Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél Téléc.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc."

Transcription

1 Analyse du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Filière biologique du Québec Groupe PGP Avril 2013 Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél Téléc

2 Table des matières Clientèle consommatrice d aliments biologiques... 1 Description... 1 Éléments principaux qui sont demeurés stables... 3 Éléments principaux qui ont changé entre 2011 et Impact... 5 Clientèle non consommatrice d aliments biologiques... 7 Description... 7 Impact... 7 Portrait du domaine biologique... 9 Résumé de la situation... 9 Forces, faiblesses, menaces, opportunités (FFMO) Produit, prix, distribution et communication (PPDC) Conclusion Recommandations L avenir du biologique i TABLE DES MATIERES

3 Rapport sur le sondage Clientèle consommatrice d aliments biologiques Description En 2013, les personnes qui consomment des aliments biologiques représentent un peu plus de la moitié de la population, pour atteindre 56 %, soit 1 % de plus qu en Cette catégorie de consommateurs est composée à 69 % de personnes ayant un diplôme universitaire en poche. L état du marché entre 2011 et 2013 est plutôt stable et peu de choses ont changé, sinon les motivations et les freins à la consommation. 1 Ce qu il faut savoir sur l état des habitudes de consommation, c est qu elles sont relativement stables depuis En effet, il n y a pas eu de hausse ou de baisse marquée quant à l achat de plusieurs catégories d aliments biologiques. En fait, le seul petit changement qui peut être mentionné est une très légère baisse dans la fréquence d achat et de consommation de presque tous les produits à l étude, à l exception des viandes biologiques qui enregistrent, pour leur part, une forte hausse. Selon le sondage 2013, le prix des produits serait la principale limite à la fréquence de consommation pour 58 % des consommateurs. C est encore plus flagrant chez les jeunes acheteurs de 18 à 34 ans, puisque 68 % d entre eux disent être limités par le prix dans leurs achats de produits bio. En plus de limiter la fréquence d achat, le prix des produits influence 67 % des gens dans le choix qu ils font entre un produit biologique ou un produit régulier, ce qui signifie une hausse de 2 points de 2011 à Le sondage démontre bien l importance de l écart de prix entre un produit ordinaire et son pendant biologique. En effet, plus de 85% des consommateurs de produits biologiques vont considérer cet écart lors de leurs achats en magasin. Lorsque l écart est de 40 %, seulement 34 % d entre eux vont choisir le produit biologique, un pourcentage en chute de 6 points depuis À 30 % d écart de prix, le pourcentage de consommateurs qui choisiraient le produit bio monte à 48 %. C est seulement à partir de 20% d écart que plus de 80 % des consommateurs vont faire le choix du biologique. De plus, on constate une différence très importante entre les résultats des deux sondages sur le facteur prix comme incitatif d achat. En 2011, 7 % des consommateurs indiquaient ce facteur comme incitatif numéro un, alors qu en 2013 ce pourcentage passe à 60 %. CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

4 Si le facteur prix constitue un frein pour bon nombre de consommateurs, ce qui pousse ces gens à acheter biologique en 2013 est surtout l effet bénéfique de ce type de produits sur leur santé, ainsi que le bon goût de ces produits. Le facteur «santé» a augmenté de 3 % en deux ans pour s établir à 83 %, alors que le facteur «goût» connaît une bonne augmentation de 5 points, pour passer à 63 %. Ces deux facteurs, la santé et le goût, sont définitivement ceux qui motivent le plus les consommateurs dans leurs achats de produits bio. Ce qui influence le plus l achat de produits bio demeure cependant le prix. Sur ce point, les différences sont spectaculaires entre les deux sondages. 2 En ce qui concerne les intentions d achats, elles reflètent les autres résultats publiés en Sans être en baisse, l intérêt des consommateurs ne tend pas à augmenter. En fait, la proportion de consommateurs à vouloir dépenser plus pour des produits biologiques a diminué de 5 %, proportion qui se retrouve en 2013 dans la clientèle qui a l intention de maintenir le même niveau de dépenses. CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

5 Éléments principaux qui sont demeurés stables Bon nombre d éléments ont très peu changé depuis deux ans au regard de la connaissance et de l achat de produits biologiques. Pourcentage de la population qui consomme du biologique (56 %). Proportion de produits biologiques dans l alimentation. 3 Catégories de produits consommés. Niveau d information et de connaissances générales sur les produits biologiques. Reconnaissance de la présence de critères pour qu'un produit porte la mention biologique (98 %). Reconnaissance de vérifications annuelles auprès des entreprises (82 %). Les supermarchés comme lieux priviligiés d achat de produits bio (83 %). CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

6 Éléments principaux qui ont changé entre 2011 et 2013 Le sondage de 2013 démontre certaines différences avec celui de 2011 quant à la consommation de produits biologiques. Plus de consommateurs de longue date, moins de nouveaux consommateurs. Petite baisse de la fréquence d'achat. Baisse dans les intentions d'augmenter les achats de produits biologiques. Moins d'achats par semaine, plus d'achats par mois. 4 Augmentation du facteur prix comme frein à la fréquence d achat. Augmentation drastique du facteur lié à l'obtention de prix compétitifs comme incitatifs à la consommation de produits biologiques (7 %/60 %). Augmentation importante du réseau amis, famille et collègues comme source d information sur les produits biologiques (18 %/50 %). Fort pourcentage de consommateurs qui préviligient la présence d îlots ou de sections biologiques en magasin comme points de repères (51 %/72 %). Différences majeures dans les facteurs influençant l achat de produits biologiques (prix, santé, goût). CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

7 Impact Le sondage mené en 2013 contient des informations de première main pour revoir l approche promotionnelle du secteur biologique et met en perspective plusieurs éléments importants à considérer pour la valorisation des produits d appellation biologique. But Renverser la tendance actuelle de stagnation observée dans l achat de produits biologiques, en mettant davantage en évidence les caractéristiques qui donnent une plus-value à ces produits. Pour ce faire, il faudra se doter d un plan de communication aligné sur cet objectif et prenant plus en compte le type de motivation de la clientèle cible. 5 Clientèle cible La clientèle-cible de produits biologiques présente les caractéristiques suivantes : Sexe féminin : o La proportion de consommatrices est à peu près la même que celle des consommateurs ; o Les femmes accordent plus d importance aux différences entre les produits bio et les produits conventionnels ; o Les femmes ont une fréquence de consommation des produits bio plus élevée. Bien éduquée ; o Principalement ayant un diplôme universitaire, un peu moins en provenance des CÉGEPS. Revenu familial de $ et plus ; Entre 35 et 44 ans ; o Clientèle secondaire chez les 18 à 34 ans et les 45 et 54 ans. Cherche des prix compétitifs ; o Attache de l importance à l écart de prix entre la version conventionnelle et la version biologique d un même produit. Possède une bonne connaissance des produits biologiques ; o N associe pas nécessairement toutes les valeurs ajoutées aux produits biologiques. Achète la majorité de ses aliments biologiques dans les supermarchés ; o Apprécie la présence d îlots ou de sections biologiques en magasin. Se préoccupe de la qualité de son alimentation ; Ne cherche pas à modifier ses habitudes d achat sans stimuli ; S informe sur le biologique autant dans les médias qu auprès de son réseau social. CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

8 Moyens pour augmenter la fréquence d achat Il existe différentes façons d atteindre la clientèle-cible pour modifier ses comportements d achat. Pour atteindre cet objectif, il faudrait développer un mix marketing permettant de mieux d influencer les consommateurs visés. Plus de détails sont présentés à cet effet dans la section «portrait du domaine biologique». 6 CLIENTELE CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

9 Clientèle non consommatrice d aliments biologiques Description Le pourcentage de personnes qui ne consomment pas de produits biologiques au Québec représente 44 % de la population. Ce groupe se compose principalement de personnes n ayant pas effectué d études après le secondaire, 70 % d entre elles ne consommant pas d aliments biologiques. Les raisons qui constituent des frais à l achat de produits biologiques ont très peu changé en deux ans. Le prix trop élevé ressort encore comme raison numéro 1, passant de 46 % à 53 %. 7 La deuxième raison invoquée dans le sondage comme limite à l achat de produits biologiques est le manque de confiance au regard de la mention biologique. Ce facteur passe de 5 % en 2011 à 11 % en Par ailleurs, les facteurs en baisse sont ceux liés à la connaissance des produits et à leur accessibilité. Cette correspondance établie entre les consommateurs et les non-consommateurs de produits biologiques est très importante, en ce qu elle indique un partage des mêmes préoccupations à l égard du bio pour les deux groupes. Il faudrait donc en tenir compte dans une éventuelle stratégie marketing. Une campagne visant les consommateurs actuels de produits bio offre de fortes possibilités d atteindre également les non-consommateurs de ce type de produits. Impact Le sondage 2013 permet de mieux connaître le type de clientèle qui ne consomme pas de produits biologiques et de faire le point pour poser des actions davantage ciblées. But Il faut d abord évaluer la pertinence de mettre des efforts et d utiliser des ressources pour atteindre les non-consommateurs, alors que la consommation quotidienne de ceux qui achètent des produits biologiques se situe seulement à 18 % et que seulement 18 % d entre eux ont une alimentation biologique à plus de 30 %. À première vue, il semble plus important de consolider les acquis et de renforcer les motivations des consommateurs actuels. Il faut aussi garder à l esprit qu une campagne marketing visant les consommateurs actuels offre de bonnes possibilités d atteindre une partie des non-consommateurs. Le but est de faire adopter les aliments biologiques dans les habitudes de consommation du plus grand nombre possible de personnes non-consommatrices, tout en s assurant d augmenter la fréquence d achat. CLIENTELE NON CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

10 Clientèle cible non consommatrice Les caractéristiques principales de la clientèle non consommatrice de produits biologiques sont les suivantes : N a pas poursuivi d études après le niveau secondaire ; o Possiblement peu ou moins portée vers les cahiers spéciaux ou vers certains médias spécialisés utilisés par la Filière pour communiquer de l information. Revenu familial de moins de $ par année ; Plus de 54 ans ; Favorise les bas prix avant tout ; Accorde moins de confiance aux «vertus» biologiques ainsi qu à leur provenance ou ne croient pas à ces «vertus» ; N a pas de difficulté à repérer les produits biologiques en magasin. 8 Moyens pour inciter à l achat de produits bio Une nouvelle approche devra être développée si le choix est fait de viser précisément la clientèle non consommatrice de produits biologiques dans une campagne mix marketing. Les particularités de cette clientèle diffèrent en effet de celles des consommateurs habituels d aliments bio. En même temps, il faut garder en tête que les deux clientèles ont les mêmes préoccupations et qu il est donc possible d atteindre une partie des non-consommateurs en s adressant aux consommateurs actuels. Plus d information sur ce point se retrouve à la section «Portrait du domaine biologique». CLIENTELE NON CONSOMMATRICE D ALIMENTS BIOLOGIQUES

11 Portrait du domaine biologique Résumé de la situation La Filière biologique du Québec s est dotée d un plan de valorisation de l appellation biologique au Québec, en se basant sur les données recueillies par un sondage mené auprès des consommateurs en Ce plan a été élaboré pour mettre en place des moyens qui permettraient d augmenter la confiance et l intérêt des consommateurs et des entreprises envers les produits biologiques. Il présente les grandes lignes des actions à poser dans les cinq grandes filières de production biologique pour atteindre cet objectif. Pour sa part, le présent document s attarde tout particulièrement aux volets «consommateurs» et «distribution aux consommateurs» du plan de valorisation. 9 Les caractéristiques de la clientèle cible présentées dans le plan avaient été documentées par le sondage de Les nouvelles données de 2013 ont permis de détailler davantage le profil de la clientèle-cible, à l aide de croisements de données. De plus, diverses problématiques et différents avantages liés à la distribution à grande échelle ont aussi été indiqués dans le sondage 2011 et validés dans celui de La stratégie utilisée jusqu à maintenant par la Filière biologique pour influencer les acheteurs potentiels d aliments bio a consisté principalement à les informer sur les caractéristiques générales du mode de production biologique. Différents moyens de communication ont été utilisés en ce sens et ont donné lieu à une visibilité intéressante du bio dans les médias. La Filière a également assuré une présence dans différents salons et foires d alimentation. De plus, un slogan et un logo ont été développés pour le secteur bio, afin de retenir l attention des consommateurs et de susciter leur intérêt. Le volet de la distribution a, lui aussi, été étudié par la Filière pour trouver les moyens de maximiser la visibilité des produits biologiques auprès des consommateurs. Étant donné que 83% des répondants au sondage de 2011 avaient indiqué qu ils souhaitaient faire leurs achats de produits biologiques dans les supermarchés les plus près de chez eux, un projet pilote a été mis sur place pour évaluer les meilleures façons d améliorer la visibilité des produits, au bénéfice tant des détaillants que des consommateurs. Depuis 2011, la Filière biologique du Québec a donc posé les bases d une stratégie intégrée de communication et compte utiliser les données du sondage 2013 pour raffiner cette stratégie et la rendre encore plus performante. PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

12 Forces Faiblesses Menaces Opportunités Groupe PGP Forces, faiblesses, menaces, opportunités (FFMO) À partir des résultats des deux sondages et des démarches de promotion générique de l appellation biologique effectuées par la Filière, on peut établir les forces, faiblesses, opportunités et menaces les plus évidentes qui se posent au regard du développement de la consommation d aliments bio au Québec. L analyse FFMO permet de bien situer l environnement d affaires à prendre en considération dans une éventuelle stratégie marketing. 10 Une clientèle actuelle plutôt nombreuse (56 %) Une clientèle qui demeure fidèle au bio Un produit bien défini Une clientèlecible assez bien définie Une clientèle avec une bonne connaissance des caractéristiques générales sur le mode de production et sur le produit Stagnation de la fréquence de consommation Pas de réelle approche marketing Pas de campagne de promotion ciblée Distribution peu adaptée aux besoins d'un produit de créneau Prix élevés Économie difficile Ressources budgétaires gouvernement ales limitées Plus grande prise de conscience sur l'importance de préserver l'environne ment et de manger santé Demande pour des produits biologiques encore dans une phase de croissance Un marché bien encadré PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

13 Produit, prix, distribution et communication (PPDC) Pour avoir une stratégie complète et intégrée, qui couvre tous les aspects du produit d une organisation, il est important de s attarder au type de produit offert, à son prix et aux répercussions qu il a sur la clientèle-cible, à la communication développée autour de ce produit et au type de distribution nécessaire pour le mettre en marché. PRODUIT Le produit «biologique» est déjà très bien défini puisque, depuis bon nombre d années, cet aspect a été travaillé et développé. Ainsi, la définition claire des caractéristiques du produit, la réglementation qui l entoure, l identification de la mention biologique existent déjà. Si la nature du produit biologique est une chose bien établie, il reste cependant à mieux cerner les caractéristiques qui sont déterminantes dans la décision d achat de la clientèle ciblée. Par la suite, ces caractéristiques pourront être tournées en avantages, puis en bénéfices pour le consommateur. Ce type d information est essentiel pour être en mesure de développer une communication marketing de qualité. 11 PRIX Le prix du produit est la composante la plus «sensible» pour les consommateurs, mais aussi la plus difficile à changer, puisqu elle dépend de plusieurs facteurs extérieurs à l organisation. Bien sûr, les efforts pour réduire la différence de prix entre un produit conventionnel et son pendant biologique doivent se poursuivre. Cependant, il faut comprendre qu abaisser le prix d un produit est plutôt ardu et n est pas toujours souhaitable pour la reconnaissance de la plus-value dudit produit. Il est donc important que le consommateur en arrive à passer outre à ce facteur, par une stratégie qui lui démontre plutôt «qu il en a pour son argent» quand il achète ce produit. DISTRIBUTION La distribution est un élément essentiel de la stratégie marketing, puisque les détaillants ont la responsabilité de présenter les produits biologiques aux consommateurs et qu ils peuvent ainsi avoir un impact assez important sur la vente des produits. Une bonne distribution est essentielle en ce qu elle permet d éviter les ruptures de stock et d avoir la meilleure visibilité en commerce. La recherche d un positionnement concurrentiel pour les produits biologiques doit donc être une préoccupation pour l ensemble des partenaires du secteur et il faut trouver des moyens de stimuler l intérêt des détaillants et de maximiser leur rôle, pour mieux répondre à la demande des consommateurs. PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

14 Pour cette raison, il serait important d obtenir la collaboration des magasins spécialisés et des supermarchés. Avec le soutien de ces entreprises de détail, il deviendra possible de créer une image de marque forte pour les aliments biologiques du Québec, en étendant la pratique de certains commerçants qui font déjà une place spéciale à ce type d aliments. D autres stratégies peuvent aussi être mises de l avant pour améliorer la visibilité des produits bio dans les commerces et pour leur faire une meilleure place dans les supermarchés. COMMUNICATION La communication est la composante qui constitue l enrobage essentiel de l ensemble de la stratégie sur les produits biologiques. Il faut donc porter une attention toute particulière aux façons de communiquer l information et au contenu des communications publiques sur le biologique et garder à l esprit la nécessité de toujours adapter la communication aux particularités de la clientèle-cible. De cette façon, il sera possible d augmenter l efficacité des actions de communication et d influencer suffisamment la clientèle-cible pour l inciter à augmenter la fréquence de ses achats de produits biologiques ou à commencer à faire des achats de ce type de produits. 12 Pour optimiser les communications, il faut d abord déterminer le meilleur axe de communication à retenir pour véhiculer le message qu on souhaite diffuser. Autour de cet axe, il sera possible de créer un contenu qui pourra ensuite être adapté au mix média choisi. Le choix du contenu et du média devra s appuyer sur les besoins de la clientèle-cible, ainsi que sur les ressources disponibles dans l organisation. Lors de l étape de la création du ou des concepts publicitaires qui découleront de l axe de communication, une association avec une firme spécialisée pourra être envisagée, en soutien à l organisation. À ce tournant important du développement du secteur biologique, il devient essentiel d évaluer la nature et la fonction des communications et d examiner la possibilité de faire des changements pour mieux saisir les occasions d affaires. Le moment ne serait-il pas propice pour passer d une approche marketing basée sur le mode de production biologique à une approche basée sur les caractéristiques des produits, par catégorie de produits? Cette approche ne permettrait-elle pas davantage de faire valoir les avantages et les bienfaits de chacune de ces catégories, qui diffèrent parfois beaucoup de l une à l autre. PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

15 13 Produit Établir les caractéristiques déterminantes dans le choix d achat de la clientèle ciblée Présenter ces caractéristique comme des avantages et des bienfaits pour les consommateurs Communication Déterminer l'axe Définir le concept Choisir le mix média Passer d'une approche par mode de production à une approche par catégorie de produits Prix Faire la démonstration que le consommateur "en a pour son argent" quand il consomme bio Distribution Stimuler l'intérêt des détaillants Maximiser leur rôle Augmenter leur collaboration Répondre à la demande PORTRAIT DU DOMAINE BIOLOGIQUE

16 Conclusion Recommandations Les résultats du sondage 2013 indiquent clairement le besoin de clarifier la stratégie de mise en valeur des produits biologiques. Le fait que la majorité des consommateurs sont maintenant d avis que le prix est le plus gros frein à l achat des produits biologiques constitue un signal à l effet qu il faut remettre en question l actuelle stratégie de communication, pour démontrer que le rapport qualité/prix est excellent. Au cours des dernières années, il a été nécessaire d offrir une information générique sur le bio pour renseigner la population. Cependant, il apparaît que, même si les consommateurs ont désormais une assez bonne connaissance des caractéristiques du mode de production bio (sans pesticides, sans engrais chimiques, sans OGM, sans intrants de synthèse), cela n est pas suffisant pour les inciter à investir davantage dans l achat de produits bio. On peut donc, à juste titre, se demander s il n y aurait pas lieu de revoir les messages pour les simplifier davantage et surtout, pour mettre plus en évidence les caractéristiques qui peuvent motiver les achats de ce type de produits, par catégorie de produits. 14 Il semble que les consommateurs se rendent en grand nombre dans des salons où on retrouve des produits biologiques, afin de pouvoir parler directement à un représentant et se faire rassurer sur la pertinence de leurs choix de vie et de consommation. Cette façon de faire s apparente à de la dissonance cognitive, un état qui se produit à la suite d un achat où la personne n est pas sûre à 100% de son choix. S ensuit alors une période de doute qui peut se solder, si rien n est fait, par un intérêt moindre ou par l arrêt des achats. Si cet effet se fait ressentir, c est qu il existe un manque de communication claire susceptible de confirmer les consommateurs sur le bien-fondé de leurs choix, d où l importance d agir en ce sens. L avenir du biologique La meilleure façon de s assurer que les achats de produits biologiques au Québec continuent de progresser passe par la mise en place d une bonne stratégie marketing intégrée. Le secteur biologique pourra ainsi espérer voir la fréquence de consommation des aliments biologiques augmenter, tout comme le nombre de nouveaux consommateurs de ce type de produits. De plus, l augmentation du volume de produits biologiques vendus renforcera l attrait de produire bio. Tout le monde y gagnera, incluant les distributeurs qui seront ravis de faire plus de place sur leurs tablettes à un produit qui leur assurera une bonne rentabilité. En somme, une telle stratégie permettra à la Filière de mieux remplir encore sa mission, qui est de favoriser la concertation entre tous les maillons de la chaîne de valeur des aliments biologiques du Québec, dans une optique de développement des marchés. CONCLUSION

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

1. Présentation du projet

1. Présentation du projet SONDAGE RAPPROCHER L ÉCOLE DES FAMILLES 1. Présentation du projet Le 31 mars dernier, une soirée d échanges à l intention des parents a été organisée par l Organisme de participation des parents de l école

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Coordination du projet Alain Rioux, président, Groupe PGP Lucie Corriveau, adjointe administrative, Groupe PGP

Coordination du projet Alain Rioux, président, Groupe PGP Lucie Corriveau, adjointe administrative, Groupe PGP Réalisation Ce document a été réalisé sous la supervision de la Filière biologique du Québec, grâce au soutien financier du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ). Coordination

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

LE DROIT DES ACTIONNAIRES

LE DROIT DES ACTIONNAIRES LE DROIT DES ACTIONNAIRES ATELIER COMMENT SE PRÉPARER À UNE ASSEMBLÉE ACTIF 2007 www.actif.net 514.748.8027 1.877.552.2843 info@actif.net AVIS 2 ACTIF est un réseau coopératif d éducation financière. Il

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

UTILISATION DE LA MARQUE ET DU LOGO WIXX

UTILISATION DE LA MARQUE ET DU LOGO WIXX UTILISATION DE LA MARQUE ET DU LOGO WIXX Guide à l intention des gens motivés qui veulent faire bouger les jeunes et qui désirent s associer à la campagne WIXX OCTOBRE 2014 WIXX est une campagne de communication

Plus en détail

Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières

Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières 1. Présentation de L'entreprise INC 1.1 Identification de l entreprise 1.2 Mission de l entreprise 1.3 Historique 1.4

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Prix Innovation 2015. Congrès des milieux documentaires

Prix Innovation 2015. Congrès des milieux documentaires Prix Innovation 2015 Congrès des milieux documentaires Quand je veux où je veux est la nouvelle image de marque conçue pour mettre en valeur le haut niveau de qualité des bibliothèques membres du Réseau

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

BTSCOM 1/ ENTRAINEMENT N 2 MANAGEMENT/ FINALITE & MANAGEMENT

BTSCOM 1/ ENTRAINEMENT N 2 MANAGEMENT/ FINALITE & MANAGEMENT BTSCOM 1/ ENTRAINEMENT N 2 MANAGEMENT/ FINALITE & MANAGEMENT 1. Selon Peter Drucker, la finalité d une entreprise est de dégager un profit. 2. Selon Peter Drucker, la finalité de l entreprise est la satisfaction

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015 Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité Mars 2015 Table des matières CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 4 RÉSULTATS DÉTAILLÉS Section A : Clients D sans puissance

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Sommaire. 1. Gérer la publicité : 1. Gérer la publicité : 2. La promotion des ventes : 3. la communication événementielle et le parrainage :

Sommaire. 1. Gérer la publicité : 1. Gérer la publicité : 2. La promotion des ventes : 3. la communication événementielle et le parrainage : Sommaire 1. Gérer la publicité : 1.1 Les acteurs de la publicité : 1.2. Les objectifs publicitaires : 1.3 La détermination du budget : 1.4 L élaboration du message : 1.5 Le choix des médias et des supports

Plus en détail

Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus»

Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus» Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus» Par Guillaume Lachapelle, conseiller pédagogique responsable de la mise en

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 présenté à L APPUI BAS-SAINT-LAURENT par de la MRC de Rivière-du-Loup Mars 2013 VISION Les proches aidants d une personne aînée en perte d autonomie

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur»

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» «Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» Philippe Vachet et Leadwork sont heureux de vous présenter leur nouveau concept de formations collectives «à la carte», adapté aux petites entreprises, aux

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2016 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes ENQUÊTE 2016 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2016 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES POINTS SAILLANTS

Plus en détail

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé Contribution du travail socio-éducatif auprès des jeunes pour les aider à faire face aux défis auxquels ils sont confrontés, en particulier le passage du système éducatif au monde du travail Résultats

Plus en détail

Les sources et méthodes de recherche d information

Les sources et méthodes de recherche d information Les sources et méthodes de recherche d information DOCUMENTS ÉCRITS Recherche documentaire Différents répertoires permettent d au moins identifier les entreprises existantes. Dépendamment de ces répertoires,

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE Marcel Risi, président et directeur général Centre québécois de valorisation de la biomasse, Sainte-Foy, Québec Introduction L expérience accumulée depuis huit

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

LE SYSTEME DE REMUNERATION

LE SYSTEME DE REMUNERATION LE SYSTEME DE REMUNERATION Le système de rémunération est un outil clé en termes de management, même s il ne s agit du seul outil de motivation. Le système de rémunération doit être adapté aux commerciaux

Plus en détail

Bien étudier son marché pour construire une offre gagnante

Bien étudier son marché pour construire une offre gagnante Bien étudier son marché pour construire une offre gagnante Animé par : Fabienne CARBONI Catherine POLLET Il y a bien 3 sujets-clés : 1. L étude de marché 2. La construction de son offre 3. La cohérence

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

SOMMAIRE. Distribu(on 2

SOMMAIRE. Distribu(on 2 SOMMAIRE 1. ETUDE DE MARCHE 2. MARKETING 3. PDCC (Schéma marketing) 4. LES 4 P (Outils marketing) 5. MARKETING MIX 6. RP (Relations publiques) 7. PUBLICITE & PROMOTION Distribu(on 2 Distribution Par distribution,

Plus en détail

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF Le programme éducatif doit être un cadre de référence pour votre personnel éducateur et un outil d information pour les parents.

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Le marketing. Les critères de choix de la clientèle sont : l exclusivité, la crédibilité, la durabilité et la cohérence

Le marketing. Les critères de choix de la clientèle sont : l exclusivité, la crédibilité, la durabilité et la cohérence est l ensemble des actions qui ont pour objectif de prévoir constater stimuler et renouveler les besoins de la clientèle en maitrisant les transformations du marché. C est une démarche qui comprend trois

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009 Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne Plus de 1,2 millions de noms

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t.

Centre d affaires, Bd. Ar-Riad, Hay Riad. BP: 2939. Rabat 10.100 Téléphone : (212) 5 37 71 84 00 Télécopie : (212) 5 37 20 38 62 w w w.a n r t. DECISION ANRT/DG/N 08/11 DU 1 er DECEMBRE 2011 RELATIVE A LA REVISION DE L ENCADREMENT PLURIANNUEL DES TARIFS DE TERMINAISON DU TRAFIC D INTERCONNEXION DANS LES RESEAUX FIXES ET MOBILES DES OPERATEURS

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Patrimoines. L évolution du revenu de retraite. Quand la répartition de l actif ne suffit plus

Patrimoines. L évolution du revenu de retraite. Quand la répartition de l actif ne suffit plus MD Patrimoines L évolution du revenu de retraite Quand la répartition de l actif ne suffit plus Quelque dix millions de baby-boomers prendront leur retraite au cours des vingt prochaines années et le secteur

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail