Rapport d activité 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activité 2014"

Transcription

1 Rapport d activité 2014 APREMADOL Ouest lausannois - Bussigny - Ecublens - Renens Sud - Renens Nord- Crissier La vie devient plus facile! L aide et les soins à domicile? Une relation basée sur le respect et la dignité de la personne, un rapport de confiance permettant d éviter l isolement. Et encore : - Un service public accessible à tous les habitants de la région desservie par notre association. - Près de 266 collaboratrices et collaborateurs représentant 160 postes à plein temps. - 4 centres médico-sociaux et 5 équipes, répartis sur 7 Communes. - Un financement assuré par les Communes, le Canton, les caisses maladie et les clients.

2 CMS de Bussigny CMS d Ecublens CMS de Renens Nord-Crisser CMS de Renens Sud

3 Rapport d activité 2014 SOMMAIRE EDITORIAL Billet de la Présidente Billet de la Directrice Pages 4 5 RESSOURCES HUMAINES Bilan 6 ACTIVITES TRANSVERSES Soins infirmiers 7 CLIENTS Evolution, graphiques et commentaires 8 PRESTATIONS Répartition des heures facturées Personnel de soins et d aide au ménage PERSAM Evolution des heures relevées par prestation Personnel de soins infirmiers Equipe d appoint Santé mentale Evolution des heures de la Laverie Nombre de repas livrés Le RAI dans la pratique infirmière à l APREMADOL Service Secutel-Centre Repas et conseil en diététique Espace Prévention FINANCES Bilan 2014 et Actif Bilan 2014 et 2013 Passif Sources de financement Compte de résultat détaillé 2014 et CARTE DE VISITE Coordonnées Direction et CMS 19 Editeur: APREMADOL Association pour la Prévention et le Maintien à Domicile dans l Ouest lausannois. Responsable de publication: Tiziana Brutto Koller, Directrice APREMADOL. Conception et coordination: Marjorie Fellay, Assistante de direction APREMADOL. Graphisme et mise en page: Marjorie Fellay, Assistante de direction APREMADOL. Impression: Alain Closson Imprimerie & offset Lausanne.

4 EDITORIAL Comité de l APREMADOL Billet de la Présidente «Impossible de vous dire mon âge, il change tout le temps» Alphonse Allais 2013 annonçait le changement, 2014 le concrétise! Certain-e-s l adorent, quelques un-e-s le détestent, d autres encore le vivent comme une nécessité de notre époque, avec ses moins et ses plus L implémentation d IRIS dans l organisation des soins à domicile - avec toutes les adaptations qui ont été nécessaires pour permettre à l APREMADOL d être prête ce fameux 2 mars représente aujourd hui une opportunité unique pour continuer d offrir des prestations de qualité et appropriées à tous nos clients. Nous avons désormais un outil de travail moderne pour mobiliser des équipes multidisciplinaires, coordonner les prestations, les réajuster, tout en bénéficiant d une information en temps presque réel pour communiquer avec l ensemble des partenaires engagés dans les réseaux de nos clients. L allongement extraordinaire de l espérance de vie à domicile à laquelle nous contribuons activement est salué unanimement dans tout le canton et au-delà : nos autorités soutiennent politiquement et financièrement les CMS, les assurances commencent à y voir tous les bénéfices induits, nos partenaires et les familles comptent sur nous à chaque instant pour permettre à des milliers de personnes et de proches de continuer à vivre chez soi. Avec IRIS - et avec notre «humanitude» avant tout - nous avons dans nos mains quelques-uns des meilleurs outils pour faire face aux défis de demain, aux enjeux de société que représentent les soins et le maintien à domicile. Rien n étant heureusement statique ou immuable dans nos métiers, nous devons êtes prêt-e-s aujourd hui déjà, et demain plus encore, à nous ouvrir à d autres changements, à plus de coordination entre les différents services impliqués, qu ils concernent les soins, la prévention et la promotion de la santé notamment. Le changement avec IRIS n est donc pas terminé il en prépare beaucoup d autres Merci à toutes et à tous pour votre ouverture actuelle et future à cette mouvance continuelle. Présidente Manon Fawer, intérêt pour le domaine médical Vice-président Jean-Daniel Zürcher, intérêt pour le domaine médical Représentant(e) des Communes Michelle Beaud, municipale à Crissier Pascale Manzini, municipale à Ecublens Anne Merminod, municipale à St-Sulpice Germaine Müller, municipale à Bussigny Susanne Perrudet, municipale à Villars-Ste-Croix Jean-Pierre Rouyet, municipal à Renens Représentante des paroisses Line Zürcher, diacre Intérêt pour le domaine médical Muriel Althaus Diane Burrus Rémy Petitpierre Avec voix consultative Tiziana Brutto Koller, directrice de l APREMADOL Jean-Jacques Monachon, directeur général de l AVASAD Membres au membres individuels 14 membres collectifs Manon Fawer, Présidente de l APREMADOL 4

5 Rapport d activité 2014 EDITORIAL Direction administration générale Avenue du 14 Avril Renens Tél Fax Directrice Tiziana Brutto Koller Assistante de direction Marjorie Fellay Service des Ressources Humaines Florence Séchaud Monique Bovet Laurence Lambercy Isabelle Gaist (CDD) Service des finances Ana Galiotto Rose-Marie Comas Christine Henry Romina Maiurano Wendelstigh Consultante en soins infirmiers Gillian Harkness Responsables des centres médico-sociaux/équipe d appoint Marie-Catherine Despeyroux Gisèle Pisu Selva Christiane Repond Mary-Claude Thierstein Billet de la Directrice L année 2014 restera dans les mémoires de chacun comme une année particulière, riche en événements, en changements et en découverte. Secutel-Centre a été la première entité de notre Association à vivre des changements majeurs. En effet, depuis le 1er février 2014, la facturation des prestations de biotélévigilence est assurée par le Service Secutel-Centre pour l ensemble des clients des trois associations du Grand Lausanne (APROMAD - Fondation Soins Lausanne - APREMADOL). Cette première étape de la réorganisation de la prestation biotélévigilence a permis de se rendre compte que des nouvelles réformes devaient intervenir pour assurer la pérennité et la qualité de cette prestation, et ce en collaboration étroite avec l AVASAD. Pour les CMS, la préparation au déploiement du programme IRIS s est poursuivie avec intensité en début d année L ensemble du personnel a pu être formé et préparé pour vivre sereinement le changement majeur auquel il allait être confronté. Avec une certaine impatience, l APREMADOL a attendu le 2 mars 2014, date de l implémentation du nouveau logiciel informatique. Les sentiments des uns et des autres étaient divers, partagés entre angoisse, inquiétude, curiosité et enthousiasme face aux nouveautés à venir. Que retenir des premiers jours qui ont suivis le basculement : une magnifique dynamique, une envie de réussir et, au final, une excellente préparation qui a permis à chacun de vivre cette expérience avec sérénité. Les équipes ont pu s appuyer sur les orientations prises par l APREMADOL, et elles ont pu faire confiance à l équipe d encadrement pour son soutien et à l équipe de projet pour sa disponibilité. Très vite, l APREMADOL a été confrontée à des problèmes liés à un manque de cadres pouvant assurer le rôle de Responsable opérationnel (RESOP). Le Comité de l APREMADOL a ainsi donné un signe fort en permettant l engagement de 4 Gestionnaires de prestations (travaillant à mi-temps) pour permettre aux CMS de l APREMADOL d appliquer les processus harmonisés en assurant une couverture horaire suffisante. Des ressources supplémentaires en personnel de terrain ont également été attribuées selon les demandes des CMS pour leur permettre d assurer une réponse rapide et adéquate aux demandes des clients. Le troisième événement a été marqué par les diverses manifestations organisées à l occasion des 20 ans de l APREMADOL. Un comité d organisation a œuvré pendant près d un an pour mettre sur pied 5 events destinés tant à la population de l Ouest lausannois qu à l ensemble des collaborateurs, ponctué par une soirée de Gala, qui nous a permis de nous retrouver ensemble sous le chapiteau du cirque HELVETIA restera ainsi dans les mémoires de chacun comme une année ponctuée par une volonté croissante d harmonisation des pratiques dans nos CMS, par la découverte et l appropriation progressive d un nouveau logiciel. Nous avons fait un grand pas en modernisant nos outils, en professionnalisant notre activé pour assurer plus de réactivité, une accessibilité aux informations en mobilité et une meilleure traçabilité afin d améliorer l efficience, tant organisationnelle que clinique, au bénéfice de nos clients. Merci à chacun pour tout le travail qui a pu été mené grâce à votre implication et à votre investissement, ce qui permettra à l APREMADOL de relever les nouveaux défis à venir avec le même engagement. Tiziana Brutto Koller, Directrice de l APREMADOL 5

6 RESSOURCES HUMAINES Bilan L année 2014 aura été marquée par le basculement de l APREMADOL dans le projet IRIS. Un effort exceptionnel, déjà commencé en 2013, a été fourni par l ensemble des collaborateurs pour œuvrer à la mise en place du projet IRIS et contribuer ainsi d un pas de géant à la modernisation de la gestion des prestations des soins à domicile. Tous les collaborateurs et leurs hiérarchies respectives se sont mobilisés avec entrain et courage pour faire du basculement un succès. Pour tous, l effort a été considérable, mais pour certains, encore plus que d autres car il a nécessité une adaptation à de nouveaux outils, comme par exemple une utilisation systématique de tablettes, ainsi qu une adaptation au nouveau logiciel informatique. Le changement dans la façon de travailler a été profond et drastique. Pour y arriver, des plannings ont été établis pour permettre à chacun de bénéficier des temps de formations nécessaires. Les premiers collaborateurs à être formés ont été les cadres, afin d accompagner au mieux ces changements majeurs. Une «journée pratique» a été organisée dans chaque CMS, durant laquelle les collaborateurs ont pu s exercer concrètement à la nouvelle pratique. Le basculement du 2 mars s est révélé un succès total grâce à l investissement majeur de chacun. En parallèle, d autres formations, dont les formations FAP (formation accompagnement psychogériatrie), destinées aux auxiliaires de ménages et ASSC ont été maintenues. Une nouvelle formation, en lien avec la Santé au travail, «Comment gérer son stress» a été mise sur pied pour permettre à chacun d identifier les éventuelles sources de stress ou d inconfort et obtenir ainsi des outils pour agir. 45 personnes ont suivi le premier module. Durant l année 2014, 55 nouveaux collaborateurs ont rejoint l APREMADOL et 56 ont quitté l Association, ce qui représente un taux de rotation de 20.97%. Globalement, le nombre d emplois temps plein (EPT) a légèrement augmenté avec 160 EPT mais l effectif est resté stable avec 266 collaborateurs. En ce qui concerne le taux d absentéisme, il s est stabilisé à 11.1%. Florence Séchaud, responsable RH 6

7 Rapport d activité 2014 ACTIVITES TRANSVERSES Soins infirmiers Le 2 mars 2014, l APREMADOL a «basculé» dans le nouvel environnement de travail «Medical Link» (ML); le point culminant de très grands efforts préparatoires dans le projet IRIS. Pour les soins infirmiers, cette étape a marqué le début des travaux pour réaliser le potentiel du nouveau dossier au service du client et des collaborateurs. Dans ce but et pour faire suite à un travail débuté en 2013, les équipes ont revisité les trois fonctions universelles du dossier client : professionnelle, juridique et économique. S agissant de la fonction professionnelle, le principe de cohérence dans la documentation des soins a été revu et les résultats sont réjouissants : en peu de temps et malgré quelques difficultés rencontrées, nous constatons déjà des dossiers clients tenus de manière exemplaire. Les CMS travaillant en interdisciplinarité, les enjeux liés à la documentation sont très importants; ces efforts locaux sont alignés aux travaux menés au niveau cantonal par l AVASAD. Si 2013 a vu l introduction des évaluateurs RAI-HC dans les équipes, un travail de consolidation a été mené par un complément de formation fourni par la HES Fribourg sur le jugement clinique (et sa documentation). Cette formation a rencontré une grande satisfaction de la part des évaluateurs. L intégration de la méthode RAI-HC en interdisciplinarité représente un changement de pratique majeur; les travaux sur plusieurs plans sont encore en cours dans le but d atteindre les résultats souhaités au niveau de l état de santé de la clientèle. Le programme Santé Mentale est désormais intégré au CMS de Renens Nord-Crissier; dans le cadre de sa pérennisation, les séances d analyse de situations ont révélé des résultats positifs pour les clients et pour les équipes. Suite à un audit sur la gestion des médicaments mené en 2013, les changements de pratique ont été introduits en Ces changements visent à améliorer la sécurité de la gestion des médicaments, tant pour les clients que pour les collaborateurs. Les résultats ont été favorablement accueillis par les équipes et leurs responsables a été une année différente des autres en termes de changement et de charge de travail; les équipes ont fait une belle preuve de patience et de persévérance dans la poursuite des prestations de qualité et de sécurité. Gillian Harkness, consultante en soins infirmiers et infirmière ressource RAI 7

8 CLIENTS Clients 2014 Evolution de la clientèle par classe d âge Evolution de la clientèle par classe d'âge à 39 ans : 119 (5.7%) 40 à 59 ans : 359 (17.8%) 60 à 79 ans : 739 (40.7%) 80 à 99 ans : 834 (35.5%) 100 ans et plus : 4 (0.3%) à 19 ans 20 à 39 ans 40 à 59 ans 60 à 79 ans 80 à 99 ans 100 ans et plus Les personnes de 60 ans et plus constituent l essentiel de notre clientèle (76.5%). Evolution du nombre de clients 2'100 2'050 2'000 1'950 1'900 1'850 1'800 1' Le nombre de clients en 2014 a augmenté pour revenir au niveau de 2012, soit 2'054 clients. Pyramide des âges et nombre de clients 119 ans 109 ans 99 ans 89 ans 79 ans 69 ans 59 ans 49 ans 39 ans 29 ans 19 ans 9 ans Pyramide des âges clients 2014 Sexe : Masculin Sexe : Féminin Pyramide des âges et nombre de clients Sur les clients, 34.1% de la clientèle est masculine et 65.9% féminine. Cette répartition reste identique à Nous notons un rajeunissement de notre clientèle avec une augmentation de la tranche d âge des ans, compensée par la baisse des clients de 80 à 99 ans

9 Rapport d activité 2014 Heures facturées par prestation Les heures facturées comprennent : Soins de base 53'732 h. Soins infirmiers, évaluations, conseils 24'519 h. Aide au ménage, famille, veilles 25'835 h. Ergothérapie 2 156h. Lessive 10'134 h % des prestations facturées sont réalisées par du personnel de soins et d aide au ménage (PERSAM), au bénéfice d une formation de base. Evolution des heures relevées par prestation L augmentation des prestations est très marquée dans l évaluation, due à l implémentation de la méthode d évaluation RAI (+48.5%). L augmentation des heures relevées est aussi présente dans les soins infirmiers (+11%) et l aide au ménage Répartition des heures facturées en 2014R Ergothérapie 1.85% Soins infirmiers 16.12% Lessives 8.71% APREMADOL - Prestations de soins facturées AF Evaluations/rééval. 4.47% PRESTATIONS Le personnel de soins et d aide au ménage (PERSAM) est une équipe de 76 personnes directement au service des clients. En 2014, le projet essentiel de l APREMADOL a été le déploiement IRIS qui constitue un changement majeur tant au niveau des rôles que des responsabilités de chaque collaborateur des CMS. Il a fallu que chacun s approprie les nouveaux processus de travail et utilise les nouveaux outils informatiques. L introduction du nouveau logiciel Medlink permet l accès direct et constant aux informations des clients, ainsi qu aux prestations à fournir. Ainsi, l ensemble des données est accessible à tous(tes) les intervenant(e)s concerné(e)s et réduit drastiquement l utilisation du papier, tout en augmentant le volume d informations. Cette migration nous a permis de porter une réflexion tendant à une uniformisation tant des termes que des méthodes de travail. Il en résulte une cohérence et une facilité d accès à l information, permettant une flexibilité du personnel disponible dans les différents CMS. Dès la migration du 2 mars 2014, le personnel PERSAM s est particulièrement engagé à pratiquer et à s adapter au nouveau système informatique ainsi qu aux nouvelles structures organisationnelles. Les cadres et responsables du projet de l APREMADOL ont été agréablement surpris par la rapidité avec laquelle le personnel PERSAM s est approprié l outil et le dispositif de soutien mis en place pour ce changement a pu rapidement être levé. Christiane Repond, responsable de centre Aide au ménage/famille 22.18% Soins de base 46.17% Veilles, maux, repas, biotél. 0.02% Conseil, orientation 0.48% Personnel de soins et d aide au ménage PERSAM Evolution des heures relevées par prestation 2012 à '000 50'000 40'000 30'000 20'000 10' (+4.9%). 0 Soins inf. éval. Conseils Soins de base Aide au ménage/famille/veilles Lessives Autres prestations 9

10 Personnel de soins infirmiers Equipe d appoint Depuis le début de l année, l Equipe d Appoint a démontré tant au niveau de sa réactivité que dans sa qualité de réponse, une nouvelle facette de son identité. Face aux nombreuses attentes des CMS, l équipe s est considérablement renforcée avec six nouveaux collaborateurs, dont deux évaluateurs RAI (1,8 EPT) et un infirmier assistant (1 EPT), arrivés entre mars et novembre De plus, la formalisation de contrats mensuels a permis de fidéliser et de reconnaître le personnel déjà présent au sein de l équipe, d augmenter le potentiel d attractivité en termes de recrutement et d apporter un soutien fort pour les clients des CMS de notre Association. De la gestion de la planification, pour remplacer le personnel des CMS, jusqu aux prestations effectuées auprès du client, l Equipe d Appoint a su démontrer une réelle volonté de s inscrire dans la continuité des soins, gage de qualité toujours centrée sur le client. Des colloques mensuels ont soutenus cette quête d efficience. Un autre changement de taille a été et reste l intégration du projet IRIS. Si l étroite collaboration entre les CMS et l Equipe d Appoint permet de mieux percevoir les attentes et les besoins de chacun, le projet IRIS a, quant à lui, imposé ses exigences en termes de nouveau paradigme. Pour l équipe du week-end et des extensions d horaires, l envoi des plannings via une boîte mail générique commune (une boite mail qui réceptionne tous les plannings infirmiers et auxiliaires de l APREMADOL) sous un seul et même format pour les 4 CMS a permis de mieux gérer les demandes et d en faciliter la lecture. Cette planification, via un mail générique, a été un changement important en termes d organisation pour l équipe, qui a demandé une vigilance particulière et une rigueur dans le respect des procédures afin que l information avec les CMS soit toujours optimale. Pour ce qui est des remplacements de longue durée dans les CMS, notamment en cas d absence d un collaborateur, une planification soucieuse de favoriser la continuité des soins et la qualité de ces derniers a pu être assurée par l équipe administrative. Ainsi, ces remplacements ont pu permettre à nos clients de bénéficier d une nouvelle personne de référence. Le nouveau logiciel Medlink a, en outre, permis d atteindre une uniformisation de la tenue du dossier client, ce qui est un atout important pour l Equipe d Appoint qui intervient dans les 4 CMS de l APREMADOL. De par son statut d équipe transverse, qui lui offre un point de vue majeur sur la collaboration inter-cms, l Equipe d Appoint a su contribuer à l amélioration de la qualité de la tenue du dossier client. Son implication démontre qu elle est convaincue que cette nouvelle manière de procéder assure une meilleure qualité des informations. Pour l avenir, l Equipe d Appoint est invitée à prendre clairement son nouveau statut avec une identité forte en termes de plus-value à apporter aux CMS (technicité, suivi du dossier client) et un positionnement clair (faire savoir ses propres limites et ses besoins). Pour conclure, l année 2014 a été riche en changements majeurs. L Equipe d Appoint est à présent une équipe à part entière au sein de notre Association puisque elle intervient de manière plus active auprès des CMS et des clients. Elle bénéficie également d une meilleure reconnaissance tant sur le terrain qu au niveau administratif. Pour l année 2015, en tant que responsable d Equipe d Appoint, je ne peux que me réjouir de la co-implication continue de l Equipe d Appoint et des CMS visant à mieux maîtriser et améliorer l organisation interne afin de maximiser le bien-être des clients de l APREMADOL et ceci à chaque étape du processus de soins. Gisèle Pisu Selva, responsable de l équipe d appoint 10

11 Rapport d activité 2014 Santé mentale Le projet de santé mentale qui a débuté en 2011 dans les CMS du canton est à présent pérennisé. Pour rappel, ce projet visait une identification précoce des problématiques liées à la santé mentale. Au CMS de Renens Nord-Crissier cette pérennisation s est traduite par l augmentation de 0.2 EPT réparti sur deux collaborateurs, une infirmière spécialisée en psychogériatrie et un assistant social, tous deux ayant le rôle de personne ressource en santé mentale (PRSM). Dès 2014, ces collaborateurs ont pu alors commencer à développer leur rôle au sein du CMS de Renens Nord-Crissier. Ils ont notamment pu accompagner les différents professionnels de terrain (infirmier, ergothérapeute, assistant social; auxiliaire polyvalente, auxiliaire au ménage, ASSC, infirmière assistante) au domicile des clients pour lesquels une problématique de santé mentale pouvait poser question, ouvrant sur des moments d analyses réflexives quant aux prestations/réseaux en place. Cette activité est actuellement poursuivie. Durant cette même année, des colloques PERSAM dédiés à la santé mentale ont été mis en place, co-animés par les PRSM. Ils permettent le dépistage de situations à risques, la mise à distance, la réflexion quant aux pratiques, ainsi que le soutien aux équipes par la recommandation de pratiques cliniques. Les résultats des échanges de ces colloques sont régulièrement mis en lien avec les colloques cliniques réunissant les référents, afin de permettre une meilleure intervention dans les situations concernées. Par ailleurs, la systématisation des évaluations RAI et le protocole y relatif impliquent des échanges réguliers réunissant le référent de situation, l évaluateur RAI et une PRSM. Ces séances permettent de dépister des situations relevant de la santé mentale et d en faire l analyse dans une optique d amélioration de la qualité de prise en soins. Elles visent aussi à aider les référents de situation dans l identification des soutiens auxquels ils pourraient devoir faire recours. De plus, les PRSM de notre CMS participent au groupe de travail autour du plan de crise conjoint, en collaboration avec des intervenants clés au sein du service de psychiatrie générale du CHUV. Cette ouverture du projet santé mentale à des développements interinstitutionnels fait sens dans la prise en compte de la réalité des parcours cliniques des clients, améliorant le travail de réseau et documentant un peu plus la prévention de la rechute. Ainsi, les objectifs du rôle de PRSM ont pu être travaillés: renforcer le recours au médecin de première ligne; prévenir les rechutes; mettre à distance la pratique professionnelle et re-conceptualiser l action. Une meilleure prise en soins des clients résulte de l ensemble de ces éléments. Ce projet va s étendre aux autres CMS de l APREMADOL dans ces deux prochaines années. Yannick Bersier, assistant social, et Marie-Catherine Despeyroux, responsable de centre 11

12 Evolution des heures de la Laverie 12'500 10'000 7'500 6'674 7'228 7'469 8'328 8'545 10'134 5'000 2' La Laverie dessert les CMS de l'apremadol et ceux de l'apromad (zone de Prilly). Elle occupe 6 personnes pour 3.7 équivalent plein temps (EPT). En 2014, les prestations pour les deux associations ont été en nette progression avec une augmentation de +18.6% par rapport aux heures effectuées en 2013, atteignant un total de heures. Le service des Repas dessert, quant à lui, les quatre CMS de l'apremadol et le CMS de Prilly Nord (APROMAD). Durant l'année 2014, le service a comptabilisé un total de repas livrés pour les deux associations mentionnées, soit une légère augmentation de +0.3% par rapport à l exercice Reporté à quelques 313 jours de prestations (livraison : 52 semaines du lundi au samedi inclus), cela représente une moyenne journalière de plus de 221 repas servis. Les repas standards sont préparés par la cuisine de l EMS des Baumettes, à Renens, et les repas régimes sont élaborés par l EMS Bois- Gentil, à Lausanne. Nombre de repas livrés en '000 56'987 56'000 54'000 52'000 51'473 51'819 52'997 52'437 53'640 53'998 50'000 48'000 48'114 46' Christiane Repond, responsable de centre 12

13 Rapport d activité 2014 Le RAI dans la pratique infirmière à l APREMADOL L évaluation RAI-HC est une méthode d évaluation standardisée des besoins, validée internationalement et développée pour les organisations d aide et de soins à domicile suisses. Elle est reconnue par les assureurs maladie. L AVASAD a introduit cette méthode d évaluation des soins depuis Dès le 1er avril 2013, l APREMADOL a intégré dans ses équipes des infirmier(ère)s œuvrant à la fois comme évaluateur(trice)s RAI et comme intervenant(e)s terrain. Cette méthode d évaluation de la personne, de son environnement et de ses besoins en aide et en soins, permet la formalisation du projet d intervention en spécifiant les motifs de l aide et de soins. Elle permet de poser des objectifs (en accord avec le client) et les décliner sous la forme de résultats. Cette démarche systématique et multidimensionnelle prend tout son sens chez la personne âgée fragile chez qui le modèle médical traditionnel centré sur la ou les maladies est insuffisant. Elle permet d ouvrir le dialogue sur des symptômes souvent banalisés considérés comme normaux pour l âge (incontinence, douleurs, perte de mémoire, malnutrition, chute, isolement social, etc.) et de promouvoir des attitudes de prévention (activité physique, nutrition, hydratation). Ce recueil d informations est transmis lors d une rencontre au domicile de la personne et en présence de son entourage, et est complété par l observation de la personne et de son environnement. Depuis l introduction de cette méthode à l APREMADOL, les évaluateur(trice)s RAI-HC adressent systématiquement au médecin traitant une synthèse des résultats de l analyse effectuée à l issue de leur recueil de données. L objectif est de permettre au médecin traitant de vérifier que les soins prévus sont en adéquation avec les besoins de son patient. Il arrive également que les informations transmises contribuent à mettre en lumière une problématique de santé ignorée ou passée sous silence par le patient. Elle fournit également au médecin des indications utiles pour étoffer une prise en charge pluridisciplinaire, ce qui améliore la coordination des soins et intensifie notre collaboration. Mary-Claude Thierstein, responsable de centre 13

14 Service Secutel-Centre La prestation de biotélévigilence, assurée par la mise à disposition d appareils Secutel, connaît un léger ralentissement depuis le début de l année, ramenant le nombre de bénéficiaires à 1'841 (1'873 en 2013). Cette diminution de la demande est notamment liée aux immeubles et appartements qui sont désormais connectés aux nouvelles technologies. Pour rappel, afin de garantir une efficience maximale, l appareil Secutel doit être relié à une ligne analogique. Bien que le nombre de raccordements ait légèrement baissé, le relevé d activités montre un total de 14'181 appels à l aide, soit 831 de plus qu en Ces chiffres représentent près de 39 appels à l aide par jour, dont le 8% (3 appels/jour en moyenne) est lié à des chutes. Secutel-Centre a également vécu des changements majeurs en 2014 en lien avec son organisation. En effet, depuis le 1 er février 2014, la facturation des prestations de biotéléviligence est assurée par le Service Secutel-Centre pour l ensemble des clients des trois associations du Grand Lausanne (APROMAD - Fondation Soins Lausanne - APREMADOL). Cette première étape a permis d aborder une réflexion quant à l organisation future de la prestation en tant que telle, ainsi que de notre entité Secutel- Centre, en lien avec l AVASAD. De nombreuses habitations sont aujourd hui équipées de lignes digitales (fibre optique, câble) et nécessitent des appareils de technologie différente que ceux fournis par Secutel-Centre. Consciente que ces lignes se multiplient et qu à terme cette technologie remplacera les anciennes lignes analogiques, l AVASAD travaille en collaboration étroite avec notre service technique à la recherche de solutions qui puissent répondre de manière satisfaisante aux besoins des clients. Statistique des alarmes 2014 Transmission d'une Installation de information l'appareil 7% 4% Cause indéterminée 5% Malaise, Problème de santé 3% Dépannage et contrôle par l'installateur 6% Chute 8% Contrôle effectué par CMS, client 11% Demande de service 3% Inadvertance 49% Divers, à préciser 4% Tiziana Brutto Koller, responsable ad intérim 14

15 Rapport d activité 2014 Repas et conseil en diététique La consultation diététique a repris en 2014 suite à une vacance du poste. Par rapport à 2013, les mois d activités montrent un taux de consultation stable. Les nouvelles demandes sont régulières. Les demandes d évaluation pour les frais de régimes, qui sont un mandat de la caisse cantonale de compensation AVS (CCAVS) sont le premier motif de consultation diététique, suivi par les situations de dénutrition. Viennent ensuite, à égalité, les demandes pour obésité et pour troubles digestifs. Un nouveau chef cuisinier a été engagé en 2014 à l EMS des Baumettes, ce qui a engendré un report des évaluations/dégustations de repas livrés à domicile. Dénutrition 33% Motifs de consultations Obésité 11% Troubles digestifs 11% Diabète 0% Autres 45% Joëlle Fivaz Naguy, diététicienne Espace Prévention de Lausanne et environs Petite Enfance Le service des infirmières petite enfance (IPE), prestation du «Programme cantonal de promotion de la santé et de prévention primaire enfants (0-4 ans) parents», propose à toutes les familles avec des enfants de 0 à 4 ans des prestations gratuites de soutien à la parentalité. L équipe des infirmières petite enfance travaille sur le secteur du Grand Lausanne et effectue des visites à domicile, anime des lieux de consultation/rencontres parents-enfants et tient une permanence téléphonique. En 2014, la consultation de Renens qui se déroulait dans les locaux de l Eglise catholique a déménagé au CMS de Renens Nord. Les horaires des consultations désormais hebdomadaires ont été élargis. Les parents peuvent venir librement au CMS de Renens Nord tous les vendredis après-midi de 13h30 à 16h00. Deux infirmières et une assistante de consultation sont présentes pour répondre aux besoins des parents. Suite à des travaux dans le collège du Tombay à Bussigny, la commune a très généreusement mis à disposition des infirmières petite enfance une salle dans le café du Raisin. Par ailleurs, au centre EVAM de Crissier, l'accompagnement des familles requérantes d'asile en attente d'une décision se poursuit. Les collaborations interdisciplinaires contribuent à soutenir ces parents en situation de grande précarité. CMS Nombre de naissances Nombre de visites à domicile Bussigny Ecublens Renens Total 700 1'180 % de familles vues 75% Mireille Voumard, infirmière petite enfance responsable Christine Mueller, responsable de l Espace Prévention Lausanne 15

16 FINANCES Bilan 2014 et 2013 ACTIF en CHF en CHF Actifs mobilisés 3'434'315 3'152'703 Caisse 6'526 3'913 Chèques postaux 1'872' '155 Banques 159'950 Comptes-courants de liaison 729'443 Débiteurs autres 9' '786 Débiteurs patients 494' '694 Débiteurs caisses maladies 957'541 1'023'862 Provision pour perte sur débiteurs -38'331-22'721 Actifs transitoires 132' '620 Stock Moyens auxiliaires (vente) Stock matériel infirmier Stock informatique Actifs immobilisés 216' '862 Garantie loyer 450 Titres Projets en cours Mobilier 47'273 47'273 Amortissement cumulé mobilier -40'080-29'282 Matériel informatique Amortissement cumulé matériel informatique Matériel moyens auxiliaires (location) Amortissement cumulé matériel moyens auxiliaires Matériel Sécutel (location) 1'019' '722 Amortissement cumulé matériel Sécutel -839' '252 Véhicules 35'400 80'600 Amortissement cumulé véhicules -7'080-45'200 Immeuble Amortissement cumulé immeuble TOTAL de l'actif 3'650'600 3'485'565 Note: L'affichage est arrondi au franc ainsi la somme des rubriques peut différer d'un ou deux francs par rapport au total affiché 16

17 Rapport d activité 2014 PASSIF Fonds étrangers Dettes exigibles Comptes-courants de liaison Créanciers Passifs transitoires en CHF 1'974' en CHF 1'618' ' ' ' ' '377 Provisions Provisions salaires Provisions autres charges Autres provisions d'exploitation 160' '423 Fonds propres Fonds affectés généraux Fonds affectés spécifiques Fonds affectés LORO Fonds en attente d'affectation 1'676'588 1'867' ' '155 1'091'594 1'231' ' '209 44'949 50'777 Capital Réserves libres Réserves d'exploitation Résultat reporté Résultat de l'exercice en cours 11'151 29'050 29'050 3'632 11'151 TOTAL du PASSIF 3'650'600 3'485'565 Note: L'affichage est arrondi au franc ainsi la somme des rubriques peut différer d'un ou deux francs par rapport au total affiché Sources de financement ASD 2014 Recettes prestations assurances 28% Recettes prestations clients 10% Autres recettes 6% Subventions publiques reçues de l'avasad 56% 17

18 Compte de résultat détaillé en CHF Réalisé 2014 Réalisé 2013 Salaires soins, encadrement social et économie domestique 7'348'765 7'207'123 Salaires autres domaines sécialisés 1'367'668 1'342'198 Salaires direction et administration 2'971'662 2'815'958 Charges sociales 2'705'064 2'357'113 Salaires et charges sociales 14'393'159 13'722'392 Prestations fournies par des tiers 895'188 1'011'039 Charges annexes de personnel 121' '243 Prestations fournies par des tiers et charges de personnel 1'017'015 1'164'282 Matériel médical 263' '431 Charges service de repas 604' '572 Charges de véhicules et de transports 410' '993 Entretien et réparation 0 0 Charges pour l'utilisation d'équipements 52'983 57'842 Loyer et charges locaux 683' '515 Charges d'administration, d'informatique et de publicité 166' '672 Primes d'assurances, taxes et charges financières 59'889 42'105 Subventions versées à tiers 8'009 11'575 Autres charges 2'249'208 2'241'704 Total des charges d'exploitation 17'659'382 17'128'378 Recettes prestations assurances -4'792'454-4'540'952 Recettes prestations clients -1'810'460-1'760'314 Autres recettes -1'049'135-1'320'388 Revenus -7'652'049-7'621'654 Résultat d'exploitation avant subvention 10'007'333 9'506'725 Subventions pour pilotage 0 Subventions pour scolaire 0 Subventions pour A/F 0 Subventions publiques reçues de l'avasad -9'693'246-9'233'723 Subventions payées à l'organisation -9'693'246-9'233'723 Subventions de tiers -2'400-7'020 Subventions communales 0 0 Subventions cantonales 0 0 Subventions reçues -2'400-7'020 Résultat d'exploitation après subvention 311' '981 Attributions aux fonds et charges exceptionnelles N et N-1 66'443 15'751 Prélèvements sur fonds et produits exceptionnels N et N-1-343' '839 Utilisation fonds et autres mvnts. exceptionnels N et N-1-277' '088 Résultat de l'exercice avant participation AVASAD 34'616-79'107 Participation selon calcul de l'avasad aux résultats des A/F -38'248 67'957 Résultat économique -3'632-11'151 Charges hors exploitation et exceptionnelles N-2 7' '380 Produits hors exploitation et exceptionnelles N-2-7' '380 Résultats hors expl. et except. N Résultat de l'exercice -3'632-11'151 Note: L'affichage est arrondi au franc ainsi la somme des rubriques peut différer d'un ou deux francs par rapport au total affiché Ana Galiotto, responsable du service des finances 18

19 Rapport d activité 2014 CARTE DE VISITE L APREMADOL, Association pour la prévention et le maintien à domicile dans l Ouest lausannois, couvre les territoires des Communes de Bussigny-près-Lausanne, Chavannes-près-Renens, Crissier, Ecublens, Renens, St-Sulpice et Villars-Sainte-Croix. Elle gère les CMS (Centres Médico-sociaux) de Bussigny, d Ecublens, de Renens Sud et de Renens Nord- Crissier. APREMADOL Av. du 14 Avril Renens T. Brutto Koller, directrice tél fax CMS de Bussigny Rue St-Germain Bussigny C. Repond, responsable tél fax CMS d Ecublens Route du Bois 29 A 1024 Ecublens M.-C. Thierstein, responsable tél fax CMS de Renens Nord-Crissier Av. de la Poste Renens M.-C. Despeyroux, responsable CMS de Renens Sud Av. de la Poste Renens C. Repond, responsable ad intérim tél fax tél fax Equipe d appoint Av. de la Poste Renens G. Pisù Selva, responsable tél fax Service Secutel-Centre Av. de la Poste Renens T. Brutto Koller, responsable ad intérim tél fax

20 APREMADOL Association pour la Prévention et le Maintien à Domicile dans l Ouest lausannois Avenue du 14 Avril Renens Tél , Fax

LES TARIFS. Valable dès 2012. www.avasad.ch

LES TARIFS. Valable dès 2012. www.avasad.ch LES TARIFS Valable dès 2012 www.avasad.ch E QU IL FAUT AVOIR COMMENT SONT FINANCÉES LES PRESTATIONS? Certaines prestations d Aide et soins à domicile sont remboursées par les assurances-maladie et/ou financées

Plus en détail

Guide du portage de repas à domicile. CCAS Ville d Amiens

Guide du portage de repas à domicile. CCAS Ville d Amiens Guide du portage de repas à domicile CCAS Ville d Amiens Avril 2009 Avant - Propos Le CCAS de la Ville d Amiens a entamé une collaboration depuis le mois de septembre 2008 avec la société Sodexo qui a

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

SERVICE DE DEFENSE INCENDIE ET DE SECOURS

SERVICE DE DEFENSE INCENDIE ET DE SECOURS SERVICE DE DEFENSE INCENDIE ET DE SECOURS «SDIS SORGE» COMPTES 2013 COMMUNES DE BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE CRISSIER VILLARS-STE-CROIX Comptes 2013 Charges Revenus Budget 2013 Comptes 2012 Service de défense

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

Plan comptable 1 et 2 Comptes de Bilan. 3 à 7 Comptes d Exploitation

Plan comptable 1 et 2 Comptes de Bilan. 3 à 7 Comptes d Exploitation Cours 4 (STS, J.-M. Schwab) Plan comptable 1 et 2 Comptes de Bilan 1 Actifs 10 Actifs mobilisés 11 Actifs immobilisés 15 Comptes de régulation de l actif (Actifs transitoires) 2 Passifs 20 Capital étranger

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Service de Formation à la Vie Autonome

Service de Formation à la Vie Autonome Service de Formation à la Vie Autonome Une formation qui s adresse à des jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle, qui souhaitent apprendre à vivre de manière plus autonome au quotidien Pro infirmis

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

NOTE D INFORMATION L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES

NOTE D INFORMATION L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES M AT E RNE L L E S Note d information réalisée par le rectorat de l académie de Montpellier, le centre national de la fonction publique territoriale, le centre

Plus en détail

Nouveau mandat de prestations délivré aux centres médico-sociaux régionaux du canton du Valais

Nouveau mandat de prestations délivré aux centres médico-sociaux régionaux du canton du Valais Nouveau mandat de prestations délivré aux centres médico-sociaux régionaux du canton du Valais Département de la santé, des affaires sociales et de l énergie Juillet 2007 Table de matière 1. BASES LEGALES...

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Fondation de La Côte pour l aide et les soins à domicile et la prévention. Centre médico-social de Terre-Sainte

Fondation de La Côte pour l aide et les soins à domicile et la prévention. Centre médico-social de Terre-Sainte pour l aide et les soins à domicile et la prévention Centre médico-social de Terre-Sainte Mardi 25 septembre 2012 Séminaire de l AAFI-AFICS «Bien vieillir chez soi» 1 Mission Aider les personnes dépendantes

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LE CMS ET VOUS. www.avasad.ch

LE CMS ET VOUS. www.avasad.ch LE CMS ET VOUS www.avasad.ch EN CAS DE BESOIN, PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN TRAITANT! SOMMAIRE L AIDE ET SOINS À DOMICILE 2 C est... LES PRESTATIONS 4 Pour vous UN PARTENARIAT 8 Avec vous RESPONSABILITÉS

Plus en détail

No au 31.12.2006 au 31.12.2007 comptes Fr. Fr.

No au 31.12.2006 au 31.12.2007 comptes Fr. Fr. BILAN No au 31.12.2006 au 31.12.2007 comptes Fr. Fr. ACTIFS 1000 CAISSE 3'487.60 2'853.70 1010 POSTE 294'296.85 181'215.14 1030 DEBITEURS ELEVES 225'476.45 205'286.53 1031 AUTRES DEBITEURS 50'760.95 56'632.75

Plus en détail

INDICATIONS GÉNÉRALES

INDICATIONS GÉNÉRALES Directives du compte de résultat des cours interentreprises (CIE) (par profession et par organisateur) INDICATIONS GÉNÉRALES Les présentes directives définissent les normes pour remplir le compte de résultat

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Statuts. Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch

Statuts. Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch Statuts Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch Statuts de l Association suisse des écoles à horaire continu I. Généralités Art. 1 Désignation, siège

Plus en détail

PLAN D'ACTION 2009-2010

PLAN D'ACTION 2009-2010 PLAN D'ACTION 2009-2010 Adopté par le conseil d administration, le 21 septembre 2009 - 2 - INTRODUCTION En 2009-2010, une des actions à mener en priorité sera de poursuivre la sollicitation des entreprises

Plus en détail

STATUTS TITRE I RAISON SOCIALE - SIEGE - BUT

STATUTS TITRE I RAISON SOCIALE - SIEGE - BUT STATUTS TITRE I RAISON SOCIALE - SIEGE - BUT Article 1er Sous la raison sociale Coopérative romande de cautionnement PME (ci-après : la CRC PME) est créée une société coopérative conformément au titre

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017 et d'atteinte des cibles d'impact des 1. Formaliser l'offre de services pour l'ensemble des programmes-services et des programmes de soutien. Définir et promouvoir l'offre de services en Dépendances (2013-12-

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

Zurich-Opfikon, janvier 2011. Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

Zurich-Opfikon, janvier 2011. Chères collaboratrices, chers collaborateurs, 2 Zurich-Opfikon, janvier 2011 Chères collaboratrices, chers collaborateurs, Avec votre retraite, c est une nouvelle tranche de vie qui commence. Vous avez maintenant l occasion de réaliser certains de

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation 1 JEF Programme pour les Jeunes en Formation 2, un programme du BCAS, fondation privée reconnue d utilité publique, qui agit : Pour les enfants et les jeunes : SOS-Enfants Genève Le Biceps Pour les adultes

Plus en détail

CONSEIL INTERCOMMUNAL «SÉCURITÉ DANS L'OUEST LAUSANNOIS»

CONSEIL INTERCOMMUNAL «SÉCURITÉ DANS L'OUEST LAUSANNOIS» CONSEIL INTERCOMMUNAL «SÉCURITÉ DANS L'OUEST LAUSANNOIS» Bussigny Chavannes-près-Renens Crissier Ecublens Prilly Renens Saint-Sulpice Villars-Sainte-Croix PROCES-VERBAL N 21 Séance du Conseil intercommunal

Plus en détail

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Votre fidélité est récompensée. Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Table des matières Crédits de cotisations

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés Service des assurances sociales et de l'hébergement Section sociale Bâtiment administratif de la Pontaise Av. des Casernes 2 1014 Lausanne Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations

Plus en détail

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les

Plus en détail

Association. Dossier de demande de subvention

Association. Dossier de demande de subvention Association 2015 Dossier de demande de subvention Cadre réservé à l'administration THÉMATIQUE : Direction de la Vie Associative et des Quartiers Service Vie Associative / mjm_2014 ÉLU RÉFÉRENT : Dossier

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES CIVEMS Bâtiment administratif de la Pontaise Avenue des Casernes 2 1014 Lausanne EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES Document officiel Par CFE Doc n 0050 T + 41 21 316 52 68 F + 41

Plus en détail

CMS NORD VAUDOIS ASPMAD RAPPORT D ACTIVITÉ 2014. ans I R E U N E I D A S O L R É G I O N

CMS NORD VAUDOIS ASPMAD RAPPORT D ACTIVITÉ 2014. ans I R E U N E I D A S O L R É G I O N CMS NORD VAUDOIS ASPMAD CMS NORD VAUDOIS U N E 25 ans R É G I O N I D A S O L I R E ÉDITORIAL ÉCOUTER, PARTAGER, INTERVENIR Indispensables au bien-être de la population de la région, les activités de l

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Fonds pour le recrutement de personnel infirmier et le maintien des effectifs

Fonds pour le recrutement de personnel infirmier et le maintien des effectifs Fonds pour le recrutement de personnel infirmier et le maintien des effectifs Catégorie/N o de politique Politique du Fonds n o 1 TITRE DE LA POLITIQUE REMBOURSEMENT DES COÛTS DE RÉINSTALLATION Approuvée

Plus en détail

CEL 2012/2013 - DOSSIER D INSCRIPTION

CEL 2012/2013 - DOSSIER D INSCRIPTION CEL 2012/2013 - DOSSIER D INSCRIPTION Périodes des activités Période 1 : du 1 er octobre 2012 au 21 décembre 2012 Période 2 : du 7 janvier 2013 au 29 mars 2013 Période 3 : du 2 avril 2013 au 14 juin 2013

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012 PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012 Lieu : à 19 h. 30 en sa salle Présidence : M. René Ansermet Le Président, M. René Ansermet, remercie les conseillères et conseillers

Plus en détail

Méthodologie de mesure d impact de la co-création

Méthodologie de mesure d impact de la co-création Méthodologie de mesure d impact de la co-création Avec le soutien en mécénat de compétences d Accenture Document de synthèse de l étude (version abrégée) Accenture Accenture est une entreprise internationale

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases L Assurance-Invalidité (LAI) ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases 1. Quelques principes importants de l AI 2. La 5 ème révision de l AI (01.01.2008) service social 1 service social 2 L Assurance-Invalidité

Plus en détail

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005 Université de Lausanne / Faculté de Biologie et Médecine Lausanne Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

B.A.-BA de la garde d enfants

B.A.-BA de la garde d enfants B.A.-BA de la garde d enfants pour la Suisse romande Vue d ensemble des variantes de garde les plus fréquentes pour les petits enfants - Crèche - Accueil familial de jour - Nounou - Babysitter, Au Pair

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

ACSI. Association Centre de santé Infirmier. 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17. cdspen29@wanadoo.

ACSI. Association Centre de santé Infirmier. 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17. cdspen29@wanadoo. ACSI Association Centre de santé Infirmier Penmarc h Plomeur Le Guilvinec Tréffiagat-Léchiagat 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17 cdspen29@wanadoo.fr SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

COMMUNE DE BIENVILLERS AU BOIS. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du jeudi 22 janvier 2015

COMMUNE DE BIENVILLERS AU BOIS. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du jeudi 22 janvier 2015 DEPARTEMENT DU PAS DE CALAIS ARRONDISSEMENT D ARRAS CANTON DE PAS EN ARTOIS COMMUNE DE BIENVILLERS AU BOIS COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du jeudi 22 janvier 2015 L an deux mille cinq,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1 Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures page 1 1. Introduction A qui est destinée cette formation? Proposée en emploi, la formation

Plus en détail

Dispositions réglementaires municipales sur l horaire de travail et l aménagement du temps de travail du personnel de l administration communale

Dispositions réglementaires municipales sur l horaire de travail et l aménagement du temps de travail du personnel de l administration communale administration générale et finances service du personnel Dispositions réglementaires municipales sur l horaire de travail et l aménagement du temps de travail du personnel de l administration communale

Plus en détail

Collaboration entre Lausanne et Swisscom pour la construction d un réseau à fibres optiques

Collaboration entre Lausanne et Swisscom pour la construction d un réseau à fibres optiques Collaboration entre Lausanne et Swisscom pour la construction d un réseau à fibres optiques Jean-Yves Pidoux Conseiller municipal Directeur des Services industriels 1 Historique du téléréseau communal

Plus en détail

Cas 1 Les heures supplémentaires, les contreparties

Cas 1 Les heures supplémentaires, les contreparties Cas 0 Testez vos connaissances Les affirmations sont-elles vraies ou fausses? QUESTIONS VRAI FAUX Un compte épargne-temps peut être mis en place sans document écrit Un salarié peut travailler plus de 10

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

Le fonds de roulement (FR)

Le fonds de roulement (FR) Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Oui! des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires

Oui! des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires Oui! à la nouvelle Garantie des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires Oui à une sécurité renforcée pour les revenus et les biens des propriétaires! Oui à

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration.

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration. TROCCA Table Régionale des Organismes Communautaires Chaudière - Appalaches Politique de gestion Voici une liste de points jugés importants pour la gestion de l organisme. La plupart se rapportent à la

Plus en détail

L expérience des appartements communautaires. une solution de l Unité logement du Service social de Lausanne

L expérience des appartements communautaires. une solution de l Unité logement du Service social de Lausanne L expérience des appartements communautaires une solution de l Unité logement du Service social de Lausanne Assises du logement Apollo Montreux 21 novembre 2012 Unité Logement Prestations principales :

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

DÉCEMBRE 2010 357 EXPOSE DES MOTIFS ET PROJET DE DECRET

DÉCEMBRE 2010 357 EXPOSE DES MOTIFS ET PROJET DE DECRET DÉCEMBRE 200 357 EXPOSE DES MOTIFS ET PROJET DE DECRET modifiant le décret du 2 septembre 994 pour la création d'un compte spécial intitulé "Crédit d'inventaire" pour les investissements des Hospices cantonaux

Plus en détail