Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre."

Transcription

1 Le topos : un hypertexte, un système de gestion de bases de données relationnel ou un objet singulier? Extrait du mémoire de master Heuristique du Récit Variable et du Topos Université Paris Carole Lipsyc Une heuristique implique une découverte. Affirmer qu il existe une «heuristique du topos et du récit variable» signifie par conséquent que ces deux objets documentaires sont si ce n est nouveaux du moins singuliers. Le topos et le récit variable sontils différents de l objet documentaire de référence : l hypertexte? Et si oui, de quelle manière? La comparaison ne doit d ailleurs pas se limiter à l hypertexte car un topos, fonctionnant avec une base de données et avec des liens, doit également être confronté aux Systèmes de Gestions de Bases de Données Relationnels (SGBDR). Pour mener cette comparaison, nous nous appuierons, d une part, sur les différents éléments constitutifs du topos et du récit variable que nous avons pu définir et, d autre part, sur les éléments constitutifs de l hypertexte et des bases de données gérées par système relationnel (BDR). Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre. En effet, comme le souligne Jean Clément, l hypertexte, «néologisme forgé par Nelson», «souffre aujourd hui d une trop grande polysémie»1 : document électronique interactif composé de «blocs» et de «liens», structure réticulaire exportable sur d autres supports, information globale et universelle réunissant toutes les connaissances dans un docuverse, «hypertexte neuronal» de notre esprit, ou «hypertexte énergétique d inscription sur la matière»2, etc. L hypertexte a littéralement dilaté la notion de «texte» jusqu à l hyper, jusqu à l excès, occasionnant une déformation qui surpasse même celle du texte considéré comme un «tissu polysémiotique», une déformation tautologique. Retour en force du mythe unificateur où, non seulement tous les signes et tous les régimes sémiotiques fusionnent dans le codage numérique, mais où chaque grain de réel et de matière devient information pour se fondre dans l unicité d une hypertextualité noosphérique. L hypertexte remplace l omniscience et le réseau hypertextuel remplace la communion. Nous faisons ainsi face à un horizon totalisant dans lequel il est impossible et inutile de mener une comparaison : «l hypertexte au sens large» avale tout type de savoir et de document, et en premier lieu les documents régis par une structure réticulaire, comme le topos. 1 CLEMENT Jean, (1995). Du texte à l'hypertexte : vers une épistémologie de la discursivité hypertextuelle. In Hypertextes et hypermédia : Réalisations, Outils, Méthodes. Paris : Hermès. Disponible sur : 2 BALTZ Claude (2003). In-Formation. Hypertextes et hypermédias. Créer du sens à l ère numérique. H 2 PTM 03. Sous la coordination de J-P. Balpe, I. Saleh, D. Lepage, F. Papy. p Paris : Lavoisier

2 Il est donc nécessaire pour mener à bien notre tentative de comparaison entre l hypertexte (HT), le topos (θ) et les bases de données gérées par système relationnel (BDR) de circonscrire la vision de l hypertexte au champ de la gestion du contenu. Nous partirons donc des trois définitions suivantes : TOPOS : un ensemble d éléments (les tesselles), formant un concept unifié d idées et de données, géré par informatique, circonscrit par son argument, structuré et modélisé à priori, possédant une architecture multi-réticulaire, apte à l actualisation variable, interactive ou ergodique, multi-supports. HYPERTEXTE : un ensemble non structuré à priori d éléments (les nœuds), reliés les aux autres, formant un concept unifié d idées et de données, géré par informatique, en vue d une actualisation sur un écran. 3 BDR : un ensemble de données, géré par informatique, modélisé et structuré à priori pour produire de l information et pour éliminer les redondances par mise en relation des tables. En réunissant les différentes caractéristiques relatives à ces trois systèmes, nous pouvons aboutir aux tableaux comparatifs suivants : COMMUN AUX TROIS OBJETS INFORMATIONNELS Dispositif informatique (1) interactif (2) de X X X stockage (3), de gestion (4) et d accès (5) à l information non linéaire (6) et discontinue (7) en vue d actualisations variables (8) Technologie intellectuelle (9) X X X Intègre le discours réflexif (10) X X X Le «document construit» n existe pas en tant que tel avant l actualisation/réalisation 4 (11) X X X 3 D après J. Clément (1995) et T.H. Nelson cité dans l article. Cette définition affine celle donnée dans l introduction de la deuxième partie (II.2, «La notion de modèle»). Elle élargit l hypertexte du web à l électronique en général, le précise comme concept unifié et introduit le principe métonymique. 4 Cf. une première approche de la virtualité définie en II.5 en opposition aux documents arborescents.

3 COMMUN TOPOS /HYPERTEXTE Constitue un métadocument, une entité conceptuelle (1) X X Facultatif-non structurel Génération d un espace (2) en reconfiguration X X Non par l action de l usager (3) Technologie énonciative (4) X X Non Instrument de complexification : croissance X X Non par liaisons (5) Instrument de simplification intuitive : X X Non mouvement et sérendipité (6) Réseaux sémantiques souterrains (7) X X Non S actualise en nœuds (8) X X Non Technologie énonciative = technologie dont l objectif est la production d une énonciation quel que soit le régime sémiotique (texte, discours, multimédia, audiovisuel etc.) COMMUN TOPOS/BDR Instrument de facilitation d extraction de X Non X l information (1) Structuration préalable (2) X Non X Procédures de structuration à partir des X Non X applications (3)et des usages (4) Modélisation préalable (5) X Non X Procédure de modélisation à partir des X Non X attributs (6) et des catégories (7) Structuration = définition des attributs Modélisation = définition des structures, relations et fonctions en vue de la constitution et de l évolution de l information TOPOS SEULEMENT Maillage structurel (1) X Non Non Actualisations multi-supports (2) X Facultatif Facultatif Procédure de structuration à partir d un X Non Non argument (3) et de dispositios (4) Procédure de modélisation à partir d un X Non Non argument (5), de dispositios (6), d un maillage structurel (7), de réseaux sémantiques souterrains (8) Multi-réticulaire (9) X Facultatif Non Formalisation (10) X Non Non Croît et se réalise en rézodunes (11) X Non Non Formalisation = recherche d invariants permettant l expansion

4 HYPERTEXTE SEULEMENT Hyperliens avec ancre : métonymie (1) Facultatif X Facultatif Tient par ses Nœuds (2) Non X Non BDR SEULEMENT Instrument de formatage des données (1) Non : une Non X donnée appartient ou n appartient pas au θ Procédure de structuration à partir d une hiérarchisation et de mots-clés (2) Non Non X 41 caractéristiques ont donc été définies au total parmi lesquelles : - 11 sont communes aux trois objets, - 8 sont communes seulement au topos et à l Hypertexte, - 7 sont communes seulement au topos et aux BDR, - aucune ne sont uniquement communes à l Hypertexte et aux BDR, - 11 sont exclusives du topos, - 2 sont exclusives de l Hypertexte, - 2 sont exclusives des BDR. Toutefois, il importe de souligner que le nombre ne fait pas la qualité : toutes les caractéristiques ne possèdent pas la même capacité différentielle. Il est surtout intéressant de noter les traits véritablement distinctifs : l hypertexte semble se distinguer par son absence de structuration et de modélisation à priori et par sa constitution métonymique en nœuds et ancres ; les bases de données gérées par système relationnel présentent la particularité d avoir pour objectif unique la facilitation et la simplification de l accès à l information. Elles cherchent donc à hiérarchiser, uniformiser et catégoriser par mots-clés. Elles ne constituent pas une technologie énonciative ; le topos se singularise par son maillage structurel, sa vocation à s actualiser sur tous les supports, son architecture résolument multiréticulaire et ses modes non hiérarchique ni formateurs de modélisation et de structuration.

5 Ces différences se répercutent dans les processus de virtualisation de chacun de ces trois objets. Nous avons vu, en effet, que le topos possédait trois faces : le document virtuel, le document actuel et le document réel. Qu en est-il de l hypertexte des bases de données gérées par système relationnel? Suivent-ils le même déploiement tripartite? Ou bien faut-il imputer cette modalité de réalisation du virtuel aux caractéristiques qui singularisent le topos? Pour nous aider dans notre réflexion, nous pourrions assimiler le processus d actualisation/réalisation d un document virtuel, au processus qui transforme une donnée brute en information. Nous pourrions en déduire les équivalences suivantes : Document virtuel = matière documentaire brute + puissance de production d information due au traitement assigné à la matière documentaire Document actuel = matière documentaire sélectionnée et mise en forme en attente d interprétation informationnelle Document réel = information produite par interprétation Document virtuel Matière brute traitée et structurée pour des requêtes Document actuel Niveau 1 de requête extraction en dispositio Topos Oui Oui préparation par dispositios Hypertexte Non : pas de matière Oui l hypertexte est une brute structurée au dispositio préalable BDR Oui Non : les BDR ont pour objectif de simplifier et de faciliter la production de l information, pas de la soumettre à interprétation Document réel Niveau 2 de requête production de l information par interactivité Réalisation par le choix de l usager Oui Oui

6 L hypertexte opère un glissement de la virtualité d une position. Il provoque la fusion du virtuel et de l actuel. Les bases de données gérées par système relationnel opèrent un glissement de l actualisation d une position. Elles provoquent la fusion de l actuel et du réel. Seul le topos déploie la réalisation du virtuel en trois moments. Modalités de virtualité différentes qui redéfinissent la problématique soulevée par Jean Clément dans son article sur Fiction interactive et modernité : «Le fait d envisager l œuvre littéraire dans une perspective topologique pose la question de son existence même : ou bien il (le texte) n existe pleinement en tant que texte que lorsqu il est actualisé par le parcours particulier qu en fait un lecteur donné, à un moment donné, ou bien il faut considérer qu il peut exister aussi sur un mode virtuel et qu il se définit par la somme de ses lectures potentielles». Affirmation qui s applique à la virtualité de l hypertexte. Mais, ramenée à la virtualité du topos, il faudrait la transformer de la façon suivante : «Le fait d envisager l œuvre littéraire dans une perspective topologique pose la question de son existence même : ou bien il (le texte) n existe pleinement en tant que texte que lorsqu il est réalisé par le parcours particulier qu en fait un lecteur donné, à un moment donné, ou bien il existe en tant que dispositio ergodique et interactive actualisée par un éditeur, ou bien il faut considérer qu il peut exister aussi sur un mode virtuel et qu il se définit par la somme de ses dispositios potentielles et de ses lectures potentielles». En revanche, cette affirmation ne peut pas être déclinée pour les bases de données gérées par système relationnel car, nous l avons vu, ces dernières ne s inscrivent pas dans une perspective topologique : l usager n y circule pas au travers de liens et n y circulant pas, il ne génère pas d espace. Les modalités virtuelles de chacun de ces trois objets informationnelles dépendent donc de leurs caractéristiques singulière, caractéristiques elles-mêmes liées à leurs objectifs. En effet, une base de données gérée par système relationnel est généralement résolument orientée action, communication ou management. Elle est tournée vers l efficacité et la simplification. L hypertexte, lui, a pour objectif de mettre en relation l information, de lui permettre de s étendre dans sa nature associative et globale. Quant au topos, il a été créé pour palier l extrême simplification orientée usage d une part, et à l uniformisation orientée processus d autre part. En effet, il faudrait ajouter trois points cruciaux au cahier des charges qui a généré le topos. Trois points qui ne sont pas issus des ur-texts mais de lectures sur l hypertexte :

7 «Il n y a pas, il n a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit. Le récit est pour nous ce qui dénoue la complexité du monde et la remet en ordre.» Clément (2000) «Il n est pas certain que l hypertexte littéraire, genre à peine émergeant, ne s y dissolve pas au profit d une fiction hypermédia en gestation et qui pourrait bien figurer le nouveau paradigme de l œuvre totale dont nombre d écrivains n on cessé de rêver.» Clément (1994) «l hypertexte, en effet, est d abord apparu comme une tentative de déconstruction du texte.» Clément (La question du lien) Ces trois points mettaient en exergue les points faibles de l hypertexte littéraire et ouvraient des perspectives de création. Le récit variable a été conçu pour pallier à ces trois points : pour réintroduire le récit au travers de l argument, pour offrir au texte une solution informatique qui le préserve et le mette en valeur, pour préserver le texte dans de nouvelles structures et non pas pour le déconstruire. L heuristique du récit variable et du topos a donc veillé dès sa genèse à singulariser fondamentalement le topos de l hypertexte. Cette heuristique est loin d être achevée puisqu il s agit désormais, comme nous avons pu le voir au travers de ce mémoire : de puiser dans les sources classiques de la rhétorique et des arts de la mémoire, des structures invariantes qui permettront de créer des bibliothèques d attributs et de dispositios ; d affiner la définition des situations en œuvre dans la création de topos pour améliorer l instrument topos et la méthodologie de construction des topoï ; d explorer les problématiques philosophique de la génération de l espace par le parcours de l usager, d une part, et des processus d actualisation/réalisation d autre part ; de pousser plus en avant les questions épistémologiques et éthiques (voir métaphysiques) liées à la définition du texte, de l hypertexte et du topos : matérialité/immatérialité ; configuration hypertextualisante du savoir humain horizontal (à une époque donnée) et vertical (au travers de l histoire). Ces horizons de travail et de recherche viendront sans nul doute stimuler l écriture littéraire, la création d événements et le développement informatique. Une méthodologie de recherche qui continuera de s appuyer sur la création artistique, et une création artistique qui ne pourra se développer qu en parallèle à la recherche : heurisitique créative ou création heuristique. Les deux propositions se complètent dans la poursuite d un même et unique but : écrire. Ecrire des textes.

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE.

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1 Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. L ensemble des composantes du modèle M.A.Ï.HEU.T.I.C. sont des créations

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

«Scale-to-fit» Storage

«Scale-to-fit» Storage LIVRE BLANC «Scale-to-fit» Storage Faites évoluer votre stockage de façon totalement transparente grâce au «Scale-to-Fit» de Nimble Storage. Ce livre blanc explique comment les solutions Nimble Storage

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

CHAPITREIX. Trop de morceaux de musique nissent trop longtemps après la n.

CHAPITREIX. Trop de morceaux de musique nissent trop longtemps après la n. 239 CHAPITREIX CONCLUSION ET OUVERTURE Trop de morceaux de musique nissent trop longtemps après la n. STRAVINSKY Dans ce mémoire, nous avons proposé une instrumentation générique des lectures critiques

Plus en détail

Méthodes de travail ID / Fiche récapitulative 2014

Méthodes de travail ID / Fiche récapitulative 2014 Où trouver de l information? Médiathèque, bibliothèque, centres de documentation, centres de ressources Un système d information documentaire est composé de trois éléments : - Un public - Une offre de

Plus en détail

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia IX. Séminaire : la relation «Nous espérons que notre formule désintéressement plus admiration vous séduira» Marcel Broodthaers, Département des Aigles, lettre du

Plus en détail

Éducation aux médias : lire la presse en ligne

Éducation aux médias : lire la presse en ligne FICHE 8 Éducation aux médias : lire la presse en ligne Niveau et thème de programme Séquence interdisciplinaire Lettres / Éducation civique / Documentation. Classe de 3 ème : Éducation aux médias Séquence

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER E-Guide FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER Search Networking.de FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER En favorisant

Plus en détail

Guide méthodologique Les grandes étapes d un projet numérique

Guide méthodologique Les grandes étapes d un projet numérique Guide méthodologique Les grandes étapes d un projet numérique V1-10 oct 2011 1 Mode d emploi Le guide méthodologique vous est proposé par l équipe du concours Web Generationet a été approuvé par une équipe

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView

Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView Alexis Bensch, FAO - Alicante (España) Denis Berthier, FAO - Rome (Italia) L intégration

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 521

TABLE DES MATIERES 521 TABLE DES MATIERES 521 Claude GAUTIER Sandra LAUGIER... Présentation...5 I - LES LIEUX DU SENS COMMUN...25 Vincent DESCOMBES... Réflexions sur la pluralité des sens communs...27 Comment définir le sens

Plus en détail

Les typologies d information que le moteur est en mesure de rechercher sont :

Les typologies d information que le moteur est en mesure de rechercher sont : AIDE SUR LA BIBLIOTHEQUE VIRTUELLE Le système de recherche de la bibliothèque virtuelle permet l accès rapide aux informations qui intéressent les étudiants et qui sont disponibles dans le cyberespace

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

Quels apprentissages info-documentaires au collège?

Quels apprentissages info-documentaires au collège? Quels apprentissages info-documentaires au collège? Quel cadre? Quels apprentissages associés? 1983 : Éducation aux médias (EAM) 1986 : Initiation à la recherche documentaire (IRD) 2003 : Information-Documentation

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu EVOLUTIONS EXOGENES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement

Plus en détail

ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8 ET 9)

ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8 ET 9) VERS UN CURRICULUM EN INFORMATION-DOCUMENTATION - CHAPITRE 10 ÉVALUATION : DES CONTENUS PEDAGOGIQUES AU TRONC COMMUN ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Modalités de contrôle des connaissances année universitaire 2015-2016

Modalités de contrôle des connaissances année universitaire 2015-2016 1 Modalités de contrôle des connaissances année universitaire 01-016 Master indifférencié, Recherche et professionnalisation Domaine : arts, lettres, langues Mention : Lettres Parcours 1 : Littératures

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04

Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04 Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04 Documents structurés Auteurs : Raphaël Fournier-S niehotta, Philippe Rigaux, Nicolas Travers prénom.nom@cnam.fr Département d informatique Conservatoire

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

La recherche documentaire Guide méthodologique

La recherche documentaire Guide méthodologique La recherche documentaire Guide méthodologique Page 1 Table des matières 1. Préparer sa recherche... 3 Définir le sujet... 3 Réunir l information de base... 3 Cerner le sujet... 3 Identifier des mots clés...

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME?

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? AUTEUR : HEFAIEDH MYRIAM DOSSIER TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX

AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX BACCALAUREAT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE - SESSION 2015 Epreuve facultative d ARTS cinéma-audiovisuel Nature

Plus en détail

1. Vue rapide des logiciels disponibles

1. Vue rapide des logiciels disponibles Voici une revue rapide des progiciels gratuits accessibles [FREE AND SHAREWARE] dans la section SUITES du site KDNUGGETS (http://www.kdnuggets.com/software/suites.html). L étude sera approfondie pour les

Plus en détail

Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 303

Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 303 Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 303 UN DISPOSITIF PÉDAGOGIQUE ET UN SYSTÈME HYPERTEXTE POUR L ENSEIGNEMENT DE LA MAÎTRISE ET DE LA PRODUCTION DE L INFORMATION SCIENTIFIQUE DANS UN CADRE

Plus en détail

Apprendre à apprendre avec les cartes heuristiques

Apprendre à apprendre avec les cartes heuristiques Apprendre à apprendre avec les cartes heuristiques Sommaire Définition Origine Méthode générique Résultat Principe Comparaison Usages Supports Cartes heuristiques et TIC Cartes heuristiques et éducation

Plus en détail

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Évolution des SGBDs par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Evolution des SGBDs Pour toute remarque, question, commentaire

Plus en détail

Exercice 1a. Notez sur une feuille ce que vous attendez de la formation d aujourd hui

Exercice 1a. Notez sur une feuille ce que vous attendez de la formation d aujourd hui Exercice 1a Notez sur une feuille ce que vous attendez de la formation d aujourd hui Exercice introductif Présentez-vous à votre voisin qui prend des notes sous forme graphique Exercice introductif Construisez

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES. Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr

LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES. Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr 1 DEFINITION Le dossier documentaire réunit (en format papier comme en format électronique) un

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 APPLICATIONS... 27 APPLICATIONS... 34

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 APPLICATIONS... 27 APPLICATIONS... 34 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 L information et le système d information... 19 I. La place du système d information dans l organisation... 19 A. L organisation et ses composants... 19 B. L organisation

Plus en détail

Conception d une base de données

Conception d une base de données Conception d une base de données Cyril Gruau 13 novembre 2003 Résumé Ce support de cours regroupe quelques notions concernant le modèle entité-association, le schéma relationnel et la traduction de l un

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Déroulement de la journée

Déroulement de la journée Récit Interactif Déroulement de la journée Introduction historique- spécificités de récit interactif notion d hyperlien Organigramme d un conte Les livres-jeux Présentation de récits interactifs Outils

Plus en détail

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR.

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR. Le secteur du Théâtre Jeune Public a une cinquantaine d année d existence en Fédération Wallonie-Bruxelles. De nombreuses créations théâtrales qui en sont issues, ont connu non seulement un grand succès

Plus en détail

Constituer et organiser les collections documentaires. Marchés et consultations

Constituer et organiser les collections documentaires. Marchés et consultations Constituer et organiser les collections documentaires Marchés et consultations Règles en vigueur de janvier 2014 à décembre 2015 Il n y a pas de procédure imposée en-deçà de 15 000 H.T. = 18 000 TTC Seuil

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

Gestion de contenu et gestion documentaire, quelles relations?

Gestion de contenu et gestion documentaire, quelles relations? Gestion de contenu et gestion documentaire, quelles relations? Dominique Cotte Journée des professionnels de l IST Nancy 21 Juin 2005 Quelle attitude vis-à-vis des nouveaux concepts? Avalanche de concepts

Plus en détail

Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements piétons

Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements piétons Office fédéral des routes OFROU GeoplanTeam SA dipl. Ing. ETH/SIA Hutzli+Kluser Mensurations Géoinformatique Technique environnementale Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements

Plus en détail

Du monde réel à SQL la modélisation des données

Du monde réel à SQL la modélisation des données ANF «Comment concevoir une base de données en archéométrie» Réseau CAI-RN & rbdd - 05/06/2014 au 06/06/2014 Du monde réel à SQL la modélisation des données Marie-Claude Quidoz (CEFE/CNRS) Ce document est

Plus en détail

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 titre trop long FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 Niveau et thème de programme Terminale L, «Lire-écrire-publier»

Plus en détail

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

Indexation & Recherche documentaire. Véronique Heinis Professeur documentaliste Académie de Nice

Indexation & Recherche documentaire. Véronique Heinis Professeur documentaliste Académie de Nice Indexation & Recherche documentaire Véronique Heinis Professeur documentaliste Académie de Nice Le professeur documentaliste Le travail du documentaliste Alimente la base de données du logiciel documentaire

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

CONDUIRE UN PROJET MULTIMEDIA

CONDUIRE UN PROJET MULTIMEDIA Table ronde «Enseigner, nouvelles compétences» Intervention Catherine Claus-Demangeon Chef de projets multimédias Vidéoscop-Université Nancy 2 Catherine.Claus-Demangeon@univ-nancy2.fr Vendredi 30 novembre

Plus en détail

Comment formaliser un brief créatif?

Comment formaliser un brief créatif? soudre dans un même geste : ils élaborent des pistes créatives à partir d une stratégie formalisée en amont. 2. Plus le brief contient d informations pertinentes et de ressources de travail et mieux les

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

PROGICIEL INTÉGRÉ DE BIBLIOTHÉCONOMIE

PROGICIEL INTÉGRÉ DE BIBLIOTHÉCONOMIE Edition de Logiciels Professionnels PROGICIEL INTÉGRÉ DE BIBLIOTHÉCONOMIE Gestion d un catalogue centralisé Gestion des prêts et des réservations Gestion des abonnements Bulletinage et listes de diffusion

Plus en détail

Académie de Dijon LETTRES TICE

Académie de Dijon LETTRES TICE Académie de Dijon LETTRES TICE http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Auteur : Isabelle FARIZON Isabelle.Farizon@ac-dijon.fr FICHE PROPOSEE DANS LE CADRE DES TRAAM 2010-2011 La lecture et

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

Master Information communication

Master Information communication Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Information communication Université Bordeaux Montaigne Vague A 2016-2020 Campagne d évaluation 2014-2015 Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

Disciplines "non" linguistiques? La question de la langue dans l'enseignement des disciplines

Disciplines non linguistiques? La question de la langue dans l'enseignement des disciplines Disciplines "non" linguistiques? La question de la langue dans l'enseignement des disciplines Catherine Carras Université Stendhal Grenoble 3 Enseigner le français dans les sections bilingues : spécificités

Plus en détail

SCI6052 Information documentaire numérique. Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires

SCI6052 Information documentaire numérique. Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires École de bibliothéconomie et des sciences de l information SCI6052 Information documentaire numérique Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires

Plus en détail

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre?

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? 1- Pensées et aphorismes 2- Les réseaux neuronaux en Intelligence Artificielle 3- Parallèles avec les apprentissages humains 4- Qu est-ce qu une situation

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

PROGRÈS DE LA COLLECTE DES DONNÉES AUPRÈS DES ENTREPRISES

PROGRÈS DE LA COLLECTE DES DONNÉES AUPRÈS DES ENTREPRISES Recueil du Symposium 2005 de Statistique Canada Défis méthodologiques reliés aux besoins futurs d information PROGRÈS DE LA COLLECTE DES DONNÉES AUPRÈS DES ENTREPRISES Lucie Vinette Statistique Canada

Plus en détail

Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault. 22 juillet 2015

Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault. 22 juillet 2015 Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault 22 juillet 2015 1 1 Caractéristiques de l instrument de recherche 1.1 Structure de l archive numérique L archive

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr TITRE DE LA FICHE ithoughts HD DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Novembre 2014 MOTS -CLES (CHAMPS

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE

MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE Domaine ministériel : Arts, Ltres, Langues Présentation Présentation Dès la rentrée d octobre

Plus en détail

Évaluation de la plate-forme de stockage multiprotocole Celerra NS20 EMC

Évaluation de la plate-forme de stockage multiprotocole Celerra NS20 EMC Évaluation de la plate-forme de stockage multiprotocole Celerra NS20 EMC Rapport rédigé à la demande d EMC Corporation Introduction EMC Corporation a chargé Demartek d effectuer une évaluation sous la

Plus en détail

Utilisation de documents audiovisuels dans la formation continue des enseignant-e-s à Genève

Utilisation de documents audiovisuels dans la formation continue des enseignant-e-s à Genève COLLOQUE MEMORIAV 2009 Utilisation de documents audiovisuels dans la formation continue des enseignant-e-s à Genève Jean-Claude Domenjoz Formation aux MITIC* à Genève formation initiale IFMES de 1999 à

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

Formation Symantec Veritas Cluster Server 6.x pour Unix

Formation Symantec Veritas Cluster Server 6.x pour Unix La Pédagogie au service de la Technologie TECHNOLOGIE Formation Symantec Veritas Cluster Server 6.x pour Unix Objectif >> A la fin de ce cours, les stagiaires seront à même d effectuer les tâches suivantes

Plus en détail

Module de formation. Présentation de la classification du vivant. Cycle 3. à destination des équipes de circonscription. Enseignement des sciences

Module de formation. Présentation de la classification du vivant. Cycle 3. à destination des équipes de circonscription. Enseignement des sciences Module de formation à destination des équipes de circonscription Présentation de la classification du vivant Enseignement des sciences et de la technologie à l école primaire Cycle 3 MENJVA / DGESCO -

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail