Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance. Quantité GWh par année

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance. Quantité - 1 200 GWh par année"

Transcription

1 Dossier : 6200-D059-1 Le 16 mai 2002 M me Mary Breitling Dynegy Power Marketing, Inc. Suite Louisiana Street Houston, Texas U.S.A. Télécopieur : (713) Madame, Demande de permis d exportation d électricité, en date du 12 mars 2002, présentée par Dynegy Power Marketing, Inc. (DPMI) aux termes de l article de la Loi sur l Office national de l énergie (la Loi) Dans la demande citée en rubrique, DPMI a sollicité deux permis d exportation d électricité, un pour l exportation d énergie interruptible et un pour l exportation de puissance et d énergie garanties à court terme, dont les modalités seraient les suivantes : a) Énergie interruptible, y compris des dispositions pour des transferts d équivalents, des transferts en vue du stockage, des transferts de transit et des transferts de redressement Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance Quantité GWh par année Mode de transport - Toute ligne internationale de transport d électricité entre le Canada et les États-Unis, pour laquelle l Office a délivré, ou délivrera, un certificat d utilité publique ou un permis. b) Puissance et énergie garanties à court terme Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance Quantité MW/1 200 GWh par année Mode de transport - Toute ligne internationale de transport d électricité entre le Canada et les États-Unis, pour laquelle l Office a délivré, ou délivrera, un certificat d utilité publique ou un permis.

2 L Office national de l énergie (l Office) n a reçu aucune observation d autres parties au cours de l examen de la demande de DPMI. Questions environnementales -2- En réponse à une demande de renseignements, DPMI a affirmé que le projet d exportation ne nécessiterait pas la construction de nouvelles installations, ni la modification d installations existantes ou de leur mode d exploitation. Opinion de l Office L Office fait remarquer que l environnement relève des paliers tant fédéral que provincial en vertu de la Loi constitutionnelle de Comme les tribunaux l ont déclaré en toutes lettres, les deux paliers ont un rôle à jouer relativement à l évaluation des effets environnementaux. Ce rôle a été reconnu dans la Loi. Lorsqu un demandeur sollicite un permis l autorisant à exporter de l électricité du Canada, l Office est tenu, en vertu de la Loi, de décider s il devrait recommander au ministre des Ressources naturelles la prise d un décret par le gouverneur en conseil précisant qu une demande d exportation d électricité est assujettie à l obtention d une licence. Le paragraphe (2) de la Loi prescrit ce qui suit : 1. Pour déterminer s il y a lieu de procéder à la recommandation, l Office tente d éviter le dédoublement des mesures prises au sujet de l exportation d électricité par le demandeur et le gouvernement de la province exportatrice et tient compte de tous les facteurs qu il estime pertinents et notamment :... b) des conséquences de l exportation sur l environnement;... L alinéa 9 o) du Règlement de l Office national de l énergie concernant l électricité, DORS/ (le Règlement concernant l électricité) prévoit que, à moins que les renseignements ne soient pas pertinents quant à la demande, le demandeur doit fournir des renseignements concernant «les effets environnementaux négatifs de l exportation d électricité proposée et les mesures qui seront prises pour les atténuer en tout ou en partie». Dans l arrêt Québec (procureur général) c. Canada (Office national de l énergie) 1, la Cour suprême du Canada a examiné le pouvoir de l Office d examiner les conséquences sur l environnement d une autorisation (EH-3-89) accordée à Hydro-Québec en matière d exportation d électricité. La Cour a statué que l Office avait le droit de tenir compte, comme facteur pertinent quant à sa décision, des conséquences sur l environnement de la construction d installations de production futures par Hydro- Québec. La Cour a souligné que, lorsque la construction de nouvelles installations est nécessaire pour répondre, notamment, à la demande créée par un contrat d exportation, les effets sur l environnement de la construction en question ont un lien avec l exportation. Selon la Cour, il devient approprié pour l Office, dans ces circonstances, de tenir compte de la source de l électricité destinée à être exportée ainsi que des 1 Le Grand conseil des Cris (du Québec) et l Administration régionale crie c. Le procureur général du Canada et al, [1994] 1 R.C.S. 159.

3 -3- coûts environnementaux associés à la production de cette énergie. Lorsque l Office estime, dans le cadre de l application de la Loi, que les conséquences environnementales à l intérieur d une province sont pertinentes quant à sa décision d accorder une licence d exportation, il a le droit de tenir compte de ces conséquences. La Cour a reconnu qu il y a lieu de minimiser le double emploi de directives et les contradictions entre celles-ci. Au même moment, elle a souligné que l Office ne pouvait entreprendre un «examen de l ensemble du plan opérationnel» du demandeur 2. En 1994, après le jugement de la Cour suprême du Canada, l Office a examiné une demande qu Hydro- Québec a présentée (mai 1994) en vue d obtenir des permis d exportation généraux, c est-à-dire des permis relatifs à des transactions qui sont inconnues à la date de la délivrance du permis. Hydro-Québec a souligné que l électricité nécessaire pour procéder aux exportations proposées serait produite par l ensemble de son réseau et qu aucune nouvelle installation ne serait construite aux fins de cette exportation. Hydro-Québec a également mentionné qu elle utiliserait ses installations de transport existantes pour acheminer l électricité qu elle compte exporter. L Office a décidé d accorder le permis demandé et s est exprimé comme suit dans ses motifs (décembre 1994) 3 : L Office reconnaît que les délais de planification, de conception, d obtention des autorisations et de construction de nouvelles installations de production sont longs. Il note donc que, durant les premières années de tout permis qu il peut délivrer, les exportations pourraient seulement être fournies grâce aux installations actuelles, ou aux installations dont la construction a commencé ou qui ont été approuvées pour construction, et non grâce à de nouvelles installations construites pour fournir ces exportations. Quant à l allégation selon laquelle de nouvelles installations pourraient être construites pour répondre à d éventuelles transactions à court terme durant les dernières années de tout permis que l Office pourrait délivrer, l Office note que la durée de ces transactions varierait de quelques mois à un maximum de cinq ans. En outre, le délai de commencement de la livraison de l électricité en vertu de telles transactions serait relativement court. En dernier lieu, l Office note que la construction de nouvelles installations exigerait des capitaux importants, que de telles installations ont généralement une durée utile allant de 30 à 50 ans ou plus, et que des ventes à court terme ne peuvent justifier de tels investissements. Le très long délai de construction de nouvelles installations à long terme fait contrepoids aux courtes durées des contrats et aux courts délais de livraison. Ainsi, l Office juge que de la puissance additionnelle de production ne sera vraisemblablement construite ou devancée que pour rencontrer une augmentation de la charge provinciale ou des exportations fermes à long terme. L Office accepte la preuve d Hydro-Québec à l effet que le permis sollicité autoriserait des exportations à partir des surplus produits par les installations de production actuelles ou approuvées. 2 Ibid, au paragraphe Décision en matière d exportations d électricité relativement à la demande d Hydro-Québec, en date du 24 mai 1994, en vue d obtenir un permis autorisant l exportation d électricité garantie et interruptible, décembre 1994 (Office national de l énergie), à la page 9.

4 -4- Afin de veiller à ce que cette conclusion demeure valable, l Office a incorporé dans le permis une condition ayant pour effet de limiter à une période maximale de cinq ans la capacité du demandeur d utiliser le permis aux fins de tout contrat d exportation. L Office a donc conclu que l électricité dont l exportation est proposée ne serait produite et acheminée qu au moyen des installations existantes et que celles-ci seraient exploitées conformément aux normes et lignes directrices provinciales pertinentes 4. Depuis que la Cour suprême du Canada a examiné la décision que l Office avait rendue au sujet de la demande d Hydro-Québec (EH-3-89), certains changements ont marqué l industrie de l électricité. En 1990, lorsque l Office a examiné la demande EH-3-89, les entreprises de services publics intégrées verticalement dominaient le marché et accomplissaient toutes les fonctions s y rapportant : la production, le transport et la vente. Depuis ce temps, l industrie s est orientée progressivement vers un marché ouvert. De nombreux nouveaux intervenants sont apparus et ont créé des créneaux de marché dans les domaines de la production, du transport et de la vente. Le marché est de plus en plus fluide et dynamique, et les exportations à court terme sont de plus en plus fréquentes. Désormais, lorsqu ils demandent d un permis d exportation, les exportateurs ne connaissent pas nécessairement la source de l énergie qu ils exporteront ou le dernier acheteur de celle-ci. Le nombre de permis d exportation et les quantités totales d énergie dont l exportation est autorisée ont sensiblement augmenté au cours des dernières années afin que les exportateurs nouveaux et existants disposent des moyens nécessaires pour se tailler une place au sein d un marché qui ne cesse d évoluer. Cependant, il est intéressant de noter qu au cours des trente dernières années, les exportations d électricité ont constamment représenté de six à huit pour cent de la production totale d électricité au Canada, ce qui indique que, dans l ensemble, l électricité exportée provient des installations de production construites pour répondre à la demande intérieure. Les ressources de production disponibles dans chaque territoire canadien ont toujours inclus une marge de réserve suffisante pour permettre chaque année de répondre à l accroissement de la demande, d exécuter les travaux de maintenance et de réparation, de pallier aux pannes forcées, etc. Dans la majorité des cas, l industrie de l électricité nordaméricaine ne construit pas d installations donnant lieu à des marges de réserve excessives, pour des raisons d ordre économique. Par conséquent, il semble que le marché n a pas favorisé et ne favorise toujours pas la construction d installations à des fins d exportation. Cependant, il peut y avoir des cas où des installations sont mises en valeur ou modifiées pour répondre, notamment, à la demande créée par un permis d exportation. C est dans ce contexte que l Office doit décider comment il continuera à assurer l exécution en bonne et due forme de son mandat en ce qui concerne l environnement. Comme il l a souligné récemment dans les motifs de sa décision concernant une demande de permis d exportation de la British Columbia Hydro Authority 5, pour qu une évaluation fédérale des effets environnementaux soit réaliste et appropriée au plan constitutionnel, il doit y avoir un lien entre le permis d exportation, les nouvelles installations ou les modifications touchant des installations existantes et les effets environnementaux à examiner. En l absence de ce lien, l évaluation environnementale n est pas justifiable, que ce soit au plan juridique ou pratique. 4 Le Grand conseil des Cris (du Québec) a déposé une demande visant à obtenir l autorisation d interjeter appel de cette décision auprès de la Cour d appel fédérale (95-A-1). Cette demande d autorisation a été refusée sans motifs le 4 avril Lettre de décision concernant une demande de réexamen présentée par la British Columbia Hydro Authority, suivant les instructions de la Cour d appel fédérale, 26 septembre 2001 (Office national de l énergie).

5 -5- Il appert des données présentées en l espèce qu aucune nouvelle installation ne serait construite à l appui de l exportation proposée d électricité. Dans la même veine, aucune modification connue n est apportée à l exploitation des installations existantes de manière à permettre les exportations en question. Par conséquent, aucun lien ne peut être établi à l heure actuelle entre les exportations demandées, la construction de nouvelles installations ou la modification d installations existantes et les conséquences sur l environnement. L Office ne peut être assuré, d après ces renseignements, qu aucun lien suffisant pour justifier une évaluation environnementale ne sera établi ultérieurement. Dans l état actuel des choses, le demandeur n est pas en mesure de fournir des renseignements supplémentaires concernant «les effets environnementaux négatifs de l exportation d électricité proposée et les mesures qui seront prises pour les atténuer en tout ou en partie» (alinéa 9o) du Règlement concernant l électricité). En vertu du Règlement concernant l électricité, l Office peut dispenser le demandeur de l obligation de fournir d autres renseignements s il estime que ceux-ci ne sont pas pertinents quant à la demande. À cette fin, l Office doit être convaincu qu il convient d accorder cette dispense dans les circonstances. Dans la présente affaire, l Office estime que cette dispense devrait être accordée s il y a peu de chances que le lien nécessaire pour rendre les facteurs environnementaux pertinents soit établi ultérieurement. L Office a conclu que le fait de continuer à restreindre la durée des contrats de vente à l exportation à une période maximale de cinq ans permet de garantir de façon satisfaisante qu aucune installation de production ou de transport ne sera construite ou modifiée afin de répondre aux besoins du permis d exportation demandé. L Office a réexaminé le raisonnement qu il avait suivi relativement à la demande de permis d Hydro-Québec en 1994 et estime que ce raisonnement demeure valable dans le marché d aujourd hui. Un contrat prévoyant l exportation d électricité pendant une période maximale de cinq ans a peu de chances de créer le lien nécessaire pour justifier une évaluation environnementale. De l avis de l Office, cette restriction touchant la durée du contrat permettra d offrir au demandeur assez de souplesse pour conclure des contrats de vente et d achat d électricité, tout en donnant à l Office l assurance nécessaire qu il est peu probable que de nouvelles installations seront construites ou que des installations existantes seront modifiées afin de répondre, entre autres besoins, aux exigences du contrat d exportation. Compte tenu de cette condition, l Office a conclu qu une étude plus poussée des conséquences des exportations proposées sur l environnement n est pas pertinente dans le cadre de l examen de la présente demande. Comme l Office l a souligné dans le passé 6, cela ne signifie pas que les effets environnementaux liés aux installations qui pourraient éventuellement être utilisées pour produire ou acheminer l électricité à exporter ne seront pas pris en considération. L Office examinera les incidences environnementales des lignes internationales de transport d électricité au cours de son processus de réglementation. Les autorités provinciales concernées examineront quant à elles les conséquences sur l environnement de la construction de nouvelles installations et des modifications aux installations de production et de transport existantes, puisque celles-ci sont de compétence provinciale. Par conséquent, une évaluation environnementale des installations aura lieu, même dans les cas où le lien entre les installations et le pouvoir du gouvernement fédéral de réglementer les exportations n est pas suffisant pour justifier une évaluation environnementale fédérale. 6 Supra, note 3, à la page 8, section

6 -6- Décision Conformément à l article de la Loi, l Office a décidé de délivrer à DPMI deux permis, un pour les exportations garanties et un pour les exportations interruptibles. Vous trouverez ci-annexés les permis d exportation d électricité EPE-210 et EPE-211. Ces permis entrent en vigueur le 16 mai 2002 et expirent le 15 mai Les deux permis renferment une condition qui limite à cinq ans la durée maximale de tout contrat particulier d exportation pouvant être conclu en vertu de chaque permis. Pour garantir que tous les Canadiens intéressés puissent déterminer s ils ont bénéficié d un accès équitable à l énergie destinée à être exportée (énergie interruptible et puissance et énergie garanties à court terme), l Office a inclus dans le permis d exportation d électricité EPE-210 et EPE-211 ci-joints les conditions pertinentes relatives à l accès équitable au marché. En ce qui touche l accès équitable au marché, l Office n a pas inclus dans les permis une condition exigeant le dépôt des contrats conclus à l égard de transferts d équivalents, de transferts en vue du stockage, de transferts de transit et de transferts de redressement, mais il a prescrit comme condition que DPMI doit tenir un dossier, que pourra examiner l Office, de tous les contrats passés aux fins de tels transferts. Veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées. Michel L. Mantha Secrétaire Pièces jointes c.c.: M. Ron Kisic, Dynegy Canada Inc., télécopieur (403)

7 PERMIS EPE-210 RELATIVEMENT À l article de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande d exportation d électricité présentée par Dynegy Power Marketing, Inc. (DPMI), déposée auprès de l Office national de l énergie (l Office) sous le numéro de dossier 6200-D DEVANT l Office, le 16 mai ATTENDU QUE, dans une demande présentée le 12 mars 2002, DPMI a sollicité l autorisation d exporter de l énergie interruptible à des points situés sur la frontière canado-américaine; ATTENDU QUE DPMI a fait paraître un avis de sa demande dans la Gazette du Canada, le 23 mars 2002; ATTENDU QUE l Office est convaincu que les parties intéressées à acheter de l électricité pour consommation au Canada auront un accès équitable à l électricité destinée à être exportée aux termes du permis, lequel permis sera assorti des conditions voulues; ATTENDU QUE l Office a établi que les exportations projetées n auront pas d effets indésirables sur les provinces autres que les provinces exportatrices; ATTENDU QUE l Office a établi qu aucune étude plus poussée des conséquences de l exportation sur l environnement n est nécessaire en l espèce; ATTENDU QUE l Office a établi, après avoir étudié les renseignements fournis par DPMI, qu il n était pas nécessaire de soumettre la demande à un examen public plus poussé; IL EST ORDONNÉ QUE DPMI soit autorisée à exporter de l énergie interruptible à des points situés sur la frontière canado-américaine, sous réserve des conditions suivantes : 1. Le permis entre en vigueur le 16 mai 2002 et expire le 15 mai La catégorie de transferts autorisée en vertu du permis est le transfert pour vente, le transfert d équivalents, ainsi que le transfert en vue du stockage, du transit et des redressement d énergie interruptible. 3. L énergie destinée à être exportée peut être transportée par toute ligne internationale de transport d électricité pour laquelle l Office a délivré, ou délivrera, un certificat d utilité publique ou un permis..../2

8 La quantité d énergie qui peut être exportée en vertu du permis ne doit pas dépasser GWh pendant toute période de douze mois consécutifs. 5. DPMI ne doit pas exporter de puissance ou d énergie en vertu du permis avant : (i) (ii) d avoir informé quiconque s est montré intéressé par l achat de l électricité pour consommation au Canada des quantités et des catégories de services offerts; d avoir donné la possibilité d acheter de l électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande d exportation, à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la communication de ce fait, manifesté l intention d acheter de l électricité pour consommation au Canada. 6. DPMI doit : (i) (ii) pour les exportations d une durée inférieure à un mois, après le début d une exportation, informer tous les acheteurs canadiens ayant accès au réseau, sur demande, des conditions auxquelles l exportation particulière est faite, et déposer ces conditions auprès de l Office, à la demande de ce dernier. pour les exportations d une durée supérieure à un mois, ou pour une série d exportations semblables et consécutives à un même client qui sont chacune d une durée inférieure à un mois, mais qui, prises ensemble, s étalent sur plus d un mois, déposer auprès de l Office, dans les quinze jours consécutifs suivant la signature d un contrat, une copie des dispositions contractuelles particulières ayant trait à l exportation et, sur demande, en signifier une copie aux acheteurs canadiens ayant accès au réseau. 7. DPMI doit tenir un dossier de tous les contrats passés en vertu du permis aux fins de transferts d équivalents ainsi que de transferts en vue du stockage, du transit ou de redressements. 8. DPMI doit conserver le dossier visé à la condition 7 pendant toute la période comprise entre le 16 mai 2002 et le 15 mai La durée de tout contrat particulier d exportation d électricité à partir du Canada, ou série de contrats d exportation avec un même client, que DPMI pourrait conclure aux termes du permis ne doit pas dépasser cinq ans. Conformément à l article 8 du Règlement sur les rapports relatifs aux exportations et importations de l Office national de l énergie, DPMI doit présenter à l Office, au plus tard le quinzième jour de chaque mois, un rapport, établi selon les directives de l Office, qui contient les renseignements sur les transactions visées par le présent permis qui ont été exécutées durant le mois précédent. OFFICE NATIONAL DE L ÉNERGIE Michel L. Mantha Secrétaire EPE-210

9 PERMIS EPE-211 RELATIVEMENT À l article de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande d exportation d électricité présentée par Dynegy Power Marketing, Inc. (DPMI), déposée auprès de l Office national de l énergie (l Office) sous le numéro de dossier 6200-D DEVANT l Office, le 16 mai ATTENDU QUE, dans une demande présentée le 12 mars 2002, DPMI a sollicité l autorisation d exporter de la puissance et de l énergie garanties à des points situés sur la frontière canado-américaine; ATTENDU QUE DPMI a fait paraître un avis de sa demande dans la Gazette du Canada, le 23 mars 2002; ATTENDU QUE l Office est convaincu que les parties intéressées à acheter de l électricité pour consommation au Canada auront un accès équitable à l électricité destinée à être exportée aux termes du permis, lequel permis sera assorti des conditions voulues; ATTENDU QUE l Office a établi que les exportations projetées n auront pas d effets indésirables sur les provinces autres que les provinces exportatrices; ATTENDU QUE l Office a établi qu aucune étude plus poussée des conséquences de l exportation sur l environnement n est nécessaire en l espèce; ATTENDU QUE l Office a établi, après avoir étudié les renseignements fournis par DPMI, qu il n était pas nécessaire de soumettre la demande à un examen public plus poussé; IL EST ORDONNÉ QUE DPMI soit autorisée à exporter de la puissance et de l énergie garanties à des points situés sur la frontière canado-américaine, sous réserve des conditions suivantes : 1. Le permis entre en vigueur le 16 mai 2002 et expire le 15 mai La catégorie de transferts autorisée en vertu du permis est le transfert pour vente de puissance et d énergie garanties. 3. L énergie destinée à être exportée peut être transportée par toute ligne internationale de transport d électricité pour laquelle l Office a délivré, ou délivrera, un certificat d utilité publique ou un permis..../2 EPE-210

10 La quantité de puissance qui peut être exportée en vertu du permis ne doit pas dépasser 200 MW. 5. La quantité d énergie qui peut être exportée en vertu du permis ne doit pas dépasser GWh pendant toute période de douze mois consécutifs. 6. DPMI ne doit pas exporter de puissance ou d énergie en vertu du permis avant : (i) (ii) d avoir informé quiconque s est montré intéressé par l achat de l électricité pour consommation au Canada des quantités et des catégories de services offerts; d avoir donné la possibilité d acheter de l électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande d exportation, à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la communication de ce fait, manifesté l intention d acheter de l électricité pour consommation au Canada. 7. DPMI doit : (i) (ii) pour les exportations d une durée inférieure à un mois, après le début d une exportation, informer tous les acheteurs canadiens ayant accès au réseau, sur demande, des conditions auxquelles l exportation particulière est faite, et déposer ces conditions auprès de l Office, à la demande de ce dernier. pour les exportations d une durée supérieure à un mois, ou pour une série d exportations semblables et consécutives à un même client qui sont chacune d une durée inférieure à un mois, mais qui, prises ensemble, s étalent sur plus d un mois, déposer auprès de l Office, dans les quinze jours consécutifs suivant la signature d un contrat, une copie des dispositions contractuelles particulières ayant trait à l exportation et, sur demande, en signifier une copie aux acheteurs canadiens ayant accès au réseau. 8. La durée de tout contrat particulier d exportation d électricité à partir du Canada, ou série de contrats d exportation avec un même client, que DPMI Canada pourrait conclure aux termes du permis ne doit pas dépasser cinq ans. Conformément à l article 8 du Règlement sur les rapports relatifs aux exportations et importations de l Office national de l énergie, DPMI doit présenter à l Office, au plus tard le quinzième jour de chaque mois, un rapport, établi selon les directives de l Office, qui contient les renseignements sur les transactions visées par le présent permis qui ont été exécutées durant le mois précédent. OFFICE NATIONAL DE L ÉNERGIE Michel L. Mantha Secrétaire EPE-211

PERMIS EPE-287. RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application;

PERMIS EPE-287. RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; PERMIS EPE-287 RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande d exportation d électricité déposée auprès de l

Plus en détail

Dossier : 6200-C382-1 Le 29 avril 2005

Dossier : 6200-C382-1 Le 29 avril 2005 Dossier : 6200-C382-1 Le 29 avril 2005 M. Michael Constantine Constellation NewEnergy, Inc. 111 Market Place Baltimore, MD 21202 Télécopieur : (410) 468-3673 Monsieur, Demande de permis d exportation d

Plus en détail

Dossier 6200-C191-1 Le 27 mai 2005

Dossier 6200-C191-1 Le 27 mai 2005 Dossier 6200-C191-1 Le 27 mai 2005 Monsieur Charles Casey Avocat associé Calpine Energy Services Canada Ltd. 240, 4 e Avenue S.-O, bureau 2900 Calgary (Alberta) T2P 4H4 Télécopieur (403) 303-1773 Monsieur

Plus en détail

PERMIS EPE-319. RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application;

PERMIS EPE-319. RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; DEVANT l Office, le 2 avril 2008. PERMIS EPE-319 RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande de SYNERGY Power

Plus en détail

Demande de permis d'exportation d'électricité, en date du 6 août 2003, présentée par Direct Commodities Trading (DCT) Inc.

Demande de permis d'exportation d'électricité, en date du 6 août 2003, présentée par Direct Commodities Trading (DCT) Inc. Dossier 6200-D070-1 Le 15 octobre 2003 Monsieur Jean-Jacques Taza Secrétaire et dirigeant Direct Commodities and Trading (DCT) Inc. 4821, avenue du Parc, bureau 6 Montréal (Québec) H2V 4E7 Monsieur, Demande

Plus en détail

GUIDE D ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA

GUIDE D ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA COMPRENDRE VOTRE APPROVISIONNEMENT EN GAZ NATUREL Au Manitoba, à titre de consommateur de gaz naturel, vous avez plusieurs options à votre disposition en matière d achat de gaz naturel pour votre domicile

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS POUR TOUTE MODIFICATION PROPOSÉE AUX PROGRAMMES DÉSIGNÉS EN VERTU DE LA LOI SUR L ATTRIBUTION DE GRADES UNIVERSITAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK CONTENTS

Plus en détail

GUIDE POUR LES DEMANDES PRÉSENTÉES AU COMITÉ CONSULTATIF SUR L URBANISME VISANT LES

GUIDE POUR LES DEMANDES PRÉSENTÉES AU COMITÉ CONSULTATIF SUR L URBANISME VISANT LES GUIDE POUR LES DEMANDES PRÉSENTÉES AU COMITÉ CONSULTATIF SUR L URBANISME VISANT LES DÉROGATIONS MODALITÉS ET CONDITIONS DÉCISIONS SUR LA COMPATIBILITÉ DES USAGES USAGES TEMPORAIRES Demandes présentées

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : Succession de S. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 103 N o d appel : AD-14-503 ENTRE : Succession de S. G. Demanderesse et Ministre de l Emploi et

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick Page 1 de 5 inc. a droit à des sommes de retraite régis par la Loi sur (nom du Rentier en caractères d'imprimerie) les prestations de pension du et désire transférer ces sommes dans un fonds de revenu

Plus en détail

OF-Fac-Oil-E266-2014-01 02 Le 13 mars 2015

OF-Fac-Oil-E266-2014-01 02 Le 13 mars 2015 OF-Fac-Oil-E266-2014-01 02 Le 13 mars 2015 M. Raoul Kanapé Responsable de communication Regroupement Petapan 32 de la Réserve Essipit, (Québec) G0T 1K0 Télécopieur : 418-233-2888 M. Kanapé, Oléoduc Énergie

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

MANAGEMENT RETIREE. Examen périodique des avantages sociaux 2014. Employés syndiqués Régime d avantages sociaux

MANAGEMENT RETIREE. Examen périodique des avantages sociaux 2014. Employés syndiqués Régime d avantages sociaux Examen périodique des avantages sociaux 2014 MANAGEMENT RETIREE BENEFITS PAR DAN BOULET» Gérant d affaires, Fraternité PAR RICHARD J. DIXON» Vice-président, Ressources humaines Coprésident, Conseil mixte

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz et le pétrole (partie VI de la Loi) 1

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz et le pétrole (partie VI de la Loi) 1 Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz et le pétrole (partie VI de la Loi) 1 TITRE ABRÉGÉ 1. Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2014-669

Décision de télécom CRTC 2014-669 Décision de télécom CRTC 2014-669 Version PDF Ottawa, le 19 décembre 2014 Numéro de dossier : 8622-B2-201411256 Bell Canada Demande de redressement provisoire pour assurer rapidement des conditions d accès

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre Le 3 novembre 2014 Si votre prévoit la création d une fiducie testamentaire, ou si vous êtes bénéficiaire d une fiducie ou exécuteur testamentaire,

Plus en détail

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997 D-98-23 R-3393-97 23 Avril 1998 PRÉSENTS : M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. André Dumais, B. Sc. A. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

DEMANDES D AGRÉMENT. (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.)

DEMANDES D AGRÉMENT. (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.) DEMANDES D AGRÉMENT (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.) Demandes d agrément Conformément à la Loi sur les caisses populaires et les credit unions (la «Loi»), les caisses doivent faire une demande

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Introduction 17 Seuils relatifs à l examen 20 Généralités 24 Par Shanon Grauer INTRODUCTION Lois sur les investissements étrangers 19 La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA CRÉATION D OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE

LIGNES DIRECTRICES POUR LA CRÉATION D OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE LIGNES DIRECTRICES POUR LA CRÉATION D OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE 1 Les présentes lignes directrices donnent un aperçu des buts et des avantages de la création

Plus en détail

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS Le ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) se fait un devoir de réduire les effets des activités d exploration et d exploitation des ressources

Plus en détail

Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015

Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015 Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015 J. Aidan O Neill Fasken Martineau DuMoulin, Ottawa ALAI Canada Assemblée générale annuelle Le 7 avril 2016, Montréal, Québec Introduction:

Plus en détail

Ligne directrice sur le Plan de sûreté

Ligne directrice sur le Plan de sûreté Explosives Regulatory Division Division de la réglementation des explosifs G05-04 Ligne directrice sur le Plan de sûreté Mai 2014 1. EXIGENCES Un plan de sûreté doit être présenté dans le cadre de la demande

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à une demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : C. C. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 358 N o d appel : AD-13-631 ENTRE : C. C. Demanderesse et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION DE BIENS, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

POLITIQUE D ACQUISITION DE BIENS, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION POLITIQUE D ACQUISITION DE BIENS, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION 1. ÉNONCÉ Afin de permettre les acquisitions nécessaires à l accomplissement de la mission de la Commission scolaire De La Jonquière,

Plus en détail

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION Introduction Le Code criminel confère au ministre de la Justice du Canada le pouvoir de réviser une condamnation pour une infraction à une

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 107 Page 1 de 10

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 107 Page 1 de 10 POLITIQUE 107 Page 1 de 10 Objet : Achat En vigueur : Septembre 1987 Révision : Juin 1994; le 1 er juillet 2001; juillet 2002 1.0 OBJET 1.1 La présente politique remplace les politiques suivantes : 104

Plus en détail

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2.

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2. Dossier : OF-Tolls-Group1-T260-2012-05 01 Le 30 janvier 2013 Destinataires : Toutes les parties à l ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 Ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 datée du 21 août 2012

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Jean-François Viau Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. Intéressés dont les noms apparaissent ci-après

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Jean-François Viau Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. Intéressés dont les noms apparaissent ci-après D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2010-004 R-3714-2009 22 janvier 2010 PRÉSENT : Jean-François Viau Régisseur Hydro-Québec Demanderesse et Intéressés dont les noms apparaissent ci-après Décision

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI.

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI. Bureau du vérificateur général du Canada Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI Juillet 2014 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du

Plus en détail

Article A-1A03 Procédure d'admission

Article A-1A03 Procédure d'admission RÈGLE A-1A ADHÉSION À LA SOCIÉTÉ Article A-1A01 Admissibilité aux fins d'adhésion a) Pour présenter une demande d adhésion, un candidat doit être : i) un membre ou un participant agréé en règle auprès

Plus en détail

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision relativement à Promoteur AREVA Resources Canada Incorporated Objet Examen environnemental préalable du projet de production de sulfate de

Plus en détail

GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK

GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. COMITÉ PERMANENT DES MINES ET DE L ENVIRONNEMENT... 1 3. LE PROCESSUS D APPROBATION...

Plus en détail

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 CENTRES DE LA PETITE ENFANCE GARDERIES SUBVENTIONNÉES BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL Tous les termes qui renvoient

Plus en détail

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers www.cic.gc.ca/etudier Le Canada est doté de l un des systèmes d éducation les meilleurs et les plus respectés au monde. Chaque

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

Dossier OF-Fac-Oil-E101-2012-10 02 Le 5 février 2015

Dossier OF-Fac-Oil-E101-2012-10 02 Le 5 février 2015 Dossier OF-Fac-Oil-E101-2012-10 02 Le 5 février 2015 Monsieur Jesse Ho Analyste principal de la réglementation Pipelines Enbridge Inc. 425, Première Rue S.-O., 30 e étage Calgary (Alberta) T2P 3L8 Télécopieur

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Formule T1 Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Directives Section A : Quand utiliser cette formule.. p. 1 Section B : Comment remplir cette formule p. 2

Plus en détail

Modifications de la définition d ordre de base

Modifications de la définition d ordre de base Avis sur les règles Avis d approbation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : Kevin McCoy Directeur

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

Bulletin sur les institutions et services financiers

Bulletin sur les institutions et services financiers Bulletin sur les institutions et services financiers Juin 2002 Création de l Agence nationale d encadrement du secteur financier Sylvie Bourdeau, Montréal Vancouver Toronto Montréal Québec New York Londres

Plus en détail

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision relativement à Demandeur Shield Source Inc. Objet Demande de report de la date limite pour fournir une garantie financière en vue du déclassement

Plus en détail

ANNEXE II LISTE DE BRUNEI DARUSSALAM

ANNEXE II LISTE DE BRUNEI DARUSSALAM ANNEXE II LISTE DE BRUNEI DARUSSALAM Secteur : Tous Obligations visées : Traitement national (article 9.4 et article 10.3) Prescriptions de résultats (article 9.10) Dirigeants et conseils d administration

Plus en détail

Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse

Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse 1.0 CONTEXTE Le programme Partenariats entrepreneuriat

Plus en détail

APPEL D OFFRES SUR INVITATION

APPEL D OFFRES SUR INVITATION APPEL D OFFRES SUR INVITATION PROJET : INFO-8 ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES POUR LA COMMISSION SCOLAIRE AU COEUR-DES-VALLÉES CAHIER DES CHARGES DOCUMENT I APPEL D OFFRES APPEL D OFFRES «ACQUISITION

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Guide de demande d un permis de livraison d alcool

Guide de demande d un permis de livraison d alcool Commission des alcools et des jeux de l Ontario 90 AV SHEPPARD E BUREAU 200 TORONTO ON M2N 0A4 Téléc. : 416 326.8711 Tél. : 416 326.8700 ou 1 800 522.2876 (interurbains sans frais en Ontario) Guide de

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Visiteurs d affaires de la Russie au Canada

Visiteurs d affaires de la Russie au Canada Visiteurs d affaires de la Russie au Canada Demande de visa de résident temporaire C&I-933-03-08 Pour des copies additionnelles, contacter : Services de distribution Citoyenneté et Immigration Canada Ottawa,

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. Règlement sur la contribution réduite

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. Règlement sur la contribution réduite Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. c. S-4.1.1, r. 1 Règlement sur la contribution réduite Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance (L.R.Q.,

Plus en détail

Politique 132 Page 1 de 6

Politique 132 Page 1 de 6 Politique 132 Page 1 de 6 Objet : Contribution de ressources par les parents En vigueur : Le 1 er septembre 1999 Révision : Le 1 er juillet 2001; mars 2012; juillet 2012 1.0 OBJET La province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Modalités d utilisation de l agence

Modalités d utilisation de l agence Modalités d utilisation de l agence VOTRE AUTORITÉ Propositions Vous pouvez recevoir des propositions portant sur des risques d assurance pour lesquels vous détenez un permis et nous les présenter aux

Plus en détail

CAPSA. P. Gail Armitage Présidente de l ACOR a/s Alberta Finance 401, 9515-107 Street Edmonton AB T5K 2C3. Le 15 février 2002.

CAPSA. P. Gail Armitage Présidente de l ACOR a/s Alberta Finance 401, 9515-107 Street Edmonton AB T5K 2C3. Le 15 février 2002. CAPSA Canadian Association of Pension Supervisory Authorities Objet: Madame, Monsieur, P. Gail Armitage Présidente de l ACOR a/s Alberta Finance 401, 9515-107 Street Edmonton AB T5K 2C3 Le 15 février 2002

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

1.1 À qui la FCEI fait-elle référence par l utilisation du terme «agent autorisé»?

1.1 À qui la FCEI fait-elle référence par l utilisation du terme «agent autorisé»? Réseau de distribution 1. Référence : FCEI, Tableau comparatif, 1. Définitions «En accord, suggestion : À l exclusion de Gaz Métro ou tout agent autorisé, nul ne peut, à aucun moment, ni d aucune façon,

Plus en détail

Politique réglementaire de radiodiffusion et de télécom CRTC 2015-357

Politique réglementaire de radiodiffusion et de télécom CRTC 2015-357 Politique réglementaire de radiodiffusion et de télécom CRTC 2015-357 Version PDF Référence : 2015-115 Ottawa, le 6 août 2015 Modifications aux Règles de pratique et de procédure du Conseil de la radiodiffusion

Plus en détail

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis 20 novembre 2015 Au cours d une conférence de presse aujourd hui, le ministre des Finances,

Plus en détail

Sommaire des investissements nets comptabilisés pour le seuil 3, uniquement pour certains projets;

Sommaire des investissements nets comptabilisés pour le seuil 3, uniquement pour certains projets; Programme d infrastructures Fonds Chantiers Canada-Québec Instructions relatives à la réclamation finale dans le cadre des volets Grandes villes et Grands projets Généralités En vertu du Programme d infrastructures

Plus en détail

Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 P. G.

Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 P. G. [TRADUCTION] Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 Date : Le 17 août 2015 Numéro de dossier : AD-15-260 DIVISION D APPEL Entre: P. G. Appelant et Ministre

Plus en détail

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant Réponses concernant l assurance-vie avec participation RÉPONSES concernant Quels contrats avec participation canadiens sont gérés par la Sun Life? Qu est-ce qu un contrat d assurance-vie avec participation?

Plus en détail

Président et premier dirigeant (poste à plein temps) Échelle salariale : entre 164 800 $ et 193 900 $

Président et premier dirigeant (poste à plein temps) Échelle salariale : entre 164 800 $ et 193 900 $ AVIS DE POSTE VACANT CRITÈRES DE SÉLECTION AVIS DE POSTE VACANT CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE Président et premier dirigeant (poste à plein temps) Échelle salariale : entre 164 800 $ et 193 900

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 44-101 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS SIMPLIFIÉ

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 44-101 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS SIMPLIFIÉ RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 44-101 SUR LE PLACEMENT DE TITRES AU MOYEN D UN PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Loi sur les valeurs mobilières (chapitre V.1-1, a. 331.1 par. 1, 3, 6, 8, 11 et 34 ) 1. L article 1.1

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Le 29 décembre 2015 1. Introduction Le personnel des Autorités canadiennes en valeurs mobilières

Plus en détail

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant Projet de règlement Loi sur la distribution de produits et services financiers (chapitre D-9.2, a. 200 par. 1 à 5, 6, 7 et 9 et a. 203 par.1, 3 à 6 ) Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives

Plus en détail

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire

Plus en détail

Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) SOS Montfort. Résumé de la cause

Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) SOS Montfort. Résumé de la cause Arrêts clés du ROEJ : Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) SOS Montfort Résumé de la cause En

Plus en détail