Fraudes par marketing de masse touchant les entreprises canadiennes 30 octobre 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fraudes par marketing de masse touchant les entreprises canadiennes 30 octobre 2015"

Transcription

1 Fraudes par marketing de masse touchant les entreprises canadiennes 30 octobre 2015

2 À propos du Centre antifraude du Canada Le Centre antifraude du Canada (CAFC) est un centre d appels international chargé de recueillir les plaintes relatives aux fraudes par marketing de masse, au vol d identité, aux lettres frauduleuses provenant de l Afrique occidentale, aux fraudes par Internet et à d autres escroqueries liées au Canada. Il est coordonné par la Gendarmerie royale du Canada en collaboration avec la Police provinciale de l Ontario et le Bureau de la concurrence du Canada. Le Centre se donne pour mission de fournir à point nommé de l information exacte et utile pour aider les particuliers, les entreprises, les organismes d application de la loi et les gouvernements au pays et ailleurs dans le monde. Ses principaux objectifs consistent à prévenir ces méfaits au moyen de la sensibilisation et de l éducation, à perturber les activités criminelles, à offrir de l aide en matière d application de la loi et à renforcer les partenariats entre les secteurs public et privé dans le but de préserver l intégrité de la robustesse économique du Canada. Le CAFC ne dispose que de peu de ressources alors que seulement 12 personnes sont disponibles à l accueil et ne gèrent qu un faible pourcentage des plus de appels reçus annuellement. Bien qu un nouveau système en ligne de signalement autonome des fraudes simplifie la communication des plaintes, nombreuses sont les victimes qui ne l utilisent pas et ne parviennent pas à joindre le CAFC. Incidence des fraudes par marketing de masse La fraude par marketing de masse (FMM) constitue un problème international qui ne cesse de prendre de l ampleur. La FMM représente toujours une menace financière importante planant sur la population et les entreprises canadiennes. Au cours des 10 dernières années, les pertes ainsi causées au Canada n ont cessé d augmenter. En 2014, elles atteignaient 74 millions de dollars. Selon le CAFC, cela représente une augmentation de 266,94 % depuis 2004 alors que les pertes se chiffraient à un peu moins de 20 millions de dollars par an. Vu la sous-déclaration, les pertes signalées ne reflètent qu une partie de la réalité. Certaines études ont démontré que le CAFC reçoit moins de 1 % des plaintes, ce qui permet de présumer que les pertes atteignent des milliards de dollars 1. Par exemple, le Consumer Sentinel Network 2, une base de 1 Measuring Identity Theft in Canada: 2008 Consumer Survey, McMasters University. 2 Le réseau Consumer Sentinel a été mis sur pied en 1997 afin de recueillir les plaintes pour fraude et vol d identité. En obtenant des données de plusieurs partenaires nationaux et internationaux 2 of 6

3 données sécurisée en ligne des plaintes déposées par les consommateurs, laquelle est gérée par la Federal Trade Commission des États-Unis, a reçu plus d un million de plaintes pour fraudes en 2013, ce qui correspondrait au total à des pertes signalées de plus de 1,5 milliard de dollars 3. L érosion de la confiance qu accordent les consommateurs au marché, le détournement d argent qui aurait dû être consacré à des échanges commerciaux légitimes, le vol de sommes durement gagnées par des gens et le financement d activités criminelles connexes 4 sont d autres conséquences de la fraude par marketing de masse. Mais gardons-nous également d oublier que des rapports au sujet des victimes font état de menaces de violence physique, de troubles psychologiques tels que la dépression et même de suicide. Selon le Centre d analyse des opérations et déclarations financières du Canada, en , les infractions sous-jacentes (p. ex., les fraudes au moyen de cartes de débit et de crédit et du télémarketing) étaient plus fréquentes que les cas relatifs aux drogues 5. La fraude par marketing de masse (FMM) provoque des pertes importantes pour les entreprises. En 2014, 566 entreprises ont signalé au CAFC avoir été victimes de FMM, laquelle a entraîné chez celles-ci des pertes de plus de 26 millions de dollars. Les escroqueries qu elles subissent le plus souvent sont de la catégorie des fraudes par voie électronique. L arnaque des dirigeants d entreprise, l arnaque électronique de l industrie financière ainsi que l escroquerie du fournisseur font toutes des victimes (des entreprises) qui transfèrent d importantes sommes d argent dans des pays étrangers. En 2014, des pertes de plus de 22 millions de dollars ont été imputées à ces seuls stratagèmes frauduleux 6. Dans le cas de l arnaque des dirigeants d entreprise, les victimes potentielles reçoivent un courriel qui semble provenir d un dirigeant de l entreprise. De deux choses l une, soit les fraudeurs compromettent un compte de messagerie électronique d application de la loi, il fait état de millions de plaintes pour fraudes de divers types [http;//www.ftc.gov/sentinel/factsheet.pdf]. 3 Federal Trade Commission, Consumer Sentinel Network Data Book for January. Décembre 2013, page 7. Février Stratégie nationale sur la fraude par marketing de masse, Évaluation internationale mixte de la menace liée à la fraude par marketing de masse, groupe de travail du projet STOP PAYMENT, FinTRAC, rapport annuel Estimation du service de renseignements nationaux dans le domaine pénal au sujet du marché criminel canadien. Fraude par marketing de masse of 6

4 de l entreprise ou ils procèdent par mystification pour conférer au domaine une légitimité apparente. Un message sera transmis au service de la comptabilité pour l aviser que le dirigeant travaille de l extérieur, et qu il a remarqué un paiement en souffrance qui doit être effectué le plus rapidement possible. Le «dirigeant» ordonne le versement d une somme généralement élevée (au-delà de $ à une personne désignée et dans un compte bancaire donné). L escroquerie du fournisseur cible les entreprises canadiennes qui se procurent des fournitures de grossistes étrangers (p. ex., de la Chine) et habituellement, la mystification fait partie du stratagème. Un courriel est envoyé aux acheteurs les informant d une modification des dispositions de paiement. La mystification par courriel est un courriel qui semble provenir d une source connue, alors qu en fait, il provient d une autre, celle-là inconnue. L avis par courriel communique de nouveaux renseignements bancaires et demande que les paiements à venir soient versés dans le «nouveau» compte. L arnaque électronique de l industrie financière vise des établissements du secteur et des courtiers en placements. Encore une fois, les victimes de ce type d escroquerie reçoivent des demandes par courriel d une adresse qu ils croient appartenir à un client existant. À leur insu, le compte de messagerie de leur client a été compromis. Une demande est transmise par le fraudeur à l institution financière/au courtier en placements demandant un transfert de fonds de «son» compte bancaire, habituellement dans une banque à l étranger. Ce stratagème a de graves répercussions sur le système financier canadien. Les graves torts financiers et sociaux que subissent les citoyens et les entreprises victimes des groupes de fraudeurs au Canada ne connaîtront pas de cesse à moins que croissent les partenariats canadiens-américains et que plus de ressources soient acquises. À travers le monde, il a été admis que la FMM est une préoccupation grave en matière de crime organisé. En juin 2010, l International Mass Marketing Fraud Working Group a publié une évaluation de la menace préparée «afin de présenter aux gouvernements et au public une évaluation à jour de la nature et de la portée de la 4 of 6

5 menace que la fraude par marketing de masse fait planer partout dans le monde 7.» L évaluation a permis de conclure ce qui suit : «La fraude par marketing de masse internationale, sous toutes ses formes sans cesse évolutives, fait planer de graves menaces sur les personnes, les entreprises et les institutions financières de partout dans le monde. Les auteurs des fraudes exploitent les systèmes financiers, les réseaux de communication et les marchés mondiaux afin d escroquer leurs victimes, de blanchir des profits illicites, de dissimuler les lieux d où ils commettent leurs forfaits et de manipuler des entreprises légitimes en tant qu instrument inconscient de leurs activités criminelles. Les groupes criminels organisés multiplient les activités de fraude par marketing de masse, ils les favorisent et en profitent toujours davantage en recourant à la persuasion et à la manipulation pour dérober des sommes substantielles d argent à des consommateurs vulnérables. Selon l estimation, à l échelle mondiale, ces derniers seraient ainsi dépouillés de dizaines de milliards de dollars. Les groupes pratiquant la fraude par marketing de masse s adaptent extrêmement bien. Ils raffinent les plans et les techniques pour se soustraire aux enquêtes des services d application de la loi et réagir à la sensibilisation des consommateurs aux stratagèmes de fraude 8.» [Traduction non officielle.] Le CAFC a démasqué plusieurs groupes du crime organisé pratiquant la FMM en ciblant l économie canadienne que ce soit depuis le Canada ou de l étranger. Les données du Centre d analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE) indiquent que 66 % des victimes de FMM à travers le monde vivent aux États-Unis et que le Canada demeure une importante plaque tournante de la FMM visant des résidents d autres pays, particulièrement des États-Unis 9. Bien que les partenariats transfrontaliers entre le Canada et les États-Unis aient connu le succès en rendant la tâche plus difficile aux fraudeurs lorsqu il s agit de commettre leurs 7 International Mass Marketing Fraud Working Group, Mass Marketing Fraud: A Threat Assessment, juin International Mass Marketing Fraud Working Group, Mass Marketing Fraud: A Threat Assessment, juin Évaluation de la menace : Fraude en marketing de masse La perspective canadienne, novembre 2007, Gendarmerie royale du Canada (GRC). 5 of 6

6 méfaits à partir du Canada seulement en visant les É.-U., cela a fait en sorte qu ils se sont trouvés forcés d adopter un angle plus international et une démarche plus raffinée. Par exemple, un article publié sur MSN Money a traité d une enquête en ligne réalisée en 2009 par PriceWaterhouseCoopers. Selon celle-ci, le Canada se classait au 4 e rang des 5 principaux pays où les crimes en matière de fraude étaient perpétrés, alors que la Russie occupait le 1 er rang, l Afrique du Sud, le 2 e, le Kenya, le 3 e et le Mexique, le 5 e. Ces données demeurent valables en 2015 et bien que l Afrique occidentale (Nigéria) soit aussi une importante plaque tournante des activités de FMM, des bases et des ramifications de ces activités s étendent à l échelle de l Amérique du Nord, tout comme en Europe, en Asie, dans les Caraïbes et en Australie. Perspective Au cours des cinq dernières années, l accent a été mis sur la sensibilisation et l éducation dans le cadre du rôle qu exerce le CAFC dans la réduction de l incidence de la FMM. Parallèlement, les gouvernements et les services d application de la loi ont tous subi des coupes budgétaires et des restructurations limitant du coup les ressources permettant de tenir le rythme des signalements croissants au CAFC. En profitant de plus de ressources, le CAFC sera mieux outillé pour répondre aux demandes et rassembler l information dont il a besoin pour soutenir l application de la loi, les gouvernements, les entreprises et les consommateurs lorsqu il s agit de déceler, de perturber et de prévenir les escroqueries à la base, ce qui renforcera l économie canadienne. Puisque le Canada a fréquemment été perçu comme un repère sécuritaire pour s adonner à ces activités, ceux qui pratiquent la FMM intensifient leurs attaques contre les entreprises et les consommateurs canadiens. Selon les estimations du CAFC, ces supercheries raffinées en matière de FMM augmenteront au cours des trois prochaines années, tout particulièrement dans le contexte de l utilisation accrue d Internet et de l intensification du commerce en ligne au Canada. 6 of 6

Trousse de Sensibilisation au Mois de la Prévention de la Fraude 2016 Secteur Privé (Entreprises)

Trousse de Sensibilisation au Mois de la Prévention de la Fraude 2016 Secteur Privé (Entreprises) Trousse de Sensibilisation au Mois de la Prévention de la Fraude 2016 Secteur Privé (Entreprises) LA FRAUDE : Identifiez-la. Éliminez-la. Signalez-la. Table des Matières Introduction --- 3 Vidéos de la

Plus en détail

Nouvelle politique concernant les vérifications des antécédents judiciaires et les

Nouvelle politique concernant les vérifications des antécédents judiciaires et les FICHE DOCUMENTAIRE Nouvelle politique concernant les vérifications des antécédents judiciaires et les vérifications des antécédents en vue d un travail auprès de personnes vulnérables La GRC a apporté

Plus en détail

À propos des casinos du québec

À propos des casinos du québec À propos des casinos du québec M O N T R É A L C H A R L E V O I X L A C - L E A M Y À propos des casinos du Québec Les casinos du Québec ont rapidement acquis une réputation enviable dans l industrie

Plus en détail

Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites et moyennes entreprises

Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites et moyennes entreprises 07T4 08T1 08T2 08T3 08T4 09T1 09T2 09T3 09T4 10T1 10T2 10T3 10T4 11T1 11T2 11T3 11T4 12T1 12T2 12T3 12T4 13T1 13T2 Indice = 100 Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Vos affaires peuvent aller plus loin Juillet 2008 Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Les organismes sans but lucratif de toutes sortes se débattent

Plus en détail

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS FALSIFIÉS

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS FALSIFIÉS Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS FALSIFIÉS Résumé Les organismes de réglementation et d application de la loi au Canada et aux États-Unis ont récemment observé une hausse considérable

Plus en détail

Service d information et de recherche parlementaires

Service d information et de recherche parlementaires Résumé législatif LS-666F PROJET DE LOI C-58 : LOI SUR LA PROTECTION DES ENFANTS (EXPLOITATION SEXUELLE EN LIGNE) Dominique Valiquet Division des affaires juridiques et législatives Le 17 décembre 2009

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir 04 Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir Les banques ont recours à des systèmes de sécurité très perfectionnés et à des équipes de spécialistes des fraudes en vue d

Plus en détail

Les facettes de la fraude. Une approche multidimensionnelle en matière de prévention de la fraude

Les facettes de la fraude. Une approche multidimensionnelle en matière de prévention de la fraude Les facettes de la fraude Une approche multidimensionnelle en matière de prévention de la fraude Prendre conscience de la fraude Les diverses formes que prend la fraude font souvent en sorte que les entreprises

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 207 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, renforçant la lutte contre le système prostitutionnel,

Plus en détail

Déjouer ensemble le marketing de masse frauduleux

Déjouer ensemble le marketing de masse frauduleux Déjouer ensemble le marketing de masse frauduleux Créé par Action Prévention Verdun ORGANISME DÉDIDÉ À LA SÉCURITÉ URBAINE ET AU BIEN-ÊTRE MANDATAIRE DU PROGRAMME MONTRÉALAIS Déjouer ensemble le marketing

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Jeu pop Question 1. Jeu pop Question 1. Jeu pop Question 2. Jeu pop Question 3. Jeu pop Question 2

Jeu pop Question 1. Jeu pop Question 1. Jeu pop Question 2. Jeu pop Question 3. Jeu pop Question 2 Jeu pop Question 1 La tenue d un budget et la planification financière peuvent vous aider : a) à découvrir le secret du bonheur b) à devenir millionnaire c) à atteindre vos objectifs de vie Jeu pop Question

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. http://www.murielle-cahen.com/publications/p_1securite.asp (consulté le 7/10/2013)

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs.

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Les portefeuilles choix sélect RBC se conforment en tout temps à la tolérance au risque et aux objectifs de placement

Plus en détail

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE E4

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE E4 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE E4 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT DE DÉBIT POINT DE SERVICE SANS NIP AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 CANADIAN PAYMENTS

Plus en détail

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Nations Unies A/CONF.222/16 Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Doha, 12-19 avril 2015 Distr. générale 10 avril 2015 Français Original: anglais Point 3

Plus en détail

GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK

GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. COMITÉ PERMANENT DES MINES ET DE L ENVIRONNEMENT... 1 3. LE PROCESSUS D APPROBATION...

Plus en détail

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage... 01 L histoire et l évolution des services en

Plus en détail

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Reprise économique et croissance Le Bureau canadien de l éducation internationale

Plus en détail

En savoir plus sur les services financiers. Comment porter plainte

En savoir plus sur les services financiers. Comment porter plainte En savoir plus sur les services financiers Comment porter plainte COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES 2 Comment porter plainte En savoir plus sur les services financiers 5 Introduction 6

Plus en détail

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19 Introduction L État québécois s est doté, depuis la «Révolution tranquille», d une multitude d outils pour appuyer le développement de la société québécoise. Il est si bien outillé pour se développer qu

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Chapitre 5 Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Depuis l introduction de la télédiffusion des débats parlementaires, Internet est l innovation technologique

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ (LA HAYE, 1954) ET DE SES PROTOCOLES DE 1954 ET DE 1999 En 1998, le Canada

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Vivez un nouveau monde d interactions. Vivez un nouveau monde d interactions.

Vivez un nouveau monde d interactions. Vivez un nouveau monde d interactions. Vivez un nouveau monde d interactions. Vivez un nouveau monde d interactions. Vivez un nouveau monde d interactions. Quel est ce nouveau monde d interactions? C est un endroit où tout le monde peut choisir

Plus en détail

Message de la direction

Message de la direction Karen McGee Présidente nationale Jean-François Champagne Directeur général Message de la direction Au cours de l année 2010, alors que plusieurs entreprises s efforçaient de demeurer concurrentielles,

Plus en détail

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi :

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi : Emploi 117 EMPLOI L emploi est un secteur très réglementé au Canada, soumis à la fois à des lois fédérales et provinciales. La majorité des employeurs sont assujettis aux lois provinciales, à l exception

Plus en détail

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD Communiqué Pour publication immédiate TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD TORONTO (Ontario) Les motifs

Plus en détail

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période

Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période Les besoins en infrastructures du transport en commun pour la période 2008 2012 Publié février 2008 ASSOCIATION CANADIENNE DU TRANSPORT URBAIN 55 RUE YORK, BUREAU 1401, TORONTO (ON) M5J 1R7 Tél: (416)

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

La Centrale des syndicats du Québec considère que le projet de loi C-377 est anticonstitutionnel et ne doit pas être adopté

La Centrale des syndicats du Québec considère que le projet de loi C-377 est anticonstitutionnel et ne doit pas être adopté La Centrale des syndicats du Québec considère que le projet de loi C-377 est anticonstitutionnel et ne doit pas être adopté Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles

Plus en détail

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Ministère des Finances Février 2008 Office of the Auditor General of Canada Bureau du vérificateur général du Canada Tous

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Sommaire Au cours des dernières années, les organismes de réglementation et d application de la loi du Canada et des États-Unis

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Visiteurs d affaires de la Russie au Canada

Visiteurs d affaires de la Russie au Canada Visiteurs d affaires de la Russie au Canada Demande de visa de résident temporaire C&I-933-03-08 Pour des copies additionnelles, contacter : Services de distribution Citoyenneté et Immigration Canada Ottawa,

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE. Règlements administratifs

COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE. Règlements administratifs COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE Approuvés par le conseil d administration le 8 septembre 2015 1. Interprétation... 3 2. Sceau... 3 3. Pouvoirs... 4 4. Réunions du conseil d administration... 6 5. Mode

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées N o 65-507-MIF au catalogue N o 005 ISSN: 1712-1353 ISBN: 0-662-79733-7 Document analytique Le commerce canadien en revue Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées par Carlo Rupnik

Plus en détail

2- Avant la commande

2- Avant la commande FICHE PRATIQUE : LES ACHATS EN LIGNE 1- Des règles particulières Article L121-16 et suivants du Code de la Les achats sur internet se généralisent en France. Pourtant un client sur deux aurait rencontré

Plus en détail

RESOLUTION N AGN/67/RES/5 CLASSEMENT DE CETTE RESOLUTION : 1 exemplaire dans le CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE à l année 1998

RESOLUTION N AGN/67/RES/5 CLASSEMENT DE CETTE RESOLUTION : 1 exemplaire dans le CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE à l année 1998 RESOLUTION N AGN/67/RES/5 CLASSEMENT DE CETTE RESOLUTION : OBJET : Création d un fonds d affectation spéciale pour recevoir les donations des fondations 1 exemplaire dans le CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE à

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-105 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2015-105 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2015-105 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE)

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE) COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2015 COM(2015) 496 final 2015/0239 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les statistiques européennes concernant les prix du gaz

Plus en détail

GUIDE DU FORMATEUR. 3. a) Le site Internet de Statistique Canada : www.statcan.ca b) Où trouver des renseignements sur

GUIDE DU FORMATEUR. 3. a) Le site Internet de Statistique Canada : www.statcan.ca b) Où trouver des renseignements sur Trousse d EBA/alphabétisation du Recensement de 2006 EBA ENRICHISSEMENT GUIDE DU FORMATEUR Introduction Contenu Le Guide du formateur sur les activités d enrichissement contient des renseignements à l

Plus en détail

RÉSUMÉ. Vous parlez. Nous écoutons. Les choses s améliorent. RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES AVANTAGES ET SERVICES

RÉSUMÉ. Vous parlez. Nous écoutons. Les choses s améliorent. RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES AVANTAGES ET SERVICES Marketing Research and Intelligence Association L Association de la recherche et de l intelligence marketing RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES AVANTAGES AUX MEMBRES 2015 RÉSUMÉ ÉVÉNEMENTS ET COURS AVANTAGES

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada. États financiers consolidés 31 décembre 2014

Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada. États financiers consolidés 31 décembre 2014 Fondation de la recherche sur le diabète juvénile Canada États financiers consolidés Le 7 mai 2015 Rapport de l auditeur indépendant Aux administrateurs de la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile

Plus en détail

Chine coopération en matière de sécurité intérieure,

Chine coopération en matière de sécurité intérieure, Document mis en distribution le 23 juin 2005 N o 2376 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 juin 2005. P R O

Plus en détail

MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA

MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA Dispositions relatives aux avantages et exigences en matière de paiement pour les avantages médicaux

Plus en détail

Réponse à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM)

Réponse à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) I. Contexte À la fin du printemps 2006, le Programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) a été remplacé

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE EN OPTIQUE/PHOTONIQUE AU QUÉBEC MAI 2001

ENQUÊTE SUR LES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE EN OPTIQUE/PHOTONIQUE AU QUÉBEC MAI 2001 ENQUÊTE SUR LES BESOINS DE MAIN-D ŒUVRE EN OPTIQUE/PHOTONIQUE AU QUÉBEC MAI 2001 Sondage réalisé en mars 2001 et intégrant des données mises à jour en mai 2001 Responsabilité et coordination de l étude

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE :

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : I (Sensibilisation) De charger un groupe indépendant d'experts, de l OCDE par exemple, d effectuer une étude

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ASSOCIATION DES POLICIÈRES ET POLICIERS PROVINCIAUX DU QUÉBEC (APPQ)

MÉMOIRE DE L ASSOCIATION DES POLICIÈRES ET POLICIERS PROVINCIAUX DU QUÉBEC (APPQ) MÉMOIRE DE L ASSOCIATION DES POLICIÈRES ET POLICIERS PROVINCIAUX DU QUÉBEC (APPQ) RELATIVEMENT AU PROJET DE LOI C-391 LOI MODIFIANT LE CODE CRIMINEL ET LA LOI SUR LES ARMES À FEU PRÉSENTÉ À LA CHAMBRE

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

À LÉVIS PRÉSENTÉ PAR UNE ENTREPRISE PROJET DE PORT MÉTHANIER RABASKA DE LA CONSTRUCTION DE LÉVIS RABASKA : IMPORTANTE

À LÉVIS PRÉSENTÉ PAR UNE ENTREPRISE PROJET DE PORT MÉTHANIER RABASKA DE LA CONSTRUCTION DE LÉVIS RABASKA : IMPORTANTE 241 P ~ N P DM350 ~ Projet d?m@antaüon du teminal méthanier Rabaska et des infrastjuctures connexes Lévis 6211-04-004 PROJET DE PORT MÉTHANIER RABASKA À LÉVIS MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR UNE ENTREPRISE DE LA

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Aide au développement et accès à l eau et l assainissement en Afrique subsaharienne. Numéro 9, août 2009

Aide au développement et accès à l eau et l assainissement en Afrique subsaharienne. Numéro 9, août 2009 Numéro 9 Août 2009 Aide au développement et accès à l eau et l assainissement en Afrique subsaharienne Contexte Marco Stampini, Adeleke Salami et Caroline Sullivan Numéro 9, août 2009 Les disparités entre

Plus en détail

LA CONTREFAÇON : UNE MENACE À LA HAUSSE

LA CONTREFAÇON : UNE MENACE À LA HAUSSE LA CONTREFAÇON : UNE MENACE À LA HAUSSE Autrefois confinée au luxe et considérée comme «la rançon de la gloire», la contrefaçon sévit aujourd hui dans tous les secteurs d activité. Une entreprise sur deux

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI Ministère à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance, de la Privatisation, de l Inspection Générale de l Etat et de l Administration Locale ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE

Plus en détail

Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel

Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel Exigences pour les demandeurs qui proposent de vendre du gaz naturel 11(2) La demande doit contenir l appellation légale au complet du titulaire proposé du certificat ainsi que l adresse de son établissement,

Plus en détail

SOCIÉTÉ CANADIENNE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES

SOCIÉTÉ CANADIENNE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES 175 Bloor Street East Suite 700, North Tower Toronto, Ontario M4W 3R8 Telephone: (416) 922-6065 Fax: (416) 922-7538 www.mssociety.ca SOCIÉTÉ CANADIENNE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES Politique sur le format

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN PRÉSENTATION AU COMITÉ PERMANENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE DE LA CHAMBRE

Plus en détail

TURN BACK CRIME. Campagne mondiale de sensibilisation

TURN BACK CRIME. Campagne mondiale de sensibilisation TURN BACK CRIME Campagne mondiale de sensibilisation À PROPOS DE LA CAMPAGNE Ensemble, agissons contre le crime Turn Back Crime est une campagne mondiale de sensibilisation lancée par INTERPOL. Diffusée

Plus en détail

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES RÈGLES RÉGISSANT LA PROPRIÉTÉ Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-62F Le 13 décembre 2000 Nouvelles règles en matière de régime

Plus en détail

Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement

Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement Renseignements brochure La Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la Loi) renferme un certain nombre de règles sur ce qu on peut

Plus en détail

APPEL DE PROJETS PROJETS DE COLLABORATION INTERPROVINCIALE. Date de clôture de l appel de projets : 5 août 2016 à 16 :00 heures HAE

APPEL DE PROJETS PROJETS DE COLLABORATION INTERPROVINCIALE. Date de clôture de l appel de projets : 5 août 2016 à 16 :00 heures HAE APPEL DE PROJETS Demande de financement de la part des membres du RCCFC pour la réalisation de PROJETS DE COLLABORATION INTERPROVINCIALE au cours de l année financière se terminant le 31 mars 2017 Date

Plus en détail

En résumé COMMISSIONS ET FRAIS DE COURTAGE (LOI SUR LES DOUANES, ARTICLE 48)

En résumé COMMISSIONS ET FRAIS DE COURTAGE (LOI SUR LES DOUANES, ARTICLE 48) Ottawa, le 13 juin 2008 MÉMORANDUM D13-4-12 En résumé COMMISSIONS ET FRAIS DE COURTAGE (LOI SUR LES DOUANES, ARTICLE 48) 1. Le présent mémorandum fournit des renseignements en ce qui concerne le traitement

Plus en détail

Direction de la recherche parlementaire

Direction de la recherche parlementaire Mini-bulletin MR-139F CONSEIL D EXAMEN DU PRIX DES MÉDICAMENTS BREVETÉS RAPPORT ANNUEL 1995 Margaret Smith Division du droit et du gouvernement Le 18 juillet 1996 Bibliothèque du Parlement Library of Parliament

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2006_26 Le 9 novembre 2006

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2006_26 Le 9 novembre 2006 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2006_26 Le 9 novembre 2006 À : OBJET : Agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, conseillers autonomes et agents généraux Responsabilités des

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Intégration des institutions financières non bancaires (IFNB)

Intégration des institutions financières non bancaires (IFNB) 3 Intégration des institutions financières non bancaires (IFNB) Les IFNB dans le système de paiement basé sur l utilisation des chèques Dans les années 1970, les principales institutions financières non

Plus en détail

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Étude de la capacité des particuliers à se prévaloir d'un régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI) Anna Hardy Directrice régionale

Plus en détail

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 L honorable Céline Hervieux-Payette, c.p. Sénateur Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 Nécessité d'une action nationale Préparé par : David E. Hamilton 9/15/2015

Plus en détail

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE Mémoire de La Coop fédérée dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Etude 3-D Secure 2014 pour le secteur aérien et du voyage en ligne

Etude 3-D Secure 2014 pour le secteur aérien et du voyage en ligne Etude 3-D Secure 2014 pour le secteur aérien et du voyage en ligne Pratiques 3-D Secure pour le secteur aérien et du voyage en ligne Le secteur aérien et du voyage dépend des canaux de vente en ligne pour

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE Christophe SOULLEZ Directeur de l Observatoire national de la délinquance France XI Colloque du CIPC Palerme 17/19 novembre 2014 1 Un enjeu de

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS QUESTIONS RELATIVES A LA SURETE ET A LA SECURITE

Plus en détail

Maximiser son intégration dans le réseau de distribution des Agences Réceptives et Forfaitistes du Québec

Maximiser son intégration dans le réseau de distribution des Agences Réceptives et Forfaitistes du Québec Maximiser son intégration dans le réseau de distribution des Agences Réceptives et Forfaitistes du Québec L ARF-Québec bénéficie du support financier du ministère du Tourisme. Résumé de la conférence Ses

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

Porter la voix des femmes

Porter la voix des femmes Mars 2011 Aide sociale L Aide sociale en Ontario est constituée de deux programmes. Premièrement, Ontario au travail (OT), un programme de dernier recours qui vise les personnes qui n ont pas d autres

Plus en détail