Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre."

Transcription

1 Le topos : un hypertexte, un système de gestion de bases de données relationnel ou un objet singulier? Extrait du mémoire de master Heuristique du Récit Variable et du Topos Université Paris Carole Lipsyc Une heuristique implique une découverte. Affirmer qu il existe une «heuristique du topos et du récit variable» signifie par conséquent que ces deux objets documentaires sont si ce n est nouveaux du moins singuliers. Le topos et le récit variable sontils différents de l objet documentaire de référence : l hypertexte? Et si oui, de quelle manière? La comparaison ne doit d ailleurs pas se limiter à l hypertexte car un topos, fonctionnant avec une base de données et avec des liens, doit également être confronté aux Systèmes de Gestions de Bases de Données Relationnels (SGBDR). Pour mener cette comparaison, nous nous appuierons, d une part, sur les différents éléments constitutifs du topos et du récit variable que nous avons pu définir et, d autre part, sur les éléments constitutifs de l hypertexte et des bases de données gérées par système relationnel (BDR). Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre. En effet, comme le souligne Jean Clément, l hypertexte, «néologisme forgé par Nelson», «souffre aujourd hui d une trop grande polysémie»1 : document électronique interactif composé de «blocs» et de «liens», structure réticulaire exportable sur d autres supports, information globale et universelle réunissant toutes les connaissances dans un docuverse, «hypertexte neuronal» de notre esprit, ou «hypertexte énergétique d inscription sur la matière»2, etc. L hypertexte a littéralement dilaté la notion de «texte» jusqu à l hyper, jusqu à l excès, occasionnant une déformation qui surpasse même celle du texte considéré comme un «tissu polysémiotique», une déformation tautologique. Retour en force du mythe unificateur où, non seulement tous les signes et tous les régimes sémiotiques fusionnent dans le codage numérique, mais où chaque grain de réel et de matière devient information pour se fondre dans l unicité d une hypertextualité noosphérique. L hypertexte remplace l omniscience et le réseau hypertextuel remplace la communion. Nous faisons ainsi face à un horizon totalisant dans lequel il est impossible et inutile de mener une comparaison : «l hypertexte au sens large» avale tout type de savoir et de document, et en premier lieu les documents régis par une structure réticulaire, comme le topos. 1 CLEMENT Jean, (1995). Du texte à l'hypertexte : vers une épistémologie de la discursivité hypertextuelle. In Hypertextes et hypermédia : Réalisations, Outils, Méthodes. Paris : Hermès. Disponible sur : 2 BALTZ Claude (2003). In-Formation. Hypertextes et hypermédias. Créer du sens à l ère numérique. H 2 PTM 03. Sous la coordination de J-P. Balpe, I. Saleh, D. Lepage, F. Papy. p Paris : Lavoisier

2 Il est donc nécessaire pour mener à bien notre tentative de comparaison entre l hypertexte (HT), le topos (θ) et les bases de données gérées par système relationnel (BDR) de circonscrire la vision de l hypertexte au champ de la gestion du contenu. Nous partirons donc des trois définitions suivantes : TOPOS : un ensemble d éléments (les tesselles), formant un concept unifié d idées et de données, géré par informatique, circonscrit par son argument, structuré et modélisé à priori, possédant une architecture multi-réticulaire, apte à l actualisation variable, interactive ou ergodique, multi-supports. HYPERTEXTE : un ensemble non structuré à priori d éléments (les nœuds), reliés les aux autres, formant un concept unifié d idées et de données, géré par informatique, en vue d une actualisation sur un écran. 3 BDR : un ensemble de données, géré par informatique, modélisé et structuré à priori pour produire de l information et pour éliminer les redondances par mise en relation des tables. En réunissant les différentes caractéristiques relatives à ces trois systèmes, nous pouvons aboutir aux tableaux comparatifs suivants : COMMUN AUX TROIS OBJETS INFORMATIONNELS Dispositif informatique (1) interactif (2) de X X X stockage (3), de gestion (4) et d accès (5) à l information non linéaire (6) et discontinue (7) en vue d actualisations variables (8) Technologie intellectuelle (9) X X X Intègre le discours réflexif (10) X X X Le «document construit» n existe pas en tant que tel avant l actualisation/réalisation 4 (11) X X X 3 D après J. Clément (1995) et T.H. Nelson cité dans l article. Cette définition affine celle donnée dans l introduction de la deuxième partie (II.2, «La notion de modèle»). Elle élargit l hypertexte du web à l électronique en général, le précise comme concept unifié et introduit le principe métonymique. 4 Cf. une première approche de la virtualité définie en II.5 en opposition aux documents arborescents.

3 COMMUN TOPOS /HYPERTEXTE Constitue un métadocument, une entité conceptuelle (1) X X Facultatif-non structurel Génération d un espace (2) en reconfiguration X X Non par l action de l usager (3) Technologie énonciative (4) X X Non Instrument de complexification : croissance X X Non par liaisons (5) Instrument de simplification intuitive : X X Non mouvement et sérendipité (6) Réseaux sémantiques souterrains (7) X X Non S actualise en nœuds (8) X X Non Technologie énonciative = technologie dont l objectif est la production d une énonciation quel que soit le régime sémiotique (texte, discours, multimédia, audiovisuel etc.) COMMUN TOPOS/BDR Instrument de facilitation d extraction de X Non X l information (1) Structuration préalable (2) X Non X Procédures de structuration à partir des X Non X applications (3)et des usages (4) Modélisation préalable (5) X Non X Procédure de modélisation à partir des X Non X attributs (6) et des catégories (7) Structuration = définition des attributs Modélisation = définition des structures, relations et fonctions en vue de la constitution et de l évolution de l information TOPOS SEULEMENT Maillage structurel (1) X Non Non Actualisations multi-supports (2) X Facultatif Facultatif Procédure de structuration à partir d un X Non Non argument (3) et de dispositios (4) Procédure de modélisation à partir d un X Non Non argument (5), de dispositios (6), d un maillage structurel (7), de réseaux sémantiques souterrains (8) Multi-réticulaire (9) X Facultatif Non Formalisation (10) X Non Non Croît et se réalise en rézodunes (11) X Non Non Formalisation = recherche d invariants permettant l expansion

4 HYPERTEXTE SEULEMENT Hyperliens avec ancre : métonymie (1) Facultatif X Facultatif Tient par ses Nœuds (2) Non X Non BDR SEULEMENT Instrument de formatage des données (1) Non : une Non X donnée appartient ou n appartient pas au θ Procédure de structuration à partir d une hiérarchisation et de mots-clés (2) Non Non X 41 caractéristiques ont donc été définies au total parmi lesquelles : - 11 sont communes aux trois objets, - 8 sont communes seulement au topos et à l Hypertexte, - 7 sont communes seulement au topos et aux BDR, - aucune ne sont uniquement communes à l Hypertexte et aux BDR, - 11 sont exclusives du topos, - 2 sont exclusives de l Hypertexte, - 2 sont exclusives des BDR. Toutefois, il importe de souligner que le nombre ne fait pas la qualité : toutes les caractéristiques ne possèdent pas la même capacité différentielle. Il est surtout intéressant de noter les traits véritablement distinctifs : l hypertexte semble se distinguer par son absence de structuration et de modélisation à priori et par sa constitution métonymique en nœuds et ancres ; les bases de données gérées par système relationnel présentent la particularité d avoir pour objectif unique la facilitation et la simplification de l accès à l information. Elles cherchent donc à hiérarchiser, uniformiser et catégoriser par mots-clés. Elles ne constituent pas une technologie énonciative ; le topos se singularise par son maillage structurel, sa vocation à s actualiser sur tous les supports, son architecture résolument multiréticulaire et ses modes non hiérarchique ni formateurs de modélisation et de structuration.

5 Ces différences se répercutent dans les processus de virtualisation de chacun de ces trois objets. Nous avons vu, en effet, que le topos possédait trois faces : le document virtuel, le document actuel et le document réel. Qu en est-il de l hypertexte des bases de données gérées par système relationnel? Suivent-ils le même déploiement tripartite? Ou bien faut-il imputer cette modalité de réalisation du virtuel aux caractéristiques qui singularisent le topos? Pour nous aider dans notre réflexion, nous pourrions assimiler le processus d actualisation/réalisation d un document virtuel, au processus qui transforme une donnée brute en information. Nous pourrions en déduire les équivalences suivantes : Document virtuel = matière documentaire brute + puissance de production d information due au traitement assigné à la matière documentaire Document actuel = matière documentaire sélectionnée et mise en forme en attente d interprétation informationnelle Document réel = information produite par interprétation Document virtuel Matière brute traitée et structurée pour des requêtes Document actuel Niveau 1 de requête extraction en dispositio Topos Oui Oui préparation par dispositios Hypertexte Non : pas de matière Oui l hypertexte est une brute structurée au dispositio préalable BDR Oui Non : les BDR ont pour objectif de simplifier et de faciliter la production de l information, pas de la soumettre à interprétation Document réel Niveau 2 de requête production de l information par interactivité Réalisation par le choix de l usager Oui Oui

6 L hypertexte opère un glissement de la virtualité d une position. Il provoque la fusion du virtuel et de l actuel. Les bases de données gérées par système relationnel opèrent un glissement de l actualisation d une position. Elles provoquent la fusion de l actuel et du réel. Seul le topos déploie la réalisation du virtuel en trois moments. Modalités de virtualité différentes qui redéfinissent la problématique soulevée par Jean Clément dans son article sur Fiction interactive et modernité : «Le fait d envisager l œuvre littéraire dans une perspective topologique pose la question de son existence même : ou bien il (le texte) n existe pleinement en tant que texte que lorsqu il est actualisé par le parcours particulier qu en fait un lecteur donné, à un moment donné, ou bien il faut considérer qu il peut exister aussi sur un mode virtuel et qu il se définit par la somme de ses lectures potentielles». Affirmation qui s applique à la virtualité de l hypertexte. Mais, ramenée à la virtualité du topos, il faudrait la transformer de la façon suivante : «Le fait d envisager l œuvre littéraire dans une perspective topologique pose la question de son existence même : ou bien il (le texte) n existe pleinement en tant que texte que lorsqu il est réalisé par le parcours particulier qu en fait un lecteur donné, à un moment donné, ou bien il existe en tant que dispositio ergodique et interactive actualisée par un éditeur, ou bien il faut considérer qu il peut exister aussi sur un mode virtuel et qu il se définit par la somme de ses dispositios potentielles et de ses lectures potentielles». En revanche, cette affirmation ne peut pas être déclinée pour les bases de données gérées par système relationnel car, nous l avons vu, ces dernières ne s inscrivent pas dans une perspective topologique : l usager n y circule pas au travers de liens et n y circulant pas, il ne génère pas d espace. Les modalités virtuelles de chacun de ces trois objets informationnelles dépendent donc de leurs caractéristiques singulière, caractéristiques elles-mêmes liées à leurs objectifs. En effet, une base de données gérée par système relationnel est généralement résolument orientée action, communication ou management. Elle est tournée vers l efficacité et la simplification. L hypertexte, lui, a pour objectif de mettre en relation l information, de lui permettre de s étendre dans sa nature associative et globale. Quant au topos, il a été créé pour palier l extrême simplification orientée usage d une part, et à l uniformisation orientée processus d autre part. En effet, il faudrait ajouter trois points cruciaux au cahier des charges qui a généré le topos. Trois points qui ne sont pas issus des ur-texts mais de lectures sur l hypertexte :

7 «Il n y a pas, il n a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit. Le récit est pour nous ce qui dénoue la complexité du monde et la remet en ordre.» Clément (2000) «Il n est pas certain que l hypertexte littéraire, genre à peine émergeant, ne s y dissolve pas au profit d une fiction hypermédia en gestation et qui pourrait bien figurer le nouveau paradigme de l œuvre totale dont nombre d écrivains n on cessé de rêver.» Clément (1994) «l hypertexte, en effet, est d abord apparu comme une tentative de déconstruction du texte.» Clément (La question du lien) Ces trois points mettaient en exergue les points faibles de l hypertexte littéraire et ouvraient des perspectives de création. Le récit variable a été conçu pour pallier à ces trois points : pour réintroduire le récit au travers de l argument, pour offrir au texte une solution informatique qui le préserve et le mette en valeur, pour préserver le texte dans de nouvelles structures et non pas pour le déconstruire. L heuristique du récit variable et du topos a donc veillé dès sa genèse à singulariser fondamentalement le topos de l hypertexte. Cette heuristique est loin d être achevée puisqu il s agit désormais, comme nous avons pu le voir au travers de ce mémoire : de puiser dans les sources classiques de la rhétorique et des arts de la mémoire, des structures invariantes qui permettront de créer des bibliothèques d attributs et de dispositios ; d affiner la définition des situations en œuvre dans la création de topos pour améliorer l instrument topos et la méthodologie de construction des topoï ; d explorer les problématiques philosophique de la génération de l espace par le parcours de l usager, d une part, et des processus d actualisation/réalisation d autre part ; de pousser plus en avant les questions épistémologiques et éthiques (voir métaphysiques) liées à la définition du texte, de l hypertexte et du topos : matérialité/immatérialité ; configuration hypertextualisante du savoir humain horizontal (à une époque donnée) et vertical (au travers de l histoire). Ces horizons de travail et de recherche viendront sans nul doute stimuler l écriture littéraire, la création d événements et le développement informatique. Une méthodologie de recherche qui continuera de s appuyer sur la création artistique, et une création artistique qui ne pourra se développer qu en parallèle à la recherche : heurisitique créative ou création heuristique. Les deux propositions se complètent dans la poursuite d un même et unique but : écrire. Ecrire des textes.

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView

Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView Alexis Bensch, FAO - Alicante (España) Denis Berthier, FAO - Rome (Italia) L intégration

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Quels apprentissages info-documentaires au collège?

Quels apprentissages info-documentaires au collège? Quels apprentissages info-documentaires au collège? Quel cadre? Quels apprentissages associés? 1983 : Éducation aux médias (EAM) 1986 : Initiation à la recherche documentaire (IRD) 2003 : Information-Documentation

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER E-Guide FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER Search Networking.de FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER En favorisant

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 521

TABLE DES MATIERES 521 TABLE DES MATIERES 521 Claude GAUTIER Sandra LAUGIER... Présentation...5 I - LES LIEUX DU SENS COMMUN...25 Vincent DESCOMBES... Réflexions sur la pluralité des sens communs...27 Comment définir le sens

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES. Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr

LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES. Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr 1 DEFINITION Le dossier documentaire réunit (en format papier comme en format électronique) un

Plus en détail

Apprendre à apprendre avec les cartes heuristiques

Apprendre à apprendre avec les cartes heuristiques Apprendre à apprendre avec les cartes heuristiques Sommaire Définition Origine Méthode générique Résultat Principe Comparaison Usages Supports Cartes heuristiques et TIC Cartes heuristiques et éducation

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Évolution des SGBDs par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Evolution des SGBDs Pour toute remarque, question, commentaire

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre?

LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? LES APPRENTISSAGES DES ELEVES Qu est-ce qu apprendre? 1- Pensées et aphorismes 2- Les réseaux neuronaux en Intelligence Artificielle 3- Parallèles avec les apprentissages humains 4- Qu est-ce qu une situation

Plus en détail

Les bases de données Page 1 / 8

Les bases de données Page 1 / 8 Les bases de données Page 1 / 8 Sommaire 1 Définitions... 1 2 Historique... 2 2.1 L'organisation en fichier... 2 2.2 L'apparition des SGBD... 2 2.3 Les SGBD relationnels... 3 2.4 Les bases de données objet...

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

NF26 Data warehouse et Outils Décisionnels Printemps 2010

NF26 Data warehouse et Outils Décisionnels Printemps 2010 NF26 Data warehouse et Outils Décisionnels Printemps 2010 Rapport Modélisation Datamart VU Xuan Truong LAURENS Francis Analyse des données Avant de proposer un modèle dimensionnel, une analyse exhaustive

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Mai 2004 Collection Guides de gestion

Mai 2004 Collection Guides de gestion Guide des logiciels de suivi du temps Mai 2004 Collection Guides de gestion Guide du directeur pour le suivi du temps Pour toute entreprise désireuse de s outiller adéquatement pour automatiser et rationaliser

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES LICENCE: LANGUES, CULTURES ET SOCIETES DU MONDE SPECIALITE : COMMUNICATION INTERCULTURELLE ET LANGUES DU MONDE (CILM) Responsable de la spécialité

Plus en détail

CloudBees AnyCloud : Valeur, Architecture et Technologie cloud pour l entreprise

CloudBees AnyCloud : Valeur, Architecture et Technologie cloud pour l entreprise CloudBees AnyCloud : Valeur, Architecture et Technologie cloud pour l entreprise Alors que les plates-formes PaaS (Platform as a Service) commencent à s imposer comme le modèle privilégié auprès des entreprises

Plus en détail

Description et regroupement de ressources pour les réseaux virtuels

Description et regroupement de ressources pour les réseaux virtuels École nationale d ingénieurs de Sfax Description et regroupement de ressources pour les réseaux virtuels Houssem Medhioub M. Mohamed Jmaiel Président M. Slim Kanoun Membre M. Maher Ben Jemaa Encadreur

Plus en détail

140. Modélisation des données Historisation

140. Modélisation des données Historisation Modélisation de logiciels de gestion 140. Modélisation des données Historisation 1 Préambule Dans les chapitres précédents, nous avons appris à concevoir des modèles de données relativement élaborés en

Plus en détail

THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD

THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD Pierre-Jean DOUSSET (France), Benoît ALBAREIL (France) pj@miningdb.com, benoit@miningdb.com Mots clefs : Fouille d information, base de données, système

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte 1Les bases : vos objectifs 2 Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 6- Bases de données réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Bases de Données Réparties Définition Conception Décomposition Fragmentation horizontale et

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne Présentation du produit SAP s SAP pour les PME SAP BusinessObjects Business Intelligence, édition Edge Objectifs En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Simplifier l intégration des systèmes RH et garantir une version unique des données de l employé. D

Simplifier l intégration des systèmes RH et garantir une version unique des données de l employé. D Simplifier l intégration des systèmes RH et garantir une version unique des données de l employé. D ésormais, les entreprises utilisent des solutions variées pour gérer les multiples aspects des ressources

Plus en détail

Consignes pour la remise des données RESEAU

Consignes pour la remise des données RESEAU Consignes pour la remise des données RESEAU Le système RESEAU permet principalement de transférer et de regrouper des géodonnées provenant de différentes bases de données des services des eaux (= fichier

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

Calendrier des Formations

Calendrier des Formations Systèmes et Réseaux IPV6 980,00 HT Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Juin Jui. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Comprendre IPV6 et explorer les méthodes pour migrer 14-15 23-24 1-2 26-27 Configuration et Maintenance des

Plus en détail

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus Ecrire pour le web Un texte web de lecture aisée pour l internaute, l est aussi pour les moteurs de recherche ; l écriture peut ainsi être mise au service du référencement naturel. De façon complémentaire,

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur et raster» Du 2D au 3D

DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur et raster» Du 2D au 3D HOPITECH - georges.khairallah@aiga.eu - g.khairallah@rennes.archi.fr 8 Octobre 2009 DAO - Dessin Assisté par Ordinateur «horizontal» CAO - Conception Assistée par Ordinateur «vertical» Dessin & Image «vecteur

Plus en détail

A. Partitionnement, systèmes de fichiers et RAID :

A. Partitionnement, systèmes de fichiers et RAID : Introduction : Ce cours a pour but d expliquer les différentes étapes de la gestion des disques sous Windows 7 Client. Afin d être le plus exhaustif possible, nous avons décidé de commencer par aborder

Plus en détail

UE Informatique Conception et Exploitation de Bases de Données

UE Informatique Conception et Exploitation de Bases de Données PeiP 1 ère année UE Informatique Conception et Exploitation de Bases de Données Session 2 : Généralités BD & MCD (Conception) 1. Retour sur MCD 3/28 Exemple d ambiguïté 1/4 Modéliser les informations suivantes

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES BASE DE DONNEES La plupart des entreprises possèdent des bases de données informatiques contenant des informations essentielles à leur fonctionnement. Ces informations concernent ses clients, ses produits,

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

SQL Server 2012 et SQL Server 2014

SQL Server 2012 et SQL Server 2014 SQL Server 2012 et SQL Server 2014 Principales fonctions SQL Server 2012 est le système de gestion de base de données de Microsoft. Il intègre un moteur relationnel, un outil d extraction et de transformation

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements piétons

Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements piétons Office fédéral des routes OFROU GeoplanTeam SA dipl. Ing. ETH/SIA Hutzli+Kluser Mensurations Géoinformatique Technique environnementale Modèle de données pour la planification des réseaux de cheminements

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Présentation Cette bi-licence combine les exigences et les objectifs des deux licences disciplinaires :

Présentation Cette bi-licence combine les exigences et les objectifs des deux licences disciplinaires : BI-LICENCE LETTRES EDITION MÉDIAS AUDIOVISUEL - LLCER ESPAGNOL RÉSUMÉ DE LA FORMATION Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LETTRES Et Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : Langues, littératures

Plus en détail

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Juin 2005 Collège de Bois-de-Boulogne, 2005. TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE...1 1) DÉFINIR SON BESOIN D INFORMATION...2 2) FORMULER SON SUJET ET DÉTERMINER LES CONCEPTS...2

Plus en détail

European Assistant Assistant de Manager

European Assistant Assistant de Manager European Assistant Assistant de Manager REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n'engage que son auteur et la Commission

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide

Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide Big Data : une complexité réduite pour un retour sur investissement plus rapide Copyright 2013 Pentaho Corporation. Redistribution autorisée. Toutes les marques commerciales sont déposées par leur propriétaire

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Une génération internet parmi les seniors?

Une génération internet parmi les seniors? Note d éducation permanente de la Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 1, mars 2012 www.ftu.be/ep Une génération internet parmi les seniors? Les TIC, entre inégalités et opportunités Internet n est

Plus en détail

Mise à disposition d une plateforme de veille et d analyse sur le Web et les réseaux sociaux

Mise à disposition d une plateforme de veille et d analyse sur le Web et les réseaux sociaux Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat Général Délégation à l Information à la Communication (DICOM) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne publique contractante Ministère

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE Maître d'ouvrage : COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE - URBANISME - FOURNITURE ET DEPLOIEMENT D UN LOGICIEL D INSTRUCTION DES DOCUMENTS D URBANISME CAHIER DES CLAUSES techniques OCTOBRE 2012

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Séminaire «Maîtrise de l information scientifique» Exploitation de l information : optimiser sa gestion documentaire

Séminaire «Maîtrise de l information scientifique» Exploitation de l information : optimiser sa gestion documentaire Séminaire «Maîtrise de l information scientifique» Exploitation de l information : optimiser sa gestion documentaire Dernière mise à jour : 01/09/2013 - Auteur : Frédérique Flamerie Programme Exploitation

Plus en détail

CESI Bases de données

CESI Bases de données CESI Bases de données Introduction septembre 2006 Bertrand LIAUDET EPF - BASE DE DONNÉES - septembre 2005 - page 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Objectifs généraux L objectif de ce document est de faire comprendre

Plus en détail

Gestion des sauvegardes

Gestion des sauvegardes Gestion des sauvegardes Penser qu un système nouvellement mis en place ou qui tourne depuis longtemps ne nécessite aucune attention est illusoire. En effet, nul ne peut se prémunir d événements inattendus

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

L élan créateur. Week-end atelier. entraîné par Bernard Leblanc-Halmos

L élan créateur. Week-end atelier. entraîné par Bernard Leblanc-Halmos L élan créateur Week-end atelier entraîné par Bernard Leblanc-Halmos L É c o l e d u G é n i e M u t u e l e n a c c o m p a g n o n n a g e F o n d a t e u r : B e r n a r d L e b l a n c - H a l m o

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Les Entrepôts de Données

Les Entrepôts de Données Les Entrepôts de Données Grégory Bonnet Abdel-Illah Mouaddib GREYC Dépt Dépt informatique :: GREYC Dépt Dépt informatique :: Cours Cours SIR SIR Systèmes d information décisionnels Nouvelles générations

Plus en détail

L unique SAN industriel proposant un stockage multiniveau automatisé (Automated Tiered Storage)

L unique SAN industriel proposant un stockage multiniveau automatisé (Automated Tiered Storage) Storage Center Baie de stockage STORAGE CENTER Transcende les limites des systèmes de stockage classiques Les fournisseurs de stockage actuels promettent de réduire le temps et les sommes d argent que

Plus en détail

I) - DEFINITIONS I-A) TERMINOLOGIE

I) - DEFINITIONS I-A) TERMINOLOGIE Venise CANABADY Lycée Amiral Bouvet St Benoît PARTIE I - DEFINITIONS PARTIE II - LES GRANDES FONCTIONNALITES DE LA GED PARTIE III - GED : INDEXATION ET OUTILS PARTIE IV- LA GESTION ÉLECTRONIQUE DES DOCUMENTS

Plus en détail

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 La publication du CECEI-Banque de France 2 à partir du FIB, recense pour les deux régions 7 265 guichets permanents contre 6 657 agences pour la base du laboratoire C.R.E.T.E.I.L

Plus en détail

Guide de référence pour l achat de Business Analytics

Guide de référence pour l achat de Business Analytics Guide de référence pour l achat de Business Analytics Comment évaluer une solution de décisionnel pour votre petite ou moyenne entreprise : Quelles sont les questions à se poser et que faut-il rechercher?

Plus en détail

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service 10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2 Faire plus avec moins. C est l obsession depuis plusieurs années de tous les administrateurs de serveurs mais cette quête prend encore

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

IdProgress SARL. Planiféo, Logiciels de gestion pour les professionnels du tourisme: Agences de voyages Tours opérators Réceptifs

IdProgress SARL. Planiféo, Logiciels de gestion pour les professionnels du tourisme: Agences de voyages Tours opérators Réceptifs IdProgress SARL Planiféo, Logiciels de gestion pour les professionnels du tourisme: Agences de voyages Tours opérators Réceptifs 1 PRESENTATION 3-4 Sommaire LES FONCTIONNALITES L accès au site Planiféo.

Plus en détail