Le Royaume du Maroc et sa politique envers l Afrique sub-saharienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Royaume du Maroc et sa politique envers l Afrique sub-saharienne"

Transcription

1 Le Royaume du Maroc et sa politique envers l Afrique sub-saharienne ETUDE Institut français des relations internationales (IFRI) Auteur : Alain ANTIL Novembre 2003 Le contenu de cette étude n'engage que son auteur

2 Sommaire INTRODUCTION I.- Quand le sultan devient roi. Le roi et le système de pouvoir au Maroc 2 Le pouvoir limité du sultan Le maghzen Le Protectorat Un souverain au faîte de sa puissance Le Roi comme incarnation d une nation à réunifier La religion et la politique étrangère comme mode de renforcement du trône II- La politique étrangère de Mohamed V et d Hassan II.. 16 La contestation de l existence de la Mauritanie L affaire du Sahara occidental Les conséquences ambivalentes du dossier saharien La politique africaine au sein de la politique étrangère Les modalités de la politique africaine du Maroc sous Hassan II III.- La nouvelle politique africaine du Maroc.. 32 Dans quelles mesures peut-on parler d une nouvelle politique africaine? Une situation économique délicate Une activité diplomatique accrue depuis 1996 Une nouvelle dimension de la politique africaine du Maroc : l économie Les ressorts d une politique, ou la vision de Mohamed VI L axe Rabat-Nouakchott-Dakar, le nouvel horizon marocain IV.- Comparaison avec la Libye et épilogue 56

3 2 La nouvelle politique africaine du Maroc INTRODUCTION Le 27 février 2002, le roi Mohamed VI réussissait le tour de force de réunir les chefs d Etat Lansana Conté, Charles Taylor et Ahmad Tejan Kabbah, présidents respectifs de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone. Aucun négociateur n avait pu réunir les principales parties prenantes des troubles qui ravagent l une des zones les plus instables du continent africain. Ce succès diplomatique est très représentatif de l intérêt marocain, de plus en plus prononcé vis à vis de l Afrique de l Ouest. Les programmes de coopération se multiplient dans les domaines de l agriculture, l hydraulique, les aménagements urbains, les infrastructures ou encore l éducation... Exemple représentatif, durant le dernier sommet franco-africain de Paris, Mohamed VI et Abdoulaye Wade ont signé des accords relatifs à l établissement d une liaison maritime entre leurs deux pays. Les liens avec des pays comme le Sénégal, le Mali ou la Mauritanie sont déjà anciens. Mais la politique africaine du Maroc ne semble plus être confinée à ses relations d amitié ou de voisinage, mais s étendre à de nombreux pays de l Afrique noire, concrétisés par des accords de coopération et de baisse des taxes douanières. Le roi Mohamed VI s implique également beaucoup en faveur de la suppression de la dette des PMA (Pays les moins avancés). Compte tenu de ces nouvelles tendances, il parait utile de conduire une étude sur les aspects nouveaux de la politique africaine

4 3 du Maroc. Aussi tenterons-nous de présenter des éléments d appréciation de cette nouvelle politique et de les replacer dans un contexte plus large pour en saisir les ressorts profonds. Sans verser dans l œuvre d érudition, l étude d une politique ne peut se limiter à une synthèse de données ponctuelles. Une politique doit être jaugée à l aune des ruptures avec la politique précédente, de la place qu elle occupe dans la hiérarchie des préoccupations, de l architecture du pouvoir en place et de ses contingences. La comparaison avec la politique d un pays de la région peut également rendre saillants certains traits essentiels. Le risque qu encourt l étude de ce type de phénomène est, par un naturel processus de focalisation, de surdéterminer l objet des investigations. Aussi devrons-nous, tout au long de cette étude, ne jamais perdre de vue le fait que, malgré d évidentes connexions avec l essentiel dossier du Sahara occidental, la politique africaine du Maroc, et en particulier pour la zone subsaharienne, est un domaine dont on parle peu au Maroc, sur lequel existent peu d écrits, et qui n intéresse que très secondairement les Marocains, dont les regards se détournent du continent noir. Aussi, l analyse étendue de la nouvelle politique africaine du Maroc, dont les dates marquantes sont 1996 et l entrée en fonction du roi Mohamed VI en 1999, et qui constituera la partie centrale de l étude, sera accompagnée de trois parties plus brèves, qui, comme autant de contrepoints, éclaireront la partie principale. Nous tenterons d abord d apprécier la place du roi dans le système de pouvoir du royaume et les conditions qui l ont conduit à occuper cette place, ainsi que le rôle de la politique étrangère dans la pyramide de pouvoir. Nous analyserons ensuite la politique africaine du roi Hassan II au regard de sa politique étrangère. Cette partie sera également le lieu d évoquer une des dimensions cardinales de la politique hassanienne, c est-à-dire le problème du Sahara occidental, qui poussera le Maroc à quitter l OUA (Organisation de l Unité Africaine) et ses différentes commissions. La troisième et principale partie sera pour nous l occasion d analyser en profondeur les tendances majeures de la politique actuelle du Maroc à l égard de l Afrique subsaharienne dans ses aspects diplomatiques, économiques, de coopération, qui

5 4 illustreront en fait parfaitement le rôle que souhaite jouer le royaume chérifien dans le monde contemporain. Enfin, l ultime partie, sera consacrée à une brève comparaison de la politique africaine du Maroc avec celle d un autre pays de l Afrique du Nord, à savoir la Libye, pour éviter l effet de loupe et avoir un réel recul pour évaluer les orientations marocaines. Maroc I Quand le sultan devient roi. Le roi et le système de pouvoir au Le pouvoir limité du sultan En 788, Idris I er, descendant d'ali, gendre du Prophète, qui avait fui l'arabie, fonda la dynastie des Idrissides. C est généralement à partir de cette date que les historiens parlent d une véritable entité marocaine. Les Idrissides régnèrent jusqu'en 926 et fondèrent, sous Idriss II, la ville de Fès, qui devint un important centre religieux et intellectuel. Après la mort de celui-ci, le royaume idrisside entra en déclin. Alors que l'est subissait les raids des nomades Beni Hilal, les Fatimides chiites d'égypte et les Omeyyades de Cordoue rivalisaient pour étendre leur domination sur le Maroc. L histoire du Maroc est ainsi rythmée par une succession de dynasties : Almoravides, Almohades, Mérinides, Watassides, Sa adiens, Alaouites. Si certaines d entre elles fondèrent de véritables empires, les dissidences perpétuelles des tribus faisaient du Maroc une entité aux contours flous où les sultans ne gardaientt leur prééminence que par un équilibrage entre négociation, intimidation et combat à l encontre des différents pouvoirs locaux et des forces centrifuges. C est avec les Sa adiens 1 ( ) que l on a recours à un nouveau type de légitimité, sur une base généalogique, le sharifisme (c est à dire une généalogie qui descend en ligne directe de la famille du prophète Mohamed). Autre ciment politique, les Sa adiens représentaient, pour les Marocains, l opposition aux menaces d invasions. Le Maroc se sentait en effet menacé par l éveil de l Europe et l expansion des ottomans. Avant les Sa adiens, il serait abusif d évoquer la notion de

6 5 pouvoir central. Le contexte dans lequel les Sa adiens vont ériger leur pouvoir se caractérise par deux points : une société mobilisée contre un ennemi extérieur et une revendication nouvelle de la part des nouveaux maîtres, une légitimité qui transcende toutes les forces en présence puisqu il s agit d une généalogie sacrée. Avec le sharifisme 2, le rapport au pouvoir change de nature, c est par l appartenance à une lignée qu un chef est reconnu comme apte à exercer le pouvoir suprême. La légitimité devient naturelle car sacrée, et l allégeance se porte vers un descendant du prophète. Le sultan est au-dessus de la société. Auparavant, le pouvoir était fondé à la fois sur la religion (défense et/ou propagation de l Islam) et des solidarités de type lignagère. Néanmoins les Sa adiens ne pouvaient s imposer qu en composant avec les pouvoirs locaux, zawiya 3 ou fédérations tribales très puissantes, avec lesquelles les Sa adiens passaient des alliances ou les combattaient. De fait, ces pouvoirs locaux étaient des acteurs incontournables de la scène politique. Les Sa adiens n eurent de cesse de rendre l Etat moins dépendant des tribus, notamment en recrutant des mercenaires pour créer une armée de métier et en trouvant de nouvelles ressources financières, distinctes des impôts, comme par exemple l or du bled es soudan. C est en effet à cette époque que les Marocains vont combattre les pouvoirs politiques au sud du Sahara, comme l empire de Songhaï. Cet épisode historique est d ailleurs très important pour comprendre les revendications du Grand Maroc à l indépendance. Le Maroc a toujours mis en avant son enracinement saharien. Les principales dynasties marocaines Idrissides ( ) Idriss II fonde Fès, la capitale, en 808. Almoravides ( ) Youssef ben Tachfin, berbère saharien, fonde la ville de Marrakech en 1062 et étend son autorité sur l Andalousie. 1 Cf. Abdallah Ben Mlih : Structure politique du Maroc colonial, 1990, l Harmattan, p Ibid. p. 46.

7 6 Almohades ( ) Dynastie berbère du Haut Atlas. Mérénides ( ) Wattassides ( ) Sa adiens ( ) Alaouites (depuis 1666) Moulay Hafid signe le traité de Protectorat en Mohamed V devient sultan en 1927 Indépendance en 1956 Hassan II devient roi en 1961 Mohamed VI devient roi en 1999 Mulay al Rachîd met définitivement fin à la dynastie Sa adienne 4. En effet, les sultans sa adiens en prônant le sharifisme, pouvaient être concurrencés par n importe quel groupe ayant une généalogie le rattachant au prophète. Ainsi, les Alaouites s installent en Ils tentent d établir de nouveaux rapports entre l Etat et les pouvoirs périphériques en systématisant un principe de gouvernement 5. En combinant la force et la diplomatie, la négociation et le commandement, le pouvoir central tente de s imposer. Le sultan dispose déjà de la légitimité spirituelle, il tente de bâtir une légitimité temporelle acceptée par tous. Mais le pouvoir a toujours les mêmes facteurs de fragilité, en particulier sa faiblesse militaire et sa dépendance financière vis a vis des tribus sur lesquelles il lève l impôt. Les Alaouites feront appel à des esclaves soudanais dans les rangs de leur armée, mais ces derniers ne tarderont pas à s ériger en force politique. Sur le plan idéologique, les Alaouites tenteront d affaiblir les zawiya et renforceront même le puissant courant malékite. Ils réussiront à affermir un système de commandement plus centralisé que l on désigne souvent par un vocable : le maghzen. Le maghzen Le mot signifie littéralement magasin, c est-à-dire le trésor, symbole de la puissance temporelle du Sultan, dont seule la légitimité religieuse peut lui permettre 3 Confrérie religieuse. 4 Cf. Ben Mlih, op. cit. p. 47.

8 7 de prélever l impôt musulman. Pour Brahim Labari 6 : Les rapports des tribus avec l autorité centrale oscillaient entre la soumission (tribus maghzen) et la dissidence (tribu siba). Les tribus maghzen acceptent à la fois l autorité temporelle et spirituelle du sultan. Les tribus siba refusent, quant à elles, l autorité temporelle tout en reconnaissant l aura spirituelle du sultan. Le maghzen désigne l autorité centrale chargée de collecter les impôts dans les tribus et d y faire régner l ordre. C est au cours de la dynastie alaouite, et surtout à partir du sultanat de Moulay Ismail ( ), que le maghzen commence à désigner l appareil étatique. Mahdi bou Mhalli note 7 que la notion ne recouvre aucune signification religieuse et qu elle n a pas d origine religieuse. L agressivité des tribus et le caractère souvent temporaire de leur soumission à l autorité centrale contraignaient les sultans à une mobilité perpétuelle visant à maintenir leur pouvoir. Comme le souligne Mahdi bou Mhalli 8, le makhzen avait un principal objectif : s assurer le contrôle des principaux centres de production qui se trouvaient dans les villes et les corridors reliant les villes entre elles et le réseau urbain marocain à l étranger par où pouvaient circuler les marchandises. Objectif secondaire : servir d arbitre aux conflits entre les tribus ou les communautés villageoises ou entre les paysans et les citadins et cela, en concurrence avec les saints ou avec les chorfas ou descendants du prophète. Troisième objectif, éventuellement défendre le territoire face aux visées étrangères. Pour ce faire, le sultan devait faire payer l impôt et se déplacer lui-même avec une armée de guichs, c est à dire des hommes fournis par certaines tribus en contrepartie de l exemption d impôt. Il était donc en perpétuel déplacement. Ce système était peu efficace et le nombre de fonctionnaires était relativement réduit. Quelques gens de plumes et quelques gens d épée. Les premiers étaient des citadins liés entre eux de longue date par des mariages multiples. Ils étaient les secrétaires du Sultan, les vizirs. Ils communiquent avec les caïds investis dans les zones contrôlées. Les gens d épée sont des campagnards, le plus souvent issus des tribus guichs. 9 C est à la fin du XIX ème siècle que le sultanat se dote d un 5 Voir plus bas le paragraphe sur le maghzen. 6 Cf. Recettes islamiques et appétits politiques. Essai sur les fondements du pouvoir chérifien, 2002, Syllepse, p Cf. Le makhzen ou la gestion de la violence, Autrement, pp p Ibid. p Ibid. p. 178.

9 8 véritable gouvernement. Il faudra pourtant attendre la constitution de 1962 pour que l appareil étatique ait une existence légale. Le terme maghzen désigne également, outre la structure étatique, les relations clientélistes du sultan avec tout ce que le Maroc compte de notables, d oulémas, de marabouts ou encore de chefs de tribus. La structure du pouvoir est alors double, d une part un système étatique avec son administration, d autre part un système d allégeance de grands notables au sultan et à lui seul. C est ce système féodal, appelé néo-makhzen, que dénoncent aujourd hui les réformistes et les démocrates, car comme le souligne Thérèse Benjelloun 10, le peuple est mis en tutelle par ce système qui n a pas à répondre de ses décisions. De plus, comme le pouvoir décisionnel est détenu sans partage entre les mains du sultan et de ses proches conseillers, toute critique préalable visant à pointer des problèmes de société ou nécessaire à l amélioration d une institution peut être considérée comme une attaque personnelle du sultan. Le Protectorat Le régime du Protectorat fut imposé au sultan Moulay Hafid le 30 mars La convention de Fès attribuait également à l'espagne la zone septentrionale et le territoire d'ifni. Une longue période de pacification du pays s ouvrit et devait durer jusqu en 1934, date ou les dernières tribus du Haut Atlas furent soumises. Incertain quant aux capacités du sultan à contrôler ses sujets et craignant qu il ne proclame le djihad, Lyautey, le premier Gouverneur résident, remplaça ce dernier par son frère Moulay Youssef. Il transféra également la capitale à Rabat, une ville plus sûre. Le sultan demeurait en droit le souverain du Maroc, il continuait d exercer une souveraineté religieuse, qui légitimait d ailleurs le Protectorat, car le sultan avait imposé son sceau au traité. Il n avait en revanche plus de pouvoir temporel. Car, même si Lyautey avait reconstruit le maghzen, il avait doublé cette structure d une administration coloniale qui avait l essentiel des pouvoirs sur les zones civiles et militaires. Seuls les caïds du Haut Atlas gardaient une très large autonomie. 10 Cf. Visages de la diplomatie marocaine depuis 1844, 1991, Editions EDDIF, p. 32.

10 9 Le Protectorat Mars 1912 : signature du Protectorat. 12 Août 1912 : Abdication de Moulay Hafid, son frère Moulay Youssef lui succède : Création de l Office chérifien des phosphates (OCP) : Révolte d Abd el Krim, en zone espagnole : Mort de Moulay Youssef, son fils Sidi Mohamed devient sultan : Signature du dahir berbère, dénoncé par les milieux nationalistes : Fin de la pacification : Le parti de l Istiqlal publie un manifeste qui réclame l indépendance du Maroc : Discours de Tanger, dans lequel le sultan réclame l indépendance : Le Pacha de Marrakech lance un mouvement de protestation des chefs marocains contre les nationalistes et le sultan : Pétition des Pachas et Caïds réclamant la destitution du Sultan. Exil du Sultan, et remplacement par son cousin Mohamed Ben Arafa : Fin de l interrègne, retour de Mohamed Ben Youssef au Maroc : Fin du Protectorat et Indépendance du Maroc. En 1927, les Français nommèrent Mohamed Ben Youssef, le troisième fils de Moulay Youssef, sultan, car ils estimaient le jeune prince influençable. En 1930, la France souhaitait mettre en place une administration plus directe, semblable à celle qui existait en Algérie. L administration tenta de désarmer les Berbères en publiant le dahir berbère qui reconnaissait leur spécificité (langue, lois coutumières) par rapport à l'administration sultanienne. 11 D après Roger Gruner : Du Maroc traditionnel au Maroc moderne. Le contrôle civil au Maroc , 1984, Nouvelles éditions Latines.

11 10 Ce texte entraîna la première réaction nationaliste des milieux arabes, qui accusèrent la France de vouloir diviser le pays pour mieux asseoir son autorité et surtout de remplacer le droit islamique par des coutumes païennes. En cela, certains Marocains estimaient que les colonisateurs s attaquaient à l Islam alors qu ils étaient censés, selon les accords du Protectorat, protéger la coutume islamique du pays. Si le jeune sultan signa dans un premier temps le dahir berbère, il s opposera ensuite véhémentement à son application. Devant l opposition du sultan et d une grande partie de la population, l administration française dut se résoudre à retirer ce texte. Un mois après l abolition du dahir berbère, le sultan fut acclamé à son arrivée à Fès au cri de vive le Roi 12. Depuis la décennie précédente, se développait au Maroc un fort courant nationaliste qui puisait ses forces dans deux courants majeurs : d une part, de l idéologie salafiste, un courant fondamentaliste, prônant le retour aux sources de l Islam, qui dénonçait la présence de l occupant chrétien au Maroc ; d autre part, le courant dit des jeunes Marocains, c est-à-dire des fils de la grande bourgeoisie de Fès, Rabat et Salé, ayant reçu une éducation francophone au Maroc et même en France, et qui créèrent le nationalisme moderne au Maroc. Ces deux courants, pourtant fort opposés, se rejoindront dans le parti de l Istiqlal. Le sultan va représenter le symbole de la résistance pour le courant nationaliste naissant comme pour une grande partie de la population marocaine. Dès 1928, les jeunes Marocains avaient instauré la fête du trône qui traduisait à la fois leur légitimisme et leur désir de modernisme politique. Aux yeux des nationalistes, le sultan chérifien devait devenir le roi du Maroc. Les courants nationalistes se rangèrent donc derrière le roi, les uns parce qu il avait une indéniable légitimité religieuse, les autres parce qu ils pensaient que seul le roi pouvait servir de catalyseur au nationalisme marocain, car, de par son aura religieuse, il avait une relation particulière avec chaque Marocain. 12 Cf. Daniel Rivet : Le Maroc de Lyautey à Mohamed V. Le double visage du Protectorat,

12 11 La popularité du sultan augmentera avec la résistance et la relative liberté de ton dont il fera preuve au fil des années vis à vis des autorités coloniales. En 1947, au sortir de la deuxième guerre mondiale, il réclame l indépendance. Dans les années qui suivent, il pratique à de multiples reprises la grève du sceau et paralyse le fonctionnement du Protectorat. En effet, chaque décision, pour être légale, doit être paraphée de son sceau, car il est garant de la légitimité islamique de l autorité. Les autorités françaises pensent le destituer, comme le leur conseillent certains grands notables, notamment le pacha de Marrakech, El Glaouï. Le 14 août 1953, Mohamed Ben Youssef est destitué et il est contraint à partir en exil avec le prince héritier, le futur Hassan II, d abord en Corse puis ensuite à Madagascar. Il est remplacé par son cousin, l impopulaire Mohamed Ben Arafa pendant la courte période que les historiens appellent l interrègne. Cette décision aura des conséquences désastreuses pour le Protectorat. En s attaquant au Sultan, la politique française touche à la légitimité musulmane du Maroc et provoque des tensions importantes dans le pays, orchestrées en partie par les nationalistes et le très structuré parti de l Istiqlal. En effet, lors de son retour le 16 novembre 1955, Mohamed Ben Youssef jouit d un immense prestige. Son retour signe la fin du Protectorat et l Indépendance, que le Maroc acquière l année suivante, en Le 16 août 1957, le sultan est nommé roi. Le roi et le parti de l Istiqlal sont alors les deux acteurs majeurs du champ politique marocain mais aussi des rivaux de pouvoir pour l après-indépendance. Le roi parvient pourtant en quelques années à établir son autorité, aux dépens notamment du parti de l Istiqlal, qui ne tarda pas à se séparer en deux tendances : les progressistes et les conservateurs. La monarchie passe des accords avec les notables ruraux, confortés dans leurs pouvoirs et leurs privilèges. Un souverain au faîte de sa puissance 1999, Denoël, p. 9.

13 12 Bruno Etienne 13 estime, quant à lui, que l histoire marocaine présente une tendance lourde de renforcement de l autorité du sultan. Parlant du roi Mohamed V, il indique : Voilà donc un souverain qui cumule les fonctions de roi, de commandeur des croyants et de guide suprême. Les anciens souverains ne cumulaient pas, ils choisissaient. Idriss 1 er était Imam, les Almohades ont été califes, Ibn Toumert est apparu comme le Mahdi (messie) et il s est fait appeler Imam plutôt que Calife. Ibn Tachfin a pris le titre d Amir al-muslimin, prince des musulmans, tandis que Abd el Mounem s est fait appeler Amir al-muminin, prince des croyants. C est à partir du XVI ème siècle, à partir des Sa adiens qu on verra les souverains marocains cumuler ordinairement les titres. Puis on aboutira avec les Alaouites à la situation actuelle où sont cumulés tous les titres possibles. En effet, le retour d exil de Mohamed V, l Indépendance du Maroc et son couronnement ont placé le roi dans une situation de pouvoir qu aucun de ses prédécesseurs n avait connu dans l histoire du pays. Mohamed V met alors en place un néo-makhzen qui reprend à la fois les symboles de l ancien makhzen : bay a (cérémonie d allégeance annuelle, avec baise main du roi, cadeaux...) mais également l héritage d un Etat moderne, plus rationnel économiquement, légué par le Protectorat. Le roi cumule alors les rôles de souverain théocratique et de chef d Etat moderne avec des moyens de communication de masse qui permettent de relayer son image et ses discours dans toutes les régions du royaume. Il dispose aussi d une armée nationale et des ressources économiques bien plus élevées que ses prédécesseurs. Même avec la constitution, le roi est véritablement au-dessus des lois car il détient son autorité de dieu. Il peut toujours promulguer des dahirs qui ont valeur de lois, sans consulter le parlement. Le roi est au centre du pouvoir. Madhi bou Mhalli 14 décrit la structure de pouvoir comme un ensemble de cercles qui convergent tous vers le roi. Le premier cercle est constitué par la famille du roi, le clan alaouite et des nombreuses familles alliées par une politique de mariage particulièrement efficace. Le Roi est le chef de l armée, une armée beaucoup plus fiable que les guichs des sultans, malgré 13 Cf. Les arcanes du sultanat, p Op. cit. p. 180.

14 13 les coups d Etat qu aura à subir Hassan II. Il est l imam suprême, qui guide la communauté des croyants et protège les minorités religieuses 15, et l ombre de dieu sur la terre. Il est le Calife, son aura religieuse s étend au-delà du royaume chérifien. Il est le chef de l administration et il est enfin un homme d affaire au patrimoine sans aucune commune mesure avec celui de ses prédécesseurs. Cette dernière fonction se développera surtout sous le règne de Hassan II. Le roi comme incarnation d une nation à réunifier Nous tenons à le proclamer hautement : il n est pour nous de liberté valable et acceptable que dans le cadre de l unité et de l intégrité du territoire national 16. A l indépendance, le royaume repose plutôt sur la personnalité du roi que sur des institutions. Il est la figure du père et entretient, comme l a démontré Rémy Leveau 17, une relation particulière avec chaque marocain. Dans chaque famille marocaine, les enfants baisent la main du père et des hommes de la famille, tout comme les chefs féodaux lors de la cérémonie de la bay a, baisent la main du roi. Parce qu il a incarné la résistance aux Français pendant le Protectorat, le roi incarne la nation et l unité de la nation. Les Marocains recouvraient malheureusement leur indépendance avec le sentiment que le pays a été démembré 18 pendant la période coloniale. Ce thème de la nation divisée sera utilisé à l envi par le roi Mohamed V, puis par Hassan II, mais aussi par le puissant parti nationaliste de l Istiqlal et sa figure de proue, Allal el Fassi, leader du parti de l Istiqlal et promoteur de l idée du Sahara marocain. Ce fervent partisan de l expansionnisme marocain publia, durant l année 1956, année d accès de son pays à l indépendance, une carte du Grand Maroc. Par ses propos enflammés, ultra-nationalistes, il finit par imposer son discours au sommet de l Etat. Ainsi, dans un texte devenu fameux, il traçait les contours d un Grand Maroc : Nous ne serons vraiment indépendants, déclarait-il, que lorsque nous 15 Mohamed V refusera de laisser appliquer les lois du régime de Vichy à l égard de l importante minorité juive résidant au Maroc. 16 Mohamed V, discours du 15 février Cf. Le fellah marocain, défenseur du trône, 1976, Presses de Sciences Po.

15 14 aurons entièrement reconquis les terres de nos pères glorieux. Ces terres vont de Tanger, où je vous parle, jusqu au fleuve Sénégal, jusqu à la ville de Saint Louis qui est Marocaine, comme sont marocains aussi et appartiennent à notre maître le Roi, Tindouf, Colomb-Béchar, les terres du Rio de Oro et du Soudan jusqu à Tombouctou, jusqu au fleuve Niger! 19. Dans un premier temps, alors qu il était clair que la colonisation espagnole du Rio de Oro et de la Saguiet el Hamra allait encore durer, les inquiétudes et les revendications se tournèrent vers la Mauritanie, dont l Indépendance, toute proche, signifiait la légalisation internationale de l amputation d une partie du Grand Maroc 20. Le roi ne pouvait en aucun cas rester au second plan sur cette question vitale pour son pays et d une importance capitale dans la lutte qu il menait avec le parti de l Istiqlal pour le pouvoir. La question des territoires perdus allait devenir la préoccupation centrale de Mohamed V et de Hassan II. Ce dossier, qui allait déterminer durablement la politique étrangère du royaume, devenait l un des moyens pour le/les rois d unir le peuple marocain et de faire oublier l extraordinaire concentration des pouvoirs au sommet de l Etat. La religion et la politique étrangère comme mode de renforcement du trône Selon Thérèse Benjelloun 21 Si le chef de l Etat au Maroc a connu, au cours de l Histoire du Maroc, une grande diversité de nominations, tous ses titres (Calife, Sultan, Roi...) ont toujours tourné autour de sa position religieuse, source de sa légitimité et de son pouvoir temporel. Ainsi, malgré l évolution du pays vers la monarchie constitutionnelle, bien qu il ait été désigné et formé par son père Mohamed V comme son successeur, Hassan II demandait en 1961, lors de son accession au trône, l investiture traditionnelle des oulémas. Le roi revendique et assume avec attention son rôle de Commandeur des Croyants aujourd hui comme hier. Aujourd hui plus qu hier peut-être, celui-ci protège son noyau central, 18 Cf. Khadija Mohsen-Finan : Sahara occidental. Les enjeux d un conflit régional, 1997, CNRS Histoire, pp Cité in Christine Garnier : Désert fertile : un nouvel Etat, la Mauritanie, 1960, Hachette, p Cf. la partie suivante. 21 Cf. : Visages de la diplomatie marocaine depuis 1844, 1991, Editions EDDIF, p. 193.

16 15 intouchable, au cœur de l imanat, au cœur des champs social, religieux, économique où se situe la personne du Roi. Ainsi, lors de la bay a, les hiérarques ne font pas allégeance à un chef d Etat mais à un Calife, personne à la fois réelle et mythique. Ce n est pas un hasard non plus que la fête du trône soit célébrée, à partir de Hassan II, le jour de l anniversaire de la déclaration d indépendance du pays, le 3 mars. Dans sa lutte contre les velléités d hégémonie du parti de l Istiqlal, l argument religieux s avérera décisif pour assurer la suprématie du roi. Aussi, la dimension califienne du pouvoir royal appelle clairement une reconnaissance du leadership religieux au niveau du monde musulman, recherche d universalité qui fait du Roi, à ce titre, un arbitre sur la scène internationale 22 qui sera susceptible de diriger le comité Al Qods ou encore de servir d interlocuteur de premier plan dans la crise palestinienne. La politique étrangère n est que le reflet de la structure du pouvoir. Aussi, la diplomatie apparaît d abord comme le domaine réservé du roi, qui élabore la diplomatie avec quelques conseillers du sérail, plus rarement avec le makhzen, mais sans jamais en rendre compte à la société. Après l indépendance, les partis entrèrent résolument dans le champ de la politique extérieure mais, comme le note Thérèse Benjelloun 23 : lorsque les partis entrant se sont opposés à la politique étrangère marocaine, c était par refus global de la politique du pouvoir royal plus que par la volonté d intervenir dans un secteur particulier et essentiel de ce pouvoir 24. Car même dans le cadre d une constitution, la personne du roi est prééminente. Dans le domaine de la politique étrangère essentiellement, le Roi mène le jeu diplomatique, qu il conçoit et conduit lui-même, quitte à en écarter de ses décisions les responsables en titre. C est lui qui interprète les faits qui, dans l environnement 22 Ibid. p Ibid. p Rachid el Houdaïgui développe une thèse plus nuancée sur le sujet, il repère des phases où les partis politiques pèsent un peu plus sur-le-champ diplomatique, mais l essentiel des décisions dépend de ce qu il nomme l UDC (Unité décisionnelle centrale) constituée du Roi,

17 16 international, concernent le royaume. [...] Hautement personnalisée, la diplomatie marocaine dépend de la vision du monde du souverain, qui apprécie en fonction de l intérêt national dont il monopolise la conception, aidé en cela, d abord par ses conseillers, ensuite par les partis politiques et la chambre des représentants 25. Miguel Hernando de Larramendi 26 affirme quant à lui que le roi intervenait de trois manières différentes dans la politique étrangère. Il intervenait d abord directement dans les réunions des diverses institutions internationales, ce qui, au fil du temps, lui avait permis de nouer des relations d amitié avec un certain nombre de dirigeants de la planète. Ensuite, il nommait, par des décrets royaux, les membres les plus éminents du Ministère des Affaires étrangères. Enfin, ses conseillers royaux, répartis par zones géographiques, rencontraient régulièrement les chefs d Etat du monde entier pour un discret lobbying sur le dossier du sahara. Au même titre que le champ religieux, le champ de la politique étrangère contribue à solidifier le trône. Avant d analyser la nouvelle politique africaine du Maroc, nous reviendrons sur la politique étrangère de Hassan II et la place de la politique africaine dans sa politique étrangère. II La politique étrangère de Mohamed V et d Hassan II Après l indépendance, l essentiel de la politique marocaine consista, dans un premier temps, à reconstituer le grand Maroc, projet fédérateur dans lequel le roi ne voulait pas être débordé par le parti de l Istiqlal. La contestation de l existence de la Mauritanie La contestation du Maroc à propos de l existence d une entité mauritanienne distincte devait donc être replacée dans une contestation plus globale d un pays qui estimait avoir été victime, pendant la période coloniale, d un véritable démembrement. Il est à ce titre fort intéressant de se pencher sur l argumentation du cabinet royal et de l armée, qui monopolisent le renseignement stratégique et qui gèrent le processus décisionnel. 25 Ibid. p. 194.

18 17 développée alors, pour ensuite aborder, dans un deuxième temps, les modes d action qui furent ceux du Maroc. Le Royaume du Maroc, qui réclamait alors la restitution de ses frontières naturelles et historiques, usa de trois types de légitimation pour ses revendications 27. Tout d abord, on utilisa des arguments de type juridique. On se référait notamment au mystérieux Protocole de et à l Acte international d Algésiras de 1906 qui, garantissant l intégrité territoriale du pays, stipulaient que le pays s étendait jusqu au fleuve Sénégal. De plus, les Marocains insistaient sur le fait que certains chefs mauritaniens, notamment au nord du pays 29, affirmaient tenir leur pouvoir du roi. Les principaux arguments étaient évidemment de nature historique. Insistant sur la communauté de race et de religion, les Marocains ne pouvaient que mettre en avant les liens historiques évidents entre les deux espaces. Les revendications historiques s appuyaient en fait sur trois points. 1- Les populations berbères vivant au Sahara furent régulièrement envahies et islamisées par des tribus arabes venues du Maroc qui imposèrent peu à peu leur langue. C est vrai pour le VII ème siècle, pour le VIII ème siècle, pour le XIV ème siècle et XV ème siècle avec les invasions respectives d Oqba Bennafi, d Abderahmane Ibn Habib et des Mâqil (dont descendent les Beni Hilal et les Beni Hassan). 2- Le second argument de poids consistait en la description de l Epopée Almoravide en tentant de montrer que les deux espaces sont indissociables. Les Sanhadja Lemtouma étaient des tribus berbères nomadisant du sud du Maroc jusqu au Niger. Au XI ème siècle, un de leur chefs, Yahya Ibn Brahim El Gedali, introduisit auprès d eux un théologien nommé Abdallah Ibn Yacine, disciple d un professeur de droit Malékite de grande réputation. Il fonda vers Cf. le chapitre intitulé : El rey y la ejecucion de la politica exterior, pp in La politica exterior de Marruecos, 1997, Editorial MAPFRE, Madrid. 27 On se référera notamment à H. DUPIEZ : Les revendications marocaines sur la Mauritanie et sur le Sahara devant le droit international et devant l Histoire in Communautés et Continents n 9 Janv./Mars Cf. Ch. SERGHINI : Le Maroc et la Mauritanie dans les relations internationales, 1982, Thèse d Etat en Droit, Université de Nice, Institut du Droit de la paix et du Développement. 2 tomes, p Tel Ma el Aïnin Cf. CH. SERGHINI op. cit. p. 225.

19 18 un couvent 30 qui commença à diffuser le message du Prophète et à voir grandir sa réputation. Les adeptes étant de plus en plus nombreux, ils décidèrent de conquérir de vastes territoires pour que le royaume de Dieu se réalise sur la terre. Sous la direction de Yahya Ibn Omar, ils commencèrent par soumettre tout le Sahara Occidental puis, sous la direction d Abou Bekr, ils se dirigèrent vers le Maroc, fondèrent Marrakech, qui donna son nom au Royaume Chérifien. 3- Enfin, les expéditions des Sultans sahariens tels que Moulay Ahmed el Mansour, Ahmed El Mahdi et le célèbre Pacha Djouder, responsable de la chute de l Empire Songhaï dans l actuel Mali, avaient en commun le désir de contrôler les routes sahariennes pour s affranchir du coût trop élevé que pouvait représenter le contrôle des flux d or, de sel et d esclaves par des pouvoirs trop forts au sud. D ailleurs, si l on considère la carte des revendications marocaines, on ne peut qu être frappé par le fait que cette prolongation saharienne voulue par le royaume regroupe les principales routes caravanières et villes étapes, c est-à-dire à la fois les axes économiques essentiels d hier et les principaux réseaux de diffusion de l Islam. Cette remarque nous entraîne vers une argumentation d un autre type et porte le débat cette fois-ci sur le plan religieux. Le Maroc insistait sur la différence qui pouvait exister entre la notion occidentale de territoire étatique et la notion arabe 31. Le territoire serait, dans la conception arabe, fondé non plus sur des faits géographiques ou historiques mais sur la religion. On ne parle plus de territoire au sens strict, avec des frontières bien délimitées 32, mais d un ensemble de fidèles qui dépendraient du Commandeur des croyants, le roi Mohamed V, Chérif Alaouite, parce que descendant direct d Ali, le gendre du Prophète. Ainsi s articulait l argumentation marocaine, qui n avait de cesse de prouver les similitudes entre les deux populations (race, croyances et mœurs en général) et de 30 Un Ribat, ceux qui le fréquentaient se nommaient Mrabtins ou Al Mourabitoun, appellations qui dérivèrent vers le terme Almoravide, littéralement ceux qui viennent du Ribat. 31 Cf. CHEIKH M BAKE FALL : La construction de la nation mauritanienne dans le sousensemble géopolitique de l Afrique du Nord-Ouest, 1983, Thèse de troisième cycle en Relations Internationales, Université de Reims. U.E.R. de Droit et de Sciences Economiques, p. 61 et FLORY M. : L ensemble mauritanien en tant que notion juridique in Introduction à la Mauritanie, 1979, p Cf. FLORY M. : La notion de territoire arabe et son application au problème du Sahara in Annuaire français de Droit international (III), Paris, 1957.

20 19 confondre, dans un même territoire, des espaces qui n avaient jamais été liés, à un même moment, par une même autorité. Les Marocains utilisaient des arguments se contredisant en partie (peut-on invoquer à la fois un argument de type juridique [au sens du droit romain avec sa conception du territoire] et un argument de type religieux qui nie la conception occidentale du territoire, pourtant invoquée précédemment?). Les relations entre le Maroc et la Mauritanie, même avant la colonisation, n étaient certainement pas aussi importantes qu on l affirme généralement et s il est vrai que les tribus de l Adrar, de l extrême nord et secondairement de l Inchiri avaient des relations suivies avec le sud marocain, ce n était évidement pas extensible à tout l ensemble maure et a fortiori au Chemana. Voyant que la simple argumentation s avérerait très certainement insuffisante, les Marocains usèrent de différents stratagèmes pour arriver à leur fin. Ils commencèrent par des tentatives de persuasions d hommes politiques. Dès la fin de l année 1956, le gouvernement marocain allait nommer des représentants de ses deux provinces du sud (Rio de Oro et Mauritanie). Il s efforcera de nouer ou de renforcer des relations avec des chefs de tribu du nord mauritanien, une politique qui portera ses fruits car plusieurs personnalités de l Adrar reconnaîtront la souveraineté marocaine. Il facilitera l émergence d un parti pro-marocain (1958) en Mauritanie, la Nadha Al Watania qui sera interdit par Ould Daddah 33 en L épisode le plus éclatant de cette phase fut certainement le ralliement retentissant de Horma Ould Babana, (premier député de Mauritanie en 1946 donc personnage incontournable de la scène politique mauritanienne naissante) aux thèses marocaines et sa fuite 34 à Rabat, qui entraînera avec lui des personnalités de premier plan comme l Emir du Trarza Mohamed Fall Ould Oumer. Ce geste sera récompensé par l octroi de hauts postes dans l administration marocaine à des Mauritaniens. Mais le royaume chérifien utilisera également la force et tentera de déstabiliser la Mauritanie. On composera à la hâte une Armée de Libération Nationale connue également par le nom de son leader, Ben Hamou 35, qui recrutera, entre autre, chez les tribus Rgaybat et mènera des actions surtout dans le nord de la Mauritanie, s en 33 Cf. Ch. SERGHINI op. cit. p Il réclamera la qualité de réfugié politique à Rabat 35 Cf. CHEIKH M BAKE FALL op. cit. p. 71.

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS 1 DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED

Plus en détail

MARRAKECH PERLE DU SUD

MARRAKECH PERLE DU SUD MARRAKECH PERLE DU SUD INFORMATIONS IMPORTANTES Maroc Nombre d habitants: 31 671 474 Monnaie: Dirham Marocain (MAD) PIB: 121.37 milliards de dollars (2009) Croissance du PIB: 5.9% (2009) Population Active:

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé Nations Unies A/65/306 Assemblée générale Distr. générale 17 août 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 59 de l ordre du jour provisoire* Application de la Déclaration sur l

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et QUATRE-VINGT-SEPTIEME SESSION ORDINAIRE DE L ORGANE

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

BAC PROFESSIONNEL SESSION 2012 CORRECTION DE L EPREUVE E1 HISTOIRE- GEOGRAPHIE

BAC PROFESSIONNEL SESSION 2012 CORRECTION DE L EPREUVE E1 HISTOIRE- GEOGRAPHIE BAC PROFESSIONNEL SESSION 2012 CORRECTION DE L EPREUVE E1 HISTOIRE- GEOGRAPHIE Ce corrigé a été réalisé dans les conditions de l examen en dehors du temps de mise en page. Il vous permet de vous situer

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT

ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT Bayram Balci* Issues de l ex URSS, les républiques d Asie centrale -Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan- étaient, au moment de

Plus en détail

Communiqué du Conseil des Ministres du 08 novembre 2013

Communiqué du Conseil des Ministres du 08 novembre 2013 Communiqué du Conseil des Ministres du 08 novembre 2013 Le Conseil des Ministres s est réuni en session ordinaire, le vendredi 8 novembre 2013 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Histoire Le Moyen-âge La société féodale

Histoire Le Moyen-âge La société féodale Histoire Le Moyen-âge Objectif(s) : - Connaître les 3 ordres de la société médiévale - Découvrir le cadre et le mode de vie des seigneurs au Moyen Age : Seigneurs / vassaux / chevaliers Histoire racontée

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

FICHE DE PROPOSITION

FICHE DE PROPOSITION GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Groupe de travail n 5 : Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance. Pour l Atelier 5 FICHE DE PROPOSITION I. Intitulé de la mesure Méthode de mise en

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

Esabac Histoire/Geschichte

Esabac Histoire/Geschichte Esabac Histoire/Geschichte Cour d'histoire en langue française première année andrea.gilardoni@istruzione.it La Méditerranée au XII siècle e Carrefour de trois civilisations II (4) - L'islam 4. l'islam

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Trophées Maroc du Tourisme Responsable

Trophées Maroc du Tourisme Responsable «Maroc, pour un Tourisme Responsable» Trophées Maroc du Tourisme Responsable - Edition 2010 - Dossier de participation Préambule Dans le cadre de la dynamique existante et générée par la stratégie nationale

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjour et diversités des situations.

1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjour et diversités des situations. Index 1. La femme immigrée en Espagne: pluralité des titres de séjours. 1.1. Quels sont les différents titres de séjour sur le territoire espagnol ou ceux auxquels une femme immigrée peut prétendre? 1.2.

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma

Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma A l'invitation de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Nous faisons toujours du tort aux autres, nous ne faisons pas attention aux nombreux domaines où la critique portée sur eux est également valable pour

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative Le système administratif français est le produit des circ o n s- tances qui ont engendré à la fin de l Ancien Régime et au début de la

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau par Catherine Séguin Problématique Cette note critique répond à un article de René Hardy «À propos

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Renforcer l action du médecin du travail

Renforcer l action du médecin du travail 1 Réforme de la médecine du travail : l avis du Conseil Économique et social mars 2008, par serge cannasse Le Conseil économique et social a rendu son avis sur la médecine du travail. Son diagnostic est

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS)

FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS) FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS) Séminaire Régional des Caraïbes organisé par le Comité Spécial des Vingt-Quatre du 23 au 25 mai 2001 à La Havane, Cuba Intervention du Représentant

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Origines de la Common Law

Origines de la Common Law Origines de la Common Law I. Origines du droit anglais 1. La common law est considérée comme le système juridique propre à l Angleterre : a. parce que ses origines remontent à des temps très anciens (les

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC Rabat, le 4 avril 2013 Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE PAR FRANÇOIS MABILLE Professeur de Sciences politiques au sein de la Faculté Libre de Droit septembre

Plus en détail

L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT

L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT Stage nouveaux programmes de Terminales ES/L Florian NICOLAS L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT Le redressement de l Afrique, auteur inconnu Source : www.cemcis.org (DR) Comment traiter la séquence?

Plus en détail

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES Cité Scientifique, Technologique et Professionnelle Guide administraf et financier Lycée Paul Vincensini et Lycée Fred Scamaroni Quelques rappels utiles... Un voyage scolaire

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail