Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats"

Transcription

1 Esimaion d une foncion de demande de monnaie pour la zone euro : une synhèse des résulas Ce aricle propose une synhèse des résulas des esimaions d une foncion de demande de monnaie de la zone euro dans le cadre d un sysème mulivarié. Une relaion de long erme pouvan s idenifier à une foncion de demande de monnaie es irée de cee analyse. Plus précisémen, conformémen à la héorie quaniaive de la monnaie, la foncion de demande de monnaie de la zone peu êre écrie sous la forme d une équaion de viesse de circulaion de la monnaie dans laquelle la variable d inflaion n apparaî pas. Oure la significaivié des paramères de aux d inérê, on noe la présence d un for effe «revenu». Même si l hypohèse d élasicié uniaire du PIB es accepée, son inerpréaion doi êre nuancée car les choix des données e de la période d esimaion son déerminans dans l orienaion des conclusions, comme le monren les comparaisons de ces résulas avec ceux d aures éudes récenes, effecuées noammen à la Banque cenrale européenne (BCE). La relaion de long erme ser de base à une évaluaion de l écar d encaisses réelles qui indique un excès de liquidié sur la période récene. Cee noe de synhèse reprend les principaux résulas des ravaux réalisés dans le cadre du réseau «Condiions monéaires e demande de monnaie». Les résulas déaillés relaifs à chacune des paries on fai l obje de noes spécifiques ciées en référence de cee synhèse. L éude es srucurée en six paries : les modèles, les données, les résulas, une comparaison avec d aures ravaux, une mesure de l écar d encaisses réelles, mean en évidence un excès de liquidié sur le période récene, e les conclusions. Sanvi AVOUYI-DOVI Awa DIOP 1 Elisabeh-Claire FONTENY Emmanuel GERVAIS Pascal JACQUINOT Jean-Séphane MÉSONNIER Jean-Guillaume SAHUC Réseau «Condiions monéaires e demande de monnaie» NB : Le réseau «Condiions monéaires e demande de monnaie» es un groupe de ravail, inerne à la Banque de France, rassemblan des expers raachés à différenes uniés adminisraives. 1 Sagiaire de longue durée au Cenre de Recherche de la Direcion générale des e des Relaions inernaionales au momen de l éude BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

2 1. Les modèles 1.1. Le modèle de base La foncion de demande de monnaie reenue dans les éudes empiriques s écri sous la forme générale suivane (Ericsson, 1999) : M = g (Y, R) P où M désigne l agréga monéaire en ermes nominaux, P représene un déflaeur, Y es un veceur de variables d échelle en ermes réels (revenu, ransacions, richesse, ec.) e R es un veceur de coûs d opporunié (aux alernaifs au aux de rendemen de la monnaie, écars de aux, ec.). Cee forme de la foncion de demande de monnaie se réfère à la fois à l approche par les ransacions e à celle par le moif de spéculaion. Plusieurs spécificaions découlen de la foncion précédene, mais la plus fréquemmen uilisée dans les éudes empiriques es la forme semi-logarihmique linéaire : m p = α 0 + α 1 y α 2 R + ε où les variables en minuscules représenen les logarihmes des variables précédenes ; α 1 e α 2 son des paramères inconnus supposés posiifs e ε un erme d erreur. Une variane de la spécificaion précédene, irée de la maximisaion d une foncion d uilié ineremporelle, a éé proposée par Sracca (2001) qui obien l équaion suivane : avec c, R w e R m représenan, respecivemen, le logarihme de la consommaion, le rendemen des placemens alernaifs e le rendemen de la monnaie (R w > R m ). Les paramères inconnus φ i son supposés posiifs. Pour l esimaion de la demande de M1 dans la zone euro, Sracca (2001) a repris, en l amendan, la foncion de demande de monnaie proposée par Ashworh e Evans (1998) e qui s écri : Cee dernière approche se disingue des deux précédenes, enre aures, par la non-linéarié inroduie via l inverse du coû d opporunié. D aures spécificaions, noammen celle désignée sous le erme de double logarihmique (voir l expression ci-dessous) son égalemen disponibles e parfois uilisées : Lorsque α 1 = 1, la relaion s inerprèe comme une équaion de viesse de circulaion de la monnaie. 48 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

3 1.2. Le choix des variables des modèles L agréga monéaire Le choix de la mesure de l agréga monéaire es une conséquence des a priori héoriques (Goldfeld e Sichel, 1990 ; Sriram, 1999) : pour une approche en ermes de porefeuille, on privilégie, en général, les agrégas larges ; dans une analyse de la foncion d inermédiaire des ransacions, on reien pluô un agréga éroi. Touefois, c es l agréga large M3, qui es le plus souven reenu (Brand e Cassola, 2000 ; Dedola e alii, 2000 ; Calza e alii, 2001 ; Coenen e Vega, 2001 ; Golinelli e Pasorello, 2001 ; Guéné, 2001). Il en es de même pour l Union européenne ou pour les pays paricipans à l UEM (Fase e Winder, 1999 ; Bordes e alii, 2001 ; Lükepohl e alii,1996 ; Beyer, 1998 ; Hubrich, 1999 ; Lükepohl e Wolers, 1999 ; Goux, 2000 ; Muscaelli e Spinelli, 2000) 2. En revanche, les modèles de demande de monnaie pour M1 esimés pour les pays européens son rares (Sracca, 2001) alors qu ils son souven appliqués oure-alanique (Goldfeld, 1973 ; Boorman, 1976 ; Judd e Scadding,1982, e Baba e alii,1992). Par ailleurs, l agréga inermédiaire M2 es rès raremen reenu comme variable expliquée (Aris e alii,1992 ou Monicelli e Srauss-Kahn, 1993). On peu égalemen menionner l exisence de ravaux fondés sur des agrégas rendan mieux compe de la plus ou moins grande liquidié des diverses composanes de la monnaie (agrégas Divisia, par exemple, Fase e Winder, 1994 ; Fase, 1996). Le choix effecué dans cee éude, celui de M3, s inscri pluô dans la lignée des éudes empiriques récenes poran sur la zone euro Le déflaeur La plupar des ravaux récens, sauf noammen Dedola e alii (2000) ou Aris e alii (1992), reiennen le déflaeur du PIB au lieu d un indice de prix à la consommaion comme l IPCH. De la sore, c es le prix du PIB qui ser, à la fois, de déflaeur de M3 e de base au calcul de l inflaion. C es le choix qui es égalemen fai dans cee éude La variable d échelle Le PIB es la variable d échelle la plus courane dans les éudes empiriques, en dépi de ses lacunes connues, noammen les non-prises en compe des ransacions inermédiaires e financières, ainsi que des ransfers, ou la prise en compe de faceurs ne donnan pas lieu à des ransacions (Judd e Scadding, 1982 ; Goldfeld e Sichel, 1990). D aures variables d échelle (en flux) on égalemen éé proposées (PNB, consommaion, ec.), mais elles on aussi un caracère pariel. Dans ce domaine, la seule alernaive es consiuée par des variables de sock (richesse ou revenu permanen, ec.), mais elles ne son pas oujours aisées à évaluer. Fase e 2 Par conrase, dans des conribuions souven plus anciennes, cerains aueurs effecuen sur données naionales une modélisaion pour chacun des agrégas M1, M2 e M3 (Bordes e Srauss-Kahn, 1989, pour la France ; Ripai,1994, pour la Finlande) avan de privilégier une de ces mesures. Pour une revue de modèles européens naionaux de demande de monnaie M3, on pourra se reporer à Browne e alii (1997). BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

4 Winder (1999), par exemple, meen en évidence une influence significaive de la richesse sur la demande de M2 e de M3, mais pas sur M1. En conraignan à un la somme des élasiciés revenu e richesse dans leur équaion de demande de M3 pour l UEM, ils obiennen une élasicié de l ordre de 2/3 pour le revenu e de 1/3 pour la richesse 3. Touefois, c es le PIB qui demeure la variable d échelle la plus largemen uilisée, en raison de sa plus grande accessibilié Le coû d opporunié Le coû d opporunié de la déenion d encaisses monéaires es composé de deux élémens don les choix son liés aux sous-jacens héoriques (Sriram, 1999). Il s agi du aux représenan le rendemen d un acif alernaif à la monnaie e du aux de rendemen inrinsèque de la monnaie. Ainsi, l hypohèse de la nullié du coefficien du aux de rendemen inrinsèque es parfois accepée pour M1 Ball (2001) l accepe, andis que Sracca (2001) la rejee, mais elle semble excessive pour M3. Touefois, de nombreux aueurs reiennen un seul aux d inérê dans leur équaion de demande de monnaie de long erme. C es noammen le cas dans plusieurs éudes consacrées à l Union européenne ou à la zone euro (Fagan e Henry, 1999 ; Brand e Cassola, 2000) Les aures variables explicaives L inflaion apparaî comme une variable explicaive poenielle de la demande de monnaie. Touefois, elle ne fai pas l unanimié quan à la perinence de sa sélecion comme faceur explicaif inervenan dans la relaion de long erme : Guéné (2001) e Coenen e Vega (2001) la reiennen dans l ensemble de leurs variables explicaives, andis que Golinelli e Pasorello (2001) l en éliminen. En oure, dans le cadre d une analyse de l agréga éroi, des enaives de prise en compe de l innovaion financière on éé opérées (Goldfeld e Sichel, 1990 ; Henry e Sicsic, 1994 ; Ireland, 1995). Leur ransposiion au cas d une demande de monnaie M3 n es pas aisée. Nous y avons renoncé ici. Noons enfin que l aenion se pore parfois, dans une perspecive de choix de porefeuilles inernaionaux, sur un évenuel impac de la mobilié inernaionale des capiaux sur la demande de monnaie. Ceci peu se raduire par l inroducion d un aux de change effecif ou par la prise en compe des prix des acifs dans l équaion (McNown e Wallace, 1992 ; Arize e Shwiff, 1993 ; Ericsson e Sharma, 1998). Il nous a paru prémauré de reenir cee opion dans cee éude. Finalemen, c es la spécificaion la plus générale de la foncion de demande de monnaie qui es privilégiée ici. On reien, oure le PIB réel e l inflaion, le aux de rendemen inrinsèque de M3 (variable reenue dans les ravaux empiriques les plus récens), le aux d inérê à 3 mois e le aux d inérê à 10 ans des obligaions d Éa. Cee spécificaion générale perme de eser, enre aures, l égalié ou la nullié des coefficiens des coûs d opporunié de manière direce. 3 En esiman une équaion de demande de monnaie pour l'allemagne réunifiée, Gerdesmeier (1996) obien égalemen une relaion de long erme sable avec un effe significaif pour la richesse. 50 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

5 2. Les données 2.1. Le choix des données Analyser un comporemen sur une zone monéaire exige une réponse à la quesion suivane : doi-on ravailler sur des séries agrégées correspondan à l enié globale ou agréger les équaions individuelles esimées sur chacun des pays membres de la zone? Deux problèmes son alors à prendre en compe (Dedola e alii, 2000) : celui provenan d un biais d agrégaion, qui résule des condiions d agrégaion, e celui correspondan à un biais de spécificaion, qui pénalise les équaions par pays lorsqu il y a subsiuion enre devises au sein de la zone. Dans un cadre général, Pesaran e Smih (1995) monren que les esimaions de modèles dynamiques appliqués aux séries agrégées ne son pas saisfaisanes. En conséquence, ils préconisen de reenir la moyenne des esimaeurs individuels comme les esimaeurs du modèle de l ensemble de la zone. Il n es, cependan, pas cerain que ce diagnosic général s applique dans le cas des équaions de demande de monnaie. Dedola e alii (2000) on monré que les équaions par pays peuven conenir une informaion perinene pour la poliique monéaire. Ainsi, en cas d absence de subsiuion enre devises, l agrégaion d équaions esimées séparémen par pays peu êre souhaiée. Par ailleurs, selon ces mêmes aueurs, la dynamique résulan de cee agrégaion es rès proche de celle du modèle esimé sur séries agrégées. Les aueurs de ce aricle on néanmoins opé pour le modèle esimé sur des données agrégées de la zone, suivan en cela les conclusions de Monicelli e Papi (1996) ou Fagan e Henry (1999) don les ravaux consacrés à la zone euro concluen, en général, à l absence de biais d agrégaion, les erreurs de prévision du modèle agrégé éan inférieures à celles correspondan aux équaions par pays. En oure, nous avons reenu des données rimesrielles, disponibles depuis le premier rimesre Les données de la sphère réelle Deux sources de données son disponibles : l une venan de la BCE 4, l aure disponible sur le sie de Beyer, Doornik e Hendry (BDH, Beyer e alii, 2001). La spécificié des séries BDH vien, enre aures, de leur mode de réropolaion (Diop e alii, 2002). C es le PIB réel de la source BDH qui a éé privilégié, en raison de son mode de consrucion (agrégaion avec des pondéraions variables) e de la longueur de sa période de disponibilié, les séries BCE ne commençan que depuis 1990 (conre 1980 pour BDH). Le aux d inflaion (égalemen de source BDH) a éé calculé comme la différence première du logarihme du déflaeur du PIB. Ces séries son corrigées des variaions saisonnières (cvs). Au-delà du deuxième rimesre 1998, les valeurs du PIB e du déflaeur du PIB son celles données respecivemen par Eurosa e la BCE. 4 Les variables réelles son de source Eurosa, mais la BCE a reraié en pariculier le déflaeur du PIB. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

6 2.3. Les données monéaires e financières La BCE a proposé plusieurs séries de M3 se disinguan selon la naure du reraiemen réalisé : correcions liées à la réunificaion allemande, aux ires négociables déenus par les non-résidens, ec. (BCE, 2001, e 2003). La série uilisée es celle, cvs, publiée par la BCE depuis la fin novembre 2001, de laquelle son exclus les placemens des non-résidens en ires cours émis par les insiuions financières e monéaires (IFM), c es-à-dire les pars d OPCVM monéaires, les ires de créances d une durée inférieure ou égale à deux ans e les cerificas de dépôs. L agréga M3 es disponible en fréquence mensuelle depuis janvier 1980 e a éé rimesrialisé en prenan la valeur moyenne des encours mensuels sur un rimesre. Les séries de PIB e de déflaeur présenen une rupure au premier rimesre 2001, due à l inégraion de la Grèce. Si cee rupure s explique aisémen pour le PIB, l évoluion du déflaeur es, en revanche, plus difficile à jusifier. L agréga M3 connaî la même rupure car la BCE a corrigé le flux, mais pas l encours. Les aux d inérê de cour e long ermes fournis par la BCE (2003) débuen en janvier Ils son rimesrialisés en prenan la valeur moyenne des aux sur un rimesre puis réropolés grâce aux aux calculés par Brand e Cassola (2000), Calza e alii (2001) e Sracca (2001). Ces derniers son mesurés comme des moyennes des aux de la zone euro, à 11 pays membres, en uilisan les pondéraions du PIB à la parié du pouvoir d acha (PPA, base 1995). Le aux inrinsèque a éé calculé à la Banque (Diop e alii, 2002). Il es défini comme la moyenne, pondérée par les encours, du rendemen des composanes de M3 (billes en circulaion, dépôs à erme d une durée iniiale inférieure à deux ans, dépôs remboursables avec un préavis inférieur à rois mois, pensions, cerificas de dépôs, pars d OPCVM monéaires, ires de créances négociables d une durée iniiale inférieure à deux ans, voir premier encadré). Poin sur les faceurs pris en compe dans le calcul du aux inrinsèque Pour les aux crédieurs, des informaions harmonisées, dans des condiions comparables à celles du bilan monéaire au niveau de la zone euro, ne seron disponibles qu à comper de la dae de mise en œuvre du règlemen de la BCE sur les aux d inérê (débu 2003). Pour l heure, la BCE se fonde sur les ravaux réalisés en 1998 sous l égide du Comié des Saisiques (STC) de l Eurosysème, qui on permis de définir des procédures assuran une homogénéié minimale des informaions ransmises mensuellemen à la BCE en ayan recours aux saisiques exisanes dans les banques cenrales naionales (BCN) e, le cas échéan, à des esimaions. Les rendemens des produis suivans son disponibles : dépôs à vue ; dépôs remboursables avec un préavis inférieur ou égal à rois mois ; dépôs à erme d une durée iniiale inférieure à deux ans. Ces aux corresponden à la moyenne pondérée des aux déclarés par les BCN avec des poids correspondan à ceux des IFM de chacun des pays dans le oal de la zone. Touefois, ils ne son disponibles qu à comper de l échéance de janvier 1990 e ne couvren pas ous les pays..../ BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

7 .../... Un ravail d esimaion es donc nécessaire pour combler les lacunes du disposiif saisique. Calza e alii (2001) procèden de la manière suivane : pour les insrumens inclus dans M3-M2, les aux d inérê à rois mois du marché monéaire son supposés êre représenaifs des rendemens. le aux de rendemen inerne de M3 pour la période correspond à la moyenne pondérée des rendemens des conribuions naionales de la France, de l Allemagne, de l Ialie e de l Espagne, calculés à parir des informaions de la base de données de la Banque des règlemens inernaionaux (BRI ) (ci-après dénommé aux de M3 source BRI). Les poids son dérivés de la par de chaque pays dans le panier de devises incluses dans l ECU. En conséquence, le poids de l Espagne es considéré comme nul pour les échéances anérieures à son enrée dans le mécanisme de change européen en ocobre Le aux de M3 source BRI présene, après 1990, un profil idenique à celui du aux de M3 source BCE, mais avec une différence en niveau. Ce aux BRI es muliplié par un coefficien égal au rappor enre cee série e le aux BCE du débu Il a éé jugé uile d amender la méhode exposée ci-dessus sur les poins suivans : l examen des données disponibles sur l évoluion des rendemens des OPCVM monéaires monre que, au moins en France, il exise un décalage enre l évoluion de ces rendemens e celle des aux de marché. On a donc préféré affecer leur vériable rendemen aux encours de pars d OPCVM françaises ; il paraî excessif de reenir une méhode de pondéraion qui aboui à exclure un pays de l imporance de l Espagne pour la plus grande parie de la période anérieure à Par ailleurs, l uilisaion d une srucure de pondéraion différene de celle employée impliciemen pour M3 es de naure à induire des effes difficiles à cerner. En conséquence, la srucure de poids de M3 a éé appliquée pour l ensemble de la période (encours bru corrigé des placemens des non-résidens en ires inclus dans M3-M2) ; on rouve dans les bases de la BCE, au moins pour la France, l Allemagne e l Espagne, des séries de aux des dépôs à vue, des dépôs à erme à moins de deux ans e des dépôs remboursables avec un préavis inférieur à rois mois au forma défini en 1998 par le Sysème européen de banques cenrales (SEBC) qui commencen sinon en 1980 du moins enre 1980 e Ces séries on éé réropolées jusqu au débu de 1980 à parir des données de la BRI. Pour l Ialie, la reconsiuion s applique avan 1995, oujours à parir de la base BRI. Enre 1990 e 2002, le aux inrinsèque de M3, calculé comme la moyenne des aux des conribuions à M3 des quare plus grands pays de la zone euro (France, Ialie, Espagne, Allemagne) e réropolé par le réseau, es rès proche de celui reenu par la BCE pour l ensemble de la zone (moyenne des écars égale à rois poins de base avec un écar ype de dix poins de base). Par ailleurs, l évaluaion reenue présene l avanage de commencer en BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

8 3. Les résulas empiriques 3.1. Bref poin méhodologique On a de plus en plus recours à l uilisaion combinée des modèles à correcion d erreur e de la coinégraion pour éudier la foncion de demande de monnaie (Avouyi-Dovi e alii, 2002a). Comme on l a déjà signalé, l équaion de demande de monnaie peu êre écrie en univarié sous une forme semi-logarihmique : où m es le logarihme du sock de monnaie à la période, p le logarihme du déflaeur d une composane de la demande ou du PIB, π le aux d inflaion, y le logarihme du PIB réel, rown, rc e rl son respecivemen le aux d inérê inrinsèque, les aux d inérê nominal de cour e long ermes, e enfin ε un erme d erreur. Les γ i son les paramères à esimer Dans les développemens les plus récens, le modèle prend la forme d un sysème, le modèle vecoriel à correcion d erreur (Vecorial Error Correcion Mechanism, VECM), dans lequel on ese le nombre de relaions srucurelles enre les différenes variables du modèle. Sur la base de la précédene représenaion, ce sysème s écri : ( ) ( ) ( ) ( ) m p m 1 p 1 y y 1 rown rc rl = Γ 1 rown 1 rc 1 rl Γ p m p p p y p rown p rc p rl p m 1 p 1 y 1 rown 1 rc 1 rl 1 On noe que, dans ceraines éudes, un écar de aux remplace deux aux d inérê e que le aux de référence de la poliique monéaire peu êre le aux inrinsèque (Sracca, 2001 ; Calza e alii, 2001) ou le aux d inérê à cour erme de marché (Coenen e Vega, 2001 ; Brand e Cassola, 2000). C es la procédure de Johansen qui es mise en œuvre pour eser la présence e le nombre de relaions de coinégraion du sysème (voir second encadré). Pour ce qui concerne la zone euro, il n y a pas de consensus sur le nombre de relaions de coinégraion irées du sysème précéden : Brand e Cassola (2000) ainsi que Coenen e Vega (2001) reiennen rois relaions de coinégraion andis que Calza e alii (2001) n en idenifien qu une seule. Par ailleurs, on peu effecuer des ess addiionnels de resricions, par exemple eser l hypohèse d une valeur uniaire de l élasicié de la demande de monnaie au revenu, ce qui perme d écrire la foncion de demande de monnaie comme une équaion de viesse de circulaion. Rappelons que dans la spécificaion reenue (séparaion des moifs de ransacion e de spéculaion), cee hypohèse correspond au cadre d analyse de la héorie quaniaive de la monnaie. 54 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

9 3.2. Esimaions e simulaions Les performances moyennes des esimaions effecuées dans un cadre univarié, noammen en simulaions, on condui à privilégier ici la seule approche mulivariée (Avouyi-Dovi e alii, 2002b). En oure, ce cadre perme de pallier la descripion incomplèe de la dynamique inhérene à l approche univariée e de eser par exemple la conraine à l unié de l élasicié de la demande de monnaie au revenu. C es une analyse mulivariée de ype VECM qui es mise en œuvre. La méhode d esimaion es celle de Johansen, présenée dans le second encadré. Méhode de Johansen Le VAR (Vecor Auo-Regression) es une exension à plusieurs variables (mulivariée) de l approche développée par Box e Jenkins. Chaque variable es expliquée non seulemen par son propre passé comme dans le cas d un AR radiionnel, mais égalemen par le passé des aures variables du sysème. Un VAR d ordre p appliqué au cas d un sysème de dimension n s écri : avec ) ( 1 (Z 2 Z = Z ; Φ i =. Z n ) i i i ϕ 1,1 ϕ 1,2... ϕ 1,n i ϕ 2,1. i ϕ n,1... i ϕ n,n ( ) 1 ε 2. ; ε = ε... n ε Du poin de vue de l analyse économique, le principal défau du VAR es son caracère «boîe noire», c es-à-dire l absence de relaion explicie enre ses composanes : il s agi pluô d un ouil de prévision. La méhode de Johansen (1988, 1991) perme de eser l exisence e le nombre de relaions de coinégraion enre les variables du sysème. En cas de coinégraion, les combinaisons linéaires sables enre les variables coinégrées son représenées par la forme A z où A es une marice de dimension (r, n) conenan les r relaions de coinégraion. Chaque colonne de A correspond à un veceur coinégran. Par ailleurs, après reparamérisaion, ou VAR peu êre réécri : Si une ou plusieurs relaions de coinégraion son présenes dans ce VAR, ce dernier s écrira donc : où B es la marice des coefficiens des ermes à correcion d erreur, soi encore : c es-à-dire la représenaion mulivariée à correcion d erreur (VECM) où w Α Z 1 es la marice des écars des variables à leurs cibles ou plus généralemen : avec ξ un veceur de variables exogènes..../... BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

10 .../... La procédure de Johansen consise à eser si le VAR peu êre mis sous la forme précédene, c es-à-dire à eser si la marice Γ 0 peu êre décomposée sous la forme BA avec B e A représenan respecivemen les marices des viesses d ajusemen e des veceurs coinégrans. La dimension de A indique le nombre de relaions de long erme dans le sysème (0 r n). L absence de relaions sables ( Γ 0 es une marice nulle ou r = 0) indique que le VAR doi êre écri en différence (sans long erme). De même, lorsqu il y a auan de relaions sables que de variables ( Γ 0 es une marice de plein rang ou r = n), oues les variables son saionnaires e le VAR s écri en niveau. Cee méhode perme de eser la présence de plusieurs relaions de coinégraion. La méhode de Johansen es, avan ou, une méhode d esimaion (maximum de vraisemblance à informaion complèe) e, conrairemen au cas univarié, perme de eser des conraines de long erme : ess sur les viesses d ajusemen (sur la marice B) ou ess sur les paramères de la relaion de coinégraion (sur la marice A ). De ce fai, oure l analyse des propriéés des séries (ess de saionnarié), l éude empirique présenée dans cee synhèse acualise les résulas de l approche mulivariée. La démarche reenue sui rois éapes : la recherche de relaions de long erme (ess de coinégraion), l esimaion du modèle dynamique de cour erme e les simulaions des relaions L éude des propriéés saisiques De l éude de la saionnarié des séries réalisée grâce aux ess de Dickey e Fuller (DF) ou de Dickey Fuller augmené (ADF), résumée dans le ableau 1 (période 1987 : : 1), on dédui que l ensemble des variables son inégrées d ordre un. Dans le cas de l inflaion, la faible puissance des ess ne perme pas de savoir de manière précise si elle es saionnaire auour d une endance ou I(1). Dans la suie de l éude, elle es supposée I(1). Tableau 1 Propriéés saisiques des séries Séries m I 1) + y I 1) + rown I 1) rc I 1) rl I 1) π I 0) + : Tendanc e c : Consan e Ordres d inégraio n Saisiques de es ( - 5,306 [ADF] ( - 5,379 [ADF] ( - 3,707 [ADF(4)] ( - 4,626 [ADF] ( - 4,340 [ADF(3)] ( c + - 4,044 [ADF] Relaions de long erme e esimaions La période d esimaion a éé définie de manière pragmaique sur la base d un arbirage enre la aille de l échanillon e la qualié des ajusemens 5. Elle va du premier rimesre 1987 au premier rimesre Les crières d informaion usuels, comme Akaike (AIC), Schwarz (SC), Hannan-Quinn (HQ), indiquen un nombre 5 Comme on le verra plus loin dans la quarième parie, un écar imporan e difficile à inerpréer (par manque d informaion) apparaî, au débu des années quare-ving, dans l évoluion des séries réropolées (le déflaeur du PIB par exemple) irées des différenes sources. Les poins correspondan à cee sous-période de l échanillon on donc éé éliminés. 56 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

11 de reards compris enre un (HQ, SC) e quare (AIC). Dans un souci de parcimonie, ce nombre es fixé à deux. Le es de rappor de vraisemblance (voir ableau 2) indique la présence de deux relaions de coinégraion au seuil de 5 %. L idenificaion de chacune des relaions s effecue par des ess de conraines sur les coefficiens de long erme e sur les ermes de rappel. La première relaion de long erme représene ainsi une demande de monnaie alors que la seconde, qui relie aux d inérê de long erme e aux d inflaion, s inerprèe comme une équaion de Fisher : π = β 0 + β 1 rl. Ces deux relaions son représenées sous des formes normalisées dans les ableaux 3 e 4 6. Les résulas se siuen enre ceux de Brand e Cassola (2000) e Coenen e Vega (2001) (3 relaions) e celui de Calza e alii (2001) (1 relaion), mais une modificaion sensible de la période d esimaion enraîne une augmenaion du nombre de relaions d inégraion (voir Avouyi-Dovi e alii, 2002b). Tableau 2 Saisiques du es de la race Valeur propre Rappor de vraisemblance Valeur criique à 5 % Valeur criique à 1 % Nombre de relaions de coinégraion 0, ,98 102,14 111,0 1 Aucune ** 0,334 77,31 76,07 84,45 Au plus 1 * 0,302 52,50 53,12 60,16 Au plus 2 0,195 30,54 34,91 41,07 Au plus 3 0,145 17,30 19,96 24,60 Au plus 4 0,120 7,77 9,24 12,97 Au plus 5 *, * * reje de l hypohèse aux seuils de, respecivemen, 5 % e 1 % Tableau 3 Équaion de demande de monnaie Variables Coefficiens cs 1,297 y 1,000 rown 0,063 rc - 0,039 rl - 0,020 Tableau 4 Relaion de Fisher Variables s Coefficiens - 0,36 c 3 rl 0,502 Tes de resricions (LR) : Chi-deux(12) = 15,875 [0,197] L élasicié uniaire du revenu à la demande de monnaie a égalemen éé esée. Conrairemen aux résulas obenus dans le cas univarié (Avouyi-Dovi e alii, 2002b), les ess permeen d acceper, au seuil de 5 %, l hypohèse d une élasicié uniaire du PIB à la demande de monnaie. Noons que l ensemble des conraines es accepé auour de 20 %, niveau qui se siue dans la zone radiionnelle de non-reje de ce ype de ess. Les résulas obenus dans le cadre mulivarié apparaissen ainsi plus inéressans du poin de vue an économique que saisique : les hypohèses héoriques sous-jacenes ne son pas rejeées par les données e la demande de monnaie peu donc êre réécrie comme une équaion de viesse de circulaion de la monnaie. 6 Les ess d exogénéié (Avouyi-Dovi e alii, 2002a) on éé réalisés de manière sandard en esan, dans un premier emps, l exclusion joine de ous les veceurs de coinégraion dans chacune des équaions puis, dans un second emps, l exclusion de chacun des veceurs de coinégraion individuellemen dans chacune des équaions. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

12 Les rupures majeures induies par la réunificaion de l Allemagne e l arrivée de la Grèce au sein de la zone euro on éé prises en compe par l inroducion de deux variables muees à cour erme (1990 : 3 e 2001 : 1). Les ess de diagnosic sur les propriéés des résidus conduisen à des résulas saisfaisans : l hypohèse de normalié des résidus es accepée ; on noe une absence d auocorrélaion des résidus ; on accepe égalemen l hypohèse d homoscédasicié des résidus (voir l annexe pour les esimaions du modèle dynamique) Simulaions e prévisions Selon les résulas des simulaions dynamiques du modèle de long erme, présenés dans les deux derniers cadrans du graphique 1, les valeurs simulées de M3 semblen en phase avec ses valeurs observées. En revanche, la qualié de l ajusemen enre les inflaions simulée e observée es de moins bonne qualié en fin de période. Ce mauvais résula semble provenir de la présence d un poin aypique au débu de l année Les veceurs de coinégraion conrains obenus par la procédure de Johansen (cadrans 1 e 2, graphique 1) indiquen les écars plus ou moins marqués des variables endogènes observées (encaisses réelles e aux d inflaion) par rappor à leurs niveaux d équilibre. Graphique 1 Simulaions dynamiques des relaions de long erme er veceur de coinégraion 2 e veceur de coinégraion 6 8,4 4 8,2 2 8, Log (M3) esimé Log (M3) Inflaion esimée Inflaion 58 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

13 Les graphiques 2 e 3 décriven respecivemen les simulaions dynamiques du modèle de cour erme des variables en niveau e en différence. Celles-ci son pluô saisfaisanes. En effe, oure le fai que les variables simulées affichen les mêmes endances que les variables observées, globalemen, on ne noe pas d écar marqué enre les valeurs observées e simulées des agrégas. Graphique 2 Simulaions dynamiques de cour erme (variables en niveau) 8,50 5,0 8,25 2,5 8, Log (M3) Log (M3) esimé 12, Inflaion Inflaion esimée 10,0 10,0 7,5 7,5 5,0 5, Taux long Taux long esimé Taux cour Taux cour esimé 7,4 7,3 6 7,2 4 7,1 7, Log (PIB) Log (PIB) esimé Taux inrinsèque Taux inrinsèque esimé BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

14 Graphique 3 Simulaions dynamiques de cour erme (variables en différence) 0,03 2,5 0,02 0,01 0, , Dlog (M3) Dlog (M3) esimée Dinflaion Dinflaion esimée Daux long Daux long esimée Daux cour Daux cour esimée 0,02 0,01 0,0 0,00-0, Dlog (PIB) Dlog (PIB) esimée Daux inrinsèque Daux inrinsèque esimée 60 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

15 Les prévisions de demande de monnaie e du aux d inflaion son résumées dans les graphiques 4 e 5 qui corresponden respecivemen aux simulaions hors échanillon des variables en niveau e en différence. Les prévisions son, dans leur ensemble, saisfaisanes. Graphique 4 Prévisions du VECM (variables en niveau) 8,5 5,0 2,5 8,4 0, Prévisions Log (M3) Prévisions Inflaion 10,0 7,5 5 5, Prévisions Taux long Prévisions Taux cour 4 7,40 7,35 2 7, Prévisions Log (PIB) Prévisions Taux inrinsèque BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

16 Graphique 5 Prévisions du VECM (variables en différence) 0,03 0,02 2,5 0,01 0, Prévisions Dlog (M3) 0, Prévisions Dinflaion Prévisions Daux long Prévisions Daux cour 0,02 0,5 0,01 0,0 0, Prévisions Dlog (PIB) Prévisions Daux inrinsèque 62 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

17 4. Une comparaison des résulas Les résulas harmonisés des différenes éudes (Brand e Cassola, 2000 ; Calza e alii, 2001 ; Coenen e Vega, 2001 ; Gerlach e Svensson, 2001) menées sur la demande de monnaie au sein de la zone euro son synhéisés dans le ableau 5 7. Tableau 5 Équaion de long erme de demande de monnaie Aueurs Périodes y rown c r rl rc rown rl BC 1980 : : 3 1,331 0,0040 CGL 1980 : : 4 1,336 0,0086 CV (a) 1980 : : 4 1,125 0,0087 0,0151 GS (a) 1981 : : 4 1,510 0,0156 BdF 1987 : : 1 1,000 0,063 0,039 0,020 BC : Brand e Cassola CGL : Calza e alii CV : Coenen e Vega GS : Gerlach e Svensson (a) Analyse univariée rc π À la différence des résulas de cee éude, l élasicié du revenu à la demande de monnaie es significaivemen supérieure à 1 dans les éudes ciées dans le précéden ableau. Elle es comprise enre 1,1 (Coenen e Vega, 2001) e 1,5 (Gerlach e Svensson, 2001). En revanche, les coefficiens poran sur les aux d inérê son, environ, cinq fois moins imporans que ceux issus des esimaions présenées ici. Cee différence semble provenir des périodes d esimaion e des variables reenues dans les différenes éudes. En effe, une esimaion des modèles présenés dans le ableau 5, sur la période reenue ici e avec les variables reenues par les différens aueurs, condui à des coefficiens similaires aux nôres hormis l élasicié au revenu qui demeure supérieure à 1. Comme l illusre le graphique 6, l écar enre la masse monéaire réelle M3 uilisée dans cee éude e celle de Calza e alii (2001) (normée par le PIB) es pariculièremen marqué sur la sous-période Cee différence peu êre, au moins en parie, impuée aux variables de prix (voir graphique 7). Ainsi, les choix de la période d esimaion e des variables condiionnen largemen les résulas. Ceux de nore éude permeen d obenir une élasicié uniaire du revenu à la demande de monnaie, plus conforme à la héorie 8. 7 À la différence du papier originel de Brand e Cassola (2000), les aux d inérê ne son pas divisés par 400. Par ailleurs, ous les aux son en pourcenage. De ce fai, les variables de même naure son exprimées dans une unié commune. On peu donc comparer direcemen les coefficiens esimés dans les différenes éudes. 8 Des esimaions effecuées sur une période sensiblemen différene ( , par exemple) de celle reenue ici on révélé une relaive insabilié des paramères de coûs d opporunié. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

18 Graphique 6 Viesse de circulaion de la monnaie (en logarihme) 1,15 1,10 1,05 1,00 0,95 0,90 0, Viesse (CGL) Viesse Graphique 7 Glissemen annuel des prix 0,14 0,12 0,10 0,08 0,06 0,04 0, Prix (CGL) Prix (BDH) 64 BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

19 5. Demande de monnaie e écar d encaisses réelles Pour illusrer nos résulas, nous proposons une mesure de l écar d encaisses réelles (real money gap, RMG) défini comme la différence des logarihmes du niveau observé e de celui de référence d encaisses réelles. Formellemen, ce écar s écri (en logarihme) : rmg = (m p) (m p) * Le niveau d équilibre des encaisses réelles es obenu en remplaçan les valeurs couranes du revenu, du aux inrinsèque e des coûs d opporunié, respecivemen, par leurs valeurs d équilibre ou de référence dans l équaion de long erme des encaisses réelles. Le RMG peu alors se réécrire sous la forme : rmg = (m p) ( α ˆ 0 + ˆα 1 y* + αˆ 2 rown * + αˆ 3 rc * + αˆ 4 rl * ) * où x désigne la valeur d équilibre du logarihme de la variable x. Les coefficiens esimés son irés de l approche mulivariée, plus robuse en ermes saisiques e plus conforme à la héorie économique. Plus précisémen, l expression générale du RMG prend la forme : rmg = (m p) (1,297 + y * + 0,063rown * 0,039rc * 0,020rl * ) Dans ce exercice, en suivan l usage dans ce domaine, les valeurs d équilibre des variables son obenues par lissage. La méhode la plus courammen uilisée es celle du filre d Hodrick Presco (HP). Les séries éan rimesrielles, le paramère de lissage reenu (1600) es usuel. La BCE (Bruggeman e alii, 2002) par exemple, reien une moyenne mobile cenrée sur cinq rimesres comme méhode alernaive de lissage des aux d inérê. Nous proposons ici un calcul de l écar d encaisses réelles uilisan ces deux approches pour les aux d inérê, la producion poenielle resan calculée par le filre HP. Dans le cadre d une évaluaion plus fine de l écar d encaisses réelles, on pourra uiliser la panoplie d indicaeurs proposée par le groupe d expers composan le réseau PIB poeniel de la Banque de France (2002). Le graphique 8 monre que les résulas son, globalemen, comparables au plan qualiaif. Touefois, en ermes quaniaifs, ils son sensiblemen différens. Le filrage HP lisse plus l écar d encaisses réelles, andis que la moyenne mobile condui à un profil d écar plus heuré, avec une mise en évidence de valeurs exrêmes plus prononcées. Ces différences proviennen des choix des paramères de lissage e de la durée sur laquelle la moyenne mobile es calculée. BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS

20 Cee sensibilié des résulas au choix de la méhode de lissage influence an la variance que le niveau de l écar d encaisses réelles. Ce consa incie à une ceraine prudence quan aux diagnosics d excès ou de manque de liquidié dans la zone euro. Touefois, quelle que soi la méhode reenue, un excès de liquidié es mis en lumière sur la période récene, an dans nos simulaions que dans celles de la BCE (voir graphiques 8 e 9). Graphique 8 Écar d encaisses réelles de la zone euro 0,08 0,06 0,04 0,02 0-0,02-0,04-0,06-0, RMG (Hodrick Presco) RMG (moyenne mobile) Graphique 9 Écar d encaisses réelles de la zone euro 0,04 0,00-0,04-0,08-0, RMG (CGL) RMG (BC) Source : Bruggeman e alii, BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE N 111 MARS 2003

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comporemen du banquier cenral en environnemen incerain Sanvi AVOUYI-DOVI & Jean-Guillaume SAHUC 07-05 www.univ-evry.fr/epee

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 2/2005 Croissance économique e consommaion d énergie au Congo : une analyse en ermes de causalié Samuel AMBAPOUR Chrisophe MASSAMBA BAMSI

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo. Union monéaire e impac du commerce bilaéral inra zone : approche par les VAR srucurels dans la zone CFA Laif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.fr Oumy Laye layendiaye78@yahoo.fr Résumé Ce aricle ene de répondre

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro L orienaion de la poliique monéaire à l aune du aux d inérê «naurel» : une applicaion à la zone euro Le regain d inérê récen pour le concep de aux d inérê «naurel», inrodui par Wicksell au débu du XX e

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007 Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données inernaionales de 1984 à 2007 Rafik ABDESSELAM 1, Sylvie LECARPENTIER-MOYAL 2, Paricia RENOU-MAISSANT

Plus en détail

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique Sabilié des prix e sraégie de poliique monéaire unique Chrisian Bordes 1 e Lauren Clerc 2 Décembre 2003 Résumé Ce aricle pore sur l objecif de sabilié des prix dans le cadre de la sraégie de poliique monéaire

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR Modélisaion de la conagion des marchés financiers basée sur la coinégraion asymérique : le cas des marchés américain, français, anglais e japonais. Absrac Le bu de ce aricle es d analyser la conagion des

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts?

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts? La persisance des chocs de volailié sur le marché des changes s es-elle modifiée depuis le débu des années quare-vings? Michel BEINE * Sébasien LAURENT Ce aricle vise à déerminer si la persisance des chocs

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen de Travail ANALYSE ET PREVISION DES SERIES TEMPORELLES PAR LA METHODE DE BOX

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration Relaions dynamiques enre poliique macro-économique e seceur agricole en Tunisie : Une approche de coinégraion Chebbi H.E., Gil J.M. in Laajimi A. (ed.), Arfa L. (ed.). Le fuur des échanges agro-alimenaires

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail