CMS NORD VAUDOIS ASPMAD RAPPORT D ACTIVITÉ ans I R E U N E I D A S O L R É G I O N

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CMS NORD VAUDOIS ASPMAD RAPPORT D ACTIVITÉ 2014. ans I R E U N E I D A S O L R É G I O N"

Transcription

1 CMS NORD VAUDOIS ASPMAD CMS NORD VAUDOIS U N E 25 ans R É G I O N I D A S O L I R E

2 ÉDITORIAL ÉCOUTER, PARTAGER, INTERVENIR Indispensables au bien-être de la population de la région, les activités de l ASPMAD ont été particulièrement denses en Au-delà de l extraordinaire travail de terrain effectué au quotidien par le personnel des CMS Nord Vaudois, le dernier exercice peut être identifié par trois éléments majeurs : la consolidation organisationnelle, l appropriation de nouveaux procédés et le renforcement qualitatif de la prise en charge. L INTERDISCIPLINARITÉ Après la révolution, la stabilisation. Pour mémoire, notre Association a vécu deux ans (2012 et 2013) de grands bouleversements avec l introduction successive de nouveaux outils permettant, notamment, une gestion électronique et mobile des dossiers. Cette profonde mue a également été accompagnée d une réorganisation des CMS. Il était dès lors primordial l an dernier d identifier les faiblesses du dispositif, d apporter les correctifs nécessaires permettant de le solidifier et d améliorer ainsi sensiblement le confort des bénéficiaires. La qualité des prestations ne peut toutefois s étoffer uniquement par le biais de la modernité technologique, d autant plus que les situations rencontrées par nos équipes sont de plus en plus complexes. A une meilleure circulation de l information écrite, il convenait d ajouter une dimension essentielle : l information orale. En 2014, les CMS Nord Vaudois ont donc franchi un pas important en intégrant l interdisciplinarité à leur pratique quotidienne. Depuis l an dernier, des colloques hebdomadaires réunissent dans chaque CMS autour d une même table l ensemble des métiers de l aide et des soins à domicile. Cela pour une raison évidente : nos collaboratrices et collaborateurs ne se croisent pas forcément sur le terrain. Ces rencontres permettent à nos professionnels d échanger de vive voix autour des problématiques identifiées par chacun. Les observations transmises oralement viennent ainsi renforcer la coordination, la planification et la cohérence des interventions. UNE MEILLEURE PERCEPTION Ce mode de fonctionnement présente un réel avantage pour les bénéficiaires. L interdisciplinarité assure une détection plus rapide et globale des situations. Elle garantit une meilleure écoute et réduit les questionnements ressentis parfois comme trop d intrusions dans la sphère privée. Pour l intervenant, le gain est indéniable également, puisque le flux d information lui permet de mieux se concentrer sur l instant présent et d avoir une meilleure perception des besoins du moment de la personne visitée. Ecouter, entendre, intervenir, pour mieux servir. Telle est l ambition de l ASPMAD, qui place la dimension humaine au cœur de ses préoccupations depuis un quart de siècle. Un jubilé que les CMS Nord Vaudois marqueront d une pierre blanche en UN AN, QUATRE RÉFLEXIONS! A l heure de refermer la page 2014 de son grand livre, la Direction des CMS Nord Vaudois profite de l instant pour évoquer quatre sujets, parmi d autres, qui l occupent ou la préoccupent. LA CONCURRENCE Les soins, l aide pratique ou l accompagnement social forment un environnement dont la lecture n est pas aisée pour tout un chacun. Les CMS Nord Vaudois sont ainsi souvent, et à tort, perçus comme des entités publiques détenant un monopole. Pourtant rien n est plus inexact. La concurrence d autres organismes intervenant à domicile le prouve. En s intensifiant toujours plus, cette concurrence questionne notre Association pour laquelle rien n est acquis, malgré sa très longue expérience. Cette situation a un avantage, elle nous invite à l innovation pour améliorer constamment nos prestations. Et c est tant mieux, pour nos bénéficiaires actuels et futurs. LA PROXIMITÉ Dans un monde centralisateur où tout semble s éloigner de nous, l accès aux services comme les rapports humains tendent à se raréfier. Dans ce contexte, quel rôle jouent les CMS Nord Vaudois si ce n est d assurer un rapport de proximité particulièrement précieux? Vivre chez soi malgré les difficultés est non seulement un souhait légitime, mais aussi un antidote contre l isolement. Dans ce contexte, les CMS Nord Vaudois s inscrivent pleinement dans l expression de la solidarité d une région envers sa population. Renforcer le lien qu entretient l Association avec son territoire est en ce sens nécessaire. Car la proximité offre des repères et induit l appartenance. LE PARTENARIAT Accroissement démographique, vieillissement de la population, coûts de la santé... Les défis sanitaires sont nombreux, et il paraît illusoire de les affronter seuls. Les CMS Nord Vaudois se réjouissent ainsi des partenariats déjà engagés dans la région avec de nombreuses entités (institutions hospitalières, EMS, fondations, appartements protégés, etc.). Notre Association souhaite cependant que ces liens s intensifient à l avenir pour que le Nord Vaudois puisse proposer à sa population des services de soins et d accompagnement de qualité, cohérents et adaptés aux spécificités de la région. LE PERSONNEL Sans eux, rien n est possible. Les collaboratrices et collaborateurs des CMS Nord Vaudois relèvent au quotidien d importants défis, notamment face à la complexification des situations. Par leur engagement, toutes et tous contribuent à l amélioration continue des prestations dispensées par notre Association. Et cela passe aussi par une attention particulière portée aux conditions dans lesquelles nos professionnels évoluent. Le gain en confort des uns ne pouvant que se répercuter sur les autres, en l occurrence celles et ceux bénéficiant de nos interventions. MANIFESTATIONS 2014 : PARTICIPATION DES CMS NORD VAUDOIS ET AUTRES SERVICES TMR : campagne «Accessibilité pour tous» Yverdon-les-Bains / mai 2014 Espace prévention : «On danse à la gare» Yverdon-les-Bains / juin 2014 Stand «Prévention de la canicule» Yverdon-les-Bains / juin 2014 Espace prévention : «De la graine à l assiette» Yverdon-les-Bains / mai-juin 2014 Conférence régionale sur les proches aidants Orbe / octobre 2014 Espace prévention et BUMA : «Pas de retraite pour ma santé» Yverdon-les-Bains / octobre 2014 Journée «Oser tous les métiers» Novembre 2014 Espace prévention : Forum «Villages solidaires» Novembre 2014 :::::::: LE MOT DU DIRECTEUR Aude Bonnard, Présidente Yvon Jeanbourquin, Directeur Yvon Jeanbourquin, Directeur 2 CMS NORD VAUDOIS ASPMAD 3

3 ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ LE POOL D APPOINT Le pool d appoint compte heures à son actif (+28.03%). L ÉQUIPE MOBILE ET L ÉQUIPE DE PROXIMITÉ DES ERMITAGES L équipe mobile et l équipe de proximité des Ermitages ont accompli au total (+32.54%) HEURES DE PRESTATIONS * PAR CMS Cossonay Grandson La Vallée Orbe Sainte-Croix Yverdon-Est Yverdon-Ouest Yvonand Vallorbe * Activités «terrain» effectuées auprès des personnes ayant recours au CMS RÉPARTITION DES HEURES FACTURÉES EN 2014 heures d aide et de soins. SANTÉ MENTALE : FORMER ET DÉPISTER Par rapport à 2013, les heures de prestations ont augmenté globalement de 13.5 % (+8.1% l année précédente). Aide au ménage et à la famille : 17 % Soins infirmiers : 16 % Evaluation / réévaluation : 7 % Ergothérapie : 4 % Autres (veilles et présences, conseil / orientation) : 1 % Soins de base : 55 % PRESTATIONS SECTEUR SOCIAL (non facturables) heures (+12.07%) ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ AUTRES PRESTATIONS NON MENTIONNÉES DANS «AIDES ET SOINS» Veilles et présences Conseil orientation Biotélévigilance Moyens auxiliaires Repas REPAS Plus de repas livrés dont une partie en liaison froide Numéro unique grand public : appels Numéro pour partenaires (médecins, hôpitaux, BRIO) : appels HEURES PAR GROUPES DE PRESTATIONS HEURES DE PRESTATIONS Evolution (temps effectif sans déplacements) Aide et soins total dont: % Soins de base % Aide au ménage et à la famille % Soins infirmiers % Evaluation / réévaluation % Ergothérapie % Accompagnement psycho-social % Nombre de visites à domicile % Proportion des personnes 17% 18.8% recevant 30 visites et plus par mois Kilomètres professionnels % A l instar de leurs homologues dans le canton, les CMS Nord Vaudois ont introduit une nouvelle fonction au cœur de leurs activités. Depuis le début 2014, chaque centre médico-social comprend en effet une «Personne ressource santé mentale» (PRSM). Le ou la titulaire de ce poste joue un rôle important auprès des équipes d intervention. Explications de Françoise Goyet, infirmière en psychiatrie et PRSM au CMS de Vallorbe. «Notre activité se déploie essentiellement auprès de nos collègues soignants ou auxiliaires. Il s agit de promouvoir auprès d eux les formations en santé mentale et de les aider, grâce à notre expertise, à mobiliser et à développer leurs propres ressources face aux problématiques rencontrées sur le terrain», relève Françoise Goyet. Cette approche de formation continue est un élément essentiel aux yeux de l infirmière de Vallorbe : «Côtoyer une personne se montrant irascible, voire agressive peut s avérer très déstabilisant. Les échanges que nous développons avec les intervenants visent à leur permettre de mieux gérer ces situations, à mieux les identifier et à les observer également.» La notion de dépistage renforce dès lors la pertinence du rôle de PRSM : «L analyse des observations à domicile doit permettre de dépister rapidement d éventuels symptômes de santé mentale. L identification rapide de tels maux vise à améliorer notre prise en charge et peut éviter ou retarder une hospitalisation, ce qui est évidemment très important pour la personne concernée», conclut Françoise Goyet. L apparition des postes de travail tels que celui de Françoise Goyet répond surtout à une inquiétude majeure : depuis plusieurs années, les CMS observent en effet une augmentation constante des personnes présentant des symptômes de santé mentale. 4 CMS NORD VAUDOIS ASPMAD 5

4 ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ PROFESSIONNELS SPÉCIALISÉS Nombre de clients suivis en 2014 : Diabétologie :121 Stomathérapie : 203 Ergothérapie membre supérieur : 893 Ergothérapie en pédiatrie : 67 Consultation diététique : 81 STOMATHÉRAPIE : UN AUTRE CONFORT ACCEPTER, DÉCOUVRIR ET APPRIVOISER UNE STOMIE Les infirmières spécialisées en stomathérapie des CMS Nord Vaudois accompagnent les personnes concernées dans cette démarche pour qu elles puissent retrouver un certain confort de vie. Illustration par l exemple d une situation rencontrée l an dernier, avec Laurence Balet, infirmière en stomathérapie. «Guéri d un cancer colorectal, un patient âgé de 84 ans souffrait d incontinence des selles qui l obligeait à porter des protections. Son médecin l a donc dirigé vers notre service pour lui expliquer comment vivre avec une stomie (abouchement de l intestin à la peau pour permettre l évacuation des selles) et l aider à faire le choix ou non de l intervention chirurgicale. Nous l avons donc pris en charge, informé et orienté.» Conscient que son problème est délicat, l homme se montre tout d abord réticent, avant de choisir d être opéré, au printemps 2014 : «S imaginer vivre avec une poche n est pas évident. Afin de faire comprendre le gain en bien-être que cela apporte, nous l avons mis en contact avec une personne stomisée et totalement autonome. Cela l a convaincu de faire le pas et, mis en confiance, il a accepté l intervention», témoigne Laurence Balet. «Une fois sa décision prise, nous avons cherché ensemble sur son ventre l endroit le plus adapté pour la stomie afin d optimiser sa gestion future de la poche. Nous l avons ensuite accompagné durant son hospitalisation dans le suivi post-opératoire, dans le choix et l utilisation de son matériel, tout au long de son adaptation à son nouveau schéma corporel. Rentré chez lui, ce monsieur a bénéficié du même accompagnement, jusqu à ce qu il se sente assez autonome, soit quelques mois après l opération : «Il gérait très bien sa poche et était très satisfait d avoir retrouvé une bonne qualité de vie. Nous restons à sa disposition selon ses besoins pour toutes interrogations concernant sa stomie et le CMS assure le suivi pour l aide à la douche et le contrôle des paramètres vitaux.» LE BUMA, UN PILIER DU MAINTIEN À DOMICILE SECUTEL, À LA RECHERCHE DE RÉPONDANTS 2014 n a pas dérogé à une tendance constatée par le BuMA depuis plusieurs années. Les sollicitations en moyens auxiliaires augmentent de manière linéaire, de même que la demande en dispositifs de sécurité (Secutel). Mais dans ce cas précis, le BuMA relève une problématique qui, elle aussi, est en train de se renforcer : la difficulté à trouver des répondants en cas d appel d urgence lancé par un bénéficiaire. En effet, le système Secutel est l un des piliers du maintien à domicile pour les personnes âgées, notamment. Or, pour garantir une intervention rapide, il faut que le système soit réactif dans un délai raisonnable. Afin d assurer ce service d urgence, chaque dispositif est donc relié à trois répondants, en principe des proches aidants (familles, amis, voisins) choisis par le bénéficiaire, qui peuvent se rendre au domicile de l appelant dans un court laps de temps. Malheureusement, le recrutement de ces répondants ne s effectue plus aussi facilement que par le passé. L ASPMAD a déjà répondu à ce souci en faisant des CMS Nord Vaudois le dernier répondant dans l ordre de priorité. Il s agit d ailleurs d une spécificité régionale de l aide et des soins à domicile assurée dans le canton de Vaud. Cela ne semble toutefois plus suffire, même si la situation n est pas encore critique. L éloignement géographique, notamment des enfants, voire des petits-enfants des personnes équipées de Secutel est souvent l une des principales difficultés rencontrées. Le projet de Village solidaire (voir page 8) pourrait répondre partiellement à ce besoin. BUMA : ARTICLES LES PLUS DEMANDÉS 1. Planches de bain 2. Sur-WC 3. Rollators 4. Cadres de marche SECUTEL EN appareils en fonction au Réponse aux appels 24 heures sur appels reçus, dont 647 suivis d une intervention 506 appels reçus par les répondants 141 appels reçus par les CMS ou les ambulanciers AUTRES SERVICES BÉNÉFICIAIRES EN 2014 Nord Vaudois personnes en 2013 Canton personnes en 2013 NOMBRE MOYEN DE BÉNÉFICIAIRES PAR MOIS Nord Vaudois personnes en 2013 Canton personnes en 2013 BÉNÉFICIAIRES PAR TRANCHE D ÂGE 0 44 ans ans ans de 80 ans centenaires de 100 ans TMR : HAUSSE SIGNIFICATIVE DE L ACTIVITÉ La hausse massive des transports s est confirmée en 2014, générant une surcharge de travail administratif (téléphones, décomptes à remplir, évaluations à compléter, suivi de la facturation ). Dès septembre, un collaborateur du service des finances est donc venu renforcer l équipe à 20 %. De multiples facteurs génèrent cette évolution, parmi eux : le fait de disposer d un véhicule supplémentaire qui permet de répondre à une demande croissante, ainsi que le renforcement de la collaboration avec les ehnv et des EMS de la région. L activité des bénévoles est aussi en constante augmentation et le nombre de chauffeurs ne suffit pas toujours à couvrir la demande. Leur disponibilité et leur patience font d eux de précieux partenaires du maintien à domicile et nous leur en sommes très reconnaissants. LE TRANSPORT POUR PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE (TMR) EN CHIFFRES 1458 clients à domicile ayant eu au moins un transport 511 clients en provenance des hôpitaux courses ( en 2013) par bénévoles ( en 2013) par taxis (8 855 en 2013) % par rapport à % par rapport à CMS NORD VAUDOIS ASPMAD 7

5 AUTRES SERVICES LES COURS 112 cours 81% activités physiques 11% bien-être/stress 8% alimentation 920 participants 7% 0 9 ans 27% ans 37% ans 29% ans SUIVI PAR LES INFIRMIÈRES PETITE ENFANCE EN naissances (très légère augmentation par rapport à 2013) visites à domicile (+5% par rapport à 2013) groupes parents enfants (+11% par rapport à 2013) ESPACE PRÉVENTION : DU TANGO AU STRESS ON DANSE À LA GARE Parmi les très nombreuses activités conduites par l Espace Prévention, il convient de mentionner le projet «On danse à la gare», mené en collaboration étroite avec la ville d Yverdon-les-Bains et la Fondation Bartimée. Organisés dans un principe de vie communautaire et de promotion de l activité physique, les cours de tango ont connu un tel succès que les notes de bandonéon se sont prolongées au-delà du calendrier prévu. En moyenne, quelque 20 personnes ont dansé tous les mercredis de l été en début d après-midi sur la place de la gare. Cette belle fréquentation a encouragé les partenaires du projet à reconduire les rencontres jusqu à mi-octobre, alors que la musique devait s arrêter fin août. L Espace Prévention se réjouit de ce succès, d autant qu il a permis de renforcer ses liens avec la ville d Yverdon. INTERVENTION AUPRÈS DES ÉLÈVES DE L OPTI L autre fait marquant 2014 restera les interventions de l Espace Prévention auprès des jeunes de l OPTI (Organisme pour le Perfectionnement scolaire, la Transition et l Insertion professionnelle). L OPTI encadre les jeunes sans débouché au terme de leur scolarité ou en phase d intégration. Plongés dans l inconnu, ces adolescents sont soumis à une certaine pression. l Espace Prévention leur propose donc durant l année scolaire d aborder le sujet du stress de différentes façons. Quatre modules ont été créés: la gestion du stress, des cafés-débats, une initiation à l activité physique et la préparation aux examens. OSRIC : UN TERRAIN D EXPÉRIENCE Dans le cadre de l Organisation sanitaire régionale intégrée et coordonnée (OSRIC), l année 2014 a été marquée par le lancement de plusieurs chantiers d importance. Illustration en deux exemples : Le projet TIO (Trajectoire, Information et Orientation) vise à offrir à toute la filière régionale des soins un accès électronique et immédiat aux plans de médication. TIO doit permettre à l ensemble des partenaires (médecins, infirmiers à domicile, pharmaciens) d avoir une vue précise et actualisée sur la prise de médicaments des personnes suivies. Cela dans un but sécuritaire, car la polymédication souffre d un manque de transparence au point de constituer un important problème de santé publique. A cette fin, les CMS Nord vaudois font partie des partenaires qui testent depuis fin 2014 une plate-forme internet sécurisée centralisant les informations, ceci dans le but d améliorer la prise en charge globale. Le but poursuivi par le projet de Guichet intégré est de garantir une information cohérente à toute personne formulant une demande en lien avec les soins ou l accompagnement social, quelle que soit l entité professionnelle approchée. Ainsi les collaborateurs réceptionnant l appel pourront, par le biais d un bref questionnaire et d un référentiel d interventions, identifier rapidement la demande, orienter la personne dans le besoin et/ou déceler très vite un cas d urgence. Depuis l an dernier, un Guichet intégré est en phase pilote à Sainte-Croix. Il est le fruit de la collaboration entre la commune, le Centre de Soins et de Santé Communautaire, le Réseau Santé Nord Broye, les CMS Nord Vaudois et l Association Alzheimer. RÉSEAUX RÉSEAUX «VILLAGES SOLIDAIRES»: L ESPRIT COMMUNAUTAIRE Préoccupation majeure en regard du vieillissement de la population, le soutien aux proches aidants constitue l un des éléments de «Villages solidaires», projet dans lequel les communes de Grandson, Montagny-près-Yverdon et Onnens se sont lancées en 2013, en partenariat avec Pro Senectute Vaud et l Espace Prévention Nord Vaudois Broye. Après une étude de faisabilité en 2013, la démarche s est poursuivie par une enquête sur différents aspects concernant le quotidien des habitants de plus de 55 ans (services à disposition, lieux de rencontres, mobilité, sécurité, logement, statut de proche aidant, etc). Un «diagnostic communautaire» clôturé en novembre dernier par un forum rassemblant les habitants des trois communes a ainsi été posé et permis la production d une étude sur la qualité de vie des aînés et proches aidants des trois communes. Le projet a suscité un réel intérêt de la part des habitants et les deux premières étapes ont déjà créé de nouveaux liens. Avec le soutien du SSP (Service de la santé publique) les participants vont maintenant entrer dans la troisième phase qui se déroulera sur 20 mois, avec la mise en place d actions concrètes en réponse aux besoins identifiés. La finalité est de faciliter l intégration des personnes âgées et des proches aidants au sein de leur village et de les sensibiliser à la nécessité de la prévention dans le domaine de la santé. APPARTEMENTS PROTÉGÉS : DES LIEUX DE VIE ADAPTÉS L ASPMAD franchit un pas de plus en tant que partenaire officiel de résidences d appartements protégés. L Association a effectivement conclu l an dernier un accord avec les promoteurs du Parc Saint-Georges, à Yverdon-les-Bains. Une antenne CMS sera ouverte dans les bâtiments, qui abriteront un total de 90 logements. Ce partenariat est d autant plus réjouissant qu il peut s appuyer sur une expérience pilote vécue au cœur des Ermitages (84 appartements), à Yverdon-les-Bains. Il y a deux ans environ, l Association reprenait effectivement à son compte les prestations d aide et de soins à domicile dispensées aux locataires. Il s agissait alors de tester la solution de l antenne CMS sur site. Concluante, cette expérience vient donc prendre toute sa valeur dans le partenariat signé avec le Parc Saint-Georges, où l ASPMAD gérera également le futur lieu de vie communautaire du complexe. Cette immersion des CMS Nord Vaudois dans les appartements protégés augure peut-être d une multiplication des prestations du type Saint-Georges. Le concept des appartements protégés répond effectivement à une vraie demande, les projets ne cessent d ailleurs de se multiplier. L ASPMAD est aussi partenaire d un projet très particulier, baptisé Topaze, conduit à Orbe par la Fondation Saphir depuis avril Il s agit d un concept de colocation pour personnes âgées et atteintes de la maladie d Alzheimer. Topaze compte deux appartements pouvant accueillir 6 résidents. 8 ASPMAD CMS NORD VAUDOIS 9

6 ORGANISATION GÉNÉRALE OUTILS NUMÉRIQUES EN MOBILITÉ AU Tablettes : 343 unités Smartphones : 726 unités ORGANISATION : LE GRAND SAUT Avec l apparition de nouveaux outils de gestion des dossiers (2012 et 2013), les CMS Nord Vaudois ont traversé une très importante mue organisationnelle. Cette refonte a vécu l an dernier son premier exercice opérationnel. A la grande satisfaction, par exemple, de Patricia Magnenat et d Eliane Buffat, respectivement responsable d équipe et gestionnaire de prestations au CMS d Yvonand. «En créant une nouvelle structure, qui comprend une responsable de centre, des responsables d équipe et une gestionnaire de prestations, la collaboration entre les métiers, la circulation de l information et les interventions sur le terrain, tout me paraît bien plus efficient», témoigne Patricia Magnenat. Sa collègue, Eliane Buffat, renchérit : «Notre mode de faire est relativement simple. Il consiste à réunir une fois par semaine lors d un colloque interdisciplinaire toutes les personnes appelées à se rendre à domicile. Cela confère à tous un rôle nouveau, notamment aux auxiliaires de soins ou de ménage dont les observations constituent une mine d informations très utile à la prise en charge.» La nouvelle structure, axée sur l interdisciplinarité, permet un filtrage plus précis des demandes, une planification et une organisation plus fines des interventions : «En ayant une vision plus large de la situation qu elle visite, l intervenante à domicile, quelle que soit son activité, peut mieux se concentrer sur les actes qu elle doit assurer. Cela augmente le confort du bénéficiaire», explique Patricia Magnenat. Le bouleversement vécu par les CMS Nord Vaudois n est pas allé de soi. Il aura fallu du temps et des ajustements pour que chacune et chacun intègre la nouveauté, notamment au niveau relationnel en regard des rôles et responsabilités métiers : «Nous avons passé par certaines étapes délicates. A Yvonand, je crois que tout le monde mesure désormais les bienfaits du chemin parcouru», relève Patricia Magnenat. Eliane Buffat le dit autrement : «Le bouleversement annoncé m inquiétait sérieusement. Aujourd hui, je recommanderais notre organisation sans aucune retenue.» RESSOURCES HUMAINES : UN HORIZON QUESTIONNANT LE GRAND DÉFI DE LA PYRAMIDE DES ÂGES Le grand défi frappant à la porte des Ressources humaines de l Association relève de la pyramide des âges. Dans les 15 ans à venir, la moitié des postes actuels devront en effet être repourvus en raison des départs à la retraite. Plus près de nous, une importante pénurie dans le secteur infirmier et ASSC (Assistant en Soins et Santé Communautaire) est attendue d ici Ces éléments encouragent les CMS Nord Vaudois à porter une attention particulière à l attractivité des postes qu ils proposent. Par le biais d une gestion qualitative du personnel, d une politique de formation proactive et d une offre en progression de carrière, par exemple. L an dernier, de nouveaux outils de recrutement ont été mis à disposition des CMS, soit autant de nouveaux procédés permettant de professionnaliser et d harmoniser les pratiques. Introduit progressivement, l ensemble du dispositif joue un double rôle. Il s installe de façon à prévenir les pénuries de personnel, tout en permettant un suivi efficace des mouvements naturels inévitables dans une organisation aussi importante. Avec près de 850 collaborateurs, les CMS Nord Vaudois ne connaissent effectivement pas de répit du côté des RH. Environ 80 postes de travail sont ainsi pourvus ou repourvus par année. La première moitié de ce volume de recrutement est due aux départs naturels, alors que la seconde est à mettre en relation avec l augmentation de l activité globale de l Association. PLANIFICATION : PLUS D ADAPTABILITÉ RESSOURCES HUMAINES 825 collaborateurs au (482 équivalents plein temps) Age moyen : 44.6 ans Taux moyen d activité : 58.4% COMMISSION DU PERSONNEL 15 membres (1 représentant par CMS/service) 6 suppléants 12 séances + 2 rencontres avec la direction en 2014 Présidente : Valérie Notz Vice-présidente : Ariane Habegger (dès janvier 2015) Secrétaire : Christine Ashdown ORGANISATION GÉNÉRALE PRESTATIONS DU CRST Ligne tél. pour orientation et conseil Visite médicale d entrée Visite d aptitude au travail de nuit Suivi des absences longue durée Suivi des accidents professionnels Ergonomie du poste de travail Formation en prévention de la santé au travail SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL : L UNION FAIT LA FORCE Mettre à disposition des collaborateurs les moyens de préserver leur santé et leur sécurité au poste de travail, telle est la préoccupation de l ASPMAD et de quatre partenaires régionaux du réseau socio-sanitaire, qui doivent par ailleurs répondre aux exigences légales en la matière. Suite au projet «Prestations de base en médecine du personnel», mis sur pied par cinq institutions*, un centre régional de santé au travail (CRST) a vu le jour en juin 2014 et capitalise sur l expertise dont disposait chacune d entre elles dans ce domaine. Les prestations du CRST se déroulent selon les règles strictes de la déontologie médicale. Répondant à un vrai besoin, ce centre est appelé à se développer afin d offrir des prestations à toutes les entreprises qui souhaitent en bénéficier. * ASPMAD, Centre de Soins et de Santé Communautaire de Sainte-Croix, ehnv, Fondation Saphir, Réseau Santé Nord Broye. VERS LA PLANIFICATION À QUATRE SEMAINES Trouver le temps relève parfois de la quadrature du cercle. Pour certains, cela ressemble même à un défi quotidien, voire de tous les instants. Les planificateurs d interventions des CMS Nord Vaudois vivent à peu de chose près cette réalité-là, car un planning reste soumis à fortes turbulences dans le domaine de l aide et des soins à domicile. C est pourquoi l ASPMAD a ouvert un chantier de façon à instaurer dans toute la région des planifications prévisionnelles. Un procédé qui influe grandement sur le confort de tous, principalement des bénéficiaires de prestations. Travail de l ombre mais ô combien essentiel, la planification des visites à domicile au départ des CMS était établie traditionnellement de semaine en semaine. Pourquoi? Parce que rien n est jamais acquis, que chaque jour une nouvelle situation peut se présenter, une autre se complexifier. Depuis l été 2014 cependant, près de la moitié des CMS sont déjà passés à une planification à quatre semaines. Ce mode de faire permet une vision des tournées à moyen terme et facilite la mise à jour. Dans la première moitié de 2015, tous les CMS Nord Vaudois devraient avoir basculé dans ce procédé harmonisé. Un choix qui s inscrit pleinement dans la volonté de l ASPMAD d apporter toute nouveauté permettant d améliorer ses prestations. 10 CMS NORD VAUDOIS ASPMAD 11

7 COMPTES 2014 BILAN CUMULÉ AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTE D EXPLOITATION AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES 2014 ACTIF Actifs mobilisés Caisse Chèques postaux Banques Comptes-courants de liaison Débiteurs autres Débiteurs patients Débiteurs caisses maladies Provision pour perte sur débiteurs Actifs transitoires Stock Moyens auxiliaires (vente) Stock matériel infirmier Actifs immobilisés Garantie loyer Titres Mobilier Amortissement cumulé mobilier Matériel moyens auxiliaires (location) Amortissement cumulé matériel moyens auxiliaires Matériel Sécutel (location) Amortissement cumulé matériel Sécutel Véhicules Amortissement cumulé véhicules TOTAL DE L ACTIF Salaires soins, encadrement social et économie domestique Salaires autres domaines spécialisés Salaires direction et administration Charges sociales Salaires et charges sociales Prestations fournies par des tiers Charges annexes de personnel Prestations fournies par des tiers et charges de personnel Matériel médical Charges service de repas Charges de véhicules et de transports Charges pour l utilisation d équipements Loyer et charges locaux Charges d administration, d informatique et de publicité Primes d assurances, taxes et charges financières Subventions versées à tiers Autres charges Total des charges d exploitation Recettes prestations assurances Recettes prestations clients Autres recettes Revenus - Recettes RÉSULTAT D EXPLOITATION AVANT SUBVENTION PASSIF Subventions pour A/F Subventions publiques reçues de l AVASAD Subventions payées à l organisation Fonds étrangers Dettes exigibles Comptes-courants de liaison Créanciers Passifs transitoires Provisions Provisions autres charges Fonds propres Fonds affectés généraux Fonds affectés spécifiques Fonds affectés LORO Fonds en attente d affection Subventions de tiers Subventions cantonales Subventions reçues RÉSULTAT D EXPLOITATION APRÈS SUBVENTION Attribution aux fonds et charges exceptionnelles N et N Prélèvement sur fonds et produits exceptionnels N et N Utilisation fonds et autres mvnts exceptionnels N et N RÉSULTAT DE L EXERCICE AVANT PARTICIPATION AVASAD Participation selon calcul de l AVASAD aux résultats des A/F Capital Réserves libres Réserves d exploitation Résultat de l exercice en cours RÉSULTAT ÉCONOMIQUE Charges hors exploitation et exceptionnelles N Produits hors exploitation et exceptionnels N Résultats hors exploitation et exceptionnels N TOTAL DU PASSIF RÉSULTAT DE L EXERCICE CMS NORD VAUDOIS ASPMAD 13

8 QUI? CMS NORD VAUDOIS ASPMAD QUI FAIT QUOI? CMS NORD VAUDOIS ASPMAD CONTACTS CONTACTS Instances représentées au ASSEMBLÉE GÉNÉRALE COMITÉ 542 membres individuels et 109 communes membres de droit Evelyne Voutaz, Présidente, Préfète, district Jura-Nord vaudois Roland Studer, Vice-président, Syndic, Pompaples Aude Bonnard, Présidente, membre privé, Ursins Nathalie Saugy, Vice-présidente, Municipale, Yverdon-les-Bains ASSOCIATION POUR LA SANTÉ, LA PRÉVENTION ET LE MAINTIEN À DOMICILE DU NORD VAUDOIS DIRECTION ET ADMINISTRATION GÉNÉRALE En Chamard 55 C, 1442 Montagny-près-Yverdon / / CORRESPONDANCE CP Montagny-Chamard UN GRAND MERCI À NOS MEMBRES ET AUX DONATEURS QUI SOUTIENNENT NOTRE ACTION! Communes Membres privés Médecins Voix consultatives COMMISSION DE GESTION DÉLÉGUÉES À L AVASAD Pierre Mercier, Municipal, Orbe Catherine Nicolet, Municipale, Suchy Véronique Robadey, Municipale, Gollion Cédric Roten, Municipal, Sainte-Croix Carole Allgöwer, Yverdon-les-Bains André Allmendinger, Yvonand Isabelle Hottinger, médecin-conseil de l ASPMAD, Concise Yvon Jeanbourquin, Directeur ASPMAD Jean-Jacques Monachon, Directeur général AVASAD Yves Kühne, Secrétaire général Réseau Santé Nord Broye Frédéric Piguet, Syndic, Bonvillars Cendrine Cach le, Municipale, Baulmes François Marmier, Syndic, Chavannes-le-Chêne Jean-Pierre Rochat, Le Sechey, Syndic Le Lieu Christian Vuillioud, Le Brassus, Municipal Le Chenit Madeline Dvorak, Municipale, Vallorbe Françoise Messer, Municipale, Le Lieu Nathalie Saugy, Municipale, Yverdon-les-Bains CENTRES MÉDICO-SOCIAUX ET ÉQUIPES DE SOINS TRANSVERSES N O DE TÉL. ET ADRESSE COURRIEL UNIQUES : Cossonay / Rue des Laurelles 1 Grandson / Rue des Remparts 6 Orbe / Rue de la Poste 3 Sainte-Croix / Av. des Alpes 18 D Vallorbe / Rue du Faubourg 9 Yverdon-les-Bains / Rue des Moulins 32 Yvonand / Route de Rovray 21 La Vallée de Joux Le Sentier / Grand-Rue 40 Equipe mobile des CMS Nord Vaudois / Rue des Moulins 32, 1400 Yverdon-les-Bains Pool d appoint / En Chamard 55 C, 1440 Montagny-près-Yverdon / Equipe de proximité / Appartements protégés des Ermitages Rue des Quatre-Marronniers 32 b, 1400 Yverdon-les-Bains / CMS NORD VAUDOIS U N E 25 ans R É G I O N I D A S O L I R E YVERDON VALLORBE GRANDSON LA VALLÉE YVONAND COSSONAY ORBE SAINTE-CROIX AUTRES SERVICES ESPACE PRÉVENTION Rue du Pré 2, 1400 Yverdon-les-Bains / BUREAU DES MOYENS AUXILIAIRES En Chamard 55 B, 1442 Montagny-près-Yverdon / TMR NORD VAUDOIS TRANSPORTS ADAPTÉS POUR PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE En Chamard 55 C, 1442 Montagny-près-Yverdon / 14 CMS NORD VAUDOIS ASPMAD 15

9 CMS NORD VAUDOIS ASPMAD

Fondation de La Côte pour l aide et les soins à domicile et la prévention. Centre médico-social de Terre-Sainte

Fondation de La Côte pour l aide et les soins à domicile et la prévention. Centre médico-social de Terre-Sainte pour l aide et les soins à domicile et la prévention Centre médico-social de Terre-Sainte Mardi 25 septembre 2012 Séminaire de l AAFI-AFICS «Bien vieillir chez soi» 1 Mission Aider les personnes dépendantes

Plus en détail

LES TARIFS. Valable dès 2012. www.avasad.ch

LES TARIFS. Valable dès 2012. www.avasad.ch LES TARIFS Valable dès 2012 www.avasad.ch E QU IL FAUT AVOIR COMMENT SONT FINANCÉES LES PRESTATIONS? Certaines prestations d Aide et soins à domicile sont remboursées par les assurances-maladie et/ou financées

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

LOISIRS ET RENCONTRES CONFÉRENCES INFO -SENIORS PERMETTRE AUX RETRAITÉS D EN SAVOIR PLUS SUR DES SUJETS QUI LES CONCERNENT

LOISIRS ET RENCONTRES CONFÉRENCES INFO -SENIORS PERMETTRE AUX RETRAITÉS D EN SAVOIR PLUS SUR DES SUJETS QUI LES CONCERNENT LOISIRS ET RENCONTRES CONFÉRENCES INFO -SENIORS PERMETTRE AUX RETRAITÉS D EN SAVOIR PLUS SUR DES SUJETS QUI LES CONCERNENT ÊTRE BIEN DANS SON QUOTIDIEN, POUR VOUS C EST QUOI? POUR MOI, C EST GARDER UNE

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés Service des assurances sociales et de l'hébergement Section sociale Bâtiment administratif de la Pontaise Av. des Casernes 2 1014 Lausanne Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA DOSSIER DE PRESSE Paris, le mardi 14 février 2006 PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA propose, depuis le début du mois, une gamme de services

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS AUX PARENTS D UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Préambule Lors de la négociation de l accord «Nouveau Contrat Social», les Organisations Syndicales ont fait

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE DU POSTE ASSISTANT GESTION FINANCIERE

FICHE DESCRIPTIVE DU POSTE ASSISTANT GESTION FINANCIERE FICHE DESCRIPTIVE DU POSTE Direction : Service : FINANCIERE Financier ASSISTANT GESTION FINANCIERE MISSION-FINALITE : Assister le responsable du service dans la bonne exécution des opérations relatives

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT :

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : CSSS 044M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : ENTOURER LA PERSONNE ÂGÉE ET LES PROCHES AIDANTS, ADAPTER LES PRATIQUES Mémoire présenté à la Commission de la santé et des

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

Nouveau mandat de prestations délivré aux centres médico-sociaux régionaux du canton du Valais

Nouveau mandat de prestations délivré aux centres médico-sociaux régionaux du canton du Valais Nouveau mandat de prestations délivré aux centres médico-sociaux régionaux du canton du Valais Département de la santé, des affaires sociales et de l énergie Juillet 2007 Table de matière 1. BASES LEGALES...

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre NOTRE HÔPITAL Au-delà du soin, vous comprendre S ENGAGE 4, rue Kléber 3, rue Barbès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 47 59 59 59 www.ihfb.org Au-delà du soin, vous comprendre UNE NOUVELLE IMAGE DE NOUVELLES

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement PROJET DE FUSION Introduction : Une volonté de rapprochement Historique Anjou Soins Services, Santé Loire Vallée de l Authion et UNA du Saumurois sont trois associations expérimentées dans le soutien à

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques inc. (RCRPP) 600 250, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1P 6M1 Tél. : 613-567-7500 Téléc. : 613-567-7640 Site Web : www.cprn.org Les soins de santé de

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement Département des institutions et de la sécurité Service des communes et du logement Division finances communales Commune de FERREYRES Résumé des comptes Année 2014 Cette formule doit parvenir au Département,

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Rapport d activité 2014

Rapport d activité 2014 Rapport d activité 2014 APREMADOL Ouest lausannois - Bussigny - Ecublens - Renens Sud - Renens Nord- Crissier La vie devient plus facile! L aide et les soins à domicile? Une relation basée sur le respect

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Rapport d activités 2014

Rapport d activités 2014 www.alter-ego-ch 13 ème Assemblée générale ordinaire 15 juin 2015 à l Institut et HES La Source - Lausanne Rapport d activités 2014 Rue du Simplon 23 Case Postale 844 1800 Vevey Permanence téléphonique:

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 FONDATION EMERA 2 NOTRE IDENTITE Emera Institution créée en 1939, reconnue d utilité publique, ne poursuivant aucun but lucratif Partenaire des pouvoirs

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX 15 Les solutions pour la maison L un des enjeux majeurs du maintien à domicile est la garantie, pour la personne en situation de dépendance

Plus en détail

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Oncologie (2005) 7: 78-83 78 Springer 2005 DOI 10.1007/s10269-005-0158-4 Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Comité du

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial Masterplan «Formation aux professions des soins» Newsletter 2 2014 Impressum SEFRI, janvier 2014 Publiée au format électronique en français et en allemand. Commande: www.sbfi.admin.ch/sante Editeur Éditorial

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Journée d information 8 avril 2014. Journée d information. Bienvenue

Journée d information 8 avril 2014. Journée d information. Bienvenue Journée d information Bienvenue OFFRE DE SERVICE Brigitte AZCOITIA Sous direction Offre de Service Sabine XIMENES Service Accueil Contenu de la présentation Constat de la situation actuelle Etat des lieux

Plus en détail

en parle débats en magasin bien vieillir chez soi : cela se prépare! PARIS-BEAUBOURG 07 septembre 2006

en parle débats en magasin bien vieillir chez soi : cela se prépare! PARIS-BEAUBOURG 07 septembre 2006 MAISon en parle débats en magasin bien vieillir chez soi : cela se prépare! MAISon PARIS-BEAUBOURG 07 septembre 2006 Leroy Merlin Source réunit des chercheurs, des enseignants et des profession- en parle

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail