RESCIF Franck Lalanne :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org"

Transcription

1 Franck Lalanne :

2 Contexte Arsenic (métalloïde) : polluant majeur du sous-sol au Nord Burkina Faso, (Smedley et al., 2007), au Mali (Garcia, 2011) au Ghana (Smedley, 1996; Buamah, 2008; Asante, 2009) Région sahélienne : faible pluviométrie en diminution + forte évaporation Contamination eaux souterraines : seule ressource utilisable tout au long de l année Intoxication chronique : problème majeur de santé publique: kératose, cancer

3 Fermeture d un grand nombre de forages diminution de la ressource disponible pour les populations Problématique Analyser et mettre au point des techniques de traitements pour : - Rouvrir des forages condamnés - Utiliser de nouvelles ressources

4 Objectif général Contribuer à l amélioration de la distribution d une eau potable aux populations; atteinte des OMD au Burkina Faso Objectifs spécifiques : (i) Estimer les ressources en eaux souterraines arséniées au Burkina Faso (ii) Mettre au point des techniques de traitement de ces eaux souterraines adaptées aux zones rurales et urbaines (iii) Limiter l'impact environnemental des résidus concentrés en arsenic en les séquestrant dans des matériaux stables présents localement.

5 Description de l action 3 points principaux : - Méthodes de traitement en milieu urbain - Méthodes de traitement en milieu rural - Méthodes de séquestrations des déchets arséniés issus des procédés

6 Milieu urbain Etude systématique et mise au point d'un procédé d osmose inverse Contexte - Osmose inverse basses pressions : + 90% rétention (Ning, 2002; Chan et al., 2008). - Efficacité pour le traitement du fluor couplage énergie solaire (Sénégal) -Avantages - faible occupation au sol, - faible utilisation de produits chimiques, - robustesse (Diawarra, 2008).

7 Objectifs - Etudier les capacités d élimination ainsi que le fonctionnement interne des techniques membranaires (laboratoire: sur échantillons synthétiques et eaux naturelles) - Etudier la faisabilité technico-économique de l implémentation de cette technique (consommation énergétique) (ONEA)

8 Méthodologie + Etude de l efficacité de 3 types de membranes d osmose inverse basse pression choix de la membrane (efficacité et résistance au colmatage) + Modélisation des mécanismes de transfert à l intérieur des membranes comprendre les paramètres influençant l efficacité (spéciation, ph ) + Compréhension du phénomène de colmatage + Performance du système de traitement énergie, réactifs chimiques, coût du m 3 d eau

9 Milieu rural Contexte + Contexte socio-économique (limitant pour technologies sophistiquées) : - Faible disponibilité de l'électricité (voire une absence) - Forages ou puits isolés équipés de pompes à motricité humaine (PMH) - Main d œuvre locale à très faible qualification - Aucune filière d évacuation, de traitement et de stockage des déchets arséniés Adsorption sur oxyde de fer

10 Un matériau industriel : le GEH + En Inde, 2000 systèmes installés pour 0,5 millions de personnes + Efficace à la fois sur l As(III) et l As(V) + Capacité de traitement jusqu à volume par volume (Blard, 2005) Matériau en grain

11 Méthodologie + Conception du pilote d adsorption adaptable aux pompes à mains et aux conditions locales d utilisation. construction d un pilote d adsorption adaptable à plusieurs matériaux + Tests pilotes en laboratoire vérification des fonctionnalités + Installation du pilote sur les sites choisis et suivi du fonctionnement connaissances fonctionnement, réaction des populations

12 Un matériaux local : la latérite + Riche en Fer + Bonnes capacités d adsorption de l arsenic (Maji, 2007; Partey, 2009). + Très présent en Afrique de l Ouest

13 Méthodologie + Choix et Analyse des latérites Etude du rapport granulométrie/surface spécifique; [hydroxyde de fer] + Etude des capacités d adsorption de l arsenic par la latérite Détermination capacité de traitement; comparaison avec celles du GEH.

14 Schéma du pilote d adsorption (GEH)

15 Séquestration des déchets arséniés Contexte Procédés étudiés filtration/adsorption Déchets solides et liquides fortement chargés Séquestration des déchets dans des matrices stables (déchets ultimes)

16 Les matrices Les phosphates naturels + Les roches phosphatées naturelles propriétés de sorption des ETM, (même à faible teneur 12% - (Saxena, 2006)) + Burkina Faso est un producteur de phosphates (Teboh, 1997) +. Minéraux du Burkina: teneur en phosphate (P 2 O 5 ) :27% (Van Straaten, 2002). Les Hydroxyapatites + Composés de formules Ca 10 (PO 4 ) 6 (OH) 2 (Calcium et phosphate) + Possibilités de production au Burkina : phosphates + CaCl 2 et le CaCO 3 + Hydroxyapatites connues comme matériau de stockage pour la stabilisation des métaux lourds (Verwilghen, 2006 ; Bailliez, 2007; Nzihou 2010)

17 Méthodologie Phase 1 : mise au point de protocoles de désorption de récupération de l arsenic sur les résidus solides issus des procédés de traitement de l eau + Caractérisation du matériau la structure interne du matériau est caractérisée par fluorescence X + Analyse physico-chimique du matériau les éléments physico-chimique sont caractérisés + Etude de la récupération de l arsenic. choix de la meilleure méthode d extraction en fonction du matériau

18 Phase 2 : Mise au point en laboratoire d'un procédé de stabilisation/séquestration de l'arsenic dans les hydroxyapatites + Adsorption de solutions réelles concentrées mélange des solutions réelles obtenues avec les matériaux adsorbant + Tests de lixiviation déshydratation et séchage des matériaux; lixiviation à ph variables

19 Perspectives 1- A court terme + Une étude de la mise en œuvre de terrain des pilotes de traitement de l arsenic par adsorption sur latérite et phosphate + Une étude de la mise en œuvre de terrain du pilote de traitement de l arsenic par filtration membranaire (osmose inverse). + Une cartographie du Burkina Faso permettant la mise en relation de l occurrence de certaines maladies (hyperpigmentations et kératoses) avec la présence d arsenic dans les eaux de consommation.

20 2- Long terme + Paramètres physico-chimiques, géologiques et microbiologiques liés à la présence et la spéciation de l arsenic dans les eaux et les sols + Une étude approfondie de l impact de ce polluant sur la santé avec la recherche de biomarqueurs de la toxicité de l arsenic et le développement d outils biologiques pour la détection + Une connaissance des mécanismes de transfert de l arsenic dans le système eau/sols/plantes afin de mesurer l impact de ce polluant sur les cultures vivrières irriguées par des eaux arséniées. + Une étude sur le lien activités minières (notamment aurifère)/présence d arsenic, car le secteur minier est en plein développement au Burkina Faso et dans le sous région.

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014

PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014 PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014 HUDSON-ACRES Historique : Au début des années 80, une problématique de pression et d alimentation en eau est présente. Plusieurs solutions sont étudiées : forage d un

Plus en détail

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES

UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES UNEP / UNESCO / UN-HABITAT / ECA ASSESSMENT OF POLLUTION AND VULNERABILI TY OF WATER SUPPLY AQUIFERS OF AFRICA CITIES EVALUATION DE LA POLLUTION ET DE LA VULNERABILITE DES AQUIFERES DES GRANDES CI TES

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX CONTENANT DES NORM Pour la PRODUCTION d EAU POTABLE

TRAITEMENT DES EAUX CONTENANT DES NORM Pour la PRODUCTION d EAU POTABLE Les eaux destinées à la consommation humaine TRAITEMENT DES EAUX CONTENANT DES NORM Pour la PRODUCTION d EAU POTABLE Société Française de Radioprotection (SFRP) Eau, Radioactivité et Environnement 3 et

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

PERFORMANCE INDUSTRIELLE

PERFORMANCE INDUSTRIELLE PERFORMANCE INDUSTRIELLE 1 1. Améliorer l efficacité énergétique d un site industriel Donner des outils et des méthodes pour améliorer en interne l efficacité énergétique d un site industriel. Préparer

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

Résultats des recherches sur le stockage géologique profond ---

Résultats des recherches sur le stockage géologique profond --- Résultats des recherches sur le stockage géologique profond --- L organisation de la recherche Près de 100 laboratoires associés 3 groupements de recherche avec le CNRS Nombreuses coopérations internationales

Plus en détail

Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com»

Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com» Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com» 02 43 53 53 54 Maîtriser la qualité de l'eau dans le but de Eviter les risques sanitaires

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux?

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Atelier technique ALE, 7 juillet 2009 R. Chartier BRGM - Service Géologique Régional Rhône-Alpes Géothermie > Principes Atelier

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée LES FLUIDES ANTIGEL Fluides antigel Objectifs : Protéger contre le gel et les bris de la tuyauterie Protéger l efficacité thermique des systèmes Protéger contre la corrosion Permettre un environnement

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Laboratoire portable pour la qualité de l'eau

Laboratoire portable pour la qualité de l'eau Laboratoire portable pour la qualité de l'eau L'utilisation d'un laboratoire portable permet d avoir une gamme complète de tests à la fois physico-chimiques et microbiologiques ou microbiologiques seulement.

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU)

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Mise MISE aux AUX normes NORMES des usines DES (MNU) USINES (MNU) 1.0 Présentation d ensemble

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Rencontres INPI de l Innovation. 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs. industrielle

Institut national de la. propriété. Rencontres INPI de l Innovation. 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs. industrielle Institut national de la propriété Rencontres INPI de l Innovation 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs industrielle Institut national de la propriété L éco-innovation : tendances et enjeux économiques

Plus en détail

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!).

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!). Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada LE BIOLOGIQUE DE L EAU SOUTERRAINE Décembre 1997 ***-*** **-** QU EST-CE QUE LE BIOLOGIQUE DE L EAU? L eau utilisée à des fins de

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Titre :Interactions entre arsenic, matière organique et oxydes de fer. Les zones humides sont-elles des sources d As pour les aquifères?

Titre :Interactions entre arsenic, matière organique et oxydes de fer. Les zones humides sont-elles des sources d As pour les aquifères? Acronyme : Arsenorg (ANR-JC) Titre :Interactions entre arsenic, matière organique et oxydes de fer. Les zones humides sont-elles des sources d As pour les aquifères? (Décembre 2011- Décembre 2015) S é

Plus en détail

Mise en application des outils développés dans CAPHEINE : Site 3

Mise en application des outils développés dans CAPHEINE : Site 3 Mise en application des outils développés dans CAPHEINE : Site 3 CAPHEINE : CAractérisation des PHEnomènes de transfert en zone INsaturée des Eléments traces Mars 2012 1 Ce guide a été rédigé dans le cadre

Plus en détail

Fabrication du béton: traiter les boues contenant du chrome en respectant l environnement

Fabrication du béton: traiter les boues contenant du chrome en respectant l environnement Fabrication du béton: traiter les boues contenant du chrome en respectant l environnement 1 De quoi est-il question? La manipulation de matériaux de construction et de déchets de chantier est régie par

Plus en détail

CHARBON NIGER INGENIERIE ASSISTANCE TECHNIQUE FORMATION PROFESSIONNELLE

CHARBON NIGER INGENIERIE ASSISTANCE TECHNIQUE FORMATION PROFESSIONNELLE CHARBON NIGER INGENIERIE ASSISTANCE TECHNIQUE FORMATION PROFESSIONNELLE Société Nigérienne du charbon d ANOU ARAREN SONICHAR MISSION DE SOFREMINES Etude de faisabilité. Projet détaillé d exploitation de

Plus en détail

Puits et forages privés

Puits et forages privés Puits et forages privés à usage domestique Vous souhaitez remettre en service un ancien puits ou créer un forage privé dans votre jardin et éventuellement consommer l eau ainsi prélevée? règles simples

Plus en détail

Nom du service émetteur. mardi 27 mars 2012. Géothermie. Nom du service émetteur

Nom du service émetteur. mardi 27 mars 2012. Géothermie. Nom du service émetteur Nom du service émetteur Géothermie Nom du service émetteur Modèle conceptuel d un «réservoir» de type EGS : application au site géothermal de Soultz-Sous-Forêts Mathilde Loubaud - 1 ère année > Master

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Séminaire National Litto3D Mercredi 4 novembre 2015 Etudes et projets dans les DOM : la climatisation marine

Séminaire National Litto3D Mercredi 4 novembre 2015 Etudes et projets dans les DOM : la climatisation marine DEPROFUNDIS Ingenium Séminaire National Litto3D Mercredi 4 novembre 2015 Etudes et projets dans les DOM : la climatisation marine Le groupe Deprofundis Deprofundis SARL (2009) Conseil en Energies Renouvelables

Plus en détail

Traitements d élimination de l arsenic, du sélénium et de l antimoine

Traitements d élimination de l arsenic, du sélénium et de l antimoine Traitements d élimination de l arsenic, du sélénium et de l antimoine Bénédicte Welté et Antoine Montiel Particularités As Se Sb sont 3 éléments dont l origine géologique naturelle est très fréquente.

Plus en détail

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis Pure à jamais La Station d eau potable K5 de Kinetico vous soulage de vos inquiétudes vis-à-vis de votre eau - celles d aujourd hui et celles de demain. Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire

Plus en détail

L industrie des phosphates, face aux défis environnementaux

L industrie des phosphates, face aux défis environnementaux L industrie des phosphates, face aux défis environnementaux A. KABBABI; R. M HAMDI; J. MAGHNOUJ Laboratoire de Recherche «Eau & Environnement» - CERPHOS O.C.P. Plan exposé Introduction Industrie des Phosphates

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Jean Pierre Bas Process development manager jp.bas@spawater.com 0032 (0) 87794254 Structure de l exposé Principes de classification Prétraitements de l eau Traitements

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

LA SÉCURITÉ DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE. assurer en permanence l alimentation en eau potable

LA SÉCURITÉ DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE. assurer en permanence l alimentation en eau potable LA SÉCURITÉ DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE assurer en permanence l alimentation en eau potable Analyse et gestion des risques de dysfonctionnement du réseau d eau potable Identification des scénarios

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES

LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES LES ENERGIES RENOUVELABLES ET ALTERNATIVES Atelier pour l Envirothon 18 Novembre 2006 Dans l Histoire Les énergies renouvelables ont été les premières à être utilisées par l homme La biomasse Le vent L

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin 8 eme rencontre des gestionnaires AEP 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin Les enjeux liés aux activités industrielles et artisanales sur le périmètre du SAGE INR 21 novembre 2013 - Conseil Général

Plus en détail

Instruments et nouvelles technologies pour le suivi des ressources en eau souterraine

Instruments et nouvelles technologies pour le suivi des ressources en eau souterraine Instruments et nouvelles technologies pour le suivi des ressources en eau souterraine 1 Tendances des suivis des eaux souterraines Manuel Faible coût d investissement Nécessite peu de connaissances techniques

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française 1. Le cadre réglementaire La délibération 87-48AT du 29 avril 87 modifiée

Plus en détail

Comparaison des techniques par COÛTS

Comparaison des techniques par COÛTS Comparaison des techniques par COÛTS Les coûts de mise en œuvre d une technique ou d une filière sont sous l influence de plusieurs paramètres : les caractéristiques géologiques du sol et du site, la concentration

Plus en détail

SIG2013, Versailles, 3 octobre 2013. Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG

SIG2013, Versailles, 3 octobre 2013. Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG Création et vision Le Centre de Recherches Energétiques et Municipales CREM a été conjointement créé en 1986 par la Ville de Martigny et

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com Pour plus d informations sur nos partenariats : +31(0)88 7865847 + 31 (0) 88 7865099 info@ Eau saine au goût agréable. Rétention de minéreaux essentiels. Système membranaire inégalé et breveté. Plus de

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE

Plus en détail

Nos énergies. a votre service

Nos énergies. a votre service Nos énergies a votre service Notre histoire en 5 dates clés 2004 2011 2014 2015 2016 Ouverture du marché du gaz et de l électricité Entreprises, professionnels et collectivités locales sont concernés Création

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

ANTOINE LAPORTE VILLE DE REPENTIGNY

ANTOINE LAPORTE VILLE DE REPENTIGNY ANTOINE LAPORTE VILLE DE REPENTIGNY VERS UNE GESTION DURABLE ET RESPONSABLE DES RESSOURCES EN EAU CARA LE 19 OCTOBRE 2012 LES AMÉLIORATIONS APPORTÉES À LA COLLECTE DES EAUX BRUTES LA PROBLÉMATIQUE D APPROVISIONNEMENT

Plus en détail

pour lutter et faire face au changement climatique

pour lutter et faire face au changement climatique rencontre du 16 décembre2015 Accès à l eau, accès à l électricité: des enjeux partagés pour lutter et faire face au changement climatique Accès à l eau, accès à l énergie, des enjeux partagés L eau, enjeu

Plus en détail

Objectifs principaux des ETE

Objectifs principaux des ETE Présentation de EGIS EAU (Groupe EGIS) Les études technico-économiques de réduction de substances dangereuses dans les rejets aqueux (ETE) La démarche 3RSDE Réunion d informations Le 11 mars 2011 Laurent

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

COMPENTENCES par unité d enseignement

COMPENTENCES par unité d enseignement COMPENTENCES par unité d enseignement 1ère Année Tronc Commun Mathématiques Informatique EC1MI Maîtriser les concepts mathématiques et numériques nécessaires au métier de l ingénieur Maîtriser certains

Plus en détail

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08 La Banque mondiale au Maroc Activités en bref Oct. 08 1 La Stratégie de coopération Maroc/Banque mondiale La nouvelle Stratégie de Coopération approuvée le 19 mai 2005 par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE

CROIX-ROUGE FRANÇAISE CROIX-ROUGE FRANÇAISE Direction des Opérations Internationales / PIROI Gestion, nettoyage et sanitation des puits en situation de catastrophe Document P.I.R.O.I Julien Thiria (ingénieur sanitaire) Mise

Plus en détail

laborantin laboratoire-école

laborantin laboratoire-école EPFL SB-ISIC laboratoire-école appren tis laborantin laboratoire-école en chimie La formation des apprentis laborantins en chimie à l EPFL SB-ISIC La formation des apprentis laborantins en chimie au sein

Plus en détail

Présentation synthétique de la BDEA

Présentation synthétique de la BDEA Présentation synthétique de la BDEA Rakotondrainibe Herivelo-Avril 2011 1. Présentation générale La Bdea est un outil informatique pour le stockage puis le partage avec tous les acteurs du secteur Eau,

Plus en détail

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien H.M.DJELLOULI - S. TALEB Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée Faculté des Sciences-Université D. LIABES de Sidi Bel- Abbès

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Connaître la qualité de l air intérieur

Connaître la qualité de l air intérieur Connaître la qualité de l air intérieur L Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur Comment savoir si l air que nous respirons chez nous, au travail, à l école, dans les salles de sport, etc. est de

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

Présentation plans et devis

Présentation plans et devis Présentation plans et devis Production de biogaz pour l autosuffisance énergétique d une ferme porcine Préparé par Sylvain de Ladurantaye Jalil Hassaoui Khalid Ouazir Jeudi, 1 er mai 2008 1 Plan de la

Plus en détail

Bancarisation et valorisation des données de suivi de la qualité des eaux souterraines au droit des sites industriels en région Rhône-Alpes

Bancarisation et valorisation des données de suivi de la qualité des eaux souterraines au droit des sites industriels en région Rhône-Alpes Bancarisation et valorisation des données de suivi de la qualité des eaux souterraines au droit des sites industriels en région Rhône-Alpes Laurent Albert (1), Laurent Cadilhac (2), Romain Chartier, Violaine

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

Le fluor dans l eau potable et la fluorose

Le fluor dans l eau potable et la fluorose Le fluor dans l eau potable et la fluorose H. Lounici, L. Adour, H.Grib, D.Belhocine, N. Mameri Ecole Nationale Polytechnique d Alger, 10 Avenue Pasteur, Belfort, Alger Laboratoire des Biotechnologies

Plus en détail

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST :

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST : MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWIAFRIQUE DE L OUEST : Projet GWIAfrique de l Ouest: BurkinaFaso, Ghana, Mali, Niger et Sénégal Expérience réussie de Gestion Intégrée des Ressources en

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse de l Arsenic Révisé le 14 mai, 2010 École Secondaire But: Déterminer la concentration d'arsenic de l'eau potable provenant de 4 sources différentes, et d'un échantillon à la valeur limite proposé

Plus en détail

LA SEQUESTRATION DU CO 2

LA SEQUESTRATION DU CO 2 LA SEQUESTRATION DU CO 2 La séquestration géologique du CO 2 est l une des solutions pour réduire les émissions de CO 2 énergétiques et industrielles. C est un enjeu significatif notamment face au développement

Plus en détail

Liste des participants latino-américains inscrits au 21/02/06

Liste des participants latino-américains inscrits au 21/02/06 FORUM MONDIAL DE L EAU Rencontres d affaires Europe/Amérique latine «Gestion Durable de l Eau» MEXICO 20-21 MARS 2006 Liste des participants latino-américains inscrits au 21/02/06 ARGENTINE ARG 01 Traitement

Plus en détail

Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013)

Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013) Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013) Cenaero (http ://www.cenaero.be) est un centre de recherche appliqué dédicacé à la modélisation et la simulation

Plus en détail

DESSALEMENT D UNE EAU SAUMATRE DE LA REGION DE SKHIRAT INVERSE ET NANOFILTRATION

DESSALEMENT D UNE EAU SAUMATRE DE LA REGION DE SKHIRAT INVERSE ET NANOFILTRATION DESSALEMENT D UNE EAU SAUMATRE DE LA REGION DE SKHIRAT PAR ELECTRODIALYSE, OSMOSE INVERSE ET NANOFILTRATION A. Zouahri 1, A. Achatei 2, R. El Habbani 2 et A. Elmidaoui 2 1 : INRA, CRRA de Rabat, URECRN

Plus en détail

Réflexe Prévention Déchets

Réflexe Prévention Déchets Réflexe Prévention Déchets Secteur des Travaux Publics 2 nde journée Plan de la présentation 1. Ressources disponibles DiagADEME, OPTIGEDE, Boîte à outils prévention Les guides techniques Matériaux alternatifs

Plus en détail

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Art 1 : objet = définir les conditions d épandage sur sols agricoles, forestiers

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

Sciences Agrobiologiques et Environnement

Sciences Agrobiologiques et Environnement Licence Professionnelle Sciences Agrobiologiques et Environnement Parcours : Sciences agroalimentaires Parcours : Biotechnologies végétales Parcours : Gestion de l Environnement et Développement Durable.

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Injection de Biométhane dans les réseaux de gaz naturel, L expérience de Lille Métropole

Injection de Biométhane dans les réseaux de gaz naturel, L expérience de Lille Métropole Injection de Biométhane dans les réseaux de gaz naturel, L expérience de Lille Métropole Pierre HIRTZBERGER Directeur-adjoint direction des résidus urbains Lille Métropole Communauté Urbaine Le projet

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

A l'origine, une source unique

A l'origine, une source unique A l'origine, une source unique PeKacid 0-60-20 est une nouvelle source innovante de P205 pour les sols calcaires et les eaux dures Acide phosphorique solide en sacs Produit cristallisé acidifiant PH 2.2

Plus en détail

Plateforme Technologique ENERBAT Cogénération - Froid solaire par adsorption Construction Bois

Plateforme Technologique ENERBAT Cogénération - Froid solaire par adsorption Construction Bois Plateforme Technologique ENERBAT Cogénération - Froid solaire par adsorption Construction Bois Najeh GHILEN, Damien DESCIEUX, Riad BENELMIR LERMAB Faculté des Sciences et Technologies 54506 Vandœuvre-lès-Nancy

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Environement Traitement des eaux

Environement Traitement des eaux LISTE DE PRODUITS Barcelonesa de Drogas y Productos Químicos, S.A. met à votre disposition toute sa capacité et ses conseils techniques pour obtenir la meilleure alternative et fournir les solutions adaptées

Plus en détail

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Direction générale de la Santé Sous-Direction de la gestion des risques des milieux Bureau des eaux DGS/SD7A N Personnes chargées du dossier : Philippe

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Inauguration de BELENOS Vendredi 30 octobre 2009. Plan du dossier. Le contexte et la dynamique du solaire thermique

Inauguration de BELENOS Vendredi 30 octobre 2009. Plan du dossier. Le contexte et la dynamique du solaire thermique belen os Centre d essais et de recherche des systèmes solaires Inauguration de BELENOS Vendredi 30 octobre 2009 Plan du dossier Le contexte et la dynamique du solaire thermique BELENOS : l engagement de

Plus en détail

l expert de la géothermie au service des villes durables

l expert de la géothermie au service des villes durables l expert de la géothermie au service des villes durables ÊTRE UTILE AUX HOMMES La géothermie : décryptage La géothermie constitue une formidable ressource énergétique disponible et locale, au plus près

Plus en détail

Gestionnaire de la Mobilisation des Ressources et des Contrats des Bailleurs

Gestionnaire de la Mobilisation des Ressources et des Contrats des Bailleurs Gestionnaire de la Mobilisation des Ressources et des Contrats des Bailleurs Gestionnaire de la Mobilisation des Ressources et des Contrats des Bailleurs Lieu: Type de contrat: Rend compte à: Ouagadougou,

Plus en détail

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914 BIORÉACTEUR A MEMBRANE ASSOCIANT UN LIT FIXÉ ANAÉROBIE ET UNE UNITÉ D ULTRAFILTRATION Études de laboratoire financées par Ademe et Région Basse-Normandie Étude sur pilote industriel financée par Oseo ANVAR

Plus en détail

Indicateur Microbiologique. Kit d analyse Microbiologique rapide de la flore totale par ATP 2G

Indicateur Microbiologique. Kit d analyse Microbiologique rapide de la flore totale par ATP 2G Indicateur Microbiologique Kit d analyse Microbiologique rapide de la flore totale par ATP 2G Matériels Kit Analyse des microorganismes Surface, dépôt, coupon (DSA 2G) Kit Analyse de l eau Flore totale

Plus en détail