Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél Téléc.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc."

Transcription

1 Analyse du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Filière biologique du Québec Groupe PGP Avril 2013 Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél Téléc

2 Table des matières Clientèle consommatrice d aliments biologiques... 1 Description... 1 Éléments principaux qui sont demeurés stables... 3 Éléments principaux qui ont changé entre 2011 et Impact... 5 Clientèle non consommatrice d aliments biologiques... 7 Description... 7 Impact... 7 Portrait du domaine biologique... 9 Résumé de la situation... 9 Forces, faiblesses, menaces, opportunités (FFMO) Produit, prix, distribution et communication (PPDC) Conclusion Recommandations L avenir du biologique i TABLE DES MATIERES

3 Rapport sur le sondage Clientèle consommatrice d aliments biologiques Description En 2013, les personnes qui consomment des aliments biologiques représentent un peu plus de la moitié de la population, pour atteindre 56 %, soit 1 % de plus qu en Cette catégorie de consommateurs est composée à 69 % de personnes ayant un diplôme universitaire en poche. L état du marché entre 2011 et 2013 est plutôt stable et peu de choses ont changé, sinon les motivations et les freins à la consommation. 1 Ce qu il faut savoir sur l état des habitudes de consommation, c est qu elles sont relativement stables depuis En effet, il n y a pas eu de hausse ou de baisse marquée quant à l achat de plusieurs catégories d aliments biologiques. En fait, le seul petit changement qui peut être mentionné est une très légère baisse dans la fréquence d achat et de consommation de presque tous les produits à l étude, à l exception des viandes biologiques qui enregistrent, pour leur part, une forte hausse. Selon le sondage 2013, le prix des produits serait la principale limite à la fréquence de consommation pour 58 % des consommateurs. C est encore plus flagrant chez les jeunes acheteurs de 18 à 34 ans, puisque 68 % d entre eux disent être limités par le prix dans leurs achats de produits bio. En plus de limiter la fréquence d achat, le prix des produits influence 67 % des gens dans le choix qu ils font entre un produit biologique ou un produit régulier, ce qui signifie une hausse de 2 points de 2011 à Le sondage démontre bien l importance de l écart de prix entre un produit ordinaire et son pendant biologique. En effet, plus de 85% des consommateurs de produits biologiques vont considérer cet écart lors de leurs achats en magasin. Lorsque l écart est de 40 %, seulement 34 % d entre eux vont choisir le produit biologique, un pourcentage en chute de 6 points depuis À 30 % d écart de prix, le pourcentage de consommateurs qui choisiraient le produit bio monte à 48 %. C est seulement à partir de 20% d écart que plus de 80 % des consommateurs vont faire le choix du biologique. De plus, on constate une différence très importante entre les résultats des deux sondages sur le facteur prix comme incitatif d achat. En 2011, 7 % des consommateurs indiquaient ce facteur comme incitatif numéro un, alors qu en 2013 ce pourcentage passe à 60 %. CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

4 Si le facteur prix constitue un frein pour bon nombre de consommateurs, ce qui pousse ces gens à acheter biologique en 2013 est surtout l effet bénéfique de ce type de produits sur leur santé, ainsi que le bon goût de ces produits. Le facteur «santé» a augmenté de 3 % en deux ans pour s établir à 83 %, alors que le facteur «goût» connaît une bonne augmentation de 5 points, pour passer à 63 %. Ces deux facteurs, la santé et le goût, sont définitivement ceux qui motivent le plus les consommateurs dans leurs achats de produits bio. Ce qui influence le plus l achat de produits bio demeure cependant le prix. Sur ce point, les différences sont spectaculaires entre les deux sondages. 2 En ce qui concerne les intentions d achats, elles reflètent les autres résultats publiés en Sans être en baisse, l intérêt des consommateurs ne tend pas à augmenter. En fait, la proportion de consommateurs à vouloir dépenser plus pour des produits biologiques a diminué de 5 %, proportion qui se retrouve en 2013 dans la clientèle qui a l intention de maintenir le même niveau de dépenses. CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

5 Éléments principaux qui sont demeurés stables Bon nombre d éléments ont très peu changé depuis deux ans au regard de la connaissance et de l achat de produits biologiques. Pourcentage de la population qui consomme du biologique (56 %). Proportion de produits biologiques dans l alimentation. 3 Catégories de produits consommés. Niveau d information et de connaissances générales sur les produits biologiques. Reconnaissance de la présence de critères pour qu'un produit porte la mention biologique (98 %). Reconnaissance de vérifications annuelles auprès des entreprises (82 %). Les supermarchés comme lieux priviligiés d achat de produits bio (83 %). CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

6 Éléments principaux qui ont changé entre 2011 et 2013 Le sondage de 2013 démontre certaines différences avec celui de 2011 quant à la consommation de produits biologiques. Plus de consommateurs de longue date, moins de nouveaux consommateurs. Petite baisse de la fréquence d'achat. Baisse dans les intentions d'augmenter les achats de produits biologiques. Moins d'achats par semaine, plus d'achats par mois. 4 Augmentation du facteur prix comme frein à la fréquence d achat. Augmentation drastique du facteur lié à l'obtention de prix compétitifs comme incitatifs à la consommation de produits biologiques (7 %/60 %). Augmentation importante du réseau amis, famille et collègues comme source d information sur les produits biologiques (18 %/50 %). Fort pourcentage de consommateurs qui préviligient la présence d îlots ou de sections biologiques en magasin comme points de repères (51 %/72 %). Différences majeures dans les facteurs influençant l achat de produits biologiques (prix, santé, goût). CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

7 Impact Le sondage mené en 2013 contient des informations de première main pour revoir l approche promotionnelle du secteur biologique et met en perspective plusieurs éléments importants à considérer pour la valorisation des produits d appellation biologique. But Renverser la tendance actuelle de stagnation observée dans l achat de produits biologiques, en mettant davantage en évidence les caractéristiques qui donnent une plus-value à ces produits. Pour ce faire, il faudra se doter d un plan de communication aligné sur cet objectif et prenant plus en compte le type de motivation de la clientèle cible. 5 Clientèle cible La clientèle-cible de produits biologiques présente les caractéristiques suivantes : Sexe féminin : o La proportion de consommatrices est à peu près la même que celle des consommateurs ; o Les femmes accordent plus d importance aux différences entre les produits bio et les produits conventionnels ; o Les femmes ont une fréquence de consommation des produits bio plus élevée. Bien éduquée ; o Principalement ayant un diplôme universitaire, un peu moins en provenance des CÉGEPS. Revenu familial de $ et plus ; Entre 35 et 44 ans ; o Clientèle secondaire chez les 18 à 34 ans et les 45 et 54 ans. Cherche des prix compétitifs ; o Attache de l importance à l écart de prix entre la version conventionnelle et la version biologique d un même produit. Possède une bonne connaissance des produits biologiques ; o N associe pas nécessairement toutes les valeurs ajoutées aux produits biologiques. Achète la majorité de ses aliments biologiques dans les supermarchés ; o Apprécie la présence d îlots ou de sections biologiques en magasin. Se préoccupe de la qualité de son alimentation ; Ne cherche pas à modifier ses habitudes d achat sans stimuli ; S informe sur le biologique autant dans les médias qu auprès de son réseau social. CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

8 Moyens pour augmenter la fréquence d achat Il existe différentes façons d atteindre la clientèle-cible pour modifier ses comportements d achat. Pour atteindre cet objectif, il faudrait développer un mix marketing permettant de mieux d influencer les consommateurs visés. Plus de détails sont présentés à cet effet dans la section «portrait du domaine biologique». 6 CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

9 Clientèle non consommatrice d aliments biologiques Description Le pourcentage de personnes qui ne consomment pas de produits biologiques au Québec représente 44 % de la population. Ce groupe se compose principalement de personnes n ayant pas effectué d études après le secondaire, 70 % d entre elles ne consommant pas d aliments biologiques. Les raisons qui constituent des frais à l achat de produits biologiques ont très peu changé en deux ans. Le prix trop élevé ressort encore comme raison numéro 1, passant de 46 % à 53 %. 7 La deuxième raison invoquée dans le sondage comme limite à l achat de produits biologiques est le manque de confiance au regard de la mention biologique. Ce facteur passe de 5 % en 2011 à 11 % en Par ailleurs, les facteurs en baisse sont ceux liés à la connaissance des produits et à leur accessibilité. Cette correspondance établie entre les consommateurs et les non-consommateurs de produits biologiques est très importante, en ce qu elle indique un partage des mêmes préoccupations à l égard du bio pour les deux groupes. Il faudrait donc en tenir compte dans une éventuelle stratégie marketing. Une campagne visant les consommateurs actuels de produits bio offre de fortes possibilités d atteindre également les non-consommateurs de ce type de produits. Impact Le sondage 2013 permet de mieux connaître le type de clientèle qui ne consomme pas de produits biologiques et de faire le point pour poser des actions davantage ciblées. But Il faut d abord évaluer la pertinence de mettre des efforts et d utiliser des ressources pour atteindre les non-consommateurs, alors que la consommation quotidienne de ceux qui achètent des produits biologiques se situe seulement à 18 % et que seulement 18 % d entre eux ont une alimentation biologique à plus de 30 %. À première vue, il semble plus important de consolider les acquis et de renforcer les motivations des consommateurs actuels. Il faut aussi garder à l esprit qu une campagne marketing visant les consommateurs actuels offre de bonnes possibilités d atteindre une partie des non-consommateurs. Le but est de faire adopter les aliments biologiques dans les habitudes de consommation du plus grand nombre possible de personnes non-consommatrices, tout en s assurant d augmenter la fréquence d achat. CLIENTELE NON CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

10 Clientèle cible non consommatrice Les caractéristiques principales de la clientèle non consommatrice de produits biologiques sont les suivantes : N a pas poursuivi d études après le niveau secondaire ; o Possiblement peu ou moins portée vers les cahiers spéciaux ou vers certains médias spécialisés utilisés par la Filière pour communiquer de l information. Revenu familial de moins de $ par année ; Plus de 54 ans ; Favorise les bas prix avant tout ; Accorde moins de confiance aux «vertus» biologiques ainsi qu à leur provenance ou ne croient pas à ces «vertus» ; N a pas de difficulté à repérer les produits biologiques en magasin. 8 Moyens pour inciter à l achat de produits bio Une nouvelle approche devra être développée si le choix est fait de viser précisément la clientèle non consommatrice de produits biologiques dans une campagne mix marketing. Les particularités de cette clientèle diffèrent en effet de celles des consommateurs habituels d aliments bio. En même temps, il faut garder en tête que les deux clientèles ont les mêmes préoccupations et qu il est donc possible d atteindre une partie des non-consommateurs en s adressant aux consommateurs actuels. Plus d information sur ce point se retrouve à la section «Portrait du domaine biologique». CLIENTELE NON CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

11 Portrait du domaine biologique Résumé de la situation La Filière biologique du Québec s est dotée d un plan de valorisation de l appellation biologique au Québec, en se basant sur les données recueillies par un sondage mené auprès des consommateurs en Ce plan a été élaboré pour mettre en place des moyens qui permettraient d augmenter la confiance et l intérêt des consommateurs et des entreprises envers les produits biologiques. Il présente les grandes lignes des actions à poser dans les cinq grandes filières de production biologique pour atteindre cet objectif. Pour sa part, le présent document s attarde tout particulièrement aux volets «consommateurs» et «distribution aux consommateurs» du plan de valorisation. 9 Les caractéristiques de la clientèle cible présentées dans le plan avaient été documentées par le sondage de Les nouvelles données de 2013 ont permis de détailler davantage le profil de la clientèle-cible, à l aide de croisements de données. De plus, diverses problématiques et différents avantages liés à la distribution à grande échelle ont aussi été indiqués dans le sondage 2011 et validés dans celui de La stratégie utilisée jusqu à maintenant par la Filière biologique pour influencer les acheteurs potentiels d aliments bio a consisté principalement à les informer sur les caractéristiques générales du mode de production biologique. Différents moyens de communication ont été utilisés en ce sens et ont donné lieu à une visibilité intéressante du bio dans les médias. La Filière a également assuré une présence dans différents salons et foires d alimentation. De plus, un slogan et un logo ont été développés pour le secteur bio, afin de retenir l attention des consommateurs et de susciter leur intérêt. Le volet de la distribution a, lui aussi, été étudié par la Filière pour trouver les moyens de maximiser la visibilité des produits biologiques auprès des consommateurs. Étant donné que 83% des répondants au sondage de 2011 avaient indiqué qu ils souhaitaient faire leurs achats de produits biologiques dans les supermarchés les plus près de chez eux, un projet pilote a été mis sur place pour évaluer les meilleures façons d améliorer la visibilité des produits, au bénéfice tant des détaillants que des consommateurs. Depuis 2011, la Filière biologique du Québec a donc posé les bases d une stratégie intégrée de communication et compte utiliser les données du sondage 2013 pour raffiner cette stratégie et la rendre encore plus performante. PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

12 Forces Faiblesses Menaces Opportunités Groupe PGP Forces, faiblesses, menaces, opportunités (FFMO) À partir des résultats des deux sondages et des démarches de promotion générique de l appellation biologique effectuées par la Filière, on peut établir les forces, faiblesses, opportunités et menaces les plus évidentes qui se posent au regard du développement de la consommation d aliments bio au Québec. L analyse FFMO permet de bien situer l environnement d affaires à prendre en considération dans une éventuelle stratégie marketing. 10 Une clientèle actuelle plutôt nombreuse (56 %) Une clientèle qui demeure fidèle au bio Un produit bien défini Une clientèlecible assez bien définie Une clientèle avec une bonne connaissance des caractéristiques générales sur le mode de production et sur le produit Stagnation de la fréquence de consommation Pas de réelle approche marketing Pas de campagne de promotion ciblée Distribution peu adaptée aux besoins d'un produit de créneau Prix élevés Économie difficile Ressources budgétaires gouvernement ales limitées Plus grande prise de conscience sur l'importance de préserver l'environne ment et de manger santé Demande pour des produits biologiques encore dans une phase de croissance Un marché bien encadré PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

13 Produit, prix, distribution et communication (PPDC) Pour avoir une stratégie complète et intégrée, qui couvre tous les aspects du produit d une organisation, il est important de s attarder au type de produit offert, à son prix et aux répercussions qu il a sur la clientèle-cible, à la communication développée autour de ce produit et au type de distribution nécessaire pour le mettre en marché. PRODUIT Le produit «biologique» est déjà très bien défini puisque, depuis bon nombre d années, cet aspect a été travaillé et développé. Ainsi, la définition claire des caractéristiques du produit, la réglementation qui l entoure, l identification de la mention biologique existent déjà. Si la nature du produit biologique est une chose bien établie, il reste cependant à mieux cerner les caractéristiques qui sont déterminantes dans la décision d achat de la clientèle ciblée. Par la suite, ces caractéristiques pourront être tournées en avantages, puis en bénéfices pour le consommateur. Ce type d information est essentiel pour être en mesure de développer une communication marketing de qualité. 11 PRIX Le prix du produit est la composante la plus «sensible» pour les consommateurs, mais aussi la plus difficile à changer, puisqu elle dépend de plusieurs facteurs extérieurs à l organisation. Bien sûr, les efforts pour réduire la différence de prix entre un produit conventionnel et son pendant biologique doivent se poursuivre. Cependant, il faut comprendre qu abaisser le prix d un produit est plutôt ardu et n est pas toujours souhaitable pour la reconnaissance de la plus-value dudit produit. Il est donc important que le consommateur en arrive à passer outre à ce facteur, par une stratégie qui lui démontre plutôt «qu il en a pour son argent» quand il achète ce produit. DISTRIBUTION La distribution est un élément essentiel de la stratégie marketing, puisque les détaillants ont la responsabilité de présenter les produits biologiques aux consommateurs et qu ils peuvent ainsi avoir un impact assez important sur la vente des produits. Une bonne distribution est essentielle en ce qu elle permet d éviter les ruptures de stock et d avoir la meilleure visibilité en commerce. La recherche d un positionnement concurrentiel pour les produits biologiques doit donc être une préoccupation pour l ensemble des partenaires du secteur et il faut trouver des moyens de stimuler l intérêt des détaillants et de maximiser leur rôle, pour mieux répondre à la demande des consommateurs. PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

14 Pour cette raison, il serait important d obtenir la collaboration des magasins spécialisés et des supermarchés. Avec le soutien de ces entreprises de détail, il deviendra possible de créer une image de marque forte pour les aliments biologiques du Québec, en étendant la pratique de certains commerçants qui font déjà une place spéciale à ce type d aliments. D autres stratégies peuvent aussi être mises de l avant pour améliorer la visibilité des produits bio dans les commerces et pour leur faire une meilleure place dans les supermarchés. COMMUNICATION La communication est la composante qui constitue l enrobage essentiel de l ensemble de la stratégie sur les produits biologiques. Il faut donc porter une attention toute particulière aux façons de communiquer l information et au contenu des communications publiques sur le biologique et garder à l esprit la nécessité de toujours adapter la communication aux particularités de la clientèle-cible. De cette façon, il sera possible d augmenter l efficacité des actions de communication et d influencer suffisamment la clientèle-cible pour l inciter à augmenter la fréquence de ses achats de produits biologiques ou à commencer à faire des achats de ce type de produits. 12 Pour optimiser les communications, il faut d abord déterminer le meilleur axe de communication à retenir pour véhiculer le message qu on souhaite diffuser. Autour de cet axe, il sera possible de créer un contenu qui pourra ensuite être adapté au mix média choisi. Le choix du contenu et du média devra s appuyer sur les besoins de la clientèle-cible, ainsi que sur les ressources disponibles dans l organisation. Lors de l étape de la création du ou des concepts publicitaires qui découleront de l axe de communication, une association avec une firme spécialisée pourra être envisagée, en soutien à l organisation. À ce tournant important du développement du secteur biologique, il devient essentiel d évaluer la nature et la fonction des communications et d examiner la possibilité de faire des changements pour mieux saisir les occasions d affaires. Le moment ne serait-il pas propice pour passer d une approche marketing basée sur le mode de production biologique à une approche basée sur les caractéristiques des produits, par catégorie de produits? Cette approche ne permettrait-elle pas davantage de faire valoir les avantages et les bienfaits de chacune de ces catégories, qui diffèrent parfois beaucoup de l une à l autre. PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

15 13 Produit Établir les caractéristiques déterminantes dans le choix d achat de la clientèle ciblée Présenter ces caractéristique comme des avantages et des bienfaits pour les consommateurs Communication Déterminer l'axe Définir le concept Choisir le mix média Passer d'une approche par mode de production à une approche par catégorie de produits Prix Faire la démonstration que le consommateur "en a pour son argent" quand il consomme bio Distribution Stimuler l'intérêt des détaillants Maximiser leur rôle Augmenter leur collaboration Répondre à la demande PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

16 Conclusion Recommandations Les résultats du sondage 2013 indiquent clairement le besoin de clarifier la stratégie de mise en valeur des produits biologiques. Le fait que la majorité des consommateurs sont maintenant d avis que le prix est le plus gros frein à l achat des produits biologiques constitue un signal à l effet qu il faut remettre en question l actuelle stratégie de communication, pour démontrer que le rapport qualité/prix est excellent. Au cours des dernières années, il a été nécessaire d offrir une information générique sur le bio pour renseigner la population. Cependant, il apparaît que, même si les consommateurs ont désormais une assez bonne connaissance des caractéristiques du mode de production bio (sans pesticides, sans engrais chimiques, sans OGM, sans intrants de synthèse), cela n est pas suffisant pour les inciter à investir davantage dans l achat de produits bio. On peut donc, à juste titre, se demander s il n y aurait pas lieu de revoir les messages pour les simplifier davantage et surtout, pour mettre plus en évidence les caractéristiques qui peuvent motiver les achats de ce type de produits, par catégorie de produits. 14 Il semble que les consommateurs se rendent en grand nombre dans des salons où on retrouve des produits biologiques, afin de pouvoir parler directement à un représentant et se faire rassurer sur la pertinence de leurs choix de vie et de consommation. Cette façon de faire s apparente à de la dissonance cognitive, un état qui se produit à la suite d un achat où la personne n est pas sûre à 100% de son choix. S ensuit alors une période de doute qui peut se solder, si rien n est fait, par un intérêt moindre ou par l arrêt des achats. Si cet effet se fait ressentir, c est qu il existe un manque de communication claire susceptible de confirmer les consommateurs sur le bien-fondé de leurs choix, d où l importance d agir en ce sens. L avenir du biologique La meilleure façon de s assurer que les achats de produits biologiques au Québec continuent de progresser passe par la mise en place d une bonne stratégie marketing intégrée. Le secteur biologique pourra ainsi espérer voir la fréquence de consommation des aliments biologiques augmenter, tout comme le nombre de nouveaux consommateurs de ce type de produits. De plus, l augmentation du volume de produits biologiques vendus renforcera l attrait de produire bio. Tout le monde y gagnera, incluant les distributeurs qui seront ravis de faire plus de place sur leurs tablettes à un produit qui leur assurera une bonne rentabilité. En somme, une telle stratégie permettra à la Filière de mieux remplir encore sa mission, qui est de favoriser la concertation entre tous les maillons de la chaîne de valeur des aliments biologiques du Québec, dans une optique de développement des marchés. CONCLUSION

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES

BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES 1. LE PROJET 1.2 Résumé du projet Sous cette rubrique, il est important de préciser l origine

Plus en détail

ÉTUDE DE PERCEPTION ET DE CONSOMMATION DE PRODUITS ET

ÉTUDE DE PERCEPTION ET DE CONSOMMATION DE PRODUITS ET ÉTUDE DE PERCEPTION ET DE CONSOMMATION DE PRODUITS ET SERVICES D HORTICULTURE ORNEMENTALE D INTÉRIEUR Rapport final Août 2008 En collaboration avec : Rapport final août 2008 2 Table des matières Liste

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Plan de fidélisation des familles 2014-2017 Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Montréalaises, Montréalais, Notre ville est riche de près de 300 000 familles sur son territoire,

Plus en détail

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009 Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne Plus de 1,2 millions de noms

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens SONDAGE LÉGER On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens Laval, le 25 février 2014. C est ce que révèle une toute nouvelle étude 1 réalisée dans le cadre

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

:Réalisé par BELHASSAN Selma

:Réalisé par BELHASSAN Selma :Réalisé par BELHASSAN Selma Introduction Le Plan Première partie: Présentation de l entreprise 1) Bref aperçu 2) Historique 3) Répartition géographique 4) Le développement durable Deuxième partie: L étude

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

Comportement des consommateurs européens envers le commerce mobile

Comportement des consommateurs européens envers le commerce mobile Comportement des consommateurs européens envers le commerce mobile Principaux obstacles et challenges Royaume-Uni, France et BeNeLux Une étude de marché commanditée par ATG ATG Research Report Octobre

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008 Nom du projet De la terre à la table volet mise en marché FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection Territoire du projet MRC de Coaticook Région touristique des Cantons de l Est Durée 3 ans

Plus en détail

SUIVI DES ACTIVITÉS PROMOTIONNELLES

SUIVI DES ACTIVITÉS PROMOTIONNELLES SUIVI DES ACTIVITÉS PROMOTIONNELLES Page de . CONTEXTE Conformément à l engagement pris dans le cadre du dossier R--0, le Distributeur a informé la Régie le octobre 0 de son intention de procéder à un

Plus en détail

Rôle de la promotion en marketing des services hôteliers Etude de cas : le grand hôtel «Cirta» ville de «Constantine».

Rôle de la promotion en marketing des services hôteliers Etude de cas : le grand hôtel «Cirta» ville de «Constantine». Revue des Sciences Humaines Université Mohamed Khider Biskra No :27/28 Rôle de la promotion en marketing des services hôteliers Etude de cas : le grand hôtel «Cirta» ville de «Constantine». Amel Kehila

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL I. Introduction Plan L objet du marketing Les étapes de la démarche commerciale Les déclencheurs d achat II. La notion de produit Les caractéristiques du produit

Plus en détail

1 : Définition et importance de la promotion des ventes 1 :

1 : Définition et importance de la promotion des ventes 1 : LE COUT ET L IMPACT DES AXES ET OUTILS DE COMMUNICATION 50 SECTION 2 : LA PROMOTION DES VENTES 1 : Définition et importance de la promotion des ventes 1 : La promotion des ventes tient une place de plus

Plus en détail

Guide de rédaction du plan d affaires

Guide de rédaction du plan d affaires Guide de rédaction du plan d affaires Raison sociale ou nom du projet En date du mois année Raison sociale de l entreprise ou nom du projet page 1 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉSENTATION DU PROJET... 2 1.1

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

MC1: Communication et accueil à la clientèle

MC1: Communication et accueil à la clientèle 30 METIERS DE L ACCUEIL ET DU MARKETING MC1: Communication et accueil à la clientèle - Donner une image positive de son entreprise et développer ses capacités à informer et à communiquer avec un public

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006 Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale 08 juin 2006 Méthodologie Deux axes méthodologiques complémentaires ont été mis en œuvre dans l étude : 1 Une investigation qualitative exploratoire

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Plan d affaires (version abrégée)

Plan d affaires (version abrégée) Plan d affaires (version abrégée) Le plan d affaires est un outil essentiel qui permet aux entrepreneurs de se questionner et de structurer, de renforcer ou de modifier leur idée de projet d affaires.

Plus en détail

L Annuaire des consom acteurs

L Annuaire des consom acteurs L Annuaire des consom acteurs 1/5 SOMMAIRE Présentation du site 3 Les atouts de Bio et Bien-être.fr 4 Un mot de la Créatrice 5 Contact Presse 5 2/5 Présentation du site Le lien web entre professionnels

Plus en détail

UC P 5 Commercialiser les produits de l exploitation agricole

UC P 5 Commercialiser les produits de l exploitation agricole UC P 5 Commercialiser les produits de l exploitation agricole Rappel du cours précédent «Les outils de communication» I. Les outils de communication A. Introduction B. Communication visuelle / graphique

Plus en détail

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 2008 Genworth Financial, Inc. Tous droits réservés. Commentaire de spécialiste Les résultats du sondage suivant indiquent

Plus en détail

Modèle/Exemple - Business plan

Modèle/Exemple - Business plan Modèle/Exemple - Business plan Insérez ici le logo de votre enseigne/société NOM/Prénom Addresse 1 Addresse 2 Ville Code Postal Téléphone Fax Mobile E-mail Site Internet Sommaire Page 1. Introduction -

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Prenez vos dettes en main

Prenez vos dettes en main Prenez vos dettes en main 4 Solut!ons pour planifier vos finances P l a n i f i c a t i o n f i n a n c i è r e 1 0 1 Remettre ses finances sur la bonne voie après une perte d emploi Il y a à peine une

Plus en détail

Projet Détail Formation

Projet Détail Formation Projet Détail Formation Programmation 2015-2016 des ateliers, formations et services-conseils pour les entreprises de détail, de services, de restauration, d alimentation et de tourisme. Partenaires du

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

Marketing International

Marketing International Marketing International Licence générale Semestre 6 Gestion commerciale Professeur de la matière: MR. Soulaimane LAGHZAOUI Groupe de travail: BELKBAB Asmae BOUNIA Nadia KHILAL Ahmed SBAI EL-IDRISSI Outmane

Plus en détail

Auchan Consumer Zoom 600 000 clients pour mesurer et optimiser vos actions marketing. Une offre unique au service des industriels.

Auchan Consumer Zoom 600 000 clients pour mesurer et optimiser vos actions marketing. Une offre unique au service des industriels. marchés-test, efficacité publicitaire et promotionnelle, modélisation Auchan Consumer Zoom 600 000 clients pour mesurer et optimiser vos actions marketing. Une offre unique au service des industriels.

Plus en détail

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC BAROMÈTRE DE COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS AU QUÉBEC L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique. Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route»

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique. Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route» Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route» La démarche mercatique - «une feuille de route» Modifier, ajuster mes axes

Plus en détail

Comment booster sa marque sur Internet

Comment booster sa marque sur Internet Marketing Sandrine Saporta Comment booster sa marque sur Internet Les stratégies gagnantes, 2014 ISBN : 978-2-212-55946-0 Chapitre 1 Une marque sur le Web : oui, mais pourquoi? Pour communiquer? Le Web

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Que pensent les Québécois de l'épicerie en ligne?

Que pensent les Québécois de l'épicerie en ligne? Que pensent les Québécois de l'épicerie en ligne? Livre blanc distribué gracieusement par l'entreprise de Services-Conseils kébxl Contact : Jérôme Claveau kebxl@oricom.ca 418-353-2633 Table des matières

Plus en détail

04/05/2014. L étude de marché

04/05/2014. L étude de marché L étude de marché Définition l étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché. (Environnement, offre, demande, ) Son

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse

Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse quantitative Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 Proportion

Plus en détail

MON MARIAGE AU BOUT D UN CLIC!

MON MARIAGE AU BOUT D UN CLIC! MON MARIAGE AU BOUT D UN CLIC! Kit média - Juillet 2015 L unique répertoire virtuel de commerçants du mariage au QUéBEC! jememarie.ca c est quoi? Une plateforme unique et inestimable pour les fournisseurs

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING CONFÉRENCE MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING MANUEL DU PARTICIPANT Conférencier : Ronald Martineau, Conseiller stratégique, TAO Design & Marketing Collège de l immobilier du Québec 600, chemin du Golf, Île

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Success Story pour le marché Américain

Success Story pour le marché Américain pour le marché Américain Votre passerelle sur le marchée américain. Al Hamman, Président, Hamman Marketing Associates Avec plus de 30 ans d expériences nationales et internationales derrière nous en marketing

Plus en détail

Une Meilleure exploitation de prix comme arme concurrentielle :

Une Meilleure exploitation de prix comme arme concurrentielle : Dossier de marketing des systèmes intégrés Une Meilleure exploitation de prix comme arme concurrentielle : Mohammed Bezzari Introduction Le prix fait partie des composantes majeures du mix-marketing et

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Introduction à la rémunération des cadres supérieurs

Introduction à la rémunération des cadres supérieurs Introduction à la rémunération des cadres supérieurs Résumé Au cours des dernières années, le niveau de rémunération des cadres supérieurs ainsi que le lien entre cette rémunération et la performance des

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

L image de l huître auprès des consommateurs et des acheteurs professionnels

L image de l huître auprès des consommateurs et des acheteurs professionnels > Édition juin 2013 L image de l huître auprès des consommateurs et des acheteurs professionnels les études de Étude sur l image de l huître auprès des consommateurs et des acheteurs professionnels Résumé

Plus en détail

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 Stratégies marketing Augmenter sa créativité en période de changement Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 La présentation Marketing en temps de crise Quelques principes

Plus en détail

Le portrait du villégiateur. ! Âgé de 52 ans! Revenu familial après impôt : 55 000 $ (environ 100 000$ avant impôt)

Le portrait du villégiateur. ! Âgé de 52 ans! Revenu familial après impôt : 55 000 $ (environ 100 000$ avant impôt) Août-septembre 2002 RÉSIDENCE SECONDAIRE 1ERE PARTIE C est à 52 ans que l on est le plus susceptible d acheter une résidence secondaire, d une valeur moyenne de 88 000 $. Source : Statistique Canada, Enquête

Plus en détail

Sondage national de 2009 sur le marché du travail et de l emploi en hygiène dentaire. Partie 2 : Scolarité

Sondage national de 2009 sur le marché du travail et de l emploi en hygiène dentaire. Partie 2 : Scolarité Sondage national de 2009 sur le marché du travail et de l emploi en hygiène dentaire Partie 2 : Scolarité Contenu Faits saillants... 3 1. Scolarité reçue avant la formation pour l entrée en pratique d

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015 Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec Montréal, 15 janvier 2015 Méthodologie Sondage Web réalisé du 3 au 13 novembre 2014. Échantillon représentatif de 5 659 répondants adultes

Plus en détail

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa Le Parc des Expositions du Gipuzkoa «Pour bien préparer un Salon» Justification des Salons - Le SALON est l outil de marketing le plus utilisé après la propre force de vente. - Contacter un visiteur à

Plus en détail

Séance d'information sur la bi-énergie et le tarif DT. Suivi de la décision D-2011-028 25 mai 2011

Séance d'information sur la bi-énergie et le tarif DT. Suivi de la décision D-2011-028 25 mai 2011 Séance d'information sur la bi-énergie et le tarif DT Suivi de la décision D-2011-028 25 mai 2011 Table des matières 1. Demandes de la Régie extraits de la décision D-2011-028 2. Contexte et objectifs

Plus en détail

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC GUIDE À L INTENTION DES COMMANDITAIRES BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC @cbtu_women facebook.com/buildtogether.ca LE PROGRAMME «BÂTIR ENSEMBLE» INCLUT DES STRATÉGIES QUI ONT ÉTÉ ADAPTÉES POUR RECRUTER

Plus en détail

Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile. Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie

Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile. Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie Guide de pratiques exemplaires en matière de commerce mobile Des techniques concrètes pour surpasser les normes de l industrie TABLE DES MATIÈRES LA MOBILITÉ EN HAUSSE... 3 INCURSION DANS L UNIVERS DE

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing.

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Internet est la plus grande vitrine imaginable pour présenter et vendre des produits et des services. En permanence

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Université Laval Cours : Design des interfaces et commerce électronique. Travail de la séance 4 Présenté à Mme Marie-Christine Roy

Université Laval Cours : Design des interfaces et commerce électronique. Travail de la séance 4 Présenté à Mme Marie-Christine Roy Université Laval Cours : Design des interfaces et commerce électronique Travail de la séance 4 Présenté à Mme Marie-Christine Roy #Il est mentionné dans le matériel du cours de cette semaine, qu il y a

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Principes de Base du Marketing. Robert TEP

Principes de Base du Marketing. Robert TEP Principes de Base du Marketing Robert TEP Plan I. Définition II. Principe III. Démarche IV. Les objectifs: 1. Clarifier la notion de Marketing 2. Distinguer les extensions de fonctions du Marketing 3.

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Chapitre 4 La planification : le marketing opérationnel ou marketing-mix Le marché cible est défini,

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION Une société multinationale est une société qui produit des effets économiques dans plusieurs pays. C'est-à-dire que, soit les actionnaires

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation

Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation Les Grandes Conférences les affaires FAVORISER L ADHÉSION DES PARTIES PRENANTES Ville de Montréal Le 5 décembre 2012 Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation Les éléments

Plus en détail

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5 V11N5 ONZIÈME ANNÉE V11N5 Dossier Accès Aux tablettes Démarquez-vous! ACTUALiTeALiMeNTAire.CoM POSTE-PUBLICATIONS #41610548 ADRESSE DE RETOUR : 615, AV. NOTRE-DAME, SAINT-LAMBERT (QC) J4P 2K8 dossier :

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Table des matières 3 4 6 7 8 9 10 11 12 14 17 18 21 Présentation et méthodologie Principaux constats Résultats

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail