Rapport : Ateliers pour la Participation Locale des Jeunes à travers des Structures Locales Coordonnées et des Associations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport : Ateliers pour la Participation Locale des Jeunes à travers des Structures Locales Coordonnées et des Associations"

Transcription

1 Rapport : Ateliers pour la Participation Locale des Jeunes à travers des Structures Locales Coordonnées et des Associations 20-21/06/2014 par Dr. Timo Weinacht 1. Contexte (pp. 2) 2. Résultats Atelier de Réflexion Générale (pp. 4) 3. Résultats Atelier de Construction de Perspectives Locales Menzel Bourguiba (pp. 9) Sfax (pp. 14) 4. Conclusions et recommandations (pp. 19) 5. Annexes (pp. 21) Contact : Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH B.P Les Berges du Lac c/o Fédération Nationale des Villes Tunisiennes 76, Rue de Syrie 1002 Tunis Belvédère 1 T ; F

2 1. Contexte En Tunisie, les jeunes ont occupé une place d avant-garde sur la scène publique au cours du «printemps arabe». Désormais, les jeunes sont considérés comme des moteurs des révolutions, même si pendant longtemps cette population a été accusée de passivité et de dépolitisation. Cette évolution semble connaître certains obstacles en raison du manque de rajeunissement des classes politiques, des difficultés des politiques d être à l écoute des jeunes, de la montée du fondamentalisme, etc.. Pourtant, impliquer les jeunes dans l identification, la mise en œuvre, l évaluation des politiques, des programmes et des actions favorise la construction d un présent et d un avenir qui tient compte des besoins et des attentes de chacun. Au niveau politique, il y a trop peu de communication entre société civile et décideurs, ce qui limite la participation et l exercice de la citoyenneté chez les jeunes, même si le niveau d instruction de cette population ne cesse de s améliorer. En Tunisie, l adhésion des jeunes tunisiens dans les structures associatives, politiques et syndicales demeure un phénomène sélectif : Un petit groupe de jeunes très actifs s intègre dans ces structures, pendant que la majorité reste passive et n est pas représentée. L absence de stratégie de communication, de mobilisation et d encadrement de la part de ces structures explique, entre autres, cet état de fait. En plus, les associations des jeunes ont encore le défi de se mettre en réseau avec les acteurs publics pour développer plus d'impact durable pour la promotion des jeunes et pour gagner plus d'influence au niveau politique. D'un autre côté, plusieurs acteurs locaux et municipalités se mettent au défi de promouvoir la participation des jeunes et créer des structures, comités et réseaux qui facilitent ce développement. Un élément clé pour ce procès est le dialogue non seulement entre les jeunes et les adultes, mais également entre les organisations gouvernementales et la société civile. Le programme CoMun de la GIZ soutient depuis 2012 le développement démocratique des villes et municipalités a travers du développement des réseaux d'apprentissage et de dialogue, et aperçoit la participation des jeunes comme un élément important qu'il faudrait renforcer. C'est pour cela que CoMun facilite des formations, voyages d'études et ateliers d échange d expériences pour augmenter les capacités des acteurs clés dans ce sens. Les deux ateliers du 20 et 21 juin 2014 s'inscrivent dans le cadre du programme d'échange ateliers d échange d expériences entre les communes de CoMun. L atelier de réflexion générale a été réalisé le 20 juin 2014 avec une diversité d'acteurs (Ministère de la Jeunesse; Associations; municipalités partenaires; conférence des 2

3 municipalités) comme participant/es. Le caractère de cet atelier était par-dessus tout celui d'une formation sur la participation des jeunes au niveau local soulignant les options de coordination entre les acteurs et de réseautage entre les associations pour la participation et promotion des jeunes. L'objectif était de faciliter des réflexions sur la participation des jeunes au niveau local qui puissent mener aux perspectives concrètes d'implémentation des structures coordonnées pour la participation des jeunes. La journée du 21 juin 2014 qui ciblait des acteurs (représentants d'associations et municipalités) de Menzel Bourguiba et Sfax, était plutôt de caractère "atelier de construction". L'objectif était de concrétiser les réflexions et apprentissages de la journée antérieure, et de construire une perspective réaliste que les acteurs puissent implémenter dans leur contexte concrète, comme proposition pour la participation des jeunes à Sfax et Menzel Bourguiba. Les matériels (programmes, présentations de base complètes et présentations adaptées aux ateliers) ont été envoyées pendant la mission de l'expert. 3

4 2. Résultats Atelier de Réflexion Générale Pendant l'atelier de réflexion, après des présentations différentes, on a traité des questions /thèmes suivants. Les résultats sont les fruits des discussions et présentations par les participant/es, à travers de plusieurs méthodes de dialogue participatives et interactives Réflexion générale sur la participation des jeunes 1. Quelles formes et structures de participation des jeunes existent chez nous? De quelles avons- nous besoin? Il faudrait avoir plus d'associations scolaires, culturelles et sportives, et des scouts. Les jeunes devraient être représentés dans les structures locales, comme par exemple dans les comités différents de la municipalité. Par ailleurs, ils devraient participer dans la gestion des espaces comme les centres de jeunes, et les maisons de la culture. Ils devraient participer également dans les programmes différents des medias, et avoir une influence sur la gestion des institutions scolaires et universitaires. 2. Quel/les jeunes participent? Qui devrait participer? Les jeunes qui participent sont souvent des étudiants jeunes intéressés en politique, des jeunes diplômés et des jeunes employés. Le problème c'est que beaucoup d'entre eux ne participent pas régulièrement, sinon très sélectivement. Surtout les élèves plus jeunes et les jeunes qui sont à la marge de la société ou les jeunes ruraux ne participent pas, mais devraient être représentés dans les structures de participation. Aussi, les jeunes qui n'ont pas terminé leurs études et qui sont souvent surchargés, vu le fait qu'ils passent leur journée de 8h du matin à 18h à l'école. Pour encourager les jeunes, on devrait les aborder là où ils/elles se trouvent: dans les écoles, collèges, lycées, dans les centres d'information, les cafés, les maisons de loisir, les centres de jeunes, clubs sportifs, dans les quartiers pauvres. Il faudrait les contacter et les motiver, sans discrimination, car tout le monde a le droit de participation. 3. Comment pouvons-nous renforcer les capacités pour la participation des jeunes? Du point de vue associatif, il faut... faire participer les jeunes dans la prise des décisions et leur faciliter des formations. les inclure dans une stratégie de travail et les cibles à travers des activités qui les intéressent (motivation). 4

5 améliorer les méthodes de travail au sein des associations (plus participatives, interactives et attirantes). motiver et encourager les jeunes volontaires. les sensibiliser sur l'importance de leur rôle dans la vie associative pour l'intérêt de leur ville et leur pays. Du point de vue administratif et municipal, il faut... établir un bureau de communication avec les jeunes. former les jeunes à travers des ateliers et séminaires. établir un Conseil des Jeunes au niveau municipal. garantir la participation des jeunes dans le Conseil municipal et les commissions/comités. fournir des ressources et moyens nécessaires pour qu'ils puissent réaliser des activités et projets. 4. Quels sont les sujets intéressants pour les jeunes? C'est aux jeunes de choisir et prioriser leurs besoins, aspirations et les sujets, selon leur contexte et leurs intérêts. Néanmoins, il est imaginable que les thèmes sport (différentes disciplines), culture (voyage, musique, lecture, cinéma, théâtre, dance,...) et perspectives d'avenir (emploi, relations couple, société, dialogue politique,...) soient prioritaires pour beaucoup d'entre eux Réflexion sur l'institutionnalisation de la participation des jeunes 1. Quelles sont les ressources et difficultés, opportunités et menaces pour une participation durable? Difficultés: Manque de volonté et motivation des jeunes pour participer: il faudrait mieux comprendre l'esprit des jeunes et leurs perspectives. Manque de financement et ressources Frais d'adhésion trop élevés pour les jeunes Travail sans plan et souvent sans volonté et propre initiative Les lois et textes juridiques qu'il faudrait améliorer pour non pas rendre difficile la participation des jeunes Pas d'empathie vers les jeunes ("manque d'amour") 5

6 Opportunités: Disponibilité de beaucoup d'associations de se mettre en réseau, de collaborer et faire participer les jeunes Disponibilité de quelques municipalités de changer la culture de participation 2. Comment pourrons-nous garantir les standards de qualité pour les associations et des structures coordonnées des jeunes? à travers la participation des différents profils des jeunes lances des activités coopératives entre jeunes et adultes (exemple: festival culturel avec contenu "jeune") respecter le choix des jeunes et donner importance à leurs initiatives (indépendance) encourager le travail volontaire et la confiance en soi des jeunes mettre à leur disponibilité des espaces et terrains propices pour leur participation et leurs projets accorder un budget (administrativement garanti) pour que les jeunes puissent réaliser des projets participatifs faciliter des formations pour les jeunes, par exemple pour la citoyenneté (droits et obligations) planification pratique et réalisable de leurs actions. arrêter les formes manipulatoires de participation: changer la mentalité qui réduit la société civile en un corps dépendent des autres entités. toujours évaluer le procès vers la participation concrétiser les lois pour garantir la participation comme droit 3. Comment pouvons-nous garantir un accompagnement professionnel? établir un comité communal pour suivre, visiter et accompagner les jeunes et pour établir un dialogue avec le forum des jeunes, et pour les motiver de travailler en groupe. faciliter le réseautage et rencontres entre les jeunes échanger les expériences renforcer les réseaux existants. former les responsables municipaux qui ont des taches qui concernent directement les jeunes. Impliquer les décideurs. organiser des formations continues pour les membres jeunes des associations (exemple: communication) 6

7 2.3. Réflexion sur la participation à travers les associations et leurs réseaux 1. Quelles sont les alternatives d'organisation réalisables? Une option présentée est la mise en place d'un forum des jeunes associés, qui coordonne les affaires des jeunes, qui élit un comité administratif comme noyau. Ce comité a un contact direct avec le Conseil municipal. Une deuxième option est la représentation des jeunes dans les différents comités municipaux et associatifs, ainsi que dans les entités et structures associatives. 2. De quelles structures réalisables de financement / ressources disposons-nous? Aux quelles pouvons-nous accéder? Les institutions du secteur publique (ministères, municipalité) Les bailleurs du fond gouvernementaux et non-gouvernementaux (ONGs) Certains établissements privés (sponsoring, responsabilité sociale des entreprises) Autofinancement (cotisations des membres; projets) Il y a une plateforme qui donne des informations sur les sources de financement en Tunisie. 3. Questions clés et standards de qualité La représentativité peut être garantie par l'inclusion des minorités et en les encourageant de participer. Pour établir une influence réelle, il faut élaborer des projets convainquants ensemble avec les jeunes, il faut faciliter et utiliser les méthodes, techniques de communication, ainsi que une législation et des stratégies qui permettent un dialogue démocratique. Pour la durabilité, il faut institutionnaliser des formations pour les jeunes et créer des pépinières pour l'implication et l'engagement des jeunes. 4. Quel serait le profil d'un accompagnement professionnel? Expérience large avec les associations Capacité d'accompagner un groupe sans influencer Doit être accepté par le groupe des jeunes, et digne de confiance Doit avoir des relations privilégiées avec les organisations différentes Créatif/ve; dynamique; sociable 7

8 5. Comment peut-on assurer une bonne coordination entre les jeunes et la municipalité? Disponibilité, flexibilité et communication avec les jeunes Connaitre leurs attentes et les écouter Organigramme contenant un noyau qui gère les activités avec et pour les jeunes Créer des centres d'information pour les jeunes Appuyer les projets des jeunes: études, élaboration, réalisation, gestion, control Réserver un budget minimum pour les projets des jeunes; répartition équitable du budget alloué aux associations suivant l'importance des activités. Suivi (contrôle de qualité) Mettre à disposition un espace géré par les jeunes 2.4. Conclusions et recommandations des participant/es Les conclusions et recommandations des participant/es peuvent être considérés comme éléments clés de leur vision pour la participation des jeunes dans leur contexte local. Conclusions Il est important d'identifier les intérêts et besoins des jeunes et d'encourager leur participation. La coordination et le réseautage, le dialogue et l'échange entre jeunes et adultes, entre associations, et entre société civile et gouvernement local sont importants, tout en maintenant la propre identité. Pour promouvoir la participation des jeunes, il est essentiel de les motiver, de les écouter et respecter leurs propositions, chercher des synergies et travailler ensemble et démocratiquement. Recommandations Présenter des cas réels des associations et échanger des expériences, à travers d'une plateforme Entamer une coordination réelle et effective entre associations et communes Former et restructurer les communes en faveur de la participation des jeunes Changer le cadre législatif pour une participation des jeunes (décrets, lois,...) Introduire une culture interactive et participative à travers des méthodes de facilitation 8

9 Création des Conseils et Comités des Jeunes qui disposent d'un budget communal pour réaliser leurs projets Encourager les jeunes de prendre leurs ambitions et aspirations en main Renforcer la neutralité politique des associations Rester impliqué dans la transformation de la société tunisienne vers la démocratie 9

10 3. Résultats Atelier de Construction de Perspectives Locales avec les participant/es de Menzel Bourguiba et Sfax L'objectif de cet atelier était de concrétiser les réflexions et apprentissages de la journée précédente, et de construire une perspective réaliste que les acteurs peuvent implémenter dans leur contexte concret, comme proposition pour la participation des jeunes à Sfax et Menzel Bourguiba. Résultats pour Menzel Bourguiba 1. Quels sont nos objectifs réalisables (dans "notre" espace de responsabilité) pour la participation des jeunes? Dans la ville : Les jeunes participent de manière décisive: ils planifient, gèrent et réalisent leurs propres projets et activités. Dans notre réseau d'associations: les capacités des jeunes sont renforcées. Ils ont un espace pour présenter leurs idées, nous les écoutons et coordonnons avec eux. Il y a des formations pour les jeunes leaders. 2. Quelle structure organisationnelle voulons-nous développer pour la participation des jeunes (ville, réseau, associations)? Organigramme: 10

11 Le coordinateur du réseau est responsable pour la coordination et organisation des meetings avec les jeunes et leurs associations (une fois par mois). Il a également la tache de les informer et de faciliter leur participation dans les comités divers du réseau, surtout dans le comité de la culture et le comité de la jeunesse. Il donnera un accompagnement au comité des jeunes au sein du réseau. Il transmettra leurs idées et propositions au Conseil de la commune. Par ailleurs, il se rencontre une fois par semaine avec la personne "point focal" pour les associations, de la municipalité. Celle-ci est responsable pour la coordination entre le réseau et la commune, et donne un accompagnement important pour l'acquisition des fonds et pour que les propositions des jeunes soient considérées par les décideurs de la commune. Les participant/es de l'atelier soulignent l'importance qu'il faudrait encourager l'indépendance des associations des structures et partis politiques, bien que les jeunes peuvent avoir des liens politiques au niveau individuel. 11

12 3. Comment allons-nous garantir les standards de qualité de la participation des jeunes dans notre contexte (ville, réseau, associations)? On établira un réseau de formation continue pour les jeunes, ensemble avec les centres et organisations de formation, et en échangeant avec des autres communes (pour l'échange des expériences, des idées et de l'expertise). Cela renforcera les capacités des jeunes au 12

13 sein du Forum et du comité des jeunes associé/es et facilitera leurs interactions directes avec la municipalité. Egalement, on invitera ces jeunes de participer dans les comités pertinents de la municipalité. Ils coordonneront aussi avec le Conseil des Enfants qui existe déjà au sein de la commune. A travers de ces structures et interactions établies, les jeunes auront accès garanti à un lieu pour leurs meetings, au financement (selon disponibilité), à la logistique et à la publicité. 4. Comment pouvons-nous assurer la durabilité de la participation des jeunes dans notre contexte local (ville, réseau, associations)? En Tunisie, il existe une loi qui établit les relations entre commune et associations, et qu'on appliquera à Menzel Bourguiba. La commune prendra la décision d'établir un Conseil des Jeunes âgés plus de 14 ans, car pour les enfants entre 10 ans et 14 ans, il y a déjà un Conseil, institutionnalisera un budget pour les jeunes, et mettra à disposition des locaux bien équipés. Ceci permettra une socialisation "participative" des jeunes intéressé/es et associés, depuis leur enfance (10 à 14 ans) jusqu'à leur vie comme adulte. Au même temps, le réseau des associations... réalisera des activités attirantes pour les jeunes établira une charte qui exige un pourcentage de représentation des jeunes a travers du comité des jeunes au sein de réseau, organisera des concours et collaborera avec un comité des leaders des associations scolaires. 5. Planification concrète et prochains pas (itinéraire participatif) Dans la planification concrète des prochains pas, on s'est orienté vers le modèle suivant qui spécifie des étapes (également pour Sfax): 13

14 Décision et sensibilisation des acteurs Monitoring, évaluation et systematisation Planification stratégique et élaboration des normes Opération, mise en place et géstion Validation par les acteurs et divulgation 25/06/2014 Proyecto Juventud. GTZ El Salvador Sur la base de ce rapport, les acteurs de Menzel Bourguiba procéderont comme suit pour les prochains pas: 1. Sensibilisation des acteurs (pendant le prochain mois) à travers les médias (radio, Facebook, Flyers,...). Responsable: Le coordinateur du réseau. 2. Organisation d'une réunion pour la planification concrète participation: la commune, les jeunes et le réseau; on invitera les ONGs, les associations, les directeurs des maisons des jeunes et des autres acteurs pertinents pour les jeunes, à travers d'une invitation officielle. une veille de Ramadan dans la maison des jeunes (deuxième moitié du Ramadan) Le groupe de participant/es de cet atelier expose les résultats et propositions aux autres acteurs. Ensemble, on définira des pas à suivre (voir étapes en haut). Exemple: Organisation et établissement d'un comité de suivi. 14

15 Résultats pour Sfax 1. Quels sont nos objectifs réalisables (dans "notre" espace de responsabilité) pour la participation des jeunes? Les jeunes participent activement au sein du forum des associations lors de la prise de décision et de la mise en œuvre. 30% des associations membres du forum représentent les jeunes. Les associations membres du forum offrent des activités attirantes pour les jeunes. 2. Quelle structure organisationnelle voulons-nous développer pour la participation des jeunes (ville, réseau, associations)? Organigramme 15

16 Le secteur privé, les ONGs internationales et les bailleurs de fonds donnent le financement, accompagnement et assistance téchnique. En général, les entités municipales de Sfax garantissent un partenariat, la coordination, le financement, un accompagnement et une mise à disposition logistique. Concrètement, la Direction des Relations Extérieures évalue les projets et prend la décision de quelle manière on les soutient. La Cellule de Suivi des Affaires Associatives a un rôle de 16

17 coordination. La Direction des Jeunes et du Sport est responsable de l'accompagnement de l'exécution. Les ministères pertinents pour la jeunesse et les entreprises publiques jouent un rôle important pour le financement, le suivi, et surtout pour une amélioration de la législation en faveur de la promotion des jeunes facilitant le financement, l'encouragement et l'institutionnalisation. Le forum des associations à Sfax met à place des structures (comités), entre outre un comité des jeunes. Il est responsable de la gestion et du suivi, pour la communication externe et interne, et pour la mise en place d'une cellule d'écoute et accompagnement des activités des jeunes. En général, le forum accompagne, écoute et sensibilise les jeunes, et garantit un travail actif d'interaction et mobilisation des jeunes dans les quartiers divers, les institutions scolaires et dans les maisons des jeunes. Le forum élaborera une stratégie de communication incluant la communication interne et externe. Dans cette stratégie on spécifiera également la communication et interaction avec les jeunes. Il y aura des réunions périodiques avec le comité des jeunes et un soutien pour la planification et évaluation des activités. Au sein de ce comité des jeunes, il y aura une répartition des taches (Chargé des projets, président, trésorier, secrétaire général). Le rôle du comité sera, entre outres, l'amélioration de la participation et la motivation des associations des jeunes au sein du Forum, ainsi que la création des nouvelles associations des jeunes. 3. Comment allons-nous garantir les standards de qualité de la participation des jeunes dans notre contexte (ville, réseau, associations)? Le but est d'atteindre 30% de représentativité des jeunes au sein du Forum, âgés entre 16 et 30 ans. Les jeunes représentent tous les niveaux scolaires et classes sociales, et on encouragera la participation des filles et jeunes femmes. Pour garantir une influence réelle des jeunes, nous élaborerons un manuel de procédures. Les éléments clés pour la prise d'influence sont: dévouement, charisme, moralité, citoyenneté, appartenance, objectivité, savoir-faire, connaissance des lois et coopération avec les institutions. Formation pour jeunes leaders et multiplicateurs: Nous organiserons des ateliers, des stages, des excursions et des conférences. Pour garantir l'inclusion des différentes jeunesses, nous allons enlever les obstacles et les barrières. On leur réservera un accueil et une assistance "à bas seuil", et on organisera des activités de sensibilisation, de motivation et d'encouragement. 17

18 On consultera avec les jeunes pour prendre en considération leurs propositions, pour garantir une diversité de formes de participation au sein du forum. 4. Comment pouvons-nous assurer la durabilité de la participation des jeunes dans notre contexte local (ville, réseau, associations)? 18

19 La durabilité de la participation des jeunes sera renforcée par les mesures suivantes: 1. Activités de motivation pour les jeunes 2. Institutionnalisation de la participation des jeunes avec des structures élues au sein du forum. La moitié des membres élus sera échangée chaque trois ans, pour garantir une transmission de savoir et de protagonisme entre la moitié expérimentée et les nouveaux. 3. La présence permanente d'un cadre administratif garantira un accompagnement des activités et propositions des jeunes. Ce cadre travaillera directement avec un adjoint jeune élu par les jeunes associé/es % du budget du forum seront réservés aux activités des jeunes. 5. Il y aura également un accompagnement professionnel pour les jeunes qui participent, car un comité des experts volontaires existe déjà au sein du forum. 5. Planification concrète et prochains pas (itinéraire participatif) Dans la planification concrète des prochains pas, on s'est orienté vers un modèle qui spécifie des étapes (voir illustration dans le chapitre sur Menzel Bourguiba). Sur la base de ce rapport, les acteurs de Sfax procéderont comme suit pour les prochains pas: 1. Quoi? Organisation d'un atelier de restitution des résultats de cet atelier. 2. Comment? Inviter les associations, les jeunes et membres du forum, coordonner avec la commune, avec les établissements scolaires, universitaires et culturels, ainsi qu'avec les maisons et centres des jeunes. Affichage et à travers des médias sociaux, par les jeunes universitaires et les jeunes spécialistes des médias sociaux au sein du forum. 3. Où? 19

20 Salle des fêtes municipales à Sfax. 4. Avec quelles ressources? Ressources humaines et financières par la commune de Sfax et le Forum; Logistique par la commune de Sfax. 5. Quand? Dernière semaine d'aout

21 4. Conclusions et recommandations de l expert En général, les éléments suivants sont recommandables pour un renforcement des capacités des jeunes, à Sfax et Menzel Bourguiba, au sein des communes appuyées par CoMun, et à l'échelle nationale. Echange d'expériences entre communes et associations spécifiquement par rapport à la participation des jeunes Si les acteurs de Sfax et Menzel Bourguiba parviennent de réaliser ce qu'ils se sont proposés, la participation des jeunes, institutionnalisée au sein des réseaux d'associations, et des structures coordonnées entre municipalités et associations pour promouvoir cette participation, ce serait une expérience nouvelle dans le contexte tunisien. Pour encourager d autres municipalités à faire de même et développer leur propre approche adapté au contexte local, mais aussi pour apprendre des expériences faites ailleurs, il sera bénéficiaire de discuter la thématique de la participation des jeunes dans le cadre du réseau d'échange des acteurs en matière de participation des jeunes au sein de la Fédération Nationale des Villes Tunisiennes (FNVT). Ceci faciliterait également l'échange non seulement entre les acteurs municipaux, mais également entre les jeunes, comme valeur ajoutée. Renforcement des capacités pour la participation des jeunes et pour les espaces de dialogue entre jeunes et adultes Il semble que plus de formations et un renforcement des capacités pourrait améliorer la culture de participation: Un renforcement pour que les jeunes apprennent à exiger et articuler leurs besoins et droits de manière pacifique, mais concrète, et des formations pour que les adultes priorisent ces besoins et facilitent des mécanismes pour leur implémentation. Surtout les méthodes participatives et interactives de facilitation et modération, mais aussi les instruments de gestion participative (planification, élaboration, coordination, procès, stratégies partagées,...) et gestion des conflits sont des sujets qu'il faudrait renforcer à travers des ateliers et séminaires pour des jeunes lesders et des acteurs chargés des acteurs responsables pour la jeunesse. La culture de dialogue entre les générations n'est pas encore établie en Tunisie, mais elle est nécessaire pour la cohésion sociale, non seulement dans les pays dont plus 60% de la population ont moins de 30 ans. Il est donc recommandable de faciliter plus d'espaces pour cet échange entre jeunes et adultes, et de les institutionnaliser. Un exemple: Il faudrait très bien définir qu'elle est le mécanisme de communication entre la municipalité et les jeunes qui représentent leurs associations. Dans les deux groupes (Menzel Bourguiba et Sfax), la question de comment organiser la communication entre jeunes associés et les décideurs des communes n'a pas été touchée profondément. Une raison peut être qu'au deuxième atelier, il n'y avait pas de participant/es jeunes. 21

22 Au cas idéal, des représentants/leaders des jeunes participeront dans les futurs ateliers qui les concernent. En plus, au niveau local, il faudrait penser à établir des tables rondes ou des espaces de dialogue entre jeunes, société civile et décideurs, pour générer plus d'empathie et compréhension, et pour que les acteurs commencent à se connaitre mieux. Institutionnalisation et garantie normative de la participation Il est important, mais pas facile, d'institutionnaliser des mécanismes de participation dans des structures qui elles-mêmes ne sont éventuellement pas encore très institutionnalisées, comme les réseaux d'associations. Pourtant, il est nécessaire de prioriser la participation dans un contexte social comme en Tunisie: pour que la participation ne soit pas une grâce accordée par des acteurs adultes, il est absolument nécessaire de l'institutionnaliser et d'établir un cadre normatif contraignant. Un exemple est le financement des activités: Au sein des réseaux d'associations, mais également au sein des municipalités, il y a plusieurs options garantissant que les jeunes peuvent gérer leurs propres projets et activités à travers d'un règlement budgétaire. On a discuté quelques de ces options (par sujet, par quota, par concours,...). L'important est de les implémenter et institutionnaliser à travers d'un règlement, un décret ou une politique locale bien communiquée, pour assurer que des initiatives innovatrices et créatives puissent se réaliser. Il est nécessaire de réfléchir sur les ressources nécessaires et les pas pertinents d'institutionnalisation (changements dans la charte et les statuts des réseaux pour garantir la participation des jeunes, définition et concrétisation des mécanismes et procédures de prise de décision, de planification, de partage de rôles). 22

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PARTICIPATION DES JEUNES DANS LA COMMUNE Séminaire d échange d expériences sur le concept de mini ville Mini Mahdia

PARTICIPATION DES JEUNES DANS LA COMMUNE Séminaire d échange d expériences sur le concept de mini ville Mini Mahdia PARTICIPATION DES JEUNES DANS LA COMMUNE Séminaire d échange d expériences sur le concept de mini ville Mini Mahdia Chebba, 11 Septembre 2015 Centre de Jeunesse de Douira 1 Contexte du séminaire : Le séminaire

Plus en détail

Protocole de la réunion du comité de suivi

Protocole de la réunion du comité de suivi Protocole de la réunion du comité de suivi Lieu : Gabès Date : 27.09.2013 Séance d ouverture Mme Anne Hitzegrad a souhaité la bienvenue aux participants des communes et de RESO. Ensuite, tous les participants

Plus en détail

Table Ronde Energie Solaire à Sfax 25 février 2015

Table Ronde Energie Solaire à Sfax 25 février 2015 Mis en œuvre par la: En coopération avec: Financé par: Table Ronde Energie Solaire à Sfax 25 février 2015 Seite 1 Table des matières I. Le projet «Développement du Marché Solaire» (DMS) II. Les actions

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Appel-à-Contributions

Appel-à-Contributions Sous Le Haut Patronage de LA TUNISIEN Se tient La Deuxième Conférence du MENAPAR 2015 Sur le thème Le Rôle des Citoyens et des Organisations dans la Co-Construction de l Action Publique dans la Région

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Offre d emploi ENPI/2013/320-938. Rue Froissart 123-133 1053 Les Berges du Lac Tunisie. B- 1040 Bruxelles, Belgique Téléphone: + 216 71 960 330

Offre d emploi ENPI/2013/320-938. Rue Froissart 123-133 1053 Les Berges du Lac Tunisie. B- 1040 Bruxelles, Belgique Téléphone: + 216 71 960 330 Offre d emploi Programme d Appui à la Société Civile Tunisie (PASC - Tunisie) ENPI/2013/320-938 Le Programme d Appui à la Société Civile PASC- TUNISIE est une initiative de l Union Européenne en Tunisie

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ASSURANCE QUALITE INTERNE (AQI) RAPPORT DU GROUPE A. Conférence DAAD/CAMES/UNESCO Dakar, 13-15 novembre 2014

ASSURANCE QUALITE INTERNE (AQI) RAPPORT DU GROUPE A. Conférence DAAD/CAMES/UNESCO Dakar, 13-15 novembre 2014 ASSURANCE QUALITE INTERNE (AQI) RAPPORT DU GROUPE A Conférence DAAD/CAMES/UNESCO Dakar, 13-15 novembre 2014 I. Etat des lieux de l Assurance Qualité Objectifs Faire l état des lieux de l assurance qualité

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse FICHE D AIDE A LA LECTURE DU GUIDE DU PROGRAMME ERASMUS+ 2015 Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse #ERASMUSPLUS #DIALOGUESTRUCTURÉ des politiques Références Critères d

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME ET FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE RAPPORT FINAL Abidjan, Décembre 2013 I- RESUME DU PROJET Ce rapport a pour objet l édition et la vulgarisation d

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DU PROJET DE MISE EN PLACE DES BUREAUX DE PROXIMITE AVEC LES CITOYENS (BPC) DANS NEUF MUNICIPALITES TUNISIENNES

TERMES DE REFERENCE DU PROJET DE MISE EN PLACE DES BUREAUX DE PROXIMITE AVEC LES CITOYENS (BPC) DANS NEUF MUNICIPALITES TUNISIENNES TERMES DE REFERENCE DU PROJET DE MISE EN PLACE DES BUREAUX DE PROXIMITE AVEC LES CITOYENS (BPC) DANS NEUF MUNICIPALITES TUNISIENNES Composante : Communication 1- CONTEXTE GENERAL A travers son programme

Plus en détail

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines PROJET: UN CODE ELECTORAL AU SERVICE DE LA PARITE : TERMES DE REFERENCES : Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines 2013-2014

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Etablissement d un plan de renforcement des capacités des agents de l Office des Tunisiens à l Etranger (Outcome 1/Output 1) Termes de Référence

Etablissement d un plan de renforcement des capacités des agents de l Office des Tunisiens à l Etranger (Outcome 1/Output 1) Termes de Référence Département fédéral des affaires étrangères DFAE Ambassade de Suisse en Tunisie - Division Coopération Internationale Etablissement d un plan de renforcement des capacités des agents de l Office des Tunisiens

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

CONVENTION de PARTENARIAT entre

CONVENTION de PARTENARIAT entre CONVENTION de PARTENARIAT entre La Direction des services départementaux de l Education Nationale de Haute- Savoie L Union Sportive de l Enseignement du Premier degré de Haute-Savoie La Fédération des

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE Agence des Nations Unies : Titre : Lieu : Durée : Bureau Régional de l ONUDC pour l Afrique de l'ouest et

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en team building : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur,

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

PRESENTATION DIAGNOSTIQUE INITIAL. 1) Historique

PRESENTATION DIAGNOSTIQUE INITIAL. 1) Historique PROJET PEDAGOGIQUE ANNUEL 2014 C.L.J. police nationale BEZIERS du 01/01/2014 au 31/12/2014 PRESENTATION DIAGNOSTIQUE INITIAL 1) Historique En 2012 les policiers formateurs, moniteurs en activités physiques

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

Projet DMS. Le Marché Solaire en Tunisie Portail d information en ligne. Atelier «Concours : Concepts pour l établissement d un site-web»

Projet DMS. Le Marché Solaire en Tunisie Portail d information en ligne. Atelier «Concours : Concepts pour l établissement d un site-web» En coopération avec: Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie Le Marché Solaire en Tunisie Portail d information en ligne Atelier «Concours : Concepts pour l établissement d un site-web» Seite

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL RÉGIONAL. Réunion du 24 avril 2015

COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL RÉGIONAL. Réunion du 24 avril 2015 CONSEIL RÉGIONAL POITOU-CHARENTES Réception à la Préfecture de la Vienne : 28 avril 2015 2015CP0127 IX.16 Affichage à la Maison de la Région : 28/04/15 ID Télétransmission : 086-238600019-20150424-14720-DE-1-1

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE CENTRE COMMUNAL ENFANCE JEUNESSE PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE PREAMBULE L Accueil Périscolaire est un lieu d accueil qui fait l objet d une déclaration à la Direction Régionale et Départementale

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONVENTION INTERNATIONALE DES METIERS DU SPORT 7-8 MAI 2014 BEAULIEU LAUSANNE

DOSSIER DE PRESSE CONVENTION INTERNATIONALE DES METIERS DU SPORT 7-8 MAI 2014 BEAULIEU LAUSANNE DOSSIER DE PRESSE CONVENTION INTERNATIONALE DES METIERS DU SPORT BEAULIEU LAUSANNE TABLE DES MATIÈRES 1. MISSION & OBJECTIFS 2. CIBLES 3. PARTENAIRES 4. WISE EN BREF 5. EXPOSANTS 6. COMITE DE PILOTAGE

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

Assemblée Générale ordinaire tenue le 24/11/2014

Assemblée Générale ordinaire tenue le 24/11/2014 Association Les Arpents de la Prairie École La prairie 1bis rue des Néfliers 31400 Toulouse Assemblée Générale ordinaire tenue le 24/11/2014 Objectifs de l'ag Ordinaire Définition générique : L'assemblée

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Ambassade de France en Pologne Service de coopération et d'action culturelle PERFECTIONNEMENT LINGUISTIQUE ENSEIGNANTS POLONAIS SECTIONS BILINGUES

Ambassade de France en Pologne Service de coopération et d'action culturelle PERFECTIONNEMENT LINGUISTIQUE ENSEIGNANTS POLONAIS SECTIONS BILINGUES CAVILAM Centre d Approches Vivantes des Langues et des Médias 1 Avenue des Célestins BP2678 03206 Vichy Cedex France Tél. : 33 (0)4 70 30 83 83 Fax : 33 (0)4 70 30 83 84 Email : info@cavilam.com Sites

Plus en détail

Appel de Candidature

Appel de Candidature Appel de Candidature Formation sur l assurance qualité interne dans l Afrique de l Ouest 2015-16 Le projet «Training on Internal Quality Assurance in West Africa (TrainIQAfrica)» est une formation pour

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux

Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux Pourquoi organiser un panel de chefs religieux? Dans leur enseignement de cours de premier cycle sur la sociologie de la religion à l'université

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

SAFIRLAB 2015. Programme. Tunisie 2015

SAFIRLAB 2015. Programme. Tunisie 2015 SAFIRLAB 2015 Programme Tunisie 2015 PROGRAMME SAFIRLAB SafirLab accompagne les initiatives des jeunesses du Maroc, de Tunisie, de Libye, d Egypte, du Yémen et de Jordanie. Actions en faveur de la défense

Plus en détail

Dialogue des Parties Prenantes dans le secteur de l énergie au Sénégal

Dialogue des Parties Prenantes dans le secteur de l énergie au Sénégal Dialogue des Parties Prenantes dans le secteur de l énergie au Sénégal CONCEPT, ANNONCE ET ORDRE DU JOUR Ensemble pour l'énergie durable Dakar, Sénégal 25-26 septembre 2014 1 1. Contexte En tant que secrétariat

Plus en détail

Le statut franco-allemand du stagiaire. Pour que les stages à l étranger ne soient plus un casse-tête

Le statut franco-allemand du stagiaire. Pour que les stages à l étranger ne soient plus un casse-tête Le statut franco-allemand du stagiaire Pour que les stages à l étranger ne soient plus un casse-tête Sommaire 1. PRAXES en bref 1 2. Contexte.. 2 3. PRAXES = Praxis + accès 2 4. Qui peut participer à PRAXES?...

Plus en détail

Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine

Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine Contexte Depuis décembre 2013, la République centrafricaine (RCA) connaît une crise humanitaire complexe. Un an plus tard, 2.5 million personnes

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Rapport de la Formation en Communication et plaidoyer Formateur :Saber Louhichi Date :04/05/06 2014

Rapport de la Formation en Communication et plaidoyer Formateur :Saber Louhichi Date :04/05/06 2014 Rapport de la Formation en Communication et plaidoyer Formateur :Saber Louhichi Date :04/05/06 2014 Sujet : les capacités communicationnelles et de plaidoyer des organisations de la société civile Lieu

Plus en détail

S en parler pour mieux comprendre les ressources humaines

S en parler pour mieux comprendre les ressources humaines S en parler pour mieux comprendre les ressources humaines Le Comité de codéveloppement, pour s y regrouper afin d échanger 1 Le comité a pour objectifs: Relever le défi de la gestion des ressources humaines.

Plus en détail