RAPPORT DE STAGE DE LICENCE PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE STAGE DE LICENCE PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 RAPPORT DE STAGE DE LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE CSSA FACULTE DES SCIENCES DE SAINT JEROME LARGUIER Rémi TUTEURS : M. KHATIR Kamel M. RUOCCO Christian

2 Remerciements Je tiens à remercier mon entreprise, mon tuteur M. KHATIR Kamel et M. RUOCCO Christian. Je remercie également M. PESCE Gilbert pour les conseils qu il a eu et son écoute ainsi que toute l équipe automatisme/électricité, M. MERVELAY Fabien et M. MAZOYER Benoît de l accueil qu eux et leurs collaborateurs m ont réservé lors de mon stage en entreprise. Le projet qu ils m ont confié m'a vraiment permis de consolider mes connaissances et sera un véritable atout pour mon parcours professionnel. Encore une fois je tiens à leur exprimer ma reconnaissance.

3 Pour une meilleure lisibilité et compréhension, le rapport de stage a été organisé en quatres parties : Présentation de l entreprise Présentation du site Projet Annexes

4 PRESENTATION DE L ENTREPRISE

5 SOMMAIRE I. LE GROUPE... 1 A. HISTORIQUE... 1 B. UN GROUPE INTERNATIONAL DIVERSIFIE... 1 II. LES MOYENS DE PRODUCTION DE L ELECTRICITE... 2 A. DES MOYENS DE PRODUCTION DIVERSIFIES... 2 B. LES INSTALLATIONS THERMIQUES A FLAMME EDF... 4 III. LA CENTRALE THERMIQUE A FLAMMES A LA LOUPE... 5 A. LES DIFFERENTS BATIMENTS DE LA CENTRALE... 5 B. LE FONCTIONNEMENT D UNE CENTRALE THERMIQUE CLASSIQUE... 6 IV. LA PREVENTION DES RISQUES ET LA PROTECTION... 7 V. L ENVIRONNEMENT... 7 A. LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT... 7 B. L AMELIORATION DE LA QUALITE DE L AIR... 8

6 I. Le groupe a. Historique Dès la fin de la seconde guerre mondiale, l entreprise EDF a été créée suite à la loi du 8 avril 1946 qui avait pour but de nationaliser les entreprises de production, transport et distribution d électricité. Le but de cette nationalisation portait entre autre sur : Le retour à la nationalisation des grands moyens de production confiés jusqu alors à de multiples sociétés locales et régionales. La répartition égalitaire du tarif et le contrôle des bénéfices réalisés au détriment des consommateurs. La normalisation des caractéristiques des matériels. Depuis cette époque, EDF est une entreprise de service public qui a pour mission de produire, transporter et distribuer de l électricité sur l ensemble du territoire national. Elle fournit à chaque instant, au client consommateur, en tout point du territoire et aux mêmes conditions tarifaires, 1KWh de qualité à un prix compétitif. A la création d EDF, la puissance nominale d équipements thermiques était de 5700 MW. Une des priorités de l époque était la restauration des équipements thermiques endommagés et la construction de nouveaux barrages hydroélectriques. A la fin des années 50 et au début des années 60 la demande croissante d électricité a nécessité un programme de mise en service de nouvelles installations de tranches thermiques à flamme. Ainsi les premières tranches du palier 250 MW ont été couplé en (Champagne 1 et Vaires 1), suivies du palier 600 MW en 1968 et 700 MW en 1976 avec une puissance totale installée, en 1978, à l apogée du thermique à flamme de MW. Cependant, le choc pétrolier de 1973 a stoppé l essor du thermique à flamme avec l arrivée du parc électronucléaire dès la fin Aujourd hui le parc thermique à flamme est utilisé principalement pour faire face aux périodes de pointe de consommation. b. Un groupe international diversifié EDF est présente sur tous les métiers de l énergie : Production d électricité L électricité est produite de façon centralisée, sur l ensemble du territoire et en grande quantité, par des centrales électriques utilisant différentes sources d énergie (fossiles, fissiles et renouvelables) et permet d alimenter des consommateurs grâce à un réseau de transport et de distribution. 1

7 Transport et distribution Le réseau de transport comporte plusieurs niveaux de tension (essentiellement 400 KV, 225 KV, 90 KV, et 63 KV) qui correspondent à deux types de réseau : - Le réseau de grand transport chargé de l'évacuation des centrales puissantes, ainsi que de l'interconnexion entre régions et avec les pays limitrophes, - Les réseaux régionaux chargés de la répartition de l'énergie sur des zones déterminées. Commercialisation d énergies et de services Négoce de ressources (Electricité, gaz naturel, pétrole, charbon) EDF est également une entreprise de négoce d énergie, vendant ou achetant de l électricité en fonction des besoins et de la production. Premier fournisseur d électricité en France : II. Les moyens de production de l électricité a. Des moyens de production diversifiés EDF exploite un parc de production d électricité performant et diversifié composé de différentes énergies complémentaires : Nucléaire Source d énergie : Uranium (non-renouvelable) Fonctionnement : 2

8 EDF est le 1 er exploitant nucléaire au monde, avec une puissance installée de 74,3 GW en Il exploite en France un parc de 58 réacteurs (puissance installée de 63,1 GW). En 2010, 86,7% de l énergie produite en France par EDF était d origine nucléaire Thermique à flamme Source d énergie : Charbon, fioul ou gaz (non-renouvelable) Fonctionnement : En France en 2010, 3,6% de la production d électricité d EDF provenait des centrales thermiques à flamme, à base de charbon, de gaz et de fioul (puissance installée de 11,8 GW). De nouvelles capacités de production de 2000 MW seront mises en service en France d ici EDF a une puissance installée de 36 GW à l international. Les centrales thermiques servent de compléments aux installations nucléaires et permettent à EDF de répondre aux fluctuations quotidiennes de la demande en énergie. Hydraulique Source d énergie : Eau (renouvelable) Fonctionnement : L eau est la 1 e des énergies renouvelables exploitées par EDF avec 20,4 GW de puissance installée en France. L hydraulique représente 9,7% de l électricité produite en 2010 par le groupe en France. Le parc français est composé de 640 barrages e t 439 centrales hydroélectriques. EDF utilise l énergie hydroélectrique soit de façon continue, «en base», soit en réponse aux fluctuations périodiques de la consommation électrique (saisonnières, hebdomadaires ou quotidiennes). Autres énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse) Source d énergie : Vent, lumière ou chaleur de la terre (géothermie) A travers ses filiales spécialisées, EDF exploite également les énergies renouvelables : la biomasse, l éolien, le solaire, les énergies marines et la géothermie. EDF s appuie notamment sur ses filiales EDF Energies Nouvelles (filiale d EDF à 50%), Tiru (filiale d EDF à 51%) et Dalkia (filiale d EDF à 34%). Les énergies renouvelables représentent 1% de l électricité produite en 2010 par EDF en France (0,476 TWh) et 1,3% de l électricité produite par EDF dans le monde (8,5 TWh). 3

9 b. Les installations thermiques à flamme EDF Flexibles et réactives, les centrales thermiques à flamme permettent de répondre à la demande en électricité : En période de pic de consommation (heure de pointe, grand froid) Pour prendre le relais des autres moyens de production En France, 23 centrales thermiques à flamme et 13 turbines à combustion sur 15 sites sont implantées et 2732 personnes sont employées pour l exploitation et l ingénierie de ses installations. 4

10 III. La centrale thermique à flammes à la loupe a. Les différents bâtiments de la centrale Une centrale thermique à flamme est constituée de plusieurs bâtiments, qui ont chacun leur rôle dans la production d électricité. Cheminée : elle permet l évacuation des fumées produites par la centrale Chaudière : elle permet d alimenter la turbine à vapeur en transformant de l eau circulant dans des tubes en vapeur. Salle de machines : contient le groupe turbo-alternateur. La turbine à vapeur produit par rotation, l énergie mécanique qui est transformée en énergie électrique par l alternateur Salle des commandes : elle permet de piloter et de surveiller la centrale pour éviter tous accidents, ajuster la production et maintenir la sécurité du moyen de production. Transformateur : permet d élever la tension avant de l envoyer sur le réseau de transport d électricité. Zone de stockage du fioul : elle permet de stocker le fioul qui est utilisé comme combustible dans certaines centrales (c était le cas à Martigues). Tuyau d arrivée de gaz : permet l alimentation en gaz de la turbine à combustion d un cycle combiné gaz (c est le cas à Martigues) Turbine à combustion : elle produit l énergie mécanique transformée ensuite en énergie électrique par un alternateur. Elle peut être au gaz (Martigues) ou au fioul et fonctionne sur le principe d un réacteur d avion. Turbine à vapeur : elle produit l énergie mécanique transformée ensuite en énergie électrique par un alternateur. Elle fonctionne grâce à la vapeur. 5

11 b. Le fonctionnement d une centrale thermique classique Avec ce type d installation, quel que soit le combustible utilisé (gaz naturel, fioul, charbon), le fonctionnement est le même mais les équipements évoluent selon le type de combustible utilisé car pour l utilisation de gaz naturel, par exemple, il y a une turbine a combustion qui génère de la vapeur et cette vapeur est réchauffée puis envoyé vers une turbine a vapeur par le biais de la tuyauterie. Quel que soit le combustible (1), celui-ci brûle (2) dans une chaudière (3) pouvant atteindre 90 mètres de hauteur et un poids de tonnes tapissée de tubes à l intérieur desquels circule l eau à chauffer. Sous l effet de la chaleur, l eau se transforme en vapeur, laquelle est alors envoyée sous pression vers les turbines. Les turbines (4) tournent grâce à la vapeur. Elles entraînent un alternateur (5) qui produit de l électricité à une tension de volts. L électricité est injectée sur le réseau (7) après avoir été portée à volts, ou à volts, à l aide d un transformateur de puissance. La vapeur qui a été utilisée est envoyée vers un condenseur (6), dans lequel circule de l eau froide. Au contact de celle-ci, la vapeur se transforme en eau, qui est récupérée et envoyée à nouveau dans la chaudière. L eau utilisée pour le refroidissement est restituée au milieu naturel ou envoyée dans le condenseur. 6

12 IV. La prévention des risques et la protection Dans des centrales de ce type, les risques et dangers sont multiples, c est pourquoi EDF réalise un contrôle régulier de ses installations. Surveillance technique du site en fonctionnement Surveillance informatique des installations (supervision) Maintenance des matériels Surveillance des installations incendie Surveillance des équipements sous pression Inspection des règles de sécurité V. L environnement a. La surveillance de l environnement Le respect de l environnement passe par une surveillance permanente du fonctionnement des sites. Un triple contrôle des émissions de rejets des centrales thermiques à flamme est effectué : Un système de mesure en continu, Un contrôle réglementaire régulier, Une surveillance dans l environnement. 7

13 b. L amélioration de la qualité de l air Les centrales thermiques à flamme émettent du CO², des oxydes d azote, du dioxyde de soufre et des poussières. EDF améliore en permanence leurs performances techniques et environnementales : En réduisant les émissions atmosphériques grâce au lavage et au dépoussiérage des fumées En utilisant des combustibles moins polluants et de meilleure qualité En recyclant les produits issus du fonctionnement de la centrale En 10 ans, EDF a réduit de 50% les émissions atmosphériques de ses centrales thermiques à flamme. 8

14 PRESENTATION DU SITE MARTIGUES

15 SOMMAIRE I. HISTOIRE... 1 II. SITUATION GEOGRAPHIQUE... 1 III. PLAN DU SITE... 2 IV. LES INSTALLATIONS... 2 A. BUREAU ADMINISTRATIF ET GESTION MAINTENANCE... 2 B. ATELIER MECANIQUE... 3 C. CENTRALE DE PRODUCTION THERMIQUE (CPT) ET CYCLE COMBINE GAZ (CCG)... 3 V. LE PROJET... 3 A. UNE CENTRALE EN PLEINE MUTATION AU CŒUR DE LA REGION PACA... 3 B. LE REPOWERING : UN CHANTIER DE MODERNISATION DES INSTALLATIONS... 4 C. UN SITE QUI ACCUEILLE LE DEUXIEME PLUS GROS INVESTISSEMENT DU GROUPE EDF EN FRANCE... 5

16 I. Histoire Le Centre de Production Thermique (CPT) de Martigues Ponteau a été construit en Il est le premier et le seul site thermique d'edf à être implanté sur le littoral méditerranéen. A l époque de la construction du CPT les centrales thermiques représentaient 65% de la production d énergie électrique. Le CPT comprend 4 tranches ou unités de production électrique indépendantes, de 250 MW chacune, couplées pour la première fois au réseau respectivement en juillet 1971, janvier 1972, mai 1973, et janvier L'utilisation des centrales thermiques à flamme a été modifiée depuis le 1er choc pétrolier de Construites à l'origine pour un fonctionnement de base, elles ne sont plus utilisées qu'en pointe. En avril 1985, la tranche 4 a été retirée du réseau et mise en réserve d'exploitation. C'est ainsi que le gouvernement avantagea les centrales nucléaires au détriment des centrales thermiques classiques. Depuis juin 2007, le conseil d administration EDF a décidé d installer deux tranches CCG (cycle combiné gaz). II. Situation géographique Situé en plein cœur de la Provence, le CPT occupe une position géographique exceptionnelle. Implanté en bord de mer, à la frontière entre la zone industrielle du bassin de Fos/Etang de Berre et le littoral touristique de la Côte Bleue, ce site de production est une composante essentielle pour la fiabilité et la qualité de fourniture d électricité dans la région. Le CPT dispose d un accès direct à la mer ce qui lui permettait d être facilement ravitaillé en fioul à l aide de péniches et d avoir une source abondante d eau de réfrigération. Les CCG seront alimenté en gaz par pipe-line. 1

17 III. Plan du site Bureau administratif et gestion maintenance 5 Nouvelles centrales cycle combiné gaz (CCG) 2 Atelier mécanique 6 Alternateur et lignes d évacuation d énergie des TAC 3 Cuves de fioul 7 Alternateur et lignes d évacuation d énergie des TAV 4 Centrale de production thermique (CPT) IV. Les installations a. Bureau administratif et gestion maintenance Ce bâtiment regroupe tout ce qui est en rapport avec le secrétariat et tous les services de maintenance : Une partie du pôle conduite qui est en charge de la conduite des installations de production et de la planification des travaux. L autre partie étant sur les nouvelles tranches. Le pôle maintenance qui est chargé de dépanner tout ce qui est appareillage, Electricité, Mécanique et Chaudronnerie. Le pôle ingénierie qui est centré sur la fiabilité des installations de production et la maîtrise d ouvrage. Le pôle ressource regroupe les activités de gestion administrative telles que les ressources humaines, la gestion des achats. 2

18 TRANSFORMATION TRANSFORMATION TRANSFORMATION Le pôle qualité, sécurité, environnement met en œuvre le management de la qualité à travers les normes environnementales, il se doit de veiller au respect de l'environnement ainsi que de la réglementation en vigueur. b. Atelier mécanique Ce bâtiment regroupe toutes les machines utilisées pour l usinage de pièce tel que des fraiseuses, perceuse, sertisseuses et autres. c. Centrale de production thermique (CPT) et Cycle Combiné Gaz (CCG) Fonctionnement d une centrale thermique : Une centrale thermique est une usine destinée à produire de l énergie électrique à partir de l énergie chimique contenue à l'état latent dans les combustibles industriels. Cette transformation d'énergie n'est possible qu'en passant par des stades intermédiaires. Dans une centrale thermique, ces stades sont les suivants : énergie chimique en énergie calorifique : la combustion du fioul sert a vaporiser l'eau à haute pression et à haute température énergie calorifique en énergie mécanique : la détente de la vapeur dans la turbine transforme son énergie calorifique en énergie mécanique utilisable sur l'arbre de l'alternateur énergie mécanique en énergie électrique : un alternateur entraîné par la turbine assure la transformation de cette néergie mécanique en énergie électrique V. Le projet a. Une centrale en pleine mutation au cœur de la région PACA Depuis 2008, la centrale au fioul de Martigues est en effet en cours de transformation en deux Cycles Combinés Gaz (CCG) d une puissance totale de 930 MW. Le premier sera mis en service cette année, en 2012 et le second, en 2013 pour une durée d exploitation de 25 ans environ. Avec ce repowering (voirp.5), la centrale s inscrit durablement dans le paysage local. Flexibles et respectueux de l environnement, ces cycles combinés qui fonctionnent au gaz naturel contribueront à améliorer les performances environnementales du site de Martigues : par mégawatheure réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2), d oxydes d azote (NOx) et de dioxyde de soufre (SO2). 3

19 Le site de Martigues : centrale historique et chantier de construction de Cycles Combinés Gaz b. Le Repowering : un chantier de modernisation des installations Le «repowering» de Martigues consiste à rénover une partie des installations existantes, comme la turbine à vapeur (TAV), pour l associer à un ensemble neuf constitué d une turbine à combustion (TAC) et d une chaudière de récupération. Le chantier des CCG a débuté en 2008 par les travaux de terrassement pour préparer la plate-forme générale de la base vie du site (accueil de 900 emplois) et les infrastructures pour la configuration du chantier. L année 2009 a été consacrée essentiellement au génie civil principal, à la préparation des réseaux enterrés (tuyauteries, câbles, ) et à la pose du réseau gaz. Les gros composants électromécaniques du premier CCG, comme la turbine à combustion (TAC) et la chaudière de récupération, ont également été installés. La deuxième TAC a été livrée le 1er juin 2010 et a été mise en place sur les fondations du second CCG en parallèle du montage des charpentes métalliques et de la cheminée du premier CCG. 4

20 Montage des éléments de la cheminée d une CCG Arrivé de la TAC d une CCG L arrivée du gaz par pipe-line et la mise sous tension partielle du poste HT ont permis de réaliser les essais du premier CCG au cours du second semestre c. Un site qui accueille le deuxième plus gros investissement du groupe EDF en France Ce chantier d envergure de 470 millions d euros est le plus gros investissement du groupe EDF après l EPR de Flamanville et le premier investissement thermique à flamme, en France. Il bénéficie de l expérience acquise par EDF à l international. EDF a ainsi mené un programme de développement de cycles combinés gaz à l étranger aujourd hui opérationnels : Norte Fluminense (780 MW) au Brésil, Phu My 2.2 (715 MW) au Vietnam, Rio bravo 3 (495 MW) et Rio Bravo 4 (500 MW) au Mexique, Sloe au Pays-Bas. Un chantier de grande envergure, plus important chantier d EDF en France après l EPR, premier chantier thermique à flamme. 5

21 PROJET

22 SOMMAIRE I. CYCLE COMBINE GAZ... 1 A. CONTEXTE DE CREATION... 1 B. REPOWERING... 1 II. LA CENTRALE CCG... 2 A. FONCTIONNEMENT... 2 B. AVANTAGES ET INCONVENIENTS... 3 III. MAINTENANCE ET EXPLOITATION... 4 IV. DEVELOPPEMENT DE LA MAINTENANCE PREDICTIVE... 4 A. DEFINITION... 4 B. ARCHITECTURE CONTROLE COMMANDE Généralités AMS... 6 a. Fonctionnalités de l AMS...6 b. Le protocole HART Mission... 7 a. Objectif...7 b. Conception de la base de données...8 i. Choix de l arborescence...8 ii. Création de la structure...9 iii. Renseignement de la base de données...10 iv. Finalisation de la conception...14 V. CONCLUSION... 15

23 I. Cycle combiné gaz A. Contexte de création La décision de construction de deux Cycle Combiné Gaz sur le site d EDF Martigues intervient à un moment où les organismes de contrôle de rejet et de pollution sont de moins en moins tolérants et où les normes de pollutions deviennent de plus en plus strictes. Ces nouvelles installations contribuent en effet à réduire de moitié les émissions atmosphériques de CO 2, de diminuer par trois les oxydes d'azote (Nox) et de supprimer les émissions d'oxydes de soufre (SO2) ce qui rend ses installations beaucoup moins polluante que l ancienne Centrale de production thermique au fioul. De plus, la particularité de ce chantier était de taille car EDF avait décidé de faire un repowering, ce qui n avait jamais été fait auparavant. Cela a permis un gain d argent et était un expérience humaine pour tous les agents. B. Repowering Cette centrale a quelques similitudes avec l ancienne centrale de production thermique au fioul de Martigues, mais permet de moins polluer avec un rejet de NOx (dioxyde d azote) et de SO2 (dioxyde de soufre) en baisse et permet aussi d avoir un meilleur rendement en terme de production d énergie car la nouvelle centrale CCG utilise une nouvelle turbine à combustion et également l ancienne turbine à vapeur de la centrale de production thermique. Illustration de l agencement des tranches CPT et CCG d EDF Martigues 1

24 Les tranches 1 à 4 font partie de la partie historique du centre de production thermique à flamme (CPT) et les tranches 5 et 6 représentent le cycle combiné gaz (CCG). En ce moment, la centrale CCG est en phase de test et toutes les tranches fonctionnant au fioul ont été mises à l arrêt. Ses tranches 1 et 2 seront déconstruites en totalité tandis que les tranches 3 et 4 ne le seront que partiellement (seules les équipements non utilisés : chaudière, cheminée et autre) et pour des raisons de proximité avec la nouvelle installation cycle combiné gaz (forte sensibilité des turbine à combustion aux vibrations), Ainsi, la nouvelle tranche 5 réutilise la turbine à vapeur (TAV), le condenseur, la bâche dégazante, les pompes APA (Ensemble motopompe alimentaire), CEX (circuit d extraction), CRF (circulation d eau) et l alternateur de la tranche 3 et la tranche 6 utilise les matériels de la tranche 4, c est ce que l on appelle le repowering, on combine du neuf et du rénové à neuf. Partie tranche 3 Alternateur TAV (Turbine à vapeur) Admission d air Tranche 5 Alternateur TAC (Turbine à combustion) Chaudière Cheminée Gaz naturel II. La centrale CCG A. Fonctionnement 2

25 CIRCUIT TAC CIRCUIT TAV Un compresseur met en pression et en température l air de combustion. Le combustible gaz s enflamme à son contact (température de l ordre de à C). Les gaz d échappement font tourner une turbine, qui entraîne à son tour un alternateur. Cet alternateur produit de l électricité évacuée sur le réseau. Dans la chaudière, au contact des gaz d échappement très chauds (600 C environ), l eau contenue dans les tubes du générateur de vapeur du circuit est transformée en vapeur. Cette vapeur fait tourner une turbine à vapeur qui entraîne un second alternateur également producteur d électricité évacuée sur le réseau. La vapeur utilisée est envoyée vers un condenseur dans lequel circule de l eau froide. Au contact de l eau, la vapeur se transforme en eau, qui est récupérée et envoyée à nouveau dans la chaudière. L eau utilisée pour le refroidissement est restituée au milieu naturel par un circuit d eau de mer. L électricité est injectée dans le réseau après avoir été portée à ou à volts à l aide d un transformateur de puissance derrière chaque alternateur. B. Avantages et inconvénients Les centrales à cycle combiné gaz turbine ont l'avantage de présenter des coûts d'investissement faibles (en termes d'euros par MW installé), en comparaison, par exemple, de l'énergie nucléaire. Les centrales à cycle combiné gaz turbine sont également très flexibles, et peuvent être démarrées et arrêtées en quelques dizaines de minutes seulement. Enfin, l'efficience énergétique des centrales à cycle combiné gaz turbine et l'utilisation du gaz en combustible en fait une source de production d'électricité relativement peu carbonée en comparaison des centrales électriques au charbon et au fioul. En revanche, les centrales à cycle combiné gaz turbine présentent l'inconvénient majeur de voir leurs coûts d'exploitation dépendre très fortement des prix du gaz, indexés sur les cours du pétrole. Les exploitants des centrales électriques au gaz n'ont ainsi pas de visibi lité sur leurs coûts d'exploitation, à moins qu'ils n'aient signé un contrat d'approvisionnement de long terme. Enfin, les centrales à cycle combiné gaz turbine, malgré leur efficience énergétique, sont tout de même émettrices de CO2, au contraire des centrales nucléaires. 3

26 III. Maintenance et exploitation Pour le bon fonctionnement de la centrale, et pour éviter les pannes, il y a des arrêts de tranches imposés par la maintenance des Turbines à combustion. Lors de ses opérations, il y a plus de 150 opérations notamment les essaies d ouverture et de fermeture des vannes. Problématique : Les essais d ouverture et de fermeture de vannes étant très long car il y a un très grand nombre de vannes dans la centrale, les délais d arrêts de tranches pour la maintenance seraient très difficile à tenir. IV. Développement de la maintenance prédictive A. Définition La grande majorité du parc instrumentation/actionneurs de la centrale est compatible HART (protocole de communication) et l outil AMS (Asset Management Suite) est install é. Cela nous permettrait d avoir une information directe et visuel de l état des vannes et des capteurs qui sont HART et répertorié sur l AMS ce qui permettrait de faire un gain de temps lors des arrêts de tranches. Pour permettre aux vannes compatibles HART d être parfaitement reconnu, et de communiquer avec le logiciel de contrôle commande AMS, il faudrait utiliser le système de communication Wirless HART. Fonctionnement : 4

27 B. Architecture contrôle commande 1. Généralités Comme toute installation industrielle, le CCG (Cycle combiné gaz) de Martigues ainsi que le poste d alimentation en gaz nécessitent des moyens pour surveiller et commander le procédé physique et les équipements associés. Ces moyens sont regroupés sous l appellation «contrôle-commande». Le contrôle-commande est essentiellement constitué de capteurs permettant de transformer les grandeurs physiques en signaux électriques, d automates permettant de traiter ces signaux, de moyens de surveillance et commande mis à la disposition d opérateurs e t enfin d actionneurs permettant de transformer les signaux électriques de commandes en actions mécaniques sur le process. L architecture de contrôle commande de Martigues est une architecture à quatre niveaux : Niveau 0 : constitué des capteurs et des actionneurs Niveau 1 : constitué des automates Niveau 2 : constitué de la salle de commande Niveau 3 : envoi des données pour centralisation La centrale CCG de Martigues utilise également trois réseaux différents pour communiquer avec le logiciel de supervision (AMS Suite de EMERSON) : Le STGC (Steam Turbine Generator Control system) contient CONTROSTEAM qui gère le contrôle et la supervision de la TAV et CONTROGEN qui celle de l alternateur côté TAV. STGC est le système de contrôle commande crée par ALSTOM qui gère tous les capteurs de la turbine à vapeur (TAV). Le MARK VI est le système de contrôle commande crée par General Electric (GE) qui gère tous les capteurs de la turbine à combustion (TAC) car elle est également construite par cette entreprise. L OVATION est le système de contrôle commande crée par EMERSON qui gère la supervision, la gestion et la régulation de tous les capteurs de la chaudière. 5

28 2. AMS a. Fonctionnalités de l AMS AMS Suite est un outil très performant et développé étudié spécialement pour l industrie. Il est composé de plusieurs fonctionnalités qui permettent : AMS Device Manager Créer et gérer une base de données Alerte Monitor Gérer les alarmes de chaque capteur Audit Trail Gérer et visualiser l historique d un capteur Tag Search Effectuer une recherche sur la base de données b. Le protocole HART HART c est quoi? Le protocole HART (Highway Addressable Remote Transducer), ce qui veut dire à peu près «capteur en réseau adressable à distance» est le standard global pour envoyer et recevoir de l information digitale à travers le câblage instrumentation entre des appareils intelligents et un système de contrôle commande ou de surveillance. De manière plus spécifique, HART est un protocole de communication bidirectionnel qui permet à aux systèmes hôtes d accéder aux données des instruments de terrain intelligents. Un hôte peut être tout application logicielle, en partant du configurateur de poche ou du PC du technicien jusqu au SNCC, système de gestion des actifs, système de sécurité ou autres systèmes ou plateformes de gestion du site. 6

29 Configurer les appareils ou changer leur configuration Diagnostic des appareils Dépannage des appareils Lecture des valeurs secondaires mesurées par les équipements Lecture de l état du capteur et de son fonctionnement Fonctionnement du protocole : Le protocole HART utilise une signalétique modem à la norme Bell 202, une modulation par déplacement de fréquence (FSK) surimposée avec une amplitude faible au signal de la boucle 4-20 ma. Cela permet une communication de terrain dans les deux sens et rend possible l échange d informations supplémentaires avec un capteur de terrain intelligent, qui vont audelà de la simple variable de procédé. Le protocole HART communique à 1200 bps, sans interrompre le signal 4-20mA et permet une application hôte (maître) d obtenir des valeurs numériques d un appareil de terrain intelligent avec un taux de rafraîchissement d au moins deux fois par seconde. Comme le signal numérique modulé FSK est en continuité de phase, il n'y a aucune interférence avec le signal 4-20mA. Les avantages de la Communication HART : Améliorer la disponibilité de l installation Réduire les coûts de maintenance Simplifier la conformité aux réglementations 7 3. Mission a. Objectif Le projet qui m a été confié consiste en la création de la base de données d un logiciel de gestion de maintenance instrumentale appelé AMS Suite de la centrale Cycle Combiné Gaz de Martigues et le renseignement de cette base de celle-ci avec toutes les vannes et capteurs de la centrale. Ce logiciel est très important pour le bon fonctionnement de la centrale car il permet d avoir des informations en temps réel de tous les capteurs de la centrale, générer des alarmes et avoir un historique de chaque capteur référencé. Il permet à la fois la protection des exploitants du site, des équipements et de l environnement en assurant une veille technique sur l installation. Ce logiciel développé par EMERSON utilise le protocole de communication HART pour communiquer avec les différents équipements et est très utilisé dans les secteurs d activité comme l agroalimentaire, la pétrochimie, le raffinage et l énergie.

30 b. Conception de la base de données i. Choix de l arborescence Le choix de l arborescence de la base de données du logiciel de supervision AMS développé par ERMSON a été réalisé en plusieurs étapes. Tout d abord, tous les capteurs de la centrale CCG de Martigues ont leur propre repère fonctionnel, c est-à-dire que le repère du capteur nous permet de connaître sa localisation (sur la tranche 5 ou 6), sur quel circuit il est installé et s il s agit d un capteur de pression, débit, température ou niveau. N A 1 A 2 A 3 N 1 N 2 N 3 N 4 A 1 A 2 Code tranche Système élémentaire Numéro d identification Equipement Conventions : N i : Caractère numérique de rang A i : Lettre de rang On peut constater que tous les systèmes élémentaires sont regroupés en un seul ensemble fonctionnel : Sur l image extraite de la note de codification ECS, on voit clairement que tous les systèmes élémentaires commençant par un A sont regroupés dans un ensemble fonctionnel appelé «A - Alimentation en eau Poste Eau». En suivant cette démarche, et en utilisant tous les ensembles fonctionnels de la codification ECS, pour la création de l arborescence, on se retrouverait avec un système ordonné et accessible (avec l appui de la note de codification ECS) par tout le monde. Nous avons donc les ensembles fonctionnels utilisés suivants : Code A C D F G S T V X Ensemble fonctionnel Alimentation en eau Poste eau Condensation, refroidissement, condenseur Système annexes Chaudière Groupe turbo alternateur Services généraux Groupe turbine à combustion Circuit vapeur Production de vapeur auxiliaire 8

31 ii. Création de la structure Ensuite, on crée la base sur AMS Suite, en créant les dossiers utile pour l arborescence en suivant le modèle ci-dessous : En conclusion, on se retrouve avec l arborescence de la base de données finie et bien détaillée suivante : Arborescence du logiciel de supervision (AMS) Le dernier niveau, à savoir les dossiers de Control Module contenant les configurations des transmetteurs ne sont pas représentés mais sont créés dans chaque ensemble fonctionnel comme pour «Alimentation en eau Poste eau» ci-dessous, tous les capteurs sont donc classés par ensemble fonctionnel puis par type de capteur (Débit, niveau, pression, température) : 9

32 Détail des dossiers Control Module de l arborescence 10 iii. Renseignement de la base de données La Pocket 375 présentée ci-contre (ou 375 Field Communicator) est un appareil permettant de faire des interventions de tout type sur un capteur comme de l étalonnage, de la prise de configuration. Elle est également compatible avec AMS Device Manager qui est un logiciel qui permet de configurer, calibrer, documenter et dépanner le matériel HART, Wireless HART et Foundation Fieldbus. Transférer les données des matériels depuis la Pocket 375 vers AMS Device Manager assure d avoir toujours les informations les plus justes. Utiliser ensemble la 375 et AMS Device Manager permet de gérer avec efficacité les équipements. Capteur sur le réseau OVATION Les capteurs qui sont branchés sur le réseau OVATION sont directement reconnu par le logiciel de super (AMS) car l AMS et le réseau OVATION sont compatible à 100% car ils sont fabriqué par le même entreprise. Donc il n y a pas besoins d opérations spécifiques pour avoir les informations des capteurs. Il faut tout de même déclarer les réseaux OVATION (Ovation UNITE0, Ovation UNITE5 et Ovation UNITE6) sur lesquels sont reliés les capteurs pour pouvoir déplacer leur configuration dans l arborescence de l AMS.

33 Arborescence après ajout des réseaux OVATION Capteur sur les réseaux STGC et MARK VI Les transmetteurs qui fonctionnent sur le réseau STGC ou MARK VI ne sont pas détecté par le logiciel de supervision (AMS) car les carte d entrées/sorties des réseaux ALSTOM ET GE bloquent la composante HART et les informations ne peuvent pas remonter à l AMS. Branchement de la Pocket HART sur un capteur Pour brancher la Pocket HART 375 sur un capteur, tout d abord il faut vérifier que le capteur et bien alimenté. On peut après dévisser l arrière du capteur pour se brancher comme ceci : Capteur Branchement face arrière 11

34 Pour vérifier que le câblage est correct, il suffit d allumer la Pocket HART et elle doit normalement afficher la référence du capteur ainsi que toutes ses valeurs : Affichage de la configuration du capteur Sauvegarde de la configuration d un capteur HART Une fois que le branchement sur le capteur est correctement effectué, il reste à sauvegarder la configuration de celui-ci sur la Pocket HART 375 en cliquant sur SAVE en bas de la fenêtre puis après avoir choisi le nom de la configuration et l emplacement de sauvegarde, cliquer encore sur SAVE : Icone SAVE Paramètres de sauvegarde Une fois ces opérations terminées, la configuration est sauvegardé dans la mémoire de l appareil. Branchement de la Pocket HART sur l ordinateur La Pocket HART 375 a la particularité de ne disposer que d un émetteur infrarouge pour le transfert de données, ce qui signifie que l ordinateur ou le logiciel de supervision (AMS Device Manager) est installé, doit posséder un récepteur infrarouge (intégré à l unité centrale ou en USB). Placer l émetteur infrarouge de la Pocket HART 375 en face du récepteur de l ordinateur. Installer ensuite un driver si nécessaire puis ajouté l équipement à l AMS Device Manager grâce à l outil «Network Configuration» de l AMS. 12

35 Emetteur infrarouge de la Pocket HART 375 Fenêtre «Network Configuration» Une fois cette opération effectué, il faut mettre la Pocket HART en mode «Listen For PC» pour qu elle puisse être fonctionnelle et détecté par l AMS, on peut voir l apparition de «Field Communicator» sur l AMS : Fenêtre de la Pocket HART 375 Apparition de la Pocket HART 375 Déchargement de la configuration d un capteur sur l AMS Pour décharger une configuration dans l arborescence de la base de données et accéder au donnée et paramètres du transmetteur, il faut se placer dans le dossier contenant les configurations sauvegardées de la Pocket HART 375 qui est «Device Configurations» et faire un cliqué/glissé dans le dossier de l arborescence voulu. 13

36 Ajout d une configuration d un capteur dans la base de données iv. Finalisation de la conception Pour finaliser la création de la base de données et pouvoir garder celle -ci à jour, j ai créé des fiches reflexes qui sont des fiches de procédure : ANNEXE 2 ANNEXE 3 ANNEXE 4 Branchement de la Pocket HART 375 sur un capteur et sauvegarde de config. 14 Branchement de la Pocket 375 sur le PC et ajout de config. sur l AMS. Création et ajout d un capteur non HART (conventionnel) sur l AMS.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Collection Nos énergies ont de l avenir. Le cycle combiné gaz

Collection Nos énergies ont de l avenir. Le cycle combiné gaz Collection Nos énergies ont de l avenir Le cycle combiné gaz «Comment concilier la production d électricité et l environnement?» «25 % de la population mondiale consomme près des 2/3 des ressources d énergie.»

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

AMS Suite : Intelligent Device Manager

AMS Suite : Intelligent Device Manager AMS Suite : Intelligent Device Manager Guide d installation rapide Guide d installation rapide 10P5618B151 Janvier 2011 CONTENU DU KIT D INSTALLATION AMS DEVICE MANAGER : A Certificat de licence AMS Device

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet 3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet Table des matières 07 3CB : une centrale nouvelle génération développée et exploitée par Alpiq 09 Historique du projet 11 Le cycle combiné : une technologie moderne,

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Les métiers à la. Division Production Nucléaire

Les métiers à la. Division Production Nucléaire Les métiers à la Division Production Nucléaire 1 Les centres nucléaires de production d électricité en France En fonctionnement : 58 réacteurs nucléaires Construction d un EPR de 1600 MW 2 Principe de

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

RECONSIDÉREZ VOS TECHNOLOGIES

RECONSIDÉREZ VOS TECHNOLOGIES RECONSIDÉREZ VOS TECHNOLOGIES de mesure de viscosité en ligne Viscosimètre à diapason Micro Motion VISCOSIMÈTRE À DIAPASON MICRO MOTION D EMERSON Le viscosimètre à diapason (FVM) assure des mesures en

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Utilisation du logiciel de configuration 32H avec l interface HCOM-USB

Utilisation du logiciel de configuration 32H avec l interface HCOM-USB Utilisation du logiciel de configuration 32H avec l interface HCOM-USB 1. Introduction Le logiciel «32H» permet de configurer la gamme des transmetteurs et indicateurstransmetteurs «A puissance 3» compatibles

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

ecovit plus Chaudière sol gaz condensation Chauffage seul

ecovit plus Chaudière sol gaz condensation Chauffage seul ecovit plus Chaudière sol gaz condensation Chauffage seul Des systèmes à condensation à l écoute de vos besoins : Les mesures prises lors du protocole de Kyoto, du Grenelle de l environnement ou encore

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Module TAC4 TCP/IP ou GPRS

Module TAC4 TCP/IP ou GPRS Manuel d Installation et d utilisation Module TAC4 TCP/IP ou GPRS www.aldes.com TABLE DES MATIERES 1. FONCTIONNALITES DE LA REGULATION... 3 2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT...4 3. Quel module choisir : TCP/IP

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Diapositive 1 SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Mastère OSE janvier2011 Diapositive 2 LA FILIÈRE ÉNERGÉTIQUE, CAS DE L ÉLECTRICITÉ EN FRANCE Diapositive 3 La filière énergétique Pour quels

Plus en détail

WEBVIEW. Serveur Web embarqué dans DIRIS G NOTICE D UTILISATION. www.socomec.com. http://www.socomec. com/webview_ software

WEBVIEW. Serveur Web embarqué dans DIRIS G NOTICE D UTILISATION. www.socomec.com. http://www.socomec. com/webview_ software NOTICE D UTILISATION WEBVIEW Serveur Web embarqué dans DIRIS G FR http://www.socomec. com/webview_ software www.socomec.com FR SOMMAIRE 1. DOCUMENTATION...3 2. OPÉRATIONS PRÉALABLES...3 3. PRÉSENTATION...3

Plus en détail

ProLink III Software. Outil de configuration et de maintenance des appareils Micro Motion et Rosemount Flow

ProLink III Software. Outil de configuration et de maintenance des appareils Micro Motion et Rosemount Flow Fiche de spécifications PS-001450, rév. E Septembre 2014 ProLink III Software Outil de configuration et de maintenance des appareils Micro Motion et Rosemount Flow Outil de configuration, de maintenance

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DU PÔLE PETROCHIMIQUE DE BERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DU PÔLE PETROCHIMIQUE DE BERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DU PÔLE PETROCHIMIQUE DE BERRE 1 - DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE Description donnée sur la base de l année de référence 2011 Raison sociale : Compagnie

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La tension alternative

Physique, chapitre 8 : La tension alternative Physique, chapitre 8 : La tension alternative 1. La tension alternative 1.1 Différence entre une tension continue et une tension alternative Une tension est dite continue quand sa valeur ne change pas.

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Smart Grids, nos clients au cœur du réseau de demain ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Association Carbon AT, Nantes, le 16 avril 2013 Régis LE DREZEN Regis.le-drezen@erdf-grdf.fr Film

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

Centres d accès communautaire Internet des Îles LA CLÉ USB

Centres d accès communautaire Internet des Îles LA CLÉ USB Centres d accès communautaire Internet des Îles LA CLÉ USB Table des matières Document produit pour : Centres d accès communautaire Internet des Îles Par : Andrée-Anne Chevrier, stagiaire Pour infos :

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Une solution haut de gamme de gestion technique énergétique de vos bâtiments à un tarif raisonnable.

Une solution haut de gamme de gestion technique énergétique de vos bâtiments à un tarif raisonnable. Une solution haut de gamme de gestion technique énergétique de vos bâtiments à un tarif raisonnable. CADOÉ Technologie 04 74 37 55 53 contact@cadoe.net Gestion de tous les types de chauffage : Gaz, Fioul,

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Énergie - Matériel Thermique

Énergie - Matériel Thermique Énergie - Matériel Thermique Énergie...p. 119 à 121 Échangeurs de chaleur...p. 122 Exploitation des fours et des chaudières...p. 123 à 124 Eaux de réfrigération et froid industriel...p. 125 Énergie EMT

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE SOMMAIRE DATA CENTER OPTION SERVICE 1. Architecture proposée 2. Constituants de la solution 3. Supervision 1 1 ARCHITECTURE GENERALE 2 Implantation Plan du site et localisation de la salle informatique

Plus en détail

FICHE PRODUIT CSI 6500 Machinery Health TM Monitor

FICHE PRODUIT CSI 6500 Machinery Health TM Monitor ? TM Suite FICHE PRODUIT CSI 6500 Machinery Health TM Monitor Protection et surveillance vibratoire des machines tournantes critiques de l usine Information de surveillance vibratoire temps réel des machines

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

- 1 - TABLE DE MATIÈRES. ÉTAPE 3: Premièrement il faut sélectionner la langue désirée dans le menu suivant :

- 1 - TABLE DE MATIÈRES. ÉTAPE 3: Premièrement il faut sélectionner la langue désirée dans le menu suivant : ÉTAPE 3: Premièrement il faut sélectionner la langue désirée dans le menu suivant : GUIDE D INSTALLATION ÉTAPE À ÉTAPE DU LOGICIEL POUR WINDOWS XP Numéro 3.0 Merci pour avoir acheté ce dispositif. Cette

Plus en détail

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque.

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Question n 1 L'homme a besoin d'énergie pour se déplacer, se chauffer, faire fonctionner ses machines,

Plus en détail

>> >> >> Innovens. La condensation à la pointe de l innovation

>> >> >> Innovens. La condensation à la pointe de l innovation C h a u d i è r e m u r a l e g a z c o n d e n s a t i o n Innovens ADVANCE La condensation à la pointe de l innovation >> >> >> > Ecologie et économies d énergie Nouvelle

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

L eau pour l électricité

L eau pour l électricité À l instar du néologisme américain Watergy, qui met en exergue les liens intrinsèques entre la production d énergie et l eau, et par réciprocité ceux qui lient la production d eau et l énergie, l Eaunergie

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

AOLbox. Partage de disque dur Guide d utilisation. Partage de disque dur Guide d utilisation 1

AOLbox. Partage de disque dur Guide d utilisation. Partage de disque dur Guide d utilisation 1 AOLbox Partage de disque dur Guide d utilisation Partage de disque dur Guide d utilisation 1 Sommaire 1. L AOLbox et le partage de disque dur... 3 1.1 Le partage de disque dur sans l AOLbox... 3 1.1.1

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

Recueil des Fiches Concepteurs : Mise en œuvre d un site SharePoint 2013 Juin 2015

Recueil des Fiches Concepteurs : Mise en œuvre d un site SharePoint 2013 Juin 2015 Recueil des s s : Mise en œuvre d un site SharePoint 2013 Juin 2015 Ce document décrit le paramétrage pour la mise en œuvre des fonctionnalités standard de Microsoft SharePoint 2013. NADAP et SharePoint

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Résumé Le bureau d étude ECO-MESURE a été par le collectif citoyen de vigilance

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

LW313 Sweex Wireless 300N Adapter USB

LW313 Sweex Wireless 300N Adapter USB LW313 Sweex Wireless 300N Adapter USB Attention! N exposez pas le Sweex Wireless 300N Adapter USB à des températures extrêmes. N exposez pas l appareil à la lumière directe du soleil ou à proximité immédiate

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT CHAUFFAGE PRODUCTION ECS POMPES À CHALEUR HAUTE TEMPÉRATURE PRODUCTION EAU CHAUDE SANITAIRE PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT/ECS Pompes à Chaleur Haute Température et production d Eau

Plus en détail

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Présentation du 31 mars 2015 Atelier ACTENA Samuel CARRE Marc EGLIN La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Sujets de la présentation Présentation QCS et CORETEC

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

ACW_TM Guide d utilisation

ACW_TM Guide d utilisation ACW_TM Guide d utilisation Présentation Une interface logicielle vous permet de configurer vos modules ACW en les reliant au port USB de votre ordinateur. Plusieurs paramètres sont réglables. Chacun d

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec maîtrisez l énergie avec la crea en partenariat avec ESPACES INFO énergie choisir une énergie renouvelable qu est-ce qu une énergie rénouvelable? Depuis deux siècles, l utilisation très importante des

Plus en détail