Réforme du droit d asile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réforme du droit d asile"

Transcription

1 LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE ÉTRANGERS 903 Réforme du droit d asile À propos de la loi n du 29 juillet 2015 POINTS-CLÉS La loi relative au droit d asile a été publiée au Journal offi ciel le 30 juillet 2015, dans un contexte de crise générée par un afflux massif de réfugiés aux frontières de l Europe La réforme en profondeur est envisagée selon deux axes : améliorer la protection des personnes réellement en besoin d une protection internationale et permettre d écarter plus facilement et plus rapidement les demandes d asile infondées Nicole Guimezanes, professeur émérite UPEC, doyen honoraire de la faculté de droit des chantiers du Gouvernement était la réforme du droit applicable L un aux étrangers. Son ambition était de traiter dans un même texte des étrangers et des demandeurs d asile mais cet objectif n ayant pu être atteint, il fut contraint de présenter deux projets de lois en juillet La gestation a été longue puisqu il a fallu une année avant que les deux textes ne soient pour l un promulgué ( L. n , 29 juill relative à la réforme de l asile : JO 30 juill ), et pour l autre adopté en première lecture par l Assemblée nationale ( AN, Projet de loi relatif au droit des étrangers en France n 2183, TA n 578, 23 juill ). Le ministre de l Intérieur constatant que le dispositif français était «inefficace et inégalitaire et créait une incitation au détournement de la procédure d asile à des fins migratoires» a décidé de modifier cet état de chose. Il a ensuite souhaité que soit transposée la directive Qualification qui était prévue pour le 21 décembre 2013 ( PE et Cons. UE, dir. 2011/95/UE, 13 déc. 2011) et les directives Procédures et Accueil du 26 juin 2013 ( PE et Cons. UE, dir. 2013/32/UE et 2013/33/UE ), dont la date de transposition était fixée au 21 juillet La réforme en profondeur souhaitée par le Gouvernement a été envisagée selon deux axes : améliorer la protection des personnes réellement en besoin d une protection internationale ( 1 ) et permettre d écarter plus facilement et plus rapidement les demandes d asile infondées ( 2 ), tout en renforçant l équité et la transparence des procédures ( 3 ). Ce souci de rationalisation et de simplification a conduit le législateur à traiter également des modalités d hébergement du demandeur d asile ( 4 ) ou du statut de l apatride ( 5 ). 1. Améliorer la protection du demandeur d asile Cette amélioration touche à la fois au traitement de la demande et à l appréciation des faits invoqués. A. - La demande d asile Si la loi facilite la demande d asile présentée à la frontière, elle est, en revanche, plus rigoureuse lorsque la demande est faite au cours d une période de rétention. Elle innove en ce qui concerne le transfert du demandeur d asile vers le pays européen responsable de l examen de sa demande. La demande d asile formulée à la frontière. - La décision de refus d entrée sur le territoire ne peut être prise que par le ministre chargé de l Immigration, et dans trois cas : l examen de la demande d asile relève de la compétence d un autre État membre de l UE, la demande d asile est irrecevable, ou elle est manifestement infondée. Dans ces deux derniers cas l Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) doit être consulté et doit tenir compte de la vulnérabilité du demandeur d asile. Son avis lie le ministre sauf si l accès de l étranger au territoire français constitue une menace grave pour l ordre public. Aux termes de la loi, la demande d asile manifestement infondée est une demande qui, «au regard des déclarations faites par l étranger et des documents produits, est manifestement dénuée de pertinence au regard des conditions d octroi de l asile ou manifestement dépourvue de toute crédibilité en ce qui concerne le risque de persécutions ou d atteintes graves» ( C. étrangers, art. L , 3 e créé ; L. n , art. 13, I, 1 ). Il peut être mis fin, en raison de sa minorité, au maintien en zone d attente du demandeur d asile dont la demande n est pas irrecevable ou pas manifestement infondée. Tenant compte de la jurisprudence européenne, la loi dispose que le maintien en zone d attente d un mineur non accompagné n est possible que de manière exceptionnelle. Peut également être dispensée du maintien la victime de torture, de viol ou d une autre forme grave de violence psychologique, physique ou sexuelle, nécessitant des garanties procédurales particulières qui ne sont pas compatibles avec le maintien en zone d attente. L étranger est alors muni d un visa de régularisation de huit jours. Lorsque la demande d asile est présentée par un mineur sans représentant légal sur le territoire français, le procureur de la Page 1498 LA SEMAINE JURIDIQUE - ÉDITION GÉNÉRALE - N AOÛT 2015

2 LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE 903 République doit lui désigner sans délai un administrateur ad hoc qui assiste le mineur et assure sa représentation dans le cadre des procédures relatives à la demande d asile. Dans ce cas l autorité administrative doit procéder à la recherche des membres de sa famille, tout en protégeant l intérêt supérieur du mineur. Cette recherche peut être menée de manière confidentielle si la vie ou l intégrité physique de celui-ci ou de ses parents proches peuvent être menacées. La demande d asile formulée en rétention. - Afin d éviter qu une demande d asile ne soit formulée dans le seul but de faire échec à l exécution d une mesure d éloignement, l administration peut maintenir l intéressé en rétention pendant le temps strictement nécessaire à l examen de sa demande d asile par l OFPRA, mais à condition que cette décision se fonde sur des critères objectifs. En cas de rejet ou d irrecevabilité de la demande d asile, la rétention peut se poursuivre afin d assurer le départ de l étranger. La décision de maintien en rétention doit être écrite, motivée et notifiée à l étranger, son défaut entraîne la fin du maintien. La saisine du juge des libertés par l étranger reste possible. L étranger peut également demander au président du tribunal administratif l annulation de la décision de maintien en rétention dans les 48 heures suivant sa notification. Le juge doit statuer selon la procédure accélérée et dans les 72 heures. Afin de limiter les délais de procédure si le juge est déjà saisi d un recours contre le précédent maintien en rétention, il statue par une seule décision. La mesure d éloignement ne peut être mise à exécution avant la décision de l OFPRA qui doit être prise dans un délai de 96 heures et en tenant compte de la vulnérabilité du demandeur d asile. L étranger peut bénéficier d une assistance juridique et linguistique. Le délégué du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, a, comme les associations humanitaires, un droit d accès au lieu de rétention. Le transfert du demandeur d asile. - Lorsque le refus d entrée résulte de la compétence d un autre État de l UE pour connaître de la demande, la loi prévoit les conditions et les garanties du transfert vers cet État. La décision de transfert (comme la décision de refus d entrée) fait l objet d une décision écrite et motivée prise par l autorité administrative. L étranger bénéficie du droit de se maintenir sur le territoire français jusqu à la fin de la procédure de détermination de l État responsable de l examen de sa demande et, le cas échéant, jusqu à son transfert effectif à destination «Les craintes de persécutions prises en compte peuvent être fondées sur des événements survenus après le départ du demandeur d asile de son pays d origine ou à raison d activités qu il a exercées après son départ du pays.» de cet État. Il peut demander l annulation de cette décision au président du tribunal administratif dans un délai de quinze jours, il doit statuer dans le même délai. Si cette décision est assortie d une mesure de placement en rétention ou d assignation à résidence, le demandeur d asile peut dans un délai de 48 heures suivant leur notification, demander au président du tribunal administratif l annulation de la décision de transfert et de la décision de placement en rétention ou d assignation à résidence. Un tel recours est également possible si le demandeur d asile a fait l objet d une décision de placement en rétention ou d assignation à résidence en cours d instance. Le juge doit alors statuer dans un délai de 72 heures à compter de la notification par l administration au tribunal de la décision de placement en rétention ou d assignation à résidence. La décision de transfert ne peut faire l objet d une exécution d office avant que les délais de recours ne soient expirés. B. - L appréciation de la qualité de réfugié et de la protection subsidiaire La loi n du 29 juillet 2015 réécrit les modalités d examen des demandes d asile afin d en accélérer le traitement. Elle prévoit une instruction unique, sur la reconnaissance de la qualité de réfugié et sur l octroi de la protection subsidiaire. Elle reprend le principe, dégagé par la jurisprudence, que le demandeur d asile a le droit de se maintenir sur le territoire tant qu une décision à son égard n a pas été prise. Attribution de la qualité de réfugié. - La loi harmonise largement les conditions de reconnaissance de la qualité de réfugié et les conditions d application de la protection subsidiaire. La protection subsidiaire est accordée à toute personne qui ne remplit pas les conditions pour se voir reconnaître la qualité de réfugié mais pour laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu elle courrait dans son pays un risque réel de subir une peine de mort ou une exécution, des tortures, ou des traitements inhumains et dégradants ou pour un civil une menace grave et individuelle contre sa vie. La protection peut être étendue à des personnes indépendamment de leur situation personnelle mais en raison d une situation de conflit armé interne ou international. Les critères d appréciation retenus pour conférer la qualité de réfugié ou la protection subsidiaire sont étendus, ainsi «les aspects liés au genre et à l orientation sexuelle sont dûment pris en considération aux fins de la reconnaissance de l appartenance à un certain groupe social ou de l identification d une caractéristique d un tel groupe» ( C. étrangers, art. L mod. ; L. n , art. 3 ). Le Conseil d État a déjà fait application de cette mesure dans une décision du 22 juillet 2015 ( CE, n : JurisData n ). Il doit exister un lien entre l un des motifs de persécution et les actes de persécution ou l absence de protection contre de tels actes. Les craintes de persécutions prises en compte dans les deux cas, peuvent être fon- LA SEMAINE JURIDIQUE - ÉDITION GÉNÉRALE - N AOÛT 2015 Page 1499

3 dées sur des événements survenus après le départ du demandeur d asile de son pays d origine ou à raison d activités qu il a exercées après son départ du pays, notamment s il est établi que les activités invoquées constituent l expression et la prolongation de convictions ou d orientations affichées dans son pays. Refus et retrait de la qualité de refugié et de la protection subsidiaire. - C est l OF- PRA qui décide du retrait de la qualité de réfugié et de la protection subsidiaire mais à condition que le changement dans les circonstances ayant justifié la reconnaissance de ces protections soit suffisamment significatif et durable pour que les craintes du réfugié d être persécuté ne puissent plus être considérées comme fondées. Si la qualité de réfugié ou la protection subsidiaire a été reconnue par la Cour nationale du droit d asile (CNDA) ou le Conseil d État ces juridictions sont également compétentes pour prononcer le retrait de ces qualités. La loi crée un nouveau cas de refus ou de retrait de la qualité de réfugié ou de la protection subsidiaire à l encontre de l instigateur ou du complice d une des infractions visées à l article 1 er de la Convention de Genève. La qualité de réfugié peut être retirée lorsqu il y a des raisons sérieuses de considérer que sa présence en France constitue une menace grave pour la sûreté de l État ou lorsque la personne concernée a été condamnée, en France, soit pour un crime, soit pour un délit constituant un acte de terrorisme ou puni de dix ans d emprisonnement, et que sa présence constitue une menace grave pour la société. Le retrait de la protection subsidiaire intervient lorsque les circonstances ayant justifié l octroi de cette protection ont cessé d exister. Toutefois la protection subsidiaire est maintenue lorsque son bénéficiaire justifie de raisons impérieuses tenant à des atteintes graves antérieures pour refuser de se réclamer de la protection de son pays. La loi estime qu une protection est assurée lorsque les autorités d un État prennent des mesures appropriées pour empêcher les persécutions ou les atteintes graves, en particulier lorsqu elles disposent d un système judiciaire effectif permettant de déceler, de poursuivre et de sanctionner les actes constituant de telles persécutions ou de telles atteintes, et lorsque le demandeur a accès à cette protection. C est aussi le cas si la personne peut, légalement et en toute sécurité, se rendre vers une partie du territoire où elle peut s établir. La personne dont la demande a été rejetée par l OFPRA peut saisir la CNDA qui doit se prononcer dans un délai de cinq mois à compter de sa saisine. 2. Écarter plus facilement les demandes d asile infondées : la procédure accélérée Elle se substitue à la procédure prioritaire à l égard de l étranger en provenance de pays sûrs. Un pays d origine est sûr lorsque, «sur la base de la situation légale, de l application du droit dans le cadre d un régime démocratique et des circonstances politiques générales, il peut être démontré que, d une manière générale et uniformément pour les hommes comme pour les femmes, il n y est jamais recouru à la persécution, ni à la torture, ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants et qu il n y a pas de menace en raison d une violence qui peut s étendre à des personnes sans considération de leur situation personnelle dans des situations de conflit armé international ou interne» ( C. étrangers, art. L mod. ; L. n , art. 9 ). La procédure accélérée est laissée à l initiative de l OFPRA pour un certain nombre d autres situations : présentation de faux documents, déclarations incohérentes, contradictoires fausses ou peu plausibles ou refus de laisser prendre ses empreintes digitales ou maintien irrégulier en France plus de 120 jours sans présenter de demande d asile ou demande d asile en vue de faire échec à une mesure d éloignement, étranger dont la présence en France constitue une menace grave pour l ordre public, la sécurité publique ou la sûreté de l État. Le mineur non accompagné ne peut faire l objet d une procédure accélérée que s il a présenté de faux documents ou menace gravement l ordre public. L Office peut écarter la procédure accélérée lorsque cela lui paraît nécessaire pour assurer un examen approprié de la demande, notamment si le ressortissant d un pays considéré comme sûr invoque des raisons sérieuses de penser que son pays d origine ne peut pas être considéré comme sûr en raison de sa situation personnelle et au regard des motifs de sa demande. Il peut refuser de statuer en procédure accélérée s il considère que le demandeur d asile nécessite des garanties procédurales particulières incompatibles avec cette procédure. L Office peut prendre une décision d irrecevabilité écrite et motivée, sans vérifier si les conditions d octroi de l asile sont réunies, si le demandeur bénéficie d une protection effective au titre de l asile dans un État membre de l Union européenne ou dans un État tiers où il est effectivement réadmissible ou si l examen préliminaire d une demande de réexamen constate que la demande ne répond pas aux conditions prévues. «Le mineur non accompagné ne peut faire l objet d une procédure accélérée que s il a présenté de faux documents ou menace gravement l ordre public.» L Office peut statuer par priorité sur les demandes manifestement fondées et sur les demandes présentées par des personnes vulnérables. La décision de l Office ou le refus de l Office de statuer en procédure accélérée ne peut faire l objet que d un recours devant la CNDA. Le juge unique qui est alors saisi doit statuer dans un délai de cinq semaines. Chaque demandeur majeur est entendu individuellement, hors de la présence des membres de sa famille. Il peut être accompagné d un avocat ou d un représentant d une association de défense.ces deux personnes peuvent formuler des observations à Page 1500 LA SEMAINE JURIDIQUE - ÉDITION GÉNÉRALE - N AOÛT 2015

4 LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE 903 l issue de l entretien. L Office peut demander un examen médical. Lorsque le demandeur n a pas respecté ses obligations procédurales, l Office clôture l examen de la demande par une décision écrite et motivée indiquant les voies et les délais de recours. Le demandeur d asile peut solliciter la réouverture de son dossier ou présenter une nouvelle demande dans un délai inférieur à neuf mois à compter de la décision de clôture. L office reprend l examen de la demande au stade auquel il avait été interrompu. Cette procédure ne peut avoir lieu qu une fois.passé le délai de neuf mois, la décision de clôture est définitive et toute nouvelle demande est considérée comme une demande de réexamen. Dans ce cas, à la suite d un examen préliminaire, et en l absence de faits nouveaux, l Office peut prendre une décision d irrecevabilité. 3. Fin du statut de réfugié ou de la protection subsidiaire Lorsque l OFPRA souhaite mettre fin au statut, il doit informer la personne concernée des motifs de sa décision. Elle doit être mise en mesure de présenter par écrit ses observations. Normalement la carte de résident ou de séjour temporaire qui lui a été accordée est retirée, toutefois ce retrait est impossible si l étranger est en situation régulière depuis au moins cinq ans. Par ailleurs, le directeur général de l Office transmet au procureur de la République tout renseignement utile ayant conduit au rejet d une demande d asile ou d apatridie et réciproquement, l autorité judiciaire communique au directeur de l OFPRA ou au président de la CNDA tout élément recueilli au cours d une instance civile ou pénale de nature à faire suspecter qu une personne qui demande ces protections relève de l une des clauses d exclusion conventionnelles ou de fraude. 4. Contenu de la protection accordée A. - Pendant la procédure «L accès au marché du travail peut être autorisé au demandeur d asile lorsque l OFPRA, pour des raisons qui ne sont pas imputables au demandeur, n a pas statué sur la demande d asile dans un délai de neuf mois à compter de l introduction de la demande.» Hébergement et accueil des demandeurs d asile. - Les demandeurs d asile, y compris les personnes dont la demande d asile relève d un autre État de l UE, sont accueillis soit dans des centres d accueil, soit dans toute autre structure financée par le ministère chargé de l Asile conformément au schéma national d accueil. Il fixe la répartition des places d hébergement destinées aux demandeurs d asile sur le territoire national. Ces centres assurent pendant la durée d instruction de la demande d asile, l accueil, l hébergement ainsi que l accompagnement social et administratif des personnes dont la demande d asile a été enregistrée. L OFPRA gère ces lieux ou en délègue la gestion à des personnes morales. L Office décide de l admission, de la sortie ou du changement de lieu d hébergement. Il procède dans un délai raisonnable et après un entretien personnel avec le demandeur d asile à une évaluation de sa vulnérabilité afin de déterminer ses besoins particuliers en matière d accueil compte tenu des capacités d hébergement disponibles. Le demandeur est informé de la possibilité de bénéficier d un examen de santé gratuit en particulier lorsqu une protection au titre de l asile a été octroyée à une mineure invoquant un risque de mutilation sexuelle. Le représentant de l État dans le département peut s opposer pour des motifs d ordre public à la décision d admission d un demandeur d asile dans un lieu d hébergement. Le bénéfice des conditions matérielles d accueil est subordonné à l acceptation par le demandeur d asile de l hébergement proposé. Le refus ou l abandon de l hébergement entraîne l exclusion de l hébergement dans un autre centre d accueil. Le bénéfice des conditions matérielles d accueil peut être refusé si le demandeur présente une demande de réexamen de sa demande d asile ou s il n a pas sollicité l asile, sans motif légitime, dans le délai prévu ; il peut être suspendu si, sans motif légitime, le demandeur d asile a abandonné son lieu d hébergement, n a pas respecté l obligation de se présenter aux autorités, n a pas répondu aux demandes d informations ou ne s est pas rendu aux entretiens personnels concernant la procédure d asile. Il peut être retiré si le demandeur d asile a dissimulé ses ressources financières ou a fourni des informations mensongères relatives à sa situation familiale ou en cas de comportement violent ou de manquement grave au règlement du lieu d hébergement. Ces diverses décisions doivent être écrites et motivées et tenir compte de la vulnérabilité du demandeur. L intéressé doit être mis en mesure de présenter ses observations écrites dans les délais impartis. Le demandeur d asile reste dans l un de ces centres jusqu à ce que la procédure soit terminée. Au-delà de ce délai, l autorité administrative peut, après une mise en demeure restée infructueuse, demander au président du tribunal administratif qu il soit enjoint à l occupant sans titre, par une ordonnance immédiatement exécutoire, d évacuer ce lieu. Allocation pour demandeur d asile. - Le demandeur d asile ou de la protection temporaire, qui a accepté les conditions matérielles d accueil proposées, bénéficie d une allocation jusqu à ce que la décision définitive soit prise, s il satisfait à des conditions d âge et de ressources. Son montant peut être révisé. Accès au marché du travail. - L accès au marché du travail peut être autorisé au demandeur d asile lorsque l OFPRA, pour des raisons qui ne sont pas imputables au LA SEMAINE JURIDIQUE - ÉDITION GÉNÉRALE - N AOÛT 2015 Page 1501

5 demandeur, n a pas statué sur la demande d asile dans un délai de neuf mois à compter de l introduction de la demande. Dans ce cas, le demandeur d asile est soumis aux règles de droit commun applicables aux travailleurs étrangers pour la délivrance d une autorisation de travail.l étranger qui a obtenu le statut de réfugié ou le bénéfice de la protection subsidiaire et a signé le contrat d accueil et d intégration bénéficie d un accompagnement personnalisé pour l accès à l emploi et au logement, il est tenu compte de la situation spécifique des personnes vulnérables. B. - Reconnaissance du statut Cartes de séjour. - L étranger auquel la qualité de réfugié est reconnue ou qui s est vu accorder le bénéfice de la protection subsidiaire peut demander la délivrance d une carte de résident ou d une carte de séjour. Le récépissé de sa demande vaut autorisation de séjour d une durée de validité de six mois renouvelable. Il confère à son titulaire le droit d exercer la profession de son choix. Le titre de séjour temporaire ou la carte de résident est également délivré, sous réserve de la menace à l ordre public, au conjoint ou au partenaire (union civile ou concubin) de ces étrangers si ces derniers ont été autorisés à séjourner en France au titre de la réunification familiale. Le titre de séjour est également délivré au conjoint ou au partenaire de réfugié lorsque le mariage ou l union civile est postérieur à la date d introduction de sa demande d asile, à condition que cet état existe depuis au moins un an et sous réserve d une communauté de vie effective entre époux ou partenaires. La carte de séjour est également accordée à ses enfants dans l année qui suit leur dix-huitième anniversaire. Si c est un mineur non marié qui a obtenu la qualité de réfugié ou le bénéfice de la protection subsidiaire, une carte de séjour est attribuée à ses père et mère. Réunification familiale. - Cette formule, qui remplace celle du «regroupement familial» bénéficie à la personne à qui a été reconnue la qualité de réfugié ou qui a obtenu le bénéfice de la protection subsidiaire. Elle peut être rejointe par son conjoint ou son partenaire si le mariage ou l union civile est antérieur à la date d introduction de sa demande d asile ou son concubin avec lequel il avait, avant la date d introduction de sa demande d asile, une vie commune suffisamment stable et continue et par les enfants non mariés du couple, âgés au plus de dix-neuf ans. S agissant d un mineur non marié il a le droit à être rejoint par ses ascendants directs au premier degré. La réunification familiale n est pas soumise à des conditions de durée préalable de séjour régulier, de ressources ou de logement. Toutefois elle peut être refusée au demandeur qui ne se conforme pas aux principes essentiels qui, conformément aux lois de la République, régissent la vie familiale en France, pays d accueil, ou au membre de la famille dont la présence en France constitue une menace pour l ordre public ou lorsqu il est établi qu il est instigateur, auteur ou complice des persécutions et atteintes graves qui ont justifié l octroi d une protection au titre de l asile. 5. Le statut d apatride La loi reprend partiellement les dispositions de la convention de New-York et apporte quelques précisions d ordre procédural «La réunification familiale n est pas soumise à des conditions de durée préalable de séjour régulier, de ressources ou de logement.» parallèles à celles qui sont prévues pour les réfugiés. Elle permet notamment aux apatrides de bénéficier de la réunification familiale, dans les mêmes conditions que les réfugiés. Enfin, la loi prévoit les modalités de son entrée en vigueur ainsi que les conditions de son application dans les territoires d Outremer. Elle s applique aux demandes d asile présentées à compter du 20 juillet L entrée en vigueur d un certain nombre de dispositions est subordonnée à un décret en Conseil d Etat qui doit être pris avant le 1 er novembre 2015 ( L. n , art. 35 ). Page 1502 LA SEMAINE JURIDIQUE - ÉDITION GÉNÉRALE - N AOÛT 2015

LOI SUR L ASILE 2015

LOI SUR L ASILE 2015 1 LOI SUR L ASILE 2015 Loi n 2015-925 du 29 juillet 2015 Publiée au JO 30/07/2015, p. 12977 Voir le texte intégral de la loi sur Légifrance Synthèse des principaux éléments Août 2015 Avant propos La réforme

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) Le 29 juin 2011 JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

ministère de l intérieur Direction générale des étrangers en France Le guide du Demandeur d Asile en France

ministère de l intérieur Direction générale des étrangers en France Le guide du Demandeur d Asile en France ministère de l intérieur Direction générale des étrangers en France Le guide du Demandeur d Asile en France gda novembre2015 SOMMAIRE 1. Les différentes formes de protection... 4 1.1. Le statut de réfugié...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte TEXTE ADOPTÉ n 26 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments 1 Projet de loi sur l immigration présenté en Conseil des ministres le 23 juillet 2014 NOR : INTX1412529L Synthèse des principaux éléments ❶ Titres de séjour Catégories de titres de séjour Le visa de long

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/06/2013 Conseil d État N 365638 ECLI:FR:CEORD:2013:365638.20130214 Inédit au recueil Lebon Juge des référés SPINOSI, avocat(s) lecture du jeudi 14 février 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Fiche pratique 3 Le statut de réfugié ou de bénéficiaire de la protection subsidiaire

Fiche pratique 3 Le statut de réfugié ou de bénéficiaire de la protection subsidiaire Direction de l Intégration Emploi/Logement Projet : Réseau Emploi Logement pour les Réfugiés Reloref* N/REF : DIEL/RELOREF/CC/ARR/2013-026 Fiche pratique 3 Le statut de réfugié ou de bénéficiaire de la

Plus en détail

ÉGALITÉ INTÉGRATION CITOYENNETÉ > RÉSIDER À NANTES

ÉGALITÉ INTÉGRATION CITOYENNETÉ > RÉSIDER À NANTES La demande d asile en France La demande d asile est possible pour les personnes étrangères menacées dans leur pays d origine. LES TYPES D ASILE LA PROCéDURE L asile conventionnel dit «asile politique»

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011

Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011 Statuts et titres de séjour en Belgique CIDJ 8 Décembre 2011 CIRE Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers Objectif : défendre les droits des demandeurs d'asile, des réfugiés et des étrangers

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL Attention Les notions d inaptitude et d invalidité sont totalement indépendantes l une de l autre. Seul le médecin du travail peut se prononcer sur l

Plus en détail

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 ÈME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr 1 Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr 3 LA MISE EN PLACE DE L ORDONNANCE DE PROTECTION PAR LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE SOMMAIRE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5705 Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 62, alinéa 8, des lois relatives à la police de la circulation routière,

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 216 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI visant à protéger l identité de genre, PRÉSENTÉE Par Mmes Esther BENBASSA, Kalliopi

Plus en détail

L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER!

L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER! L ACCES A LA PROTECTION EST EN DANGER! Note d information sur le traitement des personnes renvoyées en Hongrie dans le cadre de la procédure Dublin, décembre 2011 1 RESUME Selon le Comité Helsinki Hongrois,

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI?

ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? ACCÉDER ET SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D'URGENCE 1. LE DROIT À L'HÉBERGEMENT D'URGENCE, C'EST QUOI? 2. QUELLES DÉMARCHES POUR ACCÉDER OU SE MAINTENIR EN HÉBERGEMENT D URGENCE? 3. EN L'ABSENCE DE PROPOSITION

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328328 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Jacques Arrighi de Casanova, président Mme Christine Allais, rapporteur M. Edouard Geffray, rapporteur

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures Le régime d asile européen commun Affaires intérieures Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique

Plus en détail

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes PIECES A PRODUIRE POUR UNE DEMANDE DE CARTE DE RESIDENT PREMIERE DEMANDE Produire les copies et présenter les originaux 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes Lettre de demande de carte

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 20/03/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 3 mars 2015 N de pourvoi: 13-23857 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00362 Non publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Meier-Bourdeau

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

DROITS DE L ÉTUDIANT ÉTRANGER EN FRANCE

DROITS DE L ÉTUDIANT ÉTRANGER EN FRANCE Droit au séjour des étudiants étrangers en France DROITS DE L ÉTUDIANT ÉTRANGER EN FRANCE Le droit au séjour applicable aux étudiants étrangers en France a connu une évolution considérable, ébauchée depuis

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE 1. Rappels règlementaires sur la lettre de d information obligatoire avant toute sanction (sans saisine du conseil de discipline) sanctions du premier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Numéro du rôle : 1620. Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1620. Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1620 Arrêt n 48/99 du 20 avril 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 17, 1er, alinéas 2 et 4, et 18, antépénultième alinéa, des lois coordonnées sur

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF ADOPTION PLENIERE / ADOPTION SIMPLE (février 2012)

TABLEAU COMPARATIF ADOPTION PLENIERE / ADOPTION SIMPLE (février 2012) TABLEAU COMPARATIF ADOPTION PLENIERE / ADOPTION SIMPLE (février 2012) Adoption plénière Adoption simple Statut et âge - Epoux mariés puis 2 ans ou tous 2 âgés plus 28 ans (art 343 c civ) Personnes seules

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

LA SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS,

LA SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS, Dossier n 2847 M. Claude C, masseur-kinésithérapeute Séance du 13 septembre 2001 Lecture du 30 octobre 2001 LA SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS, Vu, 1 ), enregistrée

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ;

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ; jb COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON N 14LY01523 ------------------ M. A. M. Le Gars Président M. Besse Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Lyon

Plus en détail

III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire

III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire III. Nationalité luxembourgeoise par acquisition volontaire A. La naturalisation La qualité de Luxembourgeois s acquiert par naturalisation. La naturalisation confère à l étranger tous les droits civils

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Guide à l intention des candidats à l inscription sur la liste des conseils de la CPI et des personnes assistant un conseil

Guide à l intention des candidats à l inscription sur la liste des conseils de la CPI et des personnes assistant un conseil Guide à l intention des candidats à l inscription sur la liste des conseils de la CPI et des personnes assistant un conseil Note à l intention des candidats : il est essentiel de bien comprendre et de

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS

SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS Dossier n 2610 M. Charles F Masseur-Kinésithérapeute Séance du 11 Décembre 2001 Lecture du 26 Février 2002 LA SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS, Vu, enregistrés

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

GRÈCE (mis à jour le 04.06.2004)

GRÈCE (mis à jour le 04.06.2004) GRÈCE (mis à jour le 04.06.2004) 1. Dispositions législatives sur la nationalité a. Textes en vigueur - Constitution de Grèce de 1975/1986 : Articles 4 1, 2 et 3, et 116 1 - Décret-Loi n 3370/1955 (Journal

Plus en détail

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE

TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE TEXTES (LOIS, REGLEMENTS, CIRCULAIRES ET INSTRUCTIONS) CONCERNANT LE DROIT AU SEJOUR POUR RAISON MEDICALE Partie législative du CESEDA Article L313-11 11 du CESEDA (droit au séjour pour raisons médicales)

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à l immigration, à l intégration et à la nationalité ------

PROJET DE LOI. relatif à l immigration, à l intégration et à la nationalité ------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l immigration, de l intégration, de l identité nationale et du développement solidaire NOR : IMIK1003689L/Bleue-1 PROJET DE LOI relatif à l immigration, à l intégration

Plus en détail

Demande d aide juridictionnelle

Demande d aide juridictionnelle 1 Cerfa n 12467*02 Demande d aide juridictionnelle (Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 et décret n 91-1266 du 19 décembre 1991) Vous-même : Avez-vous un contrat d assurance de protection juridique ou un autre

Plus en détail

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Ø FORFAIT- JOURS : La vérification de la charge de travail du salarié est soumise à l entière responsabilité de l employeur. Doit être annulée une convention individuelle

Plus en détail

L expérience de la France

L expérience de la France Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile des auteurs d infractions sexuelles Le dispositif électronique de protection anti-rapprochement L expérience

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

RÉFUGIÉS. Le droit d asile au Canada

RÉFUGIÉS. Le droit d asile au Canada RÉFUGIÉS Le droit d asile au Canada Automne 2011 LE DROIT D ASILE AU CANADA Une personne peut obtenir le droit d asile au Canada si elle a qualité de réfugié ou de personne à protéger. Une personne a qualité

Plus en détail

a médiation INTRODUCTION La médiation

a médiation INTRODUCTION La médiation L a médiation INTRODUCTION L objectif de ce guide est de familiariser à la médiation les dirigeants d entreprises et leurs salariés, leurs conseils, les avocats et experts-comptables. Il leur permet ainsi

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT. (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire)

Commentaire. Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT. (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire) Commentaire Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire) Par un arrêt n 4008 en date du 22 juin 2011, la chambre criminelle

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la N 12825*03 Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) (Articles 706-3 à 706-15, R 50-1 à R 50-28 du code de procédure

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail