Renforcement des systèmes nationaux d audit externe en Afrique. Stratégie conjointe de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Renforcement des systèmes nationaux d audit externe en Afrique. Stratégie conjointe de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale"

Transcription

1 GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE Renforcement des systèmes nationaux d audit externe en Afrique Stratégie conjointe de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale Banque africaine de développement Banque mondiale Directeur sectoriel Responsable sectoriel Chef de projet Membre équipe de projet Évaluateurs Consultants Directeur sectoriel Chef sectoriel Chef de projet Évaluateurs Gabriel NEGATU Carlos SANTISO Abdoulaye COULIBALY Lisandro MARTIN Kenneth Jerry ONYANGO, Damoni KITABIRE, Devinder GOYAL, Chigomezgo MTEGHA, Emanuele SANTI, Henri Marcelin NDONG-NTAH ORPC, ORQR, ORPF, OAGL, GECL Claude CORNUAU, Andy WYNNE Gérard BYAM Edward OLOWO-OKERE Renaud SELIGMANN AFTFM, AFTPR, AFTPC Consultations Le présent document présente les orientations stratégiques applicables à la contribution de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale en matière de renforcement de l audit en Afrique. Il a bénéficié des conseils et de la participation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques en Afrique et des partenaires au développement, particulièrement par le biais d une réunion consultative organisée à Tunis en mars 2008 et de consultations internes menées en 2009 au sein de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement. OSGE FÉVRIER 2010

2 Table des matières Résumé...i 1. Introduction Enjeux et opportunités liés à la réforme des institutions supérieures de contrôle Les résultats des institutions supérieures de contrôle Le statut et le mandat des institutions supérieures de contrôle Les institutions supérieures de contrôle et l efficacité de l aide L expérience récente de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale en matière d appui aux institutions supérieures de contrôle Banque africaine de développement Banque mondiale Orientations stratégiques et priorités opérationnelles Objectifs et approche Approche globale Secteurs prioritaires Niveaux d intervention Instruments, synergies et complémentarités Concertations sur l action à mener Activités de conseil et d analyse Appui opérationnel Obtention de résultats Conclusions et recommandation Conclusions Recommandation...22 Annexes Annexe 1 : Plan d action...23 Annexe 2 : Déclaration de Paris et Plan d action d Accra relevant aspects...25 Annexe 3 : L Accord de partenariat mondial d INTOSAI...26 Annexe 4 : Contexte des institutions supérieures de contrôle...27 Annexe 5 : Cadre institutionnel d AFROSAI-E...31 Annexe 6 : Appui de la BAD aux institutions supérieures de contrôle...35 Annexe 7 : Références et notes...37

3 Abréviations et sigles AFROSAI Organisation africaine des institutions supérieures de contrôle des finances publiques AFROSAI-E Organisation africaine des institutions supérieures de contrôle des finances publiques pays anglophones BAD Banque africaine de développement CREFIAF Conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques des pays francophones d Afrique au Sud du Sahara IDI Initiative pour le développement d INTOSAI IIA Institut des auditeurs internes INTOSAI Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques ISC Institution supérieures de contrôle ITIE Initiative pour la transparence dans les industries extractives PEFA Dépenses publiques et responsabilité financière PEMFAR Gestion des dépenses publiques et responsabilité financière PPTE Pays pauvre très endetté ROSC Rapport sur l observation des normes et des codes

4 Résumé 1. On s accorde généralement sur l importance que revêtent les institutions supérieures de contrôle en matière de renforcement de la gestion des finances publiques et de la bonne gouvernance financière en Afrique. Ces institutions sont des organismes publics autonomes qui effectuent les audits externes des entités du secteur public et, à ce titre, constituent un des maillons clés du système formel de responsabilité financière et de la gouvernance dans le secteur public. 2. La Déclaration de Paris et le Programme d action d Accra plaident pour des mesures plus importantes dans la voie de l appropriation par les pays des stratégies de réforme et des interventions des bailleurs de fonds mieux harmonisées, plus transparentes et plus efficaces. 3. La Stratégie conjointe devrait donner lieu au renforcement de l efficacité de la coordination entre la Banque africaine de développement et la Banque mondiale. Cette première étape a été franchie à la faveur des similarités et des complémentarités plus grandes qui existent entre les deux institutions, de la similarité des instruments qu elles offrent et de l expérience du travail ensemble. Cette stratégie fournit les bases d une coordination renforcée entre les deux institutions pour accompagner de façon durable les initiatives des institutions supérieures de contrôle au plan du renforcement des capacités. 4. La gouvernance dans le secteur public est fondée sur la division des pouvoirs et des responsabilités. Traditionnellement, il s agit de la division entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. La gestion des finances publiques est du ressort du pouvoir exécutif et est auditée par le pouvoir législatif ou par le pouvoir judiciaire ou par les deux pouvoirs. Chaque pays a mis au point sa propre approche en matière de surveillance externe des finances publiques. Toutefois, les institutions supérieures de contrôle jouent un rôle capital en ce sens qu elles soutiennent l obligation de rendre compte, encouragent la transparence en matière de gestion des finances publiques et fournissent un point de vue objectif pour ce qui est de la régularité et de la probité des opérations et des systèmes financiers. Une institution supérieure de contrôle efficace a besoin d un appui politique efficace pour garantir son indépendance effective vis-à-vis des institutions qu elle est appelée à auditer ; a besoin de ressources nécessaires pour remplir son mandat ; a besoin de la liberté éditoriale et de la capacité pour publier rapidement ses rapports ; et pour faire en sorte que ses conclusions soient suivies d effet et ses recommandations mises en œuvre. 5. La Banque africaine de développement et la Banque mondiale fournissent un appui aux institutions supérieures de contrôle et à leurs organismes régionaux depuis plusieurs années, dans le cadre de leurs interventions d appui à la bonne gouvernance et à la gestion des finances publiques. Cet appui vise principalement à bâtir des États capables et réceptifs en renforçant la transparence, l ouverture et la culture de la responsabilité en matière de gestion des fonds publics. La réalisation de ces objectifs devrait déboucher sur la prestation de meilleurs services, en particulier aux pauvres, et l amélioration des résultats au plan du développement. 6. La Stratégie conjointe vise à faire en sorte que la Banque africaine de développement et la Banque mondiale deviennent des partenaires de choix des pays africains pour la promotion de la bonne gouvernance et la gestion financière et, spécifiquement, pour le renforcement de l efficacité des institutions supérieures de contrôle. Elle est fondée sur une approche holistique tendant à renforcer les capacités des institutions supérieures de contrôle dans le cadre de la gestion des finances publiques et des systèmes de gouvernance plus élargis dont elles constituent un maillon essentiel. La Stratégie conjointe reconnaît que les plans de réforme institutionnelle applicables à chaque institution supérieure de contrôle doivent être fondés sur une analyse bien étayée des besoins de développement et doivent emporter l adhésion des acteurs clés dans chaque pays. 7. La Stratégie conjointe recommande le renforcement des institutions supérieures de contrôle dans les cinq domaines prioritaires suivants : i) appui aux réformes institutionnelles et stratégiques ; ii) renforcement des capacités institutionnelles ; i

5 iii) prestation de services d assistance technique et de conseil ; iv) établissement de partenariats avec des Parlements et d autres acteurs politiques ; et v) fourniture d un appui renforcé et ciblé aux États fragiles. 8. La Stratégie conjointe restera en vigueur pendant cinq ans, avec une revue à mi-parcours. Elle vise la fourniture d un appui aux institutions supérieures de contrôle en Afrique, par le biais d activités au niveau national, sous-régional, régional et international. Cette aide sera fournie moyennant l utilisation plus efficace des ressources disponibles, et d autres ressources nécessaires seront tirées des dotations budgétaires existantes. 9. Au niveau national, les deux institutions s emploieront à coordonner leur appui aux pays africains en vue de renforcer leurs systèmes et institutions d audit publics, notamment les institutions d audit interne. Cette coordination aura pour effet de renforcer leurs activités de conseil et de diagnostic visant à aider les pays à mettre au point et à raffiner les priorités et les programmes d action stratégiques de leurs institutions supérieures de contrôle. Une attention spéciale sera réservée aux aspects suivants : i) la formulation de dispositifs institutionnels et réglementaires pour les institutions et structures d audit interne et externe ; ii) le développement de capacités techniques et le renforcement des capacités institutionnelles des institutions supérieures de contrôle ; iii) l adoption ou le renforcement de l audit de systèmes visant à améliorer la qualité des mécanismes de contrôle interne plutôt que la seule identification des opérations irrégulières, ou le renforcement de cette activité ; iv) le développement des capacités techniques des commissions des comptes publics et d autres organismes parlementaires chargés de la surveillance des institutions supérieures de contrôle et le suivi des recommandations d audit ; et v) le renforcement de la demande de responsabilité financière par le biais d une coopération renforcée entre les institutions supérieures de contrôle et les organisations de supervision budgétaire de la société civile. 10. Au niveau sous-régional et conformément au principe de subsidiarité, la Banque africaine de développement et la Banque mondiale fourniront un appui aux organismes qui œuvrent au renforcement des institutions supérieures de contrôle au sein de leurs groupes linguistiques (AFROSAI-E, ARABOSAI et CREFIAF). 11. Au niveau régional, AFROSAI recevra un appui pour lui permettre de mieux s acquitter de ses fonctions et responsabilités par le biais du renforcement des capacités de son secrétariat, le renforcement des capacités institutionnelles et techniques de ses membres, notamment l élaboration de programmes d action stratégiques, et le renforcement de la coopération avec des acteurs clés. 12. Les résultats attendus de cette stratégie engloberont des améliorations mesurables d un certain nombre d indicateurs de performance en termes de soutien accru fourni et du renforcement de l activité d audit dans les pays africains. 13. La stratégie ne cherche pas à définir une nouvelle gamme d initiatives ou d activités, mais plutôt à fournir un cadre stratégique harmonisé visant à rationaliser et à accroître l appui fourni par les deux institutions en faveur des systèmes nationaux d audit, en fonction surtout des ressources et des instruments existants (concertation, appui budgétaire, renforcement des capacités et assistance technique). Des ressources supplémentaires seront toutefois mobilisées par le biais d instruments existants (opérations multinationales et fonds spéciaux, notamment le Mécanisme de partenariat pour la gouvernance de la Banque mondiale et le Fonds spécial multidonateurs en faveur de la gouvernance qui sera bientôt établi à la BAD). ii

6 1. Introduction 1.1. La bonne gouvernance est un facteur essentiel d une croissance économique soutenue et de la réduction de la pauvreté. La promotion de la bonne gouvernance en matière de réduction de la pauvreté est un volet capital de la stratégie à la fois de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale en Afrique. Les éléments clés de la bonne gouvernance sont l obligation de reddition de compte, la transparence, la participation, la lutte contre la corruption et la promotion d un cadre juridique et politique favorables 1. Les deux institutions reconnaissent que la corruption est généralement un symptôme des carences au plan de la gouvernance et, ainsi, que la lutte contre la corruption exige le renforcement de la gouvernance et la promotion de l intégrité, en particulier dans le domaine de la gestion des finances publiques L amélioration de la gestion des finances publiques 2 est au cœur de la bonne gouvernance et détermine la réalisation des objectifs de développement pour le millénaire. Pour cette raison, dans la Déclaration de Paris 3 de 2005, les partenaires au développement ont accepté de renforcer leurs systèmes nationaux de gestion des finances publiques, et les bailleurs de fonds se sont engagés à utiliser ces systèmes dans toute la mesure du possible. En 2008, le Programme d action d Accra 4 a visé à accélérer et à approfondir cette approche et a ainsi identifié l établissement de partenariats plus efficaces et plus inclusifs pour le développement comme l un des enjeux clés qui se présentent sur la scène du développement. De plus amples renseignements sur les engagements pertinents énoncés dans ces deux initiatives sont donnés à l Annexe L importance des institutions supérieures de contrôle 5 en matière de renforcement de la gestion des finances publiques et de bonne gouvernance est largement reconnue. Les institutions supérieures de contrôle font partie intégrante des systèmes nationaux de surveillance des finances publiques et de promotion de la responsabilité interne. Il s agit d institutions publiques autonomes qui effectuent l audit externe des organismes du secteur public et, à ce titre, constituent un des maillons clés du système formel de responsabilité financière et de gestion dans le secteur public. Le renforcement des institutions supérieures de contrôle peut donc donner lieu à des améliorations significatives au plan de l efficacité de la gouvernance dans l ensemble. La Banque africaine de développement et la Banque mondiale s engagent à appuyer les institutions supérieures de contrôle dans le cadre de leurs interventions visant à renforcer la gouvernance en Afrique. Il est manifestement nécessaire de coordonner, sur le long terme et de façon durable, l appui des bailleurs de fonds aux initiatives de renforcement des capacités des institutions supérieures de contrôle 6. Cette stratégie jette les bases d une coopération renforcée entre les deux institutions et constitue la première étape de l élargissement de la coordination des interventions des bailleurs de fonds dans ce domaine. Elle a été possible grâce aux approches communes des deux institutions, à la similarité des instruments qu elles offrent et à l expérience qu elles ont du travail en partenariat Il a été reconnu que les interventions des bailleurs de fonds doivent être collectivement mieux harmonisées, transparentes et efficaces 6. L Accord de partenariat mondial (APM) en cours d élaboration entre INTOSAI et les bailleurs de fonds vise à harmoniser, rationaliser et coordonner l appui aux institutions supérieures de contrôle aux plans international, régional et national, afin d améliorer l efficacité de l appui fourni (voir l Annexe 3 pour de plus amples renseignements). La mise au point de la Stratégie conjointe arrive à point nommé, dans la mesure où INTOSAI tiendra son premier congrès triennal en Afrique du Sud en C est la première fois qu un congrès de cet organisme se tiendra en Afrique, et cette assemblée permettra d accroître la notoriété des institutions supérieures de contrôle en Afrique et de souligner l importance d un audit externe des finances publiques indépendant, crédible et efficace La présente stratégie conjointe définit une approche visant à accroître l appui aux institutions supérieures de contrôle en Afrique, fondée sur l adhésion des pays et le renforcement de la coordination entre la Banque africaine de développement et la Banque mondiale. Cette stratégie s inspire des enseignements tirés des initiatives de renforcement de la gouvernance décrites en général dans les Orientations stratégiques et Plan d action pour la gouvernance 8 ( ), la Stratégie de renforcement des capacités 34 de la Banque africaine de développement et la stratégie de promotion de la gouvernance et de lutte contre la corruption de la Banque mondiale 9, ainsi que d autres initiatives 1

7 internationales visant à renforcer l efficacité des institutions d audit et de surveillance, notamment celles qui forment INTOSAI Cette stratégie s inspire des enseignements tirés de l expérience et des études menées récemment dans la région par les services des deux Banques et d autres institutions. La stratégie conjointe est en conformité avec les stratégies mises au point par les organismes sous-régionaux des institutions supérieures de contrôle, à savoir AFROSAI-E, ARABOSAI et CREFIAF. Elle est également conforme à la stratégie d AFROSAI, qui englobe l appui à chaque institution supérieure de contrôle pour l élaboration de ses propres plans stratégiques. Conformément à la Déclaration de Paris et à l accent que met le Programme d action d Accra sur l adhésion des pays, la stratégie conjointe s articule autour de ces plans stratégiques. Elle restera en vigueur pendant cinq ans et comportera une revue à mi-parcours. 2. Enjeux et opportunités liés à la réforme des institutions supérieures de contrôle Il existe en Afrique une vaste gamme de modèles pour la structure et la stratégie des institutions supérieures de contrôle. L Annexe 4 donne certains renseignements de base concernant les divers modèles qui ont été adoptés, leur rôle au plan du renforcement de la responsabilité et de la transparence, les types de travaux entrepris et les rapports avec d autres institutions Les résultats des institutions supérieures de contrôle L initiative internationale, intitulée Dépenses publiques et responsabilité financière (PEFA) est un dispositif de collaboration offrant un outil solide pour mesurer les résultats en matière de gestion des finances publiques et d évaluation de la qualité des systèmes de gestion financière pour tous les pays quel que soit leur niveau de revenu 11. Le dispositif PEFA englobe un certain nombre de critères de référence concernant l audit, la reddition de comptes et le contrôle interne Une analyse des notes liées aux quatre indicateurs PEFA qui influent le plus directement sur la qualité de l audit externe et la publication des résultats financiers met en évidence la faiblesse actuelle de la gestion des finances publiques en Afrique subsaharienne 12 (les indicateurs sont présentés de façon détaillée à l Annexe 6). L analyse des données provenant de 27 évaluations menées à l aide de cette méthodologie en Afrique subsaharienne fait état d une note moyenne faible, allant de D+ à C (sur une échelle de A à D). Cette note moyenne est plus faible que celle qu enregistrent d autres régions du monde et d autres dimensions du cycle budgétaire en Afrique, comme le montre la Figure 1 ci-dessous. D autres évaluations menées plus tard en Ouganda et en Afrique du Sud ont fait état de meilleures notes pour les quatre indicateurs de résultats, en particulier pour ce dernier pays. Table 1 Notes moyennes PEFA par région et dimension budgétaire 13 Région EAP (8) ECA (8) LAC (14) MENA (3) OCDE (1) SAS (2) ASS (21) Crédibilité budgétaire 2,70 2,93 3,01 2,35 4,00 2,25 2,54 Exhaustivité et transparence 2,44 2,75 2,65 2,33 3,42 1,83 2,36 Budgétisation fondée sur les politiques nationales 2,38 2,72 2,46 2,58 3,25 2,00 2,45 Prévisibilité et contrôle de l exécution 1,96 2,36 2,50 2,52 3,44 1,92 2,08 Comptabilité, enregistrement de l information et 1,76 2,58 2,43 2,04 3,33 1,94 1,96 rapports financiers Surveillance et vérification externes 1,54 2,96 1,87 2,22 3,17 1,50 1,97 Moyenne 2,13 2,55 2,49 2,34 3,44 1,91 2,23 EAP=Asie de l Est et Pacifique ; ECA=Europe de l Est et Asie centrale ; LAC=Amérique latine et Caraïbes ; MENA=Moyen-Orient et Afrique du Nord ; OCDE=Organisation de coopération et de développement économiques ; SAS=Asie du Sud ; ASS=Afrique subsaharienne. 2

8 Les institutions supérieures de contrôle ne disposent pas souvent des ressources financières, humaines et matérielles dont elles ont besoin pour s acquitter efficacement de leur mission. Ainsi, peu d entre elles sont en mesure de soumettre au Parlement des états financiers annuels audités en moins de douze mois suivant la fin de l exercice financier concerné (dans certains cas cela peut tenir au retard mis dans la préparation des comptes par le ministère des Finances). Le rapport CABRI sur les pratiques budgétaires en Afrique 14 a indiqué que deux pays seulement sur 26 ont satisfait à la norme de l OCDE (comptes publics audités disponibles dans les six mois suivant la fin de l exercice financier) et que neuf pays prennent plus de douze mois. Lorsque les rapports d audit sont soumis, ils ne sont pas nécessairement traités avec tout le sérieux qu ils méritent, et les recommandations ne sont pas nécessairement mises en œuvre Le statut et le mandat des institutions supérieures de contrôle Indépendance : pour garantir l indépendance effective des institutions supérieures de contrôle, il est nécessaire de veiller à ce que les huit principes suivants provenant de la Déclaration de Mexico 15 de 2007 soient observés : i) existence d un cadre constitutionnel/statutaire/juridique approprié et efficace et des dispositions d application de facto de ce cadre ii) iii) iv) indépendance des dirigeants des ISC et des membres (d institutions collégiales), notamment l inamovibilité et l immunité juridique dans l exercice normal de leurs fonctions mandat suffisamment large et entière discrétion dans l exercice des fonctions des ISC accès sans restriction à l information v) droit et obligation de faire rapport sur leurs travaux vi) vii) viii) liberté de décider du contenu et de la date des rapports d audit, de publier et de les diffuser existence de mécanismes efficaces de suivi des recommandations des ISC autonomie financière/managériale/administrative et accès à des ressources humaines, matérielles et monétaires appropriées Le statut du personnel de l institution supérieure de contrôle doit garantir l indépendance des employés, et le travail de ces derniers doit être à la hauteur de cette indépendance. Le profil de carrière, voire la sécurité immédiate du personnel, peut dissuader les cadres ou les autres employés de mener les audits aussi loin que l exige leur jugement professionnel. Cela est vrai pour l auditeur général ou le président jusqu au personnel subalterne. L application à l institution supérieure de contrôle de lois ou règlements concernant le service public en général peut limiter fortement cette indépendance effective. Il peut s agir des règlements concernant le recrutement, les promotions, les niveaux de rémunération, l organisation de bureau ou les conditions de service. De plus, il peut exister des restrictions abusives de l exécution du budget annuel global affecté à l institution supérieure de contrôle Le fonctionnement administratif de l institution supérieure de contrôle doit garantir son indépendance totale par rapport au pouvoir exécutif en pratique et en théorie. Les plans d audit doivent être mis en œuvre sans ingérence des fonctionnaires ou d autres agents de l État. Le personnel de l institution supérieure de contrôle devrait avoir accès à toute l information en temps voulu ainsi qu aux personnes et aux systèmes qu il juge nécessaires pour l exécution du travail d audit. Le budget des institutions supérieures de contrôle doit être adéquat et négocié directement avec le Parlement. Le pouvoir exécutif ne devrait pas être en mesure d influer sur la taille globale du budget annuel ni sur la manière dont ce budget est exécuté au courant de l exercice Capacités techniques : Chaque institution supérieure de contrôle a besoin d un personnel suffisant justifiant de capacités techniques nécessaires pour l accomplissement de toutes les fonctions liées à 3

9 l audit. Les institutions supérieures de contrôle n ont pas en général les ressources humaines suffisantes ayant les aptitudes appropriées à l audit et au contrôle. Les conditions de travail, et en particulier les salaires, étant souvent dictées par les règlements généraux de la fonction publique, les institutions supérieures de contrôle rencontrent des difficultés pour attirer et retenir des personnes ayant les qualifications nécessaires. À cela s ajoute la pénurie généralisée de ressources humaines qualifiées en comptabilité et en audit, comme l ont montré des évaluations des systèmes financiers, opérationnels et de gestion en Afrique (par exemple ROSC, PEFA, PEMFAR) Étendue des audits : toutes les opérations financières publiques, peu importe qu elles apparaissent au budget national et peu importe la façon dont elles y figurent, devraient faire l objet d un audit par l institution supérieure de contrôle. Les institutions supérieures de contrôle devraient avoir le pouvoir de procéder à l audit de l administration fiscale, des entreprises si l État y détient une participation importante ou y exerce une influence dominante, ainsi que de l utilisation de subventions octroyées sur les fonds publics Diffusion et suivi des conclusions et recommandations d audit : Les institutions supérieures de contrôle sont un maillon d un système élargi d audit des finances publiques et constituent un des piliers de l intégrité financière. Leur efficacité est donc fonction, dans une large mesure, de la flexibilité des rapports fonctionnels avec d autres composantes du système. L activité des institutions supérieures de contrôle aura peu de valeur et la motivation des auditeurs sera faible si des sanctions administratives réelles et, au besoin, pénales ne sont pas imposées à la suite des observations faites ou si les recommandations ne sont pas suivies d effet La formation professionnelle continue, souvent financée avec l appui des partenaires au développement, n a pas nécessairement donné les résultats attendus. Le personnel formé peut répondre aux offres du secteur privé, qui peut offrir des salaires plus élevés et des conditions de service plus attrayantes. Compte tenu de l organisation interne des institutions supérieures de contrôle, il peut arriver que le personnel ne soit pas en mesure d appliquer la formation reçue une fois de retour au travail. Cela peut s expliquer soit par le fait que tel ou tel domaine de l audit n existe pas dans l institution supérieure (par exemple, l audit de la performance, l audit social, l audit fondé sur la parité hommes-femmes, l audit de l environnement ou même l audit informatique) soit par le fait que le personnel formé n est pas affecté à l unité organisationnelle pertinente Appui fourni par le Parlement : Lorsque les observations d une institution supérieure de contrôle sont transmises au Parlement, les députés ont besoin d une capacité technique suffisante pour les comprendre et une motivation politique appropriée pour veiller à ce que le pouvoir exécutif prenne des mesures dans le sens des recommandations faites. Beaucoup de députés en Afrique ne possèdent pas la capacité technique suffisante pour comprendre et utiliser les rapports annuels soumis par les institutions supérieures de contrôle ou prendre des mesures à cet égard. Les députés ont également besoin d une autonomie suffisante par rapport au pouvoir exécutif pour pouvoir exiger des comptes de la part de ce pouvoir Appui politique et civique aux institutions supérieures de contrôle. Les institutions supérieures de contrôle ont besoin, pour être en mesure de s acquitter de leurs fonctions de façon durable, d un appui politique et civique durable. Elles peuvent surmonter certains des obstacles auxquels elles font face en formant et en raffermissant des alliances avec les Parlements et la société civile : i) Le Parlement peut exiger du pouvoir exécutif qu il respecte les observations faites par l institution supérieure de contrôle et qu il mette en œuvre les recommandations de cette dernière. ii) La société civile peut exercer des pressions à partir de ses organisations, notamment les médias, qui représentent les citoyens en général 16. Une opinion publique bien informée peut exercer une influence réelle sur le pouvoir exécutif au profit des institutions supérieures de contrôle et des conditions de travail de celles-ci et faire en sorte que des mesures soient prises dans le sens des observations faites par elles. 4

10 2.3. Les institutions supérieures de contrôle et l efficacité de l aide L amélioration de la transparence, de l obligation de rendre compte et de l efficacité au plan de l utilisation des ressources pour le développement est un objectif clé de la Déclaration de Paris (2005). Le renforcement de la crédibilité du budget comme outil d affectation et d utilisation des ressources pour le développement (qu elles soient d origine interne ou externe) aura pour effet d améliorer l alignement de l appui fourni par les bailleurs de fonds et permettra également aux Parlements de suivre de plus près les plans de développement de l État ce qui constitue un facteur essentiel pour le renforcement de l appropriation de ces plans par le pays La Déclaration de Paris et le Programme d action d Accra encouragent les partenaires au développement à accroître l utilisation des systèmes nationaux (en particulier dans les domaines de la gestion des finances publiques et de la passation de marchés publics). Cela devrait permettre aux pays d établir eux-mêmes et de renforcer leurs institutions responsables de la mise en œuvre des politiques de développement et de rendre compte de manière adéquate à leurs parlements et aux citoyens de l utilisation de ressources pour le développement. Des études menées par les partenaires au développement, en particulier le rapport préparé en 2009 par le Comité d aide au développement (CAD) de l OCDE sur l utilisation des systèmes nationaux de gestion des finances publiques 17 montrent qu il faudra faire beaucoup plus d efforts pour atteindre les cibles fixées. Qui plus est, l étude du CAD a spécifiquement plaidé pour une plus grande collaboration entre les bailleurs de fonds au plan de l appui au renforcement des capacités des institutions supérieures de contrôle et des commissions des comptes publics. Elle a également recommandé que les bailleurs de fonds n imposent pas aux pouvoirs publics des exigences additionnelles en matière d audit (sauf dans le cas d audits exceptionnels) mais qu ils se fient plutôt aux opinions émises par l institution supérieure de contrôle du pays et aux rapports et états financiers produits par les pouvoirs publics Dans les cas où des audits spéciaux s imposent (ce qui peut s appliquer particulièrement dans les États fragiles), les bailleurs de fonds peuvent éviter de mettre les autorités nationales sur la touche en les faisant participer aux travaux. Dans plusieurs pays, la loi exige une telle participation. Il convient également d harmoniser les exigences d audit de la part des bailleurs de fonds et les mesures de sauvegarde (comme cela arrive par diverses formes de mise en commun des financements). La Banque africaine de développement et la Banque mondiale, avec la Commission européenne mettent au point, en matière d appui budgétaire dans les États fragiles, une approche commune qui souligne l importance primordiale que revêt le rétablissement des activités d audit interne et externe dans ces États (notamment les questions de diligence raisonnable, les garde-fous et les audits) Des audits externes crédibles, efficaces et indépendants dans les pays africains sont importants pour les bailleurs de fonds et les deux institutions, en particulier dans le contexte d une utilisation accrue de l appui budgétaire comme mécanisme de choix pour la livraison de l aide. Cela exige des systèmes nationaux de gestion financière solides et des mécanismes robustes d assurance et de sauvegarde fiduciaire que seules des ISC saines peuvent fournir. 3. L expérience récente de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale en matière d appui aux institutions supérieures de contrôle 3.1 Banque africaine de développement L appui aux institutions de surveillance du budget et aux systèmes d audit nationaux est un élément central de la nouvelle stratégie en matière de gouvernance de la Banque africaine de développement. Le Conseil d administration de la BAD a approuvé en mai 2008 une nouvelle stratégie articulée dans le document intitulé Orientations stratégiques et plan d action pour la gouvernance, L objectif premier que vise la Banque en matière de gouvernance est d aider les pays africains à bâtir des États capables et réceptifs, en renforçant la transparence et la responsabilité dans la gestion des ressources publiques, avec un accent particulier sur les institutions de surveillance et les systèmes de reddition de comptes. De plus, en reconnaissant que la corruption est le symptôme de dysfonctionnements 5

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

BURKINA FASO INTRODUCTION RÉSUMÉ DES PROGRÈS RÉALISÉS

BURKINA FASO INTRODUCTION RÉSUMÉ DES PROGRÈS RÉALISÉS 00 BURKINA FASO INTRODUCTION LE BURKINA FASO, pays à faible revenu, affiche en 2009 un revenu national brut (RNB) par habitant de 510 USD qui progresse de 5 % par an en moyenne depuis 2005 (WDI, 2011).

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Développer les capacités nationales nécessaires au pilotage et à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté.

Développer les capacités nationales nécessaires au pilotage et à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté. 12 TCHAD INTRODUCTION LE TCHAD POSSÉDAIT EN 2006 UN REVENU NATIONAL BRUT (RNB) par habitant de 1 230 USD en parité de pouvoir d achat (PPA). Son taux de croissance démographique a été en moyenne de 3.3

Plus en détail

CAP VERT. Le Cap Vert affiche un revenu national brut (RNB) par habitant de 3 010 USD en 2009,

CAP VERT. Le Cap Vert affiche un revenu national brut (RNB) par habitant de 3 010 USD en 2009, 00 CAP VERT INTRODUCTION Le Cap Vert affiche un revenu national brut (RNB) par habitant de 3 010 USD en 2009, qui progresse de 6 % par an en moyenne depuis 2005 (WDI, 2011). Le Cap Vert possède une population

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action Bureau régional pour l Afrique Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action - 2 - Historique 1.1 En Afrique, sous l effet conjugué de la pauvreté et des faibles investissements dans la santé,

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Objet : Délégation d autorité améliorée vers les bureaux hors Siège de l UNESCO et liens hiérarchiques révisés

Objet : Délégation d autorité améliorée vers les bureaux hors Siège de l UNESCO et liens hiérarchiques révisés La Directrice générale DG/Note/14/3 3 janvier 2014 Original : anglais Directeur général adjoint Sous-Directeurs généraux Directeurs des bureaux, offices et divisions du Siège Directeurs et chefs des unités

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Cadre de mesure de la performance de la gestion des finances publiques

Cadre de mesure de la performance de la gestion des finances publiques Dépenses publiques et responsabilité financière Public Expenditure and Financial Accountability Cadre de mesure de la performance de la gestion des finances publiques Révision janvier 2011 Secrétariat

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 21, rue de Sarre B.P 75857 57078 METZ CEDEX 03 En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du conseil du 17 mai 2006

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ POURQUOI UNE RÉFORME? Améliorer l État de santé de la population Plus d Équité, Une meilleure couverture, Et La maîtrise des coûts! THÈMES PRIORITAIRES

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet 2. Gestion des risques 3. Gouvernance 4. Déclarations - 1

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Obstacle : Aucune stratégie de développement disponible. Il n existe que des stratégies sectorielles.

Obstacle : Aucune stratégie de développement disponible. Il n existe que des stratégies sectorielles. 00 MADAGASCAR INTRODUCTION Madagascar affiche un revenu national brut par habitant de 430 USD, qui progresse de 4 % par an en moyenne depuis 2005 (WDI, 2011). Madagascar possède une population de 19.6

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés

Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés Groupes de travail I, II et III du CoC-EEI 23 juillet 2009 Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés 1. La présente note rend compte des travaux en cours concernant la décentralisation,

Plus en détail

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER MISSION AUDIT 3, boulevard Diderot 75572 PARIS CEDEX 12 CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CHARTE DE L'AUDIT Validée par le comité des audits du 4 avril 2012

Plus en détail

Chapitre deux Orientations stratégiques et priorités du Groupe de la Banque

Chapitre deux Orientations stratégiques et priorités du Groupe de la Banque 2 Chapitre deux Orientations stratégiques et priorités du Groupe de la Banque Introduction Efficacité du développement et gestion axée sur les résultats Investir dans l infrastructure Intensifier l investissement

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Royaume du Maroc Cour des comptes المملكة المغربية المجلس األعلى للحسابات Forum Panafricain de Haut niveau organisé par le Centre Africain de Formation et de Recherche Administrative pour le Développement

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/21/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER JUILLET 2013 Comité du programme et budget Vingt et unième session Genève, 9 13 septembre 2013 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

D I R E C T I V E S D U F I D A R E L AT I V E S À L A U D I T D E S P R O J E T S. Directives du FIDA relatives à l audit des projets

D I R E C T I V E S D U F I D A R E L AT I V E S À L A U D I T D E S P R O J E T S. Directives du FIDA relatives à l audit des projets Directives du FIDA relatives à l audit des projets Approbation Comité d audit Cent vingt et unième réunion Rome, 21 novembre 2011 Directives relatives à l audit des projets Approuvées par le Conseil d

Plus en détail

Remarques introductives, décentralisation fiscale

Remarques introductives, décentralisation fiscale Remarques introductives, décentralisation fiscale Forum Régional sur la Décentralisation Marseille, 23 juin 2007 Hélène Grandvoinnet Plan Variété des CL RESSOURCES Trois grands types de ressources Ressources

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

PRESENTATION DE L AFAPDP

PRESENTATION DE L AFAPDP PRESENTATION DE L AFAPDP PLAN I - Coopération du RECEF avec l AFAPDP II - Importance de la protection des données et rôle d une Autorité de protection des données III - Expérience du BF : coopération entre

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Audit interne et contrôles internes [MU1] 2011-2012 Les examens Audit interne et contrôles internes [MU1] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen,

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail