Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre."

Transcription

1 Le topos : un hypertexte, un système de gestion de bases de données relationnel ou un objet singulier? Extrait du mémoire de master Heuristique du Récit Variable et du Topos Université Paris Carole Lipsyc Une heuristique implique une découverte. Affirmer qu il existe une «heuristique du topos et du récit variable» signifie par conséquent que ces deux objets documentaires sont si ce n est nouveaux du moins singuliers. Le topos et le récit variable sontils différents de l objet documentaire de référence : l hypertexte? Et si oui, de quelle manière? La comparaison ne doit d ailleurs pas se limiter à l hypertexte car un topos, fonctionnant avec une base de données et avec des liens, doit également être confronté aux Systèmes de Gestions de Bases de Données Relationnels (SGBDR). Pour mener cette comparaison, nous nous appuierons, d une part, sur les différents éléments constitutifs du topos et du récit variable que nous avons pu définir et, d autre part, sur les éléments constitutifs de l hypertexte et des bases de données gérées par système relationnel (BDR). Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre. En effet, comme le souligne Jean Clément, l hypertexte, «néologisme forgé par Nelson», «souffre aujourd hui d une trop grande polysémie»1 : document électronique interactif composé de «blocs» et de «liens», structure réticulaire exportable sur d autres supports, information globale et universelle réunissant toutes les connaissances dans un docuverse, «hypertexte neuronal» de notre esprit, ou «hypertexte énergétique d inscription sur la matière»2, etc. L hypertexte a littéralement dilaté la notion de «texte» jusqu à l hyper, jusqu à l excès, occasionnant une déformation qui surpasse même celle du texte considéré comme un «tissu polysémiotique», une déformation tautologique. Retour en force du mythe unificateur où, non seulement tous les signes et tous les régimes sémiotiques fusionnent dans le codage numérique, mais où chaque grain de réel et de matière devient information pour se fondre dans l unicité d une hypertextualité noosphérique. L hypertexte remplace l omniscience et le réseau hypertextuel remplace la communion. Nous faisons ainsi face à un horizon totalisant dans lequel il est impossible et inutile de mener une comparaison : «l hypertexte au sens large» avale tout type de savoir et de document, et en premier lieu les documents régis par une structure réticulaire, comme le topos. 1 CLEMENT Jean, (1995). Du texte à l'hypertexte : vers une épistémologie de la discursivité hypertextuelle. In Hypertextes et hypermédia : Réalisations, Outils, Méthodes. Paris : Hermès. Disponible sur : 2 BALTZ Claude (2003). In-Formation. Hypertextes et hypermédias. Créer du sens à l ère numérique. H 2 PTM 03. Sous la coordination de J-P. Balpe, I. Saleh, D. Lepage, F. Papy. p Paris : Lavoisier

2 Il est donc nécessaire pour mener à bien notre tentative de comparaison entre l hypertexte (HT), le topos (θ) et les bases de données gérées par système relationnel (BDR) de circonscrire la vision de l hypertexte au champ de la gestion du contenu. Nous partirons donc des trois définitions suivantes : TOPOS : un ensemble d éléments (les tesselles), formant un concept unifié d idées et de données, géré par informatique, circonscrit par son argument, structuré et modélisé à priori, possédant une architecture multi-réticulaire, apte à l actualisation variable, interactive ou ergodique, multi-supports. HYPERTEXTE : un ensemble non structuré à priori d éléments (les nœuds), reliés les aux autres, formant un concept unifié d idées et de données, géré par informatique, en vue d une actualisation sur un écran. 3 BDR : un ensemble de données, géré par informatique, modélisé et structuré à priori pour produire de l information et pour éliminer les redondances par mise en relation des tables. En réunissant les différentes caractéristiques relatives à ces trois systèmes, nous pouvons aboutir aux tableaux comparatifs suivants : COMMUN AUX TROIS OBJETS INFORMATIONNELS Dispositif informatique (1) interactif (2) de X X X stockage (3), de gestion (4) et d accès (5) à l information non linéaire (6) et discontinue (7) en vue d actualisations variables (8) Technologie intellectuelle (9) X X X Intègre le discours réflexif (10) X X X Le «document construit» n existe pas en tant que tel avant l actualisation/réalisation 4 (11) X X X 3 D après J. Clément (1995) et T.H. Nelson cité dans l article. Cette définition affine celle donnée dans l introduction de la deuxième partie (II.2, «La notion de modèle»). Elle élargit l hypertexte du web à l électronique en général, le précise comme concept unifié et introduit le principe métonymique. 4 Cf. une première approche de la virtualité définie en II.5 en opposition aux documents arborescents.

3 COMMUN TOPOS /HYPERTEXTE Constitue un métadocument, une entité conceptuelle (1) X X Facultatif-non structurel Génération d un espace (2) en reconfiguration X X Non par l action de l usager (3) Technologie énonciative (4) X X Non Instrument de complexification : croissance X X Non par liaisons (5) Instrument de simplification intuitive : X X Non mouvement et sérendipité (6) Réseaux sémantiques souterrains (7) X X Non S actualise en nœuds (8) X X Non Technologie énonciative = technologie dont l objectif est la production d une énonciation quel que soit le régime sémiotique (texte, discours, multimédia, audiovisuel etc.) COMMUN TOPOS/BDR Instrument de facilitation d extraction de X Non X l information (1) Structuration préalable (2) X Non X Procédures de structuration à partir des X Non X applications (3)et des usages (4) Modélisation préalable (5) X Non X Procédure de modélisation à partir des X Non X attributs (6) et des catégories (7) Structuration = définition des attributs Modélisation = définition des structures, relations et fonctions en vue de la constitution et de l évolution de l information TOPOS SEULEMENT Maillage structurel (1) X Non Non Actualisations multi-supports (2) X Facultatif Facultatif Procédure de structuration à partir d un X Non Non argument (3) et de dispositios (4) Procédure de modélisation à partir d un X Non Non argument (5), de dispositios (6), d un maillage structurel (7), de réseaux sémantiques souterrains (8) Multi-réticulaire (9) X Facultatif Non Formalisation (10) X Non Non Croît et se réalise en rézodunes (11) X Non Non Formalisation = recherche d invariants permettant l expansion

4 HYPERTEXTE SEULEMENT Hyperliens avec ancre : métonymie (1) Facultatif X Facultatif Tient par ses Nœuds (2) Non X Non BDR SEULEMENT Instrument de formatage des données (1) Non : une Non X donnée appartient ou n appartient pas au θ Procédure de structuration à partir d une hiérarchisation et de mots-clés (2) Non Non X 41 caractéristiques ont donc été définies au total parmi lesquelles : - 11 sont communes aux trois objets, - 8 sont communes seulement au topos et à l Hypertexte, - 7 sont communes seulement au topos et aux BDR, - aucune ne sont uniquement communes à l Hypertexte et aux BDR, - 11 sont exclusives du topos, - 2 sont exclusives de l Hypertexte, - 2 sont exclusives des BDR. Toutefois, il importe de souligner que le nombre ne fait pas la qualité : toutes les caractéristiques ne possèdent pas la même capacité différentielle. Il est surtout intéressant de noter les traits véritablement distinctifs : l hypertexte semble se distinguer par son absence de structuration et de modélisation à priori et par sa constitution métonymique en nœuds et ancres ; les bases de données gérées par système relationnel présentent la particularité d avoir pour objectif unique la facilitation et la simplification de l accès à l information. Elles cherchent donc à hiérarchiser, uniformiser et catégoriser par mots-clés. Elles ne constituent pas une technologie énonciative ; le topos se singularise par son maillage structurel, sa vocation à s actualiser sur tous les supports, son architecture résolument multiréticulaire et ses modes non hiérarchique ni formateurs de modélisation et de structuration.

5 Ces différences se répercutent dans les processus de virtualisation de chacun de ces trois objets. Nous avons vu, en effet, que le topos possédait trois faces : le document virtuel, le document actuel et le document réel. Qu en est-il de l hypertexte des bases de données gérées par système relationnel? Suivent-ils le même déploiement tripartite? Ou bien faut-il imputer cette modalité de réalisation du virtuel aux caractéristiques qui singularisent le topos? Pour nous aider dans notre réflexion, nous pourrions assimiler le processus d actualisation/réalisation d un document virtuel, au processus qui transforme une donnée brute en information. Nous pourrions en déduire les équivalences suivantes : Document virtuel = matière documentaire brute + puissance de production d information due au traitement assigné à la matière documentaire Document actuel = matière documentaire sélectionnée et mise en forme en attente d interprétation informationnelle Document réel = information produite par interprétation Document virtuel Matière brute traitée et structurée pour des requêtes Document actuel Niveau 1 de requête extraction en dispositio Topos Oui Oui préparation par dispositios Hypertexte Non : pas de matière Oui l hypertexte est une brute structurée au dispositio préalable BDR Oui Non : les BDR ont pour objectif de simplifier et de faciliter la production de l information, pas de la soumettre à interprétation Document réel Niveau 2 de requête production de l information par interactivité Réalisation par le choix de l usager Oui Oui

6 L hypertexte opère un glissement de la virtualité d une position. Il provoque la fusion du virtuel et de l actuel. Les bases de données gérées par système relationnel opèrent un glissement de l actualisation d une position. Elles provoquent la fusion de l actuel et du réel. Seul le topos déploie la réalisation du virtuel en trois moments. Modalités de virtualité différentes qui redéfinissent la problématique soulevée par Jean Clément dans son article sur Fiction interactive et modernité : «Le fait d envisager l œuvre littéraire dans une perspective topologique pose la question de son existence même : ou bien il (le texte) n existe pleinement en tant que texte que lorsqu il est actualisé par le parcours particulier qu en fait un lecteur donné, à un moment donné, ou bien il faut considérer qu il peut exister aussi sur un mode virtuel et qu il se définit par la somme de ses lectures potentielles». Affirmation qui s applique à la virtualité de l hypertexte. Mais, ramenée à la virtualité du topos, il faudrait la transformer de la façon suivante : «Le fait d envisager l œuvre littéraire dans une perspective topologique pose la question de son existence même : ou bien il (le texte) n existe pleinement en tant que texte que lorsqu il est réalisé par le parcours particulier qu en fait un lecteur donné, à un moment donné, ou bien il existe en tant que dispositio ergodique et interactive actualisée par un éditeur, ou bien il faut considérer qu il peut exister aussi sur un mode virtuel et qu il se définit par la somme de ses dispositios potentielles et de ses lectures potentielles». En revanche, cette affirmation ne peut pas être déclinée pour les bases de données gérées par système relationnel car, nous l avons vu, ces dernières ne s inscrivent pas dans une perspective topologique : l usager n y circule pas au travers de liens et n y circulant pas, il ne génère pas d espace. Les modalités virtuelles de chacun de ces trois objets informationnelles dépendent donc de leurs caractéristiques singulière, caractéristiques elles-mêmes liées à leurs objectifs. En effet, une base de données gérée par système relationnel est généralement résolument orientée action, communication ou management. Elle est tournée vers l efficacité et la simplification. L hypertexte, lui, a pour objectif de mettre en relation l information, de lui permettre de s étendre dans sa nature associative et globale. Quant au topos, il a été créé pour palier l extrême simplification orientée usage d une part, et à l uniformisation orientée processus d autre part. En effet, il faudrait ajouter trois points cruciaux au cahier des charges qui a généré le topos. Trois points qui ne sont pas issus des ur-texts mais de lectures sur l hypertexte :

7 «Il n y a pas, il n a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit. Le récit est pour nous ce qui dénoue la complexité du monde et la remet en ordre.» Clément (2000) «Il n est pas certain que l hypertexte littéraire, genre à peine émergeant, ne s y dissolve pas au profit d une fiction hypermédia en gestation et qui pourrait bien figurer le nouveau paradigme de l œuvre totale dont nombre d écrivains n on cessé de rêver.» Clément (1994) «l hypertexte, en effet, est d abord apparu comme une tentative de déconstruction du texte.» Clément (La question du lien) Ces trois points mettaient en exergue les points faibles de l hypertexte littéraire et ouvraient des perspectives de création. Le récit variable a été conçu pour pallier à ces trois points : pour réintroduire le récit au travers de l argument, pour offrir au texte une solution informatique qui le préserve et le mette en valeur, pour préserver le texte dans de nouvelles structures et non pas pour le déconstruire. L heuristique du récit variable et du topos a donc veillé dès sa genèse à singulariser fondamentalement le topos de l hypertexte. Cette heuristique est loin d être achevée puisqu il s agit désormais, comme nous avons pu le voir au travers de ce mémoire : de puiser dans les sources classiques de la rhétorique et des arts de la mémoire, des structures invariantes qui permettront de créer des bibliothèques d attributs et de dispositios ; d affiner la définition des situations en œuvre dans la création de topos pour améliorer l instrument topos et la méthodologie de construction des topoï ; d explorer les problématiques philosophique de la génération de l espace par le parcours de l usager, d une part, et des processus d actualisation/réalisation d autre part ; de pousser plus en avant les questions épistémologiques et éthiques (voir métaphysiques) liées à la définition du texte, de l hypertexte et du topos : matérialité/immatérialité ; configuration hypertextualisante du savoir humain horizontal (à une époque donnée) et vertical (au travers de l histoire). Ces horizons de travail et de recherche viendront sans nul doute stimuler l écriture littéraire, la création d événements et le développement informatique. Une méthodologie de recherche qui continuera de s appuyer sur la création artistique, et une création artistique qui ne pourra se développer qu en parallèle à la recherche : heurisitique créative ou création heuristique. Les deux propositions se complètent dans la poursuite d un même et unique but : écrire. Ecrire des textes.

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE.

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1 Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. L ensemble des composantes du modèle M.A.Ï.HEU.T.I.C. sont des créations

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

«Scale-to-fit» Storage

«Scale-to-fit» Storage LIVRE BLANC «Scale-to-fit» Storage Faites évoluer votre stockage de façon totalement transparente grâce au «Scale-to-Fit» de Nimble Storage. Ce livre blanc explique comment les solutions Nimble Storage

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER E-Guide FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER Search Networking.de FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER En favorisant

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou Atelier : Concevoir un programme de préparation à l'insertion universitaire, Alain Koenig, directeur

Plus en détail

Réussir ses comptes rendus

Réussir ses comptes rendus Michelle Fayet Réussir ses comptes rendus Troisième édition, 1994, 2000, 2005. ISBN : 2-7081-3369-1 Introduction Mais enfin, qu est-ce qu un un compte rendu? Cette interrogation est celle de beaucoup de

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu EVOLUTIONS EXOGENES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement

Plus en détail

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia IX. Séminaire : la relation «Nous espérons que notre formule désintéressement plus admiration vous séduira» Marcel Broodthaers, Département des Aigles, lettre du

Plus en détail

Programmation orientée objet et technologies Web

Programmation orientée objet et technologies Web Programmation orientée objet et technologies Web LEA.3N, version 2012 Information : (514) 376-1620, poste 7388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Découverte de Règles Associatives Hiérarchiques entre termes. Sandra BSIRI Hamza Mahdi ZARG AYOUNA Chiraz L.Chérif Sadok BENYAHIA

Découverte de Règles Associatives Hiérarchiques entre termes. Sandra BSIRI Hamza Mahdi ZARG AYOUNA Chiraz L.Chérif Sadok BENYAHIA Découverte de Règles Associatives Hiérarchiques entre termes Sandra BSIRI Hamza Mahdi ZARG AYOUNA Chiraz L.Chérif Sadok BENYAHIA 1 Plan Problématique et État de l art Nouvelle approche Approche Conceptuelle

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Dossier Spécial DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UNE BUSINESS INTELLIGENCE AGILE

Dossier Spécial DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UNE BUSINESS INTELLIGENCE AGILE Dossier Spécial DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UNE BUSINESS INTELLIGENCE AGILE L es utilisateurs du décisionnel réclament plus de souplesse. Les approches mixtes, classiques et liées aux Big Data, répondent

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs Dix années d expérience en formation de chef de projet multimédia

Plus en détail

La mobilité des étudiants, gage d une ouverture à l international :

La mobilité des étudiants, gage d une ouverture à l international : Objectif de la formation : L INPT offre une formation de haut niveau qui a pour objectif le développement des compétences en télécommunications et technologies de l information et des capacités d adaptation,

Plus en détail

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Présentation

Plus en détail

Master européen en traduction spécialisée. Syllabus - USAL

Master européen en traduction spécialisée. Syllabus - USAL Master européen en traduction spécialisée Syllabus - USAL L Université de Salamanque propose une spécialisation en Traduction éditoriale et technique au cours du premier semestre TRADUCTION EDITORIALE

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales

Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger. par Amina GACEM. Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Évolution des SGBDs par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Evolution des SGBDs Pour toute remarque, question, commentaire

Plus en détail

ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8 ET 9)

ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8 ET 9) VERS UN CURRICULUM EN INFORMATION-DOCUMENTATION - CHAPITRE 10 ÉVALUATION : DES CONTENUS PEDAGOGIQUES AU TRONC COMMUN ANNEXE SAVOIRS ATTENDUS POUR CHAQUE NIVEAU (D'APRES LES PROPOSITIONS DES CHAPITRES 8

Plus en détail

Méthodes de travail ID / Fiche récapitulative 2014

Méthodes de travail ID / Fiche récapitulative 2014 Où trouver de l information? Médiathèque, bibliothèque, centres de documentation, centres de ressources Un système d information documentaire est composé de trois éléments : - Un public - Une offre de

Plus en détail

STAGES PÉDAGOGIQUES D ÉTÉ juillet & août 2015

STAGES PÉDAGOGIQUES D ÉTÉ juillet & août 2015 Formation Continue Les stages pédagogiques s adressent à tous les professeurs de Français Langue Etrangère souhaitant approfondir leur formation, actualiser leurs connaissances et renouveler leurs méthodes

Plus en détail

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Guide pratique pour les petites entreprises Table des matières Section 1 : présentation de Windows XP Mode pour Windows 7 2 Section 2 : démarrage

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX

AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX BACCALAUREAT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE - SESSION 2015 Epreuve facultative d ARTS cinéma-audiovisuel Nature

Plus en détail

Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE»

Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE» Université Lyon 2 CHAIRE «ENTREPRENEURIAT EN ECONOMIE SOCIALE» MASTER 2 PROFESSIONNEL Mention Economie & Société Spécialité : Entrepreneuriat Social et culturel Parcours Economie Sociale et Solidaire,

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE

MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE Domaine ministériel : Arts, Ltres, Langues Présentation Présentation Dès la rentrée d octobre

Plus en détail

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT :

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT : Débouchés professionnels : des perspectives multiples Le cursus à l INPT offre des horizons intéressants. Les métiers liés aux Télécoms et TI sont les plus prisés par les lauréats à travers notamment les

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

GED: Gestion Electronique de Document (Support de cours) R. MAHMOUDI (mahmoudr@esiee.fr) www.research-ace.net/~mahmoudi 1 Gestion Electronique de Documents Plan du cours - Introduction générale - Spécificités

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

L informatique en BCPST

L informatique en BCPST L informatique en BCPST Présentation générale Sylvain Pelletier Septembre 2014 Sylvain Pelletier L informatique en BCPST Septembre 2014 1 / 20 Informatique, algorithmique, programmation Utiliser la rapidité

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL

MASTER PROFESSIONNEL Année 2010/2011 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER PROFESSIONNEL (cohabilitation des Universités BORDEAUX 1, BORDEAUX 2, BORDEAUX 3 et Sciences-Po Bordeaux) Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS

Plus en détail

Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH»

Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH» Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH» 1 Présentation du Master Management des Ressources Humaines Accueillant chaque année

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Guide méthodologique Les grandes étapes d un projet numérique

Guide méthodologique Les grandes étapes d un projet numérique Guide méthodologique Les grandes étapes d un projet numérique V1-10 oct 2011 1 Mode d emploi Le guide méthodologique vous est proposé par l équipe du concours Web Generationet a été approuvé par une équipe

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL VENTE

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL VENTE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL VENTE Présentation de la formation et proposition de progression pédagogique La transformation du baccalauréat Vente Représentation en baccalauréat professionnel Vente a induit

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Exercice 1a. Notez sur une feuille ce que vous attendez de la formation d aujourd hui

Exercice 1a. Notez sur une feuille ce que vous attendez de la formation d aujourd hui Exercice 1a Notez sur une feuille ce que vous attendez de la formation d aujourd hui Exercice introductif Présentez-vous à votre voisin qui prend des notes sous forme graphique Exercice introductif Construisez

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Masses de données. 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA

Masses de données. 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA Masses de données 1. Introduction 2. Problématiques 3. Socle de formation (non présenté) 4. Liens avec Formation INSA Rédacteurs : Mjo Huguet / N. Jozefowiez 1. Introduction : Besoins Informations et Aide

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

PROJET RESEAU SOCIAL INTERNE COLLABORATIF

PROJET RESEAU SOCIAL INTERNE COLLABORATIF Direction de l Innovation et de la RSE PROJET RESEAU SOCIAL INTERNE COLLABORATIF CCE du 29 avril 2015 DEFINITION D UN RESEAU SOCIAL INTERNE Qu est-ce qu un Réseau social interne? C est une plateforme collaborative

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Un lieu original pour votre séminaire d entreprise

Un lieu original pour votre séminaire d entreprise Un lieu original pour votre séminaire d entreprise QUI SOMMES-NOUS? 2 Mon Atelier En Ville, un concept d ateliers urbains à louer à l heure pour créer, customiser ou réparer Aujourd hui, dans les villes,

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

NOTIONS DE E-BUSINESS

NOTIONS DE E-BUSINESS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION NOTIONS

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE TROPHEES ORACLE 2013

DOSSIER DE CANDIDATURE TROPHEES ORACLE 2013 DOSSIER DE CANDIDATURE TROPHEES ORACLE 2013 1 Sommaire Présentation de la 6 ème édition des Trophées Page 3 Dossier de candidature Page 9 2 Présentation Catégories Récompenses Critères de sélection Calendrier

Plus en détail

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Remplissant de multiples fonctions et pièce maîtresse en comptabilité et en fiscalité, la facture intéresse

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

UE Informatique Conception et Exploitation de Bases de Données

UE Informatique Conception et Exploitation de Bases de Données PeiP 1 ère année UE Informatique Conception et Exploitation de Bases de Données Session 2 : Généralités BD & MCD (Conception) 1. Retour sur MCD 3/28 Exemple d ambiguïté 1/4 Modéliser les informations suivantes

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail