Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE"

Transcription

1 Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1

2 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes qui se sont ssociées à cette publiction. ' CCAS de Pu : Philippe MAENNEL, Directeur du CCAS. Clire DARROU, Responsble du Service Socil et Mintien à Domicile. Mrie-Eve BAUDIS, Directrice des Ressources Humines. Ptrici TOUYA, Responsble dministrtive. Geneviève FISTOLET, Auxiliire de vie et ncienne tutrice. Jcqueline MASSIP, Auxiliire de vie et ncienne tutrice. Louise TOGORES, Auxiliire de vie et ncienne pprentie. Gwendoline DORLEANS, Auxiliire de vie et ncienne pprentie. CCAS de Coulommiers : Monique COQUILLARD, Responsble du CCAS. CCAS d Evin : Helen BURNICHON, Directrice ide à domicile et djointe à l direction du CCAS. CIAS du Pys de Fénelon : Véronique DECOOPMAN, Directrice du CIAS. Unité de Formtion pr Apprentissge St Vincent de Pul (Pu) : Cludine PELLET, Responsble de formtion Mention Complémentire à Domicile. Com on Mrs - - Crédits photos : Getty imges et Fotoli - 02/ Rélisé pr l UNCCAS : Frédéric BODO - Responsble «Orgnistion des CCAS/CIAS et Petite Enfnce» Eleonor BUSI - Responsble «Personnes âgées/personnes hndicpées à domicile» Florence ANGIER - Chrgée de mission - «Personnes âgées/personnes hndicpées à domicile» 2

3 SOMMAIRE SOMMAIRE 3 1. LA PROCÉDURE JURIDIQUE DE L APPRENTISSAGE. b. c. d. e. f. g. h. i. j. k. l. m. n. o. L pprentissge, un dispositif à destintion des jeunes de ns Une formtion en lternnce Un contrt de trvil de droit privé Un contrt de trvil à durée déterminée L pprentissge dns le secteur public : comment conclure un tel contrt? L rémunértion Les exonértions des cotistions ptronles et slriles Les cotistions ptronles Le temps de trvil L procédure disciplinire Les congés A l fin de l pprentissge L formtion Le mître d pprentissge Le centre de formtion des pprentis (CFA) 2. RETOURS D EXPÉRIENCES DANS 4 CCAS/CIAS. b. c. d. Les préconistions d un CCAS précurseur Le regrd des Mîtres d pprentissge Focus sur deux nciennes pprenties Les ppuis d un CFA dns l mise en plce de ce dispositif TEXTES DE RÉFÉRENCE ANNEXES

4 L APPRENTISSAGE, UN DISPOSITIF INTÉRESSANT POUR LES CCAS Le secteur public (orgnismes publics, collectivités locles, Ett) est hbilité à conclure des contrts d pprentissge (rticle L Code du trvil). Ce contrt est un contrt de droit privé relevnt du Code du trvil et de certines dispositions spécifiques u secteur public, instituées pr l loi du 17 juillet Le contrt est conclu entre l pprenti et l employeur, et visé pr le CFA (centre de formtion d pprentis) u sein duquel l pprenti v étudier. L démrche présente un intérêt certin pour les CCAS, celui de promouvoir une politique économique et socile u service des jeunes sur leur territoire. Elle se révèle d utnt plus intéressnte qu elle contribue à lutter contre l pénurie de personnel et le mnque de qulifiction professionnelle dont souffrent certins secteurs (exemple : l ide à domicile). L UNCCAS donc souhité proposer ux CCAS/CIAS un vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile, et tout prticulièrement uprès des services d ide à domicile. Ce vdemecum est composé de deux prties. L première porte sur les spects juridiques du dispositif, l deuxième prtie se voulnt qunt à elle plus prgmtique. Pour réliser ce document, nous vons sollicité les dhérents de l UNCCAS qui ont eu recours à l pprentissge u sein de leur service d ide à domicile ces dernières nnées, pour mieux connître les conditions de réussite d une telle démrche. 4 Code du trvil : rticles L à L ; rticles L à L ; rticles L à L ; rticles L à L ; rticles L à L ; rticle L ; rticles D à R ; rticle L ; rticles L à L ; rticles L à L ; rticle L RÉFÉRENCES JURIDIQUES Code du trvil : rticles L à L ; rticles L à L ; rticle L ; rticles L à L ; rticles L à L ; rticles R à R ; rticle R

5 1. LA PROCÉDURE JURIDIQUE DE L APPRENTISSAGE. L pprentissge, un dispositif à destintion des jeunes de ns L pprentissge permet d ccéder à une formtion professionnelle rémunérée, en lternnce vec le suivi d une formtion théorique. Le contrt d pprentissge s dresse prioritirement, à des jeunes dultes de 18 à 25 ns. Toutefois, des dérogtions à cette limite d âge existent dns certins cs : enfnts mineurs âgés de 14 à 17 ns, vec l ccord des représentnts légux jeunes dultes de 26 à 30 ns, dns l mesure où le contrt d pprentissge est signé dns les 12 mois suivnt l fin d un précédent contrt d pprentissge : en cs de préprtion d un diplôme de niveu supérieur, en cs de rupture du précédent contrt pour des risons indépendntes de l pprenti. des personnes reconnues trvilleurs hndicpés, à tout âge ; des personnes porteuses d un projet de crétion ou de reprise d entreprise, à tout âge. b. Une formtion en lternnce Cette formtion est dispensée lterntivement dns l collectivité sous l conduite d un mître d pprentissge et dns le centre de formtion (Centre de formtion d pprentis - CFA) vec des formteurs. L pprenti à l fin de s formtion obtiendr donc une expérience professionnelle cquise u sein de l collectivité territorile et un diplôme 1. Le site édité pr le Ministère du Trvil, de l Emploi et de l Solidrité, intitulé «portil de l lternnce», comprend un espce «orgnismes de formtion» permettnt d identifier les CFA vers lesquels se diriger. c. Un contrt de trvil de droit privé L pprentissge donne lieu à étblissement d un vri contrt de trvil vec enggements réciproques des prties ; il implique nécessirement une rémunértion. En collbortion vec le centre de formtion des pprentis (CFA) ou structure ssimilée, le CCAS employeur s engge à ssurer à l pprenti une formtion professionnelle prtique, en déqution vec le diplôme qu il prépre. Il n y ps d obligtion d embuche vis à vis de l pprenti, à l issue du contrt ns 6 1 Après réussite ux exmens. 5

6 d. Un contrt de trvil à durée déterminé Le contrt d pprentissge est à durée déterminée, durée qui doit être u moins égle à celle du cycle de formtion qui fit l objet du contrt. CDD 6 En principe, l durée du contrt peut vrier de 1 à 3 ns (rticle R à R du Code du trvil). Sous certines conditions, l durée du contrt peut être réduite ou llongée à l demnde des cocontrctnts pour tenir compte du niveu initil de compétences de l pprenti, de son hndicp, ou encore de s réussite ou de son échec à un exmen. En cs de poursuite du prcours de formtion, l collectivité peut conclure plusieurs contrts d pprentissge successifs vec le même pprenti dns l limite de 3 ns. e. L pprentissge dns le secteur public : comment conclure un tel contrt? De l délibértion du CCAS à l demnde d grément Une délibértion du conseil d dministrtion du CCAS est nécessire pour mettre en œuvre l pprentissge et préciser l enggement finncier. Le comité technique est consulté en mont sur le souhit de recruter un pprenti. Le CCAS doit formuler uprès de l DIRECCTE une demnde d grément. Le CCAS retire ensuite un contrt type d pprentissge (Formulire - Cerf n 10103*05). A l issue de l procédure de sélection de l pprenti, celui-ci doit psser une visite médicle d embuche et être inscrit, pr le CCAS, uprès d un CFA ou d une structure ssimilée. Une convention doit être pssée entre le CFA et le CCAS. Le contrt d pprentissge est signé pr le CCAS, le CFA et l pprenti (insi que son représentnt légl s il est mineur). Le CCAS chève l procédure de recrutement pr une déclrtion unique d embuche effectuée sur le site internet de l URSSAF. Le CCAS doit inscrire l pprenti sur le registre du personnel lors de son entrée en fonction. Il doit églement déposer une copie du contrt d pprentissge uprès de l DIRECCTE. Une fois le contrt enregistré, le CCAS peut demnder le bénéfice d une ide du Conseil Régionl, compétent en mtière d pprentissge. Du début à l fin du contrt Le contrt peut commencer dns les trois mois vnt et jusque dns les trois mois près le début de l formtion u CFA. Sur le contrt l dte de fin doit églement figurer. Elle doit être postérieure à l dte de l exmen prépré pr l pprenti et doit s chever u mximum deux mois près l fin du cycle de formtion. 6?

7 Une période d essi Elle est de 2 mois à compter du premier jour de trvil de l pprenti dns l collectivité. Cette période ne peut être ni réduite, ni llongée. Durnt cette période, le contrt peut être résilié pr l une ou l utre des prties sns prévis, ni indemnités. En cs d bsence de l pprenti(e) pour mldie durnt l période d essi, celle-ci est suspendue et prolongée d utnt. f. L pprentissge et l rémunértion L pprenti perçoit une rémunértion dont le montnt est fixé selon un pourcentge du slire minimum interprofessionnel de croissnce (SMIC) en fonction de l âge et du niveu de diplôme, conformément à l loi de progrmmtion pour l cohésion socile du 18 jnvier 2005 et à ses décrets d ppliction 2. Ce pourcentge vrie de 25 à 78% du SMIC et est déterminé en fonction de l âge et de l progression de l pprenti dns le cycle de formtion. Le régime indemnitire des gents territoriux ne s pplique ps ux pprentis. Ancienneté dns le contrt Contrt d pprentissge Moins de 18 ns ns 21 ns et + * 6 1 e nnée 2 e nnée 3 e nnée 25 % du Smic 41 % du Smic 53 % du Smic 37 % du Smic 49 % du Smic 61 % du Smic 53 % du Smic 65 % du Smic 78 % du Smic Source : Code du trvil A cel s joute une husse de 10 points qund l pprenti prépre un diplôme de niveu IV et de 20 points pour un diplôme de niveu III (décret n du 2 février 1993). Affilition ux orgnismes sociux Pr illeurs, les pprentis sont ffiliés u régime générl de l sécurité socile et u régime complémentire de retrite des gents non titulires des collectivités territoriles (IRCANTEC). 2 Cf : Circulire DGEFP-DGT n du prue u BO Trvil - n 2/

8 u g. Les exonértions des cotistions ptronles et slriles Les contrts d pprentissge sont exonérés des cotistions ptronles et slriles dues u titre : des ssurnces sociles : mldie, mternité, invlidité, veuvge, décès, vieillesse ; des presttions fmililes ; de l CSG et l CRDS ; de l txe d pprentissge ; de l cotistion slrile IRCANTEC ; de l txe trnsport ; des cotistions ssurnce chômge pour les collectivités territoriles dhérentes à Pôle emploi. n h. Les cotistions ptronles Certines cotistions ptronles restent à l chrge de l collectivité : l cotistion de retrite complémentire IRCANTEC ; l contribution solidrité utonomie si l collectivité à plus de 11 gents ; l cotistion u titre du fonds ntionl d ide u logement ; l contribution supplémentire du fonds ntionl d ide u logement si l collectivité emploie plus de 20 gents ; l cotistion ccidents du trvil et mldies professionnelles ; l txe trnsport. n RÉFÉRENCES JURIDIQUES Code du trvil : rticles L à L : Slire minimum Code du trvil : rticles L à L : Cotistions et exonértions Code du trvil : rticles R à R : Rémunértion inscrite u contrt Code du trvil : rticles D à D : Tux de référence pr rpport u Smic Circulire du 24 jnvier 2007 reltive à l rémunértion des pprentis : Précisions diverses, notmment sur le slire minimum conventionnel (SMC) i. Le temps de trvil L pprenti est un slrié à prt entière, il bénéficie des mêmes conditions de trvil que les utres gents de l collectivité. 8

9 L durée mximle quotidienne du trvil est fixée à 10 heures. Cependnt, l durée journlière du trvil des pprentis mineurs est de 8 heures pr jour dns l limite de 35 heures pr semine. Selon l âge de l pprenti, il leur est possible d effectuer des heures supplémentires : Moins de 18 ns : une dérogtion peut être demndée à l DIRRECTE pour fire trviller le jeune selon un mximum de 5 heures supplémentires pr semine. ( Plus de 18 ns : les heures supplémentires peuvent être effectuées sns utoristion dns l limite du contingent de 220 heures pr n. Les heures supplémentires donnent lieu à l mjortion du slire et u repos compensteur. L pprenti mineur ne peut trviller plus de 4h30 consécutives, u terme desquelles, il doit bénéficier d une puse de 30 minutes consécutives. L durée minimle du repos journlier des pprentis vrie selon leur âge (rticle L du Code du trvil) : 14 heures consécutives s ils ont moins de 16 ns, 12 heures consécutives s ils ont entre 16 et 18 ns, 11 heures consécutives s ils ont plus de 18 ns. Le repos hebdomdire est de 2 jours pour les pprentis de moins de 18 ns et est de 1 à 2 jours selon l orgnistion de l collectivité pour les pprentis de plus de 18 ns. Les pprentis, quel que soit leur âge, ne peuvent être tenus de trviller les dimnches et les jours de fêtes légles (rticle L du Code du trvil). Code du trvil : rticles L à L RÉFÉRENCES JURIDIQUES Il est interdit de fire trviller un jeune (rticle L et 2 du Code du trvil) : entre 22 heures et 6 heures s il entre 16 et 18 ns, entre 20 heures et 6 heures s il moins de 16 ns. j. L procédure disciplinire En cs de comportement jugé incorrect pr l employeur, ce dernier dispose du pouvoir disciplinire, et peut donc snctionner l pprenti mis en se référnt u Code du trvil. Les pprentis se distinguent donc des utres gents du CCAS qui sont soumis à l procédure disciplinire de l fonction publique territorile. ^ 9

10 k. Les congés Les congés mldie En cs de congé mldie, l pprenti doit : informer son employeur et lui dresser un certifict médicl, subir une visite médicle de reprise en cs de mldie professionnelle ou d bsence de plus de 21 jours. Les congés pyés L pprenti bénéficie des mêmes droits ux congés pyés que l ensemble des gents de l collectivité (rticle L du Code du trvil). Concernnt l ppliction des 35 heures, l pprenti bénéficie des mêmes modlités de RTT que les utres gents de l collectivité. Les congés pour exmen Pour préprer son exmen, l pprenti le droit à un congé supplémentire rémunéré de 5 jours ouvrbles à prendre dns le mois qui précède les épreuves. En cs d épreuves multiples, il peut être frctionné. Les congés mternité et pternité Au même titre que les utres gents, une pprentie peut bénéficier d un congé mternité (rticle L et 19 du Code du trvil). Un pprenti peut églement bénéficier d un congé de pternité dns les mêmes conditions que les utres gents. Les utres congés Tout pprenti bénéficie du même régime que les gents (jours fériés et chômés légux, congés pour événements fmiliux,...) RÉFÉRENCES JURIDIQUES Code du trvil : rticles L à L ; rticles L à L ; rticles L à L ; rticle R

11 l. A l fin de l pprentissge Le recrutement u sein de l structure Les sttuts de l fonction publique territorile ne permettent ps, dns l pluprt des cs, d embucher directement des pprentis à l issue de leur contrt. Ces derniers doivent psser pr l voie du concours lorsqu il est prévu pr le cdre d emploi concerné. Au terme du contrt, pour ccéder à l fonction publique territorile, l pprenti devr donc stisfire ux épreuves des concours. Il pourr toutefois bénéficier du dispositif des recrutements directs, sns concours, ouverts pour certins grdes de ctégorie C. L indemnistion chômge Deux possibilités existent pour l gestion de l indemnistion chômge : l uto-ssurnce ou l dhésion u régime d ssurnce chômge. Dns le cdre de l uto-ssurnce, l employeur public ssure lui-même le risque de chômge de ses gents et prend à s chrge l indemnistion u titre du chômge de ses nciens gents non titulires. L employeur verser les lloctions de chômge selon les mêmes modlités que pour les gents publics privés d emploi. L employeur peut ussi dhérer u régime d ssurnce chômge pour l ensemble de ses gents non titulires. Précisons, pr dérogtion ux dispositions reltives à l ssurnce chômge, que l employeur peut dhérer u régime d ssurnce chômge en limitnt cette dhésion ux seuls pprentis. RÉFÉRENCES JURIDIQUES Circulire : DGEFP/DGAFP/DGCL/DGOS/Direction du budget n du 3 jnvier 2012 reltive à l indemnistion du chômge des gents du secteur public, différentes options sont offertes ux employeurs publics u regrd de l ssurnce chômge conformément à l rticle L du Code du trvil. m. L formtion Les collectivités territoriles et leurs étblissements publics à crctère dministrtif ne sont ps ssujettis u finncement de l txe d pprentissge. Les collectivités doivent donc prendre en chrge l intégrlité du coût de l formtion en centre de formtion d pprentis (CFA). Cependnt, dns certines régions, ces coûts peuvent être pris en chrge pour tout ou prtie pr le CFA ou le Conseil Régionl. 11

12 n. Le mître d pprentissge L employeur doit désigner un mître d pprentissge qui v ssurer l formtion de l pprenti sur le lieu de trvil. Le mître d pprentissge doit (Code du trvil rticle R ) : être titulire d un titre ou d un diplôme u moins égl à celui prépré pr l pprenti et justifier d une expérience professionnelle de trois ns. à défut de titre ou de diplôme, justifier de cinq ns d expérience professionnelle en rpport vec le diplôme ou le titre prépré pr l pprenti. Le fonctionnire ssurnt l fonction de mître pprentissge bénéficie de l nouvelle bonifiction indiciire (NBI) à huteur de 20 points. Si l gent bénéficie déjà de l NBI, le cumul n est ps possible : l plus élevée ser retenue. Un mître d pprentissge peut suivre u mximum deux pprentis simultnément, plus un pprenti dont le contrt été prolongé (suite à un échec à l exmen pr exemple). Le tutort peut églement être prtgé entre plusieurs personnes fin de constituer une équipe u sein de lquelle doit être désigné un mître d pprentissge. Dns ce cs, le mître d pprentissge ssure l coordintion de l équipe et l liison vec le CFA. RÉFÉRENCES JURIDIQUES Loi n du 18 jnvier 2005, rticle 19 Décret n du 8 novembre 2005 (JO du 10 novembre 2005) Code du trvil rticle R ; Code du trvil rticle L ; Code du trvil rticle L o. Le centre de formtion des pprentis L présence de l pprenti ux cours est obligtoire. L employeur est prévenu en cs d bsence et reçoit les éléments permettnt d étblir l déclrtion en cs d ccident du trvil u CFA. Les obligtions des centres de formtion des pprentis : Dispenser une formtion générle, théorique et technologique qui doit compléter l formtion prtique reçue en collectivité et s rticuler vec elle ; Orgniser le premier entretien d évlution, dns les 2 premiers mois qui suivent l signture du contrt, vec l employeur, le mître d pprentissge, le formteur du CFA, l pprenti et son représentnt légl (s il est mineur) ; 12 CFA

13 Assurer le suivi et l cohérence du prcours de formtion de l pprenti en collectivité ; Vérifier l cohérence des tâches confiées à l pprenti dns l collectivité pr rpport u diplôme prépré en visitnt l collectivité d ccueil ; Signler les bsences de l pprenti à l employeur ; Mettre en plce les exmens en liison vec les ministères et communiquer les résultts à l pprenti et à l employeur ; Informer les jeunes et les employeurs sur les conditions de formtion pr l pprentissge ; Certifier l ssiduité des jeunes ux cours en centre pour le piement des primes régionles éventuelles ux employeurs. RÉFÉRENCES JURIDIQUES Code du trvil rticle L ; Code du trvil rticle L ; Code du trvil rticle R ; Code du trvil rticle L Loi n du 18 jnvier 2005, rticle 18 et

14 2. Retours d expériences dns 4 CCAS/CIAS En complément du volet juridique, cette prtie du vdemecum permet ux services à domicile d ppréhender de mnière concrète l pprentissge. Donnnt l prole ux CCAS de Pu, d Evin, de Coulommiers et u CIAS du Pys de Fénelon, ce second volet propose une immersion dns les coulisses de l pprentissge u sein de leurs services à domicile. Ce volet repose sur les témoignges de différents professionnels impliqués dns l «chîne» de l pprentissge : tuteurs, pprentis, directrice de ressources humines, responsble de secteur, directrice de CCAS. Il s en dégge des recommndtions utiles et des clefs de réussite pour mettre en plce ce dispositif. Les services à domicile sont confrontés à deux enjeux mjeurs : le besoin d gents formés et le nécessire renouvellement des équipes. Peu de services à domicile ont ujourd hui recours à l pprentissge. Pourtnt, bien que méconnu, l pprentissge peut être une réponse à ces problémtiques. Cette formtion qui llie théorie et prtique, pour vntge de susciter l intérêt des jeunes tout en leur délivrnt de solides compétences. Ces témoignges en ttestent, l pprentissge peut s insérer dns une logique de pré recrutement et permettre ux services de recruter de futurs collborteurs mieux intégrés et plus qulifiés. L pprentissge peut ussi constituer un levier mngéril. De pr l mnière dont ce dispositif est structuré, il permet de dynmiser les équipes et «in fine» le service. Comme le souligne l une des responsbles de service : c «Ce que l on trville pour l pprentissge, c est ce que l on devrit fire pour tous : prtge d expériences, formtion continue, développement du sentiment d pprtennce».. Les préconistions d un CCAS précurseur M Le service d ide à domicile de Pu est un précurseur dns le recours à l pprentissge sur les postes d ide à domicile puisque deux pprenties pr n ont été recrutées entre 2009 et L Directrice des ressources humines et l Responsble dministrtive, insi que l Responsble du service nous ont relté les différentes étpes de l mise en plce de ce dispositif. 14

15 Préprtion en mont et nticiption L Responsble du service recommnde tout d bord une réelle préprtion du service en mont fin d insturer l pprentissge dns l sérénité. En effet, mettre en plce ce dispositif u sein du CCAS de Pu nécessité de dégger du temps pour nticiper l démrche. Pour ce fire, il est opportun de constituer un rétro plnning et de procéder pr étpes. Voici ce que le CCAS de Pu préconise : Etpe 1: Approprition des modlités dministrtives Etpe 2 : Adpttion du service Etpe 3 : Recrutement des mîtres d pprentissge Etpe 4 : Recrutement des pprentis Etpe 5 : Formtion des mîtres d pprentissge Etpe 6 : Formtion des pprentis 15

16 Et une réprtition dns le temps selon le modèle suivnt : Octobre : Arrivée des pprentis. Octobre à Novembre : Phse d exécution pr le mître d pprentissge et phse d observtion pr l pprenti. Novembre à Mi : Phse d exécution pr l pprenti et phse d observtion du mître d pprentissge. Mi à Juin : L pprenti se rend seul ux domiciles des bénéficiires. Fin juin : Exmen de l pprenti. 1 ère étpe : Approprition des modlités dministrtives Pour le service RH, l première étpe fut de s pproprier les modlités dministrtives du dispositif fin d identifier les chngements structurels à mettre en œuvre. Le service vit u prélble une bonne connissnce de ces modlités. Cependnt, deux sujets ont nécessité dvntge d investigtions : les conditions d éligibilité ux ides de l Ett et le chngement de sttut engendré pr le recours à l pprentissge. Le service s est donc rpproché du centre de gestion des Pyrénées-Atlntiques fin de bénéficier de son expertise. s Il est conseillé dns cette première étpe d identifier u prélble les différents cteurs susceptibles de conseiller le service (CNFPT, CDG, CIJ..) et ceux dont le service devr se rpprocher pr l suite (CFA, DIRECCTE, CFNPT, Lycée professionnel ). Le service doit églement se préoccuper des bénéficiires : les vertir de son intention de recourir à l pprentissge, leur expliquer ce dispositif et recueillir leur ccord pour l intervention d un pprenti dns le cdre de leur ccompgnement. 2 ème étpe : Adpttion du service O Dns un second temps, le service RH indique que des chngements structurels ont été mis en œuvre. Pour ce fire, le service tout d bord déterminé en interne les cteurs nécessires à l mise en plce de ce dispositif. Au CCAS de Pu, le choix été fit de mettre en plce ux côtés de l Responsble des ressources humines un Responsble de service chrgé de l coordintion entre les tutrices, les pprenties et le lycée professionnel, 4 référents de progrmmtion et 6 gents volontires chrgés de l ccompgnement des pprenties pr un tuteur. Une fois ces cteurs identifiés, il leur fllu coordonner ces intervennts internes, définir leurs rôles respectifs, plnifier leurs interventions, étblir des règles de fonctionnement. 16

17 A ce stde il est préconisé de ne ps oublier de communiquer sur ce dispositif : quel est le but de l pprentissge, quel en ser l pport pour l structure L démrche «doit susciter l dhésion de toute l équipe pour ssurer une bonne intégrtion des futurs pprentis». Bien que cette orgnistion demnde du temps et suppose peut-être une période de perfectionnement des services, comme ce fut le cs u CCAS de Pu, cet investissement est ux yeux de l Responsble du service bénéfique : «Cel suscite l évolution et l méliortion constnte du service». c 3 ème étpe : L désigntion des tuteurs C est une étpe essentielle cr le tuteur occupe un rôle mjeur dns le déroulement de l pprentissge. Au CCAS de Pu, le choix été fit de privilégier le volontrit.cependnt, le service RH signle que les conditions d éligibilité des tuteurs (diplôme, ncienneté, titulristion) peuvent réduire le nombre de cndidts potentiels. Comme l fonction de tuteur demnde un fort investissement, un véritble processus de sélection peut être mis en plce pour permettre u tuteur de mesurer son enggement et de bien ssimiler s future mission. Cet échnge pprofondi ser l occsion de lui délivrer des conseils pédgogiques en mtière de gestion de conflit et d nticiption des difficultés. Il mrquer surtout le point de déprt de l ccompgnement du tuteur pr le service qui devr perdurer tout u long de s mission. En effet, comme le font remrquer deux tutrices, l une des forces u CCAS de Pu fut le soutien du service dont elles ont bénéficié dns l exercice de leur mission. De même, l Responsble du service précise que les temps d échnges entre le service et les tutrices sont très importnts. Prllèlement à cette désigntion, le service doit penser très rpidement à se rpprocher du CFA, du lycée ou du CNFPT fin de prendre connissnce des dtes possibles de formtion des tuteurs. En effet, le service doit être ttentif à ce point cr l formtion est fortement ppréciée des tuteurs et doit être dispensée prélblement à l ccueil des pprentis. 4ème étpe : Le recrutement des pprentis Concernnt le recrutement des pprentis, le CCAS de Pu mis en plce une spécificité. L existence d un bon reltionnel entre mître d pprentissge et pprenti étnt l une des clefs de réussite de l pprentissge, le CCAS de Pu décidé d ssocier u jury de recrutement, deux mîtres d pprentissge. Cette prticiption pour but de fvoriser 17

18 une future collbortion hrmonieuse des binômes. Ce fisnt «mître d pprentissge et pprenti se choisissent un peu», ce qui se révèle bénéfique u cours de l période d pprentissge. Pr illeurs, les deux tutrices rencontrées soulignent l intérêt d un entretien d une heure u moins. Ce temps est à leurs yeux nécessire pour deux risons : les pprenties sont souvent très jeunes (16 à 18 ns) et méconnissent générlement le métier. L entretien doit donc permettre ux futurs pprentis d ppréhender l rélité du métier et u service de juger leurs motivtions. Pour ce fire, les deux tutrices préconisent : d insister sur l posture que doit dopter une ide à domicile : svoir être, qulité d écoute, d ttention et de respect envers les bénéficiires, de sensibiliser à l esprit du service et à l culture territorile, d viser sur les situtions compliquées telles que les fins de vie, d ttcher de l importnce à l mturité du futur pprenti, de procéder à des mises en sitution lors de l entretien. Le service peut dns cette optique s ppuyer sur les outils de recrutement insi que ceux reltifs u tutort conçus pr l UNCCAS (grille de recrutement, mise en sitution, trme d entretiens ). Sur ce sujet, dns une dynmique de «prticiption à l formtion des jeunes», le service d ide à domicile du CCAS de Coulommiers souhité embucher deux pprentis ides à domicile en A son tour, l directrice souligne l importnce du recrutement. En effet durnt l pprentissge, l un des pprentis se révél dvntge ttiré pr un poste d ide soignnt, ce qui mit fin à l démrche. Le recrutement doit donc être l occsion de vérifier l déqution entre les spirtions du cndidt et les besoins du poste. 4 b. Le regrd des Mîtres d pprentissge Le tutort des pprenties ide à domicile u CCAS de Pu (Déprtement des Pyrénées-Atlntiques) Deux uxiliires de vies ont endossé le rôle de tuteur vec ferveur et dynmisme, u sein du service à domicile du CCAS de Pu. Toutes deux étient nimées pr une même 18

19 volonté de trnsmettre le métier et ses vleurs et portent un regrd positif sur l pprentissge. Elles soulignent les différents éléments qui leur ont permis d endosser pleinement cette fonction. Véritble cheville ouvrière du dispositif, le tuteur doit à leurs yeux «imer le contct vec les jeunes», et svoir llier «socil, humin, écoute, douceur, utorité pédgogique et gieté» fin de s dpter ux jeunes pprenties et ne ps être dns une logique hiérrchique. C est l recherche d un climt de complicité et de confince qui permet une collbortion efficce, cr «le reltionnel joue énormément». Une fois qu un binôme trouvé son équilibre, elles évoquent une véritble «plusvlue» pour leur trvil et se remémorent voir vécu des «moments forts». Elles conseillent à tout futur tuteur d être prêt à s investir généreusement et de veiller à bien utonomiser l pprenti. Enfin, elles soulignent l nécessité d être ssociées u processus de recrutement pour permettre une bonne collbortion. Outre leurs compétences d encdrement personnelles, d utres fcteurs leurs ont permis de mener à bien cette fonction. Tout d bord le service à domicile fit le choix de nommer un tuteur supplént ux cotés du tuteur «en titre». A leurs yeux, cette rottion permis «deux pports complémentires» : d une prt, «diminuer l investissement requis pour un tuteur», et d utre prt «permettre à l pprentie de rencontrer un plus grnd nombre de bénéficiires et de percevoir différentes pproches du métier». Il y ussi un pport pour le service qui pourr recruter de «futurs gents hbitués u fonctionnement du service, connissnt les bénéficiires et leurs collègues» souligne l Responsble du service. En outre, l pprentissge fit l objet d un suivi très blisé vec le lycée professionnel. Un chier de liison permis d entretenir une interction constnte entre les professeurs et les tutrices. Ces dernières ont prticulièrement pprécié l disponibilité du corps professorl à leur égrd. Grâce à leurs conseils elles ont pu personnliser et juster leur pédgogie u profil de leur pprentie. Enfin, une évlution eu lieu tous les trimestres vec le lycée professionnel, les pprenties et les tutrices pour effectuer un biln et soulever les difficultés rencontrées. Ces rencontres ont permis de mesurer les écrts entre l théorie et l prtique. Les tutrices ont pu églement s ppuyer sur un ccompgnement solide de l prt du service. Pour les guider dns leurs missions, un clendrier de formtion été mis en plce. 19

20 20 Le 1 er mois : le tuteur montrit tndis que l pprentie observit. A prtir du 2 ème mois et pour une durée de 6 mois : l pprentie exécutit sous l observtion du tuteur. Le dernier mois : l pprentie étit utonome et se rendit seule u domicile des bénéficiires. Les deux tutrices notent que les meilleures pprenties «se débrouillient bien dès 15 jours». Pour finir, un moment de convivilité été orgnisé le vendredi près-midi entre 14h00 et 18h30 où tutrices, pprenties et ides à domicile ont pris l hbitude de se retrouver dns une petite slle qui leur étit dédiée. Ce petit moment de répit, d échnges et de prtge utour d un goûter est fortement pprécié et contribue à l cohésion du service. Il est à noter que certines pprenties sont confrontées à des situtions délictes, comme une fin de vie. Ainsi, les tutrices recommndent l orgnistion d un groupe de prole tous les deux mois nimé pr un psychologue. Au regrd de leur expérience, les deux tutrices reconnissent à l pprentissge plusieurs mérites : L pprentissge permet de former une future ide à domicile compétente cr les réflexes s pprennent sur le terrin. Il invite à s interroger sur le sens du métier, l impliction nécessire et incite à l méliortion des prtiques professionnelles. Cette nouvelle responsbilité été vécue comme une vloristion du trvil et des compétences des tutrices. L Responsble du service souligne d illeurs que les tutrices sont, en générl, «les meilleurs éléments, les plus compétents, les plus volontires». Cette fonction est donc une mrque de confince et de reconnissnce de l prt du service envers ses gents et vécue comme tel pr ceux-ci. Enfin, cette expérience dynmise leur trvil. Exercer en binôme peut pllier le sentiment de solitude ressenti pr certines ides à domicile dns l exercice de leurs missions. Le tutort d pprenties responsbles de secteur u CCAS d Evin (Hute-Svoie) et u CIAS du Pys de Fénelon (Dordogne) Les services à domicile du CIAS du Pys de Fénelon et du CCAS d Evin ont pour leur prt recruté des pprenties sur des postes d encdrement intermédiire. Au sein du CIAS du Pys de Fénelon, l pprentie djointe u Responsble de secteur, entre novembre 2010 et oût 2012, depuis été recrutée pr le service. «Un recrutement très réussi» se félicite l Directrice du CIAS. Qunt à l directrice du SAAD du CCAS d Evin, c est à l suite d une cndidture spontnée

21 qu elle décidé de recruter une pprentie en tnt qu ssistnte de secteur entre septembre 2008 et juillet Forte de cette expérience, elle n hésiterit ps ujourd hui à renouveler cette expérience si d utres cndidtures se présentient à elle. Pr rpport à un stge clssique, l Directrice du SAAD du CCAS d Evin relève que l durée reltivement longue de l pprentissge est vntgeuse cr elle permet «de ressentir une vloristion, qui fit ressortir le donnnt-donnnt. Cel nécessite beucoup d énergie u début mis cel rpporte». Aynt ssuré l fonction de tutrice, elle se remémore l investissement importnt qu elle dû mobiliser. Nénmoins, s il s git de «prendre du temps pour expliquer, cel permet d en ggner» cr l pprentissge permet à l pprenti de monter en compétences et de devenir progressivement utonome. «L motivtion, l efficcité, et l curiosité pour pprendre» de son pprentie ont mené l directrice du SAAD à ccroître progressivement les exigences des missions confiées. Cette progression est églement consttée pr l Directrice du CIAS du Pys de Fénelon qui soulève qu u sein de leur service «L pprentie fit preuve de grndes qulités d dpttion et sut trouver s plce et montrer son efficcité». c Cette efficcité été ppréciée pr les deux services à domicile u point que ceux-ci ont du s dpter ux périodes d bsence des pprenties lorsque celles-ci se trouvient en formtion u CFA. L Directrice du SAAD du CCAS d Evin, souligne l importnce de l confince et de l communiction. Concernnt l confince, elle évoque à ce sujet : «une confince donnée mis ccompgnée». S gissnt de l communiction, l directrice d emblée incité son pprentie à lui fire prt de ses difficultés, à ne ps rester dns le doute. Inversement, elle prenit connissnce de ses ttentes et lui délivrit des conseils pour pllier les difficultés rencontrées. Une pproche qui très bien fonctionné, témoigne-t-elle. c. Focus sur deux nciennes pprenties Aujourd hui titulrisées, deux nciennes pprenties du service à domicile de Pu recrutées à l issue de leur pprentissge témoignent. Si toutes deux étient u prélble ttirées pr le métier d ide à domicile, leur orienttion restit cependnt incertine. L pprentissge leur permis d ffiner ce choix, mis u-delà, il renforcé leur ttrit pour ce métier. En effet, l une d elles souligner qu elle n urit peut être ps imé ce métier si elle ne l vit ps pproché pr le biis de l pprentissge. 21

22 Leur motivtion qui s est ccrue tout u long de leur formtion, repose pour elles sur différents touts de l pprentissge, des touts qu elles ont pu identifier. Tout d bord le côté prtique de l formtion leur permis de bien ppréhender le métier. Comme le souligne une pprentie, «il y une grosse différence entre s entrîner sur un mnnequin pendnt ses heures de formtion et s occuper d une vrie personne vec son vécu et ses pthologies». De plus, elle constte que ce métier nécessite de svoir «s dpter constmment». L pprentissge semble donc être une voie privilégiée pour un métier où l prtique de terrin est essentielle. Enfin, ce dispositif pour vntge d être plus long que les stges, ce qui permet de mieux ssimiler l ensemble des rélités du métier. L seule difficulté identifiée pr l pprentie été le coté physique de cette profession. Sur ce point, elle pprécié le PRAP (formtion de prévention des risques liés à l ctivité physique) et conseille ux SAD de ne ps hésiter à rppeler régulièrement ux pprenties les gestes et réflexes ssociés u métier. Autre tout, l pprentissge permet une ssimiltion progressive du métier. Cet ccompgnement est bénéfique eu égrd à l pénibilité du métier, les pprenties pouvnt être confrontées à des situtions délictes telles que des fins de vies. C est insi qu une pprentie pprécier de ne ps voir eu le sentiment d être «lâchée d un coup». Concernnt cet ccompgnement, les deux pprenties se remémorent les qulités de leurs tuteurs : «grnde disponibilité, écoute, conseils, dynmisme, proximité». Autnt de qulités qui font que l reltion entretenue vec le tuteur fut un puissnt vecteur de leur motivtion. Toutes deux ont églement pprécié l rottion des tuteurs mis en plce u sein du CCAS de Pu qui perfectionné leur intégrtion dns l profession. Elles remrquent que c «Les mîtres d pprentissge ne voient ps toutes les choses de l même fçon, ce qui permet de s méliorer» Enfin, le temps d échnge mis en plce pr le SAAD entre 14h00 et 18h00 le vendredi près-midi joué églement un rôle importnt dns leur pproche du métier. A leurs yeux «c est importnt de trviller en équipe même si on ne se voit ps souvent». A les entendre, un véritble intérêt été suscité. 22

23 d. Les ppuis d un CFA dns l mise en plce de ce dispositif CFA Comme l révélé le CCAS de Pu, l UFA Sint Vincent de Pu été un prtenire privilégié de leur service d ide à domicile dns l mise en plce de l pprentissge. L UNCCAS donc souhité se pencher sur cet ppui dont peuvent bénéficier les CCAS. Interrogée à ce sujet, l responsble de formtion Mention Complémentire Aide à Domicile de l UFA de Pu précisé les contours de ce soutien. Mêlnt mission d informtion, ppui dministrtif et pédgogique, l UFA insture une étroite collbortion entre les différents cteurs de l pprentissge. L UFA de Pu délivre en mont un certin nombre d informtions u service d ide à domicile. Cet éclirge porte notmment sur les conditions du recrutement, le déroulement et l orgnistion de l formtion, les différentes crctéristiques du contrt d pprentissge et toute utre informtion sollicitée pr le futur employeur. Pr l suite, l ccompgnement de l UFA est xé principlement sur le suivi pédgogique de l pprenti. Une rencontre est orgnisée fin de présenter le référentiel de formtion, le livret d pprentissge et l équipe pédgogique u recruteur. C est ussi l occsion pour l UFA d évluer le potentiel de formtion du service d ide à domicile. L nnée est ensuite rythmée utour de trois entretiens u cours desquels se réunissent l pprenti, le mitre d pprentissge, les responsbles du CCAS et elle-même en tnt que responsble de formtion. Ces entretiens permettent un «suivi rpproché de l pprenti» cr ils sont l occsion d évluer «l progression de l pprenti» mis ussi «les difficultés rencontrées». Selon l responsble de formtion, «le recrutement est l cte essentiel qui v conditionner le bon déroulement du contrt». Dès lors, elle invite les CCAS «A s ppuyer sur le responsble de formtion qui bien souvent connît les jeunes dns leur prcours scolire». c L importnce du recrutement ne cesse donc de fire l unnimité! Disponible, ttentif ux ttentes du recruteur comme ttché à l épnouissement de l pprenti, un CFA œuvre donc ctivement en fveur de l réussite de l pprentissge. 23

24 PRINCIPALES CLEFS DE RÉUSSITE DE L APPRENTISSAGE Anticiper pour optimiser l dpttion du service. (-> rétro-plnning.) Se rpprocher des prtenires extérieurs susceptibles de conseiller le service dns l mise en plce de l pprentissge (CNFPT, CDG, CIJ, CFA...) Communiquer sur le dispositif u niveu interne fin de susciter l dhésion de toute l équipe. Désigner ux cotés du tuteur, un tuteur supplént et prévoir leur rottion dns l ccompgnement de l pprenti. Conscrer du temps ux tuteurs lors de leur désigntion et tout u long de l pprentissge. Associer les mîtres d pprentissge u processus de recrutement des pprentis. Prévoir un recrutement très pprofondi des futurs pprentis sur l bse d outils de recrutement. Insturer un moment de convivilité hebdomdire entre les ides à domiciles et les pprenties u sein du service. S ppuyer sur les conseils de l équipe pédgogique du CFA. 24

25 TEXTES DE RÉFÉRENCE Code du trvil Loi du 17 juillet 1992 Formulire CERFA n 10103*05 Circulire du 24 jnvier 2007 reltive à l rémunértion des pprentis 25

26 ANNEXES J J ANNEXES 26

27 ANNEXE 1 : LA SAISINE DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE SAISINE DU C.T.P. Objet : CONTRAT D APPRENTISSAGE TEXTES PRINCIPAUX DE RÉFÉRENCE Code du trvil, Loi n du 17 juillet 1992 reltive à l pprentissge, Décret n du 30 novembre 1992 concernnt l expérimenttion de l pprentissge dns le secteur public, Décret n du 2 février 1993 reltif à l rémunértion des pprentis dns le secteur public. PRINCIPE : Le contrt d pprentissge constitue une forme d éduction lternée. Il pour but de donner à des jeunes trvilleurs ynt stisfit à l obligtion scolire, une formtion générle, théorique et prtique, en vue de l obtention d une qulifiction professionnelle snctionnée pr un diplôme de l enseignement professionnel ou technologique du second degré ou du supérieur. Un contrt est conclu entre l pprenti(e) et un employeur. Il ssocie une formtion en entreprise ou en collectivité publique et un enseignement dispensé dns un centre de formtion d pprentis. COLLECTIVITE : Personne en chrge du dossier : Nombre d gents : titulires : Stgiires : Non titulires : ACMO : oui non APPRENTI(S) : Nombre d pprenti(s) ccueilli(s) : Services concernés : Spécilité et niveu du (des) diplôme(s) prépré(s) : Année scolire : environnement de trvil 27

28 ANNEXE 2 : MODÈLE - DÉLIBÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION Délibértion du conseil d dministrtion CCAS de Sénce du Le xxx à xxxx se sont réunis les membres du Conseil dministrtion de l Commune de xx sous l présidence de (M. /M me.) (Prénom et NOM), Objet : CONTRAT D APPRENTISSAGE Monsieur ou Mdme Président expose : Nombre de Membres en exercice : Nombre de Membres présents : Nombre de suffrges exprimés : Votes Pour : Votes Contre : Abstention : VU le Code générl des collectivités territoriles, VU l Loi n du 17 juillet 1992 portnt diverses dispositions reltives à l pprentissge, à l formtion professionnelle et modifint le Code du trvil, VU le Décret n du 30 novembre 1992 portnt diverses dispositions reltives à l pprentissge et son expérimenttion dns le secteur public, VU le Décret n du 2 février 1993, reltif à l rémunértion des pprentis dns le secteur public non industriel et commercil, VU l vis donné pr le Comité Technique Pritire, en s sénce du (préciser l dte). CONSIDÉRANT que l pprentissge permet à des personnes âgées de 16 à 25 ns (sns limite d âge supérieure d entrée en formtion concernnt les trvilleurs hndicpés) d cquérir des connissnces théoriques dns une spécilité et de les mettre en ppliction dns une entreprise ou une dministrtion ; que cette formtion en lternnce est snctionnée pr l délivrnce d un diplôme ou d un titre ; CONSIDÉRANT que ce dispositif présente un intérêt tnt pour les jeunes ccueillis que pour les services ccueillnts, compte tenu des diplômes préprés pr les postulnts et des qulifictions requises pr lui ; DECIDE le recours u contrt d pprentissge (Service, Nombre de postes, Diplôme prépré Durée, de l Formtion,.. 28

29 ANNEXE 2 : MODÈLE - DÉLIBÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIT que les crédits nécessires seront inscrits u budget (préciser), u chpitre (préciser), rticle (préciser) de nos documents budgétires, AUTORISE M ou Mme le Président ou son représentnt à signer tout document reltif à ce dispositif et notmment les contrts d pprentissge insi que les conventions conclues vec les Centres de Formtion d Apprentis. Fit et délibéré en sénce le Le Président du CCAS Publiée le : Trnsmise u Représentnt de l Étt le : 29

30 ANNEXE 3 : MODÈLE - ARRÊTÉ D ATTRIBUTION DE LA NOUVELLE BONIFICATION INDICIAIRE ARRETE D ATTRIBUTION DE LA NOUVELLE BONIFICATION INDICIAIRE À M. M me XXX Le Président du CCAS de, Vu l loi n du 13 juillet 1983 modifiée portnt droits et obligtions des fonctionnires, Vu l loi n du 26 jnvier 1984 modifiée portnt dispositions sttutires reltives à l Fonction Publique Territorile, Vu le décret n du 3 juillet 2006 portnt ttribution de l nouvelle bonifiction indiciire à certins personnels de l fonction publique territorile, Considérnt que M, exerce les fonctions de mître d pprentissge u sens de l loi du 17 juillet 1992, à compter du ARRÉTÉ Article 1 er : M. ou Mme xxxx bénéficie de l nouvelle bonifiction indiciire de 20 points mjorés à compter du (Dte du début du contrt d pprentissge). Article 2 : L intéressé-e est rémunéré-e à compter de cette dte sur l bse de l indice mjoré (Indice mjoré compte tenu de l bonifiction indiciire). Article 3 : L nouvelle bonifiction indiciire cesser d être versée lorsque le fonctionnire n exercer plus les fonctions de mître d pprentissge u titre desquelles il l percevit. Le présent rrêté ser : - trnsmis u comptble de l collectivité, - notifié à l gent. Fit à Le Notifié à l gent : (Dte et signture) Le Président du CCAS, 30

31 ANNEXE 4 : LA CONVENTION L convention est conclue, u début ou en cours de contrt, entre l employeur, l personne morle de droit public et l pprenti. Elle doit préciser : l durée de l période d ccueil ; l objet de l formtion ; l nture des tâches qui seront confiées à l pprenti ; les horires et le lieu de trvil ; le nom et l qulifiction de l personne chrgée de suivre le déroulement de l formtion prtique ; les modlités de prise en chrge pr l employeur des fris de trnsport résultnt pour l pprenti de l exécution de l formtion prtique ; l obligtion pour l personne morle de droit public de se grntir en mtière de responsbilité civile. L convention est dressée pr l employeur, dès s conclusion, u directeur du CFA ou u responsble de l étblissement de l section d pprentissge, qui l trnsmet u service chrgé de l enregistrement du contrt et u représentnt de l utorité cdémique. Un exemplire de l convention ser trnsmis à l DDTEFP et à l URSSAF. 31

32 ANNEXE 5 : EXEMPLE DE RETROPLANNING SUR DEUX ANS Délibértion fixnt le recours à des pprentis Choix orgnistionnels et dptton du service Désigntion des Tuteurs Formtion des Tuteurs JANVIER FÉVRIER MARS VOIR AVEC LE CFA Arrivée des pprentis OCTOBRE Exmen des pprentis JUIN { NOVEMBRE { { MAI L pprenti se rend seul u domicile du bénéficiire Phse d exécution pr le Mître d pprentissge Phse d observtion pr l pprenti Phse d exécution pr l pprenti Phse d observtion pr le Mître d pprentissge 32

33 ANNEXE 6 : LIBELLÉ DES DIPLÔMES DÉLIVRÉS EN FRANCE PAR LA VOIE DE L APPRENTISSAGE DANS LE SECTEUR DE L AIDE À DOMICILE NIVEAU V : Diplôme d Ett d Auxiliire de Vie Socile (DEAVS) Diplôme d Ett d Aide Médico-psychologique (DEAMP) Mention Complémentire d Aide à Domicile (MCAD) Brevet d Etudes Professionnelles (BEP) Crrières Snitires et Sociles Certifict d Aptitude Professionnelle (CAP) Petite Enfnce Certifict d Aptitude Professionnelle (CAP) Employé Technique de Collectivité Certifict d Aptitude Professionnelle (CAP) en Milieux Fmilil et Collectif Brevet d Etudes Professionnelles Agricoles (BEPA) option Services, spécilité Service ux Personnes Certifict d Aptitude Professionnelle Agricole (CAPA) Services en Milieu Rurl NIVEAU IV : Diplôme d Ett de Technicien d Intervention Socile et Fmilile (DETISF) Bcclurét Professionnel Accompgnement, Soins et Services à l Personne (ASSP) Bcclurét Professionnel Services de proximité et vie locle (SPVL) Bcclurét Sciences et Technologies de l Snté et du Socil (ST2S) * NIVEAU III : Brevet de Technicien supérieur (BTS) Services et Presttions en Secteur Snitire et Socil (SP3S) Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Economie Socile et Fmilile (ESF) Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Développement, nimtion des territoires rurux (DATR) Diplôme d Étt de Conseiller en Économie Socile Fmilile (DECESF) Licence professionnelle NIVEAU II : Licence professionnelle Mster professionnel NIVEAU I : Diplôme d Étt d Ingénierie Socile (DEIS) Mster professionnel 33

34 ANNEXE 7 : QUESTIONNAIRE ECRIT PREALABLE AU RECRUTEMENT DES APPRENTIS AIDES A DOMICILE (à renseigner sur plce) Nom Prénom Quelles sont les risons qui motivent votre cndidture en tnt qu ide à domicile? 1) 2) 3) Quelles qulités pensez-vous posséder pour être ide à domicile? 1) 2) 3) A votre vis quelles sont les difficultés du métier? 1) 2) 3) Fce à différentes situtions que peut rencontrer une ide à domicile, comment régiriez-vous? En cs de problèmes prticuliers? Vous respectez les consignes données Vous prenez vos décisions, sûre de vous Vous ppelez votre responsble L personne âgée ne vous ouvre ps? Lorsque vous rrivez chez une personne âgée? Vous ppelez les voisins Vous prévenez l responsble Vous reprtez Vous prévenez l fmille Vous demndez ce qu il y à fire Vous ne demndez ps et décidez seule Vous proposez plusieurs possibilités 34

35 ANNEXE 7 : QUESTIONNAIRE ECRIT PREALABLE AU RECRUTEMENT DES APPRENTIS AIDES A DOMICILE (à renseigner sur plce) Votre disponibilité : Lundi de à Heures reps : oui non Mrdi de à Mercredi de à Jeudi de à Vendredi de à Smedi de à Dimnche de à Vos moyens de locomotion : Voiture Bus A pied Vélo Quelles sont les tâches que vous estimez pouvoir remplir? Ménge Repssge Courses Lecture Jeux Dépnnge Préprtion des reps Promendes Aide à l toilette Aide u lever Aide u coucher Jrdinge Auprès de quel public? Personnes ynt un hndicp physique Personnes âgées utonomes Enfnts Personnes âgées dépendntes Personnes désorientées ou en difficulté psychologique Autres : (préciser) Avez-vous une expérience uprès des personnes âgées? oui (lquelle?) non 35

36 ANNEXE 8 : FICHE TECHNIQUE : TUTORAT/APPRENTISSAGE LES ENJEUX DU TUTORAT ET DE L APPRENTISSAGE L Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences : sécuriser les recrutements pllier les difficultés de recrutement rjeunir les effectifs et ssurer l trnsition entre les génértions ssurer une formtion déqute à l rélité locle des besoins et ccompgner à l professionnlistion (notmment sur les svoir-être) Le lien ux bénéficiires : repositionner les enjeux et le cdre de l ide à domicile uprès des bénéficiires sécuriser les interventions fvoriser l reconnissnce pr les bénéficiires de l professionnlistion Le mngement et reconnissnce : reconnître le métier vloriser le professionnlisme des gents tuteurs L ccès à l emploi : offrir à un jeune l possibilité d un venir professionnel QUI DOIT BÉNÉFICIER DU TUTORAT? Le tutort vise l cquisition d un référentiel de compétences et d une prtique professionnelle justée, en référence à un métier cible. Les fonctions de tuteur (ou mître d pprentissge) et de référent de stge sont donc à distinguer. Le tutort s inscrivnt dns une finlité de production professionnelle, il s dresse donc ux personnes qui réunissent les trois conditions suivntes : Personne en contrt : recrutement pr le CCAS gent du CCAS en reconversion ou en reclssement pour inptitude médicle stgiire de l formtion professionnelle pprenti contrt idé contrt d venir service civique, le cs échént, cr ce type de contrt ne positionne ps le professionnel sur un métier cible 36

37 ANNEXE 8 : FICHE TECHNIQUE : TUTORAT/APPRENTISSAGE Nouvel rrivnt en sitution de formtion recrutement pr le CCAS Durée de contrt suffismment longue DIFFÉRENCES ET COMPLÉMENTARITÉ DES RÔLES DE TUTEUR ET D ENCADRANT L encdrnt (n+1) un rôle hiérrchique. Il n exerce ps générlement le même métier que le tuteur. Il est celui qui pose le cdre (droits et devoirs du fonctionnire / règlement intérieur / ), explicite l environnement professionnel et recdre, le cs échént. Il orgnise l mise en œuvre du tutort, ssure l intégrtion de l gent tutoré (voir fiche intégrtion), conduit l entretien nnuel, vlide les besoins de formtions et prend toutes les décisions mngériles reltives à ce dernier. Le tuteur ssure l trnsmission professionnelle du métier (qu il exerce dns tous les cs). Il est identifié comme référence sur toutes les questions reltives à l prtique professionnelle. Il définit en lien vec l encdrnt les lieux de stge, évlue l progression de l gent tutoré sur des bses observbles et donc objectivbles, identifie les besoins de formtions, trnsmet des informtions et lerte sur l bse d une grille définie. Le tuteur, suf en cs de situtions très prticulières, n est ps l encdrnt. LES CONDITIONS DE RÉUSSITE DE LA MISE EN PLACE DU TUTORAT ET DE L APPRENTISSAGE Ne ps surévluer s cpcité d ccueil d gents en formtion Trviller le projet professionnel en mont vec le stgiire et les prtenires : Pôle Emploi / Mission Locle Pour l ccompgnement de publics d insertion, possibilité de recourir u progrmme déprtementl d insertion (PDI) des Conseils Générux. Choisir des gents volontires Il est importnt à cet effet de vérifier chez les cndidts u tutort : l compréhension du rôle ttendu d un tuteur, l motivtion à occuper cette fonction. 37

38 ANNEXE 8 : FICHE TECHNIQUE : TUTORAT/APPRENTISSAGE 4. Sélectionner prmi les volontires des tuteurs ptes à occuper l fonction : Profil requis : ssiduité cpcité à véhiculer une imge positive de l collectivité et du service cpcité à rendre compte, à formliser et à synthétiser connissnce du référentiel métier respect du cdre (déontologie du métier / obligtion de réserve ) cpcité d nlyse réflexive sur s prtique dptbilité mîtrise de l totlité du métier (AVS pour les ides à domicile) confince Moment ou ctivités permettnt de l évluer Force de proposition en réunion Chier de liison / réunions d équipe Prtique du professionnel Evlutions / retours des bénéficiires Briefings individuels / réunions / positionnement dns situtions complexes Souplesse fce ux chngements Former les tuteurs, en mont de leur prise de fonction : formtion en externe pour permettre ux gents de rencontrer d utres tuteurs, en ccompgnement sur d utres métiers. Former les tuteurs, en mont de leur prise de fonction : formtion en externe pour permettre ux gents de rencontrer d utres tuteurs, en ccompgnement sur d utres métiers. Légitimer les tuteurs sélectionnés : expliquer à l équipe et ux gents tutorés les enjeux insi que les modlités du tutort / donner du sens, expliquer et objectiver le choix du tuteur sur l bse des critères de sélection définis, vloriser finncièrement, dns l mesure du possible, les tuteurs. Informer les tutorés des règles et des modlités du tutort : rédction d un protocole du tutort, signture d un enggement contrctuel des différentes prties prenntes, en présence de l encdrnt. 38

39 ANNEXE 8 : FICHE TECHNIQUE : TUTORAT/APPRENTISSAGE Ne ps mettre les tutorés sur des situtions trop lourdes u démrrge Informer les bénéficiires : informtion générle à inclure dns le contrt de presttion et dns le règlement de l usger / présenttion en Conseil de Vie socile, demnde d ccord à l usger en mont de l intervention sur l présence du tuteur et du tutoré à son domicile / expliction des modlités concrètes du tutort, officilistion (pr écrit ou pr téléphone) pr le service, veiller à ne ps solliciter toujours les mêmes usgers. Reconnître et instituer des temps propres à l fonction de tuteur : temps encdrnt/tuteur pour permettre à ce dernier de trouver l juste distnce et de développer l posture déqute, temps tutoré/tuteur. 11. Développer l esprit d équipe, en veillnt à ce que le choix de tuteurs ne nuise ps à l cohésion du groupe : veiller u prtge du sens et à l trnsprence de l démrche, communiquer utour de l enggement du service, expliquer l différence entre tuteur et encdrnt, orgniser l restitution pr le tuteur de son ction, ne ps toujours solliciter les mêmes gents en qulité de tuteurs (si d utres, u sein de l équipe, en ont l cpcité et l motivtion). 12. Grntir l trçbilité à trvers le chier de liison 39

40 Union Ntionle des Centres Communux d Action Socile Vill Souchet venue Gmbett - BP Pris cedex 20 Tél. : Fx : E-mil : 40

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

clés de Les l'apprentissage

clés de Les l'apprentissage Réseu des centres publics de formtion professionnelle et pr pprentissge du Ministère de l Agriculture en Midi-Pyrénées clés de l'apprentissge Les c+5 B u du CAP L'Employeur L pprentissge constitue un excellent

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE Diplôme de comptbilité bncire CNAM-INTEC, ADICECEI, AFGES Le métier de comptble de bnque présente des spécificités mises en exergue pr des formtions et des ouvrges

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous!

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous! #Guide jeunes @étudint @demndeur d emploi @trvilleur MUTUALITE SOIALISTE DU BRABANT L ccès à l snté pour tous! rembourse 40 /n L Mutulité sociliste pour t contrception Love4you.be by Mutulité Sociliste

Plus en détail

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés Contrt individuel d'ssurnce-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres progrmmés Identité (données obligtoires) Numéro du Contrt Souscripteur/Assuré Monsieur Mdme Mdemoiselle

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

Demande de prêt à l'amélioration. de l'habitat 14073*01. Assistant(e) Maternel(le)

Demande de prêt à l'amélioration. de l'habitat 14073*01. Assistant(e) Maternel(le) snté Demnde de prêt à l'méliortion fmille de l'hbitt 14073*01 retrite services Assistnt(e) Mternel(le) Merci de compléter églement un formulire de déclrtion de sitution Article L.542-9 du code de de l

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER CERFA 11534*01 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES du CHER 6 plce de l pyrotechnie - CS 20001 18019 BOURGES CEDEX Tél. 02 34 34 61 65 ou 61 66 Fx : 02 34 34 63 00 N de dossier : Déposé le : Complet

Plus en détail

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION mission révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION PRÉ VENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Revue trimestrielle - Éditée pr l CGSS de L Réunion - septembre 2011 - Numéro 54 Avec l prévention,

Plus en détail

Offre Spéciale Fonds en uro

Offre Spéciale Fonds en uro Offre Spécile Fonds en uro, 37% net minimum grnti* en 2012 et 2013 Pour tout versement comprennt u minimum 25% d unités de compte Dte limite de souscription/versement : 31/10/2012 * Conditions de l'offre

Plus en détail

Stratégie en matière de politique de la vieillesse

Stratégie en matière de politique de la vieillesse Strtégie en mtière de politique de l vieillesse Rpport du Conseil fédérl donnnt suite u postult 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 29 oût 2007 Condensé En réponse à une intervention prlementire

Plus en détail

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014 Réformer l éprgne slrile Sommire x Introduction... 4 x Les contributeurs... 6 x Détil des 4 xes «phres»... 8 u v w x Démocrtiser l éprgne

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC DEPARTEMENT DE LA GIRONDE ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX CANTON DE FLOIRAC COMMUNE DE FLOIRAC Objet : Gestion de l dette délégtion de pouvoirs du conseil municipl u Mire REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE

Plus en détail

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET Édition mrs 2014 Document rédigé pr les membres de l Délégtion Jeunesse Commission MiniBsket et Groupe de trvil 7/11 ns LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Plan diversité 2012-2013

Plan diversité 2012-2013 Pln diversité 2012-2013 SPF MOBILITE & TRANSPORTS L diversité, gge de qulité! Service d encdrement Personnel & Orgnistion Personne contct diversité Sylvi Ardizzone sylvi.rdizzone@moilit.fgov.e 02/ 277

Plus en détail

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet bc Fonds Commun de Plcement Prospectus complet Prospectus Simplifié OPCVM respectnt les règles d investissement et d informtion de l directive 85/611/CE ING DIRECT STRATEGIE PARTIE A STATUTAIRE Présenttion

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Luxembourg, le 3 septembre 2002

INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Luxembourg, le 3 septembre 2002 Grnd-Duché de Luxembourg MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Luxembourg, le 3 septembre 2002 Réf. : 9007/ Lettre circulire N 2002/02 à l ttention des gestionnires

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2014 RppoRt développement durble 2014 2 Edito UNE VISION ÉCLAIRÉE DE NOTRE ACTION AU QUOTIDIEN le 21 novembre 2014,

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Le plan de développement du volley ball breton

Le plan de développement du volley ball breton Le pln de développement du volley bll breton 2008-2012 crédit photo : Mrc Grgnon L dynmique du volley bll breton L Ligue de Bretgne de Volley Bll (LBVB), ssocition régie pr l loi du 1 er juillet 1901,

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Plan de visibilité. Plan de visibilité

Plan de visibilité. Plan de visibilité Pln de visibilité Pln de visibilité 5 e édition Les 10-11 et 12 oût 2007 SAINTE-JULIENNE RÉGION DE LANAUDIÈRE QUÉBEC CANADA «Le plus grnd slon etérieur motorisé u Cnd et le plus gros rssemblement de véhicule

Plus en détail

Le guide du covoiturage

Le guide du covoiturage Le covoiturge en Meurthe-et-Moselle Le guide du covoiturge Rédction et PAO CG54 E.Pinze - visuels Y. Husson - photo E.Pinze - Nov. 2013 Avec, covoiturez simplement et en toute sécurité! Comment est né

Plus en détail

NOUVEAU GÎTE DU LAC TAUREAU

NOUVEAU GÎTE DU LAC TAUREAU Emplois disponibles en Hute-Mtwinie Voir ussi le détil des emplois disponibles en Hute-Mtwinie sur www.hute-mtwinie.com et sur plcement.emploiquebec.net (sélectionner St-Jende-Mth) NOUVEAU GÎTE DU LAC

Plus en détail

Vo e guide dс ap icati éducativс

Vo e guide dс ap icati éducativс RAPPORT DE JANVIER 2014 Vo e guide dс p icti éductivс 3 prents cndiens sur 4 souhitent un service crédible d évlution d pplictions pédgogiques (Étude Hrris Decim octobre 2013). En réponse, Groupe Médi

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE AMÉNAGEMENT DE LA PORTE DE GESVRES AUTOROUTE A11 PÉRIPHÉRIQUE NANTAIS CONCERTATION PUBLIQUE VOTRE AVIS COMPTE! BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE SOMMAIRE 1 L objet de l concerttion publique 2 L nnonce

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers de la Comptabilité et de la Gestion : "Révision comptable"

LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers de la Comptabilité et de la Gestion : Révision comptable LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers de l Comptbilité et de l Gestion : "Révision comptble" Photo DOSSIER DE CANDIDATURE EN LICENCE PROFESSIONNELLE Année universitire : 2015/2016 à remettre sous formt ppier

Plus en détail

ÉDITORIAL. 2012 sera une année clé pour la formation dans le domaine des installations électriques:

ÉDITORIAL. 2012 sera une année clé pour la formation dans le domaine des installations électriques: 2012 FORMATIONS 2012 ser une nnée clé pour l formtion dns le domine des instlltions électriques: Le décret n 2010-1118, qui remplce le décret du 14 novembre 1988 est entré en vigueur le 1er juillet 2011,

Plus en détail

Chaque année à pareille époque nous nous livrons

Chaque année à pareille époque nous nous livrons Entreprises de propreté 2012 Entreprises de propreté : Comment font-elles fce à l crise? w Derrière les 10 premières entreprises frnçises du secteur, dont le clssement n ps chngé entre 2009 et 2010, les

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

Menace sur les investissements?

Menace sur les investissements? MAI 2012 SUPPLÉMENT AU N 291 LA REVUE DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE l vie de l mf Mence sur les investissements? edito Rencontre Demin, le monde rurl Le 4 juillet prochin, l AMF orgnise, en prtenrit

Plus en détail

Convocation à la séance du Comité Technique Paritaire du lundi 22 octobre 2012 à 15 H 00 Salle du Conseil Communautaire ORDRE DU JOUR

Convocation à la séance du Comité Technique Paritaire du lundi 22 octobre 2012 à 15 H 00 Salle du Conseil Communautaire ORDRE DU JOUR CDAPP Pôle Ressources - Direction des Ressources Humines Service Action et Dilogue Socil 05/59/98/78/00 - postes 7962 et 7164 Convoction à l sénce du Comité Technique Pritire du lundi 22 octobre 2012 à

Plus en détail

Les meilleurs magazines de Suisse pour l automobile et la moto

Les meilleurs magazines de Suisse pour l automobile et la moto Les meilleurs mgzines de Suisse pour l utomobile et l moto Données médis 2014 Données médis 2014 Mobilité. Fscintion. Vleur d usge. Les mgzines et portils Internet de Motorpresse (Schweiz) AG sont d une

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES

10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES 10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES En Suisse, l loi fédérle du 18 décemre 1970 sur l lutte contre les mldies trnsmissiles de l homme (dite loi sur les épidémies) et l loi fédérle du 13 juin 1928 sur

Plus en détail

IUT PARIS DESCARTES. Livret de l étudiant. Institut Universitaire de Technologie de l Université Paris Descartes 2013-2014. www.iut.parisdescartes.

IUT PARIS DESCARTES. Livret de l étudiant. Institut Universitaire de Technologie de l Université Paris Descartes 2013-2014. www.iut.parisdescartes. Livret de l étudint IUT PARIS DESCARTES Institut Universitire de Technologie de l Université Pris Descrtes 2013-2014 www.iut.prisdescrtes.fr Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes.

Plus en détail

Santé mentale sur le lieu de travail

Santé mentale sur le lieu de travail Richter Friesenichler Vnis Snté mentle sur le lieu de trvil Contrintes mentles Listes de contrôle pour s initier InfoMediVerlg e.k. L collection «Snté mentle sur le lieu de trvil» comprend qutre prties

Plus en détail

Votre Image au travers de vos éditions Clients

Votre Image au travers de vos éditions Clients Votre Imge u trvers de vos éditions Clients Nos prtenires: LOGITAS SA est un tiers de confince, prtenire des éditeurs de logiciels et des utilisteurs pour l conception, le contrôle et l conservtion de

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

UNIR Informations. Le résumé de l actualité syndicale des retraités. Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités. Sommaire

UNIR Informations. Le résumé de l actualité syndicale des retraités. Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités. Sommaire UNIR Informtions U N I R N 41 - Juin / Juillet 2012 Sommire Europe... 3 Mldie et soins... 5 et 6 Réforme du système de snté espgnol. Derniers chiffres sur l espérnce de vie en Europe Soins dentires Misons

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

Catalogue général des formations

Catalogue général des formations 2015 Ctlog générl des formtions Reltion client - vente Mngement- Efficcité Développement personnel Contcts Notre cbinet 2 Le cbinet TP Consultnts intervient dns le domine de l formtion sur les thèmes suivnts

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel.

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel. .1.q,S e', lêr}>- -.t? ô- to 1- Grride d'intégrtion des fernrnes en errtr)loi rron trditionnel. ÏABI.E DES MATTENES L corportion Accès-Trvil-Femmes du Sgueny Présenttion du guide Prêsenttion de l démrche

Plus en détail

Le Club. L innovation? C est un état d esprit! UNE INITIATIVE

Le Club. L innovation? C est un état d esprit! UNE INITIATIVE Le Club Une idée Réunir une dizine d cteurs de l industrie immobilière utour d une idée simple : et si nous échngions sur le thème «innovtion & immobilier»? Le think tnk «innovtion & immobilier» est né

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES Série des Trités européens - n 52 CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES Strsourg, 30.XI.1964 STE 52 Répression des infrctions routières, 30.XI.1964 2 Prémule Les Etts memres

Plus en détail

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER MOYENS D ACCÈSPOUR TOUT RENSEIGNEMENT s dresser à : PAR LA ROUTE En vennt de Pris comme de province, utoroute A4 sortie Chmps. École Ntionle des Sciences Géogrphiques Une fois sorti de l utoroute, suivre

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, LE 24 AOûT 1994 Monsieur le Ministre, Mesdmes

Plus en détail

REFERENCES JURIDIQUES

REFERENCES JURIDIQUES Réf. : CDG-INFO2012-15/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON et Elodie MEUNIER : 03.59.56.88.48/23 Date : le 26 novembre 2012 LE DISPOSITIF DE TITULRISTION PPLICBLE UX GENTS NON TITULIRES DUREE

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

. -il... .r~. '. FORTIS AG CONDITIONS GENERALES .~.. :... Table des matières

. -il... .r~. '. FORTIS AG CONDITIONS GENERALES .~.. :... Table des matières Assurnce de Groupe..~.. :.....r~. '. Slid prtnecs, flexible solutions CODITIOS GEERALES Tble des mtières 1. Les ntrts individuels d'ssurnce de groupe Définitions 1. Qu'entend-on pr "éprgne nstituée"? 2.

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Section III : Défaillances d'information

Section III : Défaillances d'information Section III : Défillnces d'informtion 1) Théorie de mrchés contingents et économie de l'informtion A) L théorie des mrchés contingents B) Introduction à l économie de l informtion 2) L sélection dverse

Plus en détail

Objectifs. Patrick Veneau. Chef de projets graphiques

Objectifs. Patrick Veneau. Chef de projets graphiques Ptrick Veneu Chef de projets grphiques Objectifs Etre ttentif à votre demnde, en fire l nlyse fin de mieux vous conseiller, Apporter des solutions réfléchies en termes de communiction, de déli et d investissement,

Plus en détail

PREPARER UNE INTERVENTION

PREPARER UNE INTERVENTION PREPARER UNE INTERVENTION MAINTENANCE INDUSTRIELLE Niveu IV 2006 CAFOC - GIP de l cdémie de Lyon - 39, rue Pierre Bizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 80 51 53-04 78 47 27 11 - gipl-cfoc@c-lyon.fr PREPARER

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Centre de documentation de la console

Centre de documentation de la console Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Remrque Avnt d utiliser le présent document et le produit

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail