L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary"

Transcription

1 Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils ne savent pas comment ni où se procurer des renseignements sur le logement. Ils n ont pas d information à jour, fiable et complète sur le marché locatif et les caractéristiques de chaque quartier offrant des logements. Cette lacune peut être à l origine de mauvaises décisions quant au choix du logement et du quartier. L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary TOM CARTER Université de Winnipeg De 2006 à 2008, une étude longitudinale sur les conditions d établissement et d intégration des réfugiés récemment arrivés a été menée à Winnipeg, Calgary et Edmonton 1. L étude a permis de recueillir des données sur les caractéristiques socioéconomiques des ménages, ainsi que sur l évolution des conditions de logement et de voisinage de ceux-ci. Au moment de leur première entrevue, les ménages interrogés habitaient leurs villes respectives depuis appro ximativement un an ou moins. Le présent article porte essentiellement sur les données recueillies au cours des deux premières années de l étude. La première année, 75 ménages ont été interviewés à Winnipeg, 41 à Calgary et 35 à Edmonton. Un an plus tard, 55 de ces mêmes ménages ont été interviewés à nouveau à Winnipeg, 17 l ont été à Calgary et 12 à Edmonton. La discussion portera essen tiellement sur l évolution de certains indicateurs de logement, d une année à l autre, dans les trois villes citées, ainsi que sur d autres aspects de l évolution des conditions dans 1 Les auteurs tiennent à remercier Metropolis et Ressources humaines et Développement des compétences Canada d avoir subventionné ces travaux. lesquelles vivent les ménages de Winnipeg, dont nous avons un échantillonnage plus nombreux. Évolution sur le plan du logement à Winnipeg, Calgary et Edmonton Sur le plan du revenu, les données recueillies démontrent que la situation des ménages participants s est graduellement améliorée, et ce, dans les trois villes à l étude. La première année, le revenu mensuel brut moyen était de $ à Edmonton, de $ à Calgary et de $ à Winnipeg. La deuxième année, le revenu moyen des ménages a beaucoup augmenté, soit de 52 % à Calgary, de 32 % à Edmonton et de 31 % à Winnipeg. En ce qui a trait au loyer moyen, celui-ci était beaucoup plus élevé à Calgary, où il se situait à 756 $ par mois, tandis qu il était de 561 $ à Edmonton et de 566 $ à Winnipeg. La deuxième année, le loyer avait augmenté dans les trois villes, mais c est à Calgary que la hausse à été la plus importante, soit de 49 % comparativement à 11 % et 4 % pour Winnipeg et Edmonton, respectivement (Tableau 1). Durant la première année, après déduction de leur loyer, les ménages de Winnipeg disposaient de $ pour couvrir toutes les autres dépenses 120 Nos diverses cités

2 TABLEAU 1 Évolution sur le plan du logement à Winnipeg, à Calgary et à Edmonton Winnipeg Calgary Edmonton Écart Écart Écart Revenu brut mensuel des ménages $ $ 31 % $ $ 52 % $ $ 32 % Loyer mensuel 566 $ 626 $ 11 % 756 $ $ 49 % 581 $ 603 $ 4 % Revenu après déduction du loyer $ $ 52 % $ $ 56 % 828 $ $ 52 % Loyer moyen par rapport au revenu 34 % 25 % 42 % 42 % 41 % 37 % Loyer exigeant 30 % ou plus du revenu 51 % 22 % 88 % 76 % 83 % 42 % Logement non conforme aux NNO 36 % 25 % 36 % Loyer moyen d un logement de deux chambres 746 $ $ $ Taux d inoccupation 1,0 % 2,0 % 3,4 % Source : Les données sous «Loyer moyen d un logement de deux chambre» et «Taux d inoccupation» proviennent des Rapports sur le marché locatif de la Société canadiennes d hypothèques et de logements (SCHL). Toutes les autres données sont tirées des entrevues menées dans le cadre de cette étude. de subsistance; ceux de Calgary disposaient $, et ceux d Edmonton, de 828 $. La deuxième année, grâce à l augmentation des revenus, le revenu disponible des ménages après déduction du loyer avait augmenté d un peu plus de 50 % dans les trois villes. Le coût moyen du logement par rapport au revenu a diminué, entre la première et la deuxième année, de 34 à 25 % à Winnipeg, et de 41 à 37 % à Edmonton, mais il est demeuré stable à 42 % à Calgary, en raison de la hausse marquée du loyer moyen des ménages. Le pourcentage des ménages aux prises avec des difficultés relatives au coût du loyer (c est-à-dire dire dont le loyer coûte 30 % ou plus de leur revenu) varie considérablement d une ville à l autre. Durant la première année, plus de 80 % de tous les ménages de Calgary et d Edmonton devaient consacrer 30 % ou plus de leur revenu brut, avant taxes, à leur logement. À Winnipeg, ce pourcentage était de 51 %. La deuxième année, la situation s était beaucoup améliorée à Calgary et à Winnipeg, où le pourcentage de ménages éprouvant de telles difficultés a chuté pour atteindre 42 % et 22 % respectivement. À Calgary toutefois, la situation ne s est guère améliorée, avec 76 % des ménages devant consacrer une part considérable de leur revenu à leur loyer. Bien que la capacité de payer un loyer dépende du revenu, la situation du marché locatif joue également un rôle majeur. Un appartement de deux chambres à Calgary coûte 350 $ de plus par mois que l équivalent à Winnipeg et, de ce fait, l augmentation du revenu, bien qu elle soit plus élevée à Calgary, ne résout pas le problème du coût du loyer comme c est le cas à Winnipeg. Le marché locatif d Edmonton est légèrement plus abordable que celui de Calgary, mais les loyers demeurent bien plus élevés qu à Winnipeg et, par conséquent, une grande proportion de ménages (42 %) doivent encore consacrer 30 % ou plus de leur revenu au logement. Les types de logements sur le marché locatif, conçus pour les familles typiques canadiennes, ne conviennent pas toujours aux familles de réfugiés, souvent nombreuses. Par conséquent, ces dernières ont souvent de la difficulté à trouver ou à payer des appartements ayant un nombre suffisant de chambres pour loger convenablement tous les membres de leur famille. Parmi les rares logements en location ayant trois chambres ou plus, pratiquement aucun n est inoccupé. Et quand un tel logement devient disponible, le loyer est trop cher pour la plupart des ménages de réfugiés. De ce fait, ils vivent dans des logements qui ne satisfont pas aux Normes nationales d occupation (NNO) 2. Ces logements sont surpeuplés en raison du rapport entre la taille du ménage, le nombre de chambres, l âge des membres, leur sexe et leur situation matrimoniale. Cette situation touche 36 % des ménages de Winnipeg et d Edmonton et 25 % de ceux de Calgary. Dans les trois villes, on a noté une très légère amélioration sur ce plan entre la première et la deuxième année. Situation à Winnipeg La base de données de Winnipeg a permis d approfondir l analyse de la situation du 2 Selon la Norme nationale d occupation du Canada, il ne devrait pas y avoir plus de deux personnes par chambre. Les époux et les couples partagent une chambre, les parents ne partagent pas de chambre avec les enfants, les personnes à charge âgées de 18 ans ou plus ne partagent pas leur chambre et les enfants à charge âgés de cinq ans ou plus, de sexe opposé, ne partagent pas leur chambre. Nos diverses cités 121

3 Un logement adéquat, abordable et offrant la sécurité d un contrat de bail ne peut pas régler tous les problèmes auxquels font face les réfugiés, mais il peut leur fournir une base solide à partir de laquelle ils seront à même de relever plus facilement d autres défis. logement et du voisinage telle que vécue par les ménages de réfugiés. À Winnipeg, ces derniers faisaient preuve d une très grande mobilité tandis qu ils recherchaient de meilleures conditions de vie. Au cours de la première année, 93 % ont déménagé plus d une fois et 25 %, plus de trois fois. La durée moyenne d occupation n était que de 12 semaines, ce qui ne peut pas favoriser l intégration. Près de 80 % des ménages habitaient le centre urbain de leur ville. Un quart ne se sentaient pas en sécurité dans leur quartier et un pourcentage équivalent ont déclaré que leur logement était insalubre et leur occa - sionnait des problèmes de santé. Près de 70 % souhaitent déménager; la plupart d entre eux auraient préféré habiter à l extérieur du centre urbain, dans des quartiers à l abri des problèmes associés au déclin urbain, tels que la criminalité et l insécurité (Tableau 2). TABLEAU 2 Indicateurs d établissement et d intégration Sécurité du quartier Habite le centre urbain de la ville 78 % 64 % Ne se sent pas en sécurité 26 % 17 % Souhaite déménager 67 % 57 % Dimension, état et salubrité du logement Dimensions correctes 60 % 69 % En bon état 75 % 58 % Réparations nécessaires 26 % 42 % Danger pour les enfants 22 % 16 % Insalubrité 24 % 13 % Bien que seulement un quart des ménages estimaient que les propriétaires et les concierges étaient peu coopératifs, 19 % ne connaissaient pas leurs droits et leurs devoirs à titre de locataires et 40 % n avaient aucune idée des droits et des devoirs de leurs propriétaires. Certains estimaient être victimes de discrimination sur le marché locatif, ce qui rendait leurs recherches de logement plus difficiles encore. Sur le plan du logement, les ménages de réfugiés à Winnipeg ne pouvaient pas être considérés comme étant un groupe établi au moment de la première entrevue. Les entrevues menées la deuxième année font état d améliorations avec, notamment, une satisfaction croissante à l égard des dimensions du logement, de la répartition des pièces et de la sécurité du bâtiment et de l unité. Les ménages étaient également plus satisfaits des propriétaires et des concierges et connaissaient mieux les responsabilités à la fois du propriétaire et du locataire. On évoquait moins la question de la discrimination et un nombre croissant de ménages se disaient mieux équipés pour y faire face. Une moindre proportion d entre eux se sentaient menacés dans leur quartier, mais près de 60 % souhaitaient toujours déménager. En revanche, contrairement à ces tendances posi tives, on a constaté une insatisfaction croissante parmi les ménages en ce qui concerne l état de leur logement et le délai d attente pour obtenir des réparations. À la première entrevue, 25 % déclaraient que leur logement était en mauvais état. Une année plus tard, ce pourcentage était passé à 42 %. Les préoccupations concernant les délais de réparation ont augmenté, passant de 26 % des ménages à 42 %. Or, il se pourrait que ces chiffres reflètent une meilleure compréhension des normes auxquelles ils sont en droit de s attendre, ou encore le fait qu ils hésitent moins à exprimer leurs préoccupations, plutôt qu une dégradation réelle de l état du logement ou de négligences dans les réparations. Les caractéristiques de l emploi, le taux de pau - vreté et les dépenses des ménages de Winnipeg mettent en évidence d autres améliorations, mais également la situation difficile dans laquelle se trouvent encore de nombreux ménages après deux ans. Le pourcentage des ménages dont un membre est employé à plein temps a augmenté, passant de 42 % à 66 % entre la première et la deuxième année. Mais le revenu annuel moyen, bien qu il ait augmenté considérablement, correspond à la moitié seulement du revenu moyen des ménages de Winnipeg ( $). De plus, si le taux de pauvreté a diminué, il atteignait néanmoins trois fois celui de Winnipeg (20 %). Les dépenses en logement et en alimentation, les 122 Nos diverses cités

4 remboursements de dettes et les virements de fonds ont augmenté, de même que le solde restant après le paiement de ces frais. Les ménages disposaient en moyenne de 980 $ par mois pour couvrir l ensemble des dépenses : transport, études, vêtements, épargne, produits de consom - mation courante, articles personnels, mobilier, assurances, loisirs, téléphone, câblodiffusion, Internet et autres (Tableau 3). Il n est guère étonnant qu à la deuxième année, plus de la moitié des ménages avaient encore de la difficulté à régler leurs dépenses mensuelles courantes et à mettre un peu d argent de côté, notamment quand les familles étaient presque deux fois plus nombreuses que la moyenne de Winnipeg (3,9 personnes contre 2,4). TABLEAU 3 Caractéristiques de l emploi, du revenu et des dépenses des ménages Employé 42 % 66 % Revenu brut annuel $ $ Taux de faible revenu 92 % 73 % Loyer mensuel moyen 566 $ 626 $ Coût mensuel moyen de l alimentation 456 $ 618 $ Remboursement mensuel moyen des dettes 179 $ 197 $ Virements de fonds moyens 168 $ 311 $ Solde du revenu 690 $ 979 $ Difficultés à régler les dépenses 60 % 54 % Impossibilité d économiser sur une base régulière 66 % 53 % Il est à noter que ceux qui ont eu accès au logement social de Winnipeg ont bénéficié d avan tages particuliers en matière de logement. La première année, un tiers des participants habi - taient les logements sociaux, mais au cours de la deuxième année, le pourcentage avait augmenté à 46 %. Dans l ensemble, les ménages qui habitaient un logement social étaient plus satisfaits de leurs conditions de logement que ceux qui habitaient un logement du secteur privé : le logement était mieux adapté à leurs besoins et ils étaient davantage satisfaits de la gestion et de la sécurité du bâtiment, ainsi que des dimensions, de l agencement et de l état de l unité. Toutefois, ils étaient moins heureux de leur quartier et expri maient des préoccupations au sujet de l insécurité du voisinage, sans doute liées au fait que la plupart des logements sociaux à Winnipeg ont été construits dans le centre urbain. Le plus grand avantage des logements sociaux était leur coût. Les loyers des logements sociaux étant fixés à 27 % du revenu brut du locataire 3, peu de ménages consacraient plus de 20 % de leur revenu au loyer, même en tenant compte des charges supplémentaires qu ils devaient payer. En moyenne, les locataires de logements sociaux payaient 150 $ de moins par mois que les locataires du secteur privé. En comparaison avec le logement du secteur privé, le logement social semble offrir des avantages qui facilitent le processus d établissement, comme le montre le Tableau 4. TABLEAU 4 Logement social comparé au logement privé Privé Social Privé Social Échantillonnage 68 % 32 % 54 % 46 % Conforme aux NNO 39 % 65 % 58 % 64 % Logement satisfaisant 56 % 94 % 73 % 82 % Sécurité des lieux 74 % 77 % 86 % 68 % Sécurité du quartier 75 % 71 % 81 % 71 % Loyer moyen 563 $ 421 $ 610 $ 421 $ Les réfugiés de l étude de Winnipeg ont signalé être aux prises avec des difficultés liées au fait qu ils n étaient pas familiers avec le marché locatif, les caractéristiques du quartier, et les droits et les devoirs du locataire. Ils ne connaissaient pas d endroit où ils pourraient obtenir les rensei - gnements fiables et complets dont ils avaient besoin. Durant la première année d établissement, ils ont reçu un soutien considérable de la part de leurs répondants et des services aux immigrants. À la deuxième année, les réfugiés avaient davantage de ressources quand venait le temps de trouver un logement : leur réseau social était plus vaste, ils se renseignaient auprès d agences immobilières et de sociétés de gestion immo - bilière, consultaient les sites Web et les journaux et se sentaient à l aise pour explorer les différentes quartiers à pied ou en voiture. Ils connaissaient mieux la ville et le marché locatif, mais estimaient qu ils n avaient toujours pas suffisamment d information pour prendre les meilleures décisions possibles. 3 Le rapport entre le loyer et le revenu a été établi par Services à la famille et Logement Manitoba. Nos diverses cités 123

5 Répercussions sur le plan de la politique Les difficultés que vivent les réfugiés pour trouver un logement adéquat et abordable laissent penser qu un certain nombre de changements sur le plan des politiques et des programmes pourrait faciliter le processus d établissement et d inté - gration. Nous abordons ci-dessous quelques exemples de ces initiatives. Il est nécessaire de créer une organisation qui aurait pour mandat de fournir toute l infor - mation sur le logement et les quartiers aux nouveaux arrivants. Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils savent ni comment ni où se procurer des rensei gnements sur le logement. Ils n ont pas d information à jour, fiable et complète sur le marché locatif et les caractéristiques de chaque quartier offrant des logements. Cette lacune peut être à l origine de mauvaises décisions quant au choix du logement et du quartier. Le manque d information sur leurs droits et leurs devoirs rend également les nouveaux arrivants vulné - rables à l exploitation ou à l erreur, du fait qu ils peuvent mal interpréter les contrats de bail. Le problème est exacerbé par le fait qu il n existe aucun organisme pouvant fournir l information nécessaire. Plusieurs des personnes interviewées ont exprimé leur frustration d avoir à traiter avec un si grand nombre d agences pour tenter d obtenir l information dont ils ont besoin. Bien que l on constate souvent des relations relativement positives entre les réfugiés et le personnel de gestion des propriétés, il apparaît nécessaire de préparer de l information et de la documentation sur le logement, afin que les propriétaires et les concierges se familiarisent avec les différences culturelles des nouveaux arrivants; cela éviterait des malentendus suscep - tibles de causer des problèmes de bail, voire des expulsions. La construction de logements de transition faciliterait l établissement et l intégration. Les réfugiés considéraient que le fait de pouvoir être hébergé dès leur arrivée serait bénéfique et leur serait d un grand soutien. Un lieu sécuritaire où vivre était perçu comme la clé de la réussite pour s établir dans un nouveau pays. Il assurerait la stabilité nécessaire pour se reprendre en main. La priorité absolue en matière de politique est l augmentation du parc de logements locatifs abordables. Les conclusions de l étude sur l accès au logement dans les trois villes, et l information supplémentaire sur les locataires du logement social à Winnipeg, mettent en évidence les avan - tages de l accès au logement subventionné. Un logement adéquat, abordable et offrant la sécurité d un contrat de bail ne peut pas régler tous les problèmes auxquels font face les réfugiés, mais il peut leur fournir une base solide à partir de laquelle ils seront à même de relever plus facilement d autres défis. Les loyers élevés, on le constate, épuisent les ressources des ménages, rongent leurs budgets pour les besoins essentiels tels que la scolarité, les soins de santé, les vêtements et l alimentation. De mauvaises condi - tions de logement peuvent également menacer la stabilité de la vie familiale et contribuer à des sentiments négatifs envers leur milieu. L étude illustre l importance d un bon logement dans le processus d intégration et donne une bonne idée des situations difficiles que vivent de nombreux ménages. Elle montre également à quel point l état du marché locatif peut se répercuter sur la capacité des réfugiés à se loger selon leurs moyens. Toutefois, le logement est un seul élément parmi une série de facteurs complexes qui contribuent à une bonne intégration, soit les compétences linguistiques, la réussite de la population active, l absence de discrimination, l accès aux renseignements et au soutien adéquats et le type de quartier. Si l accès à un logement convenable et abordable n est qu une seule étape vers un établissement et une intégration réussie, il procure aux réfugiés la stabilité dont ils ont besoin pour relever tous les autres défis qui accom pagnent ce processus de longue haleine. À propos des auteurs TOM CARTER est titulaire de la Chaire de recherche Canada sur l Évolution et le changement urbains et professeur de géographie à l Université de Winnipeg. Sa recherche et ses intérêts en matière de politique portent sur le logement, l évolution des quartiers, la revitalisation des centres urbains, la politique sociale et l intégration des nouveaux arrivants. RICK ENNS est professeur adjoint à la Faculté de travail social de la University of Calgary, région du Centre et du Nord. Ses intérêts en recherche et en enseignement portent sur l immigration et le logement, l immigration et la pratique du travail social et la santé mentale. Références Canada. Statistique Canada Profils des communautés de 2006 : région métropolitaine de recensement, Ottawa, Statistique Canada.. Société canadienne d hypothèques et de logement Rapports sur le marché locatif, Ottawa, Société canadienne d hypothèques et de logement. 124 Nos diverses cités

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Porter la voix des femmes

Porter la voix des femmes Mars 2011 Aide sociale L Aide sociale en Ontario est constituée de deux programmes. Premièrement, Ontario au travail (OT), un programme de dernier recours qui vise les personnes qui n ont pas d autres

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada

Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires de 2014 Vivre selon nos moyens : des solutions abordables pour les coopératives d'habitation du Canada Nicholas

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Le travail après la retraite

Le travail après la retraite Grant Schellenberg, Martin Turcotte et Bali Ram L es travailleurs prennent leur retraite de diverses façons. Certains quittent un emploi de longue date, faisant une transition nette du travail aux loisirs.

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

Budget de 2016 : préparer Winnipeg pour l avenir

Budget de 2016 : préparer Winnipeg pour l avenir Pour publication immédiate Le mercredi 2 mars 2016 Budget de 2016 : préparer Winnipeg pour l avenir Une hausse modérée des impôts fonciers entièrement dédiée à l infrastructure Winnipeg, Manitoba Le budget

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

Améliorer les services : Sonder les groupes cibles

Améliorer les services : Sonder les groupes cibles Améliorer les services : Sonder les groupes cibles Madeline Sheridan Coordonnatrice des études de marché Commission des accidents du travail de la Saskatchewan (WCB) La présentation d aujourd hui Discuter

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA Examen de la Loi sur l équité en matière d emploi : Regard vers l avenir Octobre 2006 Fédération canadienne

Plus en détail

Synthèse. Les Français et le grand âge. Cette synthèse a été rédigée dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres.

Synthèse. Les Français et le grand âge. Cette synthèse a été rédigée dans le respect des procédures Qualité de TNS Sofres. Synthèse Les Français et le grand âge Sixième vague du Baromètre Fédération Hospitalière de France Le mensuel des maisons de retraite Auteurs TNS SOFRES Laurence BEDEAU Jérémie PIQUANDET Simon LOUSSOUARN

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016

Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016 Sondage sur l endettement des propriétaires Résultats du printemps 2016 Document préparé par : Banque Manuvie Printemps 2016 1 Sommaire Résultats du printemps 2016 du sondage sur l endettement des propriétaires

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Chapitre 3. Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes

Chapitre 3. Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes Transitoire pour les jeunes, le logement social constitue souvent la première étape d'un itinéraire

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

AMÉNAGEMENT D UN GARAGE EN ESPACE HABITABLE

AMÉNAGEMENT D UN GARAGE EN ESPACE HABITABLE AMÉNAGEMENT D UN GARAGE EN ESPACE HABITABLE DATE DE LIVRAISON DES TRAVAUX : 2 MAI 2008 Préparé pour : Simon Lévesque Enseignant Préparé par : Suzanne Brisebois Chargée de projet Julie Labrosse Luc Rainville

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2004 Série socio-économique 04-025 Besoins des réfugiés en termes d information sur le logement : recherche visant la municipalité régionale de Niagara introduction Le Peace

Plus en détail

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables La cybersécurité dans les petits cabinets comptables VISER DE MEILLEURES PRATIQUES ET MESURES DE PROTECTION Prêter attention à la sécurité informationnelle CPA Canada a récemment fait appel à Nielsen pour

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC Jacques Roy, Ph.D. et Pierre Filiatrault, Ph.D. 1/8

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période 2008 2012 Publié février 2008 ASSOCIATION CANADIENNE DU TRANSPORT URBAIN 55 RUE YORK, BUREAU 1401, TORONTO (ON) M5J 1R7 Tél: (416)

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET FICHE DE PAIE : COMMENT EST RÉPARTI VOTRE SALAIRE? Votre première fiche de paie va sans doute vous surprendre. Car après la première ligne où figure votre salaire brut,

Plus en détail

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC SUPPLÉMENT ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC RAPPORT-SYNTHÈSE LE LOGEMENT SOCIAL ET COMMUNAUTAIRE : DES INTERVENTIONS PAYANTES

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

l assurance vie entière

l assurance vie entière Solutions de protection Votre guide sur l assurance vie entière de la Standard Life Vers une meilleure retraite Accroître. Protéger. Apprécier. Léguer. Bonjour. La vie offre peu de garanties; comment donc

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Synthèse de l enquête sur Aix en Bus

Synthèse de l enquête sur Aix en Bus Section PCF du Pays d Aix 28 août 2013 35 rue Granet 13 100 Aix-en-Provence pcf.aix@sfr.fr 04.42.23.30.91. Synthèse de l enquête sur Aix en Bus Table des matières Synthèse de l enquête sur Aix en Bus...

Plus en détail

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite le PROJET DIGNITÉ Démystifier la pauvreté au Canada sommaire Vous n êtes peut-être pas témoin de la pauvreté tous les jours. Mais croyez-nous, elle existe. En fait, un Canadien sur onze vit dans la pauvreté.

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Profil des familles et des ménages canadiens : la diversification se poursuit

Profil des familles et des ménages canadiens : la diversification se poursuit N o 96F0030XIF2001003 au catalogue Profil des familles et des ménages canadiens : la diversification se poursuit Ce document fournit une analyse détaillée des données du Recensement selon l'âge et le sexe

Plus en détail

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque?

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? BUDGET ET GESTION DES FINANCES PERSONNELLES Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? Les taux d intérêt n ont jamais été aussi bas au Canada, mais il faut s attendre

Plus en détail

Le rôle du gouvernement fédéral dans la réduction de la pauvreté au Canada : la vision du Nouveau-Brunswick

Le rôle du gouvernement fédéral dans la réduction de la pauvreté au Canada : la vision du Nouveau-Brunswick Le Front commun pour la justice sociale du Nouveau Brunswick, inc. (FCJS) Représenté par Auréa Cormier Conseillère provinciale du FCJS Le rôle du gouvernement fédéral dans la réduction de la pauvreté au

Plus en détail

L impôt foncier résidentiel est en hausse dans

L impôt foncier résidentiel est en hausse dans Le coût de l habitation des personnes âgées Raj K. Chawla et Ted Wannell L impôt foncier résidentiel est en hausse dans nombre de municipalités canadiennes mais pour des raisons qui varient d une région

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Pour bâtir votre avenir financier Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Le chemin vers vos objectifs Une approche personnalisée pour accéder à l indépendance financière. 2 3 4 Service de

Plus en détail

Travail autonome en couple

Travail autonome en couple Katherine Marshall La croissance récente du travail autonome a fait l objet d un certain nombre d études. Celles-ci ont surtout porté sur les facteurs déterminants, les transitions, les jeunes et les femmes

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Méthodologie et faits saillants Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs

Méthodologie et faits saillants Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs Méthodologie et faits saillants Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs CADRISQ 2 juin 2004-23 septembre 2005 Plan de la présentation Intro : contexte et objectifs Méthodologie

Plus en détail

Comment fonctionne l'attribution des HLM?

Comment fonctionne l'attribution des HLM? Comment fonctionne l'attribution des HLM? Depuis le 1 er septembre 2011, tous les offices d'habitation du Québec doivent respecter les nouvelles règles, adoptées par la Société d'habitation du Québec,

Plus en détail

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes à l occasion des consultations pré budgétaires

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes à l occasion des consultations pré budgétaires Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes à l occasion des consultations pré budgétaires Ottawa, le 8 octobre 2003 présenté par la présidente, Dr. Martha Crago Association canadienne

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2016 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes ENQUÊTE 2016 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2016 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES POINTS SAILLANTS

Plus en détail

Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada. Le 20 avril 2015. Recherche réalisée par :

Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada. Le 20 avril 2015. Recherche réalisée par : Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada 2015 Le 20 avril 2015 Recherche réalisée par : Méthodologie Dans le cadre des Consultations budgétaires auprès des élèves 2014-2015,

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

POUR LE DROIT AU LOGEMENT DANS LA CMM, DANS 5 ANS, 31 200 NOUVEAUX LOGEMENTS SOCIAUX!

POUR LE DROIT AU LOGEMENT DANS LA CMM, DANS 5 ANS, 31 200 NOUVEAUX LOGEMENTS SOCIAUX! FRONT D ACTION POPULAIRE EN RÉAMÉNAGEMENT URBAIN 180, boulevard René-Lévesque Est, local 105, Montréal (Québec) H2X 1N6 Téléphone : (514) 522-1010 Télécopie : (514) 527-3403 Courriel : frapru@cooptel.qc.ca

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

Le PEICA au Canada. Présentation à l Institut d été 2013 : Apprendre du passé, préparer l avenir

Le PEICA au Canada. Présentation à l Institut d été 2013 : Apprendre du passé, préparer l avenir Le PEICA au Canada Présentation à l Institut d été 2013 : Apprendre du passé, préparer l avenir Par Patrick Bussière Division de la recherche sur le développement des compétences Direction de la recherche

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève

Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève République et Canton de Genève Département du territoire Office cantonal de la mobilité Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève rapport de synthèse

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen: ELEIE111-I.E.S. UPC-S1-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Pour un chez-soi véritablement accessible

Pour un chez-soi véritablement accessible Pour un chez-soi véritablement accessible dans le cadre de la Commission populaire itinérante du FRAPRU Montréal, le 7 novembre 2012 1 Ex aequo, pour une égalité sans détour Ex aequo est un organisme montréalais

Plus en détail

Conditions de vie et attentes des étudiants

Conditions de vie et attentes des étudiants Conditions de vie et attentes des étudiants BVA Opinion Céline BRACQ Directrice adjointe BVA Opinion Emile LECLERC Chargé d études 01 71 16 88 00 Méthodologie Recueil Sondage réalisé par l Institut BVA

Plus en détail

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des services Mai 2011 Consultation publique Modes de financement

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail