= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m"

Transcription

1 1 épartement de Physique, Université Laval, Québec Pierre Amiot, 1. La fonction delta et certaines de ses utilisations. Clientèle Ce texte est destiné aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques. Il n est pas destiné aux mathématiciens. L emphase est mis sur l utilisation des fonctions delta, pas sur leurs structures et propriétés mathématiques. Qu il soit suffisant de dire ici que les fonctions delta ne sont pas des fonctions, mais des distributions dont les mathématiciens connaissent bien les caractéristiques. Nous nous contenterons de certaines de leurs propriétés. Les deltas apparaissent sous une forme discrète, dite delta de Kronecker et sous une forme continue dite de irac. C est sous la forme continue que nous devons être particulièrement attentifs à leurs propriétés de distribution. 1. La forme discrète ou le delta de Kronecker n m # n m = 1 si n = m& ( Il est simplement défini par ' % = si n " m )( * = n m m n où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m =, 1,, 3, 4... En fait, n m peut être représenté par la matrice unité (en fait l'élément n, m, de cette matrice). Il s'agit de fait, d'une matrice puisqu'on peut utiliser le 1er indice comme indice de ligne et le second comme indice de colonne. Ainsi (si n et m vont de 1 jusqu'à 5) " 1 % ' 1 ' [ ] = 1 ' 1 ' ' # 1 & Notons quelques propriétés, qui sont surtout centrées sur le fait qu'un delta à l'intérieur d'une somme va tuer la somme, au sens où il ne restera qu'un seul terme, celui satisfaisant la contrainte imposée par le delta i) C n " n m = C m à condition que la valeur m (préfixée) tombe à l'intérieur du domaine n des valeurs de n, appelé, sinon le résultat est zéro. Le delta a tué la somme tous ii) " m n n k = m k n Le deuxième de ces résultat est équivalent à dire que la matrice unité fois (produit matriciel) la matrice unité donne la matrice unité C'est évident. iii) Une expression comme C i ij n a pas vraiment de sens. Elle prend vraiment tout son sens lorsqu on somme sur les valeurs de i, dans N C i " ij = C j i=1 iv) On doit noter que le delta de Kronecker est sans dimension.

2 . La forme continue ou le delta de irac en 1- : ( x " x ) a) éfinition C'est un peu la généralisation continue du delta de Kronecker avec x, une variable continue, jouant le rôle d'indice (continu), là où n et m étaient des indices discrets. On pourrait penser définir ( x " x ) = 1 si x = x = si x # x mais ce serait sursimplifier le problème parce qu'une variable continue a une "mesure" nulle i.e une probabilité essentiellement nulle d'avoir exactement une des valeurs qui lui sont permises. On est amené à définir la fonction delta d'une façon différente, ce qui en fait la prive de son caractère de fonction. a h x x Les mathématiciens appellent cela une distribution. Comme on est ici dans le domaine du continu, la somme est devenue une intégrale dans laquelle la fonction delta n'est définie que par le rôle qu'elle joue dans cette intégrale. Le delta de Kronecker tue la somme, celui de irac tue l'intégrale x # ( x " x ) f ( x)dx = f ( x ) si x x x 1, x 1 [ ] (1) on tue l'intégrale = si x %[ x 1, x ] Nous avons tué l'intégrale qui se réduit à la valeur de l'intégrant évalué au seul point permis par le delta. Contrairement à la somme, l'intégrale contient une mesure dx qui porte les mêmes dimensions que la variable x. C'est un élément important et pour rester cohérent, la fonction delta sera définie de façon à ce que x # x " x dx = 1 si x x 1, x x 1 [ ] [ ] () = si x % x 1, x On note, dans cette dernière équation, que 1 n'a pas de dimension mais que dx a les dimensions de x. Il faut donc que x " x argument, donc ait les dimensions inverses de celles de son

3 dim ( ( x) ) = dim( x "1 ) = ( dim( x) ) "1. 3 Il n'est pas déraisonnable d'imaginer alors une "fonction" de la façon qui apparaît sur la figure ci-dessus = lim où x " x a# h# a h=1 # f (x) x " x dx f (x )# x " x dx %( x " x ). Pour a suffisamment petit, il est clair que f (x ) 1 f (x ) où l'intégrale # ( x " x ) dx = la surface intérieure = 1 par construction. b) Quelques propriétés de la fonction delta de irac. On les comprend mieux en gardant à l'esprit que cette fonction ne contribue que là où son argument est nul et uniquement lorsqu'utilisé à l'intérieur d'une intégrale i) ( x) = + ("x) x = + est identique à x = -. ii) ( f ( x) ) = # n f ' ( x n ) x " x n où les x n sont les zéros de la fonction, i.e. f x n Par exemple ( a x) = ( x). a iii) x x l'intégration. On se permet ici d écrire x x nécessairement zéro. =, mais f ' ( x n ) =, un résultat assez évident, même si, strictement, il ne se manifestera que lors de = parce qu'intégrer cette quantité donnera ( y " a) iv) # x " y dy = x " a si le domaine d'intégration de y contient x et a. v) Une représentation très utile et fréquente de la fonction de irac est ( x " x ) = 1 + e i k ( x" x ) # % dk " Pour mieux la comprendre, il est utile de savoir faire les intégrales dans le plan complexe en utilisant le lemme de Jordan. vi) On peut aussi visualiser la fonction delta comme la dérivée de la fonction échelon de Heaviside ( x " x ) = d dx H ( x " x ), où H( x x ) est la fonction échelon de Heaviside (voir figure ci-dessous)

4 H( x x ) = 1 si x > x 4 = si x < x H 1 x x e plus, on peut continuer et définir la dérivée de la fonction delta, '( x " x ) = d dx ( x " x ). Elle a la propriété suivante, démontrable par intégrale par partie, #' x " x f ( x)dx = " f ' x à condition que x. c) Changement de coordonnées Imaginons un changement de coordonnées. Nous utiliserons un exemple très simple. Soit x = a u dx = adu parce que a est ici une constante. Clairement x u # ( x " x ) dx = a # ( au " au ) du =1 comme on le sait. Il est clair qu'il faut que x 1 u # au " au u du = 1 1 a possible est que au " au u 1 = a( u " u ) u mais nous savons que # u " u du = 1. La seule solution = 1 a u " u u 1. Essayons une transformation un peu plus compliquée. Soit x = u dx = udu x Ici # x " x dx = u # " u u du = 1 x 1 La solution est simple, u "u u u 1 = 1 u u " u ce qui donne x u ( x " x ) # dx = u u " u x 1 u " u # udu = u 1 # udu u 1 u u = # u " u du 1 u 1 La façon générale de noter ces résultats (sans le démontrer ici) est d'écrire que lors d'une transformation de coordonnées, x " x # ( u " u ) J où J est le Jacobien de la

5 5 transformation de coordonnées. Puisque sous cette transformation, la mesure d intégration se transforme comme dx J du, on aura alors # ( x " x ) dx = u " u # J du ( u " u )du = 1 J # si x u Ceux qui sont intéressés pourront vérifier que ce résultat est cohérent avec la propriété numéro ii) ci-dessus. 3. elta de irac en 3- : 3 ( r " r ) Essentiellement par définition, nous avons 3 # ( r " r ) f ( r ) d 3 r = f ( r ) si r. En système cartésien, on a simplement d 3 r = dxdydz et 3 ( r " r ) = ( x " x ) ( y " y ) ( z " z ). On vérifie dans ce cas que 3 ( r " r ) # d 3 r = # ( x " x ) dx # ( y " y ) dy # ( z " z ) dz " x # % " y # % " z # % =1 si x x =1 si y y =1si z z Qu'arrive-t-il en système non cartésien, disons par exemple en système cylindrique où l'élément de volume devient d 3 r = "d "d# "dz? oit-on alors écrire 3 # ( r " r ) d 3 r = ### ( " )(% " % ) z " z d d% dz? La réponse est NON Clairement il y a un problème, les dimensions n'étant même pas satisfaites ( un angle n'a pas de dimension). Il y a une dim qu'en coordonnées curvilignes, disons (u, v, w), que d 3 r = J dudv dw, où J est le Jacobien de la transformation cartésien > curviligne. ans ce cas, le simple critère sur les dimensions nous amène à écrire que 3 ( r " r ) = ( u " u ) ( v " v ) ( w " w ). e façon générale, nous J aurons alors u " u 3 ( r " r )d 3 r # ( ) ( v " v ) ( w " w ) J du dvdw J = ( u " u ) du ( v " v )dv ( w " w ) dw u de trop à droite. La solution est assez évidente lorsqu'on voit v Par exemple, dans le cas cylindrique où nous avons J =, nous devrons écrire 3 ( r " r ) = ( # " # ) ( " ) ( z " z ). # Nous aurons alors, en effet, 3 r " r ( " # d 3 r = ) (% "% ) ( z " z ) ### d d% d z = # " d # % " % d% # z " z dz % w z = = 1 Cette façon de faire est très systématique, mais demande un peu d'attention. Prenons les coordonnées sphériques par exemple. L'élément de volume y est donné par

6 d 3 r = r sin drd d" = r dr d cos d" ans la première expression, les variables sont r, et ", où " #, #. On sait que le Jacobien est J = r sin. ans la deuxième expression, les variables sont r, cos et ", où 1 < cos" <, # # %. Ici on sait que le Jacobien est J = r. ans un cas comme dans l'autre, notre recette fonctionne, puisque r " r # 3 ( r " r ) d 3 r = ( ) ( " ) (% " % ) ### r sin dr d d% r sin = # r " r dr # " d # % " % d% r & & = = 1 6 Alors que nous pouvons écrire aussi # 3 ( r " r ) d 3 ( r " r r = ) ( cos " cos ) % "% r ### r dr d cos d% = # r " r dr # cos " cos "1 d cos # % "% d% r & = = 1 ans un cas comme dans l'autre, la présence du Jacobien permet de tout réduire à des produits de la forme (" # " ) d" % 1 si ", sinon =. 4. Exemples d'utilisation. Nous serons particulièrement intéressés par les fonction de irac dans le cadre de l'utilisation d'ensembles complets de fonctions orthogonales. a. Polynômes de Legendre On sait, par exemple que les polynômes de Legendre, P l ( x), l =,1,,3... forment un ensemble complet sur le domaine x = [1, ]. Ensemble complet signifie que toute fonction raisonnablement continue, f (x), limitée à ce domaine défini par x = 1, comme une combinaison linéaire de polynômes de Legendre f (x) = " c l P l ( x). l = [ ], peut s'écrire Tout se passe comme si f (x) était un vecteur, les P l ( x), l =,1,,3... des vecteurs de base et les c l les composantes du vecteur f (x) dans cette base. C'est RÉELLEMENT le cas et on parle d'espace linéaires, qu'ils soient vectoriels au sens habituel ou fonctionnels. ans ce dernier cas, la dimension de cet espace fonctionnel/vectoriel est infini, mais ce n'est pas là un problème conceptuel, rien ne limitant en principe la dimension d'un espace. Cela peut occasionner des problèmes pratiques, mais nous nous y attaquerons en temps et lieu. Il y a un problème très mineur avec la définition traditionnelle des polynômes de Legendre : ils ne sont pas normalisés, alors que nous sommes habitués à des vecteurs de base normalisés, comme en fait foi le produit scalaire habituel entre vecteurs (géométriques)

7 i ˆ (, i ˆ ) = i ˆ i ˆ =1. 7 ans un espace fonctionnel réel, le produit scalaire sera (toujours) défini par une intégrale sur le domaine, qui est ici x ["1, ]. onc ( P l, P k ) = " P l ( x) P 1 k ( x) dx = # l k l + 1. Le facteur l k indique l'orthogonalité de ces fonctions de base (les polynômes de Legendre) mais le facteur numérique est différent de un, il est égal à, ce qui nous dit que ces fonctions ne sont pas normalisées (à un). Il est l trivial d'y remédier, si on veut, en définissant une base constituée des fonctions l l ( x) = P l ( x). Elles seront orthogonales ET normalisées (on dit orthonormales) et on pourra écrire f (x) = " C l # l ( x). l = Mais...historiquement on les utilise généralement sous leur forme initiale, contrairement à ce que nous faisons ci-dessous e la même façon que dans A N = A e ˆ i i, où les composantes sont données par un produit i =1 scalaire (vectoriel) A i = e ˆ i, A e i A, nous calculerons ici les composantes de f (x) par le produit scalaire fonctionnel = ˆ = k (y) f (y) dy C k = k, f #. "1 Remplaçant dans l'expression pour f (x) donne, interchangeant somme et intégrale f (x) = %# l (y) f (y) dy "1 l ( x) = # dy f (y)% "1 l (y) l ( x). l = Si l'ensemble des fonctions de base est complet, alors le résultat du calcul à droite doit donner f (x) identiquement. Examinant le côté droit, il devient clair que cela revient à exiger que " # l (y) l ( x) = x % y l = En effet, remplaçant, l'expression à droite devient " dy f (y) # x y 1 doit. Nous avons donc un critère pour déterminer si un ensemble de fonctions, disons n ( z) pour ce faire, satisfaire tous " n ( y) n ( z) = # ( y z), pour y et z dans. l= f (x), comme il se { }, constitue un ensemble complet de fonctions sur un domaine. Elles doivent n Cette démonstration n'est pas triviale et les physiciens ont tendance à en laisser la démonstration aux mathématiciens (chacun son métier). La généralisation aux espaces de coordonnées à plusieurs dimensions est immédiate.

8 tous { n} r { n} " n ( r ') = # 3 r r ' { } où le symbole { n} signifie que la somme est multiple et porte sur un ensemble d'indices, puisqu'ils seront en général plusieurs (généralement un indice pour chaque dimension de l'espace de coordonnées). 8 Remarque additionnelle Nous n'avons parlé ci-dessus que d'espaces réels, impliquant des fonctions réelles. En mécanique quantique par exemple, il n'est pas possible d'échapper aux fonctions complexes. ans le cas où les fonctions sont complexes, le produit scalaire prend la forme plus générale ( r ), "( r ) = # ( r ) "( r ) d 3 r, où # ( r ) = complexe conjugué de ( r ). Clairement cette définition recouvre celle que nous avons utilisée pour les fonctions réelles. b. Autre exemple : les harmoniques sphériques La surface d'une sphère est un espace à deux dimensions qui peut être couvert par les coordonnées et " du système de coord. sphériques. En fait cette surface correspond à prendre r = constante dans le système de coordonnées sphériques ( r,," ). Sur cet espace, les harmoniques sphériques, définis par Y l m (," ) = l + 1 ( l m) 4# ( l + m) P l m ( cos ) e i m", forment un ensemble complet orthonormal. Ainsi & +l % % Y l m (" ',# ') Y l m ",# l = m=l = ' (# # ') ' ( cos" cos" ') : ensemble complet. On note ici que les variables naturelles des harmoniques sphériques sont cos et ". On vérifie d ailleurs que la mesure d intégration de volume s écrit d 3 r = r drd = r drsin"d"d# r drd cos"d# et il n y a donc aucun problème nouveau ici, simplement une façon différente d écrire la même chose. On vérifie d ailleurs l'orthonormalité en calculant & # % d d cos" Y % 1 l ' m ' (", ) Y l m (",) = ' l l ' m m' : orthonormal. On note l'orthogonalité sur les deux indices Toute fonction "raisonnable" de et " peut alors s'écrire f (," ) = # C l m Y l m," l = +l m=%l, qui représente le vecteur f sur la base des vecteurs unitaires de base, les Y lm, avec les composantes C lm définies par le produit scalaire comme il se doit & # = d dcos" Y l m C l m = Y l m, f % % (", ) f ", 1. c. Autres utilisation La fonction delta ne sert pas que pour décrire les relations formelles d'orthogonalité dans les espaces linéaires. Même si elle n'est strictement définie qu'à l'intérieur d'une

9 9 intégrale, on l'utilise parfois à l'extérieur, sachant que toute quantité d'intérêt physique devra impliquer une intégrale qui emportera le. On table parfois sur le fait que ( w) a les dimensions de w -1. Par exemple, on sait que 3 ( r " r ) a les dimensions de (volume) -1. On peut utiliser ce fait pour décrire une charge électrique ponctuelle, q, se trouvant à une position r, sous la forme d'une densité volumique de charge : ( r ) = q" 3 ( r # r ). Cette expression a les bonnes dimensions pour une densité (charge/volume). Il est également évident que l'intégrale de cette densité sur un domaine d'espace donnera la charge dans ce domaine, soit q si le domaine contient le point r et zéro s'il ne le contient pas. Cette densité de charge sera utilisée pour calculer des quantités comme le potentiel électrostatique en un point r ' dû à une charge q située en r V( 1 #( r ) r ' ) = 4" % r d 3 q &( r r r = ) r ' 4" % r r d 3 r ' espace espace = q 1 4" r ' r qui est évidemment la bonne expression pour ce potentiel. On voit que l'utilisation de la fonction de irac nous a permis de traiter dans un contexte continu (intégrale) le cas d'une charge ponctuelle, donc discrète, située en un point. d. Quelques précautions En Physique, on est souvent assez libéral dans les manipulations de la fonction delta. La plupart du temps, ça ne pose pas de problème, mais parfois elle se venge. Par exemple, occasionnellement, on se retrouve avec une fonction delta au carré. Ça n'existe pas. Il faut alors reculer d'un pas pour corriger le tir en faisant plus attention et en tenant compte qu'il ne s'agit pas d'une fonction, mais bien d'une distribution. On doit également faire attention en intégrant par parties lorsque l'intégrale contient une fonction. On a utilisé cette technique (intégration par parties) pour démontrer que # '( x " x ) f ( x)dx = " f '( x ) mais cette même technique se plante royalement si on l'utilise pour tenter de démontrer que ( x) = + ("x) puisqu'ici l'intégration par parties nous donnerait ("x) = "( x), un résultat qui est FAUX. En fait, il faut utiliser la propriété ii) ici. Ce sont ces petites différences qui font que la fonction delta n'est pas une fonction, mais une distribution. 5.Représentations du delta En page, nous avons donné une représentation du delta de irac sous la forme de la limite d'un rectangle dont la largeur tend vers zéro et la hauteur vers l'infini, tout en gardant égal à un le produit de ces deux quantités. Ce n'est pas la seule représentation possible du delta de irac. Nous en présentons ici quelques unes sans démonstration (voir Messiah par exemple) = 1 # lim x " x L % sin L x " x x " x

10 ( x " x ) = 1 + e ik ( x " x ) # % dk particulièrement utile " 1 "( x # x ) = i & +% #% ( x " x ) = 1 # lim %& e ik x# x k dk ( 1 x / ) e" ( x) = 1 d dx x Notons que la deuxième représentation nous donne une façon de sortir de l impasse lorsque des manipulations intempestives nous ont amenés à un delta au carré, comme ( x " x ) = ( x " x )i 1 # + e ik( x" x ) % dk " 6. Quelques références : Cohen-Tannoudji et al, Annexe II, vol. Messiah, Mécanique quantique, Annexe 1, vol. 1 Mathews and Walker, Mathematical methods of Physics Morse and Feshbach, vol. 1 Merzbacher, Quantum Mechanics Pierre Amiot, 1.

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Intégrales doubles et triples - M

Intégrales doubles et triples - M Intégrales s et - fournie@mip.ups-tlse.fr 1/27 - Intégrales (rappel) Rappels Approximation éfinition : Intégrale définie Soit f définie continue sur I = [a, b] telle que f (x) > 3 2.5 2 1.5 1.5.5 1 1.5

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique c M Dunseath-Terao - Master 1 de Physique UR1 2006 2007 1 Complément 1 Le moment cinétique 1.1. Le moment cinétique en mécanique classique L équation du mouvement d un corps en rotation en mécanique classique

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Bref, c'est difficile, mais tout le monde doit y arriver.

Bref, c'est difficile, mais tout le monde doit y arriver. Bonjour à tous, les colles de mardi m'ont permis de vérifier que les notions de base du chapitre espaces vectoriels sont loin d'être acquises. Comme je vous le disais, il est essentiel d'apprendre régulièrement

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES LES DÉTERMINANTS DE MATRICES Sommaire Utilité... 1 1 Rappel Définition et composantes d'une matrice... 1 2 Le déterminant d'une matrice... 2 3 Calcul du déterminant pour une matrice... 2 4 Exercice...

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées.

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées. CHAPITRE 10 Jacobien, changement de coordonnées ans ce chapitre, nous allons premièrement rappeler la définition du déterminant d une matrice Nous nous limiterons au cas des matrices d ordre 2 2et3 3,

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

Outils Mathématiques 4

Outils Mathématiques 4 Université de Rennes1 Année 5/6 Outils Mathématiques 4 Intégrales de surfaces résumé 1 Surfaces paramétrées éfinition 1.1 Une surface paramétrée dans l espace, est la donnée de trois fonctions de classes

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Manière heuristique d'introduire l'approximation de champ moyen : on néglige les termes de fluctuations

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Mathématiques II. Session de rattrapage

Mathématiques II. Session de rattrapage NOM :... FIPA BTP Prénom :... Date :... Mathématiques II Session de rattrapage Thème: Opérateurs vectoriels, potentiels scalaires, circulations vectorielles, intégrales doubles Durée: 1H00 Outils autorisés:

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

1 Outils mathématiques pour la Physique

1 Outils mathématiques pour la Physique Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier TUE 302 : Outil Physique et Géophysique 1 Outils mathématiques pour la Physique k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

A. Déterminant d une matrice carrée

A. Déterminant d une matrice carrée IUT ORSAY Mesures Physiques Déterminants Initiation à la diagonalisation de matrice Cours du ème Semestre A Déterminant d une matrice carrée A-I Définitions élémentaires Si A est la matrice ( a ) on appelle

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ 2 Champ et potentiel électrostatique Les e ets électriques peuvent être décrits par deux grandeurs que nous allons étudier dans ce chapitre : le champ électrostatique (grandeur vectorielle) et le potentiel

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Un cours «Langage mathématique» en 1ère année d'université.

Un cours «Langage mathématique» en 1ère année d'université. Un cours «Langage mathématique» en 1ère année d'université. Prendre le temps de quelques explicitations qui nous semblent nécessaires. Christophe Hache - Zoé Mesnil Université Paris Diderot Journées Bisontines

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés Semestre, ENSIIE Optimisation mathématique 4 mars 04 TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés lionel.rieg@ensiie.fr Exercice On considère le programme géométrique suivant : min x>0,y>0

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Compléments sur les couples aléatoires

Compléments sur les couples aléatoires Licence Math et MASS, MATH54 : probabilités et statistiques Compléments sur les couples aléatoires 1 Couple image ans ce paragraphe, on va s intéresser à la loi d un vecteur aléatoire S, T qui s obtient

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités PC* Devoir 6: Corrigé 20 202 Partie I : Généralités I.A - Questions préliminaires a b c I.A.) M S M = b l m avec (a, b, c, l, m, t) R 6. c m t Les éléments de S sont les matrices de la forme : M = ae +

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

figure 6.1. page 230. Il existe deux grandes classes de projections : les projections perspectives et les projections parallèles.

figure 6.1. page 230. Il existe deux grandes classes de projections : les projections perspectives et les projections parallèles. Informatique Graphique Cours 12 - Projections Introduction En général, une projection est une fonction qui permet de transformer un point dans système de coordonnées à N dimensions, en un point dans un

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez Espaces vectoriels par Pierre Veuillez 1 Objectifs : Disposer d un lieu où les opérations + et se comportent bien. Déterminer des bases (utilisation de la dimension) Représenter les vecteurs grace à leurs

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

en utilisant un point-virgule.

en utilisant un point-virgule. 6 Chapitre Chapitre 6. Géométrie analytique Ce chapitre présente les possibilités de votre calculatrice dans le domaine de la géométrie analytique, tout particulièrement pour les problèmes liés aux espaces

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

CODES CORRECTEURS D'ERREURS

CODES CORRECTEURS D'ERREURS CODES CORRECTEURS D'ERREURS Marc URO TABLE DES MATIÈRES DÉTECTION ET CORRECTION D'ERREURS... 6 CAS D'UN CANAL SANS SYMBOLE D'EFFACEMENT...6 CAS D'UN CANAL AVEC SYMBOLE D'EFFACEMENT...7 GÉNÉRATION ET DÉTECTION

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL I Exemple d introduction Deux châteaux d'eau alimentent 3 villes à travers un réseau de canalisations au sein duquel se trouvent également des stations de pompage. Les châteaux

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Couples de variables aléatoires discrètes

Couples de variables aléatoires discrètes Couples de variables aléatoires discrètes ECE Lycée Carnot mai Dans ce dernier chapitre de probabilités de l'année, nous allons introduire l'étude de couples de variables aléatoires, c'est-à-dire l'étude

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM Applications des mathématiques Equations Résolution de l'équation f(x) = 0 par diverses méthodes Version pour Mathematica Edition 2014/2015 Marcel

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie Mathématiques pour l informatique notes de cours sur la seconde partie L Université Paris-Est, Marne-la-Vallée Cyril Nicaud Organisation Ce demi-cours est composé de 6 séances de cours et 6 séances de

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Théorème d Ampère et applications

Théorème d Ampère et applications 6 Théorème d Ampère et applications 1 Théorème d Ampère Equivalent du théorème de Gauss pour l électrostatique. Permet de calculer des champs simplement en utilisant la symétrie des courants. Mais il faut

Plus en détail

Outils mathématiques pour la physique et la chimie. Introduction. 1.1 Espaces vectoriels. Nicolas Chéron : nicolas.cheron@ens-lyon.

Outils mathématiques pour la physique et la chimie. Introduction. 1.1 Espaces vectoriels. Nicolas Chéron : nicolas.cheron@ens-lyon. Nicolas Chéron : nicolas.cheron@ens-lyon.fr Tél : 87 14 Outils mathématiques pour la physique et la chimie Introduction Ce document est un rappel de notions de mathématiques de base (i.e. niveau L1/L).

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM Vecteurs.nb 1 Collège du Sud 1-ère année Mathématiques Vecteurs Edition 00/004 - DELM Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hypertexte vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec/index.html

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail