV. Tableau comparatif des valorisations d usufruit en France, Belgique et Luxembourg Chapitre V. La protection du patrimoine d un mineur a` la suite du de ce` s de ses parents Section I. Le droit civil luxembourgeois Sous-section I. Le droit de jouissance légale XVI Kluwer

3 1. Notion Les titulaires du droit de jouissance le gale Le domaine d application du droit de jouissance légale La nature du droit de la jouissance légale Les charges de la jouissance légale La fin de la jouissance légale Sous-section II. L administration légale Leroˆle de l administrateur légal L administration légale pure et simple L administration légale sous controˆle judiciaire L administrateur ad hoc La nomination d un administrateur par testament ou donation La fin de l administration le gale Sous-section III. La tutelle des mineurs L ouverture de la tutelle Lade signation du tuteur I. La tutelle testamentaire II. La tutelle légale III. La tutelle dative Le conseil de famille I. La composition du conseil de famille II. Le roˆle du conseil de famille Le subrogé tuteur Section II. La protection du patrimoine d un mineur à la suite du de ce` s de ses parents dans un contexte international Partie II. La fiscalite indirecte lie e aux transmissions de patrimoines familiaux Chapitre I. Principales incidences du droit des régimes matrimoniaux en fiscalite des successions Chapitre II. Les droits de donation Section I. Absence de convention internationale Section II. Principes de taxation Section III. Taux de taxation Section IV. Re gime particulier pour les donations d immeubles situés sur le territoire de la ville de Luxembourg Chapitre III. Les droits de succession et de mutation par de cès Section I. Absence de convention internationale et élimination de la double imposition Sous-section I. La transmission de biens immeubles e trangers Sous-section II. La transmission de biens meubles e trangers Section II. Notion d habitant du Grand-Duche et droits de mutation par de ce` s Sous-section I. La notion d habitant du Grand-Duche, au sens des droits de succession Sous-section II. Les droits de mutation par de cès Les taux et les majorations De duction du passif Abattements Section III. Les fictions fiscales Le droit patrimonial luxembourgeois Aspects civils et fiscaux XVII

4 Section IV. Les pre somptions le gales Section V. Le passif de la succession Section VI. Les règles de preuve et les moyens de controˆle Sous-section I. L expertise de controˆle Sous-section II. L expertise pre alable Sous-section III. L information par les banques Section VII. Taux de taxation Sous-section I. Les droits de succession Entre e poux et partenaires En ligne directe Entre frères et sœurs Entre oncles/tantes et neveux/nie` ces Entre personnes non parentes Les legs a` certaines personnes morales Sous-section II. Les droits de mutation par de cès Sous-section III. Les ventilations de droits en cas de de membrement de la de volution légale ou volontaire Sous-section IV. Les majorations de taux ( 1) et la re` gle du lisssage ( 2) Les majorations Le lissage Chapitre IV. Les obligations le gales impose es au banquier luxembourgeois en vue d assurer la juste perception des droits de succession Section I. Principe et ge ne ralite s Section II. Le champ d application Section III. L exception Section IV. Le cas particulier de l héritier habitant à l e tranger Chapitre V. L imposition au Luxembourg des transmissions par de cès d immeubles dans un contexte franco-belgo-luxembourgeois Section I. La transmission par de ce` s d un immeuble situé en France ou en Belgique de pendant de la succession d un «habitant du Grand-Duche» Sous-section I. En droit interne luxembourgeois Hypothèse de la de tention directe (en personne physique) de l immeuble Hypothèse de la de tention de l immeuble par l interme diaire d une socie té Sous-section II. Hypothe` se d un immeuble situe en Belgique Hypothèse de la de tention directe (en personne physique) de l immeuble Hypothèse de la de tention de l immeuble par l interme diaire d une socie té Sous-section III. Hypothèse d un immeuble situé en France Hypothèse de la de tention directe (en personne physique) de l immeuble Hypothèse de la de tention de l immeuble par l interme diaire d une socie té XVIII Kluwer

5 Section II. La transmission par de ce` s d un immeuble situé au Luxembourg de tenu par un re sident de France ou de Belgique: les droits de mutation par de cès Sous-section I. En droit interne luxembourgeois Hypothèse de la de tention directe (en personne physique) de l immeuble Hypothèse de la de tention de l immeuble par l interme diaire d une socie té Sous-section II. Hypothe` se d un résident de Belgique Hypothèse de la de tention directe (en personne physique) de l immeuble Hypothèse de la de tention de l immeuble par l interme diaire d une socie té Sous-section III. Hypothèse d un résident de France Hypothèse de la de tention directe (en personne physique) de l immeuble Hypothèse de la de tention de l immeuble par l interme diaire d une socie té Section III. Tableaux récapitulatifs Conclusion Chapitre VI. Cas pratiques en matière de transmissions immobilie` res transfrontalie` res Section I. L acquisition et la transmission d un immeuble situe en Belgique par des re sidents luxembourgeois Sous-section I. Pre sentation du casus Sous-section II. Conse quences fiscales de la transmission du Bien Immobilier en matière de droit de succession Hypothèse d une de tention en personne physique du Bien Immobilier I. En cas de transmission a` titre gratuit entre vifs (par donation) II. En cas de transmission a` titre gratuit par de ce` s (par succession) Hypothèse d une de tention du Bien Immobilier par l interme - diaire d une socie te civile luxembourgeoise I. En cas de transmission des parts ou actions de la socie té à titre gratuit par de cès II. En cas de transmission à titre gratuit entre vifs Conclusion Sous-section III. Conse quences, en matière d impoˆts directs en Belgique, de la de tention du Bien Immobilier par l interme diaire d une socie te civile luxembourgeoise S agissant du pre compte immobilier S agissant de l e ventuelle plus-value de cession I. En cas de cession de l immeuble par la société luxembourgeoise II. En cas de cession des parts de la socie té luxembourgeoise proprie taire de l immeuble Section II. Transmission des parts d une SCI luxembourgeoise détenues par un non-re sident du Grand-Duche de Luxembourg Le droit patrimonial luxembourgeois Aspects civils et fiscaux XIX

6 Sous-section I. Re gime fiscal des cessions de parts de socie te s civiles immobilie` res en matie` re de fiscalite indirecte (droits d enregistrement) Régime fiscal des cessions à titre onéreux Régime fiscal des cessions à titre gratuit I. Mutation par de ce` s II. Donation Sous-section II. Re gime fiscal des cessions de parts de socie tés civiles immobilie` res en matière de fiscalite directe (plus-values) Livre II. Les aspects fiscaux du droit patrimonial luxembourgeois Partie I. La fiscalite des personnes physiques re sidentes au Luxembourg Chapitre I. L impoˆt luxembourgeois sur le revenu des personnes physiques. 147 Section I. Le domicile fiscal en droit interne luxembourgeois (article 2 LIR) Sous-section I. La de termination du domicile fiscal Sous-section II. Un cas de réalisme du droit fiscal luxembourgeois: l imposition similaire des contribuables non-résidents et des contribuables re sidents Premie` re cate gorie: les contribuables non-résidents qui doivent de poser une de claration d impoˆt sur le revenu (c est une obligation) Deuxie` me cate gorie de contribuables non-résidents: les contribuables qui peuvent de poser une de claration d impoˆt sur le revenu (c est une possibilite ) Troisie` me cate gorie de contribuables non-résidents: les contribuables qui recourent à la demande de re gularisation de l imposition des salaires par de compte annuel Section II. L imposition des personnes physiques «contribuables re sidents» Sous-section I. La notion de foyer fiscal (articles 3 et suivants LIR) Les couples marie s Le cas particulier des partenariats (article 3bis LIR) Sous-section II. La de termination du revenu global à imposer (articles 7 et suivants LIR) Les revenus nets provenant d une occupation salarie e (articles 95 et 95, a LIR) I. L imposition des salaires II. Les avantages en nature III. Exone rations IV. Le nouveau re gime fiscal de faveur de certains expatrie s Les revenus nets provenant de pensions ou rentes (article 96 LIR) I. Re gime normal II. Re gime spe cial Les be ne fices commerciaux (articles 14 a` 60 LIR) Les be ne fices agricoles et forestiers (articles 61 à 90 LIR) Les be ne fices provenant d une profession libérale (articles 91 à 94 LIR) XX Kluwer

7 6. Les revenus de capitaux mobiliers (article 97 LIR) I. Qualification fiscale de la nature du revenu II. Les frais d obtention (article 105 LIR) III. Calcul de l assiette imposable et imposition Les revenus de location des biens meubles et immeubles (article 98 LIR) I. Les revenus issus de la location de biens immobiliers II. Les biens de jouissance: le cas particulier de la résidence principale et de la re sidence secondaire du contribuable luxembourgeois Les revenus nets divers (articles 99 a` 102 LIR) I. Les plus-values mobilie` res II. Les plus-values immobilie` res Sous-section III. L imposition du revenu des personnes physiques au bare` me de l impoˆt Les classes d impoˆt Leme canisme d alle gement d imposition pour enfants (articles 122 et suivants LIR) Paiement de l impoˆt sur le revenu et bare` me Nouveaute s fiscales à compter de l imposition des revenus perc us en Sanctions (articles 155 et 155bis LIR) Chapitre II. Analyse d une convention fiscale: le cas de la Convention fiscale franco-luxembourgeoise du 1 er avril Partie II. E tat des lieux de l e change de renseignements entre la Belgique et le Grand- Duche de Luxembourg Chapitre I. Analyse de l article 26 de l avenant du 16 juillet 2009 a` la convention belgo-luxembourgeoise Chapitre II. Le secret bancaire belge apre` s la loi du 14 avril Chapitre III. La directive europe enne sur la fiscalite des revenus de l e pargne 235 Chapitre IV. Conclusions Livre III. Les outils de la gestion de patrimoine en droit patrimonial luxembourgeois Partie I. Le contrat d assurance vie luxembourgeois Chapitre I. Les aspects civils du contrat d assurance vie luxembourgeois Section I. Un contrat qui comporte un aléa humain et financier Sous-section I. Nature du contrat d assurance vie L ale a financier Un engagement dont l exe cution dépend de la durée de la vie humaine La validation de la nature juridique du contrat d assurance vie 251 Sous-section II. Sanction en cas de non-qualification de contrat d assurance Sous-section III. Diffe rence avec le contrat de capitalisation Section II. Un contrat qui repose sur la me canique de la stipulation pour autrui Le droit patrimonial luxembourgeois Aspects civils et fiscaux XXI

8 Section III. Un contrat insaisissable par les créanciers du preneur (article 123 de la loi de 1997) Section IV. Les parties au contrat Sous-section I. La compagnie d assurance Sous-section II. Le souscripteur ou «preneur d assurance» Les droits politiques du souscripteur I. Droit de de signer le be ne ficiaire (article 106 de la loi de 1997) II. Droit de révoquer le be ne ficiaire (article 112 de la loi de 1997) III. Ge rer et aliéner des capitaux Les droits e conomiques du souscripteur I. Le rachat ou «retrait» (article 114 de la loi de 1997) II. L avance (article 115 de la loi de 1997) III. La mise en gage du contrat d assurance vie (articles 116 et suivants de la loi de 1997) Sous-section III. L assure Section V. Les formes de la souscription du contrat d assurance vie luxembourgeois Sous-section I. La souscription individuelle ou «adhésion simple» Sous-section II. La souscription conjointe ou «co-adhésion» Co-adhe sion et règlement du capital au premier de ce` s Co-adhe sion et règlement du capital au second de ce` s Sous-section III. La souscription de membre e Section VI. La clause be ne ficiaire, pierre angulaire de la transmission des capitaux déce` s Sous-section I. La re daction de la clause béne ficiaire Lade signation du be ne ficiaire I. De signation du conjoint (article 108 de la loi de 1997) II. De signation des enfants (article 109 de la loi de 1997) III. De signation des he ritiers IV. Effets de la clause be ne ficiaire standard V. Le cas particulier de la clause be ne ficiaire de membre e Les clauses spe cifiques I. La clause «plafonne e» II. La clause «cumulative» III. La clause avec charge ou condition IV. De signation d un mineur be ne ficiaire sous certaines conditions Sous-section II. Absence de de signation be ne ficiaire (article 107 de la loi de 1997) Sous-section III. Pre de ce` sdube ne ficiaire (article 111 de la loi de 1997) Section VII. Les droits du be ne ficiaire (articles 120 et suivants de la loi de 1997) Sous-section I. Conse quences de l acceptation du be ne ficiaire Le souscripteur ne peut plus modifier la clause be ne ficiaire Le souscripteur ne peut plus racheter son contrat Sous-section II. La renonciation au béne fice du contrat XXII Kluwer

9 Section VIII. La notion de prime manifestement exage rée (article 124 de la loi de 1997) Sous-section I. La de licate mesure de l e vidence de l exce` s concernant les primes investies Excès par rapport aux revenus Excès par rapport au patrimoine Excès compte tenu de la qualité du souscripteur Utilite de l ope ration Sous-section II. Charge de la preuve Sous-section III. Evaluation du montant excessif et sanction de l exce` s Sous-section IV. Conclusion Chapitre II. Les aspects économiques du contrat d assurance vie luxembourgeois Section I. Le contenant: les frais lie sa` la vie du contrat Section II. Le contenu: les sous-jacents financiers du contrat Sous-section I. Les contrats «en euros» Sous-section II. Les contrats en unités de compte Sous-section III. La lettre circulaire 08/1 et la possibilite d investir dans des biens non cote s Section III. La protection de l e pargne investie Sous-section I. Le «triangle de sécurité» Sous-section II. Le devoir d information a` l e gard du souscripteur (article 10 de la loi du 27 juillet 1997) Sous-section III. Le de lai de rétractation Chapitre III. Les aspects fiscaux du contrat d assurance vie luxembourgeois 305 Section I. Fiscalite des rachats Sous-section I. Originalite Sous-section II. Re gime fiscal luxembourgeois Exone ration au Luxembourg des non-résidents Concernant les résidents fiscaux luxembourgeois Sous-section III. Incidences de la «directive épargne» Section II. Fiscalite en cas de de ce` s Sous-section I. De nouement du contrat et liquidation du re gime matrimonial Sous-section II. De nouement du contrat et droits de succession Traitement fiscal en droit interne luxembourgeois Traitement fiscal dans un contexte franco-international I. Les re` gles applicables en droit interne français II. La souscription du contrat d assurance vie luxembourgeois dans le cadre d une de localisation Partie II. La gestion patrimoniale luxembourgeoise dans le cadre de structures socie taires et de la fiducie Chapitre I. La gestion patrimoniale dans le cadre d une structure socie taire. 317 Section I. Introduction Sous-section I. Ge ne ralite s Sous-section II. Application luxembourgeoise Le droit patrimonial luxembourgeois Aspects civils et fiscaux XXIII

10 Section II. La Socie té de gestion de Patrimoine Familial (SPF) Sous-section I. Forme et objet social de la SPF Sous-section II. Objet et activite s de la socie te Sous-section III. Les investisseurs éligibles Sous-section IV. Régime fiscal applicable Régime fiscal applicable à laspf I. Impoˆt sur le revenu des collectivite s, impoˆt commercial communal et impoˆt sur la fortune II. Taxe d abonnement Régime fiscal applicable aux revenus verse sparlaspf I. Concernant les dividendes II. Concernant les plus-values re alise es par les non-résidents 333 III. Concernant les inte reˆts Sous-section V. Surveillance et controˆle Section III. Le Fonds d investissement spe cialise (FIS) Sous-section I. Constitution, forme et capital social Sous-section II. Objet et activite s de la socie te Sous-section III. Les investisseurs éligibles Sous-section IV. Organisation du FIS Sous-section V. Agrément, surveillance et controˆle dufis Sous-section VI. Régime fiscal applicable Régime fiscal applicable au FIS I. Impoˆt sur le revenu des collectivite s, impoˆt commercial communal et impoˆt sur la fortune II. Taxe annuelle d abonnement Régime fiscal applicable aux revenus verse sparunfis I. Concernant les dividendes II. Concernant les inte reˆts Fiscalite internationale Sous-section VII. Conclusion Chapitre II. Le contrat fiduciaire en droit luxembourgeois Section I. Introduction Section II. Régime juridique de la fiducie luxembourgeoise Sous-section I. De finition et particularite de l autonomie du patrimoine fiduciaire Sous-section II. Champ d application de la fiducie Sous-section III. Re` gles de fonctionnement de la fiducie Sous-section IV. Convention de La Haye du 1 er juillet 1985 relative à la loi applicable au trust et a` sa reconnaissance Sous-section V. Régime fiscal de la fiducie luxembourgeoise Annexes Annexe 1. Circulaire LIR n8 106/2 du 7 fe vrier Annexe 2. Liste des conventions fiscales signe es par le Grand-Duche de Luxembourg 364 Annexe 3. Mode`le de convention de de membrement du contrat d assurance vie XXIV Kluwer

11 Annexe 4. Mode`le de clause be ne ficiaire de membre e Annexe 5. Mode`le de convention de de poˆt entre la compagnie d assurance vie, la banque de positaire et le Commissariat aux assurances Bibliographie Liens utiles Le droit patrimonial luxembourgeois Aspects civils et fiscaux XXV

12

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

Table des matières. L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges :

Table des matières. L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges : Table des matières L ingénierie patrimoniale dans les relations franco-belges : perspectives de droit international privé belge Patrick Wautelet 13 I. Les relations patrimoniales entre époux 14 A. Le mariage

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

INTRODUCTION ET REMERCIEMENTS... 1

INTRODUCTION ET REMERCIEMENTS... 1 TABLE DES MATIE` RES INTRODUCTION ET REMERCIEMENTS........................... 1 Partie I. Information ge ne rale relative au cre dit hypothe caire réglemente en droit belge...............................................

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial global que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES Cours de Anné e 2000-2001 2 nde PARTIE : 4 Titre 1 : Thé orie Gé né rale des Socié té s 4 Chapitre 1 : Le contrat de socié té 4 Section 1 : Les règles gé né rales de validité du contrat 4 I- Le consentement

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC»

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Le programme de cette épreuve est un sous-ensemble de l examen de certification CGPC/CFP. 1 / 6 BLOC 1 A-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION D UN DOSSIER DE SUCCESSION ET QUELQUES NOTIONS DE BASE.

INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION D UN DOSSIER DE SUCCESSION ET QUELQUES NOTIONS DE BASE. ETUDE DU NOTAIRE BERNARD LEMAIGRE Rue des Preys, 28 6061 MONTIGNIES-SUR-SAMBRE Tel : 071/32.09.94 ou 071/32.88.14 Fax : 071/32.15.68 Email : bernard.lemaigre@notaire.be INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Journal officiel des Communaut s europ ennes

Journal officiel des Communaut s europ ennes C 246/12 FR 6.8.98 Recommandation de la Banque centrale europ enne pour un r glement (CE) du Conseil concernant la collecte d informations statistiques par la banque centrale europ enne (98/C 246/08) (Pr

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. En hommage à Roland De Valkeneer 7. Qu est-ce qu une assurance vie? 9 Jean-Christophe André-Dumont

Table des matières. Sommaire 5. En hommage à Roland De Valkeneer 7. Qu est-ce qu une assurance vie? 9 Jean-Christophe André-Dumont Table des matières Sommaire 5 En hommage à Roland De Valkeneer 7 Qu est-ce qu une assurance vie? 9 Jean-Christophe André-Dumont Introduction 9 Section 1. L assurance vie, pour quoi faire? 10 Sous-section

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER

RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER Mémoire présenté au Ministre des Finances du Québec Mai 2015 Conseil québécois de l ACCHA L Association Canadienne des Conseillers

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de EFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Westminster 13/12/2012 Marc Gouden & Pierre MOREAU Partners Avocats aux Barreaux de et de Quelques

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE

INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE INITIATION A LA GESTION DE PATRIMOINE L AUREP propose des séminaires sur mesure pour les conseillers en gestion de patrimoine junior et pour les collaborateurs des conseillers. Il s agit d une sensibilisation

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

MENS SANA IN CORPORE SANO... 2

MENS SANA IN CORPORE SANO... 2 TABLE DES MATIE` RES PRE FACE........................................... 1 MENS SANA IN CORPORE SANO........................ 2 PRE SENTATION DE L AUTEUR......................... 5 PARTIE 1. L ORGANISATION

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Pour plus de simplicité : Nous vous rappelons que vous pouvez saisir vos opérations en ligne en vous connectant sur www.altaprofits.com.

Pour plus de simplicité : Nous vous rappelons que vous pouvez saisir vos opérations en ligne en vous connectant sur www.altaprofits.com. SA d assurances sur la vie Au capital de 270 120 720 Entreprise régie par le Code des assurances 9 boulevard Gouvion-Saint-Cyr 75017 PARIS Siren 412 257 420 RCS Paris Pour plus de simplicité : Nous vous

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION 2015 NOTICE D INFORMATION Chirurgien dentiste Rachat d années d études supérieures et d années civiles validées Informations pratiques Depuis la loi Fillon du 21 aou t 2003, deux nouvelles possibilite

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

résidence fiscale Comment bien gérer votre situation fiscale au Luxembourg? Vous avant tout

résidence fiscale Comment bien gérer votre situation fiscale au Luxembourg? Vous avant tout résidence fiscale Comment bien gérer votre situation fiscale au Luxembourg? Vous avant tout Vous envisagez de vous installer au Luxembourg? Bienvenue! Que votre projet soit déjà concrétisé ou sur le point

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Table des matières. Aperçu des produits d assurance vie et des éléments de base pour mieux les appréhender 7

Table des matières. Aperçu des produits d assurance vie et des éléments de base pour mieux les appréhender 7 Table des matières Aperçu des produits d assurance vie et des éléments de base pour mieux les appréhender 7 Jean-Christophe André-Dumont Préambule 7 Chapitre 1. L assurance vie : notions essentielles 8

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences

LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences Comme présagé dans notre note du trimestre précédent et alors que la plupart des opérateurs financiers

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales :

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales : Fiche Info Financière assurance-vie pour des assurances liées à des fonds d investissement Optilife 2 Luxembourg Type d assurance-vie Garanties Garanties principales : Optilife 2 Luxembourg est un contrat

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ASSURANCE VIE CARDIF LUX VIE POUR LES NATIONAUX FRANÇAIS

PRÉSENTATION DE L ASSURANCE VIE CARDIF LUX VIE POUR LES NATIONAUX FRANÇAIS PRÉSENTATION DE L ASSURANCE VIE CARDIF LUX VIE POUR LES NATIONAUX FRANÇAIS Août 2014 AGENDA PRÉSENTATION DE CARDIF LUX VIE Un leader de l assurance vie luxembourgeoise Un actionnariat de grande qualité,

Plus en détail

Puissance Vie DEMANDE DE MODIFICATION

Puissance Vie DEMANDE DE MODIFICATION SA d assurances sur la vie Au capital de 270 120 720 Entreprise régie par le Code des assurances 9 boulevard Gouvion-Saint-Cyr 75017 PARIS Siren 412 257 420 RCS Paris Pour plus de simplicité : Nous vous

Plus en détail

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique A COMPLETER ET A SIGNER PAR LE CONSEILLER ET LE CLIENT DES LE 1 ER EURO INFORMATIONS SUR LE PRODUIT Nom de l assureur

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

«Conservez votre richesse»

«Conservez votre richesse» «Conservez votre richesse» Êtes-vous structurés pour être à l abri de tout ce qui peut vous atteindre? Présenté par Louis Blain, CPA, CA et Claude Gauthier, CPA, CA Risques reliés à l actionnaire Décès

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Life Asset Portfolio (LAP) France

Life Asset Portfolio (LAP) France Information sur le produit I/IV Type de contrat Clients Devise du contrat Durée du contrat Assureur Souscripteur Assuré Bénéficiaires Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Aspects de droit fiscal

Aspects de droit fiscal CENTRE DE DROIT NOTARIAL DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Planification matrimoniale et successorale en matière d assurance des 2e et 3e piliers Aspects de droit fiscal 1 Notion de prévoyance professionnelle

Plus en détail

Une succession franco-allemande 29 avril 2009

Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Petra Kuhn, Avocat à la Cour, Diplom-Rechtspflegerin (FH) WEISSBERG GAETJENS ZIEGENFEUTER & ASSOCIES 7, Rue de Bonnel, 69003 Lyon Loi applicable En Allemagne:

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE ÉTUDE ISF à l attention de Madame XXXXXXXX réalisé le XXXXXXXXX par XXXXXXXX Préambule Ermont, le... Évaluer, déclarer son Impôt de Solidarité sur la Fortune dans de bonnes conditions

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail