Refondation du Mali et refondation de l aide internationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Refondation du Mali et refondation de l aide internationale"

Transcription

1 Refondation du Mali et refondation de l aide internationale La crise malienne et la manière dont elle a pris les partenaires techniques et financiers de ce pays par surprise est un bon révélateur des faiblesses de l aide publique au développement en Afrique sahélienne. La refondation de l aide est donc un volet majeur de la refondation du Mali. Pierre Calame FPH, 13 octobre 2013, 5 pages (bip 4863) Résumé Assurant 40% du budget de l Etat malien, l aide internationale fait partie intégrante de la gouvernance du Mali. Les événements de 2012 ne sont pas un accident de parcours mais le révélateur d une crise structurelle qui appelle non un simple plan de relance mais une véritable refondation du pays. Dans une courte présentation faite à Bamako à la communauté des bailleurs de fonds, Pierre Calame expose les sept volets de la stratégie de refondation proposés à la Présidence malienne. La refondation de l aide internationale est l un d eux. Le texte détaille, à partir d une analyse sans concession des modalités actuelles de l aide publique au développement, les principes de sa refondation, soulignant le fait qu en répondant de manière innovante à la crise malienne, on aurait l occasion concrète de repenser en profondeur l aide publique au développement. Mots clés thématiques : logique institutionnelle ; aide publique au développement ; Stratégie de sortie de crise ; stratégie de changement ; coopération Nord Sud Mots clés géographiques : Afrique de l'ouest ; Mali Mots-clés acteurs : bailleurs de fonds Réf. : intranetfph/bip/4863, O2o_D3j Les défis de la paix en Afrique de l Ouest Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l Homme - site web :

2 Mesdame et Messieurs, Le but de la mission de mise à disposition par l Union Européenne à la Présidence malienne a été d aider à mettre en forme une stratégie de sortie de crise. Le titre du résultat de la mission vaut programme : le Mali de la crise à la refondation. 1. Le Mali, de la crise à la refondation Quelles sont les questions fondamentales qui se trouvent posées derrière ce document? Première question, est-ce une crise ordinaire ou une crise structurelle? Si c est une crise ordinaire il suffit de refaire comme avant, si c est une crise structurelle il faut transformer très profondément la manière de regarder les choses. Réponse c est une crise structurelle très profonde qui pend au nez d autres pays d Afrique de l Ouest et qui appelle non pas la reprise du «business as usual» mais une véritable refondation. Deuxième question, cette crise structurelle était-elle prévisible ou imprévisible? Beaucoup de PTF (Partenaires techniques et financiers) ont exprimé le sentiment qu elle était imprévisible, tant le Mali était classé dans les bons élèves de la coopération internationale. Notre réponse, avec l Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique, ARGA, qui est un réseau construit depuis une douzaine d années avec des intellectuels et des responsables politiques africains, est : nous savions depuis très longtemps que ce genre de crise arriverait ; pas nécessairement sous cette forme et à ce moment, ça c est imprévisible, mais que cette crise arriverait c est certain. Parce qu aucune société ne peut se développer quand le mode de gestion de la société lui est complètement étranger. Ou, pour reprendre l expression du grand historien Joseph Ki Zerbo, tant que l Afrique «dormira sur la natte des autres», elle ne pourra pas dormir convenablement. Ce qui veut dire que le fruit de notre mission n est pas le résultat d un travail de trois mois mais de réflexions qui s étalent sur plus de dix ans. Troisième question, est-ce que la crise est une crise du Nord Mali ou une crise de l ensemble du Mali? La réponse est : une crise de l ensemble du Mali. Ce qui s est passé au Nord, et le coup d Etat qui a suivi, ont été un déclencheur mais seulement un déclencheur. Quatrième question, quelle est la place des PTF dans cette crise? Réponse : ils sont partie prenante de la crise, ils font partie du problème et pas de la solution. Quand les PTF représentent 40 % du budget public du Mali, cela veut dire qu ils sont intégrés dans la gouvernance du Mali. La crise de la gouvernance malienne est aussi une crise des PTF. De ce fait le problème de la refondation de l aide se pose au même titre que les autres éléments de refondation. 2. Les sept volets de la refondation Refondation de quoi? Premièrement, refonder la gouvernance. Il ne s agit pas, comme on l entend dire, de simplement refonder l Etat ou de refonder les institutions, au sens où ce serait un problème purement institutionnel. Il faut refonder la gouvernance, l art de gérer la société. Et la refonder sur de nouvelles bases. Ne pas simplement penser qu on peut recimenter un Etat qui, à mains égards, a simplement reproduit l Etat colonial, y compris dans ses rapports avec la société. Il faut refonder la gouvernance et, pour cela, il faut apprendre les stratégies de transformation de la gouvernance. Deuxièmement, il faut refonder la société. La gouvernance, ce n est pas seulement la gestion de communautés instituées c est un problème plus fondamental : comme un groupe humain 2/5

3 s institue-t-il comme communauté, unie par un destin commun? Comment cette communauté se reconnaît-elle des valeurs communes? Il ne suffit pas pour cela d écrire et adopter une Constitution ou une Charte des valeurs communes. Instituer une communauté implique une dynamique «de bas en haut». Ce «processus instituant» se retrouve dans toutes les sociétés, à des moments particuliers de leur histoire où il faut se retrouver, se reconnaître, se reconstruire. Troisièmement c est la refondation des rapports entre le central et le local. Comme le dit Ousmane Sy dans son livre «Reconstruire l Afrique», il faut «la reconstruire à partir du local». Donc accorder une importance majeure, dans la refondation de l aide, à la manière dont les territoires locaux -et pas seulement les collectivités territoriales qui en sont des expressions politiques- peuvent se développer. Quatrièmement, refonder la paix et la sécurité au niveau régional. Le problème malien est régional. Ce problème régional ne peut pas se traiter par des relations intergouvernementales seulement. Elles ont été tentées, elles n ont pas abouti. Les relations intergouvernementales sont évidemment nécessaires mais s inscrivent dans des formes de rapport de diplomatie, de puissance et d influence qui ne sont pas à l échelle d un problème qui concerne toutes les sociétés de la vaste zone saharo-sahélienne. Il faut donc trouver des formes nouvelles de dialogue entre ces sociétés, non pas laissant de côté les gouvernements mais en ne comptant pas seulement sur eux pour inventer des perspectives nouvelles. Cinquièmement, il faut refonder les forces de sécurité. Pas seulement rendre deux ou trois bataillons opérationnels! Redéfinir les missions de sécurité intérieure et de sécurité extérieure et construire une armée républicaine, ce qui, l expérience historique le montre, demande une bonne dizaine d années. Sixièmement, il faut refonder la stratégie de développement. La stratégie de développement telle qu elle est définie aujourd hui est un «copié/collé» de l agenda international. Ce n est pas l expression réelle d une dynamique malienne. Elle ne définit pas des itinéraires de développement à long terme. Elle ne situe pas ces itinéraires de développement par rapport à l état du monde en 2050 et le risque est grand d inventer des itinéraires de développement qui se révèleront des impasses au moment où ils commenceront à porter leurs fruits. Il y a donc un travail gigantesque à entreprendre pour accompagner les élites maliennes et leur permettre de réinventer leur avenir économique. Septièmement, il faut refonder l aide internationale. C est sur ce point que je vais m attarder pour conclure. 3. La refondation de l aide internationale Quels sont les défis auxquels est confrontée l aide internationale aujourd hui? Le défi majeur est le retour aux habitudes. Une fois l orage passé, on replie le parapluie et on recommence comme avant. Ca se pose évidemment aussi au niveau gouvernemental malien, qui est assailli par les urgences. Or, la refondation c est exactement comme le passage de la guerre à la paix : avant, il est trop tôt pour y réfléchir, parce que l on est en plein combat ; après il est trop tard parce qu on est saisi par les urgences. C est exactement le problème historique qui se pose au Mali et aux PTF puisque, bien entendu, tout le monde a tendance à revenir à ses habitudes. Le deuxième défi est, mais ça peut être aussi une opportunité, que le problème du Mali est aussi le problème des autres pays d Afrique de l Ouest. Je dis que ça peut être une opportunité dans le rapport sur lequel je vais revenir entre les PTF locaux et leur siège. Parce que ça oblige à ne pas traiter le Mali comme un cas particulier mais reconnaître qu il pose le 3/5

4 problème plus général de la refondation de l aide. On peut utiliser le Mali comme opportunité d une question plus générale de refondation de l aide. Dans ce processus quel peut être le rôle des amis étrangers du Mali dont les PTF? Leur premier rôle devrait être de mobiliser l expérience internationale, au lieu d apporter voire d imposer des solutions normatives. Les pays qui se développent sont ceux qui sont capables de tirer bénéfice d une très grande diversité d expériences internationales. Les pays qui ne se développent pas sont en général enclavés et enfermés, comme c est le cas de la plupart des pays du Sahel, dans les conditionnalités de l aide ou dans des modèles intellectuels qui sont importés. Quelles sont les critiques de l aide internationale telles qu elles apparaissent généralement et en conséquence quelles sont les réponses possibles? Premièrement l aide internationale, malgré l effort de coordination, est dispersée. Dans les chiffres que j ai vus il y a 35 coopérations, chacune avec 6 priorités. Je défie quiconque de mener une stratégie cohérente avec un tel assemblage, un tel puzzle. Deuxièmement, les conditionnalités sont imposées de l extérieur. Elles sont produites à Bruxelles, à Washington, à Paris ou ailleurs en fonction des préoccupations voire des modes des bailleurs de fonds. La société malienne ne se reconnaît pas en elle. Et de ce fait c est autant de codes qui créent autant de ruses. Troisièmement elle est structurée par les relations d Etat à Etat et doit être analysée comme une rente, et une assuétude, exactement comme l assuétude de l Europe à la dette. Le problème de la distribution de la rente est central. Quand la rente arrive par le haut (comme dans le cas de l aide publique actuelle), elle reste stockée en bonne partie en haut, en particulier dans la capitale et dans la fonction publique. Quatrièmement, on multiplie les contrôles mais le seul contrôle qui vaille réellement c est le contrôle citoyen, c est-à-dire la capacité pour les citoyens de suivre à la trace l aide parce que ce sont eux les plus intéressés à son efficacité. Sinon, le contrôle des contrôles des contrôles ne créé que des ruses de ruses de ruses. Cinquièmement, elle confond planification et stratégie. C est peut-être au plan intellectuel le péché le plus grave. L on s imagine que parce qu un projet est décrit dans son détail sur trois ans c est la preuve qu il est bien préparé. Quiconque a fait de la stratégie comprend que c est idiot! Dans un univers hautement imprévisible, la stratégie c est l inverse : c est une vision très forte à long terme et une adaptation sur le terrain en fonction de l imprévisibilité. Ce n est pas nouveau! Sun Tzu l écrivait il y a 2500 ans dans l art de la guerre : l empereur déclare la guerre, c est le général qui la conduit sur le terrain. L idée que le général se situe à Bruxelles ou à Paris est une absurdité radicale. Enfin, sixièmement, cette aide ne permet pas aux Maliens de réfléchir. On aide énormément au plan matériel mais où sont les espaces qu on soutient pour permettre aux Maliens de réfléchir eux-mêmes à leur avenir en toute liberté avec le temps que ça prend, les moyens que ça prend? Dans les propositions que j ai faites à la Présidence provisoire, j ai dit que si déjà 1 % de l aide allait à ce que les Maliens réfléchissent librement en se nourrissant du meilleur de l expérience internationale et 30 % allaient directement au développement local, nous contribuerions efficacement à la refondation du Mali. D où découlent les quatre grandes pistes de refondation de l aide que nous vous proposons et que nous soumettons au gouvernement malien. 4/5

5 La première, permettre aux Maliens de se réapproprier leur avenir. Y compris, quand il s agit de créer un fonds de développement local, il faut qu ils aient la possibilité de construire leurs propres conditionnalités. Il faut des conditionnalités bien entendu mais comment sontelles construites, d où tombent-elles, c est une question essentielle. La seconde, créer un fonds multi-bailleurs directement orienté vers le niveau local et affecté pour moitié au développement des services de base et pour moité au développement économique local. La troisième, une réforme des procédures de l aide pour qu elle devienne capable de soutenir des stratégies à long terme. Une société se développe à travers des apprentissages à long terme, qui sont autant d habitudes prises de résoudre ensemble les problèmes. C est que l on appelle le capital immatériel des communautés. Le premier objectif de toute aide extérieure devrait être de permettre à ces apprentissages de se construire. Pour la petite histoire, l évaluation que j ai conduite à la fin des années 90 de la Coopération Européenne se concluait en deux phrases : c est un modèle de mauvaise gouvernance donnant des leçons de bonnes gouvernance ; c est un système d apprentissage jetable. C est-à-dire que les procédures européennes segmentent l action et ne permettent absolument pas de construire des apprentissages à long terme. Beaucoup de PTF au niveau local, proches du terrain, se reconnaissent dans ces critiques et probablement dans ces propositions. La grande question est de savoir comment convaincre vos sièges, qui, eux, fonctionnent selon d autres logiques. La quatrième proposition serait justement qu à l occasion de cette «opportunité malienne» on arrive à poser ensemble ces questions. Chacun d entre vous n y parviendra sans doute pas séparément. mais notre document contient sur chacune des sept pistes de refondation des propositions opérationnelles. Parce qu il faut avoir la tête dans les étoiles, regarder à long terme, mais il faut dire aussi comment on conduit pas à pas chacun des volets de la refondation. Ce qui explique que notre document soit d une centaine de pages, détaille, par exemple, ce que serait le cahier des charges d un fonds local multi-bailleurs, ce que serait une stratégie de refondation de la gouvernance, comment s appuyer sur l expérience internationale pour faire naitre un itinéraire malien de développement, selon quels principes refonder l aide internationale. J ai la faiblesse de penser qu il pose à la fois les fondements de la refondation de l aide et en propose un point d application immédiat. Merci 5/5

Associer une diversité des bailleurs de fonds à une stratégie de refondation de la gouvernance en Afrique

Associer une diversité des bailleurs de fonds à une stratégie de refondation de la gouvernance en Afrique Associer une diversité des bailleurs de fonds à une stratégie de refondation de la gouvernance en Afrique Il n y a pas de bon vent pour le marin qui ne sait pas où il va (Sénèque) Pierre Calame Réflexion,

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

22eme Conférence Régionale Afrique

22eme Conférence Régionale Afrique Discours d ouverture Par Mme. Mireille BALLESTRAZZI Présidente d INTERPOL 22eme Conférence Régionale Afrique 10 septembre 2013 Oran, Algerie Monsieur le Général-Major, Directeur général de la Sureté Nationale

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l office des Nations Unies à Genève

Monsieur le Directeur Général de l office des Nations Unies à Genève Monsieur le Directeur Général de l office des Nations Unies à Genève Monsieur le Directeur général de l organisation internationale pour les migrations Messieurs les Ministres, Messieurs les délégués,

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017 27 juillet 2015 Original : anglais À titre d information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième session ordinaire de 2015 8-10 septembre 2015 Point 5 de l ordre du jour

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 9 IGC CE/15/9.IGC/8 Paris, 5 octobre 2015 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Neuvième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Rencontres La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Pedro Bleck da Silva Président du Groupe de Travail Mutualité Association Internationale de la Mutualité (AIM)

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Stratégie de développement coopératif

Stratégie de développement coopératif Organisation Internationale des Coopératives de Production Industrielles, d Artisanat et de Services Une organisation ation sectorielle de l Alliance Coopérative Internationale (ACI ACI) Stratégie de développement

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Journée nationale de présentation du décret. du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics

Journée nationale de présentation du décret. du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics Journée nationale de présentation du décret du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics Le nouveau décret des marchés publics : Une réforme globale et inclusive Monsieur Abdelkrim GUIRI Directeur de la

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain 1 République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain Réforme, innovation et modernisation de l administration publique et des statuts

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

DECLARATION MINISTERIELLE

DECLARATION MINISTERIELLE Distr. : LIMITEE NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Novembre 2002 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Trente-cinquième session de la Commission/Conférence des ministres

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RETRAITE ANNUELLE 2014 DES PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS DU MALI

COMPTE RENDU DE LA RETRAITE ANNUELLE 2014 DES PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS DU MALI COMPTE RENDU de la RETRAITE des PTF 2014 COMPTE RENDU DE LA RETRAITE ANNUELLE 2014 DES PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS DU MALI Pool Technique des Partenaires Techniques et Financiers Téléphone : (+223)

Plus en détail

Routes d Apprentissage

Routes d Apprentissage Renforcercement des capacités des pays SUN pour promouvoir la nutrition à travers des Routes d Apprentissage L expérience de la Route d apprentissage au Pérou et au Sénégal En tant que mouvement global,

Plus en détail

Formations à la "Gestion civilo-militaire des crises extérieures" 1 er semestre 2014

Formations à la Gestion civilo-militaire des crises extérieures 1 er semestre 2014 I N S T I T U T D E S H A U T E S É T U D E S D E D É F E N S E N A T I O N A L E Formations à la "Gestion civilo-militaire des crises extérieures" 1 er semestre 2014 Sensibilisation au concept de "Gestion

Plus en détail

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI DOSSIER DE PRÉSENTATION MERCREDI 10 AVRIL 2013 MONTREUIL Salle des fêtes Mairie de Montreuil LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI www.diplomatie.gouv.fr 1/7 PRÉSENTATION DE L ÉVÉNEMENT

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Gestion mentale En pratique

Gestion mentale En pratique Gestion mentale En pratique o Comment apprendre? Comment évoquer? Apprendre l'orthographe Apprendre une leçon d'histoire ou de géographie Apprendre une leçon de langue Apprendre une leçon de sciences Apprendre

Plus en détail

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL AVIS À MANIFESTATION D INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANT) BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Département

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali OCDE Paris - 22 octobre 2015

Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali OCDE Paris - 22 octobre 2015 Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali OCDE Paris - 22 octobre 2015 Note de contribution du collectif des partenaires techniques et financiers du Mali Les partenaires

Plus en détail

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat 1 Messieurs les membres du gouvernement, Monsieur le gouverneur de la banque centrale, Honorables invités, chers amis. L Agence Française de Développement est l opérateur pivot de la politique française

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Pour commander cliquez ici : http://www.pacteurope.eu/repenser-le-lobbying-europeen/

Pour commander cliquez ici : http://www.pacteurope.eu/repenser-le-lobbying-europeen/ Avec le Traité de Lisbonne et les nouvelles pratiques des Institutions, le lobbying devient plus complexe, plus opaque, plus ad hoc et plus juridique. Chaque dossier est doté d un «environnement institutionnel

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement

Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement DOCUMENT DE TRAVAIL Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement Le présent document propose la mise en

Plus en détail

------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL -------------------

------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- Unité Travail Progrès ------------- DISCOURS

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Coopération policière et judiciaire Cycle de formations franco-allemand à l Euro-Institut

Coopération policière et judiciaire Cycle de formations franco-allemand à l Euro-Institut Coopération policière et judiciaire Cycle de formations franco-allemand à l Euro-Institut Margot Bonnafous, Euro-Institut 1 1. Contexte Le marché unique et les quatre libertés ont constitué un pas décisif

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Compte-rendu de l'atelier 5 http://jaga.afrique-gouvernance.net Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Contexte et problématique Conformément aux termes de référence, l atelier

Plus en détail

') 00. 1 0'2 3%456,, !"# $ %& ,+%%-,&. /,

') 00. 1 0'2 3%456,, !# $ %& ,+%%-,&. /, !"# $ %& '()*+ $,+%%-,&. /, ') 00. Ce document décrit le périmètre des actions qui seront réalisées par MEDIA Variations pour obtenir la première version du moteur de recherche. Le projet utilisera l espace

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 3 II. ASPECTS POSITIFS DU RAPPORT DU COMITE... 4 (A) Amélioration de la Communication entre la Cour et le

TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 3 II. ASPECTS POSITIFS DU RAPPORT DU COMITE... 4 (A) Amélioration de la Communication entre la Cour et le COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE L Equipe de la Coalition pour la Cour Pénale Internationale (CCPI) sur le budget et les finances Présentation à la 4 ème session de l Assemblée des Etats parties

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723 Nations Unies S/2005/723 Conseil de sécurité Distr. générale 17 novembre 2005 Français Original: anglais Lettre datée du 16 novembre 2005, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Les enjeux de la coopération dans le prochain POE 2014-2020

Les enjeux de la coopération dans le prochain POE 2014-2020 Les enjeux de la coopération économique régionale dans le prochain POE 2014-2020 2020 Quels enjeux de la coopération pour la France de l Oc Océan Indien? Une carte à jouer pour La Réunion! Quels enjeux

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Union africaine Conseil économique et social Union africaine E/ECA/COE/34/Inf/1 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Sciences Humaines et Sociales. Toulouse, le 20 juin 2014

Sciences Humaines et Sociales. Toulouse, le 20 juin 2014 Sciences Humaines et Sociales Toulouse, le 20 juin 204 Sommaire. L intégration des SHS dans Horizon 2020 2. Le défi sociétal 6 «Sociétés inclusives» 3. Ou trouver l information? Intégration des SHS dans

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

- de convenir des mesures essentielles qui devrai-

- de convenir des mesures essentielles qui devrai- UNION AFRICAINE CADRE POUR LA MISE EN ŒUVRE OPERATIONNELLE DU SYSTEME CONTINENTAL D ALERTE RAPIDE TEL QU ADOPTÉ PAR LA REUNION DES EXPERTS GOUVERNEMENTAUX SUR L ALERTE RAPIDE ET LA PREVENTION DES CONFLITS,

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Le droit à se nourrir

Le droit à se nourrir Le droit à se nourrir La faim : plus absurde qu il n y paraît 2 Paradoxe n 1 Aujourd hui, 852 millions de personnes au monde - soit près d un être humain sur sept - souffrent régulièrement de la faim alors

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1 I PAGE 1 LE CADRE Rencontre professionnelle organisée par Films en Bretagne, en partenariat avec Groupe Ouest et Clair Obscur. Dans le cadre du Festival Travelling 2015. Lundi 9 février 2015 I Rennes SEMINAIRE

Plus en détail

Comité permanent Inter-états de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel

Comité permanent Inter-états de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Comité permanent Inter-états de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel 25 ème Journée du CILSS Burkina Faso Cap Vert Gambie Guinée Bissau Mali Mauritanie Niger Sénégal Tchad Reflets 12 Septembre 2010

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail