L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary"

Transcription

1 Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils ne savent pas comment ni où se procurer des renseignements sur le logement. Ils n ont pas d information à jour, fiable et complète sur le marché locatif et les caractéristiques de chaque quartier offrant des logements. Cette lacune peut être à l origine de mauvaises décisions quant au choix du logement et du quartier. L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary TOM CARTER Université de Winnipeg De 2006 à 2008, une étude longitudinale sur les conditions d établissement et d intégration des réfugiés récemment arrivés a été menée à Winnipeg, Calgary et Edmonton 1. L étude a permis de recueillir des données sur les caractéristiques socioéconomiques des ménages, ainsi que sur l évolution des conditions de logement et de voisinage de ceux-ci. Au moment de leur première entrevue, les ménages interrogés habitaient leurs villes respectives depuis appro ximativement un an ou moins. Le présent article porte essentiellement sur les données recueillies au cours des deux premières années de l étude. La première année, 75 ménages ont été interviewés à Winnipeg, 41 à Calgary et 35 à Edmonton. Un an plus tard, 55 de ces mêmes ménages ont été interviewés à nouveau à Winnipeg, 17 l ont été à Calgary et 12 à Edmonton. La discussion portera essen tiellement sur l évolution de certains indicateurs de logement, d une année à l autre, dans les trois villes citées, ainsi que sur d autres aspects de l évolution des conditions dans 1 Les auteurs tiennent à remercier Metropolis et Ressources humaines et Développement des compétences Canada d avoir subventionné ces travaux. lesquelles vivent les ménages de Winnipeg, dont nous avons un échantillonnage plus nombreux. Évolution sur le plan du logement à Winnipeg, Calgary et Edmonton Sur le plan du revenu, les données recueillies démontrent que la situation des ménages participants s est graduellement améliorée, et ce, dans les trois villes à l étude. La première année, le revenu mensuel brut moyen était de $ à Edmonton, de $ à Calgary et de $ à Winnipeg. La deuxième année, le revenu moyen des ménages a beaucoup augmenté, soit de 52 % à Calgary, de 32 % à Edmonton et de 31 % à Winnipeg. En ce qui a trait au loyer moyen, celui-ci était beaucoup plus élevé à Calgary, où il se situait à 756 $ par mois, tandis qu il était de 561 $ à Edmonton et de 566 $ à Winnipeg. La deuxième année, le loyer avait augmenté dans les trois villes, mais c est à Calgary que la hausse à été la plus importante, soit de 49 % comparativement à 11 % et 4 % pour Winnipeg et Edmonton, respectivement (Tableau 1). Durant la première année, après déduction de leur loyer, les ménages de Winnipeg disposaient de $ pour couvrir toutes les autres dépenses 120 Nos diverses cités

2 TABLEAU 1 Évolution sur le plan du logement à Winnipeg, à Calgary et à Edmonton Winnipeg Calgary Edmonton Écart Écart Écart Revenu brut mensuel des ménages $ $ 31 % $ $ 52 % $ $ 32 % Loyer mensuel 566 $ 626 $ 11 % 756 $ $ 49 % 581 $ 603 $ 4 % Revenu après déduction du loyer $ $ 52 % $ $ 56 % 828 $ $ 52 % Loyer moyen par rapport au revenu 34 % 25 % 42 % 42 % 41 % 37 % Loyer exigeant 30 % ou plus du revenu 51 % 22 % 88 % 76 % 83 % 42 % Logement non conforme aux NNO 36 % 25 % 36 % Loyer moyen d un logement de deux chambres 746 $ $ $ Taux d inoccupation 1,0 % 2,0 % 3,4 % Source : Les données sous «Loyer moyen d un logement de deux chambre» et «Taux d inoccupation» proviennent des Rapports sur le marché locatif de la Société canadiennes d hypothèques et de logements (SCHL). Toutes les autres données sont tirées des entrevues menées dans le cadre de cette étude. de subsistance; ceux de Calgary disposaient $, et ceux d Edmonton, de 828 $. La deuxième année, grâce à l augmentation des revenus, le revenu disponible des ménages après déduction du loyer avait augmenté d un peu plus de 50 % dans les trois villes. Le coût moyen du logement par rapport au revenu a diminué, entre la première et la deuxième année, de 34 à 25 % à Winnipeg, et de 41 à 37 % à Edmonton, mais il est demeuré stable à 42 % à Calgary, en raison de la hausse marquée du loyer moyen des ménages. Le pourcentage des ménages aux prises avec des difficultés relatives au coût du loyer (c est-à-dire dire dont le loyer coûte 30 % ou plus de leur revenu) varie considérablement d une ville à l autre. Durant la première année, plus de 80 % de tous les ménages de Calgary et d Edmonton devaient consacrer 30 % ou plus de leur revenu brut, avant taxes, à leur logement. À Winnipeg, ce pourcentage était de 51 %. La deuxième année, la situation s était beaucoup améliorée à Calgary et à Winnipeg, où le pourcentage de ménages éprouvant de telles difficultés a chuté pour atteindre 42 % et 22 % respectivement. À Calgary toutefois, la situation ne s est guère améliorée, avec 76 % des ménages devant consacrer une part considérable de leur revenu à leur loyer. Bien que la capacité de payer un loyer dépende du revenu, la situation du marché locatif joue également un rôle majeur. Un appartement de deux chambres à Calgary coûte 350 $ de plus par mois que l équivalent à Winnipeg et, de ce fait, l augmentation du revenu, bien qu elle soit plus élevée à Calgary, ne résout pas le problème du coût du loyer comme c est le cas à Winnipeg. Le marché locatif d Edmonton est légèrement plus abordable que celui de Calgary, mais les loyers demeurent bien plus élevés qu à Winnipeg et, par conséquent, une grande proportion de ménages (42 %) doivent encore consacrer 30 % ou plus de leur revenu au logement. Les types de logements sur le marché locatif, conçus pour les familles typiques canadiennes, ne conviennent pas toujours aux familles de réfugiés, souvent nombreuses. Par conséquent, ces dernières ont souvent de la difficulté à trouver ou à payer des appartements ayant un nombre suffisant de chambres pour loger convenablement tous les membres de leur famille. Parmi les rares logements en location ayant trois chambres ou plus, pratiquement aucun n est inoccupé. Et quand un tel logement devient disponible, le loyer est trop cher pour la plupart des ménages de réfugiés. De ce fait, ils vivent dans des logements qui ne satisfont pas aux Normes nationales d occupation (NNO) 2. Ces logements sont surpeuplés en raison du rapport entre la taille du ménage, le nombre de chambres, l âge des membres, leur sexe et leur situation matrimoniale. Cette situation touche 36 % des ménages de Winnipeg et d Edmonton et 25 % de ceux de Calgary. Dans les trois villes, on a noté une très légère amélioration sur ce plan entre la première et la deuxième année. Situation à Winnipeg La base de données de Winnipeg a permis d approfondir l analyse de la situation du 2 Selon la Norme nationale d occupation du Canada, il ne devrait pas y avoir plus de deux personnes par chambre. Les époux et les couples partagent une chambre, les parents ne partagent pas de chambre avec les enfants, les personnes à charge âgées de 18 ans ou plus ne partagent pas leur chambre et les enfants à charge âgés de cinq ans ou plus, de sexe opposé, ne partagent pas leur chambre. Nos diverses cités 121

3 Un logement adéquat, abordable et offrant la sécurité d un contrat de bail ne peut pas régler tous les problèmes auxquels font face les réfugiés, mais il peut leur fournir une base solide à partir de laquelle ils seront à même de relever plus facilement d autres défis. logement et du voisinage telle que vécue par les ménages de réfugiés. À Winnipeg, ces derniers faisaient preuve d une très grande mobilité tandis qu ils recherchaient de meilleures conditions de vie. Au cours de la première année, 93 % ont déménagé plus d une fois et 25 %, plus de trois fois. La durée moyenne d occupation n était que de 12 semaines, ce qui ne peut pas favoriser l intégration. Près de 80 % des ménages habitaient le centre urbain de leur ville. Un quart ne se sentaient pas en sécurité dans leur quartier et un pourcentage équivalent ont déclaré que leur logement était insalubre et leur occa - sionnait des problèmes de santé. Près de 70 % souhaitent déménager; la plupart d entre eux auraient préféré habiter à l extérieur du centre urbain, dans des quartiers à l abri des problèmes associés au déclin urbain, tels que la criminalité et l insécurité (Tableau 2). TABLEAU 2 Indicateurs d établissement et d intégration Sécurité du quartier Habite le centre urbain de la ville 78 % 64 % Ne se sent pas en sécurité 26 % 17 % Souhaite déménager 67 % 57 % Dimension, état et salubrité du logement Dimensions correctes 60 % 69 % En bon état 75 % 58 % Réparations nécessaires 26 % 42 % Danger pour les enfants 22 % 16 % Insalubrité 24 % 13 % Bien que seulement un quart des ménages estimaient que les propriétaires et les concierges étaient peu coopératifs, 19 % ne connaissaient pas leurs droits et leurs devoirs à titre de locataires et 40 % n avaient aucune idée des droits et des devoirs de leurs propriétaires. Certains estimaient être victimes de discrimination sur le marché locatif, ce qui rendait leurs recherches de logement plus difficiles encore. Sur le plan du logement, les ménages de réfugiés à Winnipeg ne pouvaient pas être considérés comme étant un groupe établi au moment de la première entrevue. Les entrevues menées la deuxième année font état d améliorations avec, notamment, une satisfaction croissante à l égard des dimensions du logement, de la répartition des pièces et de la sécurité du bâtiment et de l unité. Les ménages étaient également plus satisfaits des propriétaires et des concierges et connaissaient mieux les responsabilités à la fois du propriétaire et du locataire. On évoquait moins la question de la discrimination et un nombre croissant de ménages se disaient mieux équipés pour y faire face. Une moindre proportion d entre eux se sentaient menacés dans leur quartier, mais près de 60 % souhaitaient toujours déménager. En revanche, contrairement à ces tendances posi tives, on a constaté une insatisfaction croissante parmi les ménages en ce qui concerne l état de leur logement et le délai d attente pour obtenir des réparations. À la première entrevue, 25 % déclaraient que leur logement était en mauvais état. Une année plus tard, ce pourcentage était passé à 42 %. Les préoccupations concernant les délais de réparation ont augmenté, passant de 26 % des ménages à 42 %. Or, il se pourrait que ces chiffres reflètent une meilleure compréhension des normes auxquelles ils sont en droit de s attendre, ou encore le fait qu ils hésitent moins à exprimer leurs préoccupations, plutôt qu une dégradation réelle de l état du logement ou de négligences dans les réparations. Les caractéristiques de l emploi, le taux de pau - vreté et les dépenses des ménages de Winnipeg mettent en évidence d autres améliorations, mais également la situation difficile dans laquelle se trouvent encore de nombreux ménages après deux ans. Le pourcentage des ménages dont un membre est employé à plein temps a augmenté, passant de 42 % à 66 % entre la première et la deuxième année. Mais le revenu annuel moyen, bien qu il ait augmenté considérablement, correspond à la moitié seulement du revenu moyen des ménages de Winnipeg ( $). De plus, si le taux de pauvreté a diminué, il atteignait néanmoins trois fois celui de Winnipeg (20 %). Les dépenses en logement et en alimentation, les 122 Nos diverses cités

4 remboursements de dettes et les virements de fonds ont augmenté, de même que le solde restant après le paiement de ces frais. Les ménages disposaient en moyenne de 980 $ par mois pour couvrir l ensemble des dépenses : transport, études, vêtements, épargne, produits de consom - mation courante, articles personnels, mobilier, assurances, loisirs, téléphone, câblodiffusion, Internet et autres (Tableau 3). Il n est guère étonnant qu à la deuxième année, plus de la moitié des ménages avaient encore de la difficulté à régler leurs dépenses mensuelles courantes et à mettre un peu d argent de côté, notamment quand les familles étaient presque deux fois plus nombreuses que la moyenne de Winnipeg (3,9 personnes contre 2,4). TABLEAU 3 Caractéristiques de l emploi, du revenu et des dépenses des ménages Employé 42 % 66 % Revenu brut annuel $ $ Taux de faible revenu 92 % 73 % Loyer mensuel moyen 566 $ 626 $ Coût mensuel moyen de l alimentation 456 $ 618 $ Remboursement mensuel moyen des dettes 179 $ 197 $ Virements de fonds moyens 168 $ 311 $ Solde du revenu 690 $ 979 $ Difficultés à régler les dépenses 60 % 54 % Impossibilité d économiser sur une base régulière 66 % 53 % Il est à noter que ceux qui ont eu accès au logement social de Winnipeg ont bénéficié d avan tages particuliers en matière de logement. La première année, un tiers des participants habi - taient les logements sociaux, mais au cours de la deuxième année, le pourcentage avait augmenté à 46 %. Dans l ensemble, les ménages qui habitaient un logement social étaient plus satisfaits de leurs conditions de logement que ceux qui habitaient un logement du secteur privé : le logement était mieux adapté à leurs besoins et ils étaient davantage satisfaits de la gestion et de la sécurité du bâtiment, ainsi que des dimensions, de l agencement et de l état de l unité. Toutefois, ils étaient moins heureux de leur quartier et expri maient des préoccupations au sujet de l insécurité du voisinage, sans doute liées au fait que la plupart des logements sociaux à Winnipeg ont été construits dans le centre urbain. Le plus grand avantage des logements sociaux était leur coût. Les loyers des logements sociaux étant fixés à 27 % du revenu brut du locataire 3, peu de ménages consacraient plus de 20 % de leur revenu au loyer, même en tenant compte des charges supplémentaires qu ils devaient payer. En moyenne, les locataires de logements sociaux payaient 150 $ de moins par mois que les locataires du secteur privé. En comparaison avec le logement du secteur privé, le logement social semble offrir des avantages qui facilitent le processus d établissement, comme le montre le Tableau 4. TABLEAU 4 Logement social comparé au logement privé Privé Social Privé Social Échantillonnage 68 % 32 % 54 % 46 % Conforme aux NNO 39 % 65 % 58 % 64 % Logement satisfaisant 56 % 94 % 73 % 82 % Sécurité des lieux 74 % 77 % 86 % 68 % Sécurité du quartier 75 % 71 % 81 % 71 % Loyer moyen 563 $ 421 $ 610 $ 421 $ Les réfugiés de l étude de Winnipeg ont signalé être aux prises avec des difficultés liées au fait qu ils n étaient pas familiers avec le marché locatif, les caractéristiques du quartier, et les droits et les devoirs du locataire. Ils ne connaissaient pas d endroit où ils pourraient obtenir les rensei - gnements fiables et complets dont ils avaient besoin. Durant la première année d établissement, ils ont reçu un soutien considérable de la part de leurs répondants et des services aux immigrants. À la deuxième année, les réfugiés avaient davantage de ressources quand venait le temps de trouver un logement : leur réseau social était plus vaste, ils se renseignaient auprès d agences immobilières et de sociétés de gestion immo - bilière, consultaient les sites Web et les journaux et se sentaient à l aise pour explorer les différentes quartiers à pied ou en voiture. Ils connaissaient mieux la ville et le marché locatif, mais estimaient qu ils n avaient toujours pas suffisamment d information pour prendre les meilleures décisions possibles. 3 Le rapport entre le loyer et le revenu a été établi par Services à la famille et Logement Manitoba. Nos diverses cités 123

5 Répercussions sur le plan de la politique Les difficultés que vivent les réfugiés pour trouver un logement adéquat et abordable laissent penser qu un certain nombre de changements sur le plan des politiques et des programmes pourrait faciliter le processus d établissement et d inté - gration. Nous abordons ci-dessous quelques exemples de ces initiatives. Il est nécessaire de créer une organisation qui aurait pour mandat de fournir toute l infor - mation sur le logement et les quartiers aux nouveaux arrivants. Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils savent ni comment ni où se procurer des rensei gnements sur le logement. Ils n ont pas d information à jour, fiable et complète sur le marché locatif et les caractéristiques de chaque quartier offrant des logements. Cette lacune peut être à l origine de mauvaises décisions quant au choix du logement et du quartier. Le manque d information sur leurs droits et leurs devoirs rend également les nouveaux arrivants vulné - rables à l exploitation ou à l erreur, du fait qu ils peuvent mal interpréter les contrats de bail. Le problème est exacerbé par le fait qu il n existe aucun organisme pouvant fournir l information nécessaire. Plusieurs des personnes interviewées ont exprimé leur frustration d avoir à traiter avec un si grand nombre d agences pour tenter d obtenir l information dont ils ont besoin. Bien que l on constate souvent des relations relativement positives entre les réfugiés et le personnel de gestion des propriétés, il apparaît nécessaire de préparer de l information et de la documentation sur le logement, afin que les propriétaires et les concierges se familiarisent avec les différences culturelles des nouveaux arrivants; cela éviterait des malentendus suscep - tibles de causer des problèmes de bail, voire des expulsions. La construction de logements de transition faciliterait l établissement et l intégration. Les réfugiés considéraient que le fait de pouvoir être hébergé dès leur arrivée serait bénéfique et leur serait d un grand soutien. Un lieu sécuritaire où vivre était perçu comme la clé de la réussite pour s établir dans un nouveau pays. Il assurerait la stabilité nécessaire pour se reprendre en main. La priorité absolue en matière de politique est l augmentation du parc de logements locatifs abordables. Les conclusions de l étude sur l accès au logement dans les trois villes, et l information supplémentaire sur les locataires du logement social à Winnipeg, mettent en évidence les avan - tages de l accès au logement subventionné. Un logement adéquat, abordable et offrant la sécurité d un contrat de bail ne peut pas régler tous les problèmes auxquels font face les réfugiés, mais il peut leur fournir une base solide à partir de laquelle ils seront à même de relever plus facilement d autres défis. Les loyers élevés, on le constate, épuisent les ressources des ménages, rongent leurs budgets pour les besoins essentiels tels que la scolarité, les soins de santé, les vêtements et l alimentation. De mauvaises condi - tions de logement peuvent également menacer la stabilité de la vie familiale et contribuer à des sentiments négatifs envers leur milieu. L étude illustre l importance d un bon logement dans le processus d intégration et donne une bonne idée des situations difficiles que vivent de nombreux ménages. Elle montre également à quel point l état du marché locatif peut se répercuter sur la capacité des réfugiés à se loger selon leurs moyens. Toutefois, le logement est un seul élément parmi une série de facteurs complexes qui contribuent à une bonne intégration, soit les compétences linguistiques, la réussite de la population active, l absence de discrimination, l accès aux renseignements et au soutien adéquats et le type de quartier. Si l accès à un logement convenable et abordable n est qu une seule étape vers un établissement et une intégration réussie, il procure aux réfugiés la stabilité dont ils ont besoin pour relever tous les autres défis qui accom pagnent ce processus de longue haleine. À propos des auteurs TOM CARTER est titulaire de la Chaire de recherche Canada sur l Évolution et le changement urbains et professeur de géographie à l Université de Winnipeg. Sa recherche et ses intérêts en matière de politique portent sur le logement, l évolution des quartiers, la revitalisation des centres urbains, la politique sociale et l intégration des nouveaux arrivants. RICK ENNS est professeur adjoint à la Faculté de travail social de la University of Calgary, région du Centre et du Nord. Ses intérêts en recherche et en enseignement portent sur l immigration et le logement, l immigration et la pratique du travail social et la santé mentale. Références Canada. Statistique Canada Profils des communautés de 2006 : région métropolitaine de recensement, Ottawa, Statistique Canada.. Société canadienne d hypothèques et de logement Rapports sur le marché locatif, Ottawa, Société canadienne d hypothèques et de logement. 124 Nos diverses cités

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION À propos de l enquête La SCHL est heureuse de publier les constatations de son Enquête auprès

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses Cette fiche de données sur la sécurité économique analyse les caractéristiques des dépenses au Canada en examinant les aspects suivants : - Les dépenses

Plus en détail

DÉMONTER LE MYTHE : CAPACITÉ DES LOCATAIRES DE TORONTO, D EDMONTON ET DE VANCOUVER DE DEVENIR PROPRIÉTAIRES

DÉMONTER LE MYTHE : CAPACITÉ DES LOCATAIRES DE TORONTO, D EDMONTON ET DE VANCOUVER DE DEVENIR PROPRIÉTAIRES DÉMONTER LE MYTHE : CAPACITÉ DES LOCATAIRES DE TORONTO, D EDMONTON ET DE VANCOUVER DE DEVENIR PROPRIÉTAIRES JUILLET 2011 SOMMAIRE Dans le secteur du placement immobilier tout comme dans la société en général,

Plus en détail

Le marché locatif de la RMR de Montréal

Le marché locatif de la RMR de Montréal Le marché locatif de la RMR de Montréal DAVID L HEUREUX Analyste principal de marché, SCHL Votre clientèle locative Au programme L état du marché locatif Texte Votre clientèle locative Tendances et perspectives

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants Le gouvernement investit pour la réussite de tous les étudiants avec 318 millions supplémentaires entre 2013 et 2014. Revalorisation des bourses des 30 000 étudiants aux revenus les plus faibles Jeunes

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires ENQUête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION principales constatations de l Enquête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires Les emprunteurs

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité de l Assemblée législative pour un régime d assurance automobile public abordable, équitable et accessible

Mémoire présenté. Comité de l Assemblée législative pour un régime d assurance automobile public abordable, équitable et accessible Mémoire présenté au Comité de l Assemblée législative pour un régime d assurance automobile public abordable, équitable et accessible par la Société des enseignantes et des enseignants retraités francophones

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013

Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013 Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013 Table des matières Faits saillants... 5 1) La rénovation, une composante importante du secteur de l habitation... 8 Graphique 1 : Répartition des

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque?

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? BUDGET ET GESTION DES FINANCES PERSONNELLES Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? Les taux d intérêt n ont jamais été aussi bas au Canada, mais il faut s attendre

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Qui conduit un taxi au Canada?

Qui conduit un taxi au Canada? Qui conduit un taxi au Canada? Li Xu Mars 2012 Recherche et Évaluation Les opinions exprimées dans le présent document sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Citoyenneté et

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement Observatoire national de la vie étudiante Infos N 10 Février 2005 LE TRANSPORT DES ETUDIANTS: moyens, durées et coûts Ronan VOURC H, Ingénieur d études à l OVE Ce numéro d OVE Infos, le premier à rendre

Plus en détail

Le financement de votre investissement locatif à la BIL. BIL IMMO DAY 2 octobre 2014

Le financement de votre investissement locatif à la BIL. BIL IMMO DAY 2 octobre 2014 Le financement de votre investissement locatif à la BIL BIL IMMO DAY 2 octobre 2014 Agenda Investissement locatif Plan de financement Financement des projets immobiliers Variantes de taux Garanties Questions-réponses

Plus en détail

Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012

Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012 N o 75-006-X au catalogue ISSN 2291-0859 Regards sur la société canadienne Les variations dans les dettes et les actifs des familles canadiennes, 1999 à 2012 par Sharanjit Uppal et Sébastien LaRochelle-Côté

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Thierry Debrand, Claude Taffin* La mobilité résidentielle des ménages est fonction de l âge, du niveau de formation, du type

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière 101 Rembourser ses dettes pour se donner une plus grande marge de manœuvre Si vous voulez réaliser des objectifs financiers précis, vous pourriez y arriver plus rapidement en vous

Plus en détail

Perspective. Logement. Grand Montréal

Perspective. Logement. Grand Montréal Logement Perspective Grand Montréal 26 n o JUIN 2014 Bulletin de la Communauté métropolitaine de Montréal Stabilité du taux d inoccupation des logements locatifs entre et à l échelle de l ensemble du Grand

Plus en détail

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays?

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Actuellement, 8,8 % offres d emploi affichées au pays exigent des candidats qu ils parlent les deux langues officielles. Il s agit d une baisse

Plus en détail

LES QUESTIONS À POSER À SON CLIENT POUR S ASSURER DE BIEN LE CONNAÎTRE

LES QUESTIONS À POSER À SON CLIENT POUR S ASSURER DE BIEN LE CONNAÎTRE La Chambre de la sécurité financière a conçu le présent aide-mémoire afin de soutenir ses membres dans l exercice de leur profession. Ce document ne vise pas à remplacer les formulaires internes des divers

Plus en détail

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard ATELIER SUR LE LOGEMENT Présenté par René Guitard Logement droit des locataires Locataires Avant d y emménager : dépôt ou lettre de garantie Pendant: Loyer, Réparations Expulsion Avis de déménagement Logement

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

LIVRET DU LOCATAIRE AVERTI

LIVRET DU LOCATAIRE AVERTI LIVRET DU LOCATAIRE AVERTI Préparé par Marie-Eve Lavoie, intervenante juridique à Concertation-Femme, en mai 2009 INTRODUCTION Pour vivre paisiblement en société, il faut respecter les droits de tous et

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

Le financement des études

Le financement des études Le remboursement des prêts étudiants Warren Clark Le financement des études postsecondaires a toujours été à la charge de la société (par le biais des impôts) et des étudiants et de leurs parents (par

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

National Report Card on Youth Financial Literacy

National Report Card on Youth Financial Literacy British Columbia Securities Commission 701 West Georgia Street P.O. Box 10142, Pacific Centre Vancouver, BC V7Y 1L2 Enquête sur l opinion publique National Report Card on Youth Financial Literacy Rapport

Plus en détail

Sondage 2013 de Fasken Martineau sur l utilisation des médias sociaux dans le cadre des fusions et acquisitions

Sondage 2013 de Fasken Martineau sur l utilisation des médias sociaux dans le cadre des fusions et acquisitions 29 mai 2013 Sondage 2013 de Fasken Martineau sur l utilisation des médias sociaux dans le cadre des fusions et acquisitions Le 3 juillet 2012, Reed Hastings, président-directeur général de Netflix, a publié

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Réflexions en marge du règlement visant l interdiction de la conversion en condos dans la Ville de Québec. Présenté à la Ville de Québec

Réflexions en marge du règlement visant l interdiction de la conversion en condos dans la Ville de Québec. Présenté à la Ville de Québec Réflexions en marge du règlement visant l interdiction de la conversion en condos dans la Ville de Québec Présenté à la Ville de Québec Québec, mars 2011 Québec et Est du Québec 1750, avenue de Vitré,

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Spécialiste de réinstallation au Canada

Spécialiste de réinstallation au Canada Spécialiste de réinstallation au Canada Toujours offrir un service exceptionnel aux clients. Voilà notre mission. Et qui disait que rédiger un énoncé de mission serait compliqué? dadarelo.ca Toujours offrir

Plus en détail

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI Allocution de monsieur Jean-Claude Ménard, actuaire en chef Bureau de l actuaire en Chef Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), Canada à l occasion du Forum mondial de la sécurité

Plus en détail

MasterIndex MD. Profil des femmes au Canada

MasterIndex MD. Profil des femmes au Canada MasterIndex MD Profil des femmes au Canada Décembre 2006 Résumé Plus de 80 ans après avoir obtenu le droit de vote et près de 40 ans après le début du mouvement de libération de la femme, où en sont les

Plus en détail

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015 Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec Montréal, 15 janvier 2015 Méthodologie Sondage Web réalisé du 3 au 13 novembre 2014. Échantillon représentatif de 5 659 répondants adultes

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Chapitre 18. L immeuble

Chapitre 18. L immeuble Chapitre 18 L immeuble - L activité principale de l entreprise commerciale consiste à acheter et à vendre des marchandises, ou à exercer une activité dans le domaine des services. Toutefois, à côté de

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Avez-vous rédigé un testament? Oui / Non. Dernière mise à jour : Diriez-vous que vous êtes convenablement assuré? Oui / Non. Dernière révision :

Avez-vous rédigé un testament? Oui / Non. Dernière mise à jour : Diriez-vous que vous êtes convenablement assuré? Oui / Non. Dernière révision : Que vous vous engagiez pour la première fois dans la planification de votre avenir financier ou que vous révisiez votre plan actuel, il est important de vous fixer des objectifs bien clairs, déterminer

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009.

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009. LA PRESSE Rapport Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle 5 mars 2009 P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MÉTHODOLOGIE... 3 2. FAITS SAILLANTS...

Plus en détail

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

un actif à préserver et à développer

un actif à préserver et à développer un actif à préserver et à développer Une réponse concrète et durable aux problèmes de logement L accès à un logement convenable à prix accessible est une pierre d assise pour des conditions de vie décentes

Plus en détail

Prenez vos dettes en main

Prenez vos dettes en main Prenez vos dettes en main 4 Solut!ons pour planifier vos finances P l a n i f i c a t i o n f i n a n c i è r e 1 0 1 Remettre ses finances sur la bonne voie après une perte d emploi Il y a à peine une

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Les expériences des propriétaires canadiens occupant des maisons à consommation énergétique nette zéro EQuilibrium MC Juillet 2015 Série technique INTRODUCTION Des constructeurs,

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Don. d assurance vie. Une stratégie de constitution d un legs. Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie

Don. d assurance vie. Une stratégie de constitution d un legs. Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie Don d assurance vie Une stratégie de constitution d un legs Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie Plusieurs personnes disposent d une partie de revenu qu elles investissent et souhaitent

Plus en détail

Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante

Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante N o 53F0007XIF au catalogue ISBN: 0-662-88083-8 Document de recherche Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante par John Nicoletta Division des transports Édifice principale,

Plus en détail

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23 Gestionet 53, rue Fondaudège 33 000 BORDEAU Tél : 05 56 52 75 23 GESTIONET & VOUS Quelle est la répartition des tâches entre Gestionet et le Propriétaire? 1 ) A l occasion du changement de locataire Lors

Plus en détail

CONNAÎTRE SON CLIENT. Renseignements personnels et situation familiale LES QUESTIONS À POSER. Page 1 de 6

CONNAÎTRE SON CLIENT. Renseignements personnels et situation familiale LES QUESTIONS À POSER. Page 1 de 6 La Chambre de la sécurité financière a préparé le présent aide-mémoire afin de soutenir ses membres dans l exercice de leur profession. Ce document ne vise pas à remplacer les formulaires internes des

Plus en détail

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds de placement structurés en catégorie de société offrent de multiples avantages

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT MPPM. Regroupement par ménage et réductions de frais de gestion Fonds en catégorie de société

FONDS DE PLACEMENT MPPM. Regroupement par ménage et réductions de frais de gestion Fonds en catégorie de société FONDS DE PLACEMENT MPPM Regroupement par ménage et réductions de frais de gestion Fonds en catégorie de société Donnez de la valeur à vos placements Les Mandats privés de placement Manuvie Fonds de placement

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal

La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal Portraits démographiques La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal Division des affaires économiques et institutionnelles Mars 2010 République populaire de Chine Algérie Maroc

Plus en détail

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer SOYEZ MAÎTRE DE VOTRE RETRAITE FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer Nous comprenons que la retraite n est pas qu une question d argent. Il est important de réfléchir aux aspects tant financiers

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS

SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS SEE DOG KAYAK INC. EXEMPLE D ÉTATS FINANCIERS POUR UNE PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (PME) préparé par François BROUARD, DBA, CA Eric Sprott School of Business Carleton University 1125 Colonel By Drive,

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : connaître leurs besoins et leurs désirs, les comprendre et les distinguer; établir un budget.

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

Logement. Il y a plusieurs options d hébergements disponibles pour personnes âgées à Calgary. Ces options sont:

Logement. Il y a plusieurs options d hébergements disponibles pour personnes âgées à Calgary. Ces options sont: Logement Il y a plusieurs options d hébergements disponibles pour personnes âgées à Calgary. Ces options sont: Résidences pour personnes autonome Résidences pour personnes semi-autonome Résidences pour

Plus en détail

Évaluation d un programme d aide financière aux études par le couplage des données administratives et des résultats d enquêtes Des statistiques

Évaluation d un programme d aide financière aux études par le couplage des données administratives et des résultats d enquêtes Des statistiques Évaluation d un programme d aide financière aux études par le couplage des données administratives et des résultats d enquêtes Des statistiques sociales aux politiques publiques : le défi des données probantes

Plus en détail

comment faire une demande auprès de logement Manitoba

comment faire une demande auprès de logement Manitoba créer des collectivités plus fortes à l aide de solutions de logement comment faire une demande auprès de logement Manitoba qui peut faire une demande de logement? Pour être admissible à un logement de

Plus en détail

Tableaux détaillés sur la rénovation et l achat de logements

Tableaux détaillés sur la rénovation et l achat de logements L e m a r c h É d e l h a b i t a t i o n Tableaux détaillés sur la rénovation et l achat de logements société canadienne d hypothèques et de logement Date de diffusion : 20 Marché de l habitation : notre

Plus en détail

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Rapport du Conseil de l Ontario sur la résolution N R3 de l assemblée membres de l Ontario Avril 2003 Fédération de l habitation coopérative

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Les besoins de logement des immigrés et réfugiés au Canada

Les besoins de logement des immigrés et réfugiés au Canada Les besoins de logement des immigrés et réfugiés au Canada Preparé pour l Association canadienne d habitation et de rénovation urbaine Par Sarah V. Wayland, PhD Wayland Consulting svwayland@gmail.com L'auteur

Plus en détail

Corps professoral en transformation?

Corps professoral en transformation? JANVIER 2010 VOL 12 NO 1 Répartition par âge Sous-représentation & sous-rémunération des femmes Professeur(e)s autochtones ou appartenant à une minorité visible Conclusion Corps professoral en transformation?

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie

Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie Un produit simple et commode, qui réunit protection d assurance vie et placements fiscalement avantageux Assurance vie universelle

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Rôle parental et pension alimentaire après une séparation ou un divorce

Rôle parental et pension alimentaire après une séparation ou un divorce N o 89-652-X au catalogue N o 001 ISBN 978-0-660-21081-0 Document analytique Mettre l accent sur les Canadiens : résultats de l nquête sociale générale Rôle parental et pension alimentaire après une séparation

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE

Rapport annuel du rendement du portefeuille PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE Rapport annuel du rendement du portefeuille 2014 PRÉSENTÉ À LA SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE Table des matières Principales conclusions... 1 Aperçu... 7 Profil de conformité du portefeuille...

Plus en détail