Le 5 Avril 2012, la classe de 2 nde 10 s est rendue accompagnée par deux professeurs, M. Charrin professeur d Histoire-Géographie, et Mme Lioger

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le 5 Avril 2012, la classe de 2 nde 10 s est rendue accompagnée par deux professeurs, M. Charrin professeur d Histoire-Géographie, et Mme Lioger"

Transcription

1 Le 5 Avril 2012, la classe de 2 nde 10 s est rendue accompagnée par deux professeurs, M. Charrin professeur d Histoire-Géographie, et Mme Lioger professeur de Sciences de la Vie et de la Terre, à deux lieux fondamentaux du traitement de l eau à Villefranche sur Saône et son agglomération: l usine de traitement de l eau à coté des champs captants, et la station d épuration.

2 . La visite a commencé à l usine de traitement de l eau puisée. De la salle principale, on pouvait en effet voir les puits où l on puise dans la nappe phréatique. On nous a expliqué le chemin de l eau entre le moment où elle est puisée et le moment où elle arrive chez nous à travers deux groupes : un groupe se voyait expliquer le fonctionnement théorique de l usine à travers un schéma sur ordinateur Vue sur les puits (11 puits de 13,5 m de profondeur) au lieu dit «Beauregard» Explications des étapes de pompage, oxydation du fer et du manganèse, élimination des oxydes par coagulation et filtration puis désinfection par chloration.

3 tandis que le deuxième allait voir les machines, tuyaux et autres cuves et bassins de filtration, de très près. L eau pompée n est pas propre à la consommation car elle contient en particulier du fer et du manganèse. Ceux-ci sont éliminés par oxydation à l ozone (photos de gauche). L eau pompée contient des bactéries qui sont éliminées par postozonation et chloration (photo de droite).

4 Puis les deux groupes ont intervertis les rôles pour que tout le monde puisse bénéficiers d une visite entière. Nous avons tous été captivé par les explications des professionnels qui nous encadraient et avons pu trouver réponse à toutes les questions que nous avons posées. Ainsi, l eau puisée n est pas propre à la consommation et elle subit tout un tas de traitement avant d être envoyée chez nous, comme par exemple passé dans des filtres à sable ou être traité avec du chlore, pour un effet durable dans l élimination des bactéries, ce qui explique son goût particulier chez nous, au robinet. Filtration sur sable des particules d oxydes de fer et de manganèse (après coagulation).

5 Suite à cette première visite passionnante, nous nous sommes rendus à la station d épuration. Là, même organisation : deux groupes qui vont chacun à leur tour avoir une visite sur le terrain et une explication théorique du fonctionnement. Pour l explication théorique, on nous a expliqué le processus d épuration de l eau : un prétraitement (dégrillage, dessablage, dégraissage) pour enlever tous les gros déchets. L eau sale arrive ensuite dans des bassins où on regroupe les particules en suspension. L eau est enfin soumise à des produits chimiques qui la débarrassent de nombreuses bactéries. Elle est enfin relâchée dans le fleuve, presqu entièrement dépolluée. Lors de la visite, nous avons vu le même parcours que précédemment expliqué les sensations en plus. L eau traitée à la station sent évidemment très mauvais et nous avons dû endurer ces odeurs. Mais ce n était qu un maigre tribut par rapport à l expérience vécu. Le guide nous a fait une démonstration en temps réel de floculation, rassemblement de particules en suspension. Nous avons aussi visité la salle de désodorisation et le laboratoire ou des tests sont effectués sur l eau épurée.

6 On nous a bien expliqué que les consignes de sécurité étaient très strictes : pour éviter les chutes, on est muni de chaussures avec une large semelle, il faut des gants, un gilet orange et un casque en permanence, il faut une formation spécifique pour introduire du chlore dans l eau, etc De plus, la plupart des gaz rejetés lors du traitement et surtout de l épuration de l eau sont toxiques en plus d être incolores et/ou inodores, c est pourquoi chaque employé est muni d un compteur semblable a un compteur Geiger lui indiquant le taux de ces gaz dans l air. Même si une salle du complexe est dédiée à d énormes silos servant à la désodorisation. Un casque, un gilet orange ainsi que de grosses semelles sont toujours obligatoires. Salle de désodorisation

7 Pour les métiers de l eau, on nous a confié qu il fallait, entre autre, comme diplôme un CAP, BTS de chaudronnier, d électromécanicien ou un diplôme d ingénieur de l environnement selon le cas. Après une photo souvenir devant la station d épuration, nous avons conclu cette visite exceptionnelle qui nous a permis d en apprendre beaucoup plus sur l eau et ses traitements. Vallet Max 2 nd 10

Usine de traitement d'eau de Saint-Hyacinthe Document explicatif pour la visite Appareils et équipements servant au traitement

Usine de traitement d'eau de Saint-Hyacinthe Document explicatif pour la visite Appareils et équipements servant au traitement Usine de traitement d'eau de Saint-Hyacinthe Document explicatif pour la visite Appareils et équipements servant au traitement Une usine de traitement d'eau doit pouvoir fournir une eau potable d'une qualité

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

Tu auras à remplir un petit document pour t aider à mettre dans ta mémoire les informations que nous te donnerons. Petite question à poser :

Tu auras à remplir un petit document pour t aider à mettre dans ta mémoire les informations que nous te donnerons. Petite question à poser : Pour débuter notre beau projet de science en ligne, nous allons nous présenter. Nous sommes Maryse et Guylaine. Nous essayons d expliquer différents phénomènes scientifiques. Nous aimerions connaître ;aujourd

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Les notions d'hydraulique

Les notions d'hydraulique ÉFFICACITÉ, ÉCONOMIES ET ÉCOLOGIE Les notions d'hydraulique By E.A Formation Technique 2010 Aujourd'hui, nous allons passer au travers quelques notions d'hydraulique ainsi que des problèmes rencontrés

Plus en détail

Le cycle de l eau. Évaporation. Condensation. Précipitations

Le cycle de l eau. Évaporation. Condensation. Précipitations 1 L eau circule sur toute la surface de la Terre sous forme de nuages, de pluies, de rivières, d océans. 2 En s évaporant sous l effet du soleil, l eau des océans, des rivières, des lacs et des végétaux

Plus en détail

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE a chacun ses Station d eau potable de Kerriou Château d eau de Kerstéphan Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE La collectivité est responsable du service d eau et assainissement. Elle prend

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

Gourbeyre. A propos de Gourbeyre

Gourbeyre. A propos de Gourbeyre Gourbeyre Cette charmante commune se trouve au sud de la Basse Terre. Autrefois, elle était très rurale mais elle s est petit à petit tournée vers diverses activités notamment en se dotant d infrastructures

Plus en détail

Réunion Publique du 4 juillet

Réunion Publique du 4 juillet Réunion Publique du 4 juillet Extension de réseau d assainissement COMMUNE du PALLET Le principe général Limite de responsabilité Partie Privée Propriétaire : Vous Exploitant : Vous Partie Publique Propriétaire

Plus en détail

Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif

Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif I. Prescriptions particulières : Il est important pour ne pas nuire au bon fonctionnement de la filière d assainissement non

Plus en détail

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie

Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie Introduction Le vendredi 21 mars de 8h30 à 11h30, nous nous sommes rendus en bus avec la classe de CM2 c de Mr GRENOUILLER,

Plus en détail

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS I - AMBIANCE DES LIEUX DE TRAVAIL - AÉRATION - ASSAINISSEMENT... 1 1 - Espaces

Plus en détail

Le collège de Porticcio. présentent. Le goutte à goutte : attention, ça coûte!

Le collège de Porticcio. présentent. Le goutte à goutte : attention, ça coûte! Le collège de Porticcio et présentent Le goutte à goutte : attention, ça coûte! 1 Introduction : En 5 ème, on a appris que l'eau douce ne représente que 2,7 % de l'eau sur Terre. De plus, cette eau douce

Plus en détail

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref LE RÈGLEMENT sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref consultants en environnement et génie civil Le Groupe POLY-TECH - janvier 2006 Table des matières Note au lecteur...

Plus en détail

9. A partir de quelle hauteur les balustrades sont-elles obligatoires? a) 1,50 mètres b) 3 mètres c) 2 mètres d) 2,5 mètres

9. A partir de quelle hauteur les balustrades sont-elles obligatoires? a) 1,50 mètres b) 3 mètres c) 2 mètres d) 2,5 mètres 1. Un permis de travail est un document : a) devant favoriser la concertation entre toutes les personnes concernées par les travaux b) dans lequel sont consignées toutes les conditions régissant les travaux

Plus en détail

Simplement précieuse, doublement utile. Utiliser l eau deux fois et récupérer ses calories, une économie intelligente.

Simplement précieuse, doublement utile. Utiliser l eau deux fois et récupérer ses calories, une économie intelligente. Simplement précieuse, doublement utile. Utiliser l eau deux fois et récupérer ses calories, une économie intelligente. L eau se fera-t-elle rare? L EAU sur TERRE en 2025 L eau est aujourd hui considérée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation Inauguration le 22 mars 2016 Journée mondiale de l eau Contacts Ville de Besançon : Direction Eau et Assainissement

Plus en détail

L assainissement non collectif. (ou assainissement individuel)

L assainissement non collectif. (ou assainissement individuel) L assainissement non collectif (ou assainissement individuel) Chaque jour, vous utilisez de l eau pour la vaisselle, la douche, la lessive, les WC Ce sont les eaux usées domestiques. Après usage, ces eaux

Plus en détail

Risques au système respiratoire en milieu agricole

Risques au système respiratoire en milieu agricole Tailgate Respiratory Protection Risques au système respiratoire en milieu agricole Animateur : Le script suivant peut être utilisé pour offrir une séance de formation de 15 minutes au personnel. POINTS

Plus en détail

GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP

GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP 1 Objectifs : Ce guide s appuie sur le guide d équipement national élaboré en mai 95 et concerne les formations au BEP Carrières Sanitaires et Sociales

Plus en détail

Expertise de services nationale

Expertise de services nationale Expertise de services nationale Améliorez vos opérations grâce à l entretien, à la réparation et aux solutions d ingénierie offerts à l échelle nationale. Composants Industriels Wajax Expertise de services

Plus en détail

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE RIHET Natacha LE GUENNAN Eugénie COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE SUJET : L AGRICULTURE URBAINE ET LES POLLUTIONS Site visité : Les murs à pêches de Montreuil I- Méthodes de travail

Plus en détail

SPECIALITE ISN (Initiation aux Sciences Numériques)

SPECIALITE ISN (Initiation aux Sciences Numériques) BOUCHENOIRE MENIN Julie TS2 SPECIALITE ISN (Initiation aux Sciences Numériques) Groupe : MIGNOT Maëlys BOUCHENOIRE MENIN Julie Projet : SURFNET 2014-2015 1. Présentation du projet, origine, but et lancement

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 5 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Béton poreux Rédaction : Simon Rauber / élève de 3ème année à l Ecole Technique de la Construction de Fribourg Date : 18 janvier 2010

Plus en détail

À boire sans modération!

À boire sans modération! À boire sans modération! Préférez l eau du robinet 1 Certification ISO 9001 et ISO 14001 67 % des Français déclarent boire l eau du robinet au moins une fois par semaine*. 252 000 tonnes : c est la quantité

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION LA GESTION ET LA DÉSINFECTION D UN BASSIN INTÉRIEUR, L AFFAIRE DE TOUT LE MONDE! Par Pierre-André Côté, D. Sc., chimiste 9èmes Journées annuelles de santé publique 15 novembre 2005 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Un logiciel qui s adapte

Un logiciel qui s adapte TECHNOLOGY Traçabilité dans l atelier d embouteillage par Alfons Calders Un logiciel qui s adapte Delhaize est un groupe belge fondé en 1867. Le distributeur dispose depuis plus de 120 ans de son propre

Plus en détail

S3.4 La prévention des risques professionnels

S3.4 La prévention des risques professionnels CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNEL RÉPARATION DES CARROSSERIES Classe de seconde Document professeur SAVOIRS ASSOCIÉS DÉVELOPPÉS Savoirs S3.4.1 Les enjeux sociaux des accidents du travail. S3.4.2 Le processus

Plus en détail

Juin 2007 Les Guides de la CAB. Guide du. Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC)

Juin 2007 Les Guides de la CAB. Guide du. Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Juin 2007 Les Guides de la CAB 2 Guide du Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Sommaire : P2 P3...... SOMMAIRE LE MOT DU PRÉSIDENT P4-8... 1. QU EST-CE QUE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

Plus en détail

Hygiène du milieu. Citer les objectifs du programme. Définir l eau potable. Décrire les méthodes de purification de l eau à domicile.

Hygiène du milieu. Citer les objectifs du programme. Définir l eau potable. Décrire les méthodes de purification de l eau à domicile. Hygiène du milieu Objectifs théoriques : Définir : Assainissement. Hygiène du milieu. Citer les objectifs du programme. Définir l eau potable. Décrire les méthodes de purification de l eau à domicile.

Plus en détail

Pompes submersibles hautes performances pour liquides abrasifs

Pompes submersibles hautes performances pour liquides abrasifs Pompes submersibles hautes performances pour liquides abrasifs Pompes pour liquides abrasifs: Bravo Bravo 3 Bravo 4 Bravo Bravo 6 Bravo 7 Bravo 8 Bravo 9 Hz Pompes submersibles pour liquides abrasifs Le

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Droits de reproduction

Droits de reproduction Droits de reproduction Les établissements scolaires du Québec sont autorisés à utiliser et à reproduire le présent document. Tout autre organisme doit s adresser au C.I.EAU pour obtenir un droit d utilisation

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. //Guide d application du logotype

CHARTE GRAPHIQUE. //Guide d application du logotype CHARTE GRAPHIQUE //Guide d application du logotype Une nouvelle identité pour mieux rassembler L objectif de la Fédération Sportive et Culturelle de France (FSCF) est d affirmer progressivement une véritable

Plus en détail

CLASSE 5 LES SUBSTANCES OXYDANTES

CLASSE 5 LES SUBSTANCES OXYDANTES CLASSE 5 LES SUBSTANCES OXYDANTES I. DEFINITION : La classe des substances oxydantes regroupe des familles chimiques très diverses, elles peuvent être considérées comme relativement inoffensives en elles

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

Préparé par le Service des immeubles en collaboration avec le Secteur Santé et sécurité du travail Révision 3 (Janvier 2013)

Préparé par le Service des immeubles en collaboration avec le Secteur Santé et sécurité du travail Révision 3 (Janvier 2013) Objet L objet de cette procédure est de permettre d effectuer le cadenassage des équipements de manière à prévenir la transmission ou le dégagement intempestif de l énergie contenue dans une machine, un

Plus en détail

LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE

LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE INTERVENTION POUR L' ANDIISS Le 11 septembre 2008 Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installation et des Services des Sports LES

Plus en détail

ATELLYSEUR. Présentation De La Gamme et Spécifications

ATELLYSEUR. Présentation De La Gamme et Spécifications ATELLYSEUR Présentation De La Gamme et Spécifications L ATELLYSEUR, mélange de polymères d hydrocarbures et d additifs, est une poudre granuleuse employée pour des opérations de prévention, de traitement

Plus en détail

La mosquée Koutoubia, appelée aussi mosquée des libraires, est un édifice religieux édifié au XIIe siècle à Marrakech par le sultan Abdel Moumen,

La mosquée Koutoubia, appelée aussi mosquée des libraires, est un édifice religieux édifié au XIIe siècle à Marrakech par le sultan Abdel Moumen, Cette photo a été prise, la première matinée de notre départ à Marrakech dans le train, il était environ 9h30, nous étions un peu fatigués après 5h de trajet mais l envie d arriver à Marrakech nous laissait

Plus en détail

Une eau cristalline, à la douceur incomparable.

Une eau cristalline, à la douceur incomparable. Une eau cristalline, à la douceur incomparable. Traitement de l eau exclusif à base de magnésium MagnaPool est un système qui révolutionne le traitement de l eau de la piscine. Le magnésium, un extraordinaire

Plus en détail

www.solutions-tmi.com

www.solutions-tmi.com CARAFE FILTRANTE DAFI Les vertus d une eau de source chez soi et à volonté GARANTIE 2 ANS CARAFE FILTRANTE DAFI Capacité globale : 3,3 L utile : 1,5 L Indicateur changement cartouche manuel / électronique

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Prudence avec l électricité. Prévention incendie

Prudence avec l électricité. Prévention incendie Prudence avec l électricité Prévention incendie Éviter accidents et incendies Quelques mesures de sécurité et règles de conduite élémentaires permettent d éviter de nombreux accidents et dommages consécutifs

Plus en détail

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis Pure à jamais La Station d eau potable K5 de Kinetico vous soulage de vos inquiétudes vis-à-vis de votre eau - celles d aujourd hui et celles de demain. Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l eau

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l eau Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l eau Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL. ORPHELINAT de YAOUNDÉ-ESSOS

ROTARY INTERNATIONAL. ORPHELINAT de YAOUNDÉ-ESSOS ROTARY INTERNATIONAL DISTRICT 9150 DISTRICT 9920 ACTION D INTÉRÊT PUBLIC MONDIAL ORPHELINAT de YAOUNDÉ-ESSOS Dossier photographique ROTARY CLUB DE YAOUNDÉ COLLINES ROTARY E-CLUB 9920 FRANCOPHONE Nicolas

Plus en détail

Animations optionnelles

Animations optionnelles Animations optionnelles Le premier objectif des sciences expérimentales est de donner à l élève des éléments de culture scientifique indispensables à la compréhension du monde qui l entoure. Les élèves

Plus en détail

Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de

Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de Identification des espaces clos types pour la municipalité / ville de Juillet 2013 Rédigé par Élaine Guénette Étapes du plan d action espaces clos 1. Désigner, informer et former une ou des personnes responsables

Plus en détail

Performer sur un trail de 80 km : 4 séances x 12

Performer sur un trail de 80 km : 4 séances x 12 Performer sur un trail de 80 km : 4 séances x 12 semaines OBJECTIF DE CET ENTRA?NEMENT Je veux performer sur un trail d'environ 80 km. Pré-requis : - Vous avez déjà participé a de nombreux trails de 20

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Qu est-ce que le respect du vivant?

Qu est-ce que le respect du vivant? Le respect de l environnement Qu est-ce que le respect du vivant? JE DÉCOUVRE QU EST-CE QUI EST VIVANT? Tu sais déjà que les animaux, les végétaux et les champignons sont des êtres vivants. Ils ont tous

Plus en détail

Ingénieur/e environnement

Ingénieur/e environnement Ingénieur/e environnement Document pour les professeurs/es Objectif général Faire découvrir un métier en utilisant le site de l Onisep et des mises en situation validées par un professionnel. Cette fiche

Plus en détail

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires aux de l information L impact des sur la vie des jeunes n est plus à démontrer. Presse écrite, télévision, radio et surtout internet font aujourd hui partie intégrante de leur vie quotidienne. Présents

Plus en détail

Usine d ultrafiltration

Usine d ultrafiltration Annemasse - Les Voirons Agglomération Usine d ultrafiltration Les Eaux-Belles Etrembières Edito La production de l eau potable, soumise à des normes de plus en plus contraignantes pour le paramètre turbidité*,

Plus en détail

SYNTHESE DES RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION RÉUNION RÉGIONALE SUR LES ÉVALUATIONS MERCREDI 11 JUIN 2014-06 - NANCY

SYNTHESE DES RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION RÉUNION RÉGIONALE SUR LES ÉVALUATIONS MERCREDI 11 JUIN 2014-06 - NANCY SYNTHESE DES RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION RÉUNION RÉGIONALE SUR LES ÉVALUATIONS MERCREDI 11 JUIN 2014-06 - NANCY L ARS Lorraine, le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, le Conseil Général

Plus en détail

Réalisé par la classe de 3ème DP3 du Collège Miramaris (Miramas) COMPTE-RENDU DE LA VISITE DE L ENTREPRISE SABATIER (VITROLLES)

Réalisé par la classe de 3ème DP3 du Collège Miramaris (Miramas) COMPTE-RENDU DE LA VISITE DE L ENTREPRISE SABATIER (VITROLLES) Réalisé par la classe de 3ème DP3 du Collège Miramaris (Miramas) COMPTE-RENDU DE LA VISITE DE L ENTREPRISE SABATIER (VITROLLES) Le car est venu nous chercher à 13h30 au collège et nous a déposé devant

Plus en détail

Des câbles ombilicaux plus sûrs grâce au soudage orbital

Des câbles ombilicaux plus sûrs grâce au soudage orbital Des câbles ombilicaux plus sûrs grâce au soudage orbital D après Truls Nordahl, responsable du soudage Nexans Norway AS, Halden (Norvège) Si vous avez déjà réfléchi à la technologie des câbles sous-marins,

Plus en détail

Chapitre 2 Obtenir de l eau pure

Chapitre 2 Obtenir de l eau pure Chapitre 2 Obtenir de l eau pure Item Connaissances Acquis Mélanges homogènes et hétérogènes. Décantation. Filtration. Une eau d apparence homogène peut contenir des substances autres que l eau. La distillation

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

Les différentes classes de boues

Les différentes classes de boues Chapitre 13: Traitement des boues Les procédés de traitement biologique ou physico-chimique entraînent la production de boues boues= effluents liquides fortement chargés en matières solides (avec des concentrations

Plus en détail

COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR

COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR réponse au défi scientifique lancé à Gentilly (94) en 2009/2010 aux classes de CM1 des écoles élémentaires et à la classe de 4ème «option sciences» du

Plus en détail

Présentation de PHOTOS

Présentation de PHOTOS Mesures de Contraintes Pour me présenter, je suis Alban LANGLOIS, je suis infirmier, je viens des soins somatiques (et ceci a son importance, à mes yeux, pour l expression de mon ressenti) et je suis membre

Plus en détail

! " #$% &%"'% ( )$'"*+,*-!. /,01

!  #$% &%'% ( )$'*+,*-!. /,01 $/% $$!! " #$% &%"'% ( )$'"*+,*-!. /,01 "%$2%$/%)#'34"$!)5 6 7 8!"#$ "%!&'(#'%!)&*&#+ *'##'& 6 La plus grande partie de l'eau qui tombe en pluie provient de la mer. 0%2$ *,,%2'

Plus en détail

La nouvelle Vie de l Eau!

La nouvelle Vie de l Eau! La nouvelle Vie de l Eau! La ressource EAU, à l infini L accès à l eau et son utilisation raisonnée du 21e siècle. Selon l ONU et le Conseil mondial de l eau, la crise de l eau affectera près de la moitié

Plus en détail

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES CLATEX COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES Alain Czyz - INERIS - BP2 60550 VERNEUIL EN HALATTE Tél: 03 44 55 65 42 Fax: 03 44 55 67 04 Alain.Czyz@ineris.fr

Plus en détail

Service Académique d Information et d Orientation Rectorat de Lille

Service Académique d Information et d Orientation Rectorat de Lille Compte rendu des manifestations 12 mars 2005 Ecole des Mines de Douai 19 mars 2005 Ecole d Ingénieur du Pas de Calais -Longuenesse 2 avril 2005 Ecole Nouvelle d Ingénieurs en Informatique -Villeneuve d

Plus en détail

Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine. Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine

Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine. Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine Gestion des engrais de ferme et qualité microbienne de l eau souterraine Prévenir et réduire les risques pour la santé humaine Les microbes et l eau souterraine Au Québec, les réserves d eau souterraine

Plus en détail

ELABORER ET METTRE EN ŒUVRE UN PLAN DE SECURITE SANITAIRE DES EAUX

ELABORER ET METTRE EN ŒUVRE UN PLAN DE SECURITE SANITAIRE DES EAUX ELABORER ET METTRE EN ŒUVRE UN PLAN DE SECURITE SANITAIRE DES EAUX Guide 3 : Mise en place de la surveillance et de la maintenance du réseau AEP Version 2014 Etape 1 Etapes 2 et 3 Etape 4 Etape 5 Etape

Plus en détail

Le cycle de l eau potable sur la commune d ORSAY. Pierre GUINET - Audrey GUERN Suez Environnement

Le cycle de l eau potable sur la commune d ORSAY. Pierre GUINET - Audrey GUERN Suez Environnement Le cycle de l eau potable sur la commune d ORSAY Pierre GUINET - Audrey GUERN Suez Environnement Contrat de gestion déléguée La commune d Orsay est responsable de la distribution de l eau potable à ses

Plus en détail

Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS. de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES

Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS. de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES L ENTREPRISE DU MOIS Degrémont Technologies- : Peu d entreprises sont aussi liées au développement d une technologie

Plus en détail

Station d épuration de Lumbin, La Terrasse. Pourquoi traite-t-on les eaux usées?

Station d épuration de Lumbin, La Terrasse. Pourquoi traite-t-on les eaux usées? Station d épuration de Lumbin, La Terrasse Pourquoi traite-t-on les eaux usées? Tous les jours, notre station d épuration reçoit, pour les épurer, nos eaux sales, qui proviennent de nos wc, nos lavabos,

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Attentes et contenus d'apprentissage

Attentes et contenus d'apprentissage Le contexte Ce projet a été mené dans une classe de 15 élèves de grande section du lycée français de Toronto. Cet établissement, dépendant de l'aefe, scolarise des élèves d'origines internationales, dont

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Variantes provinciales du plan de leçon pour la quête 8 e 10 e années

Variantes provinciales du plan de leçon pour la quête 8 e 10 e années Variantes provinciales du plan de leçon pour la quête 8 e 10 e années Provinces de l Atlantique Activité 1 Faire l activité de quête en ligne Objectifs généraux de l activité : Avoir une perspective historique,

Plus en détail

TITRE : La mare pédagogique

TITRE : La mare pédagogique TITRE : La mare pédagogique Académie de Poitiers Coordonnées de l établissement Nom et adresse de l établissement : collège du Marchioux, 35 rue du Marchioux, BP 181 79205 Parthenay cedex RAR : non Téléphone

Plus en détail

Chantier «Voûte Nubienne» à DEMBELLA Conclusions de fin de chantier

Chantier «Voûte Nubienne» à DEMBELLA Conclusions de fin de chantier Projet VN à DEMBELLA 2011 Page 1 sur 5 Chantier «Voûte Nubienne» à DEMBELLA de fin de chantier Objectifs : Il s agit d introduire sur la zone de Dembella la technique de construction de l association «Voûte

Plus en détail

Rapport final du projet. Rédigé par

Rapport final du projet. Rédigé par Développement de matériel didactique pour faciliter l apprentissage dans le cadre du programme scolaire du Musée acadien de l Université de Moncton Rapport final du projet Rédigé par Eric G. Poitras Ph.D,

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable

Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable Caroline Robert Direction des politiques de l eau Cyanobactéries et cyanotoxines: impacts sur la production d eau potable 1. Principes

Plus en détail

Le Rouillacais vous explique

Le Rouillacais vous explique Le Rouillacais vous explique l Assainissement Autonome Préambule : Conscients que nous sommes confrontés chaque jour aux problèmes de pollution de notre milieu et que l avenir de nos ressources dépend

Plus en détail

L EAU Fiche expériences

L EAU Fiche expériences L EAU Fiche expériences Expérience de dégrillage. Matériel : bac rectangulaire, un grillage Solutions et produits : eau sale avec des gros déchets Principe : une séparation physique permet de libérer l

Plus en détail

.2 Granules de grosseurs et densités différentes: .1 Perlite Fine (0-2 mm); 1. LA PERLITE. 1.1 Général. 1.2 Caractéristiques de la perlite expansée

.2 Granules de grosseurs et densités différentes: .1 Perlite Fine (0-2 mm); 1. LA PERLITE. 1.1 Général. 1.2 Caractéristiques de la perlite expansée PAGE 1 1. LA PERLITE 1.1 Général.1 La perlite est une pierre volcanique dans la famille des siliceux amorphes et se dilate lorsqu elle est chauffée à des températures variant de 900 à 1 100 degrés Celsius.

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

BAC PROFESSIONNEL PRÉVENTION SANTE ENVIRONNEMENT. CCF modules 6,7 et 8. DUREE : 1 H maximum COEFFICIENT : 1

BAC PROFESSIONNEL PRÉVENTION SANTE ENVIRONNEMENT. CCF modules 6,7 et 8. DUREE : 1 H maximum COEFFICIENT : 1 BAC PROFESSIONNEL PRÉVENTION SANTE ENVIRONNEMENT CCF modules 6,7 et 8 DUREE : 1 H maximum COEFFICIENT : 1 Ce sujet comporte pages numérotées de 1 à 11. MODULES 6 ET 7 Situation 1 : 9 points Paul, ouvrier

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

Accueil dans l université

Accueil dans l université L université dans laquelle j ai effectuée mon échange universitaire en S5 est Kyung Hee University dans la ville de Séoul en Corée du Sud. J ai choisi cette université pour en premier lieu le pays qui

Plus en détail

FICHE SIGNALÉTIQUE RENSEIGNEMENTS SUR LA PRÉPARATION

FICHE SIGNALÉTIQUE RENSEIGNEMENTS SUR LA PRÉPARATION FICHE SIGNALÉTIQUE RENSEIGNEMENTS SUR LA PRÉPARATION Entreprise : Topring Adresse : 1020, boulevard Industriel, Granby (Québec) J2J 1A4 Numéro de téléphone : 450-375-1828 Numéro de télécopieur : 450-375-1408

Plus en détail

AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex

AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N Réf. : CODEP-LYO-2015-017016 Lyon, le 29 Avril 2015 AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Le lieu de la mission

Le lieu de la mission Bilan du Projet Puculloccocha Le lieu de la mission Nous sommes arrivés sur place le mercredi 6 juin 2012, après 12h d avion jusque Lima, puis 20h de bus jusqu Andahuaylas. Le district de Pacucha, dont

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail