Frédéric BONNIER Kinésithérapeute Hôpital Universitaire Erasme Bruxelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Frédéric BONNIER Kinésithérapeute Hôpital Universitaire Erasme Bruxelles"

Transcription

1 Frédéric BONNIER Kinésithérapeute Hôpital Universitaire Erasme Bruxelles

2 La Bipap Cpap Ventilation à 2 niveaux de pression. Peep / Pression inspiratoire Fréquence spontanée / backup + O2 si nécessaire

3 Bipap pour qui? Hypoventilation alvéolaire (hyperco2) +composante hypoo2 ou non. Aggravation nocturne. Somnolence diurne. Rapide fatigabilité / de l endurance. Impact sur la qualité de vie et l autonomie.

4 Bipap pour qui? BPCO avancés (gold IV) Emphysémateux Atteintes neuromusculaires Maladies neurodégénératives (SLA, Guillain-barré) Maladies du muscle (myopathies, myasthénies graves, polio) Séquelles : Maladies pulmonaires (tuberculose) AVC avec atteinte centres respi. Mécaniques (scolioses) Sydrome Obésité-Hypoventilation (SOH)

5 Buts de la ventilation Restaurer une ventilation efficace. (Corriger la gazo) du WOB. la qualité de vie. Rendre possible le retour à domicile. du Nb d épisodes infectieux (et donc Nb hospit). (Leger et al. Chest 1994) Pas d impact sur les EFR.

6

7

8 Types de respirateurs Volumétrique Volume courant (Vt) Bon contrôle du Vt, mais pressions? Syndromes restrictifs (ex:4plégie) Barométrique Pression «d aide» Bon contrôle des pressions, mais Vt? Tous les autres

9 Types de respirateurs Volumétrique Avantages: Vt maintenu quelque soient les résistances et compliances pulmonaires. Inconvénients: Vt pas assuré en cas de fuites Pressions généralement plus élevées. Moins bonne tolérance que les barométriques Barométrique Avantages: Compensation des fuites Meilleure tolérance que les volumétriques. Inconvénients: Vt non garanti si résist. élevées. Parfois mauvaise tolérance du syst. de comp. des fuites Comportement parfois alétoire du syst. en cas de fuite importante.

10 Types de respirateurs Volumétrique Barométrique Variation lente des débits et des pressions. Plus réactifs pressions et débits Inertie importante Consommation électrique élevée. Moins gourmands en énergie. Poids varient rapidement. Plus légers

11 Types de respirateurs Volumétrique Barométrique

12 Circuits Double branche

13 Circuits Mono branche Valve expi. Commandée Fuite calibrée.

14 Nouveaux respirateurs proposent un Vt cible (Vol target, ivaps, AVAPS, AIFR, etc )

15

16

17 Interêts: hyperinflation dynamique du BPCO Comp. des variations méca. respi. pdt. le sommeil Stabilise la Vent. qd efforts respi. fluctuent (Restricitfs, neuromusculaires ou progression de la maladie)

18 Règlages des triggers Expiratoire Inspiratoire 100% 40%

19 Sécurisation en emps Ti max

20 Observance et aspects psychologiques Bonne observance (min 4h/jour) Données téléchargables du respirateur Détaillées (3-7 jours), tendances jusqu à 1 an Traitement doit être compris Traitement efficace et ressenti positif du malade (forme, autonomie, nomadisme) Image de soi

21 Données téléchargées

22

23

24 Mise en route de la ventilation A l hôpital 2/3 nuits, sous monitoring.(biox, gazométrie ) Expliquer au patient Choix de l interface types de masque. Paramètrage du respirateur Niv. pressions, triggers, pente, etc Education: on/off, mettre et enlever le masque, entretient courant

25

26

27

28 Suivi du patient Visite régulière chez le pneumologue et/ou médecin traitant. Révision des paramètres de ventilation le cas échéant, ré- hospitalisation si nécessaire. Visite «technique». +/- 1x/an Dans les cas de SOH si BMI<35 Kg/m² réevaluation.

29 Convention Ventilation Annexe 1: Convention relative à l'instauration et au suivi ultérieur de l'assistance ventilatoire mécanique au long cours à domicile. Annexe 2: Convention relative au diagnostic et au traitement du syndrome des apnées obstructives du sommeil. Annexe 3: Convention relative à l'instauration et au suivi ultérieur de l'assistance ventilatoire mécanique au long cours à domicile en cas de syndrome obésité-hypoventilation. Circ HOP 2007/4 - Nouvelles conventions en matière d'assistance ventilatoire mécanique au long cours à domicile.

30 Convention relative à l'instauration et au suivi ultérieur de l'assistance ventilatoire mécanique au long cours à domicile. Conditions: Pour l AVD continue par pression positive : Un patient trachéotomisé ou non trachéotomisé atteint d une affection respiratoire restrictive ou un patient trachéotomisé atteint d une affection respiratoire obstructive, chez lequel l insuffisance respiratoire ne peut être imputée exclusivement à un Syndrome d ObésitéHypoventilation et qui, en dehors de toute poussée aiguë, est incapable de maintenir durant > 1 heure les valeurs de gazométrie mesurées pendant l assistance ventilatoire. Le fait que ces valeurs ne peuvent pas être maintenues, est confirmé par 1) une diminution de la SpO2 de > 4 % par rapport à la valeur en fin d assistance ventilatoire, 2) ou une augmentation de la PCO2 de > 4 mm Hg par rapport à la valeur en fin d assistance ventilatoire, tandis que la PCO2 durant l assistance ventilatoire est > 35 mm Hg 3) ou (chez des patients atteints d une affection restrictive progressive et ressortant de la catégorie B) le nombre d heures d utilisation effective par 24 heures démontré par le compteur.

31 Pour l AVD discontinue (= au minimum 12 h/jour) par pression positive Pour l AVD nocturne (soit 8/24 h) par pression positive ou pression périthoracique négative Un patient trachéotomisé ou non trachéotomisé appartenant à l un des 3 groupes suivants : a) Patients présentant un syndrome d hypoventilation centrale soit malédiction d'ondine soit acquis dans le cadre d une affection neurologique centrale ou neuromusculaire - caractérisé par l absence quasi totale de réaction ventilatoire à l'hypoxie ou à l'hypercapnie. b) Ou patients atteints d une affection pulmonaire restrictive d'origine neuromusculaire, qui, en dehors de toute poussée aiguë, répondent à un des critères suivants 1) soit présenter une PaCO2 diurne 47 mm Hg. 2) soit, sans AVD, présenter au cours du sommeil effectif enregistré lors d une polysomnographie des épisodes d'hypoxémie, chacun avec SpO2 <90% durant minimum 5 minutes consécutives, ou d'hypercapnie avec une PCO2 artérielle, transcutanée ou en fin d expiration de 47 mm Hg. Les tracés polysomnographiques sont conservés. 3) Soit présenter une affection pulmonaire restrictive suite à une affection neuromusculaire rapidement progressive et présenter, lors de deux examens successifs espacés d'un an maximum, une perte d'au moins 10 % de la valeur de la CV, ou présenter une affection pulmonaire restrictive suite à une maladie neuromusculaire rapidement progressive et présenter une pression inspiratoire maximale <60 cm H2O ou une CV <50 % de la valeur attendue. c) Ou patients répondant à tous les critères pour l AVD nocturne par pression positive à 2 niveaux, mentionnés ci-dessous en C2, a), mais chez lesquels durant la mise au point ou en cours du suivi cette technique paraît ne pas être supportée ou ne pas mener à une correction substantielle de la PCO2 nocturne. Pour l AVD nocturne (soit 8/24 h) par pression positive à 2 niveaux

32 Pour la percussion intrapulmonaire : 1) patients atteints d'une maladie neuromusculaire et/ou d'une tétraplégie haute (C1 à C8), chez qui on n'a pas pu mesurer une pression expiratoire maximale de > 50 cm H2O, ni un débit expiratoire maximal de > 180 L/min; 2) ou patients sous AVD continue ou discontinue ou sous AVD nocturne par pression positive, et incapables de générer une pression expiratoire maximale de 50 cm H2O et un débit expiratoire maximal de > 180 L/min. Pour un appareil d assistance mécanique à la toux ou d aspiration trachéale non-invasive Le patient avec une maladie neuromusculaire, avec capacité de la toux insuffisante qui, malgré une compression thoraco-abdominale assistée, et, en cas de ventilation malgré un airstacking et une compression thoraco-abdominale, n atteint pas un débit expiratoire maximal de > 180 L/min et doit être aspiré journellement. Si la SpO2 est insuffisante sous AVD, le mélange gazeux est enrichi en O2, en respectant les dispositions de la convention «oxygénothérapie de longue durée à domicile».

33

34

35

36 Prestation prévues: Mise à disposition pour le bénéficiaire de: Respirateur volumétrique ou barométrique garantissant un vol prédetermine + un appareil du même type et toute connection et tubulure nécessaire. (batterie de min 6h) Un ballon ambu Un humidificateur si nécessaire Aspirateur de mucosités (voire 2)+ sondes

37 Prestation prévues: Surveillance: initiation du bénéficiaire et de son entourage. Disponibilité permanente de l établissement 24h/24 + possibilité d intervention si nécessaire.

38 Honoraires et prix des prestations VAD continue: / / 24h VAD nocturne (8/24) / / 24h (+/ /an) (+/ /an) 4.40 / j. pour «percussionnaire» 5.86 / j. pour «cough assist» doit couvrir les frais appareil + personnel + médecin.

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur

Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur F. Vargas G. Hilbert Département de Réanimation Médicale CHU Pellegrin-Tripode - Bordeaux DESC de Réanimation Médicale Toulouse 15 et 16 mars 2007

Plus en détail

Les recommandations des experts de la SRLF

Les recommandations des experts de la SRLF Réanim Urgences 2000 ; 9 : 407-12 2000 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés Les recommandations des experts de la SRLF Champ n 1 Définition et fiabilité des paramètres

Plus en détail

La servo-ventilation : Principe et Indication

La servo-ventilation : Principe et Indication La servo-ventilation : Principe et Indication Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille Ile d Oleron - Avril 2012 La servo-ventilation : Principe et indication

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation

Plus en détail

VNI pour décompensation aigue de BPCO

VNI pour décompensation aigue de BPCO VNI pour décompensation aigue de BPCO Jean-Michel Arnal Sce de réanimation polyvalente et hyperbare Hôpital Font Pré. Toulon jean-michel@arnal.org Rationnel De l obstruction à l hyperinflation Conséquences

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) INTRODUCTION Fin des années 80, débuts de la VNI version moderne. Technique répandue de plus en

Plus en détail

ATELIER 2 LA PPC EN PRATIQUE: MISE EN PLACE,

ATELIER 2 LA PPC EN PRATIQUE: MISE EN PLACE, ATELIER 3 - DE L'INDICATION DU TRAITEMENT AU SUIVI THÉRAPEUTIQUE DU SAHOS ATELIER 2 LA PPC EN PRATIQUE: MISE EN PLACE, RÉGLAGES ET ADAPTATION Dr Bernard Fleury Anne Campana Critères de prise en charge

Plus en détail

LE MAINTIEN À DOMICILE PAR L ASSISTANCE VENTILATOIRE: LE RÔLE CLÉ DU PNAVD

LE MAINTIEN À DOMICILE PAR L ASSISTANCE VENTILATOIRE: LE RÔLE CLÉ DU PNAVD LE MAINTIEN À DOMICILE PAR L ASSISTANCE VENTILATOIRE: LE RÔLE CLÉ DU PNAVD Le PNAVD qui sommes nous? Programme fondé en 1993 Relève directement du ministère Lignes directrices proviennent du cadre de référence

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE à domicile Modes et réglages

VENTILATION NON INVASIVE à domicile Modes et réglages VENTILATION NON INVASIVE à domicile Modes et réglages François CHABOT Maladies Respiratoires et Réanimation Respiratoire CHU de Nancy 15 octobre 2011 Ventilation non invasive Ventilation en pression négative

Plus en détail

H.PEGLIASCO Le 23/11/2010

H.PEGLIASCO Le 23/11/2010 H.PEGLIASCO Le 23/11/2010 1 La BPCO : définition (GOLD 2006) Entité unique, peut être prévenue et traitée. Limitation chronique des débits aériens. Pour affirmer le diagnostic, les mesures de fonction

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique

Principes de la ventilation mécanique Principes de la ventilation mécanique Dr Guillaume Carteaux Réanimation médicale, Groupe de recherche CARMAS Hôpitaux universitaires Henri Mondor guillaume.carteaux@hmn.aphp.fr Objectifs Comprendre les

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

A.R. 7.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 7.11.2011

A.R. 7.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 7.11.2011 A.R. 7.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 7.11.2011 Modifier Insérer Enlever Article 23 - REGLES D'APPLICATION : PHYSIOTHERAPIE 5. Le remboursement des prestations 558810-558821, 558014-558025 et 558832-558843

Plus en détail

"A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004" «Article 23.» "A.R. 22.06.2004 + A.R. 27.09.2009 E.V. 01.12.2009"

A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004 «Article 23.» A.R. 22.06.2004 + A.R. 27.09.2009 E.V. 01.12.2009 "A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004" «Article 23.» «1er. Les prestations de l'article 22, I, ne peuvent pas être cumulées le même jour avec les prestations de l'article 22, II. Par jour, une seule

Plus en détail

BiPAP Pro 2 avec Bi-Flex Bien respirer, c est respirer librement.

BiPAP Pro 2 avec Bi-Flex Bien respirer, c est respirer librement. www.respironics.com PEOPLE. PRODUCTS. PROGRAMS. BiPAP Pro 2 avec Bi-Flex Bien respirer, c est respirer librement. BiPAP Pro 2 avec Bi-Flex. Améliorer la compliance à long terme s'avère toujours un défi

Plus en détail

Le suivi du malade traité: surveillance clinique et paraclinique. Frédéric Gagnadoux Jean-Pierre Grignet

Le suivi du malade traité: surveillance clinique et paraclinique. Frédéric Gagnadoux Jean-Pierre Grignet Le suivi du malade traité: surveillance clinique et paraclinique Frédéric Gagnadoux Jean-Pierre Grignet Plan Le suivi classique du malade sous PPC Les RPC 2010 La LPPR forfait 9 Les situations particulières

Plus en détail

La ventilation non invasive: «savoir les régler, souffler ne suffit pas!»

La ventilation non invasive: «savoir les régler, souffler ne suffit pas!» La ventilation non invasive: «savoir les régler, souffler ne suffit pas!» Alain.palot@ap-hm.fr Benjamin.coiffard@ap-hm.fr Quel ventilateur? Niveau 1 Ventilateurs sans batterie < 8 h BPCO SOH Déformation

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - -

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - - Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson Claude VINCON Christian FAUSSER - - Ce geste fréquent est extrêmement banalisé et habituel, tout du moins

Plus en détail

Interprétation des gaz du sang. D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles SEMINAIRES IRIS. Interprétation des gaz du sang

Interprétation des gaz du sang. D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles SEMINAIRES IRIS. Interprétation des gaz du sang diapositive n 1 D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles! Préparation de l échantillon ( 1 ) Seringue en plastic ( adsorbent l O 2 ) Anticoagulation - petits capillaires du syst. de mesure - Héparine! Na

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon VNI Ø VNI = méthode permettant une assistance ventilatoire

Plus en détail

Indications des appareillages respiratoires de domicile.

Indications des appareillages respiratoires de domicile. Indications des appareillages respiratoires de domicile. Du relaxateur de pression au ventilateur. Dr Jésus Gonzalez Bermejo Pneumologie et réanimation médicale UARD : Unité d appareillage Respiratoire

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

Intelligent Ventilation. ...nouvelles fonctions intelligentes

Intelligent Ventilation. ...nouvelles fonctions intelligentes Intelligent Ventilation...nouvelles fonctions intelligentes En soins intensifs, soins subaigus et même en soins à domicile, vous cherchez davantage que des performances techniques de classe mondiale. Vous

Plus en détail

SAS et OBÉSITÉ COMPLICATIONS RESPIRATOIRES DE L OBESITE. Dr Valérie ARNOLD ALAIR.AVD Dr François-Pierre SAVY 23 NOVEMBRE 2012

SAS et OBÉSITÉ COMPLICATIONS RESPIRATOIRES DE L OBESITE. Dr Valérie ARNOLD ALAIR.AVD Dr François-Pierre SAVY 23 NOVEMBRE 2012 SAS et OBÉSITÉ COMPLICATIONS RESPIRATOIRES DE L OBESITE Dr Valérie ARNOLD ALAIR.AVD Dr François-Pierre SAVY 23 NOVEMBRE 2012 Il faut suspecter un syndrome d apnée obstructive du sommeil en présence des

Plus en détail

Quels patients? Quelles étiologies? Quels stades?

Quels patients? Quelles étiologies? Quels stades? JOURNEE DE FORMATION ARAIRLOR/AGEVIE PONT-A-MOUSSON, 15 OCTOBRE 2011 LA VENTILATION NON INVASIVE DES INSUFFISANTS RESPIRATOIRES CHRONIQUES Quels patients? Quelles étiologies? Quels stades? INDICATIONS

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES

LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES Collège de pathologie respiratoire d Alsace Saverne - 19 novembre 2011 LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES S. HIRSCHI Service de Pneumologie Nouvel Hôpital Civil HUS

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

Apnée du sommeil. Prenez vos rêves en main

Apnée du sommeil. Prenez vos rêves en main Apnée du sommeil Prenez vos rêves en main Symptômes de l'apnée du sommeil Symptômes diurnes Symptômes nocturnes Les patients souffrant d'apnée du sommeil n ont pas souvent conscience de leur pathologie.

Plus en détail

Section 4. - Réanimation.

Section 4. - Réanimation. Section 4. - Réanimation. "A.R. 17.7.1992" + "A.R. 12.8.1994" + A.R. 07.10.2011 + A.R.18.10.2012 E.V. 01.12.2012» "Art. 13. 1 er. A. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de

Plus en détail

et maladies neuromusculaires

et maladies neuromusculaires décembre 2014 savoir & comprendre repères AFM-Téléthon / Jean-Jacques Bernard PRISE EN CHARGE RESPIRATOIRE et maladies neuromusculaires Dans les maladies neuromusculaires, la faiblesse des muscles respiratoires

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

Titres des spécialités FMH. Pneumologie. Annexe au présent document Heures hebdomadaires de formation structurée reconnues dans votre service

Titres des spécialités FMH. Pneumologie. Annexe au présent document Heures hebdomadaires de formation structurée reconnues dans votre service Service : Pneumologie Titres des spécialités FMH Pneumologie Catégories A Autres reconnaissances 1 an, médecine interne Visite d accréditation le : Concept de formation postgraduée FMH (objectifs de votre

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

Section 1 : Introduction à la ventilation mécanique

Section 1 : Introduction à la ventilation mécanique Table des matières Section 1 : Introduction à la ventilation mécanique Chapitre 1 Description générale de la ventilation mécanique INTRODUCTION... 4 1.1 RÔLE THÉRAPEUTIQUE... 5 1.1.1 Historique... 5 Poumon

Plus en détail

VNI à fuites Pourquoi? Comment la régler?

VNI à fuites Pourquoi? Comment la régler? VNI à fuites Pourquoi? Comment la régler? Dr Nathalie Embriaco Dr Stéphane -Yannis Donati Réanimation polyvalente - USC Hôpital Ste Musse Toulon VNI et fuites Fuites parasites, non voulues Fuites intentionnelles

Plus en détail

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP [Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP Approche quantitative de l énergétique biologique : adaptation des fonctions respiratoire et cardiaque au cours d un exercice physique

Plus en détail

Guide d interprétation des rapports d observance logiciels Encore. A vos côtés. PR1 BiPAP S/T - PR1 BiPAP AVAPS BiPAP A30 - BiPAP A40

Guide d interprétation des rapports d observance logiciels Encore. A vos côtés. PR1 BiPAP S/T - PR1 BiPAP AVAPS BiPAP A30 - BiPAP A40 goodluz - Fotolia.com Guide d interprétation des rapports d observance logiciels Encore PR1 BiPAP S/T - PR1 BiPAP AVAPS BiPAP A30 - BiPAP A40 A vos côtés pour un sommeil et une respiration améliorés .

Plus en détail

UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX

UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX L'oxygénothérapie UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX Promotion 2014-2017 1 Plan 1 - Définition 2 - Indications

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. VENTILATION SERVO-s CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

FICHE TECHNIQUE. VENTILATION SERVO-s CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES FICHE TECHNIQUE VENTILATION CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES Le dispose de fonctions de ventilation SERVO uniques pour les patients adultes et pédiatriques Plusieurs modes de ventilation de série et en option

Plus en détail

Modes Standards. Modes Avancés

Modes Standards. Modes Avancés Modes Standards VC-VAC Lors de la disparition de la sédation, afin d éviter une désadaptation du patient, HORUS 4 adapte le débit insufflé à la demande du patient. VACI Ce mode associe cycles contrôlés

Plus en détail

Ana Pereira Service physiothérapie GHOL Site Rolle

Ana Pereira Service physiothérapie GHOL Site Rolle Ana Pereira Service physiothérapie GHOL Site Rolle 1. Présentation du service 2. Programme de réhabilitation 3. Maladie respiratoire chronique 4. Objectifs de la prise en charge 5. Réhabilitation respiratoire

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

Le pharmacien d officine n intervient que dans l oxygénothérapie de courte durée.

Le pharmacien d officine n intervient que dans l oxygénothérapie de courte durée. Cher.. La nouvelle réglementation en matière d'oxygène qui a été reportée 2x prendra cours le 1er juillet! Aucune modification n'a été apportée à la réglementation d'origine que nous avons décrite dans

Plus en détail

Droit de nature universelle : «quels que soient l origine, et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie»

Droit de nature universelle : «quels que soient l origine, et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie» 1 Genèse = affaire PERRUCHE Droit de nature universelle : «quels que soient l origine, et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie» Objet : «répondre à ses besoins» => Par exemple : places

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

APNÉE DU SOMMEIL. Informations générales. Pour vous, pour la vie. Hôpital Maisonneuve-Rosemont

APNÉE DU SOMMEIL. Informations générales. Pour vous, pour la vie. Hôpital Maisonneuve-Rosemont 23 APNÉE DU SOMMEIL Informations générales Hôpital Maisonneuve-Rosemont Adresse postale 5415, boul. de l Assomption Montréal QC H1T 2M4 Téléphone: (514) 252-3400 Tous droits réservés HMR, 2004 Pour vous,

Plus en détail

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Chantal Karila Hôpital Necker Enfants malades, Paris CP 2 A - 2009 Dyspnée d effort Symptôme fréquent, qui peut prendre différentes expressions Une

Plus en détail

APPAREILLAGE DE LA VNI A DOMICILE. Philippe Wibart MKDE réanimation médicale CHU Bordeaux Pellegrin

APPAREILLAGE DE LA VNI A DOMICILE. Philippe Wibart MKDE réanimation médicale CHU Bordeaux Pellegrin APPAREILLAGE DE LA VNI A DOMICILE Philippe Wibart MKDE réanimation médicale CHU Bordeaux Pellegrin Appareillage VNI au domicile État des lieux Pourquoi Pour qui Par qui Comment Critéres d efficacité Education

Plus en détail

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM)

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) Dans le but d accélérer le traitement d une demande de consultation PNAVD, plusieurs informations doivent nous être acheminées. Pour connaître

Plus en détail

Hypoventilation alvéolaire au cours du sommeil et ventilation assistée à domicile

Hypoventilation alvéolaire au cours du sommeil et ventilation assistée à domicile Série «ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, A. Cuvelier et J.-L. Pépin Hypoventilation alvéolaire au cours du sommeil et ventilation assistée à domicile J.L. Pépin 1, 2, 3, N. Chouri-Pontarollo

Plus en détail

SAOS et Hypoventilation

SAOS et Hypoventilation SAOS et Hypoventilation Symposium Philips JPRS Septembre 2011 Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille SAOS et Hypoventilation 1- Hypoventilation : Définition

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

AirElite 4h. [ Appareil respiratoire KO 2 à circuit fermé pour les missions longue durée ]

AirElite 4h. [ Appareil respiratoire KO 2 à circuit fermé pour les missions longue durée ] AirElite 4h [ Appareil respiratoire KO 2 à circuit fermé pour les missions longue durée ] High-tech par expérience La nouvelle génération d appareils respiratoires à circuit fermé: AirElite 4 h Une compétence

Plus en détail

Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence. Indications

Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence. Indications Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence Indications Jérôme CUNY 29 mai 2015 Collège Régional de Médecine d Urgence Nord-Pas-de-Calais EQUIPE FORMEE INDICATION POSEE VNI MATERIELS ADAPTES ET PERFORMANTS

Plus en détail

BPCO: 2è partie. Etre sûr du diagnostic. Enseignement thérapeutique. Réhabilitation respiratoire: quand? comment? pour qui?

BPCO: 2è partie. Etre sûr du diagnostic. Enseignement thérapeutique. Réhabilitation respiratoire: quand? comment? pour qui? BPCO: 2è partie Idées à discuter Etre sûr du diagnostic Prof. JP Janssens Service de Pneumologie, HUG Jean-Paul.Janssens@hcuge.ch J h Quelques cas cliniques Enseignement thérapeutique Réhabilitation respiratoire:

Plus en détail

ormes en soins et services respiratoires à domicile

ormes en soins et services respiratoires à domicile N Préambule ormes en soins et services respiratoires à domicile Au cours de la dernière décennie, le système de santé s est orienté de plus en plus vers des services de santé à domicile. Les connaissances

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Les nouveaux ventilateurs. Pr Brigitte FAUROUX Hôpital Trousseau, Paris Frédéric DAMAGNEZ ADEP Assistance, Suresnes François DALSTEIN AGEVIE, Nancy

Les nouveaux ventilateurs. Pr Brigitte FAUROUX Hôpital Trousseau, Paris Frédéric DAMAGNEZ ADEP Assistance, Suresnes François DALSTEIN AGEVIE, Nancy Les nouveaux ventilateurs Pr Brigitte FAUROUX Hôpital Trousseau, Paris Frédéric DAMAGNEZ ADEP Assistance, Suresnes François DALSTEIN AGEVIE, Nancy TRILOGY 100 Ventilateur support de vie + 5 kg Circuit

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Le Groupe LOURMEL soutient la FFAAIR Depuis sa création en 1953, notre groupe assure la protection sociale du secteur des industries graphiques. En complément de nos

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

Ronflement et SAOS Y penser également chez l enfant

Ronflement et SAOS Y penser également chez l enfant Ronflement et SAOS Y penser également chez l enfant J.L. Rittié Hôpital des enfants - Toulouse 2 Octobre 2008 Définitions: SAOS et ronflement SAOS: trouble fonctionnel du sommeil Episodes anormalement

Plus en détail

Réglage d un ventilateur de domicile selon pathologies

Réglage d un ventilateur de domicile selon pathologies Réglage d un ventilateur de domicile selon pathologies Dr Jésus Gonzalez-Bermejo Unité d appareillage respiratoire de domicile Service de Pneumologie et Réanimation Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

Modalités pratiques de la ventilation non invasive en pression positive, au long cours, à domicile, dans les maladies neuromusculaires

Modalités pratiques de la ventilation non invasive en pression positive, au long cours, à domicile, dans les maladies neuromusculaires Recommandations pour la pratique clinique Modalités pratiques de la ventilation non invasive en pression positive, au long cours, à domicile, dans Mai 2006 Recommandations Avec la participation méthodologique

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 3 septembre 2013. IFILL, système pour oxygénothérapie à domicile avec déambulation

AVIS DE LA CNEDiMTS 3 septembre 2013. IFILL, système pour oxygénothérapie à domicile avec déambulation COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 3 septembre 2013 CONCLUSIONS IFILL, système pour oxygénothérapie à domicile avec déambulation

Plus en détail

F É D É R A T I O N A N T A D I R 6 6 B D S T M I C H E L P A R I S 6-0 1 5 6 8 1 4 0 6 0. Dans ce numéro les résumés des interventions :

F É D É R A T I O N A N T A D I R 6 6 B D S T M I C H E L P A R I S 6-0 1 5 6 8 1 4 0 6 0. Dans ce numéro les résumés des interventions : Année 2008 Numéro 14 Février 2008 Flash Info www.antadir.com La sclérose latérale amyotrophique (SLA) et la prise en charge paramédicale des maladies neuro-musculaires Journée du Groupe de Travail des

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Enregistrements sous PPC

Enregistrements sous PPC Enregistrements sous PPC Laboratoire du sommeil, Laboratoire HP2 INSERM ERI17, EA 3745, Université Joseph Fourier Grenoble, France Patrick LEVY Jean-Louis PEPIN Renaud TAMISIER Sandrine LAUNOIS Quels signaux?

Plus en détail

La pénibilité au travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP

La pénibilité au travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP La pénibilité au travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP Loi n 2010-1330 du 9/11/2010 DIRECCTE Rhone Alpes Prévention de la pénibilité - La pénibilité au sens réglementaire - Les 3 dispositifs

Plus en détail

FORMATION TECHNICIEN RESPIRATOIRE (PRESTATAIRE DE SANTÉ À DOMICILE) Module 1: Le SAS et la PPC (11 H 30 de formation)

FORMATION TECHNICIEN RESPIRATOIRE (PRESTATAIRE DE SANTÉ À DOMICILE) Module 1: Le SAS et la PPC (11 H 30 de formation) FORMATION TECHNICIEN RESPIRATOIRE (PRESTATAIRE DE SANTÉ À DOMICILE) Module 1: Le SAS et la PPC (11 H 30 de formation) Module 2 : Les insuffisances respiratoires L oxygénothérapie à domicile (12 h 00 de

Plus en détail

ACTUALITES DANS LA VNI DE L ENFANT

ACTUALITES DANS LA VNI DE L ENFANT ACTUALITES DANS LA VNI DE L ENFANT REVUE DE LA LITTERATURE 2010 DR V HOUDOUIN HÔPITAL ROBERT DEBRÉ Buts: -Prévalence de l hypova -Critères cliniques et fonctionnelles d hypova -Evolution à un an avec et

Plus en détail

PR1 BiPAP autosv Advanced. Guide de réglages

PR1 BiPAP autosv Advanced. Guide de réglages PR1 BiPAP autosv Advanced Guide de réglages Présentation du panneau avant Écran LCD Réglages du niveau d humidification Icône d humidification Bouton d arrêt de l alarme Sélecteur rotatif/ Bouton poussoir

Plus en détail

VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE

VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE - 1 - Descriptif Onduleur et/ou PDU Contrat de service Advantage Plus Service de maintenance Service 1.0 Synthèse Table des matières 1.0 Synthèse 2.0 Caractéristiques et avantages 3.0 Détails du service

Plus en détail

L O RG R A G NISA S T A ION D E D L APPAREIL

L O RG R A G NISA S T A ION D E D L APPAREIL L ORGANISATION DE L APPAREIL RESPIRATOIRE a-presentation -Présence de 2 poumons(droit et gauche) posés sur le diaphragme: -poumon droit divisé en 3 lobes( supérieur, moyen et inferieur) -poumon gauche

Plus en détail

MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE. de l adulte Histoire. naturelle. N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches

MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE. de l adulte Histoire. naturelle. N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE de l adulte Histoire naturelle N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches Étude publiée en 25* : patients AMD suivis à La Salpêtrière et / ou à Garches

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO CONFÉRENCE DE PRESSE Campagne de sensibilisation à la BPCO Sion, jeudi 18 novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 18 NOVEMBRE 2010 Ensemble contre la BPCO : des partenaires valaisans unissent leur force

Plus en détail

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO Dr Marjolaine Georges Dr Jésus Gonzalez-Bermejo Pr Thomas Similowski Unité d appareillage respiratoire de domicile Service de Pneumologie et Réanimation

Plus en détail

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto : Un nouvel appareil de PPC avec mode "autopilote", économique et performant. EcoStar Auto est un appareil à Pression Positive qui propose un large choix de fonctionnalités

Plus en détail

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant Série «Ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, A. Cuvelier et J.-L. Pépin L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant B. Fauroux 1, F. Lofaso 2 1 Service de pneumologie pédiatrique

Plus en détail

Bases de la ventilation mécanique. C. Damm Réanimation Chirurgicale ROUEN

Bases de la ventilation mécanique. C. Damm Réanimation Chirurgicale ROUEN Bases de la ventilation mécanique C. Damm Réanimation Chirurgicale ROUEN Ventilation mécanique: définition Technique prothétique qui permet de suppléer temporairement la défaillance de l appareil ventilatoire

Plus en détail

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Mmes Barrat N N. et Mballa C.(AS) C (AS) Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Journée Régionale de Soins Palliatifs, Angers, le 2 avril 2015 ATELIER A4

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

SERVO-air Ventilateur à turbine. Libérer les performances

SERVO-air Ventilateur à turbine. Libérer les performances SERVO-air Ventilateur à turbine Libérer les performances Libérer les performances La ventilation peut être complexe, mais le ventilateur n a pas à l être. Chez Maquet, nous élaborons des ventilateurs parmi

Plus en détail

1045263 GK 1/22/07 FR-FR

1045263 GK 1/22/07 FR-FR M A N U E L D E L U T I L I S A T E U R 1001 Murry Ridge Lane Murrysville, PA 15668 www.respironics.com Respironics Allemagne Gewerbestrasse 17 8221 Herrsching, Allemagne 1045263 GK 1/22/07 FR-FR IMPORTANT!

Plus en détail

Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique

Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique BiPAP AVAPS, de Philips Respironics, offre un traitement automatique optimal au patient, tout en s adaptant à ses nouveaux besoins. Et même

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail